Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Première partie. Milieux producteurs et systèmes nationaux

La cité-jardin française entre mythes et réalités

Rémi Baudouï

Full text

INTRODUCTION

1Notre interrogation porte sur l'histoire et l'évolution historique de la cité-jardin en France. À bien regarder les différentes opérations réalisées sous la terminologie de cité-jardin, il semble pour le moins opportun de se demander si la cité-jardin française a réellement existé. À travers cette interrogation est recherchée l'adéquation entre le concept de Garden city inscrit dans une périodisation historique — celle de l'industrialisation anglo-saxonne et de ses transformations des conditions de production — et l'idée d'importation de ce modèle dans la société française plus tardivement touchée par le phénomène de l'exode rural et de l'industrialisation des agglomérations. La question est posée. Sur quels types de critères devrait-on se baser pour comparer la garden city britannique et son dérivé français de cité-jardin ? Doit-on d'abord situer les éléments comparatifs du seul point de vue formel ? La cité-jardin française existerait-elle par l'utilisation d'un vocabulaire surdéterminé de référents typologiques ; la voirie courbe, la hiérarchisation des voiries, le parcellaire, les typologies de l'architecture régionaliste, l'implantation des équipements...

2Peut-on parler de cité-jardin sans renvoyer au processus de production et aux concepts d'usages sociaux employés dans la cité-jardin anglo-saxonne ? La pérennité des formes de la cité-jardin par delà l'Atlantique traduit-elle la pérennité du projet social et économique ou signifie-t-elle que la continuité formelle ne va pas de pair avec une continuité projectuelle ?

3Ces questionnements sont importants. Ils situent précisément les difficultés à parler de la cité-jardin sans lui conférer un point d'origine. Le concept de Garden city remonte-t-il à Ebenezer Howard ? Georges Benoît-Lévy le pense et le considère comme le fondateur de la Garden city. Pourtant ne doit-on pas observer que le mot de Garden city ne rend pas compte de l'ensemble des processus de fabrication de la ville à la campagne. Avant même l'emploi de ce vocable, n'existait-il pas les mots de Garden suburb ou de Garden village ? Dès lors comment travailler ? Devons-nous considérer que la Garden city d'Ebenezer Howard signifie bien un point d'origine. S'agirait-il dès lors de mesurer la force de l'interprétation française en écart de ce modèle ? S'agit-il au contraire de s'abstraire de ce point d'origine, considérant dès lors qu'il n'y a pas de moment fondateur dans l'instauration du rapport entre nature et habitation ?

DE LA GARDEN CITY À LA CITÉ-JARDIN, 1898-1914

  • 1 Georges Benoît-Lévy, La cité-jardin, Paris : Henri Jouve, 1904.

4Notre interrogation introductive ne date pas d'aujourd'hui. Elle semble contemporaine de la publication du texte d'Howard et de sa diffusion en France. Le juriste Georges Benoît-Lévy, véritable introducteur en France de la pensée anglo-saxonne observe dès 1904 — six années seulement après la parution de A Peaceful Path to Real Reform — que le véritable fondateur du mouvement des cités-jardins n'est autre que l'écrivain et critique d'art John Ruskin pourfendeur de la société victorienne et partisan de la réconciliation de l'homme et la nature. Le modèle Howardien ne serait-il pas victime de son trop grand succès ? Moins de quatre ans après la réédition de son livre sous le titre Garden cities of Tomorrow, l'œuvre d'Howard est déjà réinsérée dans une problématique du rapport ville-campagne qui le dépasse de très loin. Le doute est installé. À défaut de pouvoir manier avec facilité le mot de Garden city ou de cité-jardin, Georges Benoît-Lévy n'hésite pas dans son ouvrage de 1904 intitulé lui-même Cité-jardin1 à désigner son projet de cité du bonheur sous le mot de ville nouvelle. Désormais il n'aura de cesse de signifier les difficultés méthodiques que soulève l'emploi du mot Garden city. Fait particulièrement significatif, s'il reconnaît avoir abusé du mot cité-jardin, il ne peut que constater n'avoir pu agir autrement. Comment aurait-il pu faire autrement puisqu'il considère que la morphologie urbaine de la cité-jardin ne lui appartient pas en propre ? Dans son ouvrage publié en 1911 sous le titre Villages-jardins et banlieues-jardins, il observe :

Or l'estampille de Cité-Jardin a acquis une telle réputation qu'elle a déjà tenté la contrefaçon. Aux lotissements accomplis par des spéculateurs, aux groupes les plus sordides de maisons ouvrières, le terme de Cité-Jardin a été indifféremment appliqué par des flibustiers ayant tout intérêt à créer cette confusion. Les projets sérieux parce qu'ils sont durables, mettent plus longtemps à parvenir à maturité... Constatons que, de par le monde, il n'est qu'une seule Cité-Jardin... Se rapprochant du type de Garden City, tout au moins quand à la manière de lotir, quant à l'organisation de la vie sociale et à l'esprit de solidarité ayant inspiré leur fondation ce sont les Villes-Jardins et Banlieues-Jardins, qui pour n'être pas absolument semblables à la Cité-Jardin sont presque jusqu'à un certain point conçues à son image et se différencient très nettement des cités ouvrières et des entreprises spéculatives... On a souvent tendance à abuser des notions et des mots qui vous sont nouveaux et je n'y ai pas échappé : j'ai parfois employé à tort le terme de Cité-Jardin et j'ai fait débauche d'expressions anglaises dans la première édition. J'ai mis bon ordre à ces erreurs.

5L'Association des cités-jardins de France créée en 1903 par Georges Benoît-Lévy semble connaître un succès d'autant plus rapide que le vocable de Garden city a perdu son sens originel. L'Association française des cités-jardins se préoccupe moins de définir la cité-jardin comme la transcription exacte sur le sol national du modèle anglo-saxon que comme le territoire des expérimentations possibles pour rechercher et trouver le plus rapidement des solutions à la crise du logement. La cité-jardin n'est plus perçue comme un modèle économique et productif tel que l'avait défini Ebenezer Howard. La cité-jardin à la française renvoie à l'idée d'un aménagement raisonnable d'un coin de terre — qu'il s'agisse d'un quartier périphérique ou d'une opération en plein champ — à partir duquel puisse être constituée la relation pacifiée de l'homme à son lieu de production. Le mot porte désormais en lui la notion essentielle d'expérimentation. Elle est le mode par lequel des personnalités de sensibilités politiques et de profils professionnels très différenciés vont pouvoir discuter et travailler ensemble. À l'image du Musée Social, l'Association française des cités-jardins comprend aussi bien des Le Playsiens, des Lyauteysiens, des Solidaristes, des catholiques sociaux ou bien encore des réformistes socialistes ou sociaux-démocrates. Le dialogue est aussi rendu possible par la technicisation du débat. La cité-jardin ne se définit plus comme une alternative politique à la révolution industrielle mais comme un simple modèle de développement social garantissant à chacun l'amélioration des conditions d'existence. C'est sur cette plate-forme commune à tous les réformateurs sociaux sur le "bon usage" de la cité-jardin que s'engagent les débats. Les typologies du logement pavillonnaire, la hiérarchisation des voiries, la classification des équipements de proximité définissent les lieux d'exercice même de cette expérimentation grandeur nature. Le succès est instantané. Dès l'avant-guerre, bon nombre d’opérateurs urbains publics et privés renvoient à la notion de cité-jardin pour définir les conditions possibles de transformation des conditions d'existence. Les solutions à l'extension sans fin des banlieues de lotissements reposent dans la constitution de cités-jardins au pourtour des agglomérations. Dès avant 1914, Henri Sellier, conseiller général de la Seine, reconnaissant qu'il ne saurait exister un modèle howardien de la garden city mais bien plutôt des solutions françaises de cité-jardin, s'interroge sur les conditions de leur application pour la région parisienne.

LE DÉBAT SUR LA CITÉ-JARDIN DANS L'ŒUVRE DE RECONSTRUCTION, 1914-1918

6La Première Guerre mondiale ne marque pas un coup d'arrêt en matière de réflexion sur la ville et la nécessaire réforme urbaine à promouvoir dans le cadre de la cité-jardin. Le déplacement de la guerre de mouvement vers la guerre de tranchées définit les conditions d'une transformation de l'économie de paix en économie de guerre. En révélant que la victoire finale devrait dépendre des capacités à traiter les opérations militaires comme une affaire industrielle qu'il s'agit de conduire dans les meilleures conditions de temps et de prix, la Première Guerre mondiale met en avant une génération d'organisateurs qui cherche à asseoir dans l'entreprise la plus grande productivité. Qu'il s'agisse des disciples de W. Taylor ou des disciples du théoricien français de l'organisation administrative Henri Fayol, l'intervention de l'État dans l'organisation de la production ouvre la voie aux ingénieurs civils et militaires qui cherchent à mettre en œuvre une rationalisation de la production. À l'échelon de l'entreprise, les ingénieurs introduisent dans les ateliers qu'ils dirigent une nouvelle organisation du travail. Le capitaine Compagnon, responsable d'un atelier central de réparation du service automobile, spécialise les équipes d'ouvriers en fonction du cycle des réparations que tout véhicule doit subir. L'organisation intérieure de l'atelier comporte l'usage de fiches de circulation qui les accompagnent depuis leur entrée jusqu'à leur sortie, de fiches de circulation détaillées de pièces, de feuilles de travaux, de nomenclatures portant des indications sur la marque, le type, les numéros de châssis et de moteur... Un système similaire est introduit en 1916 par Charles de Fréminville dans les chantiers navals de Penhoët. La même année, Nusbaumer spécialiste français de l'Organisation scientifique du travail est appelé à réorganiser un grand établissement d'Etat de fabrication de poudre et Henri Fayol publie sa doctrine sur l'organisation industrielle et générale.

  • 2 Annie Fourcaut, Femmes à l'usine en France dans l'Entre-deux-guerres, Paris : Maspero, 1982, p. 12 (...)
  • 3 J.-Marcel Auburtin, "Qu'est-ce que l'urbanisme ?", conférence du 28 juin 1916, in Louis Gaultier, (...)
  • 4 Congrès Général du Génie Civil, Vœux et résolutions adoptées par le Congrès dans sa session du 18 (...)
  • 5 Celtis, La reconstruction morale, suprême nécessité de l'après-guerre, Paris : Librairie Félix Alc (...)
  • 6 La Renaissance des Cités, 19161935 ; - Son utilité, ses travaux, sa fin active, sa continuité mora (...)
  • 7 Ce qui est notamment le cas du projet de Placide Thomas pour Joffremont et de Henri Basin pour Vai (...)
  • 8 Léon Jaussely, "Les citées dévastées par la guerre. Etudes de reconstitution. Un concours de plan (...)

7C'est en pensant l'efficacité de la production de guerre que se réactualise la question de la cité-jardin durant la Première Guerre mondiale. Les notions de guerre industrielle et de continuité dans l'effort et la productivité requièrent qu'une parfaite concordance ait pu être trouvée et exprimée entre la société militaire et la société civile. À l'heure où les taux de profits doivent singulièrement augmenter, où la durée du travail connaît elle aussi un important accroissement, où les femmes doivent à leur tour gagner les ateliers des usines d'armement, c'est toute la réorganisation de la société civile qu'il s'agit de repenser. La conversion d'une société civile en société de guerre requiert de régler la question sociale. Le social devient l'outil technique qui permet de compenser la non satisfaction des revendications ouvrières auxquelles on ne peut accéder sous peine de voir remettre en cause les logiques de production et de productivité. Le social, à travers l'aide à la famille et l'amélioration des conditions de travail, s'offre comme le territoire de substitution et de déplacement de l'effort d'amélioration de la condition ouvrière de temps de guerre. Le social est partie intégrante de la psychologie industrielle en train de poindre. L'effort de rationalisation de la production par le social, induit la poursuite des efforts de professionnalisation. C'est le 1er mai 1917 qu'est fondée l'École des surintendantes d'usine. Comme le souligne fort justement Annie Fourcaut, la création de cette institution du travail social marque un pas nouveau. L'heure des techniciens de l'assistance a enfin sonné. L'action sociale pénètre définitivement dans les ateliers et dans les usines2. Régler la question du logement des ouvriers s'affirme être comme l'impérieuse nécessité d'action des ingénieurs sociaux révélés par la guerre industrielle. À la tête de l'atelier d'Ermont durant les hostilités, Raoul Dautry ingénieur de la Compagnie des chemins de fer du Nord est chargé d'assumer la direction des cheminots affectés à la fabrication des équipements ferroviaires nécessaires à la défense nationale. L'intensification des efforts de production l'oblige à engager une politique d'aménagement des infrastructures techniques le conduisant à la constitution d'une véritable zone industrielle soumise aux impératifs de la taylorisation industrielle et de la rationalisation administrative. Le parc des machines est rénové, l'acquisition d'engins de manutention facilite la suppression des "temps morts" entre les divers ateliers. Le recrutement de la main-d'œuvre est élargi. Pour loger son personnel, Raoul Dautry, en maître d'ouvrage, s'initie au métier de constructeur dans un souci d'efficacité et d'économie financière. Refusant d'être à la merci d'entrepreneurs privés peu scrupuleux, il engage sous sa responsabilité la partie des travaux nécessaires pour bâtir les logements pour son personnel. Ses équipes de cheminots sont chargées de réaliser les agglomérés de scories nécessaires à la fabrication de dortoirs. Elles sont aussi sollicitées pour réaliser les équipements nécessaires à la vie sociale : réfectoires, cuisines, infirmerie... Autour de la cité ainsi construite sont situés les jardins-ouvriers. La réponse sociale apportée par Dautry à la question de la productivité est pensée comme une réponse technique pouvant — selon même le sens de la définition que l'on utilise — s'apparenter aussi bien à l'idée de la banlieue-jardin qu'à celle de la cité-jardin française. En tout état de cause, l'initiative de Raoul Dautry signale l'actualité d'une réflexion sociale élaborée à partir de la cité-jardin au moment même où se réfléchissent les conditions de la reconstruction de l'après-guerre. Urbanistes et aménageurs réclament du reste le redéploiement de la cité-jardin pour rebâtir les départements du Nord encore occupés par les Allemands. En 1916, J. Marcel Auburtin exprime dans le cadre de l'exposition de la Cité Reconstituée ses propres réflexions sur les principes esthétiques de la reconstruction. À la base de sa démarche intégrative d'aménageur, se manifeste la condamnation du tracé régulier : la variété, au contraire, s'impose, et nous voyons dans cette Exposition même, des exemples de très beaux plans, logiques et rationnels, étudiés avec une grande liberté : les plans de New Guayaquil et celui de Yas Camberra, dûs à nos amis Bérard et Agache, sont typiques à ce sujet. Dans l'un comme dans l'autre, on lit clairement la composition d'ensemble ; mais on remarque la diversité que les auteurs ont su tirer logiquement de la situation, de l'orientation, de la nature même du terrain, de la géographie des lieux, des pentes, des parties boisées, des données économiques préexistantes, routes de communications avec les autres centres, chemins de fer, canaux, etc. Un plan même de création est ainsi soumis à un grand nombre de données primordiales qui écartent naturellement toute possibilité de tracé rigoureusement régulier3. Georges Risler proclame que La cité-jardin est une des créations essentielles de l'urbanisme, et tous les progrès que cette forme de l'habitation peut aider à accomplir en découlent. Ainsi renvoie-t-il précisément à une définition morale de l'urbanisme qu'il développe dans sa conférence de l'Exposition de la Cité Reconstituée : « J'ai à vous parler, Mesdames et Messieurs de la "Portée Sociale de l'Urbanisme" ne serait-il pas plus juste de dire : "Portée Morale de l'Urbanisme" ? Tout ce qui est vraiment social n'est-il pas, avant tout, moral ? » L'analyse de Georges Risler rejoint les réflexions de l'architecte-voyer de la ville de Paris, Legros, membre de la Renaissance des Cités, réclamant lors du Congrès Général du Génie Civil de mars 1918 que la Cité-Jardin puisse, au nom de ses avantages matériels et spirituels, guider la reconstitution des pays dévastés4. Du reste l'un et l'autre se réfèrent précisément au concept de reconstruction morale auquel se rattachent les philosophes soucieux à la même époque d'endiguer l'individualisme des années de guerre par le dressage moral du peuple tout entier5. Les options déployées par Dautry renvoient bien aux efforts de la Renaissance des Cités à laquelle du reste il appartient. La recherche obsédante menée par la commission économique et sociale de la Renaissance des Cités sur le concept de village-modèle du vrai socialisme,6 lui fait concevoir des plans d'aménagement et de reconstruction qui, en ayant pour objet de réorganiser la vie collective à partir d'un ensemble de critères hygiénistes et sociaux, renverront précisément à ce concept de densification morale par les équipements que recèle le modèle de la Cité-Jardin anglo-saxonne et son dérivé français. Le projet du nouveau Pinon conçu par Charles Abella dans la continuité de certains projets de reconstruction de villages de l'exposition de La Cité Reconstituée7 peut être lui aussi interprété comme un projet de cité-jardin à la française. Dans le cas du plan de reconstruction du village de Chauny, les références seront mêmes plus explicites. Le programme de son concours interallié établi par les services municipaux avec l'assistance de La Renaissance des Cités, réclame que les quartiers ouvriers soient de préférence traités sous la forme de cités-jardins. Sur le fond, il obtient ainsi l'approbation de Léon Jaussely, Rapporteur Général du Jury du Concours de Chauny, vice-président de la commission technique de la Renaissance des Cités qui déclare : « La question des Cités-Jardins et aussi des Faubourgs-Jardins — cette forme nouvelle de la construction des agglomérations — a de grands progrès à faire en France... Le nom de Cité-Jardin fait image et séduit : il évoque de suite la cité dans la verdure, la maison familiale dans un cadre idyllique, une vie sociale saine, les commodités de la vie urbaine jointes aux salutaires effets de la vie en contact avec la nature. Dans les Cités-Jardins — l'expérience en est faite aujourd'hui — l'homme s'améliore moralement et psychologiquement, on meurt moins, on procrée davantage, l'esprit d'association et de solidarité se développe : l'ordre social futur y est peut-être en entier8 ». Du côté de la puissance publique, les avancées sont toutes aussi significatives. Les efforts d'Henri Sellier pour la cité-jardin se concrétisent par le décret du 18 juillet 1915 qui créé l'Office public d'habitations à bon marché du département de la Seine. Il a pour mission de s'orienter dans le sens de la transformation de terrains spacieux en cités-jardins et surtout de l'aménagement, dans les divers cantons du département et sur de vastes emplacements, de lotissements-types avec prédominance marquée de constructions individuelles groupées de manière à préparer l'extension des centres actuels. En somme, son rôle principal consistera à assurer, par la création de cités-jardins, le décongestionnement des agglomérations surpeuplées. En pleine guerre, grâce à l'aide financière allouée par le conseil général, l'Office public d'habitations à bon marché entreprend l'achat de terrains dans la banlieue parisienne à rétrocéder soit à des sociétés d'habitations à bon marché soit à des offices communaux, à charge pour ceux-ci de les aménager et les bâtir.

LA CITÉ-JARDIN, LABORATOIRE DU DÉPASSEMENT DE LA RECONSTRUCTION DE 1918

  • 9 Archives Nationales, 94 AP 80. Projet de création d'un organisme destiné à améliorer les condition (...)
  • 10 Pierre Duharcourt, Développement du capitalisme, politique urbaine et habitat ouvrier, l'exemple d (...)

8Dès 1918, l'industriel Louis Renault critiquant la concentration anormale et malsaine des ouvriers dans les agglomérations propose aux pouvoirs publics de créer des centres ouvriers hors des villes et où les travailleurs pourraient s'adonner aux activités culturelles et sportives9. Faute de réponse positive, il refusera de se lancer à son propre compte dans une telle entreprise. Pourtant deux importantes réalisations sont déjà en chantier au moment de son refus. Moins d'un an après la signature de l'Armistice, Georges Charbonneaux président de la Société anonyme d'habitations à Bon Marché Le Foyer Rémois, confie à l'architecte J. Marcel Auburtin l'étude et l'exécution d'une première Cité-Jardin, appelée le Foyer Rémois, plus connue aujourd'hui sous la dénomination de Cité du Chemin-Vert. Au même moment Raoul Dautry, après avoir procédé à la remise en état des voies ferrées dans les régions libérées, est nommé le 1er octobre 1919 ingénieur en chef de l'Entretien. La direction de la Compagnie des chemins de fer du Nord lui confie alors le soin de procéder à la construction des unités de logements que justifient une politique de modernisation du réseau. Dans un cas comme dans l'autre, on ne peut qu'être frappé de la ressemblance ayant présidé au lancement de ces initiatives. Leur simultanéité n'est pas fortuite. Elle est le signe par lequel deux organismes d'essence privé — le réseau du Nord du Baron de Rotschild et le Foyer Rémois créé à l'initiative des catholiques sociaux locaux affiliés au mouvement Le Sillon, un mois avant la loi portant sur les offices publics d'H.B.M. de décembre 1912 — vont se substituer à la puissance publique sur l'énoncé de son constat d'échec en matière de reconstruction. Faute de pouvoir obtenir de l'État les contingents de baraques provisoires nécessaires à la restauration de son réseau, le Nord décide de sa propre autorité de prendre en charge et sur ses propres fonds, toutes les mesures administratives et techniques nécessaires à la mise en route d'une politique d'édification de logements. Quant au Foyer Rémois ne pouvant construire dans les limites de prix de revient fixées par l'Etat, il échafaude à partir des crédits de reconstruction un plan de financement de logements requérant à terme une modification de la législation des sociétés d'H.B.M. Après bien des démarches pressantes de son président dans les antichambres ministérielles, Le Foyer Rémois obtient ainsi par la loi du 19 octobre 1919 qu'une société d'H.B.M. puisse à l'exemple de tout individu privé, racheter les droits et indemnités de dommages de guerre et les réemployer au gré de sa convenance dans un rayon de 50 kilomètres10. De cette façon, il lui est possible de se créer dans la ville de Reims d'importantes réserves foncières prêtes à être loties. Bien que de nature différente, les options souscrites en matière de politique du logement par le réseau du Nord et le Foyer Rémois recouvrent une même définition du rôle de la puissance privée dans les débats du moment. L'édification de cités-jardins, qui relève chez ces deux organismes d'une même distanciation par rapport aux directives générales sur la reconstruction édictées par les ministères de l'Intérieur et des Régions libérées, trouve sa plus vive expression dans l'autonomie relative d'une procédure de lotissement indifférente aux efforts et options retenues en la matière par l'autorité communale.

Plan de la cité-jardin de Tergnier, archives de l'Institut d'Urbanisme de Paris.

  • 11 Rémi Baudouï, “La cité-jardin de Tergnier. Analyse d’un modèle de société cheminote" in Les chemin (...)
  • 12 La Renaissance des Cités, Le plan de Reims, Paris, 1920, p. 9.

9Rappelons en effet que Tergnier — la cité-jardin fétiche de Raoul Dautry11 — comme celle du Chemin-Vert est conçue en dehors du périmètre des destructions aux limites des municipalités concernées par sa création, lui permettant ainsi d'échapper aux opérations préalables de reconstruction : nettoyage, déblaiement, délimitation des patrimoines fonciers,... La cité-jardin de Tergnier est bâtie sur les terrains agricoles que le marquis de Lubersac — sénateur de l'Aisne et par ailleurs artisan de la loi du 15 août 1920 sur les coopératives de reconstruction — consent à céder au réseau du Nord. Toute réelle concertation avec les communes sinistrées avoisinantes devient caduque. Dans le cas de la Cité du Chemin-Vert, le coup de force est tout aussi exemplaire. Les terrains de la future cité-jardin rémoise sont achetés à un riche exploitant agricole. Après l'échec de premières négociations financières avec la municipalité, les débuts des travaux peuvent être menés dans le vide juridique résultant à la fois de l'absence de politique d'aménagement pour les quartiers périphériques et de l'autonomie juridique dont bénéficie Le Foyer Rémois en tant que propriétaire de ses terrains. Le plan de Reims étudié par l'urbaniste Géo Ford et adopté en février 1920 entérine le projet du Foyer Rémois en déclarant : avant la guerre, Reims possédait très peu de quartiers d'habitations ouvrières réunissant le confort et l'agrément. Les ouvriers ont pourtant le droit d'avoir des maisons commodes et agréables dans un cadre sain et verdoyant. Ce sont justement les "cités-jardins” si bien comprises en d'autres pays, qui offrent la meilleure solution à ce problème12.

  • 13 J.-Marcel Auburtin, "Une grande Cité-Jardin : le Foyer Rémois", L'Illustration économique et finan (...)
  • 14 J.-Marcel Auburtin, "Une grande Cité-Jardin : le Foyer Rémois", op. cit., p. 37 et 38.

10C'est dans le champ même de la construction que la procédure technique développée par Auburtin et Dautry manifeste ses plus grandes libertés face au modèle de la reconstruction imposé par le ministère des Régions libérées. Devant l'impossibilité de se procurer à prix intéressants des matériaux de reconstruction, J. Marcel Auburtin fait réaliser sur place des fabriques13. Dans le double registre de la circulation des matières premières, de la rationalisation du chantier et de la construction, s'affirme ainsi la pertinence de l'opération du Chemin-Vert. Les réseaux Decauville déjà sollicités pour le rapatriement des matières premières du canal de l'Aisne et de la gare de Bazancourt sillonnent le vaste chantier de la Cité pour transporter à pied d'œuvre les matériaux fabriqués sur place à raison de 500 tonnes par jour et dans le meilleur des cas jusqu'à 1 500 tonnes. Sur le terrain, les deux entreprises sollicitées élaborent dans les baraquements construits à cet effet les éléments standardisés en matériaux de base : le béton, les agglomérés en ciment, les carreaux de plâtre et les charpentes en bois également préparées à l'avance14. Si la nature même de cette procédure technique employée par J. Marcel Auburtin le délie des options affichées en la matière par le ministère des Régions Libérées soucieux de promouvoir des séries départementales ou régionales de matériaux standard, elle rappelle une fois de plus l'action déployée en la matière par Raoul Dautry dans la reconstruction du réseau du Nord. À Tergnier, comme dans les autres cités de cheminots, le chantier de construction est rationalisé sur la péréquation économies de transport/économie de fabrication. Un réseau Decauville relie la Cité-Jardin à la voie ferrée par laquelle sont acheminés les produits de base. Longeant les îlots à bâtir, il facilite le transport et le dépôt à pied d'œuvre des matériaux de construction fabriqués sur place dans les ateliers annexes. La rationalisation technique de mise en œuvre conduit également le Nord à préconiser la réalisation d'agglomérés de ciment et de briques standardisés pouvant être employés indifféremment sur quelque construction que ce soit.

  • 15 J.-Marcel Auburtin, "Une grande Cité-Jardin : le Foyer Rémois", op. cit., p. 37.

11Par delà la communauté de référents obligés au concept initial de la cité-jardin anglo-saxonne — que ce soit le logement individuel, les jardins privatifs et les équipements collectifs présents aussi bien à Tergnier qu'à Reims — les démarches techniciennes d'Auburtin et Dautry sont assimilables par les enjeux urbanistiques et architecturaux qu'elles formulent. Pour éviter au Chemin-Vert le sentiment de monotonie,15 J. Marcel Auburtin encourage l'architecte à multiplier sur le terrain les éléments de rupture et de décrochement. La cité située sur un point culminant de l'agglomération, est dotée d'un réseau viaire alternant successivement tracés rectilignes et courbes, déterminant et hiérarchisant en leur intérieur des îlots bâtis, ouvrant également sur des places et des voies de desserte internes. Au dessin du plan du Chemin-Vert fait écho celui de Tergnier. La symbolique est celle de la courbe. Trois roues de locomotives reliées par un piston délimitent les espaces publics et les quartiers d'habitation. Au Chemin-Vert J. Marcel Auburtin élabore une quinzaine de typologies de maisons pavillonnaires pouvant être disposées, selon les impératifs du pittoresque, en unités de deux logements, en jumelé ou même en bande. À Tergnier, l'appel lancé par Dautry à plusieurs architectes parisiens et locaux est le mode par lequel il peut affirmer que les différents modèles promus par chacun d'entre eux, une fois implantés, construits comme à Reims selon la loi des diverses séries possibles, ne peuvent se trouver à Tergnier en deux exemplaires parfaitement identiques. À l'unisson du Chemin-Vert, Tergnier déclinera une culture du pittoresque en puisant les éléments de détail d'un vocabulaire architectural directement emprunté aux régions du Nord et de l'Est de la France. Dans les deux cas, la référence explicite à la structure villageoise sera renforcée par la légitimation de plans d'urbanisme consacrant en leurs centres, l'ensemble des équipements relevant de la vie collective et sociale.

CONCLUSION : DE LA CITÉ-JARDIN HORIZONTALE À LA CITÉ-JARDIN VERTICALE, 1920-1934

  • 16 Henri Sellier et Auguste Bruggeman, Le problème du logement, son influence sur les conditions de l (...)
  • 17 Henri Sellier et Auguste Bruggeman, Le problème du logement, son influence sur les conditions de l (...)
  • 18 Raoul Dautry, "La rationalisation de la cité”, in L'Illustration, numéro intitulé La Maison, 30 ma (...)
  • 19 L'urbanisme d'une Région Parisienne, avant-projet d'aménagement des terrains situés sur les commun (...)
  • 20 Georges Benoît-Lévy, La maison heureuse, Paris : Éditions des cités-jardins de France, 1922, p. 5.

12La Cité du Chemin-Vert en intégrant le panthéon des Cités-Jardins modèles de la reconstruction de l'après Première Guerre mondiale rejoint sa consœur de Tergnier. Les revues techniques et ouvrages spécialisés sur l'architecture et l'urbanisme se font rapidement l'écho de cette création rémoise. Dans leur inventaire sur "Le problème du Logement, son influence sur les conditions de l'habitation et l'aménagement des villes", publié sous les auspices de la Dotation Carnégie, le conseiller général de la Seine et maire de Suresnes Henri Sellier et son confrère le Directeur de l'Institut d'Urbanisme de Paris Auguste Bruggeman rendent hommage à J. Marcel Auburtin qui a élaboré très judicieusement le plan de la cité du Chemin-Vert16. Selon eux, "Le Foyer Rémois" constitue vraiment un des exemples les plus remarquables de reconstruction dans les régions libérées, et mérite d'être étudié comme un modèle de réalisation17. Dans le numéro de L'Illustration consacré par Henri Sellier, Raoul Dautry et Georges Benoît-Lévy aux bienfaits de la loi Loucheur, les photographies de la Cité du Chemin-Vert juxtaposées à celles du réseau du Nord seront précisément requises pour illustrer les avantages matériels et moraux, individuels et sociaux à recueillir de la construction de villes nouvelles, de faubourgs modernes, de cités satellites, de cités-jardins...18 Nul doute n'est plus permis. Les cités-jardins du Chemin-Vert et de Tergnier ont été, au nom de la double rationalisation technique et sociale, très vite appropriées par les aménageurs comme les éléments avant-gardistes de la réforme urbaine de la reconstitution des Régions libérées. Pourtant on ne peut manquer d'observer que les mots de villes nouvelles, de faubourgs modernes, de cités satellites et de cités-jardins ont été indistinctement utilisés pour qualifier les opérations du Chemin-Vert et de Tergnier. Le modèle mis au point par Ebenezer Howard semble bien être distancié. De fait, s'il existe une actualité de l'expérience du Chemin-Vert et de Tergnier, elle serait, d'après l'époque, moins à rechercher dans le projet abouti que dans les conditions spécifiques mises en œuvre pour la réaliser. L'actualité de l'expérience du Chemin-Vert et de Tergnier a donc résidé chez Auburtin et Dautry dans leur capacités de gestionnaires à développer et à appliquer à la lettre le message technique de la rationalisation à laquelle aspiraient leurs milieux professionnels réciproques. Cet enseignement semble avoir du reste été bien entendu par Henri Sellier alors promoteur des cités-jardins du Grand Paris. Alors que Raoul Dautry et J. Marcel Auburtin s'emploient à réfléchir aux conditions de l'aménagement rationnel de la banlieue parisienne à travers leur collaboration au concours lancé en 1924 par le département de la Seine en vue d’édifier une cité nouvelle de 80 000 habitants sur 700 hectares de terrains situés sur les communes de La Courneuve, Le Bourget, Dugny et Stains19, Henri Sellier réfléchit déjà aux moyens d’entreprendre la construction à grande échelle de logements sociaux. La réponse est formalisée au début des années 1930. Dix ans après avoir réalisée la couronne de cités-jardins du Grand Paris, composées essentiellement de logements pavillonnaires — rappel obligé à la Garden City d'Ebenezer Howard et de Raymond Unwin — le socialiste a révisé le jeu de ses références. Le cottage britannique harmonieusement implanté sur sa parcelle jardinée, n'est plus dans son esprit le modèle de développement social dont Georges Benoît-Lévy, Président de l'Association Française des cités-jardins, prévoyait quelques années auparavant la généralisation à la nation entière20. Le modèle du pavillon uni-familial de la cité-jardin a définitivement vécu au profit d'opérations de logements collectifs. Au moment où le gouvernement s'arroge le droit d'aménager les marges de la capitale, le Président de l'Office Public des Habitations à Bon Marché du département de la Seine arrache, en 1931, des pouvoirs publics, l'autorisation de bâtir sur un terrain d'une dizaine d’hectares de la commune de Drancy, une cité de 1 200 logements collectifs. Écartant de la commande les Bassompierre, de Rutté, Sirvin, Dumail — les concepteurs des cités-jardins de l'Office représentatifs du courant régionaliste de l'architecture française — il se met à la recherche de maîtres d'œuvre du mouvement fonctionnaliste, seuls aptes à signifier la liaison recherchée entre modernité formelle et modernisation technique. Sans hésiter, Henri Sellier désigne Marcel Lods et Eugène Beaudoin. Le plan-masse retenu se veut délibérément hardi ; dix barres parallèles en peigne de deux à trois étages reliées entre elles par groupe de deux par cinq gratte-ciels de quinze étages chacun. La leçon de la cité-jardin est bien assimilée : un important programme d'équipements est destiné à assurer la vie quotidienne des habitants de la Muette. L'élément terre devrait être restitué aux futurs habitants par la création de jardins privatifs dans les cours des bâtiments en peigne. Entre les redans et les peignes, doit être créé un "terrain de promenade". Le concept de "cité-jardin verticale" si cher à Le Corbusier est repris ici par Henri Sellier pour désigner l'opération de Drancy-La-Muette. Le modèle anglo-saxon de la Garden city n'existera pas en France.

Notes

1 Georges Benoît-Lévy, La cité-jardin, Paris : Henri Jouve, 1904.

2 Annie Fourcaut, Femmes à l'usine en France dans l'Entre-deux-guerres, Paris : Maspero, 1982, p. 12 et suivantes.

3 J.-Marcel Auburtin, "Qu'est-ce que l'urbanisme ?", conférence du 28 juin 1916, in Louis Gaultier, Rapport Général de l'exposition de la Cité Reconstituée, Paris : A.G.H.T.M., 1917, p. 279.

4 Congrès Général du Génie Civil, Vœux et résolutions adoptées par le Congrès dans sa session du 18 au 23 mars 1918, Paris, p. 23-24.

5 Celtis, La reconstruction morale, suprême nécessité de l'après-guerre, Paris : Librairie Félix Alcan, 1919, 371 p.

6 La Renaissance des Cités, 19161935 ; - Son utilité, ses travaux, sa fin active, sa continuité morale, 1935, La Renaissance des Cités, p. 27.

7 Ce qui est notamment le cas du projet de Placide Thomas pour Joffremont et de Henri Basin pour Vailly, in Louis Gaultier, Rapport Général de l'exposition de la Cité Reconstituée, op. cit., p. 207 et suivantes.

8 Léon Jaussely, "Les citées dévastées par la guerre. Etudes de reconstitution. Un concours de plan de ville. La reconstitution de Chauny et de sa région", Paris, La Vie Urbaine, no 1-2, mars-juin 1919, p. 135-136.

9 Archives Nationales, 94 AP 80. Projet de création d'un organisme destiné à améliorer les conditions de vie des ouvriers, 25 mars 1918.

10 Pierre Duharcourt, Développement du capitalisme, politique urbaine et habitat ouvrier, l'exemple de l'agglomération de Reims de la première moitié du xix e siècle à nos jours, Reims : Copédith, 1977, p. 172.

11 Rémi Baudouï, “La cité-jardin de Tergnier. Analyse d’un modèle de société cheminote" in Les chemins de fer, l'Espace et la Société en France, Association pour l'Histoire des Chemins de fer en France, juillet 1989, p. 264-279.

12 La Renaissance des Cités, Le plan de Reims, Paris, 1920, p. 9.

13 J.-Marcel Auburtin, "Une grande Cité-Jardin : le Foyer Rémois", L'Illustration économique et financière, numéro spécial l'urbanisme et les cités nouvelles, Paris, 1925, no 7, p. 37.

14 J.-Marcel Auburtin, "Une grande Cité-Jardin : le Foyer Rémois", op. cit., p. 37 et 38.

15 J.-Marcel Auburtin, "Une grande Cité-Jardin : le Foyer Rémois", op. cit., p. 37.

16 Henri Sellier et Auguste Bruggeman, Le problème du logement, son influence sur les conditions de l'habitation et l'aménagement des villes, Paris : P.U.F., 1927, p. 71.

17 Henri Sellier et Auguste Bruggeman, Le problème du logement, son influence sur les conditions de l'habitation et l'aménagement des villes, op. cit., p. 70.

18 Raoul Dautry, "La rationalisation de la cité”, in L'Illustration, numéro intitulé La Maison, 30 mars 1929, (s.p.).

19 L'urbanisme d'une Région Parisienne, avant-projet d'aménagement des terrains situés sur les communes de La Courneuve, Le Bourget, Dugny et Stains, 2 tomes, Paris : lmp. Draeger, 1924.

20 Georges Benoît-Lévy, La maison heureuse, Paris : Éditions des cités-jardins de France, 1922, p. 5.

List of illustrations

Caption Plan de la cité-jardin de Tergnier, archives de l'Institut d'Urbanisme de Paris.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15348/img-1.jpg
File image/jpeg, 336k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Terms of use: http://www.openedition.org/6540