Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Deuxième partie. Variation d'échelle - diversités programmatiques

L'influence des idées sur la cité-jardin dans les polygones résidentiels de l'après-guerre

Juan Luis de Las Rivas Saz

Texte intégral

1Déjà pendant la Deuxième Guerre mondiale, l'urbanisme et l'architecture sont conçus en Espagne en termes de reconstruction (192 villages détruits selon F. de Téran, 1982), par les services techniques de "la Phalange", dans un état d'esprit d'exaltation patriotique. À la fin de la guerre, est créé un cadre institutionnel permettant à l'Etat Franquiste d'agir : ainsi commence une période dirigiste "autarcique" pendant laquelle un pouvoir très centralisé tente de conduire et de contrôler tous les processus de transformation et de développement, faisant ressortir l'autoritarisme, le paternalisme et la puissance de la propagande idéologique du régime.

2Le contexte institutionnel qui permet la concentration de la production des nouveaux espaces résidentiels urbains est en résumé le suivant : création de la Direction générale des Régions Dévastées en vue de reconstruire quelques localités endommagées, à partir d'un service existant durant la guerre ; création de l'Institut National du Logement, dépendant du Ministère du Travail pour diriger de façon centralisée la production des nouveaux logements au travers des Plans Nationaux de Logements — il faut signaler ici la création en parallèle de "l'Œuvre Syndicale du Foyer" par le Secrétariat Général du Mouvement — ; création enfin de l'Institut National de Colonisation, pour le développement de la colonisation intérieure associée au développement agricole et à la création de nouvelles infrastructures de terrains irrigués. Cet ensemble de mesures est défini par la loi de 1940, qui constitue le cadre légal de référence pour les populations concernées. Il est intéressant d'analyser brièvement l'activité de ces institutions dans la production des ensembles de logements de faible densité, afin d'établir des relations possibles avec la théorie de la cité-jardin. Nous discuterons ici de quelques idées concernant les quartiers d'accueil de l'émigration qui se déplaça massivement de la campagne vers les villes. Nous parlerons également d'une autre expérience intéressante : celle des nouveaux villages de colonisation agraire, qui même s'ils forment des noyaux ruraux témoignant d'une certaine influence des idées de cités-jardins, en constituent d'avantage une antithèse. Nous envisagerons les pratiques mises en œuvre plutôt que la production théorique, celle-ci restant mineure par rapport à ces dernières dans ce contexte.

3L'idéologie qui détermina directement la production, aussi bien des quartiers résidentiels de faible densité que des villages de colonisation, présente quelques caractéristiques singulières, influencées par la première expérience mise en œuvre dans les "régions dévastées". Cela correspond à un fond patriotique "d'exaltation nationale" se traduisant par "le délaissement complet de toutes les normes qui viennent d'au-delà de nos frontières" et se fondant sur des "tracés d'origine spécifiquement espagnole". Le résultat de cette vision apparaît comme un remarquable "ruralisme" des structures urbaines produites, ainsi que le montre la position centrale de l'église et l'introduction de la typologie de la "Plaza Mayor" avec des portiques selon le style des bourgs castillans. On a généré ainsi une double centralité implantée dans deux places différentes : celle de l'église et de la mairie qui sera également la place à portiques des institutions du Parti ou de l'État dans les quartiers urbains. Malgré cela, les types de constructions seront très influencés par l'architecture rationaliste et les modèles de logement minimum. La structure globale des tracés s'appuie sur l'idée d'îlots fermés de maisons. La structure de base des quartiers est donc définie par les places et les rues.

4Dans le cas des villages de colonisation, la réforme agraire constitue l'objectif principal ; l'architecture n'apparaît qu'au second plan. On constate une certaine présence du "passé", mais on remarque l'influence directe des réalités contemporaines, comme c'était le cas pour les villages et colonies de l'Italie mussolinienne.

Village de El Trobal, dans la zone du "Bajo Guadalquivir" ; A. Fernandez del Amo, architecte.
Projet de 1962, avec 256 maisons. Fait par le "Instituto Nacional de Colonización".
Source : "Historia y Evolución de la Colonización Agraria en España. V.III., IEAL-IRYDA-ITUR, Madrid, 1990.

Table des illustrations

Légende Village de El Trobal, dans la zone du "Bajo Guadalquivir" ; A. Fernandez del Amo, architecte.Projet de 1962, avec 256 maisons. Fait par le "Instituto Nacional de Colonización".Source : "Historia y Evolución de la Colonización Agraria en España. V.III., IEAL-IRYDA-ITUR, Madrid, 1990.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15384/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

Auteur

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540