Version classiqueVersion mobile

La ville moyenne dans sa région

 | 
Guy Di Méo
, 
Franck Guérit

Conclusion

Texte intégral

1Cette étude qui a privilégié une méthode faisant appel à l'analyse du marché des services aux entreprises, s'est efforcée de mesurer les effets polarisants et la capacité d'organisation régionale (par rapport surtout aux Pays de l'Adour) d'une grosse ville moyenne : Pau en l'occurrence.

2Au terme de ce travail, nous parvenons à d'appréciables résultats. Nous montrons en premier lieu que dans le cadre d'un modèle d'attraction hiérarchique constitué par les villes des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, Pau tend à s'individualiser très timidement en tant que centre d'un réseau mézo-régional épousant les contours d'un espace peu ou prou assimilable aux Pays de l'Adour : Pyrénées-Atlantiques, partie occidentale des Hautes-Pyrénées, Sud des Landes et du Gers. Les variables utilisées pour cerner ce phénomène ont été la localisation de l'offre et de la demande en matière de services marchands aux entreprises. Nous nous sommes également appuyé sur de solides supports statistiques tels que la liste exhaustive des entreprises en fonction de leur localisation et de leurs spécialités (secteurs et branches d'activités), ainsi que sur les enquêtes effectuées, dans les Pays de l'Adour, auprès de quelque 125 entreprises réparties entre le Béarn, la Soule et l'agglomération de Bayonne. Les résultats du traitement de ces informations soulignent, à notre sens, un fait principal et deux phénomènes annexes.

3• En matière de services aux entreprises (nombre, ancienneté, variété, intensité et portée du rayonnement), Pau se distingue toujours, avec plus ou moins de netteté et de force, des villes aturiennes voisines : Tarbes et Lourdes, Mont-de-Marsan et Dax, mais aussi Bayonne-Anglet-Biarritz. Cependant, la capitale béarnaise ne parvient pas complètement à construire, autour d'elle, un véritable réseau régional sur lequel elle exercerait une fonction métropolitaine incontestable. Certes, Pau rayonne sur un vaste espace béarnais, dépassant d'ailleurs sensiblement, notamment à l'est et au nord, les limites de la vieille province historique. Elle ne conquiert pas pour autant les marchés des services aux entreprises des autres cités et agglomérations des Pays de l'Adour. Ce fait souligne bien que Pau n'appartient pas fondamentalement à un rang métropolitain supérieur à ceux qu'occupent Bayonne (l'on s'en serait douté), mais aussi Tarbes, voire Mont-de-Marsan, puisque le type de services aux entreprises que fournit l'agglomération paloise ne s'exporte pas réellement dans ces villes moyennes. En revanche, l'offre et la demande des services palois s’étend bien au-delà de l'Aquitaine et de Midi-Pyrénées, affichant même, pour certains d’entre eux (très spécialisés dans le domaine du pétrole et des hydrocarbures) une aire d'influence de dimension internationale, quasi mondiale. Ajoutons que la taille et la structure des entreprises clientes des services joue un rôle crucial, tant dans la définition de l'aire d'influence paloise que dans la géographie des centres de services auxquels elles s'adressent.

4• Dans le cas des petites et moyennes entreprises béarnaises, évoluant dans divers secteurs d'activités et notamment dans ceux qui touchent à l'industrie, si l'appel aux services palois domine, leur demande plus fine respecte pour l'essentiel la structure hiérarchique d'un réseau urbain d'ampleur régionale, voire nationale. En effet, ces petites et moyennes entreprises s'adressent à des établissements de l'agglomération paloise pour la fourniture des services les plus élémentaires. Ensuite, pour la gamme des services de plus en plus spécialisés, la hiérarchie urbaine (régionale et nationale) est respectée, des unités de Toulouse et de Bordeaux sont d'abord requises pour des services de rang intermédiaire, puis des établissements parisiens pour les prestations les plus rares...

5• Dans le cas des grandes entreprises disposant d'un établissement implanté en Béarn, la hiérarchie urbaine traditionnelle éclate et le rapport entreprises clientes/fournisseurs de services s'organise autour de deux pôles inégaux : l'agglomération paloise pour les services revêtant la plus grande banalité, l'agglomération parisienne (où se concentrent les sièges sociaux des entreprises) pour les services de niveaux moyen à supérieur ; les sièges sociaux tout puissants faisant directement appel, dans ce cas, à des pourvoyeurs de services situés près d'eux.

6En somme, en fonction de la taille et du degré d'indépendance des établissements béarnais et aturiens clients des entreprises de services, deux modèles de gravitation urbaine se discernent : un réseau hiérarchique de facture classique et de dimension nationale, accordant tout de même à Pau une place privilégiée ; un système dualiste ou bicéphale, organisé sur la base de relations intenses et dissymétriques entre Pau et Paris.

7Outre ces résultats qui tendent à remettre en cause une vision trop classique des armatures urbaines, calquée sur le modèle hiérarchique de Christaller et ses nombreux avatars des années 1960, notre recherche a permis de modifier sensiblement quelques unes des hypothèses que nous formulions dans notre introduction. A ce propos, nous aimerions insister sur quatre points principaux.

8- Il existe bien, nous l'avons vérifié, une hiérarchie de biens et de services correspondant grossièrement à une hiérarchie de centres urbains qui les distribuent à défaut de toujours les produire. Cependant, cette double hiérarchie corrélée demeure fragile et très dépendante de la structure, de la taille, du degré d'autonomie des entreprises ou des agents économiques que l'on considère. De plus, le niveau des métropoles d'équilibre, à l'échelle d'une région comme l'Aquitaine, constitue un maillon relativement faible du réseau (vu depuis Pau notamment), facilement escamotable du fait d'une tendance au dialogue direct entre les entreprises parisiennes de services et les établissements industriels situés dans l'orbite de la ville moyenne régionale, mais dépendant de groupes puissants ou simplement organisés en réseau.

9Il s'agit là, peut-être, de la traduction d'une caractéristique française, reflet de la spécificité d'un réseau urbain national très polarisé à ses deux extrêmes, d'une part par l'hypercentre parisien, d'autre part par le très grand nombre de villes petites et moyennes, bien ancrées dans leur milieu, infra-base de l'armature urbaine particulièrement dense, qui fait l'originalité de l'espace français dans le tissu européen. Dès lors, les métropoles régionales tard venues et artificiellement promues par la politique d’aménagement du territoire, marqueraient toujours le pas et n'exerceraient, en dehors de leur zone d'influence directe (certes élargie depuis trente ans), qu'un rayonnement économique de portée régionale modérée.

10- Malgré ce que l'on dit et ce que l'on écrit sur l'émergence plus ou moins spontanée, à partir de pures images valorisantes, de pôles de services ou de technologies avancées, il semble bien, au vu de notre étude, qu'en matière de services aux entreprises, les économies d'échelles et d'agglomération continuent à fonctionner et favorisent toujours les phénomènes de polarisation, notamment aux deux extrêmes de la qualification des services : tant pour les plus rares, les plus spécifiques et les plus coûteux, que pour les plus communs. Cette polarisation accrue souligne paradoxalement, aujourd'hui encore, à une époque où chacun ne jure plus que par la discontinuité spatiale et que par la logique des réseaux, l'importance économique et sociale (par le biais des rapports humains fondés sur les pratiques quotidiennes) de la contiguïté géographique, des territoires d'interconnaissance, de la sensibilité culturelle partagée reposant sur des fondements historiques et patrimoniaux localisés.

11- Dans le cadre géographique des villes d'Aquitaine, (progression de l'audience bayonnaise au sud de l'Aquitaine) la zone d'influence de Pau ne se rétracte nullement, contrairement à ce que certains indices récents laissaient croire. Cependant, dans une période d'économie difficile, tant pour l'agglomération de Pau-Lacq que pour l'ensemble du Béarn, Pau rencontre à l'ouest, au contact du Pays basque et du Béarn, la concurrence de Bayonne. Une zone de partage s'établit à égale distance des deux villes, délimitant deux aires parfaitement symétriques, y compris dans leur domaine d'interférence grossièrement représenté par la Soule. A vrai dire, dans ce face à face Pau-Bayonne, la nuance prime singulièrement sur toute position tranchée. Pau, plus solide en potentiel de services aux entreprises annexe dans sa clientèle plusieurs entreprises industrielles du BAB et contrôle l'ensemble formé par le Béarn et la Soule, même si les établissements tertiaires du district de Bayonne interviennent aussi, çà et là, en Béarn. Les unités de services bayonnaises, en revanche, ne pénètrent jamais dans l'agglomération paloise. Hors du Pays basque, elles n'exercent guère leurs activités dans l'aire des Pays de l'Adour. Ajoutons que la position paloise se renforce du fait de sa centralité par rapport à ceux-ci. La ville développe à ce titre une zone d'influence plus étendue que Bayonne, dans la mesure où elle englobe, à l'est, une petite partie de la Bigorre et quelques cantons du Gers, établissant avec Tarbes des liens de complémentarité (plus que de concurrence ?) qui mériteraient d'ailleurs d'être approfondis et mieux connus. Au total, Pau constitue une capitale très partielle, très incomplète des Pays de l'Adour, qui entretient par ailleurs assez peu de rapports économiques avec Bordeaux, sa métropole régionale de rattachement (Aquitaine). Bayonne-Anglet-Biarritz dessine en contrepoint le profil d'une agglomération à rayonnement essentiellement basque et sud-landais (Sud-Ouest de ce département plus exactement), dotée d'une faible capacité régionalisante, mais ouverte à de larges relations interurbaines, tant nationales qu'internationales (rapprochement récent avec Saint-Sébastien) : ville de réseau plus que de "maille" (Raffestin, 1980) en quelque sorte.

12En définitive, l'espace régional nouveau le plus flagrant, forgé depuis trente ans autour de Pau, correspond essentiellement à une aire micro-régionale englobant, de part et d'autre du Gave, l'axe central du Béarn : de Nay et de Pontacq au sud-est, jusqu'à Orthez au nord-ouest. Cet ensemble linéaire à caractère industriel et urbain annexe, au nord et au sud, des zones de périurbanisation qui tendent à couvrir aujourd'hui l’essentiel du Béarn, à l'exception des trois vallées pyrénéennes du Sud. Plus qu'une extension de zone d'influence, le phénomène traduit plutôt une transformation radicale du rayonnement palois (cf. figure 22).

13A vrai dire, cette petite région urbaine s'est autant édifiée dans l'orbite du périmètre de Lacq qui en fut le véritable moteur que dans celle d'une cité paloise peu active jusqu'à la découverte des ressources de gaz naturel (années 1950). Plusieurs petites villes, ou gros bourgs au souffle bien court, relaient l'influence, vite caduque dans l'espace, du système urbano-industriel "Pau-Lacq" : Orthez à l'ouest, Oloron-Sainte-Marie au sud-ouest, Coarraze-Nay à l'est ; rien ou presque vers le nord, si ce n'est les bourgs centres de Lembeye, de Garlin ou d'Arzacq et d'Arthez-de-Béarn ! Ce qui fait avant tout la lisibilité de cettte micro-région urbaine, c'est la composition particulière de son instance économique. Celle-ci articule en effet, de façon singulière, quatre modes de production principaux. Deux d'entre eux y jouent un rôle prédominant : le mode de production étatique-capitaliste et le mode de production capitaliste (Fossaert, 1977). Plus puissant dans l'axe Pau-Lacq que dans la formation économique nationale (française), le premier se résume surtout à une omniprésence du groupe Elf-Aquitaine dont l'impact local atteint une intensité qui tourne à l'obsession. Plus discret, le mode de production strictement capitaliste (à tendance monopolistique) concerne des branches de production plus variées. Il associe les industries aéronautiques et mécaniques, la chimie et de plus en plus le secteur agro-industriel moderniste, même s'il se teinte parfois, dans cette dernière sphère, d'un vernis coopératif. Notons qu'une grande partie du secteur tertiaire s’inscrit aussi dans ces deux modes de production. Un troisième système productif, bien représenté sur l'axe Pau-Lacq, subit d'une certaine façon la domination du mode de production capitaliste, tissant avec lui des liens de complémentarité qui n'excluent pas, çà et là, la définition d'un espace de liberté. L'artisanat industriel et la petite ou moyenne entreprise de sous-traitance, les services marchands aux entreprises, la prospection pétrolière et l'exploitation agricole moderniste en esquissent les contours. On peut lui agréger les très nombreuses entreprises qui représentent les différentes formes du capitalisme marchand : commerces de gros et de détail, négoce des denrées agricoles, services aux personnes, etc... Là, rien de très original en regard de la formation économique nationale. Le quatrième groupe réunit pour sa part des modes de production sous-intégrés et résiduels, parfois obsolescents. Citons les vestiges du mode de production paysan (ou agricole traditionnel) maintenus en état de survie, à la marge, grâce à la pluri-activité ou, tout au moins, à la double activité des chefs d'exploitation et des aides familiaux. Quant aux petites et moyennes entreprises productrices de biens de consommation (chaussure, textile, secteur alimentaire), héritages souvent moribonds du capitalisme familial d'antan, elles ont à peu près toutes succombé au cours des trente dernières années, quand elles n'ont pas fait l'objet d'une solide restructuration.

14Au total, la formation économique qui a donné naissance à la micro-région Pau-Lacq (étendue jusqu'à Orthez et jusqu'à la limite des Hautes-Pyrénées) ne s'écarte que fort timidement de son homologue national. En matière de structure et d'articulation des divers modes de production qui la composent, elle n'en constitue qu'une variante, surtout mise en relief par l'effet d'échelle qui attribue localement, dans une aire paloise à rayonnement finalement étroit, un rôle surdéterminant au groupe Elf-Aquitaine. La représentation sociale largement partagée, patiemment construite depuis plus de trente ans, d'une économie de bassin (Pau-Lacq pour simplifier) hypertrophie d’ailleurs ce rôle. Elle fut, pendant de longues années, et demeure largement un obstacle à toute créativité économique, à toute innovation sectorielle. Elle tend à enfermer Pau et son agglomération dans une pernicieuse économie de bassin, au lieu de l'ouvrir sur une économie de réseau et de contribuer, par la même occasion, à l'épanouissement de sa zone d'influence. La restructuration de l'espace béarnais autour de l'axe Pau-Lacq, durant les trois dernières décennies, démontre que les représentations sociales d'une réalité structurelle (géo-économique) nourrissent une idéologie qui tend à orienter la nature et les formes du pouvoir politique, comme les pratiques et les rapports sociaux. Ainsi, dans une aire de ce type, toute référence active à l'économie, tout système de sociabilité enregistrent, d'une part, la tutelle d'une logique qui reflète les valeurs éminentes de la formation économique, d'autre part le modèle des rapports inter-individuels qui régissent la vie quotidienne dans le système productif et paraproductif. Plus que la coupure spatiale et que le découpage administratif, ce sont ces traits idéologiques qui séparent aujourd'hui le système Pau-Lacq de l'agglomération tarbaise toute proche.

Figure 22 : LES PAYS DE L'ADOUR : ESQUISSE D'UN MODELE GRAVITAIRE DE RESEAU URBAIN, (échelons supérieurs)

Figure 22 : LES PAYS DE L'ADOUR : ESQUISSE D'UN MODELE GRAVITAIRE DE RESEAU URBAIN, (échelons supérieurs)

Figure 23 : L’AXE ORTHEZ-LACQ-PAU-NAY AU CŒUR DES PAYS DE L’ADOUR

Figure 23 : L’AXE ORTHEZ-LACQ-PAU-NAY AU CŒUR DES PAYS DE L’ADOUR
  • 6 "Métastructure socio-spatiale" : ensemble des structures multiples, constituées d'éléments et de ra (...)

15Sur un autre plan, l'étude des phénomènes de polarisation, de gravitation et de hiérarchie urbaines, considérés à partir des services marchands aux entreprises, nous apprend qu'il est très difficile de définir globalement, toutes fonctions confondues, le niveau hiérarchique (synthétique) d'une ville dans une armature urbaine donnée. Il existe sans doute autant de réseaux et de rapports centre-périphérie qu'il y a de fonctions et (quasiment) d'individus (ou tout au moins de groupes suffisamment significatifs d'individus). Dans ces conditions, il serait intéressant de tenir compte des représentations spatiales des divers agents de la vie urbaine, d'étudier la manière dont ils vivent et déforment les rapports hiérarchiques, prétendument objectifs, que le chercheur observe et décrit entre les villes. Nous nous sommes quelque peu essayé à cette approche dans la présente étude. Nous avons pu mesurer combien, par exemple, les chefs d'entreprises locaux surévaluent la centralité paloise ou bayonnaise (et du coup encouragent le développement des fonctions locales), tout en la replaçant dans un réseau urbain relativement complexe, constitué de niveaux bien hiérarchisés. En revanche, le dirigeant d'un établissement palois dépendant d'un siège parisien a une représentation beaucoup plus étroite du marché local des services et tend à considérer la ville moyenne comme un simple relais technique de l'hypercentre parisien. Entre ces deux images, c'est la territorialité des acteurs, rapportée à leur histoire et à leurs conditions d’existence, à leur "habitus" spatial en quelque sorte, qui fait incontestablement la différence. Notre intuition initiale se confirme, c'est sans doute vers une phénoménologie des systèmes urbains, des rapports entre les villes, qu'il convient, désormais, d'orienter une partie des recherches de la science régionale. Or, si la phénoménologie sous-entend un retour à l'homme, l'individu ne se confond jamais avec une conscience pure. L'acteur économique qui contribue à produire, par son initiative, les relations interurbaines, reste un agent conditionné par ses rapports sociaux. Il prend librement ses décisions, mais dans les limites de sa "métastructure socio-spatiale" (Di Méo 1991a - 1991b)6. La construction plus ou moins spontanée des réseaux de villes (fondés sur des choix autant politiques que géographiques) témoigne de ce fait. Si Pau, Tarbes et Lourdes se sont engagées, en 1991, dans une coopération volontaire au sein d'un "réseau de villes", sous le patronage de la DATAR, si Bayonne marque quelques hésitations pour les rejoindre, c'est sans aucun doute en fonction de l'identification d’enjeux et d'intérêts concordants dans le premier cas (même s'ils ne gomment pas totalement les rivalités), globalement plus divergents dans le second. Par delà les indéniables concurrences qui subsistent entre les trois villes voisines, la formation du réseau Pau-Tarbes-Lourdes illustre la prise de conscience, par les édiles, de la nécessaire collaboration des trois cités au cœur d'une petite région urbaine en gestation. La position attentiste du district de Bayonne-Anglet-Biarritz qui regarde plutôt vers Saint-Sébastien et le manque d'empressement de Pau (euphémisme ?) pour solliciter sa participation au réseau, ne traduisent-ils pas au contraire l'appréciation réciproque de rapports interurbains globalement plus antagoniques que convergents (affrontement hégémonique ?) entre les deux grosses agglomérations des Pyrénées-Atlantiques ? En rejoignant seules le réseau des trois villes du centre de l'Adour, Bayonne et les communes de son agglomération se condamnaient à former la marge ou, au mieux, le contrepoids un peu faible du tripôle Pau-Tarbes-Lourdes. En jouant d'abord sur la réunion des maillons d'un axe urbain international Guipuzcoa-Côte basque Nord-Dax, le district de Bayonne-Anglet-Biarritz peut espérer occuper l'articulation future d'une puissante configuration urbaine qui se développerait dans deux directions : du nord au sud, de Saint-Sébastien, voire de Bilbao à Dax ; de l'ouest à l'est, de Bayonne à Tarbes.

16Signalons que le travail que nous achevons ici mériterait d'être complété par d'autres études qui s'efforceraient, comme nous l'avons fait pour l'identification des lignes de partage entre les influences de Pau et de Bayonne, de définir les rapports et les interférences qui existent entre Pau et Tarbes, entre Pau et Mont-de-Marsan... Il conviendrait aussi de repérer en fonction de quelle logique et à partir de quelles limites géographiques, la clientèle des services relativement rares présents dans la capitale béarnaise bascule dans l'aire d'attraction de Bordeaux, au nord de Pau... Bref, ce texte n'offre qu'une restitution incomplète du rôle de Pau dans l'ensemble formé par les villes de l'Aquitaine et de Midi-Pyrénées, la recherche reste ouverte, nous en sommes parfaitement conscients et nous y travaillons.

  • 7 Il faudrait aujourd'hui ajouter à ce groupe une demi-douzaine de petits établissements tertiaires ( (...)

17Dans un autre registre, la présentation du pôle pétrolier palois qui s'organise autour de la Société nationale Elf-Aquitaine (Production) et du groupe des entreprises parapétrolières des Pays de l'Adour, nous a permis d'évaluer de quelle façon une ville moyenne inscrite dans une armature urbaine régionale au fonctionnement médiocre peut s'évader d'un tel cadre pour participer à un réseau international : celui de l'exploration et de la production des hydrocarbures. Ainsi, à l'instigation d'Elf-Aquitaine, l'activité pétrolière a attiré autour de Pau (aire des Pays de l’Adour) une quarantaine d'entreprises : établissements ou simples antennes de sociétés françaises et de groupes multinationaux étrangers, entreprises locales aussi... Toutes, ou à peu près, se spécialisent dans la fabrication et dans l'exploitation du matériel de forage7. La plupart d’entre elles constituent des bases opérationnelles au rayon d'action plus ou moins large, parfois international. La vigueur et la complexité de ce pôle varient singulièrement avec la conjoncture pétrolière mondiale. Lorsque nous avons effectué nos enquêtes auprès des entreprises parapétrolières, en 1988-1989, les cours mondiaux du baril de brut étaient au plus bas, l'exploration des hydrocarbures languissait ; bref le pôle pétrolier s'effilochait. En 1991, après la guerre du golfe, il reprend vie et de nouvelles connexions s'établissent entre les entreprises paloises. L'on reparle de "faire quelque chose ensemble" pour améliorer les aménités qu'offre le site palois. L'on songe ça et là à se rapprocher, entre firmes, pour conquérir tel ou tel marché... Mais qu'à nouveau, en 1992, les cours retombent et tout, une fois de plus, sera remis en question. Ainsi, dans la ville moyenne, les opportunités d'une percée internationale, réelles pour certaines branches d'activités, restent fragiles et éphémères : faute d'appui, faute de substance urbaine (densité des hommes, des services et des capitaux).

18Notre étude détruit en grande partie l'hypothèse selon laquelle la ville moyenne serait apte à développer une fonction de pôle international de spécialité de plein exercice. L'exemple de Pau et du système pétrolier/parapétrolier aturien montre en effet que même placée dans des conditions idéales (cadre de vie et volonté politique locale, effet historique d'investissements industriels et de recherche maintenant anciens : années 1960 surtout...), la ville moyenne (périphérique) et sa région souffrent de handicaps de taille, d’une sorte de déficit d'attraction gravitaire, très difficilement surmontables dans un pays comme la France. En effet, ni le pouvoir de décision (dans la plupart des cas), ni l'innovation technique ou la formation professionnelle très pointue (à quelques exceptions près dans ce dernier cas), indispensables à ces entreprises, ne trouvent place dans l'agglomération de Pau ou dans les Pays de l'Adour. Si tant est qu'il existe, le pôle pétrolier et parapétrolier palois ressemble beaucoup plus à un centre opérationnel de services qu'à un technopôle réellement novateur, d'audience internationale, dont les différentes unités constitutives fonctionneraient en synergie. Une fois de plus se vérifie, toujours tenace bien qu'affaiblie, la règle des hiérarchies urbaines au sein des réseaux. A moins que l’enclavement et la marginalité géographiques, le facteur environnemental de situation, privent tout simplement, dans le cas de Pau, la ville moyenne périphérique d'une partie de ses chances de décollage économique.

19Ce diagnostic paraît quelque peu contradictoire avec les grandes tendances d’une industrialisation contemporaine gourmande de hautes technologies et d'implantations méridionales, que ce soit en Europe occidentale (Sud de l'Angleterre et de la France, Bavière) aux Etats-Unis (Sud et Sud-Ouest de l'Union) ou au Japon (Kyu-Shu en particulier). Dans un tel contexte, nos villes moyennes du Sud de l'Aquitaine sont-elles capables de trouver un second souffle ? Peuvent-elles amorcer une croissance et s'arracher à leur rang hiérarchique modeste ? Ancien délégué à l'aménagement du territoire, J.F. Carrez rappelait récemment que "notre vision du réseau urbain français est en train d’évoluer", car, précisait-il, "le système hiérarchisé des villes 'à tout faire' n'offre plus un éventail de services suffisamment spécialisés pour correspondre aux nouveaux besoins". Et d'ajouter : "comme une entreprise qui doit affirmer sa production de biens et de services, une ville doit maintenant offrir une gamme fonctionnelle étendue, qui corresponde aux besoins des entreprises, des consommateurs et de son environnement géographique, mais qui puisse aussi la différencier des autres" (in Dommergues et Gardin, 1989). R. Brunet (1989) défend des idées voisines lorsqu'il distingue les gros centres administratifs pas toujours dynamiques (archopoles), et les "europoles" de toutes tailles, capables d'inventer, de trouver, de tracer leur propre trajectoire, donc de provoquer du désordre dans les réseaux urbains. R. Brunet dénonce, à ce propos, ce qu'il appelle "l'ordre sacré" des pyramides urbaines, cette "vision hiérarchique et bureaucratique" qui "présida aux constructions intellectuelles du premier aménagement du territoire". Elle demeure encore vivace et l'on prétend toujours que sous Paris, il faudrait dix villes, "commandant chacune à dix villes et ainsi de suite..." Naguère on sacrait "métropoles d'équilibre" ces têtes de réseau note R. Brunet : "elles devaient équilibrer Paris et entraîner leur région..." On sait ce qu'il en fut ajoute-t-il : "des villes se sont développées, pas toujours selon les rangs qui leur étaient assignés. Les métropoles désignées n'ont rien 'équilibré', Paris étant plus puissant aujourd'hui que jamais. Elles n'ont rien entraîné, au contraire : elles ont eu plutôt tendance à vider un peu plus leur région au profit de l'agglomération centrale, qui s'est étendue. L’innovation, le développement n'ont pas diffusé autour d'elles comme taches d’huile, mais sont passés par de tous autres canaux, bien plus directs et parfois inattendus. Il s'est heureusement passé beaucoup de choses en dehors d'elles : Grenoble, Rennes, Montpellier, voire Caen, Pau, Orléans, Avignon, le savent et s'en réjouissent". A vrai dire, ces conceptions prométhéennes, pour aussi séduisantes qu'elles fussent, doivent être tempérées à la lumière des recherches effectuées en Amérique du Nord par A.J. Scott (1988) et M. Castells (1987). Celui-ci a notamment montré que si les villes du Sud enregistrent, surtout dans les zones des Etats-Unis jusqu'alors indemnes de passé industriel, les gains d'emplois les plus spectaculaires, fournis par les branches manufacturières à hautes technologies, il s'agit le plus souvent d'activités n'exigeant qu'une main-d'œuvre de qualification modeste. En revanche, les grands centres du Nord-Est atlantique groupent les emplois nouveaux les plus qualifiés et accueillent toujours le pouvoir décisionnel des entreprises. Il y a donc moins de perturbation qu'il n'y paraît dans les réseaux urbains, aux Etats-Unis comme ailleurs. Cependant, l'on peut douter, à la manière de R. Brunet, que les métropoles régionales françaises jouent pleinement le rôle d'animatrices régionales, de relais fonctionnels entre les villes moyennes et le centre parisien, bref cette fonction médiatrice que l'aménagement du territoire et l'approche théorique de Rochefort et Hautreux (1964) avaient tenté de leur conférer. Le recours à Paris de plus en plus direct auquel procèdent les entreprises consommatrices de services situées en Pays basque, en Béarn ou en Bigorre, montre les limites du rayonnement des métropoles régionales (Bordeaux et Toulouse), dans le cadre du ressort administratif que leur assigne la loi. Ainsi, nombre d'agglomérations métropolitaines françaises qui s'inquiètent aujourd'hui de leur vocation internationale pourraient aussi s'interroger sur leur véritable dimension régionale.

20Nous avons voulu dépasser les étroites limites d'une étude de cas fondée sur une stricte méthode inductive. Plutôt que d'aborder notre sujet d'un œil soi-disant objectif et original, nous avons préféré ancrer nos observations dans un corpus théorique, celui des lois de la gravitation et de l'attraction hiérarchique des villes, quitte à revisiter ce modèle explicatif en formulant des hypothèses qui jettent à dessein quelques doutes sur sa validité. Une autre hypothèse fondamentale, pivot de notre démonstration, réside dans la valeur particulièrement heuristique, pour la connaissance des phénomènes de polarisation urbaine, que nous attribuons aux "services marchands aux entreprises", facteurs et témoins les plus éloquents, à nos yeux, de la centralité que recèlent les villes contemporaines. Quoi qu'il en soit, cette méthode déductive nous permet d'aboutir aux résultats plus haut cités, modestes mais solides, porteurs de quelques perspectives claires en matière d'aménagement et de développement régional. Ainsi, il ressort des conclusions auxquelles nous sommes parvenus que l'agglomération paloise encore trop repliée sur elle-même et sur le bassin d’activités Pau-Lacq malgré les progrès de son ouverture nationale et internationale, doit absolument jouer la carte, dans le futur, de l'innovation et de la communication au sens large. Sur ce plan, nombre de réalisations ont été entreprises, à Pau, depuis quelques années : la création d’un parc d'activités faisant appel à de hautes technologies, le développement de l'Université s'inscrivent dans ce mouvement. Bien qu'onéreuses, des opérations (malheureusement municipales par défaut d'intercommunalité) comme la construction du Centre commercial Bosquet au cœur de Pau, ou celle du Palais des Sports et du Zénith, celle prochainement envisagée d'un Palais des Congrès, illustrent un peu tard ce qu'il aurait fallu proposer une ou deux décennies plus tôt. Elles ne peuvent qu'accroître la capacité attractive de l'agglomération et la taille de son aire d'influence ; elles ne peuvent qu'améliorer son image. Il reste cependant beaucoup à faire dans ce domaine et, au premier rang des urgences, figure l'indispensable liaison autoroutière entre Pau et Bordeaux vers le nord, Pau et Toulouse (partiellement réalisée) vers l'est, Pau et l'Espagne (Saragosse) vers le sud. A ce propos, nul ne peut encore imaginer les modifications qu'enregistreront dans les prochaines années les relations Pau-Bayonne (côte atlantique) que nous avons brossées dans ces pages, lorsque la mise en circulation de l'autoroute reliant les deux villes (fin 1991) aura porté ses fruits. A Pau qui manque cruellement d'articulation régionale hors des limites du Béarn, il convient d'offrir, dans une perspective de développement de son potentiel de situation, de nouvelles chances d'améliorer ses moyens de communication et ceci à toutes les échelles et sous toutes les formes. En matière de désenclavement par un système autoroutier, l'agglomération paloise risque d'être victime de ses alliances actuelles, par ailleurs tout à fait légitimes. Ainsi, la contractualisation de rapports complémentaires avec Tarbes et Lourdes incite les trois villes à réclamer une liaison vers Bordeaux decentrée vers l'est, desservant à égalité les trois entités urbaines du réseau. Or, cette solution s'avère la moins réaliste, c’est celle qui imposera les délais d'exécution les plus longs, celle dont l'issue paraît la plus aléatoire. Le rapprochement institutionnel de Pau et de Bayonne (non exclusif) aurait au contraire milité en faveur d'une infrastructure autoroutière moins exigeante en investissements de fonds, en consommation d'espace et en travaux : soit une bretelle tracée entre l’autoroute A 64 (au droit d'Orthez par exemple) et la voie rapide Bayonne-Bordeaux. Tout en plaçant l'agglomération tarbaise sur un réseau autoroutier relié à la métropole bordelaise, cette solution plus sage permettrait aussi d'améliorer la situation géographique du complexe d'activités industrielles de Lacq-Mourenx comme de l'agglomération de Mont-de-Marsan. Bien entendu, une telle politique ne doit pas s'effectuer au détriment du milieu et l'on est quelque peu inquiet de l'absence d'un véritable débat démocratique sur le double enjeu, pas forcément inconciliable, de l'environnement et du développement au pied des Pyrénées, comme dans leurs principales vallées. Là, le silence, la timidité excessive de la région Aquitaine (de Bordeaux en conséquence) et de l'Etat pèsent lourd. L'impératif de la communication concerne aussi, en Aquitaine, ses formes immatérielles.

Notes

6 "Métastructure socio-spatiale" : ensemble des structures multiples, constituées d'éléments et de rapports, tant sociaux que spatiaux, propres à chaque individu et qui le rattachent au monde. Au-delà de chacune de ces structures, la métastructure forge l'unité de l'espace vécu que construit chaque acteur social.

7 Il faudrait aujourd'hui ajouter à ce groupe une demi-douzaine de petits établissements tertiaires (services informatiques pour l'essentiel), souvent affiliés à des groupes travaillant pour le secteur pétrolier exploration-recherche-production, qui se sont installés dans le nouveau parc technologique (Pau-Hélioparc) de Pau, au cours des deux ou trois dernières années.

Table des illustrations

Titre Figure 22 : LES PAYS DE L'ADOUR : ESQUISSE D'UN MODELE GRAVITAIRE DE RESEAU URBAIN, (échelons supérieurs)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15225/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15225/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 23 : L’AXE ORTHEZ-LACQ-PAU-NAY AU CŒUR DES PAYS DE L’ADOUR
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15225/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search