Version classiqueVersion mobile

La ville moyenne dans sa région

 | 
Guy Di Méo
, 
Franck Guérit

Chapitre IV. Pôle pétrolier et hiérarchie urbaine

Texte intégral

1Depuis la découverte et le début de l’exploitation des gisements béarnais d’hydrocarbures, à la fin des années 1950, la zone de Lacq (à l'ouest de Pau) et l'agglométration paloise ont été affectées par un développement intense, surtout au cours des décennies 1960 et 1970. Elles ont été promues au rang de pôle d'activités pétrolières (techniques de la recherche, de l'exploration et de la production). Cette spécialisation inscrit la ville de Pau et son environnement dans un réseau national et international d'échanges technologiques et commerciaux inter-entreprises. Celui-ci n'a plus rien de commun avec les hiérarchies et les champs de gravitation que nous avons décrits dans les trois premiers chapitres de cet ouvrage. Il semble bien, a priori, que le secteur des hydrocarbures hisse Pau au niveau d'un réseau international de spécialités qui l'arrache à de trop strictes attaches régionales. Nous avons pu mesurer, d'ailleurs, de quelle façon les entreprises locales, souvent liées au secteur pétrolier, s'adressent directement à des partenaires parisiens ou d'autres métropoles, sans référence obligée au contexte aquitain. De là à penser qu'une fonction autonome de services aux entreprises pétrolières, assez proche de l'image que l'on se fait des activités et des objectifs d'une technopole, se construit entre Pau et Lacq, il n’y a qu’un pas... C’est, en tout cas, l’hypothèse que nous avons posée au départ de la présente élude. Cependant, si Pau constitue un pôle pétrolier de hautes technologies, il s'agit aussi d'un pôle pétrolier en crise. Le déclin inexorable des gisements béarnais d'hydrocarbures, les difficultés multiples des entreprises parapétrolières soumises aux à-coups des crises successives de l'économie minière, les licenciements de personnel qui en résultent ; bref, tout nous incitait à penser que la situation n'était pas forcément brillante et que le pouvoir d'attraction de Pau risquait d'en souffrir.

2Un peu à part dans ce contexte, mais maîtresse du jeu tant par sa taille et par sa capacité d’innovation que par le rôle de leader et de commanditaire qu’elle joue auprès des établissements parapétroliers des Pays de l'Adour, la Société nationale Elf-Aquitaine (Production), assise sur le trésor aujourd’hui quasi vide de Lacq, mais riche aussi, désormais, d'autres avoirs, donne une impression de santé et de puissance qu'attestent sans dicussion ses bons résultats financiers. Longtemps, l'on a pu penser qu'elle se retirerait de Pau et du piémont pyrénéen après l'interruption de l'exploitation du gaz naturel et de l'huile en Béarn (Di Méo, 1984). En fait, la construction à Pau de la première tranche du Centre scientifique et technique Jean Feger du Cami-Salié, (spécialisé dans les techniques de l'exploration et de la production des hydrocarbures) au début des années 1980, suivie de la mise en œuvre d'une seconde tranche dix ans plus tard, laisse augurer d’un ancrage solide de la société nationale en Béarn, pour une durée minimum de vingt ou trente ans. Dès lors, la problématique du pôle pétrolier rebondit quelque peu. Il est bon d'analyser son contenu afin d'estimer de quel degré d'autonomie il dispose, de s'efforcer d'évaluer dans quelle mesure il peut constituer un tremplin pour le développement de fonctions paloises qui s’évaderaient du carcan des aires de dépendance régionales et de l'emprise traditionnelle des réseaux urbains.

3Ce chapitre vise donc un triple objectif. Il s'efforce d'abord de dresser un bilan du pôle pétrolier et parapétrolier palois, en tenant compte bien entendu du poids d'Elf-Aquitaine (Production), mais aussi de celui de toutes les entreprises qui, à partir de leurs unités de Tarbes, de Pau ou de Lacq interviennent dans les activités d'exploration et de production des hydrocarbures, à l'échelle nationale ou mondiale. Deux questions essentielles seront ensuite posées : quel est le pouvoir de commandement, la capacité décisionnelle dont disposent à Pau ces divers établissements ? Existe-t-il entre eux un tissu relationnel susceptible de créer des effets synergiques, d'ébaucher ou de confirmer une structure de technopôle pétrolier ? C'est à ces deux interrogations qui nous semblent primordiales pour savoir si Pau peut ou non ouvrir une brèche décisive dans le treillis des réseaux urbains régional et national, que nous souhaitons apporter une réponse. De fait, nous nous sommes vite rendu compte que l'activité parapétrolière du pôle pétrolier palois s'étend à l’ensemble des Pays de l'Adour (tout au moins au Béarn et à la Bigorre), tout en se plaçant dans l'aire d’attraction de la ville. Notons qu'il s'agit là d'un argument incontestable quant à l'aptitude du chef-lieu des Pyrénées-Atlantiques à organiser un espace régional.

4D'un point de vue méthodologique, nous nous sommes appuyé sur un "comité de pilotage et de conseil" constitué par des personnalités appartenant à Elf-Aquitaine et à diverses entreprises parapétrolières. C'est grâce aux renseignements fournis par ce groupe et avec le secours de sources plus traditionnelles (fichier ASSEDIC, fichier Chambres de Commerce et d'industrie de Pau et de Tarbes, annuaire téléphonique) que nous avons repéré, dans un premier temps, les entreprises concernées. Nous avons ensuite réalisé un "guide d’entretien" construit autour de trois thèmes principaux : origine et évolution de l'entreprise ; organigramme, fonctions, horizons d'activités (i.e. géographiques) ; rapports de l'établissement et du tissu local des industries et des services. Nos entretiens ont débuté au mois de janvier 1987 et se sont poursuivis tout au long de l’année. Sur 33 entreprises des Pays de l’Adour exerçant alors une activité dans les branches pétrolières et parapétrolières, 28 ont bien voulu nous recevoir et participer aux entretiens que nous leur proposions.

5En ce qui concerne la snea (p), il a été très difficile, du fait de l'organisation très complexe de la société, de trouver des interlocuteurs qui conjuguent une vue d'ensemble des rouages du pouvoir dans le groupe et la connaissance plus précise du domaine technologique qui nous intéressait. Nous y sommes néanmoins parvenu et la première partie de ce chapitre retrace ce que représente réellement aujourd’hui à Pau, en termes de pouvoirs et de fonctions concrètes, les établissements d'Elf-Aquitaine. Dans la seconde partie, nous procèderons à l’inventaire du secteur parapétrolier proprement dit, avant de faire le point, dans la troisième, sur les liens qui se développent entre ces différentes unités, dans le cadre régional des Pays de l'Adour et sous le contrôle de Pau.

A - LA SOCIÉTÉ NATIONALE ELF-AQUITAINE (PRODUCTION) EN BÉARN : UN FACTEUR ESSENTIEL DE LA GRAVITÉ PALOISE

6Depuis un peu plus de trente ans, la Société nationale Elf-Aquitaine (Production), ex-Société Nationale des Pétroles d'Aquitaine, exploite les gisements d'hydrocarbures des Pays de l'Adour : seule la plupart du temps, associée à d'autres opérateurs dans quelques cas plus rares (Di Méo 1984). Cependant, à la différence d'esso-rep qui ne possède que des intérêts mineurs sur le piémont pyrénéen, la snea(p) a fondé plusieurs établissements dans le périmètre Pau - Lacq. Si l'usine de Lacq, chargée d’extraire et de traiter le gaz naturel est aujourd'hui en perte de vitesse et emploie moins de 2 000 salariés, les deux établissements palois du groupe : le siège des Allées et le Centre de recherche Jean Feger, installés à l'est et au nord-est de Pau, représentent l'une des plus grandes concentrations mondiales en moyens humains et matériels spécialisés dans la recherche en matière d'exploration-production des hydrocarbures. Ces deux établissements regroupent 2 400 employés dont plus de 1 500 ingénieurs et techniciens disposant d'équipements de très haute technologie, parmi les plus performants du monde. Ce réservoir de matière grise et de savoir-faire se localise surtout sur le site du Centre scientifique et technique du Cami-Salié (Centre Jean Feger) dont une première tranche a vu le jour au début des années 1980 et dont l'extension va prochainement porter sur la construction de quelque 10 000 m2 de bureaux et d'installations (auditorium de 180 places notamment) supplémentaires. Il ne s'agit pas, à proprement parler, d'un développement des activités de la snea(p) sur le site de Pau, dans la mesure où l’opération ne vise qu'à reloger 550 agents de l'exploration-production travaillant actuellement dans des bâtiments préfabriqués. Ce programme qui doit démarrer en 1992 prouve cependant la volonté du groupe Elf de rester dans les Pays de l'Adour.

7Quoi qu'il en soit, à lui seul, cet ensemble d'activités propres à la snea (p) (exploration, production, développement, recherche), avec le travail qu'il crée localement, les mouvements internationaux d'experts et de professionnels divers qu'il suscite, contribue à faire de Pau, dans le sillage de Paris où toutes les décisions importantes sont prises, la "sous-capitale pétrolière" de la France.

8"Sous-capitale régionale" derrière Bordeaux (nous avons vu quelle était la réalité, beaucoup moins évidente, de cette fonction), mais aussi "sous-capitale pétrolière nationale", telle est l'hypothèse que l'on peut formuler concernant Pau. Nous allons l'examiner, dans les pages qui suivent, en nous efforçant d'abord de mesurer le poids décisionnel (le pouvoir) et la faculté d'entraînement économique que revêtent les activités paloises de la snea (p).

1 - La place des établissements palois dans la hiérarchie des fonctions et des pouvoirs au sein du groupe Elf-Aquitaine

9Premier groupe industriel français, Elf-Aquitaine compte plusieurs centaines d'entreprises. Il a été constitué autour d'un chef de file, la Société nationale Elf-Aquitaine, dont une part majoritaire du capital appartient à l'Etat (holding erap), le solde se répartissant entre plus de 150 000 actionnaires. La mission prioritaire du groupe consiste à approvisionner la France en pétrole et en gaz, dans les meilleures conditions économiques et stratégiques. C’est là une tâche qui comporte une gamme très large d'activités et de services, allant de la prospection à la pétrochimie, en passant par la production, le raffinage et la distribution.

10En raison de l'importance que revêt l'activité exploration-production pour la société, la snea (société mère) s’est dotée d'une Direction générale chargée d'animer cette fonction : la DGEP. Elle définit les orientations de l'exploration-production et participe à leur insertion dans la stratégie d'ensemble du groupe. Elle en assure la mise en œuvre sous la pleine responsabilité de son directeur général. Elle dispose d'un état-major et de plusieurs services qui contrôlent les filiales qui lui sont rattachées. Parmi celles-ci, la Société nationale Elf-Aquitaine (Production), partie constitutive de la branche exploration-production, occupe une place particulière dans le groupe. La présentation de cette structure nous permettra de mieux apprécier le rôle qu'elle joue dans la vie du pôle pétrolier palois, de mieux saisir, aussi, les articulations et les relations qu'elle entretient avec le monde parapétrolier.

11Avant de procéder à une présentation de son organisation, il convient de rappeler rapidement le rôle de la snea (p) dans le groupe Elf-Aquitaine. Opérateur de l'exploration-production en France, la snea(p) a la charge du maintien et du développement du potentiel scientifique et technique, de l'élaboration des méthodes de travail pour toutes les filiales exploration-production du groupe. Elle assure ainsi un rôle fonctionnel de recherche, d'étude et d'assistance pour l'ensemble de l'activité exploration-production. Elle se dote dans ce but des directions techniques nécessaires.

Figure 20 : LA SOCIETE NATIONALE ELF-AQUITAINE (PRODUCTION), RÔLE DU PÔLE PALOIS DANS LA REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES FONCTIONS ET DES POUVOIRS

Figure 20 : LA SOCIETE NATIONALE ELF-AQUITAINE (PRODUCTION), RÔLE DU PÔLE PALOIS DANS LA REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES FONCTIONS ET DES POUVOIRS

12La complexité de l'organisation de la snea (p) reflète à la fois la multiplicité des activités qu’elle assure, la densité des réseaux industriels et commerciaux qui la lient aux autres entreprises de l'ensemble Elf, et l'importance des inter-relations qui existent entre les différents centres de décision du groupe.

13Géographiquement, les équipes de la snea (p) ont été réunies sur trois sites : Paris, Pau et Boussens (Haute-Garonne). Chacun réalise une fonction spécifique, possède son propre comité d'établissement et dispose d’une antenne des directions techniques de la société.

14Le pôle palois est constitué d’un ensemble complet de centres de compétences reflétant la variété des métiers pétroliers. Il rassemble en particulier le savoir-faire de la branche exploration-production de la snea (p). Les problèmes technique les plus aigus y sont traités et les grands projets concernant le groupe y sont élaborés. Ce pôle associe deux composantes : l'une industrielle à Lacq, l'autre tertiaire à Pau.

15Le foyer industriel de Lacq reçoit, stocke et transforme les productions d'huile et de gaz de la région. Il expédie les produits raffinés, traités ou transformés, vers les centres de commercialisation et de consommation de tout le pays ; les installations mises en place permettant la production de gaz et de dérivés pétroliers ou/et pétrochimiques. Un centre ou groupement de recherche (300 personnes), consacrant 60 % de ses activités à la chimie, se dresse à côté des unités de production (grl). L'établissement Elf de Lacq constitue par ailleurs le centre des activités de la Direction des exploitations de Lacq (del). Il gère les gisements qui lui sont rattachés (Lacq, Meillon, Saint-Faust, Pécorade). La del forme une structure complète et autonome dont les effectifs sont cependant gérés par la Direction du personnel et des relations sociales, antenne de Pau. Les décisions qu'elle prend couvrent l'ensemble de ses activités, sauf pour les choix hautement stratégiques et les engagements de sommes supérieurs à 500 millions de francs qui relèvent de Paris. La del mène des recherches pour tenter de découvrir de nouveaux champs dans le prolongement des réserves béarnaises actuellement en fin d'exploitation.

16Le pôle tertiaire, ou établissement de Pau, répartit ses services administratifs, techniques et scientifiques entre deux centres distincts. Le Centre des Allées abrite plusieurs directions administratives, géographiques et techniques de la société. C'est un lieu de décision essentiel pour toutes les orientations générales de la snea (p). Il joue également le rôle de "centrale" de gestion des effectifs et de la fiscalité de toutes les filiales de la Société. Le Centre scientifique et technique du Cami-Salié accueille surtout quant à lui des agents relevant de la Direction Production. Il incorpore aussi les divisions de recherche en géologie, géophysique, en technologie des forages et de la production. La cellule informatique qu’il agrège dispose, entre autres, d’un ordinateur gray one qui le dote de l'une des plus puissantes capacités de calcul de tout le pays. Ses résultats sont mis à la disposition de toutes les filiales exploration/production du groupe. C'est dire qu'ils font l'objet d'une très large exportation.

17Ainsi composé, le pôle palois réunit deux des onze "directions" ou organismes équivalents de la snea (p) et en partage un cinquième avec le centre parisien de la Défense : La Direction recherche, développement et relations industrielles (drd-ri). Celle-ci a pour mission principale de proposer et de conduire la politique scientifique et technique de la branche Exploration-Production. Elle coordonne et organise la concentration entre les principaux acteurs de cette politique : la Direction générale et les Directions techniques de la snea (p), les Directions géographiques et les filiales étrangères d'exploration-production. La drdri prépare et fait appliquer les décisions prises par la Direction générale (Paris), en matière de programmes, de budget et de financement, de valorisation du patrimoine scientifique et technique de l'exploration-production. Elle propose et conduit la politique en matière d’association de recherche-développement avec les organismes publics ou privés, avec les autres sociétés pétrolières et plus généralement avec tous les partenaires scientifiques ou industriels. La drd-ri organise et gère les rapports de toute la branche exploration-production du groupe avec les fournisseurs du secteur parapétrolier. A ce dernier titre, l'on peut penser que la localisation à Pau de tels services centraux ne manque pas d'influencer l'implantation des parapétroliers autour de l'agglomération paloise. La Direction exploration (dex) de Pau a pour mission de concevoir et d'améliorer l'utilisation, par les filiales du groupe, du savoir-faire de la société en matière d'exploration. Elle intervient sous forme d'assistance, de prestations et de recherches spécifiques. Autre instance paloise, la Direction production (dpro) prépare les programmes de développement (dimensions techniques et financières) des champs d’exploitation de tout le groupe. Elle gère les compétences de la société ayant trait à la réalisation et à la maintenance des installations de production. Elle dispose de conseillers techniques et de divisions qui lui permettent d’assurer le forage, l’entretien des gisements, l’exploitation et la production.

18En termes de bilan, il apparaît que le pôle palois de la snea (p) (au sens large, c'est-à-dire incluant Lacq) prend en charge une part importante de la production du groupe. Il réalise la recherche scientifique et technique en matière d'exploration et de production pour l'ensemble de la snea. Il contribue intensément à la préparation des décisions prises par la snea (p), ainsi qu'à leur exécution. Il se charge aussi d'une partie de la gestion des finances et du personnel. Ceci dit, il n'en demeure pas moins vrai que toutes les décisions essentielles concernant le groupe Elf dans son ensemble, mais aussi la seule snea (p), sont prises à Paris où se règle également la gestion centrale du personnel et des moyens financiers, ainsi que la grande politique de développement-diversification. Bref, si le pôle palois figure bien parmi les centres vitaux de la snea (p), il n’en constitue pas le cœur décisionnel et n'intervient qu'en position de relais, d'appui stratégique, scientifique et technique de très haut niveau. Il s'inscrit donc dans un binôme relationnel Paris-Pau dominé par la capitale. En conséquence, les activités pétrolières, fondamentales pour l’économie paloise, renforcent le rapport déjà très fort que les entreprises locales entretiennent avec les services parisiens. Elles contribuent donc, à leur tour, à distancer l'agglomération paloise de l'attraction bordelaise (ou toulousaine) et des systèmes urbains tant aquitain que pyrénéen, pour le brancher directement sur des réseaux nationaux et internationaux de spécialités.

2 - Elf-Aquitaine chef de file du pôle pétrolier palois

19L'importance et le rayonnement de la recherche menée dans les établissements spécialisés de Lacq et de Pau, au même titre que les activités développées autour de la formation continue des personnels et que la demande plus générale de services parapétroliers, font du groupe Elf et plus particulièrement de la snea (p) l’incontestable chef de file du pôle pétrolier palois.

20- En matière de formation des personnels, même si chaque établissement (celui de Pau et celui de Lacq) organise ses programmes spécifiques, soit dans le cadre de ses propres structures, soit dans ceux de l'Ecole nationale supérieure du Pétrole et des Moteurs et des unités de formation Schlumberger, cks ou Flopétrol (agglomération paloise), le groupe Elf, pour l'avenir, mise beaucoup plus sur le centre de formation de Boussens (Haute-Garonne) dont il compte faire une véritable figure de proue nationale, que sur des foyers palois ou béarnais qu'il n'envisage guère de développer au cours des prochaines années.

21- La recherche paloise, en revanche, paraît promise à un bel avenir. La moitié à peu près d'un effectif national fort de 4 000 personnes pour tout le groupe Elf se répartit entre le Groupement de recherches de Lacq et (surtout) le Centre scientifique et technique J. Feger du Cami-Salié. Le premier s'efforça longtemps de valoriser la production du gisement de gaz naturel en développant des recherches appliquées en biochimie et en chimie des plastiques, le second est appelé, comme on l'a vu, à s'étendre.

22Si les centres de Pau et de Lacq mettent l'accent sur l'investigation en géologie, en géophysique, dans tous les domaines de l'exploitation, mais aussi en automatisation des systèmes, la recherche en chimie-pétrochimie y est désormais faible.

23De moins en moins chimiste (malgré la présence d'une usine Atochem près de Lacq) dans l'agglomération paloise, le groupe Elf y brille surtout par la présence de la snea (p) et, indirectement, par le secteur parapétrolier dont elle a induit le développement.

24"Nous nous sommes installés à Pau à cause de la découverte du gaz de Lacq et de la présence d'Elf-Aquitaine dans la région..." Telle est la raison principale invoquée par les responsables de 23 des 29 entreprises parapétrolières que nous avons visitées, quand on leur demande d'exposer les causes de leur implantation à Pau. C'est donc la snea (p) qui a attiré les parapétroliers dans les Pays de l’Adour, à une époque où la conjoncture économique et minière était plus favorable. Certes, la compagnie pétrolière n'est plus le client principal que de ses propres filiales et des entreprises les plus performantes localisées dans la région : Schlumberger, Forasol et Géoservices. Au-delà, cependant, sa présence à Pau garantit à l'ensemble des entreprises parapétrolières des Pays de l'Adour un minimum d'activités et de marché. Ce marché tend pourtant à se restreindre. Il devient plus sélectif au fur et à mesure que les crises se succèdent et fragilisent toute l’activité parapétrolière.

25L'analyse des chiffres d’affaires que les entreprises parapétrolières des Pays de l'Adour réalisent au service de la snea (p) montre que cette dernière apporte un volant d'activités appréciable à la plupart des parapétroliers. Pourtant cinq entreprises seulement réalisent des chiffres d'affaires supérieurs à dix millions de francs avec Elf-Aquitaine. Il s'agit de cks, Schlumberger spe , Géoservices, Dowell Schlumberger et Forex Neptune.

26Peu d'entreprises parapétrolières "locales" tirent un chiffre d'affaires supérieur au million de francs des services qu'elles accomplissent pour le compte d'Elf. Certes, l'importance des investissements dépend de la nature des services rendus, mais les Directions de la snea (p), et notamment de la de Lacq et la Mission France de Boussens, accordent un grand intérêt à la taille des entreprises parapétrolières et aux garanties financières qu’elles offrent.

27En somme, malgré sa volonté affichée de fournir du travail à toutes les entreprises parapétrolières des Pays de l'Adour, la snea (p) ne manque pas de faire jouer la concurrence entre elles. Elle sélectionne les plus compétitives et les plus performantes, celles qui consentent les prix les plus bas. Il est bien évident qu'à ce jeu, deux types d'entreprises se distinguent : les petites unités locales qui parviennent à réduire au maximum leurs frais et leurs charges ; les filiales de groupes internationaux très solides. Quant aux entreprises de taille moyenne et de dimension nationale, elles connaissent dans ce contexte de sévères difficultés. La compagnie Elf reste le donneur d'ordres principal de 15 entreprises parapétrolières des Pays de l'Adour. C'est, à la fois, une garantie — car elle leur assure un minimum d'activités — et un danger, car les parapétroliers, ou tout au moins certains d'entre eux dépendent étroitement des commandes du Groupe Elf-Aquitaine. D'ailleurs, des responsables d'entreprises parapétrolières ayant plusieurs donneurs d'ordres (Esso, gdf ...) s'en réjouissent et voient souvent dans cette diversification de leur clientèle une lueur d'espoir pour l'avenir.

28Par les moyens financiers, techniques et scientifiques dont elle dispose à Pau, la snea (p) s'affirme le partenaire souhaité de la plupart des responsables d'entreprises parapétrolières de Pays de l'Adour. L'activité qu'elle offre à ces sociétés, la masse des services qu'elle réclame, la valeur ajoutée qu'elle forme, jointes à son potentiel de formation d'innovation, en font la vitrine et le chef de file du pôle pétrolier palois. Ajoutons que la snea (p) entretient d'étroites relations avec les entreprises parapétrolières des Pays de l'Adour et ces liens renforcent l’image d'un technopôle. Les aspects de ces interrelations seront développés à la fin de ce chapitre. Afin de saisir toute l’importance et tout l'intérêt qu'elles revêtent quant à la formation d'un pôle palois d'activités pétrolières, il nous faut, au préalable, présenter les grands traits du secteur parapétrolier aturien et définir sa dépendance vis-à-vis de Pau.

Tableau 17 - Principaux clients des entreprises parapétrolières des Pays de l'Adour

ENTREPRISES

CLIENT PRINCIPAL

Elf est-il la raison d'installation à Pau ?

SEP BAKER

Elf Aquitaine

NON

SCHLUMBERGER SPE

Elf Aquitaine

OUI

ANADRILS SCHLUMBERGER

Elf Aquitaine

OUI

DOWELL SCHLUMBERGER

Elf Aquitaine

OUI

SMITH INT.

Elf Aquitaine

OUI

VETCO INSP.

Elf Aquitaine

OUI

S2F

Elf Aquitaine

NON

CECA

Elf Aquitaine

OUI

CKS

Elf Aquitaine

OUI

FORASOL

Elf Aquitaine

OUI

COPGO HUNTING

Elf Aquitaine

OUI

CRISTAL PROFOR

Elf Aquitaine

NON

DRILCO OIL TOOL

Elf Aquitaine

OUI

CAMERON

Elf + Esso

OUI

HALLIBURTON

Elf + Esso

OUI

GEOSERVICES

Elf + Esso

OUI

EASTMAN CHRIST

Elf + Esso

OUI

FORATEST

Elf + Esso

OUI

FRANKS FRANCE

Elf + Esso

NON

DAILEY INT.

Elf + Total

OUI

HUGHESTOOL

Elf + Total

NON

SEDCO FOREX

Elf + Total + Esso

OUI

DELTAFOR

Total

NON

DIAMANT BOART

Total

OUI

RIG SERVICES

GDF

OUI

WEATHERFORD

GDF

OUI

NEYRFOR

GDF

NON

VAUTRIN

GDF

OUI

(Sources : enquêtes personnelles)

B - LES ENTREPRISES DU SECTEUR PARAPÉTROLIER À PAU ET DANS LES PAYS DE L’ADOUR (BÉARN ET BIGORRE)

29La localisation, à Pau et à Lacq, d'établissements du groupe Elf-Aquitaine (ex-Société nationale des Pétroles d'Aquitaine) spécialisés dans l'exploration et la production des hydrocarbures, a attiré de nombreuses entreprises de prospection, de forage et de production. Fixés pour la plupart dans l'agglomération de Pau (cf. figure 21), l'on comptait à la fin des années 1980 quelque 33 établissements employant un peu plus de 600 salariés. Loin de révéler les contours d'un ensemble productif homogène, notre enquête a mis en évidence l'existence d'une constellation d'activités industrielles et de services qui brille avant tout par sa diversité et enregistre une absence quasi totale d'articulation interne.

1 - L’agglomération de Pau, épicentre de l’espace parapétrolier aturien

30La figure 21 ne manque pas d'éloquence : l'écrasante majorité des unités du secteur parapétrolier, recensées dans les Pays de l'Adour, élisent domicile dans l'agglomération de Pau (29 sur 33). Pau et quelques unes de ses communes voisines (Billère, Bizanos, Lescar, Serres-Castet, Montardon, Lée et Morlaàs) se partagent une douzaine d'implantations. Hors du périmètre palois, quatre entreprises seulement ont installé leurs bâtiments, essentiellement dans les Hautes-Pyrénées : 3 à Tarbes et 1 à Lannemezan. Finalement, Pau et très accessoirement Tarbes constituent les deux pôles structurants de cet ensemble d'industries et de services : la qualification de pôle pétrolier et parapétrolier palois ne semble, en première analyse, nullement usurpée (nous verrons pourtant qu'il s'agit plus d'une apparence que d'une réalité ; mais n’en préjugeons pas pour l'instant).

31La logique des localisations paloises obéit en gros à deux critères majeurs : tout d’abord, Elf-Aquitaine se trouve à Pau et, nous l'avons vu, les établissements palois de la société abritent les services susceptibles de passer des commandes à de nombreux sous-traitants ; ensuite, dans l'agglomération, quatre zones industrielles situées sur les communes de Lons, de Serres-Castet, de Montardon et de Morlaàs proposent, dans une bonne situation urbaine, des terrains bien équipés et bon marché. En revanche, la présence à Tarbes et à Lannemezan d'entreprises parapétrolières paraît a priori plus insolite, elle ne s'explique que par un concours de circonstances diverses, auxquelles la proximité paloise n'est pas étrangère. En fait, chacun des quatre cas mérite explication et souligne la dimension relativement aléatoire de nombreuses localisations contemporaines d'activités.

32En ce qui concerne l'unité Hughes Tool, sa présence à Tarbes échappe à toute nationalité éonomique apparente, si l'on néglige le fait qu'elle a été fondée, en 1978, à la suite du rachat par l'américain Hughes d'une filiale de Creusot-Loire (la Société de Matériel de Forage, smf), groupe de vieille implantation tarbaise. Cristal Profor dont la première usine fut fondée en 1979 à Séméac, avant d'être transplantée en 1984 à Ibos (agglomération tarbaise), est également née de ce rachat, ou plutôt du refus d'un certain nombre d'anciens de smf de "livrer leur savoir-faire aux américains" (sic). Quant aux deux autres cas, ceux de la Société d’Etudes pétrolières de Tarbes et de s2f à Lannemezan, les règles qui ont présidé à leur localisation relèvent de la stricte appréciation de leurs créateurs : convenances personnelles ou familiales et attachement au "pays". A la différence du pôle palois, les deux petits foyers des Hautes-Pyrénées n'illustrent guère la recherche d'une position territoriale stratégique par les quatre petites sociétés qui les composent.

33De manière paradoxale, près de la moitié des établissements que nous avons visités à l’occasion de notre enquête, soit 13 sur 28, ont ouvert leur portes sur l'axe Pau-Tarbes-Lannemezan dans les années 1980, c'est-à-dire au moment où l'exploitation des ressources régionales d'hydrocarbures déclinait. Il s'agit de Capgo Hunting, Diamant Boart et Foratest nés ou fixés en 1981, de sric installé en 1982, de cks et Anadrill arrivés en 1983, de Schlumberger spe, de Franck France, de Rig Services et de Deltafor présents depuis 1984, de Dailey et de Neyrfor (1985), de s2f (1986)... C'est que de plus en plus, à partir des années 1970, période au cours de laquelle apparurent aussi quatre établissements nouveaux (Christensen en 1972, Weatherford et Hughes Tool en 1978, Cristal Profor en 1979), le pôle aturien d'activités pétrolières et parapétrolières acquiert une dimension internationale et s’évade d'un horizon trop exclusivement régional. Si les crises ou "chocs" pétroliers de 1973 et de 1979, qui ont renchéri le prix d'hydrocarbures devenus rares sur le marché mondial, ont relancé la recherche locale, ils ont également ouvert de nouveaux fronts d'exploration en France et à l'étranger qui intéressent aussi, au premier chef, les établissements parapétroliers aturiens. Reprise de l'exploration régionale et élargissement de l'espace d'intervention des sociétés qui se greffent sur l'axe aturien caractérisent ces années. De fait, les bases paloises des entreprises parapétrolières couvrent des zones d'activités de plus en plus vastes : la France entière pour Dowell, Copgo et Vetco ; l'ensemble du Sud-Ouest pour Halliburton ; la péninsule Ibérique et la France pour Cameron, Franck et Dailey ; la totalité de l’Europe et de l'Afrique pour Anadrill, Sedco Forex, Smith, Eastman Christensen, Weatherford, Hughes Tool et sep -Baker... Si la quasi totalité des unités récentes, apparues après 1970, interviennent au-delà des Pays de l'Adour, la génération antérieure, celle des années 1950 et 1960, ne s’aventure que plus rarement à l'extérieur des frontières de l'Adour : Géoservices, Vautrin, ceca et Forasol n’ont guère d'activités en dehors du piémont pyrénéen et de l'Aquitaine. Bien qu'anciennes en Béarn, Cameron, Halliburton, Smith, Dowell, et Vetco s’orientent au contraire largement vers l’extérieur et ont très tôt prospecté le territoire français.

Figure 21 : LES ETABLISSEMENTS PARAPETROLIERS DANS L'AGGLOMERATION DE PAU

Figure 21 : LES ETABLISSEMENTS PARAPETROLIERS DANS L'AGGLOMERATION DE PAU

2 - Taille et origine des établissements parapétroliers

34Il s’agit là de deux aspects contradictoires du secteur parapétrolier régional. En effet, autant l’origine des entreprises dénote une ouverture internationale et met l’accent sur les connexions mondiales du pôle palois, accréditant au passage la thèse de sa relative puissance, autant en revanche les caractères de l’emploi dans la branche et la taille des établissements qui en forment le tissu témoignent de sa modestie, sinon de sa précarité.

a) Un pôle d'envergure internationale doté d'une capacité de décision réduite

35Plus du tiers des unités que nous avons visitées (10 sur 28) appartiennent à des groupes multinationaux. Dans ce domaine, les filiales de Schlumberger sont les plus nombreuses ; citons Anadrill, Dowell, Sedco Forex et Schlumberger spe.sep -Baker et Hughes Tool dépendent pour leur part de l'Américain Hughes ; quant à Smith international, Cop go Hunting et Eastman Christensen, ils ne constituent que les antennes locales des groupes étrangers du même nom. Cette première catégorie s'inscrit dans une organisation internationale complexe, tant sur le plan technique qu'en matière de finances et de gestion. Un second ensemble, riche de cinq éléments, réunit pour sa part les filiales de sociétés américaines relativement anciennes, généralement fondées entre 1920 et 1940 : Cameron, Dailey, Franck et Weatherford dépendent de leur siège social de Houston, au Texas ; alors que la maison-mère de Halliburton se situe à Duncan, dans l’Oklahoma. Seul européen non français, Diamant Boart se rattache à une firme de Bruxelles.

36Le bilan est donc éloquent, largement plus de la moitié des parapétroliers béarnais ou bigourdans ne sont que des antennes — plus ou moins puissantes et étoffées — de sociétés étrangères, à dominante américaine. De plus, le siège social français de ces bases aturiennes de multinationales ne se dresse jamais à Tarbes et une seule fois à Pau pour l'entreprise américaine Halliburton. Le plus souvent, le pouvoir de décision associé au siège réside dans la Région parisienne : à Neuilly pour Cameron, à Montrouge pour Sedco Forex... Dans ces conditions, le pouvoir palois ou aturien ne pèse guère dans les orientations arrêtées par les firmes, y compris lorsqu'elles concernent leurs bases des Pays de l'Adour. Même si celles-ci, rappelons-le, couvrent des aires géographiques d'intervention parfois très vastes, s'étendant à toute l'Europe, à l'ensemble de l'Afrique et parfois à l'Asie.

37Les entreprises françaises se subdivisent quant à elles en trois catégories. La plus fournie comprend sept entreprises purement locales, nées dans le sillage de l'exploitation du gaz de Lacq. Leur siège social se situe à Pau (cinq) plus rarement à Tarbes (deux). La majorité d'entre elles forment de petites unités travaillant uniquement dans les limites du Sud-Ouest (pour la sric), dans celles des Bassins aquitain et parisien (pour Rig et Foratest), voire dans celles de la France entière pour Deltafor. Trois autres, cependant, s’aventurent au-delà du territoire national. Vautrin posséde ses propres représentants dans la plupart des pays, européens ou africains, vers lesquels il exporte son matériel. Cristal Profor dispose d’une base à Aberdeen (en Ecosse) et d’agents aux Pays-Bas, près des champs d’hydrocarbures de la Mer du Nord. Les succursales qu’elle avait ouvertes en Egypte et à Abu Dhabi ont dû fermer, faute de commandes suffisantes. Signalons aussi que s2f s’est récemment dotée d’une base tunisienne. Locales à l’origine, ces trois entreprises ont progressivement développé des activités et des relations internationales qui prouvent leur dynamisme, sinon leur succès.

38La seconde catégorie d'entreprises françaises réunit des Filiales plus ou moins directes d'Elf-Aquitaine, société dont nous avons déjà mesuré tout le poids au sein du pôle parapétrolier palois. Qu'il s'agisse de ceca, de cks ou de Neyrfor, leur originalité majeure réside dans le fait qu'elles s'intéressent aux marchés d'exploration/production du monde entier, se placent dans de très nombreux pays, tout en conservant une certaine autonomie de décision par rapport au groupe.

39De taille encore plus réduite, la troisième catégorie se limite enfin à deux sociétés françaises dont l’un des établissements se situe dans chaque cas à Pau, mais dont le siège social se trouve près de Paris, à Velizy pour Forasol, aux Blancs Mesnils pour Géoservices.

40Une géographie aussi variée, qui associe allégrement entreprises locales, régionales, nationales et multinationales, (les deux dernières catégories étant d’ailleurs les plus nombreuses) ne peut se traduire que par une médiocre localisation de la décision et du pouvoir dans les Pays de l'Adour, donc dans l’agglomération paloise. Seules, en effet, les sept ou huit entreprise locales font de Pau et secondairement de Tarbes des centres décisionnels dont dépendent les politiques d'investissement et de développement, la diversification, les embauches et les licenciements... C'est là, au total, un bilan assez maigre qui ne renforce nullement l’image et la fonction métropolitaines de Pau, même si l'on en reste au seul domaine pétrolier. Au niveau des bases de groupes multinationaux étrangers, le pouvoir de décision représenté à Pau reste très partiel et ne concerne que le niveau opérationnel. Pour ce qui a trait à la stratégie générale des entreprises et des groupes, il est bien évident que les directives émanent des sièges (ceux des groupes pour les multinationales, via les relais des filiales françaises situés dans la Région parisienne).

41Au total, le pôle parapétrolier de Pau et des Pays de l'Adour ne dispose que d’une capacité décisionnelle réduite, à certains égards marginale ; surtout de nature opérationnelle et technique. C'est là un trait qui altère sensiblement l’intérêt que revêt par ailleurs sa dimension internationale. L’on peut pourtant penser que cette dernière inscrit l'agglomération paloise dans un réseau d'échelle mondiale, certes très spécifique, mais néanmoins susceptible d'arracher la ville moyenne à l'enlisement régional d’une situation traditionnellement provinciale. Mais une dernière inquiétude s'éveille lorsque l'on considère la taille des établissements et la fragilité de certains d'entre eux.

b) Des établissements fragiles et de petites taille

42Les 33 entreprises parapétrolières recensées sur l'axe Pau-Tarbes, dont le tableau précise la nature des activités, regroupaient à la fin des années 1980 une main-d'œuvre forte de 622 personnes. Les 28 entreprises qui nous ont reçu faisaient travailler pour leur part 549 personnes : 12 d'entre elles comptaient moins de 10 personnes, 4 en rassemblaient 10, et 12 dépassaient ce seuil. Dans ce dernier cas, les disparités s'avéraient importantes : à côté d'unités ne faisant appel qu'à un volant de 10 à 30 travailleurs (Weatherford, Halliburton, Diamont Boart, Ceca, Cristal Profor et Smith) figuraient des établissements de plus grande taille, dépassant la barre des 50 salariés (sep Baker, cks) ; le record (modeste) revenant à Hughes Tool avec 150 personnes.

43En réalité, ces chiffres ne méritent d'être mentionnés et retenus qu'à titre d'ordres de grandeur. En raison des mouvements très fréquents de personnel (expatriation notamment) qui affectent les branches parapétrolières, des fluctuations sensibles de la taille des effectifs s'observent couramment d'un mois à l'autre. Il est même fort probable, depuis plusieurs années, qu'à la suite de la chute des cours pétroliers qui a toujours un effet très négatif sur les activités parapétrolières, ou encore à la faveur du déplacement de la recherche française des hydrocarbures vers le Bassin parisien, l'emploi se soit sensiblement tari au sein du petit groupe d'établissements considéré, mettant même l'existence de certains d'entre eux en péril.

44Le ralentissement de l'activité d'exploration, en Aquitaine comme dans le monde entier, place les sociétés de services dans une position difficile, d'autant que leurs commanditaires — les entreprises pétrolières — restreignent la demande ou exigent de sévères révisions de prix. Ainsi, à la fin des années 1980, le directeur de Neyrfor nous confiait que "les tarifs (des services fournis par son entreprise étaient) de 40 à 50 % inférieurs à ceux de 1984..." Du coup, Neyrfor "(perdait) de l’argent". Cette situation d'extrême et d'étroite dépendance des activités parapétrolières de services par rapport aux puissants groupes pétroliers, parfois d'un ou de deux comme sur le marché régional du piémont des Pyrénées, les fragilise considérablement. Dans les Pays de l'Adour, entre 1984 et 1988, sept entreprises ont été de la sorte contraintes à cesser leurs activités. Il s'agissait de Services pétroliers Baker, de Sperry Sun, de Mac Services, de Top services, de Sogga (Société de Géophysique et de Géologie appliquées), de la Société européenne de Matériel de Forage (semf)...

Tableau 18 - Classification des entreprises parapétrolières des Pays de l'Adour en fonction de leur activité principale

Tableau 18 - Classification des entreprises parapétrolières des Pays de l'Adour en fonction de leur activité principale

(Source : enquêtes personnelles)

45Les licenciements auxquels ont procédé ces dernières années les sociétés parapétrolières sont un autre indice de leurs difficultés et des formes de résistance à la crise qu'elles expérimentent. Dowell avait 32 salariés fin 1986, 15 ont été licenciés, 9 sont partis dans une unité de la Région parisienne, 8 sont restés à Pau où les effectifs ont été aux trois quarts décapités. En 1987, chez Smith, il y a eu trois vagues successives de licenciements concernant au total 35 salariés... Bref, d'autres cas pourraient être cités ; tous soulignent en définitive l'extrême fragilité du secteur palois et aturien des services parapétroliers.

46Or, le personnel licencié d'une société parapétrolière n'a très souvent qu'une qualification très spécifique et très pointue, il rencontre donc d'assez grosses difficultés pour se réinsérer dans la vie professionnelle. Dans ces conditions, plusieurs techniciens ou ingénieurs licenciés dans les années 1980 ont tenté l'aventure et se sont lancés dans la création de leur propre entreprise. Située à Lée, près de Pau, sur la route de Tarbes, la sric a ainsi vu le jour en 1982. Elle est l'œuvre d'anciens salariés de Schlumberger, de ceca et de Smith. Nées en 1984, Deltafor et Rig Services ont une histoire comparable, au même titre que Rueda à Morlaàs, Foratest à Lons, ou s2f à Lannemezan. Tous ces exemples soulignent à la fois la maigreur et l'instabilité chronique de l'emploi dans les branches parapétrolières. Le faible ancrage territorial des entreprises, l'origine très souvent extérieure à la région d'un personnel d'encadrement très mobile qui, en général, ne reste pas plus de deux ou trois ans au même endroit, tracent les limites d'une réelle capacité de développement à partir de telles activités ; d'autant que les entreprises qui s'y consacrent éprouvent de réelles difficultés de diversification. A ce dernier point de vue, seuls cinq ou six établissements régionaux ont tenté, ces dernières années, de trouver de nouveaux débouchés en dehors du secteur pétrolier (cf. tableau). Le bilan, s'il n'est pas nul, n'offre pas de vaste perspectives. Afin de le compléter, il nous faut examiner la capacité de recherche et de formation que ce secteur concentre dans l'agglomération paloise et dans les Pays de l'Adour.

3 - Recherche, conception de produits et formation liées au secteur parapétrolier dans les Pays de l’Adour

47L'intérêt de ces diverses activités pour le développement urbain et régional n'échappera pas au lecteur. La formation suscite des mouvements d'hommes, d'idées, de connaissances, elle engendre des besoins d'hébergement et réclame divers services d'appoint. Il s'agit donc d'un incontestable facteur d'entraînement pour la fonction métropolitaine en général. La recherche est dans une situation voisine, à ceci près qu'elle élargit encore plus la notoriété et la capacité d'échanges d'une ville. Nous avons vu quel est, dans ces domaines, l'apport d'Elf-Aquitaine pour l'agglomération paloise. L'on ne sera pas surpris de constater que la contribution des unités parapétrolières reste beaucoup plus modeste.

Tableau 19 - Diversification ou souhait de diversification des sociétés parapétrolières des Pays de l'adour

ENTREPRISES

ACTIVITE PRINCIPALE

DIVERSIFICATION

CAMERON

Fabrication et vente de matériel pétrolier

Aéronautique Sous-traitance NASA

CRISTAL PROFOR

Fabrication et vente d'outils diamantés

Souhaiterait se diversifier dans le secteur minier

DIAMANT BOART

Fabrication et vente d'outils diamantés

Souhaiterait s'attaquer au secteur production

FORASOL

Forage

Souhait : puits clés en main

HALLIBURTON

Cimentation

Tests hydrauliques pour barrage, Nettoyage industriel

NORTON CHRISTENSEN

Outils diamantés. Stockage et réparation de matériel pétrolier

Fusion avec Eastman, Forage dévié, Mesures industrielles

RIG SERVICES

Cuvelage

Location et réparation de matériel de cuvelage

S2F

Vente de matériel pétrolier

Conception et fabrication

SMITH

Fabrication de matériel de forage

Réparation, location de matériel de forage

SRIC

Reconditionnement pétrolier

Souhait : Chaîne complète du traitement mécanique des fluides

VAUTRIN

Fabrication et Vente de matériel pétrolier

Réparation de matériel pétrolier

VETCO INSPECTION

Contrôle tubulaire

Nucléaire

WEATHERFORD

Cimentation

Pompage de puits à haute pression, Maintenance de parc tubulaire. Détachement d'opérateurs auprès de sociétés

HUGHES TOOL

Fabrication et vente de trépans

Fusion avec BAKER Engineering

(Sources : enquêtes personnelles)

a) La formation du personnel

48La formation du personnel parapétrolier dépend de la taille des sociétés, des moyens financiers dont elles disposent et de leur politique générale en matière de gestion des ressources humaines. L'on distingue en gros deux catégories d'entreprises, celles qui organisent la formation de leur personnel dans leurs propres centres et celles qui font appel à des organismes locaux de formation. Treize entreprises se rangent dans la première catégorie, mais cinq seulement possèdent un centre de formation dans l’agglomération : Forasol, Sedco, Forex, cks et Flopétrol-Schlumberger. C'est peu, d’autant que, là aussi, la crise a fait des ravages. Tous ces centres travaillent désormais au ralenti, sans parler de ceux qui ont récemment fermé leurs portes chez Anadrill ou chez Dowell. Toujours est-il que l'avenir de la formation à Pau paraît en danger, même si nombre d’entreprises de la seconde catégorie font toujours appel à des organismes de formation palois tels que l'Association pour la Formation permanente (asfo) et surtout l'Ecole nationale supérieure du Pétrole et des Moteurs Formation Industrie (enspmfi) dont les stages attirent un public très large, tant national qu'international.

b) La recherche et la conception de produits

49Afin d'améliorer la qualité de leurs services et d'innover, les entreprises parapétrolières ne négligent pas la dimension de la recherche dans leurs activités. Certaines d'entre elles possèdent même des centres de recherche spécialisés : Dowell, par exemple, dispose d'un centre en France, à Saint-Etienne, et d’un centre à Tulsa, aux Etats-Unis, non loin du siège de la société. A vrai dire, la plupart des compagnies ou filiales de compagnies américaines localisent leur centre de recherche à Houston, au Texas. Chez Eastman Christensen, la recherche s'effectue à Salt Lake City et en Allemagne, où Vetco possède aussi un centre d’études. Ajoutons que la recherche pour le compte de Neyrfor se fait à Grenoble et celle de Diamont Boart à Bruxelles... A l'échelle des Pays de l'Adour, il n'existe pas de telles structures et, du coup, Pau ne constitue nullement un pôle de recherche pour le secteur parapétrolier. Ce n’est pas l'existence de quelques bureaux d'études palois (ceux de Deltafor, de Rig Services, de Vautrin, de Copgo Hunting, de sric , de s2f et de Cristal Profor), ou la présence d’un laboratoire d’essais de cks qui change quelque chose à ce constat. Au total, les quelques innovations sur les matériels et les méthodes qui ont été réalisées dans les Pays de l'Adour ne prêtent guère à conséquence en regard du travail accompli, au cours des dernières décennies, dans les grands centres de recherches des groupes multinationaux européens ou américains. Notons que ce jugement ne nie en aucun cas l'existence d'un indéniable savoir-faire local ou régional dont s2f , Deltafor, sric et Cristal Profor sont les meilleurs témoins. Ajoutons que la circulation des hommes (recherche, formation) place l'agglomération de Pau dans un réseau international très actif.

50Cette analyse, à la fois quantitative et qualitative de l'ensemble des établissements parapétroliers des Pays de l'Adour, fait ressortir l'existence de deux catégories d'entreprises. La première se compose des bases des groupes parapétroliers étrangers et français. Ces bases ne sont autonomes qu'au niveau opérationnel. La plupart interviennent non seulement en France mais aussi sur des chantiers situés à l'étranger. Elles bénéficient de la puissance de leur groupe dans les domaines de la formation et de la recherche. Elles envoient leur personnel se former dans les centres de la compagnie qui se trouvent soit en Europe, soit aux Etats-Unis. Rares sont celles qui font de la formation à Pau. Les innovations techniques qui sont mises au point dans leurs centres de recherches leur permettent d'utiliser des outils chaque fois plus performants et d'appliquer de nouvelles techniques. La combinaison d'un personnel hautement qualifié et d'un équipement à la pointe du progrès leur assure une qualité de services remarquable.

51La deuxième catégorie concerne des entreprises locales. La plupart d'entre elles ont été créées par des techniciens ou des ingénieurs qui ont quitté volontairement leur employeur, ou qui ont été licenciés. Grâce à l'expérience qu'ils ont acquise lors de leur passage dans telle ou telle société parapétrolière, ils parviennent à proposer, malgré de petits moyens, une bonne qualité de services. Leur personnel, formé sur le tas, fréquente de temps en temps des organismes de formation tels que l'enspmfi et l'asfo. Ces sociétés ne manquent pas d'ambitions, même si elles restent pour l'heure à la mesure de leurs moyens. Quelques unes d'entre elles se sont lancées dans la conception et l'amélioration de matériel pétrolier. Elles savent que pour survivre il faut être entreprenant, conquérir de nouveaux marchés pétroliers ou extra-pétroliers.

52Cependant, entre la fragilité des petites entreprises locales et le caractère éphémère de plus d'un établissement dépendant de sociétés multinationales, il ne s'ouvre qu'un champ bien étroit pour la constitution d'un véritable pôle pétrolier et parapétrolier palois, pleinement autonome. L'une des ultimes chances de son existence et de son développement réside sans doute dans la capacité des entreprises localisées à communiquer et à collaborer entre elles, à construire un espace d'activités plus ou moins intégrées... Dernières parcelles d'espoir qu'il nous faut maintenant mettre à l'épreuve des faits.

C - LE POLE PÉTROLIER PALOIS : DYNAMIQUE ET INTÉGRATION

53Les entreprises parapétrolières des Pays de l'Adour ont établi entre elles, ainsi qu'avec la snea (p), au fil des années, des relations plus ou moins fortes et significatives. La question que nous nous posons revient à se demander si ces rapports sont suffisamment puissants et dynamiques pour construire un complexe intégré d'activité, ou bien si, au contraire, l'isolement de fait d'un grand nombre d'entreprises réduit à néant toute perspective de ce type.

1 - Nature des relations entre les entreprises

54L'on considérera successivement le tissu des relations qui se nouent entre les entreprises parapétrolières, puis entre celles-ci et la snea (p). Nous envisagerons ensuite dans quelle mesure ces rapports sont susceptibles d'engendrer un véritable pôle d'activités pétrolières qui singulariserait Pau dans le réseau urbain régional et national.

a) Rapports entre parapétroliers

55Lorsque l'on répertorie les déclarations des parapétroliers concernant les relations qu'ils nourrissent entre eux, deux registres majeurs s'identifient : l'un dominé par des relations de nature commerciale, l'autre par des rapports d'échanges de travail (d'ordre professionnel).

56Chez Dowell, l'on déclare volontiers que l'intérêt majeur de la proximité d’autres entreprises du secteur parapétrolier réside dans la possibilité de se procurer des matériaux et des outils de manière aisée et sans délai. Ainsi Dowell s'approvisionne chez Baker, chez Vautrin et chez ceca. Pour Eastman Christensen, l'existence d'un tissu dense d'entreprises permet des échanges commodes de matériels, elle favorise aussi les rapports de sous-traitance : Eastman Christensen donne régulièrement du travail à servco du groupe Smith International ; Deltafor loue du matériel varié chez Smith et des turbines de fond chez Christensen ; Neyrfor s'adresse de la même façon à Diamant Boart et à Drillstar... En revanche, certaines unités comme celles de Forasol, de Sedco Forex, de Hughes Tool et de Cristal Profor n'établissent guère de contact avec les autres parapétroliers de l'axe Pau-Tarbes. Il est vrai que seul un petit groupe fait état d'un tel isolement. La plupart du temps, au contraire, les déclarations de nos interlocuteurs soulignent un incontestable élargissement de leur sphère relationnelle. Ainsi rig , Dowell et Halliburton échangent fréquemment des informations, Diamant Boart et Neyrfor travaillent ensemble et répondent souvent conjointement à des appels d’offres. Au total, les rapports entre les parapétroliers des Pays de l'Adour, outre qu'ils revêtent une indéniable densité, ne se bornent pas à l'achat, à la vente et à la location de matériels ; des réseaux d'entraide, de communication d'informations, d'association de travail se sont formés, créant un courant très positif entre les entreprises. Celui-ci s'établit surtout à l'intérieur de la zone industrielle de Lons (Induspal, cf. figure 21) où se concentrent d'ailleurs la majorité des parapétroliers des Pays de l'Adour. Dans ce domaine, la proximité géographique, voire le voisinage, paraissent jouer un rôle déterminant.

b) Elf-Aquitaine et les entreprises parapétrolières

57Les rapports commerciaux entre Elf-Aquitaine (la snea (p) notamment dans le cas qui nous retient) et les entreprises parapétrolières sont régis, tout naturellement, par la loi de l'offre et de la demande. Malgré la volonté de la snea (p) de "faire travailler tout le monde", comme nous l'ont déclaré les responsables du groupe, certains chefs d'entreprises parapétrolières se plaignent du manque de transparence dans les choix effectués par Elf. Six entreprises seulement nous ont fait part de leurs sentiments en ce domaine (expression d'une certaine prudence ?), la plupart d'entre elles estiment qu'à la différence du groupe Total (autre grand pétrolier français) ou des pétroliers américains, Elf-Aquitaine ne fait guère jouer la préférence nationale. Deltafor et Neyrfor déplorent tout particulièrement cette attitude. Chez Géoservices, l'on ne se gêne pas pour déclarer "qu'Elf n'est pas toujours solidaire des entreprises françaises, qu'elle attise la concurrence et sélectionne les meilleurs prix (les plus bas)". Certes, le respect des règles économiques n’est pas choquant et l’attitude de la snea (p) s'explique aisément. L'on a tout de même le sentiment, depuis que les perspectives de valorisation de nouvelles ressources béarnaises se sont à peu près évanouies, depuis aussi que l'exploration a gagné, préférentiellement, le Bassin parisien, que la présence des parapétroliers autour de Pau ne présente plus beaucoup d'intérêt pour les pétroliers d'Elf Les activités majeures auxquelles ils se livrent désormais en Béarn (Centres Jean Feger et des Allées) ne nécessitent plus, ou peu, le concours des parapétroliers locaux. Du coup, les rapports se relâchent, deviennent occasionnels et secondaires. D'ailleurs, même si la snea (p) conclut chaque année une trentaire de contrats avec les entreprises parapétrolières de la région (ce qui est peu), les responsables du groupe que nous avons rencontrés n'ont pas toujours une bonne connaissance du tissu parapétrolier aturien. Ajoutons que c'est surtout la Mission France de la snea (p), installée à Boussens dans la Haute-Garonne, qui parce qu'elle organise l'exploration-production sur tout le territoire national (en dehors de l'Adour), a surtout besoin à l'heure actuelle du concours des parapétroliers. La localisation de ceux-ci à Pau ou à Tarbes n'est plus, dès lors, la meilleure en regard de la géographie du marché, d'autant que le glissement des activités, déjà signalé, s'effectue vers le Bassin parisien et vers le Nord de la France. De fait, la Direction de la Mission France n'a qu'une connaissance fort imprécise des entreprises aturiennes. Afin de mieux prospecter cette offre de services, elle vient même de se doter d'une cellule spécialisée dans la recherche de l'éventail le plus large possible de fournisseurs. Malgré cet effort, l'ancienneté des relations contractuelles, l’habitude du travail en commun, continuent à présider au choix des partenaires de la snea (p). Il est donc très difficile pour les entreprises récentes, de taille modeste — paloises qui plus est — de se tailler dans ces conditions une place sur le marché, sauf à consentir des prix défiant toute concurrence et à perdre de l'argent.

58En dehors de la forme des contrats de services, les relations entre la snea (p) et les entreprises parapétrolières sont à peu près inexistantes. Nous sommes donc loin de l'ébauche d'un technopôle d'activités pétrolières.

2 - Le pôle pétrolier palois : image sans contenu ?

59"L'avenir de Pau et de sa région ne passe plus par le pétrole" nous déclarait sans ambages le fondateur de s2f. Il est vrai qu'il n'y a plus beaucoup de chance de découvrir un second gisement de Lacq au pied des Pyrénées occidentales. Désormais, la majorité des entreprises parapétrolières des Pays de l'Adour étendent leurs zones d'intervention au-delà des frontières nationales et leur chiffre d'affaires régional, pour celles qui s'en sortent, devient très minoritaire. Dans ces conditions, pour qu’un pôle pétrolier subsiste et se fortifie autour de Pau, sans se limiter au seules activités de recherches de la snea (p), il conviendrait à notre avis d'encourager, d'une part, la formation à Pau des personnels pétroliers et parapétroliers, d'autre part d'élargir encore le potentiel palois de recherche, de conception et d'innovation. Sur ce dernier point, nous avons vu que la récente décision d'Elf-Aquitaine d’agrandir le Centre scientifique et technique du Cami-Salié est tout à fait encourageante.

60En matière de recherches, Elf-Aquitaine a maintenant une longue tradition de collaboration avec l'Université de Pau et des Pays de l’Adour, dans les domaines de la chimie, de la physique, de la géologie, de l'informatique et des mathématiques appliquées. Les différents départements scientifiques de l'uppa sont liés par des contrats de recherche soit au Centre technique de la Région Aquitaine (cetra) de Lacq, soit au Centre scientifique et technique du Cami-Salié (cstcs) de Pau. Des équipes mixtes (entreprises-université) s’efforcent de résoudre quelques-uns des problèmes posés par les industries du gaz et du pétrole (sismique, analyse des données, physique des fluides, chimie des matières plastiques, etc...). Par ailleurs, les détachements de chercheurs universitaires chez Elf ne sont pas rares. La société finance, en moyenne, la moitié des thèses de doctorat de sciences (de 4 à 5) soutenues chaque année à Pau. De son côté, l'uppa organise des stages destinés aux techniciens du pétrole venant de nombreux pays étrangers.

61A vrai dire, si les relations d'Elf-Aquitaine et de l'Université de Pau sont nombreuses et variées, elles n’ont guère d'équivalent au niveau des entreprises parapétrolières localisées dans les Pays de l'Adour. Nos enquêtes ont mis en évidence, en leur sein, l'existence d'un potentiel appréciable de conception et d'amélioration des techniques et des méthodes, sinon de véritable recherche (même appliquée). Or, nous avons eu nettement l’impression que ce savoir-faire était actuellement en péril, à la fois du fait des conditions générales (géographiques et économiques) qui caractérisent l'évolution de ces professions, mais aussi en raison d’un manque d'intérêt assez systématique à leur égard. Elf a pourtant défini une politique soucieuse d'ouverture, qui doit prendre en compte l'innovation extérieure. Pour ce faire, le groupe expérimente des formes de coopération avec les PMI (petites et moyennes industries) novatrices. Il procède soit par l'apport de "capital-risques" destiné à soutenir leur développement, soit par contrats négociés au niveau des centres techniques régionaux (type cetra). Avec ce dernier, en Aquitaine, Elf avait pris dès 1979 l’initiative originale de mettre à la disposition des PMI de cette région le potentiel de ses centres de recherches, sous forme de conseils, d'expertises, de moyens d'analyse et d'étude, voire de brevets. En fait, cette politique intéressante n’a pas eu énormément d'effets auprès du secteur parapétrolier. Surtout orienté vers la physique et la chimie, le cetra n’offre pas de grandes perspectives aux industries strictement pétrolières. De plus, la snea (p) et les représentants de ses divers services et filiales n'ont pas l'habitude de faire les premiers pas en direction de la petite entreprise. Dans ces conditions, faute d'information et d'audace, les contacts ont du mal à s'établir et la volonté de collaboration affichée par la grande entreprise reste souvent lettre morte.

62En revanche, la méthode qui consiste à diffuser, par l’intermédiaire d'une filiale, les technologies nouvelles mises au point dans les laboratoires des centres de recherche de la snea (p) marche bien. Ainsi, une filiale du groupe, la société Horwell, commercialise la technique révolutionnaire du "forage horizontal" inventée par les ingénieurs de la société nationale.

63L’on peut considérer que la formation, au même titre que la recherche et que les rapports commerciaux ou techniques entre les entreprises, constitue l'un des ferments essentiels de la constitution d'un pôle technologique pétrolier. Nous avons déjà évoqué sa nature et son contenu en présentant les centres de l'agglomération paloise créés par Flopétrol, Forasol, cks , Sedco Forex et bien sûr la snea (p). Rappelons ici qu'il existe également à Pau une Ecole nationale supérieure du Pétrole et des Moteurs, Formation Industrie (enspmfi), organisme de formation permanente des professionnels du secteur des hydrocarbures, placé sous l'autorité du prestigieux Institut français du Pétrole (ifp) de Rueil-Malmaison. Créée en 1984, l'enspmfi de Pau se range parmi les cinq centres français de ce type. Ses programmes de formation s'adressent pour l'essentiel aux techniciens du forage et de la production. Sa vocation très claire consiste à proposer des sessions de mise à niveau pour les petites unités qui n'ont ni les moyens ni la compétence de les organiser en leur sein. A l’heure actuelle, pourtant, le plus gros client de l'enspmfi de Pau reste Elf-Aquitaine et ses filiales étrangères. Seuls, trois ou quatre parapétroliers locaux (Cristal Profor, sep Baker et Hughes Tool) ont en fait recours aux services de l'école ! En somme, cette structure fonctionne surtout pour le compte d'Elf, dont elle ne représente d’ailleurs que l'une des options de formation, et non — de très loin — la principale. En effet, la formation fondamentale, à l'échelle du groupe, se fait toujours à Rueil-Malmaison (ifp) et dans le cadre du centre spécialisé de Boussens, voire dans chacun des établissements de la société. Dès lors, concurrencé en partie par les autres petits centres de formation palois, ou se heurtant plus simplement à une absence de sensibilité et de moyens de la part de la majorité des parapétroliers, l'enspmfi de Pau travaille en relatif sous-régime, même si elle rend à l'heure actuelle de réels services.

64Au total, malgré la création récente de l'Ecole nationale supérieure du Pétrole et des Moteurs, Formation Industrie, l'avenir des activités de formation localisées à Pau ne paraît pas très prometteur. Plus d'un petit centre appartenant à une multinationale parapétrolière a déjà fermé ses portes ou envisage une cessation d'activités ; la snea (p) replie sur Boussens une partie de ses programmes et la plupart des PMI économiquement à bout de souffle ou mal informées échappent à toute formation.

65Si l’exploitation des hydrocarbures béarnais a donné naissance à un complexe d’activités industrielles aujourd'hui en voie de reconversion, les infrastructures de communication n'ont guère été développées en dehors des systèmes d'expédition du gaz épuré, des grands intermédiaires chimiques et des matières premières... Bref, le Béarn et les Pays de l'Adour n'ont jamais été considérés, jusqu’à la fin des années 1980, comme un espace à développer dans le cadre de l'aménagement du territoire ; ils ont été relégués à la fonction de périphérie exploitée. Dès lors, à partir du moment où les ressources régionales s'épuisent et malgré quelques rattrapages partiels d'équipements (type autoroute A 64), il n'est pas étonnant que les entreprises parapétrolières perçoivent surtout les inconvénients de la situation de l'extrême Sud-Ouest français (enclavement) et ne distinguent plus ses attraits. Pour Neyrfor, ce sont les liaisons aériennes internationales qui font cruellement défaut. Pour Halliburton et Weatherford, l'éloignement des fournisseurs (américains) et des clients, dispersés aux quatre coins du monde, dresse un obstacle de plus en plus insurmontable. Diamant Boart qualifie même d'erreur son installation à Pau au début des années 1980. Les responsables de Sedco Forex, ceux de ceca, estiment que l'absence d'un réseau autoroutier Pau-Bordeaux-Toulouse crée un lourd préjudice aux entreprises. De très nombreuses sociétés vivent aujourd'hui l'isolement et l’enclavement palois comme de lourdes contraintes. En conséquence, la tendance du secteur pétrolier-parapétrolier s'oriente beaucoup plus, désormais, vers l'évasion que vers l'interaction et l'intégration régionale. L'idée d'un pôle technologique pétrolier semble bien avoir vécu. Du coup même si le secteur pétrolier inscrit l'agglomération paloise dans un réseau à la fois national et international d'échanges scientifiques, techniques, humains et économiques extrêmement denses, il ne lui permet pas d'échapper à l’emprise plus traditionnelle des hiérarchies urbaines classiques (métropoles régionales et nationale), un peu comme si la ville moyenne enclavée au bout du territoire français, dans une vieille région agricole, portait toujours le fardeau ou les stigmates de ses origines et ne parvenait pas, depuis trente ans, à jouer pleinement toutes ses chances, à tirer son épingle du jeu... Est-ce là l'effet d'une situation périphérique, celui d'une taille et d'une volonté urbaines insuffisantes ou celui de ces deux causes réunies ? Il est difficile de trancher entre ces hypothèses, mais l'une comme l'autre tendent à limiter les ambitions extra-régionales de Pau, à la ramener à la case départ du réseau hiérarchique régional.

Table des illustrations

Titre Figure 20 : LA SOCIETE NATIONALE ELF-AQUITAINE (PRODUCTION), RÔLE DU PÔLE PALOIS DANS LA REPARTITION GEOGRAPHIQUE DES FONCTIONS ET DES POUVOIRS
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Figure 21 : LES ETABLISSEMENTS PARAPETROLIERS DANS L'AGGLOMERATION DE PAU
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Tableau 18 - Classification des entreprises parapétrolières des Pays de l'Adour en fonction de leur activité principale
Légende (Source : enquêtes personnelles)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15222/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search