Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cités, cités-jardins : Une histoire européenne

 | 
Paulette Girard
, 
Bruno Fayolle-Lussac

Introduction

François Loyer

Texte intégral

1Qu'il s'agisse de l'architecture du second Reich allemand dans les territoires annexés, de celle du franquisme espagnol ou même du régionalisme français, les sujets abordés lors du colloque Cités / Cités-jardins en Europe n'auraient guère eu droit de cité en pareille assemblée il y a quelques années seulement. De l'histoire de l'architecture au xxe siècle, on a eu longtemps une vision militante bien peu en rapport avec le réel. Tel n'est plus le cas aujourd'hui. Au-delà des anathèmes et des pétitions de principe, notre génération est celle du bilan. Elle est surtout celle d'une histoire en train de se faire, sans a priori ni exclusive. Certains pourront s'étonner de la diversité de ton et d'approche qui caractérise l'ensemble des communications du colloque. Elle est la preuve d'une formidable vitalité se refusant avec force au consensus académique et à ses conventions. Aujourd'hui, on interroge l'histoire pour trouver les clés du réel, pour en dégager des modèles d'interprétation plutôt que d'inutiles certitudes. Rien donc n'est interdit au regard du spécialiste, ni à l'acuité de son analyse. On abordera aussi bien les questions formelles que celles qui ont trait à l'idéologie, on s'intéressera à l'économie, à la technique ou au programme tout autant qu'au projet lui-même ou à ses acteurs. Cette attitude est le signe d'un nouvel éclectisme, moins dogmatique que ne l'avait été la pensée moderne du xxe siècle (et sans doute plus sensible aux conditions du projet qu'à son idéalisation héroïque).

2L'histoire de l'architecture, comme histoire des formes, s'est démultipliée en de multiples branches. Elles donnent, selon la méthodologie choisie, une coloration particulière à l'interprétation des œuvres et à leur mise en perspective. Le phénomène est bien connu des historiens, qui s'y étaient résignés de longue date. Il atteint de plein fouet en revanche un milieu artistique plus préoccupé par son combat pour une improbable hégémonie culturelle que pour une quelconque distanciation. Depuis que l'histoire a fait sa réapparition dans le sillage des sciences humaines à la veille de 1968, le débat a bien changé en effet au cœur des écoles d’architecture. Désormais il ne s'agit plus uniquement de savoir si le regard analytique du sociologue ou de l'historien a sa place dans la pédagogie ou s'il faut lui préférer l'apprentissage du projet. Bref, si l'atelier l'emporte sur l'amphithéâtre. Car la réalité professionnelle du métier s'est à ce point diversifiée que l'architecte libéral apparaît comme une espèce en voie de raréfaction, tandis que se multiplient les architectes-consultants, intermédiaires salariés (fonctionnaires ou non) intervenant à divers niveaux en amont de l'élaboration du projet. Héritage de la pensée bourgeoise du xixe siècle et de sa clientèle libérale, l'architecte-démiurge a vécu. Il a été remplacé par cette multitude d'acteurs indirects qui, peu ou prou, prennent part à l'élaboration du projet. Ils ont restreint le champ des possibles jusqu'à définir bien plus encore qu'une pré-programmation : le cadre et les limites de l'avant-projet.

3Si les conventions de la typologie traditionnelle se sont depuis longtemps évaporées, c'est pour laisser place à des définitions tout aussi contraignantes de la formulation du projet par ses commanditaires. Car la culture architecturale, phénomène de société, n'est plus seulement celle que véhiculent à l'usage des professionnels écoles et revues spécialisées. Elle réunit désormais, à l'intention d'un vaste public d'intervenants extérieurs, administratifs ou politiques, tout un faisceau d'a priori liés aux conditions particulières de la commande — son site, ses matériaux, sa volumétrie, sa distribution, tout autant et plus encore que sa fonction ou son coût... Largement partagée par l'opinion, cette approche diffuse a pris désormais une place majeure dans la discussion. Maillon d’une chaîne de production, l'architecte ne peut donc plus se contenter d'une position marginale d'artiste, caution ou prétexte d'une décision dont la responsabilité lui échappe. Il doit reconquérir son rôle de créateur en investissant les niveaux successifs de la décision, au sein d'un travail collectif de projetation où chacun des acteurs aura eu sa part. Il lui faut s'armer pour ce combat, en faisant l'acquisition d'une culture et d'une méthodologie qui ne seront pas seulement celle du rêve ou de l'imagination.

4Sans doute est-ce la raison essentielle du développement récent de l'histoire de l'architecture dans les écoles. Parmi les sciences humaines, elle a pris une ampleur d'autant plus grande qu'elle seule permet la relativisation du projet, au sein des données contextuelles qui le caractérisent. On comprend mieux pourquoi cette histoire devient sociale, politique, économique, culturelle ou artistique : à chaque niveau se rencontrent des problématiques spécifiques, carrefour de disciplines dont la complexité est égale à celle que l'architecte rencontrera dans l'exercice de son métier. En lui permettant de se situer dans la chaîne des décisions aboutissant à l'acte de construire, elle lui démontre indirectement la marge de liberté dont il dispose au sein de tant de contraintes : elle lui permet de comprendre à quoi il sert et ce qu'il peut faire sans se transformer en naïf ou en apprenti-sorcier, otage d'intérêts implicites qui dépassent entièrement son champ d'action. Car il n'y a pas d'architecture de droite et de gauche, capitaliste ou totalitaire, progressive ou réactionnaire : il y a seulement des mouvements d'opinion qui se saisissent de l'architecture et de la séduction de ses images pour lui faire porter leur message — avec plus ou moins de bonheur, il est vrai, comme de cynisme !

5Dans le large champ chronologique et spatial défini par le thème du colloque, Cités / Cités-jardins en Europe, on partait a priori d'une certitude : la date et le lieu de naissance de la cité-jardin comme système urbain — à Londres, en 1898. Il était facile d'en faire l'histoire, de montrer son passage sur le continent, la manière dont elle prend souche en Allemagne puis en France (alors qu'elle ne paraît pas avoir véritablement atteint les pays méditerranéens). Les différents intervenants se sont attachés cependant à nuancer cette histoire à grands traits, en démontrant le croisement d'un concept théorique, celui d'Ebenezer Howard, avec la pratique professionnelle de ses deux architectes. Barry Parker et Raymond Unwin puisaient en effet à des sources autrement plus anciennes dans la tradition architecturale de l'habitat domestique. Du lotissement de Blaise Hamlet, près de Bristol, par John Nash en 1810 ou de la “Nouvelle Athènes” par Auguste Constantin à Paris (1817) jusqu'à la ville résidentielle du Vésinet par le Comte de Choulot (1858), le chemin est long qui conduit à ces vastes ensembles de lotissement paysager devenus la règle dans la seconde moitié du xixe siècle. Il aboutit à une formule heureuse, l’ensemble de Bedford Park à Londres (1876-1882) : Edward William Godwin, Richard Norman Shaw et l'architecte-éditeur Maurice B. Adams y inventeront tour à tour le style Queen Ann, tête de file d'un régionalisme moderne appelé à un bel avenir. Le malentendu est donc notoire entre la vision utopique, phalanstérienne, d'Howard et l'interprétation suburbaine qu'en donnera bientôt R. Unwin à Hampstead Garden Suburb (1906) : simple faubourg résidentiel, cette cité-jardin qui n'en est pas une ne vit pas en auto-suffisance (contrairement à Letchworth où, sur les mille cinq cents hectares acquis, les deux tiers étaient réservés à la ceinture agricole de l'agglomération). C'est pourtant la formule qui s'exportera, généralisant à la périphérie des grandes agglomérations européennes le principe des “cités satellites” reliées par chemin de fer. Pour n'être jamais mentionné, l'exemple américain aura été plus décisif que l'exercice utopique du théoricien anglais.

6Nombreux ont été ceux qui ont remarqué l'absence de centre dans les lotissements dérivant de la cité-jardin et de son idéologie. Et ce, jusqu'aux poblados de la Reconstruction nationale espagnole dans les années cinquante — un exemple extraordinairement emblématique (bien près, par certains aspects, de la vision utopique des “désurbanistes” russes à la génération précédente). Ce centre vide recoupe de multiples remarques faites par ailleurs, comme celle sur la différence établie par les professeurs de l'Institut d'Urbanisme de Paris entre banlieue et cités-jardins : une différence qui ne s'exprime pas seulement en termes de densité, mais à travers le refus de la notion même d'urbanité. Le thème est d'autant plus intéressant à souligner qu'il a inspiré toute une culture de fanti-ville, qui n'est ni la ville ni la campagne mais l'extrême de l'isolement individuel. Curieusement, il continuera à s'imposer dans la construction des grands ensembles, rarement ressentis pour leur densité urbaine — idéalisés plutôt comme lieu de contact individuel entre l'homme et la nature environnante.

7Les intervenants du colloque se sont plu également à souligner la distorsion qui existe entre la vision idéale de la cité-jardin et la réalité du lotissement ouvrier, à la ceinture des grandes agglomérations industrielles. De ce point de vue, les exemples de Bordeaux et de Toulouse étaient révélateurs : les cités de logement conçues dans l'urgence, avec des moyens pauvres et pour une clientèle sans moyens, n'avaient rien de l'architecture de revue. Les qualités que leurs auteurs avaient su leur donner restaient dans la stricte limite des ressources dont ils avaient disposé : mieux que le traitement architectural souvent indigent d'un habitat minimum, ce sont les astuces de la distribution du plan-masse dans la répartition des espaces publics et privés ou dans la division parcellaire, ce sont le choix du matériau, la compacité de la cellule et ses capacités d’évolution qui méritaient d'être retenues (comme l’a bien montré l'ensemble si remarquable de la cité Carreire Il à Bordeaux, réalisée de 1951 à 1954 par l'équipe de Jacques Carlu).

8Le voyage dans les cités ouvrières donnait une nouvelle actualité à une histoire depuis longtemps balisée — celle du logement social au xixe siècle, à partir de l'illustre modèle que constitue le “carré mulhousien” d'Émile Millier pour la Cité Dollfuss (1852-1857). Elle lui donnait surtout son prolongement au xxe siècle, soulignant l'importance du débat sur l'opportunité de favoriser le logement individuel ou collectif, sur le choix d’un habitat en bande ou isolé, ainsi que sur le principe de ces quartiers dont la vocation est populaire mais qui ne tardent pas à devenir des ghettos. Modèle résidentiel, la cité-jardin était-elle vraiment destinée à la classe ouvrière ou à celle, montante, des employés ? Comme on l'a remarqué cruellement, Ebenezer Howard lui-même était l'un de ces cols blancs qui travaillait dans les bureaux de Londres et rentrait chaque soir à la périphérie. Insistante, la question sociale réapparaît dans chaque cas — de plus en plus pressante avec le temps et la crise économique de l'Entre-deux-guerres. Colonie de militants puritains, Letchworth était une utopie sociale. Dans la réalité, le lotissement résidentiel, paysager, en occupera peu à peu la place pour correspondre à l'extension d'une clientèle de classes moyennes issue de la seconde révolution industrielle. On est bien loin désormais de la cité ouvrière couplée à l'usine et à la maison de maître...

9On a souligné enfin le glissement de la cité-jardin à l'ensemble, sous la pression d'un taylorisme dont Tergnier est le parfait exemple. Le modèle en est encore une fois américain : les cités de logements liées aux usines d'armement (comme Norfolk en Virginie ou Muscle Shoals en Alabama) — plus de deux cents furent construites entre 1917 et 1918. La production industrielle du logement allait devenir pour un demi-siècle un priorité dont témoignent, tout autant que les exemples français de la reconstruction, les immenses opérations réalisées à la périphérie d'Amsterdam pendant puis après la Première Guerre mondiale. Le colloque a également évoqué la question du parcellaire et le glissement vers la collectivisation des sols qu'entraînera la réalisation de logements locatifs. Les arguments économiques et sociaux ne suffisent pas à justifier une évolution qui est du domaine de l'idéologie, a contrario d'usages millénaires de la division de l'espace et de son appropriation. Jacques d'Welles pouvait en effet se sentir bien seul à défendre, dans les années cinquante, la rue et le parcellaire comme mode de génération des formes urbaines !

10Il reste que la cité-jardin, pour avoir été une utopie, aura connu une étonnante fortune dans l'histoire architecturale du xxe siècle. Non seulement, elle stimule dès les années vingt une formidable opposition auprès des architectes modernes, qui en dénoncent le caractère pittoresque et rappellent volontiers le “chemin des ânes” de Camillo Sitte pour lui préférer les droites impératives d'une géométrie conceptuelle. Mais elle les entraîne, par inversion, à concevoir ces “jardins-cités” que seront les grands ensembles de l'après-guerre — héritiers eux aussi d'un siècle d'utopie sociale. L'un des mérites de ce colloque aura été de démontrer une continuité aussi forte entre des formules d'aménagement opposées.

11À la vision linéaire d'une histoire de la modernité qui aurait été sans failles se substitue une épopée contradictoire et passionnée, dont les acteurs touchent à de multiples domaines — techniques, sociaux, économiques ou artistiques — en proposant des réponses qui vont du pragmatisme le plus ordinaire jusqu'à un irréalisme absolu. Dans cette mêlée, il n'est plus possible de distribuer sans nuance récompenses ou remontrances. Les continuités qui s'esquissent vont parfois à l'inverse des engagements individuels, les solutions déroutent parce qu'elles posent chaque fois des problèmes qui n'appartiennent pas uniquement au monde esthétique de la forme. Du croisement incessant entre l'imaginaire de l'architecte, la culture de son public, les moyens d'action et les visées politiques naît un produit étrange qui a la saveur de l'invention. En s'attaquant au problème du logement populaire dans l'architecture du xxe siècle, notre colloque ne pouvait pas faire l'économie de cette aventure, si proche en effet de la pratique professionnelle des architectes d'aujourd'hui.

Auteur

Directeur de Recherche au CNRS Centre de Recherches sur l'Histoire de l'Art et de l'Architecture Modernes Université de Paris-Sorbonne

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540