Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sites publics, lieux communs

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Deuxième partie. Actualisation des contextes : aménagement, réaménagement et transformation

De la recomposition à l’interprétation de l’espace public

Place-Royale, Québec, ou l’appréhension d’un "lieu historique" comme monument identitaire du xxe siècle

Luc Noppen

Texte intégral

  • 1 Ce chantier de construction d’une identité nationale a fait l’objet d’une exploration préliminaire (...)

1Au sein de l’arrondissement historique du Vieux-Québec, le quartier Place-Royale occupe une position tout à fait particulière. D’abord parce qu’il s’agit du lieu physique à partir duquel essaima l’Empire français en Amérique. Puis parce que, depuis les années 1960, l’État québécois y mène une vaste opération de construction identitaire, dont l’objectif avoué est d’ancrer, dans la capitale historique de l’Amérique française, un paysage urbain qui soit porteur de cette épopée dont le Québec moderne [souverain] serait l’aboutissement1.

2C’est en ce lieu, qu’on a consacré dans les années 1960 comme "le berceau des francophones d’Amérique du Nord", qu’un concours national d’idées en architecture a proposé l’une des dernières grandes occasions du siècle de marquer l’empreinte de la "quête d’histoire" caractéristique de l’idéologie politico-culturelle du Québec. Cet article retrace les enjeux de l’intervention architecturale à laquelle le concours d’idées mena, ainsi que ses résultats : la restauration, ici, conduisit en effet, en transparence d’un regard critique sur notre "retour de l’histoire", à un geste interprétatif qui, plutôt qu’aveuglé par le passé, fit de la soif d’historicité le manifeste d’un nouveau regard des Québécois sur eux-mêmes, à la veille de l’an 2000.

3À Québec, le quartier que l’on appelle aujourd’hui Place-Royale correspond assez précisément au territoire de la basse ville historique du Vieux-Québec. Là, sur les berges du Saint-Laurent, à l’embouchure de la rivière Saint-Charles, s’est développée aux xviie et xviiie siècles une ville marchande, surplombée et défendue par une haute ville, institutionnelle et fortifiée. La ségrégation des pôles tout comme la superposition des établissements dans l’image conventionnelle qui représente Québec sont nées de l’imaginaire des premiers aristocrates et gouverneurs, qui ont vu à son "dessein", tels Charles Huault de Montmagny et Louis de Buade, comte de Frontenac.

  • 2 Lorsqu’on observe les places royales en France, on constate qu’elles ont ceci en commun : on y comm (...)
  • 3 Les mentions de "place Royale" sont fort rares au xviie siècle. L’odonyme est utilisé dans quelques (...)

4S’agissant de la ville marchande, celle-ci s’est très tôt façonnée autour de la place du marché. Si certains ont songé un instant investir cet espace pour commémorer la figure du roi régnant — c’est le cas de l’intendant Jean Bochart de Champigny qui y installe un buste du roi en 1686 —, d’autres y voient un potentiel de développement marchand, proposant un marché formé d’échoppes qui s’ouvrent sur la rue sous une allée d’arcades. Mais l’Église aussi veut investir le lieu ; en 1688, après maintes manœuvres, l’évêque de Québec réussit à y implanter une chapelle, ce qui met un terme au projet de "place Royale" septentrionale2 des idéateurs métropolitains. Le buste du Roi disparaît en même temps que l’odonyme, qui n’a d’ailleurs laissé que des traces peu appuyées dans quelques documents3.

5Vue d’aujourd’hui, l’histoire de Place-Royale débute véritablement par la re-découverte des lieux lors de la grande entreprise de refrancisation lancée à l’instigation du gouvernement de Louis-Alexandre Taschereau pour rendre à Québec, capitale de la province de Québec, un visage français. Le gouvernement français offrit en 1928 un buste de Louis XIV — nouvelle copie du buste sculpté par Le Bernin, conservé au Louvre — qui fut placé au centre du "marché de la basse ville" en 1931. Ce geste, tout comme ensuite la diffusion des travaux de Pierre Lavedan sur les places royales de France, eut peu à peu comme effet de consacrer le lieu sous l’odonyme "place Royale". Pour des raisons similaires, Montréal s’était inventé de toutes pièces une telle "place Royale" en 1892, rebaptisant ainsi son "ancien marché" pour commémorer l’épopée des fondateurs.

  • 4 Luc Noppen et Lucie K. Morisset, "John Bland et le Vieux-Québec : une page de l’histoire de la cons (...)

6Si, pour un temps, les esprits nostalgiques se sont satisfaits d’imaginer que la vie "à la française" avait eu cours en ces lieux modelés par trois siècles d’histoire, bientôt, historiens et architectes se sont mis à explorer ce palimpseste qui, pensaient-ils, devait bien receler quelque trace originale et profonde qui témoignerait plus tangiblement des origines françaises du Québec. Ainsi, lorsqu’en 1955-1956, à l’aube des célébrations du premier centenaire de la Confédération canadienne (1967), se dessine partout au Canada un mouvement en faveur de la restauration du Vieux-Québec, auquel on reconnaît le titre de "berceau du Canada"4, le gouvernement de la province délaisse l’entreprise pour se tourner vers la restauration de Place-Royale, plus intéressé par la recherche d’un berceau plus unilatéral : celui d’une "présence française" dont le Québec aurait gardé le flambeau.

  • 5 L. Noppen, "Hôtel Jean-Baptiste-Chevalier", dans Les Chemins de la Mémoire, tome I, Québec, Les Pub (...)

7Il faut dire qu’à cette époque le quartier fait l’objet de quelques restaurations ponctuelles. La Commission des monuments historiques du Québec y a jeté son dévolu sur la maison de Jean-Baptiste Chevalier, édifice ayant toute apparence d’antiquité et qui, sous la direction de l’historien Gérard Morisset et de l’architecte André Robitaille, adoptera peu à peu, sous prétexte de restauration, la figure d’un hôtel particulier5. C’est que, inspirée par les projets mis de l’avant en France par André Malraux pour rétablir l’image du Marais comme quartier parisien collectionnant les hôtels particuliers, la Commission voyait grand et imaginait pouvoir récréer le passé prestigieux de quelque capitale de l’Empire français d’Amérique, bien logé dans quelques hôtels, couvents et palais.

  • 6 Pour une histoire détaillée de l’évolution du chantier de la place Royale, on pourra consulter : A. (...)

8Le chantier de la maison Chevalier et les aménagements législatifs qu’il inspira à l’État, notamment pour pouvoir exproprier des immeubles au nom de l’histoire et de l’intérêt collectif, marqua en quelque sorte le début de la restauration du quartier de Place-Royale6. Dès 1960, un premier plan d’action est déposé par l’architecte André Robitaille ; il recommande de reconstruire les quelque 25 édifices qui bordent la place et qui en encadrent les accès. Lorsque, dans le même temps, la maison Fornel, l’une des maisons de la place, est rasée par le feu, l’occasion semble tout indiquée pour lancer le plan d’action. Puis l’incendie de l’hôtel Louis XIV, en avril 1966, va rallier tous les intervenants à l’idée qu’il faut désormais considérer la place Royale comme un monument et la restaurer comme un tout. En août 1967, le gouvernement du Québec fixe un périmètre au projet de Place-Royale et attribue au jeune ministère des Affaires culturelles la maîtrise d’œuvre des opérations de mise en valeur du quartier historique, qui à ce moment-là comprend 47 propriétés sur la place et dans les rues limitrophes. Lorsqu’en 1970 une entente Canada-Québec prévoit une enveloppe budgétaire de 17 millions de dollars pour restaurer le secteur, le ministère acquiert 15 immeubles supplémentaires. Dès lors Place-Royale s’offre comme un quartier à restaurer et ses limites vont bien au-delà de ce qui était connu comme la petite place du marché de la basse-ville, à peine quelques années auparavant.

9Un chantier d’envergure s’est ouvert en 1970, mais devant le tollé des critiques de toutes sortes, il a été interrompu en 1976. L’opération de délocalisation des populations résidantes a tôt fait de susciter des résistances dans tous les milieux. À l’opprobre général se sont ensuite ajoutées des accusations de mauvaise gestion financière et de gabegie. Enfin, historiens et architectes ont fait front commun pour dénoncer le concept de restauration empreint de cette quête de "Nouvelle-France". Tous déploraient qu’on rase des immeubles de bon gabarit pour reconstruire des petits pastiches d’un autre âge, pour créer une hypothétique ambiance d’époque, sans que l’on ait même prévu quelque usage ou destination aux bâtiments ou au quartier.

  • 7 Ministère des Affaires culturelles. Les actes du colloque, Place-Royale, 16-18 novembre 1978, Québe (...)

10Les travaux ont repris après 1976, mais, inspirés notamment par quelques conclusions d’un houleux colloque tenu sur le sujet7, ils se sont poursuivis par phases, les ressources se faisant rares pour un projet aussi controversé. Globalement, des acquis d’époques diverses ont trouvé grâce aux yeux des restaurateurs, de plus en plus enclins à mettre en valeur l’existant plutôt que de reconstruire de toutes pièces des figures hypothétiques. Enfin, dès le début des années 1980, l’État s’est associé à des partenaires privés — pour l’essentiel, la coopérative des marchands artisans de la rue du Petit-Champlain (la Little Champlain Street, elle aussi francisée) — leur laissant la maîtrise d’œuvre d’une mise en valeur socialement sensée et économiquement viable.

Photo 7 - La place Royale de Québec

Photo 7 - La place Royale de Québec

La place, restaurée, depuis 1970, (Photo Marc Robitaille, Centre de production multimedia. Université Laval)

Photo 8 - Les maisons Smith et Hazeur

Photo 8 - Les maisons Smith et Hazeur

L’élévation de la rue Notre-Dame, face ouest de la place Royale, avant le chantier de restauration / insertion des maisons Hazeur et Smith, (Photo Luc Noppen)

Photo 9 - Restauration des maisons de la place Royale

Photo 9 - Restauration des maisons de la place Royale

(Photos : J.-P. Augustin)

11Auparavant, la petite place du marché s’était déjà profondément transformée : comme les équipes responsables, tant au Ministère qu’à la Ville, n’avaient eu de cesse d’imprimer à l’ensemble encadrant l’église l’unité stylistique énoncée dès les premiers concepts, chaque édifice restauré sur la place, avant et après 1976, l’a donc été à l’encontre des principes plus raffinés qui ont dominé ailleurs dans le quartier. C’est dire que, en trois de ses façades, la place Royale annonce encore aujourd’hui, sans équivoque, dans l’esprit de nombreux Québécois, la survivance d’une "présence française" qui y est bien plus, pourtant, le fait d’une reconstitution.

L’OBJET DU CONCOURS

12C’est dans ce contexte, alors que des restaurations très actualisées qui misent sur un partenariat public-privé côtoient quelques chantiers gouvernementaux toujours en quête d’une hypothétique exemplarité, que, en 1995, le gouvernement du Québec annonce l’octroi d’une somme de 12 millions de dollars pour "compléter" le chantier de Place-Royale. L’insistance des autorités municipales à vouloir compléter l’image du "berceau" et le ras-le-bol d’un certain nombre de riverains, tant résidants que commerçants, devant l’état délabré de l’élévation de la rue Notre-Dame appelle en effet quelque intervention sur le flanc ouest de la place. La Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC), mandataire du ministère de la Culture et des Communications met donc en œuvre un projet de réhabilitation/restauration de "l’îlot 4", c’est-à-dire la portion bâtie longeant la place entre la côte de la Montagne, qui la surplombe, et la rue Notre-Dame. Le dossier est fort complexe : l’importante dénivellation qui marque ces lieux avait suggéré aux architectes du xixe siècle d’ériger de hautes structures qui en rachetaient l’inconfort ; la "façade Notre-Dame", sur la place, comptait dès lors cinq étages dominant évidemment l’ensemble du bâti restauré précédemment sur les trois autres façades du lieu historique consacré. Le "Concours national d’idées en architecture visant la restauration des maisons Smith et Hazeur à la place Royale" que la sodec lance en mars 1997 vise spécifiquement deux bâtiments en fort mauvais état : la maison Smith requiert des interventions urgentes tandis que, au regard de cette "façade Notre-Dame" plus éclectique, la maison Hazeur ne subsiste que par un pan de mur péniblement maintenu en place par un lourd contreventement depuis qu’un incendie avait complètement rasé son volume en 1991. Une somme de 7 millions de dollars est affectée au projet mis en concours, qui doit en quelque sorte clore le chantier et les débats au sujet de Place-Royale.

13Même si l’énoncé du concours stipule qu’il s’agit de restaurer les maisons Smith et Hazeur, le cahier des charges soumis aux participants s’avère autrement plus complexe. Alors que la maison Smith survit dans l’état qu’elle avait acquis dans les années 1830, la maison Hazeur n’est plus guère qu’un fragment. Dans les deux cas, cependant, les sites, mitoyens, ont été le siège d’une histoire très serrée, laissant en place des fragments significatifs ; quant au sous-sol archéologique, il a déjà fait l’objet de fouilles et a été déclaré d’intérêt national. Puis, il convient de considérer le rôle dominant que les deux maisons occupent sur la place, à la fois par leurs dimensions et par leur position centrale dans cet espace urbain.

14L’état lacunaire des lieux, surtout sur la parcelle Hazeur, n’a cependant pas nui à la notoriété que la demeure avait acquise au fil des ans. En effet, dès le début des années 1970, il est apparu aux responsables successifs du chantier de Place-Royale que la maison du bourgeois Hazeur était la structure la plus remarquable de la place et qu’elle devait subir une restauration tout à fait exemplaire. Depuis, de nombreux dessins avaient familiarisé l’opinion publique avec l’image d’une maison bourgeoise cossue, dans laquelle on ne pouvait qu’imaginer le faste de la vie en Nouvelle-France. Et jamais les multiples transformations de la demeure — notamment en 1883, lorsque, pour loger une compagnie d’assurances, elle fut exhaussée une dernière fois et dotée d’un toit terrasse bordé par une somptueuse corniche en fer blanc — ne furent évoquées, bien qu’elles l’aient rendu méconnaissable à cet égard, contre la restitution de son état d’origine, celui du xviie siècle et de la sacrosainte Nouvelle-France.

15De construction plus récente, la maison Smith avait conservé son toit à deux versants, et sa figure d’ensemble s’inscrivait d’emblée dans le registre des architectures dites "traditionnelles". De plus, sa large devanture à pilastres, ouverte sur la place, assurait le succès du commerce qui occupait les lieux, alors que, partout ailleurs, les façades domestiques très opaques des petites habitations reconstituées avaient de la difficulté à attirer quelque clientèle.

16Le programme soumis à l’attention des participants, résultat d’une vaste consultation, se voulait une synthèse des volontés de la Ville de Québec, du ministère de la Culture et des Communications, de la Commission des biens culturels, de la Commission de la capitale nationale, du Comité des résidents de Place-Royale, du Conseil des monuments et sites du Québec, d’ICOMOS Canada, et de bien d’autres encore. Tout s’est passé comme si, au moment de clore le chantier de Place-Royale, il fallait desservir une fois pour toutes les besoins encore non comblés par les interventions antérieures dans le quartier. Au premier chef, le Musée de la civilisation commandait, dans l’espace Hazeur, un centre d’interprétation de la place Royale. Opposé à toute fonction muséale ou institutionnelle, le Comité des résidents de Place-Royale souhaitait y voir aménagés des logements familiaux et une salle communautaire qui desservirait les besoins des habitants. Puis, le commerce installé au rez-de-chaussée de la maison Smith revendiquait son droit acquis ; enfin, il fallait aussi compter avec les besoins des visiteurs de Place-Royale, à commencer par ceux revendiqués à l’égard du manque flagrant, en ce site hautement touristique, de services publics aussi essentiels que des salles d’eau librement accessibles.

17Sur le plan historique, les exigences étaient tout aussi lourdes. Les maisons Hazeur et Smith reposent sur des voûtes qu’il convenait de mettre en valeur, leurs cours arrière sont des sites archéologiques d’importance sur lesquels il ne fallait pas empiéter. En outre, les murs béants de la maison Hazeur portent les traces des différentes reconstructions dont elle avait été l’objet depuis le milieu du xviie siècle : le programme de mise en valeur en préconisait aussi la conservation.

18Nombre de professionnels se sont montré intéressés à participer au concours annoncé : 57 équipes, chiffre sans précédent, se sont inscrites au concours. Non pas que le mandat fût considérable — le coût total du projet incluant les aménagements intérieurs ne devait pas dépasser 7 millions de dollars —, mais plutôt parce qu’intervenir sur ce haut lieu qu’est Place-Royale, paraissait à tous un défi comme il s’en présente peu, surtout dans le cadre d’un concours d’architecture, mode de sélection fort rare au Québec. Nous avons, au sein de l’équipe Gauthier Guité Daoust, architectes et Noppen Morisset, historiens d’architecture, participé, puis gagné ce concours.

19Ce concours était organisé en deux temps. Toutes les équipes inscrites devaient d’abord soumettre un concept général d’intervention, illustré par une planche et décrit dans un texte de deux pages. Puis cinq équipes sélectionnées se virent octroyer un budget et un délai de six semaines pour préparer et déposer un projet plus détaillé, illustré par des plans généraux et par une maquette.

NOTRE APPROCHE

20D’entrée de jeu, nous avons adopté, dans l’équipe au sein de laquelle nous devions œuvrer à titre d’historiens d’architecture, un certain nombre de positions établies comme un ensemble d’a priori conceptuels qui structureraient le projet d’intervention. Souscrire à l’idée que notre projet devait être compris comme la dernière intervention sur la place requérait qu’il s’impose non pas comme un fragment de plus — fût-il le dernier —, mais comme une figure rendant surtout intelligible l’ensemble de la place comme un lieu investi d’efforts constructifs autant que de significations, d’autant plus que la reconstruction de la maison Hazeur devait précisément servir à "interpréter" Place-Royale. Dans cette quête de significativité, il nous est ainsi apparu souhaitable de traiter les maisons Smith et Hazeur afin qu’elles mettent en scène l’objet "Place-Royale", non pas comme une collection d’artefacts du Régime français, ce qu’elle n’est pas, mais bien comme le monument ultime de la quête d’identité nationale qui a déferlé sur le Québec de l’époque de la Révolution tranquille. Si en ces lieux, et dans une matière à connotation historique, le Québec s’est construit une représentation de son passé qui lui convenait, il n’est pas indifférent de signaler que, pendant les mêmes années 1960, les autorités ont donné le feu vert à la construction d’un édifice de 30 étages (l’édifice Marie-Guyart) sur la colline parlementaire, pour affirmer aussi le caractère moderne du Québec de la Révolution tranquille. C’est dire que Place-Royale, comme monument de l’identité québécoise, se devait d’être regardée avec le recul qu’impose le geste interprétatif : en ce sens, il allait évidemment de soi que cette ultime construction sur la place devait se manifester dans un langage architectural contemporain (de notre regard sur le passé), et résister à toute tentation de pastiche, fût-ce celle de la Nouvelle-France ou celle qu’aurait appelée la continuité contextuelle des bâtiments voisins.

21En même temps, notre projet ne devait pas s’inscrire en faux par rapport à la place restaurée, devenant par exemple une critique permanente des restaurations antérieures. En optant plutôt pour une approche critique de la restauration — approche qui précisément prend acte de tous les courants antérieurs en les soumettant à une analyse critique en regard de l’objet à restaurer et des objectifs de la restauration —, il nous est paru possible de concevoir un projet qui, tout en s’inscrivant dans la continuité des lieux, contribue à investir ces lieux de sens, en favorisant une lecture polysémique : Place-Royale, lieu d’histoire et Place-Royale, chantier de l’identité nationale.

22Cela ne militait que davantage en faveur d’un parti architectural bien identifié à notre époque. Alors que la maison Smith était "à restaurer", c’est-à-dire qu’il n’y avait qu’à en maintenir les qualités architecturales en corrigeant les causes et les effets de la dégradation qu’elle avait subie au fil des ans, le cas de la maison Hazeur s’est présenté à nous bien plus comme un exercice d’insertion. Le défi ici était d’opposer le bâtiment existant, mis en état, à l’édifice reconstitué, en quartier historique ; en effet, le programme qui proposait le jumelage des deux maisons en une seule entité ne devait, à nos yeux, n’avoir que peu d’impact sur le design architectural.

LA MÉTHODOLOGIE DU DESIGN ARCHITECTURAL

23Depuis quelques années déjà, au fil de quelques projets d’envergure (la mise en valeur du site des moulins de l’Île-de-la Visitation et le réaménagement de la place d’Youville, à Montréal, le réaménagement du boulevard René-Lévesque, à Québec, par exemple), nous avons développé une méthodologie, qui, à sa base, préconise que l’histoire doit être utilisée comme matériau du projet, c’est-à-dire que l’histoire du lieu et des événements qui l’ont marqué doit être recyclée dans le projet, pour l’enrichir sur le plan sémantique, plutôt qu’en guidant le concepteur dans un processus de recomposition analogique, d’imitation ou de pastiche, comme c’est trop souvent le cas en milieu ancien. Expliquons-nous.

24L’architecte qui doit concevoir un objet architectural nouveau ou créer un ensemble dispose habituellement d’un certain nombre de données. On lui confie une commande précise en ce qui concerne l’expression de besoins (le programme) et on lui impose généralement un cadre budgétaire. Au-delà de la volonté du client, on retrouve des exigences de société, souvent exprimées sous forme de contraintes contextuelles physiques ; plan d’occupation des sols, marges, gabarits, règles de sécurité, harmonisation au contexte, etc. Au-delà, il semble que ce soit son "talent" qui doit prendre charge du projet. Par "talent" on comprend bien entendu, son habileté à répondre à la commande et son sens créatif, grâce auquel il effectuera un certain nombre de choix, fera des compromis, issus de préférences personnelles ou qui lui sont inspirés par un contexte idéologique plus ou moins contraignant. Il en ressort donc des objets qui tantôt épousent parfaitement les contours de leur époque, tantôt sont de véritables manifestes de leur créateur.

25Or, notre méthodologie impose au créateur l’obligation de tenir compte de l’histoire, du contexte mémoriel du lieu sur lequel il entend agir. Il ne s’agit pas ici de reprendre telle ou telle disposition observée sur le site et qui est une trace de l’histoire, mais plutôt de comprendre le génie du lieu, dans sa profondeur sémantique, pour inscrire le projet dans une continuité mémorielle. Faire de l’histoire le matériau du projet exclut la restitution d’un quelconque état historique, mais propose au contraire d’interroger le passé du lieu (ce qui inclut les configurations et les usages) pour restituer des éléments du corpus sémantique du lieu dans sa nouvelle définition formelle. En d’autres mots, c’est l’interprétation de l’histoire, le décodage du sens du lieu qui doit guider le concepteur et non pas la servile imitation de dispositions qui, quoiqu’historiques, sont souvent obsolètes et fort peu signifiantes avant que nous les interpellions. Ce recyclage du matériau historique (qui a ici une valeur d’intérêt sémantique et non une valeur de matérialité) actualise le passé en imposant non pas les faits — ce que certains appelleraient la "vérité historique" — mais leur lecture — qui elle est très actuelle parce qu’elle dépend de la sensibilité de notre époque — comme constituante du design, à côté des autres données (programme, économie du projet, contexte réglementaire et contextualisme physique). Ce procédé, qui impose le contexte mémoriel comme "catalyseur" du processus créatif, convient particulièrement lorsqu’il s’agit d’aménager des lieux urbains, où les mémoires sont plurielles et d’ordre public, et encore plus lorsqu’il s’agit de re-traiter des lieux vacants où les traces matérielles sont absentes ou fragmentaires. C’est dans ces cas, faut-il le préciser, que le danger est plus grand de tomber soit dans le pastiche le plus outrageux, soit dans l’exercice pur de la virtuosité individuelle, peu susceptible de survivre à l’époque ou à la mode qui en conditionne l’expression formelle, vide de sens par rapport au lieu.

LE PROJET LAURÉAT

26Le projet soumis au concours, retenu à la première sélection et déclaré lauréat au deuxième tour, permet d’illustrer cette méthodologie utilisée. Nous avons en effet proposé, comme nous l’avons expliqué précédemment, que l’œuvre architecturale elle-même participe au discours interprétatif qu’elle devait abriter. Notre projet, qui procède d’un point de vue actuel sur l’histoire, repose ainsi sur les interrelations, abstraites et concrètes, entre d’une part les maisons Hazeur et Smith restaurées et d’autre part la place ainsi "complétée", de même que sur les interactions, historiques et actuelles, entre la place et la ville.

27Deux vecteurs (conceptuels et physiques à la fois) structurent le projet, retracent la naissance et la survie des francophones d’Amérique ainsi matérialisées : celui de la redécouverte de l’Empire français d’Amérique et celui de l’établissement du Québec contemporain. Le concept déposé devant le premier jury exposait ces axes et l’articulation qu’ils imposent à la restauration/insertion et à la programmation des logements et du centre d’interprétation. Nous les résumons ici.

28Partant du constat que la réalité tangible de Place-Royale ne correspondait pas encore à la réalité affective d’un ensemble homogène, au "vouloir-Place-Royale" qui a présidé à l’investissement collectif dans sa mémoire, nous avons proposé une intervention médiatrice entre matière et mythe, en imposant au lieu une forme construite de notre époque qui induit une lecture du passé à travers le filtre de l’histoire récente (sa reconstruction comme monument identitaire) du lieu. Il a ainsi paru naturel, au vu des matériaux et des besoins, de consacrer la maison Smith à la part résidentielle de l’intervention ; le dernier état complet de celle-ci trouve en effet sa pleine expression dans l’aménagement des logements prescrits. Sur le lot Hazeur, comme en surimpression, les parcours de la mémoire se matérialisent dans un centre d’interprétation et par un geste architectural, actualisant le passé, retissant liens et significations entre la place et la ville.

29Là se rencontrent deux vecteurs, axes dynamiques entre le passé et l’avenir, retraçant la naissance et la survie des francophones d’Amérique. Le premier est celui de la (re)découverte de l’Empire français d’Amérique ; remontant du fleuve, par-delà le monument Dialogue avec l’Histoire du Français Jean-Pierre Raynaud, il se matérialise dans le buste du Roi-Soleil (offert par la France en 1928) puis achoppe sur la falaise, traversant la maison Hazeur. Le second axe est celui de l’établissement du Québec contemporain, né de l’"Abitation" du fondateur, Samuel de Champlain (en 1608), gravissant vers la maison de Louis Hébert (le premier paysan) et guidant, au-delà, vers la capitale actuelle.

30"Du haut lieu", dit-on, "on voit la plaine" ; c’est de ce point de vue actuel, sur la falaise, que ces histoires prennent forme désormais. Le centre d’interprétation est d’abord une tête de pont de cette mémoire collective, où s’explique le grand passage entre l’Empire français d’Amérique et le Québec contemporain : c’est le lieu d’où l’on parle, aujourd’hui. S’y nouant, les vecteurs de l’histoire organisent l’espace en six temps.

Le passage du roi

31Le centre d’interprétation est d’abord conçu comme un belvédère : du Toit de la place, le Québec contemporain contemple l’histoire, en contrebas. Mais ce toit est surtout une structure d’accès puisqu’il s’ouvre par un escalier public, tranché dans la profondeur historique du lot, comme l’aurait imposé un geste régalien, entre la ville actuelle et son berceau. Là où Samuel de Champlain gravissait la montagne, le long du vecteur du Québec contemporain, l’Amérique francophone, l’empruntant à rebours, redécouvre ses origines. Le Passage du Roi matérialise les couches d’histoire. Une plate-forme, la Vue Côté-Cour, s’ouvre sur l’arrière de la maison Smith où l’on découvre une implantation caractéristique des corps de logis de l’habitat typique du xviie siècle. Plus bas, les vestiges de cette cour, dégagés grâce aux pilotis des nouvelles constructions, s’offrent à l’interprétation. Puis, le Passage du Roi, descendant, longe le mitoyen Mur des Empreintes ; la maison Hazeur, comme en coupe, y conserve les traces de son évolution. Enfin, le passage arrive à la place et s’y arrête — s’il se prolongeait, il buterait sur les vestiges de l’Abitation (site du premier établissement de la ville), conservées en sous-sol ; à son terme, il surplombe les voûtes de la maison Hazeur, que des Écoutilles découvrent, d’ailleurs.

La vitrine de l’Histoire

32Au nord du passage, en effet, se révèle "ce qui a été", en une Vitrine de l’histoire. Au-dessus des Écoutilles dévoilant le sous-sol de la maison, cette Vitrine marque une pause de verre entre l’espace du Passage et celui de l’Espace Hazeur, où se déploiera la scénographie muséologique de l’histoire. Faisant miroir au Mur des Empreintes, la paroi de verre porte en sérigraphie la coupe des différents états de la maison Hazeur, explicitant l’image floue du Mur des Empreintes. Puis, le soir, la Vitrine de l’histoire s’illumine, et prend le relais du centre d’interprétation ; c’est alors une coupe sur la Maisonnée Hazeur qui surgit, mettant en scène dans la profondeur fonctionnelle de la double paroi de verre, les modes de vie, les personnages, les usages à chacun des étages de la maison du xviie siècle, re-dessinée en lumière.

L’arkhaios hazeur

33L’intérieur du centre d’interprétation est d’abord construit par l’Arkhaios Hazeur, qui émule les traces anciennes, l’Empreinte des Vestiges figurant le plan de la maison Hazeur. Le sol du rez-de-chaussée retrace le design des voûtes et des murs de refends du sous-sol ; à l’arrière le bâtiment nouveau, sur pilotis, dégage les artefacts à cet endroit. Du plancher émerge l’espace actuel ; tel un puits émanant des entrailles du site, depuis la nouvelle construction s’élevant sur la côte de la Montagne, l’épine verticale des circulations recrée la mémoire de la cour. Ce sont en effet des surfaces vitrées et des dalles translucides qui descendent la lumière à travers le bâti actuel, dans les profondeurs de l’histoire, jusqu’au sol.

L’espace hazeur

34L’Espace Hazeur reconstitue l’histoire dans une mise en scène moderne. Entre le sol du rez-de-chaussée et le toit du bâtiment — le Toit de la place —, fixes, figurant le geste de lecture actuel, deux Dalles flottantes libèrent les surfaces des murs préservés ; comme des couches de l’histoire, superposées, les étages d’exposition/d’interprétation flottent dans l’espace comme l’histoire évolue dans le temps, continuellement réinterprétée, continuellement reconstruite. La vision d’aujourd’hui, mise en scène en un centre d’interprétation, dévoile un palimpseste : l’Espace Hazeur dit ce regard d’aujourd’hui, expliquant comment l’histoire a commencé.

35Aussi l’Espace Hazeur dialogue avec son objet ; des galeries s’étirant jusqu’à la façade laissent entrevoir d’étage en étage, selon l’angle contraint du vecteur de l’Empire français d’Amérique que trace la ruelle et le buste de Louis XIV placé dans son alignement, les origines françaises dont la place fait la rétrospective. A l’opposé, à l’arrière du lot, le mur de soutènement s’offre en multi-écran aux balcons terminant les dalles ; s’y superposeront par projections, au vestige préservé, la vision interprétative d’aujourd’hui.

36Alors que, ultime palier de l’Espace Hazeur, le Toit de la place ferme le bâtiment, la devanture du centre d’interprétation est d’une totale transparence. Tout se passe là comme si le flot des visiteurs pouvait, sans obstacle, passer de l’intérieur de la place à l’intérieur de l’Espace Heur, un peu comme l’on peut passer du marché à la halle publique qui le prolonge.

La façade du ponant

37Paroi ouest de Place Royale, la maison Hazeur figure le Ponant où, par-delà l’Empire du roi, se couche le Soleil ; la façade affiche aussi l’élévation de la maison Hazeur, qui reste, avec ses voûtes, l’artefact principal du site. Telle qu’elle a évolué dans le temps et inscrite dans la logique de la rue Notre-Dame, faite de superposition d’époques, cette façade n’est que parée de complètements qu’appellent l’intervention actuelle.

38Dans le paysage de Place-Royale, cette façade renouvelée est cruciale ; en vertu de la lecture critique qu’impose le regard d’aujourd’hui, nous avons opté pour une esthétique dont le caractère rationaliste exploitant le potentiel expressif des matériaux, s’appareille à l’essence des restaurations antérieures de Place-Royale, qui, toutes inspirées par une restauration stylistique prônée par le rationalisme de Viollet-le-Duc, ont rejeté l’architecture de finis du classicisme au profit des matériaux bruts et expressifs. Comme nous superposons une nouvelle couche aux lieux, sans pastiche ni rupture, il s’agit simplement d’actualiser la matière de la place, y intégrant l’intervention nouvelle dans un design "en tension", entre l’homogénéité de Place-Royale et l’éclectisme subsistant, rue Notre-Dame.

La porte des indes

39Des deux bâtiments complétant les lots sur la côte de la Montagne, dans lesquels sont inscrits trois logements, des bureaux, un espace communautaire et le débarcadère, nous avons proposé de faire une porte, marquant en quelque sorte un nouvel accès monumental de Québec vers Place-Royale. Au-delà d’un traitement des gabarits, des rythmes et de modénatures appareillés à celui des alignements proximaux, la Porte des Indes, ouvrant sur le Passage du Roi, évoque la mémoire la plus ancienne que porte le berceau de l’Amérique française, ce premier projet qui a découvert Québec en lieu et place de l’Orient. Les deux bâtiments sont les cerbères du passage : l’esthétique différenciant leurs fonctions — l’un celui du lot Hazeur, est institutionnel, alors que l’autre est résidentiel — encadre l’accès à la place : sur la côte de la Montagne "retissée", une marquise en projection invite à la découverte des mémoires mises au jour.

DU CONCOURS AU CHANTIER

40Le second texte, déposé lors de la sélection finale, exposait la composition spatiale du projet, issue de cette composition abstraite, et esquisse les critères de design retenus, tels qu’ils sont exemplifiés par quelques objets-témoins de la composition ; un troisième texte, intitulé "Matérialiser les mémoires", justifiait enfin les options du devis projeté en décrivant l’inscription des significations retenues dans le tissu même de l’architecture.

41L’intervention proposée, somme toute, est celle de l’ajout d’une couche minimale, bien distincte des réalités — tangibles et mémorielles — interprétées ; toutes les constructions nouvelles se détachent du site, de l’Arkhaios, physique et figuré. Nos choix en matière de design reposent plutôt sur l’expressivité d’un parcours dans le temps. La maison Smith restaurée, la maison Hazeur retrouvée dans son plan au sol, dans son élévation, dans sa coupe, sont néanmoins la scène d’un théâtre renouvelé, sculpté dans les jeux de lumière, modelé par quelques écritures architectoniques, étayé par des circulations tissant les nouvelles animations, les nouveaux regards.

  • 8 Le chantier de restauration des maisons Hazeur et Smith s’est ouvert au printemps 1998 ; il devrait (...)

42Conceptuellement et matériellement, compléter Place-Royale, c’était intégrer ses significations et ses paysages à la ville, dans un geste urbain qui, sollicité par une mémoire pluraliste, découvre depuis aujourd’hui les strates d’un passé. Ainsi représentée dans la ville. Place-Royale invitait dès lors à un regard plus introspectif ; passant de la ville vers la place, le visiteur sera ensuite conduit à regarder les mémoires dont les maisons Hazeur et Smith sont le réceptacle. La restauration des maisons Hazeur et Smith restitue en quelque sorte la place dans la contemporanéité, prenant acte de ses dynamiques fonctionnelles et mémorielles : autour de son berceau c’est l’Amérique entière que Québec retrouve8.

Notes

1 Ce chantier de construction d’une identité nationale a fait l’objet d’une exploration préliminaire il y a quelques années : L. Noppen, "Place-Royale, chantier de construction d’une identité nationale", dans Villes reconstruites, vol. II Patrick Dieudonné [dir.], Du dessin au destin, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 301-306.

2 Lorsqu’on observe les places royales en France, on constate qu’elles ont ceci en commun : on y commémore le roi régnant, il est interdit d’y faire marché et aucune église ou lieu de culte n’y a pignon sur rue. C’est donc dire qu’au sens strict du terme lesdites "places royales" de Québec et de Montréal n’en sont pas. Par contre, la construction identitaire qui les a voulu telles, est tout à fait digne d’intérêt. Il est d’ailleurs intéressant d’observer qu’à Québec on parle de place Royale tant que les projets de l’évêque orientent la chapelle de l’Enfant-Jésus (qui deviendra l’église Notre-Dame-des-Victoires) dans un axe est-ouest, le long de la rue du Fort. Dès qu’il est convenu que l’église sera orientée nord-sud avec la façade septentrionale sur la place, l’odonyme "place Royale" disparaît.

3 Les mentions de "place Royale" sont fort rares au xviie siècle. L’odonyme est utilisé dans quelques cas, précisément en 1686 et 1687.

4 Luc Noppen et Lucie K. Morisset, "John Bland et le Vieux-Québec : une page de l’histoire de la conservation architecturale au Canada", ARQ-La Revue d’architecture, 96, avril 1997, p. 20-22.

5 L. Noppen, "Hôtel Jean-Baptiste-Chevalier", dans Les Chemins de la Mémoire, tome I, Québec, Les Publications du Québec, 1990, p. 112-114.

6 Pour une histoire détaillée de l’évolution du chantier de la place Royale, on pourra consulter : A. Cloutier. M. Gobeil-Trudeau et Luc Noppen, La restauration à la Place Royale de Québec. Une étude sur les concepts et sur la nature des interventions. Le choix d’un concept actualisé : une proposition. Québec, Département d’histoire, Université Laval, mai 1978, 225 p. (rapport de recherche polycopié).

7 Ministère des Affaires culturelles. Les actes du colloque, Place-Royale, 16-18 novembre 1978, Québec, 1979, 192 p.

8 Le chantier de restauration des maisons Hazeur et Smith s’est ouvert au printemps 1998 ; il devrait être complété en date du 1er janvier de l’an 2000.

Table des illustrations

Titre Photo 7 - La place Royale de Québec
Légende La place, restaurée, depuis 1970, (Photo Marc Robitaille, Centre de production multimedia. Université Laval)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Photo 8 - Les maisons Smith et Hazeur
Légende L’élévation de la rue Notre-Dame, face ouest de la place Royale, avant le chantier de restauration / insertion des maisons Hazeur et Smith, (Photo Luc Noppen)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 9 - Restauration des maisons de la place Royale
Légende (Photos : J.-P. Augustin)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540