Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Deuxième partie. Variation d'échelle - diversités programmatiques

L’interprétation des idées sur les cités-jardins chez les acteurs de l'agglomération Bordelaise (1919-1935)

Bruno Fayolle Lussac, Marie-Cécile Riffault et Héléna Spanek

Texte intégral

  • 1 Ad Yvon, dans une série d'articles sur "l'Art moderne", dans la revue L'Architecture, 1909, p. 147
  • 2 Cf. L'art à Bordeaux, paru aux éditions Ferret en 1898, préfacé par Aurélien Scholl.

1La fondation de l'Association Française des Cités-Jardins en 1905 par Edmond Benoît-Lévy s'inscrit dans un mouvement étroitement lié non seulement à une réflexion sur l'organisation de l'espace, mais aussi sur l'organisation du temps de travail et du temps de repos ("l'aménagement de la vie"). Cette attitude participe aussi du mouvement de l'Art Social pour lequel l'art est au service du peuple, comme le définissait Georges Marx, en opposition délibérée avec l'art officiel ou un art intellectuel : « il se dédie libéralement à tous, sans distinction de rang ou de caste ; c'est l'art du foyer et de la cité-jardin, l'art du château et de l'école... »1. Ce mouvement trouvera un écho à Bordeaux, comme l'exprime par exemple le comte de Sarrau en 1898 : « L'art revivra, un art nouveau, original, puissant. L'architecture s'émancipera des servitudes de l'industrie, la peinture ne sera plus l'esclave d'un goût bourgeois et de la dépendance officielle. Cet art à venir sera l'art du peuple »2.

  • 3 La réalité ici s'éloigne de la définition proposée (en 1920), par la Fédération Internationale des (...)

2Sur le plan national, les premières cités-jardins apparaissent dès les premières années du xxe siècle, mais correspondent sur le terrain à des groupements de logements divers, généralement situés en périphérie ou dans les banlieues : cités ouvrières ou patronales, ensembles d’immeubles collectifs à différentes échelles3. En fait, dès la fin du xixe siècle, nous trouvons sur le terrain, des réalisations qui relèvent des mêmes doctrines, portées par des acteurs qui appartiennent aux groupes nationaux et internationaux, prenant position sur la question sociale, sur les cités-jardins. Dans un tel contexte, les attitudes des milieux locaux, apparaissent déterminantes pour le choix des projets et des réalisations d'habitat social.

3À Bordeaux, nous nous trouvons en effet en présence de trois projets de "cités-jardins" entre 1919 et 1935 : Cité-jardin de Moulerin à Bassens (1919) proposé par un architecte parisien à Jacques d'Welles (futur architecte de la ville de Bordeaux), cité-jardin de Bassens (1928-1935) par Robert Touzin, architecte conseil de l'office départemental des H.B.M. et projet de "cité-jardin logique" de Le Corbusier (1923-1924), qui ne sera réalisé qu'en partie.

4Les acteurs de ces projets nous semblent à ce titre représentatifs des débats et des conflits contemporains sur ce thème. Nous nous trouvons en effet en amont des architectes maîtres d'œuvre, face à des personnalités qui se sont formées avant la Première Guerre mondiale, en participant aux mouvements novateurs concernant la question sociale et de l'art social. Charles Cazalet (1858-1933), président de l'Office Public des H.B.M. de la Gironde dès sa création (1920), est l'une des figures marquantes de la vie politique et sociale, représentant un milieu, une doctrine, des réalisations. Fondateur en 1893 d'une société bordelaise des H.B.M., ami de Jules Simon, de Cheysson et de Picot. Henri Frugès (1879-1974), industriel "humaniste" et artiste (peintre), commanditaire du projet des Quartiers modernes Frugès, "la cité-jardin logique" de Pessac, et qui offre à Le Corbusier la seule occasion en France à l'époque de mettre en œuvre des éléments de "ses théories".

5L'histoire de ces trois projets, non réalisés (Bassens) ou non aboutis (Pessac), qu'il s'agisse de projets "institutionnels" (H.B.M.) ou de statut privé, est bien révélatrice des conflits de doctrines ou de groupes suscités par l'idée de cité-jardin, sensibles à l'influence d'un contexte politique et économique difficile de 1919 à 1933.

A. la situation et le développement de Bordeaux et de l'agglomération entre 1919 et 1935

  • 4 262 000 habitants (environ) à Bordeaux en 1911 et 258 000 en 1936. La population de l'agglomératio (...)
  • 5 Docteur E. Ginestous, Les taudis, les habitations à bon marché à Bordeaux, Bordeaux : 1933 ; Docte (...)

6De la fin du xixe siècle jusqu'à la fin de l'Entre-deux-guerres, la ville de la rive gauche ne subit pas le choc de l'industrialisation et ne pose pas de ce fait de graves problèmes sur le plan social (discours de Dreyfus en 1895 à Bordeaux). De 1911 à 1936, la population reste en effet stable, alors que, dans le même temps, l'agglomération se développe au dépens de la commune de Bordeaux4. Un certain nombre de problèmes urbains urgents, propres au site de la ville ancienne, rendent en effet les projets de transformation urbaine difficiles à résoudre (assainissement du site marécageux, tissu ancien serré et insalubre, d'où l'importance des taudis dans les quartiers centraux)5. La question du logement se pose surtout en termes d'hygiène, de lutte contre le taudis et non pas en termes de développement urbain.

  • 6 Bordeaux au xxe siècle, Histoire de Bordeaux,, VII, Bordeaux : 1972, p. 58-63.
  • 7 R. Blanchard, Revue de géographie Commerciale, 1914, p. 323, cité dans Bordeaux au xixe siècle, op (...)

7La ville et les communes périphériques, qui s'étendent au-delà des boulevards de ceinture du xixe siècle, disposent de beaucoup d'espaces libres. Dans la deuxième moitié du xixe siècle, des quartiers d'échoppes sont construits par des entrepreneurs, à l'intérieur du périmètre des boulevards de ceinture achevés en 1867 et au-delà, dans plusieurs communes essentiellement sur la rive gauche comme Pessac et Mérignac, pour ouvriers et employés. Pessac, l'une des plus vastes communes de l'agglomération, classée station climatique en 1920, constitue un axe privilégié d'extension de Bordeaux vers le bassin d'Arcachon. La ville comporte 6 691 habitants en 1921 et 13 000 en 1936. C'est en 1923 une des banlieues en pleine extension fondée sur de nombreux lotissements,6 avec tous les problèmes que cela pose à une commune rurale, notamment en ce qui concerne les réseaux (45 % de la surface lotie de l'agglomération entre Pessac et la commune voisine de Mérignac). Dans l'extrême majorité des cas, il s'agit de lotissements de maisons avec jardin, contribuant ainsi à renforcer l'image d'une banlieue étendue et calme "contrastant avec l'activité joyeuse du centre, avec le mouvement des quais et des faubourgs industriels"7.

8D'autre part, le site du port, à 100 km de l'embouchure de la Gironde, a déjà commencé sa mutation en développant ses activités vers l'aval (projets d'avant-ports : site du Verdon dès 1910, à l'embouchure, Grattequina en aval sur la rive gauche et sur la rive droite, dans le faubourg de la Bastide, mais surtout dans la commune de Bassens en aval). D'autre part, la création du port autonome en 1920 (loi du 12.6.1920) le rend notamment propriétaire de tous les terrains d'emprise portuaire et fait de lui un partenaire obligé pour la plupart des projets d'industrialisation et de transformation urbaine, notamment pour la rive droite.

9La montée en puissance du site portuaire de Bassens est à l'évidence à l'origine des projets de cités-jardins dès 1919. En effet, déjà à la veille de la Première Guerre mondiale, la rive droite connaît une grande prospérité liée au port, à la voie ferrée et aux industries de transformations. Ces activités, concentrées d'abord à la Bastide, sont attirées progressivement à Bassens où à cause des problèmes d'accessibilité du Port de la Lune (port traditionnel de Bordeaux) aux grands navires, on entreprend dès 1915 la construction de 650 m de quais. De nombreuses industries métallurgiques liées plus ou moins directement à l'armement s'y installent.

10En 1917, Bordeaux devient l'une des sept bases américaines en Europe et les seuls emplacements libres se trouvent à Bassens. Quatre camps provisoires le long de la voie ferrée assurent la construction de "New Bassens", c'est-à-dire du nouveau port qui fonctionne jusqu'en août 1918. Pendant la guerre, Bordeaux devient la base de ravitaillement de la nation et mais également de la Suisse, coupée de son accès à la Mer du Nord. À la fin des hostilités, l'appontement militaire de 1 250 m a été incorporé dans les installations du port et des projets grandioses ont vu le jour (par ex. celui de la "45° parallèle" consistant en la création d'une liaison ferroviaire avec l'est européen via la Suisse). Après la guerre, Bassens constitue le deuxième site portuaire de l’agglomération.

B. des maitres d'ouvrage locaux, acteurs représentatifs des débats contemporains : charles cazalet et henri fruges

  • 8 Cf. Bordeaux au xixe siècle, op. cit. Le mouvement intellectuel, p. 455-520.
  • 9 Owen est traduit en 1821 par Laffon de Ladebat, le créateur de la ferme expérimentale à Pessac-Mér (...)

11Il faut rappeler l'existence, à l'époque, d'associations fortes et nombreuses à Bordeaux, touchant toutes les classes de la société et dans de nombreux domaines. Par exemple, tous les problèmes concernant la société en tant que société civile, les relations entre classes sont étudiés et traités par une élite "éclairée", composée des membres de la Chambre de commerce, des notables du négoce, des professions libérales, de l'administration8. Sur le plan social, il faut aussi rappeler la tradition et l'influence d'un enseignement d'économie sociale et politique, marqué par l'influence d'Owen, Fourier, et Saint-Simon9, sans omettre l'importance de l'enseignement universitaire : les cours de la Faculté des lettres et notamment les cours de deux défenseurs des cités-jardins : Émile Durkheim, à la première chaire de science sociale et de pédagogie de France (1887 à 1902), et de Charles Gide.

  • 10 Battu en 1896 par le "pacte de Bordeaux" (union des socialistes, radicaux et royalistes).

12Charles Cazalet (1858-1933), appartient à la génération qui a vécu la défaite de 1870, puis a assuré la victoire de la République, aux côtés de Gambetta et représente à Bordeaux une doctrine, un milieu, des réalisations, notamment dans la mesure où il consacre sa vie à la question sociale, à l'urbanisation (plus qu'à son entreprise, selon ses proches). Il sera adjoint à la mairie de Bordeaux (1892-1896) avec Alfred Daney10.

  • 11 René Vrinat (1896-1986,) ami et ingénieur de Frugès à Pessac, ami également de Cazalet (entretien/ (...)
  • 12 Le pont inachevé sera inauguré, par deux Présidents de la République. C'est Vrinat qui liquidera l (...)

13Protestant, négociant en vins, il "a le tort d'avoir ses chais (son château) à la Bastide", selon Vrinat11, donc sur la rive droite, face aux Chartrons, le quartier traditionnel des négociants en vins sur la rive gauche, dans un canton ouvrier et socialiste. Il se bat pendant des dizaines d'années sur des projets d'axes de communication qui gênent les intérêts privés. C'est l'un des principaux promoteurs du pont à transbordeur de Bordeaux qui devait relier justement les Chartrons à la Bastide12, vers l'aval.

  • 13 Les habitants des cités H.B.M. comme ceux qui l'avaient connu se demandaient encore en 1972 où le (...)
  • 14 En 1884, il fonde une société de tir, en 1891 une crèche à la Bastide, en 1892 l'œuvre des bains-d (...)

14S'il dérange par une rigueur encombrante, non conformiste13, il rassemble sur la doctrine sociale qu'il défend (il est fortement influencé par Le Play) et sur ses réalisations14. Il participe aux grands débats internationaux portant notamment sur la question de l'économie sociale. La ville de Bordeaux est présente dans les grandes expositions universelles internationales depuis celle de Londres en 1851, où sont exposées des "cités", des maisons ouvrières, et participe aux congrès, débats, rencontres : Charles Cazalet est présent à l'exposition universelle de 1889, dans laquelle la Gironde montre ses œuvres et ses projets. À la suite de l'exposition, a lieu, sous la présidence de Jules Simon, la réunion fondatrice de la société nationale des H.B.M., (17/12/89 et 20/2/90) à laquelle participe Charles Cazalet. En 1900, il participe à l'Exposition Universelle en édifiant à l'annexe de Vincennes une maison-type, pour laquelle il obtient un grand prix.

  • 15 Parmi les prêteurs, se trouvent les Compagnies de chemin de fer d'Orléans (dont la gare a été cons (...)
  • 16 Cité par Jacques Lucas, architecte, dans son ouvrage : Étude sur les habitations à bon marché en F (...)
  • 17 Cité par Laborderie...

15Sur le plan local, Charles Cazalet a construit à la Bastide en 1893, une "petite cité ouvrière" pour ses ouvriers, près de ses chais, et la même année, il fonde avec quelques patrons bordelais la première société bordelaise d'H.B.M. (O.B.H.B.M.), d'initiative privée, patronnée par la Société Française d'H.B.M. Le premier groupe sera construit à la Bastide en 1894 le groupe "Jean Dollfus", inauguré en octobre par Jules Simon15. En 1895, le congrès national des H.B.M. se tiendra à Bordeaux. L'architecte Jacques Albert Touzin (1852-1917), nommé en 1894, architecte de l'O.B.H.B.M., a conçu ici un type d'échoppe avec un petit jardin16. Aux raisons morales de ce choix (une maison, une famille) s'ajoute comme plus tard la préférence pour de petites maisons des quartiers modernes Frugès, la prise en compte de la "prédilection reconnue des Bordelais pour l'échoppe"17. Par la suite seront rapidement réalisées les groupes Jules Simon (28 maisons) en 1897 à la Bastide, les groupes Jules Siegfried (15 maisons) en 1897, Georges Picot (13 maisons) en 1898, Émile Cheysson (7 maisons).

  • 18 "En face du socialisme qui donne tout à l’État, plantons hardiment le drapeau de l'initiative priv (...)
  • 19 "Le sentiment de la propriété individuelle s'affirme en lui, et il est prémuni par là, c'est un fa (...)

16À l'inauguration du groupe Dollfus en octobre 1894, sont présents tous ceux qui ont travaillé avec Charles Cazalet : Jules Siegfried, Georges Picot (Émile Cheysson s'est excusé), des membres de la société bordelaise représentant chacun une force économique ou morale, des "œuvres sociales" comme le Vice-président de la Chambre de Commerce (Faure), des députés et sénateurs (Trarieux), le président de la Société Philomatique... Les exemples cités en référence sont pris à l'échelle européenne : les cités du Havre (réalisée par Cheysson), de Paris-Auteuil (visitée par Cazalet avec Cheysson), Oullins, Mulhouse (Dornach) présentée comme "œuvre sociale et non patronale" et des réalisations autrichiennes, allemandes, anglaises et belges. Il est également question comme le souligne Picot de défendre par la presse, la parole, des conférences, la cause sociale et patriotique de l'habitation populaire, avec pour objectif de mêler les classes sociales de la ville et de mettre au point le rôle réciproque de l'initiative privée et de l'État18. La maison a une valeur moralisante et doit être attribuée à des ouvriers qualifiés, pour les aider à l'apprentissage de l'épargne, à la mise en ordre de leur vie19. Cheysson, Siegfried, Picot seront, comme on sait, parmi les fondateurs de l'Association Française des Cités-jardins.

  • 20 Sur les activités de l'Office départemental : Charles Cazalet, Cinquième Rapport Annuel de l'Offic (...)

17Charles Cazalet deviendra le premier président du nouvel Office Public des H.B.M. de la Gironde dès sa création en 1920, poste qu'il occupera jusqu'à sa mort en 1933. C'est à ce titre qu'il sera directement concerné par le seul véritable projet de cité-jardin à Bassens présenté par l'office en 1928, office qui restera peu productif en raison de trop faibles moyens de financement20.

  • 21 Guérin Jean et Bernard, Des hommes et des activités autour d'un demi-siècle, Bordeaux, B.E.B., 195 (...)
  • 22 Bordeaux et l'Aquitaine 1920-1940, Paris, Techniques et Architecture, 1988, p. 226-228.
  • 23 Pierre Ferret (1877-1949), fonde en 1928 l'école régionale d'architecture, après avoir été profess (...)

18Henri Frugès (1879-1974), un des plus riches industriels de Bordeaux en 1924, est le fils d'un industriel et négociant, Baronnet-Frugès, qui avait créé notamment une raffinerie moderne de sucre en 189521. Comme Cazalet, il n'appartient pas au négoce "noble" des Châteaux et des Chartrons, mais à celui de "l'épicerie". Il est connu pour son originalité, ses activités artistiques militantes. Il est en effet passionné d'art, de culture : grand amateur d'architecture, peintre, musicien (écrit des opéras), écrivain, partisan de l'Art Social, de l'Art Nouveau. Il fait construire et embellir, de 1913 à 1927, son hôtel particulier à Bordeaux dans le goût de l'art nouveau, pour rompre avec le style bordelais trop peu inventif, en vue de créer là "un petit musée des arts et techniques du début du xxe siècle"22. Cette réalisation à laquelle il participe activement, conduite par l'architecte Pierre Ferret23, était pour lui l'occasion de susciter la création d'une véritable "école de Bordeaux", une école d'art à l'image de celle de Nancy : il fait appel à des artistes de Bordeaux et de France, jugés représentatifs, pour réaliser la décoration de son hôtel.

  • 24 Taylor Brian Brace, Le Corbusier et Pessac 1914-1928, Paris : 1972, tome 1, p. 48.
  • 25 Le Corbusier, Œuvre Complète 1910-1929, Paris : Vincent-Fréal, 1964.
  • 26 Cf. note 22 ci-dessus.

19Le Corbusier a en face de lui, non seulement un industriel qui adhère à ses principes et peut financer "le laboratoire" de Pessac, l'expérimentation qui lui est indispensable, mais aussi un défenseur et praticien de l'art nouveau, avec toute sa dimension sociale, dont celle de la cité-jardin, qui remet en question les hiérarchies entre les arts. La lecture de "Vers une Architecture", permettra à Frugès de donner forme à ses idées "encore un peu confuses et hésitantes" de "logique et de progrès"24. C'est dans cet esprit que Frugès invite Le Corbusier à aller jusqu'au bout de l'expérience "révolutionnaire" de Pessac : « Je vous autorise à réaliser dans la pratique vos théories jusque dans leurs conséquences les plus extrêmes. Pessac doit être un laboratoire »25. En 1966, Henri Frugès, dans une lettre au maire de Pessac, se rappellera "de l'élan vers un idéal à la fois social et artistique" qui animait en 1924 son projet, et de tous les aléas de sa réalisation, des espoirs, des difficultés, des déceptions. C'est donc porté par cet idéal que naît à Pessac le projet d’une cité-jardin "logique", la seule que le porte-parole du mouvement moderne en France aura la possibilité de réaliser, ne serait-ce qu'en partie. Toutefois, les conceptions de Frugès et de Le Corbusier divergent au départ, sur plusieurs points. Frugès voulait offrir "au public, futur propriétaire, une villa à chaque famille, alors que Le Corbusier rêvait à des "gratte-ciels". Le refus du décor (de la modénature), même minimum, par Le Corbusier sera l'occasion d'une "correspondance serrée" : Frugès souhaitait que des éléments de décor agréable puisse plaire à l'extérieur aux futurs acquéreurs26. Les plans seront transformés après expérimentation et enquête (la maison du Tonkin et Lège).

  • 27 Cf. entretiens avec M.C. Riffault.

20Cette collaboration ne doit pas faire publier, ici, l'importance de René Vrinat (1896-1986), ingénieur formé à l’École des Arts et Métiers et à l'Institut des Sciences Politiques de Paris, aviateur durant la guerre de 1914-1918, qui va effectuer deux années d'études aux USA vers 1922-1924/25. Il travaille notamment à Detroit chez Ford. Il entre à la raffinerie de Frugès en 1925. Celui-ci lui confie la charge des chantiers de Lège et de Pessac. Il travaille aussi avec Charles Cazalet, dont il est très proche, défendra ses projets urbains. Il sera chargé par le maire de Bordeaux Adrien Marquet de liquider la société du pont transbordeur, à la mort de Cazalet27. Il ne sera pas du tout préoccupé par les critiques bordelaises durant le chantier : homme aux vues "planétaires", il aura une carrière internationale surtout après la Deuxième Guerre mondiale. Comme Cazalet et Frugès, les critiques bordelaises, et même les échecs, ne le détournent pas de l'action entreprise.

C. les positions de maitres d'oeuvre : projets de bassens et "cité-jardin logique" de pessac

Les projets de Bassens

  • 28 Guérin, op. cit., p. 699-700. Il réside à Bordeaux, lorsqu'il est en contact avec l'architecte par (...)
  • 29 Bordeaux et l'Aquitaine, op. cit., p. 101-115.

21Le toulousain Jacques Boistel d'Welles (1883-1970), ingénieur E.C P (1905), architecte D.P.L.G. depuis 1911, exerce d'abord à Toulouse, mais se trouve déjà installé à Bordeaux après sa démobilisation en février 191928. Ingénieur-architecte de la ville en 1921, puis architecte en chef de la ville en 1929 et président du comité des architectes-conseils de la ville de Bordeaux, c'est évidemment la personnalité marquante de l'urbanisme et de l'architecture bordelais, l'homme clé de la politique municipale agissant en étroite collaboration avec le maire de Bordeaux, Adrien Marquet, à partir de 1924 et jusqu'à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Outre plusieurs projets et réalisations marquantes d'équipements publics, c'est lui qui est chargé notamment du Plan Directeur d'Urbanisme et d'Équipement de Bordeaux, le "plan d'Welles", achevé en 1940 pour l'essentiel. Tous ces travaux s'inscrivent dans une vision politique soutenue entre autres par une large convergence de vues entre le maire et l'architecte-urbaniste : ils partagent tous deux la même vision d'un urbanisme "à large perspective sociale", s'exprimant dans un langage résolument moderne, mais profondément imprégné des valeurs du "classicisme" français dans la mouvance de l'école de Paris, comme le souligne le choix des architectes conseils de la ville de Bordeaux (Henri Expert, Jacques Debat-Ponson et Louis Madeline)29.

  • 30 La propriété de Moulerin appartenait à la famille Berr avant la guerre de 1914.

22Le projet de Moulerin (Bassens) en 1919, est vraisemblablement le premier projet connu de d'Welles pour l'agglomération bordelaise en réponse à une proposition d'une cité-jardin et d'une cité ouvrière du bord de la Garonne, émanant d'un architecte parisien, F. G. Santschi-Vodoz. Il s'agit d'une commande privée pour le compte de la Société Anonyme des Cités Ouvrières de Bassens30. La proposition de F. G. Santschi-Vodoz concerne en effet une "cité-jardin [qui] doit être la combinaison saine, naturelle, économique de la vie de ville et de la vie campagne", cité organisée selon un plan directeur comportant un "centre organique" et prévoyant "largement l'extension future". Ce centre organique comprenant "tous les bâtiments" fait l'objet de plusieurs propositions esquissées (plan carré, circulaire, ovale...) et cite en référence, la cité-jardin d'Epinay (1911-1912) et la cité Pic-Pic à Genève. L'autonomie de cette nouvelle cité est légitimée aussi par le fait du sous-équipement de la commune de Bassens. Sur le plan social ce projet a pour finalités : "amélioration du rendement du travail, suppression des grèves, relèvement du niveau moral". C'est dans cette intention que les industriels, "en économistes avisés”, doivent "se grouper pour la fondation de société anonymes de construction de logements économiques". Il faut enfin resituer cette proposition dans le contexte de la loi du 14 mars 1919 sur les lotissements, prévoyant le dépôt préalable d'un projet d'aménagement soumis à l'approbation de l'administration. Sur le plan local, le mois de mars 1919 est marqué par un conflit aigu entre le personnel du port et la Chambre de Commerce. Le 4 avril est annoncée la formation d'un groupement "les patrons sociaux" ("pour le progrès économique et la paix sociale"). Le 12 avril commence une grève générale qui durera jusqu'au 30 juin : (dockers de Bassens, 3 000 ouvriers du bâtiment, 6 000 métallos).

Plan de la cité ouvrière au Moulerin à Bassens. Jacques d'Welles, 1919. Archives Municipales de Bordeaux, 9015 M1.

  • 31 Archives Municipales de Bordeaux, série M, 9015 - M.1.

23La réponse de d'Welles, intitulé de façon significative "projet de quartier de cité ouvrière", précise que la capacité de logement est d'environ 350 logements (plus 250 célibataires et employés de la cité), si l'on adopte comme base de travail, les principes de progrès moderne" exposés par son correspondant et souhaite que l'on sacrifie ces principes "pour augmenter cette capacité". Pour lui, il s'agit bien « de bâtir sur le terrain du Moulerin un "arrondissement", un "quartier" de la grande cité industrielle projetée ». Un quartier autonome, mais qui doit "se souder harmonieusement et commodément à l'ensemble plus vaste d'une ville complète". Il ne s'agit plus de réaliser une cité-jardin, mais de transformer Bassens en ville industrielle, liée aux grands équipements portuaires et industriels récents ou en voie de réalisation. D'Welles prend position dans ce débat en citant en référence "la cité ouvrière d'Alfred Hof à Essen" et "les cités ouvrières anglaises de Lenhworth (sic) et de Bournville", à propos de la densité des logements31.

  • 32 Cités Galliéni, Loucheur et Carreire, cité Latule, cité Paul Boncour (la Bastide). La cité Paul Bo (...)

24Cette prise de position apparaît caractéristique de la pensée de d'Welles sur les sujet ; ce que confirment par la suite ses prises de positions, à l'occasion des principales opérations de cités ouvrières qu'il réalise pour le compte de l'Office Municipal des H.B.M., créé en 1920. Il n'est jamais question, dans ces dossiers, de cité-jardin, mais de cités ouvrières32, toujours conçues comme des éléments d'un tissu urbain à densifier et, selon l'échelle du programme, de quartiers de ville bénéficiant des équipements nécessaires, donc comme une réponse à des contraintes foncières et économiques.

  • 33 Guérin, p. 672. Formé à l'École Nationale des Beaux-Arts, dans l'atelier de Victor Laloux, il est (...)
  • 34 Charles Cazalet, Cinquième Rapport Annuel de l'Office Public, op. cit., p. 6. À Sainte Germaine, l (...)

25Si nous connaissons moins la position de Robert Touzin (1883), lui-même fils d'un architecte bordelais, Jacques Albert Touzin (1852-1917), architecte de l'O.B.H.B.M. en 1894, et maître d'œuvre dans ce cadre, de sept groupes de maisons à Bordeaux et dans les environs, Jacques Albert Touzin recevra les palmes académiques pour le groupe le plus caractéristique (Groupe Jules-Simon à la Benauge)33. Robert Touzin deviendra l'architecte conseil de l'Office Public des H.B.M. de la Gironde dès 1920 et l'auteur, à ce titre, de plusieurs projets de lotissements ou de cités ouvrières, comme à Cazaux et à Hourtin en Gironde. Il signera au moins deux projets de cités-jardins : un petit lotissement privé d'au moins 21 maisons avec jardin de Sainte-Germaine à Bruges, dans la banlieue bordelaise, pour le personnel des imprimeries Chapon et Gounouilhou (1922-1930) : il s'agit d'une cité-jardin "évolutive", une "cité-jardin... qui servira d'exemple non seulement aux philantropes, mais à tous ceux de nos concitoyens appartenant à la classe moyenne, qui nourrissent, légitimement le désir de devenir petits propriétaires ruraux"34.

  • 35 Lettre du président de l'Office Départemental, 29 avril 1929 : Archives Départementales de la Giro (...)
  • 36 Archives Départementales de la Gironde, série 3 X-182.

26Mais c'est bien plus le projet de la grande cité-jardin de Bassens "composée de maisons individuelles à bon marché avec jardin, dont quelques-unes avec boutiques et de divers bâtiments à usage commun"35, situé à proximité des installations portuaires, qui nous intéresse ici. Ce projet présenté en 1928, modifié à plusieurs reprises de 1929 à 1931, ne sera finalement pas réalisé, par suite du refus de subvention, de la part du Comité Permanent de Conseil Supérieur des H.B.M. en avril 1935. Il n'est sans doute pas innocent de constater en 1928-1929, les interprétations divergentes entre l'Office Départemental des H.B.M. et l'administration préfectorale ou départementale concernant la dénomination (la qualification) de l'opération : la cité-jardin du courrier de l'Office devient, pour ses interlocuteurs, "une vaste cité ouvrière" avec "des maisons salubres avec grand jardin" ou "une vaste cité-ouvrière avec jardins"36.

  • 37 Lettres de monsieur Lévêque, directeur du Port Autonome au président de l'O.P.H.B.M. départemental (...)
  • 38 Lettres du 19 et 25/8/1930 : Archives Départementales de la Gironde, série 3 X 182.

27L'objet, du point de vue du Port Autonome de Bordeaux en 1928 est la “construction d'H.B.M. sur le terrain de l'ancienne poudrerie désaffectée de Bassens, de manière à fournir aux dockers, grutiers et employés divers du port, les logements qui sont nécessaires pour obtenir la stabilité de la main-d'œuvre à Bassens", avec un programme pour 300 ménages dans une première tranche susceptible d'atteindre 1 000 ménages à terme. Cette demande intervient alors que la reconstruction totale des appontements de Bassens aval et amont vient d'être achevée et se situe dans le cadre des dispositions jugées avantageuses de la nouvelle loi du 13 juin 1928. Le projet vise "à transformer cette agglomération (Bassens) en une cité-satellite de Bordeaux, dans le sens où on l'entend actuellement dans les environs de Paris"37. Monsieur Loucheur, ministre du logement, visitera du reste le site en 1929, avant ou après s'être rendu aux Quartiers Modernes Frugès, et conseillera de réaliser le projet en trois phases. Le maire de Bassens se montrera très favorable à cette opération en 1930, devant l'impossibilité de sa commune à pouvoir prendre en charge le développement trop brutal et les demandes nombreuses de logements38.

Schéma de la cité-jardin au Moulerin à Bassens. F.G. Santschi-Vodoz, 1919. Archives Municipales de Bordeaux, 9015 M1.

28Le premier projet de lotissement de la cité-jardin de Bassens est annexé à la décision du conseil d'administration de l'O.P.H.B.M. du 12 mars 1929 : sur un terrain de 23 hectares, 350 maisons isolées ou jumelées et un bâtiment de 60 chambres pour ouvriers célibataires, sans oublier les services d'intérêt général. Un deuxième projet de lotissement du 30 août 1929, conserve seulement l'emprise des services d'intérêt général, notamment en raison du coût du colmatage du site, demandé par la commission sanitaire du département. Une troisième, puis une quatrième version (30 août 1930 et 3 septembre 1931) ne concernent plus qu'une première phase du projet à réaliser, en raison des difficultés financières de l'office. En 1935, suite au refus de subvention décidé par le comité permanent du conseil supérieur des H.B.M. à Paris, le projet sera définitivement abandonné.

Les Quartiers Modernes Frugès : "Cité-jardin logique”

  • 39 Ce premier plan date du 24 juillet 1924.
  • 40 Grech Eleanor, The Dom-ino Idea, Oppositions, no 15-16, 198., (p. 61-85) p. 84, note 74 : lettre d (...)
  • 41 Comme l'avait remarqué Brian Brace Taylor (op. cit., t. I, p. 31) le plan-masse de Pessac, par la (...)

29Le projet initial des Quartiers Modernes de 1924 pour 150 maisons environ est l'occasion pour Le Corbusier de préciser ses positions sur l'idée de cité-jardin.39 Lui-même avait pris connaissance des réalisations européennes dans la matière dès 1910, par exemple à l'occasion de sa visite à l'exposition sur l'urbanisme de Berlin, où il note les nouveaux tracés "radicalement opposés à ceux américains", dont "l'Angleterre avec ses cités-jardins (Hampstead et Bournville et Port Sunlight, toutes déjà connues)"40. Lui-même présentera un projet de cité-jardin aux Crétets à La Chaux-de-Fonds en 1914, sur le modèle d'une petite cité au plan radio-concentrique, comportant des maisons de style régionaliste41.

  • 42 "Le logis (4 millions de logis pour la France) représente la masse fondamentale de la construction (...)

30Sur le principe même du projet des Quartiers Modernes, la question de la cité-jardin, dans les années vingt, apparaît très secondaire à Le Corbusier, dans le contexte de son combat révolutionnaire pour la conception du logis de la société moderne : la maison bon marché constituant un champ d'application remarquable, à ses yeux, car remettant en question entre 1920 et 1928 tous les domaines de la vie sociale et les modes de production de l'architecture42. En effet, à Pessac, la maison bon marché fait entrer l'architecture dans un domaine qui, à l'époque, n'est pas le sien. Le Corbusier pose ici un problème défini et résolu depuis le xixe siècle par les milieux puissants et organisés de l’économie sociale et politique. Il pose et résout ce problème en "architecte". Il touche par là aux ordres établis, met en question les institutions et leur cloisonnement (avec la complicité active d'Henri Frugès), les hiérarchies, les relations entre "spécialités et professions".

  • 43 Le Corbusier parle lui-même de Pessac comme d'un "village" (interview d'avril 1927, dans La Constr (...)

31D'autre part, le projet des Quartiers Modernes est pour le Corbusier l'occasion de réaliser ses propositions pour répondre à la loi Loucheur-Bonnemay, déposée à la chambre des députés en 1921 et qui prévoit la construction en 10 ans de plus de 500 000 logements salubres et économiques (elle ne sera votée qu'en 1928). L'enjeu essentiel pour Le Corbusier et Frugès, c'est la révolution de l'industrialisation de la maison à bon marché : Frugès espérait pouvoir, à partir de cette expérience, construire d'autres lotissements à l'échelle nationale. Ils seront, l'un et l'autre, confrontés cependant à l'image du quartier moderne, tel qu'il est prévu initialement, avec sa place et ses équipements (commerces, fronton), en raison notamment de l'importance de la végétation dans le projet (plantations des voies, haies, choix des plantes au pied des maisons, terrasses fleuries). La publicité donnée au projet imposera, un peu malgré eux, l'image d'une cité-jardin, ou d'un village, comme l'écrira par exemple Gropius qui viendra visiter le chantier en 192543.

  • 44 Interview d'avril 1927, dans La Construction Moderne.

32Face à cette qualification — peu moderne — des Quartiers Modernes comme "cité-jardin", Le Corbusier réagit en insistant sur le caractère "révolutionnaire" du projet de Pessac : Pessac est un "laboratoire", le "banc d'essai des techniques". Il oppose Pessac "cité-jardin logique" à "la cité-jardin sentimentale". Une cité construite sur des principes nouveaux "avec les méthodes de la standardisation... de la taylorisation".44 À la même époque, dans Urbanisme (1925) la solution de la cité-jardin est évoquée de façon très critique par Le Corbusier : "Lorsqu'on fait une cité-jardin, c'est pour faire un poème bucolique : la balconnet, la voûtelette, le grand toit, "mon toit", des cigognes sur la cheminée, le chaume, par grand malheur est interdit, mais la tuile patinée y supplée".

  • 45 Ce sont les ouvriers italiens et l'ingénieur du pavillon qui construisent aussi Pessac. Le ministr (...)
  • 46 Par exemple, dans Les Trois Établissements Humains (1944), la cité linéaire industrielle est envis (...)
  • 47 Almanach d'architecture moderne, 1926, p. 148.

33Il propose, à propos des immeubles-villas, la formule de "lotissement d'alvéoles pour cités-jardins", avec référence à Pessac. Le Corbusier a tenté en effet dans son projet, mais sans succès, de réaliser des éléments des immeubles-villas publiés depuis 1922, dans lesquels "chaque appartement est, en réalité une petite maison avec jardin, située à n'importe quelle hauteur au-dessus de la chaussée". Le pavillon de l'Esprit Nouveau, à l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs correspondait, on le sait, à un élément isolé de l'immeuble-villa prévu en façade du programme de Pessac alors en chantier45. L'immeuble-villa constitue la première étape de l'idée de "cité-jardin verticale"46 : "Cette cellule d'immeuble-villa... devait arriver à l'aube dans un jardin de banlieue où elle eut démontré que ses organes de machine à habiter étaient parfaitement aptes à satisfaire l'existence en cités-jardins. Cités-jardins, immeubles-villas, les deux pôles de l'urbanisation d'une grande ville".47

  • 48 Urbanisme, p. 193.
  • 49 Urbanisme, p. 202.
  • 50 Architecture d'Aujourd'hui, no 10, 1933.
  • 51 Cité par Henri Perruchot dans son ouvrage sur Le Corbusier, paru en 1958 : Les villes tentaculaire (...)

34Pour Le Corbusier, le plan de Pessac pose d'autre part la question du lotissement orthogonal urbain et suburbain : "Les lotissements urbains et suburbains seront vastes et orthogonaux et non plus désespérément biscornus ; ils permettront l'emploi de l'élément de série et l'industrialisation des chambres"48. "Un village bien loti et construit en série donnerait une impression de calcul, d'ordre, de propreté, imposant fatalement la discipline aux habitants..."49. En 1933, il écrira en réaction contre les banlieues : "L'Allemagne s'équipe sous quelle forme ? La conception d'autrefois dirige... les cités-jardins, cette cruelle équivoque, permettent de gouverner, permettent de maintenir immobile et inerte la masse intense des travailleurs. Pourtant à tout cela, on donne une attitude moderne, car les intentions sont louables..."50. De même, il insistera plus tard, dans La Maison des Hommes (1942) sur "l'illusion des cités-jardins". En 1950, dans "L'Unité d'Habitation de Marseille", il soulignera ce caractère d'obsolescence de la cité-jardin, trop éloignée des centres de travail (temps de transports quotidiens) et mangeuse de terres : "dispersion, dissémination, gaspillage... l'immense gaspillage des temps modernes"51.

35Le chantier est conduit avec la plus grande publicité et bénéficie du soutien officiel en 1926 du ministre des Travaux Publics de Monzie, qui inaugure, le 13 juin, les 6 premières maisons en présence d'un nombre important de personnalités de la presse régionale et nationale : "C'est une bonne et belle leçon que donne le pays du Bordelais. On pouvait craindre qu'il ne fût pas trop disposé à renouveller la grande technique, à bouleverser la vie sociale car il y a ici des accoutumances, on dirait un espèce de snobisme de la conservation vestimentaire, intellectuelle et sociale qui s'oppose à certaines audaces".

  • 52 Entretien R. Vrinat/M.C. Riffault : la raffinerie sera rachetée par Béghin-Say.

36Le projet initial n'a pu, comme on le sait, être réalisé, puisque seulement 51 maisons furent achevées en 1931, en raison de nombreuses difficultés d'ordre technique, administratif et financier. En 1928, Frugès hérite de la raffinerie au moment où celle-ci connaît de graves difficultés financières. La liquidation judiciaire en 1930 provoque l'arrêt brutal et définitif du chantier au moment même où les techniques de construction étaient maîtrisées52. Ces difficultés financières empêchèrent Henri Frugès d'opérer les travaux de viabilisation et d'hygiène réclamés par l'administration. Finalement, l'échec personnel qu'il subit dans son entreprise et dans son projet de Quartiers Modernes a été localement perçu, proclamé, non comme une série d'accidents mais comme un échec logique, et le projet comme une erreur dans sa nature même, comme une erreur "morale", les maisons ayant été acquises sans qu'il y ait eu "épargne", effort personnel d'éducation de la part de l'acquéreur.

  • 53 Revue Philomatique de Bordeaux, 1926, p. 61.
  • 54 Archives privées (Pierre Mathieu, Bordeaux). En 1926, d'Welles avait déjà vivement réagi par écrit (...)

37Sur le plan local, la prise de position de Le Corbusier n'allait pas sans rencontrer de féroces oppositions notamment de la part de l'administration de la ville (les règles de lotissements, par exemple, n'étant pas respectées). Les difficultés et les erreurs techniques du chantier permettront à la critique d'ironiser sur le "rigolarium" de Frugès. Ce ne sera pas seulement une bourgeoisie conservatrice qui critique et combat ce projet, mais aussi les milieux intellectuels, les artistes et les architectes. Pessac est bien ressenti comme le projet révolutionnaire, qu'il se proclame ouvertement. C'est bien ce que comprend l'auteur d'un article sur " la disparition des architectures régionales", qui écrit en 1926 : "Certains, en apparence moins dangereux, mais tout aussi malfaisants au fond, bâtissent au contraire, mais suivant un style qu'on pourrait dire cosmopolite, tant il est constitué comme eux-mêmes, d'éléments hétéroclites et antifrançais"53. Jacques d'Welles, dans un pamphlet daté de 1952 intitulé "Corbusiana", démontre à quel point ce projet est resté finalement étranger à la culture locale : "Je suis allé revoir... ces cubes bleu lessive, jaune sale, marron foncé, blanc souillé...malgré la grimace de ces machines à habiter, lamentablement démodées, échouées comme des Dion-Bouton dans un parc à ferraille, que les grâces printanières des amandiers et des pêchers en fleurs sur le fond vert de bronze des pins, leurs bouquets roses et blancs, endiamantés par les giboulées, rendaient touchante et parée cette ruine précoce. Revanche aussi et pardon de la nature !"54

D - les projets comme idéologies imagées

38Le projet de la cité-jardin de Bassens de d'Welles montre qu'il concevait une ville composée de différents quartiers hiérarchisés. Le projet prévoit un centre organique de services propres à la cité qui devraient se souder harmonieusement à l'ensemble plus vaste d'une ville, entourée de jardins familiaux, fermes-modèles, etc. et un ensemble de maisons individuelles et collectives, prévus pour 10 000 personnes (1 776 ménages), bien que le terrain disponible pour la première tranche ne correspondît qu'à un quart de l'ensemble prévu. Par rapport aux cités réalisées à Bordeaux ou dans sa banlieue à l'époque, il s'agit ici d'un projet d'une ambition et d'une ampleur jamais atteinte dans le Sud-Ouest. Les deux autres cités étudiées ICI n'ont aucune commune mesure avec ce projet et peuvent seulement démontrer des rapports difficiles entre les projets, plus ou moins utopiques, et les possibilités locales de réalisation : le projet de Touzin en 1929 est prévu pour 410 logements, dont 60 chambres dans un grand bâtiment pour loger des ouvriers célibataires, organisés en relation avec un centre organique ; les Quartiers Modernes de Pessac n'étaient conçus que pour 150 maisons.

39Les schémas d'organisation de cité-jardin de Bassens proposés à d'Welles par Santschi-Vodoz s'inspirent directement de l'organisation radiante de cités-jardins anglaises initiales. Ils créent un centre organique de la cité, ils regroupent des bâtiments d'intérêt général, autour duquel sont disposés des secteurs d'habitations par îlots dont l'esthétique, voulue pittoresque, découle de la variété des volumes, de leur orientation et des surfaces. Le projet de d'Welles pour Bassens respecte ce principe pittoresque pour les maisons, situées sur le haut du terrain et accessibles par des rues sinueuses, tout en gardant une composition orthogonale et solennelle pour le centre. Il propose la création d'une grande place centrale accessible par une grande avenue axiale. Il atteindra l'aspect "jardin" que la cité devra présenter par les arbres de ses rues, les plantations des parcelles, la grande diversité des maisons et des groupement de maisons.

40Le parti de Touzin n'est pas différent pour l'essentiel. La grande place centrale ovalaire, où aboutissent les six voies principales de la cité, est bordée des principaux équipements publics (écoles, crèche-dispensaire, bâtiments des douches, terrains de sports et de jeux, salles de réunions). La composition urbaine de la cité-jardin se réfère ainsi aux attributs obligés : elle est si possible monumentale dans son unité et pittoresque à la plus petite échelle.

41À Pessac, le terrain est acheté en mai 1924 : il borde la route nationale et le tramway électrique qui conduisait jusqu'au sanatorium de Pessac devait s'arrêter aux Quartiers Modernes. Mais ce terrain, aux formes irrégulières et contraignantes dont a disposé Le Corbusier pour composer les Quartiers Modernes Frugès n'a pu être mis en relation avec le tissu urbain environnant, lâche et désordonné à l'époque. La rue en boucle en cul-de-sac fait le tour d'une composition "moderne" : orthogonale si possible avec des variations en hauteur et les décrochements verticaux des volumes avec un recul variable de la rue permettant de créer des transparences dans les îlots. Un groupement "égalitaire" sans aucune dominante, formé uniquement de barres à deux niveaux et de "gratte-ciels" jumelés.

42Bien que destinée à des catégories sociales essentiellement modestes ou moyennes, la cité-jardin de Moulerin prévoit une hiérarchisation sociale très prononcée par une spatialisation bien définie. Le projet distingue la cité-jardin proprement dite, la cité haute destinée à des travailleurs sédentaires et leurs familles, des contremaîtres aux ouvriers, et la cité basse, cité ouvrière, affectée aux ouvriers du pays, coloniaux et espagnols. Les parcelles seront groupées par catégories, séparées par des voies plus larges et des jardins afin d'éviter toute promiscuité. Chaque catégorie aura, suivant le revenu, une maison détachée ou groupée, d'un certain confort et disposera d'un terrain privatif d'étendue adéquate, allant d'un simple au triple. Le même principe et les mêmes quotas sont adoptés par d'Welles qui place par exemple les logements des ouvriers près de la grande route, les employés et les contremaîtres dans les parties hautes, étagées de manière pittoresque et disposés sur des voies courbes pour rompre la monotonie de rues droites.

43Sur le principe, la cité de Touzin n'est pas différente, mais moins complexe en raison même du programme. La densité globale des cités-jardins, telle qu'elle est citée par d'Welles en 1919, renvoie aux principes de progrès moderne et aux exemples allemands de 25 logements par hectare. À Moulerin, le coefficient d'occupation de sol était directement liée à la catégorie sociale des occupants et à la configuration du bâti (maisons isolées, jumelées, en bande). Nous sommes en présence d'une vision ordonnée de la société, dans laquelle le projet doit aider à la stabilisation, à l'éducation et à l'intégration des milieux ouvriers.

  • 55 "L'heure du repos. Les 8 heures. Peut-être même les 6 heures un jour. Des esprits pessimistes et a (...)

44À Pessac, malgré une composition urbaine différente, il faut souligner le caractère "simplificateur" du parti urbanistique. La densité moyenne y est assez forte (la surface des terrains y est plus réduit par rapport aux projets de Bassens) et régulièrement répartie comme dans des autres quartiers d'échoppes plus anciens. À Pessac, le rapport entre la surface du terrain et la surface bâtie ne semble pas avoir fait l'objet d'une réflexion particulière : les parcelles identiques accueillent des volumes allant du simple au triple (les gratte-ciels). C'est l'expérimentation technique des types qui prime (standardisation et taylorisation), en harmonie avec la conception du logis et l'organisation ménagère. La question de la hiérarchie sociale n'existe pratiquement pas dans la conception des Quartiers Modernes. Il s'agit là de l'application d'une philosophie, d'une foi, d'une vision de l'homme moderne, pour lesquelles la maison, comme l'urbanisme, libère du temps ("le temps libre"), pour pouvoir "se recréer" et s'épanouir55. Le Corbusier et Frugès s'opposent ainsi à la vision "éducative" de la cité-jardin des notables et maîtres d'œuvre bordelais.

45D'Welles, comme Touzin, propose pour Bassens une construction habituelle, la plus économique du pays. La référence à la tradition locale devient explicite dans les réalisations des cités H.B.M. de deux offices publics. La typologie est répétitive, la construction la plus économique et d'inspiration traditionnelle. On peut se demander si elle est réellement locale ou réductrice pour satisfaire le goût supposé des usagers ? Les maisons sont rigoureusement individuelles avec des murs porteurs en maçonnerie, des toits couverts de tuiles, fenêtres verticales, volumétrie simple sans décrochements ou ornementation. Le traitement architectural est sobre et les cités étaient identifiables par les détails extérieurs discrets spécifiques, mais utilitaires (par ex. numéros de maisons, clôtures). Il assure aux habitants un bon confort pour l'époque (chauffage central individuel à bois, salle d'eau).

46Il n'en est pas, bien sûr, de même chez Le Corbusier. Son architecture moderne tranche avec celle de son environnement : toits plats, terrasses, polychromie, garages, fenêtres bandeau... mais le confort intérieur des habitations est cependant très comparable à celui des autres cités. La construction est voulue comme "révolutionnaire" dès l'origine : "C'est une question de bâtiment qui est la clé de l'équilibre rompu aujourd'hui : architecture ou révolution". Ainsi, les maisons "sont en même temps uniformes" (standards) et différentes (types) pour constituer la cité. L'air, la lumière, le soleil, sont les matériaux de l'architecture, les matériaux de la vie. L'air, les arbres, les jardins constituent des "prolongements du logis".

E - conclusion

  • 56 Max Dormoy, La loi du 19 juillet 1924 sur l'extension des villes et les lotissements, Sud-Ouest Éc (...)

47Nous nous trouvons donc en présence à Bordeaux d'acteurs parfaitement au courant des débats internationaux en cours et des expériences réalisées, notamment dans ce champ stratégique à l'époque de l'habitat ouvrier et du développement de la banlieue : la cité-jardin, inspirée d'Howard, étant considérée comme l'un des “outils "du progrès social, c'est ce que souligne à Bordeaux, l'ancien député de Paris, Max Dormoy, rapporteur de la loi sur les lotissements du 19 juillet 1924. À propos d'une "extension ordonnée" de la population du centre vers la banlieue, Max Dormoy constate qu'il est difficile d'affirmer "que l'avenir lointain des villes est certainement la cité-jardin, mais souhaite, en citant Ebenezer Howard, le grand théoricien en même temps que le réalisateur de la cité-jardin anglaise, que très vite les campagnes se fassent villes et les villes un peu campagne", rappelant ainsi "le berceau naturel de l'homme, la terre et ses ombrages, le ciel et son air pur et frais"56.

48Sur le plan local, le terme cité-jardin n'est, dans ce contexte, repérable que pour des projets non réalisés et ne correspond à une exception mineure près (la cité-jardin inachevée de Sainte-Germaine à Bruges), à aucune réalisation d'envergure dans l'agglomération bordelaise. Est-ce la tradition de l'échoppe et des nombreux lotissements qui font que dans la ville relativement verte et entourée de campagnes, nul besoin de ce concept ne s'est formé ? L'appellation cité-jardin apparaît ici "venue d'ailleurs" en 1919, à propos d'un grand projet d'une "Cité ouvrière modèle", située à Moulerin (Bassens), dans la banlieue industrielle, mais pour ce projet, la proposition de Jacques d'Welles, n'utilise pas cette formule et parle uniquement d'une cité ouvrière, d'un quartier ou d'un arrondissement de la grande cité industrielle. Par contre, c'est bien d'une "cité-jardin" qu'il s'agit dans le cas du projet de cité patronale de Robert Touzin, toujours à Bassens en 1929. L'attitude plus complexe de Le Corbusier par rapport à ce terme et à la réalité qu'il recouvre, traduit vraisemblablement un refus violent de voir sa conception révolutionnaire trahie, ou même seulement interprétée comme un résidu passéiste de sa vision moderne de l'urbanisme et de l'architecture.

  • 57 La Construction Moderne, 1911 : 5 nov., p. 63-34 ; 19 nov., p. 88 ; 3 déc., p. 110-111.

49D'ailleurs, l'usage "flou" de ce terme paraît révélateur, à l'échelle locale, du débat national sur le bon usage de "cité-jardin" pour définir un programme, notamment d'habitat ouvrier, comme l'illustrait par exemple la polémique concernant le titre de cité-jardin à propos d'un immeuble avec jardins, boulevard Davoust à Paris, dans les colonnes de la revue La Construction Moderne, fin 1911, entre Georges Benoît-Lévy et Stapathi. Pour ce dernier, il faut résoudre cette question "suivant notre tempérament, nos traditions nationales et les lois de l'économie : comprenons que l'utopie anglaise n'est pas adaptée aux problèmes français, notamment aux problèmes de la densification inéluctable des banlieues des grandes villes industrialisées, mieux adaptés à recevoir des groupes avec jardins centraux, constituant un embellissement magnifique, que d'utopiques cités-jardins, pouvant couvrir l'espace d'un département".57 Cette attitude correspond bien au "réalisme local" de d'Welles. Celui-ci intervient comme l'un des acteurs de référence, dans une ville de négoce internationale qui a besoin de paix sociale. Une ville qui colonise sa région : le négoce s'implante aussi hors de la ville, de même que la population, principalement sous la forme des lotissements privés, d'où l’importance du développement "spontané" des banlieues. Constatons que sur le plan local, la cité-jardin n'a pas, dans ce contexte, constitué l'une des réponses pertinentes au problème de l'habitat, et au-delà de l'urbanisme, et que l'expérience révolutionnaire inaboutie des Quartiers Modernes restera, jusqu'à ces dernières années, perçue comme un corps étranger, dans la ville même de Pessac.

Notes

1 Ad Yvon, dans une série d'articles sur "l'Art moderne", dans la revue L'Architecture, 1909, p. 147.

2 Cf. L'art à Bordeaux, paru aux éditions Ferret en 1898, préfacé par Aurélien Scholl.

3 La réalité ici s'éloigne de la définition proposée (en 1920), par la Fédération Internationale des Cités-Jardins, fondée en 1913 : "La cité-jardin est destinée aux habitations et aux industries salubres et est de dimensions qui permettent le plein développement de la vie sociale, mais ne les dépasse pas. Elle est entourée d'une bande de terres agricoles, tous les terrains sont propriété publique".

4 262 000 habitants (environ) à Bordeaux en 1911 et 258 000 en 1936. La population de l'agglomération passe de 338 000 habitants en 1911 à 391 000 en 1936. Cf. Bordeaux au xixe siècle, Histoire de Bordeaux, VI, Bordeaux : 1969, p. 416-421.

5 Docteur E. Ginestous, Les taudis, les habitations à bon marché à Bordeaux, Bordeaux : 1933 ; Docteur Bouchon, Logements insalubres ouvriers à Bordeaux, thèse de médecine, Bordeaux : 1928, Stolpner, Taudis et crise du logement, Bordeaux : 1928.

6 Bordeaux au xxe siècle, Histoire de Bordeaux,, VII, Bordeaux : 1972, p. 58-63.

7 R. Blanchard, Revue de géographie Commerciale, 1914, p. 323, cité dans Bordeaux au xixe siècle, op. cit., p. 394.

8 Cf. Bordeaux au xixe siècle, op. cit. Le mouvement intellectuel, p. 455-520.

9 Owen est traduit en 1821 par Laffon de Ladebat, le créateur de la ferme expérimentale à Pessac-Mérignac, la même année.

10 Battu en 1896 par le "pacte de Bordeaux" (union des socialistes, radicaux et royalistes).

11 René Vrinat (1896-1986,) ami et ingénieur de Frugès à Pessac, ami également de Cazalet (entretien/M.C. Riffault). C'est lui que Frugès chargera de la liquidation de Pessac et de ses intérêts dans la vente des terrains.

12 Le pont inachevé sera inauguré, par deux Présidents de la République. C'est Vrinat qui liquidera la Société du Pont à Transbordeur en 1933, à la demande d'Adrien Marquet, maire de Bordeaux.

13 Les habitants des cités H.B.M. comme ceux qui l'avaient connu se demandaient encore en 1972 où le situer politiquement.

14 En 1884, il fonde une société de tir, en 1891 une crèche à la Bastide, en 1892 l'œuvre des bains-douches, en 1893 la Société des H.B.M. de Bordeaux (Voir le Rapport de Charles Cazalet sur la Société Bordelaise des habitations à bon marché, Bordeaux, 1894). Il participe à la fondation de la société des jardins ouvriers à Bordeaux (cf. Charles Cazalet, Jardins ouvriers à Bordeaux, assistance par le travail de la terre, rapport de 1904). En 1895, il devient président des sociétés gymnastiques de France. Il présidera en 1905 le comité pour l'érection d'une statue à Gambetta à Bordeaux., Le sénateur, ancien ministre, Paul Strauss rappellera en 1925 dans le Sud-Ouest Économique que "toutes les villes de France n'ont pas eu, comme à Bordeaux, un animateur aussi ardent que M. Charles Cazalet".

15 Parmi les prêteurs, se trouvent les Compagnies de chemin de fer d'Orléans (dont la gare a été construite tout près à la Bastide en 1852) et du Midi, mais avec le refus de la Caisse d'Épargne de Bordeaux.

16 Cité par Jacques Lucas, architecte, dans son ouvrage : Étude sur les habitations à bon marché en France et à l'étranger, 1899.

17 Cité par Laborderie...

18 "En face du socialisme qui donne tout à l’État, plantons hardiment le drapeau de l'initiative privée" (Georges Picot).

19 "Le sentiment de la propriété individuelle s'affirme en lui, et il est prémuni par là, c'est un fait d'expérience, contre l'invasion des doctrines subversives de l'ordre social qui trouve tant de crédit auprès des indigents" (Georges Picot). Voir aussi l'article de Georges Risler dans le Sud-Ouest Économique du 25 mai 1925, sur "La Loi Ribot (1912) et les sociétés de crédit immobilier", p. 452-455.

20 Sur les activités de l'Office départemental : Charles Cazalet, Cinquième Rapport Annuel de l'Office Public d'Habitations à Bon Marché du département de la Gironde, année 1925, Bordeaux, 1926 ; Gabrielle Lechner, L'architecture et la commande publique : exemple de la Gironde (1919-1960), Rapport de recherche, Ministère de la Culture, de la Communication et des grands Travaux (s.d.), p. 28-29 ; L'habitation à bon marché dans la Gironde, Le Matin, 17 octobre 1929.

21 Guérin Jean et Bernard, Des hommes et des activités autour d'un demi-siècle, Bordeaux, B.E.B., 1957, p. 306. Le père d’Henri Frugès, Pierre-Edmond Baronnet, était le collaborateur d'Henri Frugès (1833-1905) raffineur et co-fondateur de la raffinerie de sucre moderne. En 1905, Baronnet hérite de Frugès, et léguera à sa mort, en 1928, la raffinerie à son propre fils Henri Baronnet Frugès.

22 Bordeaux et l'Aquitaine 1920-1940, Paris, Techniques et Architecture, 1988, p. 226-228.

23 Pierre Ferret (1877-1949), fonde en 1928 l'école régionale d'architecture, après avoir été professeur à l'école municipale des Beaux-Arts depuis 1906. Il participera notamment à l'exposition internationale des Arts décoratifs en 1925 (aménagement de la tour des vins de Bordeaux), cf. Bordeaux et l'Aquitaine, p. 274.

24 Taylor Brian Brace, Le Corbusier et Pessac 1914-1928, Paris : 1972, tome 1, p. 48.

25 Le Corbusier, Œuvre Complète 1910-1929, Paris : Vincent-Fréal, 1964.

26 Cf. note 22 ci-dessus.

27 Cf. entretiens avec M.C. Riffault.

28 Guérin, op. cit., p. 699-700. Il réside à Bordeaux, lorsqu'il est en contact avec l'architecte parisien, pour le projet de cité-jardin de Moulerin à Bassens (lettre du 1er avril 1919).

29 Bordeaux et l'Aquitaine, op. cit., p. 101-115.

30 La propriété de Moulerin appartenait à la famille Berr avant la guerre de 1914.

31 Archives Municipales de Bordeaux, série M, 9015 - M.1.

32 Cités Galliéni, Loucheur et Carreire, cité Latule, cité Paul Boncour (la Bastide). La cité Paul Boncour n'est mentionnée qu'une fois comme cité-jardin, dans une lettre de d'Welles en 1928 : ce projet de la Cité des gazomètres, conçu pour 113 logements destinés aux familles ouvrières est également pensé en relation avec un nouveau plan de voirie établi en relation avec l'arrivée du pont transbordeur à la Bastide (Archives Municipales de Bordeaux, série M, 9010 - M.1).

33 Guérin, p. 672. Formé à l'École Nationale des Beaux-Arts, dans l'atelier de Victor Laloux, il est architecte D.P.L.G. en 1910. C'est un des architectes de Bordeaux qui cumule les responsabilités et postes officiels.

34 Charles Cazalet, Cinquième Rapport Annuel de l'Office Public, op. cit., p. 6. À Sainte Germaine, la famille Gounouilhou donne le terrain, mais l'office H.B.M. assure la responsabilité de l'opération. Monsieur Gounouilhou, président de la presse régionale républicaine française, participait avec Charles Cazalet aux expositions universelles.

35 Lettre du président de l'Office Départemental, 29 avril 1929 : Archives Départementales de la Gironde, série 3 X-182.

36 Archives Départementales de la Gironde, série 3 X-182.

37 Lettres de monsieur Lévêque, directeur du Port Autonome au président de l'O.P.H.B.M. départemental (17/10/1928, 15/11/1928) : Archives Départementales de la Gironde, série 3 X-182.

38 Lettres du 19 et 25/8/1930 : Archives Départementales de la Gironde, série 3 X 182.

39 Ce premier plan date du 24 juillet 1924.

40 Grech Eleanor, The Dom-ino Idea, Oppositions, no 15-16, 198., (p. 61-85) p. 84, note 74 : lettre de Jeanneret à Ritter du 27 juin 1910.

41 Comme l'avait remarqué Brian Brace Taylor (op. cit., t. I, p. 31) le plan-masse de Pessac, par la variété des combinaisons des maisons était "d'ordre pictural, comparable en cela aux plans-masse du faubourg de Hampstead Garden qui avait influencé les lotissements DOM-INO et sa cité-jardin de La Chaux-de-Fonds".

42 "Le logis (4 millions de logis pour la France) représente la masse fondamentale de la construction, donc de l'économie nationale. Le logis, c'est le temple de la famille... il est permis d'y vouer toute sa ferveur, toutes les ferveurs" (Les plans de Paris, 1922).

43 Le Corbusier parle lui-même de Pessac comme d'un "village" (interview d'avril 1927, dans La Construction Moderne). La presse cite également le projet comme celui de "cité-satellite" (La Vie à la Campagne, 15 août 1930). Gropius admire cette "colonie d'habitation", qu'il visite en compagnie de René Vrinat pendant deux jours (entretien R. Vrinat/M.C. Riffault).

44 Interview d'avril 1927, dans La Construction Moderne.

45 Ce sont les ouvriers italiens et l'ingénieur du pavillon qui construisent aussi Pessac. Le ministre de Monzie visitera le pavillon et le chantier de Pessac l'année suivante.

46 Par exemple, dans Les Trois Établissements Humains (1944), la cité linéaire industrielle est envisagée selon un double schéma : "Le logis familial sous forme de maisonnettes dispersées en cité-jardin horizontale... le logis familial sous forme de maisonnettes rassemblées et superposées en une unité bâtie d'un bloc, sorte de cité-jardin verticale" (p. 196).

47 Almanach d'architecture moderne, 1926, p. 148.

48 Urbanisme, p. 193.

49 Urbanisme, p. 202.

50 Architecture d'Aujourd'hui, no 10, 1933.

51 Cité par Henri Perruchot dans son ouvrage sur Le Corbusier, paru en 1958 : Les villes tentaculaires banlieues et cités-jardins, p. 27-32.

52 Entretien R. Vrinat/M.C. Riffault : la raffinerie sera rachetée par Béghin-Say.

53 Revue Philomatique de Bordeaux, 1926, p. 61.

54 Archives privées (Pierre Mathieu, Bordeaux). En 1926, d'Welles avait déjà vivement réagi par écrit au discours de de Monzie.

55 "L'heure du repos. Les 8 heures. Peut-être même les 6 heures un jour. Des esprits pessimistes et angoissés se disent : le gouffre est devant nous. Que faire de ces heures libres, de ces heures vides ? Les remplir. Il tombe sous le sens que c'est ici un problème d'architecture : le logis ; d'urbanisme : l'organisation des quartiers de résidence, la machine à souffler..." (Urbanisme).

56 Max Dormoy, La loi du 19 juillet 1924 sur l'extension des villes et les lotissements, Sud-Ouest Économique, 23 mai 1925 (no spécial : La maison moderne), p. 465-467.

57 La Construction Moderne, 1911 : 5 nov., p. 63-34 ; 19 nov., p. 88 ; 3 déc., p. 110-111.

Table des illustrations

Légende Plan de la cité ouvrière au Moulerin à Bassens. Jacques d'Welles, 1919. Archives Municipales de Bordeaux, 9015 M1.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15417/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Schéma de la cité-jardin au Moulerin à Bassens. F.G. Santschi-Vodoz, 1919. Archives Municipales de Bordeaux, 9015 M1.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15417/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540