Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Deuxième partie. Variation d'échelle - diversités programmatiques

La cité-jardin Sepolno à Wroclaw (1919-1935)

Wanda Kononowicz

Texte intégral

  • 1 Kononowicz W., Przemiany formy urbanistycznej Wroclawia w XIX i na poczatku XX wieku. (Thèse de do (...)

1La tradition de la fondation des cités résidentielles à la périphérie de Breslau remonte aux années soixante-dix du xixe siècle. En 1872, en dehors de la limite méridionale de la ville, à la campagne Borek (Kleinburg), on lotit la première cité de villas selon un plan horizontal, caractéristique de l'époque. En 1897, on incorpore cette cité à la ville afin de ne pas perdre de riches contribuables1.

  • 2 Sitte C., Der Städtebau nach seinen Künstlerischen Grundsätzen, Wien : 1889 ; Collins G. R., Colli (...)

2Au tournant du siècle on introduit de nouvelles solutions formelles qui reflètent les influences de l'école d'urbanisme de Camillo Sitte (1843-1903). Les plans pittoresques des cités Borek II (1898) et Zalesie (Leerbeutel, 1901) illustrent une nouvelle tendance urbanistique où l'on commence à souligner l'aspect esthétique. Les cités nouvelles, en principe typiquement résidentielles, n'ont aucun équipement de service2.

  • 3 Howard E., To-morrow : a Paceful Path to Real Reform, London : 1898. Titre de la 2nde édition Gard (...)

3Grâce à Ebenezer Howard (1850-1928), qui définit, en 1898, le modèle socio-économique de la "ville-jardin" comme une unité fonctionnellement autonome, se manifeste en Europe un vrai "mouvement des cités-jardins". Ses partisans ont en vue la décentralisation de grandes villes. La construction de Letchworth (1903), d'après le projet urbanistique de Raymond Unwin et de Barry Parker, sous les auspices de la "Garden City Association" dirigé par Howard, contribue à la réalisation d'entreprises similaires dans d'autres pays3.

  • 4 Unwin R., Town Planning in Practice, London : 1909 ; Castex J., Depaule J.-Ch., Panerai Ph. Formes (...)

4Les principes de l'organisation de l'espace urbanistique, codifiés par Unwin et mis en œuvre à Hampstead (1907) sont encore strictement respectés par les architectes du cours de l'Entre-deux-guerres4.

  • 5 En 1908 les filiales de "Gartenstadtgesellschaft" existent dans 27 villes, entre autres à Nurember (...)
  • 6 Posener J., Berlin auf dem Wege zu einer neuen Architektur. Das Zeitalter Wilhelms II. München: 19 (...)

5En Allemagne, le "mouvement des cités-jardins", commencé par la création de Gartenstadtgesellschaft (1902), apporte plusieurs réalisations. La première, Hellerau, près de Dresde (dès 1907) considérée comme modèle, est bâtie à l'initiative du Werkbund d'après les projets de Richard Riemerschmid (1868-1957), sous la protection artistique de Hermann Muthesius (1861-1927), de Theodor Fisher (1862-1938) et de Heinrich Tessenow (1876-1950)5. Comme Posener l'a justement remarqué, les "cités-jardins" allemandes n'ont pas le caractère autarcique du modèle anglais. Ce sont des cités ouvrières, construites près de la ville (ex. Hellerau, Staaken), ou des cités résidentielles de faubourg (ex. Falkenberg, Perlach)6.

  • 7 Markgraf H., Geschichte Breslaus in kurzer Übersicht, Breslau: 1913, p. 94.
  • 8 Au printemps 1913 "Eigenheim-Baugesellschaft für Deutschland m.b.H.-Breslau" annonce le concours " (...)
  • 9 L'aménagement de la place du marché à Karlowice est réalisé définitivement par la société Eigenhei (...)
  • 10 Kiem K., "Die Gartenstadt Staaken als Prototyp der modernen deutschen Siedlung", in Lampugnani V. (...)

6Le premier projet de la "cité-jardin" de Breslau — Biskupin (Bishofswalde) — dressé en 1908 par Conrad Helbig, présente une pittoresque cité de villas au caractère typiquement résidentiel. Le projet d'une autre cité de villas, Karlowice (Carlowitz), dont la réalisation démarre en 1911, dans le même temps que celle de Biskupin, comporte un programme plus développé7. D'après cette conception, la vie publique doit se concentrer autour de la place carrée, où se trouvent l'hôtel de ville, l'école, la poste, le restaurant, la confiserie et les magasins8. Le projet de Willy Hoffmann, bien qu'il ait reçu le premier prix, ne fut jamais réalisé9. Après deux années de travail Paul Schmitthenner (1884-1972), responsable de l'entreprise soutenue artistiquement par Hermann Muthesius et par Hans Poelzig (1869-1936), quitte Breslau par suite du conflit entre le Jury du Concours et l'investisseur "Eigenheim-Baugesellschaft für Deutschland m.b.H., Breslau". Dans les années 1914-1917, Schmitthenner s'occupe de la construction de la "cité-jardin" Staaken-Spandau, près de Berlin10.

  • 11 Dans les années 1907-1908, le Bureau Technique de Meltzer et Kreuz, l'arpenteur juré et (ingénieur (...)
  • 12 Berg m., "Die Besiedlung des Zobten unter Erhaltung seiner landschaftlichen Schönheit", in Schlesi (...)

7Max Berg (1870-1947), le Stadtbaurat de la ville de Breslau dans les années 1908-1925, présente le projet de nouvelles cités résidentielles. Il souligne le rôle et le lieu de la cité résidentielle dans le plan global de la ville et propose les solutions partielles. Étant partisan de la conception anglaise qui se fonde sur la construction des maisons en dehors d'une ville, Berg prévient du danger de créer des cités au caractère spéculatif, "confus". Il craint que la ville ne perde de riches contribuables. Il trouve qu'il est nécessaire d'incorporer les communes de faubourg, incapables d'être autonomes et où le processus de construction des villas est déjà avancé11. Toutes les liaisons du type "Zweckverbangesetz" peuvent concerner les communes éloignées de Breslau de 30 km, comme Sobotka (Zobten), Trzebnica (Trebnitz), Oborniki (Obernigk). Berg et Paul Heim (1879-1963) dressent pour Sobotka un projet urbanistique mûr et complet et s'opposent à la tendance à construire d'une manière spéculative12.

  • 13 Eberstadt R., Handbuch des Wohnungswesens und der Wohnungsfrage, Jena : 1909, p. 167-169; Scheffle (...)

8Berg, en tant que Stadtbaurat, lance l'idée de cités résidentielles construites à la limite de Breslau avant la Première Guerre mondiale. Il rappelle ses propres expériences ainsi que celles des urbanistes participant au concours de Berlin (1910). L'idée de décentralisation de la ville, élaborée par Rudolf Eberstadt (1856-1922) ou par Karl Scheffler (1869-1951), influence la vision urbanistique de Breslau présentée par Berg en 192113. Berg propose de diviser la ville en trois zones : la zone d'habitation, "Wohnstadt", à l'aménagement bas, située à la périphérie de la ville, avec les espaces verts, les jardins et les terrains de jeu ; la zone de travail et de commerce, City — "Geschäfts und Arbeitstadt" ; la zone de science et de culture — l'équivalent de "Monumentalstadt" — avec les grandes écoles, les musées, etc.

9Max Berg est l'auteur du projet dressé pour le quartier Grabiszyn, juste après l'incorporation de ce village dans la ville de Breslau (1912). C'est le premier exemple de cité résidentielle à la périphérie de Breslau. Ce projet n'a pas été réalisé. En reflétant les influences des plans pittoresques, il introduisait de nouvelles qualités fonctionnelles et spatiales. Autour de la place carrée était prévus des magasins et une église ; près de l'étang — des cafés et des restaurants. Étaient aussi envisagés de larges espaces verts constituant les terrains de récréation et d'isolement. Dans son projet Berg propose de mêler habitat dense et maisons isolées, formant des ensembles architecturaux fermés et ouverts, avec des zones vertes, accessibles à tout le monde. Dans son projet dressé pour Grabiszyn, Berg propose, comme dans le projet que Sobotka fait en collaboration avec Heim, une disposition d'espace plus aboutie que celle des plans présentés par Meltzer et par Kreuz.

  • 14 Kononowicz w., Przemiany formy urbanistycznej Wroclawia w XIX i na poczatku XX wieku, op. cit., p. (...)
  • 15 Après la Première Guerre mondiale Breslau a été la ville la plus peuplée de l'Allemagne. La densit (...)
  • 16 Les appartements d'immeubles réalisés dans les quartiers Sepolno i Ksieze Male ont été présentés à (...)

10Le projet de Berg anticipe les cités-jardins coopératives construites après la Première Guerre mondiale à la lisière de Breslau14 : 1. Sepolno (Zimpel, 1919-1935) à l'est, d'après le projet de Hermann Wahlich et de Paul Heim ; 2. Popowice (Pöpelwitz, 1919-1926) à l'ouest, d'après le projet de Théo Effenberger (1882-1968) ; 3.Grabiszyn (Eichborngarten, 1919-1925), d'après le projet de Heim et d'Albert Kempter (1883-1941)15. L'idée des cités-jardins construites à la périphérie des villes, définie dans le premier plan global de Breslau (1925), est continuée après la démission de Berg, (1925), par les Stadtbaurats qui lui succèdent : Hugo Althoff (né en 1884), Stadtbaurat de 1926 à 1929, et Fritz Behrendt (né en 1877), Stadtbaurat de 1929 à 1934. Par suite du développement de Breslau (1928) la superficie de la ville s'agrandit. On construit les cités nouvelles. C'est à cette époque-là que l'on achève définitivement Sepolno dont le projet a été fait au moment où seulement une partie de ce village appartenait à Breslau. Heim et Kempter, les architectes les plus créatifs des cités résidentielles de Breslau dans les années vingt, présentent les projets de trois grandes cités : Nowy Biskupin (Neue Bischofswalde, 1928), Ksieze Male (Klein Tschansch, 1928), Pilczyce (Pilsnitz, 1929). La réalisation, plus ou moins complète, de ces cités est liée aux recherches de méthodes rationnelles de construction de logement économiques16.

La cité-jardin Sepolno - Histoire et développement urbanistique

  • 17 En 1981, l'auteur avec un groupe de collaborateurs a examiné les valeurs architectoniques et urban (...)
  • 18 Berg m., Der Architekt Pau Heim. Zum 100. Geburtstag, in Schlesien, 4, 1980, p. 231.
  • 19 Ibidem.

11La cité-jardin Sepolno, projetée par Hermann Wahlich et Paul Heim, constitue le plus intéressant exemple des cités coopératives construites à Breslau entre les deux guerres. C'est un phénomène européen du point de vue de la composition et de la fonction17. Le grand urbaniste Ernst May, dans son discours prononcé pour la "Deutsche Akademie für Städtebau und Landesplannung", dont Heim était aussi membre, a défini cette cité comme "une grande œuvre urbanistique"18. Michael, le fils de Berg, en confiant Sepolno au conservateur a remarqué que ce quartier constitue "l'exemple même de la cité humaine (digne de l'homme) construite à la périphérie de la ville"19.

Wroclaw- Sepolno : plan de la cité, réalisé en 1935.
1. l'école ; 2. l'église protestante en mémoire de Gustav Adolf, 3. l'église catholique de la Sainte-Famille, 4. les magasins et les services, 5. la maternelle, 6. l'ancienne villa et le jardin de Jonsche, 7. la pépinière, 8. l'ancienne villa de Röhl, 9. la cité résidentielle pour les ouvriers non-qualifiés, 10. le cimetière, 11. le jardin de l'école, 12. les petits jardins.

12Dans la cité dont la superficie totale était d'environ 100 ha on a prévu environ 2 200 logements pour 10 000 habitants. L'aménagement de la cité est constitué d'immeubles d'habitations en série à deux étages, de maisons isolées comportant 4 à 12 logements et de maisons individuelles isolées en série. Les jardins occupent 76 ha de la superficie, le reste étant destiné aux espaces verts et aux rues.

13Dans la composition spatiale limpide de la cité domine l'axe du square central (5 ha) fermé du côté ouest par le bâtiment de l'école et du côté est par l'ancienne église protestante. Le végétal constitue le motif principal de cette réalisation urbanistique. Le square longitudinal qui se présente ici comme une colonne vertébrale du plan est lié de façon lisible à un ensemble spacieux de jardins. Parallèlement aux deux côtés du square passent les rues centrales de la cité. Ces rues, au niveau de l'école et de l'ancienne église se dirigent librement vers le sud et le nord. Les rues supportant le trafic le plus dense se situent en bordure de la cité. Les services principaux, tels que la poste et les magasins, sont situés dans les rez-de-chaussée de maisons d'habitation, le long des deux rues principales au centre, et près des places d'entrée.

14L'habitat est principalement disposé sur les rues latérales perpendiculaires à l'axe central qui forment un système "en peigne" (dans les parties nord et sud) et un système "radial" dans la partie est. Cette composition présente d'incontestables qualités pittoresques quoiqu'elles soient différentes de celles des premières cités modernistes de Breslau. (p. ex. la cité Zalesie édifiée en 1901) à but spéculatif et destinées à des clients riches. Ce pittoresque "arrangé" de la composition urbanistique de Sepolno est strictement déterminé par sa rationalité et par son programme élaboré par la coopérative qui impose une standardisation spécifique. Il est caractéristique des projets et des réalisations des cités de l'époque.

  • 20 Voir la note 4.
  • 21 Forster K. W., "Sozialer Wohnbau : Geschichte und Gegenwart", in archithese, Niederleufen (Schweit (...)

15Dans le plan de la cité on remarque la reprise de principes de Raymond Unwin, telles que la structure globale, la distinction nette du centre, la présence de l'axe, les structures locales, pittoresques et différenciées, la limite — barrière au développement, les portes — entrées nettement indiquées20. La compacité du plan de Sepolno et la méthode dite du "planisme à l'intérieur" révèlent les influences de New Harmony (1817) de R. Owen. La compacité anticipe une grande cité berlinoise Britz (1925) de Bruno Taut et de M. Wagner. Selon Kurt W. Forster, cette compacité résulte de procédés connus mais elle reflète aussi la réalité. Les cités sociales cessent d'être le simple lieu d'habitation. Elles participent aussi de la séparation des groupes sociaux selon des critères économiques21.

16Le plan est apparemment homogène, mais une analyse plus détaillée permet de distinguer trois terrains enclavés morphologiquement différents.

  • D'abord, le terrain enclavé au nord, la composition pittoresque fait penser aux compositions anglaises de type cottage (1919-1925). L'aménagement de ce terrain est basé sur la division du terrain en parcelles privées.
  • Ensuite, le terrain enclavé au sud dont la composition est nettement plus rigide, la construction en série y est divisée en sections de 4 logements avec l'espace vert commun des jardins qui donnent sur la rue et avec les jardins privés groupés entre les maisons. On a essayé d'adoucir les compositions en interrompant les longues suites d'élévations par les constructions de coin situées "en pylône". On a obtenu de cette façon un effet de "méandre" de la ligne de bâtiments, qui a permis une intimisation des intérieurs. Dans cette partie de la cité ont été aussi réalisées des maisons individuelles en série avec leurs jardins (1926-1930).
  • Enfin le terrain enclavé, situé à la pointe de la cité, est constitué d'un ensemble de maisons individuelles groupées autour d'un petit cul-de-sac. Ce sont les seules maisons individuelles isolées dans toute la cité (1933-1935).

17La diversité formelle de ces trois parties est surtout due à la durée de la réalisation de la cité qui a donné la possibilité d'apporter des corrections afin non seulement d'obtenir les effets formels compatibles avec les tendances de l'époque mais aussi et peut-être avant tout d'augmenter la densité de construction imposée par les facteurs économiques. La principale cause de ce retard de la réalisation résultait du fait que la limite de la ville passait par le terrain de la cité. Au moment où on a commencé la réalisation de la cité seulement environ un quart de la superficie de la cité se trouvait dans les limites de la ville. Les incorporations successives des terrains de banlieue à la ville en 1924 et en 1928 ont permis la réalisation définitive du projet.

  • 22 Siedlung Zimpel. Architekten Wahlich und Heim, in Ostdeutsche Bauzeitung, 18 (1920), p. 241-242, t (...)
  • 23 Siedlung Zimpel. Architekten Wahlich und Heim, in Schesisches Heim, 1(1920), c. 5, p. 2-8.

18Le premier projet urbanistique de la cité Sepolno a été élaboré par les architectes de Breslau, les membres du BDA (Bund Deutscher Architekten), Hermann Wahlich et Paul Heim. Ils l'ont signé le 4 août 1919. L'original n'existe plus mais une reproduction du projet a été publiée dans "Ostdeutsche Bauzeitung22" et dans "Schlesisches Heim23". La composition spatiale de la cité, par son ambiance et la manière pittoresque d'élaboration des détails de petits intérieurs urbanistiques, fait penser aux banlieues-jardins anglaises. Certains fragments du plan présentent une analogie avec les cirrus et les crescents anglais.

19Dans le projet de 1919 on a déterminé le principe général de la composition et jalonné les voies de communication. Malgré plusieurs changements de détail, ils se sont maintenus jusqu'à la fin des travaux en 1935. Les versions successives du plan datent de 1922, 1926, 1927, 1928, 1933.

  • 24 Heim p., "Die öffentlichen Gebäude der Siedlung Zimpel", in Schlesiche Monatshefte, 4(1927), p. 25 (...)

20Le principe de composition de la version originale consiste dans la soumission du plan de la cité à l'axe principal, souligné par le square allongé (5 ha), fermé des deux côtés par les bâtiments d'utilité publique. La distribution de ces édifices et des services est tout à fait différente de la version réalisée. L'axe principal est fermé du côté est par le bâtiment de l'école (probablement d'enseignement secondaire), du côté ouest par un grand ensemble de bâtiments composé de la maison du peuple, l'église protestante, l'école (primaire ?) avec la salle de gymnastique, la maternelle, l'établissement de bains et les locaux administratifs. Les magasins d'alimentation et l'auberge se trouvent dans les bâtiments formant le crescent à l'entrée de l'une des rues principales de la cité du côté de la ville. Tout près de l'ensemble de bâtiments de la cité, sur le terrain (5,5 arpents) du parc appartenant à l'ancienne propriété Johnsche, était prévue la construction du nouveau bâtiment de l'hôpital pédiatrique. Le lieu où on voulait édifier le centre critique a été soigneusement choisi. Il se trouvait entre les deux rues d'entrée et la fermeture de l'axe du grand square. Grâce à cette localisation il est devenu une place principale de la cité. Les architectes ont pris soin à la fois de la localisation mais aussi de la forme de la place et de la disposition de la perspective de l'architecture des bâtiments. Dans la première version, le bâtiment de l'église a fermé l'axe de vue de la rue d'entrée. Selon Heim chaque bâtiment était lié avec un autre ce qui donnait en fait l'impression d'un grand édifice morcelé, avec des cours extérieures fermées par ses ailes et répondant à des fonctions particulières24. Wahlich et Heim ont proposé dans leur projet alternatif une composition axiale. Ils ont situé l'église protestante en front de square, juste en face de la maison du peuple flanquée d'ailes symétriques répondant aux autres fonctions. Cette version-là n'a jamais été réalisée.

  • 25 Behrendt f., "Der Wettbewerb zur erlangung eines Bebauungsplanes des Stadt Breslau und ihrer Voror (...)

21La cité était entourée par des rues importantes pour la desserte de la ville entière. La rue Okolna (Ringstrasse, actuellement la rue 9 Maja) jouait le rôle de voie périphérique communale reliant les quartiers sud, ouest et est, sans passer par le centre-ville. La réalisation de cette voie périphérique correspondait au projet de construction du pont Grüneichener Brücke sur le fleuve Oder. Tous les architectes participant au concours de 1921 (le développement de Breslau)25 ainsi que les auteurs du plan général de la ville (1925) approuvaient la fonction périphérique de cette rue.

22La rue Schwoitscher Landstrasse (aujourd'hui la rue Mickiewicz), 36 m de largeur, avec une bande de verdure du côté de la cité, assurait la principale liaison entre la cité et la ville. Zimpeler Weg (la rue Dembowski), qui fermait la cité du côté sud, comportait, elle aussi, une large bande végétale. C'est pourquoi on voulait aménager une promenade conduisant au terrain de loisirs, "Wilhelmshafen", qui se trouvait au bord de l'Oder, à Barthelm (Bartoszowice). Deux rues principales à l'intérieur de la cité formaient deux axes de communication à la direction Est-Ouest. Les habitations étaient disposé sur le canevas des rues latérales, en majorité orientées Nord-Sud. Toutes les ruelles étaient reliées par une allée entourant la cité, nommée Obst Allee (Allée des Fruits). Pour souligner le caractère de la cité on a donné à toutes ses rues des noms d'oiseaux.

  • 26 M. Berg écrit sur la compréhension de l'ornement par Heim : "Ernst Bloch écrit son ouvrage princip (...)

23Le long des rues d'habitation les architectes ont mis en œuvre le même motif de composition le "Gartenhof" (la cour jardin) variante du "close" d'Unwin. Le Gartenhof est formé par le resserrement et le retrait de la ligne d'implantation en fond de la parcelle. Ainsi, les jardins et les arbres créaient "l'architecture" de la rue, les maisons en fond de parcelles appartenaient au jardin. La rue pleine d'arbres et de fleurs, typique de la "cité-jardin", n'existait pas ailleurs. Les trois petites places rondes, entourées par les ensembles pittoresques diversifiaient la partie Est de la cité. La composition même de la cité a constitué un ornement riche et spécifique qui compensait et complétait la simplicité de l'architecture26. Dans la cité du type "Flachbausiedlung" on a prévu des maisons modestes, de type campagnard, dépourvues d'ornement, à deux étages, aux toits hauts. Ces caractéristiques principales qui résultent entre autres du programme visant à assurer les conditions fondamentales de l'existence de l'homme sont les suivantes : "objectivé", simplicité, fonctionnalisme et union avec la nature.

  • 27 Schlesisches Heim, 1920, p. 6, Ostdeutsche Bauzeitung, 1920, p. 242.

24Dans le premier projet étaient prévues des maisons familiales édifiées sur des parcelles de 300 à 500 m2. A cause de la crise et de la hausse des prix des matériaux de construction, ainsi qu'en raison d'une grande demande de logements les architectes ont partagé les maisons en deux logements ; ils ont divisé aussi les jardins. Une maison moyenne avait donc un jardin d'une superficie de 100 m2. Les changements prévus étaient réversibles — de chaque demi-maison on pouvait refaire une maison pour famille unique27. Chaque appartement avec une cuisine et une salle de bains occupait environ 55 m2. La superficie de la plus grande pièce comptait au moins 19 à 20 m2.

  • 28 Gemeinnützige Aktiengesellschaft für Angestellten - Heimstätten zu Berlin-Steglitz, Geschäftsstell (...)

25À partir de 1919, deux organismes participèrent à la réalisation de la partie la plus ancienne de la cité (20 ha) : Siedlungsgesellschaft Breslau A.-G. et GAGFAH (Gemeinnützige Aktiengesellschaft für Angelstellten - Heimstätten) dont le siège était à Berlin-Steglitz et la filiale silésienne à Breslau28. GAGFAH construisit ses maisons le long des rues P. Wysocki et J. Szaniecki. Les maisons édifiées dans cette enclave ont été conçues par l’architecte Harnacher. Au niveau urbanistique il se référait assez fidèlement au plan original, acceptant les tendances pittoresques d'Unwin proposées par les auteurs. Cette architecture comprend des éléments de classicisme prussien.

Wroclaw-Sepolno. Trois bâtiments principaux de la cité.

26Wahlich et Heim, les réalisateurs de la partie qui se trouvait sur le terrain acheté par Siedlungsgesellschaft Breslau A.-G., ont simplifié un peu leur propre plan et diminué le nombre de bâtiments qui fermaient les "cours jardins" (la rue Glowacki, la rue Godebski).

27En 1922, Wahlich et Heim ont présenté une nouvelle version du projet urbanistique de la cité. Elle a été corrigée probablement sous l'influence des projets présentés au concours. Le plan contenait beaucoup de simplifications et montrait l'appauvrissement formel par rapport à la première version de 1919. Les principes généraux de la composition subsistaient, seuls des éléments secondaires étant modifiés ; les auteurs ont abandonné les trois petites places en forme de rosette, prévues en partie est de la cité et ont transformé les doubles cours jardins qui longeaient les ruelles de la partie sud en intérieurs allongés séparés. Le plan a ainsi beaucoup perdu de son pittoresque.

28Pour pouvoir conserver l'impression d'homogénéité Wahlich et Heim cherchaient à garder l'unité du plan de la cité. Si l'on ne connaît pas la version de 1919, le plan de 1922 semble homogène. De prime abord il est impossible de repérer les nuances qui différencient une partie réalisée de la nouvelle. La composition du plan possède une forte directive formelle. Tous les changements, même importants, d'éléments secondaires de cette composition restent cachés. Cette suggestion est vive même aujourd'hui. Malgré les changements, importants dans la composition des éléments secondaires, introduits au cours de la réalisation de la cité, le plan apparaît homogène. Dans la conception de 1922 les auteurs suivent les principes de Flachbausiedlung — les maisons pour 4-8 familles sont basses, isolées, construites sur les parcelles individuelles. Dans les rues de bordure de la cité, l'arrangement des bâtiments se caractérise par un certain rythme obtenu par l'alignement des maisons : pignon-faîte-pignon.

29En 1925, P. Heim invite à collaborer Albert Kempter, son camarade d'études à Baugewerbeschule à Stuttgart, ce qui a eu une grande importance quant aux travaux de conception de l'équipe de P. Heim et de H. Wahlich. Heim et Kempter font un duo harmonieux d'architectes. La plupart des maisons de la cité Sepolno ont été édifiées d'après leurs projets. Les changements de détails introduits à la conception en 1925 ne concernaient pas les problèmes principaux. On a élaboré certains détails de l'aménagement avec plus de soin et plus de raffinement ce qui a fait ressortir ses valeurs esthétiques et l'a rendu plus mûr. On a accentué plus nettement les entrées des rues principales de la cité en construisant des portes de passage avec leurs cours. (On a construit une de ces "portes" dans le coin formé par la rue Kosynierow Gdynskich et la rue 9 Maja.) Le programme concernant les constructions d'utilité publique a été augmenté d'une église catholique.

  • 29 Berger o., Die Bauordnung vom 20. Mai 1926 und andere baurechtliche Bestimmungen für Breslau, Bres (...)

30Les conceptions suivantes qui datent des années 1927 et 1928 apportent des changements essentiels dans l'aménagement des parties sud et est de la cité. On a décidé d'y édifier exclusivement des maisons collectives et individuelles en série selon l'augmentation de la densité imposée par les facteurs économiques. C'était la conséquence de l'introduction en 1926 des nouvelles instructions de construction et de la nouvelle zone de construction appelée "Staffelbauklasse" dont faisait partie la cité Sepolno29.

  • 30 Syrkus h., Spoleczne cele urbanizacji. Czlowiek i srodowisko, Warszawa: 1984; idem, Ku idei osiedl (...)
  • 31 Voir la note 16.

31Tous ces changements reflètent les recherches, typiques à l'époque, de solutions rationnelles pour la construction de maisons, menés par plusieurs centres allemands : à Dessau-Törten (Gropius), à Karlsruhe-Dammerstock (Gropius, Haesler), à Francfort-sur-le-Main (May), à Celle (Haesler), à Berlin (Taut, Wagner, Gropius). À Stuttgart on organise l'exposition de logements (la cité Weissenhof, 1927) avec la participation de grands architectes européens. La société Reichsforschungsgesellschaft für Wirtschaftlichkeit im Bau-und Wahnungswesen apporte une aide financière aux travaux visant à élaborer un appartement modèle pour "minimum d'existence"30. Cette dernière question devient le sujet du II Internationale Kongresse für Neues Bauen (Francfort-sur-le-Main, 1929), accompagné par l'exposition "Die Wohnung für das Existenzminimum" où on présente aussi les plans des appartements construits dans la partie sud de Sepolno et dans la cité-modèle Ksieze Male (1928, Heim et Kempter)31.

Wroclaw-Sepolno. Maisons construites en bordure.

32L'intégration définitive de tout le terrain de la cité Sepolno à la ville au début de 1928 a donné lieu à une explosion de constructions. Pour accélérer les travaux de réalisation Heim, Wahlich et Kempter invitent à la collaboration d'autres architectes de Breslau et les chargent d'établir des projets architecturaux dans le cadre défini de la planification urbanistique : il s'agit de Hans Thomas Häusler, Fritz et Paul Roder, Kurt Langer, Wilhelm Brix et Heinrich Bussmann. Malgré l'opposition des projeteurs généraux, Hugo Althoff, le Stadtbaurat, et Max Schirmer, le Magistratsbaurat participent au projet en raison de leur poste.

33L'envie de résoudre vite les problèmes d'habitation de l'homme moyen a été ici une stimulation de toutes leurs initiatives. Heim qui lui-même provenait d'une famille nombreuse ouvrière comprenait le mieux ce problème.

  • 32 Les informations concernant l'exposition ont été publiées entre autres dans les périodiques Schles (...)

34La réalisation de la cité Sepolno coïncide avec l'ouverture en 1929 de l'Exposition d'architecture "Logement et lieu de travail" (WUWA - Wohnung und Werkraum). L'exposition située dans le voisinage de la cité a été organisée par la filiale silésienne de Washbund (dirigée par Heinrich Lauterbach) et par Siedlungsahtiengesellschaft Breslau — la société qui réalisait Sepolno32. On travaille avec une grande precipitation due à l'intention des organisateurs de présenter Sepolno à l'ouverture de l'exposition WUWA à laquelle beaucoup d'architectes travaillant à la réalisation de la cité Sepolno ont participé. Leurs réalisations ont été des examens expérimentaux des hypothèses de l'architecture fonctionnelle. Une briqueterie locale située à l'extrémité est de la cité fournissait les matériaux de construction et a fonctionné jusqu'à l'achèvement de la cité. Après sa liquidation on a construit à sa place un ensemble de maisons individuelles, autour d'un cul-de-sac rond, élaborées individuellement par plusieurs architectes dans les années 1933-35.

35Dans le programme de la cité on a prévu le cimetière de la collectivité luthérienne. Son projet a été définitivement dressé en 1927 par l'architecte-paysagiste Paul Hatt.

36Le dernier plan de la cité est homogène. Malgré les changements d'éléments secondaires de la composition, liés à la durée de la réalisation et à la participation de plusieurs architectes dont chacun a laissé son empreinte, la conception générale a été préservée.

Architecture de la cité

37Trois bâtiments publics en hauteur, l'école, le cinéma (ancienne église protestante Gustave Adolphe) et l'église catholique de la "Sainte Famille" dominent dans le plan de la cité.

38Ces constructions contrastent avec la cité non seulement par leur échelle, leur hauteur mais aussi par leur couleur et la facture des matériaux de construction. Construites en briques brutes, elle se distinguent nettement parmi les bâtiments à un étage isolés et en série aux façades crépies.

  • 33 En 1927 Hochbauamt a annoncé le concours formé pour le projet de l'ensemble de 5 bâtiments princip (...)

39La réalisation des bâtiments publics a offert aux architectes une excellente occasion de se faire remarquer. C'est pourquoi de nombreux débats, querelles polémiques et même concours accompagnaient les travaux d'établissement de projets. La réalisation de l'école d'après le projet de Hugo Althoff et Max Schirmer a été fort discutable aux yeux de ses contemporains. La conception antérieure proposée par Heim, celle de l'école en forme de pavillon ou le concept présenté au concours par Scharoun n'ont pas obtenu l'approbation des autorités municipales. L'école est un édifice long de plus de 100 m de façade, composé d'un corps central à quatre étages couronné d'un toit à forte pente33 ; les salles de gymnastique sont symétriquement distribuées et contiguës. Le rez-de-chaussée du bâtiment du côté de la cour d'entrée forme une sorte de portique avec une frise géométrique en briques appuyée sur les poteaux droits.

  • 34 La première pierre de l'église a été posée le 6 X 1932, pour le 300ème anniversaire de la mort du (...)
  • 35 Le concours pour le bâtiment de l'église protestante à Sepolno a été organisé par le conseil d'égl (...)

40À l'extrémité opposée du square, on a érigé en 1932 l'église protestante Gustave Adolphe d'après le projet d'Albert Kempter34. Ce projet a été choisi parmi 79 travaux présentés au concours35. Pour Kempter, qui habitait Sepolno, cette victoire avait une grande importance, d'autant plus que parmi les vaincus se trouvaient des architectes célèbres, tels que Scharonn ou Rading. La silhouette monumentale de l'église est formée par la composition de blocs cubiques simples et par une tour puissante qui s'élève au-dessus de l'entrée. La nef et les bas-côtés ont été couverts de toits plats. L'ensemble austère, presque ascétique, est dépourvu de tout élément décoratif. Cette impression de rudesse est encore soulignée par les matériaux de construction utilisés : les briques. Dans la composition de la façade et des élévations latérales les éléments verticaux dominent (les fenêtres hautes de la nef centrale, les triforiums dans la partie supérieure de la tour). Cet édifice est une apothéose de formes géométriques pures. Après la Deuxième Guerre mondiale l'église a été transformée en cinéma.

41En 1930, dans le coin formé par deux rues (la rue Dembowski et la rue Monte Cassino) a été édifiée l'église catholique de la "Sainte Famille" d'après le projet de Kurt Langer. La construction à trois nefs, en briques brutes avec une puissante tour côté ouest et un presbyterium pentagonal côté est, est couverte d'un toit abrupt qui cache une voûte plate. La tour parallélépipédique est couronnée d'un bandeau de briques et couverte d'un heaume silésien. La conception de Langer n'a pas ces traits de hardiesse que nous voyons dans le projet d'avant-garde de Kempter. Langer n'a pas le courage de rompre avec les éléments traditionnels de la composition tels que : le toit abrupt, l'abside, la fenêtre en plein centre. Le tout a une composition de basilique de style pseudo-gothique. L'ornementation, utilisée avec modération par Langer est structurale et économique en forme de frises géométriques, bandeaux, corniches et ouvertures ajourées.

42Malgré l'unification apparente qui résulte du plan, on trouve une assez grande variété de formes dans la construction d'habitations. On peut illustrer cette diversité à l'aide de quelques exemples choisis.

43Les bâtiments, construits dans la plus ancienne partie de la cité par Heim et Wahlich au cours des années 1919-1923, ressemblent aux maisons de Tessenow à Hellerau. Ils sont caractéristiques par leur simplicité et leur manque de style, par leurs toits en bâtière avec des lucarnes en forme de paupière et ils ont un caractère bucolique.

44Dans l'histoire de la construction de la cité, l'activité de l'architecte berlinois Harnacher est un épisode particulier. Dans ses réalisations les influences du classicisme sont très nettes. Son architecture est le mariage singulier de formes qui se rapportent au classicisme et aux formes modernes. Par exemple le bloc de la maison rue Wysocki est compact, lourd, couvert d'un toit en pavillon avec un auvent saillant. La division traditionnelle de la façade reste en contraste avec la facture moderne du crépi à gros grains et l'ornement des bandeaux de fenêtre qui rappelle le primitivisme.

45Les exemples de l'architecture influencée par l'expressionnisme sont aussi très intéressants. Cette influence s'exprime par la mise en œuvre de formes décoratives dans le volume du bâtiment, dans sa facture et ses détails. (L'oriel aux arêtes vives, les balcons, les formes géométriques, les factures de briques, les ornements structuraux et les factures de l'enduit).

46Heim et Kempter introduisent les éléments de la stylisation expressionniste dans les constructions d'habitation collectives en série de la rue Dembowski. Ils emploient largement la facture de briques à valeur décorative dans les portails et dans la verticalité des cages d'escalier dont les volumes parallélépipédiques dominent la ligne de l'auvent et la coupent rythmiquement.

47Ce principe de mettre en relief les axes des cages d'escalier était couramment employé de même que le crépi à gros grains, principal élément décoratif.

48Hans Thomas a été le maîtres de formes expressives. Les maisons sont dotées d'équerres et forment une sorte de porte cochère. Les inclinations de Hans Thomas à la stylisation expressionniste se manifestent aussi dans l'emploi du détail décoratif, (par ex. les poteaux corniers de baie).

49Les réalisations des frères Fritz et Paul Roder ont un charme irrésistible. Grâce à l'emploi large de briques dans les façades qui contrastent avec les façades enduites de crépi blanc, ils obtiennent une impression de richesse. Les élévations des bâtiments rue F. Nullo sont aussi originales. Elles ont été conçues différemment pour chaque côté de la rue. Dans la partie ouest, les Roder se concentrent sur le traitement des volumes et des couleurs des cages d'escaliers, par un contraste avec les espaces clairs et calmes entre les cages et avec les fenêtres disposées verticalement et rythmiquement. Grâce à l'emploi des doubles redans du mur dans la partie des cages d'escalier, les Roder ont obtenu un effet plastique de niche avec un auvent saillant qui donne une ombre profonde. Quatre fenêtres d'angles, distribuées dans les redans, et la fenêtre de l'entresol de la cage d'escalier qui les lie diagonalement, forment une composition spacio-géométrique originale dont les valeurs plastiques sont mises en relief par la mise en œuvre des briques qui contrastent avec les encadrements blancs des fenêtres.

50Dans les élévations de l'autre côté de la rue, les Roder ont mis en œuvre une composition de niches et d'oriels, distribués rythmiquement, qui donnent une impression de pulsation. Les architectes attachaient de l'importance aux effets décoratifs et ont toujours élaboré leurs projets dans les moindres détails.

51Dans ses réalisations Paul Häusler emploie des moyens d'expression très économiques. Ses conceptions sont simples, nettes et privées de tout ornement raffiné.

52Wilhelm Brix et Heinrich Bussmann sont les auteurs du coin le plus pittoresque de la cité (la rue E. Plater). L'alignement des bâtiments va en arcs larges des deux côtés d'un square de forme lenticulaire marqué à ses extrémités par les îlots de bouleaux. "Le côté de Brix" sert de contrepoids et de fond à la fois pour le "côté de Bussmann" enrichi de loges et de petits pignons triangulaires.

53Les réalisations ultérieures de Heim et de Kempter reflètent les tendances modernes : grandes fenêtres horizontales, l'enduit lisse blanc et les formes cubiques aux toits plats ("les pylônes" au milieu du rang de maisons, la rue 9 Maja).

État actuel et suggestions concernant la conservation

54Après la Deuxième Guerre mondiale pendant laquelle une partie de l'aménagement avait été détruite, a commencé le processus de transformation de la cité selon cinq types :

  1. la reconstruction de maisons détruites ou la construction de maisons nouvelles sur les parcelles anciennes ;
  2. la transformation et l'agrandissement de maisons existantes ;
  3. la construction d'objets tout à fait nouveaux sur des nouveaux terrains à bâtir.
    L’activité anarchique des habitants prospérait au mieux, et consistait à forcer les autorités à accepter des faits accomplis ;
  4. l'annexion des espaces verts communs et la division de ceux-ci en jardins privés ;
  5. la construction des garages sur les parcelles privées ou sur des espaces verts communs.

55Il faut définir ces opérations, contrôlées ou non, comme une action destructive par rapport à la valeur culturelle de la cité, du fait de leur résultats négatifs. Beaucoup de facteurs ont favorisé ce processus négatif :

  1. le manque d'études faisant ressortir la valeur architecturale, historique et spatiale de la cité et en conséquence le manque de respect pour celle-ci ;
  2. le manque de conception de réhabilitation de la cité qui aurait pu servir à diriger de façon complexe les transformations spatiales éventuelles ;
  3. la vente des logements particuliers à leurs occupants et la vente de greniers pour leur transformation en logements. Ce facteur a favorisé les actions particularistes de leurs propriétaires et a empêché d'entreprendre toute action coordonnée sur le terrain de la cité. Les maisons subissent une déformation dans les parties occupées par les greniers en raison de leur transformation en logements ; les rez-de-chaussées où l'on a construit des annexes subissent plus rarement cette déformation.

56Les bâtiments situées le long de la rue Glowacki et de la rue Godebski en sont les exemples les plus caractéristiques. À partir de 1970 la transformation des greniers est devenue la pratique habituelle dans la cité à cause de la pénurie d'habitation. Leurs propriétaires semblent souvent ne pas percevoir que leurs greniers font partie des bâtiments dont la forme est strictement définie. Tout au contraire, ils se prennent pour les propriétaires des parcelles "au grenier", d'où ces constructions bizarres de "villas sur les toits". Les surélévations des greniers sont particulièrement irritantes dans les ensembles urbanistiques uniques qui n'ont pas été détruits pendant la guerre comme par exemple la zone de la rue Okrzeja ou de la rue E. Plater.

57Certains habitants cependant se sont donné la peine de trouver la solution neutre de l'éclairage diurne des greniers. Ils ont installé des fenêtres à tabatière situées dans le pan de couverture, d'autres ont essayé d'introduire les formes les moins agressives possibles.

58La transformation du grenier dans le bâtiment 56 rue 9 Maja est l'exemple de la meilleure solution. On y a muré la suite de petites fenêtres (plates) du grenier, ce qui a privé le bâtiment de son élément de composition, mais dans sa nouvelle version il est aussi intéressant.

59On ne peut pas négliger un problème apparemment peu important mais quand même essentiel, celui des menuiseries de fenêtres. Dans la plupart des cas les habitants échangent la menuiserie de fenêtre originale avec petibois fin contre une autre, ce qui efface l'effet que donne la menuiserie de l'époque. La transformation hétérogène des loges et des balcons en vérandas pose un problème semblable.

Conception de la réhabilitation

60Les conclusions de conservateurs, présentées en forme d'esquisse, ont eu pour but d'arrêter les processus de transformation destructives de l'architecture et de la composition urbanistique de la cité ; leur but a été aussi de donner une direction aux transformations indispensables que la vie impose. Les architectes ont indiqué les terrains enclavés où l'on admet la transformation des greniers en logements. Ils ont défini aussi le caractère architectural de l'éclairage des greniers.

61La possibilité d'indiquer ces terrains enclavés a été le résultat des recherches conduites sur l'architecture de la cité. Les bandes de maisons dont l'architecture est la plus intéressante ont été l'objet d'une protection totale. Dans les terrains enclavés où l'on a admis l'implantation des transformations de greniers, on a proposé la forme architecturale d'éclairage la plus neutre possible, homogène pour l'ensemble de bâtiments. La composition des fenêtres est compatible avec la composition des fenêtres de la façade.

62On conseille la réalisation complexe de ces travaux par un même exécutant. On propose aussi la liquidation successive ou la transformation des greniers déjà réalisés d'après le projet élaboré pour toute la cité.

63Du point de vue urbanistique on propose d'arranger toute la composition, c'est-à-dire :

  1. compléter l'aménagement en respectant la composition historique et les encombrements ;
  2. recréer les jardins communs qui ont une valeur décorative et qui se trouvent devant les maisons en bande et protéger les îlots de végétation haute qui ferment les intérieurs ;
  3. reparceller les jardins ouvriers en s'approchant, dans la mesure du possible, de la composition originale ;
  4. standardiser les formes des garages et les grouper en ensembles définis pour tout le terrain ;
  5. protéger la composition de la cité ;
  6. conserver le square commun le long de l'axe principal.

Conclusion

64Onze années après l'élaboration de l'étude de la cité et de la conception de sa revalorisation, les autorité municipales ont commandé une expertise concernant la réalisation de cette conception. On a constaté l'adaptation incontrôlée des greniers. Dans le projet de 1981 on n'a choisi que 160 greniers situés dans les enclaves indiquées. En réalité on a réalisé 261 adaptations dont 183 dans les enclaves protégées. En général, on a transformé 374 greniers, dont 113 appartements ont été construits avant 1982.

65Encore une fois la réalité s'est montrée plus forte que les postulats des architectes.

Notes

1 Kononowicz W., Przemiany formy urbanistycznej Wroclawia w XIX i na poczatku XX wieku. (Thèse de doctorat), Wroclaw, 1974 (Biblioteka Wydzialu, Architektury Politechniki Wroclawskiej), p. 58-60.

2 Sitte C., Der Städtebau nach seinen Künstlerischen Grundsätzen, Wien : 1889 ; Collins G. R., Collins C. C., Camillo Sitte and the Birth of Modem City Planning, London: 1965; Kononowicz W., op. cit., p. 95-96, p. 101-102.

3 Howard E., To-morrow : a Paceful Path to Real Reform, London : 1898. Titre de la 2nde édition Garden-Cities of To-morrow, London : 1902.

4 Unwin R., Town Planning in Practice, London : 1909 ; Castex J., Depaule J.-Ch., Panerai Ph. Formes urbaines : de l'îlot à la barre. Dunod, Paris : 1977, p. 45-73. Collection Aspects de l’Urbanisme.

5 En 1908 les filiales de "Gartenstadtgesellschaft" existent dans 27 villes, entre autres à Nuremberg, Magdebourg, Königsberg, Köln, Karlsruhe, Munich. On envisage les suivantes à Breslau, Strasbourg, Hambourg. En Silésie travaille Felix Henry, architecte de Breslau, représentant de la Société Allemande des Cités-Jardins. Voir Hans Kampfmeyer, "Die Gartenstadt als Folgerscheinung unserer wirtschafllichen und Künstlerichen Entwickelung", in Schlesien, 1908-1909, p. 497.

6 Posener J., Berlin auf dem Wege zu einer neuen Architektur. Das Zeitalter Wilhelms II. München: 1979, p. 241, 275.

7 Markgraf H., Geschichte Breslaus in kurzer Übersicht, Breslau: 1913, p. 94.

8 Au printemps 1913 "Eigenheim-Baugesellschaft für Deutschland m.b.H.-Breslau" annonce le concours "Marktplatz" pour la cité-jardin de Karlowice. Le concours est organisé pour les architectes nés en Silésie qui y sont domiciliés. Le jury se compose de grands architectes : Hermann Muthesius, Hans Poelzig, Paul Schmitthenner, Felix Henry, Wenzel Grosser et Dr. Wichelhaus, conseiller d'Etat, et Dr. Riemann, conseiller juridique. Parmi 36 projets reçus jusqu'au 28 IV 1913 le jury a attribué trois prix : le premier (1 500 M) - Motto "Jahrhundertmarke", le projet du postbauinspektor Willy Hoffman, Breslau ; le deuxième (1 000 M) - Motto "Schlesien", le projet du Dipl. Ing. Walter Thiess, Breslau ; le troisième (800 M) - Motto "Heimatklänge", le projet de Heinrich Jank, Erfurt, et Alois Welzenbacher, Munich. Trois projets ont été primés à 300 M : 1. Motto "Jedem das Seine", de R. Schroeder et de G. Zimmermann, Breslau ; 2. Motto "Kleinstadt-ldyll", du Stadtbaurat Wagner, Glogow ; 3. Motto "Lageplan", architecte inconnu. Eigenheim Baugesellschaft a primé le projet de l'architecte Erich Grau de Breslau, motto "Spitzweg" et le projet de H. Heger de Breslau, motto "Eigenheim". Voir Ostdeutsche Bauzeitung 1913, no 14, p. 84, no 31, p. 184, no 40, p. 239-240 ; Hoffmann W., "Marktplatzanlage für die Gartenstadt Carlowitz bei Breslau", in Der Städtebau, 1914, p. 128-129. Tables 71, 72.

9 L'aménagement de la place du marché à Karlowice est réalisé définitivement par la société Eigenheim-Eichborngarten (dès 1926) d'après les projets d'Erich Grau. Voir 10 Jahre 1919-1929, Gemeinmützige Siedlungsgenossenschaft Eigenheim Eichborngarten e.G.m.b.H, Nauen-Berlin, Düsseldorf-Grafenberg, 1929, p. 14.

10 Kiem K., "Die Gartenstadt Staaken als Prototyp der modernen deutschen Siedlung", in Lampugnani V. M., Schneider r., Moderne Architektur in Deutschland 1900 bis 1950. Reform und Tradition, Stuttgart: 1992, p. 133-149.

11 Dans les années 1907-1908, le Bureau Technique de Meltzer et Kreuz, l'arpenteur juré et (ingénieur, élabore toute une série de plans d'aménagement des communes de Grabiszyn (grabschen), Ksieze Male (Klein Tschansch), Krzyki (Krietern), Klecina (Klettendorf), Karlowice (Carlowitz), Brochow (Brockau). Ce sont des plans faits dans le style pittoresque, respectant l'aménagement et le partage en propriétés déjà existantes. Ces plans-là ne comprennent que le tracé des rues et des places et ne définissent ni le programme ni le caractère de l'aménagement. Voir Kononowicz W., Przemiany formy urbanistycznej Wroclawia w XIX i na poczatku XX wieku, op. cit., p. 102-105.

12 Berg m., "Die Besiedlung des Zobten unter Erhaltung seiner landschaftlichen Schönheit", in Schlesien, R. 5, 1911-1912, p. 498.

13 Eberstadt R., Handbuch des Wohnungswesens und der Wohnungsfrage, Jena : 1909, p. 167-169; Scheffler k., Die Architektur der Grosstadt, Berlin: 1913, p. 13-24; Berg M., "Zukünftige Baukunst in Breslau als Ausdruck zukünftiger Kultur", in Deutschlands Städtebau Breslau, Berlin: 1921, p. 28-41.

14 Kononowicz w., Przemiany formy urbanistycznej Wroclawia w XIX i na poczatku XX wieku, op. cit., p. 105-106, 133, il. III-44, III-44a, III-44b. Les plans originaux se trouvent dans les Archives Nationales à Wroclaw, sign. 1754, 1755, 1756 (1, 2, 3).

15 Après la Première Guerre mondiale Breslau a été la ville la plus peuplée de l'Allemagne. La densité y était de 116 habitants par km2 de la superficie totale de la ville (à Berlin 46, à Cologne 28) et 381 habitants par km2 du terrain bâti (à Berlin 308, à Cologne 252). Dans les limites de la ville d'alors (4 920 ha) il n'y avait qu'environ 500 ha de terrains non bâtis qui se prêtaient à la construction. La crise économique, le surpeuplement de la ville, la crise de logement ont conduit la municipalité à reconsidérer entièrement sa politique d'aménagement urbain et à chercher des solutions à ces problèmes. C'est la Municipalité qui prend l'initiative de bâtir, en 1919 déjà, la première petite cité résidentielle dans le quartier Dürgoy (Tarnogaj). La même année, les coopératives et les sociétés de la cité ont commencé leur activité. Parmi les plus grandes il faut citer Siedlungsgesellschaft Breslau A.G. et Siedlungsgenossenschaft Eigenheim-Eichborngarten. Voir Siedlung und Stadtplanung in Schlesien. Heft 1 Breslau, Breslau : 1926.

16 Les appartements d'immeubles réalisés dans les quartiers Sepolno i Ksieze Male ont été présentés à l'exposition internationale "Appartement pour le minimum d'existence" organisée par Ernst May (1886-1970) à Francfort-sur-le-Main. Voir Die Wohnung für das Existenzminimum. Auf Grund der Ergebrusse des II Internationalen Kongresses für Neues Bauen, CIAM, 1929, sowie der vom Städtischen Hochbauamt in Frankfurt am Main Wander-Ausstellung. Herausgeber : Internationale Kongresse für Neues Bauen Zürich. Troixième édition Hoffmann, Stuttgart, p. 120, 145, 154, 164.

17 En 1981, l'auteur avec un groupe de collaborateurs a examiné les valeurs architectoniques et urbanistiques de la cité en se fondant sur les plans architectoniques conservés. Ensuite on été élaborées des propositions de conservation en vue de la protection des valeurs culturelles de la cité. Voir Kononowicz w., Z problemow urbanistyki dwudziestolecia miedzywojennego. Osiedle ogrodowe Sepolno we Wroclawiu, in Roczniki Sztuki Slaskiej, XV, Wroclaw : 1991, p. 59-91.

18 Berg m., Der Architekt Pau Heim. Zum 100. Geburtstag, in Schlesien, 4, 1980, p. 231.

19 Ibidem.

20 Voir la note 4.

21 Forster K. W., "Sozialer Wohnbau : Geschichte und Gegenwart", in archithese, Niederleufen (Schweitz), H. 8, 1973, p. 7 ; cité d'après H. Sturm, Fabrikarchitektur - Villa - Arbeitersiedlung. Bauwelt Fundamente 19, Frankfurt/M : 1967, p. 146.

22 Siedlung Zimpel. Architekten Wahlich und Heim, in Ostdeutsche Bauzeitung, 18 (1920), p. 241-242, t. 83-90.

23 Siedlung Zimpel. Architekten Wahlich und Heim, in Schesisches Heim, 1(1920), c. 5, p. 2-8.

24 Heim p., "Die öffentlichen Gebäude der Siedlung Zimpel", in Schlesiche Monatshefte, 4(1927), p. 259-262.

25 Behrendt f., "Der Wettbewerb zur erlangung eines Bebauungsplanes des Stadt Breslau und ihrer Vororte", in Der Städtebau, 1922, c. 3/4, p. 21-30, 43-50.

26 M. Berg écrit sur la compréhension de l'ornement par Heim : "Ernst Bloch écrit son ouvrage principal Das Prinzip Hoffnung : "L'architecture, en général, est et va rester, une tentative de façonner une maison de l'homme — de sa fonction résidentielle jusqu'à l'apparition d'un monde plus beau, par les proportions et l'ornement". Heim pouvait accepter son avis bien qu'il ait conçu l'ornement autrement. Selon Heim le plan bien fait constituait l'ornement même. Voir Berg M., "Der Architekt Paul Heim. Zum 100. Geburtstag", Schlesien, 1980, p. 233-234.

27 Schlesisches Heim, 1920, p. 6, Ostdeutsche Bauzeitung, 1920, p. 242.

28 Gemeinnützige Aktiengesellschaft für Angestellten - Heimstätten zu Berlin-Steglitz, Geschäftsstelle - Schlesien - Breslau, Plan 1 : 1 000 dans les Archives Urbanistiques à Wroclaw ; Schlesisches Heim, 1920, p. 2 ; Ostdeutsche Bauzeitung, 1920, p. 241.

29 Berger o., Die Bauordnung vom 20. Mai 1926 und andere baurechtliche Bestimmungen für Breslau, Breslau : 1926.

30 Syrkus h., Spoleczne cele urbanizacji. Czlowiek i srodowisko, Warszawa: 1984; idem, Ku idei osiedla spolecznego, Warszawa: 1976.

31 Voir la note 16.

32 Les informations concernant l'exposition ont été publiées entre autres dans les périodiques Schlesische Monatshefte (Numéro spécial "Wohnung und Werkraum"), 1929, H.7 ; Ostdeutsche Bauzeitung, 27(1929), no 47 ; Die Form, 4(1929), p. 96, 156, 176, 292, 357, 388, 451, 551 ; Bauwelt, 20(1929), H. 31 ; Der Baumeister, 27 (1929), p. 288-294 ; Dom. Osiedle. Mieszkanie, 1(1929), no 6, 7 ; Voir le guide de l'exposition "Wohnung und Werkraum", Werkbund - Ausstellung in Breslau 1929, 15. Juni-15. September, Ausstellungs - Führer, Breslau : 1929.

33 En 1927 Hochbauamt a annoncé le concours formé pour le projet de l'ensemble de 5 bâtiments principaux de la cité. Au concours participaient 5 architectes de Breslau. Le concours ne durait que 3 semaines. On ignore ses résultats. Dans le projet dressé définitivement par l’office, l'ensemble de bâtiments a une forme anachronique de bordure, typique du centre ville, avec la cour intérieure commune pour les institutions différentes. Dans cette conception l'église catholique a été incluse dans l'ensemble de bâtiments, bien que la commune ait déjà choisi une autre place. Selon la conception préalable, présentée par Heim, tout l'ensemble devait se trouver dans le même bâtiment, dont le Volkshaus occupait le rez-de-chaussée. Les ailes qui indiquaient les cours extérieures séparées comprenaient l'école, l'école maternelle, la pharmacie, la bibliothèque, l'infirmerie, la poste, l'école de ménage, l'établissement de bains, le commissariat de police, la caisse d'épargne, les bureaux d'administration.
On n'a réalisé que le bâtiment de l'école, d'après le projet de l'office. Heim, dès 1920 l'expert de Schlesische Bund für Heimatschutz, s'exprimait, tout exaspéré, dans Schlesische Monatshefte contre la construction de la "caserne scolaire", deux fois plus grande que les besoins des habitants de la cité basse de Sepolno. Voir Schlesische Monatshefte, 1927, p. 261.

34 La première pierre de l'église a été posée le 6 X 1932, pour le 300ème anniversaire de la mort du roi suédois Gustav Adolf, à la bataille de Lützen. L'année suivante, le même jour, eu lieu la consécration de l'église. Voir Bunzel u., Entstehen und Vergehen der Evangelischen Kirchen Breslaus, München : 1964, p. 73-74

35 Le concours pour le bâtiment de l'église protestante à Sepolno a été organisé par le conseil d'église de la commune. On a invité les architectes indépendants — les protestants de la ville et du district de Breslau. On a présenté 79 projets. Le 15 II 1932 les jurés — le landesbaurat Schleicher (Breslau), l'architekte W.D.A. Fritz Höger (Hambourg), l'architecte B.D.A. Dipl.-Ing. Hans Rottmayer (Berlin), le magistratsbaurat Schroeter (Breslau) — ont décerné 4 prix : 1. Albert Kempter (1 200 RM) 2. Hans Thomas (900 RM) 3. Hermann Wahlich (900 RM) 4. Buchwald et Hesse (800 RM). On a primé 6 projets à 200 RM dressés par : Wahlich (projet supplémentaire), Kempter (pr. sup.), Paul Klein, Georg Wolf, Wilhelm Bruck et Zinkler. Au concours se sont présentés en plus Rading et Scharoun, Helmert, Gaze, Wahl et Rödel (Essen), Erich Grau, Wilhelm Brix, Erwin Grau et F. W. Kronke ; voir Ostdeutsche Bauzeitung, 1932, p. 9.

Table des illustrations

Légende Wroclaw- Sepolno : plan de la cité, réalisé en 1935.1. l'école ; 2. l'église protestante en mémoire de Gustav Adolf, 3. l'église catholique de la Sainte-Famille, 4. les magasins et les services, 5. la maternelle, 6. l'ancienne villa et le jardin de Jonsche, 7. la pépinière, 8. l'ancienne villa de Röhl, 9. la cité résidentielle pour les ouvriers non-qualifiés, 10. le cimetière, 11. le jardin de l'école, 12. les petits jardins.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Légende Wroclaw-Sepolno. Trois bâtiments principaux de la cité.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15396/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Wroclaw-Sepolno. Maisons construites en bordure.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15396/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

Auteur

Chercheur, Université de Wroclaw, Pologne

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540