Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Deuxième partie. Variation d'échelle - diversités programmatiques

La cité-jardin et l'architecture régionaliste

Jean-Claude Vigato

Texte intégral

  • 1 Ebenezer Howard, Les Cités-jardins de demain, Paris : Dunod, 1969.
  • 2 Raymond Unwin, L'Étude pratique des pians de villes., Introduction à l'art de dessiner les plans d (...)

1L'essai théorique d'Ebenezer Howard (1850-1928) ne se préoccupe guère de l'architecture des édifices qui s'élèveront dans la cité-jardin de demain. Howard imagine que le parc central sera clos par une galerie commerçante vitrée qu'il nomme le « Crystal-Palace » et qui devrait donc ressembler au pavillon que Joseph Paxton (1803-1865) avait construit pour l'exposition de 1851. Quant aux maisons, guidant ses lecteurs à travers la ville achevée dans la plus pure tradition utopiste, il les décrit ainsi : « Remarquant la grande variété qui règne dans l'architecture et la conception des maisons et des groupes de maisons — certaines ont des jardins communs et des cuisines coopératives — nous apprenons que le respect d'une ligne générale dans l'aspect des rues en même temps que le souci d'une harmonieuse diversité dans la construction des maisons sont les points principaux sur lesquels les autorités municipales exercent leur contrôle,... »1. En revanche, Raymond Unwin (1863-1940), qui, avec son associé et beau-frère Barry Parker (1867-1947), conçut le plan de Letchworth, la première cité-jardin, fut plus précis que son maître à penser. Il est vrai qu'il dut concrétiser l'utopie et aller bien au-delà de ses célèbres diagrammes. Dans L'Étude pratique des plans de villes, l'essai théorique que lui inspira cette expérience inaugurale, il se montra très soucieux du respect des matériaux voire des styles régionaux. Ayant constaté que « Jadis [...] l'harmonie générale dans une région découlait de la nécessité économique de se servir des matériaux du pays », il proposait : « Certains matériaux, certains arrangements qui détonnent manifestement dans une région donnée pourraient être interdits d'avance et d'un commun accord »2.

  • 3 La citation, p. 10 de l'édition française, est sensée provenir de Sésame et les lys (1865) mais je (...)
  • 4 Georges Benoît-Levy, La Cité-jardin. Troisième volume. Art et coopération dans les cités-jardins, (...)
  • 5 John Ruskin, Les Sept Lampes de l'architecture, Paris : Les Presses d'aujourd'hui, 1980, réédition (...)
  • 6 En fait, l'article s'ouvre sur quelques lignes extraites de « La lampe de vie ».

2En exergue à son premier chapitre, Howard cite quelques lignes qui expriment le désir de voir les maisons nouvelles rassemblées en « groupes de dimensions limitées [...] afin que de toute part de la ville on puisse atteindre en quelques minutes de marche une région d'air pur et de prairies ». Ces lignes, qui évoquent si bien la ceinture verte dont il rêvait, sont de John Ruskin (1819-1900)3. Dans l'un de ses innombrables ouvrages de propagande, Georges Benoît-Lévy (1880-1971), l'apôtre français de la cité-jardin, se référa lui aussi au fondateur de la Guilde de Saint-Georges, affirmant : « Du chandelier à sept branches dont Ruskin l'éclaire, c'est à la quatrième, à la plus élevée, à la lampe de vie, que l'architecture des cités-jardins emprunte son éclat »4. Dans ce chapitre des Sept Lampes de l'architecture, après une dissertation morale sur la « vie réelle », tout le contraire d'une « vie d'habitude et de hasard », Ruskin a voulu définir ce qu'est une architecture vivante. Une vie qu'il avait reconnu dans la période primitive de l'art lombard et dans les églises romanes d'Italie où les éléments architecturaux répétitifs ont des dimensions variables, résultats, selon lui, non de maladresses d'exécution mais d'un « mépris absolu, sinon d'aversions, pour l'exactitude dans les mesures » et où « une variation résolue dans l'ordonnance [...] rappelle exactement le rapport des proportions et les dispositions propres à la structure d'une forme organique »5. La quatrième lampe ne répand pas seulement ses lumières esthétiques et morales sur la définition d'un art qu'il n'est pas trop audacieux de qualifier d'organique mais illumine le travail manuel, expressif et joyeux, autant qu'elle noircit la machine ou, pire peut-être, la reproduction mécanique et sans âme d'une ornementation ânonnée. On peut s'étonner que Benoît-Lévy, pour qui les cités-jardins étaient des « temples élevés à la beauté de la vie humaine », n'ait pas plutôt évoqué la lampe suivante, celle du souvenir, qui brûle d'une passion mystique pour la maison et où une notion, le pittoresque, d’un brillant trop souvent clinquant, s'enflamme d'une réflexion sur le temps, qui passe et patine les pierres. Mais la lampe de vie éclairait sans doute une position architectonique6 : en fait, au hasard de ces citations, les promoteurs de la cité-jardin s'affirment partisans d'une architecture organique et pittoresque, un organicisme et un pittoresque qu'ils trouvent dans l'art gothique et les bâtisses paysannes.

HABITAT POPULAIRE ET RÉGIONALISME

  • 7 Georges Benoît-Levy, « La Cité-jardin », La Gazette des Beaux-Arts, février 1910, 52e année, p. 15 (...)
  • 8 Henri-Russel Hitchcock dans son Architecture : Dix-neuvième et vingtième siècle, Bruxelles, Liège  (...)

3Alors qu'Unwin ne faisait que réclamer le respect de l'architecture locale par souci d'intégration, Benoît-Lévy déclara sa foi dans l'architecture régionaliste : « Pour ma part, je crois que le jour où nous créerons, en France, des cités-jardins, ce n'est pas en reniant le passé que nous trouverons le style nouveau d'architecture, mais en sachant nous en inspirer, chaque fois que ses formes seront conciliables avec la nature des matériaux qui sont à notre portée. L'architecture doit avant tout être régionale. Quelle innovation pourrait égaler le pittoresque de la maison basque, la gaieté de la ferme normande, le charme de la maison tourangelle avec ses murs honnêtement peints à la chaux et tapissés de roses grimpantes ? »7. Il avait tiré déjà les conséquences de cet engagement et annonça qu'il avait entrepris « à travers la France, une vaste étude du caractère de nos vieux villages ». Là encore, il suivait les architectes anglais, dont il se réclamait, citant longuement Modem Cottages Architecture, l'essai d'un Maurice Adams qui affirmait qu'il fallait chercher le style des nouveaux cottages « parmi les ruines de l'ancienne Angleterre »8.

4Ce regard porté sur le passé n'était en rien nostalgique. Pour Benoît-Lévy, références aux traditions paysannes et aspirations progressistes s'unissaient : « Ne renions donc pas les traditions. Inspirons-nous, en architecture, de nos vieux styles régionaux qui représentent un peu l'âme du pays ; mais abandonnons les errements du passé ; apportons dans la construction de nos villes plus de méthode et plus d'hygiène ». Cette union entre tradition paysanne et progrès était le principe même de la doctrine régionaliste qui, dans la première décennie du vingtième siècle, ralliait architectes et architectonographes de tendance moderniste, lecteurs de Viollet-le-Duc et ouverts aux influences étrangères, anglaises et belges. Ce principe théorique, l'écrivain d'art, Léandre Vaillat (1876-1952) le formula très clairement dans un article sur la maison bretonne publié par L'Art et les artistes : les architectes régionalistes n'avaient pas pour mission d'imiter la chaumière insalubre du paysan arriéré mais d'étudier ses formes, ses motifs, ses ornements, ses matériaux puis de les adapter à de belles villas bourgeoisement habitables afin qu'elles pussent s'intégrer harmonieusement aux paysages agrestes ou littoraux.

  • 9 Voir : Jean Lahor, L'Art pour le peuple à défaut de l'art par le peuple, Paris : Larousse, [circa (...)

5La doctrine ralliait aussi les réformateurs préoccupés par le sort du peuple ou pour le moins par la pacification des classes qu'ils jugeaient parfois dangereuses. En 1904, le docteur Cazalis alias Jean Lahor (1840-1909) fonda la Société d'Art populaire et d'Hygiène dont la devise était : « L'art à tous, partout et en tout. L'art et l'hygiène unis toujours ». Membre de la Fédération régionaliste française, il était soutenu par son créateur Jean Charles-Brun (1870-1946) qui siégeait au comité directeur de l'association dont Georges Picot (1838-1909), le fondateur de la société des Habitations à bon marché, et Anatole de Baudot (1834-1915) étaient présidents d'honneurs9.

  • 10 Jean Lahor, L'Art nouveau. Son histoire. L'art nouveau étranger à l'exposition. L'art nouveau au p (...)
  • 11 Roger Marx, L'Art social, Paris : Eugène Fasquelle, 1913.
  • 12 Charles Letrosne, Murs et toits pour les pays de chez nous, Paris : Dan Niestlé, 1923, 1924 et 192 (...)
  • 13 Gustave Umbdenstock, Cours d'architecture professé à l'École polytechnique, Paris : Gauthier-Villa (...)

6Pour Jean Lahor, le nouvel art pour le peuple devait naître d'une rénovation de l'art populaire le plus authentique, l'art rural. Dans l'un de ses essais, L'Art nouveau, on découvre une manière de vœu demandant que l'on revienne « comme l'ont fait si heureusement des artistes d'Angleterre ou des pays du Nord, aux formes de l'art rustique de jadis »10. Lahor ne fut pas le seul militant de « l'art pour tous » sensible au discours régionaliste. Roger Marx (1859-1913), l'auteur de L'Art social, l'était aussi ; n'écrivit-il pas : « L'unité du pays une fois assurée, on perdrait une de ses richesses vives en laissant s'effacer les traits distinctifs qui douent d'un caractère propre les témoignages d'activité de chaque province »11. Si les militants réformistes recommandaient que les cités qu'ils rêvaient de voir habiter par les plus humbles fissent appel aux styles régionaux, les architectes régionalistes eux-mêmes savaient en appeler au discours social pour justifier leur choix esthétique. Charles Letrosne (1868-1939), l'auteur du grand traité régionaliste des années vingt, Murs et toits pour les pays de chez nous, nota, dans un chapitre traitant des maisons rurales et des maisons d'artisans : « Comme l'ont remarqué déjà les sociologues, tout bien-être accordé à l'ouvrier est une garantie contre les désordres sociaux, contre l'anarchie, la grève, la révolution »12. Le bonheur familial devait éclore sous les toits exactement inclinés comme ceux des chaumières, leurs ancêtres, et entre les murs maçonnés en matériaux locaux. Letrosne était persuadé que l'architecture régionaliste ne manquerait pas d'inspirer des sentiments qui, de la petite patrie, s'élèveraient jusqu'à la grande et ne tarderait plus à inverser la pente de la courbe des naissances et stopper l'exode rural, attachant « définitivement à la terre qui les a vu naître » les paysans éblouis par les lumières trompeuses de la ville. Les maisons que dessina Letrosne n'étaient que des versions régionalisées des pavillons types de l'habitat à bon marché tels qu'on pouvait les voir dans les cités-jardins, des pavillons isolés ou jumelés, offrant à rez-de-chaussée, une salle, une cuisine et une chambre et, à l'étage, aménagées sous les combles, deux chambres, l'une pour les garçons et l'autre pour les filles. Quelle que soit la région, leur entrée s'abritait sous un porche ouvert sur l'angle. Tout comme les maisons des ouvriers d'usine du Nord et du Pas-de-Calais, celles des ouvriers agricoles se conforment à ce modèle même si leur distribution est quelque peu transformée, toutes les pièces habitables se situant à rez-de-chaussée, les combles devenant des greniers pendant que les annexes s'agrandissent, hébergeant parfois un porc ou une vache. Gustave Umbdenstock (1866-1940) consacra un chapitre du cours qu'il professait à l'École polytechnique, à « l'architecture sociale de la classe ouvrière ». Il y montrait ses propres réalisations qui, de la cité de Lille-Délivrance à Sète, de Tergnier à l'Alsace, évoquaient les provinces où elles étaient construites. Il enseignait aussi les beautés des vieilles maisons paysannes : le quatorzième livre de son volumineux ouvrage de plus de 1 600 pages reliées en deux tomes est consacré à « l'architecture régionale française »13.

  • 14 F. Honoré, "Les cités-jardins des cheminots du Nord", L'Illustration, 13 octobre 1923, vol. CLXII, (...)

7Mais, malgré cette alliance, il arrivait parfois que le régionalisme des cités-jardins ne fût pas très fondamentaliste. À Tergnier créée par la Compagnie des Chemins de Fer du Nord, construite sous la direction d'un ingénieur en chef de l'exploitation nommé Paul-Émile Javary et d'un ingénieur en chef de la voie plus célèbre que son collègue, Raoul Dautry (1880-1951), on n'hésita pas à mêler différents styles régionaux pour créer une variété sans doute pittoresque. Un journaliste de L'Illustration s'en réjouissait, écrivant : « La plupart [des maisons] ont un étage aménagé sous le toit, qui, tantôt se dresse à la normande, tantôt s'abaisse à la mode basque, parfois s'encadre de redans usités en pays flamand »14.

LA CITÉ-JARDIN ET LE VILLAGE

  • 15 Adolphe Dervaux, L'Édifice et le milieu. Rapports entre les édifices et les éléments qui leurs son (...)

8Avant la Grande Guerre, la doctrine régionaliste et la propagande pour la cité-jardin étaient apparues dans la même mouvance moderniste et anti-académique. Dans ce milieu, on attendait beaucoup de la campagne, non seulement qu'elle remplaçât la Grèce et l'Italie comme source d'inspiration des architectes en quête d'une nouvelle architecture domestique mais aussi qu'elle guidât les urbanistes à la recherche d'une nouvelle forme urbaine aussi rationnelle qu'hygiénique, pour en finir avec la vieille cité radioconcentrique et dense aux rues étroites, sombres et insalubres. Pour Adolphe Dervaux (1871-1945), tout à la fois régionaliste et rationaliste, le village était le modèle de la ville de demain. Il voulait que les maisons fussent orientées indépendamment du tracé des voies, au plus près de l'axe héliothermique idéal pour qu'elles pussent enfin laisser entrer le soleil destructeur de miasmes mais aussi qu'elles se libèrent des servitudes de l'alignement afin que les citadins ne fussent plus les « véritables esclaves des mœurs, des vices, des manies du voisin, aussi bien que de son indiscrétion », l'hygiène étant une notion autant morale que physiologique. Dans un essai publié dans l'immédiat après-guerre, Dervaux écrivit : « Dans les agglomérations rurales primitives où tout est fait d'ancienne expérience et d'éprouvée pratique, héritées d'ailleurs de générations successives, les maisons s'orientent au mieux pour les commodités ou le goût de leurs propriétaires, sans souci de la vue, de la rectitude du chemin ni du dégauchissement des lignes générales »15. Il est étonnant de constater que le village, une notion qui recouvre des formes d'agglomération multiples et différentes, devint grâce à l'invocation d'une mythique forme primitive, le modèle d'un urbanisme anti-urbain. Quant au modèle des nouvelles bâtisses, il se trouvait lui aussi dans la tradition rurale « qui se confond, écrivit Dervaux, avec les traces du régionalisme ».

  • 16 Voir Le Corbusier, Urbanisme, Paris : Vincent, Fréal et Cie, impr. 1960 [première édition 1925] où (...)

9Le Corbusier formula des principes semblables dans un ouvrage qui, pourtant, se référait aux « seuls grands urbanistes de l'Occident », les Romains et Louis XIV, et qui se moquait de la cité-jardin, ce « poème bucolique »16. Dans un chapitre qui discute des vertus contraires des rues courbes et des rues droites, un croquis perspectif et un plan masse schématique montrent que le village breton de Ploumanach, un village des Côtes-d'Armor, avait su dissocier le tracé des voies de l'implantation des maisons, les unes allant leur chemin parfois courbe, les autres rigoureusement dressées selon deux directions orthogonales dictées par les vents dominants.

  • 17 Alfred Agache, Nos Agglomérations rurales comment les aménager. Étude monographique, analytique, c (...)
  • 18 Un jury où siégeaient, parmi d'autres techniciens, architectes et industriels, Dervaux, Auburtin, (...)
  • 19 Georges Risler, Préface à Nos Agglomérations rurales comment les aménager, op. cit, p. XIX-XXXVI.

10Comme dans l'opus corbuséen, il arriva que village et cité-jardin fussent opposés. Ce fut dans un cénacle où siégea Dervaux lui-même parmi d'autres urbanistes qui devaient partager ses idées. Le jury du concours de plans de villages organisé par l'Association des Hygiénistes et Techniciens municipaux de France pour l'exposition de la Cité reconstituée présentée en 1916 sur la terrasse des Tuileries dut aborder cette question délicate, susceptible d'ébranler les convictions des urbanistes et architectes qui mêlaient dans une même notion et une même admiration les deux types d'agglomération. Le rapporteur des délibérations de ce jury fut Alfred Agache (1875-1960) qui en tira un essai qui devint un classique de la littérature urbanistique : Nos Agglomérations rurales comment les aménager17. Alors que le régionalisme s'apprêtait à devenir le style officiel de la reconstruction avec l'exposition d'architecture régionale dans les provinces envahies qui se tint en janvier 1917 et, au printemps, le concours pour la création de types d'habitations rurales, l'une et l'autre soutenus par l'administration et les sociétés d'architectes, il ne pouvait manquer d'exercer son influence sur le jury réuni par les Hygiénistes et Techniciens municipaux18. Georges Risler (1853-1941) le présidait. Dans sa préface au rapport d'Agache, il écrivit : « Nous tenons cependant à dire qu'on avait présenté aux concurrents une série d'observations générales pour l'étude des programmes de plans de villages. Et tout d'abord, on avait eu soin de leur faire remarquer que le plan d'ensemble de chaque village est un cas d'espèce qui exige un programme spécial. En effet, si tous les membres de la commission estimaient que les mêmes améliorations hygiéniques sont partout indispensables, pas un d'entre eux n'eût voulu risquer de voir diminuer les particularités régionales et locales ; pas un n'eût admis un seul instant qu'on s'orientât vers le village omnibus et banal. »19. Avant de présenter le programme mis au point par Marcel Auburtin (1872-1926) et Louis Bonnier (1856-1946), Agache nota : « La physionomie des agglomérations rurales de notre vieille France est diverse et il convient que, même restaurées, ressuscitées, elles évoquent, sinon les souvenirs d'un passé détruit, du moins le charme du terroir qui s'extériorise dans l'aspect et la disposition des habitations ». Les trois agglomérations dévastées proposées aux concurrents étaient très différentes : Vailly était un bourg de moyenne importance desservi par le chemin de fer et un canal, situé dans l'Aisne, entre Soissons et Reims, Templeuve, un gros bourg mi-agricole, mi-industriel de la banlieue de Lille, et Sommedieue, un petit village des hauts de Meuse vivant du travail du bois et pour qui le programme ne prévoyait pas d'extension.

  • 20 L'article que cite Agache fut publié dans L'Humanité du 15 août 1916.
  • 21 Sur ces deux urbanistes voir Marcel Smets, L'Avènement de la cité-jardin en Belgique. Histoire de (...)
  • 22 Présenté en annexe, un rapport sur Hardelot, une cité balnéaire réalisée près de Boulogne-sur-Mer, (...)

11Agache reprocha à quelques candidats d'avoir projeté sur ces petites agglomérations les tracés fastueux de compositions aussi monumentales que métropolitaines. Il cita un article du critique d'art Léon Rosenthal (1870-1932), qui avait été membre du jury et qui reprochait à la plupart des architectes d'avoir oublié le caractère villageois, d'avoir vu trop grand et prévu « dans une cité de quatre à cinq mille âmes, des perspectives capables de rivaliser avec les Champs-Elysées »20. Mais un autre critère plus surprenant était apparu lors des délibérations. Le projet de l'architecte rouennais Fernand Hamelet pour Vailly mérita des louanges non seulement parce qu'il évitait la monumentalité mais aussi parce qu'il ne transformait pas le village en une cité-jardin. Le projet pour Templeuve des deux urbanistes belges, Moenaert et Verwilghen21, reçut des félicitations semblables : « L'examen du plan général prouve que les auteurs se sont défendus d'adopter le type de la cité-jardin. Le village a un caractère qu'il faut lui conserver et il serait absurde de modeler les centres ruraux sur les cités-jardins créées de toutes pièces. » Et le rapporteur poursuivait : « Le village groupe des habitations très diverses de dimensions, de nature et de destination, le pittoresque et le caprice des alignements qui furent obtenus lentement par le calme génie des habitants ne sauraient se retrouver dans l'ordonnance symétrique d'une cité-jardin. » Mais, pour des raisons économiques, il admettait que Moenaert et Verwilghen lotissent les maisons ouvrières des quartiers sud comme une cité-jardin22.

  • 23 Léandre Vaillat, "À l'Exposition des Arts décoratifs. I. La tendance régionale", L'Illustration, 2 (...)
  • 24 Léandre Vaillat, "Le Village français à l'Exposition", L'Illustration, 8 août 1925, vol CLXVI, p.  (...)

12Si les promoteurs de la cité-jardin trouvèrent dans l'architecture régionaliste les formes propres à concrétiser leurs rêves de foyers heureux et salubres, la théorie régionaliste s'approfondissant au cours des débats sur la reconstruction fit de la forme urbaine qu'ils défendaient l'anti-modèle des villages à reconstruire. Cette opposition entre la cité-jardin et le village devint une figure ordinaire de la rhétorique régionaliste. Léandre Vaillat la resservit aux architectes du Village français de l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels de Paris 1925. Le Village avait été conçu par Dervaux et réalisé par Charles Genuys (1852-1928). L'habitation bourgeoise de Fernand Hamelet était ornée de colombages, l'auberge de la « Potée lorraine » de Pierre Selmersheim (1869-inc.) couverte d'une demi-croupe alors que la façade de la « Maison de tous » d'Alfred Agache était découpée de redans en dents de scie polychromes. L'école de Paul Genuys (1881-1937), la maison du marbrier de Louis Brachet (1877-1968) et la pharmacie de Paul Bluysen s'ornaient de motifs art déco ainsi que l'église où Jacques Droz (1882-1955) avait ajouté une génoise. Vaillat s'en prit d'abord à une autre attraction de l'exposition, la halte-relais de Marcel Bernard : « Le catalogue inscrit : "la halte-relais". Laquelle ? Où ? Il n'y a pas une halte-relais mais des haltes-relais, différentes selon les pays où elles s'échelonnent : route des Alpes, route des Pyrénées. Il eut fallu écrire et faire une halte-relais, à tel endroit. Ainsi du Village français. En quelle province de France ? Cette maison du marbrier, cette pharmacie, ce poste médical, ce lavoir, cette école, cette église, pour répondre à des programmes bien étudiés, se situent malaisément et sont comme en l'air »23. Un article publié quelques jours plus tôt, était plus clément mais recourait à une comparaison sournoise : « Les artistes qui ont travaillé au "Village français" de l'Exposition semblent avoir confondu le village avec la cité-jardin [...] l'un présente un aspect régional, une physionomie locale ; l'autre, une apparence comme indifférente, interchangeable »24. Il faut dire que l'Exposition avait déçu Vaillat qui avait rêvé qu'elle consacrerait l'hégémonie du régionalisme.

LOGEMENT DE MASSE ET DIFFÉRENCIATION RÉGIONALE

  • 25 Henri Sellier, "L'effort français pour l'habitation populaire", L'Illustration, 30 mars 1929, no s (...)
  • 26 Il s'agit de la cité « Les Lunettes » construite de 1922 à 1925, la construction de la cité du Pla (...)

13Alors que les pratiques artisanales semblent les plus à même d'assurer la différenciation des édifices régionalistes, la mission même de la cité-jardin, le logement dans les meilleures conditions de la masse des victimes de la croissance urbaine, paysans déracinés ou habitants des quartiers insalubres, conduit à des choix urbanistiques et architecturaux qui privilégient les immeubles collectifs et la production en série. Dans un numéro spécial de L'Illustration publié en 1929, après le vote de la loi Loucheur, Henri Sellier (1883-1943), le maire de Suresnes, l'administrateur-délégué de l'Office public d'Habitations à bon marché de la Seine, donna la preuve d'un réalisme exempt d'atermoiements esthétiques : « La meilleure architecture est celle qui réduira au minimum le gaspillage inutile des matériaux et l'effort superflu de main-d'œuvre, qui permettra au machinisme et à la grande production de remplir leur rôle économique : diminuer les prix de revient »25. Déjà, les conditions économiques avaient profondément modifié l'architecture des logements. On ne bâtissait plus comme aux Lilas, à Arcueil ou à Cachan : « Il y a dix ans, on construisait des maisons isolées, en matériaux légers, dont l'architecture était nettement influencée par l'exemple des villages-jardins anglais, l'aménagement étant dominé par la recherche du pittoresque. » Et bien qu'il condamnât « en principe la maison collective, caserne ouvrière [...], malheureusement l'habitation normale de la population travailleuse ou misérable de nos agglomérations urbaines », au Plessis-Robinsson, pour l'O.P.H.B.M. qu'il dirigeait, Maurice Payret-Dortail (1874-1929) avait élevé des immeubles, hauts de trois étages26. Georges Benoît-Lévy ouvrit un article consacré aux expériences étrangères par une évocation des premières cités-jardins anglaises pour le terminer par quelques phrases saluant les créations nord-américaines, comme Radburn, dans le New Jersey, où vingt-cinq mille personnes devaient être logées dans des maisons individuelles. Mais, si les illustrations montrent des maisons ouvrières construites à Hambourg par Fritz Höger (1877-1949) coiffées de toits à double pente, on y voit aussi les immeubles à redans de la cité Niederrad de Francfort d'Ernest May (1886-1970).

  • 27 Louis Cordonnier, "Reconstruction des villes. Projet en vue de l'organisation de la reconstruction (...)

14Les théoriciens régionalistes ne purent longtemps ignorer les questions posées par la production de masse. Dès 1919, alors que le régionalisme était devenu la doctrine quasi officielle de la Reconstruction, devant l'ampleur et l'urgence des travaux, Louis Cordonnier (1854-1940), un militant de la première heure, auteur de nombreuses œuvres néo-flamandes et rapporteur du concours pour la création de types d'habitation rurales dans les régions dévastées, proposa de « simplifier, d'unifier, en se basant sur l'expérience de la construction et sur l'étude et, la compréhension des situations, tous les éléments à mettre en œuvre ». À condition, bien sûr, que la différenciation régionale ne fût pas oubliée : « C'est la standardisation et le taylorisme appliqués à ces éléments, même aux plus petits, depuis la brique, la tuile, l'ardoise jusqu'aux menuiseries, à la quincaillerie, à la vitrerie, etc., etc., qui devront s'adapter aux grandes lignes générales de tout le front, quand ce sera possible, aussi bien, pour la plupart du temps, qu'aux besoins particuliers de chaque région »27.

  • 28 René Clozier, L'Architecture, éternel livre d'images, Paris : Librairie de France, 1936.
  • 29 René Clozier, Régionalisme et travail en série, Revue des architectes français, 15 février 1943, 2 (...)

15En 1943, les mêmes problèmes se reposèrent et René Clozier (1886-1965), auteur dans les années trente d'un essai architectonique régionaliste28, expliqua dans la Revue des architectes français mais aussi dans Nos Provinces, le bimestriel du Paysme, le mouvement créé par le comte Pressac de la Chèze, qu'il fallait régionaliser l'industrie et moderniser l'artisanat. Il inventa alors la notion de « série régionale ». Dans un de ses nombreux articles, adoptant un ton dramatique, il mit en scène un constructeur qui ne parlait que d'argent, de coût, d'économie : « Va-t-il remettre en discussion tout le problème de la reconstruction régionale et devrons-nous assister impuissants à l'enlaidissement de nos belles provinces par l'alignement insipide du même cube métallique ou de ciment ?[...] Nous ne le pensons pas car il est un moyen terme qui permet de concilier l'art et l'économie : c'est de pratiquer la série régionale ». Il précisait : « Il s'agit de régionaliser l'industrie, et ce peut être un magnifique programme et combien passionnant. On peut être ultra-moderne et rester français. »29

  • 30 « Séries régionales », L'Architecture française, d.l., 1er trimestre 1948, no 73-74 p. 67.
  • 31 La formule est de Jean-Charles Moreux (1889-1956) dans son intervention au premier congrès interna (...)

16Le congrès de l'Association provinciale des Architectes français qui se tint à Strasbourg le 19 juin 1947 débattit de cette question et adopta un vœu qui dut réjouir Clozier : « Que toute construction conçue en série, ne le soit qu'en série parcellaire (c'est-à-dire par élément de maison) et non totalitaire (c’est-à-dire par maison entière) et dans un esprit régional et non international »30. Pol Abraham (1891-1966) qui entretint avec la doctrine régionaliste des rapports qui ne manquent pas de complexité, la reniant puis y revenant, fit publier en 1946 un essai sur le préfabrication qui expliqua que les techniques alors mises au point, comme celle du bloc-fenêtre, ne contrariaient en rien l'option régionaliste. Décrivant le procédé Croizat-Angeli, il faisait remarquer que le « bloc-croisée » pouvait s'accommoder de toute espèce de maçonnerie, qu'il pouvait être monté dans des murs de brique, de moellon ou de pierre taillée sans perdre aucun de ses avantages quant à la rapidité d'exécution ou la baisse des coûts. Le « bloc-croisée » ne condamnait pas les matériaux locaux. Et comme il était plus facile de préfabriquer des fermes métalliques que des éléments de terrasse, il était possible de respecter les pentes régionales, l'« angle facial »31. Matériaux du cru et silhouettes typiques pouvaient donc être sauvés malgré la préfabrication. Bien qu'il dût abandonner toute prétention à l'hégémonie, le régionalisme ne perdait pas l'espoir de rester longtemps encore la doctrine des bâtisseurs de maisons uni-familiales. Mais ces nouvelles maisons néo-régionales produites en série par les marchands de maisons clé en main ne se bâtiraient plus dans des cités-jardins mais dans de grands ensembles pavillonnaires créant une nouvelle image de la banlieue.

Notes

1 Ebenezer Howard, Les Cités-jardins de demain, Paris : Dunod, 1969.

2 Raymond Unwin, L'Étude pratique des pians de villes., Introduction à l'art de dessiner les plans d'aménagement et d'extension, Paris : L'Équerre, 1981 [réédition de la traduction française de 1922 de l'ouvrage publié en 1909. ]

3 La citation, p. 10 de l'édition française, est sensée provenir de Sésame et les lys (1865) mais je ne l'ai pas retrouvée dans la traduction de Marcel Proust rééditée en 1987 par les éditions Complexe.

4 Georges Benoît-Levy, La Cité-jardin. Troisième volume. Art et coopération dans les cités-jardins, Paris : Éditions des Cité-Jardins de France, 1911.

5 John Ruskin, Les Sept Lampes de l'architecture, Paris : Les Presses d'aujourd'hui, 1980, réédition revue et augmentée de la traduction de George Elwall de 1900.

6 En fait, l'article s'ouvre sur quelques lignes extraites de « La lampe de vie ».

7 Georges Benoît-Levy, « La Cité-jardin », La Gazette des Beaux-Arts, février 1910, 52e année, p. 157-168. Sur l'histoire du discours régionaliste voir mon essai, L'Architecture régionaliste. France 1890-1950, à paraître, aux éditions Norma.

8 Henri-Russel Hitchcock dans son Architecture : Dix-neuvième et vingtième siècle, Bruxelles, Liège : Mardaga, 1981 (première édition anglaise : 1958) cite un architecte nommé Maurice B. Adams (1849-1933) qui travailla sur la cité de Bedford Park dont l'urbaniste fut Richard Norman Shaw (1831-1912) et qui serait, selon lui, « une des premières cités-jardins » mais il ne dit rien de l'ouvrage cité par Benoît-Lévy.

9 Voir : Jean Lahor, L'Art pour le peuple à défaut de l'art par le peuple, Paris : Larousse, [circa 1902]. Il avait déjà créé une autre association, voir : Une Société à créer pour la protection des paysages, Paris : Lemerre, 1901.

10 Jean Lahor, L'Art nouveau. Son histoire. L'art nouveau étranger à l'exposition. L'art nouveau au point de vue social, Paris : Lemerre, 1901.

11 Roger Marx, L'Art social, Paris : Eugène Fasquelle, 1913.

12 Charles Letrosne, Murs et toits pour les pays de chez nous, Paris : Dan Niestlé, 1923, 1924 et 1926.

13 Gustave Umbdenstock, Cours d'architecture professé à l'École polytechnique, Paris : Gauthier-Villars, 1930.

14 F. Honoré, "Les cités-jardins des cheminots du Nord", L'Illustration, 13 octobre 1923, vol. CLXII, p. 365-367.

15 Adolphe Dervaux, L'Édifice et le milieu. Rapports entre les édifices et les éléments qui leurs sont extérieurs, Paris : Leroux, 1919, coll. Urbanisme.

16 Voir Le Corbusier, Urbanisme, Paris : Vincent, Fréal et Cie, impr. 1960 [première édition 1925] où on lit : « Lorsque l'on fait une cité-jardin, c'est pour faire un poème bucolique : le balconnet, la voûtelette, le grand toit, "mon toit", des cigognes sur la cheminée, le chaume, par grand malheur est interdit, mais la tuile patinée y supplée ».

17 Alfred Agache, Nos Agglomérations rurales comment les aménager. Étude monographique, analytique, comparée d'un concours de plans de bourgs et de villages, Paris : Librairie de la Construction moderne, 1917, Collection urbaniste.

18 Un jury où siégeaient, parmi d'autres techniciens, architectes et industriels, Dervaux, Auburtin, Bonnier, Georges Bechmann 1848-1927), (Jean-Claude-Nicolas Forestier (1861-1930), Eugène Hénard 1849-1923), (Léon Jaussely (1875-1933), Louis Cordonnier et Léon Rosenthal.

19 Georges Risler, Préface à Nos Agglomérations rurales comment les aménager, op. cit, p. XIX-XXXVI.

20 L'article que cite Agache fut publié dans L'Humanité du 15 août 1916.

21 Sur ces deux urbanistes voir Marcel Smets, L'Avènement de la cité-jardin en Belgique. Histoire de l'habitat social en Belgique de 1830 à 1930, Bruxelles, Liège : Mardaga, 1977.

22 Présenté en annexe, un rapport sur Hardelot, une cité balnéaire réalisée près de Boulogne-sur-Mer, dessinée par Louis Cordonnier, est précédé de cet avertissement : « Bien que la petite agglomération d'Hardelot-Plage tienne plus de la cité-jardin que du village reconstitué, il nous a semblé intéressant de publier,... ».

23 Léandre Vaillat, "À l'Exposition des Arts décoratifs. I. La tendance régionale", L'Illustration, 22 août 1925, vol. CLXVI, p. 187 et 188.

24 Léandre Vaillat, "Le Village français à l'Exposition", L'Illustration, 8 août 1925, vol CLXVI, p. 131-134.

25 Henri Sellier, "L'effort français pour l'habitation populaire", L'Illustration, 30 mars 1929, no spécial « La Maison ».

26 Il s'agit de la cité « Les Lunettes » construite de 1922 à 1925, la construction de la cité du Plateau ne commença qu'en 1931, comme celle de la Butte rouge à Châtenay-Malabry. Voir Paul Chemetov, Marie-Jeanne Dumont et Bernard Marrey, Paris-Banlieue. 1919-1939. Architectures domestiques, Paris : Dunod, 1989.

27 Louis Cordonnier, "Reconstruction des villes. Projet en vue de l'organisation de la reconstruction dans les régions dévastées", L'Architecture, 15 mai 1919, 32e année p. 245-254.

28 René Clozier, L'Architecture, éternel livre d'images, Paris : Librairie de France, 1936.

29 René Clozier, Régionalisme et travail en série, Revue des architectes français, 15 février 1943, 2e série, p. 240. Voir aussi dans la même revue, D'une reconstruction en série régionale, trois articles publiés dans les numéros des 15 juin, 1-15 septembre et 1-15 octobre 1943 et aussi : Demain il faudra reconstruire la France, Nos Provinces, novembre-décembre 1943, no 1, p. 12 et 13.

30 « Séries régionales », L'Architecture française, d.l., 1er trimestre 1948, no 73-74 p. 67.

31 La formule est de Jean-Charles Moreux (1889-1956) dans son intervention au premier congrès international du Folklore tenu à Paris les 23-28 août 1937.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540