Version classiqueVersion mobile

Structures

 | 
Claire Parin
, 
Jacques Robert
, 
Hocine Aliouane-Shaw

Le campus Talence-Pessac-Gradignan dans l'agglomération bordelaise

Une recherche sur le projet

Hocine Aliouane-Shaw

Texte intégral

L’ARTICULATION PÉDAGOGIE - RECHERCHE

1La recherche sur les structures du campus TPG est fondée sur deux actions emboîtées.

  • 3 Cet atelier réunissait des étudiants et des enseignants de cinq universités partenaires de l’ensap (...)

2Une première action, de caractère pédagogique, a été initiée dans le cadre de Master Classes internationales sur le thème du redéploiement du campus universitaire sur le territoire de l’agglomération bordelaise en novembre 20083. Les pistes de travail défrichées dans les Master Classes ont été ensuite approfondies dans un atelier de projet de niveau Master d’architecture de l’ensapBx tout au long du premier semestre de l’année 2008-2009.

3Lors des ateliers, les travaux des étudiants architectes sur le territoire du campus TPG ont convoqué successivement différentes échelles territoriales :

  • L’inventaire initial a englobé la totalité du territoire du campus et de ses abords.
  • Puis, après identification de trois secteurs d’intervention privilégiés, la proposition d’un protocole d’actions s’est inscrite à l’échelle d’un « fragment4 », soit d’un ensemble urbain possédant une forme de cohérence structurelle et correspondant à un secteur de projet.
  • La simulation architecturale, enfin, a été effectuée à l’échelle d’un bâtiment ou d’un groupe de bâtiments intégré dans des fragments.
  • 5 Cullen Gordon, Townscape, Londres, Architectural Press, 1971.

4À noter que les projets des étudiants ont spontanément interrogé les possibilités d’enrichissement des programmes spécialisés par des fonctions de caractère transversal aptes à aimanter des pratiques collectives. Les démarches de projet se sont attachées à qualifier des séquences urbaines5 et à générer des dispositifs architecturaux pouvant satisfaire à un ensemble de désirs et d’attentes des usagers du campus.

  • 6 Koolhaas Rem, Mau Bruce, Sigler Jennifer, S, M, L, XL, Small, Medium, Large, Extra-Large, Rotterda (...)

5Une deuxième étape a consisté à construire une action de recherche sur la base de cette première expérience pédagogique. Au cours de l’année qui a suivi, un groupe de recherche de l’atelier campus s’est repenché sur le matériau constitué par les propositions des étudiants, afin d’analyser les « stratégies6 »que les concepteurs avaient mises en œuvre dans leurs projets.

6Considérant les projets comme des révélateurs du potentiel de transformation des structures du campus, la recherche s’est attachée à décrypter les concepts et les principes génériques qui sous-tendaient la structuration de l’espace, tant à l’échelle architecturale qu’à l’échelle urbaine.

LE DÉROULEMENT DE LA RECHERCHE

7Étapes clefs de la démarche :

8L’interrogation des projets et la recherche des points durs.

9L’identification des points durs et la nécessité de poser des définitions.

10L’organisation et la restitution des premiers résultats : les tableaux synoptiques.

11Le lent remplissage des tableaux et l’homogénéisation des représentations.

12Le décryptage des projets.

13À l’automne 2009, un groupe composite formé de deux enseignants - chercheurs, d’un architecte chercheur et de six étudiants de l’ensapBx associés à la recherche se réunit Salle Renaissance au cœur du quartier Saint-Pierre.

14Cette première séance de travail a pour but d’amorcer un processus de recherche qui doit s’étaler sur plusieurs mois. Au cours de cette période, l’équipe devra poser un regard critique sur les projets réalisés dans un cadre pédagogique au cours de l’année précédente, afin d’en extraire des principes à caractère générique pouvant informer la mise en œuvre de futurs projets sur le campus universitaire de Bordeaux.

15En effet, les enseignants-chercheurs (dont un seul a participé à l’encadrement pédagogique des projets qui sont analysés) ont observé que les projets présentés par les étudiants sur le site du campus TPG laissaient entrevoir des figures et des modèles de conception récurrents, constituant autant de points fixes argumentés qu’il serait a posteriori possible d’identifier et de synthétiser. Les projets constitueraient ainsi un matériau brut dont l’investigation pourrait révéler les points durs qui les ont déterminés et décrypter le contexte spatial dans lequel ils se sont insérés. Partant de cette observation, l’équipe convient que les étudiants chercheurs, à savoir Perrin, Vincent, Marie, Alix, Omar et Igor devront procéder à la relecture de leurs projets d’architecture.

16Il est convenu que, dans un premier temps, les étudiants seront totalement libres dans le choix des outils d’investigation et des modes de restitution. Dans un deuxième temps, ces outils seront collectivement croisés et évalués afin de mettre en place des grilles de lecture communes aux différents sites et projets.

17L’équipe acte le principe d’une élaboration collégiale des outils d’investigation et des modes de restitution de la recherche et convient que chaque étape de la recherche ne sera validée que s’il y a consensus entre les différents membres de l’équipe.

18Les séances de travail suivantes prendront place Salle Renaissance, un cadre familier pour les étudiants qui y ont suivi les enseignements de l’atelier campus à l’instar des promotions qui leur ont succédé.

L’interrogation des projets et la recherche des points durs

19La relecture des différents projets dans le but d’en identifier les points durs est un processus qui nécessitera plusieurs séances de travail. Pour mémoire, les étudiants ont élaboré ces projets, il y a plus de six mois, sur différents fragments du campus universitaire TPG sur le thème des nouveaux espaces de la vie étudiante et avec pour objectif de travail le réemploi des structures bâties existantes.

20Pour amorcer le travail de recherche, l’équipe choisit de revenir sur les études comparatives réalisées par les étudiants sur des campus étrangers, privilégiant des modèles en mutation au regard du campus traditionnel. C’est ainsi que Perrin, qui vient de terminer un semestre d’études à Melbourne, présente un travail d’analyse réalisé sur le campus qu’il a pratiqué pendant plusieurs mois. Son exposé met rapidement en exergue des éléments programmatiques qui introduisent sur le campus des lieux de vie favorisant la perméabilité avec la ville alentour (pub, restaurants, hébergement hôtelier...), ou qui repensent la configuration et les vocations des lieux d’enseignement (les Learning cenfers, notamment). L’imbrication spatiale entre la ville et le campus est également soulignée par la mise en évidence de la composition urbaine qui articule finement le campus au tissu urbain limitrophe.

21Ces éléments de programme et les pratiques qu’ils induisent entrent en résonance avec ceux mis en œuvre par les étudiants dans leurs projets respectifs et alimentent les discussions qui suivent les différentes présentations.

22Sur les deux à trois séances de travail suivantes, les étudiants font une présentation sommaire de leurs projets, mettant en avant le travail d’analyse préalable ainsi que les éléments leur apparaissant comme ayant fondé ou fortement influencé leurs propositions.

23Les différentes présentations articulent deux échelles de réflexion et d’intervention, à savoir l’échelle d’un fragment urbain et celle d’un bâtiment ou d’un groupe de bâtiments. Aussi, le travail d’analyse préalable, les principaux enjeux et les propositions se déclinent-ils à ces deux échelles spatiales.

24Au fil des présentations et des discussions qui leur succèdent, différents dispositifs spatiaux sont mis en évidence, que se soit à l’échelle du fragment avec par exemple les différents modes de marquage du seuil ville/campus, ou à l’échelle du bâti avec les différentes propositions de réemploi des structures existantes : bâtiments greffés, porosité graduée des pieds de bâtiments, nouveaux fronts bâtis, etc.

25Ces premières observations confortent l’équipe de recherche dans son hypothèse de départ, à savoir que, malgré leur multiplicité, les dispositifs spatiaux mis en œuvre dans les projets correspondent à des concepts opératoires récurrents qu’il est possible d’identifier et d’expliciter.

L’identification des points durs et la nécessité de poser des définitions

26Face à la multiplicité des concepts opératoires révélés par la présentation des différents projets, l’équipe de travail convient de la nécessité d’identifier ces derniers par une série de mots-clefs et de s’accorder sur les définitions correspondantes. La constitution d’un glossaire, nourri des notions et figures mises en évidence par le processus de relecture des projets, apparaît comme un des moyens d’établir un consensus sur la signification des mots employés au sein de l’équipe.

27En liant les points durs à des mots recouvrant à leur tour des concepts, te glossaire introduit une première grille de lecture des projets et laisse entrevoir une première forme de structuration des résultats : un glossaire déclinant un ensemble de mots-clefs renvoyant à des définitions, elles-mêmes illustrées par des éléments de projet et des schémas.

28Dès lors, les étudiants poursuivent le travail d’identification des principaux concepts opératoires mis en œuvre dans leurs projets, tout en proposant les mots et les définitions auxquelles ils pourront renvoyer dans le glossaire.

L’organisation et la restitution des premiers résultats : les tableaux synoptiques

29À lui seul, le glossaire ne permet pas d’appliquer une grille de lecture commune aux différents projets et de disposer d’une vision transversale des résultats. Le tableau synoptique apparaît alors comme la forme de restitution la plus adaptée à une appréhension globale des concepts opératoires mis en évidence, tout en restituant la complexité d’un processus de conception où les choix renvoient simultanément à différentes dimensions, conceptuelles et sensibles, et à plusieurs niveaux de lecture.

30L’équipe élabore ainsi une première ébauche de tableaux déclinés à deux échelles : celle du bâtiment et celle du fragment. Elle permet d’associer à chaque concept énoncé une représentation graphique (image ou schéma) et d’appréhender les relations qui unissent ces entités dans le processus de conception.

Le lent remplissage des tableaux et l’homogénéisation des représentations

31Dans un premier temps, une formulation rédactionnelle des concepts et des intentions de projet est demandée aux étudiants afin d’informer les différentes rubriques des tableaux, aux échelles du fragment et du bâti. Ce premier travail avancé, les étudiants entament la schématisation des figures et des dispositifs spatiaux qui viennent illustrer les différents concepts.

  • 7 Mickaël Émeric Oilleau et le bureau Parade

32Le remplissage des tableaux nécessitera plusieurs séances de travail au cours desquelles les différents contenus rédactionnels et graphiques seront croisés et débattus. L’information des tableaux par les différents projets va permettre de vérifier la pertinence des entrées proposées et, le cas échéant, d’apporter les ajustements nécessaires. À noter que la mise au point des tableaux va se révéler un travail long et délicat, auquel des expertises extérieures au niveau du graphisme7 apporteront des développements nouveaux au fur et à mesure de la finalisation des résultats de la recherche.

Le décryptage des projets

33Pendant et à (a suite de la phase de remplissage des tableaux, l’équipe de recherche va disposer d’une grille de lecture commune aux différents projets, permettant de mettre en regard des concepts et des principes de projet sur différents sites du campus TPG et d’analyser, dans chaque cas, le mode d’articulation des différentes échelles de projet.

34La dernière phase de recherche consistera à pointer des récurrences et des résonances entre ces différents éléments. Elle sera l’occasion de conceptualiser l’opération de décryptage des projets réalisée à travers l’outil des tableaux.

Notes

3 Cet atelier réunissait des étudiants et des enseignants de cinq universités partenaires de l’ensapBx en Europe et dans le monde : Belgique, Espagne, Norvège, Brésil, Thaïlande.

4 Secchi Bernardo, Première leçon d’urbanisme, Marseille, Éd. Parenthèses, 2006.

5 Cullen Gordon, Townscape, Londres, Architectural Press, 1971.

6 Koolhaas Rem, Mau Bruce, Sigler Jennifer, S, M, L, XL, Small, Medium, Large, Extra-Large, Rotterdam, 010 Publishers, 1995.

7 Mickaël Émeric Oilleau et le bureau Parade

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search