Version classiqueVersion mobile

Sites publics, lieux communs

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Deuxième partie. Actualisation des contextes : aménagement, réaménagement et transformation

L’usage urbain de la nature : conflit et ralliement

L’exemple du quartier Saint-Roch à Québec

Guy Mercier

Texte intégral

LA REVITALISATION DE SAINT-ROCH ET L’URBANISME VÉGÉTAL

  • 1 Pour un portrait général de l’évolution socio-démographique du quartier Saint-Roch depuis les année (...)

1Saint-Roch, à l’instar de nombreux quartiers centraux nord-américains, connaît de profondes transformations depuis une quarantaine d’années. Frappé durement par la restructuration économique, l’évolution des modes d’habiter et la concurrence des banlieues en pleine expansion, ce quartier de Québec a perdu le privilège d’être un pôle résidentiel, commercial et industriel rayonnant sur l’ensemble de la région1. Cette situation inspire, depuis les années 1950, un volontarisme étatique dont l’intention est de redonner à Saint-Roch, à défaut de son ancienne centralité, une place non négligeable dans la vie de l’agglomération (Blanchet, 1987 ; Piché, 1991 ; Cassista, 1995).

2Malgré les efforts des autorités publiques, la revitalisation de Saint-Roch se fit longuement attendre (Ville de Québec, 1990). Au point où ce programme urbanistique était devenu, au fil des années, un redoutable défi : les échecs successifs avaient rongé l’optimisme des investisseurs et brouillé les rapports avec la population locale. Tandis que les promoteurs préféraient investir ailleurs et que les urbanistes multipliaient les échecs complets ou partiels, les habitants du quartier percevaient le déclin de leur milieu de vie comme une condamnation à l’exclusion sociale. D’où les conflits et les initiatives populaires qui fréquemment marquèrent l’évolution de ce quartier au cours des dernières décennies (Hulbert, 1994 ; EZOP-Québec, 1981).

  • 2 Ce changement a été reconnu par les commissaires qui ont dirigé en juin 1998 les audiences publique (...)
  • 3 Un document officiel décrivait récemment la relance du quartier en ces termes : "Parmi les projets (...)
  • 4 Selon les calculs du Centre de développement économique et urbain de la Ville de Québec, le quartie (...)

3Depuis quelques années toutefois, on constate un changement de tendance2, si bien que Saint-Roch paraît désormais vivre sous le signe du renouveau : les artères principales sont embellies, plusieurs bâtiments anciens sont recyclés pour loger des institutions, des organismes ou des commerces, d’autres sont convertis en appartements modernes. De même, les terrains vacants, jadis nombreux et parfois très vastes, disparaissent peu à peu sous des édifices neufs à vocation résidentielle, commerciale ou institutionnelle3. Et cette transformation du cadre bâti — preuve d’un afflux financier4 — s’accompagne d’une évolution sociologique, puisqu’une nouvelle population, plus instruite et plus argentée que la moyenne du quartier, se dirige aujourd’hui vers Saint-Roch pour y habiter, y travailler, s’y instruire ou s’y détendre (Noël 1997 ; Hangard, 1998).

  • 5 L’actuel projet de détruire le mail Centre-ville, qui recouvre depuis près de trente ans une longue (...)

4Un bilan provisoire de la reprise de Saint-Roch permet de reconnaître, au plan général, une double orientation. D’une part, on favorise, là où c’est possible, le recyclage des bâtiments anciens afin de mettre en valeur le patrimoine du quartier. On tente ainsi de se démarquer d’une pratique architecturale et urbanistique qui, pendant plus de trente ans, aurait plutôt privilégié, en vue de soutenir l’essor du secteur tertiaire à Saint-Roch, la construction de nouveaux équipements, souvent de grand gabarit et détonnants dans la trame urbaine traditionnelle (Ville de Québec, 1992, vol. 3, p. 10)5. Cela témoigne du souci actuel d’offrir avant tout un cadre de vie de qualité aux habitants du quartier, alors qu’auparavant affaires et emplois auraient eu la priorité. D’autre part, on constate la multiplication dans le quartier d’édifices publics et privés destinés aux arts, aux spectacles, à l’innovation et aux loisirs. Cette nouvelle vocation reçoit d’ailleurs l’appui des autorités municipales, l’objectif étant "d’habiliter Saint-Roch au titre de centre-ville culturel" afin qu’il devienne, au sein de l’agglomération de Québec, "le quartier latin du xxie siècle" (Morisset, Noppen et Cormier, 1996, p. 47).

  • 6 À l’automne 1998, l’îlot Fleurie fut déménagé plus à l’est, sous les viaducs de l’autoroute Dufferi (...)

5Le récent renouveau de Saint-Roch suscite, il va sans dire, l’intérêt du public et la fierté des autorités municipales. Bien que certains restent encore sceptiques, plusieurs y voient le présage d’un développement durable. À moins qu’il ne préfère, lui aussi, spéculer sur ce qui doit ou non advenir, le géographe peut, de son côté, réfléchir aux raisons du changement qui touche Saint-Roch depuis moins d’une dizaine d’années. Pour ma part, je me propose d’étudier dans les pages qui suivent le rôle qu’a pu tenir l’urbanisme végétal dans la transformation du quartier amorcée au début des années 1990. Il semble en effet intéressant de s’interroger sur le fait que la revitalisation actuelle de Saint-Roch se soit enclenchée à la suite de l’aménagement de deux jardins : l’îlot Fleurie, construit en 1991 et évacué en 1998, et le Jardin Saint-Roch, implanté en 1993 et toujours existant (photo 10, figure 7)6. Ces deux jardins qui se côtoyaient étaient certes fort différents. A vrai dire, mis à part qu’il s’agissait de deux jardins, presque tous les opposait. Mais on peut aussi avancer l’hypothèse que la transformation actuelle du quartier est liée à cette opposition qui s’est manifestée sur la base d’une adhésion commune à l’urbanisme végétal. Vu sous cet angle, l’urbanisme végétal ne serait pas la cause de la nouvelle dynamique paysagère à Saint-Roch. Il serait plutôt le témoin des conditions à l’origine de celle-ci. D’où l’intérêt d’en faire l’analyse.

UNE LECTURE HISTORIQUE

6Une première question concerne l’implantation des deux jardins : pourquoi, au cours des années 90, ce sont-ils retrouvés côte à côte au cœur de la basse ville de Québec ? Pour y répondre, une première piste consiste à retracer leur histoire. Car en s’interrogeant, de façon rétrospective, sur la condition, les motivations et les moyens de ceux qui ont contribué à l’avènement de l’Îlot Fleurie et du jardin Saint-Roch, on peut certainement développer une compréhension de ce contraste paysager.

Le déclin de Saint-Roch

  • 7 Pour plus de détails sur l’histoire de Saint-Roch, le lecteur est prié de se rapporter à la brillan (...)

7Après avoir été le principal centre commercial et industriel de la région et un quartier populeux, Saint-Roch fut marqué, après la Seconde Guerre mondiale, par de profondes mutations : déclin des secteurs commercial et industriel, exode des populations solvables vers la banlieue pavillonnaire, dégradation du cadre bâti, concentration d’une population au statut socio-économique précaire, augmentation des désordres sociaux, etc. Ainsi, Saint-Roch, qui constituait auparavant un des principaux pôles du centre-ville de Québec, avait perdu sa forte capacité d’attirer l’industrie, le commerce et l’habitat, les hommes et les capitaux (Mercier et Muscolo, 1995)7.

L’espoir d’un redressement urbanistique

  • 8 On trouvera une description et une analyse des efforts urbanistiques déployés à Saint-Roch depuis l (...)

8Ce déclin éveilla, à partir des années 1960, une volonté politique de redonner au quartier sa vitalité d’antan en y consacrant de considérables efforts urbanistiques. Il en résulta une série de projets qui, chacun à sa manière, tentèrent de préserver Saint-Roch dans son statut de centre d’emplois et d’affaires, en même temps qu’on voulait contrer le déclin démographique du secteur en favorisant la construction neuve et la réhabilitation de logements anciens8. Ces efforts, étalés sur une trentaine d’années, eurent certes des effets positifs. Mais, comme le reconnut le Service d’urbanisme de la Ville de Québec en 1990, cette géographie volontaire était dans l’ensemble restée impuissante face aux forces qui avaient entraîné le quartier vers le déclin : "Jadis centre névralgique de l’activité économique de la Capitale, Saint-Roch [était] devenu au fil des ans un quartier qui, malgré les importants efforts publics des dernières années, n’[avait] pas encore réussi à développer sa propre dynamique d’autorégénération" (Ville de Québec, 1990, p. 1).

L’impuissance urbanistique : la tabula rasa

9Or la manifestation la plus spectaculaire de cette impuissance fut sans contredit le grand quadrilatère laissé vacant et qui pendant longtemps balafra le cœur du quartier (photo 10). Ce quadrilatère, où s’entassaient à l’époque usines, entrepôts, commerces et résidences, fut progressivement évidé au cours des années 1970 et 1980. La Ville de

Photo 10 - Les deux jardins au cœur du quartier Saint-Roch

Photo 10 - Les deux jardins au cœur du quartier Saint-Roch

Le Jardin Saint-Roch (à gauche) s’impose dans le paysage par un effet de masse et de contraste. De son côté, l’Îlot Fleurie (à droite) est plutôt discret puisqu’il semble prolonger vers le sud le vaste parking qui le borde. Seule la ligne des arbres indique sa présence
Source : Ville de Québec

10Québec avait entrepris d’exproprier et de raser le secteur à partir de 1972, quand elle projeta l’édification, au sud du boulevard Charest, d’un complexe d’affaires de vaste dimension. Ce complexe devait, en raison de sa masse architecturale et de son rayonnement économique, dominer le quartier tout en lui assurant une nouvelle centralité. Ce projet fut abandonné, mais il fut périodiquement relayé, jusqu’à 1989, par d’autres propositions semblables (Riguet, 1995). Comme le premier, ces projets successifs échouèrent, révélant à chaque fois l’hésitation des investisseurs à financer la rénovation urbaine de Saint-Roch que les autorités municipales appelaient pourtant de leurs vœux.

La contestation : le contre-chant de l’urbanisme rénovateur

  • 9 Un bon exemple de ce discours est le long document (1 200 pages) connu sous le nom de Rapport EZOP (...)

11Par ailleurs, on ne saurait évoquer le déclin de Saint-Roch et la volonté urbanistique d’y remédier sans mentionner la critique que cela avait suscitée. En effet, un discours contestataire, qui empruntait à l’occasion à la rhétorique marxiste, s’était constitué en contrepoint de la programmation de la rénovation du quartier. Diffusé par des groupes de défense des habitants du quartier, ce discours dénonçait l’entreprise de rénovation urbaine pilotée par la municipalité9. Selon cette critique, la rénovation urbaine signifiait à la fois la destruction du milieu de vie des habitants de Saint-Roch et la négation du droit de ces derniers de décider eux-mêmes de l’avenir de leur quartier. En opposition à l’urbanisme municipal, que l’on accusait de servir avant tout l’intérêt des promoteurs, des gens d’affaires et des gouvernements, le discours critique réclamait une politique de réhabilitation dans l’intérêt direct des habitants du quartier. Ainsi, on favorisait l’amélioration des conditions de logement pour les ménages à revenu modeste, la mise en place de services communautaires et la construction d’équipements publics destinés en priorité aux gens de la place. Ce discours, qui animait une profonde méfiance envers l’urbanisme officiel, tournait à la polémique à chaque fois que les responsables municipaux ou des promoteurs lançaient l’idée d’un projet d’envergure pour Saint-Roch (Hulbert. 1994, p. 527-533).

Fig. 7 - Le quartier Saint-Roth à Québec, 1998

Fig. 7 - Le quartier Saint-Roth à Québec, 1998

Une contestation qui trace la voie vers le pouvoir

12La méfiance, jusque-là cultivée principalement à l’échelle associative, fut prise en charge par l’opinion publique qui s’exprima, en novembre 1989, lors d’une élection municipale. Le pouvoir fut à cette occasion confié au Rassemblement Populaire, parti qui voulait prolonger l’action des comités de défense des citoyens et qui flirta, du moins à ses débuts, avec la doctrine marxiste (Quesnel et al., 1991).

  • 10 Sur cet épisode de la vie politique locale et le rôle qu’y tint la critique du projet Citicom-Gagno (...)

13Or le Rassemblement Populaire, pendant la campagne électorale, stigmatisa le projet Citicom-Gagnon, dernier projet en date visant à combler l’immense terrain vacant qui triturait, au pied de la falaise, le quartier Saint-Roch10.

14En s’attaquant à ce projet, le Rassemblement Populaire voulait montrer son opposition aux orientations urbanistiques que le pouvoir municipal avait imprimées à Saint-Roch depuis quelques décennies. Cette stratégie s’avéra judicieuse puisqu’elle conduisit le Rassemblement Populaire à la victoire électorale. Vainqueur, ce parti était néanmoins condamné par l’opinion publique, non seulement à bloquer le projet honni, mais surtout à proposer, pour Saint-Roch, un tout autre urbanisme qui restait encore à définir... et à faire accepter ! Ce qui n’était pas une mince tâche.

La difficulté d’aménager autrement le quartier

15Le nouveau gouvernement municipal se mit aussitôt à la tâche. Son premier geste fut de rédiger un plan d’action (Ville de Québec, 1990) et de convoquer, en décembre 1990, la population à une consultation publique sur l’avenir de Saint-Roch (Cimon, 1991, p. 141-170).

16Étonnamment, le document soumis à la consultation n’abandonnait pas l’idée de recréer à Saint-Roch une centralité économique. Fidèles à la tradition, les autorités proposaient que fût construit, sur l’espace libre le long du boulevard Charest, un centre d’affaires et d’emplois. C’est ce qu’ils nommèrent l’Espace Saint-Roch. Mais, conscients du discrédit qui guettait cette idée, les auteurs du plan d’action s’empressaient de célébrer les vertus de l’équilibre : tout en étant un centre-ville, Saint-Roch devait devenir un cadre de vie satisfaisant pour ses habitants.

  • 11 On lit à ce propos dans le rapport issu de la consultation : "Le site, actuellement dans un état dé (...)

17Sur le fond, la consultation fit ressortir la difficulté de définir Saint-Roch à la fois comme un centre-ville et comme un quartier résidentiel (Ville de Québec, 1991a et 1991b). Si le public entendu approuvait cette définition générale, il n’en demeurait pas moins que les revendications spécifiques visaient essentiellement l’amélioration de la "qualité de vie" des habitants du secteur. C’est pourquoi il fut suggéré que le dit Espace Saint-Roch, encore inoccupé, ne fût plus strictement réservé à d’improbables édifices à bureaux. Car, à force d’y espérer le renaissance d’un centre-ville, ce quadrilatère risquait de demeurer un no man’s land. Il valait mieux, insistait-on, le recycler, ne fût-ce que partiellement, en "espace vert"11.

Ne plus attendre mais occuper : l’Îlot Fleurie

18Après la consultation publique de 1990, le dilemme était donc encore entier. Les autorités municipales voulaient cependant éviter l’affrontement et la polémique avec une population plus mobilisée que jamais. D’ailleurs, cette mobilisation ne tarda pas à se manifester, puisque à l’instigation d’un citoyen du quartier, Louis Fortier, un groupe se forma, en juillet 1991, dans l’intention d’aménager un jardin sur une portion de ce que plusieurs appelaient le "trou de Saint-Roch". Ce jardin, constitué en pleine controverse, voulait exprimer le refus de l’urbanisme officiel qui, contre l’avis populaire, caressait encore des ambitions de rénovation urbaine. Or ces ambitions, constamment frustrées, laissaient le quartier en souffrance : le "trou" désespérément vide s’enlaidissait et devenait de plus en plus dangereux (dépotoir, prostitution, toxicomanie). Aussi, refusant que la seule alternative à la rénovation urbaine fût le laisser-aller, ce groupe décida de prendre les choses en main. Sans permission, il prit possession d’une portion du terrain vacant et créa l’îlot Fleurie, du nom d’une des rues limitrophes (Hulbert, 1994, p. 533 ; Noël, 1997).

19En accaparant ainsi une section du vaste quadrilatère qui avait été évidé pour faire place à de grands projets de rénovation urbaine, ce jardin symbolisait la résistance du milieu face au pouvoir politique qui, malgré ses promesses, semblait insensible aux besoins de la population locale. Étant donné le vif soutien populaire que reçut l’Îlot Fleurie, le gouvernement municipal, qui au début était gêné de cette invasion, comprit rapidement qu’il était trop risqué d’évacuer les citoyens-jardiniers qui avaient décidé d’occuper la place. Le nouveau maire, Jean-Paul L’Allier, prit plutôt la décision de soutenir l’entreprise qui, du coup, n’était plus une poche de résistance, mais la preuve qu’un urbanisme différent se dessinait pour Saint-Roch (Noël, 1997).

Contrition et conciliation : le Jardin Saint-Roch

20C’est dans ce contexte qu’en 1992, un peu plus d’un an après la consultation publique, les autorités municipales dévoilèrent leur programme urbanistique pour le quartier (Ville de Québec, 1992). Ce programme déclarait accorder la "place d’honneur" à l’habitation, même si le projet de centre-ville n’était pas abandonné. Aussi, pour ce qui est d’Espace Saint-Roch, la municipalité ne renonçait toujours pas à son intention d’y concentrer emplois et activités. Mais le ton désormais était contrit. Si on soutenait encore cette idée, c’était surtout pour une raison d’équilibre financier, moralement justifiée en cette période de crise budgétaire. L’argument était le suivant. Parce qu’inoccupé, l’Espace Saint-Roch, qui avait coûté très cher à la municipalité, ne lui rapportait rien. Or, plaidait-on, n’était-il pas raisonnable de le rentabiliser en consentant "des investissements privés générateurs de taxes et d’activités économiques". Malheureusement, étant donné les réticences que l’on constatait depuis tant d’années, on ne pouvait s’attendre à ce que les investisseurs se manifestassent spontanément. Encore fallait-il que le ton fût donné par les autorités elles-mêmes afin d’inspirer confiance aux investisseurs, en prenant garde évidemment que cela n’exacerbât la méfiance des habitants du quartier et de leurs défenseurs. D’où l’idée de susciter un "effet d’entraînement" en créant sur ce site, à même les fonds municipaux, une "place publique" qui, par sa qualité même, pourrait convaincre des promoteurs d’emboîter le pas. Il en résulta l’aménagement, en 1993, du Jardin Saint-Roch, au coût approximatif de 5 500 000$. Ce jardin vint finalement combler, du moins en partie, l’espace laissé vacant par les différents projets avortés de centres d’affaires. Conçu comme une première réalisation d’une série à suivre, ce nouveau jardin portait l’espoir que toute cette plaie fût bientôt cicatrisée, tout en contribuant à l’amélioration immédiate de la "qualité de vie" des habitants du quartiers (Ville de Québec, 1993).

21Les années qui suivirent semblent avoir tenu la promesse de l’effet d’entraînement puisque le fameux "trou de Saint-Roch" est aujourd’hui à la veille d’être comblé, ce qui a d’ailleurs conduit à l’évacuation récente de l’îlot Fleurie.

UNE LECTURE GÉOGRAPHIQUE

22Cette rapide récapitulation renseigne sur les raisons de la cœxistence, pendant cinq ans, de l’îlot Fleurie et du Jardin Saint-Roch. On admettra cependant que cette lecture historique laisse dans l’ombre certaines questions, notamment en ce qui concerne la différence de style entre les deux jardins et la relation que chacun d’eux tisse avec le quartier. Certes, la lecture historique fournit des pistes à cet égard, mais il semble utile d’aborder cette problématique sous un autre angle pour en tirer une connaissance plus détaillée. D’où l’intérêt d’une lecture non plus diachronique mais synchronique de l’îlot Fleurie et du Jardin Saint-Roch. Cette lecture, que l’on peut qualifier de "géographique", ayant pour objet de construire une analyse à partir des jardins eux-mêmes et non pas à partir des circonstances qui les ont précédés et qui les ont fait advenir.

23Pour conduire cette lecture géographique des deux jardins, une approche comparatiste s’impose. Cette approche consiste à explorer les différentes facettes de la dissemblance des deux jardins, sans pour autant négliger ce qu’ils ont en commun.

Position et dynamique socio-politique

24L’Îlot Fleurie et le Jardin Saint-Roch étaient mitoyens. Ils occupaient tous les deux une partie d’un grand quadrilatère inoccupé (±20 000m2) au cœur de la basse ville de Québec. Ce quadrilatère constituait naguère un élément essentiel du centre-ville, puisque s’y concentraient des activités économiques qui attiraient en ce lieu un grand nombre de personnes (ouvriers, clients, habitants) et du capital industriel et commercial (annexe tableau 1). Il fut évidé parce que les équipements qu’il rassemblait n’étaient plus porteurs de centralité : le capital industriel et commercial préférait investir ailleurs, tandis que les habitants qui en avaient les moyens optaient plutôt pour la banlieue pavillonnaire. L’arasement avait donc comme objectif de faire de la place pour des équipements modernes, capables de raviver cette centralité qui caractérisait Saint-Roch antérieurement. Or cette rénovation urbaine, pendant longtemps, ne s’était pas réalisée. Inachevée, elle avait laissé un vaste terrain vacant.

25Or, comme nous l’avons vu, la rénovation urbaine à Saint-Roch était restée inachevée parce qu’elle avait rencontré deux obstacles : la tiédeur des investisseurs et la méfiance des habitants du quartier. Il en était résulté une impossibilité de financer les équipements conçus pour occuper l’espace évidé et une contestation populaire de cette option d’aménagement. Les deux jardins illustrent cette situation antinomique. L’îlot Fleurie provient de la contestation populaire de la rénovation urbaine, alors que le Jardin Saint-Roch est un ultime effort pour réaliser cette rénovation. Dans les deux cas, le geste édificateur prend forme à partir de l’échec du programme de rénovation (annexe tableau 2).

La fonction

26Bien que tournés tous les deux vers l’art du jardin, l’îlot Fleurie et le Jardin Saint-Roch étaient destinés à des activités différentes (annexe tableau 3).

  • 12 D’après les informations que nous avons, le Jardin Saint-Roch, depuis son ouverture, a été le théât (...)

27Le Jardin Saint-Roch est conçu pour la contemplation et le recueillement, étant donné qu’il invite essentiellement à l’admiration de la nature et à la jouissance de la beauté des arrangements paysagers. En d’autres termes, il programme une cessation des activités afin que chacun, isolé des autres par la nature, puisse se plonger dans sa propre intimité. Ce primat de l’intimité favorise la visite en solitaire, bien que rien n’interdise au promeneur d’être accompagné. Dans ces circonstances, toutefois, c’est encore l’intimité qui est recherchée. Puisqu’il n’est pas prévu que les personnes réunies en ce lieu forment un groupe — la multitude qui l’occupe n’est qu’une série d’individus —, le jardin, pourtant présenté comme "un espace public", ne vise donc pas l’animation de la vie communautaire12 (photo 11). On espère en revanche que le Jardin Saint-Roch produira un "effet d’entraînement" favorisant, dans son voisinage immédiat, la construction d’édifices. Ce qui devrait, estime-t-on, contribuer à la relance économique du quartier tout en améliorant la qualité de vie de ses habitants (Ville de Québec, 1993).

Photo 11 - Le jardin Saint-Roch, lieu de détente

Photo 11 - Le jardin Saint-Roch, lieu de détente

Le Jardin Saint-Roch programme une cessation des activités afin que chacun, isolé des autres par la nature, puisse se plonger dans sa propre intimité.
Source : Ville de Québec

Photo 12 - L’îlot Fleurie, un centre d’animation sociale et culturelle

Photo 12 - L’îlot Fleurie, un centre d’animation sociale et culturelle

L’Îlot Fleurie se prépare à accueillir des artistes qui viendront produire, sur place et en public, des sculptures.
Source : Ville de Québec

28L’îlot Fleurie invitait lui aussi à l’admiration de la nature et du paysage, à la contemplation et au recueillement. Pourtant, là n’était pas sa fonction première. En effet, l’îlot Fleurie commandait davantage une production collective qu’une consommation individuelle, puisque la population y était invitée à cultiver des plates-bandes, à fleurir la rocaille, à réaliser des œuvres d’art, à participer à des jeux, à visiter une exposition de sculptures, à assister à des créations artistiques, à suivre des cours d’horticulture, etc. Si bien que ce qui était offert à l’admiration de tous, ce n’était pas seulement un paysage, mais le processus collectif qui avait conduit à ce résultat (photo 12). Ainsi, ce que l’on souhaitait animer ce n’est pas seulement la vie privée de chacun, mais la vie d’un groupe qui se réunit pour aménager le jardin. Au-delà de l’effet paysager, c’est plus encore une mission sociale — éducative, récréative et politique — que l’on confiait à l’îlot Fleurie. Le but ultime étant de faire naître chez les habitants du quartier un sentiment d’appartenance et de solidarité attestant que le refus de la rénovation urbaine est une cause juste et utile.

Le fonctionnement

29Nous retenons du fonctionnement des deux jardins trois aspects : le statut foncier, le financement et l’administration (annexe tableau 4). À ce chapitre, la comparaison montre une importante divergence entre l’îlot Fleurie et le Jardin Saint-Roch. Cette divergence s’était cependant amenuisée depuis le changement d’attitude du gouvernement municipal. On nota dès lors, non pas l’uniformisation de la gestion des deux jardins, mais la mise en place d’un modus vivendi qui permit d’harmoniser le fonctionnement de l’îlot Fleurie, sinon avec l’urbanisme municipal, du moins avec la politique de la mairie.

Le statut foncier

30Le Jardin Saint-Roch, comme l’îlot Fleurie naguère, est érigé sur une propriété de la Ville de Québec. Alors que le premier a été implanté en tout respect de la propriété municipale, le second découlait d’une occupation non consentie par le propriétaire. En ce sens, on peut parler, dans le cas de l’îlot Fleurie, d’un jardin-squatter. Certes, les autorités reconnurent après coup le bien-fondé de cette occupation. Néanmoins, cela ne changea en rien la nature du titre de propriété de la municipalité sur le terrain. D’ailleurs, la preuve en est que la municipalité vient d’exercer son plein droit en réclamant, pour d’autres usages, le terrain jusque-là occupé par l’îlot Fleurie.

Le financement

  • 13 Le Service de l’environnement de la Ville de Québec nous a précisé que ces dons de matériaux et d’é (...)

31Le modus vivendi intervenu en matière foncière s’était prolongé au plan financier. L’îlot Fleurie avait été au départ simplement soutenu par des contributions volontaires, en argent ou en nature. Par la suite, l’organisme gestionnaire de l’îlot Fleurie avait reçu différentes subventions gouvernementales ; la municipalité lui fournissant aussi, ponctuellement, des matériaux et des équipements13. Malgré cette aide, l’Îlot Fleurie resta un jardin réalisé avec des moyens limités et précaires (Noël, 1997), ce qui n’est évidemment par le cas du Jardin Saint-Roch qui, de son côté, bénéficie d’un financement important et régulier inscrit au budget annuel de la Ville.

L’administration

32L’îlot Fleurie était issu d’une initiative populaire dont le prétexte n’était pas uniquement de faire un jardin, mais aussi et peut-être surtout de contester les ambitions municipales en matière de rénovation urbaine et le laisser-aller qui en découlait. Regroupement spontané d’individus, l’îlot Fleurie n’avait pas à l’origine de statut légal. Des individus et des groupes collaboraient à l’entreprise sur la seule base de la communauté d’intérêt et de la bonne foi. Ce regroupement s’était ensuite constitué officiellement en association, ce qui lui avait notamment permis de recevoir des subventions gouvernementales. Ce statut légal conférait à l’administration de l’Îlot Fleurie, malgré la précarité de son financement, une relative autonomie quant à la programmation des usages du jardin et des activités qui s’y tenaient. D’ailleurs, c’était ce statut qui expliquait pourquoi l’îlot Fleurie était devenu un véritable foyer d’activités récréatives et culturelles (Noël, 1997).

33Le Jardin Saint-Roch, de son côté, ne relève pas d’une administration autonome ; il dépend du Service de l’environnement de la Ville de Québec. Or la seule responsabilité de ce service, en ce qui concerne le Jardin Saint-Roch, est de s’assurer que ce dernier demeure tel qu’il est et qu’il ne soit pas utilisé à d’autres fins que celles auxquelles il est destiné.

Les matériaux et la forme

Les matériaux

34Aussi différents fussent-ils, l’Ilot Fleurie et le Jardin Saint-Roch partageaient au moins un attribut essentiel : ils offraient tous les deux une mise en scène urbaine de la nature. Plus particulièrement, ils avaient en commun d’être des formes urbaines dont le matériau principal est la végétation.

35Dans le cas de l’îlot Fleurie, une bonne part de la végétation était antérieure au jardin. En effet, l’îlot Fleurie tirait largement parti de la végétation, essentiellement des arbres, qui avait envahi la bordure sud du quadrilatère évidé. Outre les arbres, la substance végétale de l’îlot Fleurie était complétée par une pelouse à extension variable et à usage multiple, des plates-bandes maraîchères et une rocaille en sous-bois plantée de fleurs et d’arbustes. À cela s’ajoutaient des œuvres d’art, produites sur place, des équipements légers (parfois plus lourds selon les besoins) utiles à la production maraîchère, horticole et artistique et une aire de jeu.

36Le Jardin Saint-Roch, pour sa part, est essentiellement constitué d’arrangements paysagers composés d’herbes, de fleurs, d’arbres et d’arbustes, auxquels s’ajoutent un plan d’eau et une cascade artificielle. Les végétaux — des espèces nombreuses et souvent rares — ont été importés sur le site. Les seuls équipements qu’on y retrouve sont des bancs, des cabinets d’aisance et un poste de garde. Contrairement à l’îlot Fleurie où plusieurs sculptures étaient exposées, on ne retrouve pas dans le Jardin Saint-Roch d’œuvres d’art, quoique le jardin soit en lui-même une expression de l’art paysager. De même, le Jardin Saint-Roch n’est pas un lieu où l’on peut observer l’artiste au travail. À l’Îlot Fleurie, en revanche, en plus de voir le résultat du travail de l’artiste, on pouvait aussi découvrir ses outils et sa technique. Au Jardin Saint-Roch, la seule connaissance transmise au visiteur réside en l’indication des espèces végétales (annexe tableau 5).

La forme

37Le Jardin Saint-Roch met essentiellement en scène la nature. L’intention et l’effort tendent vers la réalisation d’arrangements paysagers destinés à plaire au visiteur. Il en résulte un ensemble qui, bien que varié - ici un jeu d’eau, là un jardin à la française, ailleurs un coteau boisé d’inspiration anglaise —, révèle une forte unité d’ensemble (photo 10). Pour sa part, l’îlot Fleurie, qui ne cultivait pas ce sens de l’unité paysagère, se présentait comme une agglomération d’éléments disparates. La localisation des parties qui le composaient ne relevait pas d’un plan artistique d’ensemble ; elle découlait plutôt de l’intention pratique d’utiliser au mieux les caractéristiques du site tel qu’il était avant l’occupation.

38Au plan formel, le Jardin Saint-Roch résulte donc d’une transformation majeure du site (Morisset, 1995), alors que l’îlot Fleurie traduisait plutôt une simple adaptation, un accommodement (annexe tableau 5).

L’urbanisme végétal : ralliement et sublimation

39L’Îlot Fleurie et le Jardin Saint-Roch montraient, au travers de leurs nombreuses dissemblances, l’existence d’un conflit. Leur différence traduisait des opinions opposées quant à la perception du quartier, à l’avenir qu’on voulait y donner et à la façon de s’y prendre pour le moderniser et l’aménager. Ce qui par ailleurs n’empêchait pas ces deux entités de former un ensemble urbain qui, par-delà l’opposition ainsi mise en scène, incarnait le commun échec, du moins à cette époque, de l’une et l’autre des positions qui s’affrontaient.

40D’une part, le Jardin Saint-Roch était issu d’une politique de rénovation urbaine qui, n’ayant pas les moyens de ses ambitions, n’avait pas abouti. Signe d’un manque d’appui à cette politique, le parc indiquait plus encore que les autorités municipales, au début des années 1990, étaient paradoxalement dans l’obligation de ne pas renoncer au projet de centralité économique tout en devant admettre que d’autres options avaient une plus grande valeur. C’est pourquoi le Jardin Saint-Roch servait alors deux fins qui, pour plusieurs, paraissaient contradictoires : l’amélioration immédiate de la qualité de vie dans le quartier et le renouvellement, à terme, de la centralité de Saint-Roch.

41D’autre part, l’Îlot Fleurie témoignait lui aussi de l’échec de la rénovation urbaine. Mais ici comme ailleurs, l’échec de l’un ne signifie pas nécessairement la victoire de l’autre. En fait, l’îlot Fleurie, malgré son retentissement, ne réussit pas à effacer la trace des démolitions, ni la marque du déclin du quartier. Le mieux qu’il put faire, avec ses moyens limités et fragiles, ce fut d’occuper un terrain vacant. Par son mode d’occupation précaire, il confirmait que le "trou de Saint-Roch" était toujours en attente d’une affectation permanente.

42En somme, l’urbanisme végétal incarnait à Saint-Roch, au milieu des années 1990, deux échecs : celui de la rénovation urbaine et celui de sa contestation. Comme si l’usage urbain de la nature était, en l’occurrence, le signe d’un compromis. Ce disant, nous n’affirmons pas que l’urbanisme végétal — qui suscite aujourd’hui une large adhésion — soit dénué de fondement au point de devoir sa justification au seul opportunisme politico-urbanistique (Stefulesco, 1993 ; Noppen et Morisset, 1998). Néanmoins, l’exemple de Saint-Roch nous autorise à penser que l’urbanisme végétal peut également donner prise à l’atténuation du conflit social qui, là comme ailleurs, a accompagné l’entreprise de rénovation urbaine. N’est-il pas en effet remarquable que les premières édifications sur le "trou de Saint-Roch" aient été deux jardins ? Deux jardins certes différents et dont les différences dénotaient un véritable conflit. Mais ce conflit, en s’exprimant de la sorte, en vint finalement, à travers les formes construites, à signifier un ralliement. Comme si chacun des partis opposés, à force d’être en conflit et à force d’échouer, avait trouvé en dernier ressort dans l’urbanisme végétal le moyen d’édifier sans trop se nier lui-même et sans trop heurter l’autre parti.

43Sans présumer de la "fin des idéologies" ou de l’avènement de la "pensée unique", il semble donc que Saint-Roch illustre un cas — qui n’est peut-être pas exclusif — de sublimation géographique, en ce sens où un territoire faisant l’objet de projets contradictoires a trouvé, ne fût-ce que temporairement, une tierce voie urbanistique en sacrifiant au culte contemporain de la "nature en ville" (Décarie, 1988 ; Querrien et Lassave, 1997, Le Couédic, 1998). Et on peut même supputer, en constatant le dynamisme qui anime Saint-Roch depuis lors, que ce consensus, consacré dans un premier temps dans une adhésion commune à l’urbanisme végétal, ait été prolongé par un ralliement aux objectifs de la protection du patrimoine de Saint-Roch et du développement culturel du quartier. Mais il s’agit là d’une nouvelle hypothèse qu’il reste à explorer.

Bibliographie

Bibliographie

Blanchet Danielle. Saint-Roch, un quartier en constante mutation. Québec, Service d’urbanisme. Division du Vieux-Québec et du patrimoine. Ville de Québec, 1987. coll. "Les quartiers de Québec".

Cassista Martin, Saint-Roch, réémergence d’un quartier : étude de revitalisation. Québec, 1995, Association des gens d’affaires de Saint-Roch.

Cimon Jean, Promoteurs et patrimoine urbain. Le cas du Vieux-Québec. Montréal, Méridien. 1991.

Claveau Martin, "La résurrection de Plywood City", Le Carrefour de Québec, 15 mars 1998, p. 4.

Décarie Jean, (1988) "L’aménagement écologique des villes”, in Environnement et urbanisme, 1988, p. 175-193, (coll. "Environnement et géologie", vol. 5-6).

EZOP-Québec, Une ville à vendre, Montréal, Éditions coopératives Albert Saint-Martin, 1981.

Hangard Sandrine, Saint-Roch. Déclin et revitalisation démographiques et socio-économiques d’un quartier de Québec, 1951-1996. Mémoire de maîtrise de géographie. Université de Rouen, 1998.

Hulbert, François, Essai de géopolitique urbaine et régionale. La comédie urbaine de Québec, Montréal, Méridien, 1994.

Le Couédic Daniel, "La nature et la ville : entre pacification et résistance", in Guy Mercier et Jacques Bethemont (éds) La ville en quête de nature, Québec et Lyon, Septentrion et Centre Jacques Cartier, 1988, p. 45-63.

Mercier Guy, "La recréation littéraire de la ville par l’urbanisme et la mythologie contemporaine. L’exemple du quartier Saint-Roch à Québec", in Patrick Dieudonné (éd.) Villes reconstruites. Du dessin au destin. Paris, L’Harmattan, 1994, vol. 2, p. 307-318.

Mercier Guy, "Le Jardin Saint-Roch ou la centralité perdue", in Guy Mercier et Jacques Bethemont (éds), La ville en quête de nature, Québec et Lyon, Septentrion et Centre Jacques Cartier, 1998a, p. 129-155.

Mercier Guy, "La personnalité des êtres géographiques. Le témoignage du quartier Saint-Roch à Québec", in Laurier Turgeon (éd.), Les entre-lieux de la culture. Québec, Presses de l’Université Laval, 1998b, p. 173-215.

Mercier Guy et Mascolo Sophie, "La place commerciale et la mythologie de l’urbanisme contemporain : le témoignage de la rue Saint-Joseph à Québec", in Luc Noppen (éd.), Architecture, forme urbaine et identité collective, Québec, Septentrion, 1995, p. 53-102.

Morisset Lucie K., "Le Jardin de Saint-Roch". ARQ, no 84, 1995, p. 16.

Morisset Lucie K., Patrimoine du quartier Saint-Roch. La mémoire du paysage, Québec, Service de l’urbanisme de la Ville de Québec. 1996, (Division du design urbain et du patrimoine).

Morisset Lucie K., Noppen Luc et Cormier Claude. Patrimoine du quartier Saint-Roch. Rapport de synthèse, Québec, Service de l’urbanisme de la Ville de Québec, 1996, (Division du design urbain et du patrimoine).

Nœl Christine, Les nouvelles pratiques sociales à Saint-Roch (Québec), Mémoire de maîtrise de géographie, Université de Caen, 1997.

Noppen Luc et Morisset Lucie K., "L’urbanisme végétal : de l’usage historique et postmoderne", in Guy Mercier et Jacques Bethemont (éds), La ville en quête de nature, Québec et Lyon, 1998, Septentrion et Centre Jacques Cartier, p. 211-237.

Piché Denise, "Le design urbain : le cas de Québec. Une manière de placer l’humain et la culture au cœur de l’aménagement ?", in Annick Germain (éd.), L’aménagement urbain. Promesses et défis, Québec, 1991, Institut québécois de recherche sur la culture, p. 129-177, coll. "Question de culture", no 18.

Querrien Anne et Lassave Pierre (éds), Natures en villes, Numéro thématique des Annales de la recherche urbaine, no 74, 1997.

Quesnel Louise, Belley Serge et Léveillée Jacques, Partis politiques municipaux. Une étude de sociologie électorale, Montréal, 1991, Éditions Agence d’Arc.

Riguet Dominique, Le quartier Saint-Roch en quête de la centralité, Rapport de stage, CÉLAT, Université Laval, 1995.

Routhier Benoît, "Un boum de la construction dans Saint-Roch", Le Soleil, 21 février, 1998a, p. A12.

Routhier Benoît, "L’Espace Saint-Roch sera finalement habité", Le Soleil, 11 mars, 1998b, p. A6.

Senneville Annie, Des interventions municipales pour la revitalisation de Saint-Roch, Mémoire de maîtrise, Faculté d’architecture et d’aménagement, Université Laval, 1996.

Stefulesco Caroline, L’urbanisme végétal, Paris, Institut de développement forestier, 1993.

Ville de Québec, La Grande Place, 1988, 2 tomes.

Ville de Québec, Document complémentaire : analyse des mémoires présentés à la Ville de Québec à l’occasion de la consultation publique sur le projet de développement de ta Grande Place proposé par le promoteur Citicom, 1989a.

Ville de Québec, La Grande Place. Rapport d’évaluation du projet soumis officiellement le 23 août 1989 par Cadillac Fairview/JMB Properties Partnership, Citicom Inc., Laurent Gagnon Inc., 1989b.

Ville de Québec, Un Plan d’action pour le quartier Saint-Roch : document de consultation. Un quartier renouvelé pour une capitale renforcée, 1990.

Ville de Québec, Recueil des mémoires déposés à la Commission sur le Plan d’action Saint-Roch, décembre 1990, 1991a, 2 volumes.

Ville de Québec (1991b) Le quartier Saint-Roch : une priorité aujourd’hui. Rapport de la Commission consultative sur le Plan d’action, 1991b.

Ville de Québec. RevitalisAction au cœur de la capitale, 1992, 5 volumes.

Ville de Québec, Place Saint-Roch. Un effet d’entraînement, 1993.

Ville de Québec, Rebâtir la rue Saint-Joseph. Document de consultation, 1998a.

Ville de Québec, Rapport des commissaires. Audiences publique, projet "Rebâtir la rue Saint-Joseph", 1998b.

Ville de Québec, Rebâtir la rue Saint-Joseph. Plan d’action, 1998c.

Annexes

Annexe

Tableau 1 - La position

Îlot Fleurie

Jardin Saint-Koch

• Mitoyen avec le Jardin Saint-Roch

• Mitoyen avec l’îlot Fleurie

• Portion d’un quadrilatère évidé

• Portion d’un quadrilatère évidé

• Un quadrilatère naguère constitutif de la centralité de Québec

• Un quadrilatère naguère constitutif de la centralité de Québec

Tableau 2 - La dynamique socio-politique

Îlot Fleurie

Jardin Saint-Roch

• Sur un terrain destiné à la rénovation urbaine

• Sur un terrain destiné à la rénovation urbaine

• Résulte d’une rénovation urbaine inachevée

• Résulte d’une rénovation urbaine inachevée

Résulte d’une contestation de la rénovation qui n’a pu empêcher l’évacuation

• Résulte d’une rénovation qui n’a pas pu aller plus loin que l’évacuation

Un geste de protestation pour contrecarrer la rénovation : "empêchons que soit fait ici ce que l’on projette d’y faire’‘

• Un geste de contrition pragmatique pour réaliser la rénovation : "ce qui a été fait est regrettable mais faisons ici ce que nous n’avons plus le choix de faire”

Tableau 3 - La fonction

Îlot Fleurie

Jardin Saint-Roch

• Admiration de la nature et du paysage

• Admiration de la nature et du paysage

Production collective de la nature et de l’art

Consommation individuelle de la nature et de l’art

• Accueillir la foule

• Accueillir l’individu

• Animer la vie collective

• Favoriser la vie privée

• Participation collective à la vie urbaine

• Jouissance individuelle de la vie urbaine

• Soutien à la vie communautaire

• Relance économique du quartier

Améliorer la qualité de vie des habitants

Améliorer la qualité de vie des habitants

Tableau 4 - Le fonctionnement

Îlot Fleurie

Jardin Saint-Roch

Statut foncier

Statut foncier

• Propriété municipale

• Propriété municipale

i) Squatte ring ii) Occupation tolérée

Occupation légale par le propriétaire en titre

Financement

Financement

i) Populaire ii) Subventions

Statutaire

• Investissement faible

• Investissement lourd

• Précarité financière

• Stabilité financière

Administration

Administration

i) Bona Fide ii) Association

Municipale (Service de l’environnement)

• Autonomie de programmation

• Programme unique

Tableau 5 - Les matériaux et la forme

Îlot Fleurie

Jardin Saint-Roch

Matériaux

Matériaux

• La nature et l’art

• La nature et l’art

Équipements pour le jeu

Équipements pour la détente

Équipements pour la production maraîchère, horticole et artistique

• Affichage discret de renseignements botaniques

Forme

Forme

•Agglomération d’éléments variés

Unité paysagère

• Adaptation des usages au site

• Transformation du site selon l’intention artistique

Notes

1 Pour un portrait général de l’évolution socio-démographique du quartier Saint-Roch depuis les années 50, cf. Hangard (1998).

2 Ce changement a été reconnu par les commissaires qui ont dirigé en juin 1998 les audiences publiques destinées à recueillir des avis à propos du projet de démolition du mail Centre-ville (Ville de Québec, 1998b, p. 17). Cf. aussi Routhier (1998a et b) et Claveau (1998).

3 Un document officiel décrivait récemment la relance du quartier en ces termes : "Parmi les projets majeurs ayant largement contribué à redévelopper le secteur, notons l’aménagement du jardin de Saint-Roch, la transformation de l’immeuble de la Dominion Corset en centre administratif et universitaire (L’École des arts visuels), le centre culturel Méduse, l’École nationale d’administration publique, la Télé-Université, le siège social de l’Université du Québec, la création du Centre de développement des technologies de l’information à l’édifice Le Soleil, l’hôtel le Royal William, le regroupement des écoles des métiers d’arts, la réfection des grands axes de circulation (rues de la Couronne, Dorchester, Saint-Joseph, Charest ainsi que Saint-Vallier [...]). De plus, environ 400 logements ont été créés ces dernières années dans le quartier. La Ville a mis sur pied de nombreux programmes d’aide, tant au niveau de l’habitation que pour la transformation d’immeubles en ateliers d’artistes et la rénovation des façades des bâtiments commerciaux" (Ville de Québec, 1998a, p. 4). Selon les autorités municipales (ibid.), cette relance du quartier n’est pas sans relation avec l’ambitieux programme urbanistique lancé en 1992 sous le nom de RevitalisAction au coeur de la capitule.

4 Selon les calculs du Centre de développement économique et urbain de la Ville de Québec, le quartier Saint-Roch bénéficia au total, entre 1992 et 1997, de 130 336 295 $ d’investissements. Ces investissements étaient répartis comme suit : Parcs et espaces verts : 5 500 000 $ ; Infrastructures et aménagement : 14 244 595 $ ; Loisirs et vie communautaire : 1 480 000 $ ; Culture : 13 639 671 $ ; Habitation : 42 650 242 $ ; Commerces et entreprises : 10 159 687 $ ; Institutions et édifices à bureaux : 42 662 100 $. Près de 41 % de ces investissements provenaient du secteur public, soit 52 907 060 $ (Ville de Québec, 1998a, p. 3).

5 L’actuel projet de détruire le mail Centre-ville, qui recouvre depuis près de trente ans une longue section de la rue Saint-Joseph, s’inscrit lui aussi dans cette perspective (Ville de Québec, 1998a et c). Sur la construction et l’impact du mail Centre-ville, cf. Mercier et Muscolo (1995).

6 À l’automne 1998, l’îlot Fleurie fut déménagé plus à l’est, sous les viaducs de l’autoroute Dufferin-Montmorency.

7 Pour plus de détails sur l’histoire de Saint-Roch, le lecteur est prié de se rapporter à la brillante synthèse réalisée par Lucie K. Morisset (1996).

8 On trouvera une description et une analyse des efforts urbanistiques déployés à Saint-Roch depuis les années soixante dans Mercier (1994, 1998a et 1998b) et dans Mercier et Muscolo (1995). Cf. aussi Senneville (1996).

9 Un bon exemple de ce discours est le long document (1 200 pages) connu sous le nom de Rapport EZOP (Étude des zones prioritaires d’intervention dans la ville de Québec). Signé par un groupe de sociologues, ce rapport, rendu public en 1972, eut un large écho dans le milieu politique local. Une version abrégée fut éditée quelques années plus tard (EZOP-Québec. 1981). Sur le discours critique des "comités de citoyens", cf. aussi Hulbert (1994) et Mercier (1998b).

10 Sur cet épisode de la vie politique locale et le rôle qu’y tint la critique du projet Citicom-Gagnon, cf. Hulbert, 1994. Sur le projet lui-même, cf. Ville de Québec (1988, 1989a et 1989b).

11 On lit à ce propos dans le rapport issu de la consultation : "Le site, actuellement dans un état délabré, devrait faire l’objet d’un embellissement dès l’été 1991. Cette intervention, souhaitée par un grand nombre d’intervenants, viserait à aménager une partie du site en espace vert dans l’immédiat. Ce "nettoyage" manifesterait concrètement une volonté réelle de relance du quartier, au moyen de mesures somme toute peu coûteuses mais dont l’impact sur l’environnement et la qualité de vie dans le quartier serait immédiat" (Ville de Québec, 1991b, p. 16).

12 D’après les informations que nous avons, le Jardin Saint-Roch, depuis son ouverture, a été le théâtre de certaines activités collectives (environ cinq petits concerts, une exposition de peinture, quelques visites guidées pour groupes scolaires). Selon le Service de l’environnement de la Ville de Québec, ces expériences confirment cependant que la relaxation doit demeurer la vocation première du jardin.

13 Le Service de l’environnement de la Ville de Québec nous a précisé que ces dons de matériaux et d’équipements excluaient toute infrastructure pouvant assurer la pérennité de l’îlot Fleurie.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search