Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Première partie. Milieux producteurs et systèmes nationaux

Les banlieues-jardins de M. Keppler

Sophie Rousseau

Texte intégral

1Au lendemain de la Première Guerre mondiale, on assiste à Amsterdam à une floraison de banlieues-jardins. L'exposé se propose de vous faire découvrir cette production de logements sociaux, souvent occultée par les spectaculaires réalisations de l'"École d'Amsterdam".

2Il tentera de vous démontrer la relation de cause à effet qui relie les conséquences directes d'un conflit et les options urbaines, architecturales et constructives qu'elles développent. Une analyse détaillée de certains exemples vous exposera les innovations tant techniques que sociales, qui ouvrirent de nouveaux horizons à la délicate question du logement des plus démunis ; un domaine dans lequel aujourd'hui encore, les Pays-Bas peuvent revendiquer un indéniable savoir-faire.

  • 1 Les livres suivants étudient l'économie des Pays-Bas pendant la guerre de 1914-1918 :
    G. H. Bousque (...)

3Contrairement aux idées reçues, malgré la neutralité pour laquelle optent les Néerlandais, la guerre entraîne une catastrophe économique. Du jour au lendemain toutes les communications avec les colonies du Sud-Est asiatique sont interrompues et certains produits disparaissent du marché comme le tabac, le café ou le thé. Le rationnement entre en vigueur le 19 septembre 1916 et, comme d'habitude en de telles circonstances, certains spéculateurs s'enrichissent de la pénurie, surtout aux frontières. C'est presque la famine à Amsterdam et on voit des émeutes éclater lors de distributions de pommes de terre.1

4Le conflit provoque également un remaniement de l'échiquier politique. Alors que seuls 68 % des hommes ont le droit de vote en 1913, pour calmer les esprits, ce droit est accordé, en 1917, à l'ensemble de la population masculine, et en 1919, aux femmes ; une mesure grâce à laquelle le parti socialiste néerlandais, le S.D.A.P., doublera ses effectifs et passera de 10 000 adhérents en 1911, à 26 000 en 1919.

5Le secteur du bâtiment subit aussi les contrecoups du conflit mondial qui s'éternise. Cette situation vient contrarier les ambitieux plans que le nouveau conseil municipal socialiste d'Amsterdam s'était fixés en matière de logement.

6Comme dans le reste de l'Europe, l'industrialisation a eu de néfastes conséquences sur les conditions de vie des ouvriers en milieu urbain. Dès le milieu du xixe siècle, de nombreux rapports dénoncent les conditions de vie inhumaines qu'endurent les plus défavorisés. En 1855, le rapport du KIVI (le comité royal des ingénieurs) commandé par le roi Guillaume III qualifie les taudis ouvriers de véritables "trous à rats". En 1873, l'enquête de la commission municipale de la santé établit qu'à Amsterdam une personne sur treize habite une cave !

7Légiférer s'impose et la loi sur le logement est votée en 1901. La "Woningwet", oblige chaque municipalité à éditer un "règlement sur la bâtisse", sous la responsabilité d'un service de la construction, auquel devront dorénavant se conformer toutes les nouvelles constructions. Les villes de plus de 10 000 habitants ou ayant augmenté leur population de plus de 20 % dans les cinq dernières années, devront se doter d'un, plan d'extension et le renouveler tous les dix ans. De plus, la loi autorise l'État à avancer de l'argent, à faible taux d'intérêt (3 %), aux communes et aux associations à but non lucratif désireuses de construire de l'habitat social.

8Bien que cette loi ait, sans conteste, stimulé la production de logements sains pour ouvriers, à la veille de la guerre, le surpeuplement est manifeste et la crise du logement loin d'être enrayée. En 1915, les vingt associations de construction d'habitations ouvrières que compte Amsterdam, ont à leur actif 3 864 logements. Malheureusement, à l'encontre de taudis insalubres, l'interdiction absolue d'habiter a été prononcée, sans hésitation, 3 739 fois entre 1904 et 1915.

9C'est à la commission municipale de la santé qu'incombe la lourde tâche de signaler les locaux insalubres. Au sein de cette instance, Florentinus Marinus Wibaut (1859-1936), le Henri Sellier d'Amsterdam, débute sa carrière. Né à Vlissingen, dans une famille bourgeoise très catholique, il a d'abord voulu être prêtre. Après des études de commerce, il entre dans une firme de négoce international, voyage beaucoup et développe un intérêt croissant pour les problèmes sociaux de son époque. Il découvre le socialisme de la "Fabian Society" et, après avoir soutenu financièrement des mouvements de grève, s'inscrit en 1897, avec sa femme, au parti socialiste néerlandais. Sept ans plus tard, il s'installe à Amsterdam, la ville "rouge". Élu au conseil municipal en 1907, Wibaut devient membre de la commission de la santé et visite de nombreux taudis.

10Les locataires des logements déclarés inhabitables ne trouvent pas toujours à se reloger. Une statistique de 1911 indique que 76 % des familles trouvent un logement de meilleure qualité mais plus cher. Pour 22 %, d'entre eux, ça ne change rien et pour 2 % c'est même pire.

11Tant qu'on n'offrira pas de loyers, non sur la base de la dimension des logements mais sur les capacités réelles de paiement d'une famille ouvrière, on n'aura rien fait pour résoudre le problème. C'est la position que Wibaut défend devant le l0ème Congrès International des H.B.M. de La Haye, en septembre 1913. Dès 1911, les sociaux-démocrates du conseil municipal d'Amsterdam proposaient que la ville prenne en charge la construction de logements à bas prix.

12Toujours sous la pression des militants du S.D.A.P., la ville se dote d'un adjoint au maire chargé du logement et, en mars 1914, Wibaut s'installe à ce poste clé. Un premier plan de construction de 2 000 logements est étudié. Après examen approfondi, il est élargi à 3 500 et complété par une programmation annuelle supplémentaire de 800 logements jusqu'en 1922. Le jour où Wibaut doit soumettre ce dossier au conseil municipal, la Première Guerre mondiale éclate. Contre l'avis du Maire, Wibaut refuse l'ajournement de la séance et réussit le tour de force de faire adopter le projet. La majorité du conseil est désormais acquise à la "municipalisation" du problème du logement, dont Wibaut a su être un porte-parole efficace.

13Pour assumer ces nouvelles tâches, la ville crée, le 25 juin 1915, un service du logement, le "woningdienst", distinct de celui de la construction. À sa tête, est nommé l'ingénieur Arie Keppler (1876-1941), beau-frère de Wibaut ; une fonction qu'il occupera jusqu'à sa retraite en 1937. Ce département, qui emploiera 222 personnes en 1920, est responsable de l'entretien courant du parc municipal de logements. Il établit des plans types, retravaillés ensuite par les architectes qu'emploient les associations. Ceux-ci en dessinent les façades, afin d'obtenir l'agrément de la commission de la beauté, la "Schoonheidcommissie", qui gère depuis 1915 la qualité architecturale de toutes les constructions neuves de la ville.

14Pour faire face aux problèmes d'approvisionnement en matériaux de construction, à l'entretien du parc des logements existants et à la pénurie d'investissement des capitaux privés dans la construction, des mesures inédites sont prises. La ville d'Amsterdam conclut un traité avec les sociétés de construction par lequel elle s'engage à payer, pendant cinq ans, les frais de majoration résultant des circonstances. Pour protéger de la spéculation outrancière les petites gens, une loi interdit, en 1917, l'augmentation des petits loyers sans autorisation de la commission nouvellement nommée chargée de cette question.

15La tâche prioritaire du nouveau service du logement est le relogement des réfugiés. Ils viennent de Belgique ou ont tout perdu à la suite de la rupture de la digue du Zuyderzee dans la nuit du 13 au 14 janvier 1916. Pour eux, il n'y a rien à louer à Amsterdam. Seuls 316 logements, soit 0,23 % du parc immobilier de la ville, sont libres à cause de leur loyer exorbitant.

16Il faut construire de toute urgence pour ces populations en détresse. Wibaut et Keppler se résolvent à contrecœur à construire du provisoire. Un terrain, situé au nord de la ville, qui était destiné à devenir un parc, est choisi. On y réalise, en quatre mois, 306 logements, une boutique, cinq garages à charrettes et un poste de pompiers. En 1917, Le village de "Obelt", surnommé les "caisses à oranges" de Wibaut, abrite dans des baraques 1 625 personnes dont 624 enfants. L'année suivante une deuxième tranche sort de terre. L'ensemble sera utilisé pendant douze ans et ses derniers habitants le quitteront en août 1929.

Cité d'urgence de Obelt (1917).

17Faute de matériaux lourds, on se rabat sur les techniques du bois pour la construction de ces baraquements démontables. Ils ne sont pas fondés sur pieux comme le veut la tradition, mais érigés sur une simple chape de béton. Cette technique ne permet pas la construction de plus d'un étage et impose de ce fait une échelle très appréciée par la population.

18Dans la même perspective de "provisoire", entre 1919 et 1923, deux autres villages sont réalisés : "Vogeldorp" (le village des oiseaux) et "Disteldorp" (le village des chardons).

  • 2 Il s'agit des communes de Sloten, Buiksloot, Nieuwendam, Ransdorp, Watergraafsmeer, ainsi que des (...)

19En 1921, des communes limitrophes d'Amsterdam sont annexées2. Pour les responsables du développement de la ville un dilemme se pose : choisir entre une extension concentrique ou un réseau de cités-jardins ; un problème auquel vont s'atteler deux commissions. La première, la "Groot-Amsterdam commissie" instaurée en 1921, est chargée de trouver une solution globale à l'extension de la ville. La seconde, la "Tuinstadcommissie", doit étudier, en 1923, l'intérêt et la possibilité de concevoir une ou plusieurs cités-jardins autour de la ville. Aucune décision ne tranchera la question, ni, en 1926, lorsque le schéma directeur du Grand Amsterdam (Schemaplan Groot-Amsterdam) est publié, ni lors de la parution, en 1929, du rapport de la commission sur les cités-jardins (Tuinstadcommissie).

20Le concept de cité-jardin n'est pas inconnu des Néerlandais. L'introduction des idées de Howard est due aux travaux du pasteur J. Bruinwold Riedel. En 1906, il avait publié Tuinsteden, un ouvrage très abondamment illustré qui expose le concept de cité-jardin anglais et présente ses premières adaptations européennes. Mais aux Pays-Bas, comme dans le reste de l'Europe, des industriels éclairés comprirent bien avant l'énoncé du concept de cité-jardin de Ebenezer Howard, tout le parti qu'ils pourraient tirer de la construction de logements sains pour leurs employés. Et les Pays-Bas comptent, tout comme ses voisins européens, plusieurs de ces précurseurs des cités-jardins.

21La plus fameuse colonie patronale est, sans conteste, celle du fabricant de levure J. C. Van Marken. En 1884, il demande au paysagiste J. D. Zocher de lui établir les plans d'un lotissement structuré autour d'un jardin anglais, qui devront articuler, dans une même cité, sa propre villa, des cottages destinés à ses ouvriers, une école, un théâtre et une coopérative. Ce projet paternaliste, du nom d"Agneta park", fut réalisée à Delft. Il compte 86 logements répartis en cinq types. L'architecte est un certain F. H. L. Kerkhoff. Malgré le confort rarissime que ses logements offrent pour l'époque, les ouvriers sont très réticents à y vivre, l'implantation de la villa du patron au cœur du quartier n'y est probablement pas étrangère.

22Van Marken ne sera pas le seul à loger ses ouvriers. L'industriel de la faïence, M. Regout à Maastricht ou Philips à Eindhoven, pour ne citer que les plus connus, adoptèrent également cette solution.

23Le 28 juillet 1913 à Rotterdam, la première association de cités-jardins aux Pays-Bas est fondée, à l'initiative de quelques banquiers et hommes d'affaires. Parmi eux se trouve K. P. Van der Mandele, le futur président de la société, qui lancera l'opération de la célèbre cité "Vreewijk" à Rotterdam. En 1918 est créé, au niveau national, un lieu de débat sur les rapports entre la question urbaine et le logement social. C'est le "Nederlandsch Institut voor Volkshuisvesting en Stedebouw" qui publie, à partir de 1920, la revue Tijdschrift voor Volkshuisvesting en Stedebouw. La même année, l'ouvrage de G. Feenstra paraît à Amsterdam. Tuinsteden en voklshuisvesting in Nederland en buitenland (cités-jardins et logement social aux Pays-Bas et à l'étranger). Il résume les connaissances en matière de législations et conceptions de logement ouvrier, décrit les cités néerlandaises déjà réalisées et présente des exemples français, britanniques et allemands. Des expériences que l'on devrait pour être plus exact qualifier de banlieues-jardins, car elles n’ont pas de réelle autonomie économique comme le préconise Howard. Elles ne sont souvent que des extensions périphériques de grandes villes ou des banlieues-dortoirs à l'ombre de grands centres urbains.

  • 3 Jan Hendrik Mulder, né à Amsterdam, est un architecte "rouge" typique. Son travail reste souvent d (...)
  • 4 Berend Tobia Boeyinga, né à Noordscharwoude, sera lui aussi, de 1921 à 1926, un des piliers de l'é (...)

24Ce sera le cas du nouvel ensemble "semi-permanent" que les élus d'Amsterdam décident de construire sur les territoires annexés. L'opération de la banlieue-jardin de Oostzaan est confiée aux architectes du Woningdienst Jan Hendrik Mulder3 (1888-1960) et Berend Tobia Boeyinga4 (1886-1969). Bien que d'une qualité supérieure aux baraquements d'Obelt, il ne devrait pas durer plus de trente-cinq ans. Le contexte économique n'ayant guère évolué, ils reprennent la technique de la chape de béton sur laquelle on monte une ossature en bois avec un remplissage en brique.

25Le lotissement, réalisé entre 1922 et 1924, se compose d'une première tranche de 1 000 logements et d'une seconde de 320. On y trouve également 36 boutiques, 2 écoles primaires, une bibliothèque, un dispensaire, un poste de secours des sapeurs pompiers, des espaces verts et des terrains de jeux.

  • 5 Jan Boterenbrood, né à Nieuwer-Amstel, débuta sa carrière à l’agence de Van Epen, une star méconnu (...)

26Le rationalisme de son plan masse contraste avec l'expressionnisme des réalisations des architectes de l'École d'Amsterdam. Un agréable compromis sera trouvé pour la banlieue-jardin de "Nieuwendam", sans nul doute la plus réussie de toutes. Construite entre 1924 et 1927, elle a l'ambition de durer. Elle est l'œuvre des architectes Jan Boterenbrood5 (1886-1932) et Berend Tobia Boeyinga.

27Une série de porches rythment les limites d'un mail planté d'arbres qui forme l'épine dorsale du quartier. En tête d'axe, des commerces sont regroupés autour d'une pelouse fleurie et dessinent la place principale. Tout comme Oostzaan, Nieuwendam se compose principalement de maisonnettes, avec les pièces communes au rez-de-chaussée sur jardin et les chambres à l'étage. Cependant les logements disposent d'un élément de confort rare pour l'époque, une douche.

28On peut également signaler, de la même époque, la cité de "Buiksloterham" (1926-1929), avec ses 1 468 logements, et la cité "het Blauwe Zand" avec ses 804 logements.

29Ces constructions furent indispensables mais insuffisantes. Il manque toujours des milliers de logements. La nécessité de trouver un matériau économique qui pourrait se substituer à la brique, dont la rareté fait flamber le prix, préoccupe les responsables de la production du logement social d'Amsterdam. A la recherche de solutions concrètes, Keppler et l'ingénieur V. Jockin décident de faire un voyage d'étude en Grande-Bretagne afin de se documenter sur l'emploi d'un nouveau produit dont on dit le plus grand bien : le "béton". La pénurie de matériaux de construction et le prix exorbitant de la brique, les salaires élevés des maçons qualifiés et le manque de main-d’œuvre qualifiée, ainsi que la terrible crise du logement et l'urgence de l'action sont autant de paramètres en faveur de l'emploi de ces nouvelles techniques.

30À leur retour en 1920, les deux hommes publient un rapport intitulé "Nieuwe Woningbouwsystemen" (de nouveaux systèmes de construction de logements) et convainquent le conseil municipal de la ville de se lancer dans l’expérimentation. Une première expérience est tentée. L'emploi de techniques allemandes est testé sur quelques logements de la cité de Oostzaan, alors en construction. Deux doubles logements dans le passage entre la Castorplein et la Castorstraat, no 5-7 et 6-8, sont réalisés, ainsi que deux séries de 8 logements en bordure de la place des no 7 à 21 et 8 à 22. Satisfaite du résultat, la municipalité décide de passer à une expérimentation à grande échelle.

Leg : les logements de Van Loghem dans le village béton d'Amsterdam, photo de 1925.

31Le terrain choisi se situe sur les territoires annexés de la commune de Watergraafsmeer, un ancien polder crée en 1629.

32En 1907, cette commune s'était dotée d'un plan d'extension prévoyant l'installation de 200 000 habitants. De cet ambitieux projet dessiné par les architectes P. Vorkink (1878-1960) et J. Ph. Wormser (1878-1935), à l'inspiration très britannique, seule la partie sur laquelle s'implantera le futur complexe verra le jour. En 1918, la municipalité confie à Jan Gratama (1877-1947) et, à son associé depuis 1914, G. Versteeg, le soin de revoir le plan d'extension de 1907. Ils apportèrent quelques petites modifications çà et là, mais conservèrent l'esprit général du projet de leurs prédécesseurs. Avant toute chose, cette cité sera un fabuleux terrain d'expérimentation pour la construction de logements économiques en béton.

33En décembre 1921, une annonce est publiée dans un certain nombre de journaux professionnels invitant les fabricants et les constructeurs de logements en béton à communiquer au "Woningdients" des informations détaillées sur les caractéristiques de leurs brevets. 45 réponses sont réceptionnées. Après une étude sérieuse, 18 sont sélectionnées. Un devis pour la réalisation de 50 logements leur est demandé et sept entreprises sont finalement retenues. C'est ainsi que commence l'aventure du "village béton".

34La construction des 900 logements, qui démarre en janvier 1923, permet aux entreprises choisies de tester 10 techniques différentes, réparties selon trois grands groupes :

  1. Les méthodes de type "Gietbouw", techniques de béton coulé, mises en œuvre sur le chantier, produisant des structures monolithiques : KOSSEL, KORRELBETON, NON PLUS ;
  2. Les méthodes de type "Montagebouw", systèmes à base d'éléments préfabriqués de taille variable (pan de mur, etc.) nécessitant une planification rationnelle des travaux : BRON, HUNKEMÖLLER, BIMS BETON BOUW ;
  3. Les méthodes de type "Blokkenbouw", systèmes de blocs (parpaing, etc.) utilisant une mise en œuvre très proche de celle de la brique traditionnelle : OLBERTZ, ISOTHERME, WINGET.
  • 6 Jan Gratama, né à Groningen, fait ses études au T.H. de Delft (1896-1902), collabore avec Berlage (...)
  • 7 Dick Greiner, né à Amsterdam, est un autodidacte et travaille à l'agence de Gratama et Versteeg.
  • 8 Willem Greve, né à Bruiksloot près d'Amsterdam, travaille à partir de 1914 pour le service de l'ur (...)
  • 9 Johannes Bernardus Van Loghem, né à Haarlem, est diplômé du T.H. de Delft. Ces logements sociaux d (...)

35L'architecture du "village béton" réunit les compétences de neufs architectes, chacun d'entre eux testant les potentiels architecturaux d'un procédé. Parmi les plus fameux on notera : Jan Gratama (1877-1947)6, Dick Greiner7 (1891-1964), Willem Greve8 (né en 1880) et Johannes Bernardus Van Loghem9 (1881-1940). Si la technique employée par chaque architecte est connue (voir annexe), on ne sait malheureusement rien sur la manière dont s'est effectuée cette répartition architecte/procédé.

Vue aérienne de la banlieue-jardin de Oostzaan (1922-24) des architectes J.H. Mulder et B.T. Boeyinga.

36Bien que Rotterdam, La Hague ou Utrecht se soient lancés, dès 1921, dans l'expérimentation de la construction de logements en béton, le village béton d'Amsterdam en est, sans doute, l'un des plus beaux exemples européens.

37Dans ces années vingt, un autre problème préoccupe les élus : le logement des "Ontoelaatbare gezinnen" (les familles "non-admissibles" - les "marginaux"). Le "règlement sur la bâtisse", entré en vigueur à Amsterdam en 1905, définit le caractère d'insalubrité d'un logement et permet son interdiction à la location, parfois même sa démolition. Lors des grandes opérations de résorption de taudis insalubres, beaucoup de familles sont mises à la rue. Elles déménagent alors de taudis en taudis jusqu'à ne plus en trouver. Peu d'entre elles obtiennent une place dans les asiles pour sans-abri des associations caritatives ou dans les refuges bondés de la municipalité. Les plus chanceuses se voient attribuer un logement social. Mais leurs chefs de familles, des journaliers aux ressources précaires, accumulent rapidement les impayés et ne s'entendent pas avec leurs voisins, ouvriers ou employés salariés bien intégrés dans le système social. Pour ces hommes, à l'emploi de très courte durée, les actions collectives sont pratiquement impossibles. Aux yeux des militants, ce ne sont que des briseurs de grève. Ils boivent, crient, et surtout ne payent pas leurs loyers. En bref, ils ne répondent en aucune façon aux critères puritains des propriétaires, et encore moins au modèle de l'honnête travailleur, hérité du xixe siècle, que prône le S.D.A.P.

38Les élus socialistes décident donc de mettre en place une politique d'éducation et de contrôle, avec pour objectif, de faire de ces familles "indésirables" des familles "honnêtes". Face aux plaintes, de plus en plus nombreuses, qui affluent dans les services municipaux, ils n'hésitent pas à parler de "pathologie sociale" et clament l'urgence de protéger les familles "normales". Des "Woningopzichteres", ancêtres de nos assistantes sociales, sont chargées d'enquêter. Elles fichent et classent les familles selon trois critères :

  • leur bon voisinage ;
  • le paiement régulier du loyer ;
  • le bon entretien du logement.

39Ce dernier critère est un des soucis majeurs de la municipalité. Chacun doit rendre les lieux dans l'état où il les a trouvés. Malheureusement, ces familles élèvent souvent des animaux, lapins et volailles, entreposent des denrées n'importe où, cassent les vitres et les remplacent par du carton, et utilisent l'hiver les menuiseries de bois pour se chauffer. Les rapports des inspectrices dévoilent un univers de misère, de saleté et souvent d'alcoolisme. Comment faire la différence entre ceux qui ne veulent pas et ceux qui ne peuvent pas payer leur loyer ? Quand l'hiver arrive, n'est-il pas plus urgent d'acheter des chaussures aux enfants que de régler sa quittance ? Pourquoi ne pas enlever leurs enfants à ces "inclassables" pour les éduquer jusqu'à leur majorité ? Le mieux serait, sans nul doute, d'isoler cette population dans des complexes imaginés pour elle. Des cités "écoles à habiter" sont proposées pour ceux que l'on qualifie désormais d’"asociaux". L'idée séduit tout le monde à l'exception des communistes, qui considèrent qu'il suffirait de relever le niveau de vie de ces gens pour résoudre toutes leurs difficultés.

40Les échevins de La Haye seront les premiers à tenter une expérience étonnante : la construction de cités "écoles à habiter". En 1924, la commune réalisera une cité de 106 "controlewoningeri" (logements contrôlés) en plein cœur d'un quartier ouvrier. La même année, Utrecht construira le complexe "Houtplein" fort de 70 logements. Les élus d'Amsterdam après avoir consulté leurs homologues se lancent eux aussi dans l'expérience. Les 56 logements de "Zeeburgerdorp" sont construits en 1926. Mais le plus célèbre village est, sans conteste, "Asterdorp". Réalisé en 1927, il se situe au nord d'Amsterdam, près de Disteldorp. Un règlement drastique régit la vie des locataires des 132 logements qui l'habitent : la moindre transformation des lieux est impossible, la sous-location et le travail à domicile sont interdits, et les animaux (sauf en cage) exclus. À Utrecht et La Haye, on va même jusqu'à interdire l'alcool. Afin de veiller au bon respect du règlement, les travailleuses sociales sont logées sur place, assurant ainsi un encadrement permanent. En 1937, le conseil municipal réduira à cinq ans les années consécutives en poste, leur tâche se révélant très éprouvante pour leur équilibre psychique. L'objectif essentiel est la formation des mères sur qui reposent tous les soins du ménage qu'elles n'ont jamais appris à rationaliser correctement : lits bien bordés, rangement des placards, lessives sans machine pour apprendre à laver à la main. Les soins de toilettes sont effectués dans un bâtiment de bains à l'extérieur du logement pour en faciliter le contrôle. Une attention toute particulière est portée aux enfants. On veille à ce qu'ils fréquentent régulièrement l'école, on surveille leur habillement, leurs repas et leurs jeux. En échange de cette éducation, on fait miroiter aux familles un transfert dans un logement normal, ce dont une commission décide après des visites imprévues.

41Bien que les banlieues-jardins d'Amsterdam ne puissent rivaliser avec le charme des pittoresques réalisations britanniques, elles furent un terrain privilégié d'expérimentations sociales et techniques du logement néerlandais de l'Entre-deux-guerres. Elles représentent une étape importante de la réflexion et de la lutte contre les déplorables conditions de vie des plus démunis ; un sujet encore d'une triste d'actualité de nos jours

Notes

1 Les livres suivants étudient l'économie des Pays-Bas pendant la guerre de 1914-1918 :
G. H. Bousquet, L'évolution sociale en Hollande 1914-1922, Paris : Marcel Rivière, 1923, 144 p.
A. Nygh, La politique financière des Pays-Bas pendant la guerre, La Haye : M. Nijhoff, 1923, 130 p.
H. W. C. Bordewijk, Les finances aux Pays-Bas à la fin de la guerre, Ed. du monde nouveau, 1931, 130 p.

2 Il s'agit des communes de Sloten, Buiksloot, Nieuwendam, Ransdorp, Watergraafsmeer, ainsi que des parties de Oostzaan, Zaandam, Diemen, Nieuwer-Amstel et Ouder-Amstel.

3 Jan Hendrik Mulder, né à Amsterdam, est un architecte "rouge" typique. Son travail reste souvent dans l'anonymat de la production des architectes du "Woningdienst".

4 Berend Tobia Boeyinga, né à Noordscharwoude, sera lui aussi, de 1921 à 1926, un des piliers de l'équipe du "Woningdienst". Au cours de son apprentissage, il avait mis sa formation de menuisier pendant quatre ans au service de l'agence de Michel De Klerk.

5 Jan Boterenbrood, né à Nieuwer-Amstel, débuta sa carrière à l’agence de Van Epen, une star méconnue de l'École d'Amsterdam. Il sera membre du comité de rédaction du magazine Wendingen de 1920 à 1925.

6 Jan Gratama, né à Groningen, fait ses études au T.H. de Delft (1896-1902), collabore avec Berlage au projet des logements sociaux du "Transvaalbuurt" à Amsterdam (1916-1919) et réalise le quartier du "Stadion" du plan sud d'Amsterdam (1921-1924). En 1925, il conçoit le plan d'extension de "Agneta Park".

7 Dick Greiner, né à Amsterdam, est un autodidacte et travaille à l'agence de Gratama et Versteeg.

8 Willem Greve, né à Bruiksloot près d'Amsterdam, travaille à partir de 1914 pour le service de l'urbanisme et du logement social de la ville de La Hague. En 1920, il expérimente des techniques de béton à Scheveningen. Il est l'auteur du superbe garage de la Torenstraat à La Hague.

9 Johannes Bernardus Van Loghem, né à Haarlem, est diplômé du T.H. de Delft. Ces logements sociaux de Haarlem lui confère une certaine notoriété en la matière. Entre 1918 et 1925, il sera rédacteur de la célèbre revue Wendingen. Par conviction politique, il quitte les Pays-Bas en 1926 pour la Sibérie. À son retour en 1928, il installe son agence à Rotterdam et devient membre du groupe "De Opbouw".

Table des illustrations

Légende Cité d'urgence de Obelt (1917).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15336/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Leg : les logements de Van Loghem dans le village béton d'Amsterdam, photo de 1925.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15336/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Vue aérienne de la banlieue-jardin de Oostzaan (1922-24) des architectes J.H. Mulder et B.T. Boeyinga.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15336/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

Auteur

Architecte

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540