Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sites publics, lieux communs

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Troisième partie. Appropriations territoriales : sociabilités, usages et dérives

La place d’Youville à Québec

Scène d’une dialectique du désordre et de l’ordre

Jacques Faget

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce thème H. Coing, C. Meunier, Insécurité urbaine : une arme pour le pouvoir ? Paris, Anth (...)

1J’ai tenté à l’occasion d’un séjour à l’université Laval, d’exercer mon regard sur les places, parcs et jardins de la vieille capitale afin d’y découvrir un je-ne-sais-quoi susceptible d’éveiller la curiosité du sociologue. J’ai alors flâné, le nez au vent, les yeux et les oreilles grands ouverts, de jour comme de nuit dans tout ce que Québec compte d’espaces verts ou enfumés, calmes ou musicaux. J’ai rencontré des universitaires, des étudiants, des marginaux, des punks, des anarchistes, des policiers, des commerçants, de simples habitants, observé les séances du conseil municipal, participé à des réunions de quartier, bu, fumé, jasé, chanté, dansé. Jamais je ne me suis senti en insécurité. Pourtant dans leur rubrique fort nourrie des faits divers les journaux locaux faisaient état d’un sentiment croissant d’insécurité1 face au phénomène des hells angels, à la guerre des motards, à l’accroissement des cas d’incestes ou de maltraitance à enfants, à la fréquence des bavures policières et puis de façon allusive mais récurrente aux émeutes de la Saint Jean. C’est ainsi que mon attention a été attirée par la place d’Youville où ces émeutes se tiennent, disons traditionnellement. Une petite place en vérité, sans trop de charme, que la plupart des passants ou les véhicules traversent sans trop la voir sauf aux heures où y sont organisées des animations.

  • 2 Je tiens à associer à cet article tous les étudiants qui ont travaillé empiriquement sous ma direct (...)

2Sur un panneau d’information situé au cœur de la place figurait en titre une formule, à qui la place ?, qui me mit la puce à l’oreille sur les fonctions sociales de ce lieu et c’est dans cette question que réside ma problématique. La méthodologie utilisée fut qualitative : étude des documents officiels, observation participante, campagne d’entretiens2 auprès des policiers, des responsables municipaux, d’un échantillon de jeunes marginaux et non marginaux.

LE CADRE

3Ce lieu fut baptisé place d’Youville en 1965 en l’honneur de Marguerite d’Youville fondatrice des sœurs de la charité. On le nomme aussi fréquemment carré d’Youville. Il fut également appelé carré Montcalm ou place d’Aiguillon.

4L’histoire en est présentée ainsi sur le panneau qui se trouve en son centre :

La menace aux portes !
Dégagé de toute habitation et végétation le territoire hors les murs présente une force stratégique pour la défense de la ville. Des familles tentent pourtant de s’aménager un milieu de vie confortable avec maisons, dépendances, jardins...On les déloge, ils reviennent, on les chasse de nouveau. On a même rasé leurs habitations lors de la construction des fortifications en 1745 et lors de l’invasion américaine en 1775-1776.

5Ce jeu de chassé-croisé ou de gagne terrain entre autorités militaires et habitants semble être toujours d’actualité. Et il m’a paru se perpétuer encore sous d’autres formes entre jeunes marginaux et policiers ou pouvoirs publics. La permanence de conflits sur cet espace tient à plusieurs facteurs dont j’ai cru déceler les suivants qui tiennent au caractère multifonctionnel et du même coup relativement indéterminé de son usage.

6La place d’Youville est un lieu de communication, un lieu carrefour. Elle est située près de la porte St Jean, principale artère commerciale de la ville, on y trouve le terminal des autobus qui dessert toutes les banlieues, une station de taxi importante, et enfin un immense parking souterrain où viennent stationner les visiteurs ou les employés du centre-ville.

7C’est également un lieu culturel et de loisirs. En 1903 on y ouvrit un auditorium qui deviendra le Capitole (fermé entre 1982 et 1992), en 1948 le cinéma de Paris. On y fait du patin à glace l’hiver. C’est là que se situe le théâtre Montcalm construit en 1931 à la place d’un YMCA qui avait été bâti en 1878 et qui ouvrait cet espace à la jeunesse. À bien la regarder cette place apparaît comme un décor de théâtre avec ses murailles qui paraissent être en carton-pâte, son palais lourdingue avec son escalier en gradin, la façade quêtaine du capitole et l’espace scénique qui les sépare.

8C’est un lieu stratégique pour le négoce puisque placé entre les deux parties commerçantes de la rue St Jean. Mais il n’est pas en lui-même un lieu de négoce car si en 1875 y fut installée la halle du marché, il ne rassemble aujourd’hui que deux banques, labanque royale édifiée en 1966, la banque de Montréal en 1970, deux restaurants, un café, une restauration rapide et un dépanneur.

9Ces différentes caractéristiques de la place d’Youville, l’importance et le renouvellement permanent du public qui la fréquente, surtout aux beaux jours, en font un lieu d’exhibition privilégié tant pour les groupes sociaux que pour les pouvoirs publics. C’est ainsi que les événements qui s’y produisent participent toujours, me semble-t’il, d’une mise en scène.

LA MISE EN SCÈNE DES DÉSORDRES

10Il ne m’a pas été possible d’observer ces désordres, d’en apprécier la nature où l’intensité. Ils m’ont été rapportés par des témoignages, et par le traitement journalistique qui leur fut réservé. J’ai donc travaillé sur des représentations, terme dont la polysémie s’accommode bien de la théâtralité du lieu. Mais l’important pour mon analyse est moins le degré de gravité réel des désordres que la croyance collective en leur existence qui suffit à produire des effets sociaux. Le mécanisme en est extrêmement classique et peut être présenté en 8 séquences :

  • des jeunes qualifiés de marginaux s’installent ostensiblement sur la place ;

  • hostilité et crainte se manifestent à leur égard ;

  • désertion de l’espace public concerné par la population "normale" ;

  • demande accrue de sécurisation de la part des riverains et de groupes de pression. Ce sont le plus souvent les commerçants qui se plaignent aux services de police et à la municipalité ;

  • prestations d’autorité de la police ;

  • confrontations violentes entre la police et les jeunes (on parle d’accidents ségrégationnistes quand ils sont vécus sur le mode de l’injustice par les jeunes) qui légitiment les normes et valeurs du groupe déviant et le solidarise ;

  • indifférence affective croissante entre les jeunes marginaux et la société conventionnelle ;

    • 3 Ph. Robert, P. Lascoumes, Les bandes d’adolescents. Une théorie de la ségrégation. Paris, Editions (...)

    intensification du rejet des jeunes par la société "conventionnelle" et aggravation de leurs conduites et de leur inadaptation (mécanisme d’ajustement en miroir)3.

Les figures du désordre

11Les désordres qui nourrissent ces représentations et les logiques ségrégatives prennent globalement trois formes, celle des incivilités, du trafic de drogue, des émeutes de la saint Jean.

  • 4 S. Roche, La société incivile, Paris, Seuil, 1996.

12Les incivilités ne sont pas des actes nécessairement incriminés par la loi pénale, ne font pas nécessairement de victimes individuelles (vandalisme) mais dégradent la qualité de vie, favorisent la délinquance et créent un climat d’insécurité (tags, saletés, abandon d’épaves, d’objets, comportements tendus, agressifs, menaçants, nuisances sonores, boîtes aux lettres abîmées, mauvaises odeurs, vitrines brisées, insultes, impolitesses, clôtures défoncées, vols de fleurs dans les bacs publics, détériorations de toutes sortes). C’est plus une notion sociale que juridique qui signifie une rupture des codes élémentaires de la vie sociale pouvant exprimer un mode de revendication non structuré collectivement4. Les incivilités qui, d’après les témoignages recueillis affectent principalement la place d’Youville sont la mendicité agressive, les interpellations des passants, les comportements agressifs ou tendus, les cris, bruits et odeurs d’urine...

  • 5 Sur ce point voir M. Setbon, "Drogue, facteur de délinquance ? D’une image à son usage", Revue fran (...)

13Deuxième figure du désordre, la place serait une plaque tournante de la vente de stupéfiants5. De fait on peut y observer des jeunes consommant des drogues douces mais pas davantage qu’à l’université ou dans les autres lieux publics. De plus cette pratique n’est visible que pour des regards avertis. On peut douter que la place d’Youville soit une plate-forme de trafic. Bien sûr la police affectionne traditionnellement ces lieux repérables qui permettent un travail de contrôle efficace. On peut cependant difficilement imaginer une stratégie laxiste de sa part sur un espace aussi visible où elle se met elle aussi en scène. Cela risquerait d’affecter sa légitimité.

  • 6 Dans la perspective tracée par P. Berger et L. Luckmann, La construction sociale de la réalité, Par (...)

14Enfin c’est là que se déroulent les émeutes de la Saint Jean depuis 1994. Leur visibilité est d’autant plus forte qu’elles se produisent le jour de la fête nationale (elle existe depuis 1978) et semblent vécues par la population québécoise comme de graves entorses au sentiment d’appartenance nationale. Lorsqu’on analyse leur genèse on peut faire l’hypothèse qu’elles sont socialement construites6. Pendant les jours qui précèdent la fête, la presse relate les événements des années passées et fait état des mesures préventives qui seront prises. Elle institue une sorte de rituel où l’attente sociale de violence crée les conditions de son apparition. Le déploiement policier est important et l’on sait dans toutes les violences urbaines qu’une présence policière trop voyante, une maladresse, un contrôle musclé, sont susceptibles dans certaines situations de mettre le feu aux poudres. Même chez les jeunes qui se désolidarisent des violences et des dégradations on note une stigmatisation de l’intervention policière :

"pouvoir fêter le Québec sans la police à tous les coins de rue, ça serait pas pire"...
"la répression ça ne fait que rempirer"...
"la police était là pour narguer, que la police surveille le monde OK mais l’escouade anti-émeute c’était trop".

Les acteurs du désordre

15Us sont qualifiés de jeunes zonards, de marginaux mais aussi de "décrocheurs" travaillant parfois à temps partiel mais le plus souvent désœuvrés, de punks, de gangs de "soûlons", certains font allusion à des jeunes riches de Ste Foy. On note deux tendances, l’une stigmatise plutôt les jeunes marginaux de la place d’Youville, l’autre trouve ailleurs des boucs émissaires en incriminant des éléments extérieurs. Et de fait dans la plupart des discours publics et médiatiques les jeunes trublions viennent d’ailleurs, ils descendent à Québec parce que "ça brasse". Lorsque le Journal de Québec, qui avait mentionné dans sa "Une" l’origine exogène des émeutiers, apporte quelques jours plus tard une rectification en dévoilant que la moitié des inculpés sont de Québec il le fait seulement en page 24.

  • 7 J.N. Tremblay, S. Bouchard, M.C. Gauvreau, Les émeutes de la place d’Youville, rapport au ministre (...)

16Certains soutiennent aussi la thèse du complot ou de la machination par des agitateurs professionnels. Un rapport réalisé par des anthropologues locaux présente ces acteurs comme un groupe en mal d’identité, un groupe hétérogène qui se rejoint "sous la bannière de leur déficit de sens. Ce sens ils le créent de façon ostentatoire, très immédiat, très éphémère... voilà qu’ils existent, ils possèdent la scène... la St jean devient le symbole de cette représentation"7. Et cette scène c’est la place d’Youville, lieu anthropologique des festivités où le feu et la violence se rejoignent dans une même signification purificatrice.

LA MISE EN SCÈNE DE L’ORDRE

17Ces désordres entraveraient la liberté d’aller et venir de la population. Ils institueraient une dualisation de l’espace public, empêcheraient les touristes de passer, les chalands de s’approvisionner. Ce sont les commerçants qui s’en plaindront le plus et interpelleront les pouvoirs municipaux. Ceux-ci décideront alors de réagir par une double politique complémentaire de sécurisation de l’espace et de réaménagement fonctionnel.

Une politique de sécurisation de l’espace

18Cette politique s’exprime de deux façons, par la mise en œuvre de la politique dite de tolérance zéro et par l’interdiction de séjour de certains marginaux de la place d’Youville, ce qui montre bien le rôle symbolique qu’elle a dans les représentations policières et l’imaginaire québécois.

Tolérance zéro

  • 8 J.Q. Wilson, G. Kelling, Broken Window, The Atlantic Monthly, 1982, March, 29-38.

19Il ne faut pas banaliser les incivilités car si l’on en croit la théorie de la vitre cassée lorsqu’un carreau vient à être cassé, tous ceux qui sont à proximité subiront le même sort si la vitre n’est pas remplacée. Pour Wilson et Kelling "les comportements d’abandon mènent à l’effondrement des contrôles sociaux"8. Il suffit de peu de chose pour que le lien social bascule dans une spirale de décomposition. Les ordures s’accumulent, les enfants deviennent bruyants et insolents, les jeunes boivent, les voisins cessent de se respecter. Alors certaines familles commencent à partir car la satisfaction que l’on éprouve à vivre dans le quartier décline. S’engage une spirale du déclin car la déviance non réprimée est une invitation à des actes plus graves. Le rôle inhibiteur du contrôle social informel est fondamental. Sans quoi se développent les mécanismes de renoncement à la lutte collective contre les désordres, les stratégies collectives font place à des tactiques individuelles et conduisent à une désertion de l’espace public par repli sur l’espace privé.

20Du coup l’application systématique des règlements municipaux est présentée comme le meilleur moyen de prévention et la façon la plus judicieuse de ne pas avoir recours à la force. Ainsi par exemple une ancienne loi sur la mendicité de 1865 a été réactivée. L’article 25 du règlement municipal 192 stipule que "sous réserve des dispositions du règlement no 2722 concernant les bateleurs et amuseurs publics, quiconque importune les passants en les sollicitant de quelque manière que ce soit ou obstrue la circulation ou gêne le passage des piétons dans les rues, parcs et places publiques....sera passible d’une amende n’excédant pas 200 piastres, ou six mois de prison, à défaut du paiement de l’amende et des frais, ou six mois de prison, sans option d’amende, à la discrétion du recorder". Pour pouvoir solliciter financièrement le public, au plus tard jusqu’à 11 heures du soir, il faut donc pratiquer une activité et posséder un permis municipal d’amuseur public. On pourrait donner de multiples exemples tirés de l’observation quotidienne qui illustrent cette politique, sanction des jeunes assis dans des lieux de passage non prévus à cet effet ou pratiquant le skate sur la chaussée...

21Cette politique présente l’avantage d’apaiser temporairement le sentiment d’insécurité qui touche une partie de la population, de satisfaire les groupes d’intérêt qui ont demandé son application. Elle peut présenter l’intérêt pédagogique de structurer des populations fragiles dont le rapport à la loi et à la citoyenneté est déficient en clarifiant les limites entre le permis et l’interdit. Elle ne résout pas pour autant la question de la marginalisation d’un certain nombre de jeunes qui se rassemblent maintenant dans des lieux où la pression policière est moins grande. Elle présenterait également comme effet pervers de renforcer l’animosité de l’ensemble des jeunes envers les forces de l’ordre, "la police fait que nous écœurer en nous collant des tickets à la tonne, est-ce qu’ils peuvent nous laisser vivre ?" mais aussi vis-à-vis de la municipalité.

Interdictions spatiales

22Il est interdit aux personnes inculpées dans le cadre des émeutes de la Saint Jean de s’approcher à moins de 100 mètres du Parlement et de la place d’Youville et de participer à une manifestation. Les 42 étudiants qui le 2 mai 97 ont occupé une succursale de la banque nationale de Québec pendant 90 minutes pour contester les politiques néo-libérales (mouvement de la désobéissance civile non violente) ont été appréhendés et sans être inculpés se sont vus notifier la même interdiction. Tous les contestataires paraissent amalgamés, quelle que soit leur action et sa motivation. Ils sont tous jugés indésirables sur la place d’Youville.

Une politique de réaménagement fonctionnel

23Au printemps 1997 la ville développa une nouvelle politique ayant pour but de "rendre au carré d’Youville le caractère d’hétérogénéité démographique qu’il possédait". Pour le chef de projet "on ne doit pas pratiquer une coercition active sur les jeunes marginaux du carré car ce serait accueilli comme une provocation délibérée" mais "il faut leur apprendre à partager la place". Trois moyens sont mis en œuvre dans ce but :

  1. On réduit au minimum les espaces où les jeunes peuvent se prélasser en remplaçant le gazon par des aménagements floraux épineux (roses surtout).

  2. On construit une scène dans le but d’organiser des concerts pendant tout l’été. L’objectif est d’attirer par des spectacles gratuits la population sur la place. Les programmes musicaux concernent tous les styles et donc tous les types de public, rock, chansons québécoises, folk, classique, chants et danses traditionnels. Ils peuvent avoir lieu à midi ou en soirée. Des chaises sont installées devant la scène pour marquer une volonté d’accueil, du coup les jeunes d’apparence marginale, quand ils sont là, se positionnent plutôt à l’arrière-plan sur les marches du palais Montcalm.

  3. On construit de petits kiosques à destination d’artisans pour la plupart jeunes et d’apparence marginale Cela a pour effet non seulement de réduire l’espace disponible, d’y attirer des chalands mais aussi de donner des modèles de marginalité tolérée aux jeunes en révolte.

CONCLUSION

24On voit donc que la place d’Youville est le théâtre d’une mise en scène du refus de la société mais aussi une vitrine pour le pouvoir politique. La stratégie d’ordre développée actuellement combine astucieusement éléments préventifs et répressifs. Elle n’exclue pas les jeunes marginaux de la place mais en lui donnant une vocation plurielle elle les empêche de s’en approprier l’usage.

Photo 16 - Jeunes sur la place d’Youville à Québec

Photo 16 - Jeunes sur la place d’Youville à Québec

Photo 17 - Le skate-parc, en lisière de la place d’Youville

Photo 17 - Le skate-parc, en lisière de la place d’Youville

(Photos : J.-P. Augustin)

25Mais elle lutte moins contre les phénomènes d’exclusion et d’inadaptation que contre le sentiment d’insécurité. Au nom de la paix sociale on travaille des apparences paisibles mais on ne règle pas le besoin d’une certaine jeunesse de mettre en scène sa révolte, son désespoir. Enfin cette politique est susceptible de provoquer des effets pervers. En renforçant par ses aménagements le caractère scénique de la place elle est de nature à stimuler le besoin de jeunes en recherche d’identité de s’y montrer toujours plus. Le spectacle n’est pas terminé.

Notes

1 Voir sur ce thème H. Coing, C. Meunier, Insécurité urbaine : une arme pour le pouvoir ? Paris, Anthropos, 1980 ; W. Ackerman, R. Dulong, H.P. Jeudy, Imaginaires de l’insécurité, Paris, Librairie des Méridiens, 1983 ; H. Lagrange, Perceptions de la violence et sentiment d’insécurité, Déviance et société, 1984, no 4, 321-344 ; S. Roche, Le sentiment d’insécurité, Paris, PUF, 1993 ; S. Body-Gendrot, Les villes face à l’insécurité, Paris, Bayard Editions. 1998.

2 Je tiens à associer à cet article tous les étudiants qui ont travaillé empiriquement sous ma direction dans le cadre du cours "Violences urbaines" que j’ai donné au sein du département de sciences politiques de l’université Laval de Québec pendant l’été 1998 : Frédérick Boisvert, Elisa Bolozan, Sébastien Bouchard, Elisabeth Fleury, Nathalie Lebreux, Bernard Legault, Dominique Perras, Michel Portes, Lucie Saint Laurent.

3 Ph. Robert, P. Lascoumes, Les bandes d’adolescents. Une théorie de la ségrégation. Paris, Editions Ouvrières, 1974.

4 S. Roche, La société incivile, Paris, Seuil, 1996.

5 Sur ce point voir M. Setbon, "Drogue, facteur de délinquance ? D’une image à son usage", Revue française de sciences politiques, 1995, vol. 45, no 5, p. 747-774, où il montre notamment que la relation postulée entre drogue et délinquance est un enjeu politique.

6 Dans la perspective tracée par P. Berger et L. Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986, voir P. Champagne, La construction médiatique des malaises sociaux, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1991, no 90, p. 64-75.

7 J.N. Tremblay, S. Bouchard, M.C. Gauvreau, Les émeutes de la place d’Youville, rapport au ministre de la Sécurité publique et à la Ville de Québec, 1997.

8 J.Q. Wilson, G. Kelling, Broken Window, The Atlantic Monthly, 1982, March, 29-38.

Table des illustrations

Titre Photo 16 - Jeunes sur la place d’Youville à Québec
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Photo 17 - Le skate-parc, en lisière de la place d’Youville
Légende (Photos : J.-P. Augustin)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15545/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

Auteur

CERVL, Institut d’Études politiques de Bordeaux

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540