Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Deuxième partie. Variation d'échelle - diversités programmatiques

Cités-jardins en Italie

Constanza Roggero

Texte intégral

1La cité-jardin de Milanino, aménagée en 1909 dans l'actuelle région de Cusano Milanese, une petite commune située dans la ceinture Nord de la ville de Milan, est considérée comme pratiquement le seul exemple en Italie en référence aux théories d'Howard.

2Pier Luigi Giordani, l'un des quelques auteurs qui analysent la question de la cité-jardin en Italie, insiste dans son œuvre (L'idea della città-giardino, Bologna, 1972) sur la faiblesse de l'expérience italienne, en soulignant surtout que Howard n'a pas trouvé droit de cité en Italie, sinon dans de très superficielles références formelles présentes dans les plans de reconstruction d'après la Deuxième Guerre mondiale.

3Il faut souligner que le débat critique sur cette question est lié, dans la plupart des cas, à l'interprétation et à la discussion des caractères de la planification urbaine contemporaine, hors d'une lecture correctement posée sur le plan de l'histoire.

4Les idées de Howard paraissent sûrement des utopies si on les rapporte, par exemple, aux expériences romaines de l'architecture du néoréalisme, observation qui renvoie aux pages animées de Carlo Doglio (articles dans la revue La voce en 1953, ensuite publiés sous le titre La Città giardino, Roma, 1985).

5Au-delà des informations de caractère général qu'on pouvait tirer des textes de l'histoire de l'urbanisme (Leonardo Benevolo, Storia dell'architettura moderna, Bari, 1965 e riedizione 1992 ; Paolo Sica, L'Ottocento, Bari, 1977), il n'existait pas jusqu'à présent de bibliographie critique sur cet argument. Paraît donc fondamentale la publication récente d'une étude de Maurizio Boriani et Susanna Bortolotto, Origini e sviluppo di una città giardino. L'esperienza del "Milanino", éditée par la Commune de Cusano Milanese en 1991 à Milan. Absolument complète du point de vue des documents d'archives, l'analyse conduite par les auteurs arrive à démontrer, en suivant les différents parcours d'histoires parallèles, les raisons de l'originalité de la seule cité-jardin italienne véritablement inspirée par Howard.

6Une expérience qui se pose dans le contexte socio-politique et économique de l'Italie à la fin du xixe siècle, et qui doit être mise en corrélation avec la question plus générale des habitations à loyer modéré dans la ville industrielle de ce temps-là.

Pourquoi Milan ?

7Pour comprendre du point de vue de l'histoire de l'architecture les raisons qui sont à la base de l'unicité, et donc de l'importance de cette réalisation, il faut réfléchir brièvement à la situation politique et économique de l'Italie dans les années qui suivirent l'Unité de l'État, décidée en 1861, et aux problèmes liés au processus qui a suivi l'unification nationale.

8Le nouveau gouvernement politique du pays, initialement soutenu par la droite historique libérale et après par la gauche liée au socialisme libéral, a été obligé de s'occuper, en premier lieu, de la difficile et complexe question de l'unification physique du pays.

9Dans la seconde moitié du xixe siècle, a été réalisé un système d'infrastructures de transport et de télécommunication homogène pour dépasser les limites des aires régionales et leurs différentes disparités. Le réseau du chemin de fer en 1885 reliait toutes les principales villes de la péninsule avec ses 8 713 km de lignes. Ainsi en 1881 commença la diffusion du réseau téléphonique.

10Mais la formation de ce que l'on peut considérer, ou que nous appelons les "prerequisiti dello sviluppo" du secteur commercial au niveau national ne coïncida pas avec la croissance économique et surtout avec la modernisation de l'appareil industriel. On parle donc pour l'Italie, jusqu'en 1880, de ralentissement du développement, en ce qui concerne le secteur industriel, et le secteur agraire.

11C'est seulement dans les dix premières années du xxe siècle, que la production industrielle marqua un fort accroissement, phénomène que les historiens de l'économie italienne définissent comme "decollo industriale", une définition du démarrage qui évoque le "décollage" d'un avion.

12Les activités industrielles de pointe étaient celles de la métallurgie (d'un indice 75 en 1896 à 169 en 1910), de la mécanique (indice de 62 à 276), et de la chimie (de 49 à 281).

13Si la production industrielle à cette époque apparaissait donc quintuplée, la localisation des activités n'était pas homogène sur le territoire national. D'une façon extrêmement synthétique, on pourrait dire que dans l'Italie du Nord s'établirent les activités des nouvelles industries en expansion ; au centre les manufactures traditionnelles (les fabriques de papier et de la faïence) ; le développement industriel dans le Sud de l'Italie fut presque inexistant.

I. LA QUESTION DES HABITATIONS À LOYER MODÉRÉ À MILAN ENTRE LE XIXe ET LE XXe SIÈCLE

14À la fin du xixe siècle, la ville de Milan confirmait d'une façon définitive sa vocation de centre industriel de première importance dans l'Italie du Nord.

15En brossant un tableau schématique de la situation de l'économie urbaine de cette ville pendant ces années, il est intéressant de souligner que la première Exposition Nationale des Activités Industrielles qui se tint à Milan en 1881 peut être considérée comme le moment où l'industrie s'impose officiellement comme activité économique de pointe, à côté du commerce. Ce dernier aspect allait être confirmé par l'inauguration du tunnel du Gottardo (en 1882), qui fait de Milan le centre le plus important du réseau ferroviaire d'Italie pour les liaisons établies avec le centre de l'Europe.

16La croissance urbanistique de la cité est régie par le plan Beruto, approuvé en 1884, dans lequel les tendances à l'expansion sont orientées sur une large bande périphérique qui entoure le noyau ancien, sur l'axe des principales routes de liaisons toutes dessinées dans le sens centrifuge. Le plan, qui se voulait sur le modèle du plan de Berlin, confirmait l'importance du centre historique en posant les principes d'une implantation de la ville historique en correspondance avec les aspirations de la commande patronale bourgeoise, disponible à une intense activité spéculative dans le bâtiment qui, malgré le ralentissement de la crise de 1890, s'est prolongée encore pendant toute la première décennie du xxe siècle.

17À partir de la fin des années 1880, la localisation de cette activité industrielle se déplace vers les zones du Nord-Ouest (dépôts, Bovisa, Deganino), du Nord-Est vers Sesto San Giovanni, où se rejoignent les industries et les entreprises mécaniques et, dans une moindre mesure, vers le Sud-Est (zone ferroviaire de la porte romaine et Sud-Ouest autour des lignes ferroviaires de la porte de Gênes).

18Les complexes industriels avec les usines et les résidences ouvrières en périphérie se soudent aux structures des faubourgs extérieurs du xixe siècle, en les saturant progressivement.

19En parallèle, les zones orientales et occidentales de la première périphérie deviennent des lieux privilégiés de résidence pour la moyenne et haute bourgoisie avec quelques inclusions de zones résidentielles ouvrières dans les rues secondaires.

20En 1884, la fondation de la Société Générale de l'Electricité qui applique le brevet Edison pour fournir l'énergie électrique à beaucoup d'entreprises, contribue à l’accélération du progrès industriel. De plus, se constitue au côté de l'industrie la Banque Commerciale Italienne aux capitaux en grande partie allemands, autrichiens et suisses et qui deviendra le noyau moteur financier pour la zone milanaise.

21En même temps, la force de l'organisation ouvrière se consolide, après la fondation en 1891 à Milan, de la première Chambre de travail italienne.

22En 1898, l'arrestation d'un ouvrier de Pirelli déclenche un mécanisme de grande tension : on monte des barricades dans la ville et le gouvernement applique une répression très dure, avec des dizaines de morts et blessés. Un tel épisode marque l'échec de la politique de Crispi. Les nouveaux rapports instaurés entre les forces politiques et patronales avec le monde du travail coincïdent avec une forte croissance de la grande industrie, projetée dans une profonde réorganisation des entreprises, en particulier dans les secteurs de pointe de la métallurgie et de la chimie (AEG, Breda, Marelli, Falck, Pirelli...).

23L'accroissement économique de l'activité industrielle se reflète naturellement aussi dans une nouvelle dimension des interventions urbanistiques, à l'inverse des autres villes italiennes, Turin exceptée.

24En 1908, par exemple, se constitue la "Société Anonyme du Quartier Industriel Milan au Nord", qui tente un projet de valorisation du secteur en direction de Sesto et Monza. Il s'agit d'un projet de cité linéaire, sans doute inspirée par Soria y Mata, articulée sur une artère de 60 mètres de large, longée d'une suite continue d'habitations, derrière lesquelles étaient reliés les ateliers. Ce projet ne fut pas réalisé.

25Cependant, à l'avènement de la grande industrialisation correspond le phénomène de la crise du logement à Milan, en particulier l'absence de logements pour les catégories à bas revenus.

26La municipalité promeut une enquête sur les habitations populaires en 1903 dans laquelle l'absence de logements à des coûts accessibles paraît évidente, tandis qu'une étude faite l'année suivante éclairait l'état de surpeuplement et d'insalubrité des habitations réservées aux ouvriers, avec pour conséquence la diffusion de la tuberculose, considérée comme maladie endémique.

La loi Luzzatti pour les habitations populaires (1903)

27L'institution publique affronte la question avec un retard notoire très important. C'est seulement en 1903 (Loi Luzzatti. Suivi en 1908 del Testo Unico) qu elle promeut des interventions directes ou indirectes dans le domaine de la construction populaire.

28Avant l'entrée en vigueur de la loi, il n'y avait pas eu d'initiatives publiques dans ce sens.

  • À Milan, on peut rappeler la construction du quartier Moscova, en 1862, sur l'initiative de la municipalité qui avait mis à disposition des terrains constructibles en coordonnant des financements de type privé.
  • Quelques coopératives avaient promu de petites interventions : comme le quartier Via du Conservatoire (1879), celui à l'extérieur de la porte Vittoria (1883), à l'extérieur de la porte Magenta (1890) ; toutes ces opérations étant réalisées par la Société de Construction d'Habitations Ouvrières (pour un total de 546 logements et 1 422 pièces).

29La typologie courante de la maison ouvrière milanaise de la fin du siècle est donc celle qui a été construite sur l'initiative patronale à des buts spéculatifs, et le type de construction est celui de la maison à coursive. En parallèle se diffuse, avec une très grande intensité, la maison bourgeoise de rente à 4-5 étages avec boutiques, et sous une forme beaucoup plus élitiste le pavillon (villa) bourgeois, bien sûr non-rémunérateur du point de vue de l'investissement.

Le débat sur les maisons ouvrières en rapport avec la Loi Luzzatti

30Dans la dernière décennie du xixe siècle, la question des maisons ouvrières avait été soulevée par la presse d'inspiration ouvrière et radicale. L'administration municipale avait affronté un débat en 1891, à l'instigation du socialiste Gnocchi Viani, tandis qu'on discutait la fondation de la Chambre du Travail.

31Les élections de 1899 mirent en place au gouvernement de la ville après quarante ans d'administration modérée, un conseil démocratique appuyé par les socialistes.

32À l'occasion de la promulgation de la loi Luzzatti de 1903 et de l'institution de la Chambre du Travail, le Conseil municipal approuva en 1903, accueillant ainsi la thèse socialiste de la "municipalisation", un "organisme spécial pour la construction et la gestion des maisons populaires". Mais les financements étaient inadaptés aux problèmes.

33L'échec de la grève générale de 1904 a ramené, après les élections suivantes, à la tête de la municipalité, un conseil municipal de centre, qui aussitôt a voulu abandonner la voie de la "municipalisation" pour la question des maisons populaires en transformant en 1908 l'organisme précédent par un Institut pour les habitations populaires et économiques autonome. Celui-ci était reconnu comme organisme moral, avec un capital constitué par la municipalité, la Caisse d'Epargne, d'autres institutions de crédits et, à faible mesure, d'actions privées.

Initiatives publiques : l'"Institut pour les maisons populaires et économiques"

34La construction des premiers quartiers municipaux (Via Ripamonti, et à partir de 1906-1907 des quatre quartiers Mac Mahon, Spaventa, Tibaldi et Lulli) date de ces années, ils ont été construits aux extrêmes opposés de la ville. Par la suite (1911-1912), le même "Institut pour les maisons populaires" a réalisé aussi les quartiers Niguarda et Cialdini. Le modèle est encore en partie celui de la maison à coursive, dans des quartiers où l'on a prévu peu d'équipements publics, parmi lesquels les bains et les lavoirs publics.

Initiatives privées philantropiques : la "Société humanitaire"

35En parallèle, deux quartiers ouvriers ont été réalisés par la Société Humanitaire, comme une initiative de type philantropique soucieuse de la valeur de l'investissement du patrimoine. Il s'agit du quartier Solari (1906, avec 450 pièces) et du quartier Lombardia (1909 avec 509 pièces). L'auteur du projet est l'architecte Giovanni Broglio.

36La Société Humanitaire avait été fondée en 1893 sur la base d'un lascito de Prospero Mosé Loria avec le but de promouvoir des initiatives qui permettraient aux déshérités d'améliorer leur propre condition, à travers la formation professionnelle. C'est seulement après avoir rédigé l'enquête pour la municipalité en 1903 sur les habitations, qu'on a introduit dans les statuts le devoir de fournir aussi des habitations aux déshérités.

37Les quartiers réalisés par la Société Humanitaire représentent une forme d'implantation alternative dans le Milan du début du xxe siècle ; ils s'offrent comme une tentative de réponse aux exigences de logement dans des constructions à coûts réduits pour les catégories les moins aisées. Le modèle était la maison de type moyen à quatre étages, avec des logements, d'une à trois pièces avec salle de bains, organisé dans un quartier doté de nombreux équipements publics, comme l'école et la crèche, la bibliothèque, le restaurant populaire et les sièges des coopératives de consommation.

38Dans toutes ces réalisations, il y a donc implicitement l'acceptation du complexe morphologique de la ville défini par le Plan Beruto de 1885 et du plan qui a suivi en 1909 (approuvé en 1912) rédigé par l'ingénieur municipal Angelo Pavia sous la direction de l'ingénieur en chef Giovanni Masera. Les quartiers ouvriers dans la ville ont été reliés d'une manière cohérente en respectant les alignements établis par les règles de la construction.

Les coopératives de type bourgeois : la "Maison et logements"

39L'activité associative de type bourgeois, constituée en majeure partie par des associations d'employés, s'oriente, par contre, vers un type d'implantation à basse densité de construction, organisé en quartier en bande ou en petits pavillons dotés de potagers ou de jardins.

40La coopérative la plus importante à Milan à la fin du xixe siècle, est la "Maison et logements", fondée en 1887 par l'Association Générale des Employés Civils de Milan. Après un démarrage difficile (maison en bande Torriani, 1890 ; 15 édifices), la coopérative a construit au début du xxe siècle presque 300 villas organisées en petits quartiers.

41Le secteur à l'Est de la ville, a été une zone priviligiée, cadre d'une nouvelle urbanisation prévue par le plan de 1889 (entre la Via Porpora et Corso dell'Indipendenza), et des couches moyennes principalement se sont installées Via Washington.

42Le type constructif est celui de l'ilôt avec maisons en bande de deux étages avec combles. Le bâti, interrompu aux carrefours, offre une meilleure circulation d'air et on trouve la possibilité de doter les constructions d'une petite zone verte.

43Du point de vue foncier, les coopératives d'employés optent pour la division de la propriété privée, obligeant les membres à respecter des règlements constructifs et des répartitions des dépenses communes. (Les coopératives ouvrières préfèrent par contre la propriété indivise). En conséquence on ne prévoit pas d'équipements collectifs ou d'espaces verts publics : le but de la coopérative était celui d'assigner à chaque membre un logement à un prix modéré.

Fortune du modèle à basse densité de la petite villa avec jardin au début de l'après-guerre

44Ce modèle de petite villa isolée avec potager et jardin aura une certaine fortune dans les premières années après la Première Guerre mondiale, dans le climat réformiste du socialisme milanais. Nous pouvons rappeler les dates essentielles :

1) 1920
Coopérative Postélégraphonique : intervention sur l'avenue Zara (104 maisonnettes pour 238 logements) ;
2) 1920-1923
Société Pirelli, quartier pour ouvriers à la Bicocca (27 maisonnettes pour 118 logements) ;
3) 1919-1920
Institut des maisons populaires : 4 quartiers de villas de 1-2 étages (566 logements). Modèle abandonné par l'intervention de cet institut à cause des coûts d'urbanisation et du terrain. C'est pourquoi il reviendra à des interventions à grande densité constructive.

II. MILANINO, UN PROJET DE LUIGI BUFFOLI POUR L'"UNION COOPÉRATIVE" (1886-1909)

45À Luigi Buffoli, fondateur en 1886 de l'"Union Coopérative", on doit l'invention d'une cité-jardin située hors de la ville et loin des nouvelles zones industrielles de la banlieue de Milan.

46Il ne s'agit pas d'une initiative isolée ou velléitaire, mais elle peut plutôt être considérée comme l'évolution finale des idées que Buffoli avait poursuivies pendant toute sa vie. L'histoire de Milanino est strictement liée à l'histoire de l'Union et, plus en général, à l'histoire du mouvement coopératif en Italie à la fin du xixe siècle.

47Les premières coopératives de consommation furent fondées en faveur de la catégorie des employés du secteur tertiaire, en particulier pour ceux qui travaillaient dans l'appareil de l'Etat ou dans les entreprises qui participaient aux grandes initiatives de l'Etat. (On va citer la coopérative de Sampierdarena-Gênes de 1864 ; et celles bien plus nombreuses des cheminots, dont la première est fondée en 1870, à Turin).

48C'est le même Luigi Buffoli qui fonda la première coopérative des cheminots à Milan avec l'avocat Antonio Galateo. Ce qu'il faut souligner, c'est qu'il proposa immédiatement de changer les statuts de l'association, selon le modèle anglo-saxon. Il conseillait de vendre les produits au prix courant et pas au prix coûtant, et de diviser, ensuite, les profits entre les membres de l'association d'une façon proportionnelle aux achats.

49Du moment que sa proposition ne fut pas acceptée par les cheminots, il décida de fonder une nouvelle coopérative, D'Union Coopérative" (1886) à laquelle adhéra L'"Association Générale des Employés Civils".

50L'Union se déclarait ouverte à toute catégorie sociale et professionnelle, mais du moment qu'initialement les produits commercialisés étaient seulement d'un certain genre de vêtements, tels que les cravates et les gants, les membres de la coopérative appartenaient surtout à la petite et moyenne bourgeoisie.

51Du point de vue politique, l'Union se déclarait neutre, mais elle se révélait proche des tendances libérales-modérées.

52Pendant les dix premières années de son activité (1886-1896) l'Union s'agrandit énormément, aussi en considération du fait qu'elle commença à vendre dans ses magasins aussi des biens de large consommation, tel que des produits d'alimentation comme le pain et le vin. Dans ces années on institua aussi des liaisons commerciales importantes avec des coopératives anglaises, comme la Wholesale de Manchester.

53En 1896, les membres de l'Union étaient plus de 4 500. L'importance de l'Union coopérative de Buffoli augmenta progressivement dans les années suivantes, de 1897 juqu'en 1914, (l'année de sa mort).

54Dans le contexte des conflits politiques et sociaux de 1898, qui à Milan causèrent la tragique répression des tumultes contre la vie chère, appuyé par le naissant parti socialiste (Bava Beccaris, 80 morts), Buffoli confirma ses positions modérées en politique. Il se désolidarisa tout de suite de l'organisme national de la Lega delle Cooperative, qu'il considérait trop proche au parti socialiste.

55Par contre, il réalisa à Milan plusieurs initiatives de genre philanthropique et d'assistance pour les pauvres et les nouveaux prolétaires, comme l'"Hôtel Populaire" (Milano 1901, Via Marco d'Oggiono), le "Dortoir Populaire" (Milano 1905, Via Colletta) et L'"Albergo Diurno" (ou hôtel où l'on ne passe pas la nuit, Milano 1907).

56De grand prestige est le siège social de l'Union à Milan : le Palais Turati dans la rue Meravigli.

57Un sujet de grand intérêt, qui n'a pas été encore abordé, c'est la question des projets de diffusion de l'Union Coopérative au niveau national et international. En 1899, on la trouve à Berlin (jusqu'en 1915, au commencement de la guerre). Dans la même année 1899, est fondée l'association Consorzio Pro Calabria, le seul exemple de diffusion dans le Midi de l'Italie, qui n'aura aucun résultat à cause aussi des dévastations dues au tremblement de terre de 1908.

58Mais de toutes les initiatives de l'Union, la plus importante fut, sans doute, la réalisation de Milanino.

Milanino, Piano Regolatore di Massima, 1909. Projet d'aménagement de la cité-jardin de "Milanino", rédigé par l'ingénieur Giannino Ferrini, approuvé à la réunion du Conseil Municipal de Cusano du 24 octobre 1909 (Cusano Milanese, Archives de la Commune.

Planimetria Generale di Milanino, 1910. Ingénieur G. Ferrini, Plan général du premier lotissement, avec indication des terrains déjà vendus par l'Union Coopérative. Au centre, dans la direction nord-sud, la grande artère aménagée en jardin (Cusano Milanese, Archives de la Commune).

III. L'AMÉNAGEMENT DE MILANINO (1909)

59En 1908, Buffoli présenta au public du Théâtre Lyrique de Milan le nouveau projet qu'il voulait poursuivre pour l'Union.

60La Relation sur le projet d'aménagement d'un village-jardin dans le terroir de la Commune de Cusano sur le Seveso (c'est le titre) du 31 Juillet 1909, envoyé de Buffoli au Maire de Cusano, représente le document programmatique essentiel pour analyser les raisons qui furent à la base de cette réalisation.

61À cause du processus d'industrialisation et de la conséquente immigration, on lit dans ce document que la population milanaise augmentait de jour en jour. L'industrie privée du bâtiment n'avait pas su satisfaire les demandes pressantes d'habitations économiques. L'Union Coopérative jugea alors que le moment était venu pour elle de s'engager dans un nouveau genre d'activité, prévue d'autre part par ses statuts, et qui avait été, jusque-là, négligée. C'est-à-dire qu'il fallait pourvoir les membres de l'Union d'habitations à loyer modéré.

62Les analyses sociologiques et les études préliminaires avaient déterminé qu'il fallait s'occuper de la classe sociale de la petite et moyenne bourgeoisie (employés, commerçants et ceux qui exerçaient une modeste profession libérale).

63Des voyages à l'étranger furent effectués par des dirigeants de l'Union, et par Buffoli même, pour connaître de visu les expériences de "cette forme toute moderne qu'on appelle cité-jardin" réalisées en Amérique, en Allemagne et surtout en Angleterre.

On ne peut pas douter, souligne le rapport, que l'idée paraît préférable d'abandonner le système des grandes bâtisses de la banlieue, où les habitants sont obligés à des rapports de vie en commun, dans des appartements de plusieurs petites pièces, insuffisantes en luminosité et en aération, pour des quartiers riches en végétation, avec des vastes espaces en plein air. En ce dernier cas, les appartements seront aménagés dans des petites maisons, toutes pourvues d'un jardin et d'un jardin potager.
Tout cela correspond sans doute à des principes élevés d'hygiène, de moralité et d'environnement.

64Le document continue, en mettant en évidence les opérations fondamentales qui viennent d'être conclues, d'un commun accord avec la Municipalité de Cusano.

65Les terrains achetés par l'Union Coopérative dans la Commune de Cusano sur le Seveso sont situés tout au long de la route départementale de la Vallassina et sont traversés par la route communale qui relie Cusano à Cinisello Balsamo. La surface totale de l'aire est de 1 300 000 km carrés.

66L'Union s'engage, selon l'exemple des coopératives étrangères, à rédiger un plan directeur et à implanter les égouts et l'éclairage...

67La phase exécutive de construction des édifices sera confiée à une organisation spéciale (qui vient d'être fondée le 21 Mai 1909), la Cooperativa degli Inquilini di Milanino, c'est-à-dire la coopérative des locataires de la nouvelle cité. On accordait aussi la possibilité de participer à cette initiative, accessoirement, à toute Société de bâtiment privée ou aux particuliers qui voulaient acquérir un lot de terrain pour bâtir des maisons.

68Le plan d'aménagement fut dressé par l'ingénieur Giannino Ferrini.

69L'Union Coopérative, de sa part, rédigea le règlement du lotissement (31 luglio 1909), auquel était subordonnée toute concession des lots à bâtir.

70Chaque maison ne pouvait pas dépasser en hauteur les deux etages au-dessus du rez-de-chaussée (exceptés les immeubles spéciaux d'utilisation collective), et ne pouvait pas occuper plus des deux cinquième de la superficie totale du lot.

71Etaient admises les surélévations de caractère décoratif (tourelles, pinacles...) et les petites architectures ornementales (kiosques, terrasses, vérandas...).

72Toute clotûre entre les différentes propriétés (en bois ou fer) devait être inférieure à trois mètres. Le bornage donnant sur la rue devait être formé d'une grille sur un socle bas en maçonnerie de briques ou de pierres.

73On admettait la construction de citernes pour recueillir l'eau de pluie pour l'arrosage des jardins et des fosses d'aisance (pozzi neri), mais la création de puisards (pozzi perdenti) était interdite.

74Avant le commencement des travaux, chaque propriétaire était oblige de présenter les plans du projet à l'Union Coopérative qui en vérifiait la conformité au règlement.

IV. LE PROJET D'AMÉNAGEMENT ET LA RÉALISATION DE MILANINO (1909-1914)

75Comme nous l'avons déjà dit, le plan général fut rédigé par Giannino Ferrini, ingénieur en chef du Bureau Technique de la Commune de Milan, ami et collaborateur de Buffoli.

76Selon le principe directeur d'un développement progressif des constructions sur des axes préférentiels, on assigna un rôle primaire à l'axe médian Nord-Sud.

77En correspondance de cette rue, on réalisa une grande artère de 60 mètres de largeur, aménagée en jardins et promenades dans le secteur central, et flanquée de deux rues pour le trafic. Elle avait aussi la fonction de mettre en communication la route intercommunelle entre Cusano et Cisinello, et la ligne du tramway à vapeur Milano-Monza.

78L'axe Nord-Sud se terminait, au Nord, par une grande place d ou partaient des rues radiales.

79Le plan prévoyait la division des terrains en 300 pièces, qui correspondaient à 2 000 lots à bâtir.

80Les espaces verts étaient prévus à raison de 250 à 300 000 mètres carrés au total.

81Le rapport entre la surface à bâtir et la surface totale était inférieur à 28 %.

82L'Union aurait dû diriger la phase exécutive du projet, et réaliser tous les immeubles d'utilité publique, et tous les équipements collectifs d'infrastructure (le réseau de l'eau potable, des égouts (fognatura), de l'éclairage...).

83La Commune de Cusano approuva le projet à la réunion du Conseil, le 24 octobre 1909. Il devint exécutif le 11 Février 1911, après l'approbation successive du Bureau du Génie Civil de Monza.

84En 1910 commença l'opération "Milanino". On travailla aux équipements infrastructuraux, et un premier lotissement permit de mettre en vente les pièces de terrain aux membres de l'Union et des Coopératives associées.

85Luigi Ferrini chargea de la supervision des projets des nouvelles habitations deux importants ingénieurs de Milan : Magnani et Rondoni.

86On annonça aussi en 1910 le concours du "Prix Milanino", pour la meilleure rédaction d'un projet de "villino moderno" ou petite villa à bâtir à Milanino. Ce concours, organisé comme une sorte de propagande et publicité de l'initiative, avait comme but final la constitution d'un catalogue de modèles architecturaux qui aurait été à la disposition des gens intéressés.

87L'Ingénieur Ferrini rédigea aussi, en 1910, le projet d'un premier groupe d'habitations, destinées à être données en location. Il proposa dans un même îlot de remarquable dimension trois différents types de bâtiments, à plusieurs appartements.

88Sur la petite ruelle au milieu de l'îlot rectangulaire donnaient deux immeubles de forme plutôt allongée, de deux étages, qui abritaient dix maisons individuelles de six pièces chacune. Parallèlement il y avait — au centre des côtés qui donnaient sur les rues principales — deux immeubles plus petits mais de la même hauteur, formés de trois maisons de quatre pièces. Les quatre cottages bifamiliaux situés aux coins, en correspondance des carrefours, soulignaient le caractère unitaire de la composition architecturale du complexe. Les petits jardins privés et le boulevard sur la voie publique étaient le tissu de connection qui caractérisait toute la réalisation.

89Les images de l'époque et actuelles nous aident à suivre l'évolution successive de ce projet d'aménagement.

90Une photo aérienne de 1913, enregistre le rapport entre la cité-jardin et la campagne, encore bien cultivée, tout alentour (situation bien différente d'aujourd'hui). On perçoit aussi le dessin régulier du réseau routier.

91Un large boulevard (viale de la Coopération et via XXV avril), orthogonal à la grande artère (viale Buffoli), situé au milieu du lotissement, devint important lorsqu'on décida d'y bâtir, en 1911, la Filiale de l'Union Coopérative.

92On doit le projet aux ingénieurs Magnani et Rondoni, qui suivirent aussi la direction des travaux. Il s'agissait d'un édifice à usage collectif. Au rez-de-chaussée il y avait les magasins (boulangerie, boucherie, etc...), le bureau de poste et un restaurant. Au premier étage étaient installés les bureaux de l'Union, le Bureau Technique et Administratif du Milanino, une salle de lecture et le billard pour les habitants.

93D'autres édifices à usage collectif seront bâtis dans les années suivantes : l'"Albergo Popolare" ou Hôtel Populaire (1914), l'édifice des Ecoles primaires (1921) et l'Eglise.

94Le projet de ce dernier édifice avait été confié en 1913 à l'ingénieur Giani mais elle fut réalisée plusieurs années après, en 1935, par l'architecte Cassi-Ramelli et l'ingénieur Antonio Lugli.

95Dans ces premières années (1911-1914), l'Union Coopérative poursuivit d'une façon systématique l'achèvement du réseau routier et, surtout, l'opération d'aménagement des rues, des boulevards et des jardins publics. En 1914, on avait déjà 6 km de routes, pour une surface totale de 80 000 mètres carrés ; la surface totale occupée par les jardins publics était de 12 000 mètres carrés.

96Pour s'approcher le plus possible au modèle de la cité-jardin, on procéda à l'aménagement d'une "zone verte" riche de rangées d'arbres (en particulier platanes, robiniers, tilleuls et érables (tigli). À ce moment-là (1914) on comptait plus de cent habitations déjà complètement bâties, et autant en construction.

97Il faut encore souligner que la fortune initiale du projet "Milanino", soutenue par un mouvement d'opinion et par un journal édité par l'Union, eut certaines conséquences directes.

98Le Conseil Municipal de la Commune de Cusano décida, par exemple, à la séance du 25 octobre 1914, de changer son appellation de "Cusano sul Seveso" en "Cusano Milanino" en signe de sa volonté d'unification.

99Mais, surtout, il faut remarquer que, dès le premier moment de démarrage de l'initiative, une Société privée de construction la "Nagas-Eigenmann", avait acheté des terrains mitoyens de ceux de Milanino, du côté Sud. En 1910 fut rédigé par l'ingénieur Alfredo Piontelli le plan pour un village résidentiel qui s'appela Quartiere Regina Elena. Il s'agissait de deux initiatives idéologiquement très différentes, mais qu'il faut comparer, surtout du point de vue typologique et architectural.

100La mort de Luigi Buffoli en 1914, et surtout l'événement de la Première Guerre, marquèrent un temps d'arrêt dans l'histoire de cette "cité-jardin".

101Dans le premier après-guerre l'Union Coopérative aussi se ressentit de la crise économique et du phénomène de la récession.

102En 1921, le Président de l'Union décida de céder tous les immeubles du Milanino à une nouvelle société qui venait d'être constituée en cette occasion : la Società Anonima Milanino. Cet organisme se révéla tout différent de la précédente "Coopérative des Locataires". L'objectif authentique n'était plus celui de construire des nouvelles habitations à loyer modéré pour les membres de l'association, mais plutôt de réaliser un programme de spéculation sur les immeubles. Cela paraît évident si on pense que les statuts adoptés par la nouvelle Société permettaient toute opération d'achat ou de vente des immeubles.

103L'histoire de la cité-jardin créée par Buffoli se conclut donc dans les années entre les deux guerres. La fin de son projet coïncida aussi avec le processus de fascisation de l'Union Coopérative, qui fut définitivement supprimée en 1929.

104Le débat à propos des indications proposées par le nouveau plan directeur de la commune de Cusano en 1930 (ingénieur Masera), l'achat des terrains agricoles au Nord de Milanino par la Commune de Milan en 1943 sont des questions relatives à la situation actuelle.

105Mais en se promenant à Cusano, dans cette "enclave" située au milieu de la ceinture industrialisée milanaise, on reconnaît très bien les signes et les caractères d'un projet tout particulier. La régularité du réseau viaire, la richesse des allées, des arbres et des parterres ; les maisons aux architectures ornées cachées par le feuillage, au milieu de leurs jardins privés, sont le témoignage actuel que Milanino avait été pensée autrefois comme une cité-jardin.

Projet de l'architecte Amerigo Marazzi de Lugano, présenté au Concours sur le sujet "Petite villa Moderne", qui se tint à Milan en octobre-novembre 1910. (Projet publié dans la revue "Milanino. Il nostro giornale", no 208, 1911, p. 2).

Table des illustrations

Légende Milanino, Piano Regolatore di Massima, 1909. Projet d'aménagement de la cité-jardin de "Milanino", rédigé par l'ingénieur Giannino Ferrini, approuvé à la réunion du Conseil Municipal de Cusano du 24 octobre 1909 (Cusano Milanese, Archives de la Commune.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Planimetria Generale di Milanino, 1910. Ingénieur G. Ferrini, Plan général du premier lotissement, avec indication des terrains déjà vendus par l'Union Coopérative. Au centre, dans la direction nord-sud, la grande artère aménagée en jardin (Cusano Milanese, Archives de la Commune).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Projet de l'architecte Amerigo Marazzi de Lugano, présenté au Concours sur le sujet "Petite villa Moderne", qui se tint à Milan en octobre-novembre 1910. (Projet publié dans la revue "Milanino. Il nostro giornale", no 208, 1911, p. 2).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15408/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k

Auteur

Professeur à Faculté d'architecture, Polytechnique de Turin Avec la collaboration d'Annalisa Dameri

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540