Version classiqueVersion mobile

Structures

 | 
Claire Parin
, 
Jacques Robert
, 
Hocine Aliouane-Shaw

Le campus Talence-Pessac-Gradignan dans l'agglomération bordelaise

Les résultats de la recherche

Claire Parin

Texte intégral

1À l’issue du travail de décryptage des projets d’étudiants conduit au sein de l’atelier campus, les connaissances produites par la démarche peuvent se décliner tant dans le champ de la recherche sur le projet que dans le champ de la pratique opérationnelle.

2D’un point de vue épistémologique tout d’abord, l’outil des tableaux synoptiques mis au point pour représenter les projets architecturaux et urbains dans leur complexité contribue en effet à poser la question de leur réception sous un angle dynamique. Comment exposer des visions de concepteurs, par définition partielles et singulières, de façon à ce qu’elles contribuent à révéler le potentiel de transformation des structures existantes et qu’elles fassent évoluer le regard des usagers sur leur environnement ?

  • 11 Barthes Roland, « Sémiologie et urbanisme », in L’aventure sémiologique, Paris, Le Seuil, 1985.

3La poursuite des travaux de l’atelier campus permettra de revenir sur ces aspects et d’approfondir notamment la façon dont la représentation des projets peut favoriser des jeux d’association entre éléments formels donnant à comprendre le sens des lieux11. Il conviendra également de vérifier si les outils de représentation mis au point dans cette recherche restent opérants dans d’autres contextes pour déceler des continuités entre les échelles de conception et pour établir des éléments de langage communs aux différents projets.

4D’un point de vue opérationnel ensuite, le récolement des projets (cf. Récolement des projets, p. 100) analysés au chapitre précédent fait apparaître une « activation » possible du territoire par des points qui représentent autant d’opportunités pour la mise en œuvre d’interventions propres à fixer et à développer une vie permanente sur le site du campus. La lecture des tableaux fait en outre ressortir un certain nombre de principes d’organisation de l’espace pouvant contribuer directement à la réflexion des acteurs impliqués dans la mise en œuvre de l’Opération Campus.

INTENSIFIER ET ENRICHIR L’USAGE DES LIEUX

5Au cours des premières étapes de réflexion de l’atelier sur le thème de la vie étudiante, il était apparu d’emblée qu’en l’état actuel, ni les espaces publics réputés cristalliser des pratiques collectives (esplanade, mail...), ni les espaces assurant l’accès aux activités (hall d’accueil, cage d’escalier, couloir) ne faisaient l’objet d’une appropriation dans la durée par les usagers du campus. Les études de terrain révélaient en outre que si ces espaces supportaient des flux de circulation épisodiques, il s’y passait rarement quelque chose de palpable en termes d’échange et de convivialité, en dehors d’événements programmés.

  • 12 Jacobs Jane, The Death and Life of Great American Cities, New York, Éd. Random House, 1961. (trad. (...)

6Le travail de retour critique sur la production de l’atelier montre que quels que soient le programme et la situation des projets, ceux-ci ont visé communément à qualifier les « lieux du lien », soit à intégrer, comme une dimension structurante de l’espace, les points de rencontre et de croisement entre les divers usagers du campus. Les projets des étudiants ont en effet tous cherché à intégrer, à l’interface et en complément des fonctionnalités primaires12 prises en compte dans le cadre de l’Opération Campus (enseignement, recherche, logements, déplacements, loisirs...), un certain nombre de fonctionnalités secondaires susceptibles d’enrichir les pratiques de l’espace et d’aimanter une vie permanente.

7Le terme de « porosité » résume cet objectif d’intégration de la diversité des temporalités de la vie étudiante au niveau de la conception du cadre bâti. Il se décline selon plusieurs principes qui traversent l’ensemble des projets proposés :

8— Retrouver des possibilités de circulation piétonnière aisée entre et à travers les bâtiments universitaires, en accord avec les principes de « plan libre » qui avaient prévalu à l’origine du campus. Cet objectif renvoie à un recalibrage et à une requalification de l’espace dévolu aux parcours piétonniers, qui va de pair avec deux interventions majeures à envisager à l’échelle de l’ensemble du domaine universitaire : la restriction drastique des surfaces au sol affectées au stationnement et le regroupement du stationnement dans des parking silos localisés à la périphérie des pôles d’enseignement et de recherche, en prise directe sur les réseaux de transports en commun ; et dans le même temps, la mise en valeur de l’ensemble des espaces naturels du domaine universitaire, de façon à ce que ceux-ci contribuent à structurer l’espace urbain, au même titre que l’architecture des bâtiments.

9— Introduire des activités sous forme de commerces de proximité et de services à l’étudiant à des emplacements stratégiques au regard des parcours quotidiens : à proximité des stations de tramway, aux points d’entrée principaux dans le domaine universitaire en complément des implantations commerciales existantes, et le long des cheminements transversaux qui drainent les flux piétonniers les plus importants. Ces activités sont implantées en rez-de-chaussée d’immeubles, soit dans des bâtiments universitaires, soit dans des constructions indépendantes. À noter que dans certaines barres comportant un socle opaque, l’introduction de ces fonctions nécessite de revoir drastiquement le mode d’accroche au sol des immeubles.

10— Favoriser les occasions de rencontre et d’échange entre les différents usagers du campus et entre les champs disciplinaires, en développant une forme de diversité fonctionnelle au sein des principaux pôles d’enseignement et de recherche. Ceci implique d’associer lieux d’habitat et lieux de travail au sein d’un même immeuble ou d’un même groupe d’immeubles.

11Les projets suggèrent également de redéfinir physiquement les pôles d’enseignement et de recherche, en lien avec la mise en place des collèges, et de faire de ceux-ci des espaces de vie intégrés, fortement articulés à la trame des espaces publics. De nouvelles échelles de groupement se dessinent. Elles vont de pair avec une hiérarchisation des espaces interstitiels et un marquage des seuils et des traversées à l’intérieur de chaque sous-ensemble.

12— Créer de nouveaux espaces de travail interactifs (type Learning center) et des micro-lieux de détente et de loisirs (type salles de sport, cafétéria...), à la faveur de la restructuration et de la réhabilitation des constructions affectées à l’enseignement et à la recherche. Il s’agit ici de s’adapter aux nouveaux modes d’acquisition des savoirs qui se développent à l’ère du numérique, tout en générant une appropriation plus permanente des locaux universitaires par les étudiants et par les chercheurs.

RECYCLER LES STRUCTURES BÂTIES EXISTANTES

13Le recyclage renvoie à une attitude visant à apporter une réponse aux blocages constatés aujourd’hui au niveau de l’utilisation des bâtiments construits dans les années soixante, soixante-dix. Afin d’induire de nouveaux usages de l’espace, les étudiants ont d’abord cherché à impulser un nouveau mode d’emploi des structures existantes et à tirer pleinement parti de leur capacité à se transformer et à essaimer. Ce principe de recyclage se décline concomitamment à plusieurs échelles de projet.

14À l’échelle de la conception des bâtiments, tout d’abord. Qu’il s’agisse de réhabilitation ou de construction neuve, les projets tendent à perpétuer un principe de modularité, ou mettent en place une structure minimale capable. La trame structurelle régulière des constructions est optimisée, notamment au regard de la diversité des modes de distribution intérieurs qu’elle autorise. Elle induit une logique d’extension par stratification – surélévation, excavation ou prolongement de bâtiments existants – ou par ajouts ponctuels. Les façades tramées se prêtent, quant à elles, à de multiples déclinaisons, en fonction de leur orientation et des effets de transparence recherchés avec le végétal.

15À l’échelle de la conception des fragments, ensuite. La trame orthogonale initiale se trouve prolongée et complétée, tout en respectant le principe du plan libre. Ici encore, une série de possibilités offertes par cette trame est exploitée : occupation ponctuelle de vides interstitiels, complément de certaines figures ébauchées dans le plan masse initial, confirmation de principes d’implantation fortement inscrits dans le paysage du campus, comme les alignements de grandes barres implantées à l’est et au centre du domaine universitaire.

16Enfin, à l’échelle de l’inscription de certains projets dans le grand site. Il s’agit ici de valoriser la vaste composition unitaire d’origine, tout en prenant en compte sa nécessaire évolution du fait de la modification des conditions de desserte, et notamment de la récente arrivée du tramway. Un projet d’immeuble de grande hauteur vient en particulier ponctuer l’axe est-ouest, déjà marqué par des gabarits bâtis imposants, en tirant avantage du recul et de la vue offerts par le parc. À l’inverse, dans le traitement de frange proposé à l’entrée est du domaine universitaire, le grain du bâti tend à s’affiner au contact du tissu pavillonnaire.

17D’une façon générale, les interventions projetées ne remettent pas en cause les logiques constructives en place, mais elles visent, au contraire, à les conforter et à les développer. Le recyclage correspond de fait à un enrichissement structurel qui peut permettre de mieux articuler chaque bâtiment à son contexte. Sa mise en œuvre met en jeu un va-et-vient continuel entre l’échelle de conception du bâtiment et celle du fragment, et elle influe potentiellement sur l’organisation de l’espace à l’échelle du territoire.

18La notion de recyclage apporte un éclairage nouveau sur l’enjeu de la protection patrimoniale, puisqu’il ne s’agit pas ici de restituer un ordre architectural initial, mais de remettre en mouvement les structures existantes en les complexifiant. Notons que la plupart des projets mettent à profit ce processus pour créer des lieux de vie permanents et induire une plus grande porosité de l’espace.

STRUCTURER L’ESPACE URBAIN À L’AIDE DU VÉGÉTAL

19Quel que soit le secteur d’intervention, nombre de propositions tendent à favoriser un groupement des bâtiments par petites unités, dont le cœur forme un espace protégé tout en étant perméable aux flux piétonniers. La figure du « close », du cloître, du jardin intérieur, de l’enceinte traversante, ou encore de la cour urbaine témoignent de la même volonté d’introduire un niveau d’organisation spatiale et fonctionnelle intermédiaire entre les unités bâties de base – bâtiment ou corps de bâtiment affectés à des activités spécialisées – et les grands ensembles à vocation composite qui se déploient sur le territoire du campus.

  • 13 Cf. La carte de Rome établie par Giambattista Nolli en 1748, qui montre la trame continue des espa (...)
  • 14 Fortin Jean-Patrick, Grands ensembles, l’espace et ses raisons, Paris, Plan Urbanisme Construction (...)

20Cette nouvelle unité de groupement peut correspondre à un « collège », à une ou plusieurs écoles, ou encore à un programme associant des logements, des services et des fonctions d’enseignement et de recherche. Sa taille est variable et se trouve notamment déterminée par l’échelle de la pièce urbaine qui en constitue le noyau, au point de convergence de plusieurs parcours piétonniers. Soulignons toutefois que bien que la fonction et la qualité d’intériorité recherchées pour l’espace central13 soient celles d’une place, le mode d’implantation des constructions demeure discontinu et leur agencement renvoie à des notions de tension et d’extension, conformément aux principes du plan libre14.

21De nombreux projets expriment par ailleurs l’intention de marquer et de consolider une lisière bâtie au contact de l’espace végétal, ce qui contribue à ériger ce dernier au rang d’ossature urbaine, au même titre que la trame bâtie. La notion de porosité et de transparence visuelle entre bâti et végétal se retrouve dans plusieurs propositions architecturales, et l’idée d’affirmer une façade bâtie en limite du parc central prend corps sous diverses formes. Les projets déclinent de fait l’interface bâti-végétal à différentes échelles spatiales et sur une vaste étendue, ce qui implique que les espaces naturels fassent concomitamment l’objet d’une programmation différenciée et d’une gestion adaptée à la nature des sols et aux caractéristiques du milieu.

22Tout se passe comme si, à l’échelle des grands secteurs qui ont été distingués au cours des premières phases du projet, les structures bâties se trouvaient progressivement réordonnancées autour du parc central et de ses prolongements dans des figures qui associent étroitement le minéral et le végétal. Ce mélange varie en fonction des situations urbaines, et plusieurs séquences se succèdent avec un noyau relativement compact et cerné par le végétal dans le secteur ouest, une cité-jardin irriguée par une trame verte dans le secteur central, et un jardin « enchâssé » dans un continuum bâti dans le secteur est.

INTÉGRER DE NOUVEAUX ÉCHELONS D’ORGANISATION DE L’ESPACE

  • 15 Parin Claire, Aliouane-Shaw Hocine, et alii, « Vers un langage de la matérialité urbaine », in Bor (...)

23On constate qu’à travers les figures récurrentes traversant les projets se dessinent des strates topogiques inédites qui viennent complexifier la structure urbaine originelle. Le récolement des projets issus du travail d’atelier fait, en effet, apparaître plusieurs couches ou plusieurs « nappes morphologiques » étroitement imbriquées15 :

  • une première nappe correspondant à l’implantation actuelle des bâtiments, issue du plan masse initial et de ses transformations successives. Elle est formée d’un grand nombre de constructions autonomes disposées sur un plateau ouvert, selon une trame orthogonale qui met en scène la coulée verte centrale.
  • une deuxième nappe, apparue en filigrane à la lecture des projets. Elle comporte des unités de taille intermédiaire regroupées autour d’une pièce urbaine et reliées entre elles par un réseau de cheminements piétonniers.
  • une troisième nappe, émergeant également des propositions des étudiants, renvoie à des articulations spécifiques entre plein et vide et entre bâti et végétal. Elle est constituée des trois grandes séquences paysagères qui se déroulent d’est en ouest.
  • une quatrième nappe, définie par la trame des voiries et les espaces dédiés au stationnement. Elle est en cours de reconfiguration à l’heure actuelle du fait de l’arrivée du tramway. Les propositions des étudiants tendent à donner au tracé du tramway et aux stations qui le ponctuent un rôle majeur au niveau de la structuration de l’espace.

24La structure « feuilletée » ainsi mise en place correspond de fait à des échelles de référence communes à tous les projets. Elle constitue un système de coordonnées souples à l’intérieur de laquelle chaque intervention architecturale est susceptible de se situer. Soulignons que les projets induisent cette structure spatiale tout en s’y référant, et que les nouveaux échelons de structuration mis en évidence au niveau de la lecture de l’espace tendent plutôt à ouvrir le champ des possibles en matière de création architecturale qu’à le refermer.

25Les principes qui viennent d’être déclinés suggèrent une façon de gérer le renouvellement des structures bâties du campus TPG selon un mode ouvert et réactif aux initiatives et aux projets : activation du territoire dans des situations urbaines stratégiques et cadrage des projets dans un système de coordonnées souple et complexe.

26Apparaît la nécessité, pour asseoir ces principes, de poursuivre les investigations sur deux points importants : la gestion du végétal dans le respect des conditions du milieu, et la conception de lieux d’enseignement et de recherche prenant en compte les nouveaux modes d’acquisition des savoirs.

27Ces deux points se trouvent au cœur des nouvelles expérimentations conduites dans le cadre de l’atelier campus.

Les nappes morphologiques qui structurent l’espace sur le territoire du campus TPG

Les nappes morphologiques qui structurent l’espace sur le territoire du campus TPG

1 – Nappe des infrastructures majeures : tramway/voiries
2 – Nappe des espaces publics de proximité
3 – Nappe des unités bâties intermédiaires
4 – Nappe des bâtiments implantés autour d’un parc central selon une trame orthogonale

RECOLEMENT DES PROJETS

SECTEUR 1
LA SOUDURE AVEC LE CENTRE DETALENCE

SECTEUR 2
UNE CITÉ-JARDIN AU COEUR DU CAMPUS

SECTEUR 3
UNE NOUVELLE CENTRALITÉ PÉRIPHÉRIQUE

A — UN LIEU D’ACCUEIL À L’INTERFACE ENTRE LE CAMPUS ET LAVILLE
Reconversion/Extension de l’Institut du pin

E — TRAIT-D’UNION EST/OUEST
Mise en place d’un axe de desserte interne parallèle au tramway

M — UN SIGNAL FORT EN LIMITE DUPARC
La Maison Internationale des Langues et de la Culture (MILC)

B — DES PIEDS D'IMMEUBLES EN PRISE SUR LA VIE DU CAMPUS
Réhabilitation d’une barre des années soixante par la greffe d’un socle

F — ÎLOT URBAIN RECOMPOSÉ AUTOUR D’UN NŒUD INTERMODAL
Création de l'Institut d’optique et d'un pôle d'activités mixte

N — REPENSER LES FLUX, LES TEMPORALITÉS ET L’ENSEIGNEMENT DE DEMAIN
Projet pôle Sciences humaines et sociales

C — PARVIS HABITÉ
Création d’un pôle multifonctionnel à Peixotto

G — UN ÎLOT-JARDIN À L’ENTRÉE DUCAMPUS
Confortation d’un pôle d’enseignement et de recherche à vocation agro-alimentaire

O — DENSIFICATION PAR INFILI
Introduction d'une série de programmes qualitatifs dans la partie ouest du campus

D — ACUPUNCTURES SPORTIVES AU FIL DU TRAMWAY
Implantation de micro-équipements à proximité des pôles d'enseignement

H — FRAGMENT COMPOSITE GÉNÉRATEUR D'ANIMATION
Maison du campus et logements

P — UNE ARTICULATION EN CREUX
Programme mixte et extension de Bordeaux 3

I — UNE COUR URBAINE EN CHARNIÈRE AVEC LE PARC
Réhabilitation du bâtiment de TP Géologie

Q — MISE EN VALEUR DES RIVES DU TRAMWAY
Restructuration et densification ponctuelle de la travée nord de Bordeaux 3

J — UN ÎLOT OUVERT ENTRE PARC ETBOULEVARD
Fusion ENSEIRB-MATMECA et création d'un pôle polytechnique

R — PROCESSUS DE DENSIFICATION LINÉAIRE
Extension et réaménagement des locaux de l'Université de Bordeaux 4 et de l'IEPBx

K — CŒUR D’ÎLOT COUVERT
Réhabilitation du pôle biologie animale et végétale

L — DYNAMISER LES BARRES À L’AIDE DEGREFFES
Création d'un centre universitaire de formation aux métiers de l’environnement

Nota : les projets C, D, F, K, N, R, ne font pas l’objet d’une analyse détaillée dans te présent ouvrage.

Notes

11 Barthes Roland, « Sémiologie et urbanisme », in L’aventure sémiologique, Paris, Le Seuil, 1985.

12 Jacobs Jane, The Death and Life of Great American Cities, New York, Éd. Random House, 1961. (trad. franç. par Claire Parin, Déclin et survie des grandes villes américaines, Liège, Éd. Mardaga, 1991.)

13 Cf. La carte de Rome établie par Giambattista Nolli en 1748, qui montre la trame continue des espaces publics dessinés par les emprises bâties.

14 Fortin Jean-Patrick, Grands ensembles, l’espace et ses raisons, Paris, Plan Urbanisme Construction Architecture, 2000.

15 Parin Claire, Aliouane-Shaw Hocine, et alii, « Vers un langage de la matérialité urbaine », in Bordeaux, une ville sans histoire(s), sous la direction de Jean Dumas, Bordeaux, Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 2011.

Table des illustrations

Titre Les nappes morphologiques qui structurent l’espace sur le territoire du campus TPG
Légende 1 – Nappe des infrastructures majeures : tramway/voiries2 – Nappe des espaces publics de proximité3 – Nappe des unités bâties intermédiaires4 – Nappe des bâtiments implantés autour d’un parc central selon une trame orthogonale
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15638/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 695k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search