Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sites publics, lieux communs

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Première partie. Jeux de perspectives : représentations, cadres et cartes

Figures de la mémoire collective : monuments historiques et plaques commémoratives dans la ville de Québec1

Christian Poirier

Texte intégral

  • 1 Cette recherche fut effectuée dans le cadre plus large d’un projet de doctorat subventionné par le (...)
  • 2 Revue internationale d’études canadiennes, 15, printemps 1997.

1Il est généralement admis que l’affirmation d’une identité socioculturelle passe par une appropriation du territoire et de l’espace. Un certain nombre de formes matérielles en résultent. Il nous semble cependant important de réfléchir à une seconde dimension de l’affirmation identitaire qui est celle de l’appropriation du temps. D’ailleurs l’observation permet de constater que ces deux dimensions sont souvent étroitement liées : l’affirmation de l’identité socioculturelle passe par une appropriation du temps et de l’espace prenant différentes formes matérielles. Cette appropriation se concrétise notamment par la construction d’une mémoire collective. Du lieu, prenant par exemple la forme d’une place publique, nous glissons rapidement à la mémoire du lieu. Récemment, la Revue internationale d’études canadiennes proposait un numéro ayant pour thème : "Le temps, l’espace et le lieu"2. On y affirme que le temps et l’espace sont, en tant qu’éléments fondamentaux du lieu, des facteurs déterminants dans la définition que se donnent d’eux-mêmes les collectivités.

  • 3 Z. Bouchrara Traki, La ville mémoire. Contribution à une sociologie du vécu, Paris, Méridiens / Kl (...)

2L’urbain, selon Traki Zannad Bouchrara, est essentiellement mémoire collective3. Le sentiment d’appartenance tel qu’il se manifeste dans la ville passe par un sentiment d’intégration à un "nous", à un groupe social situé et repérable dans l’espace et dans le temps. La mémoire collective a ainsi ses repères et ses espaces d’élection. L’appropriation de l’espace de la ville possède une dimension symbolique passant entre autres par son intériorisation dans l’imaginaire collectif et par le marquage mémoriel des espaces.

  • 4 Voir L. Brunelle-Lavoie et A. Gelly, "L’État et les lieux de mémoire", Cap-Aux-Diamants, no 37, pr (...)

3Nous proposons d’examiner ces dimensions dans un cadre qui paraît bien se prêter à l’analyse : la ville de Québec. On dit souvent qu’à la ville-carrefour qu’est Montréal correspond la ville-mémoire qu’est Québec. Mais de quelle mémoire s’agit-il au juste ? Quel est son contenu ? Le terrain pourrait être vaste et inclure l’ensemble des pratiques de conservation ou de représentation du passé (musées, architecture, nom de rues, manuels d’histoire, guides historiques, etc.). Nous pourrions nous intéresser aux producteurs de mémoire (historiens, État, commissions, etc.4) ou à la transmission de cette mémoire afin d’en mesurer la réceptivité. Nous nous limiterons à effectuer un premier travail de repérage. Nous tenterons ainsi de dégager une vue d’ensemble, de repérer les grands thèmes qui émergent de la présence des monuments historiques et des plaques commémoratives sur le territoire de la ville de Québec. Nous allons tenter de cerner ce que Fernand Dumont nomme la référence, c’est-à-dire les figures, littéralement le visage de la mémoire collective par une analyse de contenu thématique. Nous allons soumettre à la vérification l’hypothèse suivante : la mémoire collective qui se dégage des monuments historiques et des plaques commémoratives témoigne à la fois du caractère incertain de l’identité de la collectivité et de sa continuité dans le temps. Autrement dit la mémoire opère un tri dans la matière du passé, crée une unité, une cohésion. Nous constaterons qu’un certain nombre de références sont récurrentes et construisent l’identité de la collectivité. La mémoire collective témoigne de la persistance de la collectivité dans l’histoire. Elle crée une continuité historique par une relecture du passé qui confère à la collectivité des assises plus solides. Notamment, nous verrons que la Conquête est remodelée, normalisée et que la collectivité acquiert ainsi la figure d’un devenir historique de sa fabrication que n’aurait pas fondamentalement perturbé le passage de la Nouvelle-France au Régime britannique. Mais cette identité apparaît comme étant relativement floue, ne sachant pas toujours quoi retenir de l’histoire et ne s’affirmant jamais ouvertement.

  • 5 F. Choay, L’allégorie du patrimoine, Paris, 1996 (1992), p. 9, Éditions du Seuil, Coll. Éa Couleur (...)

4Nous allons d’abord ancrer théoriquement notre approche en convoquant et en confrontant un certain nombre d’auteurs qui se sont penchés sur la mémoire collective. Puis nous établirons les modalités de notre méthodologie avant d’examiner les résultats obtenus à la lumière de notre hypothèse. Mais notre entreprise répond à un autre souci : celui de confronter le cas québécois au débat entre mémoire et histoire qui interpelle directement celui entre le devoir de mémoire et le devoir d’oubli. En Europe on affirme que la prolifération des objets mémoriels peut être dangereuse. Plusieurs auteurs affirment même qu’il n’y a pratiquement plus de mémoire, tout devenant histoire. Selon Françoise Choay, "Dans notre société errante, que ne cessent de transformer la mouvance et l’ubiquité de son présent, "patrimoine historique" est devenu un des maîtres mots de la tribu médiatique. Il renvoie à une institution et à une mentalité5". Le patrimoine et les conduites de conservation sont indispensables mais font en ce moment l’objet d’un culte irraisonné qui nous empêche en fait de tirer de quelconques leçons du passé pour mieux affronter l’incertitude de l’avenir. Des auteurs soulignent alors la nécessité d’une attitude critique tentant d’équilibrer devoir de mémoire et devoir d’oubli. Après avoir convoqué Nietzsche nous verrons que le cas québécois semble propice, en raison justement du statut ambigu de la mémoire composée de remémoration et d’oubli, à un bon équilibre entre devoir de mémoire et devoir d’oubli. Ces considérations feront l’objet de la dernière partie de notre exposé.

PIECES COMMÉMORATIVES ET MISE EN RÉCIT DU PASSÉ

  • 6 P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire. I. La République, Paris, Gallimard, 1984, "Présentation", p. (...)
  • 7 P. Nora, Les lieux de mémoire. III. Les France. /. Conflits et partages, Paris, Gallimard, 1992, " (...)
  • 8 F. Choay, op. cit., p. 14.
  • 9 M. Guillaume, La politique du patrimoine, Paris, Éditions Galilée, 1980, p. 63, Coll. L’espace cri (...)

5Les lieux de mémoire, nous indique Pierre Nora, sont des lieux-carrefours traversés de dimensions multiples (historiographique, ethnographique, psychologique) dont un aspect politique puisque la mémoire est "[...] un enjeu toujours disponible, un ensemble de stratégies, un être-là qui vaut moins par ce qu’il est que par ce que l’on en fait6". Le lieu de mémoire est repérable de la façon suivante : "[...] toute unité significative d’ordre matériel ou idéel, dont la volonté des hommes ou le travail du temps a fait un élément symbolique du patrimoine mémoriel d’une quelconque communauté7. "Le passé convoqué contribue directement à maintenir l’identité de la communauté puisque le monument est garant d’origines et apaise l’inquiétude face à l’action dissolvante du temps. C’est ce que Françoise Choay nomme la fonction anthropologique du monument : son rapport de médiation entre le temps vécu et la mémoire. Nous retenons sa définition générale de la pièce commémorative : "[...] tout artefact édifié par une communauté d’individus pour se remémorer ou faire remémorer à d’autres générations des personnes, des événements, des sacrifices, des rites ou des croyances8. "Les objets mémoriels servent de trame à plusieurs récits, induisent des fictions, des constructions narratives. Ils construisent une fiction qui raconte le passé, qui permet de lui donner un sens. Ce qui est important n’est donc pas seulement la matérialité de l’objet mais aussi "sa capacité, à partir de son origine et de ses caractéristiques, de capter de multiples significations ; d’être objet du discours, d’engendrer des récits et des pratiques9."

  • 10 P. Amphoux et A. Ducret, "La mémoire des lieux", Cahiers internationaux de sociologie, Vol. LXXIX, (...)
  • 11 P. Ricœur, "Le temps passé : mémoire, histoire, oubli", leçon donnée au Collège International de P (...)

6Un certain nombre d’opérateurs collectifs (les mythes, les savoirs, les arts, le pouvoir politique) construisent la fiction d’un passé collectif. Cette fiction traduit la nature construite du passé et la volonté de croyance. La mémoire suppose le souvenir et englobe aussi l’oubli, elle ne s’y oppose pas. Ainsi, la liaison entre l’espace et la collectivité est établie par l’établissement d’une autoréférence : "Du coup, la mémoire collective peut être approchée en tant que figure de cette autoréférence10. "Cette mémoire est composée d’images, en mouvement certes, mais porteuses d’une force cohésive. Il est possible de rechercher des référents récurrents dans la façon dont ces images circulent, d’étudier les contenus et les formes de cette fabulation, que Paul Ricœur nomme la construction imaginaire : véritable mise en intrigue régie par différents schèmes et contenus qu’il est possible de recenser. Par sa fonction de configuration, par sa mise en intrigue, le récit entremêle inéluctablement l’oubli à la remémoration des péripéties les plus remarquables, voires fondatrices à l’égard de l’identité collective. "En ce sens, souligne Ricœur, c’est la fonction sélective du récit qui offre à la manipulation l’occasion et les moyens d’une stratégie11."

7Les lieux de mémoire étant des points d’articulation d’un système symbolique d’appartenance, nous sommes appelés à souligner ainsi l’aspect narratif de la mémoire. Cette mise en intrigue est par ailleurs consensuelle et conflictuelle. Les pièces commémoratives servent d’abord à rassembler et à proclamer une unité tout en travaillant à la produire. Mais compte tenu de leur rapport problématique à l’histoire (chaque présent reconstituant à sa façon le passé), ces pièces sont aussi le révélateur de conflits ou le plus souvent d’une mise en scène sélectionnant des éléments du passé afin de présenter l’absence de conflits. La mémoire collective, repérable par les pièces commémoratives, nous éclaire sur la constitution symbolique de l’identité de la nation.

  • 12 Jacques Mathieu (dir.), Expressions de mémoire. Travaux de séminaire, cefan, Université Laval, 199 (...)

8Au Québec, l’étude des liens existant entre la mémoire et l’identité collective fut véritablement amorcée par le sociologue Fernand Dumont (Le lieu de l’homme. La culture comme distance et mémoire, 1968 ; L’avenir de la mémoire, 1995) qui allait ouvrir la voie à une vaste production scientifique s’attachant aux cadres sociaux de la mémoire des catégories sociales (Daniel Mercure, Les temporalités sociales, 1995) aux évolutions historiques de la mémoire collective (Jacques Mathieu (dir.), La mémoire dans la culture, 1995 ; Jacques Mathieu et Jacques Lacoursière, Les mémoires québécoises, 1991) ou aux conditions épistémologiques de formation des représentations temporelles légitimes (Jocelyn Létourneau, "La production historienne courante portant sur le Québec et ses rapports avec la construction des figures identitaires d’une communauté communicationnelle", Recherches sociographiques, 1995). Jacques Mathieu confirme la fonction narrative de la mémoire collective, soulignant que celle-ci est un [...] récit pris en charge par le groupe [qui] remémore et reconstitue un contexte, afin d’ancrer le groupe dans une référence commune12."

MÉTHODOLOGIE

9La réalisation de nos objectifs de recherche et la démonstration de notre hypothèse nécessitent l’élaboration d’une grille d’analyse qui nous permette une reconnaissance globalement numérique et quantitative des pièces commémoratives ainsi qu’une appréhension qualitative sensible au contenu, c’est-à-dire aux thèmes et aux références contenues dans les pièces. Fidèles à l’approche herméneutique nous devons insérer chaque pièce commémorative, classée par ordre alphabétique, dans un appareil de lecture nous permettant de décomposer le récit de chacune de ces pièces en quelques grandes parties. Puis nous devons effectuer un bilan numérique et qualitatif de l’ensemble des éléments obtenus. Nous devons extraire de chacune des inscriptions présentes sur les pièces commémoratives formant notre corpus les énoncés relevant des mêmes critères de dépouillement. Ces derniers sont les suivants : la catégorie générale du personnage ou de l’événement, la période historique représentée, les lieux imaginaires et les références thématiques.

10La catégorie générale du personnage ou de l’événement nous permet de résumer en quelques mots-clés la nature du personnage ou de l’événement représenté. Pour les fins de l’analyse nous avons identifié douze catégories : politique, militaire, économique, religieux, culturel, intellectuel, social, explorateurs-premiers colons, scientifique et technologique, architecture, autochtones, métiers. Il ne s’agit pas de composantes exclusives, le militaire pouvant notamment recouper le politique et plusieurs catégories pouvant cohabiter dans la même pièce commémorative. L’objectif est d’établir une vue d’ensemble et une analyse plus détaillée devrait être effectuée pour compléter cette excursion sommaire dans la mémoire collective.

11Le deuxième élément classificatoire, la période, nous permet d’identifier les grandes périodes de référence et d’établir un croisement avec la date de création. Nous serons ainsi en mesure de savoir si, au cours de l’histoire des pratiques commémoratives, des périodes historiques furent plus ou moins valorisées au sein des pratiques de commémoration. Pour ce faire nous avons divisé le critère périodique en deux composantes. Il s’agit d’abord de classer la pièce commémorative selon une des quatre grandes périodes historiques suivantes : Nouvelle-France (1534-1759), Conquête (1759), Régime britannique (1759-1867), régime fédéral (1867 à nos jours). Ici aussi plusieurs périodes pourront se retrouver dans une même pièce : nous recherchons des ordres de grandeur. L’autre composante est constituée par la date d’édification de la pièce commémorative.

12Le troisième critère est celui des lieux. Un récit mémoriel inscrit le personnage ou les événements dans des lieux de référence. Il s’agit alors de recenser systématiquement, lorsqu’ils sont évoqués, ces lieux déployés par l’imaginaire.

13Enfin, le critère des références thématiques nous permet pour chaque catégorie de sujets de dégager les thèmes dominants et les références récurrentes. Il faut donc lire chaque inscription et la décoder, en soustraire les images fortes.

  • 13 Nous remercions Mme Ginette Noël, Directrice de la Division des archives de la Ville de Québec. Vo (...)
  • 14 Nous remercions M. Denis Samson, historien à la Commission de la capitale nationale du Québec. La (...)

14L’inventaire et l’archivage des inscriptions commémoratives furent effectués par la combinaison de deux méthodes d’enquête : un repérage sur le terrain et un travail de dépouillement à la Division des archives de la Ville de Québec. Quatre outils de recherche furent utilisés aux archives : un index présentant la liste alphabétique des pièces commémoratives ; deux fichiers présentant des photographies des pièces commémoratives et des descriptions succinctes ; des cahiers où sont décrits en détail les monuments et les plaques (incluant l’inscription) ; un dossier général constitué de lettres et de projets de plaques et de monuments13. Un recensement des monuments et plaques commémoratives établi par la Commission de la capitale nationale du Québec fut également consulté14.

Photo 5 - Statue de Jacques Cartier

Photo 5 - Statue de Jacques Cartier

Photo 6 - Statue de Marie Rollet et ses enfants

Photo 6 - Statue de Marie Rollet et ses enfants

15Nous avons repéré quatre-vingt-quatre monuments, en incluant les vingt-trois statues situées dans les alcôves sur les parois du Parlement. Nous avons aussi inventorié cent quatre-vingt-douze plaques commémoratives. Nous obtenons ainsi une grille d’analyse composée de deux cent soixante-seize entrées (correspondant à chacune des pièces commémoratives) réparties en quatre grandes colonnes.

CONSTRUCTION D’UNE CONTINUITÉ HISTORIQUE ET FIGURES INCERTAINES DE LA NATION DANS LES PIECES COMMÉMORATIVES

Fréquence et catégorisation des personnages et des événements

16Au total (276 pièces), les personnages et événements les plus souvents représentés sont : Champlain (5), Montcalm (5), Wolfe (5), Cartier (4), Ursulines (4), Montgomery (4). On retrouve une nette prédominance des sujets politiques, militaires et religieux : politique (83 plaques et monuments), militaire (68), religieux (59), explorateurs premiers colons (31), social (28), architecture (25), économie (21), culture (17), intellectuels (12), science et technologie (7), autochtones (4) et métiers (2). La cohésion du groupe par la politique et la religion s’affirme numériquement. On peut constater une faible diversification dans la panoplie des sujets représentés : l’économie, la culture et la science sont peu représentées dans l’imaginaire de la commémoration. Cette unité est également créée par une représentation dominante des sujets français ou canadiens français : il n’y a que trente-trois sujets anglais sur un total de deux cent soixante-seize pièces. Les autochtones ainsi que les immigrants sont en proportion infime.

17Un examen des sujets qui se donnent le plus à voir permet également de constater une unité entre les sujets politiques, militaires et religieux. Parmi les sujets les plus représentés au sein des monuments (deux monuments et plus), on retrouve trois explorateurs-premiers colons, trois personnages religieux et deux personnages militaires. En ce qui concerne les sujets les plus représentés au sein des plaques (deux et plus), on retrouve sept sujets associés à la catégorie politique, six au militaire, trois à la religion, deux aux intellectuels et un à l’économie.

18Il en va de même pour les vingt-trois statues qui ornementent le Parlement et qui contribuent à l’image projetée par le bâtiment : on retrouve en priorité les sujets politiques (9) et religieux (7), suivi des sujets militaires (6) et des explorateurs-premiers colons (5).

19Cette cohésion numérique des pièces commémoratives se vérifie également par la prise en compte de la période historique représentée.

Les périodes importantes retenues par la mémoire collective

20Les pièces commémoratives mettent l’accent sur deux périodes : la Nouvelle-France et la période récente (1867 à nos jours). Sur un total de deux cent soixante-seize pièces nous obtenons : 1867 à nos jours (127), Nouvelle-France (93), Régime britannique (71) et Conquête (23). Examinons plus précisément ce qui en est pour les monuments et les plaques.

21Au sein des monuments, la période historique la plus représentée est celle de la Nouvelle-France (34) suivie de près par celle de 1867 à nos jours (33). Les personnages situés dans le Régime britannique apparaissent quinze fois et ceux de la Conquête reviennent sept fois. Cette importance de la période de la Nouvelle-France dans l’imaginaire collectif est davantage présente au sein des statues entourant le Parlement (16), le Régime britannique étant représenté cinq fois, la Conquête deux fois et la période de 1867 à nos jours une fois seulement.

22Établissons dans ses grandes lignes l’importance prise par les périodes historiques selon l’évolution des pratiques d’édification des monuments. Pour la Nouvelle-France, les années 1910 et 1920 ainsi que la deuxième moitié des années 1960 furent propices à l’émergence de sujets liés à cette période. Seulement trois sujets sont érigés entre 1929 et 1965. Puis six monuments sont implantés entre 1965 et 1969 et seulement trois depuis 1969. Rappelons que ces dates ne correspondent à aucune commémoration en particulier. En ce qui concerne la Conquête, les monuments qui lui sont consacrés sont établis entre 1828 et 1894. Pour le Régime britannique la période intense se situe dans les années 1910 et 1920 seulement. Et pour la période de 1867 à nos jours c’est exactement l’inverse avec une croissance des sujets récents dans les années 1950, 1960 et surtout durant les années 1980. On voit donc que les sujets liés à la Conquête furent parmi les premiers monuments implantés et qu’on est rapidement passé à des sujets liés à la Nouvelle-France puis au Régime britannique, les sujets de 1867 à nos jours étant établis plus récemment. Le début du siècle fut propice aux sujets concernant la Nouvelle-France et le Régime britannique, alors que le régime du gouvernement Duplessis allait marquer une absence presque complète d’édification de monuments. La Révolution tranquille fut l’occasion d’un retour aux sujets de la Nouvelle-France, avant de passer à des sujets plus récents. Cela montre que la mémoire intègre lentement, à son rythme, des périodes historiques.

23Étant donné que les plaques commémoratives sont d’utilisation plus récente (elles sont moins dispendieuses et plus pratiquement insérables au sein d’environnements urbains variés), on note un accroissement des sujets récents retenus par la mémoire collective. Ainsi, la période la plus représentée est celle de 1867 à nos jours (94) suivie par celle de la Nouvelle-France (59). Les sujets situés pendant le Régime britannique paraissent cinquante-six fois et ceux de la Conquête reviennent seize fois.

24La période de la Nouvelle-France est importante en 1908 (tricentenaire de la fondation de Québec) avec huit plaques seulement pour cette année. Il faut ensuite attendre les années 1950 (4 plaques) et les années 1960 (5 plaques). Aucune plaque associée à la Nouvelle-France n’est installée dans les années 1970 alors que les années 1980 (6 plaques) et 1990 (7 plaques) reviennent légèrement sur le sujet. Les plaques de la Conquête ont pour la plupart été installées à partir du milieu du siècle et dans les années 1960 et 1970. Le Régime britannique pour sa part a retenu l’attention sept fois en 1908, cinq fois dans les années 1950, huit fois dans les années 1980 et douze fois dans les années 1990. L’intensification de la production commémorative de sujets récents est encore plus repérable : deux seulement en 1908, cinq durant les années 1950, cinq durant les années 1970, vingt-quatre durant les années 1980 et vingt-neuf durant les années 1990.

25On peut donc noter en tout l’importance de la Nouvelle-France qui est rattachée aux symboles politiques de la nation et une diversification progressive de la mémoire au fur et à mesure que les plaques sont privilégiées par rapport aux monuments. On constate aussi des "retours" de mémoire : on revient sur la Nouvelle-France dans les années 1960 et sur le Régime britannique au début des années 1990. Globalement la tendance des dernières années est aux sujets récents (par exemple le monument érigé au poète Félix Leclerc). La mémoire crée ses assises (Nouvelle-France), effectue des retours et passe à d’autres sujets, l’ancrage une fois assuré. La période de la Conquête en témoigne : on s’y attache dès le début des pratiques de commémoration pour rapidement ne plus y revenir. La mémoire est ainsi composée d’oubli et de remémoration permettant la création d’un horizon commun pour la collectivité. Les lieux de référence y contribuent également.

Les lieux de référence

  • 15 Incluant ce qui était autrefois considéré comme le Québec (le monument de Jacques Cartier parle pa (...)

26Les inscriptions sur les monuments font une brève description des personnages ou des événements et font presque toujours référence à des lieux servant d’assise au récit élaboré. Une société a ses lieux mythiques et au sein de chacune des différences entre les régions ou entre les villes sont repérables. Ainsi, il n’est pas surprenant de constater que le lieu qui revient le plus souvent est le lieu-même où est érigé le monument. La mémoire est d’abord locale. Voici la répartition de ces lieux : on fait référence à la Ville de Québec deux cent sept fois, France (43), Angleterre (22), le Québec (23), le Canada15 (30), reste de l’Europe (12), États-Unis (10), Amérique Latine (7), Corée (3), Acadie (2), Colombie-Britannique (2), Ontario (1), Nouvel le-Angleterre (1), Afrique du Sud (1), Irlande (1), Montréal (1).

27On constate, concernant F Ailleurs de la projection, que la France est le lieu qui mobilise le plus l’imaginaire. La référence au reste du Canada est marginale et un seul lien est établi avec une autre province canadienne. La référence à l’Angleterre est aussi minimisée. La référence à la Ville de Québec est de plus en plus prononcée, ce qui tend à montrer une construction plus forte d’une mémoire collective centrée sur le local et sur la cohésion de la collectivité locale. La mémoire collective est, selon les lieux invoqués, locale et française. La cohésion de la collectivité est donc affirmée. Toutefois, sa figure demeure incertaine, comme le révèle l’analyse thématique des inscriptions selon les grandes catégories retenues.

Analyse thématique selon les catégories des personnages et des événements

28Les catégories politique et militaire retiendront particulièrement notre attention, avant d’examiner l’ensemble des autres catégories.

L’imaginaire politique

29L’analyse de contenu centrée sur la catégorie politique révèle toute l’ambiguïté du statut de la nation québécoise. Contrairement à ce qu’on pourrait penser le thème de la survivance est totalement absent des écritures monumentales. Par ailleurs, la nation canadienne-française n’est jamais véritablement définie et possède des contours flous. Les inscriptions sont souvent vagues, de longueur variée et on peut y projeter des désirs très divergents. Par contre les monuments donnent l’impression d’une continuité dans le temps d’un groupe qui parvient tout de même à trouver ses assises. Cinq éléments nous serviront pour étayer ces propositions : les figures extérieures, les personnages québécois, la référence à l’unité canadienne, les figures britanniques et le monument du Patrimoine de l’Unesco.

30Deux figures extérieures sont convoquées et me semblent bien refléter à la fois les sources multiples et les incertitudes de l’identité québécoise : Jeanne d’Arc et Simon Bolivar. Spontanément la référence à Jeanne d’Arc (Parc Jeanne d’Arc, avenue Laurier) suggère l’inspiration française. Or, la lecture de l’inscription révèle une situation plus complexe : "Inspiré par le charme historique de Québec les deux donateurs anonymes de ce monument l’ont offert à la commission des champs de bataille nationaux comme emblème du patriotisme et de la vaillance des héros de 1759-1760". Les notes historiques de la Division des archives de la Ville de Québec nous permettent d’apprendre que les deux donateurs sont des Américains de New York. On voit alors des références multiples et, de plus, les héros de 1759-1760 ne sont pas spécifiés : ce peut être aussi bien les Français que les Anglais. Cette confusion permet d’éviter les conflits d’interprétation et peut être vue comme le signe d’une société qui s’accommode pacifiquement des divergences entre anglophones et francophones. Par contre elle assure moins l’ancrage symbolique des deux communautés. Le monument de Simon Bolivar (Parc de l’Amérique Latine) me semble aller dans le même sens : "Hommage du peuple et du gouvernement du Venezuela au Québec. 1983, année du bicentenaire de la naissance du libérateur. Pour nous, la patrie c’est toute l’Amérique". On fait explicitement référence à la libération d’un peuple, celui du Venezuela, à laquelle on associe un autre peuple, celui du Québec. Mais aussitôt on fait référence à une entité plus large, supranationale, l’Amérique.

31Les figures monumentales typiquement québécoises font davantage référence à la nation et à son autonomie mais le récit demeure dans un cadre canadien et teinté d’incertitude. On met l’accent sur les ancêtres, sur le rôle fondateur de Champlain dans l’établissement et l’enracinement de la collectivité : le "Je me souviens" revient constamment. On souligne l’importance des descendants français (plaque du Parc de l’Amérique française) et on souligne la solidarité avec la francophonie et l’Amérique latine. On souligne le rayonnement du Québec à l’étranger (Hector Fabre). Le monument dédié à Sir George-Etienne Cartier (Parc Montmorency) parle (en le citant) de la nécessité de perpétuer la nation à travers le temps grâce notamment à la langue et à l’héritage des ancêtres : "Pour assurer notre existence il faut nous cramponner à la terre, et léguer à nos enfants la langue de nos ancêtres et la propriété du sol". Mais le discours s’inscrit immédiatement dans un contexte canadien : "Nous franco-canadiens, nous sommes l’une des branches de l’arbre de la confédération ; à nous de le comprendre et de travailler au bien commun". Le monument dédié à Honoré Mercier (en face du Parlement) est le seul qui fait allusion à des torts qu’auraient pu subir les Canadiens français et à la légitimité de redresser ces torts. Le monument dédié à Maurice Duplessis (Jardin du Parlement) insiste également sur l’autonomie provinciale mais sans remettre en question le cadre fédéral : "Nous ne voulons pas que la législature de Québec soit à la remorque d’Ottawa. Elle doit être menée par les citoyens de Québec". Seule la plaque dédiée à René Lévesque parle de nation francophone et de souveraineté du Québec. Le monument du général de Gaulle (Place Montcalm), installé durant l’été 1997, fait référence à une autonomie radicale du Québec, bien que le mot "indépendance" ne soit pas prononcé : "On assiste ici à l’avènement d’un peuple qui dans tous les domaines veut disposer de lui-même et prendre en main ses destinées". Hormis René Lévesque aucune figure québécoise ne va jusque-là. Par ailleurs, l’unique plaque présentant un conflit ouvert avec le cadre fédéral est celle dédiée à la mémoire d’Honoré Bergeron : "Près d’ici tombèrent sous les balles des troupes fédérales du Canada, le 1er avril 1918 : Honoré Bergeron (49 ans), Alexandre Bussières (25 ans), Georges Demeule (15 ans), Édouard Tremblay (23 ans). Les Québécois n’oublient pas. Société nationale des Québécois. 1er juillet 1978". La cause est par ailleurs mal définie.

32Si la référence à la nation québécoise est peu présente et peu convaincante, celle à l’unité canadienne ne l’est pas davantage. Le seul monument célébrant le Canada et ses origines est celui de la Fontaine du Centenaire (Parc des champs de bataille) et il ne comporte aucune écriture. Il n’y a que deux autres monuments traitant de façon indirecte du cadre fédéral. D’abord un monument (Géodésie pour l’avenir, Édifice du Parlement) qui affirme : "Ce point géodésique, établi en 1967, fait partie d’un réseau symbolisant l’ordre et l’harmonie entre Canadiens d’un océan à l’autre". Il y a ensuite une pièce commémorative célébrant l’entrée de la Colombie-Britannique dans la Confédération. Une plaque indique l’endroit où fut signé le pacte de la Confédération (1864) et une autre affirme simplement que Sir Hector-Louis Langevin fut le "Père de la Confédération et de l’union des provinces".

33On voit ainsi que les représentations issues des monuments et des plaques sont relativement floues. Le monument de Sir Wilfrid Laurier peut être interprété à la fois comme un symbole des Canadiens français et comme celui du Canada. Il en va de même pour les références extérieures : le Buste de Louis XIV (Place Royale) côtoie la tête de la Reine Victoria (Parc Victoria). Les figures britanniques, peu nombreuses, sont ainsi intégrées dans la continuité historique. Lord Dufferin (gouverneur général du Canada de 1872 à 1878) a contribué à la restauration des remparts de Québec et à la construction de la terrasse. On dit qu’Earl Grey (gouverneur général du Canada de 1904 à 1911) "par ses idéaux élevés et son indéfectible appui fut en grande partie responsable de la conception et de l’aménagement du parc des champs de bataille nationaux". On réduit le rôle des hommes politiques britanniques à l’aménagement, à la préservation de la mémoire québécoise. On camoufle même l’histoire avec cette plaque dédiée à Jonathan Sewell (87, rue Saint-Louis) : "Jonathan Sewell. Juge en chef du Bas-Canada durant trente ans, conseiller du Gouverneur Craig, chef de la "Clique du Château", protagoniste de la confédération, homme de grande culture et protecteur des arts, né à Cambridge, Mass., le 6 juin 1766, décédé dans cette maison, le 12 novembre 1839". M. Sewell était pourtant l’avocat de la minorité anglophone du Bas-Canada et un adversaire des Canadiens-français.

34Il y a donc un flou identitaire qui paradoxalement exprime la continuité de la collectivité et sa capacité à se perpétuer dans le temps en subsistant à travers les périodes historiques. Il y a relecture du passé qui confère à la collectivité une autonomie dans son destin historique. Cette continuité politique est bien exprimée par le monument du Patrimoine mondial de l’Unesco (Terrasse Dufferin, face au Château Frontenac) qui affirme : "Berceau de la civilisation française en Amérique cet arrondissement témoigne, par son architecture et ses paysages urbains, du rôle historique que joua Québec à titre de capitale sous des régimes français, britannique et canadien". On prend du recul avec le passé, on efface les différences et les points obscurs pour dégager une ligne directrice témoignant de la continuité de la collectivité. Il est par exemple frappant de constater que l’unique référence explicite à la Révolution tranquille se fait par le biais d’une plaque dédiée à Jean Lesage qui y est présenté comme le père de cette période. Les effets de la Révolution tranquille se font cependant sentir dans la relecture du passé qui est opérée et qui installe une continuité et valorise des traits inédits du passé. Ainsi, Jean Talon devient un grand bâtisseur digne d’un chef d’entreprise, Henri-Gustave Joly de Lotbinière est présenté comme un modernisateur, Elzéard Bédard (premier maire de la Ville de Québec et député du Bas-Canada) a contribué aux avancées démocratiques et politiques de la communauté, Louis-Alexandre Taschereau est présenté comme le père du Québec moderne, la plaque de Pierre-Joseph-Olivier Chauveau mentionne : "Premier chef de l’État québécois au lendemain de la Confédération [...]". On utilise des catégories discursives du présent pour effectuer la lecture du passé, ce qui permet l’établissement de la continuité historique.

35Les projections imaginaires dans l’aspect militaire sont aussi révélatrices de ce mélange entre continuité de la nation et absence d’articulation explicite de celle-ci.

L’imaginaire militaire

36Les sujets militaires expriment généralement le courage des soldats et des dirigeants qui ont ainsi permis l’édification d’une collectivité bien ancrée à Québec. Même la Conquête est insérée dans cette continuité et ne représente plus du tout une coupure radicale.

37Les troupes françaises sont rarement associées à la défaite de 1759. On mentionne que celle-ci était inéluctable et que les troupes françaises ont vaillamment combattu : "Le Royal Rousillon, sous le colonel Poulariez, formant la gauche du front de l’armée française, fut le premier à l’attaque et le dernier à se replier devant un feu meurtrier. 13 septembre 1759" (Parc des Champs de bataille). On souligne le génie militaire britannique mais en des termes ambigus. On dit que Wolfe meurt victorieux et en même temps on fait l’éloge de Montcalm. La Conquête est normalisée et on situe le conquérant dans la continuité historique :

Frederick Haldimand, soldat de carrière d’origine Suisse, s’enrôla dans l’armée britannique en 1755 et fut promu avec le temps au grade de général. En 1758, il combattit à Carillon. Deux ans plus tard, il participa à la prise de Montréal. Gouverneur de la province de Québec de 1778 à 1786, il dirigea la colonie au cours des années difficiles de la Révolution américaine [...] À la fin de la guerre d’indépendance, il s’occupa personnellement de l’établissement des Loyalistes et des Indiens alliés à la Couronne dans la région qui devint le Haut-Canada. Il mourut en Suisse.

38La mémoire sélectionne et normalise les traumatismes du passé. Une autre plaque ambiguë est celle de la Maison du duc de Kent (25, rue Saint-Louis) : "Je me souviens. Maison du Duc de Kent. D’Ailleboust, gouverneur de la Nouvelle-France, habita cette maison en 1648. De Ramezay y signa la capitulation de Québec en 1759. Le duc de Kent, père de la Reine Victoria, y vécut de 1792 à 1794". On cerne bien la continuité établie entre le Régime français et le Régime britannique et la normalisation de la Conquête ainsi opérée. Le monument des Braves (Parc des Braves) dédié à la tentative de reprise de Québec par les forces armées françaises en 1760 va dans le même sens. Il est composé d’un piédestal avec une haute colonne surmontée de la statue de Bellone, déesse romaine de la guerre et la base du piédestal comporte quatre plaques : 1. l’inscription "Aux braves de 1760" ; 2. le nom de Lévis avec les armes et emblèmes français ; 3. le nom de Murray avec les armes et emblèmes anglais ; et 4. le moulin Dumont entouré d’une couronne de feuilles et à la base, d’un castor et deux haches. La commémoration est dédiée aux deux armées et la quatrième plaque effectue la synthèse. On ne donne pas d’interprétation de l’événement et il en va de même pour les monuments de Wolfe et Montcalm où seuls les noms apparaissent. La défaite anglaise d’avril 1760 est soulignée (Moulin de Dumont. Les Français victorieux), mais dans le même mouvement Murray est qualifié de brave. La continuité historique entre les Français et les Anglais est recréée par la présentation d’une Conquête en morceaux assez lâchement liés les uns aux autres et donc sans graves conséquences politiques.

39À côté de cette normalisation de la Conquête on opère un recentrage sur les Américains. Ce n’est cependant pas une démonisation car on souligne les blessures de l’ennemi (Arnold blessé, La défaite d’Arnold). La victoire de Frontenac contre Phips (Nouvelle-Angleterre) et le courage des Canadiens-français sont rappelés. On insiste beaucoup sur la défense contre les Américains (Travaux au Cap-Diamant). La Citadelle de Québec devient le symbole matériel de la continuité entre les Français et les Anglais. Il est aussi frappant de constater que les plaques francophones ne s’étendent pas en patriotisme, en héroïsation et évitent la démonisation de l’ennemi (qu’il soit anglais ou américain). Comme si on ne savait pas quoi retenir de l’histoire.

L’imaginaire des autres catégories

40La religion exprime admirablement la continuité de la nation québécoise en insistant d’abord sur son rôle protecteur : Notre-Dame de Rocamadour, Marie de l’Incarnation, Les Augustines de la Miséricorde de Jésus, le Père Flavien Durocher, Mgr de Saint-Vallier. Cette continuité est assurée par l’éducation de la population et l’émergence d’un foyer culturel (Collège des Jésuites, Mgr de Laval, Séminaire de Québec, Université Laval, Collège Mérici, Collège des Jésuites, Résidence et chapelle des Récollets). La religion sert aussi de rempart contre l’ennemi. Ainsi l’Église Notre-Dame-des-Victoires rappelle les victoires de 1690 et de 1711 contre les Anglais ; c’est le symbole de la présence française en Amérique. On met l’accent sur la fondation, sur l’enracinement et la solidité morale. La religion anglicane est évacuée du souvenir (seules les plaques Église St Andrew et Holy Trinity témoignent de sa présence). Les références religieuses se retrouvent par ailleurs dans plusieurs pièces commémoratives appartenant à d’autres catégories de personnages ou d’événements. Encore là il n’y pas de rupture entre une société qui aurait été traditionnelle et une société qui serait devenue moderne avec la Révolution tranquille. Si l’apport de la religion tend à diminuer dans les monuments contemporains on n’en renie pas pour autant le passé : on insiste au contraire sur l’apport essentiel des communautés religieuses dans la continuité de la collectivité et dans l’établissement de ses fondements. La catégorie du social insiste également sur l’esprit de solidarité de la communauté.

41Chez les explorateurs-premiers colons la fleur de lys, le "Je me souviens", les références au fleuve Saint-Laurent et au territoire sont omniprésents. Mais l’esprit de conquête est peu présent : le territoire est à explorer, pas à conquérir. L’attention portée à l’architecture est aussi révélatrice des ambiguïtés (ou des accommodements) du souvenir. Ainsi, dans la plaque de la Cathédrale Épiscopale Ste-Trinité, on souligne l’influence du style britannique. La plaque de l’Hôtel-de-Ville insiste sur la présence des Britanniques (Thomas Dunn). La plaque de l’Institut canadien mentionne "Je me souviens" suivi d’une phrase sur l’importance de l’inspiration britannique. On insiste ailleurs sur la résistance face à Farinée anglaise (Maison Deniers). Les plaques dédiées à Eugène-Étienne Taché (architecte du Parlement et créateur de la devise "Je me souviens") insistent sur ses multiples influences. Il n’y a pas de vision univoque de l’histoire. Sur le plan économique la mémoire collective enregistre la grandeur des chantiers navals (Anse-au-Foulon) et le génie canadien. Le Canadien-français est présenté comme un bâtisseur qui s’accommode des différentes allégeances. Encore là, on établit une continuité entre la Nouvelle-France et le Régime britannique : tantôt on célèbre les Français, tantôt on rend hommage à la grandeur de la flotte britannique.

42Notre analyse des autres catégories montre aussi qu’on parle de la communauté et de ses assises politiques et religieuses. L’époque de la Nouvelle-France est souvent en toile de fond. On met l’accent sur le "nous" : on évacue des représentations collectives les Anglais, les Amérindiens et les immigrants ou on diminue leur rôle politique, ce qui permet l’affirmation de la cohésion de la collectivité québécoise. Par ailleurs on souligne à de multiples reprises les influences française et britannique. Il y a là un langage de la continuité historique qui est créé, sans que la communauté se donne une image claire d’elle-même.

43Voilà pour l’essentiel de notre recherche. Nous allons compléter cet exposé par un recentrage des éléments ici esquissés dans le débat entre devoir de mémoire et devoir d’oubli.

DEVOIR DE MÉMOIRE ET DEVOIR D’OUBLI

  • 16 P. Nora (dir.). Les lieux de mémoire, I. La République, Paris, Gallimard, 1984, "Entre mémoire et (...)
  • 17 Voir aussi J. Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988, (1977), Coll. Folio/Histoire.

44Est-ce que d’évoquer le souvenir, de le matérialiser dans l’espace, de construire des parcs publics avec pièces mémorielles signifie présence de l’objet, de la personne ou de l’événement ? N’est-ce pas plutôt une mise à distance que l’on opère ? Le territoire a beau se couvrir de traces et de sites protégés, est-ce que le passé en est pour autant présent ? Tout devenant trace, il y a risque d’homogénéisation et on ne retient aucune leçon particulière du passé. Pierre Nora le souligne : "Il y a des lieux de mémoire parce qu’il n’y a plus de milieux de mémoire16." Notre mémoire est devenue histoire17. Le fait même de commémorer est plus important que ce que l’on commémore. La distance a pris la place de l’adéquation entre mémoire et histoire. De tradition de mémoire l’histoire s’est faite savoir de la société sur elle-même.

  • 18 Cap-Aux-Diamants, no 50, été 1997.
  • 19 J. Éthier-Blais, "Raison d’être des Cahiers", Les Cahiers d’histoire du Québec au xxe siècle, no 1 (...)
  • 20 Les Cahiers d’histoire du Québec au xxe siècle, no 2, été 1994.
  • 21 D. Jacques, Les Cahiers d’histoire du Québec au xxe siècle, no 3, hiver 1995, p. 56.

45Au Québec aussi la question du patrimoine a pris de l’importance comme partout ailleurs. On dénonce une perte de mémoire que ne compenseraient pas ses manifestations démultipliées. La revue Cap-Aux-Diamants titrait récemment : "Le Québec se souvient-il ?18 " Une des raisons d’être des Cahiers d’histoire du Québec au xxe siècle, fondés en 1994, est de "se confronter à un certain refus du passé rencontré fréquemment au Québec depuis quelques décennies19. Dès le numéro suivant les mêmes Cahiers titraient en éditorial : "Un Québec malade de sa mémoire20 " Le constat est le suivant : afin de devenir moderne, les Québécois ont dû renier une partie de leur passé. Daniel Jacques affirme : "Les Canadiens-français sont ainsi devenus modernes au prix d’une rupture avec leur histoire dans ce qu’elle a de plus singulier et de plus propre21. C’est une rupture avec la religion et les traditions, seule la langue étant ancrée dans une continuité d’appartenance. L’identité québécoise moderne se serait construite sur la base d’un déni de l’histoire des Canadiens-français : un oubli imprégnerait l’imaginaire québécois. On observe également au Québec une transformation des lieux historiques en objet de connaissance : on interprète mais on n’habite pas la mémoire.

  • 22 Nietzsche, Considérations inactuelles I et II, Paris, Gallimard, 1990, coll. Folio/Essais, "IL De (...)

46Il y a certes un devoir de mémoire qui ne serait pas une répétition du passé mais une reprise renouvelée de problématiques qui sont toujours les nôtres. Mais il ne faut pas perdre de vue l’importance de l’oubli pour les sociétés. Poursuivons la réflexion dans cette direction en convoquant Nietzsche et ses Secondes considérations inactuelles22.

47L’auteur montre que l’élément historique et l’élément non historique sont nécessaires à la santé d’un peuple. Il y a un degré d’évocation et de production du sens historique au-delà duquel un peuple est profondément ébranlé et on l’empêche d’être actif. Le sens historique nous permet, par l’enracinement dans le passé, de savoir que l’on n’est pas totalement arbitraire et fortuit, que l’on est justifié d’exister. Le passé est bon lorsqu’il sert le présent. Or, la distance opérée par la science historienne et une approche patrimoniale excessive coupe la jonction entre le passé et le présent. Le passé conservé sous-estime ce qui est en gestation. L’histoire sert la vie passée et non plus la vie présente. L’excès de mémoire n’est pas une culture mais un savoir sur la culture.

  • 23 T. Todorov, Les abus de la mémoire. Paris, Arléa, 1995.
  • 24 N. Loraux, La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris, Payot, 1997.

48De même Tzvetan Todorov, dans Les abus de la mémoire, rappelle que la mémoire ne doit pas être une restitution à l’identique du passé mais doit toujours être une sélection et inclure l’oubli. Ainsi l’activité politique selon Todorov permet d’enlever à la haine son caractère éternel, c’est-à-dire de subordonner le passé au présent. L’oubli permet à des communautés différentes de cohabiter ensemble23. Nicole Loraux a aussi écrit plusieurs ouvrages sur l’oubli et ses vertus thérapeutiques pour la société24.

49Cette nécessité d’un usage critique de la mémoire a d’ailleurs été rappelée avec insistance durant les dernières années par Fernand Dumont (L’avenir de la mémoire, 1995), par Paul Ricœur ("Le temps passé : mémoire, histoire, oubli", 1997) et par Patrick H. Hutton (History as an Art of Memory, 1993).

  • 25 B. Jewsiewicki et J. Létourneau (dir.). L’histoire en partage. Usages et mises en discours du pass (...)

50Notre recherche montre que la mémoire est sélective et que l’oubli est aussi sélectif. Mémoire sélective et oubli sélectif réduisent le sectarisme de la mémoire collective publique. Pour cohabiter ensemble il faut un monde dans lequel le compromis soit possible et pour qu’il y ait compromis il faut oublier, pardonner. Peut-être n’y a-t-il pas de mémoire collective ni d’agir historique sans cette faculté d’oubli, que certains nomment le pardon, cette faculté de regarder l’histoire à partir de la génération. L’interaction entre devoir de mémoire et devoir d’oubli nous montre bien que le monde dans lequel nous vivons est à la fois déjà là et susceptible d’être transformé. Il existe ainsi une tension créatrice de sens entre la narration du passé, sa mise en récit et en intrigue, et le déroulement empirique de ce que Ricœur nomme l’ayant-été25.

51Toute l’ambiguïté sous-tendant la mémoire collective québécoise illustre ces interactions entre la mémoire et l’oubli, interactions qui permettent à la collectivité de se perpétuer. Un oubli qui n’est pas refoulement mais reconstruction. Ainsi en est-il de la Conquête. Le caractère souvent ambigu des monuments, l’absence d’écritures pourrait ainsi porter à croire à une perte de mémoire alors que cela peut très bien permettre au contraire les aménagements du souvenir. Il sera intéressant à cet égard d’observer la tendance récente qui se veut de plus en plus déclaratoire : la multiplication, dans les dernières années, de panneaux d’interprétation avec textes explicatifs sur le territoire de la ville de Québec en témoigne. Le monument permet différentes fictions du passé. La plaque et le panneau, en devenant déclaratoires, présentent un sens qui a tendance à être univoque.

CONCLUSION

52Nous avons vu que la mémoire collective repérable à travers les monuments historiques et les plaques commémoratives procède à un aménagement du passé. La mémoire construit les références de la collectivité en mettant l’accent sur des aspects particuliers comme l’importance de la politique et de la religion. L’unité du groupe est créée par le refoulement dans les marges de certains sujets (anglophones, immigrants, autochtones). Surtout, une continuité historique est instaurée qui procède à un nivellement des ruptures et donc des blessures. Cette mémoire, composée de rappels exemplaires et d’oublis volontaires, présente aussi des figures plus contrastées, plus ambiguës. Elles concernent notamment le statut de la nation québécoise. Ainsi les références nationales s’intègrent souvent dans un cadre plus large. Elles ne sont pas revendicatrices. Il n’y a ni victimisation (qui serait l’apanage d’une mémoire très revendicatrice), ni esprit de conquête (qui a tendance à faire table rase et à oublier) et les Québécois apparaissent ainsi comme relativement autonomes dans la prise en charge de leur destin. Cela nous semble permettre, entre le devoir de mémoire tempéré par le devoir d’oubli, des accommodements au sein de la collectivité qui contribuent à la réduction des conflits et à la perpétuation de la collectivité dans l’histoire. Cette relecture constante du passé par le présent et cette tension au sein de la mémoire entre l’oubli et la remémoration sont des conditions essentielles de l’appropriation collective des lieux, des places et des parcs publics.

Notes

1 Cette recherche fut effectuée dans le cadre plus large d’un projet de doctorat subventionné par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH).

2 Revue internationale d’études canadiennes, 15, printemps 1997.

3 Z. Bouchrara Traki, La ville mémoire. Contribution à une sociologie du vécu, Paris, Méridiens / Klincksieck, 1994. p. 11.

4 Voir L. Brunelle-Lavoie et A. Gelly, "L’État et les lieux de mémoire", Cap-Aux-Diamants, no 37, printemps 1994, p. 10 à 13.

5 F. Choay, L’allégorie du patrimoine, Paris, 1996 (1992), p. 9, Éditions du Seuil, Coll. Éa Couleur des idées.

6 P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire. I. La République, Paris, Gallimard, 1984, "Présentation", p. VIII.

7 P. Nora, Les lieux de mémoire. III. Les France. /. Conflits et partages, Paris, Gallimard, 1992, "Comment écrire l’histoire de France ?", p. 20.

8 F. Choay, op. cit., p. 14.

9 M. Guillaume, La politique du patrimoine, Paris, Éditions Galilée, 1980, p. 63, Coll. L’espace critique.

10 P. Amphoux et A. Ducret, "La mémoire des lieux", Cahiers internationaux de sociologie, Vol. LXXIX, 1985, p. 201.

11 P. Ricœur, "Le temps passé : mémoire, histoire, oubli", leçon donnée au Collège International de Philosophie, Paris, 24 janvier 1997.

12 Jacques Mathieu (dir.), Expressions de mémoire. Travaux de séminaire, cefan, Université Laval, 1995, "La langue de la commémoration", p. 20.

13 Nous remercions Mme Ginette Noël, Directrice de la Division des archives de la Ville de Québec. Voir aussi Division des archives de la Ville de Québec, Guide de recherche sur les plaques et monuments commémoratifs situés sur le territoire de la Ville de Québec, Ville de Québec, Publication no 65, août 1997.

14 Nous remercions M. Denis Samson, historien à la Commission de la capitale nationale du Québec. La grille d’analyse élaborée par M. Samson pour l’établissement d’un inventaire des monuments, des plaques commémoratives et des panneaux d’interprétation à Québec nous a été fort utile. La liste de cet inventaire nous a par ailleurs permis de compléter les recherches effectuées aux archives de la Ville de Québec.

15 Incluant ce qui était autrefois considéré comme le Québec (le monument de Jacques Cartier parle par exemple du Canada).

16 P. Nora (dir.). Les lieux de mémoire, I. La République, Paris, Gallimard, 1984, "Entre mémoire et histoire. La problématique des lieux", p. XVII.

17 Voir aussi J. Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988, (1977), Coll. Folio/Histoire.

18 Cap-Aux-Diamants, no 50, été 1997.

19 J. Éthier-Blais, "Raison d’être des Cahiers", Les Cahiers d’histoire du Québec au xxe siècle, no 1, hiver 1994, p. 7.

20 Les Cahiers d’histoire du Québec au xxe siècle, no 2, été 1994.

21 D. Jacques, Les Cahiers d’histoire du Québec au xxe siècle, no 3, hiver 1995, p. 56.

22 Nietzsche, Considérations inactuelles I et II, Paris, Gallimard, 1990, coll. Folio/Essais, "IL De l’utilité et des inconvénients de l’histoire pour la vie", p. 91 à 169.

23 T. Todorov, Les abus de la mémoire. Paris, Arléa, 1995.

24 N. Loraux, La cité divisée. L’oubli dans la mémoire d’Athènes, Paris, Payot, 1997.

25 B. Jewsiewicki et J. Létourneau (dir.). L’histoire en partage. Usages et mises en discours du passé, Paris, L’Harmattan, 1996, "Introduction", p. 16.

Table des illustrations

Titre Photo 5 - Statue de Jacques Cartier
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15503/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Photo 6 - Statue de Marie Rollet et ses enfants
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15503/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540