Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Première partie. Milieux producteurs et systèmes nationaux

Les jardins d'Ungemach à Strasbourg : une cité-jardin d'origine nataliste (1923-1950)

Stéphane Jonas

Texte intégral

1Le maire de Strasbourg, l'Alsacien Rudolf Schwander (1906-1918) a pu en 1915, peut-être non sans une arrière-pensée politique, mais avec raison et avec une certaine fierté, écrire ces quelques lignes dans le grand quotidien allemand, la Frankfurter Zeitung (4 août) : "Qu'est aujourd'hui Strasbourg, avec ses 180 000 habitants, son port du Rhin, ses industries prospères, sa superficie fort élargie, son Université, ses établissements scientifiques et artistiques, en comparaison avec la ville de province de 1870, avec ses 70 000 habitants ?"

  • 1 S. Jonas, "Strasbourg 1900, ville de frontière et d'innovation, 1890-1918" in Revue des Sciences S (...)
  • 2 A. Wahl, "L'Alsace contemporaine 1871-1939", Wettolsheim : Ed. Mars et Mercure, 1977, t. VII, p. 1 (...)

2En effet, Strasbourg, capitale du Reichsland Alsace-Lorraine présentée souvent à tort comme victime-symbole du conflit historique entre la France et l'Allemagne, est une ville rhénane florissante en pleine expansion à la veille de la Première Guerre mondiale. Les blessures causées par l'annexion forcée de 1870 sont cicatrisées.1 Et la société locale composée essentiellement par les deux sous-communautés de référence (Max Weber), à savoir les Alsaciens autochtones et les Vieux-Allemands (Altdeutsche), ne sont plus en opposition irréductible, mais plutôt en relation de "dynamique conflictuelle" (Julien Freund). Cependant la population autochtone d'origine ne représente plus que 54-56 % de la population municipale, à savoir 92 000-101 000 personnes. Et dans cette sous-communauté, ce sont deux Strasbourgeois sur cinq qui parlent encore le français, soit entre 37 000 et 42 000 personnes.2

3L'émergence d'une nouvelle communauté multi-culturelle et d'une identité nouvelle s'exprime également par le métissage (Michel Serres) communautaire très avancé entre Alsaciens et Vieux-Allemands, puisque pendant la période de 1896 à 1910, 23 à 27 % des mariages contractés à Strasbourg sont des mariages mixtes (idem). En plus, le Strasbourg d'avant 1914 est non seulement une ville de frontière interculturelle et interethnique, mais aussi une capitale cosmopolite où les innovations sociales, artistiques, architecturales et urbanistiques circulent vite. Par rapport à notre sujet, je voudrais insister ici sur l'émergence d'un nouvel espace public local moderne et démocratique, une sphère publique de confrontation des opinions critiques souvent opposées (Jürgen Habermas).

4Dans les domaines aussi importants pour notre sujet que la Neue Gemeinschaft, la Communauté nouvelle, le Neubau, l'Architecture nouvelle, la Deutsche Gartenstadtbewegung, le Mouvement allemand des cités-jardins, le Werkbund, les coopératives, les syndicats libres et chrétiens, le protestantisme social, l'introduction des réformes de gestion, des innovations dans le fonctionnement et l'exercice du pouvoir municipal, les deux sous-communautés travaillent ensemble à l'échelle municipale et au niveau des élites de la société civile.

  • 3 S. Jonas, "La création de la cité-jardin du Stockfeld à Strasbourg, 1907-1912" in R. Hudemann, R. (...)

5Tout cet édifice difficilement bâti de la société locale s'écroule en quelques années de guerre mondiale. Après le rattachement de l'Alsace et de Strasbourg à la France en 1918, il ne restera de la communauté allemande que des familles et des individus isolés qui ont échappé à l'expulsion et qui, pour rester, sont obligés de prendre la nationalité française, condition imposée. Mais restaient la mémoire sociale, le patrimoine construit d’une ville moderne tout à fait exceptionnelle. Et si dans mon introduction j'insiste longuement sur la période allemande, c'est pour deux raisons concernant notre sujet. Premièrement, à cause des transferts scientifiques, artistiques et sociaux entre les deux pays qui ont fait que Strasbourg a été avant 1914-18 parmi les villes pilotes germaniques qui ont introduit les cités-jardins sur le continent, avec la cité-jardin du Stockfeld en 1910-12. Deuxièmement, pour les mêmes raisons, Strasbourg et l'Alsace sont, avec Paris et le département de la Seine, des modèles à suivre après 1918 dans le mouvement des cités-jardins en France.3

LES PRINCIPAUX ACTEURS DU PROJET

6La cité-jardin d'Ungemach créée entre 1923 et 1929 est bâtie sur un terrain de 12 ha reconquis sur les fortifications allemandes démantelées du secteur Nord du lieu-dit Wacken. Elle est composée de 140 maisons unifamiliales avec des surfaces habitables — énormes pour l'époque — de 105 à 165 m2 par famille et un jardin de 600 ares. C'est une réalisation de logement social exceptionnelle, mais pas du tout volontaire, puisqu'au départ l'industriel philanthrope Ungemach voulait des normes plus modestes, mais le président des H.B.M. et député-maire socialiste Jacques Peirotes a refusé ainsi de concurrencer les premiers logements sociaux municipaux et exigé une qualité supérieure en matière de philanthropie patronale.

7C'est en tous cas la cité-jardin probablement la plus atypique de la France des années vingt, puisqu'elle est l'œuvre commune :

  1. d'un industriel protestant philanthrope, Léon Ungemach ;
  2. d'un maire social-démocrate, grand bâtisseur, Jacques Peirotes ;
  3. des architectes parisiens d'Henri Sellier, Président du Conseil Général du département de la Seine et maire socialiste de Suresnes, pour ses cités-jardins (P. de Rutté, A. Bassompierre, Sirvin)4 et des architectes strasbourgeois de son ami Jacques Peirotes, député-maire de Strasbourg, qui tous ont fait leurs études et leur formation dans les Universités allemandes sous la direction des architectes du Werkbund et du mouvement des cités-jardins (Th. Fischer, H. Muthesius ou R. Riemerschmid) ; il s'agit soit des architectes indépendants tels que J. Sorg ou des architectes de la Ville tels que Charles Dopff qui a construit toutes les H.B.M. d'avant 1945 de Strasbourg, ou Gustave Oberthur, architecte et conseiller municipal d'avant 1914.5

8Je voudrais ici dire mon avis personnel sur un mythe créateur local devenu national, selon lequel cette cité-jardin serait, en tant qu'œuvre sociale, inspirée par et un exemple tardif du mouvement eugéniste allemand. La thèse que j'avancerai ici est qu'il s'agit d'une réalisation d'inspiration nataliste avec quelques accents eugénistes d'origine bien française, voire parisienne. Le terme d'eugénisme apparaît par ailleurs tardivement et premièrement dans des documents municipaux d'avant-guerre.

9Le principal acteur du projet est l'industriel libéral philanthrope strasbourgeois Léon Ungemach (1844-1928), qui a soixante-dix ans quand éclate la Première Guerre mondiale. Ancien conseiller municipal, juge du Tribunal de Commerce, membre influent de la Chambre de Commerce de Strasbourg, membre de la Première Chambre du Landtag (Parlement) d'Alsace-Lorraine avant 1918, il est connu comme un homme public francophile pendant la période allemande. Son entreprise d'alimentation, la Elsässische Konzervenfabrik und Import Gesellschaft, gonflée pendant la guerre de plusieurs centaines de personnes, gagne énormément d'argent, notamment par la spéculation. L'industriel qui est, grâce aux dirigeants nationaux de Paris, parachuté en 1918 à la tête de la municipalité comme Président de la Commission municipale, dans le dessein probable d'empêcher les socialistes et Peirotes de s'y mettre, quittera cette fonction quelques semaines plus tard. Il a alors soixante-quatorze ans. Il sait qu'il sera poursuivi par le fisc — devenu français — pour ses activités de spéculation pendant la guerre. Il a alors l'idée géniale, transformée dans l'historiographie locale patronale en une histoire touchante, selon laquelle, pris de remords, il décide de donner l'argent frauduleusement gagné à une œuvre sociale. Si l'on prend comme base de référence le coût moyen d'une maison estimée en 1925-27 à 67 000 F, cette somme, gardée secrète, devait largement dépasser les 10 millions de francs. Certaines sources ont parlé de 2,4 millions de marks en 1914 ; l'enquête faite à Strasbourg en 1925 par l'Union des Syndicats Ouvriers Confédérés de la Région Parisienne citée plus loin, parle d'une somme constituée par les valeurs américaines d'environ 3 millions de francs-or. (Voir note 25).

  • 6 E. Martin, Inventaire des archives contemporaines et administratives de la Ville de Strasbourg, 17 (...)

10C'est l'origine de la Fondation des Jardins Ungemach, créée en janvier 1920, sous la forme juridique — et astucieuse — d'un Acte de donation, auprès de laquelle Ungemach se dépêche de déposer la somme "malpropre" en question.6 Étant parmi les rares intéressés par l'origine sociologique des fondements doctrinaux à caractère nataliste de cette cité-jardin, je n'ai pas jusqu'ici pu reconstituer avec exactitude les éléments de ce puzzle passionnant. Néanmoins, l'analyse sociologique de l'Acte de Fondation écarte, je crois, l'hypothèse d'une fondation eugénistique du type Mitteleuropa 1900. L'article trois stipule en effet que la Fondation a été conçue "pour favoriser le développement des grandes familles"... et l'article sept définit bien, me semble-t-il, la philosophie générale nataliste de la Fondation. "La Fondation est destinée à de jeunes ménages en bonne santé désireux d'avoir des enfants et de les élever dans de bonnes conditions d'hygiène et de moralité".

  • 7 J. C. Richez, L. Strauss, F. Igersheim, S. Jonas, Jacques Peirotes et le socialisme en Alsace, 186 (...)

11C'est une conception qui convient parfaitement aux leaders aussi connus dans l'Establishment des réformateurs sociaux français que Léon Bourgeois, Georges Risler et Jules Siegfried, qui dirigent aussi, — et c'est important pour notre sujet — le Musée Social, la direction nationale des H.B.M., l'Alliance nationale pour l'accroissement de la population française, l'Alliance d'hygiène sociale et le Conseil Supérieur de la natalité. Comme nous le verrons par la suite, ces hommes publics liés étroitement à cette époque à la question du logement et à la question urbaine, font plusieurs voyages à Strasbourg pendant la période délicate pour Ungemach, à savoir entre janvier 1920, date de sa Fondation, et février 1923, date du contrat avec la Ville de Strasbourg pour céder le terrain de la cité-jardin.7

  • 8 Concours international pour l'établissement d'un plan général de développement de la ville et amén (...)
  • 9 P. G. Gerosa, S. Jonas, Le Corbusier, Europe et Modernité, Budapest : Éditions Corvina, 1991, p. 1 (...)

12Le deuxième acteur fondamental du projet Ungemach est le député-maire socialiste de Strasbourg Jacques Peirotes (1869-1935). Cet ancien typographe et cofondateur (avec Bernhardt Boehle) de la S.P.D. (Sozialistische Partei Deutschlands) à Strasbourg avant 1918, leader socialiste incontesté en Alsace redevenue française, est l'homme public le plus influent de Strasbourg pendant ces années. Ces initiatives importantes dans l'urbanisme moderne et la crise du logement populaire et social ont grandement favorisé les projets d'Ungemach. Rappelons ici brièvement les principaux événements dans ce domaine. En ce qui concerne l'urbanisme, Strasbourg qui possède, grâce à la Bauordnung de 1910, un des meilleurs Règlements des constructions, avec zonage, de l'Allemagne et de l'Europe, et ayant une tradition d'urbanisme social solide, prend des initiatives importantes sur le plan national. En prenant conscience des avantages offerts par la loi Cornudet de 1919 pour les Plans d'Aménagement et d'Extension des villes, — idée qui a été élaborée au sein du Musée Social — il crée la même année un Service de Dérasement des remparts et obtient en 1922 la loi relative au déclassement de l'enceinte fortifiée de Strasbourg et la cession gratuite de ces terrains militaires à la Ville.8 Strasbourg devient ainsi une des trois grandes agglomérations, avec Lille et Paris, qui lancent en France le Plan d'Aménagement et d'Extension — Strasbourg en 1924 — qui touche l'ensemble de l'espace urbain dans cette ville, pour la première fois de son histoire. Dans la loi de juillet 1922, et concernant les vastes espaces verts urbains, grevés de non aedificandi, il y aura la possibilité de construire des logements sociaux et des cités-jardins pour 10 % des terrains. Le concours d'idées, lancé en 1924 et qui aura une certaine influence sur le projet réalisé de la cité-jardin Ungemach, a réuni vingt-deux projets, dont sept étrangers. Le jury était prestigieux, choisi par la S.F.U., la Société Française des Urbanistes, et selon la tradition les concurrents avaient le droit de désigner deux membres du jury : l'un d'eux était Le Corbusier...9

  • 10 S.F.U., Où en est l'urbanisme en France et à l'étranger ? Paris : Léon Eyrolles Éditeur, 1923. Le (...)

13Mais l'année précédente, en 1923, Peirotes avait organisé le plus grand colloque international sur l'urbanisme social tenu depuis la fin de la guerre : le Congrès International d'Urbanisme et d'Hygiène Municipale. Je suis intimement convaincu que les illustres congressistes présents suivants avaient joué un rôle décisif dans la conception du projet, la même année : Léon Bourgeois, Georges Risler, Henri Sellier et Ebenezer Howard ; congrès patronné par ailleurs, par trois ministères français, le BIT et l'Association internationale des cités-jardins.10

14En ce qui concerne les acteurs du projet que sont les architectes cités ci-dessus, j'en parlerai plus loin et au moment de la présentation du concours et de la réalisation de la cité-jardin.

LE COÛT FINANCIER ET LE CHOIX DU TERRAIN

  • 11 Contrat entre la Ville de Strasbourg et la Fondation Les Jardins Ungemach, approuvé par le Préfet (...)

15Les données fondamentales de la création d'une cité-jardin, parfois séparables, sont ici étroitement liées, voire imbriquées. À partir du moment où les questions institutionnelles ont été réglées pour l'application des lois françaises de la création des Offices H.B.M. en Alsace-Lorraine, le maire J. Peirotes a créé en janvier 1923, un Office Municipal qui deviendra rapidement célèbre et un modèle de socialisme municipal. Dans des négociations étranges et compliquées, dont les notables alsaciens tels que Ungemach et Peirotes avaient le secret, ils passent un contrat qui est un modèle du genre de compromis raisonnable avec une arrière-pensée de ménagement mutuel sans concession idéologique. Mais, ipso facto, la Ville avait des avantages évidents dans ce contrat écrit, puisque muni en novembre 1923 d'une délégation du Conseil Municipal et d'un accord du Préfet du Bas-Rhin, Peirotes impose des conditions favorables à la collectivité communale qui sont les suivantes11 : la Ville donne en fermage pour un franc symbolique par an, un terrain de 12 ha au Wacken, ancien terrain non aedificandi des fortifications allemandes, constructible pour un usage social, que la Ville aménagera et viabilisera. Il s'agit en fait d'un bail emphytéotique adapté déjà aux projets d'aménagement d'avant 1918, et réadapté aux conditions nouvelles. La Ville deviendra propriétaire de la Fondation le 1er janvier 1950, après 25 ans de bail. Les charges publiques et les impôts incombent à la Fondation pendant la durée du bail.

  • 12 Gustave Oberthur (1872-1965). L'architecte alsacien et strasbourgeois, issu d'une famille d’éditeu (...)
  • 13 Paul Dopff (1885-1965). Originaire de Riquewihr, né dans la famille connue des viticulteurs, après (...)

16L'aménagement du terrain, qui a coûté 1,6 million de francs, a été confié à l'architecte municipal Gustave Oberthur, ancien élève de Karl Schàfer, professeur célèbre de la Technische Hochschule de Karlsruhe, le "Viollet-le-Duc allemand".12 Oberthur a été un des quatre ou cinq jeunes architectes de Strasbourg qui ont laissé des marques parmi les plus importantes sur la ville de 1900, et comme ancien membre du Werkbund et bon professionnel, il a imposé à la Fondation, un Plan d'Aménagement des terrains, qui obligeait les futurs concurrents du projet de cité-jardin à envisager un phasage de trois étapes temporelles dans la construction, rendant ainsi l'aménagement moins cher pour la Ville. Ce plan d’aménagement a été contresigné par l'architecte en chef de la ville, Charles Dopff, qui a fait ses études à Karlsruhe, mais aussi à Munich, chez Theodor Fischer, un des créateurs de la cité-jardin Hellerau à Dresde, et fondateur du Werkbund. Dopff a été l'architecte préféré de Peirotes, Président de l'O.P.H.B.M. de Strasbourg, qui a réalisé toutes les Siedlungen et les cités-jardins de l'Office, à savoir plus de 4 000 logements sociaux.13

  • 14 Loi relative au déclassement de l'enceinte fortifiée de la Ville de Strasbourg du 21 juillet 1922, (...)

17Le Vice-Président Gérant de la Fondation, Alfred Dachert, obtient de la Ville qu'elle respecte les conditions natalistes de l'Acte de donation. Il s'engage à construire 150 maisons unifamiliales dans le cadre d'une cité-jardin, et selon l'usage, à lancer un concours. Il y avait encore un point du contrat (no 7), dont l'intérêt sociologique a échappé aux historiens : il fallait, pour ces terrains, publier un décret spécial, parce que la Ville et Peirotes refusaient de considérer cette cité-jardin comme faisant partie d'une réalisation à caractère social telle qu'elle puisse être assimilée aux H.B.M. et aux projets réalisables dans le cadre de la loi du 21 juillet 1922 portant sur le déclassement des fortifications où 10 % des terrains étaient constructibles dans les zones non aedificandi.14 Par-delà, Peirotes a pris ses distances, sur le plan de sa conception, des réalisations sociales H.B.M., par rapport à cette cité-jardin. Mais en tant que maire défendant l'intérêt communal, il ne s'est pas opposé à ce projet, puisque la cité-jardin deviendra en 1950, propriété municipale. De plus il a réalisé une opération politique favorable à son image de notable social-démocrate non insensible aux réalisations bourgeoises patronales.

18Le terrain qui est une espèce de presqu'île verte délimitée par la rivière III qui traverse la vieille ville, par son confluent l'Aar qui traverse la Neustadt — les quartiers allemands — et le canal de la Marne au Rhin, avait des qualités constructibles paysagères incontestables, notamment à cause des allées de platanes centenaires, des maisons alsaciennes, des bâtiments industriels en bois, des prés, de l'Aar, des jardins potagers, en somme, à cause de son beau paysage de faubourg.

LE PROGRAMME ET LE CONCOURS

  • 15 Programme du "Concours des Jardins Ungemach", daté du 10 mars 1923, signé par le Conseil d'Adminis (...)

19Les Jardins Ungemach lancent un concours ouvert entre tous les architectes français, le 10 mars 1923 et publient un programme,15 sous la forme originale d'une affiche jaune de 61 x 42 cm, intitulée "Concours pour la création d'une cité-jardin". Résumons-en brièvement le contenu. D'abord, en se référant au projet social du type nataliste — en citant le point 7 de l'Acte de Fondation déjà cité — le programme détaillé présente la conception de l’habitation : deux types de maisons sur un seul niveau avec cave dans toute la longueur de la maison, en tout cent maisons de quatre pièces + cuisine, et cinquante de cinq pièces + cuisine. Des photos des maisons ouvrières-types ont été envoyées sur demande. Mais j'ai trouvé aussi dans les archives municipales le dessin d'une maison/type sur un seul niveau avec quatre pentes et un plan au 1/100 ayant une surface surbâtie de 126 m2.

Plan d'ensemble de la cité Ungemach. Architectes : Bassompierre, de Rutté, Sirvin.
Collaborateur : J. Sorg.
Source : Architecture d'Aujourd'hui, no 1, 1935, p. 79-81.

20La cuisine devait être grande et habitable : 24,6 m2 d'après mes calculs ; les combles devaient se prêter à un aménagement ultérieur pour deux pièces mansardées. L'appartement devait être muni d'une buanderie (au rez-de-chaussée) et d'un hangar avec un accès unique du côté du jardin ; il devait avoir un confort domestique de haut niveau pour l'époque : électricité, gaz, eau courante, WC et poële compris dans le prix de revient. En ce qui concerne les maisons modèles, la Fondation a fixé deux prix ; petite maison : 52 000 F et grande maison : 62 500 F. Il y avait la possibilité de présenter plusieurs modèles de maison, aussi en style alsacien. Et il y avait un souhait ferme de présenter la menuiserie "de type de série" pour des raisons économiques.

21Sur le plan urbanistique, la Fondation a envoyé aux candidats — dans le dossier préparé à cet effet — un plan du Wacken signalant en rouge les terrains à bâtir, préparé par G. Oberthur, et un album photographique bien présenté du Wacken et des devis du coût de construction pratiqué à Strasbourg. Et on a demandé aux concurrents un plan d'ensemble au 1/1 000 de la cité-jardin, avec rues, squares, etc... et des coupes de rues. Remarquons le souci de la Ville de Strasbourg de définir préalablement, grâce à son Plan d'Aménagement, les grandes structures urbanistiques du terrain. N’oublions pas que nous sommes à l'époque de la préparation du concours du Plan d'Extension et d'Embellissement de Strasbourg et plusieurs architectes municipaux ont participé à ce concours, qui a touché le Wacken dans son ensemble, qui faisait partie de la Ceinture Verte en formation, consécutive à la loi du 21 juillet 1922 sur le déclassement des fortifications.

  • 16 Lettre de l'architecte G. Kraft, habitant au 6 rue Stoecker, Strasbourg. Dossier des Jardins Ungem (...)

22La date du concours était fixée au 15 juillet 1923, mais j'ai trouvé dans les archives de la Ville de Strasbourg une lettre d'un architecte — probablement celui qui a été choisi par ses pairs — qui s'est excusé auprès du Maire de Strasbourg de ne pas pouvoir assister à la réunion du samedi 21 juillet,..."étant obligé de siéger à la séance du jury du concours des Jardins Ungemach."16 Les modalités des examens du projet ont été définies ainsi : il s'agissait d'un jury de dix membres avec 11 votes (le Président de la Fondation ayant double voix) : trois pour la Fondation, quatre pour la Ville de Strasbourg, deux pour les architectes choisis par les concurrents, plus la Ville de Paris et la Préfecture du Bas-Rhin, en tout, cinq architectes. Cinq prix ont été mis au concours. La Fondation s'est réservé le droit d'acheter les projets primés, mais aussi de confier la réalisation à l'architecte qui lui conviendrait.

  • 17 S. Jonas "La politique urbaine et du logement de Jacques Peirotes, député-maire socialiste de Stra (...)

23La faiblesse principale du programme réside dans l'absence totale d'une donnée identitaire de la tradition des cités-jardins, y compris celle de Strasbourg avant 1918 : l'absence de l'obligation de prévoir des équipements communautaires : crèches, maison commune, équipements sportifs et éventuellement école primaire avec l'aide de la Ville. Au Stockfeld, en 1909, tout cela avait été prévu et dans l'ensemble réalisé. L'O.P.H.B.M. de Strasbourg a dès 1923, dans ses projets, mis l'accent sur cet aspect et Peirotes, qui a été, lui aussi, touché par les thèses natalistes du Musée Social sous l'influence de ses contacts avec G. Risler, a réalisé dans ses cités des services et des équipements remarquables tels que les bains et lavoirs, des garderies d'enfants, des crèches, des services d'infirmières sociales et des consultations de nourrissons.17

  • 18 Une lettre datée du 15 mars 1923 écrite par la Fondation Jardins d’Ungemach est adressée à la Mair (...)

24La composition du bloc majoritaire municipal du jury : maire, chefs des services de travaux municipaux et de l'architecture, le médecin de la Ville délégué au Conseil départemental d'hygiène, montre que le Maire Peirotes a, sinon imposé ses vues, du moins pesé sur l'organisation du concours et sur certains choix architecturaux et urbanistiques du programme, sans parler de son aspect financier. Peut-être même des interventions municipales sous forme d'aide logistique ont eu lieu, puisque la Fondation n'a pas d'architecte. Le jury a pris sa décision immédiatement après l'exposition des projets. J'ai trouvé des lettres dans les archives municipales qui indiquent qu'on avait prévu l'exposition de cent projets sur 600 m218. Les projets retenus ont été exposés dans le Pavillon Impérial Joséphine à l'Orangerie.

  • 19 Pour l'histoire de cette dynastie d'architectes illustres, voir notamment les travaux importants m (...)

25Ceux qui pourraient penser que le concours était ouvert réellement et que les primes seraient en majorité gagnées par les architectes locaux et régionaux — autochtones ou allemands, ces derniers étaient nombreux encore à Strasbourg qui ont pris la nationalité française plutôt que d'abandonner leur cabinet, leurs clients et leurs œuvres réalisées — ne se trompent qu'en partie. Le résultat du concours est un véritable chef-d'œuvre politique. En effet, le premier prix a été décerné à Paul de Rutté, d'origine mulhousienne, fils du grand architecte d'origine suisse Frédéric-Louis de Rutté (1829-1903), naturalisé français, installé à Mulhouse, formé chez Weinbrenner à Karlsruhe.19 Paul de Rutté représente ainsi le Mulhouse industriel et patronal de la tradition des cités ouvrières célèbres. Mais il est aussi un des architectes préférés de Henri Sellier, qui, avec les associés de son cabinet, Bassompierre et Sirvin, a construit les cités-jardins de Dugny, de Drancy, de Chatenay-Malabry et de Boulogne. Leur rôle dans l'élaboration en France d'un modèle architectural et urbanistique de la cité-jardin et leur codification étant tout à fait remarquable et exemplaire, ils ont aussi l'avantage de représenter à Strasbourg le socialisme municipal de Henri Sellier, maire socialiste de Suresnes, Président du Conseil Général de la Seine, père-fondateur de l'archipel extraordinaire des cités-jardins de ce département.

  • 20 Réalisée selon les plans urbanistiques de Jean SORG pour la partie non construite de 6 ha de la ci (...)

26Le quatrième projet primé est celui de Jean Sorg, jeune architecte strasbourgeois, protégé de Charles Dopff, architecte en chef de la Ville, qui sera rapidement un architecte de Jacques Peirotes et construira en 1930 la cité-jardin Alexandre Ribot au Stockfeld, sur la moitié du terrain restant de la cité-jardin du Stockfeld construite en 1910-12.20 Il symbolise l'Alsace, Strasbourg et le socialisme municipal de Jacques Peirotes. Ces deux architectes seront les réalisateurs de la cité-jardin Ungemach,... en compagnie de Bassompierre et Sirvin, probablement primés second et troisième. (Les concours étant perdus, ou comme j'ai l'habitude de le dire, ils ne sont "pas encore retrouvés", nous n'avons pas de certitudes à ce sujet). Jean Sorg sera l'architecte de l'opération de la cité-jardin ; ainsi il sera en quelque sorte "l'œil" de la Ville et de l’Office H.B.M. dans cette opération.

La réalisation de la Cité-Jardin : maisons-types et plan d'urbanisme

27L'influence du concours et des projets des lauréats a été somme toute bénéfique pour la cité construite par rapport au programme conçu. Sur le plan de l'habitation, les deux variantes de maisons prévues ont été abandonnées et remplacées par une typologie plus satisfaisante avec six maisons-types. Le rapport initial des petites maisons (un tiers) et grandes maisons (deux tiers) a également changé ; le nombre des premières a été réduit à 30 unités (type B).

Les "Jardins Ungemach", à Strasbourg — Façade du type B.

Les "Jardins Ungemach", à Strasbourg — Façade du type C.

Les "Jardins Ungemach", à Strasbourg — Façade du type C.

Les maisons-types de la cité-jardin d'Ungemach

La cité-jardin d'Ungemach

La cité-jardin d'Ungemach

Sources : Archives Municipales de Strasbourg, S. Jonas.

  • 21 Voir aussi : Anne Staub, Cités-jardins à Strasbourg, Mémoire de diplôme d'architecture, Paris, 197 (...)

28Nous n'avons dans la cité-jardin qu'un seul modèle d'habitat : une maison unifamiliale légèrement surélevée, à deux niveaux : un rez-de-chaussée avec un étage mansardé pour y installer des chambres supplémentaires avec la croissance de la famille. Le foyer de la maison est au rez-de-chaussée, centré sur la cuisine-salle à manger, donnant sur le jardin. C'est la pièce la plus grande dans la plupart des maisons-types. Construite par une technologie de standardisation simple, l'organisation des pièces est assez moderne et rationnelle. L'entrée de la maison n'est pas directe et se fait par un vestibule qui redistribue les pièces du rez-de-chaussée et donne accès à l'étage mansardé. Les six maisons-types — A, B, C, D, E, K —21 ressemblent à la maison-type proposée dans le programme qui est en fait une maison unifamiliale de type urbain régional et rhénan avec un toit à quatre pentes. Seul le type B évoque la maison alsacienne avec le toit à deux pentes et un quart de croupe et un auvent. C'est ce type qui a la plus petite surface habitable.

29Les architectes ont créé un grand logement spécial (type K), au nombre de dix, dont la surface habitable est passée des 126 m2 prévus à 165 m2. Ce dernier type était probablement destiné aux familles nombreuses intéressées à la suite du concours médiatique. À la fin de l’opération, en 1929, il manquait dix maisons par rapport au contrat prévu avec la Ville, pour des raisons évidentes de surcoût de l'opération.

30La Fondation a décidé aussi d'assurer dans la cité un minimum d'équipements communautaires ; la cité est alors assez éloignée des zones urbaines équipées. Mais cette partie faible du programme a été résolue d'une façon insuffisante, dans la mesure où la Fondation a choisi deux maisons standard pour mettre dans l'une le service de consultation des nourrissons qui cohabitait avec le surveillant de la cité, et dans l'autre une école maternelle. Cette façon de résoudre les besoins d'utilité publique de la cité-jardin vient de la conception libérale nataliste de la Fondation, qui a conçu une cité-jardin spatialement et socialement privatisée, centrée sur le foyer et la femme au foyer. Je suis étonné que des architectes aussi remarquables que De Rutté, Bassompierre et Sirvin, aient accepté cette solution.

31Du point de vue sociologique, les appartements avaient cet aspect ambigu, d'une part, d'avoir une réalité constructive, technique et fonctionnelle remarquable, et d'autre part, d'être en même temps conçus selon des principes natalistes. En effet, l'articulation des pièces, quelle que fût la maison-type, était réglée pour faciliter la vie de la ménagère dans le but quasi unique de pouvoir facilement surveiller les enfants et travailler dans la cuisine et dans les chambres. Ainsi, toutes les principales pièces devaient rester au rez-de-chaussée pour pouvoir mieux surveiller les enfants dans le jardin. La pièce centrale qu'étaient cuisine-salle à manger réunies, était contiguë à la buanderie pour que la ménagère puisse faire en même temps la cuisine et la lessive. Le confort domestique était orienté dans le même sens : lavabos, placards, eau courante, poêles dans toutes les pièces ; cuisinière, poêle, évier, rangement offerts dans le prix de revient. À ceux qui croiraient qu'il s'agit de ma part d'une interprétation tendancieuse, je propose de regarder les critères de choix des locataires et l'acte de location qu'ils devaient signer et respecter.

32Le plan d'urbanisme de la cité-jardin est rationnel et géométrique là où la configuration des limites du terrain le permet ; ailleurs, il est organique. La composition est classique, quelque peu formelle et porte visiblement les marques des cités-jardins britanniques et celles de Raymond Unwin. Ce plan d'urbanisme, monumental dans son unité, mais pittoresque dans les détails, est fondé sur un système d'îlots et de parcelles modernes qui annonce les méthodes du mouvement moderne en matière d'aménagement des cités-jardins de la période des réalisations dominées par les maisons unifamiliales (1890-1925). Facteurs morphologiques importants, les îlots nouveaux d'origine urbaine — sans la tradition locale où domine l'îlot allongé avec les parcelles minces et allongées du type rhénan — créés ex nihilo dans cette partie péri-urbaine des fortifications démolies, l'ont été pour assurer un regroupement rationnel des maisons unifamiliales.

33L'organisation des îlots n'était pas facilitée par la forme organique du terrain, à savoir par la délimitation des deux cours d'eau, l'Aar et l'III. Cette morphologie et la création de quatre places a fait naître dans la cité-jardin 12 îlots à dimensions différentes : quatre îlots rectangulaires, quatre îlots quadrilatères variés et quatre îlots irréguliers. La domination des deux premiers types d'îlots (93 maisons) souligne la volonté d'organisation géométrique-rationnelle des architectes. Les quatre îlots irréguliers épousent les limites du terrain dans sa forme et sa topographie. Les trois îlots qui longent l'Aar — séparés par un chemin piéton créé sur la berge — par leur jardin et par leur arrière créent une trame verte qui accentue la beauté du paysage péri-urbain.

34Le plan d'ensemble indique aussi la position de plusieurs grands arbres anciens sauvés qui se trouvent parfois à l'intérieur des îlots, dans les jardins. Par contre, un bras de l'Aar a été comblé sur le terrain de la cité-jardin. Cette transformation n'est pas préjudiciable à la cité-jardin, bien au contraire. Elle permet de créer un espace unitaire. Malgré la variété des îlots, on constate que les architectes ont élaboré de petits îlots-types ayant seulement 10 à 12 maisons, probablement pour éviter la monotonie du paysage et des maisons qui se ressemblent. L'autre caractéristique de ces îlots est qu'ils ne réunissent pas systématiquement les mêmes maisons-types ; elles sont éparpillées, au hasard dirais-je, dans l'ensemble de la cité-jardin.

  • 22 Sur ce point, les concepteurs parisiens De Rutté, Bassompierre et Sirvin ont repris la tradition l (...)
  • 23 "Un ensemble : la cité Ungemach à Strasbourg", Architectes : Bassompierre, de Rutté, Sirvin ; coll (...)

35Les historiens du mouvement des cités-jardins insistent souvent sur l'importance symbolique-esthétique de la centralité de la cité-jardin. Contrairement à la majorité des réalisations des cités-jardins centrées autour d'une place centrale pourvue d'équipements socio-culturels, les Jardins Ungemach sont centrés sur un axe majeur composé de rues et de places — la rue des Jacinthes entrecoupée par la place des Acacias — qui traverse le centre géographique du terrain dans le sens Nord-Sud.22 Il s'agit d'un tracé droit composé dans la tradition néo-classique, allant de la rivière l'Aar à l'endroit où elle épouse une ligne droite, bien au-delà des limites nord de la cité, jusqu'à une autre cité-jardin projetée, en traversant le terrain aménagé d'un Parc d'Exposition, comme le montre le Plan d'ensemble dressé par les architectes Paul de Rutté et Jean Sorg en 1927 et publié en 1935 dans la revue Architecture d'Aujourd'hui.23 C'est un document précieux qui n'a jamais jusqu'ici été étudié à Strasbourg. Il nous intéresse notamment pour deux raisons.

  • 24 Certains de ces projets, notamment celui de Paul Dopff, architecte en chef de la Ville de Strasbou (...)

36Premièrement, ce plan d'ensemble de 1927 est un des meilleurs documents urbanistiques de la cité-jardin Ungemach dont nous disposions actuellement. (Je suis convaincu que nous trouverons un jour les documents d'urbanisme manquants.) Il prouve que les architectes d'Henri Sellier s'étaient déjà intéressés au concours d'idées du Plan d'Aménagement et d'Extension de 1925, lancé par Jacques Peirotes. En effet, sur plusieurs plans présentés en 1925 par les concurrents, le plan d'ensemble de de Rutté et de Sorg est déjà présent, comme une donnée existante.24 Deuxièmement, le plan d'ensemble prouve que les architectes ont intégré la cité-jardin dans un ensemble plus vaste, en faisant un projet touchant la zone entière de 25-30 hectares, et en projetant un Parc d'exposition dans la proximité immédiate de la cité-jardin, au nord et une autre cité-jardin de 45 maisons bâties sur deux îlots rectangulaires symétriques centrés autour d'une grande place rectangulaire située dans l'axe majeur de la cité-jardin Ungemach.

37Cet axe majeur Nord-Sud, avec l'allée du Printemps qui lui est perpendiculaire et qui délimite la cité et le Parc d'exposition, semble commander le système de voirie composé des rues de 8 à 10 m de large. Si, pour la composition classique et pour les perspectives visuelles, les architectes ont créé trois rues relativement longues, avec les autres rues courtes qui rythment les îlots variés, nous avons une cité-jardin pittoresque tout à fait remarquable, où les maisons d'angle, en coupant la perspective de la rue et de la place, offrent un paysage de banlieue programmé dans la tradition pittoresque des cités-jardins britanniques et allemandes.

38Une étude plus minutieuse et rapprochée de cette partie de la Ceinture Verte créée par la loi du 21 juin 1922 montre que de Rutté et Sorg non seulement connaissaient la conception du grand architecte fondateur des cités-jardins de Letchworth et de Hampstead, Raymond Unwin, mais ils en ont appliqué les principes. Cette conception implique qu'il faut composer avec les données locales de l'environnement du projet de cité-jardin. En effet, plusieurs anciens tracés de voies, géométriques pour la plupart à cause de la nature du terrain qui est situé dans la première zone non aedificandi des anciennes fortifications démolies, ont été intégrés (comme l'Allée du Printemps) ou ont servi de référence pour le projet urbanistique de la cité-jardin.

Le choix des locataires, les règlements et les premiers habitants

  • 25 "Le loyer est calculé, sans le jardin pour la maison comme telle, à une somme inférieure d’au moin (...)

39L'espace social résidentiel de la Cité Ungemach était un espace surveillé, programmé à travers une sélection rigoureuse de la population résidentielle retenue. Les critères de choix des résidents, dûment consignés sur un formulaire et présentés aux candidats, étaient eux aussi quelque peu contradictoires et ambigus, dans la mesure où les critères natalistes bien présents étaient tempérés par des critères sociaux. Par exemple à qualité égale, par rapport aux jeunes couples ayant plusieurs enfants ou des antécédents familiaux avec beaucoup d'enfants, les couples socialement nécessiteux étaient favorisés, probablement sous la pression de la politique sociale des O.P.H.B.M. et de la Ville de Strasbourg. Ainsi, dans sa politique des loyers, la Fondation Ungemach a consigné dans ses règlements et pratiqué par la suite la règle selon laquelle les loyers devaient toujours être moins chers de 25 % que ceux pratiqués dans les locations privées à Strasbourg, pour des conditions équivalentes.25 Mais l'ensemble des critères natalistes tels que l'âge des époux, leur date de mariage, la santé des époux, les conditions particulières à l'épouse — de préférence ne pas exercer des activités professionnelles, interdiction de prendre une servante — ont nettement fait pencher la balance vers l'existence et l'influence des critères natalistes.

  • 26 E. Howard, Garden Cities of Tomorrow, London, Sonnenschein, 1902 (traduit en français en 1969, Par (...)
  • 27 M. Foucault, Surveiller et punir, la naissance de la prison, Paris : Gallimard, 1975. ; E. Goffman (...)

40Derrière les formes architecturales et urbanistiques pittoresques, régionalistes et paysagères de la forme britannique et allemande ville-campagne26, s'est dessiné un espace urbain surveillé, le concept de surveillance étant entendu ici dans le sens sociologique du terme qui a été élaboré notamment dans les travaux de Goffmann et de Foucault27. Mais cette cité-jardin contrôlée et surveillée nous rappelle, sur le plan de la prévoyance des concepteurs et de l'application rigoureuse des règlements, les projets et réalisations de cités ouvrières nés de la philanthropie patronale, nombreuses dans notre région d'Alsace. En effet, toute la vie quotidienne de la cité-jardin Ungemach était programmée, réglementée et surveillée. Il fallait par exemple une permission pour héberger un parent et un ami, même pour un court séjour. On ne pouvait sécher le linge dans le jardin, mais seulement à l'intérieur de la maison et au grenier. Toute la végétation devait être choisie à partir d'une liste prévue d'arbres et de plantes ; les abris domestiques autres que le hangar incorporé étaient interdits. Des animaux domestiques ou bêtes d'élevage étaient interdits.

  • 28 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du xi (...)

41Au-delà de la similitude de l'ordre, de la propreté, de la tempérance et de l'obéissance du modèle bourgeois de cité-jardin, était aussi inscrite dans la cité Ungemach l'idée générale paternaliste de moralisation du peuple et d'imposer des critères de style de vie bourgeois aux classes populaires et aux "classes laborieuses, classes dangereuses".28 Le plus étonnant dans cette réalisation était le fait que sous l'influence de la crise du logement de l'Entre-deux-guerres et des thèses natalistes, ce projet a pu être réalisé avec l'assentiment et l'aide d'une municipalité socialiste.

42La primauté des critères natalistes s'exprime aussi dans la composition sociologique et socio-professionnelle des premiers habitants. Mais elle n'explique pas d'une manière satisfaisante la composition particulière de cette cité-jardin : employés, petits fonctionnaires, artisans, petits patrons et très peu d'ouvriers. Certes, le succès et la qualité des Siedlungen et des cités des H.B.M. ont, sous la mobilisation des syndicats libres, des courants socialistes et du mouvement des coopératives — très puissants en Alsace à cause de la tradition allemande — drainé la quasi-totalité de la classe ouvrière vers le logement social locatif des H.B.M. Mais je n'ai pas réussi jusqu'ici à réunir des données et des hypothèses plus probantes à ce sujet. Le profil de petite bourgeoisie urbaine va cependant changer au fil des années qui précèdent 1945 et d'une façon décisive après la Deuxième Guerre mondiale, quand les critères natalistes s'estompent sans toutefois disparaître dans la politique du recrutement, sous l'influence de la date fatidique de 1950, c'est-à-dire de la fin de l'autonomie de la Fondation et son absorption par la Ville de Strasbourg qui deviendra propriétaire comme cela était prévu dans le contrat de 1923.

  • 29 "Conditions à remplir pour l'accession au bénéfice de la Fondation Ungemach", Document de deux pag (...)

43Mais le conseil municipal, dans sa séance du 9 juillet 1951, est resté solidaire avec l'ancienne politique nataliste en ce qui concerne les conditions à remplir pour l'accession au logement. Était-ce pour des raisons idéologiques ou politiques ? En tous cas, la Ville de Strasbourg et le maire démocrate Charles Frey, allié des gaullistes, ont opté pour la continuité des principes natalistes, malgré le changement de statut de la Fondation devenue organisme H.L.M. et ils ont gardé l'ancien gérant A. Dachert jusqu'à sa retraite. Cependant, le nouveau statut de logement social a permis aux habitants de rester statutairement locataires jusqu'à leur mort, à moins d'un échange entre eux et des nouveaux venus, par consentement mutuel.29

  • 30 Les cités-jardins de Mitteleuropa, Projet de Recherche retenu et financé par le Programme Interdis (...)

44La modification institutionnelle a souvent favorisé l'arrivée des jeunes couples par une espèce de cooptation dont les Offices H.L.M. municipaux ont le secret surtout dans les cités réputées pour leur communauté conviviale et stable. Mais l'attachement des anciens habitants au lieu a eu l'effet du dépérissement lent mais sûr des principes natalistes de recrutement, qui a commencé à gêner les maires de Strasbourg. Le fort sentiment d'attachement au lieu a eu l'effet bien connu du vieillissement de la population résidente. Les recensements de 1968 et 1975 que j'ai étudiés avec mes élèves de l'École d'Architecture de Strasbourg, sont à cet égard assez significatifs : 649 habitants en 1968, 579 en 1975, avec la moyenne de 1,9 enfant par ménage pour des maisons de 5-6 pièces, et malgré le changement sociologique dans la composition des ménages où nous trouvons déjà deux tiers de résidents d'origine ouvrière et d'employés. Dans les mois à venir je pourrai donner des chiffres plus récents pour l'évolution démographique et sociologique des résidents de la cité-jardin Ungemach, grâce aux recherches que j'ai commencées sur les cités-jardins du Mitteleuropa, dans le cadre du Programme Interdisciplinaire de Recherche du CNRS, PIR-Villes.30

45Sur le plan urbanistique, architectural et paysager, la cité-jardin reste de nos jours "gardenesque", pittoresque et romantique ; c'est un véritable village urbain très vert avec ses grands jardins de six ares, intimes, avec ses rues, places et passages. Deux dangers guettent les Jardins Ungemach en cette fin de siècle et pour son 70ème anniversaire : la proximité du quartier du Conseil de l'Europe et le vieillissement des habitations.

46En conclusion sur la période de fondation de la cité-jardin Ungemach, je dirai que cet établissement humain à l'échelle humaine si remarquable est un projet urbain quelque peu contradictoire pour ce qui est de son origine : discutable sur le plan social en tant que projet social nataliste, mais incontestablement réussi sur le plan urbanistique, architectural et paysager, en tant que cité-jardin péri-urbaine au départ, devenue cité-jardin intra-urbaine avec la croissance de Strasbourg. Mais même sur le plan social, l'évolution ultérieure a considérablement atténué les ambiguïtés de son origine, grâce à la municipalisation intervenue à partir de 1951, mais prévue dès le départ, par son entrée dans l'Office HLM de Strasbourg, date à partir de laquelle elle a pu ouvrir ses maisons à la population locale des logements sociaux.

47L'œil exercé découvre dans cette cité-jardin — où il est très agréable de se promener et de nombreux Strasbourgeois en profitent — une certaine désuétude, structurelle dirions-nous, qui guette toutes les réalisations sociales, même de cette qualité. Sa réhabilitation et sa modernisation venant très tardivement — il faut féliciter la Municipalité actuelle et son adjoint au Maire chargé de l'O.P.H.L.M. devenu CUS-Habitat depuis 1993 qui ont commencé enfin les travaux nécessaires — la cité-jardin Ungemach a été, elle aussi, victime des interventions souvent faites sans tenir compte des caractéristiques architecturales et urbanistiques d'origine : chien-assis mal adaptés, deux ou trois sortes de tuiles différentes, remplacement des clôtures en haies par des murs maçonnés très haut, garages plus que contestables,... Mais surtout de nombreuses maisons attendent une réhabilitation. Sans freiner les initiatives des habitants, il faudrait aussi élaborer des programmes pour les transformations intérieures nécessaires en ce qui concerne la composition d'origine des pièces. Les grandes surfaces qu'offrent les combles et les vides sanitaires donnent une possibilité remarquable de modernisation et une flexibilité qui manque souvent dans les réalisations actuelles. Cette cité-jardin met au défi l'imagination la Ville et de son Office, et il conviendrait de relever ce défi très rapidement.

  • 31 Le Parc de l’exposition, qui accueille notamment les Foires européennes du printemps et d'automne (...)

48La cité-jardin se trouve actuellement dans une zone de développement des institutions européennes et c'est dans sa proximité immédiate que s'érige le nouveau Parlement de la Communauté Européenne Unie. Souhaitons que cette réalisation de prestige puisse apporter à la cité Ungemach un programme d'intervention, de réhabilitation et de modernisation plus rapide et écarter le danger de la modification sociale de ce quartier populaire. Coincée déjà au nord par le Parc d'exposition très à l'étroit et dont le déplacement projeté dans les années 1970-1980 est de nouveau retardé31, elle est prise en tenaille entre les projets de grande envergure qui risquent, sinon de l'étouffer, du moins de la ceinturer par des quartiers tertiaires. Il faudrait penser, dans ce secteur en expansion, à moduler le tissu urbain non seulement par des réalisations de bureaux, mais aussi par de l'habitat urbain populaire. À ce sujet, l'idée des concepteurs de la cité-jardin de créer une autre cité-jardin pourrait utilement inspirer nos urbanistes actuels.

49Réalisation de qualité d'une époque remarquable, celle du grand bâtisseur de Strasbourg Jacques Peirotes, la cité-jardin Ungemach constitue désormais un patrimoine urbain précieux et en tant que tel, elle devrait être mieux protégée et réinventée. Née à la confluence des projets sociaux philanthropiques et du socialisme municipal, elle pourrait utilement nous inspirer pour œuvrer pour une ville et une vie urbaine plus démocratiques, plus justes, plus humaines et aussi plus belles.

Notes

1 S. Jonas, "Strasbourg 1900, ville de frontière et d'innovation, 1890-1918" in Revue des Sciences Sociales de la France de l'Est, no 19, Strasbourg, 199/192, p. 13-30.

2 A. Wahl, "L'Alsace contemporaine 1871-1939", Wettolsheim : Ed. Mars et Mercure, 1977, t. VII, p. 127 et suite. Sur une population locale de 178 964 personnes, le Statistisches Jahrbuch für Elsass-Lothringen 1907-1913, Strasburg, donne 34 % d'Allemands. Les étrangers : Suisses, Luxembourgeois, Italiens et Français ne constituent que 2,6 % de la population de la ville. Les Français sont minotaires parmi ces étrangers.

3 S. Jonas, "La création de la cité-jardin du Stockfeld à Strasbourg, 1907-1912" in R. Hudemann, R. Wittenbrock (Ed.), Stadtentwicklung im deutsch-französisch-luxemburgischen Grenzraum (19. u. 20. Jh) - Développement urbain dans la région frontalière France-Allemagne-Luxembourg (19e et 20e siècles), Saarbrücken : Saarbrücker Verlag, 1991, p. 199-236.

4 O. Nicoulaud, "Cités-jardins", in AMC, no 34, Paris, 1974, p. 10-25 ; A. Cottereau, “Les débuts de la planification urbaine dans l'agglomération parisienne", in Sociologie du Travail, no 4, 1970, Paris, Seuil, p. 362-392 ; H. Sellier, "La crise du logement", Paris : 1921 ; R. Castro, "La cité-jardin de Suresnes. Henri Sellier : un maître d'ouvrage et une leçon d'architecture" in Revue de l'Habitat Social, no 8, 1976, p. 67-68 ; H. Sellier, "La cité-jardin du Grand Paris", in Vie Urbaine, 2e année, 1920, Paris ; Th. Roze, "Les cités-jardins de la Région d'Ile-de-France", Cahiers de l'IAURIF, mai 1978.

5 D. Durand de Bousingen, "L'architecture strasbourgeoise de 1903 à 1918, Styles, Écoles, Hommes", Annuaire de la Société des Amis du Vieux-Strasbourg, t. XV., Strasbourg, 1983, p. 59-80 ; R. Antonelli, D. Munck, "La question urbaine : les réalisations de Paul Dopff", Mémoire des travaux d'élèves, (directeur de recherche : S. Jonas), École d'Architecture de Strasbourg, 1990.

6 E. Martin, Inventaire des archives contemporaines et administratives de la Ville de Strasbourg, 1789-1960, 5 vol., Strasbourg, 1961. Vol III et IV. Les Jardins Ungemach, fondation approuvée par arrêté du Commissaire Général de la République, no 5 799 du 22 janvier 1920.

7 J. C. Richez, L. Strauss, F. Igersheim, S. Jonas, Jacques Peirotes et le socialisme en Alsace, 1869-1935, Strasbourg : BF Éditions, 1989.

8 Concours international pour l'établissement d'un plan général de développement de la ville et aménagement des terrains déclassés, Strasbourg : 1923, Archives de la Ville de Strasbourg.

9 P. G. Gerosa, S. Jonas, Le Corbusier, Europe et Modernité, Budapest : Éditions Corvina, 1991, p. 156-157.

10 S.F.U., Où en est l'urbanisme en France et à l'étranger ? Paris : Léon Eyrolles Éditeur, 1923. Le congrès était organisé en commun par la Société Française des Urbanistes (SFU) et la Ville de Strasbourg. Le bureau du congrès était présidé par le député-maire socialiste Jacques Peirotes. Voir aussi son discours intitulé : Le problème de logement et d'intervention de la Ville de Strasbourg, op. cit., p. 435-444.

11 Contrat entre la Ville de Strasbourg et la Fondation Les Jardins Ungemach, approuvé par le Préfet du Bas-Rhin. Archives municipales de Strasbourg, Dossier Ungemach. Le contrat a été signé par J. Peirotes, maire de Strasbourg et A. Dachert, vice-président et gérant des Jardins Ungemach.

12 Gustave Oberthur (1872-1965). L'architecte alsacien et strasbourgeois, issu d'une famille d’éditeurs et de graveurs de renom, était considéré par le grand architecte en chef de la Ville de Strasbourg, Fritz Beblo, comme un des cinq architectes alsaciens de la période allemande 1890-1918. Architecte influent, il a beaucoup construit pendant la période allemande à Strasbourg et ailleurs : (kleine Metzig, 1898 ; villas Martzolff, Baumann et Pfiffe (1900-1904) ; l'église protestante de Cronenbourg, 1905 ; la Chambre des Métiers à Metz, 1906 ; le théâtre de Sainte Marie-aux-Mines, 1905 ; les magasins Goldschmidt sur la Place Kléber en 1906 ; la Caisse de Maladie, rue de Lausanne, 1912. Après 1918 : HBM, avenue de la Forêt Noire, 1921 ; La Caisse d'Assurance des Employés, 1924 ; le Nouvel Hôtel, 1926 ; l'immeuble "Gaz de Strasbourg", 1932.) Outre D. Durand de Bousingen, op. cit., voir aussi A. Messmer, Oberthur Gustave in Encyclopédie d'Alsace, vol. 9, Strasbourg, 1985.

13 Paul Dopff (1885-1965). Originaire de Riquewihr, né dans la famille connue des viticulteurs, après avoir fait ses études d'architecte à Karlsruhe et à Munich, il entre en 1912 comme architecte à la Ville de Strasbourg, grâce à Fritz Beblo. En 42 ans, il a servi sous cinq maires : Schwander, Peirotes, Hueber, Frey et Altorffer. En 1927, il est nommé architecte des Monuments historiques et en 1928 Peirotes le nomme architecte en chef du Service d'Architecture de Strasbourg. En 1939-1940, il est attaché à la Préfecture de Dordogne et en 1948, il est nommé Directeur Général des Services Techniques Municipaux. Une des grandes figures strasbourgeoise de la jeune génération alsacienne formée en Allemagne, qui introduit avec succès à Strasbourg les Siedlungen de l'Entre-deux-guerres, qui avec les quelque 4 000 logements construits par Dopff sont un patrimoine architectural et urbanistique unique en France. Parmi les autres réalisations strasbourgeoises, citons encore : la partie de la rue de la Division Leclerc de la Grande Percée, le Parc des Expositions du Wacken (voisin de la cité Ungemach), la finition du Crématoire du cimetière Nord (conçu et commencé par F. Beblo), le Palais de la Bourse, quatre bains populaires, plusieurs écoles et lycées.

14 Loi relative au déclassement de l'enceinte fortifiée de la Ville de Strasbourg du 21 juillet 1922, parue dans le Journal officiel du 27 juillet 1922, p. 7810-7811. La promulgation de cette loi a été obtenue par le maire Jacques Peirotes. La première zone de servitudes militaires déclassée sera grevée d'interdiction de bâtir, donc non aedificandi, dans l'intérêt de l'hygiène et de la salubrité publique — le terrain à bâtir du projet Ungemach est situé dans cette zone — la loi prévoyait toutefois dix dérogations pour éviter qu'un schéma d'urbanisme rigide ne soit imposé au développement de Strasbourg. Une de ces dérogations concernait la possibilité d'y construire des logements sociaux, au maximum 10 % de la surface du terrain.

15 Programme du "Concours des Jardins Ungemach", daté du 10 mars 1923, signé par le Conseil d'Administration des Jardins Ungemach, Archives de la Ville de Strasbourg.

16 Lettre de l'architecte G. Kraft, habitant au 6 rue Stoecker, Strasbourg. Dossier des Jardins Ungemach, Archives Municipales de Strasbourg.

17 S. Jonas "La politique urbaine et du logement de Jacques Peirotes, député-maire socialiste de Strasbourg", Revue des Sciences Sociales de la France de l'Est, no 15, 198687,/ p. 143-150. Voir aussi : O.P.H.B.M. de Strasbourg, Dix années d'activité : les réalisations de l'Office Public d'Habitation à Bon Marché de la Ville de Strasbourg, Paris : Éditions de la Société Française d'Éditions d'Art, 1935 ; Préface de Jacques Peirotes, Président de l'Office.

18 Une lettre datée du 15 mars 1923 écrite par la Fondation Jardins d’Ungemach est adressée à la Mairie pour lui réserver 600 m2 dans le Pavillon Joséphine de l'Orangerie pour 100 projets de concours. La requête a été acceptée (Archives de la Fondation).

19 Pour l'histoire de cette dynastie d'architectes illustres, voir notamment les travaux importants menés avec la collaboration des héritiers d'origine suisse, par l'historien mulhousien, le regretté Louis Abel, et le numéro du Bulletin de la Société Industrielle de Mulhouse (BISM), no 82, 3/1991, consacré aux grandes demeures mulhousiennes des xviiie et xixe siècles, dirigé par Louis Abel.

20 Réalisée selon les plans urbanistiques de Jean SORG pour la partie non construite de 6 ha de la cité-jardin du Stockfeld (1912) à Neudorf, dans le faubourg Sud de la Ville de Strasbourg, la cité-jardin Alexandre Ribot construite entre 1930 et 1932 est une réalisation remarquable de la Ville de Strasbourg. Les six hectares entièrement réalisés par la municipalité, ont servi d'essai pour une cité-jardin de 200 maisons avec accession à la propriété pour ouvriers et employés, où le crédit de financement a été garanti par la Ville qui a donné des assistances architecturales gratuites aux habitants, assurées par Jean Sorg.

21 Voir aussi : Anne Staub, Cités-jardins à Strasbourg, Mémoire de diplôme d'architecture, Paris, 1976.

22 Sur ce point, les concepteurs parisiens De Rutté, Bassompierre et Sirvin ont repris la tradition locale strasbourgeoise, notamment celle utilisée par l’architecte strasbourgeois Édouard Schimpf pour sa cité-jardin du Stockfeld à Strasbourg, réalisée en 1910 pendant la période allemande. Voir à ce sujet S. Jonas, La cité-jardin du Stockfeld à Strasbourg, op. cit., sous-chapitre : "Stockfeld, un faubourg-jardin original", p. 217-227.

23 "Un ensemble : la cité Ungemach à Strasbourg", Architectes : Bassompierre, de Rutté, Sirvin ; collaborateur : J. SORG, in Architecture d'Aujourd'hui, no 1, 1935, p. 79-81. Il est à remarquer que le Parc d’exposition du Wacken, réalisé plus tard, a gardé dans ses lignes le projet de de Rutté et de Sorg.

24 Certains de ces projets, notamment celui de Paul Dopff, architecte en chef de la Ville de Strasbourg, ont été publiés dans les Actes du colloque Le Projet Urbain dans l'histoire de Strasbourg, plaquette, Agence d'Urbanisme pour l'Agglomération Strasbourgeoise, 1981, Feuille : "Contrôle du territoire 1919-1939".

25 "Le loyer est calculé, sans le jardin pour la maison comme telle, à une somme inférieure d’au moins 25 % au loyer mensuel pour des logements analogues situés à l'intérieur de la ville", in G. Guiraud, R. Figeac, Le problème de l'habitation ; enquête faite à Strasbourg du 8 au 13 janvier 1925, Plaquette de l’Union des Syndicats Ouvriers Confédérés de la Région Parisienne, Paris, 1925, p. 22-23. Le Secrétaire Syndical G. Guiraud et le rédacteur du journal Le Peuple, R. Figeac, qui soulignent dans leur enquête la qualité sanitaire, constructive et de confort domestique exceptionnelle des maisons de la cité-jardin d’Ungemach, se taisent pudiquement sur son aspect nataliste.

26 E. Howard, Garden Cities of Tomorrow, London, Sonnenschein, 1902 (traduit en français en 1969, Paris : Dunod) ; R. Unwin, Town Planning in Practice. An Introduction to the Art of Designing Cities and Suburbs, London : Fischer-Unwin, 1909 (Étude pratique des plans de ville... Paris : Equerre, 1981) ; Th. Fritsch, Die Stadt der Zukunft, 1896 ; H. Kampffmeyer, Die Gartenstadtbewegung, Leipzig : 1909.

27 M. Foucault, Surveiller et punir, la naissance de la prison, Paris : Gallimard, 1975. ; E. Goffmann, Asiles, Paris : Éditions de Minuit, 1972.

28 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du xix e siècle, Paris : L.G.F., 1978.

29 "Conditions à remplir pour l'accession au bénéfice de la Fondation Ungemach", Document de deux pages non daté du Service Municipal des Domaines de la Ville de Strasbourg, Archives Ungemach.

30 Les cités-jardins de Mitteleuropa, Projet de Recherche retenu et financé par le Programme Interdisciplinaire de Recherche sur la Ville PIR-Villes, CNRS, 1993, Responsable scientifique : S. Jonas, avec des chercheurs et enseignants du Laboratoire de Sociologie de la Culture Européenne, URA no 222 CNRS Strasbourg et de l'École d'Architecture de Strasbourg.

31 Le Parc de l’exposition, qui accueille notamment les Foires européennes du printemps et d'automne de Strasbourg, est à l'étroit et manque d'espace. Son déplacement vers une zone péri-urbaine est d'actualité depuis de nombreuses années. Puisque son terrain est situé dans la Ceinture Verte de Strasbourg, il pourrait facilement devenir une zone d'habitation de type moderne, quartier vert, de préférence populaire.

Table des illustrations

Légende Plan d'ensemble de la cité Ungemach. Architectes : Bassompierre, de Rutté, Sirvin.Collaborateur : J. Sorg.Source : Architecture d'Aujourd'hui, no 1, 1935, p. 79-81.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15342/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Les "Jardins Ungemach", à Strasbourg — Façade du type B.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15342/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Les "Jardins Ungemach", à Strasbourg — Façade du type C.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15342/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende Les "Jardins Ungemach", à Strasbourg — Façade du type C.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15342/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre La cité-jardin d'Ungemach
Légende Sources : Archives Municipales de Strasbourg, S. Jonas.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15342/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

Auteur

Professeur de sociologie urbaine, Strasbourg

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540