Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Première partie. Milieux producteurs et systèmes nationaux

La cité-jardin en Espagne

Alfonso Alvarez Mora

Texte intégral

1Le fait de remonter aux origines de l'idée sous-jacente au projet de "Cité linéaire" qu'ont élaboré A. Soria et Mata, implique, très probablement, celui de faire un compte rendu du déroulement du Premier Congrès National d'Architectes qui eut lieu en 1881. À l'époque on débat en Espagne des problèmes relatifs au logement social et concrètement de ceux posés par les demandes de la classe ouvrière. Lors du dit Congrès, la question posée concerne, entre autres, l'habitation destinée au logement ouvrier et en particulier elle concerne sa localisation concrète dans l'ensemble formé par la ville. La question posée était la suivante : « Étant donné l'organisation actuelle de la société, est-il nécessaire ou pas de construire des quartiers ouvriers ? ».

2Bien que cette préoccupation ait constitué le cœur du débat, pour ce qui est du thème du logement, son incidence dans l'élaboration du projet d'une "Cité Linéaire" ne doit pas être considérée directement, étant donné que ce projet — comme nous le verrons — n'est pas conçu comme un "quartier ouvrier" mais comme une alternative urbaine à la ville, envisagée globalement. La matérialisation réelle du dit projet représentera une toute autre chose. Cette matérialisation a impliqué la reconversion du projet d'origine de "Cité alternative" en un quartier résidentiel de la ville déjà existante, quartier de haut standing en contradiction avec ses caractéristiques sociales d'origine.

3Si nous faisons référence au Premier Congrès d'Architectes — comme événement auquel nous devons l'origine conceptuelle de la "Cité Linéaire" — c'est parce que, l'un des architectes qui a travaillé avec A. Soria et Mata à la matérialisation du projet antérieurement cité, y a participé et aussi parce que son auteur (A. Soria) y a approuvé la façon de concevoir le projet et la production du logement de l'architecte M. Belmás. C'est en effet ce collaborateur de Soria, présent au Congrès, qui a défendu avec véhémence la construction de "quartiers ouvriers" en les présentant comme l'alternative la plus rationnelle pouvant résoudre le problème du logement social.

Exemple de ce que pourrait être une cité linéaire sur le littoral de l'Espagne, de Barcelona à Valencia.

4M. Belmás considérait que les idéaux de l'architecture étaient étroitement liés à la construction de quartiers ouvriers. Sa pensée était dans ce cas précis très étroitement liée aux problèmes dont on débattait en Europe à cette époque et ceci, bien que l'Espagne se soit montrée rétrograde en ne prenant part au débat que bien après le reste du continent. En 1872, J. A. Rebolledo, architecte espagnol, avait déjà publié une étude dans laquelle il analysait les expériences européennes de Saltaire, Mulhouse, Creusot, etc., essayant ainsi d'appliquer les idées exprimées par ces réalisations au cas de l'Espagne. En dépit de cela, le retard espagnol par rapport à l'Europe en ce qui concerne le logement social et ses alternatives est évident.

5Les débats menés lors du Congrès de 1881 reprennent — dans ce sens — beaucoup des aspects déjà examinés antérieurement dans d'autres pays européens. L'aspect qui concerne le lieu que doit occuper la classe ouvrière dans la ville est celui qui a été le plus mis en évidence. C'était un débat de position à proprement parler et qui reflétait ces attitudes plus ou moins paternalistes que l'on adoptait vis-à-vis de la classe ouvrière et qui dissimulaient une sorte de défense sociale face à son mode de vie sans oublier la crainte de ses revendications révolutionnaires.

6Au cours du congrès auquel nous faisons référence, Alvarez Capra s'est montré en désaccord avec l'idée de construire des "quartiers ouvriers" car cela signifierait envisager le désordre et les conflits sociaux. Par contre, il s'est montré partisan de l'idée qui veut que la classe ouvrière se localise dans les mêmes endroits où habite la bourgeoisie et qui plus est, dans les mêmes immeubles. En effet, cela constituerait un moyen d'éduquer cette classe de la société car les modes de vie bourgeois représenteraient pour elle des modes de vie à imiter. « Il ne faut pas hésiter, nous dit Alvarez Capra, donnons asile au travailleur dans notre propre maison, ayons-le à nos côtés ».

7Une telle défense constituait la réponse à une idéologie hygiéniste alors régnante, mais aussi à des impératifs d'ordre social dont la base était de favoriser l'accès universel à la propriété (en ce qui concerne la classe ouvrière, la propriété du logement). L'existence de quartiers ouvriers était, dans ce sens, considérée comme la cause et l'origine de foyers d'infections des classes ouvrières elles-mêmes et du reste de la ville. N'oublions pas que, à cette époque, la position idéologique la plus diffusée du point de vue des intérêts de la bourgeoisie, était celle qui qualifiait les classes de "travailleurs" de "classes dangereuses", avec le double sens de danger social (immoralité) et danger sanitaire (infections, épidémies, etc.). Tout ce qui implique la concentration, en des points précis de la ville, des classes ouvrières, supposait, du point de vue de la bourgeoisie, la formation de centres d'immoralité, d'insalubrité, de criminalité, etc. C'est la raison pour laquelle les classes ouvrières devaient être localisées près de la bourgeoisie car cela garantissait le salut de la société et, en même temps, la moralité ainsi que la reconversion civique de ces classes sociales.

8Belmás, au contraire de Alvarez Capra, défendait l'idée que "quartier ouvrier" n'était synonyme ni de désordre ni de dégradation. Il se montrait partisan de la construction de quartiers ouvriers ; il voyait cette construction comme un exercice de planification urbaine lié très directement à la recherche concernant les typologies architectoniques avec lesquelles on identifierait le projet des logements qui composaient les quartiers mentionnés ci-dessus. Belmás, dans ce sens, se rapproche non seulement des idées qui ont donné naissance à la "Cité Jardin" — qui seront élaborées des années plus tard et concrètement par les projets de base menés par les architectes Parker et Unwin — mais aussi de ces suppositions qui seront énoncées par les architectes du Mouvement Moderne. En effet, pour ces derniers, la relation qui existe entre types architectoniques et tracé des nouveaux quartiers résidentiels périphériques est immédiate et directe. La définition typologique du logement se présente en somme, comme l'élément de base autour duquel vont tourner les règles d'ordonnance du nouvel espace résidentiel.

9La définition des bases qui vont permettre de procéder à la construction d'une nouvelle typologie résidentielle qui garantirait des comportements hygiéniques minimes et qui permettrait l'universalisation de l'accès de ce nouveau type de résidence aux classes les plus faibles économiquement parlant, constituent les aspects essentiels qui vont marquer les lignes directrices de l'ordonnance du nouvel espace périphérique. Cependant afin de pouvoir définir ces bases, il était nécessaire d'éliminer le vieux concept de "logement ouvrier", car cette signification était associée à l'idée de socialisme, et de le transformer en un objectif à atteindre pour la majorité de la population. C'est dans ce but que l'on adopte des termes comme "logement économique", "logement bon marché", "constructions économiques", etc. au détriment du déjà classique concept du "logement ouvrier". Dans ce sens, on reconnaît, lors du Congrès International de Logements Ouvriers qui eut lieu en 1889, la dénomination de H.L.M. pour remplacer l'expression qui définissait le "logement ouvrier".

10En Espagne ce changement de dénomination du "logement social" n'a pas été non plus une exception. Belmás lui-même a proposé la dénomination, pour ce type de logement, de "constructions économiques" opposé à celui de "logements ouvriers".

11De la même façon que se produisait en Europe ce changement de dénomination et très concrètement en France au sujet de la définition des contenus de types de résidences appelés H.L.M., Belmás propose pour le cas de l'Espagne le changement de "logement ouvrier" en ce qu'il a appelé "constructions économiques". Il disait que par ce changement on élargissait le champ des recherches des types de résidences en ne les limitant pas exclusivement au type unique de "logement ouvrier". Toutefois, et de même que dans le reste de l'Europe, on n'envisageait pas dans ce changement de dénomination l'idée d'éliminer le concept de classe sociale ouvrière pour l'assimiler aux objectifs de la bourgeoisie et la reconvertir en une classe propriétaire (du logement). Cette reconversion supposait l'élargissement du champ social d’accès à la propriété (élargir le marché du logement) avec des objectifs clairs de réduire les effets du socialisme et de ses séquelles révolutionnaires.

12Cette préoccupation pour le thème du "logement économique", que nous retrouvons chez l'architecte Belmás, est très étroitement liée à ces autres questions qui ont quelque chose à voir avec une nouvelle conception de la ville, en accord avec les prémisses typologiques de résidences qui sont proposés. C'est peut-être l'aspect le plus intéressant et le plus innovateur qui fait de ces propositions de fin de siècle d'authentiques alternatives urbaines à travers lesquelles on projette une nouvelle organisation de l'espace urbain dans une double direction : envisager des ordonnances de l'espace, comme une alternative à l'espace existant identifié à la ville traditionnelle — et tout cela en étroite relation avec une façon concrète d'envisager la hiérarchie des options résidentielles —, leur concrète localisation dans la ville nouvelle, leurs fondements architectoniques, etc... sans oublier ces autres typologies architectoniques qui sont requises, en leur qualité de dépositaires de services urbains, pour donner forme au sens même de la ville projetée qui, nous le répétons, se présente comme une alternative à la ville traditionnelle.

13La pensée de Belmás se rapproche beaucoup de toutes ces suppositions. Au moment de penser à la ville, et de réfléchir sur le fait de savoir comment doit s'envisager cette relation entre nouvelle ordonnance de l'espace urbain et typologies de résidences, il nous dit la chose suivante : « En ce qui concerne les villes, si l'on pouvait voir dans le futur, il est certain que vous les verriez totalement transformées. Je les vois avec un centre d'action plein de vie, de mouvement et d'ardeur et avec une vaste périphérie. Je les vois avec un noyau de commerces, de banques, de bourses et d'autres édifices à caractère général, très entassés, jouant le rôle de centre d'action, et ensuite je vois de vastes lignes et réseaux de chemins de fer qui irradient dans toutes les directions pour mener et rouvrir la vie dans toute la circonférence peuplée par les logements de toutes les familles, depuis les plus riches jusqu'aux plus pauvres. Je vois la ville comme une antithèse du système actuel car la disposition des immeubles d'habitation, disposés comme un rayonnage de commerce est ridicule, antiesthétique et contraire à tous les bons principes de la raison et du sentiment. Je vois la ville nouvelle ayant ses maisons pour une seule famille. Vous me direz qu'entre des populations ainsi disposées les distances sont très grandes ? Vous ne devriez pas être fiers de vous faire l'écho de cette mesquinerie parce que l'industrie moderne dispose de moyens de communication qui réduisent les distances de façon inconcevable. » (Intervention de Belmás au Congrès de 1881).

14Ces préoccupations urbaines exprimées par Belmás interviennent dans la mesure où — nous insistons — il expose une nouvelle façon de concevoir l'habitat urbain. Désagréger l'habitat collectif en l'étendant sous forme d'unités individuelles, sur tout un territoire, impliquait penser en même temps au moyen de faire en sorte que les unités communiquent entre elles. D'où l'importance des nouveaux moyens de communication au moment de rendre possible la matérialisation d'une telle proposition.

15Ceci est la pensée urbaine de Belmás qui va se heurter à celle que, parallèlement, Soria élabore. La "Cité Linéaire" est en gestation : il s’agit d'une alternative de l'espace à la façon traditionnelle de concevoir l'organisation de l'espace traditionnel. Toutefois on perçoit nettement dans les motifs de Soria que cette alternative est posée en termes généraux : ce n'est pas seulement une nouvelle façon d'ordonner, de localiser et de construire l'espace résidentiel ; l'ordonnance concerne aussi tout le contenu que définit l'entité urbaine considérée comme un tout "spatial".

16Voyons, par conséquent, comment se présente ce modèle urbain du point de vue de son créateur et s'il suppose réellement une telle alternative globale ou s'il a été une opération immobilière destinée à offrir une nouvelle façon de vivre, d'habiter, à la périphérie de la ville existante.

17Bien que dans le modèle théorique urbain proposé par Soria on observe, avec plus de netteté, des variables urbaines qui ne semblent pas être, au contraire, la principale préoccupation des architectes qui l'ont précédé, comme c'est le cas de Belmás, on remarque cependant un point commun entre les deux positions qui est l'attention portée aux moyens de communication en tant que conditions aux nouveaux tracés urbains qui vont caractériser leurs propositions urbaines.

18Belmás insiste, maintes et maintes fois, sur la nécessité, pour les aménagements ruraux de "...comporter de vastes lignes et réseaux de chemins de fer" étant donné que cela va rendre possible l'extension de la ville, produit de l'option prise par le logement individuel. Cette condition de "ville extensive" est ce qui va conditionner, à la fois, la forme spécifique de la ligne continue en tant que forme urbaine à matérialiser et cela tant du fait du choix même du moyen de communication adopté (le tramway) que de celui de la préoccupation obsédante que Soria avait à propos des problèmes dérivés de la spéculation du sol. Soria pensait, dans ce sens, que ladite spéculation était le produit des formes de développement urbain observées dans la ville traditionnelle, formes qui comportaient un noyau central où se concentraient les activités les plus rentables, ce qui produisait une graduation de la rentabilité (une diminution de celle-ci) à mesure que l'on abandonnait le centre et que l'on s'approchait des points les plus éloignés de la périphérie. Il faisait preuve, en pensant de cette façon, d'une grande incapacité — compréhensible à une époque où l'on ne connaissait pas encore en toute rigueur l'origine des causes réelles de la spéculation du sol — à comprendre que le problème de ladite spéculation est plus une question dérivée des effets de la retenue du sol existant qu'une question de la forme qu'adopte un développement urbain déterminé.

19Par l'adoption du modèle urbain de "Cité Linéaire" on éliminait cette graduation centre-périphérie car la ville jouait le rôle d'un centre qui s'étendait parallèlement à la ligne de communication représentée comme élément médullaire de la nouvelle entité urbaine. Si la spéculation du sol est le produit d'une forme concrète de matérialisation du développement urbain, changer ladite forme supposait, selon la pensée de Soria, lutter contre la spéculation. Du modèle centre-périphérie nous passons, avec la proposition de Soria, à un modèle de ville basé sur la définition d'un grand centre linéaire dont les développements périphériques s'envisagent, de plus, par répétition, en bandes parallèles au parcours central primaire.

théorie de la cité linéaire . Une "cité linéaire" quartier d'union entre deux "cité-points". Source : Arturo Soria y Mata. "La Cité Linéaire. Nouvelle architecture de villes". Rapport présenté par la "Compañia Madrileña de Urbanizacion" au "premier Congrès International sur l'Art de Construire les Villes et l'organisation de la vie municipale, tenu à Gand. Traduction de M. Georges Benoît-Levy, 1913. Réédité par C.E.R.A., en 1979, Paris.

20"La forme d'une ville, nous dit Soria, est, ou doit être, la forme dérivée des nécessités de la locomotion..., la première chose à faire est tracer une ligne de chemins de fer". De cette façon, si la ville tourne autour, ou plutôt, s'aligne le long d'un grand axe, le prix le plus élevé du sol ne se situera pas en un seul point mais en une ligne d'extension indéfinie. C'est ainsi que Soria suppose la disparition de la spéculation du sol, ignorant, comme on le démontrera plus tard que la matérialisation de ladite ligne médullaire aura un rôle de lieu de qualité dont l'incidence dans la valeur du sol (dans l'estimation de ses conditions de centre) sera très semblable à celle qu'exerce le centre urbain classique que l'on désire éliminer. La seule différence, en ce qui concerne le modèle classique de développement urbain est, qu'avec la "Cité Linéaire", l'espace central de qualité est, en théorie, plus vaste et se comporte de la même façon que le fait une grande ouverture de voies tracées à travers un large secteur de la ville traditionnelle.

21Mais continuons avec l'idée de Soria : "Une rue unique ou principale avec une double voie de chemins de fer en son centre ; des rues secondaires transversales perpendiculaires aux rails qui circonscrivent des pâtés de maisons de 40 à 50 000 mètres carrés et dans ces pâtés de maisons des logements complètement isolés et séparés les uns des autres par une masse de végétation ; les maisons situées sur la façade parallèle à la voie sont destinées aux riches, celles situées sur les façades des rues transversales sont destinées aux ressources plus modestes et la partie la plus éloignée de la voie est destinée aux autres classes de la société. On réserve les grands espaces centraux à tous les édifices à caractère collectif : usines, commerces, casernes militaires, églises, théâtres,..." Le modèle de "Cité Linéaire" ne résout pas, comme le prétendait son auteur, le contraste entre un centre de services et une périphérie hiérarchisée socialement. Soria ne fait que reprendre le modèle classique de ville en éliminant le concept de logement collectif en faveur du logement individuel. Mais cette substitution, dans la manière de concevoir le type de résidence, n'a pas supposé une alternative radicale à la façon d'organiser et de structurer l'espace total de la ville.

22Les travaux réalisés par Soria dans le cadre de sa proposition de "Cité Linéaire" ont été présentés tant par son auteur que par tous les spécialistes qui ont analysé son œuvre, comme une alternative progressiste ou projet, plus conservateur, de "Cité-Jardin" élaboré par Howard. En ce sens, la "Cité Linéaire" irait beaucoup plus loin que l'idée de "Cité-Jardin" et même la supplanterait dans sa qualité d'alternative plus rationnelle, plus progressiste et plus avancée. Soria lui-même s'est chargé personnellement de montrer au monde que sa proposition était beaucoup plus sérieuse, du fait de son enracinement plus profond aux exigences de la société de fin de siècle, que ne l'était celle de Howard. Au cours de cette confrontation, que lui-même a provoqué contre Howard, il est allé jusqu'à ridiculiser publiquement la proposition de ce dernier quand il a déclaré que "... la Cité-Jardin est à la Cité Linéaire ce que le singe est à l'homme".

23Confrontations dialectiques mises à part, qu'est-ce qui, réellement, sépare ou rapproche les deux propositions et quel a été leur apport au développement de l'idée concernant la Cité-Jardin ? Pour comparer ces propositions et analyser leur portée, nous allons nous intéresser à quatre aspects qui nous paraissent fondamentaux. Il s'agit, en premier lieu, de la portée territoriale qui est présente dans les deux élaborations. Ce sont en effet des propositions qui ne se referment pas sur elles-mêmes mais qui, en même temps qu'elles se préoccupent de formaliser une idée de ville alternative, profilent une façon concrète d'intégrer ladite ville à un ensemble territorial. Elles proposent une ville dans le cadre d'un système de villes, ce qui implique, en même temps, restructurer et projeter une nouvelle ordonnance territoriale. Deuxièmement nous observons dans les deux propositions, une préoccupation pour les problèmes qui sont dérivés du prix-valeur du sol. Les deux auteurs sont préoccupés, en fonction de points de vue différents, par l'utilisation qui est faite du sol comme simple marchandise et tâchent, dans ce sens, d'introduire un série de mesures de correction qui évitent, dans la mesure du possible, la commercialisation du sol urbain. En contrepartie, cela a des conséquences sur le contrôle social des plus-values générées.

24En troisième partie nous allons nous référer à la forme concrète de la ville qui est proposée. C'est sur ce point que l'on trouve, probablement, les plus importantes différences entre les deux architectes. Le modèle urbain de décentralisation, axe des propositions, se matérialise dans les deux alternatives en suivant des motifs théoriques de départ très différents entre eux, ce qui va déterminer des alternatives formelles, elles aussi, très différentes. En quatrième partie, nous constaterons non seulement comment aucune des deux propositions n'a débouché sur l'alternative rêvée au modèle urbain représenté par la ville industrielle existante, mais nous constaterons aussi, qu'au fond, elles ont établi deux façons d'envisager l'organisation de l'espace dans les nouvelles périphéries urbaines.

1. Signification territoriale

25Le projet de Cité Linéaire comme celui de Cité-Jardin envisagent des alternatives de type territorial. La Cité-Jardin le fait au moyen de la création de cités satellites qui décentralisent la ville existante et qui conservent entre elles des relations étroites bien que cela ne signifie pas — à l'origine — une dépendance fonctionnelle. C'est ce qui est supposé du point de vue théorique du moins.

26L'idée de la décentralisation est aussi présente dans le projet de Cité Linéaire bien que le terme ne soit pas utilisé en tant que tel par son auteur. Ce qui se répète le plus dans la proposition de Soria n'est pas tant l'idée de décentralisation (fonctionnelle, démographique, etc.) de la ville existante que celle de l'insistance obsessive d'urbaniser la campagne. Cela représente, dans ce sens, comment le projet de Cité Linéaire énonce des occupations de l'espace inter-villes, à la façon de couloirs urbains qui relient les villes existantes entre elles.

27Les différences entre la Cité Linéaire et la Cité-Jardin, en ce qui concerne le traitement qu'elles envisagent du territoire affecté, sont très claires. Howard, avec ladite théorie des trois aimants, projette un nouveau genre urbain à la conception duquel il est arrivé en soumettant ce qui existait déjà (campagne et ville) à un processus d'analyse critique. Ce qui est projeté n'est ni campagne ni ville mais une confluence des deux catégories d'espace.

28Soria, par contre, introduit, catégoriquement, la réalité urbaine dans le monde rural, bien que cette réalité comporte des nouvelles catégories d'habitat où le logement individuel joue un rôle déterminant. Il s'agit donc d'une immixtion de l'urbain dans le rural qui accepte que la rencontre doit envisager des variables de l'espace extraites de la vie rurale elle-même. La conception de typologies de résidences, sous leur forme de logements individuels très en rapport avec l'activité agraire (logement entouré de jardins potagers) nous dénonce cette tendance agricole présente dans le modèle de Cité Linéaire. Mais il s'agit d'une qualité rurale qui est soumise à la logique urbaine dérivée de la présence du grand axe central qui organise la proposition.

29Le moyen de communication utilisé pour les deux propositions (le chemin de fer ou le tramway) prend, dans chacun des deux cas, une signification différente. Alors que dans le modèle de Cité-Jardin (Howard) le chemin de fer est utilisé comme moyen de communication qui relie les cités satellites entre elles et celles-ci avec la ville centrale existante (c'est, de ce fait, un moyen de communication inter-urbain), dans celui de Cité Linéaire, on considère la ligne ferroviaire comme axe central urbain de la nouvelle entité urbaine. N'oublions pas que la Cité Linéaire, telle qu'elle est conçue, n'est pas seulement la matérialisation de l'espace d'un nouveau modèle d'organisation urbaine ; elle est aussi l'entité territoriale qui réalise la connection entre les villes existantes. Dans ce sens, alors que le modèle de Howard se dirige vers ce que l'on a l'habitude d'appeler modèle métropolitain, la Cité Linéaire, au contraire, se profile vers l'urbanisation totale de l'espace géographique existant.

2. Contrôler la valeur du sol

30Le second aspect que nous souhaitons analyser concerne la position adoptée — en principe commune aux deux propositions — face aux effets provoqués par le développement urbain classique sur les hautes estimations du sol avec les répercussions de ces valeurs sur la ségrégation socio-spatiale et sur l'inégalité existant dans la façon de procéder à l'occupation sociale de l'espace urbain.

31Howard comme Soria sont conscients des problèmes dérivés de l'appropriation individualisée du sol, mais alors que l'un des deux (Howard) propose des mesures réalistes qui — au moins — contrôlent ce processus d'appropriation, Soria, lui, insiste sur la défense de la propriété individualisée (sous sa forme commerciale de Société Anonyme), car il considère que c'est seulement au moyen du prolongement ou de l'extension illimitée du centre urbain que l'on peut prendre des mesures qui réduisent sa valeur (d'où le concept de Cité Linéaire).

32Les deux architectes reproduisent dans leurs propositions, le modèle centre-périphérie (authentique moteur des inégalités auxquelles nous faisons référence) : Howard, au moyen de sa proposition de création de villes satellites (nouvelle périphérie urbaine), dont la structure interne reproduit celle de la ville existante ; Soria, en ce qui le concerne, insiste aussi sur ce modèle. La seule différence, par rapport à celui qui s'identifie avec la ville traditionnelle, réside dans la dimension (illimitée) qu'il propose pour le centre urbain, mais cela n'empêche pas que, dans sa proposition, l'espace périphérique soit aussi explicité.

33Bien que les deux modèles urbains puissent paraître très semblables entre eux, nous observons, cependant, une nette différence par rapport à ce point au sujet duquel nous débattons. Nous faisons référence aux différentes formes que les deux auteurs établissent au moment de procéder à la gestion des opérations immobilières dues à la construction de ces nouvelles villes et dont ils assument la responsabilité. Howard est favorable au coopératisme alors que Soria fait toujours confiance à l'action individualisée. La mise en marche de processus de gestion urbains contrôlés par le syndicat (de propriétaires) représente un second fait qui situe la proposition de Howard du côté du réalisme. Soria, au contraire, met en place un modèle qui a plus à voir avec la ville administrée par une entreprise qui met à disposition, de forme individualisée, le sol nécessaire pour construire.

3. La forme concrète de la ville

34Nous retrouvons ici, à nouveau, d'importantes différences entre les deux propositions. Dans la Cité Linéaire on propose une graduation centre-périphérie en prenant, comme point de départ, une stricte division sociale de l'espace. Nous observons aussi cette graduation dans le cas d'Howard, mais, en principe, elle répond plus à une supposition technico-fonctionnelle qu'elle n'obéit, surtout, à une façon concrète de voir la structure urbaine. Howard pense en termes fonctionnels ; il établit une différenciation dans les utilisations du sol et conçoit la nouvelle structure urbaine en des termes de ségrégation qu'il justifie en fonction de la division technique nécessaire de l'espace urbain. Il est conscient du fait que cette position peut entraîner une division sociale mais il prétend l'éliminer en faisant l'emphase sur une concrète administration de processus d'occupation du sol orientée vers une correction des possibles inégalités qui sont la conséquence du modèle centre-périphérie adopté.

35Soria ignore le système du coopérativisme et responsabilise les propriétaires du processus de construction de la ville. En fait, la Cité Linéaire s'est convertie, dès sa mise en marche, en une entreprise immobilière dont l'organisme de gestion (Soria lui-même) s'est élevé au rang de propriétaire du sol, par acquisition continue, qui procède à sa revente (sous forme de Société Anonyme, par actions), en l'offrant aux possibles habitants-constructeurs de la ville.

36Pour finir, et, en résumé, nous pouvons dire que la proposition de Cité-Jardin élaborée par Howard a eu une influence décisive non pas tant sur la vie — regrettée — à la campagne et loin des contradictions qui gâchaient la vie industrielle, mais, fondamentalement, sur la définition des bases de ce qui sera le nouvel espace périphérique qui va constituer, à partir d'alors, une des clés de l'espace pour comprendre la ville moderne. Nous pouvons tracer une ligne continue qui, commençant par les suppositions de Howard et passant par les propositions allemandes des années vingt et trente (Siedlungen) ainsi que par les polygones de promotion publique-privée d'action unitaire, arrive jusqu'à nos périphéries actuelles, sans oublier les apports qu'ont constitué, dans ce sens, les suppositions théoriques du dit Mouvement Moderne. Howard est le précurseur de nos formes actuelles de procéder à la construction de l'espace périphérique, c'est-à-dire, du concept de quartier résidentiel autonome (Grand Ensemble), sans oublier la façon de matérialiser cet autre espace périphérique que l'on identifie par la notion de faubourg dans le monde anglo-saxon.

37En contrepartie, Soria a été le précurseur le plus immédiat de la fonction actuelle du promoteur immobilier. Comme nous dit R. Mas, lorsqu'il fait référence à ladite Compagnie Madrilène d'Urbanisation, organisme de gestion de la Cité Linéaire et centre d'opérations du même Soria, "... elle pouvait être considérée comme une société immobilière ou comme une compagnie de tramways, mais, en fait, elle fonctionnait comme un établissement financier. Le parallèle avec les "building societies" britanniques de la fin du xixe siècle est clair. Ces "societies", sous la façade de sociétés immobilières, étaient, avant tout, des institutions financières et leur activité consistait à attirer de l'argent de sources diverses pour le prêter contre la garantie d'une propriété... En 1920, la Compagnie Madrilène d'Urbanisation devient exclusivement une compagnie de tramways et de chemins de fer de banlieue. Cependant, cette compagnie avait un capital élevé en terrains lequel, en étant mobilisé de façon concrète, finirait par avoir une très grande importance dans la morphologie urbaine de la périphérie madrilène".

Table des illustrations

Légende Exemple de ce que pourrait être une cité linéaire sur le littoral de l'Espagne, de Barcelona à Valencia.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende théorie de la cité linéaire . Une "cité linéaire" quartier d'union entre deux "cité-points". Source : Arturo Soria y Mata. "La Cité Linéaire. Nouvelle architecture de villes". Rapport présenté par la "Compañia Madrileña de Urbanizacion" au "premier Congrès International sur l'Art de Construire les Villes et l'organisation de la vie municipale, tenu à Gand. Traduction de M. Georges Benoît-Levy, 1913. Réédité par C.E.R.A., en 1979, Paris.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15354/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 219k

Auteur

Profesor de Urbanistica, Universidad de Valladolid

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540