Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sites publics, lieux communs

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Deuxième partie. Actualisation des contextes : aménagement, réaménagement et transformation

Places, parcs, jardins : enjeux autour de la recomposition d’espaces urbains à Québec

François Hulbert

Texte intégral

1Cet article vise à montrer qu’autour des concepts de places, parcs et jardins deux perspectives s’affrontent. Celle qui consiste à créer des espaces de prestige conçus pour eux-mêmes et à la pièce et celle, qui ne prévaut pas depuis quelques années, qui chercherait à retisser le tissu urbain en réponse aux besoins exprimés par les citoyens.

2Depuis le début des années 1990 les places, parcs et jardins conçus et réalisés par la Ville de Québec dans ses quartiers centraux répondent à un souci de réhabilitation d’espaces abandonnés au fil des années et d’embellissement du paysage urbain. Ils se veulent aussi la construction de sites emblématiques, de lieux de "prestige dignes d’une capitale" qui doivent jouer un effet d’entraînement pour la relance des activités et le repeuplement des quartiers dans lesquels ils s’implantent. Enfin certaines opérations consistent à marquer le territoire pour commémorer la mémoire des lieux et donner une certaine perspective historique aux sites.

3Jusque dans les années 1980 cette problématique d’aménagement n’est guère présente dans les politiques municipales ; les quelques nouvelles places consistent plus dans le réaménagement d’espaces résiduels, que les urbanistes essayent de bonifier après le passage de la rénovation bulldozer des années antérieures, que dans la conception d’espaces nouveaux. Les places sont alors souvent ce qui reste après avoir d’abord livré l’espace aux besoins de l’automobile : c’est le cas du dessus du stationnement souterrain de l’Hôtel de ville appelé Jardins de l’Hôtel de ville, des délaissés de voirie dans le secteur du marché (place du marché du vieux-port), d’un stationnement du secteur de Place-Royale devenu Place de Paris, de celui du Grand Théâtre devenu ensuite le parc de l’Amérique française ou du parc du pigeonnier, près de la tour à bureaux du gouvernement du Québec, rebaptisé parc de la Francophonie.

4Peu ou pas impliqués dans l’élaboration et la mise en place des projets en question, les citoyens des quartiers concernés ont été les grands absents de la définition des concepts en cause. Certaines réalisations ont même été faites en contradiction avec les propositions ou les besoins exprimés par les populations "consultées". Ils doivent s’accommoder de ces espaces pensés pour eux, mais peuvent aussi par la suite en contester l’usage et la vocation. Parfois des résidents réussissent à imposer des mini-parcs dans le cadre de luttes urbaines d’appropriation ou de réappropriation de lieux : parcs Scott et Berthelot dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, jardin de l’îlot de la rue Fleurie dans le quartier Saint-Roch (voir photo : Quartiers du centre-ville de Québec, fig. 4).

Fig. 4 - Quartiers du centre-ville de Québec en haut, quartier saint-Jean-Baptiste (Haute-ville) en bas, quartier saint-Roch (Basse-ville)

Fig. 4 - Quartiers du centre-ville de Québec en haut, quartier saint-Jean-Baptiste (Haute-ville) en bas, quartier saint-Roch (Basse-ville)

1- place d’Youville
2 - hôtel Ramada
3 - parvis de l’église saint-Roch
4 - place Jacques Cartier
5 - jardin saint-Roch
6- "trou de saint-Roch" et "jardin fleuri" déplacé en 1998 sous les bretelles de l’autoroute et remplacé par des collectifs "condominium"
7 - autoroute inachevée
8 - autoroute Dufferin
Source : ville de Québec, 2 septembre 1993

UNE TERMINOLOGIE GALVAUDÉE

5Évoquons d’abord les ambiguïtés et confusions terminologiques car elles conduisent parfois à des méprises sur le sens des réalisations et finalement l’usage des espaces considérés.

6Les trois termes place, parc et jardins servent à désigner un complexe résidentiel : parc Samuel-Holland, place Samuel-de-Champlain et Jardins Mérici par exemple sont trois grands ensembles d’habitat collectif. Le mot place, en plus du sens évoqué ci-dessus et de son sens commun, sert également à désigner des édifices à bureaux, mais aussi des centres commerciaux (une dizaine d’entre eux sont ainsi nommés dans l’agglomération de Québec) ; enfin le mot place sert aussi à désigner un quartier dans le cas de Place-Royale. L’urbanisme commercial a aussi récupéré le mot carrefour pour identifier cinq centres commerciaux.

7Depuis quelques années, avec la conception de petites places aménagées à partir de trottoirs élargis à des carrefours existants, une double appellation apparaît : le nom des rues en question demeure à côté du nom de la nouvelle place. C’est le cas pour la place des Livernois, la place de la FAO ou la place du marché du Vieux-port. De création récente, ces carrefours qui deviennent places sans en être vraiment sont parfois mis en valeur par de petits monuments commémoratifs (tableau 1).

Tableau 1 - Quand un carrefour devient place

Tableau 1 - Quand un carrefour devient place

8Par sa désignation comme telle, une rue peut aussi "devenir" une place ou un parc : c’est le cas de deux axes de circulation : Langelier (boulevard) et Montcalm (curieusement appelé place). Dans le premier cas les résidents du quartier, en occupant le large terre-plein de multiples façons au fil des ans, en ont défini l’usage et la municipalité n’a fait qu’entériner par la suite une situation de fait en apposant un panneau officiel : parc du boulevard Langelier. Dans le cas de "place" Montcalm il s’agit essentiellement d’une courte rue avec terre-plein qui sert d’accès à un grand hôtel (le Concorde) et aux Plaines d’Abraham (parc des Champs de bataille) ; elle n’a pas été appropriée par la population riveraine, même si elle a été le lieu d’une manifestation lors de l’implantation de la statue de Charles de Gaulle en 1997 (tableau 2).

9Quant à la rue qui donne accès à l’entrée principale de l’Hôtel de ville de Québec, deux panneaux servent à la désigner sur le terrain : rue des Jardins et place de l’Hôtel de ville.

  • 1 Cette promenade le long du boulevard René-Lévesque n’est pas désignée comme telle ; on a préféré a (...)

10Le réaménagement du boulevard René-Lévesque a permis de construire sur près de 500 mètres une voie piétonne avec arbres, marches et cascades qui prend l’allure d’un parc linéaire entre le parc de l’Amérique française et l’esplanade du Parlement1. Un axe majeur de circulation de transit l’empêche cependant de se prolonger adéquatement vers le Vieux-Québec intra-muros : il s’agit de la section de départ de l’autoroute Dufferin rebaptisé récemment avenue Honoré-Mercier et que certaines cartes ont déjà appelée "place de l’Assemblée nationale".

Tableau 2 - Quand une rue devient parc ou place

Dénomination

Composition

Type de lieu

- boulevard Langelier
(+ 500 mètres)

terre-plein
bancs, arbres
monument
(Sir Wilfrid Laurier)

- parc du boulevard Langelier- circulation de transit

- place Montcalm
(rue : - 100 mètres)

terre-plein
arbres, bancs
monument : Montcalm,
Charles de Gaulle (1997)

- circulation d’accès

- rue des Jardins
place de l’Hôtel de ville

large rue en pente
station de taxi

- circulation de transit

- boulevard René-Lévesque
(+ 500 mètres)

avenue, arbres
escaliers, bancs
parc linéaire

- promenade
- circulation de transit

-avenue Honoré-Mercier
"Place de l’Assemblée
nationale"

Jardins du Parlement
rue, rond-point
début de l’autoroute Dufferin

- manifestation
- rassemblement
- circulation de transit

11L’aménagement d’une véritable place ou d’un jardin qui pouvait éliminer la circulation automobile était possible ; elle n’a pas été réalisée dans ce sens.

12Les places qui en sont vraiment ont franchi les époques ; il s’agit par exemple des anciens marchés aujourd’hui disparus, mais qui restent des lieux de manifestation, de rassemblement et de passage tant pour les citadins que pour les touristes (tableau 3). C’est le cas de la place Royale, de la place de l’Hôtel de ville et de la place Finlay qui sont surtout des lieux historiques fréquentés par les touristes ; d’autres places plus importantes sont demeurées des lieux majeurs d’organisation du centre-ville.

  • 2 Des propositions en ce sens ont été régulièrement élaborées depuis longtemps : c’est le cas de la (...)

13La place d’Youville (marché Montcalm), plusieurs fois transformée et réaménagée est un lieu de manifestation et de passage quasi obligé pour entrer dans la vieille ville par la rue Saint-Jean (fig. 4, point 1) ; cet axe symbolique arpenté régulièrement par des foules de touristes et de citadins, est sillonné à toute heure du jour d’un flot continu d’automobiles, de bus et de camions de livraison. Cette place et cette rue seraient des espaces piétons depuis longtemps dans la plupart des villes similaires de nombreux pays2.

Tableau 3 - Quand un ancien marché devient place

Dénomination

Activités

Type de lieu

1) - Place d’Youville (marche Montcalm) anciennement Carré d’Youville

- Bureaux, restaurants
- Salles de spectacles
- Bus, taxis
- Stationnement
- Hôtel, patinoire

Manifestation
Rassemblement

2) - Place Jacques-Cartier (marché Saint-Roch)

- Bureau, commerces
- Bibliothèque, hôtels
- Auditorium
- Bus, taxis
- Stationnement

Rassemblement

3) - Place de la Gare (marché aux bestiaux)

- Gare intermodale
- Stationnement
- Bureaux, habitation
- Parc, commerces

Transit

4) - Place-Royale (marché Champlain)

- quartier historique (Vieux-Québec)

Tourisme

5) - Place Finlay (marché Finlay)

6) - Place de l’Hôtel de Ville

  • 3 "Un nouvel emplacement est proposé", Le Soleil, 24 octobre 1972.

14La place Jacques-Cartier (marché Saint-Roch) a vu elle aussi son environnement complètement modifié à partir des années 1970 : démolition de divers édifices, d’une école relocalisée en périphérie du quartier, d’un couvent remplacé par un hôtel de 15 étages (fig. 4, point 2), construction d’une bibliothèque, d’un centre commercial, d’un édifice à bureaux, d’un stationnement souterrain. Ces bouleversements auraient pu s’inscrire dans une tout autre perspective si au lieu d’implanter un hôtel face à l’église Saint-Roch, la Ville avait pris en considération le projet de place publique proposé à l’époque (1972) par l’École d’architecture de l’Université Laval3

15Le parvis de l’église (fig. 4, point 3) et la place Jacques-Cartier (fig. 4, point 4) sont devenus de petits espaces coincés entre des édifices massifs ne permettant de dégager aucune percée visuelle intéressante. Ces espaces s’articulent avec le mail Saint-Roch, portion de la rue Saint-Joseph recouverte d’un toit depuis plus de 20 ans et rebaptisé mail centre-ville il y a quelques années ; ils demeurent des lieux centraux du quartier que la population continue de s’approprier, les multiples réalisations évoquées précédemment n’ayant pu déraciner cette réalité qu’est d’ailleurs venue renforcer l’implantation de la bibliothèque dans les années 1980.

Fig. 5 - L’aménagement de la place de la gare (projet réalisé)

Fig. 5 - L’aménagement de la place de la gare (projet réalisé)

DES PARCS DE PRESTIGE AUX ÎLOTS DE RÉSISTANCE

16La place de la Gare est restée pendant de nombreuses années un stationnement plus ou moins aménagé aux allures de terrain vague. En 1997 conjointement la Ville de Québec et la Commission de la Capitale conçoivent un projet qui transforme cet espace en grande partie en parc, voire même en jardin ; il s’agit de créer "un nouveau lieu d’attraction" et un "accès à Québec digne de la Capitale" dans l’esprit de ses promoteurs (fig. 5). En guise de consultation et de participation au projet, les citoyens du quartier ont juste eu droit à une séance d’information le 7 avril 1997, la semaine précédant le début des travaux. Seul un comité de citoyens, le CRAC-Vieux-Québec (comité régional action-circulation) a présenté une critique du projet et proposé une alternative à celui-ci, en mettant en évidence que l’amélioration du cadre de vie dans le quartier de la gare passait prioritairement par la réduction de la circulation (voitures, camions et autobus) qui pollue de multiples façons leur environnement. Le projet du CRAC déplace l’axe principal de circulation, la rue Saint-Paul, dans le prolongement du boulevard Charest plus près de la gare et transforme celle-ci en des bouts de rues cul-de-sac intégrés à un espace vert plus modeste et plus fonctionnel (fig. 6). Ce projet paraît dans le quotidien régional Le Soleil le 10 mai 1997.

Fig. 6 - L’aménagement de la place de la gare (alternative proposée)

Fig. 6 - L’aménagement de la place de la gare (alternative proposée)

17Ce projet de la gare est comparable par bien des aspects au Jardin de Saint-Roch implanté en 1993 (fig. 4, point 5). Pendant près de 20 ans un vaste espace occupé en partie par un stationnement est resté vacant (fig. 4, point 6) ; ce trou béant dans le tissu urbain est le résultat de la démolition d’un secteur résidentiel en vue de faire passer une autoroute qui ne s’est jamais réalisée (fig. 4, point 7) ; aujourd’hui encore l’amorce de celle-ci bute sur un îlot résidentiel ayant survécu à l’opération (îlot de la rue Fleurie, 50 résidents).

  • 4 Dans le concept d’aménagement dans lequel s’inscrit ce projet on voit traiter sur le même plan et (...)
  • 5 J. Cimon, Promoteurs et patrimoine urbain, Méridien environnement, 1991, 380 pages (chapitre 7 "La (...)
  • 6 "L’espace Saint-Roch sera finalement habité", Le Soleil, 11 mars 1998.

18Pour réoccuper cet espace divers projets ont été mis de l’avant. C’est le cas de la "Grande Place" en 1988, vaste complexe immobilier multifonctionnel comprenant des tours à bureaux et d’habitations, de grandes surfaces de commerces et de stationnement, un tunnel routier et même un métro de surface4. Ce projet est abandonné après le changement d’équipe municipale en 1989, mais sur le même site rebaptisé "espace Saint-Roch", un nouveau projet est élaboré et soumis à la consultation populaire lors des audiences publiques tenues en décembre 1990. Cherchant plus à faire de Saint-Roch "un grand pôle du centre-ville" pour y attirer des "fonctions administratives prestigieuses" qu’à répondre aux problèmes et besoins du quartier, ce nouveau projet est largement rejeté par la population5. En juillet 1991 devant l’inaction municipale, les résidents de la rue Fleurie, sorte de camp retranché entre les bretelles de l’autoroute et le terrain vague, décident eux-mêmes d’en embellir une partie et de faire un parc à leur façon en s’appropriant cet espace propriété de la ville (fig. 4, point 6). Largement médiatisée, cette manifestation qui met la municipalité devant le fait accompli attire des bénévoles et des entreprises qui fournissent des matériaux, des fleurs, des arbres ; une rocaille est aménagée, des bancs sont installés, des artistes réalisent une fresque sur un vieux mur abandonné. Ce parc s’est maintenu jusqu’en 1998 où il a été repoussé sous les bretelles et entre les piliers de l’autoroute avec l’arrivée d’un projet de construction résidentielle6.

  • 7 Le cadre d’aménagement du quartier Saint-Roch (page 28), Ville de Québec, février 1992, 101 pages.
  • 8 "La place Saint-Roch devient un jardin" titre le Journal de Québec le 27 août 1993. Présenté au dé (...)

19Deux ans plus tard alors que les trois quarts de l’espace Saint-Roch sont toujours inutilisés, la Ville se lance dans la réalisation d’un "espace public structurant à caractère régional"7 (fig. 4, point 5). Implanté en marge du Quartier Saint-Roch au coût de 6 millions de dollars, ce parc étonne par sa grande variété d’arbres et de plantes, sa conception et le luxe de son aménagement : un kiosque, un belvédère, une chute d’eau et des bassins. Il est finalement défini comme un jardin et est inauguré le 26 août 19938.

20Ces deux parcs de l’espace Saint-Roch traduisent sur le terrain de façon fort symbolique l’opposition entre les besoins exprimés par les citoyens et les ambitions de la municipalité, celle-ci cherchant plus à créer un cadre pour attirer des entreprises qu’à répondre aux problèmes du quartier ; c’est le sens de l’affichage publicitaire qui accompagne l’opération : "place Saint-Roch, un effet d’entraînement".

21Pour améliorer leur cadre de vie les citoyens doivent le plus souvent se mobiliser avec plus ou moins de succès pour imposer des parcs aux autorités municipales (tableau 4).

DES LUTTES URBAINES D’APPROPRIATION

22Les parcs Scott et Berthelot dans le quartier Saint-Jean-Baptiste sont nés de la résistance des résidents aux démolitions liées à l’élargissement des activités tertiaires de la colline parlementaire. En s’appropriant des logements via la formule coopérative par exemple, ils ont pu par la suite obtenir quelques équipements de quartier dans les trous laissés béants par les opérations d’urbanisme. C’est le cas du mini-parc Scott conçu et construit par les citoyens. C’est le cas du parc Berthelot, près de l’îlot résidentiel du même nom (19 logements), semblable à celui de la rue Fleurie. L’îlot Berthelot se bat depuis 20 ans pour éviter de disparaître face aux projets d’édifices à bureaux ou d’hôtels qui surgissent régulièrement sur le site. C’est aussi à la demande des citoyens et suite à leur occupation des lieux que le cimetière entourant l’église Saint-Matthew transformée en bibliothèque est devenu un parc.

  • 9 Réaménagement de la colline parlementaire, synthèse des orientations (p. 6) Ville de Québec, novem (...)

23Toutes les luttes urbaines n’ont pas abouti de la même façon. Près du grand Théâtre le boisé des sœurs franciscaines, une des dernières oasis de verdure de la colline parlementaire est acquise par un promoteur pour y construire un complexe résidentiel et commercial (1978-79). Malgré l’opposition réunie des comités de citoyens et de la commission d’aménagement de la Communauté urbaine de Québec (CUQ), la municipalité autorise le projet qui se réalise. Pour compenser la perte de cet espace vert, le gouvernement du Québec transforme le stationnement du grand Théâtre en parc : le parc de l’Amérique française. Plusieurs de ces parcs réalisés sous la pression des citoyens font ensuite l’objet d’une récupération politique de la part des autorités municipales qui n’hésitent pas à les présenter comme des "joyaux d’espace vert et de détente" et même à leur donner tout d’un coup "une vocation structurante"9.

Tableau 4 - Luttes urbaines et enjeux d’appropriation

Dénomination

Nature, Fonction, Évolution

l) Parc Scott

mini-parc, terrain de jeux

2) Parc Berthelot

parc, terrain de jeux, kiosque
îlot Berthelot (19 logements)

3) Parc de la rue Fleurie

Jardin
îlot "Fleurie" (50 résidents)

4) Parc St-Matthew

église = bibliothèque
cimetière = parc

5) Parc de l’Amérique française

échange de terrains
stationnement = parc

6) Église Saint-Roch

hôtel, parvis
démolition du couvent (1972)

7) Côte Claire-Fontaine

fresque sur rue (1991)

8) "Place du Musée de la Civilisation"

Stationnement
complexe résidentiel

9) Pointe-à-Carcy

accès au fleuve = promenade

10) Anse Brown

accès au fleuve = parc

11) Battures de Beauport

accès au fleuve = plage

24On a évoqué précédemment l’échec de l’aménagement d’une place devant l’église Saint-Roch, mais il faut aussi signaler les possibilités ratées sur la côte Claire-Fontaine, devant le musée de la Civilisation et le long du fleuve en général, autant de cas où les problèmes et les suggestions des citoyens, pourtant plusieurs fois consultés dans certains cas, n’ont pas été pris en compte.

  • 10 "Une rue devient hymne à la joie", Le Journal de Québec, 17 septembre 1991.

25En septembre 1991 un artiste peintre réalise avec un groupe de citoyens une grande fresque sur l’asphalte de la côte Claire-Fontaine10. Ceux-ci lancent alors l’idée de poursuivre ce projet en créant une place publique à partir de cette côte très pentue transformée en amphithéâtre. Cette proposition reçoit l’approbation de tous les organismes du quartier, des marchands comme des résidents, des représentants de l’église comme de l’école ; elle est appuyée par une pétition de plus de 700 noms adressée à la conseillère municipale du quartier. La municipalité ne donne pas suite à ce projet et après une semaine s’empresse d’effacer la fresque et de rendre la côte à la circulation automobile. Ce projet repris en 1993 par les étudiants de l’école d’Architecture est ignoré.

26L’accès au fleuve est une autre revendication des citadins privés de cette possibilité depuis le début des années 1970 suite à la construction à même les rives du Saint-Laurent du boulevard Champlain et de l’autoroute Dufferin-Montmorency qui forment une barrière entre le fleuve et la ville. Dans le cadre d’un réseau d’espaces publics prévus dans le plan directeur d’aménagement et de développement de la ville de Québec (1988), des places et des parcs donnant accès au fleuve ont été prévus, mais ne se sont pas réalisés. C’est le cas de la "Place du musée de la Civilisation" ; un imposant édifice résidentiel de luxe (Les Terrasses du vieux-port) occupe maintenant en partie cet espace entre le musée et le fleuve, alors que la conception même du musée dont l’édifice s’adosse à la falaise en descendant graduellement vers le fleuve prévoyait cette perspective et cette ouverture vers le large. La partie restante de cet espace est utilisée comme stationnement.

  • 11 Rapport du comité consultatif sur l’avenir de la Pointe-à-Carcy (p. 33), septembre 1989, 123 pages (...)

27C’est aussi le cas de la Pointe-à-Carcy qui a fait l’objet de diverses consultations et propositions, mobilisant de nombreux intervenants entre 1989 et 1993, dans le but de défendre le caractère public et récréatif de ce site au bord de l’eau. Le rapport Boulet considère que "l’unanimité s’est faite quant à la nécessité de préserver le caractère public et la fonction récréative de la Pointe-à-Carcy... pour y jouir de l’accès au fleuve"11. Ce rapport recommandait même la démolition de certains édifices pour "que l’espace ainsi libéré soit converti en parc public". Non seulement on ne suivra pas cette recommandation, mais un nouvel édifice, l’école navale, va être construit en 1993 ; la promenade de la Pointe-à-Carcy va se réduire à une bordure de quai dominant le fleuve.

28Le port de Québec ayant toujours refusé de considérer son expansion en dehors des parties centrales de l’agglomération bloque les possibilités d’aménagement d’espaces verts en contact avec le fleuve. Il tolère une plage que les véliplanchistes et amateurs de plein air se sont appropriés à l’extrémité d’une presqu’île de remblaiement où se développent des activités portuaires de transbordement qui la menacent. L’enjeu des Battures de Beauport (zone d’estran) a entraîné une lutte urbaine sans précédent, notamment en 1977, 1981 et 1983 ; cette mobilisation de nombreux groupes de citoyens désireux de garder cet accès au fleuve s’explique par le fait qu’ils l’ont perdu un peu partout ailleurs dans le centre de l’agglomération. Le port de Québec s’oppose toujours à la récupération à des fins de parcs de certains espaces riverains comme l’anse Brown. Ce concept de "fenêtre sur le fleuve", mis de l’avant par certaines municipalités littorales, est le plus souvent récupéré par les promoteurs immobiliers pour leurs projets de développements résidentiels.

  • 12 "Les quartiers centraux de Québec : déclin persistant et revitalisation permanente" (p. 514-551) E (...)
  • 13 La Commission de la Capitale nationale du Québec (CCNQ) est gérée par un Conseil de 13 membres nom (...)
  • 14 La Corporation des États généraux du paysage québécois (E.G.T.Q.), qui a un secrétariat permanent, (...)
  • 15 ccnq, rapport annuel 1995-1996.
    ccnq, plan d’intervention pour la mise en valeur de la colline parle (...)

29La recomposition des espaces centraux de l’agglomération et la politique des places, parcs et jardins s’inscrivent dans une revitalisation quasi permanente maintenue à l’ordre du jour depuis plus de 25 ans, sans que ne soit réellement enrayé le déclin des quartiers centraux12. Actuellement encore, pour la énième fois, un projet de réaménagement et de mise en valeur des abords du Parlement est à l’étude. Il s’inscrit dans le cadre des travaux de la nouvelle Commission de la capitale créée par l’Assemblée nationale en juin 199513. Cette Commission s’associe à la Corporation des États généraux du paysage pour tenir à Québec le 16 mai 1997 une journée de réflexion sur la mise en valeur de la colline parlementaire14. Il s’agit encore une fois d’engager l’élaboration d’un "plan d’intervention pour la mise en valeur de la colline parlementaire" ; il s’agit entre autres de contribuer à "l’embellissement des places, promenades et parcs liés à la fonction de capitale" en partenariat et concertation avec la Ville de Québec15.

  • 16 "Zone piétonnière sur Grande-Allée, la ville recule". Haute-ville Express, volume 2, no 40, 7 juil (...)

30Après avoir réaménagé une section du boulevard René-Lévesque, sans considérer la section de l’autoroute Dufferin qui en est la suite et qui sépare le quartier Saint-Jean-Baptiste du Vieux-Québec intra muros depuis 25 ans (fig. 4, point 8), après avoir tenté un réaménagement de la Grande-Allée qui a tourné court en 1991 devant la protestation des restaurateurs et commerçants16, les autorités municipales et la CCNQ ont sorti de leurs cartons un projet de place devant le Parlement pour valoriser cette sorte d’esplanade, espace vert coupé actuellement par un axe de circulation de transit et un rond-point. Si elle était fermée à l’automobile et réaménagée en espace piéton, cette esplanade permettrait d’établir un lien entre l’édifice du Parlement et la ville intra muros.

31Par la présence de l’Assemblée nationale, ce lieu est l’endroit privilégié des manifestations diverses et de l’expression politique sous toutes ses formes ; cette appropriation du lieu se fait aussi par la fête lors du Carnaval de Québec, du Festival d’été ou de diverses autres activités, nécessitant régulièrement la fermeture de l’avenue Honoré-Mercier.

32La place omniprésente de l’automobile apparaît encore aujourd’hui au centre-ville de Québec comme un des obstacles majeurs à une véritable restructuration de l’espace comprenant la mise en valeur des places, parcs et jardins. Jusqu’à présent celle-ci se fait par des projets à la pièce, élaborés les uns après les autres sans intégration à un plan d’ensemble qui prendrait en compte les problèmes des quartiers concernés et la problématique qui les unit. À cet enjeu fondamental s’en ajoute un second : la participation des citoyens à l’élaboration des projets, c’est-à-dire l’appel à l’expertise du milieu comme atout indispensable à leur réussite. Les exemples récents montrent que la Ville de Québec comme la CCNQ n’ont pas pris des orientations significatives en ce sens.

33Pourtant si comme elle le dit elle-même "la Commission se préoccupe de développement durable" en précisant qu’"il importe conséquemment de bien faire et pour longtemps, dès les premiers pas", les considérations évoquées précédemment ne peuvent être négligées.

Notes

1 Cette promenade le long du boulevard René-Lévesque n’est pas désignée comme telle ; on a préféré appeler ainsi l’espace entre le Centre de Congrès et l’hôtel Hilton (Promenade Desjardins) alors que celui-ci n’a rien d’une promenade et sert essentiellement de voie d’accès aux taxis, autobus et voitures qui y déposent leurs clients ; dominant le quartier Saint-Jean-Baptiste, il constitue cependant un belvédère donnant une vue d’ensemble sur la Basse-ville et les Laurentides.
La transformation du boulevard René-Lévesque a maintenu 4 voies pour l’automobile et 2 voies pour les bus ; aucun aménagement approprié n’a été prévu pour que ceux-ci puissent manœuvrer et s’arrêter sans se gêner les uns les autres en facilitant ainsi la rapidité du service et l’accès aisé pour les milliers d’usagers qui fréquentent quotidiennement le secteur.

2 Des propositions en ce sens ont été régulièrement élaborées depuis longtemps : c’est le cas de la Commission d’aménagement de la cuq en 1976 qui recommande de piétonniser la rue Saint-Jean et une partie du "Carré d’Youville", devenu Place d’Youville par la suite. Les transports au centre-ville de Québec, cacuq, 1976, 192 pages. Un réaménagement similaire est proposé en 1990 par le Comité des citoyens du Vieux-Québec (ccvq) : La rue pour tous et la vie de quartier, 8 pages, 2 figures.

3 "Un nouvel emplacement est proposé", Le Soleil, 24 octobre 1972.

4 Dans le concept d’aménagement dans lequel s’inscrit ce projet on voit traiter sur le même plan et avec le même terme générique ce complexe immobilier (Grande Place), le centre commercial de la Haute-ville (Place Québec), des espaces riverains du fleuve sans vocation très définie dans les années 1980 (place de la Pointe-à-Carcy, place du Musée de la Civilisation, place du grand Théâtre) au même titre que la place de la Gare, la place Jacques-Cartier ou la place d’Youville (La grande place, document synthèse, octobre 1988, tome 1).

5 J. Cimon, Promoteurs et patrimoine urbain, Méridien environnement, 1991, 380 pages (chapitre 7 "La consultation populaire dans le quartier Saint-Roch en 1990").

6 "L’espace Saint-Roch sera finalement habité", Le Soleil, 11 mars 1998.

7 Le cadre d’aménagement du quartier Saint-Roch (page 28), Ville de Québec, février 1992, 101 pages.

8 "La place Saint-Roch devient un jardin" titre le Journal de Québec le 27 août 1993. Présenté au départ comme un parc quatre saisons, ce jardin de Saint-Roch est en fait fermé durant tout l’hiver, c’est-à-dire environ cinq mois.

9 Réaménagement de la colline parlementaire, synthèse des orientations (p. 6) Ville de Québec, novembre 1988, 12 pages.

10 "Une rue devient hymne à la joie", Le Journal de Québec, 17 septembre 1991.

11 Rapport du comité consultatif sur l’avenir de la Pointe-à-Carcy (p. 33), septembre 1989, 123 pages ; ce rapport fait suite aux audiences publiques tenues du 12 au 22 juin 1989.

12 "Les quartiers centraux de Québec : déclin persistant et revitalisation permanente" (p. 514-551) Essai de géopolitique urbaine et régionale, F. Hulbert, Méridien, 1994, 653 pages.
La ville centre de Québec (secteurs Haute-ville, Basse-ville et Limoilou) a encore perdu 3 900 habitants entre les deux derniers recensements de 1991 et 1996.

13 La Commission de la Capitale nationale du Québec (CCNQ) est gérée par un Conseil de 13 membres nommés par le gouvernement du Québec pour une période de 3 ans. Le président directeur général nommé pour 5 ans est monsieur Pierre Boucher, ancien haut-fonctionnaire de la Ville de Québec.

14 La Corporation des États généraux du paysage québécois (E.G.T.Q.), qui a un secrétariat permanent, a été fondée dans la foulée des premiers Etats généraux du paysage québécois tenus à Québec en juin 1995. Son mandat est d’étudier les paysages naturels et construits afin d’apporter une contribution interdisciplinaire a leur protection et à leur mise en valeur. Elle regroupe des ordres (urbanistes, architectes, agronomes, ingénieurs-forestiers...) et des associations (aménagistes, biologistes, économistes, géographes...).

15 ccnq, rapport annuel 1995-1996.
ccnq, plan d’intervention pour la mise en valeur de la colline parlementaire, document préliminaire d’orientation.

16 "Zone piétonnière sur Grande-Allée, la ville recule". Haute-ville Express, volume 2, no 40, 7 juillet 1991. Ce projet faisait suite à un colloque organisé le 13 octobre 1990 par la ville de Québec et le Conseil des monuments et sites du Québec sur le thème : "La Grande-Allée, une voie capitale".

Table des illustrations

Titre Fig. 4 - Quartiers du centre-ville de Québec en haut, quartier saint-Jean-Baptiste (Haute-ville) en bas, quartier saint-Roch (Basse-ville)
Légende 1- place d’Youville2 - hôtel Ramada3 - parvis de l’église saint-Roch4 - place Jacques Cartier5 - jardin saint-Roch6- "trou de saint-Roch" et "jardin fleuri" déplacé en 1998 sous les bretelles de l’autoroute et remplacé par des collectifs "condominium"7 - autoroute inachevée8 - autoroute DufferinSource : ville de Québec, 2 septembre 1993
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15518/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Tableau 1 - Quand un carrefour devient place
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15518/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. 5 - L’aménagement de la place de la gare (projet réalisé)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15518/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Fig. 6 - L’aménagement de la place de la gare (alternative proposée)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15518/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540