Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Première partie. Milieux producteurs et systèmes nationaux

Les cités-jardins britanniques

Questions de réputation et de conservation

Andrew Saint
Traduction de Anne Duboucher

Texte intégral

I. L'HISTORIQUE

1Dans un article tel que celui-ci, les origines des cités-jardins en Grande-Bretagne et leur histoire ne peuvent être rappelées que très succinctement.

2Les cités-jardins en tant que concepts autonomes ne remontent pas plus loin que la fin du dix-neuvième siècle, 1898 précisément, date de la publication de la fameuse monographie de Ebenezer Howard intitulée Tomorrow, a Peaceful Path to Real reform (Demain, la voie pacifique vers une réforme effective) qui fut éditée en 1903 sous le titre de Garden Cities of tomorrow titre qu'elle a gardé depuis. Un grand nombre des idées que l'on trouve dans l'ouvrage de Howard sur la taille des villes, l'aménagement industriel, les réformes de l'habitat, les problèmes d'hygiène et d'alcoolisme, les loisirs et les rapports sociaux, étaient déjà bien connues et passaient pour des utopies, aussi fut-il très décrié en particulier par un critique comme George Bernard Shaw qui parlait de "cette sempiternelle vision passéiste".

3Toutefois, contrairement à bien d'autres réformateurs sociaux britanniques, Howard joignait l'action à la parole. En 1899 il fonda une association pour créer des cités-jardins, cette "Garden City Association" fut à l'origine de la Garden City Pioneer Company créée en 1903 dans le but de trouver un site susceptible d'accueillir une ville de 30 à 35 000 habitants, entièrement autarcique ; la société acquit environ 1 900 hectares (3,800 acres) dont 1 250 réservés à l'agriculture en tant que "ceinture verte" sur le hameau de Letchworth, à une soixantaine de kilomètres de Londres, près de la voie ferrée. En 1905, les premières maisons sortaient de terre.

4Le tracé de Letchworth et la conception de la plupart des premières maisons sont l'œuvre de Barry Parker et Raymond Unwin, deux jeunes architectes de l'époque qui venaient d'élaborer un projet d'habitat individuel ouvrier à New Earswick, dans la banlieue de York, pour le compte de la société Rowntree. Unwin, en particulier, était un urbaniste architecte dont le sens pratique et la largeur de vues sociologiques étaient exceptionnels, il publia d'ailleurs ses théories sur la conception de l'habitat en 1904, dans une monographie intitulée "Cottage Plans and Common Sense" (Plans de maisons individuelles et sens pratique). Son nom est associé à la forme concrète de la cité-jardin telle qu'elle a pu être réalisée à Letchworth, et le concept de cité-jardin s'est répandu à travers le monde autant grâce à l'influence de son ouvrage Town Planning in Practice (1908) (Urbanisme pratique) qu'à celle de Ebenezer Howard.

5Cependant Unwin ne s'intéressait pas exclusivement à la cité-jardin ; dès 1906, il laissait le chantier de Letchworth à l'entière responsabilité de son associé Barry Parker et il portait son intérêt sur le Hampstead Garden Suburb qui fut créé à la périphérie nord-ouest de Londres en 1907 pour être un quartier résidentiel pour toutes les classes sans caractère industriel ou agricole particulier. C'était exactement le type de développement suburbain contre lequel s'élevait Howard parce que, disait-il, il s'agissait d'un agrandissement de métropoles déjà trop grandes, comme Londres par exemple. Le développement de Hampstead Garden était un projet beaucoup plus simple que celui de Letchworth et il fut réalisé beaucoup plus vite, facile d'accès, il fut très visité (mais c'est Letchworth que Lénine visita en 1908), puis copié, tant en Grande-Bretagne qu'ailleurs. En 1914 on pouvait voir un grand nombre de petits quartiers-jardins à la périphérie des villes, lesquels d'ailleurs sont le plus souvent restés inachevés à cause de la guerre.

6L'habitat pour fonctionnaires municipaux, celui de Londres notamment, fut très influencé par les idées de Howard sur le déplacement des populations urbaines industrielles vers des communautés plus réduites et plus aérées tandis que ce furent les conceptions d'Unwin en matière de disposition et d'agencement de la maison individuelle qui prévalurent.

7En fait les Anglais se sont opposés très longtemps à la construction d'immeubles de type H.L.M. (à plusieurs étages, découpés en appartements) pour la classe ouvrière dans le centre des villes. Pendant la Première Guerre mondiale, Unwin fut conseiller du gouvernement pour les subventions au logement et après 1918 l'État pratiqua une politique de subvention au logement ouvrier en quartiers-jardins. Ces idées de cités-jardins et de quartiers-jardins ont vite été reprises dans d'autres pays mais sans que jamais, toutefois il y ait une différenciation aussi nette qu'en Angleterre entre les deux modèles. Dès 1904, la cité-jardin de Georges Benoît-Levy faisait son apparition en France, et ce n'est qu’en 1909 qu'on put voir se développer le premier quartier-jardin en Europe, il s'agissait du "Gartenstadt" de Hellerau à la périphérie de Dresde. Presque au même moment, Ernst May, celui qui allait être l'urbaniste architecte du fameux Siedlungen de Francfort, faisait un bref séjour en Angleterre pour visiter le cabinet de Raymond Unwin.

GARDEN CITY SCENES

GARDEN CITY SCENES

Carte postale de Letchworth.

8Il faut attendre 1919 pour qu'apparaisse la dernière cité-jardin britannique. Ebenezer Howard en avait assez de la lenteur des travaux de Letchworth, il acheta du terrain à 45 km au nord de Londres et convainquit ses amis et ses admirateurs de se joindre à lui pour fonder Welwyn Garden City. La ville fut créée après 1920 sur les plans de Louis de Soissons, architecte canadien qui avait fait les Beaux-Arts. Les principes d'urbanisme des quartiers résidentiels sont très proches de ceux de Letchworth, mais Welwyn Garden City a un centre ville plus classique et axial. Le projet réussit mieux que celui de Letchworth, la ville se développa plus vite essentiellement parce que l'opération fut menée et gérée de façon plus commerciale. On ne proposait pas de location à titre expérimental par exemple. Entre 1911 et 1931, la population de Letchworth était passée de 5 234 à 14 454 seulement tandis qu'après dix ans d'existence, la Welwyn Garden City comptait déjà près de 10 000 habitants et 15 000 en 1939. Toutefois, ni l'une ni l'autre ne peuvent se vanter d'avoir été une réussite économique totale. L'une et l'autre étaient des fondations privées et l'une comme l'autre durent faire de gros efforts pour attirer des investisseurs industriels et des résidents.

9Après la Deuxième Guerre mondiale, la situation s'améliora grâce notamment à l'action de Frederick Osborn, grand animateur du mouvement des cités-jardins britanniques entre les deux guerres. En 1936, c'est lui qui prit en charge l'association pour l'aménagement des villes et des campagnes (nouveau nom de l'association des cités-jardins) et qui milita en faveur de la création d'un réseau national de cités-jardins (que l'on préfère appeler aux États-Unis "villes satellites") pour résoudre les problèmes démographiques que la crise des années trente avait rendus dramatiques. C'est essentiellement grâce à sa force de persuasion que la Royal Commission on the Distribution of the Industrial Population (la Commission royale d'étude de la répartition de la population industrielle) a établi un rapport en 1940 qui recommandait la création de nouvelles villes après la guerre. Cette recommandation fut bien accueillie par le gouvernement travailliste d'après-guerre et la New Towns Act de 1946 favorisa la création de tout une série de villes satellites ou villes nouvelles sous l'égide du gouvernement pour réduire la densité de population dans les grandes villes. Les plus fameuses villes nouvelles anglaises de la''1ère génération" sont Harlow et Stevenage qui furent établies à la fin des années quarante pour décongestionner la population de Londres. Elles se situent de l'autre côté de la "Green Belt", cette large zone réservée à l'agriculture et aux loisirs qui avait été délimitée dans les années trente et qui est encore pratiquement inviolée. La conception de ces villes nouvelles de l'après-guerre suit largement les principes de la cité-jardin, en dépit de quelques concessions faites à l'automobile. Elle se subdivisent en "voisinages" ou petits quartiers en fonction des circonscriptions des écoles primaires, cette recherche dans l'organisation apparaît déjà dans les quartiers les plus récents de Welwyn Garden City et vient des usages de l'urbanisme américain, lequel a été très largement influencé par les idées de Howard, Unwin et Patrick Geddes. Les villes nouvelles britanniques de la première génération ont servi de modèle aux villes nouvelles françaises des années soixante bien que leur principal initiateur, Paul Delouvrier, ait d'abord cherché à tirer parti des erreurs faites en Angleterre. Les deux cités-jardins originelles et les premières villes nouvelles anglaises ont, en règle générale, une bonne organisation des zones industrielles et résidentielles, en revanche, les centres-villes ont été moins bien conçus, ils ont été lents à se développer et ont manqué de lieux sociaux et culturels. Et c'est pourquoi les villes nouvelles françaises ont été prévues pour des populations beaucoup plus élevées. Plus tard, lorsqu'on a construit d'autres villes en Angleterre comme Cumbernauld ou Washington, on s'est éloigné du concept de cité-jardin mais il n'en reste pas moins qu'on peut encore retrouver beaucoup des principes d'Howard et Unwin dans ces villes ; c'est encore vrai pour Milton Keynes qui est la dernière et la plus grande de la série.

10L'influence de ces architectes sur l'habitat britannique aura été telle que pratiquement tous les projets de développement de quartiers périphériques portent toujours leur marque. Ainsi de nos jours encore, on ne voit pratiquement jamais dans les banlieues anglaises de maison de type Le Corbusier comme à Pessac ou de style international comme au Siedlung de Weissenhof.

11Après ce résumé de l'histoire et de l'évolution des cités-jardins en Angleterre, on peut encore faire quelques remarques utiles à leur propos.

12D'abord, il va sans dire que ces cités-jardins n'ont pas été inventés ex nihilo, elles résultent d’une longue évolution de la théorie et de l'expérience en matière d'habitat et d'urbanisme. On ne peut pas dire exactement à quel moment le processus a démarré, mais on peut dire qu'il a été une réaction aux dommages écologiques et sociaux de la révolution industrielle. La Grande-Bretagne en ayant été victime avant les autre pays occidentaux et en ayant plus encore souffert qu'eux, c'est elle aussi qui a trouvé la première des solutions cohérentes à ces problèmes.

13Déjà des poètes romantiques comme Blake, Wordsworth ou Shelley avaient crié leur indignation devant les conditions de vie misérables des pauvres de Londres, les fumées de charbon toxiques avaient déjà "chassé" des villes tous ceux qui avaient les moyens économiques et sociaux de vivre le plus loin possible du centre. L'aménagement suburbain concerté existe en Angleterre en tout cas depuis le grand incendie de Londres de 1666 et si le processus ne s'est pas fait plus rapidement, c'est à cause des problèmes de distance entre domicile et lieux de travail. À partir de 1820, en effet, tous les réformateurs qui ont prôné la répartition en petites communautés plus saines se sont heurtés aux problèmes du coût des transports. Le seul moyen d'inciter les classes ouvrières urbaines à vivre dans des agglomérations nouvelles était soit de subventionner leurs transports soit de déménager les usines et les ateliers.

14Dans les années 1900, les cités-jardins et les quartiers périphériques ont suivi deux grands modèles de développement. L'un était le faubourg pittoresque des classes moyennes dont l'exemple le plus célèbre est probablement Bedford Park, à l'ouest de Londres et l'autre était le village de travailleurs de type paternaliste sur lequel se sont construits Port Sunlight, Bournville et New Earswick qui sont les ancêtres immédiats les plus notables de Letchworth. Les faubourgs de classe moyenne étaient spacieux, avaient une certaine élégance architecturale et, dans le cas de Bedford Park, jouissaient d'une vie sociale autonome. Les villages de travailleurs paraissaient plus cohérents mais ils n'avaient pas d'autonomie sociale ni même d'espaces verts, privés ou publics, avant la création des trois villages dont on vient de parler.

15Lorsqu'en 1898, Howard publia To-morrow, les réformateurs de l'habitat en Angleterre pensaient que les classes ouvrières seraient mieux dans des maisons individuelles avec leurs jardins particuliers plutôt que dans des immeubles à habitations multiples ou dans des appartements. Il y avait déjà quelques programmes de ce type dans les banlieues de Londres ainsi que des plans partiels de transports subventionnés entre le domicile et le centre-ville. Mais ces programmes suivaient en général un plan très rudimentaire quadrillé en fonction des réglementations sanitaires et ne prévoyaient que des jardins minuscules.

16La contribution de Howard aura été de rassembler les différentes thèses sociologiques et de savoir entraîner les gens à agir. Lui-même n'était pas vraiment un intellectuel, mais la combinaison de son idéal puritain et de son sens pratique le poussait à l'action. On dit souvent que les cités-jardins sont d'inspiration socialiste, ce n'est pas tout à fait vrai. Howard fut plus influencé par des anarchistes et des réformateurs de la propriété foncière comme Kropotkine ou Henry George que par des socialistes comme Proudhon, Morris ou Marx.

17Il avait pour principe fondamental qu'on ne devait pas faire de bénéfice sur la terre, et que la valeur ajoutée pour le développement devait bénéficier à la collectivité et non pas à un propriétaire. À Letchworth, les loyers étaient établis sous forme de coopérative. Ce fut d'ailleurs la cause essentielle de la lenteur du développement de la ville, en particulier du centre. Elle attirait des idéalistes plutôt que des commerçants ordinaires et au début, sa population comptait une forte proportion d'anglais marginaux. C’était un paradis pour adeptes de l'"alternative religion" et des "rational dress" et en même temps c’était une communauté puritaine où l'alcool par exemple, était interdit.

18On n'insistera jamais assez sur ce que, dans l'esprit de Howard, les cités-jardins devaient être autarciques et non pas uniquement des cités résidentielles. Elles devaient offrir des ressources industrielles et aussi agricoles pour se suffire à elles-mêmes. Les grands jardins attenants aux maisons n'étaient pas que des espaces verts, c'était des potagers. L'autarcie nationale comme idéal économique est désormais oubliée mais elle a fait partie intégrante des politiques d'aménagement en Angleterre jusque dans les années cinquante. Certains hommes politiques disaient encore alors que la construction à la périphérie causait une perte de terre arable et donc une perte économique. Howard voulait démontrer le contraire et, en outre, on considérait alors que le jardinage était un loisir sain qui empêchait les hommes d'aller au bistrot.

19Ebenezer Howard n'était ni un urbaniste ni un architecte, c'était un sociologue. En tant que tel, il n'avait pas d'opinion préconçue sur l'aspect que devait avoir une cité-jardin, il se contenta d'illustrer son livre avec des croquis idéaux dont le plus célèbre montre le rapport entre le développement urbain et le développement rural par un jeu d'aimants ; on peut aussi voir un croquis de l'agencement schématique d'une cité-jardin, mais il laissait les autres se charger de l’aménagement concret, il n'intervenait pratiquement pas.

20On remarquera que Howard qui habitait Letchworth pendant les premières années du développement de la ville, allait cependant presque tous les jours à Londres pour son travail. Autrement dit, il était hostile à l'idée de banlieues-jardin parce qu'elles s'ajoutaient à des villes déjà trop grandes mais lui-même menait une vie de banlieusard. D'ailleurs, malgré ses convictions, il aimait la ville de Londres et ses idées n'auraient pas pu remporter un tel succès si elle n'avaient été portées par tous les vecteurs qu'offre une grande ville, d'où sa position paradoxale.

II. L'ASPECT PHYSIQUE DES CITÉS-JARDINS ANGLAISES

21Les cités et quartiers-jardins associent deux principes traditionnels inventés par Parker et Unwin, et développés par leurs successeurs : il s'agit du principe de "tracé" et de celui de "l'architecture domestique", l'un et l'autre devant leur origine au mouvement pittoresque bien répandu en Angleterre.

22Le plan d'ensemble de Letchworth n'avait rien de très bouleversant, ni Parker, ni Unwin n'avaient d'expérience en matière d'urbanisme formel tel qu'il était appliqué en Europe et aux États-Unis. Ni les voies de circulation, ni les perspectives, ni les places ne témoignent d'une grande inspiration artistique, les architectes ont fait porter tous leurs efforts sur la zone résidentielle, là, ils ont élaboré des tracés à la fois pittoresques et économiques, à partir des expériences faites à New Earswick. Depuis l'époque de John Nash, la plupart des banlieues de classe moyenne avaient des tracés de routes larges avec de grandes courbes mais qui causaient souvent des pertes d'espace. Unwin veilla aux détails des tracés, il prévit des routes secondaires plus étroites afin d'abaisser le prix de revient de la construction. Il élimina les murs mitoyens coûteux et les remplaça par des haies. Il fit varier les alignements et regroupa les maisons autour de petites places, terrasses, dans un cul-de-sac ou au fond d'une cour. Les routes plus longues avaient des courbures moins longues et des virages plus serrés. Les illustrations de Town planning in Practice (Urbanisme pratique) montrent bien qu'Unwin s'inspirait des anciens villages anglais et allemands ainsi que des principes du Stidtebau de Camillo Sitte.

23Sa thèse était que le plaisir de l'oeil et l'économie ne sont pas incompatibles et dans la fameuse monographie Nothing Gained by Overcrowding (Rien ne sert de se serrer) écrite en 1912, il démontre que le tracé en grille des planificateurs faisait perdre de l'argent sur les routes sans augmenter le nombre de logements. Il est toutefois permis de douter qu'un tel argument résiste à une analyse économique rigoureuse.

24Le tracé de Hampstead Garden Suburb est plus intéressant et plus varié que celui de Letchworth, le quartier est traversé par une série de rues aux courbes légères et dont les coins sont admirablement traités. Au milieu, il y a un grand espace vide au sommet de la colline dont l'architecture fut confiée à Lutyens mais qui n'a jamais été terminé.

25En l'occurrence, la difficulté pour Unwin fut d'obtenir les dérogations aux règles d'aménagement établies par la loi sur les banlieues de Londres (la largeur des routes et aussi l'obligation pour les maisons à toit en terrasses d'avoir des murs de séparation apparents traversant le toit, servant de pare-feu).

26Cette lutte pour mettre le législateur de son côté ne pouvait que conforter Unwin dans sa conviction qu'il était nécessaire de changer la politique de l'habitat et il y parviendra à la fin de la Première Guerre mondiale.

27Les principes de tracé de Welwyn sont dans la ligne de ceux de Letchworth et Hampstead si ce n'est qu'au centre du plan on trouve les deux grands axes dont l'architecture paraît plus américaine qu'inspirée par les Beaux-Arts. C'est la zone industrielle qui est spécialement intéressante ici. À Letchworth, l'idée de placer les usines le long de la voie ferrée avait causé désordre et confusion parce que les dites usines n'avaient pas de place pour s'agrandir. À Welwyn, Louis de Soissons imagina des usines dites "sectionnelles" que l'on pouvait louer par sections horizontales ou verticales. D'autres architectes travaillèrent avec éclat sur cette zone, notamment l'architecte suisse Salvisberg qui conçut l'usine Roche.

28Dans les années trente, pendant la crise, l'aménagement des zones industrielles prit de l'importance auprès des planificateurs anglais et ce fut certainement l'une des plus grandes réussites de la plupart des nouvelles villes britanniques de l'après-guerre.

29Ni dans les cités-jardins d'origine ni dans les nouvelles villes de la première génération, on ne se préoccupa de prévoir des bureaux. Les fondateurs portèrent leur attention sur les ouvriers agricoles ou en usine, exclusivement, ignorant complètement la montée des emplois tertiaires jusqu'aux années soixante. C'est l'une des raisons pour lesquelles les centres des cités-jardins et des villes nouvelles manquent d'animation. Même les plans pour les commerces étaient sommaires. À Welwyn Garden City, par exemple, la société fondatrice a pratiquement joui d'un monopole commercial sur son propre grand magasin pendant plusieurs années. De la même manière, les églises (sauf à Hampstead Garden Suburb), les salles de théâtre, de cinéma et autres lieux de réunions étaient modestes et peu attrayants. Et pourtant, les premières cités-jardins ont eu une vie sociale brillante. En revanche, les villes nouvelles ont moins bien réussi à acquérir une identité sociale, en partie du fait qu'étant des villes de classe unique composées d'ouvriers, ceux-ci n'avaient guère d'autre raison de les habiter que leur travail alors que tant à Letchworth qu'à Welwyn, on trouvait toute une société de classe moyenne vivant là par idéal. Il n'en reste pas moins que les villes nouvelles ont maintenu la tradition novatrice des cités-jardins pour le tracé des quartiers résidentiels. Les jardins publics de la première génération ont cédé la place dans les années soixante à des organisations du type "Plan Radburn" (comme à Radburn dans le New Jersey), selon lequel toutes les maisons d'un quartier tournent le dos à la rue et sont reliées entre elles par des chemins, les façades étant sur l'arrière pour plus d'intimité.

30L'autre grande tradition de la cité-jardin anglaise est le concept de "cottage" (villa). Parker & Unwin furent choisis pour créer les cités-jardins non pas parce qu'ils étaient urbanistes, mais à cause de leur art de construire de petites villas, leur art du cottage. À l'époque, l'architecture domestique anglaise était la référence dans le monde entier. Depuis 1860, de gros efforts furent consentis pour améliorer les maisons d'ouvriers agricoles sur les grandes propriétés et en 1900, grâce au développement de Port Sunlight, Bournville et autres villes de ce type, l'art de construire ces maisons fut appliqué dans les banlieues et les zones industrielles pour améliorer l'esthétique et le confort. Le modèle le plus prisé était celui du cottage traditionnel en briques et donc "sain", mais la construction était de style vernaculaire rationalisé du type "Arts and Crafts" avec cette touche sentimentale qui correspondait à la "petite maison avec cheminée" qu'avaient idéalisée Ruskin, Morris et autres auteurs de l'ère victorienne. La décoration apparente variait d'un architecte à l'autre mais on retrouve en général une homogénéité de construction inspirée de Norman Shaw et de Voysey avec des toits de tuiles très pentus surmontés de hautes cheminées ; à Letchworth et Welwyn Garden City, les toits sont à pignons et les murs en briques ou en hourdis. Un soin tout particulier fut apporté aux détails du plan de ces modestes maisons ainsi qu'à ceux de la construction elle-même. Curieusement, c'est dans les détails qu'apparaît la variété, les agrandissements en saillie sur l'arrière de la maison étaient mal vus, le principe étant que l'arrière est aussi important que la façade et que les maisons doivent s'intégrer dans leur voisinage. Les expériences faites en architecture de maisons individuelles entre 1895 et 1910 ainsi que les changements qui sont intervenus à cette époque, influencent encore la conception de l'habitat individuel commun en Angleterre.

31Après la Première Guerre mondiale toutefois, on assiste à une réaction contre le style vernaculaire mièvre des premières cités-jardins, non pas pour en venir aux "boîtes blanches" à toit plat à la mode en France et en Allemagne, mais pour reprendre le style géorgien du dix-huitième en briques rouges. Ce sont surtout les architectes urbanistes formés à Liverpool et enseignant à cette même école d'architecture qui furent responsables de ce courant, Stanley Adshead et Patrick Abercrombie notamment. C'est ce style qui domine dans les quartiers les plus élégants de Welwyn quoique certains architectes soient là aussi restés fidèles au style vernaculaire. De temps à autre, on peut voir une tentative de construction en béton à toit plat, mais c'est l'exception qui confirme le caractère extrêmement typé de toute cette architecture. On ne trouve que quelques îlots d'immeubles, la sacro-sainte maison individuelle à deux étages persistera jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale.

32Même dans les villes nouvelles, on voit surtout des villas. Ainsi, à Stevenage qui a été construite à partir de 1947, les promoteurs ont bien proposé des blocs d'immeubles en carré qui ont eu tellement peu de succès qu'on n'en a construit qu'un seul. De même à Harlow, il y a une tour, tout seule, élégante, dont la façade est en brique, qu'on appelle paradoxalement "la prairie" et qui semble tout à fait incongrue au milieu d'un paysage de villas. Dans ces villes nouvelles, les îlots d'habitations ont été rationalisés au maximum et ont perdu tous les caractères du style vernaculaire sauf les détails ornementaux, ce qui les a souvent rendus tristes. D'excellents architectes ont tenté de leur rendre vie, mais on a très rarement osé le toit plat, même dans les années cinquante. Il faut attendre 1960 pour que l'architecture banlieusarde anglaise surmonte son hostilité au modernisme, laquelle va d'ailleurs se manifester à nouveau avec force dans les années quatre-vingt où l'on verra des fausses portes géorgiennes et des ornementations vernaculaires apparaître sur d'austères constructions.

III. LA CONSERVATION DES CITÉS-JARDINS

33L'entretien et le maintien des cités et quartiers jardins dans leur tradition et leur conception est un réel problème actuellement en Angleterre. Ces créations ont beau avoir un prestige international, elles ne sont pas perçues comme telles par les Anglais en général ni par les responsables de la culture ou du patrimoine architectural.

34C'est un problème complexe. Ces cités-jardins sont des créations modernes, des œuvres du vingtième siècle qui, de toute évidence, n'ont pas l'aura de l'authenticité et du respect que l'on accorde à la cathédrale médiévale ou aux maisons rurales. D'autre part, elles ne séduisent pas non plus l'avant-garde, elles sont à la fois des œuvres d'architecture et d'urbanisme et le résultat d'une certaine politique sociale : leurs traits caractéristiques sont légers, incomplets et le plus souvent masqués par une apparence très datée qu'on a tendance à traiter de réactionnaire. En outre, elles sont habitées par des gens modestes qui veulent moderniser leur petite maison ou la modifier sans que les organismes publics interviennent.

35Actuellement, la politique de conservation en Grande-Bretagne est axée sur la protection des édifices en tant que tels plutôt que sur celle des ensembles. Il est facile de considérer qu'un édifice, grand, typique ou ancien fait partie du patrimoine, en revanche, les ensembles de constructions relativement récente dont les mérites sont faits de subtilités d'agencement ne sont pas si aisément prisés pour leurs qualités d'homogénéité et de raffinement. Aussi, la législation est-elle très stricte et efficace en matière de conservation individuelle des monuments répertoriés, alors que les règles de protection de zones dites zones protégées dépendent largement de la bonne volonté des habitants et du dynamisme des autorités locales. Sans compter que tout ce qui réglemente le droit aux altérations et modifications du domicile doit être appliqué avec la plus grande souplesse par souci de ne pas porter atteinte à la liberté individuelle si chère aux Britanniques. Il en résulte que les autorités publiques sont toujours réticentes dès qu'il s'agit d'introduire au répertoire des zones importantes de cités ou quartiers-jardins.

36C'est ainsi que certaines zones, à Welwyn Garden City et Letchworth notamment, perdent peu à peu leur cachet. Les centre-villes ont été souvent profondément modifiés, à bon escient en général car ce n'était pas le point fort des cités-jardins mais en contrepartie, cela les a banalisées et fait ressembler à toutes les autres villes anglaises. Dans les endroits les plus résidentiels, les changements sont subtils mais ils n'en sont pas moins perturbants pour autant. Pour donner un exemple de cas, limite certes, mais relativement fréquent, un locataire est en droit d'accéder à la propriété de sa maison sur une place-terrasse harmonieuse et il a alors le droit de changer les fenêtres ou autres détails apparents et ainsi de détruire l'harmonie architecturale de l'ensemble. Il suffit de changer une porte, ou de peindre un appareil en briques qui devrait rester tel quel pour rompre toute l'harmonie d'une place. L'un des cas les plus fréquents ces dernières années a été le changement des huisseries en bois, remplacées par des fenêtres normalisées à huisseries en plastique dont les profils et les matériaux choquent un œil un tant soit peu averti.

37Il est très difficile de prendre des décisions dans ce domaine parce que peu nombreux sont ceux qui perçoivent des détails aussi minimes. On dira qu'il n'y a pas de raison valable d'empêcher un propriétaire de faire les changements qu'il souhaite qui peuvent être tout à fait justifiés pour des raisons pratiques. C'est dans ces cas là que se pose la question de la "propriété culturelle" et la valeur d'ensemble que nous attribuons aux éléments de patrimoine du vingtième siècle. Et cette question, il faut la poser car pour beaucoup, l'extension à travers le monde de cette tradition de cités-jardins dûment intégrées aux contextes spécifiques locaux aura été l'une des innovations du vingtième siècle les mieux pensées et les plus bénéfiques de la culture occidentale.

Table des illustrations

Titre GARDEN CITY SCENES
Légende Carte postale de Letchworth.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15321/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

Auteur

Senior Historian - English Heritage, London

Anne Duboucher (Traducteur)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540