Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sites publics, lieux communs

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Territoires collectifs "naturalisés"

Claude Sorbets

Texte intégral

1Il n’est, à mon avis, jamais inutile de tenter un bilan, même très sommaire tel celui que je me propose d’effectuer, d’une recherche. Une recherche est en effet toujours un événement qui crée du lien social entre des chercheurs qui sont différents par leur personnalité, leur formation, leur discipline voire leur origine, des chercheurs silhouettés à partir de l’impression faite lors de la présentation — une présentation ressentie toujours trop drastiquement réduite par les temps impartis — de leur communication.

  • 1 C. erelmanP, L. Obrecht-Tyteca, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Ed. de l’Université de Bruxe (...)

2À cet égard, mon esquisse d’axes interprétatifs de synthèse, réalisée à chaud, sans lecture préalable des communications écrites, risque d’être parfois imprécise — dans les contours dessinés de la forme d’ensemble de nos débats —, et infidèle dans la caractérisation des apports substantiels des "lieux argumentatifs" — les "magasins d’arguments"1 rhétoriques aristotéliciens — des uns et des autres ; mais elle peut nous aider à prendre une première mesure de ce qui se trouve plus ou moins partagé dans nos questionnements et de ce qui pourrait entrer dans un processus cumulatif de connaissances.

3Mon propos consistera en quatre remarques dont la première peut se dire par la question : "de quoi avons-nous parlé ?". En premier lieu, "l’air de famille" entre les communications que nous avons eues est incontestable. Il s’est combiné avec une grande diversité d’objets, de points de vue et d’expériences de recherche, au demeurant d’inégale profondeur dans les enquêtes supports (recherche de thèse, enquête rapide de circonstance, réflexion récursive d’une expérience professionnelle, etc.). Ceci tient sans doute au thème de la recherche qui favorise de faciles mises en correspondance — intuitives — d’objets particuliers avec les catégories déclinées "places, parcs et jardins".

4Cette "familiarité" témoigne d’un effacement, au moins partiel, des effets topiques de cadrages disciplinaires des communicants, ce qui mérite sans doute d’être à son tour interrogé. Nous essaierons d’en dire un mot plus avant. Notons toutefois que dans les présentations relatives à des lieux particuliers — des places singulières de Montréal ou de Québec, celles d’Youville des deux villes, celle de la Place Ville Marie ou encore de lieux divers tels Berri, ou les "pièces commémoratives" des rues de Québec, ou une ville (Hull), ou un équipement d’aménagement (des pistes cyclables) — ces objets d’analyse qui s’offrent à observer dans des parcours de recherche sur les espaces urbains, sont considérés comme des marqueurs, des révélateurs, des analyseurs de réalités actuelles plus globales : ils ont, en effet, à nous faire voir des états de choses socio-politiques, tout à la fois pointant des dimensions nodales du vécu actuel et des déprises de leur évidence "quotidienne".

5En toile de fond d’un tel tableau impressionniste se repèreraient, par montée en généralité, ce que nous pourrions appeler des "territoires collectifs "naturalisés" ou "naturalisables", entendant par là, dans la visée métonymique, un rapport d’interrogation sur la place faite à la nature dans sa mise en culture urbaine et aussi, dans une veine plus métaphorique, les processus d’appropriation et de banalisation de lieux dans les socialités de groupes constitutifs de nos sociétés (celles que d’aucuns qualifieront par la référence "communautaire" ou "communautariste").

6La deuxième remarque concerne les "dimensions contextuelles spatiales et temporelles". Indiquons tout d’abord que la référence au Canada, présente dans la première ébauche de la recherche, se réduit, de fait, pour l’essentiel au Québec ; ce qui n’est pas bien sûr étonnant, ne serait-ce que par l’effet de l’origine québécoise ou "québéquiste" des communicants. Plus sérieusement doit être soulignée la prégnance d’une contextualité d’époque dans les propositions analytiques qui ont été faites. En effet, ce que nous avons pu entendre dans les systèmes d’explication des choses observées par les uns ou par les autres c’est, au-delà des spécificités des espace-temps singuliers dont il est rendu compte, une saillance culturaliste dominante. Ceci se retrouve dans le fil vert qu’a pu apparaître l’influence d’Olmsted et de sa référence instrumentalisée, dans les rivalités de villes entre elles ou à l’intérieur des villes, dans les dualités ethno-linguistiques ou générationnelles, etc.

7La connotation culturaliste favorise sans doute des inférences légitimes généralisantes, en particulier pour ce qui ressortit au répertoire des changements et évolutions sociales, que chacun est amené à esquisser pour son compte, par rapprochements des expériences soumises à réflexion ou possédées antérieurement. Il n’en demeure pas moins que cette aisance à procéder ainsi à des extensions interprétatives peut masquer les flottements "intensionnels", ceux relatifs à ce que le pragmaticien réfèrerait à la "propriété signifiée", en l’occurrence, à ce qui se relie à nos préférences réflexives, celles qui nous feront modalisateurs de propositions de type systémal codant les dispositifs et évolutions des configurations observées par des jeux à somme nulle entre parties en présence vs d’autres, alternativement actualisables, de type "groupes d’attributs" engagés dans des jeux à somme non nulle (par exemple, pensons aux communications parlant des "jeunes" comme groupe(s) ou comme partie chargé(s) de sens localisés dans des situations territoriales "à problème"). Ici, l’enjeu cognitif est, pour nous, de l’ordre de la cumulativité — autre que de surface — des connaissances apportées par les uns et par les autres.

  • 2 E. Goffman, Les cadres de l’expérience, Paris, Ed. de Minuit, 1991.
  • 3 A. Hirschman, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Paris, A. Fayard, 1991.

8Ma troisième remarque porte sur "les traces paradigmatiques" qui semblent présentes en arrière-plan des propositions entendues. Lorsque nous traitons d’épisodes de production de biens collectifs — ce que sont les places, parcs et jardins — et de leurs effets sociohistoriques, sur les pratiques ou sur les imaginaires des gens, il est bien certain que nous actualisons, sans trop les maîtriser souvent, des perspectives néo-institutionnalistes (celles qui posent l’existence d’effets institutionnels autonomes de et sur la société régulée) ou/et néo-organisationnalistes (celles qui proposent une lecture des processus de promotion et d’imposition d’intérêts particuliers légitimés). À cet égard, nos "objets-lieux" peuvent avoir un sens différent au regard de leurs raisons d’être produits selon le registre de "framing"2 adopté, mais encore dans leurs effets, qu’ils soient ceux projetés ou ceux pouvant stochastiquement advenir (pensons aux effets pervers ou à ceux de "mise en péril" de Hirschman3) en fonction de ce type de recadrage interprétatif.

  • 4 D. Dennett, La stratégie de l’interprète-Le sens commun et l’univers quotidien, Paris, Gallimard, (...)
  • 5 L. Sfez, Critique de la décision, Paris, Presses de la FNSP, 1976.
  • 6 J.G. March, Decisions and Organizations, New York, Basil Blackwell, 1988.

9Bien plus, les intentions des interprètes — pour parler comme Dennett4 — seront définies très différemment selon une focalisation stratégiste et de type choix rationnel ou une description de "mise en intrigue" marquée par les références à des "surcodages"5 et à la validation d’un modèle du type "garbage can model"6 des énonciations analytiques. Pensons par exemple à la place de l’église ou aux reformatages dont l’Exposition universelle et le lieu "Terre des hommes" ont fait l’objet.

  • 7 A. Giddens, La constitution de la société, Paris, PUF, 1987.

10Ma quatrième remarque est destinée à ressaisir cette suite de traits particuliers pour en dégager leurs effets au regard du "bruit de fond" qui se trouve de la sorte symptomatisé. En premier lieu, il est utile de rappeler que le terme "paradigme" renvoie à deux sens : l’un, ancien, celui platonicien de "monde réduit", microcosme et, par extension tropique, synecdoque ; l’autre, moderne, celui qui nous est familier voire qui constitue un mot-balise dans nos disciplines, de façon de voir topique, organisée en programme interprétatif. Ceci par extension nous permet de parler de "paradigme pratique" ou de "référentiel" structurant l’activité que Giddens7 qualifie par la notion de "réflexivité" (et que nous avons perçue dans cette recherche avec la dimension de "double herméneutique" à l’œuvre dans "les recyclages de temps historiques" que les historiens de l’architecture nous ont dit instiller dans les projets d’aménagement dont ils nous ont conté les modalités de conception et de réalisation).

11Cette dimension historicisante se double, me semble-t-il, d’une paradigmatique écologisante (dans le sens de la dissociation "planification rationnelle-paradigme écologique", mais encore et d’abord, dans le sens axiologique de pragmatiques d’acteurs : par exemple, ce qui est vu être mis dans le traitement de l’opinion à Montréal ou dans un quartier de Québec). En deuxième lieu de cette remarque terminale, je vous invite à réfléchir sur notre évolution collective qui se traduit dans nos façons de projeter ce que nous comprenons de la réalité. Il y a quinze ans nous aurions sans doute parlé de "projection de la société sur l’espace", aujourd’hui l’espace est donné à voir comme support d’écriture, le travail de "construction" dont il est traité relevant non de la métaphore du constructeur qui bâtit et produit "de l’urbain", mais de celle du "constructiviste", qui intrique sa représentation dans les choses matérielles.

12Au rang de ces évolutions dans nos habitus énonciatifs doivent être sans doute également replacés nos usages du terme "public". Cette notion qualificative apparaît, dans ce que j’ai entendu ici, certes toujours signaler de l’institutionnel par rapport à des dimensions sociétales, mais plus communément être appelée à signifier les "usagers", les "résidents" etc., c’est à dire, au bout du compte, des populations dont on ne sait plus très précisément s’il conviendrait de les traiter dans des découpages catégoriels — de type "classes", "groupes" — ou comme des "entités collectives", pour en expliciter les problèmes et les solutions identitaires dont il nous est porté témoignage.

  • 8 G. Deleuze, Logique du sens, Paris, Ed. de Minuit, 1969.
  • 9 S. Lupasco, Qu’est-ce qu’une structure ? Paris, Bourgeois, 1962.
  • 10 H. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.
  • 11 R. Rorty, L’homme spéculaire, Paris, Ed. du Seuil, 1979.

13L’avant-dernier point de cette remarque terminale à vocation de "récupération récursive" de ce qui a été désigné, manifesté et signifié par nos propositions8 est relatif au terme "actualisation" que nous trouvons dans l’intitulé de la deuxième session "actualisation des contextes..." (les deux autres sessions étant centrées sur "les jeux de perspectives" et sur "les appropriations territoriales"). Le terme "actualisation", nous le savons, a une dimension temporelle (mise à jour) et une dimension spatiale en signifiant l’inverse de "potentialisation" (ou pour S. Lupasco9 de "virtualisation"). Mon propos en l’espèce est destiné à souligner combien ces deux plans de significations peuvent parfois se chevaucher à la réception10 de certains des exposés entendus, les lieux concernés pouvant se donner à entendre dans les faces matérielles et instrumentales comme idéologiques et identitaires. À ce propos, ce sont les correspondances de nos rationalisations avec celles typifiées par les acteurs ou par nos milieux contextuels qui sont stigmatisables dans ce que Rorty11 appelle les "représentations privilégiées".

  • 12 L. Wittgenstein, Tractacu logico-philosophicus, Paris, Ed. du Seuil, 1979.
  • 13 R. Laufer, C. Paradeise, Le prince bureaucrate, Paris, Flammarion, 1982.

14L’ultime point de mon propos "récupérateur" de sens, me permettra d’exprimer mes interrogations relatives aux déploiements de logiques processuelles d’inculcation de représentations identitaires — celles que Wittgenstein12 renvoie au "voir comme" — dans nos propos (cf. la référence au patchwork) comme dans la tête des "usagers finaux" des "territoires collectifs naturalisés", ou de territoires collectifs dont il convient d’assumer l’effet de (la) naturalisation proposée ou suscitée. Dans cette perspective collective, perspective d’époque sans doute, notre contribution à la "production de sens" n’est pas secondaire, en participant à des justifications et à des débats circonscrits dans l’espace public actuel. En cet espace public, une des marques fortes pourrait être la généralité de la crise des représentations paradigmatiques et la montée en puissance de syntagmatiques de traitement de l’opinion13, de rhétoriques en lesquelles tout peut devenir élément de discours et de référence, notamment des réalités matériellement construites. Pensons ici aux bâtiments significateurs d’un passé imaginaire : pensons aussi à une nature culturée opérant comme un qualificateur d’une culture naturalisante, ceci, jusques et y compris de tous les artefacts syncrétiques de l’échange social à support territorial...

Notes

1 C. erelmanP, L. Obrecht-Tyteca, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Ed. de l’Université de Bruxelles, 1992.

2 E. Goffman, Les cadres de l’expérience, Paris, Ed. de Minuit, 1991.

3 A. Hirschman, Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Paris, A. Fayard, 1991.

4 D. Dennett, La stratégie de l’interprète-Le sens commun et l’univers quotidien, Paris, Gallimard, 1990.

5 L. Sfez, Critique de la décision, Paris, Presses de la FNSP, 1976.

6 J.G. March, Decisions and Organizations, New York, Basil Blackwell, 1988.

7 A. Giddens, La constitution de la société, Paris, PUF, 1987.

8 G. Deleuze, Logique du sens, Paris, Ed. de Minuit, 1969.

9 S. Lupasco, Qu’est-ce qu’une structure ? Paris, Bourgeois, 1962.

10 H. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

11 R. Rorty, L’homme spéculaire, Paris, Ed. du Seuil, 1979.

12 L. Wittgenstein, Tractacu logico-philosophicus, Paris, Ed. du Seuil, 1979.

13 R. Laufer, C. Paradeise, Le prince bureaucrate, Paris, Flammarion, 1982.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540