Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie des politiques sportives locales

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Michel Dané

Conclusion

Texte intégral

1L’objet principal de cette recherche sociologique était d’analyser trente ans d’action sportive à Bègles (1959-1989). Ce sont plus particulièrement les relations entre le sport et la politique municipale qui ont retenu notre attention.

2A ce jour, peu de travaux abordent le fait sportif sous cette dimension. Plusieurs raisons permettent d’expliquer cette lacune déjà constatée. Depuis une quinzaine d’années, les sociologues du sport portent leur effort sur l’analyse des pratiques sportives appréhendées dans leurs rapports avec les échelles de stratification. Quant à l’institution sportive proprement dite, elle est abordée trop exclusivement sous l’angle de la sociologie des organisations. Plus récente, l’approche socio-économique investit le thème sportif soit à partir des coûts de la pratique (pour les publics du sport), soit à partir des budgets engagés par les municipalités dans ce domaine. La curiosité scientifique et l’activité sociologique privilégient ainsi tel ou tel aspect du phénomène sportif. Aujourd’hui, les travaux disponibles montrent des effets cumulatifs assez marqués autour de certains thèmes. Par ailleurs, l’action sportive locale est devenue tellement complexe, en particulier dans les grandes villes, qu’un chercheur — ou une équipe de recherche — préfère sûrement n’envisager qu’un aspect limité du domaine. Dans le choix d’un thème d’étude empirique, il importe prioritairement de veiller à préserver toutes les possibilités pour l’élaboration d’une contribution théorique.

- La définition d’un cadre d’étude pertinent

  • 1 Bozon, M. Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province, Lyon : P.U.L., 19 (...)

3Pour notre part, comment avons-nous « construit » l’objet d’étude ? Celui-ci appartient au genre des études localisées. Dans ce cas, il s’agit évidemment de retenir un type d’unité pertinente. Existe-t-il une unité spatiale qui soit significative par elle-même en matière de localité, qu’il s’agisse de la commune ou de la région ? La réponse n’est pas simple. La commune est une unité politico-administrative constituée et doublée, tout au moins dans le contexte béglais, d’une identité socio-culturelle assez caractéristique. Elle présente en effet « une scène locale vivace », selon l’expression de Michel Bozon1.

4Traitant des difficultés méthodologiques et théoriques relatives à la définition de ces cadres de localisation, Jean Cuisenier et Martine Segalen mentionnent un point fondamental :

  • 2 Cuisenier, J., Segalen, M. Ethnologie de la France, Paris : P.U.F., 1986 (cit. p. 83).

"(...) la commune, unité administrative, n’est pas nécessairement une « communauté », c’est-à-dire une unité sociale d’interconnaissance et d’interaction, porteuse d’un sentiment collectif identitaire"2.

5Le choix de Bègles montre comment, pour cette commune en particulier, les deux perspectives se superposent au sein d’un même périmètre géographique. Le thème sportif fournit un point de vue important sur la réalité locale, permettant d’ailleurs d’en éclairer avec netteté le fonctionnement. Encore fallait-il disposer d’une connaissance préalable assez précise du contexte Béglais pour être assurés de ne pas faire un mauvais choix.

6Nous avons jugé utile d’insister sur les interrelations du social et du politique en abordant de manière détaillée deux aspects.

  1. les relations entre groupements sportifs et municipalité, avec leur diversité d’expression ;
  2. le développement progressif d’une action municipale en matière d’équipement communal et de service sportif.

7Ces deux aspects sont relativement complémentaires comme on a pu le constater par l’étude diachronique. Ils contribuent directement à la structuration des cadres de la sociabilité sportive.

8Les mises en relations critiques établies entre sources diverses nous ont paru des plus utiles pour saisir les rapports sociaux et socio-politiques qui s’expriment à l’endroit du sport. Le contexte coopératif, que contribuent à définir les acteurs associatifs et la municipalité, permet de repérer comment se structurent les normes de l’action collective dans un domaine particulier.

9Il ne s’agit pas de se méprendre sur notre recours — ponctuel — à la théorie des jeux. Cette modélisation est d’ordre sociologique. Elle n’entretient pas de lien direct avec les images et autres sentences s’appliquant au jeu sportif... Toutefois, nous en avons relevé un certain nombre, au fil des péripéties sportives béglaises. Leur évocation n’est jamais entièrement innocente pour ceux-là mêmes qui les formulent ! Il est toujours plus « payant » de présenter avec l’attrait d’une règle ludique ce qui a trait à une règle d’exercice du politique ! On aurait peine à croire que tous les membres du Club Athlétique Béglais engagés aux quatre coins de la scène politique, à l’occasion des élections municipales de mars 1989, œuvrent — prioritairement — dans l’intérêt seul du club.

10L’expression de la sociabilité sportive n’est pas un simple « jeu de société » mais bien un chapitre des rapports sociaux. Les logiques d’action déployées par les dirigeants sportifs intègrent cette composante. De même l’utilisation sociologique des modèles de réseau(x) et d’appareil(s) éclaire-t-elle la variation des modes d’exercice du pouvoir, à l’articulation du domaine sportif et du politique.

11Nous reviendrons plus loin sur l’utilisation de ces références sociologiques et sur les propriétés procédant de leur agencement. Abordons auparavant un aspect plus sociographique.

- L’évolution des formes de la pratique sportive communale

12Notre étude n’avait pas pour objectif explicite de traiter de la stratification sociale des pratiques sportives. Cependant, à plusieurs reprises, nous avons repéré quelques indices relatifs aux différences sociales qui paraissent se dessiner dans le cadre des formes organisées de l’activité sportive.

13En combinant diverses sources statistiques, on peut estimer que la population sportive béglaise se répartit selon plusieurs ensembles définis dans le tableau qui figure à la page suivante.

  • Au niveau des pratiquants sportifs licenciés, le nombre de 4 208 rapporté à la population totale de Bègles (soit 23 456 habitants) donne une proportion de 17,9 %. A lui seul, le C.A.B. rassemble 2 269 licenciés, soit 54 % des Béglais sportifs licenciés. 26 spécialités sportives peuvent être recensées. Ceci témoigne d’une palette des sports élargie. Le football est la spécialité dominante avec un total de 926 licenciés et licenciées : 216 au C.A.B., 320 garçons et 80 filles à l’O.L.B., 190 à l’U.S.B.V. et 120 licenciés corpos (répartis en 9 clubs). La gymnastique volontaire féminine rassemble 273 licenciés. Notons enfin l’importance de la pétanque qui regroupe au sein de la commune 529 licenciés répartis en 9 clubs.
  • A cet "ensemble" s’ajoute la population scolaire communale en âge de pratiquer les activités physiques et sportives, soit 3 700 jeunes environ.
  • Diverses associations et structures municipales proposent une animation sportive régulière, dans le cadre de vie quotidien ou bien selon la formule des séjours "sportifs" de vacances. On peut raisonnablement évaluer à 1 450 personnes de la commune, jeunes ou adultes, qui bénéficient de ces possibilités.
  • Enfin, à cela s’ajoutent les pratiques "libres", dont les adeptes ne figurent sur aucun décompte de cartes d’adhérents ou de licences. Quelques « sondages » effectués durant l’année 1988-89 montrent qu’un usager sur quatre de la plaine des sports et un usager sur deux du Parc de Mussonville n’appartiennent à aucune association sportive.

Tableau 23 - La population sportive Béglaise : recensement des licenciés et adhérents (1989)

Tableau 23 - La population sportive Béglaise : recensement des licenciés et adhérents (1989)

* Ce total rend compte des pratiquants sportifs qui opèrent dans un cadre organisé.

14En prenant soin de ne pas négliger les doubles ou triples décomptes (une même personne peut effectivement figurer à différents niveaux), disons que 5 600 Béglais peuvent se déclarer « sportifs » (soit 24 %), sans appartenir pour autant à une association sportive. Souvent, le temps des grandes vacances est le seul moment favorable pour la pratique d’une activité physique...

15Dans les derniers cas mentionnés, les critères de régularité dans la pratique sont difficiles à préciser.

  • 3 L’esquisse de bilan que nous proposons là s’accorde assez bien avec l’analyse de Pascal Garrigues (...)

16Pour résumer, disons que 17,9 % des Béglais (soit 4 208 individus) sont licenciés, 2 % possèdent une carte d’adhérent donnant accès à des activités sportives (soit 450 personnes) et 24 % (soit 5 600 individus) peuvent être décomptés, hors institution, dans le cadre de la pratique sportive locale3.

- L’action sportive communale : un thème de politique publique

17Pour prendre sa pleine intelligibilité, l’action sportive communale doit être abordée en termes de politique publique. Dans le cadre de la commune et sur une durée de trente ans, on constate une implication croissante de la collectivité territoriale (commune, département...) en matière de sport.

18L’aide aux associations sportives, sous la forme de subventions annuelles, la rénovation des installations sportives, doublée d’un processus de municipalisation plus ou moins net, la construction par la commune d’une gamme complète d’équipements et/ou d’aménagements sportifs, les budgets de fonctionnement indispensables pour l’ouverture des installations, le recrutement d’un personnel qualifié et rémunéré (entretien, service, animation, administration), la mise en place de programmes municipaux d’animation sportive, l’élargissement des compétences du service des sports, la promotion de l’information sportive et la diffusion d’un bulletin municipal des sports, etc., sont autant d’aspects qui témoignent de la formalisation d’une politique sectorielle, conduite à l’initiative de la collectivité locale.

19Le sport se trouve aussi à l’intersection d’autres politiques sectorielles : éducation, avec en particulier la place de l’E.P.S. au sein des écoles, des collèges et des lycées ; santé avec le fonctionnement des centres médico-sportifs communaux ou encore les activités de prévention physique pour les personnes âgées, par exemple, etc.

20Cette évolution se traduit par une prodigieuse croissance des dépenses publiques. Pour l’équipement sportif, le « transfert » des initiatives en faveur des collectivités locales est largement antérieur à la décentralisation politico-administrative. Faisons ici un bref rappel. Une première étape est marquée par la première Loi de programme des équipements sportifs et socio-éducatifs (1961-1965). Il s’agit pour l’Etat d’engager une politique de développement des installations sportives fondée sur l’application de grilles théoriques en matière d’équipements. L’ampleur des besoins à satisfaire est considérable. Ce premier Plan d’équipement — ajusté au IVe Plan — se fixe des objectifs à court terme ainsi qu’un objectif « à 25 ans » : cinq Plans successifs doivent permettre de combler les retards accumulés en ce domaine à l’horizon 1985. L’Etat, avec son Ministère de la Jeunesse et des Sports et ses services administratifs, reste le maître d’œuvre de cette politique.

21Pour le sujet qui nous intéresse, une étape plus décisive se trouve franchie avec l’application de la deuxième Loi de programme, ajustée au Ve Plan (1966-1970). L’effort des communes est manifeste. Celles qui occupent dans les grandes agglomérations une situation géographique de périphérie sont confrontées à une forte croissance démographique (des jeunes !) qui accentue les effets du sous-équipement local. Les installations couvertes font cruellement défaut. La question de la T.V.A. qui grève le budget communal est à l’ordre du jour. Les programmes d’équipement des Z.U.P. ont du retard. Durant la période considérée, les communes concernées vont s’engager dans des actions personnalisées pour lesquelles le recours à l’Etat-providence (par la médiation des Lois de programme) n’est plus déterminant. A l’échelon de la commune, les principes de mise en œuvre d’une action spécifique et les processus de programmation de la politique d’équipement sportif tendent à être élaborés en dehors des circuits politico-bureaucratiques de l’Etat. La règlementation officielle élaborée par l’administration est cependant rigoureusement respectée. Les municipalités font preuve d’une réelle maîtrise financière, technique et politique dans le domaine du sport.

  • 4 Contrairement aux constats établis pour d’autres secteurs. Sur ce point, voir par exemple l’analys (...)

22La troisième Loi de programme (1971-1975) s’achève sans que les objectifs généraux aient été atteints. Néanmoins, bien des communes urbaines périphériques sont engagées dans la réalisation de "programmes municipaux d’équipements" relativement ambitieux. Une idée majeure du VIe Plan (1971-1975) est « l’amélioration du cadre de vie et de la qualité de la vie ». Or les équipements sportifs (socio-éducatifs ou culturels) vont effectivement remplir une fonction de structuration de l’espace local et jouer un rôle de valorisation symbolique de la commune. La réforme des collectivités locales, marquée par la loi sur la Décentralisation (Loi-cadre du 2 mars 1982), est postérieure aux transformations majeures qu’a connues le fait sportif communal4.

23Les communes périphériques ont souvent critiqué une politique de l’Etat favorisant les communes-centre d’agglomération. Le contexte bordelais reproduit cette situation. Les communes de gauche reprochent au député-maire de Bordeaux de bénéficier largement d’un aval de l’autorité préfectorale... De même, les municipalités de gauche reprochent à l’Etat son "désengagement progressif", tandis que les communes sont dans l’obligation de "se substituer au rôle de l’Etat". Avec le recul des années, on admettra que le "transfert" des initiatives au niveau communal, résultant à la fois d’une contrainte et d’une volonté locale, s’apparente d’un point de vue sociologique à une réforme organisationnelle et progressive substituant à l’autorité de l’Etat l’initiative des collectivités locales.

24Cette évolution structurelle se combine évidemment avec le rôle spécifique des acteurs en présence, en particulier pour la répartition des subventions aux clubs, l’importance des masses financières allouées, les priorités et les hiérarchies établies.

  • 5 Thoenig, J.-C. Les politiques publiques, Traité de science politique (tome 4), Paris : P.U.F., 198 (...)

25Jean-Claude Thoenig résume bien les caractéristiques qui définissent les politiques publiques5.

"Le pouvoir, ce sont aussi des ressources que l’on mobilise, des procédures que l’on choisit, des publics et des assujettis que l’on administre, des enjeux collectifs que des politiciens et des bureaucrates transforment en problèmes, en décisions, en interventions, en budgets".

26Pourtant, le sport est marqué d’une originalité peu contestable, du fait de sa composante associative, avec ses acquis historiques et personnalisés, et compte tenu de la dimension symbolique des identités collectives qu’il met en scène. A cet égard, il n’est jamais complètement réductible au prisme d’une exigence de rationalité, tout comme l’art ou l’action culturelle.

27Les transactions sociales qui s’opèrent par le sport débordent largement le périmètre des terrains de jeu, et le sport lui-même échappe aux limites institutionnelles qui organisent sa pratique. Nous reviendrons plus loin sur ces aspects.

- Une sociologie du développement sportif

28Nous rassemblons sous cette rubrique quelques remarques s’appliquant à notre étude sociologique qui peut être lue comme une contribution à une sociologie du développement social et culturel. L’étude, qui appréhende trente ans d’action sportive communale, gagne-t-elle à être abordée sous cet angle ? Et pourquoi ?

  • 6 Nous faisons allusion au remarquable ouvrage de Bertrand Badie, Le développement politique, Paris  (...)

29Nous savons, avec Bernard Badie, combien les théories développementalistes6 sont souvent affectées par les traditions organicistes et évolutionnistes. Notons que nous n’avons pas cherché à "transcender l’événement" pour retrouver, au delà de celui-ci, les processus fondamentaux de transformation de la société, fût-ce la société locale. Pareille ambition n’aurait d’ailleurs aucun sens véritablement sociologique. Plus modestement, nous avons envisagé une politique sectorielle appliquée à l’échelle de la commune, composant obligatoirement avec l’activité déployée par les clubs sportifs et les autres associations locales.

30Quelques tendances relatives aux transformations du phénomène sportif peuvent être cependant dégagées : multiplication spectaculaire des installations sportives, augmentation du nombre de clubs et/ou de sections de club, croissance — régulière — des publics du sport, augmentation des coûts sportifs (tant pour les collectivités locales que pour les associations et les usagers), progression du nombre d’acteurs "professionnels" impliqués dans l’animation sportive locale sans que décline pour autant le poids des acteurs bénévoles, etc. Ce processus cumulatif s’accompagne d’une complexité croissante du répertoire de l’action publique conduite dans ce domaine. L’institutionnalisation du cadre de l’action sportive locale montre également une tendance à la spécialisation des tâches et des statuts. La période envisagée ne fait pas apparaître de mouvement « régressif », si ce n’est — dans certain cas — la diminution des dépenses municipales en matière d’infrastructures sportives, dans le courant des années quatre-vingts. Pour autant, il ne s’agit pas de suggérer que le développement sportif est un processus "finalisé".

31Sans doute est-il trop tôt pour proposer un modèle théorique adéquat à propos du développement du phénomène sportif local. Il convient d’abord de définir, de construire et d’ordonner des faits scientifiquement valides en multipliant les études de cas. Une approche comparative conduite sur la base d’études localisées permettra de se montrer — plus — attentif aux différences locales, aux conjonctures historiques spécifiques, à l’enchaînement particulier des événements. A priori, les paradigmes suivants : le processus d’institutionnalisation, la thèse de la modernisation, le schéma centre-périphérie avec la structuration d’une périphérie progressivement autonome, les modèles relevant du fonctionnalisme rénové, la thèse de la formalisation d’un espace public, etc., ne doivent pas être écartés sans examen détaillé. Sous réserve de réaménagements et de limitations formelles, ils sont susceptibles d’éclairer les transformations du fait sportif. C’est sans doute vers l’élaboration de modèles formels compatibles avec l’analyse historique locale qu’il convient d’engager aussi les travaux. Pour comprendre la configuration que prend aujourd’hui l’action sportive locale, il faut retracer les séquences qui composent le processus — parfois complexe — au cours duquel elle est devenue ce qu’elle est actuellement.

32Un aspect important des transformations qui marquent le fait sportif local concerne évidemment la dimension économique. Les collectivités locales consacrent une part très importante de leurs finances au développement du sport. Dans certains cas, les dépenses publiques ne s’accroissent pas de façon spectaculaire au chapitre des installations sportives mais plutôt dans le cadre de l’attribution de subventions aux associations, dans le soutien direct à la pratique sportive de haut niveau et dans l’animation d’un véritable "service" à destination du plus grand nombre.

33Les acteurs sont sensibles à cette évolution qui, pour certains d’entre eux, "risque d’hypothéquer gravement l’avenir du sport". Le coût du sport ne tend-il pas à augmenter indéfiniment ? "C’est fatal !", ajouteront certains. Le fait paraît évident mais les tentatives de réponse à cette question abordent rarement le sport en le replaçant dans les systèmes (ou modèles) qui le structurent. Nous voudrions rappeler brièvement cette réalité sociologique du phénomène sportif. Envisagée dans sa dimension diachronique, elle éclaire directement le processus de développement sportif, à l’échelle de la commune.

34Soit un club C qui propose à ses adhérents un modèle pédagogique et culturel de pratique sportive et qui sollicite une aide financière auprès de la municipalité M. Après accord, M fournit effectivement une subvention à C et prend également en charge la construction, la rénovation et l’entretien des installations sportives. Cette double relation peut être figurée comme suit :

1. Modèle d’interpénétration normalisée

  • 7 Elias, Norbert. Qu’est-ce que la sociologie ?, Pandora/des sociétés, 1981 (1ère éd. 1970). Voir le (...)

35Il s’agit, pour reprendre une formule forgée par Norbert Elias, d’un modèle d’interpénétration(s) normalisée(s)7. Dans le domaine étudié, cette situation correspond à une structure de coopération. M et C concourent à la réalisation d’un but B : l’action sportive locale. La normalisation des interpénétrations ouvre plus précisément sur la définition normative de l’action. De ce point de vue, on peut envisager le concept de norme en le réinterprétant sous l’angle de la théorie des jeux, ainsi que le propose d’ailleurs Edna Ullmann-Margalit :

  • 8 Ullmann-Margalit, Edna. The Emergence of Norms, Oxford : Clarendon Press, 1977 p. 130-131.

"1) il est dans l’intérêt de chaque agent que B soit atteint ; 2) B ne peut être atteint par aucun agent tout seul ; 3) B peut être atteint par tous les agents ensemble, moyennant une organisation et une division appropriée des rôles entre eux".8

36Cette structure n’exclut pas pour autant quelques épreuves de force plus ou moins significatives. Dans une période ancienne, C’était quasiment le seul club de la commune. Quand il s’est agi de moderniser ses installations sportives, acquises par la première génération de dirigeants, il a fallu solliciter Μ. M s’est exécuté, tout en municipalisant ces installations. C tient quelquefois à rappeler sa légitimité historico-culturelle sur le territoire communal...

37Selon les circonstances sociales, l’équilibre des forces est tantôt stable, tantôt instable. De temps à autre, C tient à affirmer son importance au sein de la localité.

38Il peut arriver que C sollicite une aide qui le place en dehors de la structure de coopération initialement définie. Devant le refus manifesté par M, il peut être amené à chercher ailleurs — auprès de M’, par exemple — les ressources qui lui manquent pour atteindre un but — plus personnalisé que le but initial : soit B’. Ou encore, il peut carrément solliciter M’sans se préoccuper de l’attitude de M.

2. Modèle d’interpénétration(s) non normalisée(s)

39La capacité de C à mobiliser effectivement des ressources hors de la structure initiale de coopération inaugure un nouveau cas de figure. Il s’agit, à l’égard de M, d’un modèle d’interpénétration non normalisée. M paraît dessaisi de son rôle ou tout au moins diminué dans ses fonctions. S’il ne peut pas bénéficier de la désapprobation massive de l’environnement à l’égard de l’attitude de C, il lui faut élargir la structure de coopération au delà de C, en instaurant des relations de coopération avec d’autres interlocuteurs : C’, C”... En agissant de la sorte, il relativise l’action conduite par C, en visant à restaurer un modèle — élargi — d’interpénétration normalisée. Tandis que C en fait de même en sollicitant M” après avoir obtenu gain de cause auprès de M’...

40Soit alors la figure suivante, qui montre une amplification importante de la structure initiale et qui ajoute au plan de l’interaction celui des processus d’interdépendance.

3. Modèle d’interpénétration(s) normalisée(s) par surajustement

41Si M n’est pas capable de renouveler son registre de relations soit avec C, soit en dehors de C, c’est son existence même qui peut être compromise. Il court le risque de perdre en crédibilité et en légitimité.

42Par contre, s’il réussit à nouer ce type de relation, deux cas de figure peuvent être envisagés. Soit C décide de réintégrer le dispositif initial ou y est contraint par M, soit M parvient à rétablir une situation plus équilibrée. Dans ce cas, deux effets sont prévisibles. D’abord, cette relation permet d’élargir la structure de coopération avec d’autres "partenaires" que C et autour d’un but B” ; ensuite, elle contribue à relativiser l’importance du but B’, défini unilatéralement par C. Dans la mesure où l’action conduite par M revient essentiellement à restaurer la situation initiale, nous parlerons de modèle réajusté. Si l’action se traduit au contraire par une complexité accrue dans les modalités d’interpénétration normalisée, on utilisera l’expression de modèle d’interpénétration(s) normalisée(s) par sur ajustement.

43Nous n’avons rien dit du rôle des fédérations ou des ligues ni même de la place tenue par les sponsors pour ne pas compliquer l’exposition. En règle générale, les unes et les autres servent plutôt la logique de C.

44Dans leur enchaînement "logique", ces trois figures s’inscrivent dans une sociologie du développement sportif contemporain. Dans leur principe de construction, elles sont susceptibles d’éclairer bien des mécanismes d’amplification du phénomène sportif local que le sens commun interprète comme de simples "surenchères", jugées parfois discutables... Le langage familier utilise également l’image de l"‘engrenage" ou encore celle de Fescalade" pour désigner certains effets observables dans le domaine sportif.

"Ces modèles sont également des expérimentations mentales simplificatrices, à l’aide desquels il est possible de révéler le caractère inhérent aux relations d’interdépendances humaines",

  • 9 Elias, Norbert. op. cit., chap. 3, cit. p. 93. Pour une formalisation théorique assez voisine, voi (...)

45note Norbert Elias, à propos de ce genre de « configurations sociales »9.

46Il n’empêche qu’on peut essayer de saisir de manière rigoureuse les particularités de toutes ces configurations, plus ou moins complexes, par l’analyse des chaînes d’interdépendances.

47Le cas étudié avec le contexte béglais n’épuise pas les registres relatifs au modèle d’interpénétration normalisée. Ce dernier peut être affecté le cas échéant par M et non par C. Par ailleurs, l’action d’un des agents peut viser à réduire un modèle élargi, jugé peu « économique », (M et/ou C cherchant à rassembler plusieurs clubs sous la forme d’un club omnisports...). On parlera alors de modèle d’interpénétration normalisée par régression.

  • 10 Blumer, H. Symbolic Interactionism : Perspective and Method, Englewood Cliffs, N. J. : Prentice Ha (...)
  • 11 Norbert Elias a généralisé cette méthode de traitement des faits historiques replacés "dans le cad (...)

48Le développement local du sport gagne à être abordé à partir de ce point de vue. Cette démarche met en défaut bien des préjugés normatifs tenant souvent lieu de réflexion sur les faits de sport. En outre, elle présente un intérêt déjà précisé par Herbert Blumer soutenant que les concepts ne doivent pas être nécessairement définis en préalable à une recherche10. Envisagés plutôt comme des concepts de sensibilisation visant à guider l’investigation sociologique, ils procèdent d’une méthode qui convient au traitement des faits historiques11, tout en autorisant des théorisations intermédiaires.

49Le lecteur aura facilement identifié les différents acteurs en situation : M pour la municipalité Moncla-Rossignol ; C pour le Club Athlétique Béglais devenu C.A.B.B. au contact de la municipalité de Bordeaux (ou M’), puis C.A.B.B.G. au contact du Conseil général présidé par J. Valade (M”) ; C’et C” étant des possibilités que représentaient, pour B. Moncla, la F.S.G.T. ou même des sections sportives au sein du C.A.B. omnisports... Il ne les utilisera pas, sans doute pour éviter de s’exposer à des désagréments liés à un alourdissement du budget municipal. Plutôt que d’assumer une politique multipliant les modalités d’interpénétration normalisées avec C’et C”, il choisit le repli. Dès lors, il fragilise considérablement sa situation en isolant la mairie. Après les élections de mars 1989, le nouveau maire (M... comme Mamère) va réajuster — à moindre frais ! — la structure de coopération avec le C.A.B.B.G. en jouant sur la symbolique du "lieu" et du "temps" : 1949, 1969 et 1989, marquant ainsi une « continuité » dans les succès rugbystiques du club. Sa grande maîtrise des rites de communication lui permet d’échapper aux redoutables "besoins" d’argent — et de subventions — manifestées par C (voir La lettre de Bègles, spécial budget, mai 1990). De plus, on a déjà souligné les excellentes relations qui lient C avec M’ (Chaban-Delmas). Ajoutons que Μ’ porte un regard assez bienveillant sur la récente réussite électorale de M. Dans l’immédiat, les épineuses questions d’argent ne se poseront pas...

- Rappel sur les orientations privilégiées dans l’étude

50Résumons brièvement les orientations théoriques qui nous ont paru les plus pertinentes dans la conduite de cette recherche. Elles sont au nombre de quatre.

51a) La première renvoie à la perspective générale retenue pour appréhender trente années de péripéties et d’action sportive communale : l’interactionnisme symbolique. Dans ce cas, l’action collective est caractérisée par les agissements des individus (et des groupes constitués). Elle se traduit dans le domaine sportif par des marques de sollicitation et de mise à contribution formulées par tel acteur à l’endroit de tel autre, qui s’organisent habituellement sous les modalités de la collaboration ou de la contractualisation, et compte tenu de l’asymétrie des ressources mobilisées.

  • 12 Blumer, Herbert. "Society as symbolic Interaction", in A. Rose (ed.), Human Behavior and social Pr (...)

52La caractérisation proposée par Herbert Blumer12 peut s’appliquer à notre objet de recherche. La théorisation de l’interaction symbolique éclaire le processus de construction de l’action.

"Du point de vue de l’interaction symbolique, l’action sociale réside dans les agissements des individus qui accordent leurs lignes d’action les unes par rapport aux autres grâce au procédé de l’interprétation".

53On a pu reprocher à Blumer une certaine tendance à exagérer l’autonomie de l’acteur au point quelquefois d’adopter une vision par trop individualiste du système social (voir P. Birnbaum, F. Chazel, op. cit., p. 17). De même, il faut se garder de négliger l’arrière-plan idéologique ou les références symboliques qui opèrent parfois dans l’orientation donnée à l’action.

54L’application de ce modèle au domaine de l’action sportive communale, compte tenu du thème étudié, nous préserve de pareilles objections. Le cadre communal de l’action — sportive — collective, la nécessaire mise en commun de ressources différentes et complémentaires, entre autres points, expliquent que les acteurs agissent dans un cadre commun de références et de normes. L’« interprétation » par l’acteur — par les acteurs en présence — se fait à partir d’objets désignés et appréciés dans leur définition, ainsi que de significations acquises et de décisions prises au sein d’un espace social précis.

55Il est indispensable de ne pas confondre interaction et interdépendance. La série de jeux modélisés (les trois figures proposées plus haut) renvoie pour partie à des interactions efficaces entre agents. Mais à mesure que ces interactions — limitées — se multiplient, le modèle pris dans son ensemble produit des niveaux d’interdépendance. Les processus sont inter-reliés et ils font intervenir toujours plus d’individus interdépendants, en particulier à cause de l’équilibre fluctuant du pouvoir.

  • 13 On reconnaît ici les dimensions constitutives de l’interaction, analytiquement distinctes, définié (...)

56Notons à ce propos que notre étude de cas reste encore incomplète à plusieurs titres, en particulier pour la prise en compte du thème du pouvoir. L’interaction est porteuse de significations. Elle suppose l’adhésion autour d’un « projet » d’ordre collectif. Par ailleurs, s’il s’agit pour les acteurs en présence d’assumer des obligations, il leur faut conjointement préserver des droits13. La convergence des acteurs autour d’un principe d’action sportive communale n’exclut pas la mise en œuvre de stratégies visant à consolider telle ou telle position spécifique... Le répertoire de l’interaction intègre diverses manifestations : tensions, oppositions, alliances, retraits, neutralisation, qui peuvent avoir une incidence plus ou moins durable sur l’action sportive locale.

57b) La théorie des jeux correspond à un deuxième niveau théorique, également exploité dans notre enquête. L’analyse des jeux désigne l’étude des comportements-types (et/ou des sélections de coups) que des joueurs adoptent de manière à maximaliser leurs gains ou à minimiser leurs pertes. Le contexte local de l’organisation sportive est des plus caractéristiques. Il s’agit de coups de force. Désormais, la dimension stratégique est nettement affirmée. Dans les « coups » étudiés, un des deux acteurs en présence veut s’imposer à son seul avantage (ex : le C.A.B.), tandis que l’autre (la municipalité) a pour objectif d’instaurer une relation plus égalitaire avec cet interlocuteur en tentant de relativiser les prétentions de ce dernier. Dans ce cas, il s’agit de préserver l’égalité des chances. Les acteurs (les autres clubs et associations de la commune) n’ont pas à être lésés par le trop gros appétit d’un des leurs. Toutefois, pour chacun des acteurs impliqués, il s’agit bien de rester « dans le jeu ». Chacun des acteurs doit évaluer la prise de risque consentie par les uns et les autres.

58Pour les situations que nous avons jugé utiles de détailler, l’action s’inscrit globalement dans un cadre de coopération. Toutefois, certains épisodes peuvent être interprétés comme des désajustements volontaires à des fins de « capitalisation » avantageuse. 1959-60 et 1973 : offensives du C.A.B. et réajustement de la municipalité encore capable d’imposer sa règle du jeu ; du fait de ces péripéties, le fait sportif local se complexifie dans son organisation. 1983 et 1985 : nouvelles offensives du C.A.B. et impossibilité de réajustement pour la municipalité. Désormais, la « règle du jeu » est définie de façon unilatérale par le C.A.B. Néanmoins, on constate une assez faible capacité du maire à faire en sorte de « rester dans le coup »... Son successeur, par contre, fera tout pour cela, en essayant de « calmer le jeu » et de retrouver par rapport au club une marge d’action effective... Toutefois, il apparaît que cette structure de coopération ne s’inscrit plus totalement dans un cadre d’interdépendance entendu au sens strict. Le nouveau maire va jouer la carte de l’interaction symbolique.

59c) La troisième référence concerne la contractualisation qui marque l’interaction sportive proprement dite. Sans doute nous fera-t-on le reproche de n’avoir pas mieux détaillé, d’un point de vue strictement sociologique, le processus de contractualisation et l’établissement des règles définissant la relation qui s’instaure entre la municipalité et les associations sportives. Dans sa genèse et dans sa structuration historique, ce processus relève d’une régulation. Celle-ci suppose des règles communément admises, à propos de la réalisation d’un objectif. Toutefois, selon les conjonctures, ce « contrat » peut revêtir le caractère d’une contrainte ou encore d’une convention... La contractualisation s’accompagne de relations de pouvoir. On a identifié des situations caractérisées par des manifestations de retrait et de neutralisation. Ponctuellement, de telles opérations ont quelquefois pour objectif de restaurer dans leur périmètre adéquat et approprié les relations contractuelles. Dans d’autres circonstances, on assiste à la mise en place d’un modèle hégémonique se substituant à une régulation contractuelle. Toutefois, l’effet recherché peut se retourner contre son instigateur en appauvrissant sa dimension réputationnelle. Les significations idéologiques historiquement assignées à l’action sportive communale ne sauraient s’accommoder durablement d’un vide en matière d’engagement contractuel ni d’une absence d’interaction.

  • 14 Reynaud, J.-D. Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris : Armand Col (...)

60Généralement, le dispositif contractuel est amené à intégrer des composantes nouvelles et de nouveaux contractants. Pour autant, la régulation ne repose pas nécessairement sur une entière explicitation, ni même sur une compréhension exactement commune aux parties en présence. Dans le domaine de l’action sportive communale, les règles sont toujours difficiles à définir, d’un point de vue sociologique, parce qu’elles ne sont guère séparables de l’activité qui les fonde et les renouvelle. Nous retrouvons là une propriété déjà analysée par Jean-Daniel Reynaud à propos de la régulation sociale14. Pour l’auteur, la régulation n’est pas tant un procédé destiné à maintenir un état d’équilibre qu’un processus partiellement (in)déterminé par lequel des acteurs sociaux produisent et transforment des règles qui donnent sens à leurs actions collectives.

61d) La quatrième référence théorique a trait à la dualité des deux dispositifs (ou substrats) d’action que sont les appareils et les réseaux. L’étude sociologique de ces substrats nous a permis d’explorer l’aspect fonctionnel de la structuration des liens ou des connexions qui s’établissent entre acteurs sociaux. Sur ce point, notre formalisation a porté essentiellement sur des situations jugées caractéristiques.

  • 15 Les notions d’"appareil" et de "réseau" sont souvent utilisées de manière métaphorique ou allusive (...)

62L’analyse relative à cet aspect particulier, envisagé dans sa dimension diachronique, nous a paru offrir les meilleures garanties contre d’éventuels tours de passe-passe rendus possibles dans le maniement du langage familier15. En effet, l’usage du sens commun attribue spontanément l’image du « réseau » pour désigner les fortes connivences qui paraissent prévaloir entre plusieurs agents sociaux.

63Le dispositif en réseau tend à privilégier l’interaction. Dès lors que les acteurs en présence sont plus nombreux, cette interaction intègre diverses modalités d’expression qui sous-tendent l’action sportive communale comme un système contractuel plus ou moins élargi. Tandis qu’un dispositif en réseau, tel que nous l’avons appréhendé, vise à maintenir un plan d’interaction privilégié, en misant au besoin sur des opérations stratégiques, la régulation de l’action sportive locale s’accompagne d’une relativisation des effets de réseau. Elle n’en fait pas moins apparaître certaines hiérarchisations. Toutefois, la nécessité des accords conduit généralement à un point — ou un ensemble de points — d’équilibre compte tenu des attentes mutuelles.

64Quant au dispositif en appareil, il tend à effacer les formes d’interaction. Il introduit une sévère restriction dans le registre de la contractualisation, en optant le cas échéant pour l’usage de la contrainte. Pourtant, les gains ou les économies qu’il permet de totaliser momentanément s’accompagnent le plus souvent d’un appauvrissement symbolique en légitimité et/ou en crédit réputationnel. Seule la restauration de l’interaction permet de regagner effectivement sur ces terrains.

65C’est probablement dans la combinaison de ces deux substrats, que sont les appareils et les réseaux, qu’il convient d’analyser les formes de l’échange social.

66La concurrence et/ou l’alternance de ces dispositifs participe(nt) aussi de la régulation de l’action sportive locale. Les passions sportives, communicatives et exagérées, autant que les règles sociales de mise en pratique du sport y trouvent également leur compte...

- Entre supposé et présupposé : la passion du sport

  • 16 Parlebas, Pierre. Eléments de sociologie du sport, Paris : P.U.F., 1986. Voir p. 92 et suivantes, (...)

67Le sport est devenu d’un coût économique élevé. Il nécessite des moyens financiers conséquents. C’est bien une force centrifuge qui caractérise la recherche de ressources. Elle traduit aussi la "passion du jeu” qui anime les dirigeants de clubs. Peut-être cette obstination passionnelle procède-t-elle de la folie poétique et créatrice des hommes. Pour autant, est-il possible d’en proposer une explication plus rationnelle ? Les analyses conduites sur le sport par Pierre Parlebas16 à propos de la dissipation énergétique peuvent être prolongées sous l’angle de la dissipation économique : l’institution sportive est à la base d’une extraordinaire dépense économique. Quelle légitimation idéologique reçoit pareille dissipation ? Elle repose nous semble-t-il sur une survalorisation symbolique du "processus de civilisation". Le sport engendre(rait) identification communautaire et identité collective (évitant l’anomie structurelle) ; les rencontres sportives oblige(raient) à des relations d’échange (éloignant le risque d’isolement social) ; le sport s’impose(rait) comme un modèle ludique de transaction sociale. Il s’agit là d’un ensemble de significations convergentes qui donne consistance à la structuration du phénomène sportif.

68D’un point de vue plus général, l’étude sociologique de l’action sportive locale fait apparaître un domaine sinon original, du moins spécifique de l’action sociale. En approfondissant l’étude de l’action sportive communale, nous pourrions trouver confirmation que toute réalisation sportive est nécessairement une construction liée, voire même subordonnée à l’accomplissement des relations humaines et non l’inverse. Pour le dire autrement, l’étude du « système » sportif local est bien une contribution originale à l’analyse de l’échange social. A ce titre, elle mérite de la part des sciences de l’homme et de la société une plus grande considération.

Notes

1 Bozon, M. Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province, Lyon : P.U.L., 1984 (p. 266). Pour l’auteur, l’espace local se caractérise également par des formes de « discontinuité sociale ». La vie associative favorise l’expression des "identités sociales distinctives". Le "pouvoir local" et la "délégation politique" contribuent généralement à la construction d’une identité collective affermissant en retour leur légitimité symbolique.

2 Cuisenier, J., Segalen, M. Ethnologie de la France, Paris : P.U.F., 1986 (cit. p. 83).

3 L’esquisse de bilan que nous proposons là s’accorde assez bien avec l’analyse de Pascal Garrigues utilisant des sources INSEE de 1986 : "Les Français et le sports", Données Sociales 1990, Paris, p. 266-268. Voir également l’article de Jean-Michel Faure, "Les pratiques sportives", Données Sociales 1984, INSEE, Paris, p. 397-399.

4 Contrairement aux constats établis pour d’autres secteurs. Sur ce point, voir par exemple l’analyse proposée par Patrice Duran et Bruno Hérault, Politiques sociales et décentralisation en France, M.S.H.A., Centre de Sociologie Politique, 1987.

5 Thoenig, J.-C. Les politiques publiques, Traité de science politique (tome 4), Paris : P.U.F., 1985. "Présentation", cit. p. IX.

6 Nous faisons allusion au remarquable ouvrage de Bertrand Badie, Le développement politique, Paris : Economica, 1980, (2ème éd.).

7 Elias, Norbert. Qu’est-ce que la sociologie ?, Pandora/des sociétés, 1981 (1ère éd. 1970). Voir le chapitre ΙΠ : "Modèles des jeux", p. 83-121.

8 Ullmann-Margalit, Edna. The Emergence of Norms, Oxford : Clarendon Press, 1977 p. 130-131.

9 Elias, Norbert. op. cit., chap. 3, cit. p. 93. Pour une formalisation théorique assez voisine, voir également l’ouvrage désormais classique de Raymond Boudon, La logique du social, Paris : 1979. Chap. ΙΠ : "Sociologie et systèmes fonctionnels" (p. 85-115) et chap. IV : "Sociologie et systèmes d’interdépendance" (p. 117-159).

10 Blumer, H. Symbolic Interactionism : Perspective and Method, Englewood Cliffs, N. J. : Prentice Hall, 1969.

11 Norbert Elias a généralisé cette méthode de traitement des faits historiques replacés "dans le cadre de l’élaboration de théories sur le processus à long terme du développement social", pour reprendre un propos de Stephen Mennel : "Parsons et Elias", Sociologie et Sociétés, Canada, vol. XXI, no 1, avril 1989, p. 69-86 (cit. p. 80).

12 Blumer, Herbert. "Society as symbolic Interaction", in A. Rose (ed.), Human Behavior and social Processes, Boston : Houghton Mifflin Co., 1962. Cette citation est directement tirée d’un extrait proposé et commenté par Pierre Birnbaum et François Chazel dans leur ouvrage : Théorie sociologique, Paris : P.U.F., 1975, p. 51-56.

13 On reconnaît ici les dimensions constitutives de l’interaction, analytiquement distinctes, définiées par Anthony Giddens. Se reporter à l’article de François Chazel : "Pouvoir, structure et domination", Revue Française de Sociologie, XXIV, 1983, p. 369-393. L’auteur analyse de façon détaillée l’ambitieux projet théorique de Giddens : art. cit, p. 383 et suivantes.

14 Reynaud, J.-D. Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris : Armand Colin, 1989.

15 Les notions d’"appareil" et de "réseau" sont souvent utilisées de manière métaphorique ou allusive, y compris dans des travaux se réclamant des sciences sociales. Dans ce cas, elles tendent à se substituer à une définition analytique.

16 Parlebas, Pierre. Eléments de sociologie du sport, Paris : P.U.F., 1986. Voir p. 92 et suivantes, "L’entropie sportive : débauche ou ascèse ?"

Table des illustrations

Titre Tableau 23 - La population sportive Béglaise : recensement des licenciés et adhérents (1989)
Légende * Ce total rend compte des pratiquants sportifs qui opèrent dans un cadre organisé.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende 1. Modèle d’interpénétration normalisée
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15881/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende 2. Modèle d’interpénétration(s) non normalisée(s)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15881/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende 3. Modèle d’interpénétration(s) normalisée(s) par surajustement
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15881/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540