Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Deuxième partie. Variation d'échelle - diversités programmatiques

Les lois des habitations à bon marché et la construction des colonies résidentielles en Espagne

Maria Castrillo Romon

Volltext

1La divulgation des idées de Howard se réalisa en Espagne très tôt et de manière critique grâce à la revue La Ciudad Lineal, organe de la Compagnie Madrilène d'Urbanisation. Cependant, le moment de sa plus grande diffusion fut à partir de la première décennie du xxe siècle, quand Cebriá Montoliú créa la "Sociedad Cívica La Ciudad Jardín" et ce terme fut employé dans la dénomination de quelques projets de "Colonies Résidentielles" dans tout le pays, crées sous la protection des lois successives des Habitations à bon marché.

2Cette législation, dans laquelle se cristallisèrent tardivement les vieilles aspirations réformistes en tant que viabilité de la contruction de logements ouvriers salubres et économiques — qui était également arrivé en Angleterre, Prusse, Belgique, France, etc. — a rendu possible le développement d'un nouveau modèle de périphérie résidentielle incorporant d'une certaine manière une reconnaissance de la théorie de la Cité-Jardin quoiqu'avec des nuances.

Environnement culturel et politique de la législation des Habitations à bon marché

3Quoique le processus d'industrialisation en Espagne fût plus faible que l'européen durant le xixe siècle et le premier tiers du xxe, le problème du logement lié à la question sociale surgit, comme dans le reste de l'Europe, de manière virulente bien qu'inégale dans tout le pays, et se manifesta spécialement dans les grandes capitales (Madrid, Barcelona, Bilbao et Sevilla) et dans d'autres zones de développement industriel ou minier.

4Le premier essai législatif pour pallier la situation, la Loi Egaña de 1853, ne peut être considéré comme un effort gouvernemental authentique pour résoudre la question, mais comme une opération cosmétique de la monarchie qui, pressée par la gravité de la situation à Madrid et Barcelone, ne mit pas en place les mécanismes administratifs et financiers. Le climat politique et la crise financière des mairies, dans lesquels se développait toute la responsabilité de l'exécution de l'Ordre Royal, ne rendaient même pas vraisemblable l'action municipale en matière de logement. Cependant ce nouvel essai a une valeur comme indicateur de la prise de conscience de la part des Pouvoirs Publics sur l'urgence du problème.

5Durant la décennie de 1860-70, le problème du logement est resté latent dans l'opinion publique, fondamentalement par deux voies : la diffusion de la presse et la littérature réformiste conservatrice, défendant l'action charitable et philantropique, et les plaintes publiques décrites par les médecins sur l'alarmante situation hygiénique des logements et villes.

6À cette époque se produisirent en Espagne les premières propositions formelles d'édification de cités ouvrières formulées en général d'une manière plus volontaire que réelle ; le nombre de celles qui se construisirent n'est vraisemblablement pas significatif. D'un autre côté, parmi les architectes il y eut un énorme désintéressement pour la question du logement ouvrier jusqu'à la fin de la décénnie, et ce n'est probablement que comme effet de la diffusion de l'Exposition Universelle de Paris de 1867, qu'ils commencèrent à assumer les aspects architectoniques du problème et ses responsabilités professionnelles. Sur ce plan, les ingénieurs, comme responsables des implantations industrielles et minières avaient acquis une plus grande expérience des logements liés à celles-ci que les architectes.

7Durant la période 1867-1880, et spécialement dans la décénnie de 1880-90, le débat sur le problème du logement s'établit d'une manière opérative, comme résultat de la campagne réformiste, de l'influence croissante en Espagne des actions et expositions européennes en matière de logement ouvrier, et de l'irruption dans la vie publique des organisations ouvrières.

  • 1 Certains exemples apparus en référence :
    Garcia Pérez, "Las casas y las ciudades de obreros", Revis (...)
  • 2 Aguado de la Sierra, Plan de un Curso de Teoria General de la Arquitectura... Madrid : Imprenta y L (...)

8Autour de 1870, commença la publication des textes espagnols spécialisés concernant les matériaux et les apects de gestion du logement ouvrier1. Dans la même période, les aspects projectuels s'inclurent dans l'enseignement de l'architecture2. Cependant, dans le champ législatif, s'ouvrirent deux fronts :

9D'un côté, la société "La Constructora Benéfica" obtint des exemptions fiscales en reconnaissance de son œuvre de maisons pour pauvres(1876). De cette façon s'inaugura en Espagne le procédé d'intervention économique indirecte de l'état en matière de logement.

  • 3 Projet de Loi sur la Construction de Quartiers Ouvriers, 1878. Cité par Bassols Coma, Génesis y ev (...)

10Plus intéressante, quoique sans transcendance directe, fut l'élaboration d'un nouveau projet de loi sur "Barriadas para Obreros" ("Quartiers pour ouvriers") (1878), qui n’entra jamais en vigueur malgré l'approbation des deux chambres. On y autorisait l'État et les mairies à céder des terrains à des particuliers à condition qu'ils soient destinés à des constructions de cités "qui ne pouvaient être de plus de cent logements ; ni aucune maison de ces quartiers ne pouvait avoir plus de deux étages, ni coûter plus de 2 000 pesetas à la vente, ni se louer à un prix supérieur à celui d'une peseta par jour... Les quartiers d'ouvriers ne pourront être édifiés loin des villes, et quand cela sera possible, seront mêlés avec les constructions d'autres classes existantes aujourd'hui, de façon qu'ils puissent recevoir tous les secours des grandes villes et des services municipaux en proportion à la généralité des voisins3."

11Cette activité des années précédant 1880 eut comme résultat une maturation des idées et la consolidation des postures culturelles et sociopolitiques dont elles dérivent. Les plus conservatrices, d'inspiration Krausiste et Catholique, eurent un bonne exposition dans l'œuvre écrite de Conception Arenal et dans les réalisations ci-dessus mentionnées "Constructora Benéfica" (constituée en bonne partie de l'oligarchie du pays). Les cercles libéraux tant politique qu'intellectuel, furent d'efficaces défenseurs de la réforme en œuvrant dans tous les domaines. Des organisations comme l'Institución de Libre Ensehanza, la Sociedad Española de Higiene, las Sociedades Cívicas "La Ciudad Jardin" de Barcelona et Madrid, etc. comptaient dans leurs rangs beaucoup de politiciens et d'intellectuels qui envisagèrent le débat sur la résolution du problème du logement. Parmi eux, quelques-uns eurent la connaissance directe du développement idéologique et matériel du mouvement anglais "for housing reform" et transférèrent le contenu de celui-ci au débat espagnol et, donc constituèrent, l'entourage culturel embryonnaire de la Cité-Jardin. Ils assistèrent aussi en observateurs aux divers Congrés Internationaux d'Hygiène et des Habitations à Bon Marché. L'action divulgatrice qui fut menée à terme sur le logement hygiénique et économique et sa dimention urbanistique se prolongea jusqu'à la seconde décennie du xxe siècle.

  • 4 Progress and Poverty (1880) de Henry George, fut traduit en espagnol en 1893.

12La période de fin de siècle en Espagne fut le témoin du débat culturel et politique où prolifèrent comme des options les thèmes qui conforment l'environnement programmatique de la Cité-Jardin : la coopération comme modèle économique et de gestion, le Géorgisme4, la figuration de l'ambiance au travers de la considération du logement familial et l’environnement spatial urbain comme facteurs moralisateurs, le groupement du logement ouvrier, sa ségrégation ou agrégation spatiale et sociale, les modèles plus satisfaisants de logements pour la famille ouvrière, etc.

13Dans ce contexte, et probablement comme issue d'elle-même, la Commission de Réformes Sociales se créait. Les rapports réalisés par elle à propos des conditions de vie ouvrière (1884) furent les premiers pas vers l’adoption de mesures législatives en matière de logement social. De la commission naquit l'Institut de Réformes Sociales, organisme qui dirigea la préparation de bases pour un projet de loi d'habitations pour ouvriers (Casas Baratas, 1907). Cet intéressant document constitue une très importante source de documentation qui, outre d'autres données pertinentes, apporte des références à la Cité-Jardin. Il ne mentionne pas directement dans le texte ni Howard ni Garden Cities of Tomorrow, mais quelques-unes des cités-jardins les plus notables (comme Letchworth et Hellerau), en plus d'une ample explication des aspects programmatiques fondamentaux de la Cité-Jardin et des associations créées pour sa diffusion, à l'exemple de la Deutsche Gartenstadtgesellschaft. Apparemment chacun des commentaires sur les exemples patronaux de Port Sunlinght et Bournville apparaissent aussi.

14En ce sens, nous pouvons différencier la première législation espagnole de logement social face à ses analogues européennes, plus proche pour avoir été élaborée après la publication de l'œuvre de Howard. Nous venons de voir comme la connaissance de cette œuvre est implicite dans la préparation de la loi et la connaissance de certaines des expériences européennes, explicite. Ceci étant, il est possible de se poser la question : "dans quelle mesure les principes de la Cité-Jardin restèrent contenus dans la législation espagnole des habitations à bon marché ?

Première loi des Habitations à Bon Marché (12 Juin 1911) et son règlement de 1912

15Cette loi définit les "habitations à bon marché" de la façon suivante :

  • 5 Alvarez Bermejo (dir.), Viviendas amparadas por el Estado, Madrid : BOE, 1961, p. 15.

"Celles construites ou qu'on tente de construire par les particuliers ou collectivités pour le logement exclusif de ceux qui perçoivent des émoluments modestes comme rémunération du travail...Les logements pourront consister en maisons isolées ou... maisons de voisins, en quartiers pour logement de famille ou bien des maisons pour recevoir des personnes seules5."

16Les terrains pour leur emplacement pourraient provenir de cessions publiques :

  • 6 Idem.

"Dans l'élargissement ou au dehors des villes ou les excédents des voies de communications de classe quelconque, spécialement celles qui ont un accès facile aux centres ou points de travail, à condition qu'ils soient destinés à la construction de maisons6."

17La loi est très sobre dans l'articulation des matières plus proprement architectoniques et urbaines malgré l'influence généralisée de la loi Siegfried du 30 Novembre 1894.

18D'un autre côté, la loi espagnole créa l'image des Juntas Locales de Fomento y Mejora de las Habitaciones Baratas, dépendant de l'Institut de Réformes Sociales, dont les fonctions sont une fidèle réplique de celles assignées aux Comités Locaux d'Habitations à Bon Marché.

19D'autres parallélismes fondamentaux peuvent être établis : la stimulation de la part des pouvoirs publics des Sociétés Constructrices Coopératives, le système de financement au travers des Caisses d'Epargne et l'exemption des taxes et des impôts, etc...

20De tout cet exposé on peut observer que l'influence de la loi française de 1894 sur la loi espagnole de 1911, fut telle qu'en principe, le texte juridique espagnol ne laisse transparaître par rapport au français aucune variation fondamentale qui pourrait être attribué à l'influence de la diffusion des idées de la Cité-Jardin. En réalité, la relation avec elle s'établit au travers des actions concrètes recueillies dans la loi. Grâce au laxisme législatif dans les aspects non-administratifs, dans les cités d'Habitations à Bon Marché purent s'expérimenter quelques-uns des principes proposés par Howard, comme la construction et la gestion coopérative, la faible densité avec prédominance du logement unifamilial avec jardin, et une scène urbaine caractérisée par la présence de la végétation. Pour beaucoup d'elles le nom de Cité-Jardin s'incorpore au projet.

  • 7 Gonzalez Del Castillo H., "La Garden City, la Ciudad Jardin". La Ciudad Lineai, no 728, 1922. Cité (...)

21À ce sujet, un membre de la Sociedad Civica "La Ciudad-Jardín" de Madrid, en 1922, et faisant référence à toutes les cités-jardins à l'exception de Letchworth et Welwyn, maintient que celles-là "usurpent ce nom et sont un peu analogue à la conception anglaise, mais ne sont pas de véritables Garden Cities, parce qu'elles ne s'accommodent pas aux conditions essentielles requises par la définition... Cette définition marque un critère étroit qui ne peut être admis par les non-Anglais"7.

  • 8 "Entendant par cela, une colonie développée aux alentours d'une ville déjà existante, non comme un (...)

22En réalité toutes les Cités d'Habitations à Bon Marché construites constituent surtout ce que Montoliú qualifiait de "Faubourg-Jardin"8.

  • 9 Informations obtenues dans Barreiro, op. cit., p. 372. Documentation graphique cédée par A. Álavre (...)

23D'entre elles se détache avec des traits différenciés la colonie "Parque Metropolitano" de Madrid. Le régisseur du projet est à la "Compagnie d'Urbanisation Métropolitaine". Il obtint l'approbation du projet en 1919 et entreprit sa réalisation en commençant par les travaux d'urbanisation (réseaux d'égouts, lumière, pavage et ligne prope de tramway qui reliait le réseau général de métro de la Place de Cuatro Caminos. Il comprend une superficie de 211 844 mètres carrés9 et son trait distinctif est la planification intégrée : les logements unifamilialaux dans ce même Parque Metropolitano, et les logements collectifs dénommés "Titanic" formant le front de rue de l'avenue Reina Victoria. L'équipement sportif, le "stadium métropolitain", est au nord, et l'équipement commercial, dans les niveaux du bas tout au long de l'avenue. Les infrastructures sont intégrées de façon à ce que la nouvelle ligne de métro constitue un élément structurant de la croissance urbaine projetée.

24Cette série de caractéristiques basiques situe la colonie "Parque Metropolitano" dans une position plus proche de la Cité-Jardin que d'autres propositions espagnoles contemporaines.

Cité "Huerta de la Corza" (Sevilla). On connaîtra deux projets dans le même lieu. Le premier est signé en 1927 par l'architecte F. de Mondrilla et comprend 301 "casas baratas" [HBM], halle, église et école.
Le second projet est signé par Aurelio Gómez Millán (arch.) en 1933 et n'est pas publié ; il se garde dans l'Archivo General de l'Administración d'Espagne [caja 2434]. Il n'y a pas de plan de la cité, seulement les projets des bâtiments : coopérative et bureaux, dispensaire, bains publics et plusieurs typologies de maisons.
Source de l'illustration : Gonzalez Cordon, Antonio - Vivienda y ciudad. Sevilla, 1849-1922. Sevilla, Ayuntamiento, 1984.

La seconde Loi des Habitations à Bon Marché du 10 décembre 1921 et le règlement de 1922

25Au sujet de cette Loi, Bassols Coma fait les réflexions suivantes :

  • 10 Op. cit., p. 454-455.

La caractéristique fondamentale de cette législation... consiste à incorporer, jointe au secours traditionnel du logement bon marché individuellement considéré, une série d'institutions nettement urbanistiques qui partent d'une conception globale d'une politique de logement... Au travers d'une ordonnance sectorielle se produit la réception des concepts modernes urbanistiques.10

26Quelles sont ces nouvelles "institutions nettement urbanistiques" ?

27À propos du sujet qui nous occupe, elles sont de deux sortes : en premier lieu les Mairies pouront construire des Habitations à Bon Marché et auront l'obligation de le faire "si on en sent la nécessité" ; aussi seront-elles obligées de formuler des projets d'urbanisation. Les Mairies acquerront avec cela une capacité de programmation et de gestion urbanistique que les tâches traditionnelles de police urbaine ne leur ont pas conféré. Avec ces nouvelles possibilités et comme en Europe, le chemin pour la planification urbanistique est en train de s'ouvrir. En second lieu, le règlement qui développe la Loi de 1921 incorpore le concept de Cité-Satéllite :

  • 11 Álvarez Bermejo, op. cit., p. 694.

La réunion d'Habitations à Bon Marché qui, dépendant encore administrativement d'un noyau de population par son nombre et son importance, pour occuper un espace considérable de terrain, pour requérir des travaux spéciaux d'urbanisation comme tracés de rues, circulation, distribution de pâtés de maisons et égouts, nécessitent d'établir des services collectifs pour répondre aux exigences d'hygiène, de culture, coopération, récréation, etc., de ses habitants... Les villes-satellites pouront s'édifier seulement sur les terrains économiques et proches des grandes artères de communication ou des grands centres de travail... Elles auront obligatoirement dans leurs programmes des domaines de récréation pour enfants et pour adultes et des Maisons de Bains et, [on] pourra exiger l'existence d'aires libres, parcs boisés, pavillons d'administration, d'enseignement, de réunions, bibliothèques, garderie, dispensaire, postes d'incendie et de secours et autres analogues11.

28En cette occasion l'inspiration puisée dans les préceptes de la Cité-Jardin est palpable (il est possible d’espérer que ce soit ainsi après que le propre Institut de Réformes Sociales au travers de son Service d'Habitations à Bon Marché ait intégré la Fédération Internationale des Cités-Jardin et Tracé de Villages). La décentralisation résidentielle implicite dans la condition d'emplacement dans des terrains économiques et facilement accessibles, et la planification intégrée de résidences, équipement, espaces libres et infrastructures, institutionalise d’une manière sans précédent la possibilité de pratiquer en Espagne le "desurbanisme" de Howard.

  • 12 Les législations suivantes sur le Logement Social, ne suppriment pas la précédente. Il s'agit de D (...)

29La troisième Loi des Habitations à Bon Marché est un Décret-Loi promulgué sous la dictature de Primo de Rivera, qui, bien qu'il remplace la Loi antérieure, n'apporte12 que certaines nuances en claire continuité avec elle. Cependant ce fut la plus prolifique grâce, entre autres raisons, au recours aux fonds d'Assurance Ouvrière, comme source de financement des crédits à la construction d'Habitations à Bon Marché.

  • 13 Archive Générale de l’Administration. Caisse 2434.

30J’ai choisi quelques exemples d'action pour la seconde et la troisième Loi des Habitations à Bon Marché. En premier lieu, en connectant avec les cités de la première législation, la cité de la coopérative d'Habitations à Bon Marché "Amigos de Lérida"13 (1926), œuvre de l'architecte Cases Lamolla. La cité se compose de 30 Maisons à Bon Marché, et d'une Maison Sociale. L'apparition des éléments dotationnels différencie généralement les petites colonies de cette période par rapport à celles construites antérieurement.

  • 14 Idem.

31Un bon exemple de l'introduction du concept de Cité-Satellite, bien que le projet ne cite cette qualification à aucun moment, c'est la cité de "La Huerta de la Corza"14 à Sevilla (1933), projet de l'architecte Gómez Millán pour le Patronato Municipal de Casas Baratas. Il comprend 14 pâtés de maisons avec un total de 355 "logements indépendants". Il y avait aussi deux écoles de deux sections — garçons et filles — chacune ; un dispensaire médical avec clinique d'urgences, locaux pour consultation journalière avec logements pour les employés ; une coopérative de consommation, les bureaux d'administration de la cité avec deux logements pour leurs employés ; et finalement une maison de bains avec piscine, vestiaires et deux nefs pour douches. La grande place centrale servira de lieu de récréation.

Plan de la "Colonia Parque Metropolitano" (Madrid). Dessin publié dans une brochure de la Compañía Urbanizadora Metropolitana, propriétaire du sol occupé par le projet. Source : OTAMENDI, José Maria, La Compania Urbanizadora Metropolitana", Barcelona, S/F [1919].

Conclusion

32À partir de ces deux moments législatifs, 1911 et 1921, nous pourrions établir des filiations idéologiques différenciées. La Première Loi, au travers, de son analogue français fut débitrice du modèle de Mulhouse, la seconde le fut de Letchworth. Parallèlement à cette idée et précisement par sa relation idéologique, les projets dérivés de la Seconde Loi des Habitations à Bon Marché apportèrent quelques considérations propres au plan, pendant que ceux liés à la Première Loi ne possèdent pas de projets unitaires.

33Dans cet ordre de choses, en Espagne la croissance périphérique résidentielle ordonnée sera symbolisée durant les premières décennies du siècle par une idée de Cité-Jardin qui participe de celle de Howard non d'une manière puriste, mais interprétée d'une façon souple comme "logement unifamilial en relation avec son milieu ambiant", continuant un cadre culturel du mouvement réformiste du logement en Espagne. Les organisations d'Habitations à Bon Marché s'y appuyèrent pour proposer une alternative de périphérie ordonnée à partir du projet.

Anmerkungen

1 Certains exemples apparus en référence :
Garcia Pérez, "Las casas y las ciudades de obreros", Revista de Bellas Artes, Madrid, 1868.
Rebolledo, Casas para obreros o económicas. Madrid ; Imprenta de la Viuda e hijos de Galiano, 1872.

2 Aguado de la Sierra, Plan de un Curso de Teoria General de la Arquitectura... Madrid : Imprenta y Librería de la Viuda de Aguado e hijo, 1870.

3 Projet de Loi sur la Construction de Quartiers Ouvriers, 1878. Cité par Bassols Coma, Génesis y evolución del Derecho Urbanistico español (1812-1956), Madrid : Montecorvo, 1973, p. 450.

4 Progress and Poverty (1880) de Henry George, fut traduit en espagnol en 1893.

5 Alvarez Bermejo (dir.), Viviendas amparadas por el Estado, Madrid : BOE, 1961, p. 15.

6 Idem.

7 Gonzalez Del Castillo H., "La Garden City, la Ciudad Jardin". La Ciudad Lineai, no 728, 1922. Cité dans Barreiro, op. cit., p. 81.

8 "Entendant par cela, une colonie développée aux alentours d'une ville déjà existante, non comme un organisme uniquement indépendant, sinon uni avec la métropole dont elle forme à proprement parler une cité-dortoir... Si bien développée sous les mêmes principes, qui assurent à ses habitants, tous ces avantages esthétiques, hygiéniques et économiques, qui soient compatibles avec la vie urbaine ordinaire."
Montoliú C., Las modernas ciudades y sus problemas a la luz de la Exposición de la Construcción Civica de Berlin, Barcelona : Vives, 1910. Cité dans Barreiro, op. cit.

9 Informations obtenues dans Barreiro, op. cit., p. 372. Documentation graphique cédée par A. Álavrez Mora.

10 Op. cit., p. 454-455.

11 Álvarez Bermejo, op. cit., p. 694.

12 Les législations suivantes sur le Logement Social, ne suppriment pas la précédente. Il s'agit de Décret-Lois sur des aspects purement sectoriels (Maisons économiques, maisons pour les fonctionnaires de l'État, articulation de prêts pour Habitations Bon Marché avec les fonds de l'Assurance Ouvrière, etc.), qui ne s'étendent pas au terrain urbanistique.

13 Archive Générale de l’Administration. Caisse 2434.

14 Idem.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Cité "Huerta de la Corza" (Sevilla). On connaîtra deux projets dans le même lieu. Le premier est signé en 1927 par l'architecte F. de Mondrilla et comprend 301 "casas baratas" [HBM], halle, église et école.Le second projet est signé par Aurelio Gómez Millán (arch.) en 1933 et n'est pas publié ; il se garde dans l'Archivo General de l'Administración d'Espagne [caja 2434]. Il n'y a pas de plan de la cité, seulement les projets des bâtiments : coopérative et bureaux, dispensaire, bains publics et plusieurs typologies de maisons.Source de l'illustration : Gonzalez Cordon, Antonio - Vivienda y ciudad. Sevilla, 1849-1922. Sevilla, Ayuntamiento, 1984.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15390/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 276k
Bildunterschrift Plan de la "Colonia Parque Metropolitano" (Madrid). Dessin publié dans une brochure de la Compañía Urbanizadora Metropolitana, propriétaire du sol occupé par le projet. Source : OTAMENDI, José Maria, La Compania Urbanizadora Metropolitana", Barcelona, S/F [1919].
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15390/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 257k

Autor

Architecta, Universidad de Valladolid

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540