Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sites publics, lieux communs

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Première partie. Jeux de perspectives : représentations, cadres et cartes

La place de l’église

Raymond Courcy

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Définitions du Petit Larousse.

1On peut jouer facilement avec la polysémie du mot place. Il peut signifier, selon les cas "l’espace qu’occupe une personne, une chose", le "rang qu’une personne ou une chose doit occuper" ou bien un "espace public découvert dans une agglomération"1. En d’autres termes, on peut penser soit au lieu, au site, soit à la position, au rang. Or l’organisation même du site permet de révéler la fonction de l’édifice qui jouxte cette place. Et de nouveau, on peut jouer avec la polysémie du mot. Selon que un e minuscule ou un E majuscule est mis à Église, on pense au bâtiment dans lequel les fidèles se réunissent pour le culte ou bien à cette institution organisée qui rassemble des croyants. Dans les deux cas nous avons, d’une part, un aspect de type géographique et physique et d’autre part une dimension concernant l’organisation sociale. Dans la mesure où la fonction des espaces publics comme celle des institutions est en train d’évoluer, nous pouvons faire l’hypothèse que la réorganisation progressive de la place de l’église est tout à fait révélatrice de l’évolution de la place de l’Église dans la société québécoise. Et au-delà, nous pouvons penser que notre recherche nous permettra de mieux comprendre les processus de déstructuration/restructuration de cette société québécoise.

2Dans la mouvance de la Révolution Tranquille, l’effondrement de l’Église catholique dans la Province au cours des années soixante-dix est connu de tout le monde. Beaucoup a été écrit sur ce temps pendant lequel les églises, les presbytères et les couvents ont pratiquement été désertés, quand leur usage n’a pas été changé ou que, tout simplement, ils n’ont pas été détruits. L’Église catholique est passée d’une position alors dominante dans la société à une position mineure par rapport à d’autres forces sociales à tel point que certains ont pu dire qu’elle était devenue pratiquement inexistante. C’est ce temps où le Québec est passé d’une société holiste à une société plurielle ou, pour reprendre la terminologie de Tonnies, d’un fonctionnement social ancien de type "communauté" à un autre, plus moderne, de type "société". L’Église catholique était le centre de référence autour duquel s’organisait la société, désormais elle n’est plus qu’une référence de SENS parmi d’autres, dans une société sécularisée.

3Des études nombreuses ont été faites sur la suppression ou le changement de destination des bâtiments d’Église, ceux-ci, en effet, représentent une ressource (à tous les sens du terme) que l’Église peut utiliser au meilleur de ses intérêts pour négocier sa place dans la société. Par contre, peu de recherches ont tenté d’appréhender l’évolution du fonctionnement de la place ou des places qui jouxtent ces bâtiments. Si à cela, nous ajoutons que la place dans un village n’a obligatoirement pas la même fonction que dans une ville, nous comprenons que nous sommes passés d’un lieu de type totalisant et uniformisant à un autre lieu aux aspects multifonctionnels. Ainsi en observant les évolutions des places des églises, on pourra découvrir la place que tient aujourd’hui l’Église catholique dans la société "plurielle" québécoise.

LA PLACE DE L’ÉGLISE. DE LA PLACE CENTRALE À LA PLACE ANONYME

4L’exemple précis de la place de l’église Saint Malo dans la basse ville de Québec permet, de manière étonnante, de justifier la description idéal-typique faite de ces places dans les zones rurales de la Province. Cela, d’ailleurs, nous rend plus à même de mieux comprendre comment la modernité urbaine a radicalement transformé leur rôle : autrefois caractérisées comme "un point central de convergence", elles sont devenues aujourd’hui, pour la plupart, des espaces presque anonymes.

Le modèle idéal-typique de la place de l’église dans la société rurale

5Dans leur grande majorité, les églises au Québec ont été construites à la croisée de deux rangs. Ce furent de grandes bâtisses, aux dimensions imposantes qui font l’objet de clichés magnifiques utilisés dans les publicités pour vanter les charmes de la "Belle Province". La place qui avoisine l’édifice a généralement les mêmes dimensions imposantes. Sur cette place, on trouve également le presbytère, certes lieu de résidence du curé, mais aussi lieu administratif de la reconnaissance sociale puisqu’on venait y chercher son "baptistère", papier indispensable pour toute démarche officielle. Vous pouvez y trouver encore la façade du couvent, tenu par les "sœurs", qui accueillent les malades et ceux qui ont des difficultés sociales. Enfin il ne faut pas oublier l’école de filles animée par d’autres "sœurs" et l’école des garçons dirigée par les "frères".

  • 2 Cf. L. Rousseau, Les rapports entre le réveil et la réorganisation ecclésiale dans le Québec du 19 (...)

6C’est au dix-neuvième siècle et dans la première moitié du vingtième que de tels ensembles ont été mis en place dans les villages et les gros bourgs québécois. Ces époques furent celles de la "revanche des berceaux", donc d’une grande progression démographique de la Province, mais également celles d’une grande expansion de l’Église catholique. Cette période du "revival"2 se manifesta particulièrement par un recrutement exceptionnel du personnel clérical (prêtres, religieux, religieuses) et par une mobilisation quasi unanime de la population par l’institution religieuse. Dans cette perspective, on peut facilement comprendre que la place de l’église fut ce lieu central vers lequel les habitants du village se dirigeaient chaque fois que des événements personnels ou collectifs devaient être célébrés. Ils permettaient la cohésion sociale, assuraient l’organisation de la solidarité nécessaire avec les plus démunis et affirmaient ainsi la place centrale du cultuel dans toute la dynamique culturelle de la communauté. Cette centralité s’affirmait également au niveau du son, c’est en effet du clocher dominant la place du village, qu’était rythmé le temps pour l’ensemble de la population. Selon la tonalité et la longueur des carillons on pouvait savoir comment organiser sa journée (l’angélus), la semaine (l’appel à la messe du dimanche) ou encore l’année (les grandes fêtes liées généralement au calendrier liturgique). Tous les yeux, toutes les oreilles étaient donc tournés vers un même point. Le flux de la population se dirigeait naturellement, de manière concentrique, vers la place de l’église. Elle était ce lieu central, incontournable, lorsqu’il s’agissait d’affirmer son identité personnelle ou collective.

L’exemple idéal de la place de l’église dans la ville : la place de l’église saint Malo dans la basse ville de Québec

7Il est évident que l’on transporta ce modèle rural de l’organisation de l’espace et du temps lorsque de nouvelles paroisses furent créées au moment des premières concentrations urbaines et ouvrières. Nous en avons un exemple presque idéal avec la création de la paroisse saint Malo dans la basse ville de Québec. L’église fut bâtie au croisement des rues Marie de l’Incarnation, Saint Vallier, Sainte Thérèse et Aqueduc. Son inauguration eut lieu en 1899 et celle du presbytère adjacent à l’église, en 1902. La paroisse recouvrait alors tout le territoire allant à l’ouest vers la rivière Saint Charles et même au-delà.

8Toutes les structures de l’organisation virent le jour dans les années suivantes : les frères marianistes ouvrirent l’école des garçons en 1899, la Congrégation Notre Dame le couvent en 1901, les sœurs franciscaines Missionnaires de Marie l’école des filles en 1902. Il faut aussi signaler la création, en 1905, de la première caisse populaire de toute la ville de Québec. Tous ces édifices furent situés à proximité de l’église sur la rue Aqueduc ou sur la rue Marie de l’incarnation. On voit bien où se situe le centre névralgique de la paroisse et donc du quartier. La salle paroissiale, inaugurée en 1923 et située sur la rue Sainte Thérèse, vint compléter de manière efficace, la cohésion de cet ensemble qui signifiait parfaitement le monopole de l’Église catholique. Les activités des habitants du quartier convergeaient d’une manière ou d’une autre vers ce point central qu’était le croisement des quatre rues. En d’autres termes, elle symbolisait la cohésion paroissiale et, au-delà, celle de la société québécoise.

L’éclatement de l’espace avec la rue Marie de l’Incarnation

9Au début du siècle, le quartier Saint Malo était le "bout" de la ville. Le pont qui traverse aujourd’hui la rivière Saint Charles n’existait pas. Il fut construit dans la période qui suivit la guerre de 1939-45. Cela changea radicalement la fonction des rues Marie-de-l’Incarnation et Aqueduc. Ces rues qui, en leur temps, conduisaient à l’église, sont devenues des rues que l’on emprunte avec sa voiture pour se rendre dans les quartiers de Notre Dame de Recouvrance, de Saint Charles des Saules, de Ville Vanier ou bien vers les centres d’achats qui sont situés au-delà de la rivière. En conséquence, la place de l’église Saint Malo a, elle aussi complètement changé de fonction. La place vers laquelle on allait autrefois et qui était le terme de tous les mouvements, est devenue la place devant laquelle on passe, en s’y arrêtant parfois.

10Nous avons là un exemple très concret de l’éclatement de l’espace urbain avec la multifonctionnalité des sites et la multiplication des lieux de convergences et de ruptures pour la population. Désormais la place de l’église Saint Malo reste, certes, une place incontournable sur laquelle on vient pour participer à telle ou telle célébration cultuelle, la place où se rassemblent les paroissiens pour faire une "épluchette de blé d’Inde", la place où l’on vient promener son chien pour les proches habitants, mais également la place que l’on traverse, sans même souvent se rendre compte qu’elle existe, puisque les centres d’intérêts sont ailleurs. La rue Marie de l’Incarnation est en effet devenue une artère très passante où les automobilistes n’ont pas d’autres soucis que de se rendre le plus vite possible vers les centres commerciaux. Et l’on y entend plus les bruits tonitruants des pots d’échappements que ceux, plus mélodieux, des cloches de l’église. La place Saint Malo a perdu la centralité qu’elle avait auparavant dans le quartier. Elle est devenue simplement une place parmi d’autres dans la ville de Québec.

11Cet exemple, aussi significatif qu’il soit, n’est cependant pas unique. Restons simplement dans la basse ville et allons sur la place que jouxte l’église Saint Roch. Elle n’a plus totalement son rôle de centralité. En effet, la rue Saint Roch qui longe cette place, puis l’église et enfin le presbytère, a été réaménagée pour devenir une galerie marchande entièrement couverte et fermée afin que les consommateurs puissent être à l’abri des rigueurs du froid et de la neige. Cette rue s’appelle maintenant le "mail Saint Roch", elle est très connue des habitants de Québec et des touristes qui viennent visiter la ville. Mais ceux-ci, lorsqu’ils viennent en hiver et vaquent à leurs achats, soupçonnent-ils qu’une place, une église ou un presbytère puissent être là ? Deux ouvertures vitrées au milieu du mur qui sépare désormais la rue de la place permettent d’accéder à celle-ci. Par ailleurs l’entrée latérale de l’église et celle du presbytère n’ont pas les dimensions plus grandes que celle d’un des nombreux petits magasins situés le long de la galerie marchande. Seules les personnes averties savent que tout ceci existe.

Fig. 3 - Emprises paroissiales du quartier Saint Malo de Québec

Fig. 3 - Emprises paroissiales du quartier Saint Malo de Québec

12Nous pourrions multiplier les exemples qui montreraient tout le changement du mode de fonctionnement de ces places d’église. Certaines d’entre elles ont certainement gardé un rôle important dans la ville (nous pensons à la place de la cathédrale ou à celle de Notre Dame des Victoires dans la vieille ville de Québec). De nombreuses personnes viennent s’y arrêter pour de multiples raisons dont l’une peut éventuellement être religieuse. D’autres places subsistent et sont tombées dans la banalité d’une place de quartier où l’on peut trouver éventuellement quelques pelouses et parterres de fleurs. Il se peut même que les nécessités de l’urbanisation en aient fait disparaître certaines, remplacées par des parcs de stationnement ou recouvertes par des constructions modernes. D’autres enfin n’existent plus parce qu’il n’y a plus d’église ou que celle-ci n’est plus utilisée pour le culte. Tout ceci nous remet en face de l’éclatement complet du fonctionnement de la ville, lui-même symbolique du fonctionnement pluriel de l’Église catholique et de la société moderne québécoise.

LA PLACE DE L’ÉGLISE DANS LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE. DU MONOPOLE AU PÔLE

13L’évolution des places d’églises nous révèle l’avènement d’une société québécoise désormais plurielle. Dès lors, l’Église catholique n’y est plus qu’un pôle de références parmi d’autres. Il s’agit alors pour elle de savoir proposer de nouvelles et multiples stratégies de visibilité. L’utilisation par la population de ces places d’églises s’en trouve donc naturellement modifiée.

La société plurielle québécoise

14Ces places d’église nous révèlent beaucoup de choses sur la société québécoise. Le rôle de centralité de la place de l’église, avec tous les bâtiments adjacents nous indique de manière exemplaire le fonctionnement de type holiste de la société québécoise de la fin du dix-neuvième siècle et de la première moitié du vingtième. Les faits sont connus. La cohésion sociale était assurée par l’Église catholique. Elle était cet axe qui donnait SENS à toutes les manifestations collectives et à l’identité de chaque citoyen de la province. Les différents organismes de socialisation (écoles, couvents, patronage...) ont permis à l’ensemble social de perdurer au cours des temps. Mais ils eurent aussi pour fonction d’assurer à l’institution une place de quasi-monopole dans la société. Comme pour la place de l’église qui était incontournable lorsqu’on se mouvait à l’intérieur de l’espace, l’Église catholique fut cette référence centrale qui donna SENS au temps et à l’espace et assura la cohésion de la société québécoise (n’oublions pas que l’identité québécoise fut constituée autour de ces trois éléments : la terre, la langue, la religion). Il faudrait, bien évidemment faire certaines réserves à ces affirmations.

15Nous avons simplement voulu souligner d’une manière idéale-typique la tendance générale. D’une certaine manière, lorsqu’un habitant du Québec se trouvait sur la place de l’église, il savait où il était, au sens propre et au sens figuré.

  • 3 Nous faisons référence aux travaux, dans les années soixante, de R. Dahl, Who governs ?, New Haven (...)

16La situation est tout autre aujourd’hui. La société québécoise comme l’ensemble des sociétés modernes, est devenue plurielle. Désormais il y a une multitude de pôles qui donnent référence de SENS. La cohésion de l’espace et celle du temps ont complètement éclaté, spécialement dans le tissu urbain. Si, auparavant, les individus étaient naturellement attirés par un centre où ils pouvaient construire leur identité, aujourd’hui ils fonctionnent plutôt en réseaux3. Leur vie est éclatée au sens où le regroupement familial se situe à un endroit, le lieu de travail à un autre, ils consomment et "magasinent" dans un troisième, et enfin, ils organisent leurs loisirs encore ailleurs. Pour aller d’un endroit à un autre il y a plusieurs itinéraires possibles qui les font passer, suivant les cas, devant des pôles d’attraction qu’ils ignorent ou, au contraire, dans lesquels ils s’arrêtent.

17Ceci est valable, bien sûr, au niveau de l’espace géographique. Et, en ce sens, il y a des places d’église au Québec ; beaucoup de monde encore les traverse sans pour autant s’y arrêter puisque l’intérêt a disparu. C’est ce que nous avons constaté pour la place saint Malo et la place saint Roch. Mais cette logique s’applique aussi à l’espace culturel et idéologique. Pour construire leur identité les individus aujourd’hui vont d’une idéologie à une autre sur le marché des biens symboliques, s’arrêtent éventuellement à l’une d’elle ou bien, au sens de Levi-Strauss "bricolent" leur synthèse du SENS en s’inspirant de l’une ou de l’autre. On voit, par exemple, la difficulté que l’on a à définir l’identité québécoise uniquement autour de la langue. Alors comme ceux qui passent devant une place d’église sans même se rendre compte qu’elle existe, de même celui qui cherche à organiser le sens de sa vie peut très bien passer auprès de la dimension religieuse catholique sans même se rendre compte qu’elle existe et penser éventuellement que cette force a quasiment disparu.

La réorganisation paroissiale. De l’enclos au pôle "attractif"...

  • 4 Voir D. Hervieu Leger, La religion pour mémoire, Paris, Cerf, 1993.

18On peut donc mesurer les conséquences que cela peut avoir sur l’organisation et le fonctionnement de l’Église catholique. Elle a perdu ce monopole, cette place centrale, qui lui faisait dominer la société. Elle n’est plus qu’un pôle parmi d’autres. C’est le sens donné aujourd’hui à la sécularisation4. Les personnes qui viennent dans les églises en passant par la place ne viennent plus uniquement en fonction de la seule logique du territoire, mais surtout avec des motivations qui répondent à leurs intérêts individuels. Nous sommes passés d’une logique de l’enclos à celle du pôle attractif.

19En fait, la civilisation paroissiale était porteuse d’une logique de cohésion sociale simple. Celle-ci s’inscrivait dans un territoire bien délimité à l’intérieur duquel vivait une population pour laquelle le contrôle social était efficace ; il se faisait, pour reprendre l’expression de Durkheim, de manière mécanique. Il y avait contrôle réciproque des individus entre eux dans la mesure où tout le monde se connaissait. Mais il y avait également contrôle à partir du centre, c’est-à-dire contrôle du curé, personnage qui incarnait légitimement le pouvoir. Sous peine d’être exclu du territoire lui-même, personne ne pouvait échapper à ce système de contrôle social et de solidarité mécanique. Nous étions dans une logique de l’enclos où l’ensemble des individus était contrôlé par un centre.

20Nous l’avons vu, la civilisation urbaine dans la modernité a fait éclater ce système de contrôle social. Avec la multiplicité et la diversité des réseaux, il n’y a plus réellement de centre qui puisse, de manière univoque, revendiquer une autorité totalisante sur le comportement et la pensée des individus. Ceci remet fondamentalement en cause le fonctionnement paroissial. Il y a, en quelque sorte, inversement des flux. Dans la situation précédente, le centre pouvait contrôler les individus, même s’ils étaient placés dans les limites de la marge. Aujourd’hui, que l’on raisonne en termes géographiques ou culturels, c’est au contraire la périphérie, même parfois la plus lointaine, qui converge éventuellement vers un centre localisé à un endroit donné. La paroisse doit alors être pensée comme un pôle d’attraction.

21Le système paroissial ne peut qu’être radicalement bouleversé. Dans la mesure où la paroisse n’est plus seulement un lieu où convergent les habitants d’un territoire, mais une communauté de personnes, elle devient, dans une logique de la modernité, un rassemblement volontaire d’individus autonomes. Le territoire perd alors son caractère contraignant et la paroisse devient lieu de propositions d’appartenance. Il y a inversement des flux. Auparavant on donnait un sacrement de manière quasi automatique à celui qui habitait sur le territoire et cela confirmait le sentiment d’appartenance à la société locale. Aujourd’hui, c’est l’appartenance à la communauté de personnes qui permet d’être bénéficiaire du service public religieux sur un territoire. Nous sommes passés d’un mode de participation mécanique lié à une résidence territoriale, à un mode de participation volontaire où les fidèles ont choisi, élu, le lieu de leur rassemblement en fonction de critères qui répondent à leurs propres intérêts. Nous sommes maintenant dans une perspective d’adhésion de type associatif et ceci engendre un autre type d’identification psychosociologique et une autre organisation du lien social.

La multifonctionnalité des places d’églises

22Cet inversement des flux a obligé l’institution religieuse à revoir ses stratégies de visibilité au meilleur de ses intérêts afin qu’elle soit la plus attractive possible. Il faut qu’elle apparaisse toujours au service de la population sans que pour autant, dans le même temps une volonté d’hégémonie sociale puisse transparaître. Bien des études ont été faites sur la création du Ministère de la Santé et des Affaires sociales et de celui de l’Éducation. Elles ont montré que, dans ce processus de passation des compétences, l’Église catholique avait gardé quelques avantages.

23Ceci se vérifie dans la configuration de l’espace. Les nombreux édifices dont l’Église avait la propriété, sont des atouts ambigus dans cette restructuration incontournable. En effet, les ressources économiques de l’institution ne suffisent plus pour entretenir tous ses locaux. Au-delà de l’évolution liée à la réorganisation même de la société, il a fallu renouveler l’utilisation de ces locaux. Et ceci s’est fait selon deux logiques. Soit l’on a cédé ces bâtiments à l’État ou à des associations tout en essayant de maintenir un lien plus ou moins étroit avec l’institution ecclésiastique, soit on a proposé une utilisation multifonctionnelle de ces locaux. Reprenons ici l’exemple de la place de l’église Saint Malo.

24D’une part, les écoles sont devenues écoles sous la responsabilité de l’État québécois. Certes, il n’y a plus de "frères" ou de "sœurs" comme enseignants, mais il faut par ailleurs souligner qu’il existe toujours un enseignement religieux et que la "pastorale des sacrements" permet encore aux prêtres de la paroisse d’entrer facilement dans ces écoles. Nous voyons aussi que le CLSC a remplacé le couvent et que l’une des écoles est devenue la Coopérative de la Providence, maison de retraite pour personnes âgées dans laquelle le curé de la paroisse s’est beaucoup investi. D’autre part la salle Mgr Bouffard accueille régulièrement des manifestations de différentes associations et le sous-sol de l’église a servi pendant un temps de salle de répétition pour une troupe de théâtre amateur. Lorsqu’elle n’a pas cédé ses bâtiments, l’Église catholique fait servir ceux qui lui restent à d’autres fins que celles qui sont strictement religieuses. En quelque sorte le "cultuel" est devenu une des dimensions du "culturel".

25Ce phénomène est général dans l’ensemble du Québec. Combien de sous-sols de ces immenses églises, par exemple, sont utilisés à des fins très diverses : le sport (pour l’entraînement l’hiver), le social (le resto pop dans l’église Très Saint Rédempteur à Montréal), économique (le centre commercial sous l’église presbytérienne de la rue Sainte Catherine dans la métropole)... Ceci nous fait revenir sur la place de l’église. Ce n’est plus au nom de son attachement à l’Église catholique que le québécois s’arrête désormais sur cette place. Ceci certes arrive encore pour des mariages, des funérailles ou encore pour la messe du dimanche (10 % d’entre eux). Il y vient en fonction de la plurialité de ses besoins. À cette pluralité des besoins de la population correspond la plurialité des fonctions des places d’église. Dans ces conditions, le défi pour l’Église catholique est de faire en sorte que les édifices qui jouxtent cette place soient le plus attractif possible en fonction de ses intérêts et du message qu’elle veut donner à la société.

Photo 4 - Le centre récréatif Mgr Bouffard

Photo 4 - Le centre récréatif Mgr Bouffard

(Photo : J.-P. Augustin)

CONCLUSION

L’église sur les places ?...

  • 5 Ceci a été mis volontairement entre guillemets car il s’agit d’une citation de l’Évangile souvent (...)
  • 6 Propos tenu par le curé de Saint Roch.

26Le défi est maintenant d’autant plus difficile à relever que, nécessités économiques obligent, très souvent les églises elles-mêmes, après les presbytères sont utilisées à d’autres fins que celles du culte ou de l’accueil des paroissiens, quand elles ne sont pas carrément détruites. Il n’y a donc plus alors, de fait, de place de l’église. Il reste alors à l’institution ecclésiale une dernière stratégie : "aller sur les places"5. Ceci se vérifie par un certain nombre de "cafés chrétiens" installés dans les centres commerciaux. Mais il peut y avoir aussi telle ou telle manifestation religieuse sur d’autres places que celle de l’église. Ainsi, dans le quartier Saint Roch, depuis quelques années la messe de la Saint Jean Baptiste se célèbre en plein air. en présence de l’échevin et de nombreuses personnalités, sur l’une des places sauvegardées dans le quartier. Toute la population, le curé de la paroisse et de nombreux chrétiens s’étaient en effet mobilisés pour que ces places puissent encore exister. C’est "une manière pour l’Église de reconnaître toutes ces actions"6.

27Nous nous retrouvons en quelque sorte dans une perspective tout à fait contraire de celle de l’Église du Québec au dix-neuvième siècle. Il est bien évident qu’il ne faut pas généraliser et que les situations différentes se chevauchent dans la réalité. Il y a des places d’église qui peuvent encore être au centre du village ou du quartier de manière permanente ou pour certains temps ; il y a des places d’église devant lesquelles on passe sans s’y arrêter ; il y a des places d’église aux multiples fonctions ; il y a des places d’église qui n’existent plus. Mais ce qui est certain c’est cet inversement des flux qui fait que l’institution religieuse est devenue seulement un pôle parmi d’autres dans la société. C’est ce défi-là que l’Église catholique se doit de relever si elle veut garder une place dans la société québécoise.

Notes

1 Définitions du Petit Larousse.

2 Cf. L. Rousseau, Les rapports entre le réveil et la réorganisation ecclésiale dans le Québec du 19e siècle, Cahiers de recherche-23, Montréal, UQAM, RRM XIX, octobre 1989.

3 Nous faisons référence aux travaux, dans les années soixante, de R. Dahl, Who governs ?, New Haven, York University Press, 1961 ; et à ceux, plus récents de V. Hannerz, Exploring the City, New York, Colombia University Press, 1980.

4 Voir D. Hervieu Leger, La religion pour mémoire, Paris, Cerf, 1993.

5 Ceci a été mis volontairement entre guillemets car il s’agit d’une citation de l’Évangile souvent employée dans les chants liturgique en français.

6 Propos tenu par le curé de Saint Roch.

Table des illustrations

Titre Fig. 3 - Emprises paroissiales du quartier Saint Malo de Québec
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15500/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Photo 4 - Le centre récréatif Mgr Bouffard
Légende (Photo : J.-P. Augustin)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15500/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540