Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sites publics, lieux communs

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Première partie. Jeux de perspectives : représentations, cadres et cartes

Frederick Law Olmsted : de Liverpool au mont Royal, l’itinéraire du grand aménageur des parcs Nord-Américains

Michel Gauthier

Texte intégral

1Les promeneurs montréalais du parc du mont Royal ou les New-Yorkais dans Central Park ne savent sans doute pas qu’ils doivent pour une part le décor s’offrant à leurs yeux à la fierté de clocher d’un boulanger anglais et à la soudaineté d’une giboulée printanière sur les rivages de la mer d’Irlande. Ces deux éléments intervinrent pourtant dans la vie de celui qui créa ces deux parcs (et beaucoup d’autres) Frederick Law Olmsted (1822 - 1903).

Une jeunesse au grand air

2Olmsted naquit donc en 1822 à Hartford, capitale du Connecticut, dans une famille de merciers aisés d’origine anglaise mais installés en Amérique dès 1632, en fait l’une des familles fondatrices de la ville trois ans plus tard. Le passé colonial était encore assez présent au début du xixe siècle et Hartford (aujourd’hui 300 000 habitants, centre mondial de l’assurance dans la très grande banlieue de New York) n’était alors qu’une petite ville mais jouissant d’une vie intellectuelle de qualité à laquelle la famille Olmsted n’était pas étrangère. L’éducation du jeune Frederick fut confiée, selon une habitude de l’époque, à toute une série de pasteurs-pédagogues dans diverses bourgades de ce petit État. Il en retira apparemment peu de chose si ce n’est une allergie définitive à la pratique religieuse mais surtout la découverte de la nature. Il bénéficiait en effet d’une liberté de circuler étonnante pour un garçon de moins de dix ans et chaque ferme, grange, chemin, sentier de la contrée où il était placé lui devenait vite familier. Il fut sans doute "impressionné" à la manière d’une plaque photographique par cette campagne de Nouvelle-Angleterre faite de collines discrètes, de bois et de prairies et il faut probablement y voir l’origine de son appréciation du paysage pastoral qu’il placera plus haut que tout dans son œuvre ultérieure de paysagiste...

3Toute la famille cultivait d’ailleurs ce goût du paysage que l’on découvrait, dans l’ambiance de ce romantisme importé d’Angleterre avec une génération de retard, au cours de longues randonnées d’été. Avant l’âge de douze ans, à cheval, en diligence, en coche d’eau, il avait déjà remonté toute la charmante vallée du Connecticut, parcouru toute la côte de Nouvelle-Angleterre du Maine à la banlieue de New York, visité les chutes du Niagara et Québec, etc. Adolescent il apparaît qu’il puisait abondamment dans les bibliothèques de sa grand-mère, d’amis et d’institutions locales. Naturellement il lisait des récits de voyage et des ouvrages en vogue à la fin du xviiie siècle, la Solitude de Zimmerman et le Voyage sentimental de Sterne mais il retira un plaisir visuel immense d’un dossier de gravures de parcs anglais ; on peut penser qu’il y retrouva avec une touche de raffinement des éléments de son paysage familier. Cela l’amena en tout cas à dévorer les ouvrages de Price et de Gilpin traitant du paysage et du pittoresque qui établirent les règles du goût en la matière pour des générations d’Anglo-Saxons. Il continua à partager son adolescence entre quelques périodes de scolarité, d’apprentissage, la chasse et la pêche et quelques ébats superficiels "sur les plages des mers profondes des sciences naturelles". À vingt ans il s’inscrivit pour un an à l’université voisine de Yale sans grands résultats car il était décidément peu réceptif aux formes d’éducation traditionnelles, les mauvais esprits prétendant qu’il faut voir là l’origine de ses talents multiples...

4Il s’engagea ensuite comme matelot à bord d’un navire en partance pour la Chine et Hong-Kong. De retour au printemps 1844 pour choisir un métier conforme à son désir de vie au grand air, il décida de suivre plus ou moins en dilettante des cours d’agronomie à Yale puis il travailla chez des fermiers avant de s’installer à son compte. Il acheta une propriété dans une situation charmante qu’on a peine à imaginer aujourd’hui : Staten Island dans la rade de New York ; il y était entouré d’aimables voisins, descendants des premiers Hollandais et surtout de Huguenots, les derniers encore identifiables comme tels (aujourd’hui seuls les noms des parcs Latourette et Huguenot entretiennent leur souvenir dans l’île).

5Il est intéressant de noter qu’il s’empressa d’améliorer l’esthétique des lieux au prix d’aménagements assez simples. Il déplaça les dépendances pour les dissimuler derrière un monticule, amena le chemin plus près de la maison en lui faisant décrire une courbe élégante et pourvut de gazon les bords de la mare avant de planter une variété d’arbres et arbustes ornementaux : ormes d’Europe et d’Amérique, cèdres du Liban, plusieurs sortes de tilleul ; tout l’Omsted futur paysagiste des parcs urbains est déjà là en embryon...

Découverte du parc anglais de Birkenhead, le jardin du peuple

6Côté agricole, il avait profusion de choux à vendre, trop de pêches aussi, ce qui le poussait à planter des poiriers mais en bon Yankee toujours en quête d’amélioration, il conçut le projet d’étudier les méthodes agricoles là où elles étaient le plus en pointe, en Angleterre.

7(En ce domaine comme en d’autres, c’est l’Angleterre qui alors donnait le ton). Il s’embarqua donc en avril 1850 avec son frère et un ami pour un tour de Grande-Bretagne à pied (par économie mais aussi pour mieux rencontrer les habitants.) Le produit de ce circuit sera un livre : Walks and Talks of an American Farmer in England qui va nous permettre de mesurer l’impact du Vieux-Pays sur le jeune Olmsted. À l’époque c’est surtout par Liverpool que les Américains entrent en Europe ; nos voyageurs y débarquent donc fin mai après quatre semaines de traversée... Olmsted admire les docks, les aménagements et l’hygiène du marché qui, dit-il, fait honneur à Liverpool et honte à New York. Il est frappé par la pauvreté et la tristesse des visages des passants ordinaires si éloignés des John Bull bien portants et colorés qu’il s’attendait à trouver (il est vrai que la proportion d’Irlandais pauvres y était considérable.). En revanche il apprécie déjà certains des jardins publics qu’il visite mais c’est de l’autre côté du fleuve Mersey, dans le faubourg de Birkenhead auquel on accède par un bac que va se produire la révélation... D’emblée Birkenhead lui plaît car la ville nouvelle, avec ses squares et ses larges rues, a été construite selon les plans d’un architecte de talent, Gilespie Graham. L’achat de quelques petits pains va amener nos trois jeunes Américains à lier conversation avec le boulanger. Celui-ci, après quelques réflexions sur la qualité de la farine française supérieure à l’anglaise et surtout à l’américaine, la plus médiocre, insiste pour qu’ils aillent visiter le New Park, le parc dont la ville vient de se doter. Les trois compagnons se rendent volontiers à sa suggestion et après lui avoir confié leurs sacs à dos prennent le chemin de ce jardin si vanté. Olmsted juge un peu lourd le portail massif de style ionique dont les abords immédiats sont très simples, comme oubliés du jardinier. Il est surpris de voir le public entrer librement, sans la présence du moindre portier. Après avoir franchi un deuxième petit portail, il découvre un jardin luxuriant et divers dont la beauté lui coupe le souffle. Ici, dit-il, l’art du jardin a atteint une perfection dont il n’aurait jamais pu rêver et il affirme ne même pas vouloir essayer de décrire le produit de tant de goût et d’habileté réunis !

8Hectare après hectare, des allées sinueuses font défiler le visiteur sur des surfaces constamment variées entre toute une diversité d’arbustes et de fleurs enchâssés dans le gazon le plus vert, tondu à la perfection. Quelques centaines de mètres plus loin sur une vaste plaine gazonnée, "greensward" toujours aussi impeccable, des équipes de jeunes garçons aussi bien que des messieurs pratiquent le cricket... Un peu plus loin, et compte tenu du goût d’Olmsted pour le paysage pastoral on comprend mieux son ravissement, s’étale une prairie parsemée de quelques bouquets d’arbres sous lesquels se prélasse un troupeau de moutons tandis que des femmes et des jeunes filles jouent avec des enfants. Alors qu’Olmsted est tout à son admiration, survient une de ces copieuses averses dont le climat anglais a le secret et tous se précipitent sous un abri en forme de pagode sur une petite île. Olmsted a alors tout loisir d’observer les diverses classes de visiteurs qui fréquentent le parc. Il y a quelques bourgeois accompagnés de leurs serviteurs qui s’empressent d’aller quérir la voiture des maîtres mais la plupart sont des citoyens ordinaires et même quelques femmes accompagnées d’enfants ou en mauvaise santé sont, nous dit-il, manifestement les épouses d’ouvriers très modestes... Sous le choc de cette découverte, Olmsted exprime donc les préoccupations principales qui présideront plus tard à sa propre création des parcs américains : ce sont des soucis d’ordre esthétique bien sûr, mais aussi d’ordre social et même thérapeutique.

9Olmsted donne ensuite quelques explications techniques sur la manière dont Joseph Paxton a transformé entre juin 1844 et juin 1845 ces quelque cinquante hectares de terres agricoles grasses et plates en un assemblage varié de pièces d’eau et de monticules du plus bel effet naturel. Il faut dire que les échevins de Birkenhead avaient été bien inspirés de faire appel à Paxton paysagiste et architecte de génie, à qui l’on devait déjà les superbes jardins et fontaines du château de Chatsworth et qui allait prochainement réaliser dans Hyde Park le gigantesque Palais de Cristal de l’exposition universelle de 1851, d’une conception propulsant l’architecture dans l’avenir. La décision de confier à Paxton le nouveau parc de Birkenhead est considérée comme une étape capitale de l’essor des parcs publics en Angleterre et bien au-delà, si l’on connaît l’origine de la conversion d’Olmsted. (Le mérite de celle-ci est souvent attribué à tort aux parcs londoniens, tellement connus évidemment). Dans son récit Olmsted revient avec insistance sur l’égalité sociale qu’assure le parc "qui est au peuple, entièrement, sans réserve et à jamais. Le paysan britannique le plus pauvre est aussi libre d’en jouir sous toutes ses facettes que la reine d’Angleterre et qui plus est le boulanger de Birkenhead en éprouve une fierté de propriétaire". Olmsted est bien forcé de reconnaître (et l’on sait combien il devait en coûter à ces Américains fiers de leur jeune pays et de son système républicain) que "l’Amérique démocratique n’a rien à offrir de comparable à ce Jardin du Peuple,"

Retour aux parc publics américains

10Il est vrai que l’Amérique n’avait pas de véritable tradition en la matière. Certes les colonies de Nouvelle-Angleterre toujours plus en phase avec la vieille Angleterre avaient parfois réservé des terrains à la lisière des villes dans un but d’abord utilitaire puis d’agrément, telle Boston et son" Common". Les deux colonies "de propriétaire", la Pennsylvanie et la Géorgie du général Oglethorpe avaient été plus prévoyantes. William Pentì dans son projet de "ville verte" pour Philadelphie avait prévu des squares dans son plan en damier ; Oglethorpe en avait fait de même pour Savannah avec précisément en outre un jardin public servant de jardin d’Essai de plantes sub-tropicales. La ville est restée grâce à cela l’une des plus charmantes du Sud et bien des urbanistes américains d’aujourd’hui regrettent qu’elle n’ait pas été le principal port d’entrée du pays car elle aurait essaimé un plan bien plus séduisant que le modèle new-yorkais trop volontiers reproduit partout en allant vers l’ouest.

11Lors de sa "révélation" de Birkenhead, Olmsted pensait-il à doter New York du parc public qui lui manquait ? Peut-être n’envisageait-il pas le rôle qu’il jouerait personnellement mais certains éléments semblent indiquer que l’idée germait en lui. Manifestement il s’adresse prioritairement au lecteur new-yorkais dont il ne connaît que trop les réticences dès qu’il s’agit de dépenses publiques... Il s’emploie à apaiser ses craintes en gommant le caractère exceptionnel d’un tel projet qu’il intègre au contraire dans le fonctionnement normal de la ville au même titre que la prison des "Tombs", l’hôpital et le nettoiement des rues. Il laisse entendre aussi qu’un parc a des effets favorables sur le foncier voisin.

12Olmsted sentait bien en cette année 1850 qu’il devait apporter son soutien à un projet destiné à satisfaire le souhait de plus en plus de New-Yorkais. Ceux-ci avaient à partir des années 1830 révélé leur goût nouveau d’une manière curieuse, en fréquentant nombreux les cimetières aménagés en parcs, celui de Greenwood par exemple. (Les Bostoniens quant à eux se rendaient à Mount Auburn.) Il est évident qu’un nombre croissant de voyageurs américains se rendant en Grande-Bretagne répandaient chez leurs concitoyens la conscience des lacunes que présentaient leurs grandes villes, en particulier par rapport à Londres.

13L’idée de créer un parc proche du centre de New York est due au poète William Cullen Bryant, poète et rédacteur en chef de l’Evening Post qui l’exprima dans son journal le 3 juillet 1844.

14Les politiciens locaux n’ignoraient pas que l’idée faisait son chemin et en 1850 les deux candidats à la mairie l’inclurent tous deux dans le programme. Le maire élu, Kingsland, assura en avril 1851 ses conseillers que la postérité leur saurait gré d’avoir apporté "la bénédiction de l’air pur et l’occasion de plaisirs sains et innocents". À la suite de péripéties dont la vie politique new-yorkaise a toujours eu le secret, ce fut à son adversaire puis successeur le bien nommé Wood, que revint le mérite de stabiliser et défendre les limites du site retenu, menacé déjà par les premiers empiétements (cela se passait en 1856). Plus tard quand Olmsted interviendra, il regrettera le choix d’un site central unique difficile à aménager selon ses critères esthétiques ; pour ces raisons et pour une plus grande proximité il aurait préféré deux sites sur chacun des fleuves, l’Hudson et l’East River (à peu près au niveau du Central Park inférieur).

15Dans ces années-là de 1852 à 1856, Olmsted était occupé à ses voyages dans le Sud, à la mise en forme et la publication des récits qu’il en tira. Ennemi de l’esclavage mais plus partisan d’une solution graduelle que de l’abolition immédiate, il s’efforça d’être un observateur sans passion et son témoignage sur le Sud juste avant la guerre civile est encore aujourd’hui considéré comme capital, souvent comparé au Voyage en France d’Arthur Young avant la Révolution... Pour l’heure Olmsted était surtout préoccupé de gloire littéraire. C’est tout à fait par hasard qu’il va se trouver embarqué dans l’aventure de Central Park. En août 1857 dans une auberge marine du Connecticut un voisin de table commissaire des travaux du parc lui apprit que sa commission municipale était à la recherche d’un ingénieur en chef.

16Olmsted que les parcs avaient toujours intéressé se porta donc candidat et fut nommé en septembre malgré quelques réticences car il avait maintenant une belle réputation littéraire mais peu de références pour cet emploi important qui impliquait, entre autres, la direction de 1 000 ouvriers... Un vague plan était censé être réalisé mais il était si peu inspiré qu’il fit rapidement l’unanimité contre lui.

17La commission décida de remettre le projet au concours en avril 1858 et le jeune paysagiste Calvert Vaux, londonien d’origine, et donc très grand admirateur des parcs londoniens et anglais en général proposa à Olmsted de travailler avec lui sur un projet. Pour faire son choix la commission fit appel à des conseillers de poids, Kemp, l’adjoint de Paxton à Birkenhead et un Français, probablement le demi-bordelais Alphand qui après avoir aménagé Vincennes était maintenant occupé au Bois de Boulogne. Il y avait sans doute affinité entre ces juges et l’esprit des concepteurs Olmsted-Vaux et le projet de ces derniers l’emporta sur plus d’une trentaine de concurrents. La tâche qui les attendait était ardue ; de sérieuses contraintes étaient imposées : le maintien de quatre voies transversales est-ouest, la création d’un jardin floral et d’un champ de manœuvres, de trois terrains de jeu, d’une pièce d’eau destinée à devenir patinoire en hiver, etc. mais la plus grosse difficulté se trouvait dans la nature même du site imposé, terrain ingrat parsemé de quelques arbres maigrichons, de nombreux affleurements rocheux et de mares boueuses. Toute beauté naturelle devrait donc y être artificiellement introduite.

18De plus comme le parc allait être ouvert à tous, il faudrait y préserver une certaine harmonie sociale sans toutefois appliquer des règles trop strictes et pour Olmsted ce défi social était aussi important que le souci esthétique, le principal argument des adversaires du parc étant le danger du brassage social qui ferait fuir les visiteurs respectables en particulier parce que selon eux il se transformerait en gigantesque "bier-garten". Olmsted prit bien garde d’éviter ces écueils annoncés. Il avait donné à son projet le nom de "greensward" qui traduisait bien son intention d’y mettre en pratique son goût du paysage pastoral qu’il considérait être "l’idéal le plus élevé qui puisse être envisagé pour un parc dans n’importe quelle situation".

19Malheureusement seule la partie nord entre la 106ème rue et le réservoir présentait des pentes douces suffisamment amples pour se prêter à un tel traitement ; la partie centrale comportait un versant rocheux et boisé au sud du réservoir mais était surtout comme la partie ouest un plateau irrégulier ; la partie est mollement ondulée pouvait accueillir des pelouses et des parterres de fleurs. Quant à la lisière sud assez accidentée avec quelques escarpements rocheux, elle possédait tout de même de belles prairies plates. La grande variété du site allait permettre au génie d’Olmsted de s’exprimer, de même que la nécessité de ménager discrètement des passages à la circulation urbaine.

20C’est alors qu’il inventa la séparation des niveaux de circulation, devenue un peu depuis les années 1960 la tarte à la crème de nos urbanistes, parce qu’il avait observé les lacunes des parcs européens à ce sujet. Il eut l’idée d’enterrer les voies transversales dans des tranchées qui leur permettraient ainsi une fonction autonome même aux heures de fermeture nocturne. Ces tranchées seraient enjambées ici ou là par des ponts porteurs de la circulation "de loisir" des calèches qu’on ne découragerait pas mais à qui l’on imposerait tours et détours pour lui imprimer un rythme adapté au décor paisible. Les routes enjambaient les allées cavalières et les sentiers pour piétons qui eux-mêmes ne se croisaient pas. L’enterrement des voies de circulation était critiqué en raison de son coût car, disait-on, jamais la circulation new-yorkaise ne justifierait ce besoin de fluidité !

21En 1870 une nouvelle équipe municipale (heureusement corrompue car elle ne resta au pouvoir qu’un an) mit Olmsted sur la touche et entreprit d’amoindrir ce qu’il avait patiemment construit, coupant et taillant à profusion sous prétexte de circulation d’air, projetant la construction d’un opéra et d’une voie rapide. De retour aux commandes jusqu’en 1877, Olmsted eut fort à faire pour réparer les dégâts...

22Comme plus tard à Montréal, il dut sans cesse se battre contre ceux qu’il appelait "les hommes à l’esprit pratique" pour qui ces créations paysagères étaient des dépenses inutiles, voire des obstacles au développement et au progrès...

23Signalons aussi qu’Olmsted réalisa après la guerre de Sécession le parc de Brooklyn (Prospect Park) qui de l’avis de tous et d’abord de lui-même fut une plus grande réussite esthétique parce que ses vastes étendues sans obstacles se prêtaient mieux à une composition pastorale.

24La norme resta néanmoins Central Park de par l’immense succès populaire qu’il recueillit aussitôt. Il fut vite plus fréquenté que les parcs de Londres et de Paris, recevant en 1871 plus de 10 millions de visiteurs, pas toujours très respectueux. Une autre menace fut aussi la prolifération des statues, à laquelle il fallut mettre bon ordre car trop de généreux donateurs se pressaient pour avoir leur nom exposé à la reconnaissance des citoyens...

25Olmsted sentait bien que la portée de ce succès dépassait les limites la ville ou de l’État de New York : "Ce parc est sur bien des points une expérience dont les résultats ne manqueront pas d’affecter le bien-être de millions de gens dans des villes autres que New York", déclarait-il en 1873, année de sa visite mi-privée, mi-préliminaire du site de mont Royal avant d’être officiellement engagé par les édiles de Montréal en novembre 1874.

Le projet du mont Royal

26Aussi provinciaux que fussent les Montréalais à l’époque, ils n’ignoraient pas que les grandes villes européennes et américaines étaient en train de se doter de parcs prestigieux, et nourrissant des ambitions de métropole, ils se mirent peu à peu en tête d’avoir eux aussi leur parc. Dans l’hiver 1862-1863 le citoyen Lamothe avait eu la malencontreuse — mais peut-être heureuse — idée de pratiquer des coupes claires sur son terrain en haut de la rue Peel au flanc de la montagne. S’appuyant sur l’émotion suscitée, la Ville prit ce prétexte pour acquérir peu à peu des terrains sur la montagne. Quand vint le temps du véritable aménagement, on se tourna tout naturellement vers le plus grand architecte paysagiste du moment, Olmsted. Celui-ci était consulté un peu partout et outre ses réalisations new-yorkaises il était alors occupé à Buffalo, au South Park de Chicago et à un nouveau concept, celui de faubourg-jardin mis en pratique avec bonheur à Riverside, Chicago, qui aujourd’hui encore mérite le détour. Heureusement pour Olmsted et sa santé mentale, tous ces projets furent loin d’atteindre la montagne de tracas que les Montréalais accumulèrent sur sa tête !

27Certes dès le départ, devoir aménager ce sommet de montagne qui n’est pas une vraie montagne et dont le paysage naturel était éloigné de sa conception pastorale d’un parc lui sembla une tâche ardue mais il eut surtout à souffrir comme jamais auparavant du manque de compréhension de ce qu’était l’aménagement d’un parc et d’une inattention complète à sa sensibilité écologiste. Il dut sans cesse rappeler qu’il s’agissait là d’une opération d’ensemble complexe dont toutes les parties était liées et subordonnées les unes aux autres, alors que les responsables sur place agissaient par à-coups, sans professionalisme. Au début il n’arrivait pas à se faire adresser les relevés topographiques qu’il demandait et quand ils finirent par arriver fin mars 1877 il s’aperçut que les limites du site ne correspondaient pas à ce qu’on lui avait indiqué : il y manquait tout un pan du côté de la côte Placide (à l’emplacement actuel du Quartier Général des pompiers et des terrains de sport de McGill), une grande propriété qu’on lui avait promis d’acheter n’ayant pas été acquise. Cela ne facilitait pas la solution qu’il voulait trouver au problème redoutable ici comme à New York de la liaison en douceur entre le plan en damier des rues de la ville et les allées carrossables prévues dans le parc. On lui imposa en outre une entrée à grand débit au bout de la rue Peel, où l’on voit toute la différence de conception entre Olmsted et les autorités municipales.

Fig. 1 – Lenmont Royal revisité

Fig. 1 – Lenmont Royal revisité

28Alors qu’il prônait une approche douce et une transition progressive quasi naturelle entre le tohu-bohu de la grande ville et le bien-être d’une nature apaisante, les échevins voulaient assurer l’accès rapide et en masse des citadins (il y eut d’ailleurs quelques années plus tard un funiculaire qui fonctionna jusqu’en 1918). Pire encore, à son insu ils firent ouvrir à la fin de l’hiver 1877 une route jusqu’au sommet lui demandant après coup de réparer le site. Olmsted se trouva fort marri de penser que désormais le public associerait son nom au percement d’une route qui eût été à la portée du premier fermier ingénieux venu. À ses protestations polies, les échevins répliquèrent qu’il leur fallait bien donner du travail à leurs chômeurs. L’autre raison aussi est qu’il urgeait de donner aux contribuables montréalais une preuve concrète de l’avancement d’un projet dont le coût leur paraissait injustifié...

29Olmsted n’était que trop conscient que les Montréalais moyens ne percevaient pas toutes les influences bénéfiques, éducatives, sanitaires, morales que leur apporterait le parc. Il s’employa à les convaincre, conviant tous les "faiseurs d’opinion" de la ville en septembre 1877 à une réunion dans une salle de 1 000 places ; moins de trente personnes se présentèrent (y compris femmes et enfants) ! Parmi eux sans doute, regretta-t-il, pas un enseignant, pas un médecin, pas un ecclésiastique...

30Dans l’échelle des frustrations professionnelles que connut Olmsted, le mont Royal se place d’autant plus haut qu’à son avis aucune ville au monde ne possédait en son centre un site permettant de tirer meilleur parti de ce qu’il appelait "la valeur intrinsèque d’un délicieux paysage naturel". Le site devait être traité non comme un parc mais comme une œuvre d’art, la forme d’art la plus élevée selon lui étant justement celle qui est accessible à tous.

31La modeste montagne devait être rendue plus montagneuse en renforçant l’impression de pente des parties pentues et au contraire en adoucissant les parties basses. Il fallait abandonner le rêve de vastes pelouses mais transformer en atouts la présence naturelle de rochers que les grandes capitales du monde introduisaient à grands frais et sans bonheur dans leurs parcs. Ici comme ailleurs le maître mot est l’adaptation sans violence.

32Olmsted entreprit de traiter le site dans les huit zones topographiques qu’il avait distinguées et auxquelles il donna des appellations poétiques. La Côte Placide et Piedmont dont il fallait exploiter la douceur en jouant sur la disposition et le volume des arbres ; tout au contraire la Pente Rocheuse (Crags) devait être plantée d’arbustes bas et de vignes sauvages pour la rehausser et ne pas gêner la vue superbe d’en haut. Dans le secteur du Sommet (Upperfell) il convenait de planter des arbres adaptés aux conditions rigoureuses (variétés basses de pins et sapins). L’Escarpement (Underfell) et la Fougeraie (Brackenfell) devaient être traités en forêt aux multiples trouées de fougère. L’accent était mis sur le bon entretien de la végétation originelle : érables, pins, bouleaux. Dans le Serpentin (Cragsfoot) au bout de la rue Peel le bois existant serait épaissi pour masquer les aménagements artificiels ; quant à la clairière (Glades), il souhaitait lui conserver son caractère simple et attrayant.

33En règle générale, Olmsted recommande aux Montréalais de lutter contre la tentation, coûteuse qui plus est, d’introduire des massifs de fleurs, des corbeilles d’azalées et de rhododendrons propres aux parcs à pelouses. Ils ne sauraient pour autant se sentir privés de beauté florale et de couleurs car leur montagne recèle des centaines de petits recoins fleuris qui les combleront s’ils se montrent dignes de les garder comme autant de petits sanctuaires...

34Les volontés d’Olmsted ne furent jamais intégralement respectées. S’il revenait aujourd’hui, en constatant par la voie Camillien-Houde ouverte en 1961 l’intrusion de l’automobile polluante et surtout espacivore par ses terrains de stationnement, sans doute reprendrait-il la définition qu’il avait donnée en 1893 du mont Royal comme théâtre "de gros cafouillages et de belles vues panoramiques." Les vues splendides demeurent et les regrets aussi d’avoir vu les projets visionnaires d’Olmsted trop souvent contrecarrés. Grâce à la popularité de l’écologie, Olmsted pionnier de cette idée connaît un regain de faveur. Outre la modeste stèle qui lui est dédiée sur un rocher derrière le Chalet, sa mémoire est maintenant entretenue par le Centre de la montagne, organisme fondé par des étudiants de l’université de Montréal en 1981.

35En raison de ses déceptions, Olmsted ne mesura peut-être pas l’impact de son œuvre à Montréal qui ne fut qu’un bref épisode de sa vie professionnelle. En effet il réalisa à New York en plus de Central Park, Riverside Park sur l’Hudson et Prospect Park à Brooklyn, Delaware Park à Buffalo, à Chicago South Park et le parc de l’exposition universelle dite "Columbian" de 1893 (aujourd’hui Jackson Park) le long du lac Michigan, le parc de l’Exposition du Coton à Atlanta, Fairmount à Philadelphie, Belle Isle sur la rivière de Detroit ; il entoura Boston d’une ceinture de parcs suburbains et aménagea le paysage du port, de même que la terrasse du Capitole à Washington et les abords des chutes du Niagara. On fit appel à lui pour terminer le parc de Golden Gate à San Francisco. Cela veut dire que l’Amérique telle que nous l’admirons a bien souvent été retouchée par la patte d’Olmsted...

36Il était encore moins anodin qu’ailleurs d’intervenir sur le mont Royal car il est au cœur de Montréal dans tous les sens du terme, on peut l’apercevoir de tous les quartiers.

37Il est donc opportun de ne pas oublier celui qui scella en douceur l’union de cette montagne royale et de la ville qui lui doit tant, à commencer par son nom...

Bibliographie

Bibliographie

Olmsted Frederick Law, Walks and Talks of an American Farmer in England, New York, G.P. Putnam, 1852.

Olmsted Frederick Law Jr, Kimball Theodora, Frederick Law Olmsted, Landscape Architect, New York, London, G.P. Putnam, 1922.

Roper Laura Wood, FLO - A Biography of Frederick Law Olmsted, Baltimore, MD, The Johns Hopkins U.P., 1973.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Lenmont Royal revisité
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 321k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540