Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie des politiques sportives locales

 | 
Jean-Paul Callède
, 
Michel Dané

Introduction

Texte intégral

1Prise dans la diversité de ses approches, la sociologie du sport couvre de fait un vaste domaine. Elle tend à s’organiser aujourd’hui en différentes tendances. Ces dernières peuvent être globalement identifiées en fonction des champs d’investigation privilégiés par les chercheurs et, de façon encore secondaire, selon les orientations théoriques ou les types de démarche envisagés.

2On peut admettre que la sociologie du sport montre une subdivision opérant selon deux axes. D’une part, la discipline est divisée horizontalement en un certain nombre de domaines découpés à partir d’un ensemble d’objets concrets. Cette "classification" reste souvent descriptive et elle traduit l’orientation sociographique d’une bonne partie de la production sociologique consacrée au thème sportif. Une autre division, procédant verticalement, autrement dit à partir d’objets abstraits, correspond à une ambition mieux affirmée. L’effort de théorisation y est incontestablement plus net. Pourtant, tout au moins en France, la sociologie du sport est assez peu présente sur ce second plan.

3Par ailleurs, la sociologie, dans sa configuration d’ensemble, retraduit la légitimité — scientifique et symbolique —, plus ou moins marquée, caractérisant tel ou tel objet d’étude. De toute évidence, le sport occupe encore une situation relativement marginale dans le cadre de la sociologie universitaire. Ne prenons qu’une seule illustration, à titre de comparaison. Les travaux concernant les politiques locales de la culture — ou plus simplement l’action culturelle — se sont multipliés depuis deux décennies. Ils abordent la culture dans ses divers domaines d’expression : vie associative, équipements culturels, beaux-arts, spectacles, types de publics, formes de consommation, socio-économie des pratiques... Par contre les études portant sur l’action sportive, le rôle des clubs, les politiques sportives municipales, le sport scolaire, le sport-spectacle, etc., restent limitées, parcellaires ou lacunaires, et assez peu considérées. Compte tenu de l’importance — culturelle, sociale économique, politique — que tient le sport dans la société contemporaine, pareille lacune dans l’ordre de la connaissance sociologique est bien la traduction, nous semble-t-il, d’un certain arbitraire intellectuel... Π reste à la sociologie du sport à conquérir ses lettres de noblesse !

  • 1 Encore faut-il noter l’utilité des importants travaux produits par l’Institut National de la Stati (...)

4Enfin, il semble que la rareté des données empiriques et quantitatives sur la réalité sociale du fait sportif1 a eu pour conséquence de favoriser pendant plusieurs années une orientation plutôt spéculative, voire franchement normative, des analyses et des essais consacrés au sport.

Une approche sociologique de l’action sportive locale

5L’objet de la présente étude s’inscrit dans la perspective d’une sociologie des politiques sportives locales. Il s’agit d’analyser le phénomène sportif, envisagé dans une commune du sud de l’agglomération bordelaise : la ville de Bègles. Il nous a paru indispensable de replacer dans la moyenne durée le thème sportif. En effet, divers aspects actuels de l’organisation communale du sport ne peuvent être bien analysés et compris sans référence faite au passé et à l'histoire—sportive — locale. De même, on aura l’occasion de montrer que le cadre de référence spatial permettant d’analyser l’action sportive au sein d’une commune doit être élargi au delà de ces limites géographiques.

  • 2 Pour le domaine qui nous intéresse, le lecteur se reportera tout particulièrement aux Actes des Jo (...)
  • 3 A notre connaissance, la seule publication de synthèse consacrée à ce domaine reste le Cahier no 2 (...)

6Cette délimitation spatio-temporelle du thème de l’étude ("30 ans de vie sportive à Bègles"...) nous a semblé de nature à éviter certains des écueils identifiés plus haut. Résumons-nous brièvement. Notons préalablement qu’il ne s’agit pas d’assimiler systématiquement action sportive et politique sportive. Toutefois, chercher à les distinguer par principe revient peut-être à jouer sur les mots. De façon plus ou moins directe, selon les situations, l’action sportive renvoie à un horizon de politique sportive. Même une municipalité prétendant à une non ingérence volontaire dans la vie sportive associative définit précisément une option de politique municipale en ce domaine. Le thème des politiques sportives est susceptible d’être convenablement envisagé si l’on tient compte des analyses déjà nombreuses disponibles dans le cadre général de la sociologie politique ou encore de quelques travaux conduits dans le domaine plus précis des politiques publiques sportives et sectorielles2. Pourtant, les "politiques du sport" sont rarement abordées dans leur réalité locale, alors même qu’il s’agit d’une dimension majeure du fait sportif contemporain3. Il est parfois d’usage d’ajouter que la décentralisation a singulièrement accru les responsabilités des collectivités locales dans le secteur sportif. On tâchera d’apprécier cet aspect de la réalité sociale du sport.

7Notre préoccupation majeure vise à élaborer un cadre de référence théorique — entendons plus modestement une esquisse de formalisation théorique — articulé avec un travail de recueil de données empiriques, de façon à éviter la formulation de généralités simplement abstraites tout autant que l’énumération mal ordonnée de descriptions partielles... Il nous a paru plus prudent d’articuler du mieux possible un cadre opératoire à une prise d’information systématique sur le terrain.

8Quels sont les principaux acteurs intervenant aujourd’hui dans l’animation communale du phénomène sportif ? Deux grands ensembles s’imposent à l’observation : d’une part la municipalité (le maire et son équipe municipale, les services administratifs...), d’autre part les associations (et principalement les clubs sportifs) ainsi que quelques rassemblements de personnes, moins organisés.

  • 4 Voir par exemple : "Approche sociologique des transformations du club sportif. Contribution à une (...)

9Ces deux instances : municipalité et association, se trouvent engagées, à l’échelon de la commune, dans une relation contractuelle, qui fonde ce que nous désignerons par l’expression de "service sportif". En d’autres termes, la commune construit les équipements, assume les coûts d’investissement, de fonctionnement et de maintenance du patrimoine "immobilier" sportif, tandis que les associations sportives proposent un modèle pédagogique de sociabilité culturelle, d’acquisition des techniques sportives et d’apprentissage de la compétition4. On pourrait nous objecter, le cas échéant, qu'une telle présentation recoupe précisément une hypothèse — implicite ou explicite — quant à la définition de l’action sportive locale, ainsi que des rôles et des attentes (de rôles) des instances en présence. C’est pourtant, nous semble-t-il, le type de configuration qui s’est mis progressivement en place, à l’échelon communal. Toutes les variantes et variations observables — dans le temps ou dans l’espace — s’inscrivent dans ce schéma général.

  • 5 La vie sportive Béglaise n’échappe pas à ces constats. Voir en particulier l’étude conduite par M. (...)

10Une approche de type socio-historique permet de montrer comment cette "relation contractuelle" s’est progressivement imposée, au point de devenir un aspect constitutif de la vie collective. Par ailleurs, elle révèle des transformations importantes. Retenons quelques illustrations. Le rôle des préfets (pour la construction des équipements sportifs) et des Services extérieurs de l’Etat (Directions Départementales de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs) n’est plus prépondérant depuis une vingtaine d’années, précédant ainsi la mise en place de la Loi de décentralisation. Autre point : les clubs sportifs n’ont plus l’exclusive du modèle de la pratique. Par ailleurs, d’autres associations (du secteur socioculturel ou du cadre de vie) proposent une animation sportive de loisir ; des espaces de nature (parcs publics, jardins...) sont ouverts à des personnes de tous âges soucieuses d’entretenir leur "condition physique"... Les municipalités elles-mêmes sont amenées à mettre en place de véritables services de "sports pour tous", animés par des personnels communaux, titulaires de diplômes fédéraux. Le sport de haut niveau pose aux municipalités des problèmes inédits (augmentation spectaculaire des subventions aux clubs, adaptation des installations sportives au sport-spectacle...)· La démultiplication des clubs et autres associations "sportives" ajoute incontestablement à la complexité croissante du phénomène sportif communal5. Toutefois, de telles caractéristiques ne remettent pas en cause la formule générique ; elles ne font que l’enrichir et la diversifier, dans ses deux composantes majeures.

Le recours à l’interactionnisme symbolique

11Le prisme de la « relation contractuelle », qui prévaut entre municipalité et groupements sportifs (clubs et associations), nous paraît le plus pertinent pour aborder, à sa juste dimension sociologique, le fait sportif local. Ce choix procède d’un parti-pris méthodologique. Il a aussi des motifs qui rejoignent les principes théoriques de l’interactionnisme symbolique.

  • 6 On reconnaît sans peine ce que cette orientation doit à l’ouvrage d’Herbert Blumer : Symbolic inte (...)

12L’interactionnisme désigne une tendance de la sociologie étudiant l’influence réciproque que les partenaires exercent sur leurs actions respectives, lorsqu’ils sont en présence effective et immédiate les uns des autres. Les actes sociaux (relatifs à l’animation sportive de l’espace communal), individuels ou collectifs, sont construits selon un processus dans lequel les acteurs examinent, évaluent et interprètent les situations auxquelles ils font face, chacun d'eux orientant, contrôlant, infléchissant ou modifiant sa ligne d’action à la lumière de ce qu’il "trouve" dans l’action ou l’intention d’autrui6. Un tel parti interprétatif paraît fécond pour éclairer la dynamique récente du fait sportif local.

13Aujourd’hui, en effet, le "service sportif', envisagé comme mise en œuvre du contrat défini pour l’essentiel par la municipalité et les associations sportives, constitue le point central de ce qu’il est convenu d’appeler "la politique sportive locale". Plus que l’expression "action sportive locale" (construite par analogie avec celle d'"action culturelle"), l’expression de "politique sportive locale" sous-entend la dimension idéologique, les tensions, les conflits, le registre stratégique mis en œuvre par les parties en présence.

14Les priorités municipales peuvent varier selon les époques, les contextes ou selon les conjonctures (priorité accordée à la pratique compétitive élargie, à la compétition de haut niveau ou au "sport pour tous... Tel club sportif, pour raffermir et assurer sa légitimité locale, interpellera la municipalité pour disposer de moyens accrus (subventions, garanties d’emprunt, installations, matériels...). Les échéances que sont les élections municipales sont l’occasion privilégiée de revoir certaines options. Elles révèlent des alliances ou des affrontements dans lesquels s’opposent défenseurs et détracteurs du sport, défenseurs et détracteurs de l'action municipale conduite en ce domaine.

15Ces traits, rapidement esquissés ici, s’inscrivent, nous semble-t-il, dans l’animation d’un "espace public" défini autour du prétexte sportif. Le recours à l’interactionnisme symbolique peut être fécond pour rendre compte de cette perspective. Mais rien ne dit pour autant qu’il s’agisse de la seule perspective valable. Néanmoins, dans ce cas, notre étude vise à montrer comment les acteurs engagés doivent s’être mutuellement indiqué ce que chacun attend(ait) de l’autre, de manière d’une part à accorder leur interprétation d’une situation et, d’autre part, à agir ensemble. Il s’agit pour les parties en présence (municipalité, clubs), et tout en mobilisant chacune les ressources disponibles, de faire jeu égal avec l’autre. L’image n’est pas fortuite. Elle est d’ailleurs fréquentent employée par les intéressés. Nous aurons l’occasion de montrer plus loin que le registre de l’interaction sociale peut être abordé dans la perspective de la théorie des jeux et que l’action sociale définie autour de l’"enjeu sportif" y gagne alors en intelligibilité.

16L’asymétrie des ressources majeures (pour la municipalité : l’offre d’équipement, la subvention au club ; pour le club : l’offre d’animation, l’encadrement bénévole) contribue à l’instauration d’un cadre d’interdépendance et d’une forme relativement stabilisée d’arrangement entre les acteurs sociaux. Ce réseau coopératif n’exclut pas pour autant des divergences d’intérêts, des conflits, des ruses ou des simulations de contournement, voire de transgression des règles du jeu...

17Dans la période plus ancienne, le "réseau coopératif public n’existe pas vraiment. La pratique associative se suffit à elle-même et elle sollicite le cas échéant des acteurs du monde économique local pour garantir la location de terrains de jeu. Dans ce cas, le réseau coopératif est "décentré" (c’est-à-dire non public). Il s’organise autour de la sphère associative. La municipalité est très peu sollicitée. Plus tard, lorsque certaines municipalités décident de construire des installations sportives (stade, piscine, gymnase...), ces options relèvent d’abord d’une action communale unilatérale et non d’une concertation directe avec les associations et les clubs. L’offre municipale d’équipement sportif précède la demande sociale... C’est par la suite que se met en place un "réseau coopératif" visant à la pleine utilisation des installations dans le respect du pluralisme associatif. La situation actuelle peut être définie par l’animation d’un "espace public" formalisé autour du thème sportif. Replacer — en partie au moins — la situation contemporaine dans une perspective diachronique correspond à notre intention d’aborder le sujet comme un processus dynamique, défini par l’action combinée de différents acteurs, et conduisant à un enrichissement relatif de l’activité relationnelle (et contractuelle) au sein de la commune.

18Complétons notre présentation du paradigme interactionniste. Deux aspects doivent être précisés d’un point de vue analytique. La relation qui s’instaure entre la municipalité (les pouvoirs publics !) et les associations sportives (l’associationnisme à vocation collective !) se définit comme résultant d’un processus de contractualisation et de l'établissement de règles. Dans sa structuration historique autant que dans son fonctionnement, ce processus peut être assimilé à une forme de régulation. Cette régulation suppose des règles communément et globalement admises, à propos d’un objectif à atteindre. Ces règles sont actualisées sous l’effet des transformations sociales. Aussi la contractualisation doit-elle intégrer progressivement de nouvelles données et/ou de nouveaux contractants. Par ailleurs, selon les circonstances ou selon les situations, le contrat peut prendre le caractère d’une contrainte ou encore d’une convention.

19En France, le développement socio-historique du sport s’est constitué progressivement autour de l’interaction engageant clubs et municipalités. La formalisation d’un espace public autour du thème sportif génère et structure un ensemble de significations convergentes : "le respect des engagements pris", "l’esprit démocratique", "le bénévolat", "le volontarisme associatif", "le bien public", etc. Par ailleurs, s’il s’agit pour chacun des contractants d’assumer des obligations, il lui faut préserver des droits. La régulation qui opère dans le cadre du processus de contractualisation compose avec des tentatives d’autonomisation ou de contrôle déployées par tel ou tel contractant. Le cas échéant, il conviendra de repérer des manifestations de retrait (un contractant se retirant de...) ou d’annexion (un contractant retirant à...), ainsi que leurs effets, de manière à les replacer dans une interprétation sociologique. Pour le dire autrement, ces formes d’interaction comportent à l’évidence la mise en œuvre de relations de pouvoir.

Une esquisse de généalogie du phénomène sportif local

  • 7 Encore qu’il ne faille pas donner un sens manichéen à cet aspect du contrôle socio-politique et id (...)

20Un premier âge du sport (qui s’ouvre à Paris vers 1880, et un peu plus tard en province), constitutif d’une "époque héroïque", montre une "société sportive" simplement composée — pour ainsi dire — des associations et clubs. L’enjeu social majeur, auquel il conviendrait d’appliquer le cadre méthodologique de l’interactionnisme symbolique, concerne surtout le "patronage" de la jeunesse dont divers promoteurs et/ou appareils s’emploient à assurer progressivement le contrôle7 et à imposer ce qui leur paraît relever de la bonne formule. Le coût de la pratique est encore dérisoire et la bureaucratie fédérale, en cours d’organisation, n’est pas très exigeante. Les rapports entre municipalités et associations se limitent essentiellement à un aspect administratif. La police municipale, en relation avec les services de la préfecture, veille à la non-politisation des associations et se montre soucieuse de la loyauté républicaine des membres d’honneur et des responsables. Par le canal de l’autorité locale, l’Etat exerce ainsi une fonction de prescription qui n’affecte pas directement la dimension culturelle de l’associationnisme sportif.

21Un deuxième âge du sport s’affirme dans le courant des années trente. Il se caractérise par la mise en œuvre progressive des premiers programmes municipaux d’équipements sportifs : stade, piscine, gymnase, salle d’éducation physique, regroupés quelquefois au sein de véritables complexes sportifs. Plusieurs grandes villes inventent la formule. Des équipements imposants voient le jour, à l’initiative des municipalités, socialistes S.F.I.O. pour beaucoup d’entre elles. A cet égard, les élections municipales de 1925 forment une date charnière. Cette période, antérieure dans les faits au Front Populaire de 1936, est essentielle pour comprendre une étape décisive et fondatrice des politiques sportives municipales visant à la démocratisation du sport et à une plus grande équité sociale. A la "période héroïque" succède une "période topique" d’aménagement sportif. L’Etat, à partir de 1936, va chercher à systématiser cette politique d’équipement. A la fonction de prescription, l’Etat (en l’occurrence la municipalité) acquiert une fonction de prestation, autrement dit d’apport direct de biens ou de services financés par l’intermédiaire des prélèvements publics obligatoires.

22Les décennies suivantes confirment cette tendance. Pourtant, au début des années soixante, le sous-équipement sportif est manifeste alors que la poussée démographique des jeunes s’accentue. L’état (central) envisage de conduire une politique planifiée d’équipement sportif. L’enjeu social majeur, au début de cette période, concerne la "collaboration" qui s’instaure entre les représentants de l’administration centrale (et le Cabinet ministériel dont dépend le sport) et ceux de l’administration locale de la commune (maire, conseil municipal, services techniques municipaux). La croissance des dépenses publiques locales est importante. Les dépenses d’équipements collectifs sont particulièrement fortes et le domaine sportif tient une place non négligeable dans ce secteur. Tout naturellement, le Plan intègre dans ses prévisions la programmation d’équipements réalisés par les collectivités locales. Actuellement, cette seconde phase n’est pas achevée, à proprement parler, puisque le processus récent d'ouverture d'équipements ou d’espaces sportifs (bases de plein-air et de loisirs, plans d’eau, aires de golf...) se continue. Mais les modalités de l’intervention publique se trouvent fondamentalement modifiées par la place que tiennent désormais les collectivités territoriales (communes et départements) en ce domaine, opérant, les unes par rapport aux autres, dans le sens d’une action compensatrice, redistributrice ou cumulative...

23Un troisième âge du sport s’ouvre avec les années soixante-dix. Il est marqué par un processus de segmentation du modèle sportif qui s’explique à la fois par l’augmentation en volume de la demande sociale (multiplication des clubs et des associations, individualisme de masse, formules loisir-détente) et par la spécialisation hiérarchisée qui affecte le sport de compétition (sport de haut niveau et "professionnalisme", compétition de moyen niveau, sport de masse). La marge d’autonomie et d’initiative politiques des communes s’est élargie au fil des années. Le niveau de complexité dans l’organisation locale du fait sportif décroît du "centre" vers la "périphérie". Les communes où la densité démographique est la plus forte sont généralement celles dans lesquelles le maillage institutionnel (gamme d’équipements sportifs, degré de structuration des services municipaux du sport et/ou de la Jeunesse, par exemple) connaît le processus de développement le plus avancé. On peut bel et bien parler d’une "période stratégique", pour qualifier ce troisième âge du sport. La municipalité est constamment obligée de garantir ses marges d’initiative et de décision, compte tenu des sollicitations et des revendications toujours plus pressantes formulées par les groupe(ment)s d’usagers ou par la population locale. Les associations, qui s’emploient à développer dans la commune les activités physiques et sportives, sous une modalité compétitive ou non, doivent fermement marquer leur spécificité et faire valoir — auprès de la municipalité — leur rôle déterminant au sein de la localité. Nous retrouvons ici le cadre d’interdépendance et le réseau coopératif caractérisant l’animation sportive dans la commune, dont nous avons parlé plus haut.

Une étude de cas : trente ans de vie sportive à Bègles

24Le travail d’enquête, dont nous présentons les résultats essentiels, porte sur une commune située au sud de l’agglomération bordelaise, au contact immédiat de Bordeaux (voir carte de la page 13).

25L’étude conduite à Bègles envisage une période moyenne. Elle porte seulement sur une trentaine d’années, de 1959 (élection d’un maire communiste René Duhourquet à la tête de la commune) à 1989 (défaite de la liste conduite par le maire sortant communiste Bernard Moncla...). Ces trente années sont jalonnées par cinq mandats municipaux s’inscrivant, comme on peut l’entrevoir, dans une continuité idéologique et politique. En outre, cette durée a permis de repérer comment se traduit à Bègles l’articulation entre les trois âges du sport évoqués plus haut :

  • Une époque "héroïque" caractérisée par le rôle prépondérant joué par le plus ancien club omnisport de la commune, le Club Athlétique Béglais, fondé en 1907, et par une action municipale relativement discrète8 ;
  • Une époque "topique" marquée par l’intervention municipale en matière de constitution d’un patrimoine immobilier et foncier de type sportif, avec un souci de répartition spatiale cohérente, et de rénovation des installations les plus anciennes ;
  • Une époque "stratégique" dominée par les relations entre les dirigeants de la section rugby du CA.B. et le maire de Bègles. La pratique du ballon ovale au plus haut niveau du championnat exige des moyens assez considérables. Or une municipalité ne peut tout sacrifier à une forme exclusive de pratique et à une seule équipe... Néanmoins, la prédominance de la section de rugby du club local est bien établie.

Bègles au sein de la Communauté Urbaine de Bordeaux (C.U.B.)

Bègles au sein de la Communauté Urbaine de Bordeaux (C.U.B.)

26L’approche de type interactionniste permet de saisir le plein sens du processus d’interrelation sociale qui vaut pour la période contemporaine. Dans les séquences précédentes, la mise en œuvre unilatérale de l’action sportive (d’abord la pratique sportive de club, ensuite l’intervention municipale en matière d’équipement sportif) ne pouvait pas placer les acteurs — potentiels — dans un tel type de relation.

27Nous avons engagé une étude portant sur trente ans, de manière à montrer la complexité croissante du phénomène sportif envisagé à l’échelon de la commune. Deux préoccupations sous-tendent cette investigation :

  1. Peut-on définir — dans le cas béglais — différentes séquences en matière d’organisation communale du fait sportif, entre 1959 et 1989 ? En d’autres termes, peut-on identifier des changements significatifs (voire même des ruptures ou des mutations !) en ce domaine ?
  2. Comment rapporter ces transformations à l’action — probablement conjuguée — de facteurs externes (les transformations culturelles de la société française contemporaine) et de facteurs plus spécifiques (les stratégies mises en œuvre par les divers acteurs locaux, les héritages historiques et les ressources des acteurs et/ou des institutions en présence) ?

28Les personnes — acteurs et/ou agents — intervenant dans le champ sportif local sont nommément désignées dans l’étude. Comprenons bien notre intention. Il ne s’agit pas d’associer à leur action tel ou tel jugement de valeur. Toutes ces personnalités sont simplement caractérisées de par leur statut, c’est-à-dire par l’ensemble des positions et des rôles "publics" acquis, et pour autant qu’elles ont quelques importance dans le cadre de l’action sportive communale. Nous pensons avoir facilité la compréhension — sociologique — des conjoncture locales décisives, en identifiant de la sorte les acteurs en présence.

29Nous avons jugé utile de mentionner — mais simplement à titre d’information — les changements intervenant au niveau du Ministère de la Jeunesse et des Sports, tout au long de la période considérée : Ministres ou Secrétaires d’Etat, désignation exacte du Ministère, attributions, de façon à faciliter pour le lecteur la mise en relation du contexte béglais avec la perspective plus générale de la politique nationale.

  • 9 Ces travaux sont mentionnés dans la bibliographie générale, p. 234 et suivantes. Notons que le thè (...)

30La présente étude a été servie par une bonne connaissance de la réalité sociale et politique de la commune. Cependant, elle s’est principalement appuyée sur l’examen systématique de la presse locale, du journal municipal d’information (de 1959 à 1989) et sur l’exploitation — non exhaustive — d'une série d’entretiens semi-dirigés. En outre, elle a pris en compte les travaux disponibles, plus ou moins détaillés selon le cas, abordant le thème du sport à Bègles9.

31Pour l'analyse de la presse locale, nous avons bénéficié de la précieuse collaboration de Danielle Menauge, Ingénieur d'études à la Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine.

32Très peu de travaux sociologiques abordent de façon détaillée le thème de l’action sportive et/ou des politiques locales, envisagées dans leur formalisation progressive. Ceci nous a conduit à ne pas négliger de restituer modestement la dimension sociographique lorsque cette dernière pouvait bien illustrer — à un moment donné de l’histoire sportive locale — le jeu des acteurs ou des institutions en présence.

  • 10 En clair, cette recherche doit être entendue d'abord comme une simple étude de cas, conduite autan (...)

33La conclusion générale est plus particulièrement organisée autour du choix méthodologique opéré pour cette étude de cas, qu’il conviendrait de compléter par d’autres travaux à des fins d’analyse comparative. Dans la mesure du possible, nous avons souligné les caractéristiques propres à l’exemple béglais10, anticipant alors sur ce que pourrait être une approche comparée. Par ailleurs, l’importance accordée à la dimension diachronique nous a autorisé à avancer quelques remarques sur le thème du développement politique, au travers de la mise en place d’une politique publique sectorielle, principalement appréhendée dans son cadre communal.

  • 11 Nous faisons référence à son livre : Vie quotidienne et rapports sociaux dans une ville de provinc (...)

34Notre enquête s’inscrit modestement dans un genre déterminé, celui des études localisées, dont on reconnaît, périodiquement semble-t-il, la réelle utilité. Tantôt une présomption de "localisme" pèse sur les travaux de ce type, tantôt la considération est plus favorable. Dans le second cas, on admet alors que l'exploration systématique d’un champ particulier est susceptible d’enrichir la recherche théorique et la connaissance sociologique. Dans un ouvrage connu, Michel Bozon11 a précisé les conditions majeures que doivent remplir les études monographiques pour mériter leur place au sein des productions relevant des sciences de l’homme et de la société.

Notes

1 Encore faut-il noter l’utilité des importants travaux produits par l’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE), le Centre de Recherche pour l’Etude et l'Observation des Conditions de Vie (C.R.E.D.O.C.) ou, plus récemment, par l’Institut National du Sport et de l'Education Physique (IN S.E.P.). Ces rapports d’enquête sont mentionnés dans la bibliographie générale.

2 Pour le domaine qui nous intéresse, le lecteur se reportera tout particulièrement aux Actes des Journées d’Etudes de Strasbourg : Sciences sociales et sports. Etats et perspectives, textes réunis par Bernard Michon, Université des Sciences Humaines de Strasbourg, novembre 1987. Cf. le chapitre 2 : "Politiques du sport", p. 91 et suivantes, introduit par Pierre Chambat.

3 A notre connaissance, la seule publication de synthèse consacrée à ce domaine reste le Cahier no 24 du Centre National de la Fonction Publique Territoriale : Les politiques municipales des Sports. Actes des Rencontres d’Angers (novembre 1987), Paris, no 24, Février 1988, 292 p.

4 Voir par exemple : "Approche sociologique des transformations du club sportif. Contribution à une analyse des politiques sportives", par J.-P. Callède, Le sport en pleine mutation, U.N.C.U. U.S.J.S.F., M.S.H.A., 1988, p. 55-80.

5 La vie sportive Béglaise n’échappe pas à ces constats. Voir en particulier l’étude conduite par M. Dané : Sport et Société locale : le Club Athlétique Béglais, une entité particulière, diplôme de l’UEREPS, Université de Bordeaux II, 1981.

6 On reconnaît sans peine ce que cette orientation doit à l’ouvrage d’Herbert Blumer : Symbolic interactionism. Berkeley, Los Angeles : University of California Press, 1969.

7 Encore qu’il ne faille pas donner un sens manichéen à cet aspect du contrôle socio-politique et idéologique des cadres organisationnels de la sociabilité sportive.

8 Si l’on fait exception de la période 1925-1932 durant laquelle la municipalité S.F.I.O., avec à sa tête le maire Alexis Capelle (décédé en 1932), entreprend de réaliser un programme "socialiste" d’équipement sportif et culturel, à l’imitation des ambitieux chantiers ouverts par le Député-maire socialiste de Bordeaux, Adrien Marquet.

9 Ces travaux sont mentionnés dans la bibliographie générale, p. 234 et suivantes. Notons que le thème du sport à Bègles a déjà fait l'objet de quelques études thématiques. Citons par exemple le chapitre de Jean-Pierre Augustin et Michel Bergès paru dans l'ouvrage Sports et Société (1981) ainsi qu'une monographie fort détaillée livrée par Roger Bonnes et Louis Lesca (1983).

10 En clair, cette recherche doit être entendue d'abord comme une simple étude de cas, conduite autant pour rassembler une information sociologique indispensable que pour exploiter cette dernière selon la perspective théorique nous semblant la plus pertinente.

11 Nous faisons référence à son livre : Vie quotidienne et rapports sociaux dans une ville de province. La mise en scène des différences, Lyon : P.U.L., 1984 (voir p. 10 et suivantes).

Table des illustrations

Titre Bègles au sein de la Communauté Urbaine de Bordeaux (C.U.B.)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15869/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540