Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sites publics, lieux communs

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Deuxième partie. Actualisation des contextes : aménagement, réaménagement et transformation

La friche, le parc et la végétation rudérale à Montréal : un problème d’aménagement et de perception

Gilles Sénécal et Diane Saint-Laurent

Texte intégral

1Qu’est-ce que la friche urbaine ? C’est à la fois la réserve foncière du temps des villes triomphantes alors que le progrès rimait avec urbanisation et que le bonheur était au bout de l’autoroute, du centre d’achat ou du nouveau complexe résidentiel, mais aussi un espace nouveau, celui qui témoigne d’une rupture, alors que s’amorce un nouveau cycle d’usages des terres. La friche annonce le changement. En attendant, elle peut devenir le site d’une reprise végétale aussi soudaine que spontanée. Cet espace vert survient le temps d’une pause dans le processus de développement urbain. Si autrefois la friche annonçait le développement rapide du cadre urbain, aujourd’hui, à voir les grands arbres qui la peuplent, la friche végétale témoigne de durée. La bonne fortune du règne végétal indique alors que le déclin s’installe. Dès lors, la friche végétale marque le passage d’une ville moderne à une autre chose encore indéfinie. Posons-le tout de go, en hypothèse, la friche végétale marque l’échec du processus d’urbanisation qui était jusque-là perçu comme typiquement moderne.

2Montréal connaît, à l’instar des métropoles nord-américaines de la rust belt, le défi de la requalification d’anciens espaces industriels déployés en son centre. Ce défi est d’autant plus urgent que, par leur ampleur et les signes d’abandon qu’il présente, ce système d’espaces libres est devenu l’emblème de son déclin. Mais le terme de défi équivaut aussi à celui de projet. La friche n’est-elle que le signe d’une transition, d’un moment d’hésitation avant d’amorcer le redéveloppement, une forme éphémère indiquant une potentialité ? Le défi est d’autant plus intéressant que la friche recèle souvent des édifices industriels patrimoniaux, quelquefois de grande taille, de même que des espaces ouverts à la reprise végétale. Bref, elle recèle des atouts en vue de la requalification.

3La friche végétale ne correspond pourtant à aucune des deux grandes représentations de la nature, typiques à l’Europe et l’Amérique, soit la forêt immense déployée à l’échelle continentale (amazonienne ou boréale) et l’espace du parc fermé et historicisé, construit à l’échelle urbaine de l’appropriation sociale et vécue (Laplantine, 1996). Elle n’est pas le parc non plus, c’est plutôt son contraire : un site non aménagé ou aux aménagements en ruines et sur lequel la nature réapparaît spontanément. La nature réinvestit ainsi, et avec force, des portions de l’espace urbain, effaçant les traceurs de l’aménageur, cristallisant les problèmes de développement urbain. N’oublions pas que le parc urbain pittoresque ou romantique s’oppose à l’idée de nature sauvage. Certes, on recherche le contact avec la nature. Mais il s’agit d’une nature remaniée, programmée pour ses vertus hygiéniques, conçue dans un esprit moderne. "Cette valorisation esthétique de la nature... coïncide avec les premières réflexions d’architectes comme Pierre Patte et Jean-Antoine Morand sur l’aménagement de la ville et les moyens d’en améliorer l’hygiène" (Tomas, p. 88). C’est aussi pourquoi la friche végétale devient un des signes de l’échec de la modernité, puisque la nature urbaine de tout temps aménagée, reconstruite et familière, redevient une nature spontanée et inattendue que l’on ne peut plus lire (ibid.).

4Alors que la problématique des espaces libres dans la ville centrale, en particulier des friches, reste marginale à l’intérieur de cet élan nouveau pour le vert dans la ville, une certaine littérature en urbanisme et en design de l’environnement conçoit la friche industrielle comme un espace végétal particulier (Gemmell, 1977), car "la friche incarne l’idée de cette première nature que l’on peut associer au wilderness" (Poullaouec-Gonidec, p. 7). Espace de liberté, la friche peut même s’avérer une nature plus performante : elle permet la croissance d’espèces bien adaptées, résistantes et utiles sur des sites contaminés. Pour certains auteurs (Beavis, 1993), la régénération des anciennes villes industrielles commande une intervention prioritaire en direction de la friche végétale, alors que s’opposent la nature aménagée, de pedigree, pour reprendre l’expression de Hough (1984), d’une nature spontanée, diversifiée, écologique :

A comparison between the plants and animals present in a regenerating vacant lot, and those present in a landscaped residential front yard, or city park, reveals that the vacant lot generally has far greater floral and faunal diversity than the lawn or city park (ibid., p. 7).

5Cette diversité de la nature urbaine est déterminée par des faits humains (Jaakson et Diamond, 1991) L’espace vert, quel que soit son statut, ou ses fonctions, telles la conservation, la récréation ou la santé publique, voit sa valeur écologique associée à des faits sociaux. Il peut s’agir d’un espace de voisinage à reconquérir (Hester, 1975) ou, comme c’est le cas dans le mouvement des friches industrielles, d’un patrimoine à habiter et à charger d’un sens à la fois symbolique et culturel (Hurstel et al, 1994).

LA FRICHE VÉGÉTALE ET L’APPROPRIATION DES ESPACES LIBRES

6Une étude du Centre intergouvernemental de recherches urbaines et régionales recensa les interventions des municipalités canadiennes en cette matière. Elle démontre que des municipalités intégrèrent des programmes de foresterie urbaine dans leur plan d’urbanisme ou de gestion de territoire dès la fin des années quatre-vingt, alors que le thème du développement urbain durable se popularisait, d’autres prévoyaient l’aménagement d’un système d’espaces verts, alors que certaines entendaient agir sur le système des espaces libres. Les thèmes de la renaturalisation des sites perturbés côtoyaient les projets de conservation des milieux naturels rares (Ouellet, 1993, p. 35).

7Une telle quête de nature favorise, bien sûr, les ensembles les plus représentatifs sur le plan écologique, comme les forêts matures, au détriment des espaces hétérogènes et démembrés qu’une repousse verte s’ingénie à reconquérir sans cesse. Récemment, à Montréal, plusieurs énoncés et politiques d’urbanisme concernaient le réaménagement urbain des espaces libres, longtemps délaissés, sous-utilisés et généralement dégradés (Ville de Montréal, 1992 a). Le Plan d’urbanisme balisa les actions "en respectant les besoins des collectivités et l’environnement naturel" (Ville de Montréal, 1992 b, p. 20). Or, ce sont justement les quartiers déqualifiés, associés au Montréal industriel de jadis, en déclin, aux prises avec des problèmes sociaux majeurs qui requièraient les actions les plus significatives. Dans le contexte de changements sociaux profonds et de reconversion des économies urbaines, de telles interventions hésitaient entre plusieurs stratégies, notamment la relance de l’activité industrielle, la reconversion au profit du résidentiel et surtout du loisir et du récréo-tourisme. L’appropriation des friches urbaines à de telles fins sociales, en remplacement ou en association avec la fonction industrielle, sous-entend plus souvent qu’autrement la création d’espaces verts publics et semi-publics. Il reste alors à préciser le type d’aménagement vert à privilégier et les usages sociaux qui leur sont destinés. À partir des visions monumentales ou ornementales des espaces verts, face à la présence d’une végétation rustique ou rudérale bien adaptée aux friches et aux emprises, il convient aussi d’interroger les stratégies d’aménagement et de verdissement, en tenant compte des enjeux majeurs que sont le maintien de la mixité fonctionnelle des terrains jouxtant les zones industrielles et encastrés dans les anciens quartiers ouvriers, l’accessibilité des espaces verts, la prise en compte des besoins des résidents, le choix entre la végétation existante ou la plantation traditionnelle.

8La conservation de grands espaces libres, l’aménagement d’une ceinture verte agricole ou boisée préoccupent tant les aménagistes, les gestionnaires municipaux que les chercheurs (Beavis, 1993). À la différence près que les moyens traditionnels de l’urbanisme végétal, en fait le parc et la plantation en rue, semblent maintenant insuffisants. Avec l’engouement pour les questions environnementales, dorénavant appliquées à la ville, s’aiguise la réflexion sur les espaces libres, verts, agricoles, boisés, qui constituent malgré tous des espaces structurants de l’agglomération. On parle de foresterie urbaine, voire d’écosystème urbain, pour systématiser la place de la nature, c’est-à-dire essentiellement le vert dans la ville. Cela n’est pas sans modifier les rapports sociaux et humains à la nature qui prévalent dans la ville et, par la même occasion, sans influencer la planification et la gestion urbaines. Les intentions esthétiques et hygiénistes de type haussmannien — certes l’idéal type du verdissement de la ville moderne et bourgeoise — font place à des intentions de type environnementaliste. Le concept de développement durable emprunte à cette approche hygiéniste — la conservation des écosystèmes est un facteur déterminant de la santé de l’agglomération (Mitlin et Satterthwaite, 1994). Dès lors s’affirme la volonté de restaurer ou de concevoir des paysages dits écologiques (Hough, Stansbury and Michalski Limited, 1990). Concrètement, il s’agit de rétablir la succession écologique, régénérer les milieux végétaux (espèces, communautés, écosystèmes), de façon à réengager les processus naturels. De là, même en pleine ville, l’objectif est d’arriver à un stade proche de la vie sauvage (urban wilderness). Bois, milieux humides, littoraux, marais, prairies apparaissent comme l’assise d’une nature de proximité. Les interventions empruntent plusieurs avenues mais la plus spectaculaire reste la conservation ou la création de bois, tant en milieux urbains que périurbains. Le terme de foresterie urbaine recouvre ainsi des réalités différentes qui, des bois de la frange agricole périurbaine aux plantations des quartiers centraux, décrit l’occupation du sol par l’élément végétal, de manière continue ou discontinue, sur de larges superficies, en alignement, en parc ou jardin, public ou privé, voire dans les cours ou les corridors d’utilité publique.

9Avec l’essor de la préoccupation environnementale, le terme est maintenant associé au projet de rétablir les forêts indigènes (reestablishing native forests) sur des terrains vacants ou dénudés, et d’intervenir sur les friches naturelles en vue de rétablir la succession menant au stade climacique de la forêt indigène (Beavis, 1993, p. 15-16). Ce type de regard sur la ville, venu de l’écologie végétale, s’adresse principalement à des aires protégées, réputées pour leur unicité, la rareté des espèces, la représentativité du site. L’analyse écologique précède des interventions aménagistes du type de celles qui servent à accélérer la succession végétale. On ne cherche pas nécessairement à recréer — aux dires des écologistes qui travaillent dans un parc-nature de la Communauté urbaine de Montréal — des écosystèmes parfaits, parvenus au stade du climax, mais plutôt à maintenir, sinon restaurer, une haute valeur biotique aux sites (Lajeunesse et al., 1995).

10Un risque affleure à la lecture de la présentation des arguments des écologistes, celui de reproduire une sorte de vision monumentale du paysage semblable à celle qui a longtemps prévalu en patrimoine bâti et en architecture et qui mène à une impasse. Le patrimoine naturel est évalué selon la rareté de l’ensemble et finalement son exceptionnalité. Les grandes forêts ayant atteint le stade climacique, comme l’érablière du Québec méridional, sont dorénavant comprises comme des cathédrales naturelles. Bien sûr, il est normal que les bois patrimoniaux suscitent un grand intérêt puisqu’ils apparaissent un peu comme l’archétype de l’espace naturel dans les sociétés occidentales. Néanmoins, il faut reconnaître qu’il n’en reste plus dans la ville centrale. On véhicule pourtant une symbolique valorisant les espèces végétales dites nobles comme pour stigmatiser leur antithèse, c’est-à-dire la mauvaise herbe, les espèces pionnières, que nous pourrions cataloguer ironiquement d’espèces roturières. On recherche ce qui est rare et exceptionnel. Faute de quoi, il faut parler de valeur écologique moyenne, voire faible, pour conclure que l’ensemble naturel peut disparaître. Ce fut tout à fait cette logique qui prévalut dans le cas d’un bois situé à proximité du mont Royal, sur un terrain appartenant au collège Brébeuf, dans le secteur Côte-des-Neiges, vendu pour y loger le nouveau campus de l’École des Hautes Études Commerciales. L’avis suivant lequel la forêt y était de valeur écologique moyenne, en dépit du fait qu’il contenait un nombre impressionnant d’arbres matures, a suffi à lever la dernière hypothèque à la construction et, bien sûr, à l’abattage d’une bonne partie des arbres. Il en résulta une controverse environnementale dans laquelle la conservation du bois masquait des intérêts cachés, révélateurs de la difficulté d’appliquer par analogie, dans le cadre de débats sociaux, les critères issus de l’écologie ou à l’inverse d’emprunter à l’architecture ses critères d’évaluation du patrimoine (Sénécal, 1996). Là, l’analyse doit tenir compte de deux objectifs concomitants : le premier consiste à corriger l’effet de déstructuration du territoire urbain qu’entraînent ces espaces vides ; le second est de tenir compte des aspects environnementaux.

LA FRICHE INDUSTRIELLE : UN NOUVEAU TYPE D’ESPACE VERT

11Il est banal de dire que la friche est un espace flou et que sa définition même reste ambiguë. Elle désigne indifféremment les terres agricoles abandonnées ou les lots vacants du centre des villes. En fait, deux typologies se recouvrent ici. L’une fonctionnelle, l’autre écologique. Elles se confondent quand la friche industrielle est envahie, en tout ou en partie, par une végétation spontanée. À sa face même, cette friche désigne un vide, la perte d’une fonctionnalité, la trace du quartier ouvrier de jadis et son délabrement réel ou appréhendé. Sans fonction véritable, sinon d’agir comme une réserve foncière, la friche est l’expression d’une mutation, dont on est encore à comptabiliser les causes et dont on ne mesure pas tous les effets. Ce flou, qui n’est pas toujours artistique, ne concerne pas uniquement la fonctionnalité, il se manifeste également dans les conditions physiques qui y prévalent, comme la contamination des sols à l’ampleur redoutée, ou encore la végétation à propos de laquelle on se demande encore s’il s’agit d’espèces bien adaptées et indigènes ou de la mauvaise herbe. La friche peut être vue, tour à tour, comme une dépréciation du paysage, une perte sur les plans esthétique, économique et écologique, lorsque la planification urbaine hoquette et laisse des vides ou même de larges cicatrices ; elle peut, à l’opposé, être perçue comme un lieu à investir et à approprier, notamment pour améliorer l’offre récréo-touristique des quartiers centraux. Elle est en fait ce lieu de transition, laissé comme une trace du passage vers la modernité alors que la frange agricole périurbaine subit les assauts de l’urbanisation. En outre, dans le paysage postmoderne, la friche devient le terrain de la reconquête de la ville par les classes moyennes : valorisation du patrimoine industriel, réaménagement vert ou récréotouristique, création de nouveaux espaces résidentiels. Elle peut faire l’objet de différentes interventions, relevant des approches environnementale (la décontamination des sites), sociologique ("la régénération des rapports sociaux à travers de nouvelles offres urbaines") ou patrimoniale (la conservation du paysage et les nouveaux usages collectifs d’espaces signifiants) (Hurstel et al., 1994, p. 7-13). Espace vide, certes, car la friche n’existe pas — du moins dans les cas que nous avons observés à Montréal — pour ce qu’elle est mais pour ce qu’elle doit être. Elle est ainsi le miroir des rêves et des angoisses des citadins : son image renvoie à une crise, celle de la déqualification d’un lieu, de la fermeture d’une usine ou de la dégradation générale d’un quartier, mais aussi à la recomposition du lieu, à la reconstruction d’un environnement de qualité.

12La friche est rarement le siège d’usages informels ou spontanés. Notre observation des espaces libres du centre de Montréal révèle très peu de traces d’usages sociaux de ces terrains vides qui ne demanderaient probablement que cela. Les jardins urbains informels, qui squattent les espaces libres ou les emprises d’infrastructures à Montréal, sont beaucoup moins nombreux qu’autrefois. Il faut rappeler que les nouveaux arrivants, principalement d’origine italienne, avaient trouvé au début du siècle un système d’espaces libres, d’anciennes terres agricoles, des vergers, des talus le long des chemins de fer, pour y planter une clôture, bâtir une cabane de planches et de tôle, laisser un banc pour s’asseoir et un baril pour recueillir l’eau de pluie, et jardiner les soirs de semaine et les dimanches. Au fil du temps, ils ont disparu, remplacés par des jardins communautaires implantés par la Ville ou carrément par des jardins privés, dans les cours arrières. On n’y trouve plus d’espaces de jeu improvisés, ni de trace du passage d’enfants venus des alentours pour y faire quelque découverte. En fait, la friche urbaine apparaît comme un désert social.

13Il n’empêche que la friche revêtirait une pertinence sociale accrue si elle était comprise à l’intérieur d’un système d’espaces libres qui, constitué dans une trame verte, inséré dans l’habitat ou dans les zones industrielles. Elle deviendrait alors un élément structurant de la forme urbaine. Elle peut ressouder des quartiers coupés en deux, recréer des liens ou, au contraire, constituer des zones tampons entre des espaces sociaux ou fonctionnels différenciés. Dès lors, l’appropriation des friches engage la définition d’une nouvelle urbanité associée à l’émergence du discours de l’environnement urbain, chevillée dans un nouvel habiter, avec le déploiement des fonctions récréatives (activités de loisir, cognitives ou culturelles, de conservation, voire de transport alternatif.

LA FRICHE COMME PROJET

14La friche urbaine a-t-elle une valeur écologique au même titre que les forêts patrimoniales comme l’érablière ou que les milieux humides préservés ? En écologie végétale, il est normal de parler de stade achevé (stade climacique) pour parler des ensembles dits matures. La notion d’équilibre écologique, avancée avec celle d’écosystème, permet de présenter une fin heureuse à l’évolution dans la succession végétale.

15Avec la friche, une autre interprétation devient possible. On commence à valoriser des réalités différentes, non conformes au stade évolué du couvert végétal, non représentatifs des équilibres écosystémiques. Un intérêt croissant s’exprime ainsi en faveur de sites végétaux marginaux. De plus en plus de biologistes ou d’urbanistes valorisent en effet la flore rustique des sites délaissés (Legard, 1994). Cette végétation rudérale fait l’objet d’inventaires phytosociologiques, selon les espèces et les ensembles végétaux qu’on y trouve ; parfois surdes sites surprenants comme les aires de stationnement du centre-ville de Montréal (Bouthillier, 1986). Des botanistes les décrivent organisés en groupes phytosociologiques, constitués aux deux tiers d’espèces introduites (Vincent et Bergeron, 1985). Les espèces recensées sont apparentées pour la plupart à la flore des champs du Québec méridional (Sénécal et St-Laurent, 1993). Cette végétation se passe de protection ou d’un quelconque statut spécial : elle semble réapparaître au gré des ouvertures qui se font dans le tissu urbain. Son éternel retour a quelque chose d’émouvant et de rude à la fois : il témoigne d’une esthétique du pauvre qui ne paie pas de mine mais aussi d’une étonnante capacité d’adaptation, d’une agressivité foudroyante pour l’invasion des sites. Cette végétation est souvent composée d’espèces ou ensembles végétaux au stade pionnier de la succession. Vue au travers du prisme de l’écologie végétale, elle se caractérise donc par une végétation dite rustique ou rudérale, introduite, organisée plus souvent en strate herbacée ou arbustive, plus rarement avec de grands arbres, formant ces petites prairies urbaines à l’allure modeste, faisant partie du paysage vernaculaire malgré tout.

16L’évaluation écologique des systèmes d’espaces libres déroge aux critères et méthodes habituelles en phytosociologie. Une approche particulière doit prévaloir pour comprendre ces habitats à capacité restreinte, qui ne peuvent pas contenir une grande variété d’espèces, à cause de leur petitesse et de la fragmentation des ensembles initiaux, mais qui participent à la trame verte régionale. On cherche alors non seulement à décrire l’organisation de la trame verte, ses caractéristiques écologiques, mais aussi à illustrer ses fonctions biologiques. Depuis quelques années, on a tenté d’appliquer la théorie des îles biogéographiques au milieu urbain, notamment pour mieux saisir les potentiels écologiques des espaces libres. Ces îles urbaines, comme les appellent Sukopp et Hejny (1990), reproduisent des associations végétales d’un espace à l’autre, recréant les mêmes modèles, formant une sorte d’écosystème discontinu.

17Dès lors, des chercheurs, aménagistes ou des citoyens propagent l’idée de valoriser et de conserver cette végétation typique et efficace à verdir des lieux difficiles, au lieu de la détruire systématiquement, comme il a été fait généralement par le passé, lors des projets de réaménagement urbain. La friche végétale devient un projet d’aménagement servant la vision écologique de la ville qui, incidemment, accroît le potentiel récréo-touristique et l’offre en loisir, à l’exemple de la rivière Don à Toronto (Hough, 1993), du réseau vert à Montréal (Sénécal et St-Laurent, 1997).

MONTRÉAL : L’ÉLABORATION D’UNE POLITIQUE VERTE

18Depuis quelques années, Montréal est dotée d’une politique des espaces libres. Le plan d’urbanisme de 1992 faisait état des besoins d’espaces verts et de leur inégale répartition dans la ville (Ville de Montréal, 1992 b, p. 77), mettant côte à côte les problématiques de réaménagement des parcs existants et de conservation des espaces naturels, tout en maximisant "les potentiels qu’offre l’ensemble des espaces libres sur son territoire" (ibid., p. 82). Dans cette foulée, le projet de Réseau Vert est présenté comme un des moyens privilégiés afin d’intervenir dans la problématique des espaces libres. Venaient ensuite les programmes de plantation et de verdissement qui visent justement à requalifier ces sites dégradés, en leur donnant un nouveau visage, plus naturel et plus amène. Le cadre de référence des espaces libres allait plus loin (Ville de Montréal, 1992 a). À la conservation et à la mise en valeur des bois urbains sans statut, aux pratiques de verdissement, venait s’ajouter l’objectif d’aménager les espaces libres selon une approche écologique. Il définit de manière très large l’espace libre, incluant le parc, le bois, le terrain vacant ou la friche, qu’il soit du domaine public, semi-public ou privé, et qu’importe sa fonction. D’emblée, l’intention première est de prendre en compte les bois sans statut (dont certains se trouvent dans des parcs urbains, d’autres sur des terrains municipaux), ceux carrément oubliés qui ne figurent sur une aucune carte ou relevé, souvent jugés moyens sur le plan écologique. De tels bois de petite taille seraient, au nombre de cinquante sur le territoire de la Ville de Montréal, logés dans des parcs de voisinage, des terrains municipaux, des lots inoccupés et sous spéculation, des lisières et emprises d’infrastructures (Ville de Montréal, 1995).

19Par ailleurs, la visée était alors planificatrice. Les espaces libres étaient perçus comme des éléments structurants de la ville. C’est pourquoi on opte pour la constitution d’un réseau vert à même les servitudes publiques et les infrastructures désuètes, reliant les parcs et agissant comme un mode de transport alternatif. Le Réseau vert métropolitain était présenté comme un geste de découverte de la face cachée de la ville, en zone industrielle et le long des emprises ferroviaires, dans le sillage de l’évolution des pratiques de loisir, "orientées vers le développement d’un intérêt croissant pour l’environnement et vers une utilisation favorisant l’épanouissement personnel au travers d’activités d’apprentissage, de connaissance et de socialisation" (Ville de Montréal, 1994, p. 14). L’intention était même de conserver la flore existante, le paysage végétal étant jugé suffisant (ibid., p. 27). Soit dit en passant, l’aménagement du premier tronçon ne respecta pas cet engagement et donna lieu à un aménagement horticole coûteux.

20Parmi les nombreux espaces libres qu’il est urgent de récupérer et de relier, il y a les plans d’eau, les friches industrielles, les terrains institutionnels, les ruelles et les cours (Ville de Montréal, 1994, p. 11). Les objectifs sont de hausser le niveau de la qualité de vie, en particulier dans les quartiers en carence d’espaces verts publics, d’accroître l’offre en loisir et en récréo-tourisme et de développer une approche partenariale avec des propriétaires fonciers privés (les propriétaires des emprises ferroviaires, le Canadien National et le Canadien Pacifique, et des couloirs de transport d’électricité, l’Hydro-Québec) ou semi-publics (les campus universitaires, hospitaliers et les cimetières), en prônant la cohabitation des usages. En somme, sous les objectifs de conservation des espaces naturels et de verdissement, s’inscrivaient les enjeux de revitalisation des quartiers centraux, d’accessibilité des sites, de répondre aux besoins en loisir et d’engager un mouvement d’intégration du vert dans la ville.

21Ce cadre de référence des espaces libres, doublé du projet de réseau vert, arrivait à point nommé. Plusieurs quartiers centraux faisaient l’objet de tentatives de redéveloppement sur d’autres bases : la récupération des espaces industriels délaissés à des fins de résidence et de loisir. Sans faire l’unanimité, cela permit d’engager une discussion entre les différents acteurs, mettant à jour les intérêts divergents en jeu. Hélas, le bilan de la politique des espaces libres de la Ville de Montréal n’est pas concluant. Des projets résidentiels ont vu le jour, certains recyclant le vieux bâti industriel en nouveaux espaces résidentiels, d’autres récupérant la friche pour développer des ensembles au design très banlieusard, d’autres encore élevant de nouveaux édifices résidentiels qui copient, quant à l’enveloppe du bâti, le style classique du bâti industriel ancien. Ces développements résidentiels ont une spatialité un peu chaotique, se posant comme des taches, sur la trame des espaces libres alors que démarrent à proximité des projets de relance industrielle. Cela confirme la multifonctionnalité des quartiers centraux, tout en maintenant ouvert un débat difficile entre les différentes vocations, pas toujours compatibles, réservées à ces espaces : le résidentiel ou l’industriel, le récréo-tourisme ou l’industriel, le vert ou le béton, le jardin ou l’usine. Ce débat permet aussi de s’interroger sur les volontés souvent discordantes des résidents et sur les moyens d’établir un consensus minimal partagé par la majorité des acteurs ? Alors que la Ville semble renoncer à une planification globale des espaces libres, que le projet de Réseau Vert n’avance guère, vus du quartier, les enjeux apparaissent toujours les mêmes. Le réaménagement urbain des espaces libres est une des prémisses de toute relance économique de Montréal. Cela dit, il reste à en déterminer les orientations.

LES ÉCO-QUARTIERS ET LE PROGRAMME DE RENATURALISATION DES PARCS : QUAND LE PARC DEVIENT LA FRICHE

22Le programme des Eco-quartiers de Montréal se caractérise par une délégation vers les citoyens résidents qui, de manière individuelle, s’engagent à "améliorer le cadre de vie de leur voisinage si on leur en donne les moyens" (Ville de Montréal, 1996, p. 1). Les champs visés par ce programme sont la propreté, le recyclage, la protection et l’embellissement du patrimoine végétal. Par-delà les seules interventions d’amélioration du cadre bâti, se trouvent des dimensions plus générales comme de sensibiliser les résidents, de raviver le sens civique et de contribuer à la vitalité socio-économique (idem., p. 2).

23Les interventions du programme des Éco-quartiers sont principalement "reliées au domaine de l’environnement et de l’embellissement" (ibid., p. 3). Plusieurs grands objectifs s’inscrivent sous ce chapitre, certains très modestes et néanmoins importants, comme l’élimination des dépôts sauvages de déchets, la répression de la pollution canine, de l’affichage sauvage ou du vandalisme du mobilier urbain. Parmi les initiatives proposées, qui touchent plus directement le cadre bâti, il faut noter celles visant "la conservation du patrimoine vert", "l’embellissement des propriétés commerciales et résidentielles", "l’identification des sites pouvant faire l’objet d’embellissement paysager en sensibilisant les propriétaires à la pertinence de réaliser ces travaux" (ibid., p. 5). Un des aspects importants qu’il convient aussi de souligner est celui des corvées, notamment touchant le nettoyage, l’éradication de l’herbe-à-poux ou la plantation d’arbres. Ces interventions peuvent toucher les domaines public, semi-public ou privé, tels les écoles, les foyers d’accueil, les garderies, etc. (ibid., p. 5). Les exemples d’action, cités dans le document promotionnel, insistent sur les projets touchant "l’aménagement de terrains vacants privés, la naturalisation de terrains dégradés, le verdissement de cours d’écoles, garderies, centres communautaires, résidences pour personnes âgées, églises..." (ibid., p. 15). Parallèlement, la Ville de Montréal a mis en place une nouvelle approche de gestion des espaces verts, appelée l’entretien différencié des espaces verts, qui a présidé à la fin de la coupe systématique du gazon des parcs et autres espaces verts publics, pour laisser plus de place à la nature. Cette expérience a modifié l’aspect des parcs et espaces verts urbains, conçus maintenant dans l’optique de la prairie urbaine. À terme, la réduction de la tonte du gazon devait permettre l’accroissement des surfaces naturelles et boisées. Par contre, le programme a fait l’objet, dès sa mise en œuvre, de fortes critiques, comme en témoignent des articles de journaux qui font d’ailleurs écho à des plaintes de citoyens (Le programme de naturalisation des parcs de Montréal qualifié de fiasco, La Presse, 18 août, 1997). Cette expérience de naturalisation illustre les représentations discordantes de la nature en ville. Quand le parc (du moins une partie du parc) prend l’aspect de la friche, le premier réflexe de la population est d’y voir un geste d’abandon, une négligence, voire une atteinte à la morale ou à la sécurité.

CONCLUSION

24La friche végétale aura été un objet majeur d’étude et de réflexion, à la Ville de Montréal, et ce, depuis longtemps. Pour des raisons qu’il est difficile de cerner, les tentatives de planification et d’intervention sont restées, pour l’essentiel, sans suite. Car la friche pose en fait deux défis, le premier tient à la compréhension scientifique et urbanistique de la végétation rudérale qui défie les canons de la biogéographie ; le second relève de la nature de la perception, toujours mauvaise, d’espaces urbains non planifiés et reverdis spontanément. Car la friche demeure un mystère, tant elle a nourri les projets d’aménagement et de requalification des espaces péri-centraux de Montréal, mais sans que ceux-ci ne conduisent à des résultats tangibles. Elle reste peu ou pas fréquentée — du moins à Montréal — mais combien étudiée et même parfois reproduite dans les conditions idéales, sous contrôle et pour observation, du parc urbain.

25Quoi qu’il en soit, le système des friches végétales de Montréal attend la prochaine proposition.

Bibliographie

Bibliographie

Beavis Mary Ann, Sustainable Uses of Urban Open Space: a Guide to the Literature, Winnipeg, Institute of Urban Studies, Issues in Urban Sustainability, 2 : 1-36, 1993.

Bouthillier André, Étude de la flore des aires de stationnement du centre-ville-est de Montréal, mémoire de maîtrise en sciences de l’environnement, UQAM, non publié, 1986.

Gartner Lee Limited, Identification of a Regional Greenlands System, Toronto, Greater Toronto Area Greenlands Strategy, 1990.

Gemmell Raymond P., Colonization of Industrial Wasteland, Londres, Edward Arnold, 1977.

HESTER Randoph T., Neighborhood Space, Stroudsburg Pa, Dowden, Hutchinson and Ross, 1975.

Hough Michael, City Form and Naturai Process, Towards a new Urban Vernacular, London, Croom Helm, 1984.

hough Michael, Remise en état d’un bassin versant en milieu urbain : l’histoire de la Don, colloque, texte présenté au colloque Le temps de l’action dans l’aménagement et la question du développement durable, 6èmes entretiens du Centre Jacques Cartier, Lyon, 1993.

Hough, Stansbury and Michalski Limited, Naturalization, Reforestation of Parks and Open Spaces, City of Kitchener, Park Department, 1990.

Hurstel Jean et ai, Friches industrielles, lieux de culture, Paris, Laiterie en friche, Europe en chantier, La Documentation française, 1994.

Jaakson R. et Diamond L., Urban Open Spaces, in W.A. Andrews, Urban Naturai Areas : Ecology and Preservation, Toronto, Institute for Environmental Studies, 1981, p. 5-19.

Lajeunesse Denise, Domon Gérard, Drapeau Pierre, Cagliostro Alain et Bouchard André, "Development and Application of an Ecosystem Management Approach for Protected Naturai Areas", Environmental Management, XIX, 4 : 481-49, 1986.

Laplantine François, Penser ensemble l’architecture et la nature, in J. B. Martin, Architecture et nature, CREA, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1994, 9-66.

Legrand Patrick, "Gestion différenciée des espaces verts", Métropolis, 103 : 55-59, 1986.

Mitlin Diana et Satterthwaite David, Cities and Sustainable Development, Global Forum 94, Manchester, Human Settlements Program, IIED, 1994.

Ouellet Paule, Environmental Policy Review of 15 Canadian Municipalities, vol 1, Summary report, Toronto, Centre intergouvememental de recherches urbaines et régionales, 1993.

Poullaouec-Gonidec Philippe, "Critique des paysages de la modernité", ARQ, La revue d’architecture, 85 : 7-9, 1995.

Royal Commission of the Future of the Toronto Waterfront, Regeneration, Toronto’s Waterfront and the Sustainable City : final Report, 1991.

Sénécal Gilles (1996) Les marches de la montagne ; l’appropriation sociale de la nature et le bois de Brébeuf à Montréal, Annales de la recherche urbaine, N° spécial La nature en ville, 71, 1997.

Sénégal Gilles et St-Laurent Diane, Relevés de végétation sur douze espaces libres du centre de Montréal, non publié, 1993.

Sénécal Gilles et St-Laurent Diane, Le Réseau Vert de Montréal : les contraintes environnementales dans l’appropriation des espaces libres, Plan Canada, vol. 37, no 1, 1997, pp. 20-28.

Sukopp H. et Hejny, Urban Ecology, Plants and Plant Communities in Urban Environment, SPB Academic Publishing, 1990.

Tomas François (1994) Architecture, nature et paysage, in J. B. Martin, Architecture et nature, CREA, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1994, 81-96.

Ville de Montréal, Cadre de déférence pour le développement et la mise en valeur des espaces libres, Service de l’habitation et du développement urbain, 1992 a.

Ville de Montréal, Les orientations stratégiques du plan d’urbanisme de Montréal, Service de l’habitation et du développement urbain, 1992b.

Ville de Montréal, Plan directeur du Réseau Vert, Service des parcs, jardins et espaces verts, 1994.

Ville de Montréal, Cadre d’intervention en forêt urbaine, Service des parcs, jardins et espaces verts, 1995.

Ville de Montréal, Écoquartiers, programme d’action environnementale, Service de la propreté, 1996.

Vincent G. et Bergeron Y., Weed Synecology and Dynamics in Urban Environment, Urban Ecology, 9: 161-171, 1985.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540