Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Troisième partie. Conclusion

La cité-jardin ou la confusion Vertueuse

Jean Dumas

Texte intégral

1Rarement substantif-concept n'a été autant porteur de sens (pluriel) sinon de réalisation que "garden city" ou "cité-jardin" dans la traduction française. Les contributions qui précèdent illustrent cela en mêlant la diversité des lieux étudiés à la variété des approches proposées : toujours, la référence historique s'impose et unit dans une référence aux quatre premières décennies de ce siècle mais en privilégiant tantôt l'histoire de la forme produite, tantôt la chronique sociale, tantôt la base politico-économique d'un mouvement. Enserrés dans des cadres nationaux, à l'évidence les apports recherchent la comparaison et l'ouverture : la production monographique se présente alors comme une étape, suscitant l'enrichissement comparatif sur des thématiques transversales, sur de nouveaux chantiers ouverts et proposés... esquissés temporairement dans cette contribution comme réaction à toute la richesse d'informations réunie dans l'ensemble du livre.

2Proposé et justifié en 1898 par E. Howard, le thème connaît une propagation foudroyante dans une société européenne largement préparée, au moins dans certains milieux. Dès 1904 cependant, le zélateur français le plus convaincu de la chose, G. Benoît-Levy, en se faisant l'introducteur et le diffuseur, ouvre la voie aux modifications du sens, aux inflexions possibles, bref à la polysémie qui désormais est le caractère dominant des références faites à la "cité-jardin". L'idée novatrice, l'utopie parce qu’elle semble réalisable, échappe à ses origines, alimentée par des débats multiples et par la confluence d'interrogations multiples qu'elle suscite mais qui l'emportent bien au-delà de ses origines. La référence à cette "cité-jardin", objet par excellence d'un certain moment de la culture européenne de la ville, engage le débat sur la réalisation architecturale et urbanistique en des termes tels que Le Corbusier dans un article d'Architecture d'Aujourd'hui de 1930 peut parler de "cruelle équivoque".

3C'est que la référence faite à un terme et à sa concrétude anglaise devient progressivement révérence à l'histoire, interprétation chronologique à la production idéalisée d'un moment déterminé, aux contours d'ailleurs particulièrement flous, encadrant la Grande Guerre. De ce discours historique, on passe à un propos sur l'histoire qui verse dans un génétisme soucieux d'établir les héritages dans l'observation des filiations directes ou, au contraire, des éloignements et des possibles trahisons. Ainsi s'établit un mouvement permanent entre l'idéalisation de la référence au modèle mythifié de la "cité-jardin" et la contingence irréductible de chaque situation mise en évidence selon deux grandes échelles d'observation, nationale ou locale. Rapprocher les deux, c'est mettre en évidence les formes et les conditions structurelles de la déformation, c'est tenter de mettre le mouvement initié par E. Howard dans son époque, c'est proposer non pas des rapprochements typologiques mais un questionnement sur l'Europe de l'urbanisation dans un des ses traits majeurs, mais très particulier idéologiquement. Ce seront, donc, quatre thématiques qui vont être proposées, elles s'imposent nous semble-t-il à la lecture de chaque contribution, elles les relancent sur des explorations ultérieures en les accordant les unes aux autres.

LE MILIEU INNOVATEUR EUROPÉEN

4C'est la première thématique, la plus fascinante aussi pour une plongée dans l'univers socio-culturel de l'extrême-fin du xixe siècle et le développement du xxe jusqu'à la rupture du second conflit mondial. La diffusion des idées d'E. Howard se fait si rapidement aux débuts de ce siècle qu'elle semble exprimer une attente et permettre la cristallisation de réflexions inachevées. Elle va être, par conséquent, révélatrice en son domaine de la formulation d'un internationalisme dont les modalités pratiques, abordées dans toutes les contributions, méritent une étude systématique.

5À l'évidence, et tous les cas nationaux le montrent, un terreau productif se développe dans la second moitié du xixe siècle dans la rencontre de deux grands courants critiques vis-à-vis de l'industrialisation et de la concentration brutale des hommes qu'elle entraîne. Paternalistes ou radicaux, il y a tous ceux qui abordent la question ouvrière, en particulier sous son aspect du logement à bon marché. Organisateurs optimistes ou ruralistes nostalgiques, il y a ceux qui s'efforcent d'imaginer les nouveaux rapports entre les villes et la campagne. Le rapprochement entre les deux courants se fait dans cet hygiénisme volontariste, soucieux d'ordre spatial et de paix sociale, dans une convergence entre la forme bâtie, l'organisation locale et la vie familiale. Et la thématique de la cité-jardin se présente comme une solution séduisante parce que fondée sur la confluence des recherches et des aspirations.

6Le problème, une fois le constat établi, restera de saisir de manière plus systématique ce que l'on peut appeler les voies européennes d'une convergence vers un idéal mobilisateur. Pour le cerner, et sans sous-estimer les interférences qui naissent des échanges plus spécifiquement nationaux, il est nécessaire d'envisager ces trois grandes modalités de constitution qu'en sont l'imaginaire d'une forme architecturale, la possibilité de sa réalisation économique et l'intégration dans un projet politique d'organisation de la cité. En effet, tous les chapitres précédents l'illustrent, c'est de la diversité des combinaisons adoptées que naissent les nuances locales de solutions apportées aux mêmes questions structurelles posées durant quelques années par les nations en industrialisation croissante d'abord, puis en dérèglement généralisé après la Grande Guerre.

7Première modalité de constitution, l'imaginaire architectural, une fois établi et bien connu le rôle du "pèlerinage" à Letchworth pour de nombreux architectes, se forge à travers l'étude de la circulation des idées figurées en plans et esquisses telle qu'elle se fait par les revues et les communications lors de congrès. L'innovation se propage dans des cercles d'apprentissage plus ou moins académique qui se structurent par les publications de chefs de file, en Allemagne et en France en particulier. Et ceux qui s'inscrivent dans les interférences, que l'on songe aux maîtres d'œuvre belges par exemple, ne sont pas les moins inventifs. Cet état des références produites nous fait entrer dans une histoire intellectuelle, celle de la circulation des idées, celle de l'usage des langues autres que nationales, celle des traductions mais aussi des plagiats. On entre par là dans la connaissance des formations personnelles : comment de milieux académiques se détachent des novateurs, plus libres, ouverts (comment ? dans quelles circonstances ?) à ce qui se passe ailleurs, au-delà de leurs frontières ? Comment, en particulier, se constituent certaines références vulgarisatrices, ouvrages clefs au succès suffisamment durable tels ceux de G. Benoît-Levy qui "francise" des idées prises ailleurs, tant il est vrai que l'innovation ne se conçoit pas sans diffusion.

8Deuxième modalité de constitution, les conditions économiques de réalisation : ici on pénètre dans l'univers, largement exploré dans ses bases, du capitalisme industriel et de l'un de ses prolongements, la philanthropie sociale. Tenant compte des bases productrices et de la diversité des systèmes bancaires, une typologie demeure encore à établir des modalités de constitution des interventions sociales, surtout quand elles se traduisent non plus par diverses aides personnelles fongibles, mais par la constitution d'un patrimoine foncier et bâti. Selon qu'il est lié directement à la société productrice, ou qu'il en est détaché dans une participation autonome, l'emprise de l'entrepreneur est bien sûr bien différente et s'inscrit dans un paternalisme qui se nuance selon les lieux, selon les époques aussi. Autour ce cette trame, se pose la question du rôle respectif des entrepreneurs et du système bancaire, sur la manière d'associer des actifs étrangers à la production, sur les voies de la circulation des expériences, sur la manière dont se fixe l'attention sur la cité-jardin en tant que projet défini volontairement, en tant qu'habillage séduisant d'entreprises patrimoniales plus classiques : qui conseille et qui crée ? pour des réalisations finalement très coupées les unes des autres.

9Dernière modalité, l'aspect politique : puisque la cité-jardin se propose d'être une alternative (en terme de rupture ou de continuité, problème largement débattu à l'époque) à l'extension anarchique des banlieues ouvrières. Par cela, on entre dans un des multiples aspects de ce municipalisme qui s'efforce de maîtriser la ville industrielle par le contrôle de certains de ses mécanismes producteurs ou organisateurs. Dans cette perspective, associer habitat et services collectifs de proximité dans des ensembles cohérents, paisibles et aérés de surcroît, constitue un objectif séduisant mais non dépourvu d'ambiguïté car, trop bien réussir une "cité-jardin" constitue un isolat spatial plus qu'un aménagement conçu dans la continuité. Et là encore, va se poser la question de l'éducation des édiles, de leurs sources d'information, voire des pressions professionnelles ou personnelles qui peuvent s'exercer sur eux : rôle des instances politiques probablement, plus sûrement constitution de réseaux au sein desquels certains industriels et financiers accédant à l'édilité jouent un rôle important. Mais de ce point de vue, notre connaissance des modalités du socialisme municipal comme phénomène européen demeure encore bien lacunaire.

L'internationalisme et le repli national-géographique

10Le succès de la cité-jardin s'établit rapidement parce qu'il permet, intellectuellement, une réponse à des problèmes de développement qui se posent peu ou prou à toute l'Europe. Il s'établit par la mobilisation de forces transnationales parce qu'animées de techniques communes et d'une même volonté farouche de changement : architectes modernistes, philanthropes expérimentateurs et élus locaux réformateurs se retrouvent, échangent et s'informent, persuadés qu'en s'engageant dans cette voie ils concourent à l'édification d'une réponse commune rapprochant les hommes entr'eux.

11Le départ se veut résolument internationaliste, voire même solidariste, et la diffusion des idées d'E. Howard s'appuie sur des réseaux innovateurs dont l'efficacité réside précisément dans leur capacité à échanger, reproduire et discuter des propositions issues de pays étrangers. Le mélange des idées se fait proposition, l'opportunité locale fait la maîtrise d'ouvrage et la décision de faire comme application circonstanciée d'une idée générale. Cette première vague, que l'on songe aux cas archétypiques anglais et allemands, se veut utopie sociale appliquée dans un évident démonstratif car la volonté de prosélytisme n'est jamais absente chez les promoteurs, la multiplication de leurs écrits en témoigne.

12Cependant, ces incarnations localisées ne laissent pas de traduire une ambiguïté, inhérente à l'idée même de cité-jardin, les années 1910 vont le mettre en évidence. La transcription humaniste d'un concept socio-spatial rencontre la nécessaire composition avec les us et coutumes des bénéficiaires d'où l'hésitation initiale entre la production de formes pures et générales et l'adaptation à des systèmes, au moins ornementaux, particuliers. La tension est à la fois esthétique, pédagogique et politique ; elle s'inscrit dans l'opposition entre architecture internationaliste, progressiste et moderne d'une part et architecture vernaculaire, respectueuse de la société locale, plus conciliante aux héritages. La dureté de l'hygiénisme social de la première s'oppose aux compromissions passéistes de la seconde. Cet écartèlement débattu ne limite en rien l'essor de l'optimisme organisateur des premières années, le modèle est accepté globalement et diffusé en tant que tel, libre aux maîtres d'œuvre de disputer de la forme.

13En ce domaine, comme en beaucoup d'autres, la Grande Guerre apporte une série de ruptures qui, en quelques années, pervertissent radicalement l'idée initiale en l'insérant dans des politiques strictement nationales, parfois expressément nationalistes. Sur cet éclatement quelques pistes significatives se dégagent, préliminaires à des investigations beaucoup plus systématiques impliquant à la fois comparatisme et maîtrise de concepts socio-économique plus généraux.

14Mouvement majeur, bien souligné par tous les spécialistes de la question du logement ouvrier, c'est le déclin irréversible des ressources privées de la philanthropie capitaliste qui modifie radicalement les conditions de la commande possible. En réponse, la fin des hostilités voit s'établir un interventionnisme public croissant, bien que très soupçonné. Dans ces conditions, la poursuite du mouvement des cités-jardins est marquée par un rôle accru des collectivités publiques ayant à traiter, avec de multiples moyens, de la question générale de la crise du logement ; moyen parmi d'autres, la cité-jardin se présente comme une possibilité ambitieuse et valorisante pour ses promoteurs.

15Dans ces conditions, les années 1920 sont marquées par un quasi-dépeçage du modèle initial, chaque pratique nationale se construisant en référence à des débats spécifiques, que l'on songe, ici, au cas français et à l’utilisation programmatique de la "cité-jardin" faite par les animateurs du mouvement H.B.M. Alors, les variables nationales spécifiques tendent à se faire plus prégnantes, l'éclatement marquant la fin des utopies réformatrices de la fin du xixe siècle. L'Europe du nord et germanique, aux collectivités locales puissantes, connaît un réel développement de formules se référant aux idées initiales qui, même déformées dans leur mode de production sociale, inscrivent un habitat de qualité en périphérie bien organisée des grandes villes. L'Europe du sud est marquée par la pauvreté des initiatives, mal relayées par le manque de ressources et de compétences des communes : dominent alors des modèles nationaux de production oscillant entre le collectif et l'extrême individualisme avec l'encouragement au lotissement, ne demeure alors que la référence idéale à la cité-jardin... jusqu'à son détournement absolu dans l'Espagne franquiste des années cinquante.

16Dans l'histoire de la pensée européenne, l'approche de la cité-jardin sous l'aspect de l'éclatement en nationalismes éclaire les avatars d'une idée optimiste de la fin du xixe siècle. Ses transformations sont, certes, un reflet de l'évolution générale des choses mais, par sa nature, elle y participe en ajoutant de nouvelles sources d'ambiguïté. Socialement riche mais ambigüe, la cité-jardin porte en elle la confusion des interprétations possibles selon des combinaisons qui mériteront sûrement d'être établies en relation avec les replis nationaux qui s'affirment durant l'Entre-deux-guerres.

LES ALÉAS D'UNE FORME SOCIO-SPATIALE

17Utopie "réalisable", la "cité-jardin" selon Howard est la combinaison d'une forme spatiale associant habitat individuel et équipements de vie avec une construction sociale fondée sur un communautarisme s'appuyant sur une participation à la propriété fondée sur la coopération. Le modèle implique, ainsi, la naissance de communautés autonomes qui se définissent dans une libre acceptation de règles collectives de participation aux contraintes contenues dans un mode hygiéniste de vie. Il y a donc un projet éducatif d'amélioration sociale largement défini dans son opposition à la ville industrielle : une famille responsable des choix faits collectivement et en acceptant les contraintes dès lors qu'elles permettent de sortir de l'assujettissement aux propriétaires du sol et aux aléas de leurs choix économiques.

18Dès 1904, le livre de Georges Benoît-Levy donne une interprétation amoindrie du projet initial de 1898 en autonomisant la forme au regard de la base sociale et en lui attribuant, ainsi, une fonction réformatrice autonome qu'elle ne possédait pas chez Howard. Dès lors, apparaît possible un militantisme de l'organisation indépendante des conditions de la participation aux responsabilités de la propriété. Quelques années plus tard, Henri Sellier met cette distinction en application dans le cadre de l'appropriation publique (et non coopérative) des offices publics, selon la loi française de 1912. On passe alors de la cité-jardin, base d'expression d'une structure de vie, à une cité-jardin symbole d'un mode de vie.

19Selon les formulations juridiques nationales, selon les choix initiaux des promoteurs et propagandistes, la confusion sur les choix idéologiques va être entretenue, coopération autonome ou socialisation contrôlée, retrouvant en cela un débat profond traversant tous les réformismes sociaux. Le problème est d'autant plus important que, s'il met en cause les objectifs, il entraîne le choix des moyens de la réalisation, c'est-à-dire les modes de constitution de la base économique nécessaire à la réalisation de toute cité-jardin : comment se trouve assurée l'accumulation initiale de capital, sachant que la communauté résidente concernée est incapable de l'assurer elle-même ? Et, dans cette affaire, l'idéalisme du travail du maître d'œuvre s'inscrit dans un procès de réalisation qui améliore les conditions de vie mais dépend de déterminants extérieurs.

20Tant qu'elle peut s'exercer, la philanthropie conduit à des modèles alternatifs empreints de paternalisme. La présence du fondateur-donateur s'exprime, plus ou moins dans l'architecture juridique retenue et, toujours, dans les modalités de sélection des attributaires des logements. Les maîtres d'œuvre, eux-mêmes, sont sollicités parce qu'ils adhèrent à la recherche de nouveaux rapports sociaux, très nuancés selon les cas. La lecture des propos qui précèdent montre que cela peut aller de la mise en œuvre de relations originales (pour les initiateurs) entre capital et travail à des innovations concernant le cadre de vie mais qui ne remettent pas en cause le rapport au système productif de l'entreprise qui a permis de dégager l'investissement. L'initiateur pèse donc fortement par sa personnalité ; isolé localement le plus généralement, c'est de lui que dépend la forme sociale retenue, la modelant par le double jeu de la commande spatiale et de la constitution primitive des habitants, mais la volonté d'innovation est toujours grande.

21Qu'elle soit initiale, ou qu'elle intervienne en suppléance d'une initiative philanthropique amoindrie par les vicissitudes économiques, l'intervention publique banalise immanquablement la forme "cité-jardin” en la privant de sa fonction alternative pour la ramener à son seul caractère d'expérimentation spatiale. L'introduction de financements publics, locaux voire nationaux, exige la constitution de structures gestionnaires qui déplacent la question sociale en l'éloignant de la relation avec l'entreprise. Au paternalisme patronal donnant l'esprit du lieu se substitue la présence municipale comme expression d'une volonté publique plus ou moins fortement adossée à celle de l'État. Alors, dans l'atmosphère politique des années vingt et trente, la référence à la cité-jardin s'inscrit comme une des variantes possibles de la question plus générale du logement ouvrier : ses détracteurs ne s'y trompent pas, qui lui reprochent une nette tendance à la "collectivisation" des modes de vie, soupçonnant les formes réalisées d'un trop grand encadrement par leurs vertus pédagogiques... et publiques.

22Un nouveau champ d'investigation se présente donc, considérant les formes de pouvoir et les effets d'organisation. Dans une lecture de sociologie politique, les textes fondateurs, les règlements et leurs amendement successifs constituent l'entrée dans un univers de la forme locale, sans omettre d'en considérer les incidences externes, les soutiens et réfutations. Considérée en tant que forme socio-spatiale, la "cité-jardin", surtout présentée comme modalité d'expression architecturale, ouvre aussi sur les tensions entre la création et l'utilisation, sur l'appropriation dans ses dépendances avec la propriété, quelles qu'en soient les formes.

LES MODALITÉS DE L'ÉVOLUTION

23La relation de pouvoir ne s'exprime que dans la durée, d'abord dans les conditions d'émergence de chaque projet, puis dans les formes concrètes de mise en place, la présentation de Milan et de Strasbourg l'exprime bien. Mais ceci n'est qu'introduction à un thème qui ne se trouve généralement qu'esquissé, la plupart du temps en forme conclusive, celui de la transformation historique. Pour les plus récentes, ces réalisations ont plus de cinquante ans, les plus anciennes ont près du siècle, qu'en est-il advenu ? Comment ont-elles évolué ? Dès lors qu'on les considère comme formes concrètes socio-spatiales, créées dans des systèmes décisionnels précis, il va de soi que s'arrêter à la forme d'un moment ne suffit pas et qu'une attention soutenue doit être portée à l'histoire des choses.

24Si les premiers occupants sont généralement connus, si leurs conditions initiales de vie sont assez bien évoquées, encore qu'avec des lacunes volontaires ou des présentations non dénuées de prévention (les réticences vis-à-vis de l'hygiénisme, voire de l'eugénisme), les modalités du vieillissement constituent un large champ pour les historiens et les sociologues, voire les architectes. Comment les premiers habitants se sont-ils accommodés de l'optimisme communautariste qui prévaut initialement toujours, qu'il soit franchement social ou plutôt spatial ? Comment, vieillissant s'en détachent-ils, en partant, ou en modifiant et amenuisant les règles initiales ? Plus essentiel encore est le problème du changement de génération, du renouvellement et de la transmission.

25Considérer cette succession de générations c'est toucher à l'histoire globale de ces opérations. C'est d'un premier point de vue, la question de la modification de la propriété et du statut d'occupation des habitations car les institutions initiales ont vieilli, et pas seulement du fait de la démographie ; l'environnement institutionnel s'est modifié, particulièrement après la Seconde Guerre mondiale, les charges d'amortissement à peu près éteintes, le domaine et ses formes d'appropriation s'inscrivant désormais dans des évolutions nationales très différenciées. Une autre entrée est fournie par l'évolution socio-professionnelle des occupants et, si bien des communications évoquent un "embourgeoisement" au fil des décennies, celui-ci demeure à caractériser avec précision car cela amènera à mieux cerner le rôle d'une forme de bâti organisée et finalisée sur la micro-société occupante. Selon quels rapports la respectabilité hygiéniste souhaitée par les initiateurs et la structure du bâti conçue par les architectes s'imbriquent-elles, se modulent-elles pour définir un attachement à une vie de proximité.

26De là, on passe logiquement à la question de l'insertion urbaine. Conçues en réaction à la ville “carbonifère" (selon L. Mumford) du xixe siècle, les cités-jardins furent implantées en périphérie, mais en ménageant des solutions de continuité avec l'habitat existant. Progressivement englobées dans l'extension inexorable de l'urbanisation, il reste à connaître comment cette absorption a été réalisée selon les cas : dans quelles limites l'originalité initiale a-t-elle été préservée ? Comment y-a-t-il eu fusion dans des unités spatiales plus larges, quartier ou sous-ensemble communal ? À cet égard, une étude des politiques locales s'imposera, afin de saisir la plus ou moins grande malléabilité de ces structures socio-spatiales face à l'homogénéisation urbaine par extension des équipements publics qui tend à réduire, puis à faire disparaître leur caractère moderniste initial. Finalement, il s'agira de saisir l'histoire de la banalisation d'utopies spatialement circonscrites et rejointes, sous des formes diverses, par les progrès qu'elles souhaitaient promouvoir tout en les enfermant dans leur exemplarité.

27Sur tout cela doit se faite le travail sur la mémoire, à la fois locale et générale, travail sur la constitution d’une patrimonialisation des opérations. Il y a tout d'abord la recherche sur les représentations de proximité, ainsi que sur les pratiques socio-spatiales qui les marquent ; elle fixera la plus ou moins grande persistance de l'effet d'exemplarité voulu dans les débuts. Cette histoire vécue des lieux, autonome, car elle se fixe sur les citations locales, sur le maintien, plus ou moins fidèle, des dénominations, ne saurait être isolée d'une approche plus générale sur les effets de référence ou d'occultation dans la production architecturale ou même dans la constitution de cette "architecture de papier" qui anime les revues et les ouvrages qui contribuent à conserver et à juger. Des ouvrages initiaux, bien connus, aux développements actuels, il y a des intermédiaires, divers selon les cadres nationaux, qui permettront de saisir les aléas de l'usage de tentatives ambitieuses, peu à peu banalisées, puis reconsidérées pour elles-mêmes avec le reflux des références strictement fonctionnalistes.

28À la différence de bien des références au passé des villes pour lesquelles la mémoire collective procède par "rétrodiction", c'est-à-dire qu'elle les utilise selon les résultats vrais ou imaginés qu'ils donnent aujourd'hui, la "Cité-Jardin" fonctionne, elle, sur le mode passé du récit d'un âge d'or bien révolu et dont on se soucie assez peu des effets actuels. C'est que le thème est suffisamment riche de possibilités interprétatives pour contenir en lui tout ce que l'on a pu s'imaginer de la diversité des interrogations qui se font jour, en Europe, à partir de l'industrialisation triomphante. Au-delà des pénétrantes enquêtes monographiques à base nationale, la variété des sens prêtés au mot, leur hiérarchisation différente peut être une source importante de travaux plus systématiques, c'est ce que cet ouvrage s'efforce d'annoncer.

29C'est que les interprétations historiques localisées du mouvement des cités-jardins procèdent d'un effet de décalage avec le discours abondant dont elles sont issues. Celui-ci peut être caractérisé comme une euphémisation politique car, optimiste, il suppose la capacité à s'entendre d'habitants installés dans un modeste art de vivre. La réalité réside plutôt dans une ornementation qui pare les rapports de production difficiles à changer des traits de la référence architecturale à un contre-modèle de la ville. Un tel écart conduit à bien des interrogations qui débordent largement des seules études des réalisations et permettent d'embrasser beaucoup plus, dans une riche convergence disciplinaire.

30Car ce n'est pas la moindre des confusions génératrices du mythe que d'entretenir l'imprécision sur la nature et la forme de la société souhaitée. Euphémisation de la vie, “cruelle équivoque" également, puisque les rapports sociaux paraissent pouvoir se modifier singulièrement par la conjonction d'une forme spatiale appuyée sur une propriété contrôlée et, cela, dans la tension entre le ruralisme d'un âge d'or précédant la ville et le modernisme d'un dépassement des difficultés contemporaines. Et finalement, l'ambiguïté ultime réside, affaire essentielle de perspective, dans le fait que le prodigieux succès de référence de la cité-jardin repose sur un caractère d'exemplarité qui est tellement limitatif qu'il ne se fonde que sur une exceptionnalité géographique.

31Peu nombreuses sont les cités-jardins de référence, même si les applications moins "pures", pourrait-on dire, existent et demeurent encore à être connues. Car, que situer en effet, si ce n'est la forme la plus explicite, celle qui traduit les débats d'une époque. Et ce serait une ultime direction, synthèse de tous les aspects évoqués, que d'établir comment, dans ses limites mêmes, la cité-jardin fait le lit du fonctionnalisme international dans la mesure où celui-ci peut proposer des solutions qui mettent au second plan la question sociale de la propriété et qui se veulent techniquement urbaines, sans retour sur une esthétisation ruraliste.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540