Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sites publics, lieux communs

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Troisième partie. Appropriations territoriales : sociabilités, usages et dérives

Dualité culturelle et consommation publique d’alcool à Hull

Marc Brosseau et André Cellard

Texte intégral

  • 1 Voir C. Gaffield, A. Cellard, G. Pelletier, O. Vincent-Domey (dir.), Histoire de l’Outaouais, 1994 (...)

1La rivière des Outaouais n’a pas pour seule particularité de marquer la frontière entre l’Ontario et le Québec. Elle constitue aussi une ligne de démarcation entre deux types de paysages très distincts : l’un de plaine, sur la rive ontarienne, l’autre de montagnes, de collines, de lacs et de rivières, du côté québécois. C’est en raison de ses paysages magnifiques, de ses pentes de ski, ses pistes de randonnée, de ses chalets que l’Outaouais constitue, depuis le xixe siècle, le terrain de jeu par excellence des Ontariens les plus fortunés1. Terrain de jeu par sa géographie, l’Outaouais québécois le sera aussi pour des raisons législatives. En effet, parce que les Québécois affichent au xxe siècle des attitudes plus libérales notamment à l’égard de la consommation d’alcool ou de la pornographie, la rive québécoise de l’Outaouais accueillera une toute autre clientèle ontarienne attirée, cette fois, pour des raisons plutôt moins bucoliques... C’est donc dans la région de la Capitale nationale du Canada, où se font face Ottawa l’ontarienne et Hull la québécoise, que les effets de cet "échange culturel" se feront le plus sentir.

2On aurait pu s’attendre à ce que la cohabitation des deux cultures donne lieu à une culture de convergence régionale, conformément à l’idée selon laquelle la proximité, en augmentant la fréquence des rapports, encourage le rapprochement. Or, on constate que la multiplication des liens transfrontaliers entre l’Ontario et le Québec a été la source de nombreuses tensions. En effet, la tolérance différentielle en matière de consommation d’alcool a concentré sur la rive québécoise un nombre important de débits de boisson divers, consacrant Hull, parfois à son corps défendant, comme lieu de prédilection des fêtards noctambules à l’échelle régionale. Ce phénomène frontalier possède une histoire et une géographie que nous avons cherché à reconstituer. Pour les besoins de la présentation, nous proposons ici de découper le xxe siècle en trois périodes à l’intérieur desquelles on peut suivre les déplacements successifs des pôles d’attraction festive dans le temps et dans l’espace. Au sein de ce parcours, nous accorderons une attention particulière à la cohabitation des groupes dans un même espace. Fidèles à leurs affinités culturelles, francophones et anglophones divisent l’espace public en des lieux de socialisation relativement distincts, comme si, à chaque modulation dans la localisation des lieux chauds, une nouvelle frontière culturelle se réinstallait entre eux. L’évolution récente du phénomène pose, à cet égard, d’intéressantes questions sur les rapports entre territoire de la quotidienneté et identité culturelle.

LE "PETIT CHICAGO" : 1900-1970

  • 2 R.A. Moreau, "Intempérance et prostitution", Le Hull industriel, 1900-1960, Hull, Institut d’histo (...)
  • 3 En 1912, les policiers de Hull procèdent à l’arrestation de 642 personnes dont 295 pour ivresse et (...)
  • 4 Annuaire Statistique du Québec, 1937, Québec, Imprimeur du roi, 1939, p. 193.
  • 5 La statistique de la criminalité, 1937, Ottawa, Imprimeur du roi, 1939, p. 106 et 114.

3C’est avec la montée du mouvement prohibitionniste en Amérique du Nord que la tolérance différentielle entre anglophones et francophones en matière de consommation publique d’alcool allait contribuer à donner à Hull son surnom de "Petit Chicago". Le Québec sera la seule province canadienne à être épargnée par les restrictions législatives en matière de consommation d’alcool qui frappent le Canada à partir du début du xxe siècle. Des heures d’ouverture plus restreintes pour les débits de boisson d’Ottawa allaient ainsi permettre le développement d’un marché axé sur les bars, clubs et autres tavernes au centre-ville de Hull. On comptait ainsi, dès 1907, un débit d’alcool pour 762 habitants à Hull contre un pour 1 194 habitants à Ottawa2. Or, c’est vraiment à partir de 1916, alors que l’Ontario imposait, pour près de trois décennies, une prohibition quasi totale, que la ville de Hull, petite ville ouvrière cinq fois moins populeuse que sa voisine ontarienne, allait devenir un lieu de prédilection pour tous les fêtards, noctambules et autres consommateurs d’alcool des deux rives de l’Outaouais3. Bien vite, fleurira, dans la municipalité québécoise, toute une panoplie de lieux généralement associés à l’alcool offrant une gamme variée de plaisirs défendus à leur clientèle principalement ontarienne. Maisons closes et tripots allaient bientôt conférer à la ville de Hull le douteux honneur de figurer parmi les villes les plus criminalisées du Canada. Ainsi, par exemple, Hull compte-t-elle 170 délits connus pour 1 000 habitants au milieu des années 1930 contre 32/1 000 pour une ville comparable, Trois-Rivières, ou 33/1 000 pour Québec, ville portuaire4. Les activités nocturnes pratiquées à Hull allaient d’ailleurs donner à ces taux de criminalité des contours très particuliers. Ainsi comptait-on, par exemple, 1 005 condamnations pour jeu illégal à Hull en 1935-36 contre 9 à Trois-Rivières5. La figure 11, dans laquelle nous avons isolé les arrestations pour ivresse, désordre et fréquentation de maison de désordre, illustre bien le profil de la criminalité à Hull pour une bonne partie du xxe siècle.

4Avec une moyenne de près de deux tiers des arrestations pour ivresse et désordre, fréquentation, etc., contre environ 20 à 25 % pour les autres municipalités du Québec, Hull se démarque nettement. La figure 12, quant à elle, fait état de la provenance des personnes arrêtées à Hull de 1926 à 1970 et se passe de commentaires.

Fig. 11 - Hull : 1926-1970. Proportion des types d’arrestation

Fig. 11 - Hull : 1926-1970. Proportion des types d’arrestation

Source : Services de Police de la ville de Hull, Rapports annuels 1926-1970.

Fig. 12 - Arrestations à Hull : 1926-1970. Provenance des contrevenants

Fig. 12 - Arrestations à Hull : 1926-1970. Provenance des contrevenants

5Une telle situation, si elle profite à quelques-uns, allait soulever l’ire d’une certaine élite politique et cléricale qui fera campagne contre "l’envahisseur" ontarien tout au long du xxe siècle. Les quotidiens sont émaillés de déclarations ou d’écrits des forces moralisatrices outrées de l’image et de la réputation que l’on fait alors de la ville de Hull :

  • 6 Le Spectateur, 28 janvier 1909.
  • 7 Le Spectateur, 22 juillet 1909.
  • 8 Le Spectateur, 29 juillet 1909.
  • 9 Le Droit, 22 juin 1914, p. 3.

La ville est littéralement remplie de salops (sic) que la police d’Ottawa a chassés de ce côté. La procession de vauriens grossit chaque soir sur les deux ponts qui conduisent à Hull [... on devrait] repousser à coups de bâton [...] toute cette engeance puante qui vient encanailler notre monde6.
Hull est remplie de bouges, où nos voisins d’Ottawa viennent tous les jours à pleins chars se vautrer7.
Ottawa a chassé ses bouges et sa population du côté de Hull [...] et voilà ! Hull est le dépotoir d’Ottawa, c’est honorable vraiment8.
Ceux à qui le gosier démange font mieux de ne pas venir chanter dans les rues de Hull, car il leur arrivera malheur. Ce matin, quatre disciples de Palestrina ont comparu en cour de police pour avoir montré comme le corbeau de La Fontaine, leur belle voix. Tous sont d’Ottawa9.

6Les tensions entre habitants des rives québécoise et ontarienne en raison de cet état de fait ne se font pas seulement sentir dans les quotidiens et au niveau des arrestations effectuées par la police, mais aussi sur le terrain où les bagarres entre francophones et anglophones sont monnaie courante.

7Si les différences culturelles entre habitants des deux rives de l’Outaouais avaient placé Hull dans une situation particulière, elles allaient aussi donner lieu au développement d’espaces de socialisation eux aussi culturellement distincts. En effet, durant les années 1930, 1940 et 1950 voit-on les Ontariens fréquenter des clubs tels le Fairmont, le Omstead Inn, Le Chaudière, Le Gatineau Club ou le Standish où se produisent entre autres les grandes vedettes du Jazz comme Louis Armstrong, Duke Ellington ou Sarah Vaughan. Les plus fortunés d’entre eux fréquentent aussi le café Henri Burger, le restaurant le plus huppé de toute la région. On retrouvait alors les Québécois principalement dans des lieux, tavernes, salles de billard, qui correspondaient plus à leurs affinités culturelles de même que, faut-il l’ajouter, à leurs affinités de classe.

8Si le centre-ville de Hull (et le chemin d’Aylmer) constitua, durant la plus grande partie du xxe siècle le principal pôle d’attraction des fêtards et des noctambules, c’est parce que c’est là que débouchaient les ponts donnant aux Ontariens accès à la rive québécoise. Il va en être autrement lors des années 1970 alors la ville de Hull subissait des transformations majeures.

L’ERE DU "DISCO" ET DES BRASSERIES : E’AXE ST-JOSEPH / ST-RAYMOND, 1970-80

9À la fin des années 1960, la décision du gouvernement fédéral de déménager sur la rive québécoise une partie importante de sa fonction publique allait transformer le centre-ville de Hull en véritable chantier de construction. Comme ce vaste développement immobilier coïncidait avec l’inauguration d’un nouveau pont (le pont Cartier-MacDonald) et d’une voie rapide donnant accès au secteur nord de Hull, c’est là, pour près d’une décennie qu’allait se déplacer le pôle d’attraction des fêtards ontariens et québécois. Comme par le passé, francophones et anglophones fréquenteront des lieux correspondant à leurs affinités culturelles. Cette fois-ci, cependant, la conjonction de deux phénomènes culturels : le "disco" et la montée du nationalisme chez les jeunes Québécois, allaient donner une saveur particulière aux préférences affichées par les clientèles francophones et anglophones.

10La vague "disco" va déferler sur l’Amérique du Nord pour la plus grande partie des années 1970. C’est l’heure de gloire des Bee Gees, de Diana Ross, de Saturday Night Fever et des méga-discothèques qui se développent un peu partout. Parce que les débits d’alcool ferment à lh00 du matin à Ottawa contre 3h00 à Hull, c’est cette dernière qui, encore une fois, accueillera les disciples de Travolta. Pour les raisons que nous avons évoquées plus tôt, c’est cette fois dans le secteur St-Joseph/St-Raymond que les discothèques pousseront comme des champignons. Le Globe, le Papillon, le Masque, la Chaufferie, sont remplis tous les soirs à pleine capacité, mais c’est surtout le Viva qui constituera le principal centre d’attraction de la vague disco et de la clientèle ontarienne. Située dans une ancienne église, cette méga-discothèque de luxe qui accueillit des vedettes comme James Brown va bientôt être reconnue comme l’une des plus fameuses en Amérique du Nord. Beaux habits, danse, musique rythmée américaine, miroirs, lumières et paillettes, consommations colorées ou mousseux contribuent alors au décor typiquement disco.

  • 10 Rappelons qu’au Québec, dans les années 1970, apparaissent de nouveaux lieux de consommation publi (...)

11Les années 1970 marquent aussi pour les Québécois, les jeunes en particulier, la montée d’un nationalisme qui allait s’exprimer sur une recherche d’identité culturelle véhiculée, entre autre par des chansonniers qui se produisent dans des lieux de socialisation que l’on appellera des brasseries10. C’est en partie dans ses racines que la quête identitaire des Québécois allait puiser afin de mettre en relief les aspects distincts de leur culture et l’Outaouais n’allait pas être en reste. À l’origine région axée sur l’industrie de la coupe et la transformation du bois, c’est le thème qui allait principalement être exploitée aux Raftsman et aux Bons Vivants, les deux brasseries qui ouvrent alors leurs portes sur les rues St-Raymond et St-Joseph. Construites en billots équarris afin d’imiter les camps de bûcherons de jadis, le décor est fruste : murs de bois sur lesquels on avait accroché des anciens instruments de travail des bûcherons, grandes tables où s’entassent des consommateurs vêtus de jeans et de chemises carreautées (type "bûcheron"), reprenant en chœur les refrains des chansonniers qui s’y produisent et buvant de la bière en fût, offraient, par la mise en valeur de la culture ouvrière, un contraste saisissant avec le contenu, la philosophie et le comportement des habitués des discothèques, où l’on faisait l’apologie de la richesse ostentatoire et du clinquant.

12Avec la rénovation du centre-ville de Hull, et l’ouverture d’un nouveau pont qui y rapprochait encore la clientèle, le pôle d’attraction allait bientôt revenir en son aire traditionnelle.

LE RETOUR AU CENTRE-VILLE : GRANDEUR ET DÉCLIN DE LA STRIP, 1980 À NOS JOURS

  • 11 M. Garnier, "Black Striptease", La crise ! Quelles crises, Hull, Vent d’Ouest, 1993, p. 15.

Hull, rue Principale ou promenade du Portage. Artère bordée de night clubs et de restaurants, qui subit en permanence des descentes policières. Drogue, alcool, prostitution, anglophones d’Ottawa, immigrants de couleurs, encore d’Ottawa, ou plutôt de l’autre côté de la rivière, et pègre, selon plusieurs11.

  • 12 Voir M. Bachand, Comités de citoyens et enjeux urbains à Hull, Revue internationale d’action commu (...)

13À la faveur de la fin des travaux majeurs à Hull, et du vide commercial laissé par une population décimée par les expropriations12, la recolonisation du centre-ville par des bars de toutes sortes — bistrots, cafés, grandes boîtes de nuits incandescentes et dance bars moins ambitieux — s’affirme à la fin des années 1970. Les lieux chauds se déplacent du boulevard St-Joseph à la Promenade du Portage. Aidé en cela par la modification des règlements de zonage facilitant l’obtention de permis d’alcool et l’ouverture de salles de taille importante, l’ancienne Rue Principale renommée la promenade du Portage, hier grouillante de commerces variés, se transforme en véritable boulevard de bars. Foulée des souliers de cuirs et des talons de fonctionnaires fédéraux à midi, le nuit elle accueille une faune tapageuse qui se gonfle entre minuit et une heure du matin avec l’afflux des clients d’outre-rive où l’on cesse de servir de l’alcool à l’heure de Cendrillon...

  • 13 En marge et au nord de la Promenade, on retrouve plusieurs tavernes (ou brasseries), lieux de soci (...)

14Au sommet des festivités (1984-90), une vingtaine d’établissements licenciés (exception faite des restaurants) se font la compétition des noctambules de la région sur un segment de 400 mètres. Cet axe urbain est la scène où se rencontrent, s’ignorent ou se confrontent Ontariens et Québécois, anglophones et francophones et bientôt la jeunesse multiethnique plus récemment installée dans la région. Une scène bruyante, certes, mais cachée derrière l’écran des édifices de la fonction publique fédérale qui soustrait au regard d’Ottawa non seulement les petits désordres nocturnes, mais un vieux Hull ouvrier qui se remet mal des conséquences des transformations massives de son tissu urbain et social13.

  • 14 La fermeture de la Disco VIVA en 1984, sonnera le glas de la période de gloire disco sur le Boulev (...)

15Les modes musicales changent elles aussi : le disco est en perte de vitesse14 au profit de différentes tendances — new wave, rock alternatif anglais, ska, reggae, de nouvelles sonorités soul puis rhythm and blues. Les boîtes se multiplient et se spécialisent en fonction des groupes d’âge et des préférences musicales, culturelles ou de l’orientation sexuelle. La variété des styles et des ambiances offre aux habitués la possibilité de danser sur différents rythmes dans différents contextes. Plusieurs s’adonnent d’ailleurs au bar hopping, forme de tournée des grands ducs d’une boîte à l’autre. Parallèlement, cafés-bistrots, moins bruyants que les grandes brasseries du boulevard St-Raymond, deviendront les lieux de prédilection des Québécois francophones. Les deux groupes culturels majoritaires trouveront ici, à la micro-échelle, des lieux de socialisation encore une fois relativement bien départagés.

Fig. 13 - Le "Nightlife" à Hull, 1991

Fig. 13 - Le "Nightlife" à Hull, 1991

• Bars, brasseries et discothèques
1 - secteur Promenade du Portage
(2) - secteur St-Joseph/St-Raymond
(5) - secteur Vieux-Hull
Source : carte de Zachary Klaus

  • 15 Par exemple, Le Tabasco’s deviendra le Zap, puis le Dome Night Club puis le Thunderdome ; le Tempo (...)

16Sur la Promenade comme telle, où se concentrent la plupart des grandes discothèques — Shalimar, Tabasco’s Frisco’s, Agostinos, Broadstreet, Chez Henri, etc. —, la musique est anglo-américaine ; on pourrait être à Montréal, Toronto, Londres ou New York. L’atmosphère est vive, et chargée, la musique cogne, l’accueil est plus souvent qu’autrement en anglais, comme le sont l’ambiance et le ton. Dépense, tape-à-l’œil, parfums, drague, sortie en groupe, vêtements bien codés selon les styles sinon les tribus, bref concentration dans un petit centre-ville d’un Night Life nord-américain générique. Plusieurs boîtes ouvrent et ferment périodiquement en fonction des modes, question de refaire le décor et d’occuper le dernier créneau15. Branchées sur l’immédiat et l’avant-garde de la dance music, plusieurs d’entre elles sont des denrées aussi périssables que leurs clientèles sont volatiles. Non loin de là, aux angles des rues Laval et Aubry, la Place Aubry constitue un espace social fort différent.

Fig. 14 - Lieux d’activité de la promenade du Portage

Fig. 14 - Lieux d’activité de la promenade du Portage

17On y retrouve en effet, la chasse gardée québécoise francophone : le café des Quatre Jeudis (aux Quat), le Van Gogh, le Bistro et le Bop, accueillent une clientèle francophone (ou francophile) souvent composée de fidèles habitués.

  • 16 Stefan Psenak, "Lettre ouverte à celle qui fut", in M.-R. Lafond, La crise ! Quelles crises ? Hull (...)

Et il y a les endroits où j’aime me retrouver, chacun avec son petit cachet : Le Bistro, pour les folles soirées de drague, de bière et de musique forte ; le café Aux Quatre Jeudis, pour ambiance relax lorsqu’on a le goût de discuter entre amis ; et le Van Gogh (...), pour ses airs de jazz, sa musique francophone et sa foule hétéroclite16.

18Exception faite des différences en termes de musique, de clientèle et de contexte intérieur, les bars de la Place Aubry (Quatre Jeudis et Van Gogh plus spécifiquement) diffèrent des autres par leur fonction culturelle. S’y regroupent souvent artistes, intellectuels et habitués ; on y joue aux échecs et au backgammon, y expose des toiles des peintres de la région, y accueille des groupes de musiciens, y tient un cinéma en plein air l’été, des soirées de poésie, etc. Bien évidemment, on y boit aussi de la bière... D’ailleurs, à suivre le récit de la Strip dans les quotidiens régionaux, rares sont les incidents sérieux qui sont associés aux clientèles de ces établissements.

  • 17 Dans une brochure destinée aux étudiants anglophones des Universités d’Ottawa et Carleton, de même (...)
  • 18 "Tiens, voilà les premiers Anglais de la soirée. Déjà leurs voix dominent les autres..." Ce passag (...)

19On s’en doute, la ségrégation n’est pas radicale et la présence des uns dans les bars des autres n’est pas nécessairement problématique : certains bars accueillent une clientèle plus bilingue sans problème particulier. Ailleurs, elle peut occasionner des tensions. Or, cette présence n’est pas ressentie de la même façon selon qu’il s’agisse d’un groupe ou de l’autre. Pour les Ontariens, Hull est un terrain de jeu où l’on part en excursion de l’autre côté de la rivière. La présence de l’autre (francophone) est tantôt attendue, ou ignorée, tantôt considérée comme une curiosité. Les confrontations avec les forces de l’ordre sont parfois présentées comme un passe-temps...17 Pour les Québécois, il s’agit davantage d’un espace de socialisation convivial où l’on se sent parfois envahi par un groupe d’Outsiders. Cette dualité se lit dans l’espace mais se vit aussi au quotidien comme en témoigne la nouvelle de Claude Bolduc18. L’espace social de la Strip est un lieu contesté dans les pratiques sociales comme dans la symbolique linguistique : langue d’affichage et langue d’usage font parfois le titre des manchettes :

- "French-only rule sign of anger in Hull", TheOttawa
Citizen, 27 février 1980, p. 2.
- "Hull blâme les fêtard d’outre-rive", Le Droit, 23 mai
1985, p. 1.
- "Un conseiller déplore l’accueil en anglais dans des bars
de Hull". Le Droit, 22 avril 1987, p. 2.
- "French should be used first in Hull bars, says councillor",
The Ottawa Citizen, 22 avril, 1987, p. B1.
-"More class, less crass needed in Hull bars". The
Ottawa Citizen, 10 août 1987, p. C2.
- "Behave, Hull tells rowdies. Radio ads warn young
anglo males of bar strip crackdown", The Ottawa Citizen, 12
juin 1992, p. B6.
- "La ville de Hull lance sa campagne : les Ontariens
les premiers visés. Fauteurs de troubles, restez chez vous !".
Le Droit, 11 juin 1992, p. 5.

20À cette dualité se superpose une dimension ethnique, car la clientèle ontarienne anglophone se décompose aussi en fonction de groupes ethniques variés ayant parfois des bars privilégiés. La coexistence de ces nouveaux groupes avec les deux groupes majoritaires ne se fait pas toujours sans heurt. Dans ce dossier, non seulement les attitudes de certains usagers sont à déplorer, mais aussi celles d’un corps policier jugé parfois un peu trop rapidement enclin à cibler les minorités visibles.

  • 19 Le langage change d’ailleurs peu par rapport aux vagues précédentes d’assainissement moral dans le (...)

21L’achalandage accru — des foules atteignant les dix ou douze milles personnes les vendredi et samedi soirs — occasionnera sa denrée de tapages nocturnes, de tensions, de petites bagarres et quelques rares événements plus violents et regrettables. Bientôt, les autorités municipales chercheront à changer la tournure des événements, inquiètes des effets néfastes sur l’image de la ville. La presse locale s’en prendra souvent à cœur joie pour tourner les projecteurs sur les moindres péripéties susceptibles de faire la nouvelle. Hull : métropole du crime — un record peu enviable, titrera Le Droit en première page (2 février 1984). La réputation de Hull comme ville de joie, moussée par la couverture médiatique, incitera les élus à amorcer une nouvelle vague d’assainissement au milieu des années 1980 qui n’est pas sans rappeler les vagues précédentes19.

  • 20 Voir M. Brosseau, et A. Gilbert "Problématique pour un lieu frontalier : le cas de Hull, Québec", (...)

22En 1985, la ville crée un groupe de travail chargé de se pencher sur la question des débits de boisson. Un premier rapport, publié en 1986 faisait le point et émettait un certain nombre de recommandations, somme toute relativement conciliantes, mais dont l’effet cumulatif réussirait, espérait-on à améliorer la situation. Au début des années 1990, peu satisfaite des résultats, la ville revient en force en adoptant une série de mesures plus musclées autour d’un slogan d’intervention nommé Tolérance zéro. Augmentation de la présence policière (qui, chose curieuse pour la ville mais fort banale pour les criminologues, induit une hausse du taux de criminalité...), caméras de surveillance, interdiction de circuler en voiture pendant les heures d’affluence nocturne, inspection fréquente des normes de sécurité des établissements, contrôle strict du stationnement dans les rues avoisinantes à certaines heures, non renouvellement des permis d’alcool, etc20. C’est le début de la fin. Plusieurs bars ferment leurs portes.

CONCLUSION : L’EFFACEMENT DE LA FRONTIÈRE

  • 21 Jean-Claude Boult, Quadra, Montréal, Guérin littérature, 1988, p. 57-8.

Gouvernés par le principe de la réalité, les citoyens de la capitale fédérale avaient construit leur petit bonheur familial à coups de durs sacrifices, de pénibles refoulements. Ottawa était une ville raisonnable et proprette, où les piétons attendent docilement le WALK pour traverser au coin de la rue, [...] Pas d’alcool au moins de dix-neuf ans, pas le droit de servir de l’alcool passé une heure du matin, pas de bière ni de vin dans les épiceries [...]
Entre-temps la cigale québécoise chantait tous les soirs jusqu’à trois heures du matin. Bière et vin étaient étalés dans tous les dépanneurs du coin. Avec ses cinémas de fesses, ses boutiques érotiques, ses danseuses nues, ses discothèques straight, ses clubs gais, la ville de Fluii, gouvernée par le principe du plaisir, représentait tout ce que les anglophones avaient dû refouler au nom de Dieu, famille et propreté. Avec son rouge à lèvre écarlate, sa jupe serrée, Hull la pute excitait Ottawa la prude, éveillait les passions sourdes qui sommeillaient au fond de l’inconscient collectif de la capitale du pays.
À la tombée de la nuit, des milliers d’anglophones déchaînés traversaient les cinq ponts en jetant par-dessus bord leur éthique protestante. Rendus au Québec, ils déambulaient sur les trottoirs en lâchant des "Yahoo !" et en pissant dans les stationnements comme des fous21.

23Au printemps 1997, la ville de Hull a "enfin" reçu la permission du gouvernement québécois d’harmoniser les heures de fermeture des débits de boisson avec Ottawa (qui avait augmenté les siennes jusqu’à 2h00 en 1996). C’est, à toute fin utile, la dernière mesure entreprise pour enfoncer le clou sur le cercueil de la Strip et terminer le "nettoyage" pour reprendre l’expression d’usage : plutôt que de s’attaquer aux effets, on élimine la cause... D’autres grands établissements ferment leurs portes, faute de clients ou de renouvellement de permis. En somme, Hull s’annexe volontairement à Ottawa d’un point de vue symbolique et réglementaire. Cette harmonisation des heures de fermeture, qui a créé sa dose de remous et de mécontentement chez les tenanciers et les clients (surtout québécois), efface pour ainsi dire la frontière qui institutionnalisait, en les sédimentant dans la réglementation, les différences culturelles entre francophones et anglophones en matière de consommation publique d’alcool. Si cela permet à la ville d’amenuiser les problèmes d’ordre sur la Promenade, cela correspond aussi à forcer les Hullois à se mettre à l’heure ontarienne.

  • 22 On relatait tout récemment les propos du conseiller Bonhomme dans un quotidien national : "Is Hull (...)

24Curieusement, et un peu paradoxalement, cette "annexion-assimilation" redonnera peut-être aux Hullois francophones un centre-ville et des lieux de socialisation qu’ils n’auront plus à partager avec leurs voisins d’outre-rive. C’est le prix qu’on leur demande de payer pour reprendre possession de leur espace dans le quotidien. Ce nouvel état de fait n’est pas sans ambiguïté : demande-t-on aux Hullois de s’ajuster à la pudeur d’Ottawa, comme semblent le suggérer les propos du conseiller municipal le plus actif dans le dossier22, ou leur permet-on de retrouver leur candeur conviviale pour parler comme Boult. Par ailleurs, bien que la municipalité cherche toujours une nouvelle vocation pour le centre-ville, on ne sait toujours pas dans quel état les nombreuses fermetures vont laisser la rue principale, ni par quoi le nouveau vide sera comblé (commerces, restaurants, bureaux ?). Une autre chose reste à voir. Peut-être a-t-on effacé la frontière réglementaire, mais Hull demeurera-t-il dans l’imaginaire régional, heures de fermeture ou pas, l’endroit, de l’’autre côté de la rivière, où l’on se permet de perdre la tête... S’assimiler un peu pour recouvrer un minimum de souveraineté dans l’espace du quotidien, effacer une frontière pour dissuader l’autre de venir chez soi : contradiction étonnante, et bien canadienne.

Notes

1 Voir C. Gaffield, A. Cellard, G. Pelletier, O. Vincent-Domey (dir.), Histoire de l’Outaouais, 1994, Québec, IQRC et A. Gilbert, "Hull-Ottawa : A Capital in the Image of a Country" in D. Louder (ed.) The Heurt of French Canada. From Ottawa to Québec City, New Brunswick (N.J.) 1992, Rutgers University Press. Coll. Touring North America. The Official Guidebooks of the 27th International Geographical Congressi 19-34.

2 R.A. Moreau, "Intempérance et prostitution", Le Hull industriel, 1900-1960, Hull, Institut d’histoire et de recherches sur l’Outaouais, 1986, p. 91.

3 En 1912, les policiers de Hull procèdent à l’arrestation de 642 personnes dont 295 pour ivresse et désordre contre 1 766 pour les mêmes raisons sur un total de 2 260 arrestations en 1917. Voir A. Cellard, "Le Petit Chicago : la criminalité à Hull depuis le début du 20e siècle", Revue d’Histoire de l’Amérique française, 1992, 45 (4) : p. 526.

4 Annuaire Statistique du Québec, 1937, Québec, Imprimeur du roi, 1939, p. 193.

5 La statistique de la criminalité, 1937, Ottawa, Imprimeur du roi, 1939, p. 106 et 114.

6 Le Spectateur, 28 janvier 1909.

7 Le Spectateur, 22 juillet 1909.

8 Le Spectateur, 29 juillet 1909.

9 Le Droit, 22 juin 1914, p. 3.

10 Rappelons qu’au Québec, dans les années 1970, apparaissent de nouveaux lieux de consommation publique d’alcool que l’on appellera "Brasseries" qui remplacent les "tavernes" d’antan qui étaient réservés exclusivement aux hommes. On pensera à la célèbre pièce de théâtre "Broue", joué en Europe sous le titre "Chez Willie", qui traite de la disparition des tavernes "unisexes".

11 M. Garnier, "Black Striptease", La crise ! Quelles crises, Hull, Vent d’Ouest, 1993, p. 15.

12 Voir M. Bachand, Comités de citoyens et enjeux urbains à Hull, Revue internationale d’action communautaire, 1980, 4 (44) : 134-40, et R. Poirier, Qui a volé la rue Principale ? Montréal, Editions Départ, 1986.

13 En marge et au nord de la Promenade, on retrouve plusieurs tavernes (ou brasseries), lieux de socialisation traditionnels de la classe ouvrière du Vieux Hull. Leur nombre diminue progressivement à la faveur de la désindustrialisation de Hull depuis les années 1960.

14 La fermeture de la Disco VIVA en 1984, sonnera le glas de la période de gloire disco sur le Boulevard Saint-Joseph, et confirmera la Promenade comme la nouvelle Strip hulloise.

15 Par exemple, Le Tabasco’s deviendra le Zap, puis le Dome Night Club puis le Thunderdome ; le Tempo deviendra le Sac’s, le Dallas JR Disco, le JR Dallas, Bar JR puis 1 Au-Zone Bar, etc.

16 Stefan Psenak, "Lettre ouverte à celle qui fut", in M.-R. Lafond, La crise ! Quelles crises ? Hull, Editions Vents d’Ouest, 1993, p. 155.

17 Dans une brochure destinée aux étudiants anglophones des Universités d’Ottawa et Carleton, de même que ceux du Collège Algonquin on peut lire: Liking to call itself the litte Chicago of Canada for decades, the many bars of Hull have provided stewd Ottawans with a dynamic night alternative, as well as a chance for many Ottawa students to come into contact with the dynamic Quebec law enforcement and justice System. If on an all night bender, the weekend sees most traffic to Hull at 1:00 a.m. when Ottawa bars close. This is Ottawa, Ottawa night life. (septembre 1988), p. 57-58.

18 "Tiens, voilà les premiers Anglais de la soirée. Déjà leurs voix dominent les autres..." Ce passage est tiré de la nouvelle de Claude Bolduc qui décrit la montée de la tension chez des Québécois francophones à cause de la présence bruyante d’un groupe d’Anglais aux Quatre Jeudis. Nocturne hulloise, in P. Bernier, (dir.) Frontières vagabondes, Hull, Vents d’Ouest, 1996, p. 157.

19 Le langage change d’ailleurs peu par rapport aux vagues précédentes d’assainissement moral dans le vieux Hull. La ville de Hull écrit que la Promenade est un zoo où les animaux les plus violents donnent l’impression d’être fraîchement sortis d’une cage où ils ont, trop longtemps, été gardés prisonniers. Ville de Hull (1992) Rapport d’étape du Comité du renouveau de la Promenade du Portage, p. 6.

20 Voir M. Brosseau, et A. Gilbert "Problématique pour un lieu frontalier : le cas de Hull, Québec", Géographie et cultures, 1996, (17) : 75-90.

21 Jean-Claude Boult, Quadra, Montréal, Guérin littérature, 1988, p. 57-8.

22 On relatait tout récemment les propos du conseiller Bonhomme dans un quotidien national : "Is Hull now more boring than Ottawa ? Mr. Bonhomme answers the question with an enthousiastic "We are", bragging that his city is the only one in Quebec with no strip bars". Globe and Mail, 26 janvier 1998, p. A-2.

Table des illustrations

Titre Fig. 11 - Hull : 1926-1970. Proportion des types d’arrestation
Légende Source : Services de Police de la ville de Hull, Rapports annuels 1926-1970.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 12 - Arrestations à Hull : 1926-1970. Provenance des contrevenants
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Fig. 13 - Le "Nightlife" à Hull, 1991
Légende • Bars, brasseries et discothèques1 - secteur Promenade du Portage(2) - secteur St-Joseph/St-Raymond(5) - secteur Vieux-HullSource : carte de Zachary Klaus
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15551/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 14 - Lieux d’activité de la promenade du Portage
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15551/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540