Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sites publics, lieux communs

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Première partie. Jeux de perspectives : représentations, cadres et cartes

Les grandes places publiques de Montréal

Marc Henri Choko

Texte intégral

Pourquoi s’intéresser aux places ?

1C’est en travaillant sur les grands projets immobiliers de Montréal dans une perspective historique que je me suis aperçu que les places avaient été un lieu-clef du développement. En effet, jusque dans les années 1930, tous les grands édifices montréalais ont "pignon sur place".

2Dès les débuts de Montréal, la place publique est au cœur de la ville. La première "place d’armes et du marché" (aujourd’hui Place Royale) est située dans la basse ville, entre les rues Saint-Paul et de la Commune. On y trouve la douane, des demeures bourgeoises et quelques échoppes. C’est le lieu privilégié des rencontres et des échanges marchands.

3Dans la haute ville, toutes les grandes institutions financières, banques et compagnies d’assurances, se bousculeront bien sûr autour de la nouvelle Place Ville-Marie, ou Place d’Armes, dès la première moitié du xixe siècle, pour cerner l’Église Notre-Dame, anciennement Église Ville-Marie. C’est également la Place d’Armes que les dirigeants de la New York Life Assurance Co. choisiront pour construire le premier "gratte-ciel" de Montréal en 1887, tour à bureaux de huit étages dotée du premier ascenseur. La Montreal Light Heat and Power, qui dès 1903 détiendra un quasi-monopole sur le gaz et l’électricité s’y installera et c’est encore Place d’Armes qu’ouvrira le premier siège de la Canadian Pacific Railway Co., fondée en 1881 pour réaliser le chemin de fer transcanadien.

4Ce sont plutôt les grandes compagnies de navigation, dont la Canada Steamship Lines Ltd, fondée en 1913, qui s’établiront Square Victoria, aux côtés de la Banque de Toronto et de la Banque de Nouvelle-Écosse. Quelques grandes compagnies industrielles y auront également leur siège, telle la Dominion Textile et General Electric of Canada. Mais ce qui marquera véritablement l’importance du Square Victoria, c’est la construction de la Tour de la Bourse, complétée en 1965.

Photo 3 - Le square Viger aujourd’hui : deuxième îlot intitulé "forces"

Photo 3 - Le square Viger aujourd’hui : deuxième îlot intitulé "forces"

(Photo : J.-P. Augustin)

5Le Square Viger sera un temps le grand parc huppé de Montréal. Tout au long des années 1860, la bourgeoisie canadienne-anglaise et la bonne société canadienne-française s’y côtoient pour la promenade, les concerts, les feux d’artifice... Le 25 août 1898, William Van Horne, président du Canadien Pacifique inaugure le Château Viger, ensemble gare-hôtel qui accueillera le duc d’York, futur roi George V, Sir Wilfrid Laurier, Sir Lomer Gouin... En 1907, débutent les travaux de construction de l’École des Hautes Études Commerciales, dirigée par Isaïe Préfontaine, frère du maire de Montréal Raymond Préfontaine. Ils seront complétés en 1910. Mais le Square Viger souffrira du déplacement vers le nord-ouest du centre des affaires et sera totalement délaissé.

6C’est au contraire de ce déplacement que bénéficiera le Square Dominion (aujourd’hui Square Dorchester). Grande place prestigieuse déjà au xixe siècle, le Square Dominion accueille la cathédrale Saint-Jacques-le-Majeur, dont la première pierre est posée le 28 août 1870, par Monseigneur Ignace Bourget, évêque de Montréal, et l’Hôtel Windsor, inauguré le 29 novembre 1878 par la princesse Louise, quatrième fille de la reine Victoria et son mari, le vice-roi, le Marquis de Lorne, en présence de Lord Dufferin, gouverneur général du Canada et de Sir John A. MacDonald, premier ministre du Canada. L’Hôtel Windsor est alors le palace numéro un en Amérique du Nord. En 1889, c’est la Gare Windsor du Canadien Pacifique qui ouvre ses portes. La Sun Life Assurance Co., première compagnie d’assurance-vie au Canada, s’installe Square Dominion durant la Première Guerre et les agrandissements se succèdent entre 1923 et 1926, puis 1927 et 1933 pour compléter l’ensemble et la tour de 24 étages que nous connaissons aujourd’hui. Après la Seconde Guerre, deux nouvelles réalisations rivaliseront d’importance. La tour de la Banque Canadienne Impériale de Commerce, "le plus haut édifice de l’empire britannique", haute de 43 étages, symbole de la fusion, le 1er juin 1961, de l’Imperiai Bank, fondée à Toronto en 1875 et de la Canadian Bank of Commerce, également fondée à Toronto, en 1867, sera inaugurée le 27 juin 1962. La construction du Château Frontenac, le plus haut hôtel du Canada avec ses 38 étages, jumelé à un ensemble de 28 étages de bureaux, commerces, cinémas, propriété du Canadien Pacifique, débutera le 14 septembre 1964 et sera complétée en janvier 1967.

Fig. 2 - Quelques places de Montréal

Fig. 2 - Quelques places de Montréal

7Seule la tour de la Bell Telephone Co., en 1929, légèrement en retrait du Square Victoria, sur la Côte du Beaver Hall, et surtout celle de la Banque Royale, en 1927, à l’écart de la Place d’Armes sur la rue Saint-Jacques, échappent à l’emprise des grandes places du centre-ville.

8J’ai donc émis l’hypothèse que la lecture des transformations successives des grandes places publiques, la décomposition de l’évolution du bâti alentour, permettrait de reconstituer par strates une histoire socio-économique urbaine.

Aux origines des places publiques de montréal

9L’histoire des places publiques de Montréal commence, nous l’avons dit précédemment, avec la première "Place d’armes et du marché" située sur la rue Saint-Paul. Au cœur de Ville-Marie, en bordure de la rue principale, cette place conserve son rôle prépondérant tout au long du xviie siècle. Lorsque les Sulpiciens, inspirés par leur supérieur Dollier de Casson, font construire la grande église Notre-Dame dans la "haute ville", au milieu de la rue Notre-Dame, à partir de 1673, la "Place d’armes et du marché" de la basse ville, rue Saint-Paul, demeure la principale place publique de Montréal. Ce n’est que durant le xviiie siècle, avec la croissance de la population, l’expansion du commerce et le développement progressif de la haute ville, notamment le long de la rue Notre-Dame, que la nouvelle Place d’Armes, en bordure de l’église, prendra de l’importance.

10La conjonction de la conquête anglaise, avec la croissance commerciale accélérée du tournant de la fin du xviiie siècle et la décision d’abattre les fortifications marqueront une étape décisive dans l’apparition de nouvelles grandes places publiques à Montréal. Les commissaires chargés de dresser les plans du développement de Montréal prévoient en effet des places charnières à l’emplacement de chacune des anciennes portes fortifiées qui menaient aux anciens faubourgs. À l’ouest ce sera le futur Square Victoria, à l’est le Square Dalhousie (par la suite disparu), et au nord de la Place d’Armes, une nouvelle place, plus vaste, jamais réalisée. Cette conception de places publiques au cœur de chaque nouveau secteur en voie de développement demeurera présente tout au long de l’expansion de la ville durant le xixe siècle. Les spéculateurs immobiliers en feront même une stratégie de mise en valeur de leurs propriétés et plusieurs lotissements importants mèneront à des dons de terrains à la Ville, destinés à l’établissement de telles places publiques. Le Square Phillips, comme auparavant la Place Jacques-Cartier, en constituent certainement les plus beaux exemples.

11Le Square Dominion a une toute autre origine. Ce vaste espace est un ancien cimetière, le Cimetière Saint-Antoine, devenu trop exigu poulies nouveaux besoins de la ville et fermé en 1854. Ce n’est que début 1870 que la Ville, qui a racheté les terrains, en commence l’aménagement. Avec l’expansion de la ville et le développement du nouveau centre des affaires plus au nord-ouest, c’est le Square Dominion qui devient la place la plus huppée de Montréal, à partir de la fin du xixe siècle.

Place d’Armes

12L’étude de l’évolution du bâti autour de la Place d’Armes, permet certainement la meilleure lecture possible d’une véritable sédimentation, d’une trace physique historique du développement socio-économique urbain cristallisé autour des grandes places publiques jusque dans les années 1960. J’en résumerai donc brièvement les principaux aspects pertinents à mon propos, en retenant les transformations du côté ouest de la place comme exemple le plus probant.

13Les premiers plans du futur développement de la Haute-ville sont tracés par Dollier de Casson, supérieur des Sulpiciens, en 1672. La construction de l’église Ville-Marie ou Sainte-Marie, débute à son initiative en 1673 en bordure des terrains qui deviendront fin xvii e, début xviiie siècle la Place d’Armes ou Place de la Haute-ville. Durant cette période de grandes demeures de pierre de deux et trois étages sont bâties. Elles seront progressivement transformées en restaurant-auberge, bureaux, magasins et entrepôts.

14Au milieu du xixe siècle, avec la construction de la City Bank, fondée en 1833 par de riches industriels canadiens-anglais, et surtout avec l’établissement du nouveau siège de la Banque de Montréal, fondée en 1817 par un groupe de marchands américains et canadiens-anglais, au nord de la place, la Place d’Armes devient le haut lieu de la finance.

15Deux édifices à bureaux sont construits à l’emplacement de deux des anciennes demeures au nord-ouest : le Insurance Building, construit à l’initiative de la Liverpool and London Life and Fire Assurance Co., et l’Immeuble Toupin. Ils accueillent de nombreux sièges de compagnies d’assurances américaines et anglaises. En 1864, la Merchant’s Bank of Canada, fondée en 1861 par les frères Hugh et Andrew Allan, connus pour leurs nombreuses présidences de grandes compagnies et surtout pour le prestige de leur compagnie maritime, la Allan Line, s’installe dans l’Immeuble Toupin. L’Ontario Bank, présidée par l’Honorable John Simpson, puis la Montreal City and District Savings Bank, mise sur pied par des industriels montréalais canadiens-anglais et canadiens-français, et, en 1870, la Quebec Bank élisent domicile dans le Insurance Building. Entre-temps, l’Ontario Bank, en 1863, s’était fait construire un nouvel édifice juste au sud de l’Immeuble Toupin. En 1870, la Royal Insurance Co., dont le siège est à Liverpool et qui est présidée par Matthew H. Gault, qui sera l’année suivante à l’origine de la création de la Sun Life Assurance Co. of Canada, fait réaliser un nouvel édifice à l’angle sud-ouest de la place, le plus haut des quatre édifices alors présents. Il sera encore rehaussé de deux étages lors de sa rénovation à la fin des années 1880.

16L’Ontario Bank, absorbée en 1906 par la Banque de Montréal, abandonne son édifice à la Royal Insurance Co. Celle-ci, en pleine expansion, fait aménager un ensemble de sept étages qui occupe toute la moitié sud du côté ouest de la place. Au nord, c’est la Liverpool and London and Globe Insurance Co., issue de nombreuses fusions, qui rachète l’Immeuble Toupin et procède à une opération identique qui monte à huit étages.

17Par contre, ce côté ouest de la place ne sera pas touché par les vagues ultérieures d’édifices de dix, puis douze étages des années 1910, ni par la construction des gratte-ciel des années 1920. Ce n’est qu’en 1964 que la Banque Canadienne Nationale, issue en 1924 d’une fusion de la Banque d’Hochelaga et de la Banque Nationale, qui avait repris tous les immeubles des compagnies d’assurances, décide de faire construire une tour de trente-deux étages pour son nouveau siège social. La démolition des deux édifices débute en 1965 et le cardinal Paul-Émile Léger bénit la première pierre le 1er décembre 1967. L’entreprise sera complétée fin 1968 et marquera la dernière opération immobilière réalisée Place d’Armes.

Quelques considérations sur les places

18Zucker (1959) date l’apparition de la place comme geste volontaire de planification urbaine vers le ve siècle avant J.C. en Grèce antique. Pour Zucker, ce développement est lié d’une part à celui de l’organisation sociale — l’individu devient citoyen d’une démocratie et ceci implique la nécessité de lieux pour la tenue de grandes réunions publiques — et d’autre part à l’évolution du sens de l’esthétique — l’introduction de la troisième dimension, du creux.

19Il y a donc à l’origine deux aspects interreliés, le fonctionnel et le formel. Avec le temps, le développement de la ville et les transformations sociales, la place prend de l’importance et il faut certainement ajouter un troisième aspect, le symbolique.

20On passe de l’agora, au cœur de l’Athènes antique, lieu quotidien des fonctions essentielles, au forum, place d’apparat au cadre théâtral, conçue pour célébrer des occasions hors de l’ordinaire (tel le Foro Romano), à la grand place de la ville médiévale où se regroupent les monuments les plus importants, hôtel de ville, église, sièges des corporations et maisons des notables valorisant les fonctions marchandes, (tel Piazza del Campo à Sienne), au salon ouvert, lieu organisé comme un bâti renversé, essentiellement symbolique (tel la Place des Vosges à Paris). Pour Carr (1992), les places publiques centrales demeurent les principaux espaces publics des villes européennes et américaines jusqu’à la Révolution industrielle. Par la suite, la stratification de la société provoquée par la spécialisation industrielle entraîne une multiplication des différentes formes d’espaces publics, les grands parcs centraux devenant le lieu stratégique dans la ville.

21En fait, une scission s’opère, tel qu’on le voit à Montréal à partir de la fin du xixe siècle. Après le résidentiel, les fonctions marchandes, ainsi que progressivement les grands événements publics, ont déserté la Place d’Armes. Celle-ci devient essentiellement une adresse de prestige pour les principales institutions financières et les grands trusts. L’importance de cette localisation est encore soulignée dans les nombreux articles qui saluent la réalisation du gratte-ciel de l’Aldred Co. en 1929 (Forget, 1990).

22Alors qu’au début la place est un lieu ouvert, non aménagé, permettant de multiples activités publiques, elle est ensuite fermée par des grilles, physiquement appropriée par les riverains. Par la suite réouverte en principe à tous, on assiste en fait à une véritable appropriation privée de la symbolique du lieu pour valoriser le bâti alentour.

23Puis tout au long de la deuxième moitié du xxe siècle, les places centrales vont dépérir. La désagrégation de la trame urbaine ancienne et la désertion des centres-villes nord-américains y concourent. Les hauts lieux de la ville se développent ailleurs. Avec le mouvement d’architecture et d’urbanisme moderne, le construit s’autonomise, s’affranchit des contraintes du sol. L’espace est le non construit, le "négatif", ce qui reste autour du bâti. À tel point que la place peut même disparaître de la liste des mots clefs de certains traités d’urbanisme (Auzelle, 1964).

24Et puis fin 1950, on annonce la construction de la Place Ville-Marie. Une nouvelle "place" au cœur du centre-ville de Montréal. En fait, il s’agit d’un gigantesque immeuble multifonctionnel, comprenant toute une galerie marchande souterraine. Cet ensemble conçu au milieu des années 1950 par le promoteur américain William Zeckendorf, devenu réalité grâce aux terrains du Canadien National et au soutien de sa direction, et à un financement principalement britannique, devient le phare de Montréal, le symbole de son renouveau, le modèle de son redéveloppement contemporain. Il est intéressant de noter que ce projet démarre lorsque Zeckendorf réussira à convaincre les dirigeants de la Banque Royale (devenue la plus importante banque canadienne) de quitter la rue Saint-Jacques et d’installer Place Ville-Marie leur nouveau siège social.

25On assiste ainsi à un retournement complet. Alors qu’au xixe siècle l’entreprise privée donne des terrains pour valoriser ses propriétés alentour, dorénavant elle cherche à s’approprier des bouts du domaine public pour réaliser des grands ensembles intégrés : "les places".

26Sous couvert de rationalité (la place est ainsi protégée des intempéries) et d’économie (son entretien relève du propriétaire privé) les nouvelles "places" représentent en réalité la phase ultime de la dégénérescence de la ville comme lieu de libre parole du citoyen face aux puissances marchandes. Dès les années 1930 et jusqu’aux années 1980, les autorités municipales se sont désintéressées des places publiques, une sorte d’espèce rare en voie de disparition. La forme de développement urbain appelle plutôt des préoccupations premières tournées vers la circulation automobile, l’élargissement des grandes artères et le percement d’autoroutes, voire du tramway, puis du métro.

27Il est intéressant de constater que c’est le Rassemblement des Citoyens de Montréal (RCM), porté au pouvoir contre les partis d’affaires lors des élections de novembre 1986, qui dans le cadre des réflexions et des propositions du plan directeur pour le centre de Montréal (le premier de son histoire), exprimera sa volonté de recréer un réseau de véritables places publiques.

Bibliographie

Bibliographie

Auzelle Robert, 323 citations sur l’urbanisme, Paris, Vincent, Fréal et cie éditeurs, 1964, 864 p.

Benevolo Leonardo, La ville dans l’histoire européenne, Paris, Seuil, 1993, 284 p.

Carr Stephen et al, Public Space, Cambridge University Press, 1992, 400 p.

Choko Marc H., Les grandes places publiques de Montréal, Méridien, 1987, 215 p.

Forget Madeleine, Les gratte-ciel de Montréal, Méridien, 1990, 164 p.

Hohenberg Paul M. et Hollen Lees Lynn, La formation de l’Europe urbaine 1000-1950, Paris, PUF, 1992, 496 p.

Institut français d’architecture. Places et monuments, Bruxelles, Margada, 1984.

Knott Leonard L., La Place, sans éditeur, 1962, 128 p.

Michel Jean-Bertrand et Listowski Hiéronim, Les places dans la ville, Paris, Dunod, 1984.

Ville de Montréal, Service de l’habitation et du développement urbain, Enoncé d’orientations sur l’aménagement de l’arrondissement Centre, 1988, 169 p.

Ville de Montréal, Service de l’habitation et du développement urbain, Plan directeur d’aménagement et de développement de l’arrondissement Centre, 1990,112 p.

Zucker Paul, Town and Square, Cambridge and London, M.I.T. Press, 1959.

Table des illustrations

Titre Photo 3 - Le square Viger aujourd’hui : deuxième îlot intitulé "forces"
Légende (Photo : J.-P. Augustin)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15494/img-1.jpg
Fichier image/, 231k
Titre Fig. 2 - Quelques places de Montréal
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15494/img-2.jpg
Fichier image/, 138k

Auteur

Université du Québec à Montréal

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540