Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Deuxième partie. Variation d'échelle - diversités programmatiques

Les "cités-jardins" de l'O.P.H.B.M. de la ville de Toulouse

Paulette Girard et Pierre Weidknnet

Texte intégral

1La réalisation des cités-jardins à Toulouse est tardive, elles présentent des conceptions d'ensemble sommaires ; elles ont été marginales dans les objectifs de la municipalité toulousaine qui les fit édifier ; peut-être tout simplement, les cités-jardins ne correspondaient-elles pas tout à fait à la réalité socio-économique locale.

2Ainsi, loin des modèles théoriques et des réalisations emblématiques, les cités-jardins toulousaines illustrent en négatif, la cohérence et l'association fondamentale de ce type urbanistique avec un projet social et urbain alternatif dans une situation de crise, de mutation sociale et urbaine.

  • 1 Voir Th. Mandoul, "Architecture domestique" in "Toulouse 1920-1940, la ville et ses architectes", (...)

3Neuf cités reçurent à Toulouse l'appellation de "Cité-Jardins", les neufs réalisées par l'O.P.H.B.M. de la ville de Toulouse, sous l'impulsion de la municipalité socialiste SFIO élue en 1925. Mise à part la première tranche de la "Cité du Nord", elles sont réalisées tardivement, à partir de 1928, grâce aux financements mis en place par la loi Loucheur. Il s'agit de petites unités d'une quarantaine1 de logements regroupés en une vingtaine de constructions, dont les équipements se réduisent à quelques commerces, lavoirs et étendoirs.

4Seule la Cité du Nord, avec ses 155 logements, ses bains douches et son école maternelle atteint une échelle plus significative. Localisées au hasard des opportunités foncières, elles ne structurent pas la périphérie pavillonnaire dont elles sont contemporaines.

5Il paraît ici nécessaire, avant d'analyser les conditions qui peuvent expliquer le faible impact du mouvement des cités-jardins à Toulouse, de rappeler les caractères qui fondent, au-delà de la diversité des productions qui se réfèrent à elles ou s'en réclament, la cohérence du mouvement des cités-jardins voire du type urbanistique ainsi nommé.

Plan de la Cité du Nord, par Jean Montariol. Architecte de la Ville, 1928.

6Au delà de leurs différences parfois profondes, l'ensemble de ces réalisations possède des caractéristiques communes qui les distinguent, s'inscrivant dans les mutations liées à la seconde révolution industrielle de la fin du xixe siècle :

  • développement de la grande industrie de masse en périphérie urbaine ;
  • essor des transports en commun permettant un étalement pavillonnaire des agglomérations ;
  • émergences de couches moyennes urbaines qui jouent un rôle politique et social de plus en plus grand ;
  • amélioration des conditions de vie et du statut social des couches ouvrières.

7Les cités-jardins correspondent à un projet social de type réformiste ; elles sont le creuset, voire le laboratoire, dans une perspective d'un développement social harmonieux, consensuel planifié, et moderniste.

8Elles se distinguent donc par là de la cité ouvrière, espace de contrôle et d'isolement d'une population ouvrière.

  • 2 "C’est la ville tentaculaire, la pieuvre ardente... vers de Paul Verhaeren, évoqué par Cornudet en (...)

9Bien que de manière différente selon les promoteurs, elles sont conçues en outre comme des éléments privilégiés d'une politique de structuration ou de maîtrise d'une croissance urbaine tentaculaire2 et désordonnée.

  • 3 Cf. in Le débat, no 80, mai 1994, F. Loyer, "Paris ville décor".

10Au-delà, elles apparaissent comme l'outil idéal d'une volonté de concilier ville et campagne ; en opposition à l'urbanisation de la société moderne. Au plan urbanistique, d'ailleurs, le rôle primordial des limites, de l'identité, du corps social, du travail morphologique (voir le Beffroi de Chatenay-Malabry, le marquage des limites et des entrées à Suresnes, la répartition des types d'habitat et d'ilôt,...) participent d'une vision de la ville cohérente et limitée, en opposition à la banlieue conçue comme une non-ville3.

11Le poids de la référence à Howard, parfois mythifié, la volonté d'affiner l'analyse des différences entre le modèle et ses adaptations, ne devraient pas occulter cette cohérence unissant, au delà des disparités, des cités-jardins produites dans le cadre d'un projet urbain et social, réformiste, moderniste comme alternatif à une situation historique.

12Le faible développement des cités-jardins toulousaines paraît dans cette perspective correspondre au décalage de développement économique social de la ville.

  • 4 En réalité une cité ouvrière fut, semble-t-il, édifiée dont ne subsistent que le tracé d’un petit (...)

13À l'aube du xxe siècle, Toulouse, jadis prospère sous l'Ancien Régime, est engourdie depuis plus d'un siècle. Centre d’une région agricole, elle ne dispose pour ainsi dire d'aucun tissu industriel. Une bourgeoisie moyenne de boutiquiers et de professions libérales, mais peu de patronat industriel, une population ouvrière réduite et dispersée dans de petits ateliers, très proche de ses origines rurales ; Toulouse est restée un "grand village", une ville ancienne de densité moyenne entourée de quelques faubourgs peu haussmannisés, désormais cité ouvrière4.

14Ici, ni crise du logement dramatique, ni marée de lotissements, ni ceinture industrielle : il n'existe pas de rejet d'une métropole tentaculaire et trop dense, il n'y a pas de banlieue à restructurer.

  • 5 Cf. P. Girard, "La politique urbaine 1918-1940" et voir Th. Mandoul "Architecture domestique" in " (...)

15L'industrialisation de Toulouse pendant la guerre de 14-18, (pour des raisons stratégiques) est le fait d'une initiative étatique. La population de la ville est après 1918 en augmentation constante et il se développe une crise du logement d'avantage liée à la hausse des loyers qu'à la pénurie. C'est pour y répondre que, tardivement, la ville se dote d'un O.P.H.B.M. en 1921 (qui ne sera réellement opérationnel qu'en 1925). L'objectif de l'O.P.H.B.M. est simple : réaliser des logements sociaux au moindre coût et au plus près du centre ville5.

16Selon E. Berlia adjoint au maire et président de l'O.P.H.B.M., la Cité-Jardin est une solution onéreuse au problème du logement populaire, et pour cela il lui préférera l'habitat collectif sur parcelle réduite. Tandis que pour Howard comme pour Benoît-Lévy il s'agissait d'abord d'apporter une réponse à une crise urbaine, sociale et morale, il s'agit à Toulouse de produire au moindre coût des logements. Le travail de Jean Montariol, architecte de l'office et de la ville, s'inscrit tout à fait dans ce contexte. De sa formation ENSBA et de ses séjours dans la capitale il intègre dans la conception des façades des HBM Toulousains une influence des HBM et immeubles parisiens. De même il adopte pour les pavillons des cités-jardins une image "parisianiste" de bon aloi.

Maison de la Cité Nord de Jean Monariol, 1928.

17Mais il ne s'inscrit pas dans une dynamique collective à long terme de réflexion sur l'habitat, de même que celle qui fut à la base de la production des logements sociaux parisiens. Par exemple, il recourt systématiquement à la salle commune-coin cuisine (commandant l'accès aux chambres dans les maisons des Cités-jardins), en conformité avec les modèles philanthropiques du xixe siècle, qui faisaient de ce dispositif à référence rurale, le centre moral de la vie de famille ; cette solution sera écartée (sauf dans le type d'adaptation sociale très marginal "Henri Becque") par l'office parisien.

18Cet "archaïsme" des cellules de Montariol par rapport à la production parisienne du moment ne peut-il pas être mis sur le compte d'une ruralité toulousaine encore très inscrite dans les modes de vie locaux.

19La composition des cités de Montariol, reste sommaire et classique, limitée pour l'essentiel à des jeux d'assemblage de maisons de base. Au delà des contraintes du programme (il n'y a à Toulouse ni collectif, ni équipement structurant dans les Cités-jardins, les cités sont souvent de petite taille) nous sommes ici loin de la sophistication de la répartition des types, volumes et population de certaines cités de la région parisienne (implantation des maisons pour famille nombreuse à Stain ou Drancy par exemple...).

20De même on ne trouve ni hiérarchisation marquée des voies, ni venelle piétonne, ni close... Le plan des cités-jardins toulousaines de Montariol est au fond un plan de lotissement banal.

21Au demeurant, si la Cité-Jardin paraît n'avoir pas constitué un modèle adapté à la situation locale de l'Entre-deux-guerres, il n'en fut pas de même pour l'habitat pavillonnaire qui se développe dans l'agglomération à partir des années vingt. Correspondant à la fois à une forte ruralité de la population et à une valorisation sociale, la maison individuelle va peu à peu submerger la périphérie toulousaine. Ces cités sont relativement proches du centre ville et les familles souvent modestes qui y habitent y sont très attachées. Le sentiment d'appartenance à une collectivité avec ses solidarités y est très fort en même temps que celui d'être propriétaire bien qu'en locatif : en témoignent les nombreuses marques d'appropriation du logement comme du jardin, la stabilité des populations (souvent âgées aujourd'hui), et ce en dépit de l'étroitesse et du manque de confort aux normes actuelles des logements, de la quasi-absence d'entretien pendant des décennies par l'office, la transmission de la maison d'une génération à l'autre à l'intérieur de la même famille.

22Il est difficile d'attribuer la faiblesse de l’influence des mouvements des Cités-jardins à Toulouse à une ignorance du modèle. Le P.A.E.E. de Toulouse fut confié en effet à la gloire architecturale locale Léon Jaussely, traducteur et préfacier en 1923 de l'ouvrage d'Unwin Town Planning in Practice.

23Les Cités-jardins sont dans le P.A.E.E. de Toulouse un instrument idéal pour structurer une périphérie en voie de constitution.

24Mais les idée de Jaussely visent à anticiper une croissance urbaine désordonnée et les cités-jardins ne peuvent paraître essentielles pour une société locale et des élus qui répondent aux problèmes auxquels ils sont confrontés. Le développement de Cités-jardins importantes à Toulouse aurait demandé soit une volonté d'anticipation exceptionnelle, soit n'aurait été qu'une référence formelle à un type à la mode et extérieur.

Plan pour le prolongement des Allées Jean-Jaurés. Ville de Toulouse, 1935, d'après le plan de Léon Jaussely de 1927.

Léon Jaussely et les cités-jardins

25Dans son avant-propos à l'édition de 1922 de l'ouvrage de Raymond Unwin Town Planning in Practice, Léon Jaussely présente l'invention des cités-jardins comme le fruit de nouvelles nécessités fonctionnalistes et le besoin de répondre à la demande d'une amélioration des conditions de vie. Alors qu'aujourd'hui les cités-jardins sont présentées comme une alternative au courant international qui s'est développé après la Seconde Guerre mondiale, elles se sont inscrites dans une logique générale de modélisation, l'ouvrage d'Howard en témoigne. Pour ce qui est de Toulouse, comme nous l'avons vu, les cités-jardins se sont peu développées alors que l'architecte-urbaniste qui effectue le P.A.E.E est Léon Jaussely — par ailleurs architecte de postes et de plusieurs édifices toulousains, — dont on connaît l'intérêt pour l'œuvre d'Unwin et Howard. Mais sa position vis-à-vis du modèle est suffisamment explicite dès 1922 pour situer le débat tel qu'il est abordé par Jaussely et plus généralement par les différents acteurs français qui se préoccupent de solutions nouvelles pour le développement des villes et pour la mise en place d'une politique de logement social : "ce n'est nullement une critique que de dire qu'il s'agit, dans la cité-jardin et le faubourg-jardin, d'une formule spécialement anglaise ;...nous concevons davantage les bienfaits à retirer de cette formule nouvelle d'urbanisme en appliquant à des groupements nouveaux, petits ou grands, rattachés à des centres urbains existants, et aussi aux plans d'extension des villes par le moyen de la réglementation concernant les constructions, la technique de la cité-jardin dans la mesure du possible". La position de Jaussely est claire : "nous appelons, nous, en France, de ce même nom, tout groupement, même peu important, de maisons ouvrières ou à bon marché, pourvues de jardins particuliers suffisants et le plus souvent insuffisants, sans que le groupement puisse avoir par lui-même une vie autonome".

26Cette définition, sûrement, rend compte d'une idée largement partagée et fera autorité.

27Ainsi dans son travail sur la ville de Toulouse, Leon Jaussely appliquera ses idées essentiellement au travers du projet d'extension des Allées Jean Jaurès, dont le projet est contemporain de l'élaboration du P.A.E.E. Contrairement au Plan de la ville de Paris qu'il élabore avec Expert, il ne mentionne pas de cités-jardins dans le plan d'extension de la ville de Toulouse ; il ne les exclut pas non plus, puisqu'il prévoit une zone de maisons familiales pour la zone d'extension de la ville inscrite dans le P.A.E.E. Mais seul le plan du nouveau quartier de Marengo-Jolimont est composé en partie de cités-jardins, ce de façon très explicite dans les deux versions du plan d'ensemble du quartier, la première signée de Léon Jaussely, la seconde postérieure à sa mort, présentée par la S.I.T.E.E.V. dans un document destiné à la municipalité. À analyser ce plan, il s'agit d'une composition urbaine dont l'axe principal est le prolongement des allées Jean-Jaurès marqué par une série d'immeubles à redans ; au delà de la place publique en fin des allées, et d'un vaste terrain destiné à accueillir la foire de Toulouse, s'étendent les nouveaux quartiers d'habitation nommés cités-jardins. Ainsi ces cités, comme Léon Jaussely l'avait défini, participent à organiser l'extension de la ville ; elles ne possèdent aucun caractère autonome, le dessin suggère des places publiques autour desquelles se dessine le parcellaire des maisons, marquant une volonté de ne pas réduire ces cités à de simples lotissements. Ceci est exemplaire de ce que les cités-jardins ont signifié pour la plupart des acteurs français, architectes et politiques. Il n'est pas inintéressant de savoir que dans le cas précis du plan d'extension de la S.I.T.E.E.V, les cités-jardins seront dessinées par Charles Le Maresquier et perdront tout caractère social. L'intervention de Léon Jaussely, préfacier de la première édition française du livre de R. Unwin, sur la ville de Toulouse n'aura pas eu grande importance au regard de la question des cités-jardins ; le fait majeur du développement de la ville durant l'Entre-deux guerres a été le lotissement de pavillons ou villas comme forme privilégiée d'extension urbaine ; cette vision proudhonienne de l'habitat inaugure l'ère du citoyen-propriétaire dans laquelle la place des cités-jardins ne peut être que marginale.

Notes

1 Voir Th. Mandoul, "Architecture domestique" in "Toulouse 1920-1940, la ville et ses architectes", Toulouse : Ombres, 1991.

2 "C’est la ville tentaculaire, la pieuvre ardente... vers de Paul Verhaeren, évoqué par Cornudet en 1913, cité par J.-P. Gaudin in "Banlieues en plan", Urbanisme, no 206, mars 1985.

3 Cf. in Le débat, no 80, mai 1994, F. Loyer, "Paris ville décor".

4 En réalité une cité ouvrière fut, semble-t-il, édifiée dont ne subsistent que le tracé d’un petit quartier, une inscription sur le monument aux morts, quelques allusions dans des comptes rendus du conseil municipal de Toulouse et une lettre en archives.

5 Cf. P. Girard, "La politique urbaine 1918-1940" et voir Th. Mandoul "Architecture domestique" in "Toulouse 1920-1940, la ville et ses architectes", Toulouse : Ombres, 1991.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende Maison de la Cité Nord de Jean Monariol, 1928.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15414/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Plan pour le prolongement des Allées Jean-Jaurés. Ville de Toulouse, 1935, d'après le plan de Léon Jaussely de 1927.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15414/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 261k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540