Version classiqueVersion mobile

Sites publics, lieux communs

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Troisième partie. Appropriations territoriales : sociabilités, usages et dérives

L'encombrement sociosymbolique des jeunes de la rue au centre-ville de Montréal

Le cas d'un quartier en revitalisation : le faubourg Saint-Laurent

Michel Parazelli

Texte intégral

De guerre lasse, nous les appelons marginaux. Et, comme le terrain vague est un reste spatial, ces marginaux sont considérés, lorsque nous nous représentons les choses de manière rapide, comme les restes de la population citadine.
(Korosec-Serfaty, 1991, 248)

INTRODUCTION

  • 1 Le contenu de ce texte provient d’une thèse de doctorat en études urbaines (Parazelli, 1997). Il s’ (...)

1Parfois qualifiés de "faune urbaine", "d'indésirables", de "graines de canaille", de "nuisances publiques", de "jeunes désœuvrés", etc., les jeunes de la rue se voient attribuer depuis quelques années à Montréal et à Québec tous les attributs du bouc émissaire prêt au sacrifice social voué à l'ordre gestionnaire des centres-villes en mutation1. L'occupation sociospatiale de certains lieux par des jeunes de la rue fréquentant le centre-ville-est de Montréal depuis plus d'une dizaine d'années a été perçue par plusieurs acteurs dont les autorités municipales et les commerçants comme un encombrement sociosymbolique. La peur de l'insécurité urbaine, de la misère économique, du désordre politique, bref, des prégnances de décadence urbaine et d'échec social, contribue à systématiser un processus d'exclusion de ces jeunes dont le parcours est déjà marqué par la marginalisation institutionnelle. Loin de considérer les pratiques urbaines des jeunes de la rue comme un processus de recomposition identitaire les protégeant des formes de désubjectivation dont l'itinérance, la majorité des intervenants interviewés ont adopté un discours économique teinté d'écologisme lié aux nécessités adaptatives de la revitalisation de ce secteur du centre-ville (rebaptisé Faubourg Saint-Laurent). Ce discours économique valorisant le développement d'activités et de décors projetant des apparences de prospérité s'oppose donc aux prégnances de décadence urbaine que les populations marginales du secteur, dont les jeunes de la rue, diffusent par leur simple présence. En ce sens, l'analyse sociospatiale des rapports conflictuels impliquant les forces policières et les jeunes de la rue s'appropriant certains lieux publics tels que la place Émilie-Gamelin, la place Pasteur ainsi que des lieux semi-publics, sert en quelque sorte de révélateur des enjeux contemporains de la socialisation urbaine juvénile. Cette analyse nécessite une réflexion sur les rapports à l'espace des divers protagonistes en fonction de leurs représentations sociospatiales respectives. Avant d'aborder ce type de réflexion, examinons certaines caractéristiques des jeunes de la rue québécois.

LES JEUNES DE LA RUE QUÉBÉCOIS

  • 2 Le squeegee est le nom d’une marque commerciale d’une raclette servant à laver les pare-brise des a (...)

2La catégorie sociologique des jeunes de la rue québécois prend racine dans ce que les ONG d'après-guerre qui œuvraient dans les pays en développement appelaient les enfants de la rue. Toutefois, ce n'est qu'à la suite de l'Année internationale des sans-abri en 1987 que cette appellation fut reprise par les intervenants(tes) communautaires jeunesses ainsi que par les médias et fut consacrée dans une première thèse doctorale (Côté, 1988) traitant du sujet de façon ethnographique. Les jeunes de la rue peuvent être âgés de 14 à 25. L'on y retrouve autant des femmes que des hommes provenant de plusieurs régions du Québec pour cependant se concentrer à Montréal et à Québec. La très grande majorité de ces jeunes ont subi une violence familiale et institutionnelle (rejet, abandon, domination) et proviennent de milieux socio-économiques variés (familles monoparentales, biparentales, assistées sociales ou de classe moyenne). Ils sont en rupture quasi totale avec les institutions traditionnelles de socialisation juvénile. Ces jeunes ont développé un fort sentiment d'appartenance au Milieu de la rue affectionnant particulièrement le centre-ville-est de Montréal. À ce titre, depuis une dizaine d'années, des groupes de jeunes de la rue ont occupé des secteurs bien précis tels que des terrains vacants, des parcs publics, des bars, des appartements et surtout, la rue Sainte-Catherine la principale artère commerciale du centre-ville. D'appartenances culturelles variées (punks, rockers, gais, peace and love, etc.), ils développent inégalement des pratiques de débrouillardise diverses : petit trafic, prostitution, toxicomanie, mendicité, squeegee2, squattering. On ne connaît pas leur nombre exact faute de base statistique, mais les estimations varient entre 4 000 et 10 000. Leur point d'organisation n'est pas la délinquance criminelle comme les gangs de rue hiérarchisés car ils forment des sous-groupes qui se font et se défont. Même s'ils sont fragiles psychologiquement, ils n'ont pas de troubles mentaux importants et se distinguent des itinérants par l'intensité de leurs désirs de socialisation entre pairs. Bref, malgré la précarité de leurs liens sociaux, ils forment tout de même un groupe social spécifique dont le point d'organisation est l'espace de la rue auquel les jeunes manifestent un fort sentiment d'appartenance. C'est pourquoi, l'on parle des jeunes "de la rue" et non "dans la rue" ou "sur la rue".

LES ENJEUX DU CONFLIT DE LOCALISATION

3Dans tout conflit de localisation, l'identification des enjeux est un exercice nécessaire car ceux-ci déterminent le sens des rapports de force en présence. J'ai identifié trois principaux enjeux relatifs aux problèmes urbains associés à la présence des jeunes de la rue au centre-ville-est. Le premier est économique et a trait à l'impératif de la compétitivité internationale entre centres-villes menant ces derniers à entreprendre une course à la spécialisation économique de leurs attraits commerciaux ainsi que de leurs structures d'accueil pour l'investissement. Par exemple, le centre-ville de Montréal est considéré comme l'un des plus sécuritaires au monde pour l'organisation de festivals internationaux en plein-air. La plupart des intervenants que j'ai interviewés à ce sujet étaient préoccupés par la revitalisation de lieux pouvant diffuser des prégnances de prospérité, de détente et de fête. Par conséquent, la présence des jeunes de la rue fut perçue comme des objets diffusant des prégnances de décadence urbaine et d'échec social étant donné que leurs pratiques sont souvent interprétées comme du flânage, de l'oisiveté et de la délinquance.

4Le deuxième enjeu est psychosocial car il pose la question des effets que l'éviction des jeunes de la rue de leurs lieux d’appropriation produit sur ces derniers. Est-ce que la dispersion des jeunes de la rue ne constitue qu'un simple déplacement des corps qui se relogeront ailleurs ? Ou ces pratiques de dispersion ne contribueraient-elles pas à fragiliser les tentatives de socialisation des jeunes de la rue compromettant ainsi les rapports intergénérationnels nécessaires à une éventuelle insertion sociale ?

5Le troisième enjeu touche à l'orientation gestionnaire des problèmes socio-urbains dont les jeunes de la rue feraient partie. Pour la plupart des intervenants concernés par la planification et la gestion de la revitalisation urbaine du centre-ville de Montréal (aménagistes, urbanistes, commerçants, policiers, élus municipaux, etc.), la présence des jeunes de la rue tout comme celle des prostitués(es) et des itinérants constitue en soi un problème de gestion urbaine de la marginalité. Cette altitude soulève une question politique : la présence des jeunes de la rue dans un centre-ville représente-t-elle un simple problème de gestion ou pose-t-elle la question du droit d'accès démocratique à l'espace public dans une perspective de socialisation juvénile ?

6Les conflits entourant la présence des jeunes de la rue sur la place Émilie-Gamelin (localisée dans le Faubourg Saint-Laurent) se situent justement au carrefour de ces trois enjeux, d'où la complexité de leur analyse exigeant du chercheur un regard interdisciplinaire.

BREF HISTORIQUE DU CONFLIT DE LOCALISATION

7Le Faubourg Saint-Laurent fut l'une des premières expansions hors les murs de la vieille ville à la fin du xviiie siècle (Linteau, 1992, p. 80). La rue Saint-Laurent constitua la voie principale de ce quartier d'abord composé d'artisans et d'habitations résidentielles. Ce n'est qu'à la fin du xixe siècle que des industries (surtout du vêtement) s'installèrent et qu'un afflux de population immigrante majoritairement des Juifs d'Europe de l'Est vint former la deuxième concentration de ghettos d'immigrants pauvres (le premier étant celui du quartier Saint-Antoine avec les Irlandais). Le Faubourg Saint-Laurent devint un quartier du centre-ville de Montréal au début du xxe siècle.

8Situé dans la partie est du centre-ville de Montréal, ce secteur étant historiquement investi par la bourgeoisie francophone a été délaissé surtout à partir des années 1950 où plusieurs secteurs ont changé de visage par la construction de voies rapides. Vers la fin des années 1970, on assista à un mouvement de retour à la ville (valorisation du patrimoine et du bâti ancien). Toutefois, ce retour n'arriva pas à compenser l'exode suite aux opérations d'expropriation de la population par cet urbanisme sauvage qui, de plus, prit la forme d'incendies à répétition déshumanisant ainsi les quartiers. De plus, il faut savoir que pendant cette période de déstructuration graduelle, se sont structurées parallèlement des activités propres à la formation d'un Red-light dans le secteur du Faubourg Saint-Laurent.

9C'est pourquoi dès 1991 le parti municipal au pouvoir, le RCM, élabora des objectifs urbanistiques et politiques de revitalisation urbaine du centre-ville-est. En plus de viser la limitation du développement des commerces de sexe, ce plan avait pour but d'attirer de nouveaux résidents au centre-ville afin d'augmenter l'assiette fiscale de la municipalité et de freiner la détérioration de certains quartiers résidentiels rebaptisés de leur nom d'origine, le Faubourg Saint-Laurent, le Faubourg des Récollets et le Faubourg Québec. Le but : entourer un centre des affaires par des quartiers résidentiels afin de recomposer la trame urbaine avec la rue Sainte-Catherine comme lieu d'animation. Voilà en résumé les orientations du Plan directeur d'aménagement et de développement de l'arrondissement Centre adopté en 1990. Ajoutons que le plan prévoit aussi améliorer le design urbain, combler les terrains vacants et éliminer les stationnements en surface. Il s'agissait de reconstituer ce qui a été détruit afin de réinvestir l'ancien Faubourg Saint-Laurent en continuité avec les efforts précédents de la bourgeoisie surtout institutionnelle francophone pour reconquérir la partie est du centre-ville et d'éviter la désertification du centre-ville à l'image des grandes villes américaines. À la demande des administrateurs municipaux de l'époque, un rapport fut produit par l'architecte Charney (1990) qui proposait le redéveloppement du Faubourg Saint-Laurent dans une perspective d'écologie urbaine. Étant donné le déséquilibre provoqué par la spéculation immobilière et par la construction du boulevard Dorchester (aujourd'hui appelé René-Lévesque), l'on doit maintenant recréer le "milieu d'origine" de ce quartier afin de lui redonner sa vitalité historique à partir des terrains vacants que la Ville a acquis. Il s'agit pour la Ville de vendre à des promoteurs privés des terrains vacants qu'elle a achetés en 1990-1991 suite à une opération d'expropriation totalisant 12 millions de dollars d'investissement (130 000 pieds carrés). Le but était de créer de 10 000 à 15 000 logements dans les huit années subséquentes tout en revitalisant l'artère commerciale principale de la Ville de Montréal, la rue Sainte-Catherine qui traverse d'est en ouest la Ville de Montréal. C'est dans cette perspective que le square Berri (rebaptisé place Émilie-Gamelin) et d'autres places publiques telles que la Place de la Paix, ont vu le jour ainsi que l'aménagement temporaire et esthétique de terrains vacants. Ce détour historique est essentiel pour bien saisir l'importance du conflit de localisation mettant en scène les jeunes de la rue et les divers promoteurs de la revitalisation du Faubourg Saint-Laurent étant donné que les principaux lieux de rassemblements des jeunes de la rue se situent encore au cœur même de ce secteur et de ses environs.

10De 1985 à 1995 l'on pouvait observer un mouvement d'appropriation collective de lieux de rassemblement des jeunes punks de la rue autour de certains lieux d'appartenance : un bar underground appelé les Foufounes électriques, un terrain vacant situé à proximité de ce bar et appelé par les jeunes, les Blocs, les abords de la rue Saint-Denis, le parc Pasteur, certains bars du village gai, le square Saint-Louis et le mont Royal. Sans présenter un inventaire exhaustif de tous les lieux d'appropriation, soulignons que les jeunes de la rue n'occupaient pas exactement les mêmes lieux qu'aujourd'hui. Ce mouvement de déplacements est une conséquence de la pression des milieux d'affaires et institutionnels ainsi que de certains groupes de résidents auprès des autorités municipales qui ont tenté de solutionner ce conflit de localisation en utilisant un certain nombre de mesures sociospatiales de dilution des prégnances de décadence urbaine. Voyons en résumé les principaux événements qui ont infléchi un mouvement de dispersion des jeunes amenant ces derniers à se rassembler ailleurs de façon provisoire.

111992 est l'année du 350ème anniversaire de la fondation de la Ville de Montréal. Cet événement inaugura la Place du 350ème que l'on appellera par la suite le square Berri. Telle une tradition gestionnaire lors d'événements publics spéciaux (Exposition universelle de 1967, Jeux olympiques de 1976), une opération policière d'invisibilisation provisoire (évacuation en périphérie) des populations marginalisées (itinérants(es), jeunes de la rue, prostitués(es), etc.) a été réalisée dans les secteurs de l'actuel Faubourg Saint-Laurent où se déroulaient les fêtes du 350ème.

Photo 13 - Façade du bar les "Foufounes électriques" (1994)

Photo 13 - Façade du bar les "Foufounes électriques" (1994)

Photo 14 - Les Blocs (1994) : façade rue Sainte-Catherine, vue vers l'est

Photo 14 - Les Blocs (1994) : façade rue Sainte-Catherine, vue vers l'est

Photo 15 - Murale de graffitis (1994) : coin nord-est des Blocs à l'arrière, rue de Boisbriand

Photo 15 - Murale de graffitis (1994) : coin nord-est des Blocs à l'arrière, rue de Boisbriand

(Photos : Michel Parazelli)

12En 1994, l'un des lieux de rassemblements des jeunes de la rue, les tams-tams du Mont-Royal, une activité collective informelle d'improvisation musicale, fut l'objet de descentes policières menant à une réglementation des activités périphériques associées à la consommation (vente de nourriture, de boissons, etc.) et à la sécurité des lieux. Pendant la même année, d'autres opérations policières imposantes ont été réalisées au square Saint-Louis afin d'arrêter les vendeurs de drogues suspects dont se plaignaient les résidents à proximité. Même approche au bar les Foufounes électriques qui fut contraint de fermer provisoirement ses portes et où les forces de l'ordre démontrèrent un zèle policier dans la distribution d'amendes pour obstruction à la voie publique des jeunes qui occupaient le terrain vacant appelé les Blocs situé juste à côté du bar.

13Dès l'été 1995, contraints de se déplacer de leurs lieux historiques d'appartenance, les jeunes de la rue occupèrent de façon beaucoup plus évidente une partie du square Berri qui n'offrait plus une programmation d'activités culturelles comme cela était le cas pendant les deux premières années de sa création à l’occasion du 350ème anniversaire de Montréal. Non seulement les jeunes de la rue se retrouvèrent dans ce lieux mais d'autres populations marginalisées s'y concentrèrent (toxicomanes, vendeurs de drogue, prostitués(es) et itinérants) construisant ainsi un sentiment d’insécurité de la part des autres catégories d'utilisateurs qui ne tardèrent pas à se manifester tels que certains étudiants de l'UQAM située aux abords du square Berri.

14Dans le journal étudiant de I'UQAM, on pouvait lire leur mécontentement face à la présence de ce que le journaliste étudiant qualifiait de "graine de canaille" (Roy, 1995) ainsi que la façon dont les policiers ont utilisé à leur profit cette situation en utilisant le square Berri comme un panopticon inversé :

Ironiquement, la "migration" vers le square Berri, qui sera bientôt rebaptisé place Émilie-Gamelin, fait l'affaire du SPCUM, qui traite là moins de plaintes de citoyens. "Il faut dire qu'il n'y a pas de résidants autour", reconnaît le sergent Gilles Fortin. La place est en effet bordée par le terminus Voyageur, des commerces, I'UQAM et la place Dupuis, alors que le jadis turbulent carré Saint-Louis est entouré de coûteuses demeures, propriété de citoyens exaspérés. Autre "avantage" de cette nouvelle criminalité sur le square : délinquants et toxicomanes se retrouvent en un seul endroit, au lieu d'être dispersés aux quatre coins du centre-ville, ce qui "arrange" les policiers, si on en croit le sergent Fortin. "On aime les avoir ensemble", explique celui qui est notamment chargé d'y repérer les jeunes fugueurs.

15Peu de temps après la parution de cet article eut lieu l'inauguration de la Place Émilie-Gamelin modifiant ainsi le nom et le sens initial attribué au square Berri par l'ancienne administration municipale. Émilie Gamelin, fondatrice de la communauté des sœurs de la Providence au xixe siècle, distribua à cet endroit de la soupe chaude aux pauvres et aux itinérants et leur offrit un refuge. Ce travail de charité s'est réalisé de 1843 à 1962 (Pépin, 1995, p. A-14). Ironiquement, d'un hommage symbolique à la fondation de la Ville de Montréal, le sens de ce square s'est transformé en un monument de la charité chrétienne auprès des déshérités.

16Quelques mois plus tard, en avril 1996, une pétition sollicitée par la police auprès des commerçants circula afin d'appuyer les policiers dans leur intention d'évacuer les jeunes de la rue de la place Émilie-Gamelin avant que l'été ne s'installe. Parallèlement, afin de faciliter la tâche policière, l'administration municipale avait déjà modifié la réglementation d'usage de la place Émilie-Gamelin interdisant aux jeunes d'occuper le parc de minuit à 6h00. Du côté des jeunes une réaction collective s'exprima et "Un groupe de jeunes habitués réclament publiquement le retour à l'ancienne réglementation, ainsi qu'un support de la Ville de Montréal pour l'ouverture d'un lieu public voué à l'expression de leur créativité" (Charest et Gagné, 1997, p. 12). Les responsables municipaux acceptèrent de négocier avec ce groupe de jeunes qui n'a pas encore obtenu de réponse concrète à leurs revendications jusqu'à maintenant. Ici, Il faut bien comprendre l'intérêt de la Ville dans l'idée de trouver une place précise aux jeunes de la rue autre que la rue elle-même et ses places publiques. Cette solution apparente constitue un thème récurrent parmi les solutions proposées par certains acteurs dont le responsable d'une association de commerces locaux interviewé en 1994 qui s'exprime en ces termes (Parazelli, 1997, p. 464) :

Moi, je vais vous dire quelque chose. On est peut-être mieux de les concentrer en quelque part pour qu'ils trouvent quelque chose à faire plutôt que de traîner partout. Alors que si on tape sur un nid de guêpes, qu'est-ce qu'il fait le nid de guêpes ? Il s'étend partout, on en a partout. On est peut-être mieux de concentrer, de permettre, de leur donner un lieu pour que ces gens-là s'expriment. Puis, ça on l’a bien vu avec la fermeture des Foufounes, on en a vu partout des jeunes. Parce que ça se voyait, dans nos établissements il y avait une tendance des jeunes de s'approprier des lieux, puis là c'est aux propriétaires à voir s'ils acceptent cette clientèle-là, les Foufounes était prêt à composer avec ça.

17Au mois de juin 1996 les rapports entre les jeunes de la rue et les forces policières se dégradèrent encore davantage. Les responsables du poste de police local créèrent une escouade tactique mobile (escouade 74) dans le but avoué de "nettoyer" le parc Émilie-Gamelin. Des intervenants communautaires ont entendu des policiers responsables s'exprimer en ces termes : "on va bientôt nettoyer la litière" ! Les raisons : mendicité agressive, plainte des commerçants face aux jeunes qui font peur à leur clientèle. (Charest et Gagné, 1997, p. 12). Cette escouade montra un zèle policier durant deux mois distribuant auprès de 150 jeunes deux à trois billets de contraventions chacun (pris en flagrant délit d'avoir craché par terre, s'être assis sur le gazon, avoir occupé plus d'un espace sur un banc public, etc.). Par ce type de harcèlement policier, c'est la judiciarisation de ces jeunes qui risque d'augmenter ainsi que leur sentiment de révolte étant donné leur capacité limitée de payer leurs billets de contraventions. Ajoutons qu'une vingtaine de camionnettes avec deux policiers à leur bord exerçaient une surveillance jusqu'à minuit (avec caméra). Cette action démesurée avait comme objectif la dissuasion. Des policiers affichaient même un brassard vert les identifiant à la brigade anti-punks nouvellement constituée. Le 29 juillet 1996, 70 jeunes ont été brutalement arrêtées à la place Émilie-Gamelin car ils participaient à une manifestation de désobéissance civile en occupant pacifiquement le parc après minuit.

18Autre élément d'intervention sociospatiale : en juin 1996, le maire inaugure un programme de subvention de la Ville pour nettoyer les graffitis et créer une "escouade de la muralité" et de la propreté qui aura aussi comme fonction d'éduquer les gens aux attitudes de propreté. Au même moment, le service de l'urbanisme de la Ville annonçait un autre changement de réglementation permettant l'application de la mesure de revitalisation préconisant l'aménagement temporaire de terrains vacants (Pineau, 1996, p. A-6) :

Le service de l'urbanisme de la Ville de Montréal recommande en effet des modifications à la réglementation en vigueur afin de permettre aux restaurants, bars et cafés voisins d'un terrain vague d'y installer une terrasse. Des marchands de fruits, de légumes ou de fleurs pourront aussi y dresser leurs étals. [...] "Nous pensons que cela contribuera à rehausser l'apparence et à augmenter l'animation de la rue Sainte-Catherine".

19Tirant leçons des événements de l'été précédent, des travailleurs communautaires ont entrepris des démarches de concertation avec les policiers dès le printemps 1997 en adoptant une approche plus communautaire avec les jeunes. La trêve ne dura que le temps de la période estivale car dès l'automne, le pacte est rompu le 1er octobre 1997. Précisons qu'en l'absence de lieux d'appartenance stables, les jeunes de la rue et d'autres jeunes punks se sont déplacés dès l'été 1997 dans un autre lieu public du centre-ville-est qui, au milieu des années 1980, constituait le refuge des itinérants et des jeunes de la rue : la place Pasteur gérée partiellement par l'Université du Québec à Montréal. Le réflexe immédiat des autorités institutionnelles fut le même que la plupart des autres acteurs : l'évacuation par les forces policières. Cent policiers dont certains en tenue de contrôle anti-émeute et 35 en civils ont arrêté 24 jeunes de la rue, couchés sur le ventre, par terre puis menottés pendant qu'on les maintenait visage au sol une matraque dans le dos. Ces arrestations eurent lieu à la place Pasteur et à la place Émilie-Gamelin. Les policiers ont dit avoir réagi à la suite de plaintes de professeurs de l'UQAM et d'autres citoyens. Selon un intervenant jeunesse, la cible des policiers était la marginalité juvénile : "Ils ont attrapé tout ce qui ressemblait à un marginal. Ils ont même interpellé des étudiants qui se rendaient à leurs cours, mais qui avaient les cheveux mauves et un coupe-vent de cuir" (Arcand, 1997, p. A-6). Conséquence : les intervenants qui travaillaient auprès de ces jeunes furent dans l'incapacité de les retracer déstabilisant ainsi leur travail d'accompagnement et de prévention. Depuis ce temps, la persistance de l'appropriation d'une centaine de jeunes de la rue et de jeunes punks a contraint les services de sécurité de l'institution à envisager d'autres solutions que la répression en examinant des possibilités de cohabitation avec ces jeunes et en collaborant avec des organismes communautaires jeunesse.

20Si ces événements témoignent de l'existence de rapports de force où les jeunes de la rue semblent être les cibles favorites des policiers, l'analyse comparative des entretiens que j'ai réalisés auprès des intervenants montre en fait que c'est la perspective économiste et esthétique du développement urbain qui anima en dominante les intervenants municipaux responsables du réaménagement du Faubourg Saint-Laurent. À ce titre, les propos d'un conseiller en aménagement de la Ville de Montréal sont explicites en ce qui a trait aux problèmes des terrains vacants (Parazelli, 1997, p. 432) :

Ils nuisent à l'activité commerciale parce qu'en brisant la continuité, ils affectent l'image de la rue puis ces terrains vacants nuisent à leur propre développement. En fait, la Ville, ce qu'elle cherche, c'est de développer ces terrains vacants. [...] Il faut avoir une logique de marché quand on dit ça. La présence des terrains vacants crée une mauvaise image de ce secteur-là. Les investisseurs sont moins portés à investir dans ce secteur-là parce qu'il y a une mauvaise image, parce qu'il y a des terrains vacants, parce qu'il y a des jeunes qui se tiennent dans les terrains vacants [...]. En rehaussant l'image de la rue, ça va davantage inciter les promoteurs à investir. C'est principalement ça.

21C'est pourquoi les responsables du plan de mise en valeur de la rue Sainte-Catherine (Montréal, 1993, p. 40), en plus de prévoir le développement de moyens suscitant une "ambiance culturelle et de divertissement", envisagèrent des mesures sociospatiales de dissuasion du flânage telles que le type d'aménagement suivant devant favoriser la déambulation (Parazelli, 1997, p. 432) :

[...] une bande de 2m à 5m de largeur en bordure du trottoir. Cette intervention devra être réalisée en tenant compte des éléments suivants : - assurer la continuité visuelle avec les bâtiments adjacents ; - décourager le flânage et les attroupements ; - prévoir la possibilité d'utiliser ces espaces pour la tenue d'activités artisanales ou culturelles, et ce, particulièrement dans le secteur du Faubourg Saint-Laurent.

22D'autre part, pour la majorité des policiers, les jeunes de la rue constituent des nuisances urbaines et font partie des problèmes et non de la population urbaine invitée à résoudre les problèmes de civilité et d'ordre urbain. La présence des jeunes de la rue dans le centre-ville-est constitué ainsi des saillances répulsives associées à des prégnances d'abandon, d'insalubrité et de dégénérescence de l'habitabilité urbaine. Ces prégnances renvoient directement à l'axiologie des significations symboliques investies dans le Red-light (transgression, marginalité, illégalisme, violence, malpropreté, etc.). Dans ce type d'imaginaire social, les jeunes de la rue, au même titre que les itinérants et les prostituées, constituent un risque social, une nuisance publique, une menace urbaine bref, un frein sociosymbolique au redéveloppement de ce secteur. C'est pourquoi tout un vocabulaire tournant autour de cette représentation sociale fut utilisé par les policiers lors d'opérations d'arrestation appliquant le modèle de la police communautaire : "purification des gens non désirables", "nettoyage de la litière", "racaille", etc. Mais, étant donné que l'ambiance de "fébrilité" du secteur peut constituer un atout dans une perspective de marketing pour attirer de nouveaux résidents en quête d'"urbanité", ces prégnances associées aux Red-light comportent aussi leur potentiel d'attractivité en autant que ces saillances ne soient pas trop concentrées. Il s'agirait en quelque sorte d'équilibre de l'ambivalence axiologique du secteur. De plus, selon les intervenants rencontrés, le Red-light actuel est là pour demeurer mais la Ville a voté un règlement depuis 1992 qui l'autorise à ne plus émettre de permis pour de nouveaux établissements exploitant l'érotisme dans le secteur. Dans ce contexte, la présence des jeunes de la rue est tout de même de moins en moins tolérée, tout dépendant du point de vue axiologique que l'on adopte et de l'intensité de leur attroupement. Il en est tout autrement pour les Blocs. Loin d'être valorisé comme un lieu de socialisation marginalisée par les intervenants municipaux, il est plutôt considéré comme un endroit vide laissé à l'abandon qui brise la trame urbaine, menace la sécurité et nuit au potentiel de re-développement économique du secteur. À ce titre, les intervenants municipaux conviennent tous qu'à moyen terme, les jeunes seront délogés de ce lieu étant donné "l'évolution" de la rue Sainte-Catherine. C'est ce qui est survenu en 1996 lorsqu'un commerce de stationnement est venu "boucher" la "vacuité" apparente du lieu. Quant aux solutions, selon les gestionnaires de l'aménagement, la responsabilité d'intervenir auprès de ces jeunes ne devait pas relever d'eux, même s'ils contribuaient, par leur implication professionnelle, à intervenir largement sur la réalité sociospatiale des pratiques de socialisation de ces jeunes. Néanmoins, à la fin de l'entretien, plusieurs d'entre eux nous ont démontré leur intérêt pour connaître les résultats de notre recherche étant donné leur méconnaissance avouée du phénomène.

23En fait, les projets de revitalisation du Faubourg Saint-Laurent et le Plan de mise en valeur de la rue Sainte-Catherine s'inscrivent dans une perspective de transformation graduelle du secteur le plus fréquenté par les jeunes de la rue. Par les différentes mesures d'aménagement telles que l'embellissement des terrains vacants et l'implantation d'une place publique devant un organisme utilisé par certains jeunes de la rue, cactus (organisme de prévention du vih-sida distribuant des seringues propres), la Ville et ses partenaires ont graduellement modifié la programmation et l’accessibilité des lieux occupés par les jeunes de la rue. De plus, les plaintes formulées à la Ville par certains acteurs (résidents, commerçants, institutions, etc.) qui profitent d'un contexte de revitalisation pour exprimer leur désir de voir disparaître des nuisances sociales ont déjà participé à renforcer le contrôle et la surveillance de ces lieux et des jeunes eux-mêmes.

PLUS QUE DE SIMPLES DÉPLACEMENTS PHYSIQUES, UNE VIOLENCE SOCIOSYMBOLIQUE

24Toutefois, ce que la majorité des intervenants du milieu ne semblaient pas avoir conscience, c'est que l'évacuation des jeunes de la rue de leurs lieux de socialisation marginalisée n'est pas sans effets sur la vie psychique et sociale de ces jeunes. En se référant au psychanalyste Winnicott, le sociologue Barel (1981, p. 15) rappelle ce qu'il considère comme une évidence : le rapport étroit entre l'identité humaine et l'appropriation de l'espace :

Il y a, c'est une évidence, une relation étroite entre le processus de localisation et le processus identitaire. Ce n'est qu'une application de la vieille remarque selon laquelle, pour s'identifier, on a besoin de l'autre et que, pour être, il ne suffit pas d'être : il faut avoir et s'approprier quelque chose. On s'identifie en regardant ce que l'on a sous la main, comme le note François George après Heidegger, F. Lugassy, J. Palmade. En ce sens, il se pourrait que les sociétés locales jouent le rôle d'énormes objets transitionnels à la Winnicott, pour chacun de nous : ce qui est nous et pas nous, réel et fantasmé. Le malaise

25créé par l'urbanisme et l'architecture modernes, dit George, c'est que, par leur anonymat, ils bloquent le processus d'identification.

  • 3 Pour en savoir plus sur l’écologie sociale, voir les auteurs suivants : Joseph et Grafmeyer, 1979 ; (...)
  • 4 Au sujet d’une analyse épistémologique des représentations sociospatiales des jeunes sur la rue et (...)

26Ainsi, la logique d'occupation de certains lieux par les jeunes de la rue ne se réduit pas à de simples impératifs pratiques ou à un contexte d'oisiveté juvénile mais à une logique d'identification sociospatiale. Le fait de disperser ou d'évacuer les jeunes de la rue de leurs lieux d'occupation n'engendre pas seulement un déplacement de corps physiques dans l'espace qui se relogeront dans un autre lieu disponible à les accueillir. Disperser les jeunes de leurs lieux d'appartenance peut constituer une violence symbolique car le phénomène d'appropriation et de désappropriation de lieux investis socialement est intimement lié à la construction de soi, au processus identitaire. C'est pourquoi, il importe de bien comprendre ce processus de co-détermination dynamique entre l'espace et l'identité humaine (Parazelli, 1995). Les lieux n'étant pas neutres, ils contribuent à développer le sentiment d'appartenance ou l'inverse et ainsi à structurer ou à déstructurer l'individualité. Même si cette affirmation semble aller de soi, la compréhension de ce processus n'est cependant pas évidente. C'est pourquoi la plupart des représentations théoriques que j’ai étudiées dans la littérature traitant des jeunes de la rue et sur la rue offraient des métaphores naturalistes s'inspirant de l'écologie sociale américaine du début du siècle3 ; ou considéraient ce rapport à l'espace comme un ensemble de ressources sociales d'interaction mais très rarement en tant que représentation spécifiquement géosociale où l'espace jouerait aussi un rôle actif4. Je vous invite donc à faire un détour théorique essentiel et préalable à l'identification des conséquences liées à l'éviction urbaine des jeunes de la rue de leurs lieux de socialisation.

L'ESPACE TRANSITIONNEL ET LES CONDITIONS D’EXISTENCE D'UN LIEU D'APPARTENANCE SOCIALE

  • 5 En illustrant l’espace topologique par un exemple, C. P. Bruter (1974, p. 56-58) insiste sur le rôl (...)

27Pour comprendre le rôle actif que joue l'espace dans le processus d'identification sociospatiale, j’ai eu recours au concept d’espace transitionnel de Winnicott (1975) pour bien saisir la genèse psychosociale des rapports humains à l'espace. À partir de cet apport spécifique, j'ai établi des liens transdisciplinaires avec d'autres théories traitant des rapports à l'espace et j'ai formulé l'hypothèse selon laquelle le phénomène de marge sociospatiale utilisée par les jeunes de la rue pouvait être envisagé comme une organisation géographique structurant de façon topologique5 les pratiques d'appropriation spatiale et d'identification sociale des jeunes de la rue. La structuration "topologique" renvoie à un mode de représentation de l'espace dont Piaget et Inhelder (1948) et Sami-Ali (1974 ; 1990) ont analysé la genèse et dont d'autres, tels que les tenants de la géographie structurale (Mercier et Ritchot, 1996 ; Desmarais, 1995 ; Hubert, 1993) ont étudié les propriétés urbaines. Tel un jeu d'échec, la représentation topologique de l'espace urbain renvoie à l'identification de formes sociospatiales au sein d'une hiérarchie de voisinages déterminant des positions relatives. Elles sont relatives car leur valeur (degré de permanence) est différenciée par leur potentiel d'attractivité et de répulsivité (ex. : l'espace d'un centre d'accueil de réadaptation n'est pas aussi attirant pour les jeunes que les Foufounes électriques, n'est-ce pas ?). C'est à l'aide des concepts de "prégnances" et de "saillances" (Thom, 1988) que ce potentiel d'attractivité et de répulsivité peut être identifié. Ajoutons que ces positions font l'objet d'un rapport de force entre des acteurs qui visent l'appropriation des lieux offrant les meilleures positions sur le plan sociosymbolique. Pour connaître le rôle structurant de l'espace urbain sur les pratiques de socialisation marginalisée des jeunes de la rue, il est d'abord nécessaire de comprendre la dynamique interne déterminant l'attractivité des lieux d'appartenance occupés par ces jeunes. Pour ce faire, j'ai associé une perspective géographique au concept d'"espace transitionnel" du psychanalyste et pédiatre, Winnicott (1975).

28Le concept d'espace transitionnel sous-tend une hypothèse psychanalytique qui nous permet de comprendre en quoi la constitution identitaire du sujet se structure à partir de la réalité spatiale. Associé à une perspective géographique, l'espace transitionnel permet d'établir une distinction entre un lieu favorisant un champ d'expériences socialisantes d'un autre qui ne le permet pas ou peu. L'importance de cette hypothèse est qu’elle nous montre comment s'opère la première régulation narcissique de l'être humain (formation identitaire dès les premiers mois du nourrisson), la deuxième étant à l'adolescence.

29L'hypothèse de Winnicott est la suivante : dès sa naissance, le nourrisson entretient un rapport de fusion avec le monde extérieur, une indifférenciation du moi et du non-moi. Ce contrôle magique de la réalité lui donne un sentiment de toute-puissance. Ce qui l'empêche de distinguer, parmi les phénomènes qu'il contemple, ceux qui relèvent de lui et ceux qui sont le produit du monde extérieur. Au niveau géographique, il s'agit alors d'un espace totalisé, unitaire, sans discontinuité. Pour ce jeune enfant, la différenciation du moi et du non-moi se réalisera graduellement avec la mère qui l'incitera à renoncer à son sentiment de toute-puissance via la dynamique présence/absence opérant ainsi des ruptures temporaires dans les réponses de la mère aux besoins de l'enfant. Cette désillusion progressive ne pourra être assumée par le bébé que grâce à une médiation compensatrice qu'est l'appropriation d'un "objet transitionnel" (le doudou, bout de couverture). Winnicott (1975, p. 19, 26) insiste sur la dimension abstraite de l'objet transitionnel :

L'objet transitionnel n'est pas un objet interne (concept mental), c'est une possession. Cependant, pour le nourrisson, ce n'est pas non plus un objet externe. Ce n'est pas l'objet bien entendu qui est transitionnel. [...] L'objet représente la transition du petit enfant qui passe de l’état d'union avec la mère à l'état où il est en relation avec elle, en tant que quelque chose d'extérieur et de séparé.

30Cet objet lui permettra de se représenter cette transition entre la subjectivité du monde intérieur et l'objectivité du monde extérieur ; entre l'imaginaire et le réel. La conscience de soi se développerait ainsi. Plus tard, c'est par le jeu que le sujet développera des espaces transitionnels plus étendus tout en nourrissant son activité culturelle pendant la vie adulte. Quelles sont les conditions pour qu'un lieu potentialise une aire transitionnelle d'expérience ? Voici celles que Winnicott a relevées à partir de son expérience pratique :

  1. la réciprocité des relations. Ces relations doivent s'inscrire dans un mouvement d'appropriation mutuelle de l'activité symbolique (créativité partagée).

  2. la confiance et la fiabilité des acteurs présents. Toute menace à la liberté des sujets handicape ces derniers dans leur capacité de s'approprier cet acte social.

  3. l'aspect informel de l'aire intermédiaire en tant que "zone neutre" c'est-à-dire, disposant d'un certain potentiel d'indétermination des règles du jeu. Winnicott parle de "playing". En anglais, il existe une différence entre les mots play et game ; play signifiant le jeu sans règles préétablies et game le jeu avec des règles préétablies. L'aspect informel de l'espace transitionnel rend possible l'appropriation de règles du jeu par la création (pour jouer, il faut construire des règles).

31L'identification des conditions d’existence de l'espace transitionnel nous offre des points de repères quant aux lieux actualisant ou non un potentiel de socialisation des individus qu'ils soient marginalisés ou non. Ajoutons que Winnicott distingue deux types de rapports à l'espace transitionnel qui renvoient aux dimensions subjectives et objectives de l'espace transitionnel. Il s'agit du mode de relation à l'objet (projections subjectives du sujet) et son mode d'utilisation (propriétés objectives de l'objet). Afin d'inclure la réalité socio-urbaine, j'ai introduit un troisième type de rapports : le mode d'occupation sociospatiale (régulation politique de l'appropriation). C'est par l'espace transitionnel que la contiguïté de ces trois rapports est possible et qu'une continuité de l'expérience identitaire peut être ressentie affectivement. Insistons sur le fait que l'activité symbolique est au cœur de l'activité culturelle en tant que pratique créatrice de sens du monde extérieur. C'est pourquoi, la créativité joue un rôle-clé dans la formation d'un espace transitionnel. Le passage suivant décrit bien la pensée de Winnicott à ce sujet (1975, P-91) :

Le lecteur consentira, je l'espère, à envisager la créativité dans son acception la plus large, sans l'enfermer dans les limites d'une création réussie ou reconnue, mais bien plutôt en la considérant comme la coloration de toute une attitude face à la réalité extérieure. Il s'agit avant tout d'un mode créatif de perception qui donne à l'individu le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue ; ce qui s'oppose à un tel mode de perception, c'est une relation de complaisance soumise envers la réalité extérieure : le monde et tous ses éléments sont alors reconnus mais seulement comme étant ce à quoi il faut s'ajuster et s'adapter. La soumission entraîne chez l'individu un sentiment de futilité, associé à l'idée que rien n'a d'importance.

32Des implications théoriques majeures découlent de cette théorie : l'objet transitionnel correspond à la première activité symbolique permettant l'actualisation du premier rite de passage (de l'état de non-sujet à sujet par l'oscillation pulsative et paradoxale entre le non-moi et le moi). Fait encore plus intéressant, c'est que ce processus identitaire émerge en même temps que le premier découpage géographique de la réalité étant donné ce déploiement d'un espace abstrait, d'une aire intermédiaire d'expérience entre soi et l’autre. En d'autres mots, il s'agit de l'émergence d'une première discontinuité dans le réel distinguant au début deux formes prégnantes : l'autre (la mère ou la figure qui en tient lieu) et soi. Cette reconnaissance de deux objets distincts dans l'espace procède, selon les travaux de Piaget, à la représentation topologique de l'espace. Autrement dit, par ce mode de représentation topologique, le nourrisson perçoit pour la première fois une différence dans le monde extérieur qui ne dépend pas complètement de sa volonté. Enfin, la représentation topologique permet à l'être humain de percevoir géographiquement les éléments hétérogènes du monde extérieur en identifiant des relations de position dans l'espace.

33À la lumière de ces considérations, nous comprenons que l'espace est immédiatement symbolique, donc hétérogène et non seulement un substrat homogène, un simple contenant ou un décor passif. Le renoncement au sentiment de toute-puissance co-détermine l'émergence mutuelle de l’identité et de la représentation spatiale du monde extérieur. L’espace est alors indissociable de la question identitaire. Précisons qu'évidemment le sujet ne crée pas l'espace matériel mais qu'il est appelé à substituer ou à sublimer l'angoisse de sa désillusion (de la perte du sentiment de toute-puissance) à travers l'appropriation d'un objet transitionnel qui le situe d'emblée dans l'espace topologique. En terme géographique, la représentation topologique de l'espace est structurée par un premier contrôle politique de la mobilité du sujet : la mère signifie au nourrisson l'obligation de renoncer au sentiment de toute-puissance (1ère régulation narcissique) et de se diriger vers une position compensatrice et transitive via l'objet transitionnel (régulation politique de la mobilité). Il s'agit donc de la première relation de position consécutive à cette trajectoire contraignante et par le fait même de la constitution d'une autorité parentale garante de la transmission ultérieure des règles normatives. Ce qui m'amène à spécifier mon hypothèse initiale concernant le rôle joué par la réalité spatiale : l’espace jouerait un rôle dans la structuration du potentiel de socialisation des jeunes de la rue en tant que représentation topologique des lieux d'appartenance qui seront valorisés selon leur potentiel transitionnel.

34Pour les raisons décrites plus haut, la représentation topologique de l'espace qui participe à la structuration de l'identité humaine est en grande partie inconsciente du fait de l'interdit de laisser libre cours à sa toute-puissance. Cet interdit même s'il autorise l'appropriation compensatoire de l'objet transitionnel constitue une violence symbolique qui commande le refoulement inconscient par protection affective. C'est pourquoi l'appréhension du monde extérieur est en grande partie médiatisée par l’esthétique saisie de façon affective et pré-cognitive ; d'où la difficulté méthodologique d'identifier empiriquement cette dimension subjective du rapport à l'espace.

35Mais les jeunes de la rue ne développent pas des pratiques de socialisation dans des espaces libres de rapports de force. C'est pourquoi je ne pouvais pas me permettre d'éluder l'impact de la structuration sociopolitique des usages urbains affectant les pratiques précaires d'appropriation d'espaces transitionnels des jeunes de la rue. Cette prise en compte est indispensable si l'on veut mesurer qualitativement le potentiel de socialisation des jeunes de la rue. J'ai complété les trois variables des rapports à l'espace transitionnel par ceux de la gestion des usages urbains qu'Ashworth, White et Winchester (1988, p. 208) nous offrent à la suite d'une étude réalisée sur les "red-light" des villes d'Europe occidentale. Ces chercheurs ont analysé les effets sociaux et de localisation découlant de la structuration politico-administrative des fonctions urbaines. Ils ont démontré que la localisation d'activités marginalisées telles que la prostitution était déterminée par la pression des diverses réglementations selon des principes d'utilisation tels que l'accessibilité, l'opportunité et la contrainte.

36En vertu de ces dernières observations, j'ai établi des relations de co-déterminations entre des indicateurs du rapport à l'espace (mode de relation, d'utilisation et d'occupation) et les conditions d'existence de l'espace transitionnel (voir fig. 10). Ce niveau de détermination rend visible les actes d'appartenance des jeunes de la rue dans l’occupation des lieux. Les mêmes liens de détermination ont été établis entre des indicateurs de la structuration sociopolitique des usages urbains (programmation, accessibilité et contrôle et surveillance) et les conditions d'existence de l'espace transitionnel. Ce niveau de détermination rend compte des actes d'attribution au sein des lieux fréquentés par les jeunes de la rue. À partir de l'histoire de la mobilité sociospatiale des jeunes de la rue, le défi empirique consistait à identifier, ce qui relève d'actes d'attribution identitaire et d'actes d'appartenance au cœur de ces relations de détermination. À partir de la connaissance des parcours de mobilité des jeunes de la rue, il était possible d'identifier leurs positions sociospatiales. Ces positions seraient régulées par un rapport de forces socio-politiques à l'intérieur duquel s'exercerait ce que Giddens (1987, p. 441) appelle une "dialectique du contrôle" ; c'est-à-dire, le "caractère réciproque de la dimension distributive du pouvoir (le pouvoir en tant que contrôle)". Ce détour théorique est essentiel pour comprendre le choix des indicateurs sociospatiaux et leur mise en relations structurales dans la perspective d'identifier le potentiel de socialisation marginalisée des lieux le plus souvent appropriés par des jeunes de la rue à Montréal.

DES PRATIQUES IDENTITAIRES MARGINALISÉES

  • 6 Cette perspective non stigmatisante des pratiques sociales inopinées des jeunes marginaux semble au (...)

37L'enquête empirique auprès de trente jeunes de la rue a montré que pour la plupart de ces jeunes, c'est la quête d'une identité sociale marginalisée qui structurait la dynamique interne de leurs rapports à certains lieux spécifiques du Faubourg Saint-Laurent (voir fig. 9). C'est en s'appropriant des lieux publics et semi-publics, selon leur degré d'attractivité (face aux significations symboliques spatialisées), que les jeunes de la rue tentent de s'inscrire (avec succès ou non) dans un processus de subjectivation. Ces lieux ont spatialisé une mythologie commune se rattachant à leur histoire de marginalité en offrant aux jeunes de la rue la possibilité d'occuper l'espace de façon créative sans que ces jeunes se sentent trop menacés dans leur liberté d'action. Cette mythologie correspondrait à une forme d"'autonomie naturelle" : un imaginaire pré-historique ou post-historique, l'archétype du survivant et/ou de l'aventurier (Rassial, 1990, p. 64). Par exemple, cet imaginaire cadre assez bien avec celui de la culture punk où la destruction du monde actuel est un préalable à sa reconstruction anarchique. D'ailleurs, pour les punks, certaines prégnances parmi les plus attractives seront celles dont l'impression de déconstruction anarchique (couleurs bigarrées, objets insolites, etc.) se dégagent de l'esthétique des lieux. Mais de façon générale, compte tenu de la méfiance des jeunes de la rue pour toute forme d'autorité, les lieux les plus communément attractifs sont ceux qui, sur les plans esthétique et affectif, spatialisent des prégnances (significations symboliques spatialisées) articulées autour des seules valeurs identitaires que ces jeunes connaissent, c'est-à-dire des valeurs de transgression, d'abandon et de rejet. Bref, des valeurs correspondant à leur attribution identitaire d'origine (Parazelli, 1998). La reconnaissance spatiale de ces valeurs (via la saisie affective des prégnances) serviraient de point de repères topologiques permettant ainsi aux jeunes de la rue de se rassembler et de s'identifier individuellement et collectivement à certains lieux d'appartenance plutôt qu'à d'autres. À Montréal, ces lieux correspondent bel et bien à la partie est de la rue Sainte-Catherine, secteurs de l'ancien Red-light. Ces jeunes furent attirés par des lieux ayant un tort potentiel transitionnel dont les prégnances sociosymboliques correspondirent à l'imaginaire social de leur parcours narratif. Autrement dit, la dynamique de ces pratiques identitaires procède d'une association symbolique entre la quête de subjectivation et les lieux qui spatialisent le mieux l'expression esthétique de cette quête. Même balisé par la crise de socialisation que certains appellent crise de transmission, de civilisation, de générations ou crise de l'autorité, le parcours géosocial des jeunes de la rue ne s'inscrit donc pas dans un "no man's land" sociospatial. En effet, il serait hasardeux de confondre la crise elle-même avec les réponses que les individus et groupes sociaux bricolent pour recomposer et stabiliser le sens de leur existence. Les pratiques sociales inopinées souvent présentées comme l'expression d'une crise prise au sens de la rupture d’équilibre, est, dans la plupart des cas, le résultat d'un choix ou d'une réaction en grande partie inconsciente face à cette rupture et participe ainsi à une mutation des formes d'expression des pratiques urbaines de socialisation. Contrairement au point de vue moral habituel considérant les pratiques urbaines des jeunes de la rue comme un défaut de contrôle intériorisé ou un phénomène de dérégulation normative (délinquance, itinérance, déviance, anomie, etc.), j'ai observé que ces pratiques constituaient des tentatives de socialisation mais dont l'expression socioculturelle était marginalisée par les institutions sociales d'où la définition du concept de socialisation marginalisée6.

Fig. 9 - Localisation des principaux lieux de socialisation fréquentés par les jeunes de la rue secteur du Faubourg Saint-Laurent, Montréal (1985-1995)

Fig. 9 - Localisation des principaux lieux de socialisation fréquentés par les jeunes de la rue secteur du Faubourg Saint-Laurent, Montréal (1985-1995)

Lieux d’appartenance historique (potentiel transitionnel collectif)
1 Les Blocs (avant 1985)
2 Parc Pasteur (avant 1990)
3 Bar Foufounes électriques (à partir de 1985)
4 Les “Blocs” (à partir de 1985)
5 Parc des Habitations Jeanne Mance
(à partir de 1985)
6 Ex-square Beni (en émergence à partir de 1995)
Appartements privés (location confidentielle)
Point de rencontres d’appropriation restreinte
7 Burger King
8 Dunkin Donuts
9 Harvey’s
10 L’Église (squat)
11 Le Château (squat jusqu’en 1995)
12 Le Club (actuellement le Vampire Lounge)
13 Les "Blocs du McDo”
14 McDonald’s (2)
15 Station de métro Berri
16 Station de métro Saint-Laurent
Lieux-ressources d’aide (ponctuels)
17 Bunker (Pop’s)
18 Roulotte (Pop’s) (de 23h30 à 0h30)
19 Cactus (jusqu’en 1995)
20 CLSC Centre-ville
En marge (localisation confidentielle)
Passage (localisation confidentielle)
D'après Mathieu Cloutier 1996. Base cartographique ville de Montréal

38La socialisation marginalisée est une forme d'insertion sociale par la marge tel un rite de passage individuel dont l'épreuve consiste à survivre symboliquement et matériellement en dehors de la société des adultes et de leurs institutions de socialisation traditionnelles tout en s'identifiant topologiquement à l'espace de la rue. Cette identification topologique de leur vie de rue n'est possible qu'en fonction d'un imaginaire social qui permet à ces jeunes de se reconnaître comme groupe social. Plutôt que de n'y voir qu'un phénomène de déligitimation de l'ordre social, pourquoi ne pas envisager leurs pratiques comme une quête de normativité alternative pouvant jouer le rôle de garants sociosymboliques de l'action. Ainsi présentée, la socialisation marginalisée représenterait un effort d'insertion sociale par la marge urbaine et un désir d'urbanité (Ostrowetsky, 1988, p. 101).

Fig. 10 – Aires d’occupation socio spatiale des jeunes de la rue, 1985-1994. Centre-ville-est de Montréal

Fig. 10 – Aires d’occupation socio spatiale des jeunes de la rue, 1985-1994. Centre-ville-est de Montréal

39Parallèlement, les résultats de l'enquête menée auprès des intervenants montrent que les acteurs du processus de revitalisation du centre-ville-est de Montréal ont davantage contribué, chacun à leur manière dans leur quête de prospérité urbaine, à déstructurer le potentiel de socialisation marginalisée des jeunes de la rue qui s'est construit progressivement de 1985 à 1995 (voir fig. 10). Tel un mouvement de pulsation, le type de contrôle de la mobilité des jeunes de la rue par les forces policières faisait en sorte d'évacuer continuellement les jeunes de la rue qui retournaient par la suite sur leurs lieux de socialisation quand cela était encore possible. Cette situation a pour effet de déstabiliser les efforts de recomposition identitaire de ces jeunes en leur imprimant un mouvement de répétition continuelle de l'appropriation. Cela ne va pas sans effets déstructurants surtout si l'on tient compte du principe de routinisation des déplacements (Giddens, 1987). Lorsque le sujet s'approprie cette routinisation, cela génère un sentiment de sécurité existentielle parce qu'elle valorise les lieux d'appartenance en leur donnant un caractère de permanence. Pour la majorité des jeunes de la rue, ce principe sociospatial était nécessaire au maintien minimal de la confiance en soi et aux autres. Ce minimum étant menacé par les mesures de gestion urbaine associées à des opérations de revitalisation du centre-ville-est, j'ai pu affirmer que le potentiel de socialisation marginalisée des jeunes de la rue s'est davantage précarisé.

L'IDÉOLOGIE ÉCOSANITAIRE DE LA REVITALISATION

40Au-delà de la diversité des formes d'exercice du pouvoir de répression urbaine, les intervenants interviewés partageaient un même mode de relation spécifique à la présence des jeunes de la rue. Le principal mode de relation des gestionnaires urbains face à la présence des jeunes de la rue est structuré par des projections subjectives imprégnées de l'idéologie de l’écologie urbaine datant du début du siècle. Pour expliquer la présence des itinérants et des jeunes de la rue dans le secteur, les intervenants invoquent tous la présence de terrains vacants ou de graffitis dans une perspective naturaliste des pratiques spatiales de sociabilité. C'est comme si "la poussière attirait la poussière" ou encore comme s'il y avait une loi écologique distribuant naturellement les jeunes de la rue et les itinérants dans les lieux vacants, désaffectés, mal éclairés, sales et repoussants. Bref, selon cet imaginaire social, ces lieux constitueraient "leur milieu naturel", un peu comme des plantes pionnières colonisant un terrain laissé à l'abandon. L'écologie ne nous enseigne-t-elle pas que ce sont toujours les mêmes végétaux, des vivaces communément appelées des mauvaises herbes, qui viennent s'y enraciner en premier ? Il serait donc normal que ces lieux les attirent tant. Non seulement seraient-ils attirés naturellement par ces lieux, mais ils seraient aussi portés à étendre leur territoire en accélérant le processus de détérioration propice à leur établissement et leur développement. Par exemple, certains intervenants ont invoqué la propension à vandaliser les équipements et les propriétés privées en présence d'édifices désaffectés ou à donner libre cours à leur agressivité. Bref, ils feraient peur aux autres citoyens et accéléreraient ainsi la dynamique entropique de la dévitalisation. D'ailleurs, dans certains médias, ne parle-t-on pas d'eux comme d'une "faune" sauvage qu'il faut domestiquer en les contenant au square Berri afin d'éviter d'autres "migrations" nuisibles ? Les termes de dégénérescence, dévitalisation, malpropreté, dégradation, abandon, érosion, dévastation, nuisance, irritant, etc., reflètent bien cette rationalité qu'on pourrait qualifier d'idéologie écosanitaire. Même le terme revitalisation témoigne de la prégnance de cette rationalité écosanitaire : redonner une vie saine au cœur de la ville ! Cet imaginaire écosanitaire est tellement prégnant que cette rationalité pré-théorique devient en fait ce que Korosec-Serfaty (1991, p. 241) a appelé une "morale spatiale" qui guide notre jugement sur la valeur sociale des lieux :

Nous nous complaisons à penser qu'il existe une sorte de morale spatiale, qui se résume à une adéquation entre gens et lieux. Dans une vision de la ville où les beautiful peuple fréquentent les lieux urbains estimés, les lieux sinistres sont habités par des gens louches. Et si les marginaux occupent les terrains vagues, c'est qu'il y a bien adéquation entre les restes sociaux que les premiers représentent et le reste spatial que sont les seconds.

41Aussi, les moyens d'actions préconisés par certains intervenants constituent la solution logique de cette rationalité. Que ce soit par l'aménagement temporaire des terrains vacants, le nettoyage des graffitis, la surveillance policière par des patrouilles à pied, la répression policière au bar les Foufounes électriques, le harcèlement policier des usagers de Cactus, l'implantation d'un mini-poste de quartier 33A à la station de métro Beaudry, l'incitation de la Société de développement du Quartier latin à ne pas donner aux mendiants, l'installation de lumière bleue dans les toilettes du restaurant McDonald's pour dissuader les usagers de drogue par voie intraveineuse, l'interdiction de la pratique du squeegee, la localisation d'un stationnement sur le terrain des Blocs ou par la •limitation de l'ouverture du square Berri, la logique est la même : dissuader les jeunes de la rue et autres personnes marginalisées de trop "contaminer" de leur présence et de leurs signes l'espace public ou indéterminé du secteur. Ajoutons que cette rationalité écologique du discours des intervenants portant sur les obstacles au redéveloppement urbain est axée principalement sur le concept d'équilibre (homéostasie) qui implique celui d'adaptation des individus à l'organisme urbain. C'est ainsi que l'architecte Bofill et l’ingénieur Véron se représentent la ville notamment. S'inspirant eux-mêmes de ce courant postmoderne de l'architecture urbaine (New Urbanism), ces auteurs ont publié récemment un livre à ce sujet. Ils récupèrent la représentation écologique de la sociologie urbaine américaine du début du siècle pour définir les enjeux urbains actuels des grandes villes (1995, p. 30-31) :

Sous l'action des sollicitations internes et externes, les villes se comportent à l'image des organismes vivants. Comme ceux-ci, elles doivent s'adapter aux modifications permanentes de leur milieu : un retard dans cette adaptation, et c'est le déclin irrémédiable. Le règne animal est pareillement soumis à l'action des forces générales auxquelles répondent les fonctions indispensables à la vie, alimentation, protection ou reproduction. [...] Il en est de même pour L'organisme urbain" soumis à une sorte de loi d'évolution spécifique, faite autant d'adaptation progressive que de sélections brutales, une loi qui n'aurait jamais eu à choisir entre Lamark et Darwin. [...] L'univers culturel dans lequel elles baignent joue le même rôle que le milieu naturel pour les espèces animales, dirigeant leur évolution et subissant en même temps leur puissante influence.

42En effet, le modèle urbanistique appelé New Urbanism, que nous avons identifié chez l'architecte Charney (architecte à l'origine du projet de revitalisation du Faubourg Saint-Laurent) et les aménagistes municipaux, s'inspire aussi de cette philosophie écologique. Les principes selon lesquels il faut conserver le patrimoine architectural dans le nouveau bâti ou selon quoi l'harmonisation de la trame urbaine consoliderait le tissu social et dont la mixité des fonctions favoriserait la vie communautaire ou créerait la cohérence d'un quartier, constituent autant d'éléments participant à construire l'utopie d'un urbanisme prétendant connaître les lois permettant de maîtriser la vie sociale et politique de l'établissement humain.

43Comme j'ai pu l'observer avec les jeunes de la rue, les pratiques spatiales de sociabilité sont structurées de façon abstraite par leur mode de relation aux lieux c'est-à-dire, par un investissement sociosymbolique dans des lieux attractifs dont les prégnances viennent solliciter leurs projections subjectives. C’est dans le registre sociosymbolique que le processus d'identification sociospatiale s'accomplit et non dans le seul niveau des apparences concrètes. Rappelons que c'est la représentation topologique de l'espace qui détermine celle de la perspective et de la distance et que c'est justement cette même représentation topologique, qualitative et abstraite, qui structure le processus d'identification sociospatiale des sujets. Et contrairement au raisonnement écosanitaire, un lieu vacant tel que les Blocs est d'abord attractif pour ses prégnances sociosymboliques particulières mais aussi, par la suite, à cause de l'indétermination des règles d'occupation favorisant le potentiel d'appropriation. Par conséquent, le sentiment de répulsion associé à la présence des jeunes de la rue ne serait pas fondé sur une quelconque loi écologique de la désorganisation sociale ou du déséquilibre urbain mais plutôt sur une représentation sociale des jeunes de la rue les considérant comme un encombrement sociosymbolique pour des acteurs valorisant les prégnances de prospérité urbaine. Dans une étude traitant des pratiques d'appropriation spatiale par les jeunes dans le centre-ville de Lyon, Foret et Bavoux (1990, p. 53-54) posent le problème de la même façon en observant que le sens des lieux est l'objet d'une lutte autour de la spatialisation du signe.

Autrement dit, le sens d'un lieu ne se décrète pas, mais se construit dans le temps, en fonction des investissements sociaux, économiques ou culturels dont ce lieu fait successivement l'objet. Il découle bien finalement, d'une concurrence entre ceux qui ont le pouvoir de marquer l'espace des signes de leur système de valeurs, et ceux qui, faute de mieux, vont chercher à investir, à réinterpréter, voire à s'approprier l'espace ainsi conçu parce que leur présence en ce lieu est un moyen non seulement de signifier leur position statutaire, mais de la constituer.

44Or, en intervenant avec des principes communs d'aménagement au niveau des formes physico-spatiales de l'espace urbain (style architectural conservant les signes patrimoniaux, volumes et perspectives) et seulement qu'en fonction des critères esthétiques et culturels de quelques individus responsables du réaménagement du secteur (architectes, urbanistes et aménagistes), on ne peut prétendre recréer harmonieusement une vie de quartier ni solutionner le problème de la marginalisation sociale du secteur. Tout au plus produit-on un objet de consommation sollicitant l'imaginaire de quelques personnes qui se laisseront séduire par l'illusion. Mais une vie de quartier se construit à l'intérieur d'un rapport de forces socio-politiques et non par un cadre physico-spatial global tel une entité achevée aussi patrimoniale, écologique et conviviale puisse-t-il être. À propos des projets de rénovation urbaine visant à totaliser le développement urbain d'un établissement humain, Derrida (1992, p. 11) parle de "blessure morale" :

La première leçon qu'on pourrait en tirer, c'est qu'une certaine manière de compter avec le temps et les générations des citadins à venir est peut-être l'impératif catégorique de tout grand projet urbanistique respectueux et responsable : toute construction qui voudrait totaliser, inscrire au présent des structures urbaines ou architecturales saturantes, non transformables, soustraites à une sorte de grammaire flexible et capable de nouvelles syntaxes, de nouveaux développements harmonieux, de nouvelles intégrations non contradictoires avec les premiers ensembles, serait une violence, un tort, une blessure que je serais tenté de dire, morale, venant léser l'âme et le corps, l'intégrité comme le nom propre d'une ville. [...] c'est la non saturation de l'espace urbain qui devrait constituer la règle d'or de tout projet de restauration ou de rénovation urbaine aujourd'hui.

45Il ne faut pas confondre la sociabilité avec l'image de la sociabilité ni le sentiment d'appartenance avec l'illusion d'un sentiment d'appartenance. En niant le fondement politique et sociosymbolique de toute appropriation sociospatiale, ce modèle urbanistique a le défaut de ce qu'il dénonce : constituer une utopie. C'est ce que Choay (1980, p. 298) avait déjà observé lorsque l'urbanisme utilise la ville comme un "objet utopique" et se targue de savoir comment corriger des situations urbaines de façon scientifique.

CONCLUSION

46Depuis une dizaine d'années, un regain d'intérêt s'est manifesté en Amérique mais surtout en Europe pour l'étude des pratiques urbaines juvéniles. Si la présence de groupes de jeunes dans les espaces publics ou dans les rues des centres-villes attire l'attention actuellement, cela ne signifie pas que ce phénomène soit nouveau. Les historiens Schindler (1996, p. 278) et Schmitt (1993, p. 24) ont décrit de quelle façon les sociétés préindustrielles du monde occidental (du Moyen Âge jusqu'à l'aube des Temps modernes) aménageaient une place sociale aux jeunes qui s'appropriaient la rue en tant "qu'exécuteurs de la morale publique" notamment par l'accomplissement rituel du charivari et du carnaval. Ariès (1979) a déjà montré qu'au xviiie siècle et jusqu'au début du xixe siècle, la rue a constitué pour les jeunes des lieux ouverts de socialisation valorisés où il était possible d'entrer en contact avec des adultes et réaliser des apprentissages sociaux. La montée de l'industrialisation, la séparation graduelle du heu familial avec le lieu de travail ainsi que la construction scientifique de l'adolescence (Hall, 1907) légitimant sur le plan politique un modèle juvénile d'immaturité sociale (Lutte, 1981, p. 20), ont contribué, par de nouvelles normes, à restructurer la place sociale des jeunes à la fin du xixsiècle en l'institutionnalisant dans des lieux de gestion tutélaire (pensionnats, écoles de réforme, écoles industrielles, etc.). Même si cet encadrement de masse avait aussi pour but la démocratisation du savoir, un fossé s'est créé entre le monde adulte et celui des jeunes. Selon certains auteurs (Gillis, 1974 ; Kett, 1977 ; Lutte, 1981 ; Ruddick, 1996 ; etc.), cet encadrement institutionnel aurait permis à la classe moyenne émergeante de mieux contrôler sur le plan axiologique et politique le type d'adulte que la nouvelle société industrielle exigeait par la standardisation de la formation. De plus, la rue transformée en route publique perdit beaucoup de ses qualités socialisantes pour ne devenir progressivement qu'un lieu de passage, de transport et de transit où dorénavant les pratiques de sociabilité juvénile devaient être considérées comme suspectes voire délinquantes. Par exemple, la création de l'école pour les enfants entraîna une séparation de ces derniers avec la vie adulte et l'historien Ariès (1979, p. 9) souligne qu'au xixe siècle la rue était elle-même perçue par les classes supérieures comme "une source de dangers, de pollution physique et morale, de contagion et de délinquance". D'ailleurs, les travaux des sociologues urbains de l'école de Chicago au début du siècle attestent de ces représentations en développant un cadre de référence théorique et empirique pour l'étude des pratiques urbaines des jeunes considérés comme délinquants et désorganisés socialement (Shaw et McKay, 1942 ; Thrasher, [1927] 1963). Soulignons que déjà à cette époque le débat autour de la stigmatisation morale associée au concept de désorganisation sociale était présent. Dans un article récent, Guth (1996) démontre que certains sociologues tels que Whyte (| 1943] 1955), dont l'ouvrage intitulé Street Corner Society. The Social Structure oj Italian Slum et qui a été longtemps associé à l'école de Chicago, se dissociaient de l'idéologie "normalisatrice" de cette dernière : "W. F. White reconnaît que la désorganisation sociale peut être traitée en terme de "perte d'influence des règles sociales existantes", mais il souhaiterait que l'on fasse apparaître de manière concomitante la recomposition sociale, les nouvelles modalités d'organisation des quartiers pauvres ou des zones de taudis" (Guth, 1996, p. 612). Notons que cette représentation négative de la rue a marqué profondément le xxe siècle. À ce titre, Kokoreff (1996, p. 171) mentionne dans un récent article dressant le bilan des recherches urbaines sur les jeunes en France (1977-1994) : "Longtemps, le rapport entre ville et jeunesse a été informé à partir des représentations de la dangerosité sociale de la 'rue'".

47En cette fin de siècle, plusieurs indices montrent que les lieux de socialisation prévus pour encadrer l'insertion sociale des jeunes sont l’objet d'un profond décrochage social caractérisé par une crise de l’autorité s'accroissant en intensité et mettant en cause les fondements de la socialisation (Mendel, 1994). Cette érosion progressive des points de repère sociosymboliques stables se trouve exacerbée par un contexte de restructuration mondiale de l'économie qui marginalise de plus en plus de jeunes en les reléguant dans la précarisation de l'emploi, les mesures dites d'employabilité et les activités de débrouillardise (Gauthier, 1994). Dans ces conditions et par un curieux retour des choses, la rue avec tout ce qu'elle peut signifier sur le plan sociosymbolique tend à représenter pour plusieurs jeunes un lieu précaire de socialisation marginalisée qui, selon les catégories juvéniles, sera utilisé de façons diverses en tant qu'alternative à la perte de sens des lieux de socialisation institutionnalisés. Il devient donc opportun de créer une rupture avec la "[...] stigmatisation des pratiques de la ville et des jeunes présupposés déviants. Il est donc nécessaire de disposer d'outils conceptuels qui permettent de penser la dynamique des rapports entre espace et socialisation, urbanité et sociabilité, comportements culturels et territoires urbains" (Kokoreff, 1996, p. 171) et ce, dans une perspective dépassant les raccourcis métaphoriques simplistes de l'écologie humaine et sociale.

Bibliographie

Bibliographie

Arcand D., "Des travailleurs de la rue dénoncent la rafle policière du 1er octobre près de l'uqam", La Presse (Montréal), le 22 octobre 1997, p. A-6.

Aries Philippe, "L'enfant et la rue, de la ville à l'anti-ville". Urbi, Montréal, no 2, 1979, p. 3-14.

Ashworth G. J., White P. E., Winchester "The Red-light District in the West European City : a Neglected Aspect of the Urban Landscape". Geoforum, vol. 19, 1988, no 2, p. 201-212.

Authier J.-Y., "Centre-ville et marginalité. Les "groupes" de jeunes dans la rue de la République à Lyon", dans Marginalité sociale, marginalité spatiale, Actes du colloque (Lyon, 6-8 juin 1984) tenu, à l'Université Lyon II (Lumière), sous la resp. d'André Vaut, p. 174-186, Paris, Editions du CNRS, 1986.

Barel Y., "Modernité, code, territoire", Les Annales de la Recherche Urbaine, 1981, no 10-11, p. 3-21.

Barreyre J.-Y., Les loubards. Une approche anthropologique, Paris, L'Harmattan, 1992.

Bofill R. et Véron N., L'architecture des villes, Paris, Éditions Odile Jacob, 1995.

Bruter C. P., Topologie et perception, Tome I. Bases philosophiques et mathématiques, Paris, Doin S. A. Editeur et Maioine S. A. Editeur, 1974.

Charest R. et Gagné J., "Le nettoyage du parc Berri", Relations (Janvier-février 1997), no 627, p. 11-14.

Charney M., Le Faubourg Saint-Laurent., D'un savoir urbain à une vision éclairée du développement du faubourg. Étude préparée pour le Service de l'habitation et du développement urbain de la Ville de Montréal, Rapport final, Montréal, 1990.

Choay F., La règle et le modèle. Paris, Seuil, 1980.

Coté M.-M., Les jeunes de la rue à Montréal. Une étude d'ethnologie urbaine, Montréal, Thèse de doctorat en anthropologie, Montréal, Université de Montréal, 1988.

Coulon A., L'École de Chicago, Paris, PUF, 1992.

Derrida J., "Générations d'une ville", Lettre Internationale, no 33 (été 1992).

Desmarais G., La morphogenèse de Paris. Des origines à la Révolution, Paris, Sainte-Foy, L'Harmattan-CELAT, 1995.

Dubet F., La galère : Jeunes en survie, Paris, Arthème Fayard, 1987, coll. Points.

Fize M., Les bandes. L'"entre-soi" adolescent, Paris, Desclée de Brouwer, 1993.

Foret C. et Bavoux P., En passant par le centre... La rue de la République à Lyon. Anthropologie d'un espace public, Lyon, Trajectoires, 1990.

Hall G. S., Adolescence. Its Psychology and its Relations to Physiology, Anthropology, Sociology, Sex, Crime. Religion and Education, 2 vol., New York, Appleton Century Crofts, 1905.

Hannerz Ulf, Explorer la ville, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

Hubert J.-P., La discontinuité critique. Essai sur les principes a priori de la géographie humaine, Paris, Publications de la Sorbonne, 1993.

Gauthier M., La pauvreté chez les jeunes. Précarité économique et fragilité sociale, un bilan, Québec, IQRC, 1994.

Giddens A., La constitution de la société, Paris, Presses Universitaires de France, 1987.

Gillis J. R., Youth and History: Tradition and Change in European Age Relations. 1770-Present, New York, Academie Press, 1974.

Guth S., "Ordre et désordre dans les quartiers de rue". Revue française de sociologie, no XXXVII-4 (oct.-déc. 1996), p. 607-623.

Joseph I. et Grafmeyer Y., L'École de Chicago. Naissance de l'écologie urbaine, Paris, Aubier. 1979.

Kett J. F., Rites of Passage : Adolescence in America 1790 to the Present, New York. Basic Books, 1977.

Kokoreff M., "Jeunes et espaces urbains. Bilan des recherches en France, 1977-1994", Sociologie et sociétés, vol. XXVII, no 1, 1996, p. 159-176.

Kokoreff M., "L'espace des jeunes. Territoires, identités et mobilité". Les Annales de la Recherche Urbaine : Mobilités, no 59-60, 1993, p. 170-179.

Korosec-Serfaty P., "La ville et ses restes", in L'aménagement urbain. Promesses et défis, dir. par Annick Germain, p. 233-267, Montréal, IQRC, 1991.

Linteau P.-A., Histoire de Montréal depuis la confédération, Montréal, Boréal, 1992.

Lucchini R., Enfant de la rue. Identité, sociabilité, drogue, Genève, Librairie Droz S. A., 1993.

Lutte G., Libérer l'adolescence. Introduction à, la psychologie des adolescents et des jeunes, Liège-Bruxelles, Pierre Mardaga Editeur, 1988.

Mendel G., "Mutations symboliques, nouvelles réalités sociales, crise des institutions, pistes de travail". Une génération sans nom (ni oui), Actes du colloque international sur les jeunes de la rue et leur avenir dans la société (24-25-26 avril 1992 à Montréal), Montréal, PIAMP, 1994, p. 27-32.

Mercier G. et Ritchot G. "Géographie et mythologie. Les fondements épistémologiques d’une théorie géographique de la mythologie", in L. Turgeon, J. Létourneau et K. Fall (éd.), Les espaces de l'identité, p. 3-22. Québec. Les Presses de L'Université Laval, 1996.

Montréal, Ville, Plan de mise en valeur de la rue Sainte-Catherine, Montréal, Ville de Montréal, 1993.

Ostrowetsky S. (dir.), La civilité tiède. Recherche sur les valeurs urbaines dans les "nouveaux centres", Aix-en-Provence, EDRESS et CERCLES, 1988.

Parazelli M., "La fiction généalogique des jeunes de la rue : le mythe de l'autonomie naturelle", Possibles : Générations des liens à réinventer, vol. 22, no 1, 1998. p. 25-42.

Parazelli M., Pratiques de "socialisation marginalisée" et espace urbain : le cas des jeunes de la rue à Montréal (1985-1995), Thèse de doctorat en études urbaines. Montréal, uqam, 1997.

Parazelli M., "L'espace dans la formation d'un potentiel de socialisation chez les jeunes de la rue : Assises théoriques", Cahiers de géographie du Québec, vol. 39, 1995, no 107, p. 287-308.

Pépin A., "Une nouvelle place à Montréal en l'honneur d'une grande dame", La Presse (Montréal), le 26 septembre 1995, p. A-14.

Piaget J. et Inhelder B., Les représentations de l’espace chez l'enfant. Paris PUF, 1948.

Pineau Y., "Des terrasses sur les terrains vagues". La Presse (Montréal), le 26 juin 1996, p. A-6.

Rassial J.-J., L'adolescent et le psychanalyste, Paris, Éditions Rivages, 1990.

Rémy J., "Les courants fondateurs de la sociologie américaine : des origines à 1970", Espaces et Sociétés, Paris, L'Harmattan, 1990, no 56, p. 7-37.

Roy M., "Square Berri. Périmètre d'insécurité", Montréal Campus, 6 au 19 septembre 1995, p. 13.

Ruddick S. M., Young and homeless in Hollywood. Mapping social identifies, New York and London, Routledge, 1996.

Sami-Ali, Le corps, l'espace et le temps, Paris, Bordas, 1990.

Sami-Ali, L'espace imaginaire, Paris, Éditions Gallimard, 1974.

Schindler N., "Les gardiens du désordre : rites culturels de la jeunesse à l'aube des Temps modernes", in Histoires des jeunes en Occident. De l'Antiquité à l'époque moderne, t. 1, p. 277-329. Paris, Seuil, 1996.

Schmitt J.-C., "Pour une histoire de l'adolescence : le cas du Moyen Âge", in Adolescence et risque, dir. par Anne Turz, Yves Souteyrand et Rachid Salmi, conférence tenue dans le cadre de la quatrième campagne d’animation de l'INSERM (les 15 et 16 novembre 1990 en Haute-Savoie, France), Paris, Syros, 1993, p. 21-28.

Shaw C. et Mckay H., Juvenile Delinquency in Urban Areas, Chicago, University of Chicago Press, 1942.

Taracena E., "Enfants de la rue et enfants dans la rue à Mexico", Lien social et Politiques-RIAC, no 34 (automne 1995), p. 101-107.

Thrasher F., [1927] The Gang. A study of 1, 313 gangs in Chicago, Chicago & London : University of Chicago Press, 1963.

Thom R., "Les intuitions topologiques primordiales de l'aristotélisme", in L'objectivité dans, les différentes sciences, textes réunis par Evandro Agazzi, p. 63-83, Fribourg, Éditions Universitaires Fribourg Suisse, 1988.

Vant A., "Géographie sociale et marginalité", in Marginalité sociale, marginalité spatiale, Actes du colloque (Lyon, 6-8 juin 198,4) tenu à l'Université Lyon II (Lumière), dir. par André Vant, p. 13-25. Paris, Editions du CNRS, 1986.

Vulbeau A., "Les masques de l’inscription sociale", in Adolescents dans la cité, dir. par S. Lesourd, p. 35-42, Paris, Érès, 1992.

Whyte W. F., [1943] Street Corner Society. The Social Structure of an Italian Slum, Chicago and London. The University of Chicago Press, 1955.

Winnicott D. W., Jeu et réalité. L'espace potentiel, Paris, Gallimard, 1975.

Notes

1 Le contenu de ce texte provient d’une thèse de doctorat en études urbaines (Parazelli, 1997). Il s’agit d’une recherche qualitative comportant 30 entrevues semi-directives auprès des jeunes de la rue âgés de 16 à 25 ans et 24 entrevues auprès d’intervenants jouant un rôle dans la gestion des usages urbains relativement aux opérations de revitalisation du centre-ville-est.

2 Le squeegee est le nom d’une marque commerciale d’une raclette servant à laver les pare-brise des automobiles. L’usage populaire veut que l’on désigne les jeunes pratiquant ce petit boulot de squeegees.

3 Pour en savoir plus sur l’écologie sociale, voir les auteurs suivants : Joseph et Grafmeyer, 1979 ; Hannerz, 1980 ; Rémy, 1990 ; Coulon, 1992.

4 Au sujet d’une analyse épistémologique des représentations sociospatiales des jeunes sur la rue et de la rue dans la littérature scientifique, voir Parazelli (1997, p. 20-44).

5 En illustrant l’espace topologique par un exemple, C. P. Bruter (1974, p. 56-58) insiste sur le rôle des champs de force (attractif, répulsif, annihilant) dans la structuration des formes de voisinages, donc des positions : “L’équilibre domestique est fonction de bonnes relations que chacun entretient avec son entourage. Tout objet se doit d’avoir conscience de ses voisins et de leurs pouvoirs. Mais comme il est certain que ce pouvoir dépend en partie de notre distance à ces voisins, toute une hiérarchie de voisinage se dessine”. L’espace topologique ne se mesure donc pas en terme de distance quantitative comme l’espace métrique mais se reconnaît qualitativement par la forme de sa structure.

6 Cette perspective non stigmatisante des pratiques sociales inopinées des jeunes marginaux semble aussi être partagée notamment par Ruddick, 1996 ; Taracena, 1995 ; Lucchini. 1993 ; Fize, 1993 ; Kokoreff, 1993 ; Barreyre, 1992 ; Vulbeau, 1992 ; Dubet, 1987 ; Authier, 1986 ; Vant, 1986.

Table des illustrations

Titre Photo 13 - Façade du bar les "Foufounes électriques" (1994)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Photo 14 - Les Blocs (1994) : façade rue Sainte-Catherine, vue vers l'est
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15542/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Photo 15 - Murale de graffitis (1994) : coin nord-est des Blocs à l'arrière, rue de Boisbriand
Légende (Photos : Michel Parazelli)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15542/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 9 - Localisation des principaux lieux de socialisation fréquentés par les jeunes de la rue secteur du Faubourg Saint-Laurent, Montréal (1985-1995)
Légende Lieux d’appartenance historique (potentiel transitionnel collectif)1 Les Blocs (avant 1985)2 Parc Pasteur (avant 1990)3 Bar Foufounes électriques (à partir de 1985)4 Les “Blocs” (à partir de 1985)5 Parc des Habitations Jeanne Mance(à partir de 1985)6 Ex-square Beni (en émergence à partir de 1995)Appartements privés (location confidentielle)Point de rencontres d’appropriation restreinte7 Burger King8 Dunkin Donuts9 Harvey’s10 L’Église (squat)11 Le Château (squat jusqu’en 1995)12 Le Club (actuellement le Vampire Lounge)13 Les "Blocs du McDo”14 McDonald’s (2)15 Station de métro Berri16 Station de métro Saint-LaurentLieux-ressources d’aide (ponctuels)17 Bunker (Pop’s)18 Roulotte (Pop’s) (de 23h30 à 0h30)19 Cactus (jusqu’en 1995)20 CLSC Centre-villeEn marge (localisation confidentielle)Passage (localisation confidentielle)D'après Mathieu Cloutier 1996. Base cartographique ville de Montréal
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15542/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Fig. 10 – Aires d’occupation socio spatiale des jeunes de la rue, 1985-1994. Centre-ville-est de Montréal
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15542/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search