Version classiqueVersion mobile

Genèse

 | 
Gilles Ragot

Le schéma directeur de la zone universitaire

Rationaliser la culture Beaux-Arts

Texte intégral

OBJECTIFS ET ENJEUX DE LA NOMINATION DE LOUIS SAINSAULIEU

  • 1 Dossier Sainsaulieu. A.R.B. 2008.35/83.

1Louis Sainsaulieu est nommé, le 9 août 1958, pour assurer une « mission spéciale de coordination de la zone universitaire de Talence » qui porte sur la coordination de l’étude du projet d’aménagement de la zone du château Laroque sur laquelle doivent être édifiées la faculté de droit, la cité universitaire, l’École nationale d’ingénieurs et l’École d’enseignement technique1.

2Fils de l’architecte rémois Max Sainsaulieu, figure majeure de l’Art Déco champenois, Louis Sainsaulieu (1901-1972) est diplômé en 1927. L’œuvre de cette figure de l’architecture française demeure encore peu connue, malgré une production importante à l’image de la majorité des architectes français des trente glorieuses. S’il n’est pas l’architecte d’une réalisation prestigieuse, il est régulièrement publié dans les revues d’architecture, notamment pour ses travaux au service du ministère de l’Éducation nationale. Il y affirme un attachement aux formes de la modernité, comme dans l’imposant siège social de Peugeot qu’il réalise à Paris (1965-1966). Il est venu à la modernité malgré une solide formation académique dans l’atelier Héraud d’où sont sortis également des architectes comme Pierre Dufau ou Guillaume Gillet. L’architecte nommé à Bordeaux en 1958 ne jouit pas d’une aura exceptionnelle, mais il représente l’un des bons praticiens que compte la France des années 1960.

  • 2 Idem.

3Initialement, la mission très partielle que Sainsaulieu reçoit à Bordeaux s’inscrit dans la continuité du travail de Mathieu, à moins qu’elle ne vienne s’y substituer. Sa nomination peut être interprétée comme l’expression de la volonté ministérielle de reprendre le contrôle du processus de fabrication de ce campus jusque-là confié à des architectes locaux, Touzin puis Mathieu. Sa mission sera étendue, mais quatre ans plus tard seulement, à celle d’architecte en chef coordonnateur du plan masse directeur de la zone universitaire de Talence, par contrat du 1er octobre 19622.

Les premières intentions de Sainsaulieu : décembre 1958

  • 3 Compte rendu de la séance du 29/11/1958 à la Direction des constructions et de l’équipement. Objet (...)

4Sainsaulieu présente ses premières intentions concernant le plan masse du nouvel ensemble universitaire, le 28 décembre 1958, devant le recteur Donzelot. Mathieu n’assiste pas à cette présentation qui semble se faire non sur l’examen d’un plan, mais d’une photo aérienne qui montre principalement l’emplacement des propriétés concernées. Sainsaulieu « indique que le chemin [...] qui longe la faculté des sciences à partir de la route de Bayonne [l’actuelle avenue Roul] doit être élargi. Sur sa droite (en partant de la route de Bayonne) on construirait, après la faculté des sciences, la faculté de droit. Sur sa gauche, on aurait successivement les constructions du technique (ENAM, ENET, internat du collège technique de garçons, internat du collège technique de filles), la bibliothèque universitaire et les salles de services d’examens, les bâtiments des cités et restaurants universitaires. La conception d’ensemble comporterait une composition ni trop ouverte ni trop fermée, avec une dispersion relative des constructions et de grands espaces verts [...]. En face de la faculté de droit, une large avenue [actuelle avenue de l’université prolongée dans l’esplanade des Arts et Métiers] servirait d’entrée à la série de constructions universitaires occupant le côté gauche du chemin3. »

5Ainsi décrit, ce plan masse n’apporte pas de modifications fondamentales au plan de Touzin et Mathieu de 1953. La faculté de droit s’installe, comme il était envisagé avant la nomination de Sainsaulieu, dans le prolongement de celle des sciences, les deux facultés étant séparées par le restaurant universitaire et la bibliothèque que l’on envisage alors encore communes aux Sciences et au Droit. La nouvelle voie qu’évoque Sainsaulieu était elle-même envisagée depuis longtemps. La seule nouveauté vient du déplacement de la cité universitaire plus au nord entre les deux facultés, afin de libérer l’extrémité de l’ancien hippodrome pour des dortoirs destinés aux élèves de l’enseignement technique. L’implantation des écoles techniques, ainsi que la suppression de la cité universitaire de 1 000 élèves, au profit de plusieurs petites entités, relève enfin de décisions prises également avant la nomination de Sainsaulieu.

  • 4 Lettre de Mathieu au directeur de l’équipement scolaire, universitaire et sportif, le 19/01/1959 e (...)

6De l’absence de délimitations précises entre leurs missions respectives naissent, entre Mathieu et Sainsaulieu, des difficultés de coordination dès l’automne 1958. C’est le sentiment qui ressort de la lettre que Mathieu adresse au directeur de l’équipement scolaire, universitaire et sportif à Paris le 19 janvier 1959 et à son confrère parisien le lendemain4. Il rappelle qu’il avait pris contact avec Sainsaulieu au mois de septembre dernier lui confirmant qu’il était à sa disposition pour lui apporter toutes les informations qui pourraient lui être utiles en tant que conseiller technique. Mathieu ne signale pas si cette rencontre a eu lieu, mais il est permis d’en douter. Il précise qu’il lui a remis un plan masse de la faculté de droit et de sciences économiques, probablement celui approuvé en 1957, pour qu’il puisse l’intégrer dans les terrains réservés à la zone universitaire. Mathieu plaide pour que le schéma directeur de Sainsaulieu soit conçu à l’échelle du plan général de ce secteur de l’agglomération bordelaise. Il s’interroge enfin sur la cohérence et sur la connexion de cet ensemble urbain universitaire considérable avec le tissu existant. Le service d’urbanisme de Bordeaux émet également quelques réserves sur les premières intentions de Sainsaulieu.

  • 5 Lettre de Sainsaulieu au recteur le 21/01/1959. A.R.B. 2008.35.45.

7L’architecte parisien ne cache pas sa déception au recteur face à ces réactions, regrettant le manque de hauteur de vue du service d’urbanisme qui ne se prononcerait pas sur les grandes lignes de son projet, mais demanderait déjà des détails dont la définition est prématurée à ce stade de l’étude. Il déplore par ailleurs les propos jugés « acerbes » de son confrère Mathieu qu’il se propose de rencontrer dès son prochain déplacement à Bordeaux5.

  • 6 Lettre de Sainsaulieu au directeur général des constructions scolaires le 13/02/1959. A.R.B. 2008. (...)
  • 7 Voir lettres de nomination dans le dossier Mathieu. A.R.B. 2008.35.82. On peut formuler l’hypothès (...)

8Ces premières réactions incitent Jean-Baptiste Philippon, inspecteur départemental de l’Urbanisme, à nommer rapidement un urbaniste pour les études complémentaires qu’il estime nécessaires. Tenant compte de cette décision, Sainsaulieu demande le report de sa présentation devant le C.G.B.F. afin d’affiner et de renforcer son plan6. Ce premier conflit renforce le rôle de Mathieu, puisque c’est lui qui, dès le 12 février, est chargé par le ministre de la Construction de dresser un plan d’urbanisme de détail (PUD) d’une zone de 600 hectares à Talence comprenant l’ensemble universitaire7.

Présentation du premier projet de Sainsaulieu au C.G.B.F.

  • 8 Rapport de présentation de Sainsaulieu daté du 18/07/1959. A.R.B. 2008.35.135.
  • 9 Le déplacement de la faculté de médecine ne représente pas encore une urgence. Son plan masse à Ca (...)
  • 10 Un article du 26/11/1959 évoque le déplacement de la faculté de médecine à Talence, sur des terrai (...)
  • 11 Lettre du ministère de l’Éducation nationale à Sainsaulieu le 25/05/1959. A.R.B. 2008.35.45.

9Sainsaulieu présente son premier plan directeur au rectorat le 20 juillet 1959, puis le lendemain devant le C.G.B.F.8. Il rappelle en préambule les besoins et les projets de déplacement qui sont ceux des facultés des sciences et de droit ; il évoque aussi les difficultés rencontrées par les facultés de lettres et de médecine dans des locaux trop exigus en centre-ville, mais l’hypothèse du déplacement des Lettres à Talence n’est pas évoquée9. La faculté des lettres doit profiter des locaux libérés par le transfert des Sciences et du Droit10, seule l’arrivée d’une propédeutique est envisagée parmi les compléments possibles du programme exposé les 20 et 21 juillet. Le ministère estime d’ailleurs que les terrains sont désormais suffisants pour un programme complet qui n’est plus appelé à évoluer11. Cette erreur d’appréciation provoquera, dès le mois de janvier suivant, l’obsolescence de ce premier projet de Sainsaulieu nécessitant une refonte complète du plan directeur sur un site toujours plus vaste.

10Le premier projet (voir schéma p. 78) comprend donc deux facultés : celle des sciences, dont les travaux sont déjà bien avancés, et la faculté de droit. Il intègre également différents établissements : l’ENET, l’ENIAM, une bibliothèque commune pour les facultés de sciences et de droit, une maison des examens pour l’Académie, une cité universitaire de 250 lits avec un restaurant universitaire de 750 couverts, un internat de filles jumelé avec un internat de garçons pour l’enseignement technique, et, enfin, des terrains de sport avec piscine et annexes. Outre la propédeutique de lettres déjà évoquée Sainsaulieu envisage que cet ensemble pourrait s’enrichir, dans le futur, d’un lycée avec classes préparatoires, d’une grande école parisienne repliée ou dédoublée en province, et de tous les établissements scientifiques émanant de l’université dont l’implantation risquerait cependant, note l’architecte, de compromettre les extensions futures de la faculté des sciences. Complètent enfin ce programme tous les services utiles à cet ensemble, tels que les logements, les amphithéâtres, les logements de gardiens et les bâtiments de service.

11Le site n’est desservi que par une seule voie importante, la route nationale 132 de Bayonne à Bordeaux au sud-est de la zone. Sainsaulieu prévoit de faire évoluer la desserte en améliorant le chemin Roul et en le prolongeant vers l’ouest pour assurer les liaisons intercommunales périphériques de la banlieue, et par une voie de desserte à l’est par emprunt sur le terrain de l’hippodrome. Les services de l’urbanisme ont prévu une série de voies limitrophes, ces voies transversales jugées indispensables ne coupant que la zone réservée et ménageant presque complètement le terrain étudié.

12Ce premier projet confirme les orientations prises dès 1953 par Mathieu et oriente le projet définitif à venir sur un schéma directeur où se combinent des règles de composition empruntées à la culture Beaux-Arts dont Sainsaulieu est issu et certains principes issues de l’urbanisme réformateur. Cette culture du compromis est alors celle employée couramment dans la conception des grands ensembles de logements. Sainsaulieu réaffirme sa volonté de caler l’implantation des nouveaux bâtiments sur l’orientation et la trame orthogonale que Coulon a adoptées pour la faculté des sciences. L’harmonie qu’il entend ainsi dégager est purement artificielle, visible en plan masse, mais aucunement perceptible sur le site à hauteur d’homme. « L’illusion des plans » visibles uniquement à vol d’oiseau, condamnée, dès 1923 dans Vers une architecture par Le Corbusier, comme l’un des fondements de l’académisme, se vérifie ici pleinement. La composition paysagère relève en revanche des principes de l’urbanisme moderne. Les bâtiments, indépendants les uns des autres, sont implantés dans une zone verte commune à toutes les institutions présentes. Le vaste espace de 200 hectares réservé anticipe largement les besoins futurs d’extension. Le rejet de la circulation automobile en périphérie du domaine universitaire où seuls les piétons sont autorisés à circuler renvoie également clairement au principe de hiérarchisation des circulations exposé dans le quatrième chapitre de la Charte d’Athènes : « Les voies de circulation doivent être classées selon leur nature » (article 60) ; « Le piéton doit pouvoir suivre d’autres chemins que l’automobile » (article 62) ; « Les zones de verdure doivent isoler, en principe, les lits de grande circulation » (article 64).

  • 12 Il s’agit des terrains de : la Faculté des Sciences (12 ha) dont Sainsaulieu dit qu’ils seront déj (...)
  • 13 Rapport de présentation de Sainsaulieu daté du 18/07/1959.A.R.B. 2008.35.135.

Schéma de principe d’après le projet de plan masse 41 de Louis Sainsaulieu daté du 18 juillet 1959. A.M.B. 80 S 755. Rapport de présentation de Sainsaulieu A.R. 2008.35.135. Les zones en grisé sont celles des secteurs envisagés pour de futures extensions. Les nombres 15 et 16 entourés d’un cercle correspondent aux actuelles sorties de la rocade.
Le projet de Sainsaulieu s’installe sur 92 hectares de terrains déjà acquis ou en cours d’acquisition, ceux-là mêmes déjà prévus dans le plan du centre universitaire de Mathieu et Touzin de 1953, moins le terrain militaire Crespy, initialement prévu pour la faculté de droit, et dont les négociations n’ont pas abouti12 Sur le plan foncier, la seule nouveauté tient aux 200 hectares que les services de l’urbanisme ont réservés dans des propriétés boisées de Pessac et Gradignan, en prévision d’extensions dont le programme n’est pas encore défini.
Dans la description qu’il donne de ce projet, Sainsaulieu insiste sur les points suivants :
* La « volonté de parallélisme des constructions nouvelles avec les puissantes masses des bâtiments des sciences qui s’imposent déjà dans le paysage [...].
* L’unité de composition résultant de la conception d’une tête fortement charpentée alignée orthogonale avec les Sciences articulée sur le grand axe de liaison et s’ouvrant latéralement plus loin sur la perspective souple et biaise des terrains réservés pour extension.
* Le groupement des constructions dans cette organisation permet de jumeler tous les espaces verts dans un vaste ensemble des terrains de sport [...].
* Le groupement des circulations automobiles et publiques à l’extérieur, piétons et réservées à l’université à l’intérieur permettant d’accéder à chaque établissement.
* L’échelle qu’un aussi vaste ensemble risquerait de rendre inhumaine. Il faut combiner quelques grands effets simples que permet l’ampleur du programme avec des éléments de détail qui gardent l’échelle humaine. La grande trouée d’axe général n’a qu’une quarantaine de mètres de largeur entre les arbres des allées ombragées qui la constituent (sic)13. »

13Le risque, que Sainsaulieu pressent lui-même, est celui d’une composition hors d’échelle, qualifiée de potentiellement « inhumaine », difficilement compatible avec une circulation piétonne. D’une extrémité à l’autre du campus, plus de trois kilomètres séparent l’entrée de la faculté des sciences et la pièce d’eau qu’il imagine au sud du site. Les solutions qu’il propose pour prendre la mesure de cette échelle relèvent plus de l’architecte que de l’urbaniste qu’il se défend d’ailleurs d’être. Il suggère de combiner « quelques grands effets simples que permet l’ampleur du programme avec des éléments de détail qui gardent l’échelle humaine » : les verticales de la tour des magasins de la bibliothèque et du château d’eau, l’aula magna en fond de perspective de la faculté de droit. Il est difficile de penser que ces quelques éléments, aussi bien traités soient-ils, puissent suffire à éviter la dissolution d’un espace aussi vaste et d’une implantation aussi distendue.

  • 14 Anonyme, « Disséminées dans l’aire des futures facultés, 55 familles sont menacées d’expropriation (...)

14Enfin, ce premier plan de Sainsaulieu n’est pas sans conséquence sociale. Cinquante-cinq familles talençaises sont menacées d’expulsion des logements qu’elles occupent sur les territoires retenus14. La municipalité perd, à terme, un tiers de sa superficie communale, et autant de réserves foncières pour son développement, en particulier pour la construction de logements dans une période où le manque d’habitat salubre est particulièrement sensible. Une partie de ces familles sera relogée dans les immeubles qui seront construits sur le terrain militaire Crespy, un temps pressenti pour la faculté de droit.

15Ce premier plan directeur est néanmoins validé par le C.G.B.F. lors de cette séance du 21 juillet 1959.

Les problèmes de gouvernance du projet

16La mission de Sainsaulieu, commanditée par le ministère de l’Éducation nationale, est contemporaine du projet d’urbanisme de la zone Pessac-Talence et Mérignac réalisée par les services de l’urbanisme, et d’une étude d’ensemble et de détail des premières opérations confiées à M. Carriquiryborne, directeur de la Construction à Bordeaux, sans parler de l’étude du P.U.D. de Pierre Mathieu, missionné par le ministère de la Construction, et sur laquelle nous reviendrons plus loin. La dispersion des missions et la superposition des maîtrises d’ouvrage, combinées à l’incapacité, ou à l’absence de volonté, des différents doyens de penser ce schéma directeur à l’échelle de l’université et non de leur seule faculté, créent des tensions entre les différents protagonistes et conduisent à un attentisme préjudiciable à la bonne marche des études. La question de la desserte de la zone universitaire illustre ces problèmes de gouvernance.

  • 15 Voir G.Cokelaere, Histoire de la rocade autoroutière bordelaise, mémoire de l’université de Bordea (...)
  • 16 Anonyme, « La Rocade ouest et les autoroutes vers le bassin d’Arcachon et Bayonne, pièces maîtress (...)

17Le plan d’urbanisme de la zone Pessac-Talence réalisé par les services de l’urbanisme est adopté par la municipalité de Pessac au début de l’automne 1959. Ce plan fixe les grandes lignes du développement et de la restructuration de la circulation, intégrant notamment l’émergence du tracé d’une rocade périphérique qui vient border la façade sud des terrains réservés à la zone universitaire15. Hormis le tracé périphérique de la rocade, le plan privilégie surtout l’élargissement des radiales destinées à relier le centre de Bordeaux à la rocade puis, au-delà, au bassin d’Arcachon et à Bayonne16. Ces voies passent à l’est ou à l’ouest de la zone universitaire mais ne la traversent pas. Il est également prévu une voie qui, partant de l’ensemble hospitalier Pellegrin, rejoindrait le quartier de Saige à Pessac en traversant la zone universitaire à la hauteur du chemin Cerpeau, avant de rejoindre le tracé de la voie romaine, ainsi qu’une voie dite « des Mairies », selon un axe longitudinal joignant Le Bouscat, Bruges, Mérignac, Pessac, Talence et Bègles.

  • 17 L’élargissement de trois voies de Talence à 16 m reliant directement le domaine universitaire et l (...)

18Bien que ces différents projets de voirie soient déjà à l’étude au moment où Sainsaulieu présente son premier projet, il y accorde peu d’importance, pas davantage qu’aux voies de dessertes longitudinales ou transversales, réduites au minimum, ni même au raccordement avec le tissu viaire de desserte locale environnant. Son schéma directeur est prioritairement pensé en termes de composition architecturale autonome. Néanmoins, les deux voies transversales ne furent pas réalisées, malgré la fonction artérielle importante qu’elles auraient pu jouer entre la rocade autoroutière et la ligne des boulevards. La raison en est probablement financière, ces projets d’élargissement ou de création de voies nouvelles représentant pour les communes des engagements financiers importants qu’elles ne souhaitent pas imposer à leurs administrés17. L’intérêt local prime sur l’intérêt général et la vision d’ensemble. L’étude de M. Carriquiryborne, directeur de la Construction à Bordeaux, le confirme.

Plan chronologique d’ouverture de la rocade et tracé de la voie non réalisée des Mairies. Document a’urba. Le domaine universitaire actuel se situe entre les sorties 15 et 16, mais n’est desservi que par l’échangeur 16.

Plan schématique du projet de rocade et des voies radiales à élargir publié dans La France du 2 septembre 1959. A.R.B. 2008.35.135. Légendes : voies portées à 16 m représentées par un double trait, à 12 m par un simple trait. Les chiffres désignent de nouvelles voies projetées. Les zones hachurées sont des zones dites « de silence ».

  • 18 Note de M.Carriquiryborne au ministre de l’Éducation nationale le 02/12/1959. A.R.B. 2008 35.135.

19M. Carriquiryborne établit, en cette fin d’année 1959, une analyse financière qui explique partiellement les difficultés rencontrées dans l’aménagement de la voirie et l’assainissement dans et autour de la zone universitaire. Il conclut que l’effort financier doit essentiellement venir du ministère de l’Éducation nationale et du département, les municipalités de Pessac et de Talence qui se sont vues imposer pour des « raisons diverses » cette implantation disposant de ressources faibles ne pouvant pas faire face, seules, à ces dépenses supplémentaires. Sur l’exemplaire de cette note reçue par le recteur, ces conclusions sont signalées en marge d’un trait, de points d’interrogation ou de la mention « pas de cet avis18 ».

  • 19 « Extension de l’université de Talence. Réunion dans le bureau de Monsieur l’Ingénieur en chef Ren (...)

20Cette épineuse question de desserte de la zone universitaire est encore au cœur d’une réunion qui se tient le 8 décembre 1959 à laquelle participent Mathieu, le doyen Brus, mais aussi des représentants du service des Ponts et Chaussées et de la direction départementale de la Construction19. L’ordre du jour porte essentiellement sur la liaison entre la nationale 10 (cours de la Libération) et la nationale 650, par le chemin Roul et le chemin de Péhouquay, ainsi que le traitement du carrefour avec la voie qui traverse toute la faculté des sciences en direction de la nouvelle faculté de droit à construire.

  • 20 À l’issue de cette réunion, Mathieu étudiera en plan masse trois solutions différentes : un carref (...)

21Hormis Mathieu, aucun intervenant n’a une vision globale ou ne prend en compte l’ensemble des contraintes utiles à la cohérence du projet d’aménagement de la zone. Chacun défend ses seuls intérêts. Le doyen des sciences refuse de voir son territoire empiété par l’agrandissement de voies de desserte pourtant essentielles, et le service des Ponts et Chaussées refuse de s’engager financièrement sur tout projet de voirie qui relèverait uniquement d’un besoin universitaire. Tous les intervenants font preuve d’attentisme afin de ne pas engager financièrement leurs services, allant jusqu’à souligner à plusieurs reprises que le plan de Sainsaulieu n’est, après tout, qu’un plan provisoire qui ne saurait les engager. M. Renoux, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées résume les débats en ces termes : « Les Ponts et Chaussées sont dans une situation difficile, car ni le département, ni la commune ne sont chauds pour la construction de nouvelles voies. » C’est au cours de cette réunion qu’est évoquée pour la première fois l’idée d’un passage surélevé – l’actuelle passerelle piétonne – reliant la faculté des sciences en construction et les extensions à l’ouest vers la bibliothèque, le restaurant et la faculté de droit. Personne n’adhère à cette proposition de Mathieu. Le doyen estime « excessif » ce projet de passage supérieur au-dessus de la voie en tranchée, soulignant que la passerelle n’accueillerait que les piétons et les deux-roues. M. Renoux juge le projet « vilain » et « affreux », qualifiant le passage en tranchée de « trou de rat ». La solution alternative est celle d’un rond-point, la seule que l’ingénieur des Ponts et Chaussées soit prêt à étudier. La réunion s’achève sur le consensus qu’il est urgent d’attendre que les plans d’urbanisme de détail soient validés, chacun pouvant ainsi camper sur ses positions20.

22Ces débats sans fin montrent que le projet initial ponctuel et opportuniste de la faculté des sciences a pris progressivement, par additions successives de nouvelles opérations, sans concertation réelle, une ampleur imprévue, celle d’un projet majeur d’agglomération où sont impliqués les services de l’État relevant de deux ministères, la municipalité de Bordeaux, le rectorat, et trois communes périphériques, mais sans gouvernance clairement établie.

  • 21 « Procès-verbal de la réunion de la Commission en vue des extensions de l’université à Talence, qu (...)

23Cette lutte de pouvoir se confirme encore lors d’une réunion qui a lieu le 22 décembre 195921. Sous la présidence du recteur Delage sont réunis les doyens des différentes facultés, y compris celle de médecine, le représentant des œuvres universitaires, le conservateur de la bibliothèque universitaire et un enseignant par faculté. Le doyen Brus insiste auprès de ses collègues sur la nécessité de constituer un front commun pour garder le contrôle des opérations. Sa stratégie consiste à obtenir l’aide des Ponts et Chaussées et du M.R.L.. Le doyen en appelle au recteur, à l’appui du conseil de l’Université, pour qu’il « continue à diriger les travaux ». Cette tension s’incarne également par les difficultés qui existent entre Sainsaulieu et Mathieu, en d’autres termes entre l’Éducation nationale et le ministère de la Construction. Le doyen Brus et, semble-t-il, le rectorat ont tranché, donnant clairement la préférence à Mathieu contre Sainsaulieu, au Bordelais appuyé par Chaban-Delmas, contre le Parisien nommé par le ministère de l’Éducation nationale.

24Le Conseil de l’université qui se réunit quelques jours plus tard, le 8 janvier 1960, confirme ce souci qu’ont les universitaires de conserver le contrôle de la construction des nouvelles facultés. Cette question de gouvernance se focalise notamment toujours sur les problèmes de voiries, primordiales puisqu’elles seront responsables ou non, de l’enclavement de la zone universitaire. Le doyen Brus revient notamment à cette occasion sur son cheval de bataille préféré : ne pas céder un pouce de terrain pour l’élargissement des chemins Roul et des Briques. Son obstination explique pourquoi, aujourd’hui, le chemin des Briques, devenu rue Pierre-Noailles, demeure cette voie sous-dimensionnée et incommode.

  • 22 Mots soulignés dans le texte. Cette disposition semble avoir eté adoptée et admise par huit académ (...)
  • 23 « Procès-verbal de la réunion de la Commission en vue des extensions de l’université à Talence, qu (...)
  • 24 Lettre du directeur départemental de l’urbanisme au préfet de Gironde, le 06/12/1961. A.R.B. 2008. (...)
  • 25 Lors de sa création, la S.E.G., société d’économie mixte, reçoit pour principales missions l’aména (...)
  • 26 Note M. Le Meur, ingénieur en chef des ponts et chaussées, et de M. C.Cayrol, ingénieur général de (...)

25La position de l’université de Bordeaux est claire. Le recteur reste à la fois « le Constructeur et l’Ordonnateur22 ». Le recteur et le Conseil de l’université ne souhaitent nullement renoncer à leurs prérogatives. Le doyen Brus est particulièrement ferme sur cette position : « M. le Recteur doit rester à tous prix « maître d’œuvre et Ordonnateur23. » La revendication de la gouvernance émane également logiquement des services de la préfecture représentante de l’État. Le 21 juillet 1961 a eu lieu une réunion de coordination entre les collectivités et les services intéressés par les divers problèmes soulevés à l’occasion de la réalisation de la zone universitaire. La principale décision prise ce jour-là est celle du constat de la nécessité de renouveler régulièrement ce type de réunion de coordination au plus haut échelon de l’administration face à la complexité des problèmes soulevés par la création du domaine universitaire. Le directeur départemental de l’urbanisme insiste auprès du préfet sur la nécessité qu’il assure la coordination des opérations « avant que leur urgence impose des solutions hâtives ». C’est, pour le directeur, « la condition d’une réalisation harmonieuse24 ». Toutefois, aucune structure, aucun organigramme précisant les responsabilités de chacun, ni aucun calendrier régulier de réunions ne sera mis en place pour clarifier ces problèmes de gouvernance qui continueront à se régler au fil de réunions nombreuses mais décidées au cas par cas. Seule la création de la Société d’équipement de la Gironde (S.E.G.), annoncée par le préfet Delaunay le 13 novembre 1959, tentera d’apporter une cohérence d’ensemble, mais sur le seul plan de la voirie, de l’assainissement et des réseaux divers25. Toutefois, un rapport rédigé en 1964 montre que, sur ce plan, comme sur les autres, malgré l’intervention de la S.E.G., l’absence de gouvernance claire fut préjudiciable à la bonne conduite des travaux, à leur délai de réalisation et à leur coût. Le rapport s’achève par cette phrase : « Enfin, nous retenons que si les circonstances avaient été autres et si l’on avait pu, non pas entreprendre l’ensemble des travaux de VRD par étapes, mais les réaliser d’un coup avant toute construction universitaire, une économie non négligeable aurait pu être obtenue26. »

L’éclatement du premier plan de Sainsaulieu

  • 27 Compte rendu de la séance du C.U du 08/01/1960. A.R.B. 2008.69/R33.

26En cette fin d’année 1959, l’implantation de la faculté de droit sur le terrain Fanning-Lafontaine est également remise en question, d’autant plus que Mathieu affirme sa conviction que la faculté des lettres ne pourra se réinstaller dans l’immeuble du cours Pasteur. Son déplacement à Talence devient inéluctable. Le terrain Fanning-Lafontaine posséderait une assiette suffisante pour recevoir ces deux facultés et un restaurant universitaire, mais il est déjà amputé par la construction d’une clinique mutualiste, œuvre de Claude-Charles Mazet27. Le transfert annoncé des Lettres remet en question le premier plan de Sainsaulieu.

  • 28 Le château du XVIIIe siècle est l’œuvre de Victor Louis. Les façades et toitures du château, le pe (...)

27Lors d’une réunion du conseil de l’université en janvier 1960, l’architecte ajoute à cette nouvelle donnée l’inscription récente du château Raba sur la liste supplémentaire des Monuments historiques qui compromet l’utilisation de ce domaine à des fins d’extension de l’université28. Le recteur définit trois questions prioritaires : l’implantation de la faculté des lettres, la construction urgente du restaurant universitaire et l’extension des voies autour de la faculté des sciences. Mais Sainsaulieu évacue ces problèmes et sa réponse permet de situer les contours de sa mission, tout au moins le sens qu’il lui donne. L’architecte récuse clairement toute étiquette d’urbaniste : « M. Sainsaulieu tient à affirmer que, n’étant pas urbaniste, il ne lui appartient pas de régler les questions de détails. Son rôle d’architecte-coordonnateur consiste essentiellement à prévoir une composition d’ensemble. » Ce faisant, Sainsaulieu perpétue son inscription dans l’héritage de l’enseignement des Beaux-Arts et dans un courant de pensée où l’urbanisme s’assimilerait à une composition architecturale d’envergure, un simple changement d’échelle.

Louis Sainsaulieu. Plan de masse no 3 de janvier 1960. A.M.B. 80 S 755. Ce plan correspond sensiblement au plan de juillet 1959. Sainsaulieu y ajoute en pointillé le tracé potentiel d’une « nouvelle faculté ». Il s’agit probablement d’une première hypothèse d’implantation de la faculté des lettres.

28Le doyen de la faculté de droit, M. Garrigou-Lagrange, réagit à cette position de Sainsaulieu. Tout « en constatant la très belle composition d’ensemble du plan masse dont l’harmonie et la beauté ne font aucun doute », il ne peut que déplorer les problèmes qu’il rencontre face aux difficultés liées à l’implantation sur le terrain du domaine Fanning-Lafontaine. Le doyen estime que la structure générale de la faculté ne « s’y retrouve pas », que la clinique constitue un « voisinage très désagréable », et que le restaurant universitaire s’intercale entre la bibliothèque et sa faculté. Selon le rapporteur de la séance, chacun cherche à appuyer le doyen de la faculté de droit « tout en sauvegardant les intérêts de l’établissement qu’il représente. » L’absence de vue commune se traduit encore dans la remise en cause de la bibliothèque centrale partagée. Alors que le conservateur de la bibliothèque plaide pour un édifice unique, chaque doyen argumente désormais pour avoir sa propre bibliothèque. Un accord tacite se dessine autour du fait que ces bibliothèques devraient ne pas être trop éloignées les unes des autres et qu’un jumelage Droit-Lettres serait préférable à celui du Droit et des Sciences. Face à ces critiques qui menacent de faire voler en éclats son plan, l’architecte-coordonnateur fait remarquer que trop de modifications nécessiteraient une nouvelle approbation du plan masse par le C.G.B.F., retardant d’autant la réalisation des travaux.

29Il cède néanmoins devant la détermination de ses interlocuteurs et propose de modifier son plan masse selon les orientations suivantes : « Agrandir la faculté de droit et reculer le restaurant universitaire, en espérant que ces légères modifications n’entraîneront pas l’obligation de soumettre à nouveau ce plan à l’approbation du Conseil général des Bâtiments de France. » Au fond de lui-même, Sainsaulieu ne se fait certainement pas d’illusions et sait qu’il devra établir un nouveau plan intégrant le transfert de la faculté des lettres, le déplacement de la faculté de droit et (a scission de l’unique bibliothèque en deux établissements distincts. Son premier projet a vécu.

Le P.U.D de Pierre Mathieu : janvier 1960

  • 29 P.Mathieu, « Plan d’urbanisme de détail. Zone universitaire. Rapport d’enquête », ministère de la (...)

30Si le rapport d’enquête du P.U.D. que remet Mathieu, en janvier 1960, porte sur le territoire de Talence, Pessac et Gradignan, l’urbaniste a élargi son champ d’étude, prévoyant, à juste titre, que l’implantation de l’université entraînera de profonds bouleversements qui se manifesteront principalement par un afflux de la population et la modification de son profil socio-écoonomique29.

31Remis en janvier 1960, le P.U.D. ne peut avoir été pris en compte dans l’élaboration du premier plan directeur de Sainsaulieu remis plusieurs mois auparavant. On peut en revanche se poser la question de son impact sur la conception des versions suivantes du projet de Sainsaulieu. L’enquête de Mathieu présente l’état présent de la zone en s’attachant particulièrement à la recherche des terrains laissés libres de construction et détermine les limites des quartiers existants, analysant leur contenu et leur particularités. Mathieu analyse ce territoire sous l’angle de ses caractères morphologiques, de son climat, des circulations, de son parcellaire, de son habitat. Il s’intéresse en particulier aux logements des étudiants et à leurs déplacements dans cette zone. Ce rapport constitue toujours, de ce point de vue, un précieux document d’analyse de la zone universitaire à un instant T.

32Mathieu souligne la qualité des bois qui couvrent les propriétés de la zone étudiée et recommande la sauvegarde de ce patrimoine. L’analyse de l’habitat et des commerces de proximité confirme l’isolement de ces quartiers et leur sous-équipement, et conclut sur ce point à la nécessité absolue de donner à ces quartiers une structure commerciale.

Pierre Mathieu. PUD. Travaux d’équipement. A.M.B. 2008.35.135. En rouge : routes nationales existantes. Propositions de classement des voies nouvelles : bleu clair : département ; bleu foncé : Éducation nationale ; vert : communes.

33L’étude montre également la faiblesse du réseau viaire où ne figurent que trois routes nationales radiantes et trois départementales, elles-mêmes radiantes, dont le tracé se perd rapidement dans des chemins communaux et ruraux qui fournissent l’essentiel d’un réseau viaire devenant très lâche dans le sud du territoire concerné. Les transports en commun sont limités à une desserte de bus le long de chaque nationale. La desserte principale en direction de Gradignan connaît une fréquence de départ toutes les vingt minutes, ce que Mathieu juge satisfaisant, envisageant seulement peut-être des rotations plus fréquentes. Sur ce point, la réponse de Mathieu s’avère totalement insuffisante en regard des 9 919 étudiants que compte déjà Bordeaux et des 80 000 de 2013. Aux transports en commun, il semble privilégier l’automobile et le trafic des deux-roues, pour lesquels il préconise le tracé d’une piste cyclable. La France est alors à l’ère du « tout-bagnole », des voies sur berges et autres pénétrantes. Trois ans plus tard, cette option se confirme dans la mise à l’étude de la voie pénétrante autoroutière sud-ouest (P.S.O.) qui, partant de l’actuel échangeur no 15 de la rocade, relierait le centre de Bordeaux en longeant toute la limite ouest et nord de la zone universitaire. Nous y reviendrons plus loin.

  • 30 Compte rendu de cette réunion. A.R.B. 2008.35.135
  • 31 Compte rendu d’une réunion aux Ponts et Chaussée le 07/03/1960. A.R.B. 2008.35.135.

34Le P.U.D., commandé dans un moment de crispation entre deux hommes et leurs commanditaires respectifs, est remis tardivement dans un processus de conception, déjà fortement engagé, et ne débouche sur aucune proposition concrète, hormis celles déjà évoquées, qui puisse être véritablement utile à Sainsaulieu. La présentation qu’en fait Mathieu le 10 février 1960 en présence de Sainsaulieu suscite d’ailleurs peu de réactions, y compris chez son confrère parisien30. Les critiques émises ont déjà été entendue ailleurs. Elles confirment, d’une part, l’incapacité de la mairie de Talence à peser sur un processus qu’elle ne maîtrise pas et dont elle craint des retombées négatives en termes de charges financières pour sa population et, d’autre part, l’obsession de certains acteurs sur quelques points précis. Ainsi le doyen Brus demande-t-il une nouvelle fois que le tracé des voies n’empiète pas davantage sur le territoire de la faculté des sciences tandis que l’ingénieur des Ponts et Chaussées renouvelle son désaccord sur le carrefour à deux niveaux du « Grand Moneau », projet jugé coûteux et disgracieux. L’ingénieur trouve d’ailleurs un allié de poids auprès du doyen Brus qui, refusant toute vision d’ensemble, ne « souhaite pas que la faculté des sciences dispose à cet endroit d’un accès direct sur les circulations extérieures. » Selon lui, les étudiants disposent d’autres sorties communiquant avec la route départementale pour se rendre au futur restaurant31. Mais, sur ce point, Mathieu aura finalement gain de cause, et la passerelle réalisée en 1971 par Francisque Perrier constitue finalement l’élément le plus visible de son intervention. La conception du campus T.P.G., tel que nous le connaissons encore en ce début de XXIe siècle, lui doit cependant beaucoup à travers les principes généraux d’implantation élaborés avec Touzin dès 1953.

Francisque Perrier. La passerelle devait être à l’origine non seulement une liaison entre les premières et la dernière tranche de construction de la faculté des sciences, mais aussi une porte d’entrée monumentale. L’organisation actuelle de la circulation ne permet pas de la percevoir comme une entrée. Cliché A.M.B. 2008.22.3081.

Le plan masse no°2 de Sainsaulieu : 10 novembre 1961

Le plan masse no°2 de Sainsaulieu : 10 novembre 1961

Louis Sainsaulieu. Esquisse de plan masse.
Plan du 20 septembre 1961. A.M.B. 80 S 755. 2013.

  • 32 Réunion sur le lancement de la 2ème tranche de la Faculté des sciences, le 23/03/1960. A.R.B. 2008 (...)

35L’obsolescence des programmes confiés aux architectes et aux urbanistes de l’université est plus rapide que la construction des premiers bâtiments et que l’acquisition des terrains. C’est le cas de la faculté des sciences dont le programme, lancé en 1952 pour 3 500 étudiants, doit faire face, en ce début d’année 1960, au triplement de ses effectifs. Pendant la construction de la première tranche de travaux, la doctrine universitaire a changé, substituant, à une logique d’institut groupant en son sein tous les cycles d’étude, celle d’une organisation par cycle – qui exige une refonte totale de la deuxième tranche32. Coulon doit étudier cette nouvelle tranche en conséquence et revoir le plan masse de l’ensemble en coordination avec Sainsaulieu.

  • 33 L.Sainsaulieu, « Université de Bordeaux. Projet de transfert de l’université à Talence. Présentati (...)

36L’extension de la faculté des sciences hors de son territoire initial si jalousement défendu par le doyen Brus et le déplacement tardif de la faculté des lettres à Talence s’ajoutent aux critiques du premier plan masse recueillies tout au long de l’année 1959. Ces multiples évolutions conduisent Sainsaulieu à l’élaboration d’une deuxième version de son plan masse sur un territoire beaucoup plus vaste et proche de l’état définitif que nous connaissons aujourd’hui. Dans son rapport de présentation daté du 6 novembre 196033, Sainsaulieu rappelle en préambule que le recteur a décidé de reprendre la question dans son ensemble « d’affecter logiquement aux extensions des Sciences les terrains les plus voisins et de placer le groupement des facultés des lettres et de droit dans une zone un peu plus éloignée ». La nouvelle zone universitaire ainsi définie mesure plus de trois kilomètres de longueur. Dans ces conditions, les bibliothèques, les villages d’étudiants et les restaurants doivent êtres dédoublés.

37Les installations déjà existantes ou en cours de construction dans la zone réservée aux Sciences sont maintenues et considérées « comme une des bases de la composition à étudier ». Sainsaulieu définit ainsi lui-même le « parti nouveau » qui résulte de ces nouvelles considérations : « Tout en conservant le principe d’un alignement de construction (sic) bordant une grande perspective de verdure prolongeant l’ensemble des bâtiments de la faculté des sciences et assurant une certaine unité à l’ensemble des installations dépendant de cette faculté, la liaison du reste de la composition serait assurée par une percée dans les zones boisées ou plantées d’arbres qui occupent l’ensemble des terrains à 40 % dans une orientation générale sud-ouest et reliant les Sciences à l’ensemble du terrain. En bordure de cette percée seraient articulés les divers éléments du programme : facultés, instituts, cités, etc.

38Une faible dénivellation du terrain, une vingtaine de mètres, importante en raison de la platitude générale de la région, constitue un plateau formant un aboutissement naturel à la percée où les plantations existantes et la salubrité du sol forment un terrain d’assiette particulièrement favorable (et très souhaité par les intéressés) pour les principaux éléments de la composition des facultés de droit et de lettres. L’impression générale qui ressort de l’aspect du terrain confirme bien cette destination.

39Les deux facultés y ont donc été réparties de part et d’autre d’un espace libre traversé par une voie urbaine de liaison. Entre elles, à l’extrémité, on a prévu la bibliothèque qui forme fond de perspective ; en arrière le restaurant a été placé de manière à lui assurer un accès de service et à permettre aux étudiants l’utilisation souvent alternative qu’ils font de ces deux éléments pendant les périodes qui se situent entre les heures de cours.

40[...] L’ensemble des constructions est desservi par une route périphérique importante qui donnera accès à toutes les facultés et services indépendants. Cette route est bordée partout où cela sera possible de parkings importants permettant le stationnement des voitures à proximité des facultés, mais en arrière, étant bien entendu que l’ensemble des espaces intérieures ne doit être parcouru que par les piétons et les deux-roues. Les parkings des deux-roues seront prévus entre les bâtiments le long des voies qui séparent les éléments de la composition. Tous ces parkings seront du type planté, le stationnement se faisant sous des quinconces d’arbres.

  • 34 Ce point est mentionné lors d’une réunion qui se tient au ministère de l’éducation nationale le 15 (...)

41[...] Toutes les constructions prévues seraient orthogonalisées avec les bâtiments déjà construits et en projet. Cette obligation assurerait, à travers les directives très souples par endroit du parti proposé, une liaison et une rigueur qui sont nécessaires dans un ensemble aussi vaste et aussi dispersé. » Enfin, Sainsaulieu envisage toujours la construction d’une aula magna et d’un château d’eau « formant un des éléments les plus marquants des constructions », ainsi que l’établissement d’une pièce d’eau dans la partie la plus marécageuse du site34.

42Ce redéploiement sur un site considérablement plus important ne remet pas en cause les principes issus d’une culture de compromis entre l’art de la composition Beaux-Arts et les principes réformateurs, adoptés dans la première version du plan masse. Le passage du premier au deuxième plan se résume à un changement d’échelle qui apporte cependant plus d’amplitude et de cohérence. La composition paysagère d’édifices implantés en quinconce de part et d’autre d’une vaste trouée verte prend ici toute sa mesure et prolonge ceux adoptés dès 1953 par Coulon pour la faculté des sciences.

Louis Sainsaulieu. Études des relations entre les facultés de droit, des lettres et la bibliothèque. 13 octobre 1961. A.M.B. 80 S 755. De haut en bas et de gauche à droite : 1a bibliothèque à côté des Lettres ; la bibliothèque au milieu du Droit ; suggestion de la faculté des lettres ; bibliothèque en fond de perspective. C’est cette dernière solution qui fut arrêtée.

Louis Sainsaulieu. Plan masse no 2 de l’université de Bordeaux. Extension de Talence, 10 novembre 1961. A.R.B. Boîte non cotée. Ce plan est postérieur de six semaines, mais conforme, à la première présentation qu’en a faite l’architecte le 31 octobre 1961. (Mise en couleur Gilles Ragot : 2013)
Orange : voies périphériques automobiles-Jaune : voies traversantes – Bleu villages universitaires – Rose : RU – Rouge : château d’eau – Violet : bibliothèques.
La densité et l’implantation des bâtiments sont théoriques. Le plan montre un principe et exprime un potentiel. Le site est divisé en quatre secteurs par trois voies traversantes qui sont elles-mêmes, pour l’essentiel, le prolongement et l’élargissement de voies existantes. Chaque secteur correspond sensiblement à une faculté ; d’est en ouest :
* Secteur 1 : faculté des sciences, tranche 1 et 2.
* Secteur 2 : faculté des sciences (tranche 3) et écoles techniques (ENET et ENIAM qui ont déjà leur forme définitive), plus le stadium et le CREPS.
* Secteur 3 : faculté des sciences (Magnéto-Chimie) et droit.
* Secteur 4 : faculté des lettres.
L’essentiel des édifices est réparti en continu sur la frange nord du site qui est traversé d’est en ouest par une coulée verte correspondant à la zone où le sol est le moins résistant et que Sainsaulieu conçoit comme une succession de terrains de sport dédiés chacun à une faculté. Les villages universitaires sont répartis en périphérie du site à proximité de trois restaurants universitaires.
Sainsaulieu met aussi en scène trois grandes perspectives (tracé de Gilles Ragot 2013) :
1. une première qui prolonge la trouée centrale de ta première tranche de la faculté des sciences et s’achève par un édifice de plan polygonal et d’élévation pyramidale : l’aula magna, il s’agit d’une perspective en grande partie illusoire, qui ne fonctionne que partiellement au sol en raison de la végétation et de la dénivellation du terrain ;
2. une deuxième qui, partant de l’arrière du stadium, aboutit au grand amphithéâtre en retour d’aile de la faculté de droit (future aula magna) ;
3. une troisième traverse la grande coulée verte centrale pour se caler sur la tour du château d’eau. Celui-ci sert littéralement d’articulation entre les facultés de droit et des lettres et le reste du site.
Dans le troisième et quatrième secteur, les deux facultés de droit et de lettres se font face. Sans être symétriques, leurs façades se répondent.

Louis Sainsaulieu. Maquette du projet no 2 du plan masse de l’université de Bordeaux. Extensions à Talence. A.R.B. 2008.22.3081. Vue d’est en ouest. Au premier plan, le premier secteur de la faculté des sciences de Coulon.

Louis Sainsaulieu. Maquette du projet no 2 du plan masse de l’université de Bordeaux. Extensions à Talence. A.R.B. 2008.22.3081. Vue du sud vers le nord. Au premier plan, l’ENET et l’ENIAM que longe, à l’est, la nouvelle voie de desserte, actuelle avenue de l’université prolongée par l’esplanade des Arts et Métiers. La voie est bordée sur son flanc droit d’immeubles destinés aux professeurs de l’université et aux relogements de familles de Talence expropriées.

Louis Sainsaulieu. Maquette du projet no 2 du plan masse de l’université de Bordeaux. Extensions à Talence. A.R.B. 2008.22.3081. Vue d’est en ouest. De part et d’autre de la trouée verte occupée par des terrains de sport sont implantés, à gauche, le stadium puis un village d’étudiants ; à droite, l’extension de la faculté des sciences. Au fond, le quatrième secteur de la faculté de lettres face à la faculté de droit dans une composition articulée sur deux verticales, celle du château d’eau et celte de la tour des réserves de la bibliothèque de Lettres et de Droit.

Louis Sainsaulieu. Maquette du projet no 2 du plan masse de l’université de Bordeaux. Extensions à Talence. A.R.B. 2008.22.3081. Vue d’ouest en est. Au premier plan, un village universitaire, son restaurant, la bibliothèque de Lettres et de Droit avant l’esplanade séparant les facultés de lettres et de droit.

43Tous les bâtiments sont régis et implantés selon une trame orthonormée rigoureuse carrée de 100 mètres de côté. Aucun bâtiment n’est orienté correctement selon l’axe héliothermique. Selon l’aveu même de Sainsaulieu, ils se calent tous sur la première orientation donnée par Coulon au secteur de la faculté des sciences. L’architecte joue de plusieurs figures de composition – le plan en peigne (faculté de lettres), le front continu (faculté de droit), la figure de « cloître » ou forme en U, plus ou moins refermée sur elle-même – inspirées des quads des campus britanniques eux-mêmes repris et réinterprétés par les campus nord-américains. Sainsaulieu privilégie une composition abstraite faite d’équilibres entre des rectangles disposés en équerre. Les barres les plus longues sont rythmées par des plots de plan carré. Les principes de composition, foncièrement académiques, consistent toujours à redonner un ordre géométrique perceptible au désordre apparent des formes complexes des terrains.

44À ce stade de l’étude, il ne semble pas y avoir de voies automobiles latérales traversant le site d’est en ouest. Le plan matérialise le fractionnement des facultés, leur indépendance, chacune disposant de son propre équipement sportif, de ses propres villages et de son propre restaurant, dispositif qui ne facilite guère la communication entre les différentes disciplines.

45La rocade est déjà esquissée, mais la voie périphérique nord de la zone universitaire n’y est pas raccordée. Le plan favorise cependant un accès périphérique bien qu’aucun parking ne soit visible sur le plan ou sur les photos de la maquette correspondante. Ce mode de fonctionnement contredit le plan d’ensemble dont la composition est conçue selon un parcours d’est en ouest en fonction desquelles sont conçues les trois grandes perspectives nobles mises en évidence sur le plan du 10 novembre 1961.

  • 35 Lettre du recteur Babin au directeur général de l’équipement scolaire, universitaire et sportif à (...)

46Ce plan représente une étape décisive vers le plan définitif, mais sa présentation, globalement acceptée par tous les protagonistes, suscite néanmoins des réactions et des débats qui, pendant plus de trois ans, conduiront à des variantes et à des modifications avant la mise au point des plans de détail. L’un de ces débats engagé dès novembre 1961 concerne l’emplacement du stadium et l’utilisation de la zone située à l’extrémité sud-ouest du campus35. René Laroumagne, ingénieur régional des constructions scolaires, universitaires et sportives, chef du service des constructions du rectorat de Bordeaux, souhaite que le stadium soit maintenu à son emplacement initial qui se trouve désormais au cœur même de la composition le long de la voie de desserte des facultés de droit et de lettres. Le recteur Babin s’oppose à ce maintien d’un stade qu’il juge vétuste, insuffisant, ne permettant aucun développement sans compromettre le passage de la voie de desserte et le principe même de la grande percée verte centrale. Le recteur se prononce pour son déplacement sur la zone sud-ouest inoccupée où doivent également, selon lui, prendre place les futurs villages universitaires. Le recteur obtiendra gain cause dès juillet 1963 dans le plan définitif.

  • 36 Lettre de L.Sainsaulieu au recteur le 22/11/1961. A.R.B.2008.35.45.

47La multiplication des demandes et observations où chacun défend les intérêts supposés de son établissement ne remet pas en cause le travail de Sainsaulieu, mais leur accumulation risque à nouveau d’en compromettre l’équilibre. Outre le stadium sont ainsi discutés : l’emplacement de l’aula magna que Sainsaulieu prévoit initialement à l’extrémité de la grande perspective de la faculté des sciences alors que le doyen Brus la souhaite près de l’articulation que constitue la bibliothèque scientifique ; le déplacement d’un village étudiant afin de ne pas gêner l’installation de l’Institut de magnéto-chimie ; le déplacement de la piscine, etc. Aucun protagoniste ne cherche à comprendre la logique globale, et les conséquences en cascade que la modification, aussi mineure soit-elle d’un élément, risque d’entraîner. Sainsaulieu s’en inquiète avant le passage de son plan au C.G.B.F.36 : « Il est très facile de critiquer bien des détails dans une composition aussi vaste que celle-là », dit-il, « mais il ne faut pas oublier que le but principal dans une étude de cette nature, c’est de conserver, malgré toutes les données de détails, tous les raisonnements plus ou moins théoriques, tous les intérêts particuliers qui se dressent, quelques notions de composition générale et de vue d’ensemble qui échappent évidemment au plus grand nombre. Je crois très sincèrement que si nous voulons faire aboutir quelque chose, il faut d’abord faire approuver une idée d’ensemble par un organisme supérieur capable d’apprécier une composition générale tel que le Conseil général des Bâtiments de France et après seulement examiner les points de détail soulevés par chacun des éléments en les soumettant à la directive générale qui aura été approuvée. Toute méthode qui consisterait à discuter au départ les points de détail aboutira fatalement à un abâtardissement complet de la composition et au sacrifice des idées et des intérêts généraux dont vous avez bien voulu me confier la défense. » Si la supplique de Sainsaulieu relève du bon sens, elle n’en est pas moins une nouvelle fois un plaidoyer exprimé plus en termes de composition que de projet urbain.

  • 37 Voir lettre du recteur à M.Seite le 21/02/1962. A.R.B. 2008.35.45.
  • 38 Voir Procès-verbal du C.U. du 17/12/1962. A.R.B. 2008.69.R34.

48Le deuxième plan de Sainsaulieu est approuvé, en l’état, par le Conseil général des Bâtiments de France le 9 février 196237. À la fin de cette année-là, le plan masse semble ne pas avoir beaucoup évolué et les questions principales évoquées un an plus tôt sont toujours en suspens : le déplacement du stadium, l’extension de la faculté des sciences en partie sur les terrains du stadium, l’acquisition de l’extrémité sud-ouest de la zone en bordure de rocade. Ces différents points sont évoqués lors d’une séance extraordinaire du conseil de l’université qui se tient le 17 décembre 1962 en présence de Jacques Chaban-Delmas tout auréolé de sa récente réélection à la présidence de l’Assemblée nationale. Après avoir longuement rendu hommage au maire de Bordeaux et souligné le soutien qu’il a toujours apporté aux projets de développement de l’université comme partie prenante du développement de l’agglomération, le recteur lui expose l’état d’avancement des travaux de la zone universitaire et les difficultés rencontrées, notamment celles évoquées précédemment38. Le président de l’Assemblée nationale promet d’intervenir auprès du ministre de l’Éducation nationale pour qu’il se rende sur place et prenne la mesure des travaux et des questions soulevées. Il se dit par ailleurs, en tant qu’élu bordelais, très favorable à la construction d’une zone de logements HLM sur la zone universitaire destinée aux étudiants et aux ménages d’étudiants, complétés des commerces nécessaires. Le constat est en effet dressé de la sous-utilisation du restaurant universitaire, en particulier le soir, les étudiants rentrant en masse dans le centre de Bordeaux. Il est envisagé de loger sur la zone universitaire 5 000 étudiants.

49Enfin sont évoquées les difficultés de circulation que l’implantation des facultés à Talence va entraîner aux portes de la ville sur les boulevards. Chaban-Delmas assure ses interlocuteurs de la prise en considération par les services de l’urbanisme de l’impact de la zone universitaire dans les « questions d’ordre général ». Sur ce point, comme sur celui de l’implantation, ces réponses demeureront des vœux pieux.

Vues de l’état d’avancement du chantier de la faculté des sciences lors d’une visite officielle faite en hélicoptère en mars 1965. Clichés A.R.B.
Photo (1) et (2) : la première tranche de la faculté des sciences.
Photo (3) : vue de la bibliothèque des sciences, du RU no°1, et du Village no°1.
Photo (4) : la clinique mutualiste œuvre de C.-C. Mazet (1964)/A.R.B. 2008.22.3081.

ÉVOLUTION DES PLANS MASSE DES IMPLANTATIONS UNIVERSITAIRES ENVISAGÉES DE 1951 À 1963

Décembre 1951. Robert Touzin. Plan, nd, inspiré du projet no°4 d’août 1951 d’Expert

Notes

1 Dossier Sainsaulieu. A.R.B. 2008.35/83.

2 Idem.

3 Compte rendu de la séance du 29/11/1958 à la Direction des constructions et de l’équipement. Objet : plan masse de Talence ». A.R.B. 2008.35.45.

4 Lettre de Mathieu au directeur de l’équipement scolaire, universitaire et sportif, le 19/01/1959 et à Sainsaulieu le 20/01/1959. A.R.B. 2008.35.45

5 Lettre de Sainsaulieu au recteur le 21/01/1959. A.R.B. 2008.35.45.

6 Lettre de Sainsaulieu au directeur général des constructions scolaires le 13/02/1959. A.R.B. 2008.35.45.

7 Voir lettres de nomination dans le dossier Mathieu. A.R.B. 2008.35.82. On peut formuler l’hypothèse d’une intervention directe du maire de Bordeaux et Président de l’assemblée nationale auprès de Jacques Sudreau ministre de la Construction.

8 Rapport de présentation de Sainsaulieu daté du 18/07/1959. A.R.B. 2008.35.135.

9 Le déplacement de la faculté de médecine ne représente pas encore une urgence. Son plan masse à Carreire ne sera adopté qu’en 1967.

10 Un article du 26/11/1959 évoque le déplacement de la faculté de médecine à Talence, sur des terrains bordant les domaines de Raba et de Thouars. Voir : Anonyme, « Disséminées dans l’aire des futures facultés, 55 familles sont menacées d’expropriation », in La France, 26/11/1959, np. A.R.B. 2008.35/135.

11 Lettre du ministère de l’Éducation nationale à Sainsaulieu le 25/05/1959. A.R.B. 2008.35.45.

12 Il s’agit des terrains de : la Faculté des Sciences (12 ha) dont Sainsaulieu dit qu’ils seront déjà insuffisants à (a terminaison des travaux ; du château Monaday (20 ha) ; du stadium universitaire (10ha) ; de l’hippodrome (20ha), du château Laroque (30ha).

13 Rapport de présentation de Sainsaulieu daté du 18/07/1959.A.R.B. 2008.35.135.

14 Anonyme, « Disséminées dans l’aire des futures facultés, 55 familles sont menacées d’expropriation », art.cit.

15 Voir G.Cokelaere, Histoire de la rocade autoroutière bordelaise, mémoire de l’université de Bordeaux 3, 1998.

16 Anonyme, « La Rocade ouest et les autoroutes vers le bassin d’Arcachon et Bayonne, pièces maîtresses du plan d’urbanisme pour Pessac, Talence et Mérignac », in La France, 02/09/1959, np.

17 L’élargissement de trois voies de Talence à 16 m reliant directement le domaine universitaire et le centre de Talence à Bègles est refusé par la municipalité de Talence qui craint essentiellement que sa contribution financière ne soit trop élevée et que les intérêts privés des talençais soient menacés.

18 Note de M.Carriquiryborne au ministre de l’Éducation nationale le 02/12/1959. A.R.B. 2008 35.135.

19 « Extension de l’université de Talence. Réunion dans le bureau de Monsieur l’Ingénieur en chef Renoux le 8 décembre 1959 à 10h ». Voir aussi : « Aménagement de la voirie de la Zone Universitaire de Talence. Procès-verbal de la conférence tenue le 8 décembre 1959 au Service ordinaire des Ponts et Chaussées de la Gironde », A.R.B. 2008.35.135.

20 À l’issue de cette réunion, Mathieu étudiera en plan masse trois solutions différentes : un carrefour, un passage sous deux passerelles, un tunnel. Ces études datées du 07/12/1959 sont conservées en A.M.B.80 S 755.

21 « Procès-verbal de la réunion de la Commission en vue des extensions de l’université à Talence, qui s’est tenue le mardi 22 décembre 1959 à 15H sous la présidence de M. le recteur Delage ». A.R.B. 2008.22.814.

22 Mots soulignés dans le texte. Cette disposition semble avoir eté adoptée et admise par huit académies seulement dont celle de Bordeaux. Compte rendu du C.U. du 08/01/1960. A.R.B. 2008.69.R33

23 « Procès-verbal de la réunion de la Commission en vue des extensions de l’université à Talence, qui s’est tenue le mardi 22 décembre 1959 à 15h sous la présidence de M. le recteur Delage ». A.R.B. 2008.22.814.

24 Lettre du directeur départemental de l’urbanisme au préfet de Gironde, le 06/12/1961. A.R.B. 2008.35.135.

25 Lors de sa création, la S.E.G., société d’économie mixte, reçoit pour principales missions l’aménagement de zones industrielles au Bec d’Ambès et à Bassens.

26 Note M. Le Meur, ingénieur en chef des ponts et chaussées, et de M. C.Cayrol, ingénieur général de l’administration du 12/07/1964. A.R.B. 2008.22.2513.

27 Compte rendu de la séance du C.U du 08/01/1960. A.R.B. 2008.69/R33.

28 Le château du XVIIIe siècle est l’œuvre de Victor Louis. Les façades et toitures du château, le petit pavillon octogonal dit Pavillon des Muses qui se trouve dans le parc sont inscrits le 08/10/1958. Cette inscription n’empêchera pas l’installation d’un ensemble comprenant l’École d’Architecture, l’École de commerce et l’École hôtelière sur ce site selon un plan masse dressé par Claude Ferret.

29 P.Mathieu, « Plan d’urbanisme de détail. Zone universitaire. Rapport d’enquête », ministère de la Construction, direction de l’Aménagement du Territoire, janvier 1960, et plans de novembre 1959 et janvier 1960. A.R.B. 2008.35.67.

30 Compte rendu de cette réunion. A.R.B. 2008.35.135

31 Compte rendu d’une réunion aux Ponts et Chaussée le 07/03/1960. A.R.B. 2008.35.135.

32 Réunion sur le lancement de la 2ème tranche de la Faculté des sciences, le 23/03/1960. A.R.B. 2008.22.590.

33 L.Sainsaulieu, « Université de Bordeaux. Projet de transfert de l’université à Talence. Présentation du plan masse. Rapport de l’architecte-coordinateur », 06/11/1961. A.R.B. 2008.35.45.

34 Ce point est mentionné lors d’une réunion qui se tient au ministère de l’éducation nationale le 15/12/61. Compte rendu de la réunion : A.R.B 2008.35/45.

35 Lettre du recteur Babin au directeur général de l’équipement scolaire, universitaire et sportif à Paris, le 13/11/1961. A.R.B. 2008.35/43.

36 Lettre de L.Sainsaulieu au recteur le 22/11/1961. A.R.B.2008.35.45.

37 Voir lettre du recteur à M.Seite le 21/02/1962. A.R.B. 2008.35.45.

38 Voir Procès-verbal du C.U. du 17/12/1962. A.R.B. 2008.69.R34.

Table des illustrations

Légende Schéma de principe d’après le projet de plan masse 41 de Louis Sainsaulieu daté du 18 juillet 1959. A.M.B. 80 S 755. Rapport de présentation de Sainsaulieu A.R. 2008.35.135. Les zones en grisé sont celles des secteurs envisagés pour de futures extensions. Les nombres 15 et 16 entourés d’un cercle correspondent aux actuelles sorties de la rocade.Le projet de Sainsaulieu s’installe sur 92 hectares de terrains déjà acquis ou en cours d’acquisition, ceux-là mêmes déjà prévus dans le plan du centre universitaire de Mathieu et Touzin de 1953, moins le terrain militaire Crespy, initialement prévu pour la faculté de droit, et dont les négociations n’ont pas abouti12 Sur le plan foncier, la seule nouveauté tient aux 200 hectares que les services de l’urbanisme ont réservés dans des propriétés boisées de Pessac et Gradignan, en prévision d’extensions dont le programme n’est pas encore défini.Dans la description qu’il donne de ce projet, Sainsaulieu insiste sur les points suivants :* La « volonté de parallélisme des constructions nouvelles avec les puissantes masses des bâtiments des sciences qui s’imposent déjà dans le paysage [...].* L’unité de composition résultant de la conception d’une tête fortement charpentée alignée orthogonale avec les Sciences articulée sur le grand axe de liaison et s’ouvrant latéralement plus loin sur la perspective souple et biaise des terrains réservés pour extension.* Le groupement des constructions dans cette organisation permet de jumeler tous les espaces verts dans un vaste ensemble des terrains de sport [...].* Le groupement des circulations automobiles et publiques à l’extérieur, piétons et réservées à l’université à l’intérieur permettant d’accéder à chaque établissement.* L’échelle qu’un aussi vaste ensemble risquerait de rendre inhumaine. Il faut combiner quelques grands effets simples que permet l’ampleur du programme avec des éléments de détail qui gardent l’échelle humaine. La grande trouée d’axe général n’a qu’une quarantaine de mètres de largeur entre les arbres des allées ombragées qui la constituent (sic)13. »
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Légende Plan chronologique d’ouverture de la rocade et tracé de la voie non réalisée des Mairies. Document a’urba. Le domaine universitaire actuel se situe entre les sorties 15 et 16, mais n’est desservi que par l’échangeur 16.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende Plan schématique du projet de rocade et des voies radiales à élargir publié dans La France du 2 septembre 1959. A.R.B. 2008.35.135. Légendes : voies portées à 16 m représentées par un double trait, à 12 m par un simple trait. Les chiffres désignent de nouvelles voies projetées. Les zones hachurées sont des zones dites « de silence ».
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Légende Louis Sainsaulieu. Plan de masse no 3 de janvier 1960. A.M.B. 80 S 755. Ce plan correspond sensiblement au plan de juillet 1959. Sainsaulieu y ajoute en pointillé le tracé potentiel d’une « nouvelle faculté ». Il s’agit probablement d’une première hypothèse d’implantation de la faculté des lettres.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 533k
Légende Pierre Mathieu. PUD. Travaux d’équipement. A.M.B. 2008.35.135. En rouge : routes nationales existantes. Propositions de classement des voies nouvelles : bleu clair : département ; bleu foncé : Éducation nationale ; vert : communes.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Légende Francisque Perrier. La passerelle devait être à l’origine non seulement une liaison entre les premières et la dernière tranche de construction de la faculté des sciences, mais aussi une porte d’entrée monumentale. L’organisation actuelle de la circulation ne permet pas de la percevoir comme une entrée. Cliché A.M.B. 2008.22.3081.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Titre Le plan masse no°2 de Sainsaulieu : 10 novembre 1961
Légende Louis Sainsaulieu. Esquisse de plan masse.Plan du 20 septembre 1961. A.M.B. 80 S 755. 2013.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Légende Louis Sainsaulieu. Études des relations entre les facultés de droit, des lettres et la bibliothèque. 13 octobre 1961. A.M.B. 80 S 755. De haut en bas et de gauche à droite : 1a bibliothèque à côté des Lettres ; la bibliothèque au milieu du Droit ; suggestion de la faculté des lettres ; bibliothèque en fond de perspective. C’est cette dernière solution qui fut arrêtée.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 802k
Légende Louis Sainsaulieu. Plan masse no 2 de l’université de Bordeaux. Extension de Talence, 10 novembre 1961. A.R.B. Boîte non cotée. Ce plan est postérieur de six semaines, mais conforme, à la première présentation qu’en a faite l’architecte le 31 octobre 1961. (Mise en couleur Gilles Ragot : 2013)Orange : voies périphériques automobiles-Jaune : voies traversantes – Bleu villages universitaires – Rose : RU – Rouge : château d’eau – Violet : bibliothèques.La densité et l’implantation des bâtiments sont théoriques. Le plan montre un principe et exprime un potentiel. Le site est divisé en quatre secteurs par trois voies traversantes qui sont elles-mêmes, pour l’essentiel, le prolongement et l’élargissement de voies existantes. Chaque secteur correspond sensiblement à une faculté ; d’est en ouest :* Secteur 1 : faculté des sciences, tranche 1 et 2.* Secteur 2 : faculté des sciences (tranche 3) et écoles techniques (ENET et ENIAM qui ont déjà leur forme définitive), plus le stadium et le CREPS.* Secteur 3 : faculté des sciences (Magnéto-Chimie) et droit.* Secteur 4 : faculté des lettres.L’essentiel des édifices est réparti en continu sur la frange nord du site qui est traversé d’est en ouest par une coulée verte correspondant à la zone où le sol est le moins résistant et que Sainsaulieu conçoit comme une succession de terrains de sport dédiés chacun à une faculté. Les villages universitaires sont répartis en périphérie du site à proximité de trois restaurants universitaires.Sainsaulieu met aussi en scène trois grandes perspectives (tracé de Gilles Ragot 2013) :1. une première qui prolonge la trouée centrale de ta première tranche de la faculté des sciences et s’achève par un édifice de plan polygonal et d’élévation pyramidale : l’aula magna, il s’agit d’une perspective en grande partie illusoire, qui ne fonctionne que partiellement au sol en raison de la végétation et de la dénivellation du terrain ;2. une deuxième qui, partant de l’arrière du stadium, aboutit au grand amphithéâtre en retour d’aile de la faculté de droit (future aula magna) ;3. une troisième traverse la grande coulée verte centrale pour se caler sur la tour du château d’eau. Celui-ci sert littéralement d’articulation entre les facultés de droit et des lettres et le reste du site.Dans le troisième et quatrième secteur, les deux facultés de droit et de lettres se font face. Sans être symétriques, leurs façades se répondent.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Légende Louis Sainsaulieu. Maquette du projet no 2 du plan masse de l’université de Bordeaux. Extensions à Talence. A.R.B. 2008.22.3081. Vue d’est en ouest. Au premier plan, le premier secteur de la faculté des sciences de Coulon.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Légende Louis Sainsaulieu. Maquette du projet no 2 du plan masse de l’université de Bordeaux. Extensions à Talence. A.R.B. 2008.22.3081. Vue du sud vers le nord. Au premier plan, l’ENET et l’ENIAM que longe, à l’est, la nouvelle voie de desserte, actuelle avenue de l’université prolongée par l’esplanade des Arts et Métiers. La voie est bordée sur son flanc droit d’immeubles destinés aux professeurs de l’université et aux relogements de familles de Talence expropriées.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Légende Louis Sainsaulieu. Maquette du projet no 2 du plan masse de l’université de Bordeaux. Extensions à Talence. A.R.B. 2008.22.3081. Vue d’est en ouest. De part et d’autre de la trouée verte occupée par des terrains de sport sont implantés, à gauche, le stadium puis un village d’étudiants ; à droite, l’extension de la faculté des sciences. Au fond, le quatrième secteur de la faculté de lettres face à la faculté de droit dans une composition articulée sur deux verticales, celle du château d’eau et celte de la tour des réserves de la bibliothèque de Lettres et de Droit.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Louis Sainsaulieu. Maquette du projet no 2 du plan masse de l’université de Bordeaux. Extensions à Talence. A.R.B. 2008.22.3081. Vue d’ouest en est. Au premier plan, un village universitaire, son restaurant, la bibliothèque de Lettres et de Droit avant l’esplanade séparant les facultés de lettres et de droit.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Légende Vues de l’état d’avancement du chantier de la faculté des sciences lors d’une visite officielle faite en hélicoptère en mars 1965. Clichés A.R.B.Photo (1) et (2) : la première tranche de la faculté des sciences.Photo (3) : vue de la bibliothèque des sciences, du RU no°1, et du Village no°1.Photo (4) : la clinique mutualiste œuvre de C.-C. Mazet (1964)/A.R.B. 2008.22.3081.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 478k
Légende Décembre 1951. Robert Touzin. Plan, nd, inspiré du projet no°4 d’août 1951 d’Expert
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende Juillet 1952
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Juillet 1959
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Janvier 1960
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Septembre 1961
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Septembre 1963
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15818/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search