Version classiqueVersion mobile

Sociologie des politiques sportives locales

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Michel Dané

I. La politique municipale d'équipement sportif et la pratique du sport dans les clubs (1959-1971)

Texte intégral

Introduction

  • 1 Mouvement Républicain Populaire et Rassemblement du Peuple Français, deux courants politiques qui (...)

1En mars 1959, la liste communiste conduite par René Duhourquet gagne les élections en battant le maire sortant, Marcel Bouc et son équipe, de tendance M.R.P.-R.P.F.1 La commune de Bègles connaît trente années consécutives de gestion communiste, jusqu’à la récente défaite de la liste conduite par Bernard Moncla. Celui-ci doit s’incliner en 1989 devant Noël Manière qui rassemble autour de son nom des socialistes se réclamant de la "majorité présidentielle" du moment...

2A la veille des années soixante, la ville de Bègles, située au sud de la commune de Bordeaux et en bordure de la Garonne, se présente comme un espace ouvrier assez caractéristique.

3Avant l’industrialisation, qui s’affirme autour de 1860, la commune se compose d’un espace de prairies et de vignes parsemé de bourgades implantées sur les terrains les plus stables. L’installation des voies ferrées, à partir de 1855, contribue au développement des industries et des entrepôts. On assiste à l’apparition d’activités centrées sur l’abattoir, l’industrie chimique, les sècheries de morues. Les hangars le partagent avec les dernières fermes, plus près du fleuve, où l’habitat reste encore peu dense. Vers Talence, le bâti, mieux organisé, se fond dans le tissu plus homogène de la grande ville. L’essor industriel ne cesse de progresser en se diversifiant : fabrication d’allumettes, pétrole, métallurgie, papeterie... Cette physionomie de la commune transparaît précisément dans les mœurs et les attitudes, si l’on en croit un témoin attentif de l’Entre-deux Guerres.

  • 2 Camille Bossoutrot, "Bègles. Hier, Aujourd’hui, Demain", Bègles : Journal L'Union Sociale, 1932 (c (...)

"Milieu rude, où domine la forte race plébéienne, plus bruyante dans ses expressions colorées et ses impulsions sans contrôle, que méchante dans ses intentions"2.

4En d’autres termes, pour l’auteur, il s’agit essentiellement d’une masse d’ouvriers, de cheminots et de gens de condition moyenne. Telle est l’image sociale reflétée par la population de la commune.

5On entrevoit clairement ce que le bref commentaire doit au jugement de valeur plus qu’au témoignage ethnographique. Qu’importe ! Le peuple ouvrier est bon..., pourvu qu’il s’adonne au rugby. Et la valorisation des rugbymen du C.A.B., telle qu’elle opère dans la mémoire collective, transfigure cette "rudesse" en vaillance et en défense de la petite patrie... Les victoires sportives du club local vont contribuer à styliser l’effervescence collective. D’ailleurs Camille Bossoutrot ne manque pas de souligner l’importance de cette animation communale :

"Bègles présente à un rare degré ce caractère que nous envieraient bien des localités plus réputées peut-être : la vie sous toutes ses formes, politique, sociale, religieuse, familiale, en somme : la vie tout court".
(ibid.)

6Pourtant, la ville ouvrière de Bègles fait quelque peu figure de banlieue "rouge".

7Dans les années cinquante, les nombreuses sècheries de morue donnent à la commune un trait typique : la morue "verte" sèche sur des lattes de bois, auprès de vastes hangars.

"Son odeur forte, mêlée aux effluves nauséabondes de la papeterie, fait des quartiers béglais riverains le faubourg des odeurs",

  • 3 Barrère, P. Les quartiers de Bordeaux, Auch : Codaraux imp., 1956. Cette image dépréciative d’une (...)

8note le géographe Pierre Barrère3 dans une étude publiée en 1956.

9Le territoire de la commune se compose de plusieurs quartiers ayant chacun son comité des fêtes et son syndicat : La Mairie-bourg, Le Prèche, Argous, La Castagne, Birambits, La Ferrade, Calais-Centujan-La Liberté, La Raze, Marcel Sembat.

10Le rail donne à Bègles une part de son identité. La communauté cheminote y est bien présente avec ses cités H.L.M. et son club de sport de l'A.S.P.O.M. La proximité de la gare Saint-Jean, le rôle joué jadis par la gare de Brienne, aujourd’hui détruite, et l’imposante emprise de la gare de triage de Hourcade expliquent cette particularité locale.

  • 4 Ces aspects sont particulièrement bien notés par A. Vaugrenard dans son étude : Bègles, étude d'un (...)

11C’est dans ce décor urbain caractéristique que le nouveau maire René Duhourquet, ouvrier cheminot de son état, prend en main les destinées de la commune. Le poids du passé, la survivance d’une activité rurale, l’héritage industriel et les occupations liées au chemin de fer, continuent à peser sur les paysages et les mentalités4.

12En 1954, le recensement de la population réalisé par l'I.N.S.E.E. décompte 23 147 habitants et la répartition par catégories socioprofessionnelles (population totale des ménages) donne une distribution caractéristique, (voir tableau 1)

13Les données de 1954 utilisées ne permettent pas de donner le détail de la population active. Néanmoins, les chiffres rassemblés confirment le caractère "populaire" de la commune de Bègles.

14Le recensement effectué par l’I.N.S.E.E. en 1962 montre une augmentation sensible de la population puisque la ville de Bègles gagne 1 200 habitants entre 1954 et 1962. La répartition des catégories socio-professionnelles confirme l’importance des ouvriers qui sont au nombre de 5 683, avec une représentation de plus de 55 % au sein des personnes actives résidant dans la commune. Viennent ensuite les employés (17 %) et les patrons de l’industrie et du commerce (10,5 %). La présence d’agriculteurs exploitants, au nombre de 65, à laquelle il convient d’ajouter les salariés agricoles, atteste encore d’un paysage agricole menacé, à terme, par le processus d’urbanisation. Les cadres moyens, tout comme les professions libérales et les cadres supérieurs, sont peu représentés à Bègles.

Tableau 1 - Population totale d'après la C.S.P. individuelle (pour les deux sexes) (1954)

Catégories socio-professionnelles

Nombre

%

ensemble des actifs identifiés

22 750

100

agriculteurs exploitants, salariés agricoles

353

1,55

patrons de l’industrie et du commerce, prof. libérales et cadres supérieurs

2 108

9,26

cadres moyens, employés, ouvriers

9 692

42,60

personnels de services, autres catégories

5 310

23,34

ensemble des inactifs (?)

5 287

TOTAL

23 147

15Avec une culture socio-professionnelle majoritairement structurée autour d’une identité ouvrière et populaire, Bègles occupe une place caractéristique au niveau de l’agglomération bordelaise. Notons enfin que près d’un tiers de la population de la commune se situe dans la tranche des 0-19 ans : 7 470 jeunes, soit 30,6 %.

Tableau 2 - Population totale d'après la C.S.P. individuelle (pour les deux sexes) (1962)

Catégories socio-professionnelles

Nombre

%

ensemble des actifs identifiés

10 300

100

agriculteurs exploitants

67

0,65

Salariés

44

0,42

Patrons de l’industrie et du commerce

1 091

10,59

Prof. Libérales et cadres supérieurs

293

2,84

Cadres moyens

695

6,74

Employés

1 787

17,34

Ouvriers

5 683

55,17

Personnels de service

479

4,65

Autres catégories

161

1,56

Ensemble des inactifs

14 119

TOTAL

24 419

1) Les principales caractéristiques de l’organisation du sport dans la commune de Bègles en 1959

  • 5 Rappelons que la Vème République a commencé par créer, le 27 septembre 1958, un Haut Commissariat (...)

16Elu en 1959, René Duhourquet dénonce le retard accumulé par l’équipe municipale précédente en matière d’équipement sportif. Pourtant, l’importance des installations sportives et des terrains de jeu est loin d’être négligeable. Par contre, il est évident qu’ils doivent être modernisés et complétés. On peut ajouter d’ailleurs que d’autres communes urbaines comparables à la ville de Bègles se trouvent en situation bien plus désavantageuse. Une analyse comparative confirmerait cette impression. Sur un plan plus général, le Ministère des sports doit faire face à un réel sous-équipement sportif des communes françaises5.

a) Les orientations définies par la nouvelle municipalité

17La nouvelle équipe municipale, mais plus particulièrement le maire, constatent que les attentes des pratiquants sportifs de la commune ne sont pas toutes satisfaites, en particulier à cause du « sous-équipement manifeste » dans le domaine.

  • 6 L'"Office des Sports", dont il est question, avait été mis en place par le maire précédent. On peu (...)

18Le maire expose clairement son « programme » sportif dans le Bulletin municipal d’août 1959. Dans un article intitulé : "L’office municipal des Sports", il définit les grandes lignes de l’action qu’il envisage de mener6. Plusieurs dimensions sont soulignées dans le communiqué.

19Il s’agit tout d’abord de développer la concertation dans le cadre de l’Office.

"Nous pensons qu’il sera utile de donner à cet organisme municipal dès les prochains mois toute son ampleur pour que l’extension du sport soit entreprise tant par l’appui apporté aux sociétés béglaises que par la création d’installations sportives nécessaires", (ibid.)

  • 7 Réunion du Conseil municipal du 28 septembre 1958. Au nom du groupe U.O.D. (Liste d’Union Ouvrière (...)
  • 8 A l’origine, ce « terrain » de sport accueille diverses sociétés sportives ou gymniques locales, d (...)

20Le maire envisage également de construire deux équipements qui font cruellement défaut dans la commune : d’une part une salle d’éducation physique municipale, d’autre part une piscine d’été pour compléter la piscine couverte datant de 1932. L’ancien stade Serge Duhourquet menaçait d’être supprimé dans les dernières années au bénéfice de la construction de 32 logements avec accession à la propriété. La municipalité sortante en avait décidé ainsi. Le nouveau maire avait déjà exprimé son désaccord alors qu’il était dans l’opposition7. Il revient sur cette décision prise par M. Bouc et l’annule. Ce vaste espace gardera sa vocation première8. Ajoutons une remarque. Le "terrain de sports de Duhourquet" est une référence de la symbolique locale. A l’origine, il était fréquenté par la Prolétarienne Sportive Béglaise. A la veille de la seconde guerre, la P.S.B. est le plus important club "populaire" de la région affilié à la Fédération Sportive et Gymnique du Travail. Par la suite, il incarne quelque peu une volonté d’émancipation sportive ouvrière. Cette image sociale attachée au lieu est particulièrement nette dans les repères symboliques des Béglais.

21Le domaine du sport doit être réorganisé au sein de l’espace communal. Seul un équipement sportif diversifié peut véritablement favoriser la pratique du sport. René Duhourquet évoque enfin deux derniers points : le sport scolaire et son enseignement dans les établissements scolaires de la commune.

"Nous savons qu’il y a encore beaucoup à faire pour doter Bègles d’installations sportives permettant le développement du sport scolaire, et nous pensons aussi que le problème du personnel chargé de l’éducation physique se pose tous les ans avec plus d’acuité", (ibid.)

22Et le maire de conclure :

"Ces questions feront partie du programme d’activités des mois à venir", (ibid.)

23Les élections municipales de mars 1959 ont permis de renouveler l’équipe dirigeante et de donner un nouveau maire à Bègles. Désormais, la question sportive est clairement formulée. Pour être résolue dans les meilleures conditions, elle suppose que soit définie une orientation programmatique. Celle-ci nécessite une instance de concertation et de coordination de l’action municipale. Elle oblige la commune à envisager une grille d’équipements diversifiée, avec les réservations foncières qui s’imposent. Enfin, il convient de favoriser du mieux possible le sport scolaire.

  • 9 Seule une analyse comparative, portant sur un choix raisonné de communes, permettra d’apprécier à (...)

24Chacun des points mentionnés a été clairement formulé par le nouveau maire, dès son entrée en fonction. Une telle attitude marque bien, nous semble-t-il, un changement significatif dans la place qu’il convient désormais d’accorder au fait sportif et au rôle de la collectivité locale en ce domaine9.

b) Les équipements sportifs dans la commune

  • 10 Notons que le constat vaut globalement pour l’ensemble de l’agglomération bordelaise.

25Quels sont en 1959 les équipements sportifs disponibles sur le territoire de la commune ? Ils sont assez nombreux, si l’on se réfère à la carte de la page suivante, mais un examen détaillé montre qu’il s’agit souvent d’installations assez vétustes ou nécessitant d’importantes rénovations. Par ailleurs, le manque de salle couverte (gymnase ou salle d’éducation physique) fait cruellement défaut10.

26Voyons dans le détail l’ensemble de ces installations sportives. L’inventaire que nous proposons précise le statut — privé ou municipal — des installations. Le point est important à noter. A Bègles comme dans la plupart des communes confrontées à l’époque au "problème sportif", l’effort municipal de modernisation de l’équipement sportif implique généralement la municipalisation de celui-ci lorsqu’il est la propriété des sociétés sportives anciennement constituées. Bien des installations de sport vont changer de statut à cette occasion.

Les Installations Sportives de Bègles (mars 1959)

Les Installations Sportives de Bègles (mars 1959)

27Les négociations entre clubs et municipalité sont souvent délicates à conduire... La municipalité ne souhaite pas s’engager dans de lourdes dépenses pour réhabiliter des installations qui resteraient exclusivement utilisées par tel ou tel club ; les clubs n’envisagent pas de céder un patrimoine foncier ou immobilier acquis à force de sacrifices et de ténacité... 11 y va de leur identité.

28• Le stade Delphin-Loche (ou "Musard"), porte le nom du fondateur du Club Athlétique Béglais. Il appartient au C.A.B. Fondé en 1907, c’est surtout au début de l’Entre-deux-Guerres qu’il se fait connaître du public sportif. En 1919, le C.A.B. bat le prestigieux Stade Bordelais U. C., en Finale du "Championnat de la Côte d’Argent". Il envisage de devenir propriétaire de ses propres installations sportives. La constitution d’une société civile par actions : "Bégulai", en 1926, permet au club d’acquérir son patrimoine foncier.

  • 11 A l’époque, le C.A. Béglais considère qu’il a su créer "les moyens d’une pratique sportive à l’éch (...)

29En 1959, "Musard" se compose d’un terrain de rugby avec tribunes, d’un terrain de football. Une aire de basket-ball, un court de tennis, un fronton de pelote basque et des vestiaires complètent l’équipement. Cet ensemble sportif est relativement imposant11.

30• La piscine couverte municipale. Construite au milieu de l'Entre-deux-Guerres par l’ingénieur-architecte Armand Blanchard, cette réalisation ambitieuse est à mettre à l’actif de la municipalité S.F.I.O. conduite par Alexis Capelle. Au moment de l’inauguration de l’établissement, la municipalité avait émis la possibilité de construire un bassin d’été, de manière à développer plus efficacement l’apprentissage de la natation. Il ne fut pas donné suite à ce projet. Ouverte en 1932, elle est alors la première piscine couverte de l’agglomération bordelaise. En effet, la piscine "d’hiver" de Bordeaux située rue Judaïque date de 1935.

31En 1959, sa capacité d’accueil s’avère trop limitée, en particulier durant la période estivale, et le bassin ne correspond pas aux normes habituelles de la compétition.

32• La salle dite des Patriotes Béglais, située rue Pierre Curie, a plutôt l’allure d’un hangar vétuste. Elle appartient au C.A.B. depuis 1942, date à laquelle la vénérable société de gymnastique, fondée en 1909, rallie le C.A.B. En 1959, la salle abrite l’activité gymnique en plein essor.

33Albert Delteil, président de la section de gymnastique, Secrétaire général de la ville et Trésorier général du C.A.B., est un des principaux artisans de cette renaissance de la gymnastique à Bègles.

  • 12 Cette mise en scène de la lutte des classes, par clubs sportifs interposés, va s’estomper avec la (...)

34• Le stade municipal Serge Duhourquet. Il s’agit du "terrain communal de sport et d’éducation physique scolaire". A l’origine, c’est un simple terrain libre, situé non loin du boulevard, rue Alexis Capelle, que la municipalité avait cédé à un club fondé en 1935, avec l’aide du Parti Communiste : la Prolétarienne Sportive Béglaise12, qui entend s’opposer au "club bourgeois" qu’est, pour ses militants, le C.A.B. De fait, un tel jugement est excessif. Le recrutement du C.A.B. est assez populaire, et sans commune mesure avec celui d’autres clubs de l’agglomération bordelaise comme le Bordeaux Etudiants Club, le S.B.U.C. ou le Sport Athlétique Bordelais.

35En fait, c’est plutôt au niveau de la symbolique des lieux que joue l’opposition entre l’image du "stade Duhourquet" et celle du "C.A.B." ; signalons également que le président-fondateur de la P.S.B. n’est autre que Augustin Durou, dit "Tintin", "roulant" aux P.T.T., et père de Simone Rossignol, futur maire communiste de Bègles. La symbolique des lieux recoupe l’histoire de la commune et elle contribue à l’entretenir dans la mémoire des habitants.

36En 1959, le complexe municipal des sports se compose d’un terrain de football, d’un terrain de basket-ball et d’une piste d’athlétisme en cendrée. Des vestiaires complètent l’installation.

37• La salle de rééducation physique Gambetta (dans un premier temps, le bâtiment était la "cinémathèque" de Bègles). Dans les années cinquante, des kinésithérapeutes et des spécialistes de la gymnastique corrective (issue du courant d’idées du docteur Raoul Fournié) s’occupent de la rééducation physique des enfants. Il s’agit d’une annexe du service installé à la Maison Communale d'éducation physique de la rue Chauffour, à Bordeaux.

38• Le terrain de basket-ball de la Villa "Bon Dieu". A l’origine, l’emplacement est sans doute celui du terrain de lawn-tennis des premiers propriétaires de la villa, dont l’aire de jeu a été convertie par la suite en terrain de basket-ball. C’est l'Amicale des Patronages Laïques de Bègles qui utilise régulièrement cet équipement assez sommaire.

39• Le terrain de football du Dorat. Ce premier terrain du Dorat, disparu depuis et "réinstallé" plus au sud, comprend alors un seul terrain de football avec des vestiaires vétustes. A l’origine, il est utilisé par les équipes corporatives de l'A.S.P.O.M. (football et rugby) ainsi que par les enfants du Centre aéré S.N.C.F. du Dorat. Dans les années soixante, le lotissement du Dorat s’est construit sur cet espace libre.

40• Le terrain de football du stade Denis Mallet placé à l’extrême sud de la commune. Il s’agit de l’ancien terrain du "Deportivo". Ce club, le Real Club Deportivo Español, a connu son heure de gloire au tournant des années trente. Il recrute habituellement ses joueurs dans le quartier "espagnol" des Capucins. Il semble que des équipes villenavaises utilisent ce terrain jusque dans le courant des années cinquante.

41• Les terrains sportifs du Petit Séminaire de Mussonville (football, basket-ball). Ces installations sont utilisées principalement par les patronages catholiques pour les championnats de l'U.R.P.S.O. (Union Régionale des Patronages du Sud-Ouest) et pour les sorties au « plein air » de ces mêmes "patros".

  • 13 Camille Bossoutrot s’attarde dans sa plaquette sur les projets abandonnés, qui auraient pu mieux a (...)

42• Le terrain d’aviation de Tartifume. Promis à un brillant avenir, selon certains13, ce terrain d’aviation, aménagé en bordure du fleuve, n’a jamais eu une intense activité. Autour des années cinquante, il est menacé d’être désaffecté. On lui préfère l’aérodrome de Saucats-Léognan car la densité urbaine de la grande ville pose des problèmes évidents de sécurité.

43• Les installations de tennis de "Roudel" et le siège du Club Aéronautique Béglais, qui se trouvaient en face de l’Eglise St-Pierre, semblent désaffectés en 1959. C’est Charles Quaeghebeur, patron de la CENPA, qui avait fait aménager deux courts de tennis en terre battue, avec vestiaires, douches et buvette.

44• On doit noter que les établissements scolaires ne possèdent à l’époque aucune installation sportive particulière. Dans ce domaine, le sous-équipement risque de compromettre le bon déroulement des cours d’éducation physique et sportive dans la mesure où la population des jeunes est en augmentation sensible. Néanmoins, l’animation sportive scolaire est particulièrement intense. Le stade de Musard est fréquenté quotidiennement par les jeunes scolaires. Bègles bénéficie de l’intervention de Daniel Héricé, moniteur municipal d’E.P.S. Sa notoriété rugbystique acquise au C.A.B. en fait une vedette pour tous les sportifs en herbe. C’est le héros du match gagné par le club en finale de la Coupe de France (1949) disputée contre le Stade Toulousain. Plusieurs instituteurs prennent une part prépondérante dans cette action de promotion de l’éducation physique et sportive dans le cadre scolaire ou péri-scolaire. L’école Gambetta est particulièrement active. Les fêtes de l’Office des sports, ces grands rassemblements scolaires de Musard, sont chaque année un temps fort qui couronnent cette action à destination des plus jeunes.

c) Les clubs sportifs dans la commune

45La pratique associative du sport est apparue très tôt à Bègles. Plusieurs raisons expliquent ce fait : la proximité de Bordeaux, le poids démographique de la commune, le rôle de certains acteurs particulièrement engagés dans la promotion des activités sportives et de compétition.

  • Les sociétés sportives béglaises, dont certaines ont disparu en 1959, parfois depuis bien longtemps, recoupent bien les phases majeures de la diffusion du sport en France.
  • 1886 : fondation de la Société de patronage laïque de Bègles, dont le siège se situe à l’école Gambetta et constitution de l'Avenir de France, société de tir rattachée à l’école Gambetta. La société prend ensuite l'appellation d'Amicale et Patronage Laïque des écoles de Bègles.
  • 1894 : création de la société vélocipédique La Pédale Béglaise, affiliée à l’Union Vélocipédique de France (U.V.F.).
  • 1907 : création du Club Athlétique Béglais, autour du rugby. Le club est affilié à l’Union des Sociétés Françaises de Sports Athlétiques (U.S.F.SA.). Par la suite, d’autres sections verront le jour, au sein du club : gymnastique (1907), athlétisme et cross-country (1914), natation (1921), football (1925), cyclisme (1941), tennis de table (1941), hand-ball (1947)...
  • 1909 : création de la société de gymnastique Les Patriotes Béglais, affiliée à l’Union des Sociétés de Gymnastique de France (U.S.G.F.).
  • 1935 : création de l’association sportive La Prolétarienne Sportive Béglaise, affiliée à la Fédération Sportive et Gymnique du Travail (F.S.G.T.). A ses débuts, le siège social de la P.S. Béglaise est située au bar "Chez Emile", Boulevard Albert 1er (côté Bordeaux). En 1941, la P.S.B. doit changer son appellation contre celle d’Association Sportive Béglaise. Le club, organisé tout d’abord autour du cross-country, du basket-ball et du football va ouvrir de nouvelles sections.
  • Les sports populaires régionalistes sont bien représentés au CA.B. La section de jeu de quilles est constituée en 1944 ; le club possède une section de pelote basque qui dispose d’un fronton en place libre construit en 1925.

46Deux autres clubs ont contribué au développement local des sports régionalistes :

  • 1937 : fondation du Club bouliste quilliste de la Liberté. Par la suite, certains adhérents rejoindront le CA.B.
  • 1945 : création du Club Basco-Landais (pour le jeu de quilles).

47Ces deux sociétés fusionnent en 1957, faute d’effectif, et donnent naissance au Club Basco-Landais. Cet amicalisme fondé sur l’appartenance régionale peut être mis en relation avec les mouvements migratoires de population. La ville, avec ses possibilités d’emploi (fabriques, usines, ateliers des chemins de fer...), attire la population rurale du sud de l’Aquitaine.

48- Le Messager Béglais, une société de colombophilie, sans doute la plus importante de la région, tient une place non négligeable au sein de la vie associative communale. Au lendemain de la seconde guerre, elle succède au Martinet Béglais.

49- Les clubs corpos — ou clubs d’entreprise — sont assez bien représentés. Ils forment un troisième groupe de sociétés sportives.

50• L'ASPOM, l'Association Sportive de Préparation Olympique du Midi, fondée en 1907, s’adresse essentiellement aux cheminots et à leurs familles. Ce club omnisports ne se limite pas aux championnats "corpos" et il est bien implanté, grâce à diverses disciplines, sur le territoire de Bègles. L'ASPO Midi est à l’origine de la diffusion du hand-ball dans la région bordelaise. Son équipe fanion remporte d’ailleurs le titre de champion de France en 1958.

51• La CENPA (papiers et cartonnages). Elle possède une équipe de rugby, une autre de football et une troisième en tennis. L’aviation fait également partie des activités inscrites au titre du sport corporatif et de l’aviation populaire.

52• Le Club Aéronautique Béglais est fondé au lendemain de la Libération par Charles Quaeghebeur, le patron de la CENPA. Il est installé sur le terrain de Tartifume (devenu depuis zone industrielle). Le club reste étroitement lié à une entreprise de la commune : la CENPA. Une section d’aéromodélisme rassemble une vingtaine d’adhérents ; elle aussi dépend directement de la CENPA.

53En 1954, à la suite d’un changement de direction de l’usine, l’activité aéronautique cesse sur le terrain de Tartifume. Elle se transporte sur le terrain de Saucats-Léognan. Les normes de sécurité ne permettent pas de maintenir l’aviation sportive aux abords immédiats de l’agglomération bordelaise.

54• Incontestablement, le club le plus en vue, le plus important aussi, est bien le Club Athlétique Béglais. En 1959, fort de ses 11 sections rassemblant 1100 licenciés, le CAB est le "club-phare de la commune". La population locale s’identifie aux victoires de l’équipe première de rugby. Le club est vainqueur de la Coupe de France 1949 contre le Stade Toulousain. Les trois frères Moga, Alphonse, Alban et André, Daniel Héricé, Pierre Marrens, R. Geneste, Raymond Pazino, Berthaud ont été les artisans de cet exploit. Dix ans plus tard, le CAS. retrouve enfin sa place dans l’élite nationale. Le Bulletin municipal ne s’y trompe pas :

"Oui ! bravo à notre belle équipe de rugby qui porte haut les couleurs du C. A. Béglais et contribue amplement au renom de notre Cité" (...)
"Cette année, le stade Delphin-Loche est redevenu mascotte".
(Bulletin municipal, mars 1963)

55Le C.A.B. sera champion de France, quelques années plus tard, en 1969. Nous reviendrons sur cet événement sportif capital.

56Au lendemain des élections de 1959, la municipalité reçoit "au cours d’une réunion officielle", les athlètes de la section de gymnastique du C.A.B., lauréat des championnats de France UFOLEP (bulletin, août 1959). Notons d’ailleurs que la municipalité manifeste toujours beaucoup d’égards pour la section de gymnastique du club. Elle dispose au sein de la section d’alliés loyaux. En privilégiant officiellement la gymnastique, « sport de base et base de tous les sports », elle relativise par là-même le poids symbolique du rugby lorsque les exigences de ses dirigeants se font trop pressantes. Il faut savoir aussi que le moniteur responsable de la section du club, Robert Boyer, et son épouse Josette sont par ailleurs moniteurs municipaux d’éducation physique.

57Les sections rugby et gymnastique regroupent chacune 200 licenciés, au sein d’un club omnisports qui rassemble près de 2 000 pratiquants, dirigeants et sympathisants sportifs. Le "café" du club, le "siège du C.A.B.", pour utiliser l’expression de la population béglaise, est installé en plein cœur de la cité, place du 14 juillet. C’est un lieu de rencontre fort important, essentiel même pour comprendre comment s’articulent les réseaux d’influence — personnels et/ou sociaux — (politique, administratif, économique et culturel...) autour du prétexte sportif. Les dirigeants du CA.B., conscients du poids social et symbolique représenté par leur club, entretiennent cet atout, à leur avantage. Nous aurons l’occasion de revenir sur ces aspects, essentiels pour comprendre une des dimensions de la vie sociale locale.

2) La politique sportive municipale : essai de définition (1959-1971)

58Nous avons retenu trois principaux aspects pour rendre compte de la politique sportive conduite à Bègles. Elle se caractérise d’abord par l’effort de renouvellement du patrimoine des installations sportives, par les relations qu’entretient la mairie avec les clubs de la commune et par le caractère relativement inadéquat du dispositif étatique en matière de constructions sportives.

a) Un objectif prioritaire : repenser l'équipement sportif de la commune

59Pour la municipalité, un objectif majeur s’impose : combler le retard accumulé en matière d'équipement sportif et satisfaire la demande exprimée dans ce secteur.

60La mise en place de nouvelles installations sportives est envisagée en relation avec le développement des quartiers qui s’accompagne de l’ouverture de nouveaux établissements scolaires. Bègles compte également trois collèges d’enseignement général : le C.E.G. Gambetta (garçons), le C.E.G. Emile Combes (filles) et, pour l’enseignement technique, le C.E.G. Berthelot. Ces aménagements contribuent à une individualisation fonctionnelle et sociale des divers "quartiers".

61La lacune la plus dommageable est bien l’absence de gymnase, de salle de sport, sur le territoire de la commune. Les 25 000 habitants de la commune, dont 6 000 scolaires et/ou sportifs ne disposent d’aucune salle de sport ! Cette situation est problématique mais il semble bien qu’elle soit alors le lot de la plupart des communes de l’agglomération. La municipalité précédente avait esquissé un projet.

"C’est ainsi que se basant sur de simples conversations, nos prédécesseurs pensaient obtenir des dirigeants du Club Athlétique Béglais, dans les conditions avantageuses d’un bail de principe, d’une durée de cinquante ans, la cession d’un terrain suffisant pour la construction de la Salle ainsi que pour l’aménagement de terrains annexes".
(bulletin municipal, décembre 1960, p. 7)

62En fait, la négociation, qui se déroule en octobre 1959, s’avère des plus difficiles. La municipalité décide d’abandonner définitivement ce projet, compte tenu des exigences fixées par le C.A.B. Ajoutons que le C.A B. traverse à ce moment-là (vers 1958-1960) une mauvaise passe. Comme bon nombre de clubs qui lui sont comparables, il connaît de sérieuses difficultés financières. Pour subvenir à l’entretien de son terrain de rugby et pour rénover les anciennes tribunes, une fraction de l’équipe dirigeante envisage de construire des logements, rue Françis de Pressensé. En fait, il s’agit ni plus ni moins que de sacrifier le terrain de football, le court de tennis et le fronton de pelote basque.

63C’est la première crise grave que connaît le club dans l’après-guerre. Elle nous paraît significative des problèmes d’adaptation qui concernent les clubs de la première génération (ou "époque héroïque"). Ils tiennent fermement à conserver leur entière autonomie par rapport aux clubs dits « municipalisés » (selon diverses formules possibles).

64Pour le nouveau maire de Bègles, seul l’intérêt public prime.

"Si nous avions accepté ces exigences, le terrain de sport cédé à bail à nos prédécesseurs et la salle d’éducation physique que nous voulons construire, n’auraient eu de municipal que le nom, après bien entendu les frais d’aménagement, de construction et ceux permanents de gardiennage et d’entretien. Nous n’avions pas légalement le droit de conclure un tel accord".
(ibid.)

  • 14 La vente du terrain communal avait été votée en séance du conseil municipal, le vendredi 28 septem (...)

65C’est ainsi que la municipalité fixe l’implantation de ce vaste gymnase sur le terrain dont elle est déjà propriétaire : le Stade Serge Duhourquet. Le choix arrêté doit être mis en rapport avec la décision du maire R. Duhourquet de réhabiliter le vieux stade municipal, dès son élection de 1959. La sauvegarde intégrale du terrain de sports communal lui donne, quelques mois plus tard, une bonne marge de manœuvre face aux dirigeants du C.A.B. En termes de mobilisation des ressources, c’est justement parce que la municipalité a conservé la réserve foncière du vieux terrain de sports communal qu’elle est en mesure de refuser le « marché » proposé par le C.A.B.14

66Seuls des équipements sportifs modernes et diversifiés peuvent contribuer à l’augmentation du nombre de pratiquants et à la démocratisation des sports. Le second projet d’équipement concerne la construction d’une piscine d’été.

"Avec la piscine d’été permettant le développement de la natation, nous pouvons espérer voir se reconstituer les sections sportives de natation et de water-polo".
(bulletin municipal, mars 1963)

67Les plans et les devis définitifs sont approuvés par le conseil municipal dans sa séance du 27 décembre 1963. L’approbation préfectorale va suivre.

68Les élections municipales de mars 1965 sont l’occasion pour le maire René Duhourquet de faire le point sur six années de gestion communiste. La construction de la piscine d’été est en bonne voie. Le dossier relatif à la salle du stade municipal Serge Duhourquet est en cours d’élaboration. Le stade municipal de l’avenue Jules-Guesde sera donc maintenu dans sa vocation et le nouveau stade municipal attenant au C.A.B. s’ajoutera à l’équipement sportif de la commune. Il prendra l’appellation de Stade Bergonié.

69Dans son bilan de l’action sportive en cours, le maire entend poser clairement ce qu’il en est des aménagements complémentaires de Musard. C’est ainsi qu’il mentionne "le nouveau stade municipal, attenant au C.A.B., devant s’ajouter et non se substituer à l’équipement sportif de notre ville"... Pas de malentendu possible ! La municipalité restera propriétaire des installations qu’elle aménage ou fait construire. Π n’est pas question qu’elle construise pour tel ou tel club. L’équipement sportif relève du "service sportif communal". Il n’est pas question de servir exclusivement tel club, telle association.

70Mars 1965 : les électeurs béglais reconduisent le mandat du maire sortant. Désormais, le sport prend une place plus précise dans le cadre de l’action municipale. On assiste à une spécialisation sectorielle des domaines d’action de la municipalité. André Lestable, adjoint au maire, délégué au service "Instruction publique, Jeunesse et Sports" est remplacé par Claude Scipion, adjoint à la Jeunesse et au Sports, président de l’Office municipal des Sports. L'O.M.S. devient un élément de l’action sportive locale à cette époque. Le nouvel adjoint est une personnalité politique de premier plan rompue à l’art des discussions serrées et des négociations délicates. Il deviendra Conseiller général en 1967. C’est lui qui va négocier, aux côtés du maire, l’accord entre le CAS. et la municipalité. René Duhourquet entend se montrer ferme. Le président général du C.A.B., Emile Ardouin, vient d’être battu aux élections municipales, à la tête d’une liste de droite. Le temps des conventions verbales, "à l’amiable", comme du temps de Marcel Bouc, est révolu. Les dirigeants du CA.B. vont en avoir confirmation.

71Le processus de municipalisation de l’équipement sportif s’opère à plusieurs niveaux : réservation foncière, non suppression des espaces déjà dévolus à la pratique sportive, construction de nouvelles installations, réaménagement des équipements plus anciens. Le "vieux stade" du C.A.B. n’échappe pas à cette logique. Une telle phase, qui s’inscrit à Bègles dans le courant des années soixante, marque une étape décisive dans la structuration de la politique sportive municipale. Ce processus de "municipalisation" est observable dans d’autres communes comparables de l’agglomération bordelaise.

72En octobre 1966, l’assemblée générale du club a adopté définitivement le projet de bail liant le C.A.B. à la municipalité de Bègles. L’accord vaut à dater du 1er janvier 1967 (cf. Sud-Ouest du 11 octobre 1966).

  • 15 Cf. l’article : "A propos de la Salle des Sports" paru dans le Journal municipal d'information de (...)

73La grande Salle du Stade Serge-Duhourquet est inaugurée le 11 décembre 1966. Le premier « avant-projet » avait été établi dix ans auparavant15... La responsabilité de ce retard invraisemblable est attribuée à l’inefficacité des services ministériels. En avril 1966, un article paru dans le journal Sud-Ouest, rédigé sans doute à l’initiative de la municipalité, rappelle les péripéties qui ont failli compromettre cette réalisation : les lenteurs de l’administration centrale, le cheminement compliqué des dossiers, l’indigence de la politique étatique en matière de subventions.

74Ce vaste ensemble sportif se compose d’un gymnase, d’un terrain de football, d’un terrain de hand-ball, d’un terrain de basket-ball, d’un court de tennis et d’une piste d’athlétisme.

  • 16 Claude Scipion : « Sport et Jeunesse. Nos projets », Bulletin municipal de janvier-février-mars 19 (...)

75La municipalité ne compte pas s’en tenir là. Elle envisage d’autres réalisations sportives. Ces projets montrent le souci de parvenir à une meilleure équité géographique dans l’accès aux activités d’éducation physique et sportive, en respectant la répartition des établissements scolaires : un gymnase type B, près de l’école Berthelot ; un gymnase type C, près de l’école Joliot-Curie ; un terrain de football, près du Pont-de-la-Maye. De même, « un stade et ensemble sportif » sont prévus, non loin de la zone industrielle16.

76Encore faudra-t-il que l’Etat consente à faire un effort financier pour aider les communes dans leur entreprise !

"Le pouvoir gaulliste « ne plaint pas notre jeunesse » mais les crédits qu’il accorde dans le cadre de la 2e loi-programme et du 5e Plan sont dérisoires par rapport aux besoins et à la misère de notre équipement sportif en France".
(Claude Scipion : art. cit.)

77La politique locale d’équipement sportif est conduite à l’initiative de la municipalité béglaise. Il en est de même, probablement, dans bon nombre de communes urbaines, en France, dans le courant des années soixante. L’augmentation rapide des dépenses des collectivités locales et le retard accumulé en matière d’équipements sportifs ont rendu indispensable une coordination au plan national. Les décisions économiques locales sont contrôlées au niveau de l’Etat. Cependant, l’efficacité d’une politique d’équipement tient en grande partie au caractère décentralisé des décisions d’investissement.

78Il nous reste à préciser comment la municipalité de Bègles compose d’une part avec la vie sportive des associations locales, largement animée par le C.A.B. et, d’autre part, avec les contraintes politico-administratives imposées par l’Etat.

b) Sociabilité sportive, réseaux relationnels et vie locale

79La sociabilité se rapporte aux relations que les personnes entretiennent les unes avec les autres, et qui résultent de l’intériorisation des normes de comportement. Le sport fournit un prétexte important à la structuration de configurations diversifiées qui s’expriment dans les formes observables de la sociabilité locale.

  • 17 Auparavant, le siège du C.A.B. était domicilié au Bar des Pyrénées, 155, boulevard Albert 1er, à B (...)
  • 18 D’ailleurs, au début du siècle, l’établissement est désigné par l’appellation de "Bar du Centre". (...)

80Depuis la fin des années quarante, le siège du Club Athlétique Béglais est installé dans un café-restaurant, abrité dans un immeuble assez spacieux, acquis par le club. Il est situé place du 14 juillet, en plein centre de la commune17. Cette localisation est tout à fait centrale18. La place du 14 Juillet est véritablement le lieu de rencontre et d’intersection de la vie sociale dans la commune. Tout ce que Bègles compte de gens importants se retrouve en ce lieu — de passage — obligé, qui condense les ressources humaines de la société locale organisée. C’est là également que se cooptent, parmi les habitués, quelques-uns des membres d’honneur du club. L’appartenance au C.A.B., qui se manifeste évidemment par l’allocation de ressources aux sections sportives, sous forme de dons, procure à l’intéressé une dimension notabiliaire.

"Pour pénétrer la société Béglaise, il faut être connu du siège, venir y boire un coup, venir y discuter ou y jouer au jacquet (...). On joue beaucoup au jacquet, au siège du C.A.B. (...)"

81note un ancien sportif, ayant fréquenté régulièrement ce lieu public.

82Certains rapports d’inter-relation peuvent paraître singulièrement insolites pour qui ne connaît pas le rôle du "siège" au sein de la communauté béglaise.

"Un adjoint au maire, Gabriel Lissonde, occupait un emploi important dans l’industrie aéronautique. Mais il était communiste (...). C’était le seul communiste reconnu, pour ainsi dire, par l’équipe dirigeante du CAB. Π était même en très bons termes avec ceux du rugby. Je n’ai jamais très bien compris..."
(entretien avec un ancien licencié rugby du CA.B.)

83Il faut dire que Gabriel Lissonde est un passionné de rugby. Plus tard, son fils Maurice deviendra journaliste sportif à L’Humanité, plus particulièrement chargé de la rubrique du rugby. En 1969, au moment de la "grande finale » diputée par le C.A.B., il saura fort bien restituer l’esprit local béglais dans le cadre d’un journal de diffusion nationale.

84Le siège du club est un des pivots de la vie locale. C’est à la fois le point de ralliement du "monde du rugby" et un des lieux importants de la communication sociale.

85Le "siège" vit d’abord au rythme de l’équipe Première de rugby. C’est, tour à tour, l’effervescence des lendemains de victoire, la fausse tranquillité des veilles de durs combats, la sérénité qu’apportent les fastes années, l’inquiétude qu’engendrent les mauvais jours...

86Qu’est-ce que le "siège" ? Et quel est son rôle au sein de la société locale ?

  • 19 Jusqu’en 1947, la Société Nationale de Construction Aéronautique (SNCASO) était installée à Bègles (...)

"On y trouve toutes les figures de la commune : les dirigeants du club, qui sont aussi les patrons d’entreprises implantées à Bègles.(...) Le Président Rosières était patron de la grosse entreprise du Savon La Perdrix. On y voit également le patron de la CENPA, des cadres importants de l’aéronautique19 (...). Le commandant de gendarmerie, le directeur d’école, le commissaire de police, le boulanger, le secrétaire de mairie, le percepteur, et j’en oublie, fréquentent le siège du C.A.B".
(entretien avec un vieil habitué du « siège »)

87Le prétexte sportif permet le rassemblement de personnes acquises au rugby en un même lieu : le "siège du C.A.B.". Les joueurs, les membres du club, les personnalités les plus marquantes de la commune s’y retrouvent volontiers. Sans doute de tels phénomènes de proximité sont-ils générateurs de réseau(x). Plusieurs de ces personnes se trouvent engagées à l’intersection de plusieurs univers de responsabilité : économique, administratif, politique, éducatif, culturel..., qui structurent de fait l’organisation de la vie locale. Le sport ramène à l’expression de simples relations de proximité interpersonnelle ce qu’il convient aussi d’aborder en termes de réseaux relationnels. Le prétexte sportif estompe les limites trop strictes des institutions et des pouvoirs qui s’y rapportent. Notons que plusieurs personnalités membres d’honneur de la section de rugby sont étrangères à la commune. Par ailleurs, il ne saurait y avoir à Bègles de personne réellement importante qui puisse se dispenser de fréquenter assez régulièrement le "siège". De même, une personne, qui tient à se placer avantageusement dans la vie locale, doit s’intéresser au rugby, payer sa cotisation de membre d’honneur, participer éventuellement aux activités de la commission du rugby et fréquenter régulièrement le siège.

88La commission de rugby du club se réunit chaque mardi soir. Les membres qui la composent sont engagés de ce fait dans une action "militante" continue. Il convient cependant de faire la part entre ceux qui exercent directement une responsabilité sportive et d’autres, qui marquent une adhésion de principe à l’esprit du rugby, trouvant là une reconnaissance symbolique au sein de la vie locale organisée.

89En d’autres termes, la proximité des acteurs n’est pas fondée ici sur la recherche commune du contrôle de l’action collective. Le club est un microcosme de sociabilité, d’échanges et de services qui condense les caractéristiques de la vie sociale locale. De plus, les personnes dont il est question se définissent bien davantage par leurs rapports sociaux que par les idées qu’elles ont et les biens qu’elles possèdent. Ajoutons, à ce niveau de l’analyse, qu’il est probablement indispensable que des regroupements de ce type, à structure de réseau, demeurent non fonctionnels par rapport aux organisations constituées.

90On peut d’ailleurs penser que l’analyse du système social, avec le processus d’institutionnalisation qu’il engendre, repose nécessairement sur l’étude combinée — mais non confondue — des organisations (ou appareils) et des réseaux. Les appareils se définissent par des frontières précises, avec un contrôle s’exerçant sur les frontières ; la hiérarchisation et la spécialisation des rôles sont manifestes ; les connexions sont organisées de façon économique. Les réseaux, contrairement aux appareils, n’ont pas de frontières précises mais plutôt fluctuantes ; la spécialisation des acteurs est moins grande que dans un appareil, avec des rôles composites, et les connexions sont plutôt redondantes. De fait, les réseaux actifs se font et se défont...

91Aujourd’hui, le « siège du club » n’est plus. Ou plus exactement, il n’est plus là. Il s’est transporté en 1966 sur le Stade Delphin-Loche, où un bâtiment préfabriqué (type "1 000 clubs") abrite l’administration du club à partir de 1970.

92A la fin des années soixante, les conséquences liées à ce changement de lieu ne se font pas encore sentir. Les succès de l’équipe fanion de rugby y sont pour beaucoup : finaliste de la Coupe Crabos et du championnat de France en 1967, le C.A.B. est champion de France 1969. Par contre, les années suivantes sont nettement plus difficiles.

93Un incident va également priver un temps le club de son stade de Musard. A la suite d’un accident technique, les nouvelles tribunes cèdent. Par mesure de sécurité, l’équipe de rugby du C.A.B. est obligée de disputer plusieurs rencontres sur le stade Sainte-Germaine, prêté par le S.B.U.C. Elle perd momentanément de nombreux supporters...

  • 20 Aujourd’hui, cette alimentation générale s’appelle le Comptoir Commercial Béglais.

94Le « siège » est désormais vendu. La supérette du Comptoir d’Achats Béglais, qui a remplacé le café-restaurant du Club Athlétique Béglais garde comme une marque — quelque peu ironique ! — de fidélité à l’esprit qui anima ces lieux, dans la mesure où son propre sigle se lit également C.A.B.20

95Mais si notre interprétation des réseaux sociaux et des fonctions qu’ils servent dans la vie locale, et tels qu’ils se constituent autour du prétexte sportif, a quelque validité, nous retrouverons logiquement, au fil de notre enquête, le réseau relationnel du CAB-rugby, renouvelé, avec ses variations de composition sociale et ses effets sur l’action municipale.

96Au moment des fêtes du soixantième anniversaire du club, en septembre 1967, le siège de la place du 14 Juillet n’est plus mais son manque ne se fait pas — encore — sentir. L’ambiance est à la cordialité. La bonne entente règne et les résultats obtenus par l’équipe de rugby sont excellents. Dans son allocution, le Président Paul Saldou rend hommage aux fondateurs du club :

  • 21 "Un sexagénaire qui se porte bien : le C.A.B., glorieux jadis, brillant aujourd’hui et riche d’esp (...)

"Aujourd’hui, nous fêtons le soixantenaire du Club Athlétique Béglais. Nous voilà réunis ici pour témoigner toute notre gratitude à celui et à ceux qui, en 1907, ont poussé à former un club dont vous connaissez le nom et les couleurs. Ils étaient huit et aujourd’hui il en reste trois ; malheureusement, il y en a cinq qui ont disparu. Notre président Delphin Loche, son frère André, Louis Dedieu, Maurice Gabert, Albert Dubern. Nous aurions aimé que les trois survivants de cette glorieuse année : Gaston Martin, Raoul Brocas, Fernand Siot, soient parmi nous, mais la fatigue des ans les en a empêchés21 ".

97En cette occasion, Claude Scipion, au nom de la municipalité, dresse le bilan provisoire des importants travaux de rénovation du stade de Musard entrepris par la commune :

"toutes ces réalisations donneront un nouveau visage au stade Delphin-Loche".

98Le Président Saldou conclut le palmarès des résultats sportifs, en rappelant dans quel esprit se nouent les rapports du club et de la municipalité :

"Voici donc l’effort du Club Athlétique Béglais, et cet effort, sur le plan sportif et sur le plan éducatif, il faut qu’il continue, qu’il s’amplifie davantage. Il va s’amplifier davantage grâce à la modernisation de ces installations que la municipalité a bien voulu entreprendre et la présence de M. le Maire à nos côtés montre l’intérêt que la ville de Bègles porte aux sports en général et en particulier au C.A. Béglais. Nous continuerons donc dans le même chemin, dans le même esprit sportif amateur et nous travaillerons toujours dans l’amitié et la loyauté".

99C’est ensuite au Maire de retourner le compliment :

"Je veux associer toute la municipalité à cette manifestation du soixantenaire du Club Athlétique Béglais et je peux vous assurer que mon Conseil municipal continuera dans la ligne qu’il s’est tracée car nous savons ce que nous devons à cette grande société sportive ; nous savons ce qu’elle représente pour la population béglaise et pour sa jeunesse. Vous pouvez donc compter sur notre concours le plus complet". (ibid., Sud-Ouest du 7 septembre 1967).

100Tout semble aller pour le mieux entre le club et la municipalité. Les accrochages et les tensions autour de la réhabilitation du stade de Musard et de l’implantation du gymnase municipal (de l’automne 1959) sont oubliés.

101Néanmoins, la municipalité ne se départit jamais de sa prudence. Un article paru dans le journal Sud-Ouest (28 août 1967), à la veille des festivités du "soixantième anniversaire", fait le point sur l’état d’avancement des travaux de la tribune de Musard : "La grande tribune du Stade Delphin-Loche s’élève". Au passage, le communiqué ne manque pas de rappeler le caractère municipal de cette imposante réalisation.

"Nul doute alors que les Béglais et les amis du rugby viendront nombreux fréquenter le nouveau stade municipal Delphin-Loche qui constituera un élément de fierté et d’honneur pour notre ville de Bègles.
A grande équipe, grand stade".

102Ce qui va sans dire, va mieux en le disant et en l’écrivant. Et les dirigeants du C.A.B. eux-mêmes sauront lire et méditer l’information.

103La démission du président Ardouin, annoncée à l’occasion de l’assemblée générale du club (voir Sud-Ouest du 11 octobre 1966), a permis de rétablir un climat de bonne entente avec la municipalité. On se souvient que le président du C.A.B. s’était présenté contre René Duhourquet aux élections de 1965.

104Il nous faut dire également quelques mots de l’intense effervescence que connaît la ville de Bègles au moment de la finale du championnat de France 1969. Le CA Béglais est opposé au Stade Toulousain, comme en 1949. Alban Moga et Jackie Jameau ont assuré la préparation de l’équipe. Le match se déroule en terrain neutre, sur le Stade Gerland, à Lyon. Bègles l’emporte par 11 points à 9. Dans leur édition du lundi, les journaux régionaux (Sud-Ouest, La France) ne tarissent pas d’éloges pour les Béglais. Les commentaires insistent sur

"la maîtrise et l’intelligence tactique des quinze banlieusards qui, en donnant au rugby ses dimensions de jeu d’équipe par excellence, ont englué puis terrassé les brillantes individualités toulousaines". (La France).

105La troisième mi-temps est également réussie. La ville de Bègles, en liesse, s’apprête à recevoir ses vainqueurs. Déjà, l’ambiance qui règne au soir de ce premier titre est extraordinaire.

"Le train spécial des Béglais allait s’ébranler en gare de Lyon-Brotteaux dans une ambiance de folle kermesse. Les pétards éclataient. Les clairons sonnaient. Les chants retentissaient sur les quais pris d’assaut par une foule colorée et en délire", (témoignage d’André Ducos).

106Une voix couvrant soudain le brouhaha, s'exprime au haut-parleur de la gare lyonnaise ; elle adresse ses félicitations et souhaite un bon retour aux champions. Sur le parcours, chaque gare rugbystique est saluée comme on l’imagine : Narbonne, Béziers, Toulouse, Agen... Autant de stations où la foi en l’ovale est louée, dans ce pélerinage de retour. A 6 heures du matin, la gare Saint-Jean, de Bordeaux, est noire de monde lorsque le train arrive. Au même moment, une dizaine de bombes pacifiques annonce le retour des héros à toute la population béglaise encore assoupie. Un arc de triomphe est dressé non loin de la barrière de Bègles, avenue Jules-Guesde.

107"Maintenant, je peux mourir", s’écrie Fernand Siot, le vétéran du club. Le bouclier de Brennus, conservé au siège du C.A.B. pendant une année, veille sur les fidèles du ballon ovale et du maillot à damier bleu et blanc. Toute une ville s’identifie au club de rugby vainqueur.

108Ajoutons que l’agglomération bordelaise toute entière est fière de ce succès. En football, les Girondins de Bordeaux vont échouer pour la deuxième fois en finale de la Coupe de France : en 1968, ils sont battus par l’A.S. Saint-Etienne et en 1969 par l'Olympique de Marseille. De l’avis des journalistes spécialisés, la prestation des Bordelais a été des plus médiocres. Dans les tribunes, les supporters des deux clubs finalistes ont échangé des coups. C’est la revanche du ballon ovale sur le ballon rond, et de la banlieue ouvrière sur la ville-centre...

c) Le budget municipal des sports et les contraintes politico-administratives

  • 22 En particulier avec la croissance urbaine que connaissent les communes d’agglomération de première (...)

109Le budget consacré au sport par la municipalité de Bègles, durant les deux mandats de René Duhourquet (1956-65 ; 1965-71), illustre bien la part prépondérante prise dans ce domaine par les collectivités locales urbaines. Cette période est marquée par un processus de municipalisation des équipements sportifs (création, rénovation et extension des installations), par une augmentation des subventions attribuées aux associations sportives et par des difficultés de deux ordres, que les municipalités se doivent de résoudre. D’une part, elles sont confrontées aux exigences accrues des clubs anciens, qui ont vu le jour à l’époque héroïque des premiers temps du sport. Leur patrimoine foncier et/ou immobilier s’est dégradé avec les ans et il n’est plus adapté ni à la pratique, ni à la demande des années soixante. Des tensions et des heurts se font jour entre ces clubs, jouant de leur "légitimité historique", et les municipalités. D’autre part, les collectivités locales doivent faire face au sous-équipement sportif des communes que les effets démographiques22 rendent plus flagrant encore. Les contraintes politico-administratives imposées par le Haut Commissariat à la Jeunesse et aux Sports pour l’instruction des dossiers ne facilitent pas l’action municipale en ce domaine.

110Ces composantes, rapidement décrites, se retrouvent dans le contexte béglais. L’étude montre aussi quelques spécificités liées en particulier aux ressources susceptibles d’être mobilisées par les acteurs en présence.

111Rappelons pour information que le poids démographique de la jeunesse est devenu important. La classe des 0-19 ans regroupe 8 500 jeunes (soit 31 % de la population). L’effectif s’est accru de 1 000 personnes entre le recensement I.N.S.E.E. de 1962 et celui de 1968.

112L’augmentation des subventions attribuées aux clubs sportifs fait un bond spectaculaire avec l’arrivée de la nouvelle municipalité communiste. La municipalité élue en 1959 multiplie par trois les subventions octroyées jusque-là par la mairie aux associations : 1 470 000 centimes contre 500 000 centimes (en anciens francs) en 1958. Le tableau 3 donne le volume des subventions aux clubs sportifs de la commune.

  • 23 Nous avons vu plus haut qu’il existait déjà un « Office des Sports » sous la municipalité Marcel B (...)

113Les subventions transitent désormais par l'Office municipal des sports. Jusque là, l’Office des sports, animé par la commission des sports, n’avait pas un rôle aussi prépondérant. Claude Scipion est l’instigateur de cette réforme. L’O.M.S. est présenté comme l’expression d"'une volonté d’unité démocratique". Le principe permet également à la municipalité d’éviter les pressions unilatérales, qui pourraient être exercées par tel ou tel club. Par sa transparence il favorise l’appréciation collective et mutuelle des efforts de chacun. C’est ainsi qu’il faut comprendre le court article paru dans le Bulletin municipal de janvier-mars 1966 : "L’Office municipal des Sports est créé"23.

Tableau 3 - Les subventions municipales aux clubs sportifs (1958-1971)

Année

Subvention municipale

dont subvention au C.A.B.

1958

500 000 F

?

1959

1 470 000 F

?

(…)

1969

24 500 F

15 000 F

1970

30 000 F

15 000 F0

1971

40 000 F (estimation)

≅ 15 000 F

114L'effort de transparence dans l’octroi de subventions, grâce à l'O.M.S., se double à Bègles d’une autre pratique. La municipalité cherche à établir des liens étroits avec les associations et à personnaliser ainsi son aide. De ce fait, les initiatives volontaires sont encouragées et ce ne sont pas toujours les résultats sportifs (des clubs ou des sections) qui sont pris comme critères déterminants d’attribution de fonds. La "rationalité" de l’action municipale s’appuie en grande partie sur la capacité des responsables d’associations à interpeller — loyalement — la mairie dans le cadre d’un projet de développement sportif.

  • 24 Les termes de l’accord ne prêtent à aucune interprétation aléatoire. Très adroitement, Claude Scip (...)

115La rénovation de l’équipement sportif déjà disponible, quand il ne s’agit pas d’installations municipales, suscite quelques problèmes. Le C.A.B. qui souhaite réaménager et améliorer ses installations sportives de Musard ne peut faire face à la dépense. La municipalité est prête à engager de telles sommes, à condition de "municipaliser le terrain" (proposition du 7 octobre 1959). L’accord est conclu en janvier 196724.

"A compter du 1er janvier 1967 et pour une période de 50 ans renouvelable, l’ensemble du terrain et des installations (sauf la partie siège) sont louées à la municipalité qui en assurera l’entretien et les transformations nécessaires. Le stade Delphin-Loche devient donc Stade Municipal.
Le CAB conserve la priorité sur toutes les autres associations pour l’utilisation et l’exclusivité du terrain d’Honneur".
(Bulletin Municipal, cit. p. 10)

116Telles sont les grandes lignes de l’accord qui vont permettre de rénover de façon spectaculaire cet ensemble sportif cher aux Béglais.

117Il s’agit également de rénover les autres équipements municipaux (piscine couverte, salle de rééducation physique Gambetta, etc...) et d’en construire de nouveaux (stade et gymnase Serge-Duhourquet, piscine d’été, terrains et salles de sport annexes...). Le Centre médicosportif municipal est ouvert en 1971, rue du Maréchal Joffre. La ville a également à sa charge trois moniteurs d’EPS et deux maîtres-nageurs.

118La politique municipale de développement des équipements sportifs est ralentie par les procédures définies par le ministère de la Jeunesse et des Sports.

119Le Maire de Bègles dénonce avec force le projet de mise en place par le gouvernement d’unités territoriales administratives : les districts, placés plus étroitement sous la tutelle des préfets et affaiblissant selon lui le pouvoir d’expression des communes. Par ailleurs, les subventions de l’Etat sont chichement octroyées, et minorées, compte tenu de la sous-estimation du coût réel des équipements. La lenteur administrative se traduit par une révision à la hausse des devis, tandis que la T.V.A. (ou taxe à la valeur ajoutée) alourdit sensiblement le prix de revient des infrastructures sportives.

  • 25 Le Plan d'équipement sportif et socio-éducatif, Paris : La Documentation Française, 15 juin 1962, (...)

120La période considérée dans cette première section s’inscrit dans la phase d’application des deux Lois de programme, impulsées par le ministère. La première "loi-programme" d’équipement sportif et socioéducatif (1961-1965), ajustée au IVe Plan, permet la réalisation d’un programme de vaste envergure25.

121Dans un court bilan paru en juin 1965, M. Herzog précise :

"de 1960 à 1965 ont été réalisées 1 000 piscines, 1 500 stades et terrains de jeu, plusieurs centaines de maisons des jeunes et de la culture (...).
La seconde Loi-programme verra se poursuivre et s’amplifier cet effort.", (in Janus, no 7, p. 140)

  • 26 "Les équipements sportifs et socio-éducatifs", le Moniteur des Travaux publics et du Bâtiment,(...)

122Le dispositif rompt avec la pratique de l’annuité des dotations budgétaires. La première loi est suivie d’une seconde, au titre du Ve Plan (1966-1970). Celle-ci repose plus précisément sur le principe de l’équipement communal unifié26, de manière à améliorer les coefficients d’utilisation des installations sportives.

123L’administration centrale d’Etat, avec Maurice Herzog puis avec son successeur le Ministre des Sports François Missoffe, insiste sur l’effort de déconcentration accompli. Le secrétariat d’Etat s’est effectivement engagé à partir de 1958 dans une réforme administrative ayant pour objectif une gestion déconcentrée et prévisionnelle. Dans son principe, le processus permet de situer les décisions d’exécution au niveau où les dossiers sont instruits et où les réalisations doivent être faites.

124Les autorités locales proches de la population en connaissent mieux les besoins que les autorités centrales. Sans doute sont-elles, en conséquence, plus aptes à prévoir et à exécuter les travaux indispensables. Si l’Etat accorde des subventions qui couvrent une fraction plus ou moins importante du montant des réalisations, les élus locaux déplorent cependant la tendance trop centralisatrice de l’appareil étatique.

125Selon le maire R. Duhourquet, le dispositif administratif en vigueur sert essentiellement les notables gaullistes et les proches du gouvernement.

  • 27 "Editorial" de René Duhourquet : "Pouvoir gaulliste et municipalités", Bulletin municipal, mars 19 (...)

"S’il n’y a pas eu de subvention pour les divers projets communaux d’installations sportives en 1962, c’est que Chaban-Delmas a tout accaparé pour sa salle du cours Victor-Hugo"27.

  • 28 Jean Meynaud note que la grande difficulté rencontrée par les municipalités, à l’époque, est bien (...)

126C’est vrai qu’on a pu reprocher au député-maire de Bordeaux d'user largement de sa position de notable pour tirer le meilleur parti des possibilités offertes par la politique de l’Etat, avec l’aval de l’autorité préfectorale. Le commentaire du maire de Bègles illustre ce point de vue28.

127Le Secrétariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports avance habituellement une raison de fond... qui n’est pas incompatible avec l’observation formulée par le maire de Bègles. Il invoque le caractère très réduit, « à de rares exceptions près », de l’équipement sportif en France. Il lui a fallu définir des urgences.

  • 29 Une réforme administrative : la gestion déconcentrée et prévisionnelle, au secrétariat d'Etat à la (...)

"Donc, automatiquement, dans un premier temps, ce sont les chefs-lieux des départements et les grandes villes qui ont été inscrits au plan à ce titre"29.

128En clair, les communes périphériques des grandes agglomérations, en particulier lorsqu’elles affichent une politique de gauche, doivent d’abord compter sur elles-mêmes. Et l’importance numérique de la jeunesse s’impose.

129Le tableau de la page suivante permet d’évaluer l’effort consenti par la municipalité de Bègles pour l’équipement sportif communal.

130Ces dépenses municipales sont bien le signe qu’une nouvelle époque s’ouvre pour le sport et la pratique des activités physiques et sportives. Il conviendrait de vérifier si la progression des équipements sportifs au sein de la commune correspond, en partie tout au moins, à la mise en place de la Communauté Urbaine de Bordeaux (loi du 31 décembre 1966) en 1967. La création de la C.U.B. a peut-être donné la possibilité aux municipalités de dégager de leur budget des crédits auparavant affectés à la voirie et à l’assainissement, par exemple.

Tableau 4 - L'équipement sportif communal : quelques coûts (1965 - 1970)

Tableau 4 - L'équipement sportif communal : quelques coûts (1965 - 1970)

Conclusion

131Les deux mandats du maire René Duhourquet (de 1959 à 1971) sont marqués par d’importantes transformations dans l'organisation communale du sport. La rénovation des installations sportives anciennes appartenant au C.A.B. pose avec acuité le problème de leur municipalisation. Déjà un jeu de relations complexes va s’engager entre le club et la municipalité communiste. Lorsque le C.A.B. raisonne en des termes "particularistes", la municipalité "relativise” ou "globalise", selon le problème posé... Le C.A.B. invoque sa légitimité historique (il fête ses 60 ans en 1967), il insiste sur sa valeur sportive (en rugby : finaliste en 1967, champion de France en 1969), sur son importance (2 000 membres, 1 200 licenciés et 12 sections). La municipalité va jouer la carte de la modernité ; création d’un Office municipal des sports (une instance de concertation et de coordination de l’action sportive locale), réhabilitation des anciennes installations, construction de nouveaux équipements. En 1971, la trame du "système" d’équipements sportifs est bien définie : desserte de grand rayon ou de proximité, installations couvertes ou ouvertes, plaine des sports à la périphérie, etc.

132En quelques années, de mai 1959 à avril 1969, la ville de Bègles investit quelque 385 millions d’anciens francs. Les subventions diverses n’ont pas dépassé 45 millions (d’A.F.). Il reste ainsi 340 millions à la charge de la commune.

133L’ouverture de diverses installations se traduit également par de nouvelles charges financières pour le budget municipal. Par la suite, cette politique d’équipement sportif se poursuivra avec les réalisations suivantes : un gymnase avec plateau d’évolution près de l’école Joliot-Curie, un autre gymnase, pour l’école Langevin et l’aménagement d’une plaine des sports de 10 hectares, à Tartifume, non loin de la zone industrielle, en accord avec l'Agence d’Urbanisme.

  • 30 A titre de comparaison, on se reportera par exemple à l’intéressant témoignage de Michel Piédou, L (...)

134La ville de Bègles entend faciliter l’enseignement de l’éducation physique et sportive dispensée dans le cadre du système scolaire. De ce point de vue, les jeunes Béglais ne sont pas trop mal lotis, si l’on fait exception d’un manque de gymnases qui est manifeste, surtout en mauvaise saison30. En revanche, les installations sportives disponibles, compte tenu de leur répartition dans l’espace communal, ne sont jamais très éloignées des divers établissements scolaires et bénéficient à la population scolaire.

135Les Assises locales du sport se tiennent le 6 mai 1970 au foyer Albert Delteil, en préparation des assises nationales du VIe Plan. La résolution finale adoptée par les participants indique dans le détail des orientations et dispositions précises en faveur d’un financement plus rationnel des équipements sportifs, rejoignant là le point de vue de la municipalité.

  • 31 Assises locales du sport (Bègles) : résolution finale, 6 mai 1970. Le VIe Plan porte sur la périod (...)

"En ce qui concerne le financement de ces installations, les municipalités ne pouvant supporter le coût des investissements, ils (les participants aux assises) se prononcent pour l’attribution d’une subvention minimum de 50 % du montant de ces mêmes travaux à partir de leur prix de revient réel, pour la suppression de la TVA (19 %) sur les travaux et les équipements sportifs, pour l’octroi d’une subvention, même dans le cas de pré-financement par la municipalité et pour la création d’un fonds national d’équipement sportif bénéficiant de la garantie de l’Etat et facilitant la politique de réservation foncière ainsi que d’équipements".31

136Désormais, le sport pèse d’un poids important dans le budget communal. Il représente approximativement 10 à 15 % du budget annuel de la commune, à partir de 1965. Il contribue également à la structuration d’une image valorisante de la ville, qui permet à Bègles de mieux s’intégrer dans le cadre de l’agglomération bordelaise.

  • 32 En 1963, est créé pour la première fois un secrétariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports indépend (...)

137Par ailleurs, la municipalité communiste ne ménage pas ses critiques à l’encontre du gouvernement gaulliste puis pompidolien et du Ministère de la jeunesse et des sports32. Selon elle, le pouvoir politique en place est loin de favoriser la promotion sociale des sports.

Notes

1 Mouvement Républicain Populaire et Rassemblement du Peuple Français, deux courants politiques qui s’étaient formés quelques années auparavant.

2 Camille Bossoutrot, "Bègles. Hier, Aujourd’hui, Demain", Bègles : Journal L'Union Sociale, 1932 (cit. p. 35).

3 Barrère, P. Les quartiers de Bordeaux, Auch : Codaraux imp., 1956. Cette image dépréciative d’une commune béglaise laborieuse, ouvrière et malodorante restera particulièrement vive dans les représentations des habitants de l’agglomération bordelaise, jusqu’à ces dernières années.

4 Ces aspects sont particulièrement bien notés par A. Vaugrenard dans son étude : Bègles, étude d'une vieille banlieue industrielle de l'agglomération bordelaise, Institut de Géographie et d’Etudes Régionales, 1968.

5 Rappelons que la Vème République a commencé par créer, le 27 septembre 1958, un Haut Commissariat à la Jeunesse et aux Sports, dépendant du Ministère de l’Education Nationale. Sa direction est confiée à Maurice Herzog. Le 11 juin 1963, ce Haut-Commissariat est transformé en un Secrétariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports indépendant. Le décret du 29 juin atténue la subordination du Secrétaire d’Etat, en l’occurrence M. Herzog, qui agit désormais sous l’autorité et par délégation du Ministre de l’Education Nationale.

6 L'"Office des Sports", dont il est question, avait été mis en place par le maire précédent. On peut considérer qu’il s’agit là de l’ébauche du service municipal des sports, qui apparaît comme tel en 1967.

7 Réunion du Conseil municipal du 28 septembre 1958. Au nom du groupe U.O.D. (Liste d’Union Ouvrière Démocratique), R. Duhourquet exprime son opposition à ce projet. Il regrette de voir ce terrain, "le seul terrain sportif municipal", utile à la jeunesse, désaffecté de sa destination première. Dans sa réponse, le maire M. Bouc confirme l’intérêt du projet.
Ce terrain est pratiquement inutilisé. Il ne saurait convenir à des compétitions sportives officielles en raison de ses dimensions et de l’état de son sol et, au surplus, il est l’objet de déprédations fréquentes et coûteuses pour le budget municipal". Après quoi, le projet étant mis aux voix, il est adopté par 17 voix (9 de la majorité municipale, 8 socialistes S.F.I.O.) contre 10 (au groupe communiste).

8 A l’origine, ce « terrain » de sport accueille diverses sociétés sportives ou gymniques locales, dont la Prolétarienne Sportive Béglaise. A la Libération, un arrêté du maire, en date du 10 août 1945, précise "qu’il est indispensable, pour assurer l’entretien du terrain communal de sport et d’éducation physique scolaire de l’avenue Alexis Capelle, d’interdire dans l’enceinte de ce terrain, le pâturage des animaux".
(Archives Municipales, dossiers "sports").

9 Seule une analyse comparative, portant sur un choix raisonné de communes, permettra d’apprécier à sa juste mesure l’originalité de la politique sportive envisagée par le nouveau maire communiste de Bègles.

10 Notons que le constat vaut globalement pour l’ensemble de l’agglomération bordelaise.

11 A l’époque, le C.A. Béglais considère qu’il a su créer "les moyens d’une pratique sportive à l’échelle de la Cité". Le club est effectivement représentatif de la génération des sociétés sportives constitutives du « premier âge » du sport, implantées à la périphérie des grandes agglomérations.

12 Cette mise en scène de la lutte des classes, par clubs sportifs interposés, va s’estomper avec la constitution en 1934 d’un sous-secrétariat d’Etat à l’Education Nationale, chargé de l’organisation des loisirs et des sports. Le portefeuille en est confié à Léo Lagrange, dans un gouvernement de Front Populaire (5 juin 1936). La Prolétarienne Sportive Béglaise compte de nombreuses sections : cross, athlétisme, marche, quilles, boules, cyclisme, lutte... Des sections féminines se forment en 1937. A la veille de la guerre, la P.S.B. forte de ses 280 adhérents est le plus important club F.S.G.T. du comité de Côte d’Argent.

13 Camille Bossoutrot s’attarde dans sa plaquette sur les projets abandonnés, qui auraient pu mieux asseoir la place de Bègles dans l’agglomération bordelaise : "Il en est de même du projet de création, à Bègles, d’un grand centre d’aviation, jadis amorcé, puis évanoui, hélas, au profit de Mérignac, malgré les avantages que présentait notre rivière comme base pour les hydravions". (op. cit., p. 38).

14 La vente du terrain communal avait été votée en séance du conseil municipal, le vendredi 28 septembre 1958, présidée par le maire de Bègles, Marcel Bouc. A l’époque, elle avait pu bénéficier des votes provenant de sympathisants du C.A.B. Une fois réglée cette vente, "Musard", le seul stade de Bègles allait être rénové tôt ou tard, sous la direction des dirigeants du club...

15 Cf. l’article : "A propos de la Salle des Sports" paru dans le Journal municipal d'information de mai 1962 (p. 7). Il se fait l’écho d’une réunion tenue à la mairie, durant laquelle les participants se sont indignés du retard dont l’Etat est rendu responsable...

16 Claude Scipion : « Sport et Jeunesse. Nos projets », Bulletin municipal de janvier-février-mars 1966. L’adjoint au maire présente la liste des projets que la municipalité veut réaliser ou entreprendre entre 1966 et 1970 (p. 7).

17 Auparavant, le siège du C.A.B. était domicilié au Bar des Pyrénées, 155, boulevard Albert 1er, à Bordeaux, au carrefour de la "barrière de Bègles".

18 D’ailleurs, au début du siècle, l’établissement est désigné par l’appellation de "Bar du Centre". Il se trouve alors en face de la mairie, qui sera déplacée après 1925 dans le château Bellevue, rue Calixte-Camelle.

19 Jusqu’en 1947, la Société Nationale de Construction Aéronautique (SNCASO) était installée à Bègles. Par la suite, elle devait se transporter sur les communes de Mérignac et de Martignas. Entre-temps, bon nombre de ses employés et cadres techniques ont acquis une maison sur le territoire de Bègles et certains d’entre eux sont acquis à la cause rugby stique du C.A.B.

20 Aujourd’hui, cette alimentation générale s’appelle le Comptoir Commercial Béglais.

21 "Un sexagénaire qui se porte bien : le C.A.B., glorieux jadis, brillant aujourd’hui et riche d’espoir", Sud-Ouest du 7 septembre 1967.

22 En particulier avec la croissance urbaine que connaissent les communes d’agglomération de première et de deuxième couronne. Pour une vue d’ensemble, voir la contribution d’Antoine Haumont dans l’ouvrage : Sociologie du Sport, Paris : PUF, 1987 (p. 63-148).

23 Nous avons vu plus haut qu’il existait déjà un « Office des Sports » sous la municipalité Marcel Bouc. En fait, il s’agissait d’une ébauche dans l’individualisation du "service municipal des sports. C’est le 2 octobre 1958 qu’est fondée, à Paris, la Fédération Nationale des Offices Municipaux des Sports (F.N.O.M.S.). Ces deux faits, l’un d’intérêt local, l’autre de portée nationale, traduisent bien le niveau de complexité et d’importance atteint dans ces années par l’organisation du phénomène sportif.

24 Les termes de l’accord ne prêtent à aucune interprétation aléatoire. Très adroitement, Claude Scipion, adjoint à la Jeunesse et aux Sports, rend hommage aux pionniers du C.A.B., tout en précisant évidemment que cette époque est désormais révolue...

25 Le Plan d'équipement sportif et socio-éducatif, Paris : La Documentation Française, 15 juin 1962, "Notes et Etudes Documentaires”, no 2895, juin 1962.

26 "Les équipements sportifs et socio-éducatifs", le Moniteur des Travaux publics et du Bâtiment, n° spécial, juin 1966.

27 "Editorial" de René Duhourquet : "Pouvoir gaulliste et municipalités", Bulletin municipal, mars 1963, cit. p. 1.

28 Jean Meynaud note que la grande difficulté rencontrée par les municipalités, à l’époque, est bien celle de la limitation de leurs ressources :
"elles dépendent (...) de la bienveillance ou de la bonne volonté des pouvoirs centraux dont les décisions ne sont pas nécessairement pures de considérations partisanes". Sport et politique, Paris : Payot, 1966 (p. 163-164) (coll. "Etudes et documents").

29 Une réforme administrative : la gestion déconcentrée et prévisionnelle, au secrétariat d'Etat à la Jeunesse & aux Sports, par M. Herzog et O. Philip, Paris : 1964 (cit. p. 36).

30 A titre de comparaison, on se reportera par exemple à l’intéressant témoignage de Michel Piédou, Les profs de gym. Apprendre à vivre, Paris : Mercure de France, 1972. Voir en particulier le chapitre : "Les conditions de travail", p. 45-85.

31 Assises locales du sport (Bègles) : résolution finale, 6 mai 1970. Le VIe Plan porte sur la période 1971-1975 qui correspond également à la mise en œuvre de la troisième Loi de programme des équipements sportifs.

32 En 1963, est créé pour la première fois un secrétariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports indépendant ; de 1963 à 1966, il est placé sous l’autorité de Maurice Herzog. En 1966, François Missoffe devient Ministre de la Jeunesse et des Sports. Nommé secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports en 1968, Joseph Comiti se voit également chargé des Loisirs à partir de l’année suivante.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search