Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie des politiques sportives locales

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Michel Dané

II - L'organisation locale du phénomène sportif (1971-1983) : une diversité croissante

Texte intégral

Introduction

1Mars 1971 : Béglais et Béglaises retournent aux urnes pour les élections municipales. Dans sa campagne électorale, le groupe de la liste communiste sortante met l’accent sur la nécessité d'"une plus grande participation des citoyens à la vie locale" :

"nous proposons de conduire ensemble un contrat pour une gestion municipale, sociale, moderne et démocratique".

2Selon les élus de la municipalité sortante, un tel contrat est rendu très hypothétique cependant, compte tenu de la forte centralisation étatique qui persiste.

  • 1 Bulletin municipal, décembre 1970 (p. 15 et 16). Voir également l’article "Bordeaux-Bègles paru dan (...)

"Il faut donc décentraliser les pouvoirs et donner plus de possibilités aux communes"1.

3Ces deux orientations ont été largement mises en avant par les candidats communistes durant la campagne qui a précédé les élections.

4René Duhourquet, âgé de 72 ans, est remplacé par Simone Rossignol pour conduire la liste de la municipalité sortante. Cette dernière obtient la majorité des suffrages.

5Déjà, la ville de Bègles possède un équipement sportif relativement complet et le nouveau mandat municipal va permettre d’y ajouter diverses installations supplémentaires.

6Cette seconde section traite des deux mandats de Simone Rossignol (1971-77 et 1977-83). Durant cette période, le phénomène sportif local est marqué par un élargissement sensible des formes de la pratique sportive, qui ne se limite plus à la compétition en club. Un tel élargissement s’explique par une diversité croissante des modèles d’activités physiques et sportives. Elle correspond autant à une évolution des mentalités qu’à la mise en service de nouveaux types d’équipement et d’espaces aménagés en faveur des activités de plein air et de pleine nature.

  • 2 Nous les avons déjà mentionnées dans l'introduction générale et elles figurent dans la bibliographi (...)

7L’évolution des goûts sportifs en France peut être appréciée dans sa généralité grâce aux résultats des deux grandes enquêtes conduites l’une par l'I.N.S.E.E. et l’autre par le Service des Etudes et Recherches du Ministère de la Culture2. Dans quelle mesure la population béglaise confirme-t-elle les tendances globales qu’elles enregistrent ? Nous reviendrons plus loin sur la question.

8Examinons brièvement les caractéristiques socio-démographiques de la population de la commune à partir des données I.N.S.E.E. des recensements de 1968 et de 1975.

9Notons tout d’abord l’accroissement démographique qu’enregistre la ville de Bègles entre 1962 et 1968.

10La population communale passe de 24 419 à 27 273 personnes (soit une augmentation de 2 854 habitants) entre ces deux dates. C’est un chiffre record dans la mesure où le recensement de 1975 ne décompte plus que 25 668 résidents sur le territoire de Bègles. Si la catégorie des ouvriers perd quelque peu en importance relative, elle croît en nombre. Bègles regroupe 6 247 ouvriers en 1968.

Tableau 5 - Population totale d'après la C.S.P. individuelle (pour les deux sexes) (1968-1975)

Tableau 5 - Population totale d'après la C.S.P. individuelle (pour les deux sexes) (1968-1975)
  • 3 Pour comparer ces données avec celles de 1954 et de 1962, se reporter aux pages 22 et 23.

11Entre 1968 et 1975 se dessinent cependant quelques tendances caractéristiques dans la répartition structurelle des C.S.P. La catégorie des ouvriers marque une baisse assez sensible : 5 292 ouvriers en 19753 (47 % des actifs), soit une réduction de 6 %. Durant la même période, les employés, les cadres moyens et les professions libérales ou cadres supérieurs enregistrent une hausse non négligeable.

12La répartition par classes d’âge montre l’importance des jeunes, au niveau de la commune : en 1968, le groupe des 0-19 ans rassemble 8 457 personnes (soit 31 %).

13Il importe également de considérer l’environnement sociogéographique local. Les formes architecturales de l’habitat tendent à se contraster au sein de la commune. Plusieurs grands ensembles ont été construits. Ils regroupent généralement des familles nombreuses aux revenus modestes. La municipalité oriente une grande partie de son programme d’animation et de prévention par les loisirs socio-culturels et sportifs à destination de cette jeunesse.

1) Une continuité de l’action municipale en faveur du sport (1971-1977)

a) La politique municipale d’équipement sportif se poursuit

14En ce début des années soixante-dix, il s’agit pour la municipalité de compléter l’équipement déjà disponible mais également de faire face à de nouvelles demandes qui s’expriment dans le domaine de l'éducation scolaire ou encore dans celui des loisirs sportifs de plein air et de pleine nature.

15Des ensembles sportifs implantés à proximité des établissements scolaires Berthelot, Paul Langevin et Joliot-Curie vont permettre de faciliter l’enseignement de l’éducation physique et sportive. Ces réalisations ont coûté fort cher à la commune, et les subventions de l’Etat ont été relativement minimes.

16Le complexe Langevin est inauguré le 29 janvier 1977. L’ensemble intègre le gymnase ouvert en 1973. Il abrite les pongistes du C.A.B. en dehors des horaires réservés aux scolaires.

17Par ailleurs, des améliorations importantes vont être apportées aux installations sportives plus anciennes. Les réaménagements des Stade Delphin-Loche (C.A.B.) et Bergonié se poursuivent. Le Stade Denis-Mallet se transforme : réfection complète des vestiaires, installation de douches, éclairage du terrain. Un concierge est attaché à cet ensemble utilisé à plein temps par les scolaires, par le sport corporatif et par l’équipe du Racing-club Bègles XIII, fondé en 1968. L’ex-cinéma Gambetta est transformé de manière à être exclusivement utilisé comme salle d’éducation physique et gymnique.

18Déjà se dessine un parti-pris de spécialisation en matière de conception et d’affectation des installations sportives. La polyvalence dans l’utilisation des équipements cède progressivement la place à une spécialisation fonctionnelle.

19Le Centre Médico-Sportif, inauguré à la veille des élections municipales de 1971, est fréquenté par l’ensemble des sections sportives de la commune. Son financement est assuré par la municipalité. Le centre reçoit un complément modeste versé par la Direction départementale de la Jeunesse et des Sports (5 francs par consultant en 1980).

20Les œuvres socio-éducatives figurent en bonne place. Le second mandat de René Duhourquet avait permis de développer le patrimoine immobilier des oeuvres péri et post-scolaires.

"Il faut rappeler qu’en 1959 Bègles était une des rares municipalités de la banlieue à n’avoir aucune colonie de vacances. Encore un "oubli" de nos prédécesseurs",

21note-t-on dans le bulletin municipal du mois de décembre 1970 (p. 3).

22Le centre aéré de Laurenzanne, acquis dans les années cinquante, est réaménagé et agrandi en 1965. Situé sur la commune voisine de Gradignan, il est cogéré par la municipalité et par les œuvres laïques de Bègles. Il peut accueillir les enfants des écoles maternelles et reçoit jusqu’à 600 enfants par jour, en garderie.

23En 1962, la colonie de Bégadan voit le jour. L’ensemble des dépenses pour cette colonie s’élève à 30 millions (d’A.F.), de 1962 à 1964.

  • 4 En outre, le développement de l'urbanisation compromet sa vocation initiale. Les responsables y fon (...)

24Lorsque le premier centre aéré s’avère trop limité dans sa capacité d’accueil4, la municipalité le revend et fait l’acquisition d’un vaste terrain de 15 hectares à Martillac (dans la campagne bordelaise, entre Léognan et Saucats) pour la somme de 150 millions de centimes. 25 000 journées d’accueil sont enregistrées durant l’été.

25Rappelons également qu’un camp d’été, rassemblant une quarantaine de pré-adolescents, est organisé en bordure de mer à Grayan-l’Hôpital.

26Le centre de vacances de Saint-Lary (Hautes-Pyrénées) ouvre ses portes en été 1970. Il a coûté 180 millions de centimes à la ville de Bègles. Séjours de vacances et classes de neige vont alterner dès cette époque et la capacité d’accueil de l’équipement est portée à 80 lits l’année suivante. La municipalité fait de cette réalisation une composante majeure de sa politique de démocratisation du ski et de séjour à la montagne.

"A partir de cette année, tous les enfants de Bègles vont, au cours de leur scolarité, passer trois semaines à la montagne. Peu de municipalités pourront dresser un tel bilan"

  • 5 "Le mot de Madame le Maire", bulletin municipal, juin 1972, p. 1.
  • 6 On verra plus loin que ce "programme" montagne a probablement limité dans les années quatre-vingts (...)

27annonce madame le Maire5. L’ouverture du Centre de Vacances de Saint-Lary va contribuer à la démocratisation de la pratique du ski et au développement de la formule des classes-découverte6. La municipalité assure directement une partie des coûts de séjour. Rares sont les communes de l’agglomération bordelaise qui montrent une politique de démocratisation des classes de neige aussi efficace que la ville de Bègles. A commencer par la ville de Bordeaux.

  • 7 Pierre Barrère, "Le nouveau visage de Bordeaux", Bordeaux au XXe siècle, sous la direction de Josep (...)

28La plaine des sports de Bègles (au lieu-dit : Tartifume) est incontestablement le projet d’équipement sportif le plus ambitieux de ces années-là. C’est en 1971 que la municipalité ouvre des pourparlers avec le propriétaire d’un terrain d’une superficie de 9 hectares, situé en bordure de la rue des quatre Castéra. Plus tard, sur le conseil de la Direction Départementale de l'Equipement, le site de la future plaine des Sports est envisagé plus au sud-ouest, sur les terrains Latapy (17 hectares). Prévus dès 1971, les aménagements ne débutent véritablement qu’après 1977 lorsque les grands travaux d’assainissement incombant à la C.U.B. sont terminés. Replacé dans le cadre géographique de l’agglomération bordelaise, le projet est intéressant. Situé au Sud, cet ambitieux programme pourrait être comme le symétrique de la plaine des sports avec vaste plan d’eau qu’envisage la ville de Bordeaux, sur le territoire de sa propre commune, au nord7.

b) La dénonciation du « désengagement de l’Etat »

  • 8 Après les événements de mai 1968 et le bref passage de Roland Nungesser à la tête du ministère de l (...)

29La municipalité est amenée à prendre régulièrement position pour dénoncer la carence de l’Etat dans le domaine de la politique publique du sport. Le budget national consacré au sport est des plus réduits (de l’ordre de 6/1000e à peu près). "L’Etat fait porter aux municipalités le poids financier de la politique du développement sportif'. La ville de Bègles, démonstrations à l’appui, affirme que l’Etat s’enrichit au détriment des communes notamment en prélevant une T.V.A. fixée à un taux trop élevé et en attribuant avec beaucoup de retard les subventions acquises8.

  • 9 Cf. le document : "Campagne nationale d'action pour une véritable politique de la Jeunesse, des spo (...)

30La Commission municipale des sports prône en particulier le remboursement de la T.VA. aux collectivités locales, notamment lorsqu’il s’agit d’investissements en matière de réalisations sportives et culturelles9. Faute de quoi, ajoute-t-elle, c’est le dynamisme municipal qui se trouve alors directement pénalisé par l’Etat.

31A l’occasion d’une mise au point parue dans la presse locale (Sud-Ouest du 30 juillet 1973), se trouve résumée la position de la municipalité en matière de politique sportive.

"En dix ans, la municipalité a investi pour les seules installations sportives, 600 millions d’anciens francs environ. Elle a perçu 70 millions d’anciens francs de subventions d’Etat et reversé 75 millions d’anciens francs au titre de la TVA.
Le pourcentage du budget jeunesse et sport au plan municipal s’élève à 10 %. Celui de l’Etat s’élève à 0,70 %. Pourquoi taire cette aveuglante réalité ?"

32On retrouve là un des grands thèmes développés par les communes de gauche en général, et communistes en particulier : celui du "désengagement de l’Etat". Une approche socio-historique du développement des politiques publiques conduirait peut-être à devoir relativiser ce thème "politique" et idéologique pour lui substituer une étude conduite en termes de "transfert" progressif des compétences décisionnelles aux communes proprement dites. Au niveau national, le contrôle des décisions s’assouplit, compte tenu de la modicité des subventions allouées aux communes et parce que ces dernières acquièrent une autonomie par le recours à l’autofinancement ou à l’emprunt, lorsque c’est possible. Par ailleurs, des tutelles "techniques" (comme celle de la Direction Départementale de l’Equipement) vont se substituer à la tutelle administrative défaillante.

33Le tableau qui suit permet de détailler — dans ses grandes lignes — l’action municipale engagée par la ville de Bègles dans le domaine de l’équipement sportif communal. On notera le projet de la plaine des Sports (terrain de grand jeu, espaces verts et lac artificiel), qui rompt avec la gamme des installations classiques de première génération (stade, gymnase, piscine).

Tableau 6 - L'équipement sportif communal : quelques coûts (1970-1973)

Tableau 6 - L'équipement sportif communal : quelques coûts (1970-1973)

* Les coûts donnés en millions de centimes concernent des réalisations qui s’échelonnent sur une douzaine d’années. Ils ne rendent pas compte de l’érosion monétaire ni des budgets de fonctionnement et d’entretien engagés du fait de la mise en service des installations sportives mentionnées.

34Préconisée par le VIe Plan, la réforme des subventions d’équipement est amorcée dès 1972. Les formalités administratives exigées sont simplifiées et unifiées. En outre, la subvention prend, dans la majorité des cas, un caractère forfaitaire. L’innovation principale tient à l’institution d’une subvention globale d’'investissement. Celle-ci est calculée en fonction de l’effort d’équipement et de la situation financière de la collectivité concernée.

35Néanmoins, si l’on tient compte du nombre de demandes de subventions présentées et du volume insuffisant des crédits, les taux réels de subvention accordées sont très largement inférieurs aux pourcentages théoriques.

36Pour la Plaine des Sports, il s’agit d’une estimation. Un document rédigé par le Conseil municipal, daté de juillet 1973, confirme que les démarches entreprises pour « obtenir les crédits nécessaires (250 millions d’anciens francs environ) » n’ont pas encore abouti, l’Etat ayant jusqu’alors refusé subvention et emprunt...

37Qu’importe, la volonté municipale ne fléchira pas. Un communiqué de Claude Scipion, rapporté dans le Bulletin municipal (septembre 1973), précise que « la plaine des sports prévue (...) sera de toute façon réalisée, dans un cadre de verdure avec plan d’eau ». La ville de Bègles est fermement décidée à faire aboutir cet ambitieux projet.

38La municipalité invite la population béglaise à se mobiliser pour obtenir gain de cause et pour dénoncer l’incapacité de l’Etat à définir une véritable politique sportive. Elle interpelle

"parents, enseignants, pratiquants et dirigeants des sociétés sportives locales ou corporatives".

39En fait, quatre ans vont s'écouler avant que ne débutent les premiers travaux.

  • 10 Il serait utile en particulier de confronter la politique centrale conduite par l'Etat aux politiqu (...)

40Il conviendrait d’engager des approches comparatives10 à ce sujet, de façon à mieux cerner les « mécanismes » et les inerties bureaucratiques qui font que les municipalités urbaines prennent une place prépondérante, au cours des années soixante et soixante-dix, dans le développement d’une politique sportive locale. Les critères définis dans le cadre du Plan sont prétexte à diverses interprétations (ainsi qu’en témoignent çà et là bien des réalisations sportives !) et les services de l’Etat ne sont plus à même de traiter les dossiers qui lui sont soumis pour approbation.

c) Un certain isolement du Club Athlétique Béglais

41La vie sportive de la commune est marquée, nous semble-t-il, par une moindre visibilité du CA.B. dans l’animation sportive locale. Le champion de France de rugby 1969 souffre d’un certain isolement, au sein de la commune, qui s’explique par plusieurs raisons.

  • 11 Obtenant 4 207 voix contre 6 991 pour la liste communiste conduite par René Duhourquet.

42On peut tout d’abord évoquer l'engagement politique du Président du Club : Paul Saldou (colonel des sapeurs-pompiers de Bordeaux), qui s’est présenté sur la liste de droite, d’opposition à la municipalité communiste, à l’occasion des élections locales de 1971. Sa liste a recueilli 3 610 voix contre 6 186 suffrages à la liste conduite par Simone Rossignol. Mais là n’est sans doute pas la principale raison de cette perte d’influence du C.A.B. puisqu’un autre Président du club, Emile Ardouin, et deux vice-présidents s’étaient déjà présentés contre René Duhourquet lors des élections municipales de 196511. Toutefois, cet épisode nuit quelque peu au club. Le président candidat décède quelques mois plus tard, le 24 avril 1971. Il est remplacé par Jean Martin, entrepreneur de peinture installé à Bordeaux. C’est le fils d’un des membres fondateurs du club.

43D’autres faits nous paraissent plus pertinents, qui expliquent, au moins en partie, l’isolement du grand club.

44Rappelons tout d’abord que le C.A.B. a revendu en 1966, pour 5 millions d’anciens francs, son fameux siège de la place du 14 Juillet. Il s’installe dans son nouveau local situé sur le stade de Musard. Tout proche du terrain des exploits de l’équipe de rugby, intégré à l’espace de "Delphin-Loche", mythifié par la mémoire collective béglaise, le nouveau siège n’est plus cependant en prise directe avec la vie sociale et les acteurs qui l’animent. Entré en fonction en 1968, Louis Lesca, le trésorier général du C.A.B., se remémore une douzaine d’années plus tard ces moments difficiles :

  • 12 Assemblée Générale du Club Athlétique Béglais, Rapport Financier 1979/80, "préambule", 20 juin 1980 (...)

"la situation financière du club n’était pas des plus brillantes (...).
Nous venions de quitter l’ancien siège, au centre de la cité, en abandonnant sa propriété à des étrangers.
Le club se repliait sur le Stade de Musard, où il ne disposait en tout et pour tout que d’un réduit de quelques mètres carrés, derrière le comptoir du cercle nouvellement édifié12.

45Ce choix contraint par les circonstances va être préjudiciable au club, tant du point de vue symbolique que pour son emprise dans le tissu social de la ville. C’est en ce sens qu’on peut parler d’une perte d’influence du club. Le club n’a plus pignon sur rue, en plein centre-ville. Et le "Mille club" qui tient lieu de siège, à Musard, n’a pas la même fonction sociale. C’est simplement un « foyer » pour les anciens du C.A.B., pour les athlètes aussi, doublé d’une permanence administrative : le secrétariat.

46Un second point accentue cette situation. L’adjoint chargé des "sports" de l’époque, Jean-Pierre Dubroca, n’est pas bien introduit auprès du milieu sportif et en particulier au niveau du CA.B. Ou plus exactement, les dirigeants du club ne le considèrent pas comme un interlocuteur vraiment à l’écoute de leurs préoccupations. Jean-Pierre Dubroca est instituteur en poste au groupe scolaire Joliot-Curie, membre du Parti Communiste Français. L’adjoint a également en charge les secteurs de la Jeunesse et de la Culture. De fait, son action, au sein de l’équipe municipale, l’amène sans doute, et pour autant qu’on peut en juger rétrospectivement, à se préoccuper davantage de "culture" que de "sport". C’est effectivement durant ces années que la municipalité de Bègles accorde beaucoup d'importance au développement ou à la restructuration des équipements culturels et socioculturels de la commune.

47A cet égard, il semble bien que la communication sociale — entre dirigeants du club et municipalité — se soit considérablement amoindrie.

48Le C.A.B. vit des heures difficiles et il ne parvient pas à mobiliser la population béglaise en sa faveur, contre la municipalité en place, pour faire aboutir ses demandes.

  • 13 Sur ces aspects, se reporter à l'étude minutieuse conduite par Roger Bonnes et Louis Lesca : Sport (...)

49Les difficultés financières du club vont se préciser à partir de 1974 et ce, malgré une augmentation spectaculaire de la rentrée d’argent liée au recouvrement des cotisations13. Ces dernières ne permettent pas d’assurer la gestion d’un club. La pratique sportive, au plus haut niveau de compétition, coûte cher. Il en est de même pour la compétition de moyen niveau. Cette situation est souvent mise en relation par les responsables du C.A.B. qui parlent d’« un manque de bonne volonté municipale » pour venir efficacement en aide au club, alors que la municipalité reproche au grand club de la commune de ne pas prendre position, à ses côtés, pour dénoncer la politique d’austérité conduite par l’Etat en matière de sport.

50Les responsables du club se plaignent à diverses reprises d’une certaine incompréhension de la municipalité à l’égard de celui-ci. Les relations interpersonnelles étant limitées, c’est par la presse locale interposée que se font désormais les mises au point.

  • 14 Propos de Marc Reviriego, rapportés dans la presse, Sud-Ouest du jeudi 19 juillet 1973, p. 10. "Mal (...)

"Nous regrettons en effet que les élus municipaux ne sentent pas la nécessité d’accroître l’aide qui, dans tous les domaines, nous est de plus en plus nécessaire"14.

51Le Président général du club, Jean Martin, en cette même occasion, regrette l’attitude de la Mairie. Les résultats sportifs obtenus par les sections, le rayonnement du club, l'augmentation constante des adhérents devraient être appréciés à leur juste valeur par la municipalité en place. Or, selon le Président, ce n’est pas le cas. De toute évidence, l’imposant article paru dans le journal Sud-Ouest, non signé, a été acheminé jusqu’à la rédaction du quotidien régional par les responsables du C.A.B. Les amitiés sportives favorisent l’accès à la tribune médiatique qu’est le journal local. Toutefois, l'"appel à témoin" que lance le club s’appuie sur des arguments fragiles faisant de toute évidence l’amalgame entre sympathisants, effectifs cotisants, personnel d’encadrement et athlètes...

52Quelle est exactement la répartition des licenciés au sein des sections du club ? Un recensement effectué en janvier 1973 donne la répartition suivante :

Tableau 7 - Le C.A.B. : effectif des sections

Sections

Nbre de licenciés

Sections

Nbre de licenciés

athlétisme
basket-ball
football
gymnastique
hand-ball
natation

63
20
175
210
140
98

pelote basque
pétanque
tennis
tennis de table
rugby
cyclisme

58
72
174
34
270
20

53Au total, les 12 sections rassemblent un peu plus de 1 300 licenciés, 1 334 très exactement.

54Le Président général du C.A.B. précise son point de vue sur l’action de développement du sport telle qu’elle est conduite par la mairie :

"nous avons pu constater que la municipalité avait fait un choix en ce qui concerne la répartition de son budget (...). Aussi, le choix de la mairie, s’il est logique dans l’esprit de la municipalité, nous gêne énormément (...)".

55Puis, sous forme de mise en garde discrète (menace réelle ou coup de bluff ?), il ajoute :

"Il nous faudra donc envisager nous-mêmes un choix qui sera peut-être difficile, délicat, mais que nous aurons avec l’appui du comité directeur le devoir de faire..."

56Le ton est-il vraiment menaçant ? Officiellement, on ne sait rien aujourd’hui de ce en quoi aurait pu consister le choix en question... Quelques dirigeants envisageaient-ils un rattachement plus précis des destinées du club à la ville de Bordeaux ? Ce n’est pas impossible.

  • 15 Sud-Ouest du jeudi 19 juillet 1973.

57Evidemment, la riposte du Conseil Municipal ne se fait pas attendre. Déjà Claude Scipion (article cité) avait évoqué le projet d’équipement jugé prioritaire par la mairie de Bègles15. Par ailleurs, la municipalité déplore à nouveau le « non-engagement » du club qui ne se prononce jamais sur la politique sportive conduite par l’Etat. La municipalité aurait sans doute souhaité que le C.A.B. s’engage, à son côté, contre la faiblesse des moyens mis en œuvre par le gouvernement pour développer le sport en France. Il ne faut pas oublier que les affinités idéologiques de plusieurs dirigeants du club vont ailleurs, autour du Chabanisme. Jacques Chaban-Delmas lui-même, ancien joueur de rugby du C.A.B., est Président d'Honneur du club. Il vient d'occuper la charge de Premier Ministre de juin 1969 à juillet 1972. Le député-maire de Bordeaux est à l’époque président de la Communauté Urbaine (C.U.B.).

58Pour la municipalité béglaise, les efforts d’équipement sportif de la commune sont tout entiers dirigés vers l’aménagement d’une vaste plaine des sports.

"Le but recherché par la municipalité est de créer une plaine de sports dont le montant se chiffre à 250 millions".
(ibid.)

  • 16 Sud-Ouest du lundi 30 juillet 1973, Ibid. : "Le Conseil municipal (...) répond au Club Athlétique B (...)

59Le Conseil municipal, qui s’est réuni le 27 juillet à l’Hôtel-de-ville, adresse par voie de presse une "lettre ouverte à M. le Président et MM. les Membres du Comité directeur du Club Athlétique Béglais"16, de manière à rétablir certaines vérités et à corriger des vues par trop partisanes.

60Le Conseil municipal montre tout d’abord que le prétendu « manque d’installations » sportives invoqué par le C.A.B. est un faux problème puisque les sections de gymnastique (210 athlètes garçons et filles) et le handball (140 licenciés) bénéficient largement des installations municipales.

"L'honnêteté intellectuelle n’exige-t-elle pas en effet de noter que la réalisation, par la municipalité, de la salle de sports Serge Duhourquet, du gymnase Langevin, des salles Gambetta, a permis le développement des sections de gymnastique, de hand-ball et influé sur leurs résultats ?"

61La lettre ouverte fait le rappel des réalisations municipales avec l’effort accompli pour réhabiliter "Musard".

"La modernisation du stade de Musard, devenu municipal, n’a-t-elle pas eu des conséquences heureuses, pour les sections de rugby et de football, comme pour le recrutement de nouveaux sociétaires ?

Parlerait-on autant des sections de tennis et de pelote basque si la municipalité n’avait construit des courts de tennis et un fronton mur à gauche ?"

62Le communiqué insiste également sur le fait que la vie de différentes sections du club dépend directement des installations municipales disponibles.

"Que serait-il advenu de la section tennis de table si la municipalité, pour la sauver, n’avait acheté le terrain et la bâtisse où elle évolue ?"

63La lettre ouverte précise également quel est le montant exact de la subvention municipale octroyée au C.A.B.

  • 17 Sud-Ouest du 31 juillet 1973, article cité. Le propos fait allusion aux faibles moyens financiers m (...)

"Qui peut comprendre que la subvention municipale, 1,5 million d’anciens francs, soit qualifiée de nulle et que l’on ne dise rien sur « l’effort » de l’Etat : 100 000 anciens francs ?"17

64Dès lors, pourquoi le club s’en prend-il à la municipalité et non à l’Etat pour critiquer la "politique" sportive que celui-ci met en œuvre ?

  • 18 Comme c'était le cas, dans les années 59-60, au moment de la rénovation de Musard. Voir p. 36 et su (...)
  • 19 Rappelons aussi que les autres clubs sportifs de la commune représentent approximativement un total (...)

65Le rapport de force que tente d’instaurer le C.A.B. dans sa relation à la municipalité repose sur des arguments qui ne résistent pas à un examen attentif. Tel est d’ailleurs le sens de la réponse détaillée, point par point, fournie par le Conseil Municipal. La position radicale prise par les responsables du C.A.B. s’explique autant par la situation critique que connaît le club à ce moment-là18 que par l'affaiblissement progressif du réseau relationnel tissé autour du club. Si l’on ajoute à cela que le conseiller municipal ayant plus précisément en charge le domaine du sport n’est pas considéré par les dirigeants du club comme un interlocuteur compétent, on comprend que l’échange social soit des plus limités. Rien ne dit non plus que la population béglaise n’ait pas été surprise, voire même choquée, dans son ensemble, par la mise en garde du C.A.B., avec son allure de polémique19 et d’ultimatum adressé à la Mairie...

66C’est bien une crise de légitimité qui affecte le prestigieux C.A.B., « dépossédé » de son siège, municipalisé dans ses installations sportives de « Musard », gêné par les exigences du sport de haut niveau et de la bureaucratie fédérale, inquiété peut-être par l’essor des autres clubs implantés dans la commune, déçu aussi par les résultats assez moyens de son équipe de rugby...

67En fait, dans l’épisode que nous venons de relater, deux époques, et partant deux modèles d'organisation locale du sport, s’opposent : un club — de la première génération — qui n’a plus les moyens de gérer sa pratique compétitive en toute indépendance, sans soutien municipal ; une municipalité qui entend conduire une politique de réhabilitation (exclusivement municipale) et de construction d’un ensemble intégré et cohérent d’équipements sportifs. La relation contractuelle selon laquelle elle définit l’échange de service (avec les clubs) repose sur la clarté des objectifs que les partenaires en présence (municipalité et clubs) élaborent. Encore faut-il que l’intérêt public ne soit jamais oublié. Mais est-il possible aux acteurs concernés de s’entendre sur une même définition de l’intérêt public ? Alors que le C.A.B. juge son action sportive d’intérêt public, la municipalité considère que le sport ne doit pas être l’exclusive du C.A.B. pour s’affirmer dans sa vocation d’intérêt public.

68Faisant allusion à la vie associative locale, le Conseil municipal rappelle son souci constant de non ingérence.

"Le Conseil municipal a pour principe de ne pas s’ingérer dans les affaires des organisations béglaises, respectueux qu’il est de leur indépendance" (déclaration préliminaire de la "lettre ouverte", déjà citée).

69Cette relation est à la fois rendue obligée et garantie par l’asymétrie des ressources mises en présence. Le Club apporte le modèle culturel de la pratique sportive, encadrée par ses responsables bénévoles ; la municipalité apporte sa subvention et prend à sa charge les installations sportives.

"Si le CAB devait couvrir les frais des installations sportives qui lui sont nécessaires, cela représenterait pour lui annuellement une charge de 12 500 000 anciens francs au titre du fonctionnement, 17 500 000 au titre des investissements et de leur amortissement (pour ce qui concerne les terrains et installations diverses au prorata de leur temps d'utilisation par les seules sections du C.A.B.). Or, ces frais sont supportés entièrement par la municipalité". (ibid.)

  • 20 Ainsi qu'en témoignent les propos forts modérés des années suivantes à l’égard du contexte local... (...)

70C'est incontestablement la municipalité qui domine la situation, dans le cadre d'un rapport de force que voulait imposer le C.A.B. à son avantage... De ce fait, nous ne pouvons pas accepter ici l'interprétation proposée par Roger Bonnes et Louis Lesca lorsqu'ils écrivent : "la municipalité prend ombrage de cet 'appareil hégémonique' affirmant son indépendance et se voit gênée dans son projet de développer une politique sportive municipale" (op. cit., p. 28). La situation est bien différente. Rappelons que l'un et l'autre sont des acteurs sociaux directement impliqués dans le C.A.B. Leur interprétation est tributaire de leur insertion associative. Le "poids hégémonique" du club tout comme le type de "politique sportive" qu'entend conduire la municipalité, et tels que les définissent ces deux auteurs (exerçant des responsabilités au sein du C.A.B. !), ne sont nullement fondés dans les faits relatifs à l'"affaire" de l'été 1973... Sur ce "coup", tenté par l'entremise de quelques dirigeants, le C.A.B. joue et perd... Et il le sait pertinemment20. A ce moment-là, le club vient d'échouer dans sa prétention "hégémonique".

71On peut penser que les dirigeants du C.A.B., qui se mettent en scène dans de telles circonstances, ont pour objectif premier d'assurer l’avenir du club dans les meilleures conditions possibles. Cela ne fait pas de doute. La passion sportive et le dévouement au club sont sans limites ! Les dirigeants du C.A.B. sont de ces passionnés se dévouant corps et âme pour le maillot à damier. L'observateur non sportif a toujours beaucoup de mal à comprendre l'intensité et l'obstination d'un tel engagement. La communauté sportive célèbre ces dirigeants hors pairs. Donnons une illustration éclairante. Lorsque Jean Martin, vice-président, devient président général du club, en remplacement de Paul Saldou décédé, l'annonce parue dans le journal Sud-Ouest, est assortie du commentaire suivant :

"Jean Martin est un ancien joueur du C.A.Béglais dont il porta les couleurs depuis sa naissance ! Son père, M. Gaston Martin, l'un des fondateurs du club, avait fait ce jour-là deux déclarations, l'une à l'état civil, l'autre au C.A.Béglais. C'est pourquoi M. Jean Martin, qui vient de fêter ses 50 ans il y a quelques jours, fête aussi son demi siècle de fidélité aux couleurs des 'damiers'." (Sud-Ouest du 5 juin 1971)

72Il est évident que cet essai de prise de position opéré par le club a bien pour objectif de faire directement pression sur la municipalité. De fait, des tentatives de ce genre sont "hors règles"... En l'occurrence, elles ne constituent pas une trame préparatoire pour une forme de négociation ou d'action concertée future. Elles ne doivent rien, non plus, à une stratégie de type interactionniste. Elles ne procèdent pas d'une sociabilité agencée autour du "thème sportif local. D'ailleurs, on en prendra pour preuve, le recours au fameux "communiqué de presse" (cf. journal Sud-Ouest du 19 juillet 1973). Il vient suppléer au déficit en matière d'interconnaissance et d'échange social.

  • 21 Pour la présentation de ce contexte, avec la définition d'un appareil (ou organisation) et d'un rés (...)
  • 22 Nous reviendrons dans la conclusion générale sur la caractérisation sociologique de ces "crises", p (...)

73La prise de position, telle qu'elle est définie par quelques dirigeants du Club Athlétique Béglais, relève — déjà — d'une structure d'appareil, se cristallisant autour d'une intention — trop — politique... Dans ce contexte de "crise" que connaît le C.A.B., la mairie communiste de Bègles sert de référence exclusive et négative21. Le rapport de forces, que tentent d'imposer les responsables du club, peut être traduit en termes d'appareil — se prétendant — hégémonique (du C.A.B.), visant à (re)trouver une place "dominante" au sein de la commune. Jadis, l'action fonctionnelle des réseaux sociaux22, au sein desquels évoluaient les acteurs locaux, à l’endroit des organisations constituées (le C.A.B., la municipalité...) était fort efficace. Aujourd'hui, elle est impossible. Les conditions des années cinquante ou même du début des années soixante ne sont plus réunies... L'environnement social s'est modifié et le contexte sportif est en pleine évolution.

74Pour conclure à propos de cet épisode, n'oublions pas qu'à la même époque les autres clubs et associations sportives de la commune connaissent un essor non négligeable. De plus, les Jeux de Bègles, dont la formule est inaugurée en avril 1972, attestent de la vitalité sportive de la population de Bègles. Toutes les sections sportives des clubs, les équipements socio-éducatifs et les groupes scolaires sont engagés dans cette grande fête sportive qui se déroule sur une quinzaine de jours. C'est un immense succès. Ces Jeux de Bègles s’intègrent au sein du Printemps Béglais comme c'est le cas en 1980. Dès lors, chaque année, la manifestation qui se déroule durant un mois crée une grande effervescence au sein de la commune, en mobilisant l'ensemble des associations et des structures socio-éducatives locales. Divers regroupements associatifs s’ouvrent sur la ville à l’occasion de ces festivités. Les Béglais, jeunes ou adultes, (re)découvrent l'activité sportive. Après avoir vécu un mois d'expérience commune et de convivialité intense autour d'un enjeu sportif, bien des groupes optent pour une pratique durable dans un cadre associatif. La Gymnastique Volontaire Féminine, l'U.S. Bègles-Verduc, les sections sportives de la M.J.C., se sont constitués dans le prolongement des Jeux de Bègles. Plusieurs jeunes de l'Amicale Laïque s’affirment comme des animateurs bénévoles efficaces.

75La municipalité a favorisé l'expression de nouvelles demandes sociales dans le domaine des pratiques sportives. Elle ne s'est pas pour autant substituée à la dynamique associative. Bien au contraire, elle contribue à sa diversité. Déjà se dessinent des modèles relativement contrastés d'accès aux activités de sport. D'une certaine manière, les Jeux de Bègles préfigurent l'action qui sera conduite plus tard, au niveau de la direction régionale de la Jeunesse et des Sports, sous l'appellation "Sport pour Tous”.

2) Une animation sportive qui tend à se diversifier : (1977-1983)

a) Le budget municipal des sports s'accroît

76En mai 1977, Simone Rossignol, qui conduit la liste communiste, est réélue et reconduite dans ses fonctions de premier magistrat de la ville. L'importance tenue par le sport dans le budget municipal est sans conteste un des traits majeurs du nouveau mandat. Les investissements, les remboursements d'emprunts, les charges de fonctionnement et d'entretien, le recrutement de personnels affectés dans le domaine sportif répercutent ces augmentations. Le sport représente entre 10 et 12 % du budget municipal.

77La commune poursuit la réalisation de son "programme" d'équipement collectif que la population est en droit de réclamer. Comme toutes les collectivités locales, elle est conduite à s'endetter. Il lui a fallu combler les retards accumulés dans les années d'après-guerre et elle ne peut pas directement compter sur le soutien financier de l'Etat.

"Depuis 20 ans où elle a été élue, la municipalité ouvrière et démocratique de Bègles s'est efforcée de répondre à des besoins reconnus unanimement comme criants en 1959".
(Journal municipal de mars 1979)

78La municipalité fait preuve de décision et d'initiative. La faiblesse des moyens mis en œuvre par l'Etat explique cette direction. Les Préfets de région et de départements sont chargés de répartir les crédits d'équipements sportifs mis à leur disposition par le Ministère de la Jeunesse et des Sports. Importants durant les années qui couvrent les trois Lois de programme, ces crédits sont en forte diminution depuis 1975-76... De fait le budget que consacre la ville de Bègles au sport augmente régulièrement depuis plusieurs années déjà.

79L'évolution des grands chapitres du budget municipal montre une hausse sensible dans la plupart des postes.

  • 23 Ces écarts s'expliquent généralement par deux sortes de raison. L'une renvoie à l’opportunité (ici  (...)

80Vers 1970, le budget consacré au sport par la municipalité atteint quasiment les 12 %. Déjà le 1er octobre 1972, à l'occasion de l'inauguration du fronton de pelote basque avec mur à gauche, du Stade Delphin-Loche, Simone Rossignol rappelle que "le budget sportif de la commune représente à peu près 17 % du budget total". Le chiffre paraît quelque peu exagéré23 mais l'effort municipal est réellement important.

81Pendant plusieurs années, le discours municipal reprend quelques thèmes majeurs :

"doter la ville en équipements, en moniteurs municipaux, assurer le fonctionnement des installations représente un effort considérable essentiellement supporté par les finances locales".
(Journal municipal de décembre 1980)

82Contentons-nous d'insister ici sur l'importance des coûts de l'équipement sportif municipal et sur les subventions allouées par la mairie aux associations sportives de la commune. Les coûts relatifs aux équipements sportifs et de plein air concernant les années 1973-1981 sont rapportés dans le tableau de la page suivante.

Tableau 8 - L'équipement sportif communal : quelques coûts (1973-1981)

Tableau 8 - L'équipement sportif communal : quelques coûts (1973-1981)

* Cette somme ne traduit pas la totalité des dépenses communales engagées dans le domaine du sport. Néanmoins, par son volume, elle correspond assez bien aux chiffres cités par Simone Rossignol soulignant l'importance de l'action municipale conduite en faveur des loisirs sportifs et de plein air entendus au sens large. Le montant des subventions de l'Etat correspond au montant de la T. V.A.

Tableau 9 - Investissements Chapitre sport (1977 - 1982) (Municipalité de Bègles)

Année

Dépenses d'investissement

Montant global des investissements

%

1977

640 178,49

4 742 088,43

13,49 %

1978

1 828 434,27

5 649 054,32

32,36 %

1979

1 463 997,88

3 826 348,33

38,26 %

1980

2 657 894,80

7 093 243,96

37,47 %

1981

3 676 509,67

7 616 398,78

48,27 %

1982

2 429 000,00

10 974 837,00

22,13 %

TOTAL

12 696 015,00

39 901 970,00

31,8 %

Tableau 10 - Fonctionnement Chapitre sport (1977 - 1982) (Municipalité de Bègles)

Année

Dépenses de fonctionnement

Montant global du fonctionnement

 %

1977

1 340 000,00

17 684 000,00

7,57 %

1978

1 481 000,00

20 292 000,00

7,29 %

1979

2 168 000,00

23 765 000,00

9,12 %

1980

2 698 000,00

27 709 000,00

9,73 %

1981

3 320 000,00

33 410 000,00

9,93 %

1982

3 613 000,00

41 409 000,00

8,72 %

TOTAL

14 620 000,00

164 269 000,00

8,9 %

Tableau 11 - Quelques exemples de coûts de fonctionnement et d'entretien (1980)

Quelques équipements sportifs

Coûts de fonctionnement et d'entretien

stade municipal Delphin Loche

524 000 F

salle Langevin

280 000 F

piscine

770 100 F

centre médico-sportif

22 400 F

  • 24 En remplacement des vieilles tribunes métalliques dites tribunes de face. Elles avaient été montées (...)
  • 25 Voir Sud-Ouest du 11 octobre 1979 : " Les premières foulées sur la Plaine des Sports". L'article fa (...)
  • 26 Cette propriété appartenait jadis à l'Archevêché qui l'avait vendue à la CUB vers 1970.

83Plusieurs équipements et aménagements sportifs sont ouverts dans la période 1977-83. Le grand gymnase Joliot-Curie est inauguré le 3 avril 1979.Les nouvelles tribunes24 du stade municipal Delphin-Loche (2 000 places) sont inaugurées le 15 février 1981 en présence de nombreuses personnalités : élus de Bègles, responsables fédéraux du ballon ovale et membres du C.A.B. Depuis plusieurs années, le comité directeur du C.A.B. insistait auprès de la municipalité pour que ces nouvelles tribunes soient construites. En septembre 1979, les premières installations de la plaine des sports sont ouvertes25 et l'aménagement du plan d'eau est achevé en juin 1981. Le Parc de Mussonville, rétrocédé à la commune par la C.U.B., est ouvert aux "sportifs" dès le printemps 1981. A l'origine, cette importante réserve foncière26 était destinée à la réalisation d'un vaste programme de construction de logements. En fait, les ensembles de logements envisagés sur le territoire communal ont été construits sur d'autres emplacements. L'importance accordée à l'écologie et à la préservation du patrimoine de nature en milieu urbain explique le parti-pris municipal de conserver ce vaste espace de verdure et de tranquillité.

84Toutes ces réalisations ont évidemment une incidence directe sur le budget communal. Par ailleurs, le budget de fonctionnement et d'entretien des installations est relativement important. Il n'est pas possible de le présenter dans sa totalité. Retenons seulement quelques exemples à titre indicatif (voir tableau 11, page 81).

85Les tableaux qui figurent à la page précédente permettent d'évaluer l'augmentation des budgets d'investissement et de fonctionnement sur une période couvrant un mandat municipal.

86Rappelons aussi l’augmentation progressive des subventions aux associations sportives (+ 12 % en 1982). En règle générale, il est vrai que l'année précédant une élection municipale favorise les associations... Néanmoins, il faut souligner que les subventions sportives connaissent une augmentation régulière.

  • 27 C'est vrai que le budget Jeunesse et Sport n'a jamais été aussi bas. 1978 :0,69 % du budget nationa (...)

87Cet accroissement des dépenses communales engagées dans le domaine du sport s'accompagne d'une condamnation de l'attitude du gouvernement27.

"Nous ne pouvons tolérer (...) que des secteurs aussi sensibles que l'éducation, les équipements sportifs et de loisir, le contrôle médico-sportif, l'aide aux associations déjà insuffisamment dotées régressent encore",

88souligne Madame le maire dans son éditorial (bulletin municipal, décembre 1980).

b) La diversification des modèles de la pratique sportive

  • 28 Pour une approche d'ensemble de cette évolution, se reporter à la synthèse proposée par Antoine Hau (...)

89En règle générale, il est admis que la diversification de la pratique sportive s'opère selon deux orientations : d'une part se met en place une segmentation du sport de compétition ; d'autre part une certaine multiplication des formes de pratique des loisirs sportifs tend à s'affirmer28. Les communes urbaines montrent habituellement une plus grande diversification des modèles de pratique. Le processus d'innovation dans la manière de pratiquer ou d’organiser le sport y est également plus avancé.

Tableau 12 - Les subventions municipales aux clubs sportifs (1969-1983)

Année

Subvention municipale

dont subvention au C.A.B.*

1969

4 500,00 F ( ?)

15 000,00 F

1970

30 000,00 F

15 000,00 F

1971

45 000,00 F

15 000,00 F

1972

35 000,00 F

15 000,00 F

1973

35 000,00 F

15 000,00 F

1974

45 000,00 F

15 000,00 F

1975

60 000,00 F

15 000,00 F

1976

57 000,00 F

20 000,00 F

1977

55 000,00 F

20 000,00 F

1978

92 000,00 F

50 000,00 F

1979

92 000,00 F

45 000,00 F

1980

111 800,00 F

56 000,00 F

1981

175 800,00 F

62 000,00 F

1982

199 000,00 F

71 500,00 F

1983

200 000,00 F (estimation)

(?)

* A ces sommes s'ajoutent souvent quelques subventions complémentaires attribuées pour les écoles de sport ou pour des manifestations ponctuelles : cross du C.A.B., prix cycliste du C.A.B., etc.

90Il paraît opportun d'utiliser ici le terme de modèle. Il désigne un ensemble relativement cohérent, identifiable par des traits et des caractéristiques spécifiques, qui assurent sa permanence et sa stabilité, en même temps que sa reproduction et sa diffusion. Un modèle sportif donné peut être identifié par les traits suivants : un support organisationnel, des comportements et des publics relativement typés, un savoir spécialisé, un parti-pris pédagogique, l'affirmation de valeurs partagées, une certaine conception de la vie collective.

91A Bègles, le processus de développement des formes de pratique devient sensible dans le courant des années soixante-dix. Durant cette période, l'essor des loisirs sportifs est assez spectaculaire. La décennie suivante montre surtout une complexité croissante du sport de compétition, avec ses incidences économiques directes compte tenu de l’élévation du coût de ce modèle de pratique.

- Le sport de compétition en club

92L'activité compétitive pratiquée dans les sections des clubs reste majoritaire. Plusieurs sections du C.A.B. se distinguent en gymnastique, cyclisme, tennis de table, par exemple, et les juniors de la section de rugby sont champions de France et détenteurs de la coupe Frantz Reichel en 1977.

93Dans le contexte du sport de haut niveau, le C.A.B. est confronté progressivement à des exigences complexes, contradictoires même. Déjà, en 1971, il lui a fallu trancher à propos du basket-ball qui accède alors au championnat de nationale 1.

"La consécration ! Malheureusement « la roche tarpéienne est près du Capitole » et pour des raisons complexes autant que capitales, la section basket est dissoute " (Plaquette du 75ème anniversaire du C.A.Béglais, 1982).

94Les responsables de la section de rugby du C.A.B. ont en projet de restructurer la discipline, au sein du club, pour faire jeu égal avec les “grands” du championnat de première division nationale.

95D'autre part, le bénévolat commence à faire défaut dans quelques sections du club... Mais le dévouement des responsables du club parvient toujours à résoudre les problèmes délicats.

96A partir de 1979, la mairie de Bègles prend en charge la mise en place et l'organisation du cross international de Bègles, en liaison avec le C.A.B. Le Cross international du C.A.B. et de la ville de Bègles en est à sa 10ème édition en 1982. Près d'un millier de participants et participantes s'alignent sur la ligne de départ en 1982.

97Les autres clubs de la commune montrent également une importante activité.

98L'Union Sportive Bègles-Verduc est fondée en 1976-77. Le club rassemble rapidement 80 licenciés autour du football. Le président Robert Lasserre fait en sorte de bien structurer chacune des équipes évoluant en championnat. A l’issue de la saison 1982-83, les résultats sont des plus prometteurs.

  • 29 L'A.S.B. est née en juillet 1935 sous le nom de Prolétarienne Sportive Béglaise.

99La pratique sportive de club s'ouvre à de « nouvelles disciplines ». Certaines d'entre elles s'inspirent d'un modèle "oriental", avec une philosophie assez caractéristique. Citons le cas de l'Association Sportive Béglaise. Elle ouvre en 1965 une section de judo, qui permet au club de bien se restructurer. En 1977, une section de jiu-jitsu traditionnel voit le jour. En 1982, elle ne compte pas moins de 180 licencié(e)s. Le dojo est installé 66, rue Emile-Combes. Il sert également d'école des cadres, pour cette discipline, sous la direction d'un professeur diplômé d'Etat et membre du Conseil de l'Académie européenne de jiu-jitsu traditionnel29.

- De nouvelles modalités de compétition sportive

100On assiste à la "recodification" de certaines activités classiques. Ou, plus exactement, quelques-unes d'entre elles montrent un agencement de diverses modalités de pratique : sport de haut niveau, compétition de masse, "individualisme" de masse...

101Le semi-marathon du C.A.B. et de la ville de Bègles illustre cette évolution. La formule est inaugurée en 1979. En 1980, il regroupe déjà 150 spécialistes dont une dizaine de féminines qui terminent l'épreuve. L'année suivante, 240 participants s'alignent au départ avec près d'une quarantaine de féminines. L'effectif augmente encore en 1982 : 308 inscrits. La vogue des "courses sur route" gagne Bègles. L’épreuve rassemble 696 participants en 1984-85. La première édition restait relativement confidentielle. La seconde s'inscrit dans le programme des festivités du Printemps Béglais. Elle bénéficie du soutien de la presse locale et de la présence d'athlètes étrangers. L'A.S.P.O.M. de Bordeaux joue cette année-là un rôle majeur dans l'organisation de la manifestation ; le spectacle est de qualité.

  • 30 Sud-Ouest du 18 avril 1980. Cette édition est remportée par Dominique Coux, champion de France lice (...)

"A l'heure prévue, ce sont près de deux cents participants, hommes, femmes, juniors et vétérans qui, précédés d'un lâcher de pigeons du Messager Béglais, se réunissaient sur la ligne de départ, donné par Mme Rossignol, Maire de Bègles, en présence de M. Lugherini, président général de l'A.S.P.O.M. de Bordeaux et qui a réuni ce beau plateau d'Athlètes, venus de plusieurs pays (Angleterre, Allemagne, Espagne, Maroc, Ethiopie, etc...)"30.

- Les activités physiques et sportives de loisirs

102Cependant, d’autres modalités de pratique font leur apparition au niveau du cadre de vie quotidien. Ces dernières résultent de l'initiative associative et/ou municipale mais elles traduisent également l'évolution des mentalités culturelles. Le contexte béglais n'échappe pas à ce constat. L'apparition de nouvelles populations sportives (qu'on peut identifier sur la base des variables sociologiques ou socio-démographiques classiques) illustre pour partie ces transformations sociales durables et une évolution assez spectaculaire des pratiques — et des cultures corporelles.

  • 31 Elle est affiliée au Comité Départemental de la Fédération Française de Gymnastique Volontaire.

103La pratique sportive non compétitive apparaît d'abord dans les équipements socio-culturels (M.J.C. Romain Rolland). Il s’agit d'activités de loisirs organisées pour les jeunes et les groupes qui fréquentent ces structures d'animation. Une autre forme s’impose progressivement avec la mise en place d'une section de gymnastique volontaire féminine31, pour les jeunes adultes. Ce groupe de G.V. se constitue en octobre-novembre 1972. Dans le début des années 1980, il regroupe 70 à 80 adeptes. En 1982, deux groupes de G.V. se forment. L'un dispose du gymnase Paul-Langevin, rue de Lauriol ; l'autre, qui est structuré autour d'une section de l'Union des Femmes Françaises, se réunit à la salle Gambetta.

104Ces initiatives marquent déjà un élargissement des publics du sport et elles disposent d'un soutien efficace de la part du service municipal des sports. Pour sa part, la Maison des jeunes et de la Culture Romain Rolland (cité Yves Farges) possède une section de football qui dispute des compétitions.

105A partir de 1982, une animation sportive "pour tous" est proposée sous l'égide de la Fédération Sportive et Gymnique du Travail, avec la participation de l'A.S.P.O.M. et avec l'aide de la municipalité. Par la suite, la F.S.G.T. élargit son intervention auprès des populations défavorisées (les adolescents des grands ensembles) ou faiblement impliquées dans la vie associative locale (familles maghrébines, familles nombreuses, etc.). Dans le cadre de la "semaine du sport pour tous", la fédération organise son troisième rassemblement du sport travailliste girondin en octobre 1983. Cette animation est présentée comme "une expérience de sport populaire".

106L'Amicale laïque s'engage dans diverses formules d'animation sportive locale. Cette ouverture n'est pas directement liée à la vie scolaire. Il s'agit plutôt d'une animation de l'environnement social valorisant la pratique associative des loisirs sportifs.

107Les activités de plein air et de pleine nature avec hébergement connaissent un succès croissant. Le chalet de Saint-Lary fonctionne tout au long de l’année. Il est ouvert aux enfants des classes maternelles et à tous les élèves de cours moyen CM2, au titre des classes de neige. La municipalité béglaise présente cette "opération classes de neige" comme "une action prioritaire". Durant les vacances d'hiver, le chalet accueille aussi des adolescents et des familles béglaises. L'été, il est occupé par les colonies de montagne.

"La carte des vacances"

"L'école s'achève. Les enfants ont besoin de vacances. Soucieux d'atténuer les injustices sociales, votre municipalité a, de longue date, multiplié réalisations et initiatives pour répondre à ce besoin.
La gamme des équipements et des activités que nous proposons est très diversifiée : centre maternel, de loisirs, de séjour, de mer, de montagne et camps d'adolescents".

"Editorial", par Simone Rossignol, maire de Bègles*

Tableau 13 - Vacances sportives et/ou de pleine nature (1981)

Tableau 13 - Vacances sportives et/ou de pleine nature (1981)

* Bègles, Revue d'information municipale, juin 1981. Ce bulletin propose une présentation détaillée de chaque formule, des moyens requis et des aspects pédagogiques privilégiés.

- Le Printemps Béglais

  • 32 Se reporter à l’article paru dans le journal Sud-Ouest : "Le Sport, thème du Printemps Béglais", me (...)
  • 33 Les Jeux Olympiques doivent se dérouler à Moscou, en U.R.S.S., dans le pays leader du Bloc de l'Est (...)

108Cette manifestation municipale est instaurée en 1972. Elle prend chaque année plus d'importance32. En 1980, année olympique33, le Printemps Béglais est largement consacré au sport : tournois divers, semi-marathon international, spartakiades scolaires, débats autour du football et du rugby, nuit du cinéma traitant du thème sportif, etc. Pendant plusieurs jours, la vie de la commune est placée sous le signe de l'esprit sportif.

109Diverses organisations locales de type "club" (comme l'U.S. Bègles Verduc) ou de type "loisirs" (M.J.C., gym volontaire...) se sont constituées ou ont élargi leur gamme d'activités en intégrant les activités physiques et sportives à la suite du rassemblement annuel des Jeux de Bègles.

110Cette manifestation, dont l'organisation repose largement sur le soutien technique du personnel municipal, implique un engagement important des responsables d'associations. Ces deux constats montrent bien qu'une municipalisation des moyens (équipements sportifs et matériel, mise à contribution du personnel communal, subventions municipales) ne s'accompagne pas nécessairement d'une municipalisation de la vie sportive associative. Elle est même compatible avec une non municipalisation — croissante — de celle-là, contrairement aux fausses banalités trop souvent affirmées à ce sujet !

111Plusieurs associations sportives localisées dans la commune vont prendre leur essor ou connaissent "un nouveau départ" grâce à la mobilisation des énergies autour du programme des activités du Printemps Béglais. De même, cette manifestation annuelle favorise-t-elle le développement du militantisme associatif. En effet, une nouvelle génération de responsables bénévoles apparaît. Elle n'est pas directement intéressée par une prise de responsabilité dans les clubs anciens implantés dans la commune. Elle préfère s'investir dans de nouveaux espaces d'animation. L'associationnisme sportif se renouvelle en s'élargissant au delà des formules habituelles du club. Plus précisément, il s’agit de l’expression d’un néo-associationnisme sportif.

112La conjoncture paraît propice à l'éclosion d'un nouveau type d'animation sportive. C'est l'ébauche d'une recomposition des modalités de l'action sportive locale. Pourtant, le "réseau coopératif" qui s'est instauré entre divers acteurs associatifs et la municipalité ne se formalise pas de façon durable. Evidemment les clubs ne cherchent pas à encourager un tel essor et la municipalité, pour sa part, n'apprécie pas à son exacte mesure le mouvement qui s'esquisse. Peu après, les principaux acteurs impliqués vont développer dans des communes voisines ces nouvelles modalités d'expression sportive. En s'installant dans une forme organisationnelle définitive, les Jeux de Bègles perdront progressivement leur fonction d'innovation culturelle.

- La prévention sociale par l'animation sportive

  • 34 A l'origine, il s'agit d'un programme visant à résoudre certains problèmes liés à la marginalisatio (...)

113Il faut noter que certaines pratiques sportives "ouvertes" s'inscrivent dans un cadre géographique qui dépasse les seules localisations d'équipements. Le cadre des activités physiques et sportives est replacé alors dans le contexte de l'environnement social. La mise en place des programmes interministériels : Loisirs Quotidiens des Jeunes et Vacances et Loisirs pour Tous ont accentué cette tendance34, dans les années 1981 et 1982. Plusieurs lieux sont privilégiés : cités du Paty, Haut-Verduc, Yves Farges, Maurice Thorez... Durant le premier été, les activités sportives, qui se répartissent sur l'ensemble des installations communales, restent relativement "classiques" dans leur modalité d'organisation. Mais le bilan est positif. La municipalité renouvelle l'opération l’année suivante. Quelques moyens supplémentaires sont octroyés : 4 000 francs pour l’achat de matériel et 4 000 francs également pour le défrayement de l’encadrement d'animation (voir le document préparatoire : Opération Bègles été 82). Au fil des années, et l'expérience aidant, ce programme se traduit par la réalisation d'un véritable projet d'animation sociale par les activités sportives, de plein air et de pleine nature, plus novateur et préservant l'ouverture interinstitutionnelle. Il s’agit d’un service sportif, d’incitation municipale et publique, qui tend à susciter des formes de participation associative dans des secteurs géographiques relativement démunis en fait de “vie collective”.

- La sociabilité sportive populaire

  • 35 Voir par exemple "La vie du Basco", Sud-Ouest du 10 avril 1980.

114L'animation "bouliste", toujours importante à Bègles, est dominée par l'activité du Basco-Landais35. On y retrouve également les syndicats de bienfaisance des quartiers de Bègles, au nombre de 9 sur le territoire communal, qui rivalisent de dynamisme pour organiser fêtes, "coupes" et tournois. L'A.S.P.O.M. et la F.S.G.T. proposent diverses formules de compétition en pétanque et dans cette spécialité "régionale" qu'est la boule lyonnaise. Autant d’expressions traditionnelles de la culture ouvrière... et masculine.

115Rappelons enfin que le dynamisme de quelques associations locales s’explique en partie par la localisation géographique de Bègles, aux limites de la ville et de l’espace rural. Le Syndicat des Chasseurs Béglais est particulièrement actif. Depuis plusieurs années déjà, il possède une garderie de chasse installée à Saucats (Gironde) dans une vaste zone de bois et de cultures. Le Ball Trop Club rassemble des adeptes du tir au fusil de chasse. Deux sociétés de pêche : La Brème du Midi et le Picart Béglais bénéficient de plans d’eau (d’anciennes gravières) répartis sur la commune. Ajoutons la société de colombophilie du Messager Béglais qui compte parmi les meilleures de l'hexagone. Le maire de Bègles assure toujours la présidence d'honneur de l'assemblée générale.

116Que faut-il retenir, d’un point de vue sociologique, dans le prolongement de ces notations descriptives ? La période qui couvre les années 1977-1983 est particulièrement intéressante pour identifier la diversification des modèles de la pratique sportive. Au delà du recencement de la variété des expressions, il n’est pas inutile de proposer une typologie simplifiée des modalités associatives de la pratique sportive.

117Le premier type de regroupement est habituellement désigné sous l'appellation de club. Il permet l'acquisition de savoir faire sportifs spécialisés dont la maîtrise s'évalue dans le cadre de la compétition. L'univers de références du club sportif se traduit par l’adhésion à un conformisme culturel spécifique, garanti par l'institution elle-même. La relation avec le pouvoir municipal en place fait apparaître généralement une évolution en trois séquences : autonomie (associative)/sollicitation (de la municipalité)/contractualisation (sous forme de service sportif supposant un double engagement).

Tableau 14 - Quelques types de regroupements sportifs à dimension associative

Types de regroupements associatifs

Mode de recrutement et définition des attentes

"Histoire" du regroupement

1- clubs sportifs

-participation volontaire
- attentes définies par l’association

-groupement plus ou moins ancien
- principe du Fédéralisme

2- néo-associationnisme sportif

-participation volontaire
- auto-définition des attentes

- groupement récent ou en cours de réalisation
- existence "locale"

3- service sportif
associatif (ou inter-associatif)

-participation suscitée (et/ou hypothétique)
- définition unilatérale

-mise en place d'un cadre formel destiné à certaines "catégories" de publics

118Le deuxième type est qualifié de néo-associationnisme sportif. Sa structuration, en termes d'univers de références, correspond à une recherche d'expressivité marquée par une volonté d'innovation (dans le domaine des activités physiques et sportives) ou par la recherche d’une alternative socio-culturelle. La recomposition socio-démographique d'une population donnée favorise souvent l'émergence de ce type associatif. La relation qui s'établit avec le pouvoir municipal montre une évolution en trois séquences : autonomie (affichée par rapport au jeu institutionnel local)/revendication (d’une spécificité)/contractualisation (visant à institutionnaliser une fonction sociale).

119Le troisième type est désigné sous l'appellation de service sportif associatif (ou inter-associatif). Mis en place à l'initiative des pouvoirs politico-administratifs, il vise à une réduction des inégalités sociales, culturelles et économiques dans l'accès aux pratiques sportives. Il a pour objectif de favoriser l'insertion de certaines catégories de publics au sein de la société. Le dispositif mis en place vise à engager un processus d'autonomisation des personnes et des groupes qui peut se définir en trois séquences : incitation (publique, politique et/ou administrative)/participation volontaire (du public ciblé)/construction d'un projet associatif.

120Les trois types identifiés permettent de rendre compte de la totalité de l'associationnisme sportif. Il est assez révélateur que le tournant des années quatre-vingts, à Bègles, montre une recomposition importante des formes associatives de la pratique sportive. L'évolution des mentalités culturelles, le renouvellement — social — du bénévolat et du militantisme, les effets de la démocratisation sportive, l'action volontariste de la municipalité, les mesures incitatives définies par le gouvernement expliquent, en partie tout au moins, les transformations observées dans ce domaine.

c) La valorisation municipale de l'action sportive locale et la vie associative

121Le deuxième mandat de Simone Rossignol se traduit par l'achèvement — pour ainsi dire — du "programme" municipal d'équipement sportif tel qu'il a été préalablement défini dans ses lignes directrices. Le patrimoine ancien est rénové, les équipements de grand rayon et les installations sportives de proximité sont bien répartis sur l'espace de la commune.

122La première tranche des réalisations de la plaine des sports est inaugurée en septembre 1979 :

"(...) en septembre 1979, Mme le Maire, M. Laguillon et l'ensemble du Conseil municipal, avec la participation d'une nombreuse population, notamment sportive, inauguraient officiellement ce qui doit devenir dans les prochaines années un complexe sportif et de loisirs de haut niveau et fort attrayant".
(Sud-Ouest du 9 septembre 1981)

  • 36 "Bègles. La plaine des sports : du rêve à la réalité...", Sud-Ouest du 9 septembre 1981.

123Cet article détaillé doit être lu comme un communiqué — d'information — de la mairie adressé à la population béglaise. Il met l'accent sur la détermination des élus communistes de Bègles. L'ouverture de la plaine des sports et des loisirs illustre parfaitement cet esprit36.

"Ainsi, en septembre 1979, venait s'ajouter à la déjà longue liste des stades, terrains, gymnases, salles..., que la municipalité, depuis 1959, a fait édifier sur le sol de notre commune, la plaine des sports et des loisirs répondant ainsi aux aspirations de nombreux Béglais.
Est-il inutile de rappeler qu'aucun centime de subvention de l'Etat n'a été accordé pour une réalisation de cette ampleur ? C'est le budget municipal, et lui seul, qui a pris en charge l'acquisition des terrains et le coût des travaux".

124En juin 1981, on procède en présence des élus, des représentants de la D.D.E. (Direction Départementale de l'Equipement) et de la C.U.B. (Communauté Urbaine de Bordeaux), à la réception définitive du plan d'eau dont la ville est désormais seule propriétaire.

125Dès lors, la ville de Bègles fait véritablement figure de "commune sportive". Avec l'ouverture du Parc de Mussonville, elle ajoute une dimension écologique à sa politique d'aménagement.

"Désormais, le Parc de Mussonville est propriété de la ville de Bègles. Ainsi se trouvent récompensés les efforts de tous ceux qui ne souhaitaient pas voir cette "île verte" passer entre les mains des promoteurs".
(Bulletin municipal, juin 1981)

Madame le Maire souligne la vocation "sportive" du parc. "(...) des parcours seront disposés pour la pratique d'exercices physiques comme la course à pied, ou le cross, dont on ressent tellement le besoin aujourd'hui.
L'évasion, la détente, l'oxygénation, voilà les objectifs d'utilisation du Parc de Mussonville que je propose aux Béglais".
(ibid.)

  • 37 Une telle évolution doit être interprétée comme une volonté municipale visant à répondre du mieux p (...)

126La municipalité développe sa politique d’information sportive en direction de l'ensemble de la population de la commune. Le Bureau de la Jeunesse, des Loisirs et des Sports est présenté à la population béglaise dans le journal municipal. Il vient d'être réorganisé dans un souci d'efficacité et compte tenu de la diversité des domaines que couvre désormais l'animation sportive dans la ville37.

127Le service municipal des sports assure directement une animation sportive. C'est ainsi que l'école municipale de natation, ouverte en 1980, accueille en permanence une quarantaine de jeunes et d'enfants. L'école de gymnastique rassemble 70 à 80 enfants sous la responsabilité de trois moniteurs municipaux d'E.P.S.

128La vie associative reste la composante majeure du sport local. Les relations entre la municipalité et les responsables du C.A.B. sont jugées "tout à fait satisfaisantes". Le service municipal des sports est associé à diverses manifestations du club. L'adjoint aux Sports, Henri Fontan, est fort bien accepté par le Comité directeur du club.

"Au CA.B., c'est comme si j'avais retrouvé une seconde famille (...) Si c'était à refaire, c'est là que je referais ma vie sportive",

129confiait-il un jour à quelques amis lors d'un vin d'honneur.

130Les rapports entre la municipalité et le C.A.B. sont au mieux de leur forme.

131Henri Fontan décède en 1981. Il est remplacé au poste d'Adjoint aux Sports par Claude Scipion. Ce dernier a déjà occupé cette fonction de 1965 à 1971. Les relations entre le club — y compris le comité directeur du rugby — et la municipalité sont bons. En avril 1981, la subvention de la ville attribuée au C.A.B. omnisport est augmentée de 10 % par rapport à l’année précédente. Elle s'élève à 62 000 F. L’année suivante, elle passe à 71 500 F, soit une augmentation de 15 % : 75ème anniversaire du club oblige ! En 1983, elle augmente encore de 34 %. 91 500 F sont attribués au club par la municipalité. A cette somme, il faut ajouter les 13 500 francs de subventions attribués aux écoles de sport du C.A.B.

  • 38 Une plaquette illustrée est publiée à cette occasion : Les clubs de Bègles et leurs sections sporti (...)

132En mai 1982, une grande exposition : "Les activités physiques, le sport à Bègles" est organisée avec le concours de l'Office Municipal des Sports, au Centre Jean Lurçat38. Cette manifestation, en se plaçant du point de vue de la stratégie d'action concue par la municipalité, permet de prévenir toute tentative d'emprise "hégémonique" de la part du CAB. qui fête avec faste ses 75 bougies...

"A l'occasion du 75e anniversaire du Club Athlétique Béglais se tiendra une manifestation au Centre Jean Lurçat (rue Pierre Curie, Bègles) du 25 au 28 mai, à l'initiative de l'Office municipal des sports, avec l'appui de la municipalité”.
("Le sport au Centre Jean Lurçat", Sud-Ouest du 24 mai 1982).

133Dans la plaquette éditée à cette occasion, Claude Scipion, délégué aux Sports, vice-président du Conseil général, salue le C.A.B., "ce grand club d'audience nationale". Il prend soin de compléter son propos en évoquant le rôle important que jouent d'autres clubs dans la commune et en rappelant l'effort de la municipalité en matière d’équipement sportif. Ce parti permet de relativiser quelque peu sinon la prépondérance symbolique du moins l'influence du C.A.B. au sein de la commune.

  • 39 Rappelons que Simone Rossignol pratiqua le sport sous les couleurs "bleu et rouge" de l'A.S.B.. Ell (...)

"Vous découvrirez que l'Association Sportive Béglaise, digne continuatrice de La Prolétarienne, compte quarante-cinq ans d'âge39.
Vous mesurerez mieux la diversité des activités physiques au plan scolaire, à l'entreprise, dans les quartiers, au sein de multiples associations qui, sous la houlette de dirigeants dévoués et bénévoles, regroupent des milliers de participants.
Vous jugerez de l'effort municipal réalisé sous la conduite de René Duhourquet et Simone Rossignol afin de doter la commune des installations et moyens répondant aux besoins sans cesse croissants".

134Certes, le C.A.B. occupe une position fondamentale et avantageuse dans la commune de Bègles mais le domaine sportif local ne se limite pas à ses seules activités. L'inventaire proposé dans la plaquette de l'exposition en précise le détail, chiffres à l'appui :

Tableau 15 - Les principaux clubs de Bègles et leur effectif

Clubs et sections de clubs

Effectifs de licenciés

Année de création

C.A.B. : 13 sections
CAB rugby
CAB football
CAB athlétisme
CAB gymnastique
CAB pétanque
CAB quilles
CAB pelote basque
CAB tennis
CAB tennis de table
CAB natation
CAB hand-ball
CAB basket-ball
CAB cyclisme

1 400 licenciés actifs
464
210
140
176
38
37
60
420
80
[20 ?]
160
45
90

1907 1907

vers 1910
1914
1941
1972
vers 1941
vers 1920
1929
1941
1922
1947
vers 1925
1941

A.S.B. : 3 sections
ASB wa-jutsu
ASB gym. féminine

290 licenciés actifs
270
20

1935
1977
1979

Bègles XIII-Racing club

40

1968

Club Basco-Landais

130

1953

Union sportive Bègles
Verduc

80

1976

A ces clubs civils, s'ajoutent plusieurs clubs d'entreprises (dits clubs corpos) dont l'A.S.P.O.M. est sans doute le mieux intégré à la vie sportive locale.

  • 40 1907-1982. Les grandes heures du CA. Béglais. 75 ème anniversaire, Aquitaine publicité éd., 1982, i (...)

135A cet égard, il n'est pas inutile de comparer cette plaquette, qui minimise quelque peu le rôle du C.A.B. dans la commune, avec le livre d'or du Club : Les grandes heures du C.A.B., édité pour le 75ème anniversaire40. Madame le Maire, sollicitée pour un hommage, loue les mérites du club tout en marquant le lien qui engage celui-ci par rapport à la municipalité.

"Aussi, lorsqu'en 1967, il s'est trouvé en butte à des difficultés matérielles, c’est tout naturellement et dans le strict respect de son identité que la Municipalité a pris en charge ses installations vétustes et inadaptées".
(ibid., p. 5)

136Rien n'est dit des tensions de 1973. Il n'est fait allusion qu'à la première "crise" du club, confronté à l'impossibilité d'assumer financièrement la rénovation de son patrimoine d'équipement sportif.

137Pourtant, le paragraphe qui conclut le volumineux chapitre consacré au rugby résonne, énigmatique et, qui sait, avec un accent prophétique. C'est un dirigeant du club qui l'a rédigé.

"Pour conclure, nous soumettons à votre jugement cette phrase de René Crabos ancien président de la Fédération, qui s'applique non seulement au rugby en tant que sport, mais aussi au rugby en tant que club :
"le rugby est affaire de tact autant que de tactique, idéale conjonction de la force et de l'intelligence, de la promptitude et du sang-froid, de génie personnel et d’humble dévouement à son équipe".
Retenez bien ! L'humble dévouement à son équipe..."
(ibid., p. 39)

138Mais qui peut bien être ce philosophe érudit et anonyme, méditant quelque aphorisme de René Crabos ? La plaquette ne le précise pas...

139Le C.A.B. aurait-il des intentions à l'endroit de la municipalité ? Plus encore, n’aurait-il pas déjà tiré des enseignements majeurs — et profitables — de son opposition, mal engagée, vis-à-vis de la municipalité (d'abord en 1959-60 et plus tard en 1973) ? Les dirigeants du ballon ovale sont-ils en mesure de conduire le jeu à leur guise ?

140C'est déjà une sentence rugbystique de René Crabos qui ouvre le chapitre consacré à cette spécialité sportive.

"On ne joue pas au rugby contre quelqu'un mais avec".
René Crabos
(ibid., p. 15)

141En d'autres termes, le jeu ne saurait se concevoir sans un engagement des deux acteurs collectifs en présence. Autrement dit, d'une part, tel joueur doit compter avec les joueurs de l'équipe adverse et, d'autre part, il sait pouvoir compter sur ses propres partenaires !

142En l'occurrence, quel pourrait être le "partenaire" engagé dans cette redoutable partie, sinon la municipalité béglaise elle-même ? Au delà de la métaphore sportive, c’est bien le répertoire de l'interactionnisme social qui est illustré par ce propos sentencieux... Il ne faut pas s'y tromper : c'est aussi une règle de jeu qui est clairement annoncée !

143André Moga vient de passer la main, après de longues années d'activité présidentielle. Ce dernier aurait-il décidé de prendre sa retraite sportive après de nombreuses années d'intense activité ? Christian B agate lui succède à la tête du "club" rugby. Ce dernier est médecin, responsable du Centre Médico-sportif, et ancien pratiquant de rugby d'abord au Stade Rochelais puis au C.A.B.

Conclusion

144Les deux mandats de Simone Rossignol (de 1971 à 1983) se caractérisent par une action municipale favorisant largement l'équipement sportif. Là, les initiatives municipales s'accordent avec un objectif majeur du VIe Plan (1971-1975) : "l'amélioration du cadre de vie" et "la qualité de la vie", tout particulièrement en milieu urbain. Le Plan suivant est appelé à compléter cette action. Mais revenons à l'exemple béglais. Les années envisagées correspondent bien à une période "topique" de construction d'équipements pour la pratique des sports. L'ouverture de la vaste Plaine des Sports et celle du Parc de Mussonville inaugurent une nouvelle étape. Il s'agit en effet d’équipements (de plein air et de pleine nature) de "troisième génération". Leur configuration en fait des espaces importants, ouverts à une fréquentation qui intéresse l'ensemble de la commune. Ils viennent en complément des installations rénovées (Musard, par exemple) ou de création récente (gymnases divers), destinées selon le cas à une desserte de grand rayon ou de proximité.

145L'ouverture de ces installations et l'amorce de leur mise en valeur par des animations sportives de qualité sont autant de facteurs qui vont favoriser le développement de la pratique sportive locale.

  • 41 A la suite des élections présidentielles de mai 1981, Valéry Giscard d'Estaing est battu par Franço (...)
  • 42 Contrairement à l'hypothèse formulée par Jean-Pierre Augustin et Michel Bergès dans une étude par a (...)

146L'affirmation d’une politique municipale des sports se traduit par différents traits : une prise d'initiative — et de risque — évidente, la condamnation de la politique gouvernementale conduite en ce domaine41, avec une T.V.A. qui pénalise les communes entreprenantes, un accroissement spectaculaire du budget communal dévolu au sport, une réelle capacité de la municipalité à maîtriser la règle du jeu dans sa relation avec les associations sportives locales. Jamais, cependant, elle n'envisage une "municipalisation" de l'organisation locale du sport42. L'héritage historique en matière de sport ne permet pas d'envisager une telle orientation. La municipalité entend plutôt clarifier les règles de la contractualisation formalisant l'action sportive communale. Une sorte de statu quo s'est établi avec le C.A.B. après la "crise" de 1973 sur la base de la mise en commun de ressources complémentaires et asymétriques, sous forme d'une relation contractuelle. Les événements de 1973 témoignaient d'une tentative du CA.B. visant à contrôler l'espace sportif local ; la municipalité prendra soin de veiller au partage des zones d'influence d'une part en maintenant une asymétrie des ressources (la municipalité a l'entière responsabilité des équipements sportifs ; les clubs ont charge de proposer le modèle éducatif et pédagogique, grâce au bénévolat), d'autre part en préservant la visibilité locale et l’importance sociale des différentes associations sportives béglaises (que le C.A.B. a tendance à systématiquement négliger).

147Par ailleurs, on assiste à une diversification des formes de la pratique sportive que la municipalité favorise, dans la mesure de ses possibilités (accès aux installations sportives, subventions municipales, mention détaillée dans le bulletin municipal d'information, etc.)

148Le développement des loisirs sportifs de masse déplace quelque peu le centre de gravité de la culture sportive qui n'est plus l'exclusive des clubs. Désormais, le modèle du club est soumis à une double "concurrence". Il lui faut d'abord tenir compte de la capacité attractive des nouveaux loisirs sportifs ; il doit composer aussi avec le développement local des autres clubs et des sections de clubs, et avec une augmentation en volume et en rubriques de l'offre compétitive. Cette tendance globale se retrouve à Bègles dans l'étude détaillée des formes organisées de la pratique des activités sportives. Il n'est pas impossible que les transformations de la structure sociodémographique de la ville de Bègles aient une incidence directe sur l'évolution observée au niveau des mentalités sportives. On retrouve à Bègles des changements repérés à une plus grande échelle par les enquêtes statistiques ou par les études consacrées aux nouveaux modèles d’organisation dans la pratique des activités physiques et sportives.

149Avec le deuxième mandat de Simone Rossignol (1977-1983), s'achève une longue période d'équipement sportif communal. La demande sociale en matière d’activités physiques, sportives et d'expression corporelle n'a jamais été aussi importante. Pour la ville de Bègles débute une nouvelle séquence du développement sportif.

Notes

1 Bulletin municipal, décembre 1970 (p. 15 et 16). Voir également l’article "Bordeaux-Bègles paru dans Avant Garde, mensuel du mouvement de la Jeunesse communiste de France, no 13, février 1971, p. 26-31.

2 Nous les avons déjà mentionnées dans l'introduction générale et elles figurent dans la bibliographie.

3 Pour comparer ces données avec celles de 1954 et de 1962, se reporter aux pages 22 et 23.

4 En outre, le développement de l'urbanisation compromet sa vocation initiale. Les responsables y font régulièrement allusion. De plus, il s'entoure de construction d'immeubles, ce qui lui ôte le caractère de pleine nature qu'il avait lorsqu'il fut créé.

5 "Le mot de Madame le Maire", bulletin municipal, juin 1972, p. 1.

6 On verra plus loin que ce "programme" montagne a probablement limité dans les années quatre-vingts la capacité — municipale — d'innovation en matière de "nouvelles pratiques" de découverte et la recherche d'une plus grande diversification de l'animation.

7 Pierre Barrère, "Le nouveau visage de Bordeaux", Bordeaux au XXe siècle, sous la direction de Joseph Lajugie, Bordeaux : 1972, p. 525-570. Voir en particulier les pages 569 et 570 qui insistent sur la conservation des espaces verts et libres, avec un programme de développement des activités de plein air et de loisirs.

8 Après les événements de mai 1968 et le bref passage de Roland Nungesser à la tête du ministère de la Jeunesse et des Sports, Joseph Comiti est nommé secrétaire d'Etat auprès du Premier Ministre chargé de la Jeunesse et des sports. Il est reconduit dans cette charge l'année suivante, avec des compétences élargies au domaine des "loisirs". Nous l'avons déjànoté. Le Premier Ministre de l'époque n'est autre que Jacques Chaban-Delmas, député-maire de Bordeaux.

9 Cf. le document : "Campagne nationale d'action pour une véritable politique de la Jeunesse, des sports et des Loisirs, Bègles, juin 1972.

10 Il serait utile en particulier de confronter la politique centrale conduite par l'Etat aux politiques locales engagées par les municipalités selon qu’elles sont gérées par des maires appartenant ou n'appartenant pas à la majorité présidentielle, selon l'importance démographique des communes et selon leur situation géographique.

11 Obtenant 4 207 voix contre 6 991 pour la liste communiste conduite par René Duhourquet.

12 Assemblée Générale du Club Athlétique Béglais, Rapport Financier 1979/80, "préambule", 20 juin 1980 (document dactylographié).

13 Sur ces aspects, se reporter à l'étude minutieuse conduite par Roger Bonnes et Louis Lesca : Sport et société locale. Un club omnisport : le Club Athlétique Béglais, Les auteurs, 1983. Pour la progression des cotisations entre 1968 et 1980, voir p. 45 et 47. Pour les problèmes financiers que connaît le club à partir de 1974, voir les pages 121 et 124 de cette même étude.

14 Propos de Marc Reviriego, rapportés dans la presse, Sud-Ouest du jeudi 19 juillet 1973, p. 10. "Malgré des finances saines et un nombre croissant de sociétaires. Le C.A.B., petite ville de 3 950 âmes, à la croisée des chemins faute d'installations suffisantes”. Le titre est bien choisi. En fait, le décompte permet d'identifier 1 550 licenciés. 2 400 cotisations supplémentaires — de sympathisants ou de dirigeants — viennent élargir la population des sociétaires du club. Il aurait été utile de préciser la domiciliation — béglaise ou non — de ces sociétaires...

15 Sud-Ouest du jeudi 19 juillet 1973.

16 Sud-Ouest du lundi 30 juillet 1973, Ibid. : "Le Conseil municipal (...) répond au Club Athlétique Bèglais". Voir également le Bulletin municipal de septembre 1973 (p. 10 et 11).

17 Sud-Ouest du 31 juillet 1973, article cité. Le propos fait allusion aux faibles moyens financiers mobilisés par l'Etat dans le domaine du sport.
Le 12 avril 1973, Pierre Mazeau devient secrétaire d'Etat auprès du Premier Ministre de l'Education Nationale (1er mars 1974), puis Ministre de la Qualité de la Vie, chargé de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs.

18 Comme c'était le cas, dans les années 59-60, au moment de la rénovation de Musard. Voir p. 36 et suivantes.

19 Rappelons aussi que les autres clubs sportifs de la commune représentent approximativement un total de 650 licenciés et d'une soixantaine de dirigeants. Le sport associatif ne se limite pas au seul C.A.B.

20 Ainsi qu'en témoignent les propos forts modérés des années suivantes à l’égard du contexte local... Pour illustration, voir l'article, toujours imposant et non signé, paru dans Sud-Ouest du mardi 19 août 1975.

21 Pour la présentation de ce contexte, avec la définition d'un appareil (ou organisation) et d'un réseau, voir p. 43.

22 Nous reviendrons dans la conclusion générale sur la caractérisation sociologique de ces "crises", plus ou moins chroniques, traversées par le club, en les replaçant dans un cadre diachronique et interprétatif.

23 Ces écarts s'expliquent généralement par deux sortes de raison. L'une renvoie à l’opportunité (ici : une inauguration d'équipement sportif) saisie par les édiles pour valoriser l'action municipale. La "révision" chiffrée se fait toujours à la hausse... L'autre raison tient au découpage des services administratif de la commune (regroupant à Bègles : sport, culture et jeunesse). Les subdivisions par secteur d'action ne sont pas toujours opérées. Par ailleurs, ces variations rendent délicate l'évaluation financière chiffrée de l’action municipale dans tel ou tel de ces trois domaines.

24 En remplacement des vieilles tribunes métalliques dites tribunes de face. Elles avaient été montées en 1952, après avoir servi quelques armées, au vieux stade des Chartrons, rue de Leybardie à Bordeaux.

25 Voir Sud-Ouest du 11 octobre 1979 : " Les premières foulées sur la Plaine des Sports". L'article fait mention des personnalités présentes : "Autour de Madame le Maire, on remarquait la présence de M. Laguillon, Adjoint aux Bâtiments communaux, des élus municipaux, M. Jean-Charles Lamouliatte, représentant le directeur de la Jeunesse et des Sports, M. Jean Martin, président général du C.A. Bèglais, le président de Bègles ΧΙΠ, le président du football Haut-Verduc, M. Reviriego, secrétaire général du C.A.B., M. Eymart, président de la section de football du CAB, le chef Clavère et le gendarme Ballion de la gendarmerie de Bègles, une section de la Protection civile, etc...".

26 Cette propriété appartenait jadis à l'Archevêché qui l'avait vendue à la CUB vers 1970.

27 C'est vrai que le budget Jeunesse et Sport n'a jamais été aussi bas. 1978 :0,69 % du budget national ; 1980 : 0,63 % ; 1981 : 0,61 %...
Le 25 août 1976, Jean-Pierre Soisson est nommé secrétaire d'Etat auprès du Ministre de la Qualité de la Vie. Par un décret d'avril 1977, les services de la Jeunesse et des Sports sont placés directement sous l'autorité du secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports. Paul Dijoud lui succède à ce poste quelques mois plus tard. Ce dernier est nommé le 8 juin 1977 secrétaire d'Etat auprès du Ministre de la Qualité de la Vie, chargé de la Jeunesse et des Sports. Le 5 avril 1978, Jean-Pierre Soisson est nommé Ministre de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs. Il occupe ce poste jusqu'à l'élection de François Mitterrand à la Présidence de la République en 1981.

28 Pour une approche d'ensemble de cette évolution, se reporter à la synthèse proposée par Antoine Haumont : "La pratique sportive", op. cit., p. 63-148. Voir également les Cahiers de l'Université Sportive d’Eté : Le sport en pleine mutation U.N.CU., U.S.J.S.F., M.S.H.A no 3, 1988.

29 L'A.S.B. est née en juillet 1935 sous le nom de Prolétarienne Sportive Béglaise.

30 Sud-Ouest du 18 avril 1980. Cette édition est remportée par Dominique Coux, champion de France licencié au Paris Université Club.

31 Elle est affiliée au Comité Départemental de la Fédération Française de Gymnastique Volontaire.

32 Se reporter à l’article paru dans le journal Sud-Ouest : "Le Sport, thème du Printemps Béglais", mercredi 9 avril 1980. Voir également le programme publié dans Sud-Ouest du 11 avril 1980.

33 Les Jeux Olympiques doivent se dérouler à Moscou, en U.R.S.S., dans le pays leader du Bloc de l'Est. Plusieurs nations ne vont pas hésiter à boycotter ces Jeux à la suite de l'invasion de l'Afghanistan par les troupes soviétiques.

34 A l'origine, il s'agit d'un programme visant à résoudre certains problèmes liés à la marginalisation de la jeunesse. Selon les partenaires ministériels impliqués, les solutions envisagées vont de l’assistance sociale à la mobilisation active des jeunes et des populations, dans le cadre des quartiers. Toutefois, un résumé du rapport A propos de l'opération Eté 82, réalisé par le secrétariat d’Etat chargé de la Famille, de la Population et des Travailleurs immigrés, précise les risques encourus :

  • "menaces d’institutionnalisation (résistances idéologiques et professionnelles) ;

  • ambiguités des objectifs (population visée non touchée) ;

  • aspect ponctuel de l’opération".

35 Voir par exemple "La vie du Basco", Sud-Ouest du 10 avril 1980.

36 "Bègles. La plaine des sports : du rêve à la réalité...", Sud-Ouest du 9 septembre 1981.

37 Une telle évolution doit être interprétée comme une volonté municipale visant à répondre du mieux possible aux diverses "demandes" du public sportif.

38 Une plaquette illustrée est publiée à cette occasion : Les clubs de Bègles et leurs sections sportives se présentent à vous, 1982. 31 p.

39 Rappelons que Simone Rossignol pratiqua le sport sous les couleurs "bleu et rouge" de l'A.S.B.. Elle y fut même capitaine de l’équipe féminine de basket-ball.

40 1907-1982. Les grandes heures du CA. Béglais. 75 ème anniversaire, Aquitaine publicité éd., 1982, ill. (66 p.). Présentation, par Jean Martin, Président Général du Club, hommages de Michel Sainte-Marie, député-maire de Mérignac et Président de la communauté Urbaine de Bordeaux, Simone Rossignol, Maire de Bègles, Jacques Chaban-Delmas, Député-maire de Bordeaux (et ancien trois-quarts aile du C.A.B., René Bex, Directeur départemental du Temps Libre, de la Jeunesse et des Sports, Albert Ferrasse, Président de l’International Board et de la Fédération Française de Rugby, etc.

41 A la suite des élections présidentielles de mai 1981, Valéry Giscard d'Estaing est battu par François Mitterrand. André Henry est nommé Ministre du Temps Libre le 23 juin 1981. Il exerce les attributions antérieurement dévolues au Ministre de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs, à l'exclusion de celles relatives à l’Education Physique et Sportive, rattachée au Ministère de l'Education Nationale.
Dans le même temps, Edwige Avice est nommée Ministre délégué chargée de la Jeunesse et des Sports, auprès du Ministre du Temps Libre et François Abadie secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, auprès du Ministre du Temps Libre.

42 Contrairement à l'hypothèse formulée par Jean-Pierre Augustin et Michel Bergès dans une étude par ailleurs fort intéressante. "La municipalité se voit gênée dans son projet de développer une politique sportive municipale comme la commune de Mérignac (à partir du SAM)", notent les auteurs (cf. "Sport et société locale : le rugby à Bordeaux", Sports et société, Paris : Vigot, p. 337-351 ; cit. p. 349). A aucun moment, la mairie de Bègles n'envisage réellement une telle option !

Table des illustrations

Titre Tableau 5 - Population totale d'après la C.S.P. individuelle (pour les deux sexes) (1968-1975)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau 6 - L'équipement sportif communal : quelques coûts (1970-1973)
Légende * Les coûts donnés en millions de centimes concernent des réalisations qui s’échelonnent sur une douzaine d’années. Ils ne rendent pas compte de l’érosion monétaire ni des budgets de fonctionnement et d’entretien engagés du fait de la mise en service des installations sportives mentionnées.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15875/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau 8 - L'équipement sportif communal : quelques coûts (1973-1981)
Légende * Cette somme ne traduit pas la totalité des dépenses communales engagées dans le domaine du sport. Néanmoins, par son volume, elle correspond assez bien aux chiffres cités par Simone Rossignol soulignant l'importance de l'action municipale conduite en faveur des loisirs sportifs et de plein air entendus au sens large. Le montant des subventions de l'Etat correspond au montant de la T. V.A.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15875/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 13 - Vacances sportives et/ou de pleine nature (1981)
Légende * Bègles, Revue d'information municipale, juin 1981. Ce bulletin propose une présentation détaillée de chaque formule, des moyens requis et des aspects pédagogiques privilégiés.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15875/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540