Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse

 | 
Gilles Ragot

Avant-propos

Jérôme Goze

Texte intégral

1La question de l’histoire des domaines universitaires, de leur construction massive dans les années d’après-guerre jusqu’à la fin des trente glorieuses, est intimement liée à la question de la spécificité de ces espaces : ces territoires ne sont-ils pas spécifiques dans le rapport qu’ils construisent avec l’histoire urbaine des cités, dans la conception même de leurs paysages dès l’origine, par le soin apporté par les divers maîtres d’ouvrage dans le choix des concepteurs et des constructeurs, par l’extrême richesse des œuvres issues du « 4 % » ?

2Sans prendre ce temps de la connaissance et de la mise en perspective sur des temps longs, sans prendre le temps de comprendre comment ces domaines universitaires ont été imaginés, d’où ils sont issus, puis comment ils furent conçus et réalisés sur des périodes longues, la transformation même de ces territoires serait au mieux vaine, et au pire insipide ; en un mot, hors sujet.

3Le travail qui s’est engagé avec l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux pendant les trois dernières années participe activement à la reconstruction du grand récit de l’université : à partir de projets d’étudiants, prolongés par des travaux des laboratoires de recherche de l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux, à partir des archives du rectorat, à partir de travaux encadrés par la mission Opération Campus, l’armature de ce grand récit de la genèse de l’université de Bordeaux dans les années 1950 réémerge et reprend sa place, toute sa place, à la fois dans les projets développés actuellement par l’université et dans son questionnement sur sa stratégie territoriale.

4Comment reprendre le fil de l’histoire, cette longue conversation entre les institutions, les acteurs et le territoire, afin de mieux cerner ses spécificités et dans le temps et dans l’espace ?

5Comment reconstruire cette « ossature culturelle » nécessaire pour tenir le projet urbain et architectural dans le temps ?

6Comment, à travers ces projets forts de réhabilitation et de rénovation circonscrits spatialement et dans le temps court, renouer avec le temps long de la stratégie territoriale et des ambitions fortes pour accompagner le développement de l’université ?

7Je tiens donc à remercier tout spécialement l’ensemble des étudiants qui ont contribué à ces travaux, les enseignants qui les ont encadrés et enfin l’École d’architecture et du paysage qui s’est investie dans cette démarche inscrite dès le lancement de l’Opération Campus en 2009 en accompagnant l’université dans ses premiers pas de porteur de projet Opération Campus.

Auteur

Directeur de l’Opération Campus de Bordeaux

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540