Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Deuxième partie. Variation d'échelle - diversités programmatiques

Idées de ville dans l'Espagne de la "Reconstruction nationale"

Projets et réalisations dans la zone méditerranéenne

Antonio Pizza

Texte intégral

1Même si l'expérience dont nous traiterons ici, ne correspond pas complètement à l'idée historique de la "cité-jardin" diffusée par E. Howard en 1902 et appliquée dans plusieurs localités anglaises au cours des années qui suivirent, il y a quand même des affinités nombreuses et variées et des convergences importantes, du point de vue conceptuel, entre la politique des "poblados de colonización" espagnols et les références citées auparavant.

2C'est surtout dans l'identification d'un espace autre, très souvent reconnu comme point de "médiation" des conflits où nous pouvons rencontrer des convergences constantes. En fait, même si elles proviennent de présupposés antagoniques, deux typologies différentes de pratique disciplinaire réussissent à se combiner : la cité-jardin naît comme riposte salutaire à la dégradation de l'environnement et de l'existence provoquée par l'industrialisation galopante, et aussi au résultat maléfique de ses mécaniques d'urbanisation : la métropole ; c'est dans un certain sens la cité déçue qui se tourne elle-même vers ce qui semble être encore "non-ville", à la recherche de ce qui n'est pas contaminé et des valeurs de convivialité désormais inespérées dans les agglomérations urbaines.

3Mais dans l'Espagne de l'après-guerre civile, dans les réalisations des "poblados", le processus s'inverse ; il est vrai que ce qui appartient de manière substantielle à la culture urbaine, est ostensiblement abjuré et traité de bolcheviste, et que "la campagne" est exaltée dans son archaïcité prégnante ; mais comme on pourra le constater, la logique irrépressible de l'urbanisation amènera les projeteurs de ces villages à la nécessité de se confronter avec l'Urbe tellement vitupérée et à ses dispositifs de concrétisation.

4L'abandon de la ville pratiqué dans le premier cas se transforme à travers les exemples les plus réussis de la politique urbanistique espagnole, dans le dessin d'un ensemble qui cite à l'intérieur de sa complexité intrinsèque fonctionnelle, les caractères d'un centre urbain de grande amplitude en cherchant évidemment à en nuancer les contradictions inhérentes. De toute façon, à notre avis, le point de rencontre entre ces deux cas, partiellement différents, se situe vraiment comme un "chiasme" au cœur de leur rencontre : juste dans cette zone idéale où émerge le poids de la sub-topie, c'est-à-dire de la définition d'un territoire riche d'inspiration où le projet d'optimisation d'une communauté est représenté intégralement par le principe de la "réduction", du redimensionnement, de la diminution de l'échelle et d'un déclassement générique des oppositions à l'intérieur d'une stratégie de recomposition des conflits gouvernés, en définitive, par un degré inférieur de conflictualité.

5L'après-guerre espagnol, chronologiquement déphasé par rapport à l'européen (la Guerre Civile se termine en 1939) montre un profil idéologique opposé à celui que l'on rencontre dans d'autres pays : en Espagne, les forces qui viennent au pouvoir sont celles de la dictature réactionnaire, et les intellectuels engagés n'auront plus qu'à émigrer ou à se fondre dans les trames d'un anonymat de commodité.

6C'est pourquoi dans notre pays, "la reconstruction" ne signifiera pas l'émancipation de la culture selon une version libératoire et progressiste : mais plutôt elle se réduira à la représentation sémantique réinterprétée d'un système arriéré de valeurs et de croyances que la vague révolutionnaire avait provisoirement démantelé. Le rappel à un ordre passéiste, la récupération des traditions catholico-conservatrices, la célébration du système autoritaire, le fait de renouer avec une idéologie effrontément fasciste et arriérée, constituent les points d'appui de la "reconstruction nationale" soutenue par le nouveau régime de Franco.

7D'autre part, la production architecturale se présente comme extrêmement divisée : des projets qui glorifient les mandataires du pouvoir, en utilisant l'habituel palimpseste réthorique tendu vers un symbolisme étriqué et archaïque ; des missions d'architecture qui, bien qu'elles soient à l'origine commandées par l'État, réussissent à retrouver dans certains cas des prémisses d'originalité, en fuyant les contraintes et conditionnements grâce à une pratique disciplinaire timidement reliée au débat international ; et enfin les grands rouages des architectures privées où à l'intérieur d'un horizon commercialement académique, la médiocrité ("mediocritas") des intentions et des réalisations prend paradoxalement de la valeur.

8Dans ce cadre, les rappels didactiques des passés positifs lointains, à reproposer face aux maux de la civilisation industrielle contemporaine, se font encore plus pesants : dans l'Espagne franquiste, une politique démagogique qui s'attache notoirement au mythe des traditions locales non corrompues et oppose une vision antimoderne et autarcique, a l'ambition de se confronter de manière polémique aux "dégénérescences" théoriques et sociales expérimentées dans le reste de l'Europe.

9L'isolement culturel, l'auto-gratification obstinée d'une spécifité nationale traduite en vertu supérieure, la conviction velléitaire que "le mal est ailleurs" définissent un champ de références dans lequel l'exaltation de formes primaires d'organisation civile côtoie la méconnaissance des métamorphoses réelles du monde moderne.

10En 1938, avant que ne se termine la Guerre Civile, le "Servicio de Regiones Devastadas" est fondé. Il est sous la tutelle du "Ministerio della Gobernacion" pourvu d'un organe publicitaire officiel, la revue Reconstruccion. On peut y retrouver les principes sur la base desquels se met en mouvement le processus de restauration et de restructuration du patrimoine bâti détruit au cours de la guerre récente.

11Quand par la suite à "Regiones Devastadas" s'ajoutera "l'lnstituto Nacional de Colonizacion", il apparaîtra clairement que la préférence sera donnée à un secteur particulier d'intervention : celui du monde rural, ou pour le moins à faible concentration urbaine, où seront effectués les plus grands efforts pour la construction et où nous trouverons les projets les plus intéressants.

12Il subsiste évidemment un fond idéologique pour de tels choix prioritaires : en suivant les traces du fascisme italien, auxquel on fait référence pour en louer les différentes réformes agraires, considérées comme exemplaires même d'un point de vue urbanistique, la dictature espagnole cherche à éviter les dangers implicites que constitue un monde contemporain qui se "prolétarise" de plus en plus, en accentuant en même temps les tensions sociales ; elle redécouvre ainsi dans l'habitant des champs, non-contaminé et virginal, le référent principal de la politique réactionnaire et dans la classe paysanne, la garantie de sa reproductibilité au pouvoir :

  • 1 G. Valentin Gamazo, "La reorganización general, desde el Instituto Nacional de Colonización" en Se (...)

Le Paysan : l'homme qui vit en contact avec la nature et qui se meut selon des impératifs essentiels ; qui, lorsqu'il construit, le fait selon une logique fonctionnelle primitive ; mais surtout avec un sentiment et un art inconnus, où coule en lui la veine espagnole. Ce caractère que nous, nombreux architectes, sommes en train d'oublier à force de vivre dans le monde artificiel de la ville, monde ouvert à toutes sortes d'influences déformatrices et étrangères. (Une désintoxication des esprits s'impose ; nous avons besoin du fort révulsif du contact direct, immédiat avec les peu de choses vraiment espagnoles qui nous restent, comme l'architecture et l'art industriel ruraux). Je souhaiterais que quand vous devrez projeter quelque chose dans un village, vous le fassiez plus avec le cœur qu'avec la tête.1

13Même en Espagne l'unité première de l'œuvre sera la cellule résidentielle, la "maison". Thème escompté, assomption d'une forme historique de l'homme dans son environnement, mais qui, tandis qu'en Italie, par exemple durant une "reconstruction" contredite par une forte pulsion politico-idéologique, il devient un prétexte pour revoir des principes d'organisation du quotidien et des modèles de comportement, en plus d'être interprété comme lieu des nouvelles luttes sociales (et il suffit de relire les premiers éditoriaux d'après-guerre de E.N. Rogers), dans cette situation, devient par contre le réceptacle de moralités anciennes à reproposer comme barrière aux coutumes modernes corrompues et pernicieuses.

14Donc, toute l'expérience des "poblados" entre dans le débat disciplinaire plus général, dès les années quarante, grâce à l'apparition de quelques revues publiques parmi lesquelles le Bulletin d'information de la Direccion General de Arquitectura, la Revista Nacional de Arquitectura, Cuadernos de Arquitectura. La tendance européenne commune à projeter une sortie du fonctionnalisme, à cause de l'angoisse des postulats désormais reconnus excessivement dogmatiques, est renforcée, en Espagne, par le rappel inévitable aux valeurs oubliées de la tradition, valeurs entendues comme dépositaires uniques de vérité et de morale authentique. En fait, il est fréquent de proposer la grande ville comme source de tous les maux possibles, pôle de perversion d'où l'on est obligé de fuir, en rétrogradant plutôt vers des retours prônés comme des axiomes qu'en se projetant dans le sens d'un dépassement raisonné de l'actualité.

  • 2 G. Valentin Gamazo, "La casa y su medio", in Revista Nacional de Arquitectura, no 42, Madrid, 1945

Quand, du haut d'un siècle érigé sur les progrès des techniques, nous nous tournons vers les peuples de l'antiquité, et nous observons comment, avec un sens de la mesure et une harmonie humaniste, les Grecs, les Latins et les Arabes ont conservé des morceaux de nature à l'intérieur des jardins clos et des patios simples et intimes de leurs demeures (....), (et que nous voyons ensuite combien la vie de la plupart de nos villes est artificielle, ce qui revient à dire celle de nos hommes) (), nous devons donner entièrement raison à ceux qui essaient de donner à l'habitat de l'homme actuel un contact plus intime avec la nature.2

15La rencontre mythique avec la nature et les coutumes populaires sert évidemment à retrouver une unité stylistique nationale à préserver en face des européanismes et des américanismes dominant dans le reste du monde, irrémédiablement dépravé.

  • 3 F. de Cossio, “El hombre y la casa" in Revista Nacional de Arquitectura, no 13, Madrid, 1945.

Avoir un appartement équivaut à être classé dans la ville comme un livre sur le rayonnage d'une bibliothèque. Avec cela la vie intime s'est dissipée. Les hommes commencent à ne pas se sentir bien chez eux, et il se construit des espaces de location où sont réunis des hommes qui ne se connaissent pas. Il faut que l'architecture revienne à ses origines : un style national, un style local, un style personnel... L'humanité, pour être sauvée, devra un jour rentrer à la maison.3

16"L'homme doit rentrer à la maison" : dans cettre phrase se résume toute la sémantique régressive de la politique institutionnelle de la reconstruction espagnole à laquelle les personnalités les plus connues de la culture architecturale tentent de s'opposer, même si, en effet, le thème du logement minimum, dont le module essentiel à prendre en compte pour une revalorisation substantielle de la vie rurale, avait été déjà évoqué par J. Fonseca durant l'époque républicaine. Au cours d'années également difficiles, à cause du peu de ressources et de la persistance de profonds caractères arriérés, Fonseca a rédigé un programme de réformes à partir des deux postulats de base reliés entre eux et selon lesquels une première "rationalité" d'implantation, transmise didactiquement aux futurs usagers, aurait dû permettre une sorte d'auto-construction contrôlée :

  • 4 J. Fonseca, "La vivienda rural en Espana : estudio técnico y juridico para una actuación del Estad (...)

Il s'agit qu'ils apprennent, bien ou mal, par cœur une maison et à partir du matériel graphique qu'on leur donnera et des visites d'inspection qui auront lieu, [afin qu'] ils puissent mener à bon therme sa construction (). En moins de cinq ans, on peut adapter un type de maison, si ce type est rationnel.4

17Ainsi dans la grande opération de réfection de villages entiers et de récupération des logements détériorés, réalisée au cours de ces années, nous retrouvons un support théorique qui, bien que recouvert d'idéologies anachronisantes, doit de toute façon être vérifié avec une rationalisation méthodologique et une clarification lucide et clairvoyante des intentions.

  • 5 En la composición de la vivienda hay que partir de su pieza fundamental, la cocina, que aunque se (...)

18L'élaboration d'un ensemble de manuels de soutien permet d'adopter des standards généraux concernant la distribution interne des logements ; on réglera ainsi scrupuleusement les questions relatives au rapport entre les espaces résidentiels et de travail, ou bien de dépot d'outillage, de stockage, les accès aux différentes fonctions de la maison, la distribution des pièces (où la cuisine, lieu de vie,5 aura une place dominante), l'emplacement des chambres à coucher, l'acquisition des sanitaires, la dislocation des espaces internes de communication. Le tout étant de toutes manières dirigé par un indéfectible principe d'ordre : celui de l'économie maximum, applicable non seulement aux dépenses d'exécution, mais aussi aux logiques de définition de telles implantations agricoles.

  • 6 "Hemos de pensar en pueblo; con criterio de artesano practico que construye su casa con sus propio (...)

19D'une part donc, nous avons la mise en place d'un ensemble d'instruments qui semblent poursuivre avec des critères scientifiques la connaissance objective de la réalité ; ceci avec le rappel constant des traditions de construction locale et des configurations propres à la zone d'implantation, qui peuvent "suggérer"6 à l'architecte les lignes directrices correctes de son intervention.

20D'autre part, cette rationalisation opportune des principes se réflète dans la mise en projet des espaces résidentiels et des nouvelles installations communautaires, en prédisposant de manière rigoureuse les fonctions et la mise en forme des espaces.

21Une fois acquise la nature de l'unité élémentaire (c'est-à-dire la cellule d'habitation standardisée) le passage à la phase suivante fut immédiat : l'agrégation des parties et donc le dessin du noyau entier de l'habitation. Une discussion multiple s'est développée autour des deux hypothèses principales : l'une défendait la "concentration" de l'habitat en privilégiant le vecteur campagne-ville ; l'autre, au contraire, une tendance à la "dispersion", adoptant donc le vecteur opposé ville-campagne ; d'où, par la suite, en fait, une apparente propension à une solution conciliante de compromis.

  • 7 J. Fonseca, "Población agricola y economica", in Revista de Trabajo, Madrid, 1945.

22C'est encore l'architecte Fonseca, (à l'époque architecte en chef de "l'Instituto Nacional de la Vivienda" qui, en 1945, réussira à proposer comme modèle, celui de la ville "polynucléaire". Elle est composée d'un centre principal de 100 maisons avec les services, plus "six noyaux suburbains mixtes" formés de maisons de manœuvres, agriculteurs et ouvriers, qui à leur tour irrigueraient les véritables noyaux agricoles avec des appentis annexes à la maison. De cette manière la distance maximum des terres cultivées se réduirait à 500 m, alors que l'éloignement du "centre" du village ne dépasserait pas 4 km.7

J. Fonseca. Schéma d'établissement polynucléaire, 1945.

23Dans un important article récapitulatif de Tames Alarcon, publié en 1948, et une fois établi que "le colon préfère en général habiter dans le village, "nous trouvons une liste synoptique des priorités du plan général d'urbanisation des campagnes : les nouvelles interventions devront toujours s'adapter aux conditions topographiques pré-existantes, en localisant les édifices publics et commerciaux sur une place, à relier au reste de l'habitat de manière organique ; le lotissement doit être exécuté selon des parcelles de terrains étroites et allongées, en programmant en outre pour la phase concernant plutôt le bâti, une capacité de "croissance" réaliste des volumes d'habitation, de travail et aussi des équipements collectifs, au cas où se manifesteraient de telles exigences ; les voiries devront être distinguées selon la nature des trafics. On devra prévoir la normalisation des profils longitudinaux des principales voies du centre "en évitant ainsi les villages surprises", qui surgissent fréquemment lorsqu'on réalise des planifications inconsistantes" ; et il sera impératif enfin, d'avoir la référence opérationnelle à la culture locale qui devra présider avec pluralité aux formalisations linguistiques :

  • 8 J. Tames Alarcon, "Proceso urbanistico de nuestra colonización interior" in Revista Nacional de Ar (...)

Il est nécessaire d'examiner minutieusement l'architecture populaire de la région, en assimilant et en interprétant ses aspects positifs, aussi bien sur le plan constructif qu'esthétique. En valorisant les élargissements et les petites places, avec des détails architecturaux comme les fontaines, les abreuvoirs, les bancs, les croix, etc... en introduisant la végétation comme élément fonctionnel et esthétique de premier ordre, soit dans les plantations d'alignement le long des rues, soit en bouquets d'arbres, soit simplement en se détachant sur la blancheur d'un mur de clôture.8

24L'analyse systématique des problèmes et des solutions que l'on pourrait hypothétiser, aboutira ainsi à la rédaction d'un catalogue de la situation de l'habitat dans les centres ruraux. Il offre la possibilité d'élaborer un code d'intervention basé sur une double interprétation architecturale : des propositions de planification à grande échelle et des choix typologiques spécifiques selon des standards en ce qui concerne le thème de l'hygiène et de l'amélioration des conditions de vie des habitants.

25Ce qui a fait partie du bagage théorique de l'internationalisme des années vingt et trente ressort, même sous des formules mesurées et indirectes, dans ces essais pour une nouvelle discipline de projet : examen attentif de l'état de fait, élaboration de diagrammes, des tracés routiers et des constructions, recherche de l'aspect sériel des types de construction, standardisation des implantations résidentielles, modernisation des techniques de production et des fonctionnements des chantiers, massification des interventions pour privilégier l'économie d'ensemble.

26C'est pourquoi, c'est réellement à travers ces expériences marginales et dispersées dans le territoire national, expériences "déclassées" par rapport aux architectures considérées généralement comme représentatives, que se consolide, dans les premières années de l'après-guerre, une idée expérimentale de la planification urbaine où les architectes mettront à l'épreuve leur propre concept de la ville.

27Il y aura surtout A. Herrero : il soulignera le caractère fondamentalement "structurel" de ces opérations ; ainsi comme dans le projet fonctionnaliste d'une ville, on assume la séparation entre les ressources productives industrielles et les zones résidentielles, le même argument, transposé aux "poblados" rendra inévitable la différenciation entre tout ce qui concerne les activités de travail et les habitations (y compris les espaces, les services et les liaisons nécessaires). En plus des questions fonctionnelles, il sera donc indispensable de chercher à fixer des valeurs davantage liées à la "composition" : on exclut ainsi l'utilisation d'îlots carrés disposés selon une maille rigide rectangulaire qui comporterait l'apparition d'axes routiers rectilignes aux perspectives infinies au profit d'une division par enclaves dans lesquelles on peut percevoir les limites visibles (d'après une lecture où se recoupent les références à la ville historique, les annotations de C. Sitte, et les projets de R. Unwin).

Croquis de petit village avec séparation des circulations, 1948.

28Une articulation plus mesurée entre la cellule d'habitation et les zones non construites, permettra une orientation facile à l'intérieur d'espaces publics "denses", qui, traités avec goût et méthode, deviendront les lieux idéaux pour exercer une pratique de rencontre et d'échange bénéfique pour la cohésion sociale du village.

29Il est donc intéressant de constater que ces épisodes ne veulent pas être des fugues dans une Arcadie intemporelle, mais la récupération de valeurs positives de la ruralité qu'il faut confronter aux aspects inévitables de l'organisation urbaine :

  • 9 A. Herrero, "Independencia de circulaciónes y trazado de poblados" in Revista Nacional de Arquitec (...)

Le village est l'exemple le plus élémentaire de la ville, et nous devons tendre à y introduire un plan clair obéissant à des critères d'organisation logique consciemment réalisés.
L'organisation fonctionnelle vitale doit se baser sur la classification de la circulation et l'esthétique sur la définition de limites pour les espaces, y compris les voies principales
Une fois que l'on a obtenu un schéma clair, il ne sera pas difficile d'arriver à des solutions différentes de tracés pour chacune des rues du "poblado" en recherchant une variété d'aspect nécessaire à son agrément.9

30Mais on ne doit pas oublier qu'au moment de décliner "l'agrément nécessaire" dans beaucoup de cas, on verra s'exhiber le patrimoine stéréotypé des citations stylistiques, mettant en pratique une lecture mimétique des formules constructives et décoratives de la tradition locale. Souvent, le revêtement esthétique corrompra intentionnellement une composition de base qui, sans cela, serait apparue excessivement anti-naturelle et anti-humaine.

31Plus tardivement, en 1955 exactement, le même A. Herrero, en extrapolant des expériences menées sur les projets des "poblados", et en montrant ainsi la validité, exemplaire pour une nouvelle orientation disciplinaire, ajoutera la rédaction d'une liste de 15 commandements où l'on retrouve sous forme de diagrammes, les contenus les plus concrets pour suggérer l'activité architecturale contemporaine :

  • 10 A. Herrero, "15 normas para la composición de conjunto en barriadas de vivienda unifamiliar" in Ar (...)

1- Supprimons la circulation des véhicules des rues habitées.
2 - Traitons ces rues piétonnières comme des lieux de séjour.
3 - Bannissons la rue étroite formée par deux alignements parallèles infinis.
(Au contraire, dessinons des petites places, des recoins, des fonds de perspective).
4 - L'unité de regroupement n'est pas le pâté de maison, mais cette petite place que nous composons comme lieu de vie d'un groupe de familles.
5 - Il y a ou il peut y avoir une autre esthétique dans l'ordre préconçu et dans la répétition rythmée.
6 - Il faut des contrastes, variété d'architecture, des changements de formes.
7 - Dans cette variété que nous suggérons la variété de programme est fondamentale et les édifices publics sont très utiles.
(...)
11 - Ici, il y a une architecture d'espace. Il faut le mettre en valeur, projeter les effets plastiques de l'espace.10

32En plus d'appliquer une série de pratiques urbanistiques et de solutions architecturales économiques, les cas que nous vous présentons (Esquivel, Sevilla, 1952 ; S. Isidro de Albacete, Alicante, 1953 ; Vegaviana, Caceres, 1954 ; "Ciudad sindical de vacaciones", Malaga 1956 ; Miraelrio, Jaen, 1964) sont tous liés entre eux par le thème structurant de la tradition. Ordonnancements urbains, typologies de bâtiments, matériaux constructifs, techniques de finition, configurations volumétriques et détails formels, une longue liste de références (plus ou moins explicites) peuvent être considérés dans leur rapport inné avec une histoire "proche". Ce qui n'est pas une idée nouvelle et en tous cas, bien qu'elle ait déjà été défendue pendant l'aventure rationaliste du groupe "GATCPAC", elle deviendra une des revendications les plus importantes des débuts des années cinquante, des architectes les plus "progressistes".

33En fait, la même apparente orthodoxie "moderne" du "GATCPAC" contemporaine à la brève expérience républicaine, malgré l'utilisation insistante auprès de l'opinion publique, d'arguments canoniques comme "la cité fonctionnelle", "le logement minimum", etc..., introduit dans ses propres élaborations théoriques des éléments correcteurs qui tendent à émousser les angles vifs de postulats, qui autrement, seraient trop exclusifs. Voilà donc l'introduction stratégique de thématiques en mesure d'allier la conception de l'architecture comme "Art" et celle de l'architecture comme "Technique", s'appuyant sur la validité de principes d'ordre climatique surtout avec la référence à une figuration méditerranéenne nourrie d'histoire ou bien à des connotations localistes du métier de la construction.

  • 11 "Raices mediterraneas de la arquitectura moderna", AC., no 18, Barcelona, Il trim. 1935:
    "La arquit (...)

34Non seulement de telles conceptions ne répudient pas les contaminations qui peuvent naître du contact avec les traditions locales mais elles les introduisent en les transformant en suggestions et en matériel pour le projet. Une certaine particularité du rationalisme espagnol, et surtout catalan, consistera justement dans la composition méditerranéenne classique, citées au cours des temps dans les épisodes construits du passé. Introduction d'une thématique qui est traitée plus explicitement dans des numéros monographiques de la revue Actividad Contemporanea (no 18/1935 ; no 21/1936) et où l'on défend activement un lien généalogique retrouvé entre l'architecture populaire et l'architecture moderne, comme réponse aux critiques venant des secteurs professionnels les plus arriérés, qui s'insurgeaient en substance contre le caractère supposé antitraditionnel des formulations modernes et sur leur déracinement de la réalité autochtone.11

35Et à plus forte raison, à une époque où le dépassement des dogmatismes étriqués du fonctionnalisme est en train de se transformer en idéologie des "reconstructions européennes", avec les acceptions multiformes de l'architecture dite organique, on entreprendra une étude plus pondérée du patrimoine bâti ; sans pour autant vouloir parcourir de nouveau les évocations nostalgiques de formes désormais obsolètes.

36Des déclarations comme celles de G. Alomar en 1953, rétablissent clairement le lien avec une interprétation avancée de la tradition, qui s'était déjà manifestée dans les années trente, à travers l'œuvre des membres du "GATCPAC" :

  • 12 G. Alomar, "Valor actual de las arquitecturas populares" in Revista Nacional de Arquitectura, no 1 (...)

La première caractéristique de l'architecture populaire est d'être toujours rationnelle, c'est-à-dire que ses éléments essentiels ne répondent pas à un caprice mais à une fonction parce que l'œuvre répond à un principe d'utilité. Le caprice d'ornement arrive après.
La seconde est d'être toujours simple, parce que sa création est régie par une "loi d'efforts minima" : la loi du "raccourci" selon laquelle le chemin que l'on peut parcourir en ligne droite, ne se parcourt pas en courbe
La troisième caractéristique de l'architecture populaire est une esthétique simple ajustée aux préférences de la sensibilité naturelle qui déterminent le sens artistique collectif du peuple.12

37Parmi les exemples des "poblados de colonizacion" des années quarante et cinquante, ressortent sans aucun doute ceux qui ont été réalisés par J.L. Fernandez del Amo et A. de la Sota.

38Fernandez del Amo (à S. Isidro, Vegaviano, Miraelrio) utilise de toute évidence des solutions qui filtrent de manière opportune les paramètres évoqués par la tradition : les synthonies avec les pré-existences naturelles (à Vegaviana, le tracé, fondant la trame théorique, s'adapte à une plantation existante de chênes) et le recours constant à des restitutions que l'on peut reconnaître au sein des archétypes locaux, n'occultent pas l'insertion fondamentale de la mise en série des composantes du projet (des typologies aux détails), le caractère expressif accentué des compositions des volumes, la plasticité des clair-obscurs, la déclinaison constante dans un sens "architectural" même des éléments mineurs comme les murs de clôture, les traitements des parois, les objets de mobilier urbain.

39En réalité, il subsiste une tendance évidente à l'abstraction (cet auteur est aussi un amateur fervent d'art abstrait contemporain, se dédiant pendant ces mêmes années à l'édition de catalogues) où le moindre penchant hypothétique au vernaculaire est inhibé par la valeur dominante des lignes, des plans, des tonalités chromatiques, des textures des matériaux. L'insinuation éventuelle de citations ne servira pas alors de décor scénographique, mais plutôt elle ouvrira un chemin qui, indirectement, permettra de se rapporter à des valeurs substantiellement intemporelles, propres à une activité professionnelle déterminée. Mais ceci avec le risque de rester obnubilé, aussi bien par une modernisation qui phagocyte que par un historicisme anecdotique :

  • 13 J.L. Fernandez del Amo, "Del hacer unos pueblos de colonización" in Arquitectura, no 192, Madrid, (...)

En tout il y avait la leçon suprême de l'essentiel, de ce qui est produit par l’immédiate création de l'existence avec le caractère impératif d'une réalité instinctive goûtée dans la création de l'espace pour son propre usage.13

  • 14 Claro es que éste es un pequeño y humilde pueblo agricola, lleno de corrales ; pero si sustituimos (...)

40Par ailleurs de tels épisodes de projet sont le "support" d'un corpus d'instruments disciplinaires qui, dans l'après-guerre européen, se trouve à la recherche anxieuse de refondation. Quand A. de la Sota rédige le plan d'Esquivel, il est en train de dessiner consciemment une partie de ville14, et les suggestions du pittoresque ou les faux traditionnalismes évasifs lui seront totalement étrangers. Au contraire, une méthode d'approche et des propositions opérationnelles se meuvent dans une rigueur extrême, au-delà de toute envie populiste :

  • 15 A. de la Sota, "El nuevo pueblo de Esquivel, cerca de Sevilla" in Revista Nacional de Arquitectura (...)

Un village sur un nouveau plan a des caractéristiques bien définies et différentes de celui qui s'est formé au cours des siècles : le pittoresque, naturel dans les villages qui sont nés et ont grandi au hasard, doit être mesuré, presque annulé dans ceux qui sortiront de nos planches. Nous savons déjà où le contraire nous porte : à créer un décor de théâtre chargé de fioritures. Esquivel aurait pu être encore plus rigide, non dans le tracé, mais dans ses détails ; il a été considéré comme une étape avant les villages qui viendront, ceux qui devront suivre, qui tendront à être, assurément, épurés. On a recherché dans tout le village la simplicité, notre cheval de bataille, pour faire les choses malgré toutes les théories qui les expliquent, avec une simplicité absolue ; le plus "de rien possible", avec le moins de science.15

41Cette tension de fond, évidente dans les épisodes rappelés ici, se désagrège complètement dans la réalisation de la "ciudad sindical" de Marbella de Aymerich et Cadarso del Pueyo : ce n'est pas un hasard si, le lien entre résidence et travail ("structurel" dans le cas des "poblados") étant moins étroit, la translation du modèle, complètement vide de sens, se traduit en fantasme : une ville de l'oisiveté, du temps libre, temple des maniérismes les plus mielleux, où le caractère arbitraire des formalisations désinhibé, s'oppose à la dissémination éloquente des parcelles résidentielles, situées en "désordre" sur un versant panoramique vers la mer.

  • 16 M. Aymerich, A. Cadarso del Pueyo, "Ciudad para vacaciónes en Marbella (Espana)" in Informes de la (...)

En général, on a préféré la ligne courbe à la droite parce qu'elle est plus expressive et adaptable à une architecture aux formes douces et aux ombres nuancées, dans un milieu où la dureté de la lumière est un facteur d'importance, et l'on a concédé au mur blanchi à la chaux (comme élément de base de la composition) toute la valeur traditionnelle et expressive qu'il contient, tant dans l'accueillant caractère des espaces fermés, qui protègent l'intimité d'une habitation, que dans le dessin du mouvement ascendant de l'église qui culmine avec la tour et le campanile.16

42C’est une ville collective du plaisir, avec ses rites de regroupements (les logements n'étaient pas dotés de cuisine, donc on mangeait obligatoirement tous ensemble au restaurant), imprégnée d'images captivantes, dont la virtuosité mystique explose dans l'architecture de l'église : monument authentique au "maniérisme" fait pour concentrer l'impulsion d'une esthétique narcissique diffuse dans toute l'implantation. Une fois que l'on a exclu le travail, nous voici en présence d'une véritable cité-jardin méditerranéenne, pacifiante, séduisante, exaltante.

43C'est justement pour cette raison structurelle qu'il faut peut-être rechercher l'aspect positif de la plus grande partie des "poblados", qui, encore aujourd'hui, résistent héroïquement aux mésaventures du temps. Ils sont en réalité des unités qui fonctionnent dans l'identité précise de "ville du travail". Caractéristique qui constitue leur valeur la plus constante, en nourrissant intresèquement tout autre expérience (urbaine, typologique, linguistique) ; un dialogue fécond s'établit ainsi entre la fonction de résider et celle de produire à travers ses restitutions architecturales polymorphes.

44Si Vegaviana, Miraelrio et Esquivel sont sûrement les occasions où une telle dialectique s'exprime dans un sublime aigu, quels en sont les motifs ?

45S'il est vrai que les sujets d'une telle réussite de représentation (forme planimétrique, dialogue avec le patrimoine figuratif et constructif autochtone, équilibre consolidé de l'ensemble) sont multiples, il y a cependant un aspect ultérieur qui, selon nous, recueille le sens profond de ces trois expériences d'urbanisation.

46À la "tension" initiale entre résidence et travail, qui dans ces cas comme dans d'autres, est destinée à articuler les propositions architecturales (séparation des circulations de véhicules, disposition dans les enceintes domestiques d'espaces de travail, de dépôt et de première transformation des produits agricoles), on ajoute une nouvelle opposition non résolue : celle qui résulte du rapport entre tout le noyau habité et le lieu physique destiné à recevoir les virtualités du centre.

47Il faut donc prêter attention, dans ces trois cas, au fait que le noyau de la centralité est presque dissous : à Vegaviano, la scansion des lots individuels, disséminés sur le terrain suivant un "désordre régulier", trouve comme unique moment d'interruption la succession alignée des complexes publics, avec l'esquisse d'une place principale où se combinent mairie, église, écoles ; mais c'est une enclave complètement perméable, aux bords fragiles qui favorisent de libres échappées visuelles, tandis que la poussière terreuse du grand espace ouvert fait s'évaporer la netteté des volumes. À Miraelrio, la forme particulière en anneau fini qui délimite, et suivant lequel se disposent les maisons-fermes, rend paradoxalement pôle central tout le village, ou plutôt tout l'espace qui court entre la circonférence externe et ses points intérieurs d'ancrage. Les fonctions réprésentatives suivent donc un développement du bâti linéaire qui contredit de manière significative le caractère circulaire adopté pour l'implantation, en provoquant entre les édifices publics et les maisons individuelles un flux d'intéractions radiales qui se "matérialisent" sur l'espace de leur intervalle, et qui restent de manière provocante privées d'attributs.

  • 17 Très opportunément A. de la Sota répondra en se référant à une critique qui lui avait été adressée (...)

48À Esquivel, enfin, les fonctions administratives, sociales et religieuses sont totalement "expulsées" de la partie résidentielle, elles sont implantées dans une aire dénudée avec de rares éléments d'identification, et offrent une configuration d'apparitions suggestives d'étrangeté au milieu d'une grande aire libre où les rapports entre les différents objets sont seulement susceptibles d'être théorisés, fuyant à la communication immédiate de la réthorique.17

49Toutes ces sortes de places sans définition rendent invalide cette logique prévisible de la délimitation scrupuleuse des espaces, utile pour confirmer les stratégies de représentation institutionnelle (comme on pourrait prévoir si nous analysons les suggestions à ce propos qui émanent des mêmes autorités de l'Etat) : ici par contre, d'une part, la grammaire morphologique du bâti central apparaît décousue, relâchée, diluée tandis que, d'autre part, le forum, plan de compétence sur lequel l'architecture des fonctions publiques devrait reconnaître son propre reflet prégnant, justement, cette superficie hypothétique de mise en évidence, est vide, en réalité démise, sans dessin de pavage, non équipée pour disperser à ses alentours des réverbères emphatiques. Au lieu d'un centre, pôle conventionnel du "plein", de l'exhibition ostentatoire de la "valeur", on se trouve face à l'exposition spectaculaire du "vide".

50Naturellement, un "vide" entendu comme absence de définition, comme évocation d'un rapport différent, comme signe de l'impossibilité de conclure, dans une sémantique péremptoire, le sens du projet ; et le "vide" est exactement le rêve de la ville contemporaine, qui, étouffée par la densité, la matière, le béton, (mais aussi les jardins, les alignements d'arbres, les étangs) le désire, mais réussit rarement à l'exprimer. Le vide est une "scène", théâtre authentique de l'attente, où espérer que les immeubles, les rues, les constructions manifestent leur énigme, l'élan d'un accomplissement de nos recherches qui toutefois n'arrivera jamais, la tentative inépuisable de sonder l'inconnu. Là où le "plein" hurle de manière expressionniste, le vide nous pousse à l'écoute, à la vision, à la compréhension circonspecte des choses, des personnes, des cieux.

51Ces énormes esplanades "centrales" incultes, sans aucun aménagement, sans "projet" apparent, avec de la terre, de l'herbe et des gestes disposés à représenter leur propre liberté, ces pures cristallisations de faisceaux de tension invisibles mais perceptibles, se détachent comme le témoignage d'un travail de projet interminable ; l'unique qui, à notre avis, fuyant la prétention d'éteindre dans un langage (peu importe qu'il soit folklorique ou abstrait) les complexités de l'interprétation, devient vraiment le dépositaire et l'explication d'une volonté moderne de transformation.

Notes

1 G. Valentin Gamazo, "La reorganización general, desde el Instituto Nacional de Colonización" en Segunda Asemblea Nacional de Arquitectos, Madrid: Ediciónes D.G.A., 1941, p. 41-42.

2 G. Valentin Gamazo, "La casa y su medio", in Revista Nacional de Arquitectura, no 42, Madrid, 1945.

3 F. de Cossio, “El hombre y la casa" in Revista Nacional de Arquitectura, no 13, Madrid, 1945.

4 J. Fonseca, "La vivienda rural en Espana : estudio técnico y juridico para una actuación del Estado en materia" in Arquitectura, no 1, Madrid, 1936, (l'italique figure dans l’original).

5 En la composición de la vivienda hay que partir de su pieza fundamental, la cocina, que aunque se destine unicamente a la preparación de alimentas ha de ser amplia, no solo porque en todo caso se hace la vida en ella, sino porque es muy raro que en el campo espanol exista la cocina de preparación de alimentos para el ganado separada." A. Allanegui, "Divagaciones sobre arquitectura rural" in Reconstruction, no 31, Madrid, 1943.

6 "Hemos de pensar en pueblo; con criterio de artesano practico que construye su casa con sus propios medios, y con sensibilidad de arquitecto formada en la observación de lo muchissimo bueno, honrado y funcional que se conserva en los pueblos". A. Camara Nino, "Notas para el estudio de la arquitectura rural en Espana", in Reconstruccion, no 6, Madrid, 1940.

7 J. Fonseca, "Población agricola y economica", in Revista de Trabajo, Madrid, 1945.

8 J. Tames Alarcon, "Proceso urbanistico de nuestra colonización interior" in Revista Nacional de Arquitectura, no 83, Madrid, 1948.

9 A. Herrero, "Independencia de circulaciónes y trazado de poblados" in Revista Nacional de Arquitectura, no 81, Madrid, 1948, (c'est l'auteur de l'article qui souligne).

10 A. Herrero, "15 normas para la composición de conjunto en barriadas de vivienda unifamiliar" in Arquitectura, no 168, Madrid, 1955, (les italiques font partie du texte original).

11 "Raices mediterraneas de la arquitectura moderna", AC., no 18, Barcelona, Il trim. 1935:
"La arquitectura moderna, tècnicamente, es en gran parte un descubrimiento de los paises nórdicos, pero espiritualmente es la arquitectura mediterranea sin estilo la que influye esta nueva arquitectura. La arquitectura moderna es un retorno a las formas puras, tradicionales, del Mediterraneo. Es una Victoria mas del mar latino! "

12 G. Alomar, "Valor actual de las arquitecturas populares" in Revista Nacional de Arquitectura, no 137, Madrid, 1953, (les italiques font partie du texte original).

13 J.L. Fernandez del Amo, "Del hacer unos pueblos de colonización" in Arquitectura, no 192, Madrid, 1974.

14 Claro es que éste es un pequeño y humilde pueblo agricola, lleno de corrales ; pero si sustituimos el nombre (y el concepto) de corrai por jardin y el de carro por su significado en otros lugares del mundo — automovil —, podriamos hacer de Esquivel un barrio de senores."

15 A. de la Sota, "El nuevo pueblo de Esquivel, cerca de Sevilla" in Revista Nacional de Arquitectura, no 133, Madrid, 1953.

16 M. Aymerich, A. Cadarso del Pueyo, "Ciudad para vacaciónes en Marbella (Espana)" in Informes de la Construcción, no 157, Madrid, 1964.

17 Très opportunément A. de la Sota répondra en se référant à une critique qui lui avait été adressée pour la "curieuse" localisation de la mairie et de l'église dans le "poblado" de "Esquivel : Il n'a jamais été pensé que cette place pourrait être un jardin. Y avoir pensé nous aurait amené au fracas. Il a été pensé presque comme un terrain vague avec des arbres, et cela avec des chemins bien définis et soignés come un rivage. Je suis sûr que cela suffit". A. de la Sota in AA. VV., "Posibilidades que tienen...", cit. (C'est nous qui soulignons).

Table des illustrations

Légende J. Fonseca. Schéma d'établissement polynucléaire, 1945.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Croquis de petit village avec séparation des circulations, 1948.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 285k

Auteur

Professeur associé, Université de Barcelone

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540