Version classiqueVersion mobile

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Deuxième partie. Variation d'échelle - diversités programmatiques

En passant par la Lorraine : dérives et avatars d'un modèle invoqué

Vincent Bradel

Texte intégral

1Des cités-jardins en Lorraine ? D'aucuns y ont cru dès 1909, en se fondant tout à la fois sur les nouvelles potentialités de financement du logement social offertes par les lois sur les Habitations à Bon Marché de 1906 et de 1908, et sur le dynamisme affiché par les Lorrains à l'occasion de l'Exposition Internationale de l'Est de la France organisée à Nancy par la Chambre de Commerce de Meurthe-et-Moselle.

2En dépit des sacrifices imposés par le traité de Francfort signé en 1871, la Lorraine restée française est en effet devenue au début du siècle l'une des plus grandes régions industrielles d'Europe, notamment grâce à l'apport militant des Alsaciens-Lorrains et à la découverte inattendue d'un des gisements de minerai de fer les plus importants du monde.

3À l'heure où l'idée de cité-jardin commence à se diffuser sur le continent, les besoins en logement de cette nouvelle marche de l'Est semblent alors plus que jamais immenses comme en témoignent les taudis situés en plein cœur de Nancy, la capitale régionale, ou les baraques en planches plantées à la périphérie de la plupart des cités ouvrières des bassins miniers de Briey et de Longwy.

4Près d'un siècle plus tard, force est de reconnaître qu'il n'existe pas d'exemple lorrain susceptible d'illustrer en bonne et due forme le type howardien. Seuls, quelques fragments de qualité témoignent, de manière dispersée, de l'émergence d'un débat sur la mise en œuvre du logement social, et de la lente diffusion d'un savoir-faire spécifique de composition urbaine et architecturale : la Lorraine restée française est demeurée un pays de cités ouvrières.

5S'agit-il d'un rendez-vous manqué ? Avant de regarder en détail les quelques réalisations qui justifient notre propos, nous tenterons de répondre très provisoirement à cette question des plus ouvertes en nous intéressant à l'état de la commande du logement social dans la région au début du siècle, ainsi qu'à la diffusion de l'idée de cité-jardin dans ce contexte, avant et après la Première Guerre mondiale.

1. Le logement social en Lorraine au début du siècle : esquisse d'un état des lieux

6Négligé par les organisateurs de l'exposition de 1909, et la plupart des auteurs de l'époque, l'inventaire des premières réalisations lorraines en matière de logement social demeure encore extrêmement lacunaire. C'est pourquoi nous avons pris le parti d'esquisser la présentation de cette production sur la base d'une brève confrontation entre trois des pôles de développement les plus importants et les plus caractéristiques de la région au sein desquels la diffusion de l'idée de cité-jardin avait laissé quelques traces tangibles, à savoir, la capitale régionale elle-même, le bassin minier de Briey, situé au nord, dans le Pays-Haut, et le "Rayon industriel de l'Est", c'est-à-dire l'industrie textile lorraine, implantée de longue date au sud-est de Nancy, dans les vallées des Vosges.

Une capitale démunie

7Au lendemain de la signature du traité de Francfort, Nancy demeure la seule grande ville de l'Est de la France. Située à quelques kilomètres de la nouvelle frontière, l'ancienne capitale ducale accueille bientôt plusieurs milliers d'Alsaciens-Lorrains dont l'apport va constituer un véritable coup de fouet pour l'économie nancéienne. C'est ainsi que malgré l'absence de la grande industrie, et notamment de la sidérurgie, qui se développe dans de lointaines banlieues, la ville s'impose de nouveau à la Lorraine en affichant un étonnant dynamisme financier et culturel relayé par la réussite de multiples petites industries de transformation et un essor démographique remarquable.

  • 1 Cf. Vincent Bradel, "Les processus d'urbanisation à Nancy, 1850-1930" in Urbanisme et Architecture (...)

8De 53 000 habitants en 1872, la population nancéienne passe à près de 120 000 en 1911. À ce doublement démographique répond une urbanisation sans précédent largement dominée par l'initiative privée1. Certes, l'ouverture d'une quarantaine de kilomètres de voies nouvelles s'accompagne de la construction de près de 20 000 logements. Mais cette production essentiellement spéculative ne résoud en rien la crise du "logement populaire" qui perdure depuis l'installation massive des Alsaciens-Lorrains. Une enquête réalisée en 1906 par le ministère du Travail révèle en effet que près de 40 000 nancéiens s'entassent dans moins de 9 000 logements.

9Les réalisations patronales s'avèrent loin du compte : quelques centaines de logements tout au plus. Il est vrai que d'une manière générale, les entreprises nancéiennes ne sont pas de taille. Cependant le bilan des sociétés philanthropiques est tout aussi modeste. Fondée en 1872, à l'initiative de notables, avec le soutien des « Comités Alsace-Lorraine », la Société Immobilière Nancéienne ne réalise pas deux cents logements individuels et collectifs en une trentaine d'années. Il faut attendre 1909 pour voir industriels et notables s'associer enfin au sein de la Société Anonyme des Habitations à Bon Marché (S.A.H.B.M.) de Nancy. À défaut de résorber le déficit accumulé, ce regroupement permettra tout de même de réaliser près de 250 logements collectifs en cinq ans.

Les effets de la concurrence dans le Pays-Haut

  • 2 Cf. Serge Bonnet, L'homme du fer. Nancy-Metz : Presses Universitaires de Nancy-Éditions Serpenoise, (...)

10Découvert en 1893, dans le prolongement des gisements ferrifères annexés par les Allemands, le bassin de Briey connaît au début du siècle un développement encore plus spectaculaire que celui de la capitale : dès 1913, il fournit à lui seul les trois quarts de la production française de minerai de fer. En quelques années, de modestes villages se transforment en de véritables petites villes. La population du bassin minier passe ainsi de 23 000 habitants en 1900, à plus de 60 000 en 1911, tandis que le chef-lieu d'arrondissement devient l'un des principaux centres d'immigration du monde : près de 80 % des nouveaux venus sont des étrangers2.

11Il faut savoir que le minerai convoité se trouve à une centaine de mètres de profondeur. Son exploitation implique non seulement de gros investissements, mais aussi des conditions de travail très dures qui rebutent une main-d'œuvre française d'ailleurs insuffisante. C'est pourquoi les sociétés minières se tournent alors vers l'Italie, puis la Pologne. Mais l'instabilité de cette main-d'œuvre déracinée, les aléas d'un recrutement lointain et les effets de la concurrence imposent en retour à ces sociétés le développement de politiques d'œuvres sociales, au premier rang desquelles figure le logement qui joue tout à la fois un rôle d'appel, de fixation et de contrôle.

  • 3 F. Leprince-Ringuet, Rapport sur l'industrie minière en Meurthe-et-Moselle pendant l'année 1912. Na (...)
  • 4 Cf. Gabriel Hanra, "La cité ouvrière de Mancieulles" in Le Musée Social, mémoire et documents, Supp (...)

12Un rapport de 19133 fait état de la construction de quelque 3 500 logements ouvriers regroupés en cités sur une vingtaine de sites en exploitation, sous la forme de maisons en bandes alignées le long de la route principale, ou de pavillons jumelés inscrits dans une trame orthogonale, à l'écart du village et de la mine. D'une manière générale, la conception de ces cités semble assurée par les services techniques des sociétés minières qui s'inspirent directement des modèles mis au point au xixe siècle, sans autre forme de procès. Il faut attendre 1907, et l'ouverture tardive des mines de Saint-Pierremont à Mancieulles, pour voir apparaître un véritable plan d'ensemble articulant toutes les composantes d'une cité minière dont l'exemplarité sera saluée à juste titre par le Musée Social4.

Le modèle alsacien dans les Vosges : le cas de la Blanchisserie et Teinturerie de Thaon

13Pour l'industrie textile vosgienne, le traité de Francfort signifie d'abord la remise en cause de toute une organisation centrée, pour l'essentiel, sur la région de Mulhouse. Issues de capitaux alsaciens attirés par la présence d'une main-d'œuvre et d'une force motrice hydraulique bon marché, les filatures et les tissages implantés dans les vallées du massif vosgien dépendent alors également de l'industrie alsacienne pour le façonnage de leurs pièces. Aussi toutes les parties s'accordent-elles dès 1872 pour établir collectivement sur le sol français une usine d'ennoblissement susceptible de traiter l'ensemble de la production vosgienne.

  • 5 Cf. Georges Poull, L'industrie textile vosgienne (1765-1981). Poull : Rupt-sur-Moselle, 1982. 474 p (...)

14Au lendemain de la création de la Blanchisserie et Teinturerie de Thaon-les-Vosges (B.T.T.), l'industrie textile vosgienne présente un double visage extrêmement contrasté, avec d'un côté, jusqu'à deux cents filatures et tissages dont la grande majorité n'emploient guère plus d'une centaine d'ouvriers, et de l'autre, une usine dont l'effectif total au début du siècle dépasse régulièrement les deux mille ouvriers5. Sans être négligeable, l'effort des premiers en matière de logement n'atteindra jamais de dimension significative. En revanche, l'installation de la B.T.T. va transformer le village de Thaon en une petite ville industrielle qui compte plus de 7 000 habitants en 1911.

15Malgré sa fondation collective, la B.T.T. devient très rapidement une entreprise familiale sous la conduite énergique de son directeur, Armand Lederlin. Comme en témoigne le soin apporté à la présentation des réalisations de la société à l'Exposition Universelle de 1889, ce protestant d'origine alsacienne entend faire de la B.T.T. un modèle d'organisation sociale qui semble d'ailleurs avoir inspiré les sociétés minières du bassin de Briey. Si le problème de la main-d'œuvre est ici moins aigu, la concurrence de l'agriculture suffit à justifier d'une politique du logement. Non content de disposer d'une des plus importantes cités ouvrières de la région, Armand Lederlin encourage les candidats à la construction, et sera l'un des premiers industriels lorrains à s'intéresser aux potentialités offertes par les lois de 1906 et 1908.

L'évolution de la commande

16Au-delà d'évidentes disparités, tout à fait caractéristiques de la situation lorraine, se révèlent tout à la fois l'importance de l'héritage alsacien en matière d'œuvres sociales, et l'omniprésence d'un paternalisme longtemps plus soucieux de ses prérogatives que des qualités urbaines et architecturales de ses réalisations... Est-ce l'effet d'entraînement d'une opération exemplaire comme celle de Mancieulles, ou d'une démonstration éphémère comme celle de l'exposition de 1909 ? Toujours est-il que s'ouvre alors une nouvelle campagne de travaux au cours de laquelle le grand patronat lorrain ne va plus hésiter à faire largement appel à des architectes, locaux qui plus est.

17Il est vrai que le milieu architectural régional s'est profondément transformé à l'image des effectifs de la très officielle Société des Architectes de l'Est (S.A.E.) qui regroupe la plupart des anciens élèves de l'École Nationale des Beaux-Arts : entre 1888 et 1914, la liste des sociétaires s'est accrue d'un cinquième, pour atteindre la quarantaine, et renouvelée des deux tiers, essentiellement au profit de la capitale. Au début du siècle, cette dernière bénéficie en effet de l'installation d’une douzaine de jeunes architectes qui vont faire leurs premières armes en ville, sous la bannière de l'Art Nouveau et dans le cadre de concours publics, avant d'être sollicités par les principaux maîtres d'ouvrage de la région.

18Cependant, sur le terrain, la plupart des structures urbaines de quelque importance sont déjà en place. De ce point de vue, les petites cités industrielles lorraines font figure de collages inachevés qu'il ne s'agit pas tant de remettre en cause que de compléter, de densifier ou d'équiper. C'est ainsi que la campagne de travaux engagée par le grand patronat lorrain concerne essentiellement la réalisation de grands équipements. Au bout du compte, la capitale apparaît comme le seul endroit où l'idée de cité-jardin puisse être présentée comme une véritable alternative aux déficiences sociales et morphologiques d'un processus d'urbanisation dominé par l'initiative privée. Encore faut-il que cette idée trouve ses défenseurs et les moyens de sa mise en œuvre.

2. Le parcours d'une idée

19À défaut de pouvoir afficher des réalisations sociales et urbanistiques dignes d'une capitale régionale moderne, Nancy dispose néanmoins d'un véritable lieu de réflexion et de débat sur ces questions. Fondée en 1883 sur le modèle mulhousien, la Société Industrielle de l'Est (S.I.E.) regroupe en effet l'essentiel de l'intelligentsia et du patronat nancéiens et lorrains autour de multiples cycles de conférences qui accordent une place de plus en plus importante à la question du "logement populaire", avant de s'ouvrir aux problèmes posés par l'extension des villes. S'il est difficile d'imaginer un meilleur tremplin pour une idée, qui semble se diffuser localement à partir de 1909, la compréhension et l'assimilation du modèle de la cité-jardin s'avèrent au bout du compte des plus incertaines, tant au niveau du contenu que de la forme.

De l'évocation à l'invocation

  • 6 Cf. notamment Henri Gutton, "Les constructions ouvrières dans l'Est" in Bulletin de la Société Indu (...)

20En 1899, au lendemain même de la parution du célèbre Tomorrow d'Ebezener Howard, la S.I.E. organise un cycle de conférences sur les constructions ouvrières. Une initiative prévue et attendue de longue date, qui est l'occasion d'un premier panorama des principales réalisations lorraines en la matière ; mais, il n'est encore question ici que de types et de mise en œuvre6.

  • 7 La biographie du fondateur des bourses Zellidja reste à écrire. Notons simplement que ce personnage (...)
  • 8 Émile André est plus connu comme l'un des principaux animateurs de l'École de Nancy. Cf. Inventaire (...)
  • 9 Cf. notamment L'Immeuble et la Construction dans l'Est, décembre 1909 et février 1910.
  • 10 Cet échec semble directement lié au soutien qu'accorde alors la Ville au montage de la S.A.H.B.M.

21Dix ans plus tard, tandis que notables et industriels nancéiens tentent de mettre sur pied la S.A.H.B.M., l'Exposition Internationale de l'Est de la France attire dans la capitale lorraine un jeune architecte ambitieux, Jean Walter (1883-1957)7. Tout auréolé de la réalisation d'une cité réalisée à Montbéliard pour le compte de Peugeot à des prix défiant toute concurrence, ce dernier ne tarde pas à convaincre un industriel nancéien de se lancer dans le montage d'une nouvelle société de H.B.M., après avoir pris la précaution de s'associer à un confrère local des mieux connus, Émile André (1871-1933)8. Une campagne de presse ponctuée de plusieurs conférences annonce la construction, dans la proche banlieue de Nancy, d'une "véritable cité-jardin"9. Cependant, malgré l'apparente nouveauté d'un tel projet, la plupart des réactions ne dépassent guère la remise en cause des prix de revient annoncés, et ce d'autant moins que l'affaire tourne court10.

  • 11 Parmi les multiples écrits de Georges Hottenger, le plus important demeure sans aucun doute son étu (...)
  • 12 "La Cité Moderne", Bulletin de la Société Industrielle de l'Est, 1913. numéro spécial.
  • 13 Cf. Vincent Bradel, "Les processus d'urbanisation à Nancy, 1850-1930", op. cit., p. 164, et André V (...)

22L'idée n'en resurgit pas moins quelque temps plus tard à la suite du retour au bercail d'un juriste passionné d'urbanisme, Georges Hottenger (1868-1934)11. Non content de suivre attentivement les débats qui s'engagent au niveau international, ce disciple de Le Play entreprend, à partir de 1910, plusieurs études sur les transformations du Pays-Haut et l'aménagement des villes en général, dont la pertinence décide la S.I.E. à organiser, en 1913, l'une des premières expositions d'urbanisme jamais réalisée en France, l'exposition de La Cité Moderne12. Grâce au concours de la S.A.E., les Nancéiens ont la surprise d'y découvrir, au beau milieu d'une abondante documentation européenne fournie pour l'essentiel par l'Association des Cités-Jardins et le Musée Social, un plan d'extension dotant leur ville de vastes "cités-jardins", preuve s'il en est que l'idée a fait son chemin13.

  • 14 Émile Badel, "Le concours des maisons ouvrières à Nancy" in L'Immeuble et la Construction dans l'Es (...)

23À cette ouverture indéniable, la guerre, puis l'armistice, imposent bientôt une nouvelle donne économique et légale. En effet, plus qu'à des destructions, relativement minimes, l'économie nancéienne doit faire face à la concurrence nouvelle de Strasbourg et de Metz, avant même d'affronter la crise de 1929. Mais surtout, la municipalité se doit de mettre en œuvre un plan d'aménagement, d'extension et d'embellissement en application de la Loi Cornudet. Dans ce cadre officiel, le tout jeune Office Municipal d'Habitations à Bon Marché va reprendre à son compte les propositions de cités-jardins formulées par la S.A.E. avant-guerre. Cependant, là comme ailleurs, l'argent manque pour réaliser de tels projets que la loi Loucheur ne suffira pas à relancer. En se limitant à des questions de types et de mise en œuvre, le "Concours de Maisons à Bon Marché" organisé en 1929 par la Chambre de Commerce de Nancy, la S.I.E. et les organismes régionaux de H.B.M., sonne le glas de toute réflexion locale sur l'idée de cité-jardin, même si le mot vole encore de bouche en bouche14.

Des contours incertains

24Tandis qu'elle se banalise peu à peu au lendemain de la guerre, l’expression de cité-jardin ne tarde pas à recouvrir des acceptions et des réalités extrêmement diverses — du fragment de plan d'extension, au moindre groupement de maisons entourées de jardin — dont la plupart témoignent non seulement d'une méconnaissance du modèle howardien, mais aussi et surtout d'une difficulté à se dégager du modèle omniprésent de la cité ouvrière. Aux yeux de spécialistes locaux du logement social, comme les architectes A. et L. Léré, le distinguo est pourtant clair :

  • 15 P. et A. Léré, "Maisons ouvrières et Habitations à bon marché" in L'Immeuble et la Construction dan (...)

La dénomination de « maisons ouvrières » s'applique [...] aux constructions élevées par les industriels à proximité de leurs usines, fabriques, entrepôts, etc..., pour y loger leurs employés et ouvriers [...]. Ces maisons sont louées, et ne sont pas destinées à être vendues à leurs occupants. Un groupe de ces maisons est dit « cité ouvrière ». L'expression « Habitation à Bon Marché » s'emploie pour les maisons construites par les intéressés eux-mêmes ou par l'intermédiaire des sociétés approuvées à cet effet par M. le Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale, afin d'avoir le bénéfice de tous les avantages de la loi du 12 mars 1906. Un groupe de ces habitations porte le nom de « cité-jardin »15.

  • 16 Cf. introduction à François Villain, "La vie dans une cité ouvrière" in Bulletin de la Société Indu (...)

25À cette vision quelque peu dogmatique d'un marché potentiel, formulée en 1909 dans le cadre de l’exposition, s'oppose une conception beaucoup plus libérale qu'illustrent fort bien ces propos tenus par le publiciste Georges Risler quelque temps après sa conférence à l'exposition de La Cité Moderne : "... lorsque j'ai été visiter le bassin de Briey, en 1913, j'ai été émerveillé en voyant la science sociale [...] développée par tous les grands industriels. Tous ces villages nouvellement construits l'avaient été sur des plans préalablement établis [...]. J'ai vu des cités ouvrières qu'il serait plus juste d'appeler des cités-jardins, composées de petites maisonnettes entourées de charmants jardinets"16.

  • 17 Georges Benoît-Lévy, "Villages, banlieues et cités-jardins" in Bulletin de la Société Industrielle (...)

26De ce point de vue, le discours que tient Georges Benoît-Lévy en avant-première de l'exposition ne s'avère pas moins ambigu. Sans doute est-il le seul invité de la S.I.E. à présenter au public nancéien les théories de Ebezener Howard et ses premières applications17. Sans doute est-il l'un des rares à lui proposer une définition visuelle de la cité-jardin qu'il caractérise à cette occasion par "la diversité de l'architecture des pavillons", les "courbes des avenues" et "les jardinets fleuris qui les bordent". Il n'en confond pas moins lui aussi en un seul mouvement, cités-jardins, banlieues-jardins et villages patronaux, alors que ces derniers ne sont au mieux que des cités ouvrières à peine revues et corrigées.

Des références lointaines

  • 18 À noter tout de même la présence dans la bibliothèque de Joseph Hornecker de La Cité industrielle d (...)

27On chercherait vainement aujourd'hui dans les rayonnages nancéiens, qu'ils soient publics ou privés, un exemplaire de l’édition originale de Tomorrow, de Town Planning in Practice..., ou même de leur traduction. Sans doute faut-il tenir compte de la dispersion de bibliothèques comme celle de la S.I.E. Il n'en est pas moins significatif que les riches collections de la bibliothèque municipale de Nancy ne recèlent sur le thème que des ouvrages français de seconde main comme ceux de Georges Benoît-Lévy. Quant aux bibliothèques des architectes nancéiens engagés dans les projets que nous venons d'évoquer, leur contenu témoigne davantage d'un intérêt pour l’architecture anglaise du début du siècle que d'une bonne connaissance du modèle howardien, voire du débat urbanistique d’alors18.

  • 19 Cf. Félix URBAIN, "Exposition de la Cité moderne. Les Villes étrangères" in L'Éclair de l'Est, 8 ma (...)

28À suivre la carrière de ces mêmes architectes, nous n'avons pas trouvé la moindre trace de voyage en Angleterre. Et si la S.A.E. ne dédaigne pas de s'aventurer en Allemagne, les comptes rendus de ses excursions ne mentionnent aucune visite des quelques réalisations allemandes en la matière. Bref, il semble bien que l'exposition de « La Cité Moderne » ait été avant-guerre la seule occasion pour les architectes lorrains de découvrir, de leurs propres yeux, des réalisations directement inspirés par les théories d'Ebezeneer Howard, telles que Letchworth et Hampstead — et encore, fort mal présentées, si l'on en croit les commentaires de l'époque19. Dans le contexte d'un débat qui s'internationalise, le modèle howardien n'apparaît déjà plus ici que comme une référence parmi d'autres.

  • 20 Robert De Souza, Nice, capitale d'hiver. Nancy-Paris : Berger-Levrault, 1913. À noter que cet ouvra (...)
  • 21 Donat-Alfred Agache, Nos agglomérations rurales, comment les aménager. Étude monographique analytiq (...)

29En choisissant d'intégrer des fragments de cités-jardins à la frange d’une grande composition radio-concentrique, le plan de la S.A.E. s'inscrit pour sa part dans le droit fil de la production des urbanistes français telle que la révèle cette année-là Robert De Souza dans son Nice Capitale d'Hiver acquis par la bibliothèque municipale de Nancy20. Trois ans plus tard, le plan est présenté à Paris à l'exposition de La Cité reconstituée21 dont les grandes orientations confirment cette interprétation de la cité-jardin. Après guerre, il semble que ce soit les revues qui achèvent de banaliser la chose. Cependant l'influence indéniable sur la production lorraine de réalisations comme celles du Foyer rémois par exemple, s'explique peut-être également par des voyages sur place.

3. Interprétations et réminiscences, la cité-jardin face au modèle de la cité-ouvrière

30Que reste-t-il sur le terrain de ces expositions, de ces conférences, de ces débats ? Une vingtaine de réalisations tout au plus, parmi lesquelles quatre s'imposent par la qualité de leur conception ou l'intérêt de leur genèse, à commencer par "les nouvelles cités" entreprises manifestement dès 1909 par la Blanchisserie et Teinturerie de Thaon-les-Vosges (B.T.T.), qui constituent la seule réalisation de ce genre initiée en Lorraine avant-guerre. Elles précèdent la cité-jardin de la Chiennerie commencée en 1922 par l'Office Municipal d'Habitations à Bon Marché de Nancy, la cité d'Heumont, construite à partir de 1925 à Rehon, dans la banlieue de Longwy, par la Société des Forges de la Providence, et la cité de Mercy-le-Bas, édifiée par la Société des mines de fer de Bazailles au début des années trente. Mais avant de passer en revue ces quelques réalisations, il nous faut évoquer le cas de la cité minière de Mancieulles qui semble alors constituer une référence incontournable pour les architectes lorrains.

Mancieulles

  • 22 Cf. Gabriel Hanra, "La cité ouvrière de Mancieulles", op. cit., Gabriel Hanra, Les œuvres sociales (...)

31Une mise en exploitation tardive dans un contexte extrêmement concurrentiel marqué par une pénurie de main-d'œuvre, voilà qui suffirait à justifier d'une exemplarité. En l'occurrence, il faut également tenir compte des effets de la cohabitation inattendue d'un conseil d'administration allemand et d'un directeur français, véritable incarnation de l'ingénieur social invoqué par Le Play, Gabriel Hanra22.

  • 23 Pour mener à bien cet important projet, Joseph Hornecker s'associe avec un ancien camarade d'atelie (...)

32Au-delà de l'ampleur et de la qualité des équipements ou des logements réalisés, l'exemplarité du cas de Mancieulles réside avant tout dans l'établissement d'un plan d'ensemble qui condense toutes les conventions du genre en exploitant au mieux la topographie relativement complexe du site. Dressé par l'architecte nancéien Joseph Hornecker (1873-1942) en 190723, ce plan s'organise de part et d'autre d'une voie ferrée spécialement créée pour desservir la mine implantée à l'écart de la cité, derrière une colline.

33À l'ouest de cette épine dorsale, un "nouveau village" regroupe commerces et équipements administratifs, ainsi que les logements des employés qui se développent au pied de la maison du patron. Implantée sur la partie la plus élevée du site, cette dernière « contrôle » également l'articulation du complexe minier avec le village pré-existant. À l'est de la voie ferrée, les cités proprement dites se déploient régulièrement sur une pente douce orientée au sud, au bas de laquelle ont été regroupés les équipements de loisir.

34Mancieulles apparaît ainsi comme une grande composition fonctionnaliste articulant une collection de fragments plus conventionnels, de l'esquisse d'un tracé pittoresque autour de la maison du directeur, à la traditionnelle trame orthogonale des cités.

Thaon-les-Vosges, les nouvelles cités de la B.T.T.

  • 24 Cf. Claude FERRY, La Blanchisserie et Teinturerie de Thaon-les-Vosges, 1872-1914, op. cit., p. 29-3 (...)

35À l'heure où se dessine le paysage fragmenté de Mancieulles, Thaon-les-Vosges offre une tout autre image en raison notamment de l'implantation inhabituelle des premières cités, créées dès 1873, sur les arrières du village24. Ce rare souci de mélanger les populations, va cependant bientôt céder le pas aux exigences d'une politique de valorisation des réalisations de la B.T.T., qui n'est sans doute pas étrangère à la seule véritable commande qu'ait obtenue Jean Walter lors de son bref passage en Lorraine.

36Implantées à proximité de l'usine, à l'entrée de la route d'Épinal, les nouvelles cités de la B.T.T. témoignent assurément d'une volonté de mise en scène, mais plus encore d'une inspiration nouvelle, puisée dans ce vocabulaire architectural et urbain de la cité-jardin que vient de codifier Raymond Unwin. Pour autant, il n'est pas certain que l'ensemble soit de la seule main du futur animateur de la Société coopérative Paris-Jardin : en effet seule une moitié des deux cents maisons réalisées l'a été avant-guerre.

37L'apparente complexité du tracé des voies tient tout autant à ce phasage qu'au relief du terrain. En fait, la composition d'ensemble s'organise assez simplement depuis une entrée extrêmement soignée, autour d'un axe central brisé qui articule trois placettes étagées dans la pente. Malgré la disparition de l'accompagnement végétal d'origine, et nombre d'interventions ponctuelles malencontreuses, la mise en scène n'a rien perdu d'une efficacité fondée pour l'essentiel sur la diversité des types, une quinzaine, et de leurs modes de groupement, directement inspirés, pour certains, de la figure du close.

Nancy, la Cité-jardin de la Chiennerie

  • 25 L'O.M.H.B.M. est créé le 7 octobre 1920.

38Quelles que soient ses qualités, la démonstration de Jean Walter ne pouvait suffire à relancer un marché en suspens. Ainsi, la première réalisation d'origine locale ne voit-elle le jour qu'au début des années vingt, et encore, non sans quelques difficultés. Initiée de manière très volontariste par le tout jeune Office Municipal d'Habitations à Bon Marché (O.M.H.B.M.) de Nancy25 dans le cadre de la mise au point des projets d'extension élaborés avant-guerre, la mise en œuvre de la cité-jardin de la Chiennerie va en effet très vite se heurter au marasme économique que connaît la capitale régionale dans l'Entre-deux guerres.

  • 26 Cf. Procès-verbal du conseil municipal du 19 avril 1923.
  • 27 Émile Badel, "Excursions à travers Nancy. Les Maisons à bon marché" in L'Immeuble et la Constructio (...)

39Des projets de cités-jardins très sommairement esquissés dans l'ouest nancéien par les membres de la S.A.E. en 1913, l'O.M.H.B.M. reprend essentiellement le site et l'idée. "Donner l'aspect d'une cité-jardin"26 à un programme de quatre cents logements dont deux cents maisons individuelles, telle est la mission que reçoivent Jean Bourgon (1895-1959) et Léon Cayotte (1875-1946). Aux dires d'un journaliste, ces deux jeunes architectes nancéiens développent à cette occasion une "bourgade magnifique avec sa grand'place, ses [...] boulevards, [...] un vaste groupe scolaire, un immense rond-point au fond duquel s'élèvera une église..."27.

  • 28 Léon Cayotte, "Voyage d'étude aux cités-jardins de la Région Nord" in L'Immeuble et la Construction (...)

40La modestie des ressources financières de I'O.M.H.B.M. semble avoir eu raison de cet ambitieux projet malheureusement disparu. Exécuté par petites tranches, d'une dizaine de maisons jumelées, le projet réalisé s'avère en effet des plus sommaires ; tant et si bien qu'il est difficile d'y repérer des références assurées. Seule certitude, en 1925, alors que le projet définitif a déjà connu un début d'exécution, Léon Cayotte entreprend de visiter les cités de la Compagnie des chemins de fer du Nord et celles du Foyer rémois...28

Rehon, la cité d'Heumont

41À défaut d'éclairer pleinement son projet nancéien, le voyage de Léon Cayotte met en évidence l'émergence au début des années vingt d'un corpus de références nationales dont la diffusion n'est sans doute pas étrangère à la conception de la cité d'Heumont qui surgit du sol en 1925, aux portes de Longwy, sur les terres de la Société des Forges de la Providence.

  • 29 Dans le cadre de son agence de Longwy, Pierre Lebourgeois travaille en association avec Louis-Hyppo (...)

42Pour cette société belge installée à Rehon depuis 1865, il ne s'agit pas de réaliser une simple extension de son patrimoine immobilier. L'ampleur du programme envisagé et la topographie du site lui imposent de doubler la petite structure urbaine existante d'un véritable quartier doté de ses propres équipements. Est-ce la recherche d'une garantie ou le simple défaut d'un maître d'œuvre attitré ? Toujours est-il que la « Providence » fait appel à l'architecte municipal de Longwy, le nancéien Pierre Lebourgeois (1879-1971)29, qui met alors la dernière main au plan d'aménagement, d'extension et d'embellissement de l'agglomération longovicienne.

43Implantée à l'écart de l'usine, sur une hauteur dominant le village et les anciennes cités, la cité d'Heumont s'organise à la "rémoise" selon un schéma radioconcentrique. Cependant contrairement à la fameuse cité du Chemin vert, l'espace public central regroupe ici l'ensemble des équipements réalisés — une église, un groupe scolaire et un petit centre commercial — tandis que l'ensemble du bâti se développe sous la forme de simples alignements discontinus qui soulignent le tracé des voies. En l'occurrence, les figures se réduisent à l'aménagement des carrefours qui règlent les vues et notamment les perspectives sur les équipements de l'espace central.

Bazailles, la cité de Mercy-le-Bas

44À l'opposé de ces extensions, la cité minière de Bazailles s'avère une création de toute pièce issue, tout comme celle de Mancieulles, de la mise en exploitation tardive d'une concession accordée de longue date. Sans doute, faut-il voir là l'une des principales raisons de l'organisation d'un concours d'urbanisme et d'architecture qui nous permet de conclure cette brève série d'exemples par la confrontation de deux interprétations sensiblement différentes du modèle de la cité-jardin.

Projet de cité ouvrière pour tes mines de Bazailles à Mercy-le-Bas.
Jacques André - Architecte.

45Signé par Jacques André (1904-1985), un tout jeune architecte nancéien alors à peine sorti de l'École, le projet classé second se révèle à l'analyse un passionnant bricolage de références qui témoigne non seulement de la diffusion du corpus rémois et nordiste, mais aussi et surtout de l'influence décisive de certaines réalisations locales comme Mancieulles ou Rehon en particulier pour le tracé de la cité ouvrière de Mercy-le-Bas. Que le fils d'Émile André, le bref associé de Jean Walter, valorise spontanément de telles interprétations, nous semble assez significatif de la situation du modèle howardien en Lorraine.

46À ces références locales ou nationales, la cité ouvrière finalement réalisée par Jacques Duvaux (1890-1971), un parisien d'origine lorraine, oppose le déploiement de figures directement inspirées d'Unwin dans le cadre d'une monumentale résille de triangles équilatéraux. Des plus impressionnantes en plan-masse, cette composition académique voit cependant son efficacité largement remise en cause sur le terrain par la petite taille et la faible densité du bâti. Même regroupées par quatre, les maisons ont en effet bien du mal à "tenir" la plupart des figures imposées par le plan-masse, notamment, celle du close qui perd ici tout son sens.

Bazailles, la cité de Mercy-le-Bas.

Les nouvelles cités de la B.T.T. à Thaon-les-Vosges.

Conclusion

47S'il est un rendez-vous manqué, c'est bien celui que Jean Walter croyait tenir avec un Eldorado que les Lorrains eux-mêmes n'ont en fait jamais vraiment atteint. Pour contextuel qu'il soit, cet échec n'en est pas moins révélateur de l'état de la réflexion urbanistique en France au début du siècle. Force est de constater, qu'en Lorraine comme ailleurs, la plupart des discours sur le thème se sont contentés de diffuser en lieu et place du modèle howardien, l'image d'une idéalité urbaine verdoyante et floue.

48Il n'en fallait pas davantage pour faire de l'idée de cité-jardin un signifiant flottant, voire une alternative universelle aux modèles d'urbanisation hérités des siècles précédents. C'est ainsi que la plupart des formes d'habitat individuel groupé, du lotissement spéculatif à la cité ouvrière, ont été, un jour ou l'autre, indifféremment promues au rang de cités-jardins... Sur le papier du moins, car sur le terrain, la spécificité typologique de chacun de ces modèles n'a pas manqué de faire retour.

  • 30 Raymond Unwin, L'étude pratique des plans de villes. Paris : L'Équerre, 1981. p. 274.

49Tandis que Raymond Unwin n'hésite pas à fixer "avec certitude" la densité "de l'hygiène et du confort" entre 25 et 50 maisons à l'hectare30, des opérations comme celles de Thaon-les-Vosges, de Rehon ou de Bazailles affichent des densités moyennes de 14 maisons à l'hectare dictées par la mise en œuvre de vastes parcelles : quelles que soient la qualité ou l'importance de leurs emprunts au répertoire formel de la cité-jardin, ces "villages patronaux" restent avant tout des cités ouvrières.

50Sous des dehors anecdotiques, ce maigre corpus lorrain participe ainsi de la complexité du parcours hexagonal de la cité-jardin. À sa manière, il illustre la relativité de l'échec du modèle imaginé par Ebenezer Howard comme celle de la diffusion du savoir-faire mis au point par Raymond Unwin. Et pour cause, l'un comme l'autre ne sont parvenus en Lorraine qu'au travers les échos d'un débat beaucoup plus large sur l'aménagement et l'extension de la métropole contemporaine.

Cité ouvrière. Pienne. Collection privée.

Notes

1 Cf. Vincent Bradel, "Les processus d'urbanisation à Nancy, 1850-1930" in Urbanisme et Architecture en Lorraine, 1830-1930. Metz : Éditions Serpenoise-Société d'Histoire et d'Archéologie de la Lorraine-Denoël, 1982. p. 136-171.

2 Cf. Serge Bonnet, L'homme du fer. Nancy-Metz : Presses Universitaires de Nancy-Éditions Serpenoise, 1975-1985. 4 t., et Jean-Marie Moine, Les Barons du fer. Nancy-Metz : Presses Universitaires de Nancy-Éditions Serpenoise, 1989. 568 p.

3 F. Leprince-Ringuet, Rapport sur l'industrie minière en Meurthe-et-Moselle pendant l'année 1912. Nancy : 1913. 40 p., cité par Serge Bonnet, op. cit, tome 1, p. 153-155.

4 Cf. Gabriel Hanra, "La cité ouvrière de Mancieulles" in Le Musée Social, mémoire et documents, Supplément aux Annales, no 4, mai 1914. p. 113-176. Texte d'une conférence donnée au Musée Social, le 20 mars 1914.

5 Cf. Georges Poull, L'industrie textile vosgienne (1765-1981). Poull : Rupt-sur-Moselle, 1982. 474 p., et Claude Ferry, La Blanchisserie et Teinturerie de Thaon-les-Vosges, 1872-1914. Nancy : Presses Universitaires de Nancy, 1992. 304 p.

6 Cf. notamment Henri Gutton, "Les constructions ouvrières dans l'Est" in Bulletin de la Société Industrielle de l'Est, no 7, 1899. p. 145-172. Texte de la conférence donnée le 28 février 1899 à l'Institut chimique de Nancy.

7 La biographie du fondateur des bourses Zellidja reste à écrire. Notons simplement que ce personnage hors du commun s'est intéressé à l'idée de cité-jardin dès 1906. Cf. Roger-Henri Guerrand, Propriétaires et locataires. Les origines du logement social en France. Paris : Quintette, 1987. p. 322.

8 Émile André est plus connu comme l'un des principaux animateurs de l'École de Nancy. Cf. Inventaire Général, Lorraine, Nancy architecture 1900 par F. Roussel et D. Bastien photographe. Metz : Éditions Serpenoise, 1992. 3 t., 283 p., et Jean-Claude Vigato, "L'architecture. Une maison et une villa font-elles le printemps ?" in Nancy 1900. Rayonnement de l'Art Nouveau. Thionville : Gérald Klopp, 1989. p. 120-155.

9 Cf. notamment L'Immeuble et la Construction dans l'Est, décembre 1909 et février 1910.

10 Cet échec semble directement lié au soutien qu'accorde alors la Ville au montage de la S.A.H.B.M.

11 Parmi les multiples écrits de Georges Hottenger, le plus important demeure sans aucun doute son étude sur le Pays-Haut : Georges Hottenger, Le Pays de Briey. Hier et aujourd'hui. Paris, Nancy : Berger-Levrault, 1912. Bibliothèque du Musée Social. 235 p. Nous travaillons actuellement à une esquisse de biographie. Dans l'immédiat, on pourra consulter : Jean-Pierre Gaudin, Desseins de Villes. Art urbain et Urbanisme. Paris : L'Harmattan. 1991. p. 135-137 et p. 166, et Gilles Montigny, De la ville à l'urbanisation. Paris : L'Harmattan. 1992. p. 210.

12 "La Cité Moderne", Bulletin de la Société Industrielle de l'Est, 1913. numéro spécial.

13 Cf. Vincent Bradel, "Les processus d'urbanisation à Nancy, 1850-1930", op. cit., p. 164, et André Vaxelaire, "Du contrôle des lotissements à production des villes nouvelles. Pratiques et débats d'urbanisme en France de 1910 à 1940 au travers de deux cas : Nancy et la Région Parisienne" in Les Cahiers de la Recherche Architecturale, no 8, avril 1981, "De l'Art urbain à l'Urbanisme. Les bâtisseurs de la Cité moderne", p. 50-65.

14 Émile Badel, "Le concours des maisons ouvrières à Nancy" in L'Immeuble et la Construction dans l'Est, no 11, quarante-deuxième année, 1929. p. 1 et 3.

15 P. et A. Léré, "Maisons ouvrières et Habitations à bon marché" in L'Immeuble et la Construction dans l'Est, no 3, vingt-septième année, 16 mai 1909. p. 37 et 39.

16 Cf. introduction à François Villain, "La vie dans une cité ouvrière" in Bulletin de la Société Industrielle de l'Est, no 22, 1917. p. 25-46. Texte de la conférence donnée le 26 juillet 1916 à Paris dans le cadre de l'exposition de La Cité Reconstituée.

17 Georges Benoît-Lévy, "Villages, banlieues et cités-jardins" in Bulletin de la Société Industrielle de l'Est, no 18, 1913. p. 7-15. Compte rendu de la conférence donnée le 1er mars 1913 à Nancy.

18 À noter tout de même la présence dans la bibliothèque de Joseph Hornecker de La Cité industrielle de Tony Garnier.

19 Cf. Félix URBAIN, "Exposition de la Cité moderne. Les Villes étrangères" in L'Éclair de l'Est, 8 mai 1913, cité dans "La Cité Moderne", op. cit., p. 211.

20 Robert De Souza, Nice, capitale d'hiver. Nancy-Paris : Berger-Levrault, 1913. À noter que cet ouvrage paraît chez un imprimeur-éditeur d'origine strasbourgeoise émigré à Nancy au lendemain de la guerre de 1870.

21 Donat-Alfred Agache, Nos agglomérations rurales, comment les aménager. Étude monographique analytique, comparée d'un concours de plans de bourg et villages. Paris : Librairie de la Construction Moderne, s.d., p. XXVI.

22 Cf. Gabriel Hanra, "La cité ouvrière de Mancieulles", op. cit., Gabriel Hanra, Les œuvres sociales de la Société anonyme des mines de Saint-Pierremont à Mancieulles. Nancy-Paris-Strasbourg : Berger-Levrault, 1929. 20 p. Extrait de la Revue d'Hygiène st de Prophylaxie sociale, juin et juillet 1929, ainsi que Pascal Brenneur, Une cité minière du bassin de Briey, Mancieulles (Meurthe-et-Moselle). Mémoire de maîtrise sous la direction de François Roth, Université de Nancy II. Nancy, 1982. 203 p.

23 Pour mener à bien cet important projet, Joseph Hornecker s'associe avec un ancien camarade d'atelier, le parisien Joseph-Eugène Duquesne (1868- ?) qui semble avoir essentiellement travaillé sur les bâtiments de la mine. Dès 1910, le relais est pris par des architectes de la région de Briey : Auburtin, puis Nolin-Lespet, après la Première Guerre mondiale et enfin, Bezançon, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Cf. Vincent Bradel et alii, Joseph Hornecker, architecte à Nancy (1873-1942). Nancy : Presses Universitaires de Nancy-Archives Modernes d'architecture Lorraine, 1989. "Œuvres d'Architectes no 1". 80 p.

24 Cf. Claude FERRY, La Blanchisserie et Teinturerie de Thaon-les-Vosges, 1872-1914, op. cit., p. 29-30.

25 L'O.M.H.B.M. est créé le 7 octobre 1920.

26 Cf. Procès-verbal du conseil municipal du 19 avril 1923.

27 Émile Badel, "Excursions à travers Nancy. Les Maisons à bon marché" in L'Immeuble et la Construction dans l'Est, no 36, trente-sixième année, 1er septembre 1924. p. 3.

28 Léon Cayotte, "Voyage d'étude aux cités-jardins de la Région Nord" in L'Immeuble et la Construction dans l'Est, no 15, trente-septième année, 12 avril 1925.

29 Dans le cadre de son agence de Longwy, Pierre Lebourgeois travaille en association avec Louis-Hyppolite Boileau, l'architecte de l'hôtel Lutetia et du Trocadéro, ainsi qu'avec un architecte longovicien, Jean Zimmermann (1891- ?). Cf. Patrick Dieudonné, "Pierre Lebourgeois, De l'Art Nouveau à l'Art Déco" in Les Cahiers de la Recherche Architecturale, no 24-25, 1er et 2ème trim. 1989, "Architecture Moderne en Province", p. 24-29.

30 Raymond Unwin, L'étude pratique des plans de villes. Paris : L'Équerre, 1981. p. 274.

Auteur

Laboratoire d'Histoire de l’Architecture Contemporaine, École d’Architecture de Nancy

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search