Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie des politiques sportives locales

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Michel Dané

III - Des changements importants dans les relations entre associations sportives et municipalité (1983-1989)

Texte intégral

Introduction

1Avril 1983 : les élections municipales voient la victoire de la liste conduite par Simone Rossignol, maire sortant. Elle est réélue haut la main contre la liste UDF-RPR menée par Danielle Traissac. Le bilan de la gestion municipale du mandat précédent est largement plébiscité par les Béglais et Béglaises. La liste de gauche obtient 64 % des suffrages. La campagne des municipales a permis à Simone Rossignol de faire le point sur les réalisations municipales dans les domaines de la vie économique, de la solidarité sociale, de l’action éducative, sportive et culturelle ainsi que de la protection de l’environnement. Le bilan rapporté dans le bulletin d’information municipale de janvier 1983 souligne les exigences de « démocratie » et de «concertation» avec la population ainsi que le souci de « gérer au mieux les finances locales » (p. 1). Madame le Maire précise que le sport représente 11,7 % des dépenses communales. La contestation de ce bilan, animée par Danielle Traissac, ne trouve qu’un assez faible écho auprès de l’électorat de la commune.

2Au cours du nouveau mandat qui s’ouvre (de 1983 à 1989), d’importants événements vont advenir. Ils auront une incidence importante dans les relations entre associations sportives et municipalité. Fait plus important, alors que les épisodes tendus entre le CA.B. et la mairie (octobre-décembre 1959 ; juillet 1973) avaient toujours tourné à l’avantage de cette dernière, ce type de situation va évoluer désormais à l’avantage du C.A.B. et s’accompagner d’un certain isolement du pouvoir municipal. Bernard Moncla, qui remplace Simone Rossignol en cours de mandat, va se trouver en position difficile.

  • 1 Sud-Ouest du 18 mars 1983 : "Du C.A. Béglais à Bordeaux-Bègles".
  • 2 Voir le chapitre précédent, pages 70 et 72, et le journal Sud-Ouest du 19 juillet 1973.

3En effet, en pleine période électorale, le C.A.B. jette un pavé dans la mare : le club pourrait bien changer de statut et sa nouvelle « raison sociale » pourrait devenir alors « Bordeaux-Bègles1 » ! Comment la municipalité va-t-elle réagir à l’annonce ? Le C.A.B., à l’emblème du damier et du radis, est-il décidé à quitter sa banlieue natale ? La terrible prophétie, lancée à mots couverts par Marc Reviriego et publiée dans le journal Sud-Ouest dix ans plus tôt2, est-elle en train de s’accomplir ?

4Dans le même temps, de nouvelles associations sportives ou intégrant le sport dans leurs activités apparaissent sur le territoire communal. Des pratiques relativement diversifiées se développent, sans relation directe avec le modèle associatif des clubs.

5Les années 1983-89 illustrent une séquence supplémentaire et inédite des relations entre municipalité et associations sportives. Elles donnent lieu à quelques réalisations d’équipements ou d’aménagements sportifs complémentaires. Mais l’essentiel des installations sportives est largement réalisé. Il s’agit maintenant pour la municipalité d’en assurer la meilleure utilisation possible en définissant un vaste programme d’animation sportive, intégrant la diversité des demandes exprimées à ce niveau.

6Quelles sont, en quelques mots, les caractéristiques de la population béglaise ? Le recensement effectué par l’I.N.S.E.E. en 1982 fournit de précieuses informations. Les données du recensement montrent une diminution globale de la population : 23 316 habitants en 1982 contre 25 668 en 1975. Les catégories socio-professionnelles se répartissent comme suit.

7La population active connaît une baisse d’effectif puisqu’elle passe de 11 233 actifs en 1975 à 10 064 sept ans plus tard. Il faut y voir l’incidence directe de la diminution de la population béglaise dans son ensemble, entre les deux dates.

8Plusieurs C.S.P. marquent une certaine stabilité. Par contre, les ouvriers accusent une basse importante. Leur effectif et leur représentativité sont moindres en 1982 : 3 836 ouvriers, soit 39 % des actifs, alors qu’ils étaient au nombre de 5 292 (soit 47 %) en 1975. Conjointement, les professions intermédiaires prennent plus d’importance au sein de la commune. Les deux tendances confirment un processus de transformation dans la structure sociale de la commune déjà en œuvre entre 1968 et 1975. La représentation du secteur tertiaire tend à s’accroître. Les employés passent ainsi de 2 631 en 1975 (soit 23,4 % des actifs) à 3 304 (soit 32,8 %). Les cols blancs sont presque aussi nombreux que les cols bleus. Les cadres moyens sont également en progression. Une telle évolution est sans doute à mettre en relation avec la mobilité géographique des personnes. L'I.N.S.E.E. note que plus de 6 000 personnes (soit 25,9 %-de l’effectif des béglais) sont arrivées dans la commune après 1974. 3 000 d’entre elles sont actives. 3 688 personnes habitaient en 1975 dans une autre commune de la même unité urbaine : l’agglomération bordelaise.

Tableau 16 - Population totale d'après la C.S.P. individuelle (pour les deux sexes) (1982)

Tableau 16 - Population totale d'après la C.S.P. individuelle (pour les deux sexes) (1982)

9Ces aspects marquent, nous semble-t-il, le déclin de la culture ouvrière caractéristique de Bègles jusqu’à la fin des années soixante. Ils ont une incidence directe sur la vie sociale et politique de la commune.

10Par ailleurs, la structure par classes d’âge montre un certain vieillissement de la population. Les adultes sont proportionnellement plus nombreux tandis que la population jeune (des 0-19 ans) accuse une baisse sensible : 6 041 jeunes (soit 25,9 %) en 1982 contre 7 331 en 1975 (soit 28,6 %).

11Tous ces éléments vont contribuer à renouveler de façon significative le phénomène sportif béglais et l’action conduite par la municipalité dans ce domaine. C’est bien un nouvel âge du sport qui se dessine, largement organisé autour de logiques stratégiques bien marquées.

1) Nouvelle offensive du CAB et réaction de la municipalité

a) Le CA.B.B. : provocation et/ou évolution du rugby de haut niveau !

12Depuis juin 1981, André Moga ne préside plus, du moins officiellement, aux destinées de la section rugby du C.A.B. Il reste cependant membre du comité directeur et vice-président du club. Le Président Moga fait le bilan des 20 années passées à la tête de la commission de rugby du C.A.B. dans la plaquette 1981-82 du club (p. 15). Le Docteur Christian Bagate le remplace à ce poste.

13Le journal Sud-Ouest du 18 mars publie un bref communiqué concernant l’avenir du CA.B. L’effet de surprise est complet.

"La section rugby du C. A. Béglais va changer de statut. Dès la saison prochaine, sa « raison sociale » sera « BordeauxBègles ». Le principe est d’ores et déjà acquis, mais l’affaire est en cours de négociation. Ainsi, le club phare du rugby girondin sera supporté par la Communauté Urbaine de Bordeaux".

  • 3 Sous la plume de Gérard Piffeteau : Midi-Olympique du 22 mars 1983. Ce « grand projet », auquel fai (...)

14Dès le lendemain, le Docteur Bagate précise qu’il n’est pas question de modifier les statuts du club et que la section de rugby restera « à la base du club omnisport » qu’est le C.A.B. Les dirigeants soufflent le chaud et le froid... Le nouveau président ajoute que le rugby connaît d’importantes difficultés pour se maintenir dans les grandes villes, faute de moyens. Et tel est bien le problème qu’entend résoudre au plus vite son club. L’argumentation est détaillée dans Midi-Olympique, quelques jours plus tard3.

"Il y a quelques jours, le président du C.A. Béglais, Christian Bagate, nous avait confié : nous avons un grand projet et s’il se réalise, nous serons définitivement rassurés quant à l’avenir de notre club.
On sait aujourd’hui que ce projet a fait son chemin".
(ibid.)

15Le club prendra, dès la saison prochaine, avec la bénédiction de Jacques Chaban-Delmas, Député-maire de Bordeaux, l’appellation de C.A. Bordeaux-Bègles ! C’est, selon les dirigeants du club, la seule manière d’envisager résolument de figurer parmi l’élite nationale.

16Le communiqué précise que la bonne volonté manifestée par la ville de Bègles ne saurait suffire aux ambitions affichées par le grand club...

"La municipalité béglaise a déjà fait beaucoup pour le rugby mais ses ressources actuelles ne lui permettent pas d’aller au-delà de cet effort. Le C.A.B., dont la solidité des structures n’est plus à démontrer, se voit par contre offrir l’occasion d’obtenir l’appui matériel non négligeable de la capitale d’Aquitaine".
(ibid.)

17En fait, les dirigeants du club campent sur leur position et n’envisagent pas de négocier quoi que ce soit avec la municipalité béglaise ni de revoir les termes de leur « projet » pour l’avenir immédiat du club. Une première entrevue avec la municipalité a eu lieu le 21 mars, sans résultat concluant.

  • 4 Lettre du Président Général J. Martin, datée du 19 avril 1983, adressée à madame Le Maire. Le prési (...)
  • 5 Cette lettre est reproduite dans l’étude réalisée par Roger Bonnes et Louis Lesca, op. cit., p. 125 (...)

18Pourtant, Simone Rossignol, maire de Bègles, est toute disposée à dialoguer au sujet de l’option avancée par le club de façon par trop unilatérale. Elle précise sa position dans une lettre adressée au Président du C.A.B. auquel elle joint la photocopie de l’éditorial qu’elle se propose de publier dans le prochain bulletin d’information municipale. Le 23 mars, une lettre signée du président Martin est adressée à chaque conseiller municipal4. Elle explique de façon détaillée ce que sont devenues les exigences et les servitudes du haut niveau avec l’âpre concurrence à laquelle se livrent les grands clubs5. Madame Rossignol souhaite restaurer le dialogue sur des bases cohérentes. Deux aspects sont mis en avant. En sa qualité de premier magistrat de la ville, il lui paraît indispensable

"d'apporter une information en réponse aux légitimes interrogations que se posent les habitants de notre commune. Par ailleurs, l’étude comparative et de vos différents budgets prévisionnels et de vos comptes d’exploitation des derniers exercices comptables laisse apparaître certaines distortions dont il me paraît souhaitable de débattre au fond dans le cadre de la perspective que vous présentez pour la saison 1983-1984, afin de rechercher une solution acceptable par les parties".

  • 6 Ces aspects ont été analysés dans la bonne étude conduite par Serge Plaa : Sociologie d’une pratiqu (...)

19La réponse du Président général, par retour de courrier, est sans équivoque. La réunion du bureau du Comité Directeur du club décide qu’il ne sera pas donné suite à cette proposition d’une réunion avec la mairie. A ce moment-là, les relations entre la municipalité de Bègles et l’appareil directeur du C.A.B. sont quasiment rompues, plongeant d’ailleurs le maire dans un certain embarras. Entre temps, le nouvel adjoint aux sports, Christian Sautour, commerçant, élu communiste, va recevoir chacun des présidents de sections du club, de façon à mieux cerner le degré d’adhésion du C.A.B. omni-sports au projet défini par la section de rugby. De toute évidence, les opinions sont plutôt partagées mais les dirigeants liés à la « section-phare » qu’est le rugby tiennent la situation en mains. Les exigences du sport de haut niveau et la place du rugby dans les grandes villes expliquent en partie les tensions apparues entre le C.A.B. et la municipalité béglaise. L’équipe du C.A.B. a perdu ses fidèles. Le public ne se déplace plus en nombre au Stade de Musard. Une étude universitaire permet d’apprécier le contexte béglais. « La chute la plus spectaculaire est celle de Bègles qui a perdu 50 % de ses spectateurs par rapport à sa moyenne globale, et qui attire trois fois moins de spectateurs qu’en 1969-1970 », note Serge Plaa6. Cette désaffection du public touche principalement les équipes des grandes villes. La sociabilité sportive y tend à se structurer selon des modalités nouvelles. L’identification communautaire s’estompe peu à peu.

20L’équipe de rugby du C.A.B. s’apprête à prendre l’appellation de C.A.B.B. : Club Athlétique Bordeaux Bègles (ou Bègles Bordeaux !) pour la prochaine saison 1983-84. Il affiche une ambition nouvelle.

b) Une réplique municipale qui a peu de portée

21L’"éditorial" « A propos de sport » paraît dans le bulletin d’information d’avril 1983. Il présente la position de la municipalité vis-à-vis de l’attitude du CA.B. Madame le Maire rappelle l’effort consenti par la mairie pour le développement du sport. Cet effort a d’ailleurs largement profité au C.A.B.

"Aussi, c’est avec surprise, qu’au travers de la lecture de « Sud-Ouest » puis du « Midi Olympique » j’ai pris connaissance des intentions que manifesteraient les dirigeants du Club Athlétique Béglais quant au devenir de leur Association.
Ce ne fut qu’ensuite, le 21 mars, qu’elles me furent exposées par sa délégation".
(extrait de l'"éditorial", p. 1)

  • 7 En effet, un mois auparavant, appelé à se prononcer sur un emprunt contracté par le CA.B. pour amél (...)

22Viennent ensuite des informations qui ne seront pas démenties par les dirigeants du C.A.B. Simone Rossignol s’étonne de la présentation d’un budget prévisionnel de la saison sportive qui fait apparaître « un déficit d’environ 60 millions de centimes », « dont plus de 35 millions pour la seule section rugby » (ibid. p. 2). Or le compte d’exploitation présenté à la mairie cinq semaines auparavant, très exactement le 9 février, faisait apparaître un solde positif7. Pour les élus de Bègles, c’est à n’y rien comprendre !

23Le maire souligne que les relations entre municipalité et associations locales ont toujours été « étroites et franches », « guidées par un souci commun : œuvrer en faveur de la population ».

"Ces relations n’ont, jusqu’à ce jour, jamais été marquées par des rapports d’ultimatum et de chantage”.
(ibid., p. 2)

  • 8 J. Chaban-Delmas, d’abord licencié au C.A.S.G. Paris, a disputé une rencontre internationale (un ma (...)

24L’année sportive 1983 reste dominée par cette question d’un club de rugby intimement associé à l’identité béglaise, mais dont les dirigeants ont les yeux tournés vers la bienveillance du maire de Bordeaux, ancien joueur trois-quarts-aile8 du C.A.B. Ce dernier retrouve son poste de Président de la Communauté Urbaine de Bordeaux, à la suite des élections municipales de 1983.

25Les Béglais amateurs de rugby et supporters inconditionnels du C.A.B. sont inquiets au sujet de l’avenir du club.

« Quand on a su la nouvelle, ça a plutôt mal réagi à l’académie »,

26précise un habitué de Musard. L’« académie » désigne un endroit précis des grandes tribunes qui rassemble les connaisseurs et les ardents défenseurs du « C.A.B. rugby ». Ce lieu est également appelé le « parlement ». On y trouve d'anciens joueurs ; les commentaires et les critiques concernant la rencontre du moment y vont bon train.

27Quelques semaines après l’annonce d’un C.A.B. s’élargissant à la ville de Bordeaux, l’équipe de rugby rencontre à Musard celle de l'U.S. Romans (maillots à damiers blanc et noir). Pour éviter toute méprise sur le terrain, les Béglais troquent, ce jour-là, leur traditionnel maillot à damiers blanc et bleu contre une tenue montrant une autre disposition géométrique.

28Plusieurs spectateurs de Bègles interpellent les joueurs locaux en leur demandant si « les carreaux de Bordeaux ont déjà remplacé les carreaux de Bègles »... Visiblement, l’« affaire » inquiète les fidèles du club.

  • 9 "Bègles. L’assemblée générale du C.A.B. L’équipe de rugby s’appellera Bègles-Bordeaux", Sud-Ouest d (...)

29Vers l’été, les esprits se calment. L’assemblée générale du C.A.B. donne lieu à deux imposants articles9. Le président Martin insiste sur la nécessité à laquelle s’est trouvée confrontée la section rugby pour se maintenir au plus haut niveau de l’élite.

"Si la section de rugby a demandé d’adjoindre le nom de Bordeaux à celui de Bègles, c’est simplement pour que les moyens du club soient plus importants".
(S.O. du 6 juillet 1983)

30L’article, non signé, rédigé sans aucun doute par un « secrétaire », membre du bureau du club, précise :

"Pressé par le temps, le club a donc agi d’une façon autoritaire et s’en excuse auprès de la mairie, mais estime qu’il a été obligé d’agir ainsi face aux atermoiements de la mairie".
(ibid.)

31Les exigences nouvelles du haut niveau rugbystique n’expliquent pas tout. Il paraît difficilement concevable qu’elles soient apparues aussi brusquement aux dirigeants du C.A.B., précisément entre le 9 février et le 21 mars 1983... Une poignée de dirigeants s’assure l’unanimité d’opinion des membres du club en évoquant les possibilités exaltantes d’avoir une prestigieuse équipe de rugby. Pourtant, l’offensive des dirigeants du C.A.B. n’est-elle vouée qu’à la gloire du sport ? La mairie en doute et elle ne s’en cache pas. Le sport n’est-il pas l’occasion privilégiée d’engager une partie plus politique, sans rapport direct avec l’avenir béglais du ballon ovale ? Ce n’est pas impossible.

32Il ne faut pas négliger non plus de considérer la situation du rugby à Bordeaux. La saison 1983 montre un changement très net dans les ambitions affichées par le C.A.B. Un facteur extracommunal n’explique-t-il pas la détermination des dirigeants du club ? Nous faisons allusion ici à l’intention fermement manifestée par le Stade Bordelais U.C., « doyen des clubs de province », au passé prestigieux, de retrouver un rôle de premier plan en Aquitaine. Alfred Minot, son Président général, s’en est déjà expliqué dans Midi-Olympique (du 16 août 1982). Il sait pouvoir bénéficier du soutien de Jacques Chaban-Delmas. L’aval du Ministre de la Jeunesse et des Sports Jean-Pierre Soisson avait été donné pour la reconstruction du stade de Sainte-Germaine. Edwige Avice, qui lui succède à ce poste, confirme l’aide du ministère dans cette vaste opération. Le C.A.B. ne peut pas courir le risque de se voir dépossédé de son rôle de « club-phare ». Encore faut-il agir en conséquence !

33Reprenons ici nos paradigmes de l'interactionnisme symbolique, de la théorie des jeux et des réseaux relationnels.

34Dans le contexte de cette troisième « crise », suscitée à l’initiative du C.A.B., la relation contractuelle instaurée entre le club et la municipalité est — momentanément — suspendue. Toutefois, cette situation peut être encore analysée sous l’angle de l’interactionnisme symbolique. Mais l’influence réciproque que les deux partenaires sont censés exercer sur leurs actions respectives a pris une toute autre tournure. Jusque-là, les acteurs en présence devaient s’être mutuellement indiqué ce que chacun attendait de l’autre. Ils opéraient ainsi de manière à accorder globalement leur interprétation de la conjoncture du moment, de façon à pouvoir agir ensemble. Un tel jeu concerté s’expliquait aussi par l’asymétrie des ressources mobilisables par chacun des partenaires : côté municipalité, les installations sportives et les subventions ; côté club, le modèle éducatif et la culture sportive de compétition.

35Par deux fois, entre 1959-60 et en 1973,1e C.A.B. avait « tenté un grand coup », de façon unilatérale, et il s’était placé « en position de hors jeu ». Il voulait privilégier exclusivement son espace associatif en l’imposant à la municipalité et à la collectivité béglaise. Faute d’obtenir de la sorte gain de cause, il lui avait fallu renouer la communication sociale et refondre son action dans le cadre général de l'espace public local. Il lui avait fallu rabattre rapidement d’ambition en réintégrant les normes habituelles de la coopération. Pour les deux épisodes évoqués, le périmètre de référence de l'action collective se limitait à l’espace communal. Il en va autrement à l’occasion des événements de mars-avril 1983. La tactique déployée par le club reste globalement la même. La presse est utilisée pour annoncer une information décisive mais, cette fois, la partie semble jouée d’avance...

36La capacité effective dont fait preuve le C.A.B. pour mobiliser des ressources Financières extérieures, en sollicitant Jacques Chaban-Delmas, modifie les données de la situation et le rapport des forces en présence. La municipalité ne sait pas trop comment jouer le coup... Elle n’a pas momentanément les moyens d’exiger une révision des règles — et des normes — du « jeu ». Au contraire, les dirigeants du club paraissent en mesure d’imposer leur règle du jeu, de façon unilatérale. Ils opèrent comme à l’accoutumée, mais cette fois-ci avec succès. Ils n’hésitent pas d’ailleurs à refuser de préserver une relation de simple communication avec le maire de Bègles. Encore leur faudra-t-il éviter soigneusement de fâcheux effets d’image qui montreraient la commune brusquement dépossédée de son valeureux club, vecteur d’identité collective. En effet, le type d’action engagée par les responsables du club ne permet pas de maîtriser précisément le poids symbolique et culturel du « rugby béglais ». Comment va réagir la population sportive de Bègles ?

  • 10 A ce propos, se reporter à l’éditorial paru dans Allez Bègles, no 1, décembre 1983, sous la plume d (...)

37Une présentation du C.A.B. en termes de « modèle de rigueur », de « club-phare de l’Aquitaine » et de prétention légitime au plus « haut niveau » de pratique rugbystique permet effectivement d’éviter les dissensions et de dissiper les inquiétudes10. De plus, la section rugby précise qu’elle cèdera généreusement sa part de subvention habituelle aux autres sections du club.

38Interrogeons-nous maintenant sur les soutiens extérieurs à la commune, dont peut se prévaloir à juste titre le comité directeur du club. On se souvient du réseau relationnel qui faisait la force du club dans le passé, jusqu’au milieu des années soixante. Par la suite, il s’était considérablement amoindri, au point de faire cruellement défaut au club dans le courant des années soixante-dix. Nous n’y reviendrons pas. Néanmoins, en mars 1983, il réapparaît dans toute son efficacité, mais essentiellement recomposé à partir d’une base extracommunale. Il est principalement construit autour de l’amitié réciproque et indéfectible qui lie deux hommes : Jacques Chaban-Delmas et André Moga. Si la réussite du C.A.B. dépend encore de l’efficacité du réseau relationnel dont il dispose, on note cependant une différence par rapport au passé du club. Désormais, il s’agit d’un réseau personnel et non plus directement d’un réseau social. Un tel réseau se forme et se déploie autour de deux acteurs individuels. La redondance des connexions (voir p. 43) s’estompe, remplacée par une organisation plus économique des relations et des transactions. On comprend bien à quoi tiennent les avantages et/ou les inconvénients d’un tel dispositif (personnalisé) par rapport à l’ancien (de type collectif et social). Examinons les caractéristiques du réseau constitué. Il s’agit d’un réseau interpersonnel marqué par une grande économie des relations. Son efficacité tient d’ailleurs à la simplicité des échanges qui s’établissent directement entre deux personnalités.

39Le C.A.B. est parvenu à restructurer "son" réseau, favorable à un essor du club, comme par le passé. Ce constat ne doit pas conduire à négliger quelques différences radicales qui s’imposent à l’observation. Jusqu’au milieu des années soixante, le C.A.B. évolue au sein d’un réseau intra-communal. Les relations caractérisant ce réseau correspondent à une modalité d’expression de la sociabilité locale et la non-personnalisation du réseau se double sans doute d’une certaine redondance au niveau des liens. Le maintien d’une solidarité territoriale et d’expression populaire favorise habituellement la formation de réseaux de ce type. Au contraire, dans les années quatre-vingts, le CA.B.B.G. évolue au sein d’un réseau personnalisé et supra-communal. L’ensemble des relations s’organise autour de quelques agents, sans correspondance directe avec une modalité d’expression de la sociabilité communale. La personnalisation du réseau mis en place se double probablement d’une tendance à la simplification au niveau des liens qui le sous-tendent. L’effacement d’une solidarité territoriale accompagne généralement la structuration de réseaux de ce type. Dans ce cas, la proximité des agents d’un réseau peut être fondée, tout au moins en partie, sur la recherche du contrôle de l’action collective.

40Donnons quelques détails sur le dispositif dont bénéficie désormais la section de rugby du C.A.B. Pareille configuration ne peut bien se comprendre sans faire explicitement référence aux personnalités en présence, à l’histoire sportive qui les lie l’une à l’autre, autant qu’aux données conjoncturelles de l’actualité socio-politique ayant pour cadre la région bordelaise.

41Présentons la forte personnalité d’André Moga, affectueusement surnommé « le grand », du fait de sa taille imposante, dans le monde local du rugby. A. Moga est incontestablement une des figures sportives les plus directement associées au Chabanisme. International de rugby, commerçant en gros installé au Marché des Capucins de Bordeaux, il se présente sur la liste « Chaban » à partir des municipales de 1971 (en 24ème position). Il est toujours là lors des élections de mars 1983, occupant une place en moyenne position, sur cette même « liste Chaban-Delmas d’Union Municipale pour l’avenir de Bordeaux ». Il y figure avec la mention suivante :

"André Moga
commerçant, Vice-Président de la Fédération Française de Rugby, Chevalier de la Légion d’Honneur, Conseiller Municipal".

  • 11 Les deux frères d’André Moga, Alphonse et Alban, devaient disparaître durant l’année 1983. Plus de (...)

42Dans le même temps, il apporte son soutien à la liste d’opposition qui se présente à Bègles contre Simone Rossignol, maire sortant. Les relations entre Jacques Chaban-Delmas et les frères Moga sont des plus excellentes11. Elles datent des débuts de la carrière politique du député maire de Bordeaux.

  • 12 Dans leur ouvrage biographique, Jean-Claude Guillebaud et Pierre Veilletet font allusion au service (...)

43Rappelons que ce dernier a pratiqué le rugby, son sport de prédilection, sous les couleurs du C.A.B. durant trois saisons (de 1946 à 1949). L’investissement sur le terrain de rugby devait s’avérer payant pour la conquête du terrain politique12, compte tenu en particulier du retour prometteur sur la scène locale de l’ancien maire de Bordeaux, Adrien Marquet, en 1953.

44Elu député en 1946, Jacques Chaban-Delmas réussit à devancer largement le maire de Bordeaux sortant : le socialiste Fernand Audeguil, lors des élections municipales de 1947. Mais en 1953, A. Marquet, qui avait été condamné à dix ans d’indignité nationale par la Haute cour de Justice pour faits de collaboration, est amnistié. Bien qu’inéligible aux élections municipales de 1953, il entend se lancer à nouveau dans la vie politique. Son objectif est de ravir la municipalité au jeune député-maire de Bordeaux J. Chaban-Delmas, et il sait qu’il peut compter sur de nombreux fidèles...

45Jacques Chaban-Delmas ne manque pas de rappeler le poids irremplaçable de ses amités sportives au moment de son implantation en terre bordelaise.

"J’avais rencontré encore peu de monde à Bordeaux, mis à part les résistants et les rugbymen",

  • 13 Jacques Chaban-Delmas, L’ardeur, Paris : Stock, 1975 (cit. p. 151). Jacques Lagroye note cette rela (...)

46témoigne le maire de Bordeaux13. Or le C.A.B. réunit ces deux sortes d’hommes.

47Mais revenons au contexte béglais de 1983. André Moga a quitté deux années auparavant la présidence de la section de rugby du C.A.B., remplacé à ce poste par le jeune et bouillant docteur Christian Bagate. De toute évidence, il a agi ainsi pour mieux servir son club, en disposant d’une meilleure liberté d'action. En devenant le Club Athlétique Bègles Bordeaux (CA.B.B.), le club va pouvoir aborder la prochaine saison sportive avec un budget confortable. Le Président Bagate annonce une possible aide de la ville de Bordeaux de l’ordre de 60 millions de centimes pour l’année 1983-84.

48Certains clubs omnisports de Bordeaux n’apprécient guère le "régime de faveur" dont bénéficient le C.A.B., ajoutant aussi, à qui veut bien l’entendre :

"l’appellation nouvelle permettra d’officialiser et d’augmenter une subvention de Bordeaux qui devait déjà tourner autour de 30 millions !"

49Comment se présente la situation et en particulier les relations entre dirigeants du club et élus de Bègles ?

  • 14 Notons pour la petite histoire l’anecdote suivante : à l’occasion d’un repas sportif officiel, le d (...)

50Il n’est pas question qu’André Moga affronte directement Simone Rossignol dans cette opération. L’un et l’autre se connaissent fort bien depuis l’époque, qui date du lendemain de la seconde guerre, où ils étaient employés dans la même entreprise béglaise : la CENPA. Simone Rossignol y était secrétaire et André Moga cadre14. "Le Grand" fut même capitaine de l’équipe de rugby corpo de la CENPA. Une relation d’interconnaissance ne saurait être compatible avec les tractations qui se jouent autour du C.A.B. rugby.

  • 15 En octobre 1984, la traditionnelle Fête des Capucins est placée sous le signe de l’ovale. "Le C.A. (...)

51Il s’agit d’une épreuve de force avec la mairie de Bègles. Le maire de Bordeaux vient de retrouver son fauteuil de Président de la C.U.B. qu’il avait dû abandonner au député-maire socialiste de Mérignac, Michel Sainte-Marie, de 1977 à 1983. Tel est le rapprochement qu’il nous paraît utile d’établir entre une série d’événements sportifs et des événements strictement politiques. L’aboutissement du projet d’un C.A.B.B. satisfait autant les responsables de rugby du club, qui prennent un ascendant psychologique sur la municipalité béglaise, que le maire de Bordeaux, qui soigne ainsi son image sportive15. Au delà du prétexte sportif, c'est aussi une opposition plus précise de la droite politique locale qui se dessine à l’encontre de la seule municipalité communiste de l’agglomération bordelaise !

52De fait, la réplique municipale de Bègles a réellement peu de portée dans la mesure où cette dernière n’a plus les moyens ni d’imposer son propre jeu, ni même de participer au jeu... Par ailleurs, elle ne cherche pas véritablement à rallier à sa cause les autres associations sportives de la commune. Elle pourrait mieux exploiter le caractère discutable du "chantage" auquel se livrent les dirigeants du C.A.B. Rugby. Elle pourrait encore remettre sur le tapis l’idée qu’il n’est pas obligatoirement du ressort d’une municipalité de combler tel ou tel déficit (60 millions de centimes !) sur la seule injonction du club intéressé. Enfin, la municipalité ne cherche pas à mobiliser des alliés du côté des clubs ou des sections de clubs, qui pourraient lui être favorables...

53Durant la saison 1983-84, l’équipe de rugby du C.A.B. opère pour la première fois sous l'appellation : Club Athlétique Bègles Bordeaux (C.A.B.B.), associant désormais à ses succès sportifs deux villes voisines.

54Pour autant, la vie sportive n’en continue pas moins, au sein de la commune. Les événements relatifs au C.A.B. rugby ne doivent pas conduire à une sous-estimation des autres activités sportives, qui contribuent largement à l’animation de la commune. Examinons ces autres aspects de la vie sportive béglaise.

1 L'équipe du Club Aéronautique Béglais sur le terrain d'aviation de Tartifume (vers 1950). On reconnaît notament Lucien Lajus, Charles Quaeghebeur...

2 Le C.A.Béglais champion de France 1969. photo Vincent Olivar
En haut : Alban Moga, dirigeant, Violin, Swierczinski, Pédemay, Lafourcade, Boucherie, Traissac, Chagnaud, Dubois (cap.), en bas : Ruaud, Trillo, Morlaes, Crampagne, Gesta-Lavit, Malterre, Lamouliatte, J. Jameau (entraîneur).

3 Inauguration du gymnase Paul Langevin (1973). Avec Simone Rossignol, maire de Bègles ; Claude Scipion, conseiller général ; René Bex, directeur départemental de la Jeunesse et Sports ; Jean-Pierre Dubroca, adjoint au sport. photo Vincent Olivar, S.-O.

4 Le C.A.Bègles Bordeaux étrenne son nouveau maillot contre l'équipe de Romans (11 mars 1984). François Labat dans ses œuvres...
photo Vincent Olivar, S.-O.

5 L « animation vacances » avec la F.S.G.T. (juillet 1985) : découverte de la planche à voile et du canoë-kayak sur le lac de la plaine des sports.

Inauguration de la piste d'athlétisme du stade Serge Duhourquet (1988). Avec Bernard Monda, maire de Bègles ; Simone Rossignol, maire honoraire ; Nelson Paillou, président du C.N.O.S.F. ; Christian Sautour, adjoint au sport ; Lucien Suhubiette et Lucien Tisseyre représentant le C.A.B.
photo René Cazenave, S.-O.

Le C.A.B.B.G. champion de France 1991 s'apprête à disputer la finale du championnat Yves Du Manoir (juin 1991) En haut : Alexandre Sessac, Christophe Mougeot, André Berthozat, Jean-Jacques Alibert, Michel Courtiols, André Moga président, Sébastien Conchy, François Labat, Serge Simon, Philippe Gimbert, Eric Michaud, Vincent Moscato, Laurent Vergé, Yves Appriou, François Trillo, Auguste Ayphassorho, en bas : Thomas Clamais, Patrick Tauzin, Marc Geneste, Christophe Reigt, Philippe Soulé, Christian Delage, Bernard Laporte, William Techoueyres, Max Boucher, Régis Frentzel, Marc Sallefranque.
photo Conseil général de la Gironde.

Le « bouclier » est présent à la kermesse des écoles laïques (14 juin 1991). Avec Noël Mamère, maire de Bègles ; Michel Mercier, 1er adjoint ; Michel Dané, président de l'Amicale Laïque ; André Berthozat du C.A.B.B.G., les filles du CAB/ASPOM hand-ball (Nationale 1) et les garçons (champions de France N.3).
photo René Cazenave.

c) Quelques nouveaux acteurs dans la vie sportive de la commune

55Dans la période considérée, de nouveaux groupements sportifs apparaissent. Ils relèvent d’initiatives diverses.

561) Un nouveau club omnisports : l'Omnisports-loisirs de Bègles (O.L.B.) est fondé en mai 1983 par Jean-Guy Domec, ingénieur informaticien de son état, transfuge du CA.B. et de l'U.S.B.V. Dès la première année, l’association regroupe plus de 300 licenciés. Un nombre important d’adultes gravite autour des diverses sections. Le bilan de la saison 1983-84 est présenté à la salle Saint-Maurice. Le président se félicite des résultats prometteurs déjà obtenus. Il confirme également l’achat d’un siège sportif et remercie la municipalité pour son soutien appréciable, durant la saison sportive :

"Ce soutien, tout au long de la saison, a contribué à donner à la vie associative dans la ville toute sa plénitude".

  • 16 Revue d’information municipale, avril 1984, p. 6.

57L'O.L.B. permet effectivement un développement spectaculaire du football féminin sur le territoire de la commune. Le club ne regroupe pas moins de 6 équipes féminines, dont 2 évoluent en seniors16. A partir de 1984, l'O.L.B. organise un cross annuel sur la plaine des sports.

  • 17 Revue d'information municipale, avril 1983, "Vacances pour tous à Bègles cet été". Ces actions s’in (...)
  • 18 Service de Prévention spécialisée de Bègles, Bilan des activités 1983, mars 1984, doc. dactylogr., (...)

582) Un autre dispositif de type interassociatif s’est largement développé : il s’agit de l’"animation éclatée" de l’été 1983. Après l’expérimentation timide de 1981 et les tâtonnements de l’année suivante, le dispositif proposé aux jeunes de Bègles, en plusieurs lieux de la commune, est désormais efficace. Des réunions de concertation ont lieu durant l’année. Elles regroupent de nombreuses associations locales et des responsables municipaux. C’est surtout la tranche d’âge des 13-18 ans qui est visée en priorité. La municipalité joue un rôle prépondérant dans la bonne marche de ce programme "vacances pour tous"17. 25 000 F de subvention publiques dont 15 000 sont octroyés par la Direction Départementale du Temps Libre, Jeunesse et Sports pour couvrir le coût des activités proposées. Un bilan chiffré permet d’apprécier l’impact de ce dispositif d’animation auprès de jeunes en situation d’insertion sociale précaire18. Ce programme piloté par la municipalité s’inscrit dans l’application des directives interministérielles relatives à l’animation estivale du cadre de vie quotidien.

59Le bilan de la participation aux « animations d’été » se répartit comme suit :

* Le décompte des participations ne porte que sur les inscrits. Bon nombre de non-inscrits ont également utilisé les espaces d’animation proposés.

60Ce dispositif repose sur une étroite concertation entre la municipalité et diverses associations regroupées au sein d’un collectif. Il inaugure un nouveau type de relation contractuelle et son action intéresse un public de jeunes et/ou de familles qui n’était pas, jusque-là, impliqué dans l’animation locale.

61Le mouvement associatif se donne une nouvelle manière d’agir. Les responsables mettent volontiers en avant « la stratégie autogestionnaire » de cette animation. De plus, c’est une « innovation » culturelle inventée à la « périphérie sociale ». Sans doute faut-il noter ici l’influence d’un principe élaboré dans le cadre de la F.S.G.T.

62Les sections sportives du C.A.B. autres que le rugby font preuve d’un dynamisme évident. Sans prétendre à l’exhaustivité, rappelons quelques faits significatifs des années 1983 et 1984. En gymnastique, le classement fédéral des clubs montre que le C.A.B. occupe la sixième place nationale (sur 432 clubs classés), et plusieurs gymnastes, garçons et filles, se sont particulièrement distingués dans les divers championnats.

"Quelle récompense pour le C.A.Béglais, pour ses gyms, ses entraîneurs, ses dirigeants et son dévoué président Boyer. Mais que d’efforts, que d’heures d’entraînement ; le travail a payé",

63peut-on lire dans la presse locale, à l’issue de la saison 1982-83.

64En hand-ball, les Damiers accèdent à la 3ème division nationale à l’issue du championnat 1983-84. C’est une belle réussite pour cette section (et pour son Président Jean-Pierre Abribat) dont plusieurs éléments font également partie de l’équipe d’athlétisme du club. Le XIème cross international du CA.Béglais se dispute sur un parcours tracé dans le parc de Mussonville le 18 décembre 1983. Son succès est impressionnant.

"Une fois de plus, le président Sombrun avait réussi la gageure de rassembler au parc de Mussonville plus de deux milles personnes, participants et spectateurs".
(Sud-Ouest du 19 décembre 1983)

65En football, le C.A.B. voit son équipe fanion terminer championne du district. Sur le terrain, elle n’a concédé aucune défaite tout au long de cette saison 1983-84.

66En cyclisme, les coureurs du président Gérard Virol et de son successeur Pierre Mancicidor se distinguent et ils figurent au palmarès des belles classiques régionales. Ancien coureur professionnel de 1946 à 1955, « Pierrot » Mancicidor est aujourd’hui propriétaire d’un café-restaurant. Il s’emploie à préserver "un cyclisme pur"... Les jeunes de la section sont intouchables de 1967 à 1980 en championnats régionaux de poursuite ou de vitesse. Ils sont détenteurs de cinq titres de champion de France des clubs et l’un des sociétaires possède un titre de champion du monde. Sur la commune, le temps fort de la saison est incontestablement marqué par le "grand prix cycliste du C.A.B. et de la ville de Bègles". Cette épreuve participe de l’identité locale. Chaque année, nombreux sont les spectateurs qui viennent encourager les coureurs, tout au long du circuit.

67Et les autres sections du club ne sont pas en reste. La création d’une section « sport pour tous » est même envisagée.

68Les clubs sportifs de Bègles montrent une activité importante. Au mois de septembre 1984, le tout récent O.L.B. lance sa cinquième section sportive, avec le rugby. La responsabilité en est confiée à Michel Fournier, ex-pilier de Gujan-Mestras qui évolua en deuxième division. Une vingtaine de membres entend donner ainsi une bonne assise au club « et instaurer une certaine ambiance spécifique au rugby ».

69L'Association Sportive Béglaise, avec ses sections d’arts martiaux et de gymnastique volontaire, s’apprête à fêter le cinquantenaire du club. Le Président Marcel Messmer y tient tout particulièrement et le dojo de la rue Emile Combes attire un nombre grandissant d’adeptes du wa-jutsu, art martial japonais.

"Cet art martial à but non compétitif a pour objectif principal d’élever l’homme, de donner stabilité et assurance à travers les techniques très efficaces de défense, de combattre l’agressivité, donc de changer le mental pour un mode de vie plus équilibré".

70L'U.S. Bègles-Verduc possède de nombreuses équipes engagées dans les divers championnats : des seniors jusqu’aux poussins et pupilles... L’équipe fanion accède en Promotion de Ligue à l’issue de la saison 1981-82. Robert Lasserre peut être fier de son club qui regroupe déjà plus de 80 licenciés.

71Le siège social du club est localisé au bar « Le Penalty », avenue Jeanne d’Arc, à Bègles.

72Bègles XIII, le club cher au président Bergua souffre encore d’un manque de confort. Il lui manque un « toit » dont le dossier est à l’étude.

73On entrevoit combien ces diverses associations participent à la vie de la cité. Il faudrait ajouter à ce tableau les clubs de pétanque et les programmes "sportifs" des comités de quartiers. Jamais la vie sportive organisée n’a été aussi riche de clubs, de sections de clubs, de lieux et de formes de pratiques. Les sportifs "libres", non licenciés, fréquentent le parc de Mussonville ou la plaine des sports. La municipalité favorise toutes les initiatives susceptibles d’ouvrir les activités sportives à de nouveaux publics de pratiquants.

  • 19 Yves Baloup est professeur d’éducation physique, Président du Comité Départemental de la F.S.G.T. e (...)

74La Fédération Sportive et Gymnique du Travail fait une apparition sur la scène locale de l’animation sportive. Une relation privilégiée s’instaure entre madame le Maire, Simone Rossignol, et le Président du Comité de Gironde, Yves Baloup19. La F.S.G.T. trouve à Bègles un prolongement et un terrain favorables à l’« expérimentation sportive et sociale » qu’elle conduit au niveau national. Par ailleurs, l’écoute du maire de Bègles est des plus attentives.

"Il faut s’appuyer sur la F.S.G.T. et l’aider dans son projet d’animation. Les cités qui manquent encore d’animation, en particulier l’été, peuvent bénéficier de cette action",

75souligne le maire de Bègles.

76En cet été 1983, la F.S.G.T. mène des expériences d’animation qui vont effectivement révéler de nouveaux publics de jeunes au domaine des pratiques sportive et de plein air. Elle joue un rôle actif dans les « animations éclatées » estivales. A l’automne, elle prolonge son action « pour le développement du sport populaire en Gironde ». Le 3ème rassemblement du sport travailliste girondin se tient sur la plaine des sports les 1er et 2 octobre 1983. Vingt activités physiques et sportives « pour toutes et tous » sont proposées aux participants, avec diverses formules. La manifestation est placée sous le patronage de la municipalité, de la Fédération de la Gironde du Logement, de l’Union des Femmes Françaises et de l’Union Départementale des Maisons des Jeunes et de la Culture de la Gironde.

"L’activité sportive peut être un facteur d’implication sociale. Les jeunes, les familles construisent un projet autour du sport. La F.S.G.T. essaye de promouvoir l’autogestion et la responsabilisation des participants. Notre démarche est originale en ce sens qu’elle préconise l’auto-socio-construction, à la périphérie. Il s’agit de favoriser l’ouverture d’un espace de vie sociale qui mette en œuvre une mutuellisation des moyens et des compétences.(...) Pour réussir, il faut développer aussi les connaissances scientifiques, théoriques, en prise directe avec la réalité sociale" (entretien avec Michel Viau, président du comité de Gironde).

77Tel est le programme d’action que s’est fixée la fédération travailliste qui entend contribuer à "une définition originale de la culture populaire". (ibid.)

78Des associations, assez peu présentes habituellement sur le domaine de l’animation sportive, s’impliquent activement. Ces opérations se font directement dans l’esprit des orientations définies pour le VIIe Plan (1976-80) et le Ville Plan (1981-85). Ces dernières visent à développer la vie associative, de manière à favoriser "la gestion de la vie sociale". L’animation de la vie locale peut contribuer à une "réhabilitation des espaces d’habitation défavorisés". Les pouvoirs publics encouragent dans la mesure du possible "les actions innovantes" au niveau de "la vie quotidienne" (voir les Rapports du Plan).

79En 1983, la F.S.G.T. devient un acteur important de l’animation sportive dans la commune. En outre, elle ne néglige pas d’asseoir son influence dans les autres formes de pratique. En accord avec le Club Basco-Landais, la Fédération envisage d’organiser les championnats de France F.S.G.T. de boules (Sud-Ouest du 2 février 1983).

80De toute évidence, les clubs « traditionnels » de la commune ne sont pas adaptés, dans leurs finalités, à cette nouvelle « demande sociale » qui ne s’exprime pas sous la forme habituelle de la pratique compétitive.

81Notons cependant que le C.A.B. et l'O.L.B. sont impliqués dans le programme A.P.S. Loisirs Quotidiens des Jeunes, aux côtés du Service de Prévention Spécialisée. Dès 1982, le C.A.B. va d’ailleurs s’investir efficacement dans cette action grâce à l’initiative de Roger Bonnes, membre du Comité directeur du club. Il est personnellement à l’origine de la création d’une « association coopérative des loisirs quotidiens » destinée à la gestion financière de ce nouvel espace d’animation. Plusieurs groupes de jeunes vont s’initier aux activités sportives dans le cadre de ce dispositif.

82De même, le C.A.B. répond favorablement à la mise en place d’un vaste programme « Sport pour Tous » impulsé par le service des sports de la ville de Bègles. Une section Sports de Loisirs voit le jour en octobre 1983. Roger Bonnes est encore à l’origine de la structuration de cette section. Formé à « la grande famille du rugby », R. Bonnes a toujours considéré que la compétition sportive pratiquée en club ne devait pas empêcher les associations sportives de s’ouvrir à la démocratisation des activités physiques de loisirs. Le C.A.B. lui doit beaucoup pour son action d’ajustement à la demande sociale qui se manifeste dans les années quatre-vingts sur le territoire de Bègles dans le secteur des loisirs sportifs. En marquant stratégiquement la présence active de son club dans le domaine des loisirs sportifs pour tous, il empêche que d’autres associations sportives de la commune puissent disposer d’une relation exclusive de collaboration avec la mairie.

2) Un jeune maire qui ne fait pas vraiment preuve d’un esprit d’ouverture

a) La politique sportive municipale : un répertoire s’inscrivant dans la continuité

83L’événement important du printemps 1984 est l’annonce faite par Simone Rossignol de quitter sa charge de premier magistrat de la commune. La presse s’en fait largement l’écho.

"Simone Rossignol passe la main. Un an après sa réélection à la mairie de Bègles, l’élu communiste la plus « côtée » de la Communauté Urbaine « prend sa retraite ». Elle cède son fauteuil à un « petit jeune » de 39 ans, Bernard Moncla". (Sud-Ouest du 28 mars 1984)

  • 20 Cette lettre est reproduite dans le journal Sud-Ouest du 9 avril 1984.
  • 21 Sud-Ouest du lundi 7 mai 1984 ; "Bègles : Bernard Moncla succède à Simone Rossignol".

84Simone Rossignol restera cependant conseillère municipale et communautaire. Ce « retrait » n’en constitue pas moins un événement à la fois pour les Béglais et pour la classe politique girondine. Madame le Maire fait parvenir à chaque habitant de Bègles une lettre dans laquelle elle expose les motifs de son choix20. La passation des pouvoirs a lieu le samedi 5 mai, au cours d’une séance solennelle du conseil municipal qui se déroule dans la Salle Jean Lurçat.21.

  • 22 Son parcours politique le mène au secrétariat fédéral du P.C.F. en 1976. Promu ainsi permanent poli (...)

85Bernard Moncla, ajusteur à la S.N.C.F. de son état22, siège au Conseil municipal depuis 1977. Dans l’équipe élue en 1983, il occupe le poste d’adjoint chargé des affaires économiques.

86Saura-t-il se montrer à la hauteur des tâches qui l’attendent ? Lors de son investiture, il précise dans son allocution quels seront les trois aspects essentiels de son action future : l’emploi, le logement et la formation. Le sport n’est pas annoncé comme une priorité majeure de son programme.

87L’action conduite par la municipalité dans le domaine sportif s’inscrit dans la continuité. Sans doute apparaît-elle moins spectaculaire dans les années 1984-89 que par le passé. Il est vrai que la commune dispose d’une gamme complète d'équipements que bien des villes de pareille importance pourraient probablement lui envier. Cependant, des compléments d’installations et des aménagements viennent encore s’ajouter à l’ensemble.

  • 23 Voir l’article paru dans le journal Sud-Ouest : "Bègles. Association Sportive de Préparation Olympi (...)

88Il convient de mentionner la mise en service de la vaste salle omnisports de l'A.S.P.O.M. (S.N.C.F.) en janvier 1984. Cette association, dont la création remonte à 1907, rassemble une vingtaine de sections sportives et de nombreuses familles de "cheminots" résidant à Bègles appartiennent à ce grand club omnisports23.

89Replaçons les commentaires relatifs à l’équipement dans le cadre de la politique générale. La mise en place de la décentralisation a-t-elle une incidence importante sur la politique communale d’équipement sportif ? Il semble bien que non. Le principe de la dotation globale d’équipement (D.G.E.) a été posé par la Loi du 2 mars 1982 et institué par la loi du 7 janvier 1983. Or, à Bègles, les décisions relatives aux grands équipements sportifs sont antérieures à ce régime. C’est dire également l’importance de l’engagement municipal dans le domaine de l’équipement sportif communal.

  • 24 André Moga expose les données du « problème » à la veille de la saison 1983-84, qui inaugure une no (...)
  • 25 Voir chapitre 2, page 113.

90L’effort municipal en matière d’équipement sportif reste important. La seule ombre au tableau est l’épineuse question de l’éclairage du terrain de Musard, sur lequel évolue l’équipe de rugby du C.A.B.24 Cette demande avait été formulée avec insistance au moment de "l’épisode : C.A.B. ou CA.B.B. ?"... Compte tenu de la tournure prise par les événements, Simone Rossignol n’entendait pas répondre favorablement, ou tout au moins de manière immédiate, à la demande pressante du club25. Bernard Moncla retrouve le fameux dossier sur sa table de travail. Rien ne presse, conclut-il de toute évidence. Il est aisé de comprendre que la municipalité ne tient pas à passer pour le dindon de la farce, en venant trop rapidement en aide à une équipe de dirigeants dont le terrain est localisé à Bègles tandis que le cœur semble battre dans le "Bordeaux" de Chaban !

  • 26 "Bègles. Robert et Josette Boyer. Un cinquantenaire dignement fêté", Sud-Ouest du 25 novembre 1987.

91L’animation sportive béglaise suit son cours, ponctuée de temps forts et de succès. Les clubs omnisports (C.A.B., O.L.B.) enregistrent de bons résultats. L’U.S. Bègles-Verduc, l'A.S.B. assoient leur audience locale. Les fêtes du quartier de la Castagne connaissent leur succès habituel avec un grand prix cycliste toujours très apprécié. En novembre 1987, la section de gymnastique du C.A.B. est en fête. Robert et Josette Boyer sont honorés par les leurs, pour avoir su donner à la gymnastique béglaise toutes ses lettres de noblesse26, après cinquante ans de bons et loyaux services rendus au sport. Il en est de même pour le Grand Prix Cycliste du CAB et de la ville de Bègles qui se déroule traditionnellement le jour de l’Ascension. Cette épreuve se dispute sur un parcours associant plusieurs communes voisines mais le président Mancicidor veille à conserver au "grand prix" sa dimension "d’épreuve très côté” et son image béglaise. Les cross (C.A.B., O.L.B.) et autres semi-marathons accueillent un nombre de plus en plus important de participants et de participantes. Les 25 kms de Bègles et la Foulée Béglaise rassemblent plus de 400 participants en avril 1986. Il s'agit de la deuxième édition de cette épreuve (double) organisée par la section d'athlétisme du C.A.B.. Le vainqueur, Mohamed Ezzher, est un jeune cabiste. Le sport scolaire n’est pas en reste avec le cross des écoles ou les Jeux Scolaires Béglais (350 enfants chaque année, soit l’ensemble des élèves inscrits en CM2), organisés en étroite collaboration avec les services municipaux et l'U.S.E.P. Chaque comité des fêtes et de bienfaisance de quartier organise sa fête annuelle qui inclut divers tournois sportifs. La kermesse des Ecoles laïques rassemble toujours un important public.

92On peut retrouver à Bègles les grandes tendances de l’évolution générale des pratiques sportives. Les « nouvelles pratiques » font une apparition relativement discrète avec le 1er triathlon de la ville, disputé en juillet 1987. Organisé par les sections du C.A.B. (cyclisme et athlétisme) la première édition rassemble 65 concurrents qui enchaînent trois épreuves : 500 mètres de natation, 20 kilomètres à vélo et 5 kilomètres de course à pied. On peut ajouter à cette nouveauté les expériences d’initiation à l’escalade, au golf, au badminton..., restées semble-t-il sans lendemain. Il faut citer l'action d’innovation pédagogique conduite par la F.S.G.T. autour de la découverte des activités de plein air et de pleine nature durant les mois d’été, jusqu’en 1986. Bien qu’ayant obtenu un réel succès, elle n’est pas renouvelée par le maire l’année suivante. Mais nous aurons l’occasion de revenir sur cette attitude de Bernard Monda à l’égard du Collectif d’Animation F.S.G.T. opérant sur Bègles. Retenons ici le conformisme du maire en matière d’animation sportive. Son objectif est de développer directement l’action sportive municipale. Sans doute pense-t-il s’affranchir de la sorte des sollicitations de plus en plus pressantes formulées par les associations sportives. L’option prise par le maire tend à substituer au registre de l’interaction (et de la transaction) la prestation du service municipal. Elle présente, nous semble-t-il un inconvénient majeur. Cette attitude explique en grande partie le manque de visibilité locale de l’action municipale conduite dans ce domaine alors même qu’il s’agit de la mettre en valeur...

Tableau 17 - L'équipement sportif communal : quelques coûts complémentaires (1982 - 1989)

Tableau 17 - L'équipement sportif communal : quelques coûts complémentaires (1982 - 1989)

* La municipalité a entrepris plusieurs démarches auprès du Conseil Général, du Conseil Régional et du F.N.D.S. pour l'obtention de subventions (voir Bègles, supplément octobre-novembre 1986).

93Dans le domaine de l’action sportive locale, un maire qui entend limiter les relations contractuelles avec les clubs court le risque d’affaiblir son image de marque. Le sport est par définition (historique !) un lieu d’échanges et de transactions symboliques, matérielles, culturelles et politiques. Le réduire au domaine de l’animation municipale revient à sous-estimer l’importance de telles composantes socio-historiques.

94Il n’empêche que le C.A.B.B. rugby, fort de ses atouts, entend réaliser ses ambitions. Il bénéficie de l’appui inconditionnel du maire de Bordeaux.

95De toute évidence, la légitimité politique de Bernard Moncla repose sur des bases assez fragiles. Pour autant, à aucun moment, il ne cherche véritablement à mobiliser les ressources potentielles sur lesquelles il pourrait asseoir un consensus quant à la « politique sportive » qu’il entend conduire à Bègles : diverses sections du C.A.B. omni-sports, les associations sportives béglaises, les nouveaux « espaces » d’animation sportive, pour ne prendre que ces trois aspects, reposent sur des leaders d’opinion et/ou des personnalités locales reconnues. Or, en définitive, le maire s’en soucie assez peu.

96Sans doute manque-t-il à Bernard Moncla une véritable "culture locale", au sens que l’anthropologie sociale donne à ce terme. Dès lors, B. Monda ne donne jamais l’impression de manifester un "sens politique" très efficace. Il est originaire de Frontenac, dans l'Entre-deux-Mers. C’est son emploi de cheminot et son engagement politique qui en ont fait un Béglais d’adoption. Privé de cette référence locale, sans laquelle il est difficile de « comprendre » la dynamique sociale de la commune, il gouverne selon le registre de la « légitimité » d’une administration municipale définissant de manière unilatérale les règles du jeu de la vie politique communale. Il tient peu compte des conseils du directeur du service municipal des sports, pourtant bien introduit auprès des différents milieux sportifs de la commune...

97A cet égard, son répertoire d’action est des plus pauvres. Il explique à la fois sa volonté de non-recevoir tant à l’égard du C.A.B. que de la F.S.G.T., alors que les instances directrices des deux groupements sont de sensibilités idéologiques radicalement opposées. Or le sport travailliste (F.S.G.T.) est idéologiquement proche du Parti Communiste. Il ne bénéficie pas pour autant d’un traitement de faveur ; tout au contraire. Paradoxalement, le sport travailliste est logé à la même enseigne que le rugby du C.A.B.

b) Le CA.B.B.G. conduit le jeu en se jouant du maire de Bègles...

98Deux aspects, relativement liés, vont permettre au C.A.B.B. de conforter son avantage vis-à-vis du maire et de la municipalité. Tout d’abord, le club va encore ajouter à son rayonnement une dimension politico-géographique — et des subventions-supplémentaires —. Il devient le CA. Bègles-Bordeaux-Gironde.

  • 27 Rappelons que le Conseil Général est composé de conseillers généraux élus au suffrage universel dan (...)

99A la suite des élections cantonales de 1985, le Conseil Général change de majorité27 avec, à sa tête, Jacques Valade, Sénateur de la Gironde, adjoint au maire de Bordeaux. André Moga saisit l’occasion. Veut-on qu’une grande équipe de rugby renaisse à Bordeaux ? Il faut raisonnablement s’en donner les moyens. Dans la presse locale, on laisse même entendre que le CA. Bègles-Bordeaux pourrait devenir le C.A. Bordeaux-Bègles (Sud-Ouest du 10 février 1986)... Les instances politico-administratives locales (mairie de Bordeaux, C.U.B., Conseil Général) ne comptent que des amis du club et du ballon ovale. A la fin de la saison 1985-86, André Moga peut reprendre officiellement en main les destinées de son club !

100Peu de temps auparavant, alors qu’il n’a pas repris son activité au sein du club, André Moga précise son point de vue sur le C.A.B.-rugby pour les lecteurs du journal Sud-Ouest.

  • 28 « Entretien avec André Moga », propos recueillis par Hervé Mathurin, Sud-Ouest du 30 avril 1985.

"S.O.-Etes-vous toujours, comme on l’entend dire, le « grand manitou » de Bègles ?
AM.- Absolument pas. Je laisse agir Christian Bagate qui a toute ma confiance et mon soutien moral. Pour la question de la fusion avec Bordeaux, j'étais 100 000 fois d’accord. Je voulais ça depuis vingt ans. Cela dit, il est évident que j’ai suivi de près la crise de cet hiver. Je ne pouvais pas assister en spectateur aux difficultés de notre club phare"28.

101En clair, André Moga reste bien le « grand manitou » auquel le journaliste fait allusion. Le jeune Bagate vient d’assurer une présidence intérimaire, selon son tempérament. La première annonce d’un « C.A. Bègles-Bordeaux » avait contribué à mettre la municipalité en porte-àfaux... En outre, celle-ci n’avait pas apprécié le commentaire d’un sondage paru dans Rugby, le magazine officiel de la Fédération Française, daté du mois d’octobre 1984. Il était fait allusion au « mauvais emplacement du stade » et à « l’inadaptation des installations (...) S.O.S. Monsieur Chaban-Delmas ! » (p. 34). L’allusion se passe de commentaire.

  • 29 C.A. Bègles-Bordeaux feuille de liaison du club, 1983. Voir l’article : « Le mot du Président ».

102Pour Bagate, ce sport éminemment « éducatif » qu’est le rugby est aussi une « véritable partie d’échecs à l’échelle humaine »29. Il ne fait pas de doute que la partie en question se joue à la fois sur le terrain de jeu proprement dit et dans les coulisses... D’ailleurs, la récente recomposition de l’échiquier politique local est favorable à un retour du président Moga sur le devant de la scène.

103L’ailier Chaban ne pouvait refuser ce ballon : Jacques Valade et le Conseil général seront de la partie en 1985-86. Résultat : 150 millions de centimes de budget de fonctionnement. Il reste au club à démontrer le bien fondé d’un tel placement. C’est quasiment chose faite. Deux saisons plus tard : le C.A.B.B.G. accède aux demi-finales.

104Le Bureau du Conseil Général attribue une somme de 550 000 francs pour le CA.B.B.G. au titre de l’aide départementale pour le sport de haut niveau. Jean-Jacques Paris, Conseiller général de Bègles et Premier adjoint au maire, juge opportun de rappeler son attitude dans une lettre adressée au club.

"Je me réjouis de cette décision qui, je n’en doute pas, contribuera à porter toujours plus haut les couleurs de votre club et de la ville de Bègles.
Vous connaissez par ailleurs mes propositions pour l’aide au sport de haut niveau et pour la création d’un fonds départemental du sport. C’est dans cet esprit que je me suis fait porteur de votre demande".

105En fait, la subvention octroyée par le Conseil Général isole davantage la municipalité béglaise. Néanmoins, J.-J. Paris est de ceux qui pensent que la mairie doit préserver du mieux possible ses liens avec le C.A.B., malgré les tensions du moment. Un repli municipal lui paraît être une mauvaise solution. C’est un obstacle supplémentaire à la restauration du dialogue !

106La mairie de Bègles n’est pas en mesure d’entrer dans le jeu des surenchères. Côté comité directeur du club, on n’hésite pas à le rappeler dès que s’en présente l’occasion.

"Nous voulions un grand club, cela demande des moyens. Nous ne les avons pas obtenu de la mairie de Bègles. La ville de Bordeaux a apporté 1 million de francs. Sans cela, nous serions en bas de l’échelle".

107(propos de Didier Lafourcade, vice-président de la commission de rugby, cadre en communication et marketing).

108Il n’est même plus question de faire appel à la mairie de Bègles pour financer l’éclairage de Musard. C’est le second point, au sens tactique du terme, marqué par le club au détriment de la municipalité béglaise. La ville, qui octroie 10 millions de centimes pour cette opération, est délibérement oubliée dans les remerciements...

  • 30 "Bègles-Bordeaux : concrétiser l’effet Moga". "André Moga s’est démené comme un diable pour que son (...)

"Grâce à la F.F.R., au Comité de Côte d’Argent, au Conseil général et au Conseil régional, le stade de Musard devrait être équipé dès le mois de novembre pour les nocturnes. Toutes les structures sont en place pour que revive, dans la capitale de l’Aquitaine, une grande équipe de rugby".30

109Le président du Comité de Côte d’Argent s’intéresse autant au haut niveau sportif qu’au plus bas niveau social. Avec le soutien du président du Conseil général de la Gironde, il définit un "programme d’action socioéducative et de prévention par le rugby". L’opération a pu aboutir par l’intermédiaire d’Eric Azzola, Inspecteur de la Direction Départementale de l’Action Sanitaire et Sociale et de Roger Bonnes, Professeur de sociologie à l’I.U.T. 'B' (carrières de l’animation) de l’Université de Bordeaux III et membre du Comité Directeur du C.A.B. Le président Moga et le doyen Valade, Président du Conseil général et Ministre délégué de la recherche et de l’enseignement supérieur, présentent l’affiche de la campagne :

"Où le rugby passe, la drogue et la délinquance s’effacent".

  • 31 Cf. Sud-Ouest du 28 avril 1987, « André Moga en campagne ».

110Rien ne vaut mieux qu’un ballon ovale quand ça ne tourne pas rond dans les esprits... La formule choisie ne manque à l’évidence ni de recherche ni d’enseignement supérieur. Elle rapporte 50 millions de centimes de subventions au Comité de Côte d’Argent, dont 15 vont au seul C.A.B. Le rugby peut être « un exutoire pour tous les jeunes à qui la vie quotidienne ne donne pas toujours ce qu’elle a de mieux »31. La formule va porter ses fruits. Le rapport annuel du Service de Prévention Spécialisée (bilan 1987) rapporte cette expérience.

"Participation aux « journées rugby » organisées par le comité Côte d’Argent où un nombre d’enfants important s’est initié à cette discipline.
Une négociation avec le club de rugby local permettra d’accueillir avec un aménagement au sein de l’école de rugby un groupe de jeunes garçons".
(op. cit., p. 29)

111Certaines associations de prévention sociale et d’action auprès des jeunes défavorisés restent cependant sceptiques sur l’utilisation bénéfique de ces fonds transitant par le Comité de rugby de Côte d'Argent...

112Pour comprendre l’efficacité dont fait preuve le président Moga, il faut sans doute rappeler que Jacques Chirac est alors Premier Ministre depuis mars 1986. Il a nommé Christian Bergelin Secrétaire d’Etat auprès du Premier Ministre, chargé de la Jeunesse et des Sports. Jacques Chaban-Delmas, Jacques Valade et le Président Moga peuvent aisément intercéder auprès du Ministre des Sports pour bénéficier d’une aide du F.N.D.S. de l’ordre de 350 000 francs. Rappelons que le fonds national de développement du sport, mis en place en 1979, apporte au mouvement sportif des ressources extrabudgétaires très variables, constituées à partir des recettes du loto sportif.

  • 32 Voir à ce sujet diverses contributions rassemblées dans les actes du colloque d’Angers : Les politi (...)

113Le C.A.B. est-il redevenu un grand club de rugby ? Sans doute, mais à la façon des clubs de haut niveau qui se distinguent en cette fin de siècle. Le processus d’évolution est d’ailleurs caractéristique32. Le schéma est identique à d’autres cas connus. Un club se découvre ou se redécouvre des ambitions. Pour tenter la grande aventure, il lui faut les structures nécessaires et des hommes convaincus. La réussite sportive se dessine. Les collectivités locales, les sponsors doivent suivre. Le développement du club entraîne un besoin d’installations performantes, nécessite de nouvelles recrues sportives et un encadrement spécialisé. Les collectivités locales sont sollicitées... On leur promet une valorisation de la notoriété communale, une image de marque, grâce à la promotion médiatique des prestations sportives du club-phare.

114Le C.A.B.B.G. conduit le jeu en se jouant de la mairie de Bègles. Il garde l’entière initiative des décisions et des orientations...

115Revenons sur "l'affaire de l'éclairage" du stade de Musard. Le maire se refuse à tout échange sur la question. Il fait simplement publier un bulletin : Bègles, supplément octobre-novembre 1986 sous-titré "Le cri d'alarme de monsieur le maire". Il mentionne le coût de l'éclairage public du stade et rappelle les démarches effectuées auprès des autres partenaires pour réaliser cette opération. La mairie a agi du mieux possible...

  • 33 Pour la présentation sociologique de ces perspectives, voir en particulier page 7,9 et 43.

116Est-il possible de raisonner, d’un point de vue sociologique, en termes d’interactionnisme, de théorie des jeux et de dynamique de réseaux pour éclairer les événements des années 1984-8933 ? Sans doute. Mais compte tenu des définitions que nous avons déjà présentées de l’interaction, de la régulation, des réseaux, et des appareils la situation du moment est à la fois différente et nouvelle.

117Les relations C.A.B. /municipalité relevaient jusqu’en 1983 de l'interaction, avec un réseau relationnel dont l’efficacité préparait le « bon choix décisionnel ». En outre, la coopération des deux partenaires s'appuyait sur une communication sociale non équivoque. Les « crises », plus ou moins chroniques, marquaient simplement un désajustement provisoire dans la règle du jeu collectif. Rapidement, la situation rentrait nécessairement dans les normes de l’échange social, tout en s’accompagnant d’une modernisation du domaine sportif local...

  • 34 Pas complètement toutefois, car il ne faut pas compromettre l’avenir du club omnisports qu’est le C (...)

118Qu’en est-il dans les années 1984-1989 ? Le comité directeur du rugby, grâce au « grand Moga », est en mesure de suspendre l’interaction34, dans la mesure où les choix décisionnels ne relèvent plus du réseau relationnel liant la section rugby à la mairie. Les transactions et les échanges n’ont plus lieu. Le cadre normatif de l’action et les finalités ne renvoient pas directement aux attentes réciproques des deux acteurs. De ce fait, les dimensions caractéristiques de l’action collective sont autres. En se limitant aux rapports : section rugby du C.A.B./municipalité de Bègles, on peut proposer la caractérisation suivante, pour les deux types de situation.

Tableau 18 - Deux types de situation

TYPE 1
Situation jusqu'en 1983

TYPE 2
Situation à partir de 1983

• communication sociale
• coopération des deux partenaires
• logique de réseau
• interaction (communication)

• domination symbolique
• éviction d'un des deux partenaires par l'autre
• logique d'appareil
• hégémonie (domination)

  • 35 Thom, R. Modèles mathématiques de la morphogénèse, Paris : Union générale d’Editions, 1974 (p. 134- (...)

119L’efficacité, jadis imputable au réseau informel (du club), doit être attribuée désormais à un autre type de dispositif dans la mesure où elle repose essentiellement sur la relation nettement formalisée entre André Moga et Jacques Chaban-Delmas. Les deux dispositifs n’opèrent pas sur un même périmètre. D’une part, le second n’inclut plus les instances politiques béglaises, d’autre part, à la fonction intégratrice du réseau (type 1) se substitue une fonction d’annexion et/ou de neutralisation de la mairie de Bègles (type 2). A l’endroit de la municipalité béglaise, le « C.A.B. » opère comme un appareil. La relation privilégiée qui lie le maire de Bordeaux et le Président Moga relève au contraire d’une configuration de réseau. Pour certains théoriciens des systèmes35, ces propriétés renvoient respectivement à deux types de système :

  • les réseaux sont informels dans la mesure où ils ne régulent pas précisément leur frontière. Il peut y avoir une importante redondance morphologique et l’élimination d’une composante est sans effet sur le comportement global du système ;

  • les appareils sont structurés et construits selon une économie morphologique. La suppression d’un seul élément peut compromettre le fondement, voire l’existence du système mais ce dernier tient généralement son efficacité de la stabilité des éléments qui le composent.

  • 36 René Duhourquet, ancien maire de Bègles (de 1959 à 1971), s’éteint en juillet 1983. On a montré com (...)

120Sans tirer ici quelques conclusions — plus — théoriques, soulignons que la section de rugby du C.A.B. — structure sportive à efficacité maximale — est en mesure de négocier directement avec des instances (collectivités territoriales, sponsors...) qui se montrent intéressées à son projet. La municipalité de Bègles est placée hors jeu. Autre temps, autres mœurs...36

121On peut néanmoins se demander si le C.A.B.-rugby ne s’expose pas à des risques majeurs en imposant pareille « règle du jeu », au niveau local. Plusieurs aspects méritent d’être abordés et envisagés sous cet angle.

122La situation instaurée par les dirigeants du rugby à l’égard de la logique contractuelle engagée jusque-là avec la municipalité de Bègles correspond à une forme de retrait. Le cas a fait l’objet d’une définition dans l’introduction. La relation avec la municipalité est quasiment suspendue. Un des « contractants » est en mesure de retirer au maire de la commune son rôle dans le cadre de l’action sportive communale. L’interaction n’est plus de mise. L’appareil dirigeant du C.A.B. s’impose de façon unilatérale. S’il s’agit presque d’une neutralisation symbolique du pouvoir municipal, une telle action peut néanmoins avoir pour conséquence d’affaiblir à moyen terme l’image du club au sein de la commune. Par ailleurs, la municipalité ne cherche pas à renouer le dialogue et la coopération.

123Autour du prétexte rugbystique, ce sont bien deux appareils qui se trouvent face à face : le CA.B.-rugby et la municipalité. La collaboration, mais plus encore la communication, est quasiment nulle. Les dirigeants du club montrent de façon ostensible qu’il peuvent faire désormais l’économie d’une relation de coopération avec le maire. Néanmoins, les responsables de la section de rugby doivent tenir compte de plusieurs éléments pour que la situation favorable qu’ils ont constituée ne leur échappe pas.

124Il s’agit de ne pas porter préjudice au C.A.B. omnisports. Si la subvention municipale octroyée par la mairie de Bègles au club devait être réévaluée, certaines sections pourraient critiquer l’« aventure sportive » dans laquelle s’est lancé le « rugby ».

125Déjà, en réunion du Comité directeur du C.A.B. (30 septembre 1983), M. Delhomme avait posé la question, en estimant que L'information passait mal, au niveau des sociétaires", et il lui paraissait "nécessaire de créer une commission afin d’éviter les commentaires tendancieux". Le fait s’était produit, en particulier au moment où a été décidé "la nouvelle dénomination du rugby C.A.B.B.". Le risque est donc réel.

126Les dirigeants du rugby mettent en avant les avantages que le club dans son ensemble peut tirer de la situation. Le président Jean Martin, en réunion, insiste sur l’avantage que tirent les sections du club de la nouvelle organisation du rugby :

"si le rugby n’accordait pas les 60 000 F habituels et n’abandonnait pas sa part sur la subvention aux autres sections, l’administration du C.A. Béglais ne pourrait fonctionner".

127On ne saurait être plus explicite.

128La relation contractuelle, qui a été étendue à Bordeaux et au conseil général, tient tout simplement aux excellentes relations qu’entretiennent André Moga, Jacques Chaban-Delmas et Jacques Valade. Ce dispositif inter-personnel a un avantage : il permet une relation « économique » et efficace. Il a un inconvénient : il repose uniquement sur des personnes physiques et non obligatoirement sur des modalités institutionnalisées.

129Le C.A.B.-rugby ne s’engage pas, à ce moment-là, sur le plan de l’interaction sociale avec la municipalité. Il serait possible de lui retourner l’aphorisme de René Crabos : « on ne joue pas au rugby contre un adversaire mais avec »... Faute de quoi, le jeu perd de son intérêt et les acteurs eux-mêmes y perdent de leur stature publique. Or l’intérêt du jeu tient en grande partie à la latitude d’action dont peuvent disposer les acteurs en présence. Un coup de force place hors jeu son instigateur. Par ailleurs, la légitimité symbolique du C.A.B.-rugby tient principalement à sa mise en représentation de l’identité béglaise. L’esprit du lieu est façonné aux caractéristiques d’un espace socio-géographique particulier. L’élargissement trop net de cette représentation du côté de la ville de Bordeaux risque de compromettre la légitimité symbolique du C.A.B.-rugby et le processus d’adhésion du public béglais.

  • 37 Le Stade Bordelais U. C. s’apprête à fêter son centenaire durant l’année 1989. Le vieux Lion bordel (...)
  • 38 Les journalistes locaux n’hésitent pas à poser la question à A. Moga. Celui-ci répond avec bonhommi (...)

130De ce point de vue, il faut compter également avec la « glorieuse incertitude du sport » : possibles contre-performances du C.A.B.-rugby en championnat et retour du S.B.U.C.-rugby dans l’élite nationale37. Dans un pareil cas, la ville de Bordeaux ne serait-elle pas confrontée à des choix difficiles ? Le "Radis Béglais" serait-il en mesure de faire valoir sa place contre le "Lion stadiste"38 ?

131Nul doute que le comité directeur rassemblé autour d’André Moga a bien pesé le risque encouru par le C.A.B. Dès lors, quelques mesures paraissent s’imposer pour garantir l’entreprise. Il faudra bien restaurer l’interaction sociale et rétablir une relation « contractuelle » avec l’autorité municipale. En outre, le C.A.B. omnisports se trouvera en meilleure situation pour faire valoir ses demandes auprès de la municipalité béglaise et pour la solliciter comme il l'a fait jusque là. La légitimation symbolique construite autour de l’attachement à la localité s’en trouvera renforcée et magnifiée pour peu que les succès de l’équipe fanion de rugby se confirment. La possibilité d’un recours à la manne publique, au delà de la seule commune de Bègles, grâce à la ville de Bordeaux et au Conseil général, est souhaitable, à condition qu’elle revête un caractère plus "institutionnalisé"...

132Ainsi, point par point, les risques majeurs que peut craindre le C.A.B.-rugby se trouveraient dissipés. Mais le maire de Bègles du moment : Bernard Monda, fait-il vraiment l’affaire (du club !) ? Il semble bien que non. Son refus de coopérer avec les responsables du C.A.B.-rugby est manifeste. Ceux-ci vont seulement conserver le contact avec la municipalité par l’intermédiaire du directeur des Sports et de la Jeunesse. Les dirigeants du club ne comprennent pas, ou feignent de ne pas comprendre, l’attitude de Bernard Moncla à l’égard du rugby, sans toutefois le critiquer directement dans son rôle de premier magistrat de la ville.

133Pour autant, le jeune maire de Bègles va-t-il essayer de s’assurer par ailleurs les appuis dans le domaine des activités sportives organisées ? Pas du tout. Et son adjoint aux sports n’est pas mieux inspiré. Cette stratégie lui permettrait pourtant de tenter de replacer le débat sportif dans son périmètre communal.

c) L’action de la F.S.G.T. : de la mobilisation à la désillusion

  • 39 En Gironde, le sport travailliste rassemble en 1985 plus de deux mille adhérents répartis en 62 clu (...)

134Le collectif d’animation de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail s’est imposé avec son projet de promotion d’un « sport populaire »39 dès l’été 1983. Ses activités bénéficient alors du soutien de Simone Rossignol. Nous avons déjà abordé la place tenue par l'"'associatif" F.S.G.T. du Comité de Gironde. Il va intensifier son action au sein de la commune béglaise durant les années suivantes. Une rencontre est proposée au Centre Jean Lurçat, le jeudi soir 17 octobre 1985. L’objectif est triple : il s’agit d’abord de définir un prolongement logique à toutes les activités organisées pendant l’été précédent, en divers lieux « prioritaires » (grands ensembles). Le Comité F.S.G.T. entend également mettre en place un « Centre Recherche-Action-Formation » pour les bénévoles qui animent par les activités physiques et sportives. Enfin, les responsables de la F.S.G.T. souhaitent que le maire de Bègles marque mieux son soutien à la Fédération sportive travailliste. Jusque là, il s’est montré bien moins coopératif que Simone Rossignol.

  • 40 En 1983, J.P. Callède est associé aux actions nationales de formation des inspecteurs du Ministère (...)
  • 41 Se reporter au dossier Bilan de l'animation Vacances 86 Bègles, Collectif F.S.G.T. Béglais. Comité (...)
  • 42 Voir en particulier l’ouvrage de René Moustard, Le sport populaire, Paris : Editions sociales, 1983

135En fait, la F.S.G.T. connaît sa plus grande activité durant la période estivale : « animation-vacances » 1984, 1985, 1986... Son dispositif s’articule en partie avec les initiatives municipales d’animation sportive (Sports-Vacances-Action Jeunes) ou encore, le cas échéant, avec le programme d’« animation éclatée » conduit par le Service de prévention spécialisée de Bègles. Le Collectif Béglais F.S.G.T. a déposé officiellement ses statuts durant le premier trimestre 1986. En 1985-86, un sociologue du C.N.R.S., Jean-Paul Callède40 participe à l’évaluation — sociologique — des actions conduites auprès des jeunes : mise en relation du milieu social et du niveau d’aspiration des jeunes dans les activités physiques et sportives ; formulation de projets dans le domaine du loisir et impact de leur réalisation sur les itinéraires de socialisation des jeunes. Un bilan intermédiaire, effectué le 18 juillet 1986, fournit une illustration mesurée de l’impact de cette action sportive. 169 jeunes sont régulièrement inscrits. Ils sont principalement domiciliés dans les cités H.L.M. de la commune (Haut Verduc, Yves Farges, Monmousseau...) et plus de la moitié de l’effectif est constituée de jeunes Maghrébins. Les familles nombreuses se retrouvent principalement dans ce milieu socio-culturel. On peut estimer à 250 le nombre de jeunes Béglais qui participent aux animations de la première quinzaine du mois de juillet 198641. C’est un succès non négligeable si l’on tient compte que ces groupes de jeunes ne fréquentent habituellement aucune structure d’animation locale. Cette promotion sociale d’un "sport populaire", au sens que lui donne la fédération42, est véritablement originale. Les activités nautiques tiennent à Bègles une place majeure, grâce à l’animation sportive du plan d’eau de la plaine des sports.

136Toutefois, les responsables du collectif F.S.G.T. regrettent le peu de moyens mis à leur disposition.

"Le Comité de Gironde qui n’a perçu au titre du FNDS 86 que 10 000 F pour l’ensemble de ces activités ne peut supporter les frais d’animation”.
(document cité, p. 14)

137Par ailleurs, il lui manque un local destiné à remiser le matériel utilisé pour l’animation des activités nautiques.

"Ceci révèle l’indispensable aménagement d’une structure polyvalente à proximité du lac de la Plaine des Sports de la ville de Bègles".
(Ibid., p. 15)

138Evidemment, la F.S.G.T. pense que la municipalité est susceptible de financer la construction d’un bâtiment de ce type pour le mettre ensuite à disposition des associations utilisatrices et du collectif travailliste béglais. Le responsable de l’animation vacances 86, Yves Baloup, considère que la mise en valeur du plan d’eau de la plaine des sports est "un véritable enjeu social" : pour la popularisation des sports nautiques d’abord (canoé-kayak, planche à voile, voile...) à proximité de la cité Gaston-Monmousseau, pour le développement des activités du comité de Gironde F.S.G.T. également. Son objectif est d’instaurer une relation contractuelle « classique » avec la municipalité, et de concrétiser ceci en lançant l’idée d’un local affecté à l’animation nautique.

"Cette structure conçue pour accueillir en formation, pour remiser et confectionner du matériel et pour gérer un lieu de rencontre populaire nous paraît constituer le pas en avant pour rendre le sport populaire par la démarche autogestionnaire".
(Ibid.)

139Une longue lettre adressée au maire par le conseiller en formation (comité F.S.G.T.) expédiée le 14 mai 1986 reste sans écho. Elle se propose de « négocier les meilleures conditions possibles de coopération entre la ville de Bègles et la Fédération ». En vain, semble-t-il.

140Rappelons le montant exact du coût de l’opération. Au début du mois de juillet, 5 000 F sont affectés à l’opération béglaise ; il s’agit d’une avance faite par le Comité sur les subventions attribuées au titre du programme Loisirs Quotidiens des Jeunes parle D.D.J.S.L. Ce type d’initiative s’inscrit dans l’esprit du « Programme local de développement social ». Le ministère de la Jeunesse et des Sports intervient dans diverses opérations en subventionnant des animations sportives.

141Devant l’absence de réponse du maire, et compte tenu des frais engagés, le responsable du projet vacances informe officiellement le maire de Bègles de sa décision, par lettre ouverte :

"Monsieur le Maire, dans ces conditions, j’ai le regret de vous informer qu’à compter du 18 juillet au matin, la F.S.G.T. n’assumera plus la responsabilié des activités nautiques sur le plan d’eau de la plaine des sports". (Lettre du 18 juillet)

142Le maire accuse réception de l’information dans sa réponse datée du 24 juillet suivant, tout en regrettant que la fédération sportive travailliste soit ainsi contrainte de renoncer à son action d’animation.

"(...) car votre activité était un complément très intéressant à tout ce que la ville organise l’été pour les jeunes".

143Bernard Moncla prend soin d’ajouter que les "difficultés financières" rencontrées par la fédération sont des plus caractéristiques :

"elles sont le signe d’un désengagement d’un certain nombre d’organismes à caractère social alors que les transferts de charge sont de plus en plus importants vers le budget des communes".

144En d’autres termes, le maire impute les difficultés auxquelles se heurte la F.S.G.T. à la mauvaise politique sportive conduite par le Secrétariat d’Etat chargé de la Jeunesse et des Sports avec, placé à sa tête, Christian Bergelin.

  • 43 Par exemple : "Bègles. Une jeunesse pour la vie", Sud-Ouest du 28 août 1986. La F.S.G.T., est menti (...)

145En clair, il rejette toute responsabilité dans le retrait auquel est contrainte la F.S.G.T. Auparavant, il a pris soin de relativiser, de son point de vue, l’importance des animations conduites par la fédération : « un complément très intéressant »... Quelques articles non signés paraissent les jours suivants dans la rubrique locale du journal Sud-Ouest. Ils mettent l’accent sur le rôle central joué par la municipalité avec son programme Action jeunes Eté 198643.

146La réticence du maire à l’égard de la stratégie de développement déployée par la fédération travailliste s’est transformée en refus d’accorder un soutien majeur à la F.S.G.T. Désabusé, le collectif d’animation travailliste plie bagage...

  • 44 Il fait en sorte que la « municipalité » ne soit pas directement représentée dans les réunions que (...)

147Bernard Monda rompt avec l’attitude de Simone Rossignol à l’égard du Comité girondin de la F.S.G.T. Sans doute tient-il à préserver le statut « municipal et public » du plan d’eau de la plaine des sports. Est-il pour autant fin politique en supprimant tout dialogue avec une association déjà bien implantée sur la commune ? A l’évidence, non44 ! La relation contractuelle est délibérément refusée par le maire de Bègles, qui met plutôt en avant la compétence du service municipal des sports.

  • 45 Les responsables du C.A.B. ont cependant la possibilité de mener à terme l’amélioration du stade sa (...)

148Simone Rossignol avait toujours privilégié et préservé les relations de coopération avec les associations locales. Au contraire, Bernard Monda se réfère à une conception de l’action sportive strictement "municipale". De fait, cette ligne de conduite produit des situations logiquement inattendues. Les responsables F.S.G.T. appartiennent à une sensibilité semblable, communiste et/ou cégétiste. Pourtant, leur projet de mise en valeur du lac de Bègles reçoit la même réponse négative que le projet de l’éclairage formulé par les dirigeants du C.A.B. pour le terrain d’honneur de Musard45. Sans discernement politique, est-on tenté d’ajouter. Le jeu politique du maire dénote un réel manque d’envergure, tout au moins dans le domaine de l’action sportive.

149Par l’attitude du maire, la « municipalité » opère comme un appareil, sans grande ouverture sur la vie sportive associative. En voulant faire preuve de fermeté dans les décisions prises, "dans l’intérêt de la municipalité", le maire contribue à son propre isolement. Ignorant tout des modalités stratégiques qui prévalent dans l’organisation sportive du moment, il appauvrit potentiellement son répertoire d’action dans ce secteur. L’autoritarisme est la ressource des acteurs sans ressources, en l’occurrence peu enclins à prendre des engagements exploitables, le cas échéant, dans une logique politique de mobilisation des alliances et des ressources. Dans le contexte sportif, son action s’inscrit de façon unilatérale dans une structure d'appareil. Il refuse toute forme de concertation et/ou de collaboration dans le cadre d’un réseau relationnel formalisé.

150Il s’agit là d’un cas de retrait caractéristique, tel que nous l’avons défini dans l’introduction. Un acteur, en l’occurrence le maire, fait en sorte de supprimer à un tiers contractant l’accès au registre de l’interaction. Il refuse d’envisager une relation de type contractuel. En agissant de la sorte, l’intéressé entend contrôler à sa guise la situation. Son attitude relève peut-être d’une vue à très court terme.

151Bernard Moncla met en œuvre une conception — communiste — du « centralisme démocratique » qui paraît désuette, compte tenu de l’évolution prise à cette époque par l’animation sportive locale. Ou plus exactement, alors que son discours concernant la démocratisation des activités physiques et sportives est de même construction que les réflexions engagées par la F.S.G.T., sa pratique s’en différencie radicalement. L’"autogestion associative" se mue dans les fait en "autoritarisme municipal".

152L’échéance des élections municipales de 1989 fournit l’occasion de vérifier qu’un "homme d’appareil" court le risque de se situer hors du « jeu social », et tout particulièrement lorsqu’il s’agit du domaine de l’action sportive locale.

3) L’action sportive locale : derniers développements...

153Ces derniers développements relatifs à l’action sportive béglaise prennent en compte les deux dernières années du mandat de Bernard Moncla : 1987, 1988 et le premier trimestre 1989, marqué par les nouvelles élections municipales.

a) Elargissement et segmentation des formes de la pratique sportive

154Deux constats s’imposent : l’élargissement qui s’est opéré à partir de la compétition du club et de l’essor des loisirs sportifs. Cet élargissement s’accompagne d’une segmentation — institutionnelle — des formes de la pratique. A cet égard, on peut parler de modèles relativement bien individualisés.

155Le domaine sportif béglais connaît une diversité sans précédent. Au travers des tendances identifiées, il s’agit bien d’une intégration de plus en plus nette des activités physiques et sportives, de plein air et de pleine nature dans la vie sociale, individuelle ou collective, par l'exploitation systématique de toutes les possibilités logiques, du sport de haut niveau aux formules d’animation loisirs et « sports pour tous », des activités "classiques" aux "nouvelles pratiques", des activités de salle aux sports de pleine nature, etc. La médiatisation du sport n'est pas étrangère à cet essor.

156Le sport de haut niveau est essentiellement représenté par le C.A.B. rugby (C.A. -Bègles-Bordeaux, à partir de 1983) et par le C.A.B. gymnastique. On peut y ajouter l'athlétisme avec la victoire magistrale du jeune sociétaire du CA.B., Mohamed Ezzher, au Cross du Figaro en décembre 1988. Le rugby avait besoin d’une cure de rajeunissement et d’un budget conséquent. Depuis le titre de champion de France acquis en 1969, le club s’était enfoncé dans les profondeurs du classement... André Moga reprend le destin du club entre ses mains. La situation lui paraît propice. Il faut au grand Bordeaux une grande équipe. Et l’opération est en passe de réussir. En 1985, le budget officiel de l’équipe de rugby est de 150 millions de centimes. L’année suivante, il est de l’ordre de 180 millions... Sans compter avec le soutien discret mais conséquent des sponsors du club !

157Yves Appriou, professeur d’E.P.S., prend en charge l’équipe fanion. Π a joué deuxième ligne en équipe première du C.A.B. de 1969 à 1974, tout en pratiquant l’athlétisme sous les couleurs du B.E.C. Il a effectué ensuite plusieurs saisons à Salles, un club de la lande girondine, avant de retrouver le maillot au damier, en qualité d’entraîneur. En 1988, il intègre l’U.F.R.S.T.A.P.S. de l'Université de Bordeaux II, comme professeur d’E.P.S. (athlétisme). Jusque-là, les dirigeants du C.A.B. n’avaient jamais voulu entendre parler d’un "prof de gym" entraîneur ! Les temps ont changé. Le rugby de haut niveau aussi.

158La commune de Bègles n’est plus à l’exacte mesure du club de rugby. D’abord parce que la mairie n’a pas — eu — les moyens de suivre dans cette formidable surenchère de subventions, ensuite parce que l’équipe rayonne, semble-t-il, sur un plus vaste territoire.

159Le public du rugby redécouvre le chemin de Musard. La presse locale détaille les prouesses de l’équipe du C.A.B.

"Le rugby de banlieue, naguère moribond, n’est pas mort. Bègles en a apporté la démonstration, hier au soir, sur son terrain devant cinq mille spectateurs venus du centre-ville mais également des villages de Gironde et de bien au delà"

  • 46 J.-F. Mézergues, « La banlieue n’a pas à rougir », Sud-Ouest-Dimanche du 10 avril 1988.

160note un journaliste sportif à propos du Bègles-Bordeaux/Dax du 9 avril 198846. La rencontre fait 305 000 F de recette.

161Le C.A.B.B. aligne son premier joueur sud-africain durant la saison 1983-84. Il évoluait l’année précédente au sein des Wanderers de Johannesbourg. (Cf. Sud-Ouest du 25 avril 1984). Le club béglais se met au goût du jour dans sa recherche d’une équipe de très haut niveau. Cette décision est fermement critiquée par le mouvement anti-raciste du M.R.A.P. qui considère que "le C.A.B.B. se déshonore !", selon la formule utilisée dans un tract distribué dans la commune de Bègles.

162Notons que l’autre représentant de l’ovalie, Bègles XIII, s’ouvre également aux joueurs étrangers en s’assurant pour la saison 1988-89 les bons services de deux Australiens qui opéraient jusque-là à Sydney, en troisième division.

163La section de gymnastique du C.A.B. tient également le haut du tableau des honneurs sportifs, puisqu’elle est classée parmi les dix meilleurs clubs français. Plusieurs de ses athlètes, garçons ou filles, participent régulièrement aux finales du championnat de France. On se rappelle que la municipalité de Bègles accorde sa plus grande estime à cette section sportive rassemblant 21 équipes.

164En mai 1987, des pourparlers sont sur le point d’aboutir entre les responsables de l'A.S.P.O.M. et du C.A.B. pour la constitution d’une grande section de hand-ball. Finies les "luttes fratricides" entre les deux clubs, symboliquement inscrits dans les quartiers du Dorat et de Duhourquet. La fédération nationale préconise le regroupement des clubs ayant « une ambition sportive ».

"Ce regroupement engendrera des structures nouvelles, rassemblant environ 400 membres, pour 25 à 30 équipes engagées dans les différents championnats. L’appellation devrait être « Entente ASPOM-CA Bègles hand-ball ». Des statuts devraient garantir la possibilité d’adhérer dans nos clubs respectifs".

165C’est en ces termes que le Président Maurice Descourtis envisage un regroupement des deux sections de hand-ball, en mai 1987, pour accéder au haut niveau du championnat. Qelques mois plus tard, la formule a déjà fait ses preuves. Le nouveau club enchaîne les bons résultats.

166Le cross international du C.A.B. (section athlétisme) et de la ville de Bègles est devenu un événement médiatique important. Le Président Guy Sombrun est le grand organisateur de cette manifestation. Dans un esprit comparable, il lance deux autres formules en 1985 : les 25 kilomètres de Bègles et la Foulée béglaise (400 participants pour les deux épreuves en avril 1986).

167- L’éducation physique et sportive des enfants est prise en charge par la municipalité avec le concours des établissements scolaires et de l'U.S.E.P. Chaque année, 350 enfants (des cours moyens 2ème année) participent aux Jeux scolaires Béglais dans les activités de leur choix. L’apprentissage de la natation assuré dans le cadre de l' école municipale de natation relève de ce domaine.

168Les classes de découverte (Saint-Lary, Hautes Pyrénées) permettent d’offrir à tous les enfants de CM 2 un séjour d’une vingtaine de jours à la montagne. En 1987, la municipalité a investi dans cette opération la somme de 839 000 F. La somme est importante. Ce chiffre illustre à lui seul « la conception du service rendu à la population qu’entend préserver la municipalité», peut-on lire dans le bulletin municipal (mars 1987).

  • 47 Sud-Ouest du 28 mai 1988, « Une approche différente des activités sportives ».

169De même, quelques opérations ponctuelles sont proposées autour des "nouvelles pratiques". Citons par exemple les cycles d’éducation physique mis en place grâce à un travail associant l’Education Nationale, la mairie de Bègles et l'U.S.E.P. : escalade, mikado géant, badminton, golf, crosse québécoise, etc.47

170A ces actions, s’ajoutent évidemment toutes les « écoles de sports » animées dans le cadre des clubs omnisports de la commune.

171- le modèle de l’entretien physique et corporel prend désormais une place importante. La Gymnastique Volontaire comprend quatre groupes dont un s’intéressant plus particulièrement au troisième âge. L'Amicale et Patronage des Ecoles Laïques anime deux ateliers. La section qui se réunit au gymnase Langevin rassemble plus de 200 adhérentes. Une "école de gymnastique" est ouverte aux enfants âgés de six à neuf ans. Si l’on en croit l’information diffusée sur la commune, elle fait appel aux "qualités psychiques, coordinatrices et esthétiques". Le "maintien corporel adultes" constitue l’autre activité proposée par l’Amicale.

"Sa méthode originale, qui se veut adaptée aux possibilités de chacun, emprunte à la fois au stretching, au yoga, à la musculation et beaucoup à la décontraction".

172De même, l’activité « musculation » qui prend place au sein de la M.J.C. Yves Farge peut être classée dans ce groupe — ou modèle — d’entretien physique et corporel.

  • Les activités de plein air et de pleine nature tendent à se développer. Deux espaces de verdure permettent de s’adonner aux activités de nature. Le lac de la plaine des sports et ses abords accueillent un public de plus en plus nombreux. Durant la bonne saison, la planche à voile, la voile et le canoé-kayak intéressent les jeunes des établissements scolaires ou ceux inscrits dans les programmes d’animation de vacances (collectif F.S.G.T. jusqu’en juillet 1986, service municipal des sports...).Les pratiques "libres" ayant pour cadre le Parc de Mussonville constituent une autre forme d’activité de plein air : jogging, promenade, oxygénation. Les adultes, les familles fréquentent le parc, chaque année plus nombreux.

  • La prévention sociale par l’animation des quartiers se traduit par la structuration d’un autre modèle. Plusieurs associations ou collectifs interassociatifs visent à une socialisation du cadre de vie par les activités physiques et sportives. La municipalité elle-même prend directement en charge des actions d’animation qui relèvent de ce secteur. Il s’agit d’assurer une meilleure intégration sociale des groupes. On parlera ici d’une volonté politique de réduction des inégalités socio-géographiques et d’une recherche en faveur d’une meilleure équité socio-économique et culturelle. Une part importante de la population béglaise s’inscrit dans le "système" sportif grâce à ce niveau de structuration des pratiques. Nous ne reviendrons pas sur les actions déjà évoquées : collectif béglais F.S.G.T., groupes de jeunes des opérations Sport-Vacances, Action Jeunes, formule « sport pour tous » animée dans le cadre du C.A.B., pratiques sportives et de plein air organisées par les équipements socio-culturels, etc.

  • 48 Service de Prévention Spécialisée de Bègles : Bilan 1988, document dactylogr., cf. p. 16. A côté de (...)

173Présentons simplement à titre d’illustration les activités "jeunes" proposées dans le cadre du Service de Prévention Spécialisée. Chaque année, 120 jeunes environ sont pris en compte48.

Tableau 19 - Les activités "jeunes" du service de prévention spécialisée

activités (en journées de participation)

4-12 ans

12-16 ans

16-18 ans

18-25 ans

ski
camps d'été journées
(plages, équitation, patinoire...)

52
124
211

129
193
124

53
105
47

17

174Les A.P.S. sont considérées par les responsables comme "des outils pédagogiques et éducatifs". Il s’agit "d’enrayer le processus de dévalorisation statutaire" que subissent ces jeunes "en situation d’échec"... Les nouvelles pratiques comme l’escalade, le base-ball, les sports de glisse connaissent un vif succès. Il est difficile de donner une évaluation quantifiée de tous ces publics de pratiquants sportifs qui se situent à la marge des cadres d’organisation plus classiques. Avançons cependant une estimation de l’ordre de 400 jeunes, garçons et filles, qui s’impliquent annuellement dans ces foyers d’animation.

175Dans le cadre des opérations Prévention-Eté, un regroupement d’associations locales : Bègles 1000 couleurs a pour objectif de "lutter contre le racisme et de mettre en valeur les différentes cultures”. En 1988, le "collectif" bénéfice d’une subvention émanant du Conseil national de prévention de la délinquance, du ministère des affaires sociales et de l’emploi, du ministère de la jeunesse et des sports, du conseil général et de la municipalité (Sud-Ouest du 17 août 1988). Cette action socio-éducative intègre les activités sportives.

176En résumé, la pratique sportive se traduit par une augmentation — probablement régulière — des « populations » sportives, identifiables à partir des variables habituelles : catégorie socio-professionnelle, situation scolaire et milieu social d'origine (pour les jeunes), classe d’âge, sexe, domiciliation... La segmentation des modèles de pratique favorise incontestablement une démocratisation des A.P.S., ce qui ne signifie pas pour autant qu’on assiste à une égalisation sociale des cultures corporelles. Sans doute conviendrait-il d'étudier par ailleurs comment les modèles institutionnalisés (civils, corpos, scolaires, socio-culturels...) se situent par rapport aux diverses modalités de pratique. Des différences significatives se dessinent, recoupant, au niveau des publics intéressés, des lignes de différenciation sociale.

b) Les caractéristiques de l'organisation sportive locale

177Un bilan détaillé permet d’apprécier le développement spectaculaire de l’organisation du sport à Bègles. Plusieurs aspects doivent être envisagés.

- L'équipement sportif communal

178Au début de l’année 1989, l’inventaire des installations sportives de la commune montre la répartition suivante :

  • Piscine municipale (un bassin d’été ; un bassin couvert) (natation, initiation)

  • Ensemble sportif Serge Duhourquet (stade, piste d’athlétisme et grande salle des sports) (athlétisme, football, hand-ball, musculation, tennis)

  • Stade Delphin Loche (rugby, tennis)

  • Ensemble sportif Langevin (basket-ball, danse, tennis de table, gymnastique d’entretien)

  • Gymnase spécialisé Joliot-Curie (gymnastique sportive)

  • Installations sportives du Dorat (salle polyvalente, hand-ball, tennis, basket-ball, volley-ball).

  • Stade Bergonié (football, tennis...)

  • Stade Denis Mallet (jeu à XIII, football...)

  • Salle Augustin Durou (wa-jutsu, gymnastique d’entretien)

  • Salle Gambetta (gymnastique volontaire, tennis de table)

  • Plaine des sports et de loisirs, avec plan d’eau (football, rugby, jogging, tennis, activités nautiques, pêche...)

  • Parc municipal de Mussonville (jogging, parcours naturel, promenade).

179L’ensemble des installations sportives de la commune de Bègles est devenu important. Il présente une gamme d’équipements relativement complète et cohérente. L’affectation concernant la desserte de proximité ou de grand rayon est bien intégrée dans le territoire de la commune et par rapport à la répartition démographique de la ville. Tous ces équipements ont été réaménagés ou créés par la municipalité béglaise, entre 1964 et 1989. C’est dire l’effort consenti par la ville de Bègles, couvrant une période de vingt-cinq ans, pour doter la commune d’un équipement sportif adapté et cohérent.

Tableau 20 - Les clubs et les associations sportives dans la commune (1988)

clubs, associations et groupements sportifs

Nbre

désignation

associations et clubs sportifs omnisports civils

6

CAB, ASPOM, OLB, USBV, Collectif F.S.G.T, Bègles XIII.

associations et clubs sportifs corpos

9

ASPOM, Municipaux, Chantiers modernes, GEFCO, ESSO, Brink sud, F.S.G.T., PTT, Mammouth.

associations diverses (avec activités sportives)

8

Ball-trap Birambits, Basco-Landais, amicale laïque, Union des femmes françaises, G.V. (3 groupes), Sauveleurs en mer.

associations et structures socio culturelles

2

Club des cheveux blancs, MJC.

école municipale de natation

1

Idem

"clubs" de pétanque (et pétanque des comités de quartiers)

8

(Comités de quartiers)

autres associations...

2

Le Messager Béglais (colombophilie), association des Chasseurs de Bègles.

180Sur le territoire communal, 35 associations s’intéressent — entièrement ou pour partie — aux activités physiques et sportives. Ce n’est pas rien. Quelle est plus précisément la place des associations sportives au sein du mouvement associatif ? Un recensement établi en décembre 1988 montre l’importance de la vie associative sur la commune.

Tableau 21 - La vie associative à Bègles (1988)

Domaines

Nombre

%

sport et loisirs sportifs

30

15,46

enfance et jeunesse

19

9,79

culture et loisirs

28

14,43

comités de quartier, bienfaisance

11

5,67

logement

15

7,73

UFAC et anciens combattants

16

8,24

sections de parents d’élèves

8

4,12

troisième âge

3

1,54

associations profess. Et syndicales

23

11,85

autres domaines

41

21,13

TOTAL

194

100

181Ce tableau récapitulatif donne une idée précise de la répartition des associations selon leur domaine d’action. Le Sport et les loisirs sportifs viennent en tête (avec 30 associations, soit près de 15 %), suivis par la culture et les loisirs culturels. On note également l’importance des associations visant à entretenir des liens de solidarité sociale : comités de quartiers, anciens combattants, troisième âge.

  • 49 Pour une analyse d’ensemble du fait associatif, se reporter aux articles suivants : François Héran, (...)

182Certaines associations sont quelquefois décomptées sur la base de leurs diverses sections. De ce fait, le poids réel des associations sportives — en nombre et en adhérents — est sûrement plus important que ne le montre le tableau présenté. Plusieurs associations socio-culturelles animent des activités physiques et sportives. Si le « monde associatif » béglais n’est pas étudié dans la présente recherche, il ne s’agit pas d’ignorer pour autant son importance dans la vie locale49.

183L'animation culturelle prend régulièrement pour thème le sport local, son histoire et la diversité de ses expressions locales. L'exposition "Regard sur un siècle de sport à Bègles" est inaugurée en octobre 1987 dans les locaux du Conservatoire de l'outil et de la mémoire populaire. C'est l'occasion de rassembler "la grande famille du sport" et de montrer ce que l’identité de la ville doit à cette réalité qu'est le sport :

"cette partie importante de notre patrimoine, tant il est vrai qu'on ne peut pas dissocier sport et vie sociale",

184selon les mots du maire (Sud-Ouest du 29 octobre 1987, "Si cent ans de sport m'étaient contés"). Les associations sportives contribuent activement à la vie de la cité.

- La place du Service municipal des Sports et le rôle de l'Office municipal des Sports

185Ces deux instances jouent chacune un rôle important au sein de la commune, respectivement de gestion et de concertation sportive. Nous avons été amenés à analyser des types de rapports assez caractéristiques entre la municipalité et quelques clubs implantés au sein de la commune. Ils font apparaître selon les circonstances des lignes de collaboration, de tension ou même d’opposition entre acteurs politiques et dirigeants sportifs.

  • 50 L’individualisation d’un service municipal des sports est le signe d’un développement du domaine de (...)

186Il convient cependant de relativiser quelque peu ces épisodes en traitant d’abord du rôle du service municipal des sports, animé par un directeur assisté de quelques techniciens et animateurs. Officiellement structuré en 196750, le service rassemble vingt ans plus tard 29 agents. Π est dirigé par Michel Dané. Béglais d’origine, M. Dané est entré à la mairie en septembre 1967, en qualité d’animateur socio-culturel. Il participe au développement de l’action municipale dans les domaines du sport, de la culture et de la jeunesse. Il produit également plusieurs travaux de recherche dans le cadre de l'U.E.R.E.P.S. de l’Université de Bordeaux II. En outre, M. Dané est impliqué dans les programmes "Sport pour Tous" conduits par la Direction Régionale Jeunesse et Sports (formation au brevet d’Etat).

187Le service des sports est un lieu privilégié de communication, d’inter-relations, de définition de projets communs associant la municipalité et tel ou tel groupement sportif. On avancera deux hypothèses qui éclairent le contexte Béglais. Elles ont probablement une portée plus générale.

  • l’activité du service des sports tend à une "dépolitisation" de l’action sportive municipale conduite dans le cadre communal ;

  • l’activité du service des sports montre une "rationalisation" croissante de l’action conduite en faveur du développement des APS : un effort constant pour adapter les moyens aux buts.

188La qualité des relations que le service des sports entretient avec les usagers (réels et/ou potentiels) explique pour une large part le double processus (de « dépolitisation » et de « rationalisation ») évoqué ci-dessus. Le service des sports applique la politique sportive définie par le maire et ses conseillers municipaux. Pour autant, il n’adhère pas toujours aux options prises par le maire (et/ou son adjoint aux sports) ; de même, il lui faut « dépassionner » les débats en les rapportant aux possibilités concrètes de mise en application sur les terrains de la pratique sportive. La complexité et la technicité des « dossiers » sportifs locaux font que les élus et le directeur des sports agissent — évidemment — dans la plus grande confiance réciproque. Le service des sports a pour tâche d’être à l’écoute des demandes formulées par les différents groupes qui constituent la population sportive locale. Il suscite la mise en place d’actions diverses permettant d’élargir la pratique sportive en l’ouvrant à de nouveaux publics. Il tient compte de la diversité des modèles de pratique tout en contribuant à leur individualisation institutionnelle : haute compétition, compétition de masse, loisirs sportifs et de pleine nature... Chacun d’eux est susceptible d’être retraduit en termes de valorisation du territoire communal et d’expression positive d’une politique municipale. La dimension économique du sport est aujourd’hui une préoccupation majeure : constructions, rénovation ou entretien d’un patrimoine d’équipement sportif ; subventions municipales aux clubs et autres associations, options prises par rapport au sport de haut niveau, gestion directe de l’animation sportive communale, etc.

189Ajoutons que l’adjoint aux sports et à la jeunesse est également responsable de la Commission Municipale des Sports, mise en place depuis 1959. Cette commission étudie les dossiers sportifs relatifs à la commune afin que le conseil municipal puisse tenir compte de cet avis dans les décisions qu’il est amené à prendre.

190C’est dans un souci d’équité sociale en matière de sport qu’a été fondé l'Office Municipal des Sports. Cette instance correspond à une formule connue. Robert Boyer est élu président de l'O.M.S. le 15 janvier 1986.

"C’est un trait d’union idéal entre les clubs sportifs et la Municipalité",

  • 51 Office Municipal des Sports de Bègles, no 1, 1986-1987, cit. p. 1.
  • 52 Pour un rappel historique de la mise en place des Offices Municipaux des Sports, se reporter à l’ét (...)

191précise-t-il dans le journal de l'O.M.S.51. Pourtant cette structure associative ne paraît pas d’une grande efficacité. Le procès-verbal de la réunion du Comité directeur du 11 juin 1987 détaille ce constat. L’habitude des associations est de s’adresser directement à la mairie. C’est seulement dans la mesure où elles n’obtiennent pas gain de cause qu’elles sollicitent l'O.M.S. Par ailleurs, le président souligne que les dirigeants bénévoles des clubs sont déjà très occupés par la gestion de leur propre association. Il leur est difficile de s’investir efficacement dans le fonctionnement de l’office52.

192Le constat peut être analysé en fonction de la distinction établie entre réseau(x) et appareil(s). Les dirigeants sportifs s’emploient prioritairement à faire aboutir leur demande par le canal assez peu formalisé des relations interpersonnelles. Lorsque ces liens d’interconnaissance (ou segment de réseau) s’avèrent inefficaces, ils utilisent l’itinéraire codifié, soumis à l’attention publique, d’un recours transitant par l'O.M.S. (ou appareil).

193La municipalité entend que l'O.M.S. puisse jouer un rôle de régulation entre ses propres services et les associations locales. Encore faut-il que tous les clubs, sans exception, respectent le principe :

  • 53 Ville de Bègles, Quelques indicateurs relatifs au sport, janvier 1989, cit. p. 3.

"il ne pourra jouer véritablement son rôle que s’il réussit à ce que toutes les familles sportives acceptent l’échange et le dialogue".53

194Le numéro 2 de la revue est publié, à la veille des élections municipales de 1989. Dans son communiqué, le maire brosse le bilan de 30 années d’action sportive municipale : 5 000 pratiquants animés par des bénévoles. La municipalité consacre au sport 15 % de son budget.

195Trois facteurs expliquent à notre sens l’impact relativement limité de l'O.M.S. : d’une part, le poids des habitudes acquises par les associations sportives locales ; d’autre part, l’importance (en effectif, en sections et en notoriété) du C.A.B. Par ailleurs, le jeu institutionnel de l’O.M.S. n’opère qu’entre représentants du sport organisés dans — et par — les clubs. Les « nouveaux pratiquants » n’ont pas véritablement accès à cet organisme de concertation du mouvement sportif.

196Les clubs qui entendent faire valoir leur légitimité "historique" sur le territoire communal ont parfois tendance à ne pas "jouer le jeu de l’O.M.S.", ainsi que le note un membre de petit club. De même, les contraintes financières liées à la structuration du sport de haut niveau sont-elles délicates à envisager dans le cadre de l'O.M.S.

197Dans la période 1983-1989, les subventions de la mairie augmentent sensiblement. Les chiffres qui suivent permettent d’apprécier cette hausse. La multiplication des activités associatives, la croissance des effectifs de pratiquants sportifs, le développement des écoles de sport expliquent cette évolution.

Tableau 22 - Les subventions municipales aux clubs sportifs (1983-1989)

Année

subvention municipale

(dont subvention au C.A.B.)

1983

210 000F

105 000 F

1984

217 000 F

110 000F

1985

224 000 F

116 000F

1988

241 718 F

123 550 F

1989

247 760 F (prévision)

126 641 F (?)

198Dans le budget prévisionnel de 1989, la somme totale des subventions aux associations de la commune est de 694 551 francs (cf. "Encouragement aux sociétés culturelles" : chap. 945 28 657). 247 760 francs reviennent aux clubs sportifs (soit 35,6 %) et le C.A.B. obtient à lui seul 18,2 % de la somme totale. L'O.M.S., qui inclut le Centre médico-sportif, reçoit 64 298 francs (soit 9,2 %).

c) L’enjeu sportif dans la campagne pour les élections municipales de 1989

199L’approche de l’échéance des élections municipales est l'occasion de constater la place importante tenue par le sport dans la vie locale. Bilans et/ou propositions en ce domaine vont fleurir. Plusieurs responsables du monde sportif s’engagent auprès de tel ou tel candidat. Le CA.B. n’hésite pas à profiter de l’occasion pour faire valoir ses ambitions...

- La municipalité sortante et le bilan de Bernard Moncla

200Le bilan des réalisations sportives à l’actif de la municipalité béglaise est des plus importants. Il est consigné dans une brochure illustrée intitulée : Bègles avance 1959-1989. Le maire sortant insiste sur la continuité d’une action municipale engagée voici plus de trente ans avec l’élection de René Duhourquet. L’équipe de Bernard Moncla propose un inventaire détaillé du domaine sportif comme des autres secteurs de l’action municipale. Les pages 10, 11 et 12 sont exclusivement consacrées au sport : les réalisations de la municipalité, le dynamisme des clubs et des associations sportives, la dimension socio-éducative du sport.

201Le mode d’exposition retenu est celui de l'information objective. A propos du sport, le document de référence insiste également sur la « misère » de la politique conduite par le gouvernement.

"Si la ville consacre entre 12 et 15 % de son budget au sport, le gouvernement lui octroie seulement 0,20 (p. 12)

202Ce fait est souvent mis en avant par le maire chaque fois que se trouve posée la question de l’équipement sportif communal et de la contribution municipale dans ce domaine.

203En réunion du conseil municipal, au mois de juillet 1988, le maire profite de la décision prise de réaliser une nouvelle piste d’athlétisme au stade Serge Duhourquet pour critiquer la politique sportive du gouvernement (voir Sud-Ouest du 17 août 1988). En 1983-84, la direction de la Jeunesse et Sports avait laissé entendre qu’une subvention de l’état, de l’ordre de 40 % était possible. Quatre ans plus tard, son montant s’élève à seulement 140 000 francs pour un coût total de 2 419 000 francs... Pour le maire, l’exemple montre combien

"le gouvernement poursuit sa politique de désengagement sur le dos des collectivités locales et donc sur le dos des populations" ;
"quant au Fonds national du développement du sport, il semblerait que les politiques qui sont menées ces dernières années en la matière ont fait que le budget du sport ne représente plus que 0,73 % du budget de l’Etat et que les orientations données pour répartir l'argent contenu dans le Fonds national aillent plus sur des projets de prestige que celui qui est le nôtre".
(Sud-Ouest, ibid.)

204L’exposition du bilan pré-électoral de la municipalité sportive est développée sur un mode qui se veut celui de la stricte information. De ce fait, l’« image » générale qui se dégage de cette présentation est en deçà des réalisations effectives de la municipalité. Dans ses fonctions de maire comme dans sa campagne électorale, Bernard Moncla ne tire pas tout le profit possible, nous semble-t-il, de la médiatisation sportive. Celle-ci s’opère en partie grâce au renouveau de la section rugby du C.A. Bègles - Bordeaux... Gironde. Il réalise bien sûr quelques bons « gestes », trop isolés cependant pour que son image de premier magistrat de la ville y gagne en prestige et en légitimité populaire. A la veille de la rencontre Bègles/Grenoble, le samedi 8 février 1986, par exemple, il met la main à la pelle pour dégager le terrain de Musard recouvert de neige... (Voir Sud-Ouest « Sports » du lundi 10 février 1986 : "L’exemple"). Pourtant, pour l’éclairage du même stade, il refuse—obstinément—de céder à la demande du C.A.B.

Les Installations Sportives de Bègles (mars 1991)

Les Installations Sportives de Bègles (mars 1991)

Source : mairie de Bègles

205De même, les « nouvelles pratiques » sont aujourd’hui un bon support pour la médiatisation de l’action municipale. Elles s’inscrivent dans l’iconographie du « dynamisme sportif » et les équipes politiques accordent habituellement le plus grand soin à mettre en avant cette référence...

206Or, Bernard Moncla ne souhaite pas favoriser directement ces « nouvelles pratiques » qu’il considère comme étant des sports de luxe : escalade, golf... C’est étonnant dans la mesure où diverses actions d’animation autour de ces disciplines sportives ont été conduites avec la F.S.G.T. ou encore à l’initiative de l'U.S.E.P. De toute évidence, il ne tire aucun parti de ces dimensions attractives du sport, qui pourraient rehausser en couleurs et en images l’importance de l’action sportive municipale.

207Les représentants locaux du P.C.F. sont confiants. La préparation des élections municipales se fait dans la sécurité. Le journal L'Humanité s'en fait l’écho. Un article consacré à Bègles décrit la situation :

" Les communistes de cette importante ville proche de Bordeaux sont engagés dans la campagne électorale. C'est grâce à leurs initiatives que la candidature d’un journaliste de télévision a disparu de l'actualité en entraînant la dissolution de la section socialiste".
(L'Humanité du 22 février 1989)

208Sur la liste d’union de la gauche : "Pour Bègles", figurent plusieurs responsables sportifs parmi lesquels : Robert Boyer, ancien président de la section de gymnastique du CA.B., Président de l'O.M.S. ; Benoit Berthe, du C.A.B. - section rugby. Guy Sombrun, président de la section athlétisme du C.A.B. et membre du Comité directeur de l'O.M.S. fait partie du comité de soutien au maire sortant.

- Noël Manière ou le socialisme en images

209Le candidat se réclamant de la « majorité présidentielle » confirme sa décision de se présenter à Bègles, sans se préoccuper de l’avis défavorable déjà prononcé par la Fédération girondine socialiste, opposée au principe d’élection primaire à Bègles. Manière est déjà député suppléant du maire de Libourne : Gilbert Mitterrand.

  • 54 P.M. : "Noël Mamère irrévocablement candidat à Bègles", Sud-Ouest du 19 décembre 1988.

210Il loue un appartement dans la cité de logements sociaux HLM de Mussonville et commence à se montrer, souriant, casquette sur la tête, dans les tribunes de Musard54. Sans doute a-t-il compris combien le sport local — et plus précisément le rugby du C.A.B. — est une clé importante pour s’ouvrir les portes de l’Hôtel de ville.

211Dans sa liste, le monde sportif est représenté par Franck Joandet, rugbyman du CA.B. et professeur d'E.P.S., Jean-Pierre Rieu, directeur de l’école de rugby du C.A.B.B.G., cadre à la Sécurité Sociale. Déjà, dans sa lettre Vivre ensemble à Bègles (4ème trimestre 1988), Noël Mamère souligne tout l’intérêt qu’il porte à la grande équipe de rugby de Bègles.

"J’ai fréquenté assidument, à une certaine époque, le stade de Musard pour y suivre les exploits du C.A. Béglais".

212Homme de médias, familier du petit écran, Noël Mamère sait se faire entendre et se faire bien voir. Son objectif immédiat est simple. Il s’agit d’abord de se défaire de l’image du candidat "parachuté".

"(...) Noël Mamère a fait toutes ses études à Talence, à deux pas d’ici ; il a travaillé longtemps à FR3 et RMC Bordeaux. A cette époque, il fréquentait déjà le stade de Musard".
(Vivre ensemble à Bègles, 1er trimestre 1989).

213Il conteste également la légitimité de Bernard Moncla, maire sortant communiste. En 1983, c’est Simone Rossignol qui a été plébiscitée et non B. Monda. Selon Manière, ce dernier est simplement "un homme d’appareil".

214Enfin, le candidat se réclamant de la « Majorité présidentielle » estime que Bègles doit en finir avec le communisme municipal, qui perpétue "trois principaux handicaps" :

  • 55 "Bègles en l'an 2 000 ? Les candidats répondent", Sud-Ouest du 10 mars 1989.

"Trente ans de gestion commandée par une idéologie dépassée.
Une image qui fait de Bègles une ville injustement dépréciée.
Une approche archaïque des réalités économiques".55

215A ces trois mauvais points décernés au pouvoir communiste, le candidat Manière oppose sa propre philosophie, elle-même déployée selon le principe des trois points. Il le fait de main de maître. Désormais, il faut une ouverture de Bègles sur l’avenir, une (re)valorisation symbolique de la ville et une affirmation de sa compétitivité économique.

216Noël Manière entend faire de Bègles "la porte Aquitaine du Sud". Proximité de Bordeaux, accès direct à la route de l’Espagne et de l’Europe du Sud, TGV Atlantique, nouveau pont sur la Garonne ; l’homme de communication met l’accent sur les voies de communication...

217Sa campagne n’utilise pas le registre de l'information. Le candidat emploie délibérément un autre registre : celui de la communication ! Les effets d’images — positives ou négatives — sont remarquables. Le sport n’est pas oublié.

"Quand je parle de Bègles à mes amis, ils ont tous cette réaction : "Ah, Bègles, le rugby ! C’est formidable pour le C.A. Béglais, notre meilleur ambassadeur, mais peu de gens savent où est Bègles, ce qu’on y fait".
(Vivre ensemble à Bègles, 4ème trimestre 1988).

- Les droites béglaises avec Danièle Traissac et Christian Bagate

218Deux listes représentent la droite "traditionnelle". Danièle Traissac conduit le rassemblement Renouveau de Bègles, à l’emblème du radis. C’est à la veille des élections municipales de 1983 que ce « Radis » a germé. Se voulant le parti de tous les Béglais "opposés au totalitarisme municipal du P.C.F.", la tâche du docteur Danièle Traissac, conseillère municipale, est particulièrement difficile six ans plus tard, en 1989.

219D’une part, il y a l’arrivée de Mamère, "parachuté et sponsorisé par Mitterrand père et fils" et, d’autre part, il faut compter avec "l’attitude suicidaire et condamnable d’une fraction de la droite". Mme Traissac fait allusion à la candidature du docteur Christian Bagate, soutenue par le R.P.R.

220A tout seigneur tout honneur, le « Spécial élection » du Bulletin Renouveau de Bègles use de l’image rugbystique pour illustrer la percée de 1983.

"Essai... ! Au cours d’un match acharné, combien de cris poussés par les foules expriment en quelques secondes la libération de toutes les tensions faites des espoirs des uns et des efforts des autres.
Oui à mon tour, Bèglais, je crie Essai ! car le ballon a été aplati dans le but adverse".

  • 56 ibid.

221Quant à l’image de la commune elle-même et de son équipe dirigeante, elle s’accorde avec celle de Noël Mamère56. Bègles, "ville sportive de toujours" doit le rester. L’encouragement à la sponsorisation doit permettre d’obtenir des équipements adaptés et des équipes de "haut niveau" en championnats...

222L’époux de D. Traissac a appartenu à l’équipe du C.A.B.-rugby, championne de France en 1969. La liste Traissac comprend deux personnalités sportives : Jean Dubedout, membre de la Commission de rugby du C.A.B., agent de maîtrise à la C.U.B. ; madame Dominique Minguillon, responsable de la section de Gymnastique Volontaire, agent de maîtrise.

223Christian Bagate est l’autre leader de la droite. Il se présente à la tête de la liste : Ensemble Bègles. Il a l’aval du R.P.R. Président du C.A.B rugby de 1981 à 1985, il se définit volontiers comme un "dirigeant associatif". Le bulletin d’ouverture de sa campagne électorale le montre, photographié aux côtés du président Moga et du président Chaban-Delmas. Le monde du rugby est une grande famille. Dans sa campagne, il esquisse des projets pour Bègles, sans vraiment s’en prendre à la municipalité sortante (voir par exemple Sud-Ouest du 10 mars 1989). Dans son Projet de gestion municipale 1989-1995, Christian Bagate envisage 5 points relatifs au sport : l’implantation d’un complexe sportif et culturel couvert, à proximité de la rocade, l’aménagement du parc de Mussonville, la construction d’un bâtiment pour le C.A.B. à Musard, une convention pour les athlètes béglais de haut niveau, une révision des subventions accordées aux associations et une aide municipale à la recherche de nouveaux partenaires pour les associations.

224C’est sans doute C. Bagate qui regroupe le plus grand nombre de responsables sportifs sur sa liste : Jack Sicot, rugbyman de l’équipe 1ère du C.A.B., électronicien ; Rolland Remaut, responsable sportif, membre de la commission de rugby du C.A.B., gestionnaire à la retraite ; Jean Cugat, dirigeant sportif, membre de la Commission de rugby du C.A.B., fonctionnaire de l’Equipement ; Jean-Pierre Dubois, arbitre de football ; Jean-Louis Brouillet, ancien joueur de l’équipe 1ère de rugby du C.A.B., restaurateur ; Michel Fayet, militant sportif, dirigeant de société.

225Le siège du C.A.B. apparaît sur le damier communal, en pleine campagne électorale. Comme on pouvait d’ailleurs s’y attendre. En effet, à quelques jours du premier tour des élections municipales, par un heureux hasard, un fort beau projet sort de la planche à dessin de l’architecte béglais Michel Moga. Il présente l’aménagement possible de l’entrée du stade de Musard et du siège du C.A.B. Le bâtiment comportant un étage serait édifié à l’angle de la rue Delphin Loche (Président-Fondateur du club). Estimation du coût de l’opération : 12 millions de francs...

"Offrir un toit digne d’un club qui a donné à la ville de Bègles sa notoriété nationale. Telle est l’ambition des dirigeants du C.A.B. qui caressent l’espoir de voir un jour le berceau de leurs exploits aménagé en une belle vitrine digne de son stade, de ses visiteurs et de son quinze".

  • 57 Sud-Ouest du 10 mars 1989.

226peut-on lire dans l’article qui présente le projet57.

227Le projet d’un nouveau complexe sportif pour le C.A.B. est évidement un bon « coup » joué par les dirigeants du club, à la veille des élections. Les candidats politiques ne s’y trompent pas, et ils restent généralement très circonspects lorsqu’il s’agit de commenter l’opportunité d’une telle construction.

228"Nous sommes pour l’œucuménisme", se plaît à commenter le Président André Moga à qui lui fait remarquer que des membres du C.A.B. figurent dans chacune des listes en présence... Décidément, le C.A.B. est une institution incontournable sur le sol de la commune. Le club sportif apparaît, tout au moins au niveau des responsables d’activités, comme un vaste système de relations qui s’entrecroisent.

229La présence du C.A.B. sur tous les fronts, à l’occasion de la préparation des élections de 1989 suggère un commentaire plus sociologique. Dans une société d’interconnaissance forte, le prétexte de l’engagement associatif permet à l’individu de se situer à l’entrecroisement de différents cercles sociaux, de se construire aussi une autonomie et une certaine indépendance. Le contexte béglais permet de vérifier le caractère opératoire de cette hypothèse, à son niveau le plus achevé, puisqu’un même club fournit des candidats à l'action politique locale aux sensibilités pour le moins contrastées... On trouve ici confirmation que l’ensemble des dirigeants propre à un club sportif important relève d’une configuration de réseau(x), ouverte à l’intersection des courants et/ou des influences socio-politiques. De ce point de vue, le C.A.B. semble avoir regagné au sein de la commune une place prépondérante et indiscutée.

230On connaît la suite des événements. Au soir du premier tour, le 12 mars 1989, les résultats sont les suivants : C. Bagate : 7,84 % des voix ; D. Traissac : 10,60 % ; N. Mamère : 38,82 % ; B. Moncla : 42,75 %. Les Béglais retournent aux urnes le dimanche suivant. Noël Mamère est élu avec 54,29 % des suffrages contre 45,71 % à Bernard Moncla. Le report des voix de droite s’est fait massivement en faveur de la liste "Mamère". Trente années de gestion communiste s’achèvent. Noël Mamère est élu maire par le conseil municipal le 24 mars 1989.

"Il s’attachera, en terre rugbystique, à transformer son essai politique",

  • 58 Sud-Ouest du 21 mars 1989.

231note un journaliste local58. Ajoutons que le C.A.B.-rugby saura lui montrer que l’esprit sportif, à Bègles, passe nécessairement par Musard.

Conclusion

232Les années étudiées dans ce chapitre couvrent le dernier mandat communiste exercé à Bègles, d’abord avec Simone Rossignol, de 1983 à mai 1984, puis Bernard Monda, de cette date à son échec au second tour des élections municipales de mars 1989.

233Elles correspondent à la troisième période, dite stratégique, définie dans l’introduction de notre étude. L’action sportive engagée dans le cadre communal est devenue des plus complexes. Le jeu des interrelations entre les acteurs en présence également. L’augmentation du coût économique des sports ainsi que les effets de "concurrence" qui jouent entre clubs et/ou entre disciples expliquent en partie cette situation.

  • 59 A une échelle nationale, Roger Bambuck va se trouver confronté à cette réalité du sport, commandée (...)

234Résumons-nous. La municipalité reste maître d’ouvrage en matière d’équipement et d’aménagements sportifs, encore que l’essentiel du "programme communal" soit quasiment complet depuis le mandat précédent. Par contre, en termes de budget sportif, il est évident que le poids du sport dans les finances de la commune est croissant. Par ailleurs, les subventions aux associations sportives sont à la hausse tandis que le nombre de clubs — ou de sections de clubs — est en augmentation. La réalité économique du sport n’est jamais apparue avec autant de vigueur que dans ces dernières années59.

235Deux aspects du développement des activités sportives ont obligé la municipalité à élargir son implication : d’une part la demande croissante en matière d’activités physiques et sportives, d’autre part l’évolution sociale de la population locale. Les deux aspects sont étroitement liés.

236L’essor des loisirs sportifs d’entretien physique et/ou de plein air est assez spectaculaire. De nouvelles demandes, individuelles ou néo-associatives se sont formalisées tout au long des quinze dernières années.

  • 60 Sur ce thème, se reporter en particulier à l’étude sociologique conduite par Maryline Felonneau : L (...)
  • 61 Les sociologues intègrent ces aspects dans leurs travaux portant sur le changement social. Certains (...)

237Autant qu’une démocratisation des loisirs sportifs, dont la manifestation est sensible à Bègles, il convient aussi de souligner les effets liés aux changements structurels de la population communale. La structure sociale de Bègles s’est transformée depuis une vingtaine d’années. Les statistiques du recensement I.N.S.E.E. de 1990 confirmeront probablement une augmentation des catégories sociales intermédiaires doublée d’une baisse numérique des ouvriers. La livraison récente de plusieurs lotissements d’habitat pavillonnaire y est pour beaucoup. Ceci correspond à des stratégies résidentielles caractéristiques des nouvelles "classes moyennes"60. La mobilité géographique des ménages est un des éléments explicatifs de cette transformation sociale de la population béglaise. Par ailleurs, la "désindustrialisation" locale autant que la montée du secteur tertiaire et que l’élévation des niveaux de qualification professionnelle ne vont-elles pas épuiser progressivement l’expression de la culture ouvrière béglaise ? C’est probable61.

238L’échec de la liste communiste à l’issue du second tour des élections municipales de mars 1989 doit être examinée en fonction de ces éléments.

239Le domaine sportif est largement développé au sein de la commune. Les exigences formulées par les clubs vis-à-vis de la municipalité sont nombreuses et diversifiées. Le C.A.B.-rugby, avec ses prétentions visant à renouer avec le plus haut niveau de compétition, n’est pas en reste pour imposer ses conditions. Le sport de haut niveau est "un support de communication efficace". Tel est du moins un des arguments majeurs utilisés par les dirigeants sportifs.

240En parvenant à mobiliser des ressources politico-économiques extra-communales, le "rugby" affaiblit l’image de marque du maire de Bègles. Ce dernier n'a jamais réussi à se montrer vraiment à la hauteur d’une situation locale qui impose de concevoir des choix stratégiques, en composant avec des contraintes et des opportunités. En d’autres termes, il est peu présent sur la scène sportive alors que le sport est omniprésent dans la commune... Et la conception qu’il se fait du rôle d’un maire s'accorde assez mal avec le contexte béglais des années quatre-vingts.

241Gardons-nous cependant de céder à la facilité et de porter un jugement de valeur négatif à propos de l’attitude du maire. Aujourd’hui, les leaders politiques du Parti Communiste doivent faire face à ce que Michel Verret désigne par l’expression d'"exclusion représentative", pratiquée par les partis d’opposition (avec la complicité des moyens de communication de masse...). Déjà évincé du rituel politique qui structure le débat local sur le sport de haut niveau, le maire de Bègles surajoute par sa propre attitude un comportement d’auto-exclusion... La maîtrise des rituels et des stratégies de communication traduit aussi, à sa façon, une position sociale particulière et l’effet des rapports de domination symbolique.

242L’étude de la campagne électorale, en fonction des thèmes abordés par les candidats en lice permet de tirer quelques conclusions complémentaires. Les acteurs en présence s’emploient à mobiliser leurs ressources respectives. Fort de son bilan, Bernard Moncla adopte le mode de L'information". Seule l’information lui paraît adéquate et rigoureuse. Selon lui, la perspective de la "communication", à la manière de Noël Manière, repose sur "l’illusion et la désinformation". Pour ce dernier, au contraire, il importe de construire une argumentation électorale et un programme municipal sur un agencement d’images dont le sens idéologique est clair : en finir avec l'"archaïsme" du P.C.F. et les hommes d’appareil, à la veille du XXIe siècle... D’un point de vue sociologique, disons qu’il n’y a pas de continuité objective entre le registre de l’information et celui de la communication. Sans doute la pratique de la "communication" relève-t-elle d’un répertoire qui, dans le domaine concerné, se substitue à l'"information" pour mieux l’effacer et la contredire.

243En 1989, aucun des candidats n’a ignoré le sport local. Les Béglais ont porté majoritairement leurs suffrages sur le candidat Noël Mamère. Par sa victoire, le nouvel élu interrompt trente ans d’administration communiste. L’agglomération bordelaise perd en même temps sa dernière commune apparentée au P.C.F. La "traditionnelle" Fête de l’Huma va devoir trouver une autre commune d’accueil...

Notes

1 Sud-Ouest du 18 mars 1983 : "Du C.A. Béglais à Bordeaux-Bègles".

2 Voir le chapitre précédent, pages 70 et 72, et le journal Sud-Ouest du 19 juillet 1973.

3 Sous la plume de Gérard Piffeteau : Midi-Olympique du 22 mars 1983. Ce « grand projet », auquel fait référence le docteur Bagate, était probablement en germe depuis les incidents de juillet 1973... On se souvient que la municipalité avait refusé de céder à un ultimatum du club.

4 Lettre du Président Général J. Martin, datée du 19 avril 1983, adressée à madame Le Maire. Le président accuse réception de la photocopie que la mairie va publier dans le prochain bulletin d’information municipale.

5 Cette lettre est reproduite dans l’étude réalisée par Roger Bonnes et Louis Lesca, op. cit., p. 125 et suivante.

6 Ces aspects ont été analysés dans la bonne étude conduite par Serge Plaa : Sociologie d’une pratique sportive. Etude sur la désaffection des spectateurs du rugby, Centre de Sociologie Politique, M.S.H.A., 1983.

7 En effet, un mois auparavant, appelé à se prononcer sur un emprunt contracté par le CA.B. pour améliorer ses installations tennistiques, le Conseil municipal, comme la loi en fait obligation, avait demandé au club son compte d’exploitation avant d’accorder sa garantie. Dans ses démêlés avec le C.A.B., la municipalité n’utilise plus un argument souvent avancé auparavant. le contraste entre l'action municipale en faveur du sport local et l’indigence du budget de l’Etat en ce domaine.
En mars 1983, Edwige Avice est nommée Ministre délégué chargé du Temps Libre, de la Jeunesse et des Sports. Elle exerce l’ensemble des attributions précédemment dévolues au Ministre du Temps Libre, à l’exception de celles relatives au Tourisme.

8 J. Chaban-Delmas, d’abord licencié au C.A.S.G. Paris, a disputé une rencontre internationale (un match France - Empire britannique joué à Richmond le 28 avril 1945). Lorsqu’il s’installe à Bordeaux, il prend une licence au C.A.B.

9 "Bègles. L’assemblée générale du C.A.B. L’équipe de rugby s’appellera Bègles-Bordeaux", Sud-Ouest du 6 juillet 1983. "Le rapport de chaque section (suite)", S.O. du 7 juillet 1983.

10 A ce propos, se reporter à l’éditorial paru dans Allez Bègles, no 1, décembre 1983, sous la plume de Jean Delhomme.
"...les hésitants, les réticents, les adversaires de l’idée, qui étaient nombreux au départ, ont finalement reconnu que l’intérêt immédiat et l’avenir du club étaient là, dans l’élargissement de sa zone d’influence". (ibid.).

11 Les deux frères d’André Moga, Alphonse et Alban, devaient disparaître durant l’année 1983. Plus de 2 000 personnes étaient présentes aux obsèques d’Alban Moga, en hommage à l’un des plus populaires avants de l’après guerre. « Fonfon » Moga avait longtemps entraîné l’équipe de l'Ecole de Santé Navale de Bordeaux, tandis que « Bambi » s’occupait de celle de la marine, à la base d’Hourtin (Gironde). Voir les articles parus dans le journal Sud-Ouest des 8 et 9 juin 1983.

12 Dans leur ouvrage biographique, Jean-Claude Guillebaud et Pierre Veilletet font allusion au service — musclé — rendu par les hommes forts du club à l’homme politique. Ils rappellent ainsi un épisode mouvementé opposant le communiste Gaston Montmousseau, leader de la C.G.T., à Chaban-Delmas, sous la grande halle du marché des Capucins.
"Pour la vérité, on doit d’ailleurs souligner la présence, sous la halle reconquise, de quelques supporters au gabarit tranquille dont l’histoire reparlera..." Voir leur ouvrage : Chaban-Delmas ou l’art d'être heureux en politique, Paris : Grasset, 1969 (cit. p. 70). En fait, "l’histoire" contée par Guillebaud et Veilletet n’en dit pas plus et les autres biographies consacrées au "Duc d’Aquitaine" s’en tiennent à cette évocation furtive.

13 Jacques Chaban-Delmas, L’ardeur, Paris : Stock, 1975 (cit. p. 151). Jacques Lagroye note cette relation dans son importante étude : Société et Politique, J. Chaban-Delmas à Bordeaux, Paris : Pédone, 1973. L’étude la mieux documentée sur l’articulation du réseau chabaniste avec les milieux de la Résistance et l’univers du CA.B. reste incontestablement la contribution de J.P. Augustin et M. Bergès : "Sport et société locale : le rugby à Bordeaux", op. cit., p. 346 et suivantes.

14 Notons pour la petite histoire l’anecdote suivante : à l’occasion d’un repas sportif officiel, le directeur départemental de la Jeunesse et des Sports avait été surpris de la familiarité avec laquelle s’entretenaient Simone Rossignol et André Moga.
"Un ton bon enfant et un esprit blagueur ; je n’en revenais pas !" conclut le témoin, méconnaissant le passé professionnel des deux personnalités béglaises....
En d’autres termes, les relations interpersonnelles pourraient être gênantes dans les rudes négociations qui s’engagent au sujet de l’avenir du club.

15 En octobre 1984, la traditionnelle Fête des Capucins est placée sous le signe de l’ovale. "Le C.A. Bègles-Bordeaux sera la vedette des festivités, avec notamment ses anciens internationaux". (Sud-Ouest du 13 octobre 1984)
Ces réjouissances populaires éclipsent largement l'opposition marquée par la Confédération syndicale du cadre de vie au programme municipal de rénovation urbaine du secteur voisin de Saint-Michel...

16 Revue d’information municipale, avril 1984, p. 6.

17 Revue d'information municipale, avril 1983, "Vacances pour tous à Bègles cet été". Ces actions s’inscrivent dans le cadre défini par la circulaire interministérielle d’octobre 1981 relative aux Loisirs Quotidiens des Jeunes (L.Q.J.).

18 Service de Prévention spécialisée de Bègles, Bilan des activités 1983, mars 1984, doc. dactylogr., p. 78 et suivantes.

19 Yves Baloup est professeur d’éducation physique, Président du Comité Départemental de la F.S.G.T. et Conseiller en Formation pour cette même fédération. Il a été adjoint au maire, responsable des Sports, de la ville de Pessac, de 1977 à 1983. Dans l’opposition municipale avec le retour du Docteur Dalbos, il développe sur cette commune un espace d’animation sportive novatrice dans le secteur populaire de Pessac-Saige-Formanoir, comparable à plusieurs grands ensembles H.L.M. de Bègles.

20 Cette lettre est reproduite dans le journal Sud-Ouest du 9 avril 1984.

21 Sud-Ouest du lundi 7 mai 1984 ; "Bègles : Bernard Moncla succède à Simone Rossignol".

22 Son parcours politique le mène au secrétariat fédéral du P.C.F. en 1976. Promu ainsi permanent politique, il a dirigé également le comité de ville du P.C.F. à Bordeaux. L’opposition le considère surtout comme un homme d’appareil.

23 Voir l’article paru dans le journal Sud-Ouest : "Bègles. Association Sportive de Préparation Olympique du Midi. Une salle de sports de 1550 m2 ", S.O. du 31 janvier 1984. Le coût de l’opération s’élève à 5 200 000 francs hors taxes.

24 André Moga expose les données du « problème » à la veille de la saison 1983-84, qui inaugure une nouvelle ère pour le club.
"Le CABB continuera, comme par le passé à jouer, sur son terrain mascotte de Musard remarquablement aménagé, et à qui il ne manque plus maintenant qu’un éclairage permettant de jouer en nocturne. Eclairage que nous sommes en droit de revendiquer au même titre que les grands clubs du Sud-Ouest"... Plaquette du C.A.B.B. : Saison 1983-1984, cit. p. 8.

25 Voir chapitre 2, page 113.

26 "Bègles. Robert et Josette Boyer. Un cinquantenaire dignement fêté", Sud-Ouest du 25 novembre 1987.

27 Rappelons que le Conseil Général est composé de conseillers généraux élus au suffrage universel dans chaque canton pour une durée de 6 ans. Ils sont renouvelés par moitié tous les 3 ans. En Gironde, 63 conseillers généraux sont au service du Département.
Philippe Madrelle est à nouveau Président du Conseil général de la Gironde à partir du 10 octobre 1988.
Quels sont les changements majeurs qui marquent le Ministère des Sports pendant la période étudiée ? En juillet 1984, Alain Calmat est nommé Ministre délégué à la Jeunesse et aux Sports. Il exerce les attributions précédemment dévolues au ministre délégué au Temps Libre, à la Jeunesse et aux Sports. A. Calmat reste à la tête du ministère jusqu’à son remplacement par Christian Bergelin, avec Jacques Chirac Premier Ministre, en mars 1986.

28 « Entretien avec André Moga », propos recueillis par Hervé Mathurin, Sud-Ouest du 30 avril 1985.

29 C.A. Bègles-Bordeaux feuille de liaison du club, 1983. Voir l’article : « Le mot du Président ».

30 "Bègles-Bordeaux : concrétiser l’effet Moga". "André Moga s’est démené comme un diable pour que son club retrouve son lustre d’antan", Sud-Ouest du 2 septembre 1986.

31 Cf. Sud-Ouest du 28 avril 1987, « André Moga en campagne ».

32 Voir à ce sujet diverses contributions rassemblées dans les actes du colloque d’Angers : Les politiques sportives municipales, op. cit., 1988.

33 Pour la présentation sociologique de ces perspectives, voir en particulier page 7,9 et 43.

34 Pas complètement toutefois, car il ne faut pas compromettre l’avenir du club omnisports qu’est le C.A.B.

35 Thom, R. Modèles mathématiques de la morphogénèse, Paris : Union générale d’Editions, 1974 (p. 134-136).

36 René Duhourquet, ancien maire de Bègles (de 1959 à 1971), s’éteint en juillet 1983. On a montré comment il avait pu calmer les appétits du CA.B. Il ne sera pas le témoin des problèmes qui vont se poser à la municipalité communiste en exercice... Voir Sud-Ouest du vendredi 22 juillet 1983 : "Bègles. Dernier hommage à René Duhourquet".

37 Le Stade Bordelais U. C. s’apprête à fêter son centenaire durant l’année 1989. Le vieux Lion bordelais n’a peut-être pas dit son dernier mot...Le Président A. Minot œuvre pour que le S.B.U.C. retrouve sa place dans l’élite du rugby français.

38 Les journalistes locaux n’hésitent pas à poser la question à A. Moga. Celui-ci répond avec bonhommie qu’il se réjouit du retour du S.B.U.C. parmi les meilleurs clubs. Il ne confond pas pour autant le passé et le présent : le "club doyen" et le "club phare" ! A chacun son époque.

39 En Gironde, le sport travailliste rassemble en 1985 plus de deux mille adhérents répartis en 62 clubs.

40 En 1983, J.P. Callède est associé aux actions nationales de formation des inspecteurs du Ministère du Temps Libre, de la Jeunesse et des Sports (direction de la Jeunesse), pour le renouvellement des programmes L.Q.J., Prévention Eté 84 et P.A.J. (Points d'Accueil Jeunes). Au mois d’avril de la même année, il participe aux Journées de Clermont-Ferrand : « Jeunesse - Sport - Animation-Vacances dans la Cité », organisées par la F.N.O.M.S. voir Sport dans la Cité, no 95, 1983, p. 12-37.

41 Se reporter au dossier Bilan de l'animation Vacances 86 Bègles, Collectif F.S.G.T. Béglais. Comité de Gironde, 1986 (document dactylographié).

42 Voir en particulier l’ouvrage de René Moustard, Le sport populaire, Paris : Editions sociales, 1983.

43 Par exemple : "Bègles. Une jeunesse pour la vie", Sud-Ouest du 28 août 1986. La F.S.G.T., est mentionnée, entre parenthèses, pour la découverte de la planche à voile... Voir également l'article publié dans Sud-Ouest du 26 août 1986. Le rôle de la municipalité est largement mis en avant. L’article paru dans la Revue d'information Municipale (mai 1986) procède de même.

44 Il fait en sorte que la « municipalité » ne soit pas directement représentée dans les réunions que tient la F.S.G.T. à Bègles, à partir de l’automne 1986.

45 Les responsables du C.A.B. ont cependant la possibilité de mener à terme l’amélioration du stade sans faire appel à la mairie.

46 J.-F. Mézergues, « La banlieue n’a pas à rougir », Sud-Ouest-Dimanche du 10 avril 1988.

47 Sud-Ouest du 28 mai 1988, « Une approche différente des activités sportives ».

48 Service de Prévention Spécialisée de Bègles : Bilan 1988, document dactylogr., cf. p. 16. A côté des activités « sportives » sont décomptées les activités "formation-recherche d’un emploi", les sorties et autres activités "relationnelles", les "activités culturelles" et "artistiques"..

49 Pour une analyse d’ensemble du fait associatif, se reporter aux articles suivants : François Héran, "Le monde associatif", Economie et Statistique, no 208, mars 1988, p. 15-44 ; M. Forsé, « les créations d’associations : un indicateur du changement social », Observations et diagnostics économiques, no 6, 1984.

50 L’individualisation d’un service municipal des sports est le signe d’un développement du domaine des activités physiques et sportives, de compétition ou de loisirs, dans le cadre communal. Ce service contribue directement à la modernisation de l’organisation des sports.

51 Office Municipal des Sports de Bègles, no 1, 1986-1987, cit. p. 1.

52 Pour un rappel historique de la mise en place des Offices Municipaux des Sports, se reporter à l’étude d’Alain Arvin-Berod, "La naissance des O.M.S. ou... le sport dans la cité", La naissance du mouvement sportif associatif en France, Lyon : P.U.L., 1986, p. 287-295. La Fédération nationale des offices municipaux des sports publie une revue trimestrielle : Sport dans la Cité.

53 Ville de Bègles, Quelques indicateurs relatifs au sport, janvier 1989, cit. p. 3.

54 P.M. : "Noël Mamère irrévocablement candidat à Bègles", Sud-Ouest du 19 décembre 1988.

55 "Bègles en l'an 2 000 ? Les candidats répondent", Sud-Ouest du 10 mars 1989.

56 ibid.

57 Sud-Ouest du 10 mars 1989.

58 Sud-Ouest du 21 mars 1989.

59 A une échelle nationale, Roger Bambuck va se trouver confronté à cette réalité du sport, commandée par des impératifs économiques et médiatiques. En 1988, il succède à Christian Bergelin en qualité de secrétaire d’Etat auprès du Ministre d’Etat Ministre de l’Education Nationale, de la jeunesse et des Sports, chargé de la Jeunesse et des Sports.

60 Sur ce thème, se reporter en particulier à l’étude sociologique conduite par Maryline Felonneau : Les attitudes à l'égard de la consommation du logement et les processus de mobilité résidentielle. L’exemple bordelais à partir des années soixante, thèse de sociologie, Université de Bordeaux Π, 1984.

61 Les sociologues intègrent ces aspects dans leurs travaux portant sur le changement social. Certains d’entre eux posent explicitement la question de l’évolution socio-politique des collectivités. « Le capitalisme s’annonce dans l’histoire comme un formidable agent de socialisation », énonce Michel Verret dans la conclusion de son ouvrage : La culture ouvrière, Paris : ACL éd., 1988.

Table des illustrations

Titre Tableau 16 - Population totale d'après la C.S.P. individuelle (pour les deux sexes) (1982)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15878/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende 1 L'équipe du Club Aéronautique Béglais sur le terrain d'aviation de Tartifume (vers 1950). On reconnaît notament Lucien Lajus, Charles Quaeghebeur...
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15878/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 2 Le C.A.Béglais champion de France 1969. photo Vincent OlivarEn haut : Alban Moga, dirigeant, Violin, Swierczinski, Pédemay, Lafourcade, Boucherie, Traissac, Chagnaud, Dubois (cap.), en bas : Ruaud, Trillo, Morlaes, Crampagne, Gesta-Lavit, Malterre, Lamouliatte, J. Jameau (entraîneur).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15878/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende 3 Inauguration du gymnase Paul Langevin (1973). Avec Simone Rossignol, maire de Bègles ; Claude Scipion, conseiller général ; René Bex, directeur départemental de la Jeunesse et Sports ; Jean-Pierre Dubroca, adjoint au sport. photo Vincent Olivar, S.-O.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15878/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 4 Le C.A.Bègles Bordeaux étrenne son nouveau maillot contre l'équipe de Romans (11 mars 1984). François Labat dans ses œuvres...photo Vincent Olivar, S.-O.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15878/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende 5 L « animation vacances » avec la F.S.G.T. (juillet 1985) : découverte de la planche à voile et du canoë-kayak sur le lac de la plaine des sports.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15878/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Inauguration de la piste d'athlétisme du stade Serge Duhourquet (1988). Avec Bernard Monda, maire de Bègles ; Simone Rossignol, maire honoraire ; Nelson Paillou, président du C.N.O.S.F. ; Christian Sautour, adjoint au sport ; Lucien Suhubiette et Lucien Tisseyre représentant le C.A.B.photo René Cazenave, S.-O.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15878/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Le C.A.B.B.G. champion de France 1991 s'apprête à disputer la finale du championnat Yves Du Manoir (juin 1991) En haut : Alexandre Sessac, Christophe Mougeot, André Berthozat, Jean-Jacques Alibert, Michel Courtiols, André Moga président, Sébastien Conchy, François Labat, Serge Simon, Philippe Gimbert, Eric Michaud, Vincent Moscato, Laurent Vergé, Yves Appriou, François Trillo, Auguste Ayphassorho, en bas : Thomas Clamais, Patrick Tauzin, Marc Geneste, Christophe Reigt, Philippe Soulé, Christian Delage, Bernard Laporte, William Techoueyres, Max Boucher, Régis Frentzel, Marc Sallefranque.photo Conseil général de la Gironde.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15878/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Le « bouclier » est présent à la kermesse des écoles laïques (14 juin 1991). Avec Noël Mamère, maire de Bègles ; Michel Mercier, 1er adjoint ; Michel Dané, président de l'Amicale Laïque ; André Berthozat du C.A.B.B.G., les filles du CAB/ASPOM hand-ball (Nationale 1) et les garçons (champions de France N.3).photo René Cazenave.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15878/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende * Le décompte des participations ne porte que sur les inscrits. Bon nombre de non-inscrits ont également utilisé les espaces d’animation proposés.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15878/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 17 - L'équipement sportif communal : quelques coûts complémentaires (1982 - 1989)
Légende * La municipalité a entrepris plusieurs démarches auprès du Conseil Général, du Conseil Régional et du F.N.D.S. pour l'obtention de subventions (voir Bègles, supplément octobre-novembre 1986).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15878/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Les Installations Sportives de Bègles (mars 1991)
Légende Source : mairie de Bègles
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15878/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 204k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.