Version classiqueVersion mobile

La ville moyenne dans sa région

 | 
Guy Di Méo
, 
Franck Guérit

Chapitre III. Demande de services et hiérarchie urbaine dans les Pays de l'Adour : vers une organisation dualiste des rapports spatiaux ?

Texte intégral

1L'analyse de la demande de services des entreprises industrielles béarnaises et souletines doit nous permettre, dans un premier temps et au travers de ses caractéristiques générales (types de services réclamés, rythme de leur recours, degré d'autonomie des entreprises consommatrices et d'externalisation des services à laquelle elles procèdent, localisation de l'offre...), de définir, si tant est qu'ils existent, les niveaux géographiques et hiérarchiques de l’offre des services pour les entreprises que nous avons visitées. Derrière les stratifications que nous mettrons en évidence, il nous sera possible, dans un deuxième temps, d'étudier la manière dont s'articule à l'espace (de l'échelle locale à l'échelle nationale) le tertiaire industriel et de nous prononcer quant à savoir si son organisation géographique illustre et renforce, ou bien disqualifie, les phénomènes classiques de polarisation et de gravitation, d'armature et de hiérarchie urbaines. Par hypothèse, nous serions tenté d'affirmer que les nouveaux rapports spatiaux observés sur le marché des services aux entreprises illustrent deux séries de logiques contradictoires : celles des territoires contigus et des réseaux éclatés, celles des hiérarchies spatiales et des polarités dualistes simples, celles-ci obéissant à la règle des relations dissymétriques centre/périphérie...

A - QUELLES LOGIQUES GEOGRAPHIQUES SE DEGAGENT DE LA DEMANDE DES SERVICES ?

2Nous présentons, dans un premier temps, les données brutes du fichier établi à partir de nos entretiens auprès des entreprises industrielles. Cette base de données comptabilise 596 fiches. Chaque fiche correspond à la description d'un service marchand consommé par une firme industrielle. A l'aide de quelques variables, nous brossons le portrait de ce tertiaire : type, origine géographique, régularité, degré d'externalisation. Le croisement de plusieurs de ces variables nous permet, dans un second temps, d'affiner ce portrait et de préciser la nature de l'organisation générale du secteur des services, reflet, en quelque sorte, de l'armature urbaine.

1 - Caractéristiques générales des services consommés par les entreprises

a) Les types de services

3L'ensemble des services recensés dans nos enquêtes n’offre pas le panorama exhaustif du tertiaire industriel. Nous présentons sommairement dans le tableau 16 les services que nous avons rencontrés. Nous admettrons toutefois qu’ils couvrent assez bien l'éventail traditionnel des services marchands rendus aux entreprises.

4La première classe de ces services, isolée en fonction de l'intensité des activités et des échanges auxquels ils donnent lieu, correspond aux services de formation professionnelle (14 % du total des "services" fournis) et aux études informatiques, dont le rôle dans le fonctionnement des entreprises est, désormais, de toute première importance (9,4 %). En seconde classe, nous enregistrons tous les services de conseils juridiques et comptables, où les activités liées aux études financières se trouvent en position forte : de 5 à 7 % des services recensés. On y rencontre aussi les conseils tournés vers la création publicitaire, les services de nettoyage ou d'intérim, le conseil en recrutement... Nous sommes ici dans le domaine des services "classiques" : nécessaires, mais nullement exceptionnels. Une classe moins homogène, dont les services mentionnés ne constituent que 4 % du total, associe le traitement à façon informatique, le gardiennage, les conseils en information et documentation... Tous services sollicités de façon moins systématique que les précédents par l'ensemble des établissements. Pour finir, toute une série de services de conseils à fonctions économiques et sociales, d'études techniques, plus rares et plus pointus, sont beaucoup moins souvent réclamés par les entreprises.

b) Répartition géographique des fournisseurs de services

5A l’évidence, l'organisation territoriale de ces services fait intervenir deux localisations géographiques privilégiées : l'agglomération paloise totalise 35 % des prestations ; la Région parisienne 25 %. En cumulant ces deux résultats, ce sont près de 60 % des services de l'industrie béarnaise qui sont livrés par les deux pôles urbains de Pau et de Paris. L'importance du pôle de services palois, du fait de sa proximité de la demande béarnaise et d'une certaine richesse de son tissu tertiaire (voir plus haut) ne surprend pas. A l'inverse, cette seconde position parisienne, surtout sa relative importance, peut étonner. Du moins est-elle révélatrice de ce que ce secteur d'activités très immatérielles souffre peu des contraintes liées à l'espace et aux distances. Nous remarquons aussi que l'offre du tertiaire ne se répartit pas en respectant la hiérarchie urbaine. Avec près de 60 % de l'offre regroupée sur deux sites, il devient même inexact de parler de répartition ; utilisons plutôt les termes de concentration ou de forte polarisation, tant cette organisation territoriale paraît resserrée. Espace de réseau, peut-être, car il y a existence de pôles distincts en communication, mais réseau à deux têtes : Pau et Paris.

Figure 17 : LES FOURNISSEURS DE SERVICES MARCHANDS AUX ENTREPRISES INDUSTRIELLES DU BEARN ET DE LA SOULE, REPARTITION GEOGRAPHIQUE

Figure 17 : LES FOURNISSEURS DE SERVICES MARCHANDS AUX ENTREPRISES INDUSTRIELLES DU BEARN ET DE LA SOULE, REPARTITION GEOGRAPHIQUE

Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d'un échantillon d'entreprises béarnaises

Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d'un échantillon d'entreprises béarnaises

Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d'un échantillon d'entreprises béarnaises (suite)

Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d'un échantillon d'entreprises béarnaises (suite)

Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d’un échantillon d'entreprises béarnaises (suite)

Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d’un échantillon d'entreprises béarnaises (suite)

* Les tableaux de contingence B et C qui ventilent les données du tableau A en "sièges sociaux extérieurs à la région" (B) et "sièges sociaux d'origine locale (C) ne sont pas proposés ici. Seuls ont été transcrits les tableaux des χ2 qui en dérivent et sont indispensables à notre démonstration.

Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d'un échantillon d'entreprises béarnaises (suite)

Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d'un échantillon d'entreprises béarnaises (suite)

* Les tableaux de contingence B et C qui ventilent les données du tableau A en "sièges sociaux extérieurs à la région" (B) et "sièges sociaux d'origine locale" (C) ne sont pas proposés ici. Seuls ont été transcrits les tableaux des χ2 qui en dérivent et sont indispensables à notre démonstration.

Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d'un échantillon d'entreprises béarnaises (fin)

Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d'un échantillon d'entreprises béarnaises (fin)

Source : enquêtes personnelles.

6Autre sujet d'étonnement, les deux métropoles régionales (Bordeaux et Toulouse) tendent à s'effacer sur le marché des services : 10 % seulement de l'ensemble des prestations de services émanent de Bordeaux et de Toulouse. De suite, nous pouvons affirmer, en raison de la faiblesse de ces échanges, que les deux villes n'exercent pas la fonction de capitale régionale, vis-à-vis de Pau, en regard de la diffusion du tertiaire industriel tout au moins. Remarque parallèle, Toulouse fournit plus de services au Béarn que la métropole girondine : le découpage des régions administratives revêt donc peu de pertinence et l'axe atlantique fonctionne beaucoup moins qu'un axe Adour-Toulouse plus vivant.

7Autre remarque, le poids des agglomérations aturiennes, hors Béarn, reste plus que limité : 2 % des prestations recensées ont été fournies à partir du B.A.B., 2 % depuis Tarbes, 1 % par Lourdes, moins de 0,5 % par Mont-de-Marsan. Soit, au total, 6 % des services industriels consommés en Béarn.

8Le bassin de Lacq-Orthez, avec un peu plus de 10 % des services rendus, témoigne en revanche d'un incontestable dynamisme. La demande de sociétés industrielles implantées sur Lacq et Mourenx se trouve en partie satisfaite sur place ; l'activité industrielle du site a suscité le développement de son propre secteur tertiaire.

9Les petites villes du Béarn représentent un ensemble géographique à plus faible densité de services : le vide industriel de ces zones, aggravé par la crise des secteurs d'activités traditionnels, suscite par exemple l'absence de services à Pontacq, à Nay, mais surtout à Oloron-Sainte-Marie, ville de taille pourtant non négligeable. Cette situation correspond aussi, sans doute, à un effacement de ces petits centres placés dans l'aire d'attraction de Pau.

10Quant aux autres origines géographiques des services, elles sont étroitement dépendantes de la localisation de la société-mère de l'établissement visité : Lyon pour le groupe s.b.b., Limoges pour Legrand, etc... Selon cette règle, le couloir rhodanien et les Alpes, mais surtout des métropoles régionales à fort rayonnement national ou international (Lyon, Grenoble, Strasbourg...) ressortent du lot.

c) Régularité et degré d'externalisation des services consommés

11A la question de la régularité des prestations de services, si pour 37 cas nous ne disposons d'aucune donnée (sur les 553 réponses), 78 % se réfèrent à des services réguliers, tandis que 13 % sont considérés comme épisodiques et 9 % de recours exceptionnel.

12L'utilisation du terme régulier ou irrégulier paraît bien délicate et très variable selon le service : est-ce qu'un audit d'entreprise, effectué chaque année, doit être considéré comme une prestation régulière, au même titre que le gardiennage d'usine chaque nuit ?

13Sur l'ensemble des services recensés, 60 % proviennent d'établissements spécialisés indépendants et 40 % d'une cellule interne à la firme. A l’heure d'une politique d'externalisation de la production, notamment par la sous-traitance, cette importance de l'internalisation de services qui, de fait, ne correspondent pas au "savoir faire" initial d'une entreprise tournée vers la production de biens matériels peut surprendre. En reprenant, à ce niveau, l'une de nos hypothèses initiales, peut-on affirmer que ces différents caractères imbriqués et croisés (notamment l'origine géographique des services en fonction de leur nature) reflètent une hiérarchie traditionnellement représentée des villes ; ou, au contraire, en discréditent-ils l'éventualité ? L'utilisation du test du χ2 devrait nous permettre d'apporter sur ce point quelques éléments de réponse

2 - Origine géographique et types de services fournis : quelle hiérarchie territoriale ?

14Dans le but d'obtenir une meilleure lecture de nos données, trop éclatées dans nos fichiers de base (30 modalités de variables pour le type de services, 40 pour son origine géographique), nous avons décidé de regrouper en classes plusieurs de ces modalités, comme l'indique le tableau 16. Ainsi, nous avons rassemblé les types de services en sept classes selon la nature du service et son recours : services banals (entretien, nettoyage, gardiennage...), financiers, techniques, économiques, publicitaires, informatiques, liés au personnel. Pour l'origine géographique, les nouvelles modalités basées sur l'armature urbaine sont les suivantes : l'agglomération paloise, les agglomérations des Pays de l'Adour, les villes du bassin de Lacq-Orthez, les centres urbains du sud du Béarn et de la Soule, les deux métropoles régionales, Bordeaux et Toulouse, Paris, le reste de la France et les centres urbains étrangers.

a) Le recours au test du χ2 : enseignements généraux

15Le test du χ2 permet d'évaluer la relation de dépendance entre deux variables. En effet, plus il est élevé et éloigné de la valeur de la table, plus nous pouvons affirmer que nous sommes loin de la situation d'indépendance. Dans ces conditions, la liaison a une probabilité d'existence très faible. La valeur du χ2 correspondant au seuil de l'indépendance est tabulée (automatiquement) en fonction du nombre de degrés de liberté du tableau. Lorsque ν, nombre de degrés de liberté est supérieur à 30, le χ2 n'est plus tabulé,

16il se calcule par la formule suivante :

17où μ est lu dans la table de la fonction de répartition de la loi normale centrée-réduite pour un risque α choisi (si α = 0,50, l'on a 5 % de chances de se tromper, μ = 1,6449).

18Le tableau de contingence, types de services-lieux, fournit ici un χ2 calculé de 174, alors que celui de la table, ou plus exactement de la formule, donne pour un nombre de degré de liberté de 36, une valeur de 50,71, avec un risque d'erreur de 5 %. On voit donc que le test est très significatif. Dans notre cas, la relation de dépendance entre origine géographique et types de services ne peut pas être mise en doute.

19L'analyse des contributions de chaque case du χ2 général (intersection d'une modalité sur le type et d'une modalité sur le lieu) est riche de renseignements, elle donne des indications précises sur les plus fortes contributions à la liaison de dépendance. Celle-ci est particulièrement forte pour les services banals, sur les zones géographiques de Pau et de Paris (24,37 et 25,03, mais relation inverse, donc faible représentation dans ce dernier cas) et même sur les zones de Lacq-Orthez (13,09), voire de Bordeaux et de Toulouse (9,85). Ce type de services se révèle donc particulièrement soumis à des contraintes géographiques (forte présence sur Pau, quasi absence sur Paris). Autre catégorie de services industriels, les services liés à l'informatique connaissent deux fortes liaisons, avec Pau (5,26) et surtout avec les autres agglomérations des Pays de l'Adour (le rôle de Bayonne ressort dans ce secteur d'activités, à cause de la présence de la S.E.I. dans ses murs).

20En lisant le tableau 16 A´ (de calcul du χ2) à partir des lignes "origine géographique", l'on observe que les plus fortes contributions concernent l'agglomération parisienne et celle de Pau. La capitale béarnaise, en tant que lieu de localisation, établit de fortes liaisons avec les services banals et informatiques, comme nous l'avons indiqué précédemment, mais aussi, plus timidement, avec les services publicitaires et de conseils économiques. L'agglomération parisienne témoigne quant à elle de fortes contributions, principalement dans le domaine des services techniques (5,35), des services publicitaires (6,68), des conseils économiques (3,06), voire des conseils financiers (2,28).

21Les autres sites géographiques ne donnent pas lieu à de fortes contributions, à l'exception de quelques croisements plus rares avec certains types de services. Nous les citons brièvement : les centres urbains aturiens établissent des liens étroits avec les services du domaine informatique (25,71), déjà beaucoup moins forts avec les services liés à la gestion du personnel et aux études techniques (2,52). Les villes du bassin de Lacq affichent des χ2 élevés dans leurs croisements avec les services banals, les services liés au personnel (2,33), les services d'études techniques (1,22). Parallèlement, les petites villes du Béarn et de la Soule (Nay, Pontacq, Oloron, Mauléon) n’établissent que de très faibles contributions avec l'ensemble des services, à l'exception des services banals (2,67). Les deux métropoles régionales obtiennent en revanche de plus fortes valeurs : services banals (9,85), services liés à la gestion du personnel (10,57), financiers (2,74), services techniques (2,55). Enfin la vaste zone de services localisée dans tout le reste de la France et à l'étranger ne présente de fortes contributions directes au χ2 que pour les services techniques (3,37) et les services liés à l'informatique (2,16). Mais ont-elles un sens en raison de l'éclatement géographique de cette classe ?

22En conclusion, la zone géographique de Pau pour les services banals et les agglomérations de l'Adour pour le domaine informatique, fournissent, chacune dans leur ordre, les plus fortes relations entre la localisation géographique et le type de services. Les autres zones géographiques et les autres services, n'apportent que des contributions occasionnelles : tels les services liés à la gestion du personnel, dominés par la formation professionnelle sur les deux métropoles régionales, ou les services techniques pour les villes du "reste de la France".

23Par rapport à nos préoccupations, il apparaît que les liens de polarisation les plus forts entre les entreprises béarnaises et leurs fournisseurs de services concernent des établissements localisés à Pau et à Paris (agglomération dans les deux cas), voire dans les villes de l’Adour.

b) Degré d'autonomie des entreprises consommatrices de services et géographie de l'offre retenue (cf. tableau 16)

24L'introduction de cette troisème variable (le degré d'autonomie), classée selon deux modalités, d'une part les sociétés dont le siège social reste local, d'autre part les sociétés dont le siège, organe de décision, est extérieur à la région, conforte notre opinion sur le lien de dépendance existant entre le type de service et sa localisation géographique. Mais surtout elle rejoint notre préoccupation initiale, développée dans la problématique, à savoir que l'origine géographique du service, considéré en fonction de son type, est liée au degré d'autonomie de l'établissement industriel d'où la demande émane.

25A partir de la méthode décrite plus haut, le test du χ2 compliqué par la prise en compte des deux modalités du degré d'autonomie, et donc calculé sur deux nouveaux tableaux de contingence, témoigne que globalement les liens de dépendance entre origine géographique et type de services sont de force différente selon que les sociétés disposent d'un pouvoir de décision extérieur à l'arrondissement de Pau (type 1) ou que leur pouvoir décisionnel s'y localise (type 2).

26Les entreprises industrielles d'origine locale (type 2, tableau C´) sont plus "libres" dans le choix de leurs prestataires de services. Ce choix paraît donc plus aléatoire, même si globalement il existe toujours un lien entre types de services et origine géographique (χ2 = 104,19, significatif avec 36 degrés de liberté). Cette liaison paraît se renforcer (χ2 = 118,86, χ2> 104,19) pour les sociétés dont le pouvoir décisionnel est extérieur à la région. Dans ce cas, le choix du site géographique selon le type de services semble moins ouvert, moins "libre" ; la relation hiérarchique, caractéristique de l'organisation économique entre usines de production et sièges décisionnels parisiens impose plus de contrainte. La comparaison entre les deux tableaux des χ2 (B´ et C´) (portant donc sur des tableaux de contingence distincts, mais ayant les mêmes rubriques en lignes et en colonnes, ainsi que le même nombre de degrés de liberté) permet d'affirmer que la géographie des services varie en fonction du degré d'autonomie de l'entreprise cliente.

27Pour les établissements dont les sièges sociaux se situent en Béarn, les plus fortes liaisons se retrouvent sur le croisement études informatiques et agglomérations de l'Adour. Il faut y voir le rôle que la Société d'Etude informatique joue auprès des P.M.E. locales. L'échelon des métropoles régionales, Bordeaux et Toulouse, paraît en forte relation avec les services liés au personnel ; de même que le site parisien avec les services publicitaires. Enfin, de fortes liaisons s'observent pour l'ensemble de services plus classiques formé par le gardiennage, le nettoyage et les prestations temporaires de personnel, aux quatre niveaux de Pau, du Béarn, des métropoles régionales et de Paris.

28Mais, pour les sociétés dont les sièges se localisent hors du Béarn (type 1, tableau B´), les relations sont particulièrement élevées pour les services les plus classiques situés notamment sur les sites palois, sur le bassin de Lacq et à Paris. De même, la localisation parisienne entretient de fortes liaisons avec les services financiers et les études techniques. Cependant, les services plus "immatériels", moins liés à des contraintes de déplacement et de proximité physique, connaissent une moins grande détermination de leur localisation géographique. Les liaisons n'apparaissent pas particulièrement fortes, dans l'ensemble, pour les conseils économiques et pour les services liés au personnel. Au total, la différence qui semble marquer les deux tableaux repose sur des liaisons beaucoup plus fortes entre décision extra-régionale (type 1) et localisation des services sur les deux zones paloise et parisienne, tandis que les sociétés à sièges locaux (type 2) affichent sur ce plan des liaisons moins puissantes... Comme si, dans le second cas, la localisation des services était moins déterminée géographiquement, plus diffuse dans l'espace, plus libre en somme, mais aussi plus respectueuse des hiérarchies urbaines établies.

29La relation entre le degré d'autonomie des établissements clients et la localisation géographique des entreprises de services auxquelles ils s'adressent paraît donc pertinente.

30La séparation géographique des sièges sociaux des entreprises (essentiellement fixés à Paris) et de leurs établissements béarnais favorise une bipolarisation de l'offre des services entre Pau (surtout pour les plus courants) et Paris (surtout pour les plus rares). Elle provoque de fait une occultation de tous les échelons intermédiaires de la hiérarchie urbaine (les métropoles régionales, essentiellement), en tant que centres fournisseurs de services aux entreprises des villes moyennes. Ainsi, pour les établissements béarnais commandés par des sièges extérieurs à la région, la polarisation des services se simplifie à l'extrême entre deux pôles quantitativement mais non qualitativement équivalents : l'agglomération paloise et l'agglomération parisienne... Du coup, le réseau urbain de référence se ramène lui aussi à une organisation bipolaire.

31Inversement, pour les établissements dont le siège social de leur entreprise s'élève près d'eux, ou se confond avec eux, en Béarn, la hiérarchie des recours de services épouse assez étroitement la hiérarchie des réseaux urbains : Pau et les agglomérations du Béarn pour les services les plus banals, Bordeaux et Toulouse pour des services de type intermédiaire, Paris pour les services les plus rares, publicitaires par exemple.

32Ainsi se dessinent deux figures de réseaux urbains. L'une, bicéphale, saute l'échelon des métropoles régionales. Elle concerne des entreprises qui trouvent facilement à Pau et dans ses environs le tout venant des services, mais font appel au tissu de leurs connaissances parisiennes (négligeant les métropoles régionales) pour satisfaire la demande plus spécialisée de leurs établissements, même lointains.

33L'autre, multipolaire, correspond à l'espace de référence des entreprises régionales qui construisent leurs réseaux de services en respectant la hiérarchie urbaine : ville moyenne/services élémentaires, métropole régionale/services relativement rares, métropole nationale/services rares. Pau joue avec succès sur le registre des deux premiers niveaux, preuve de sa fonction confirmée (mais à partager au moins avec Bayonne) de sous-métropole régionale de l'Aquitaine ou, plutôt, de centre dominant (là encore avec Bayonne) des Pays de l'Adour.

34Mais concernant les rapports entre services aux entreprises et organisation spatiale, d'autres croisements raisonnés de variables restent à explorer.

c) Degré d'externalisation des services et localisations induites

35Le croisement de la variable définissant le degré d'externalisation des services fournis (services externes ou internes à la firme) et des variables "origine géographique" et "types de services" vérifie encore une fois que l'organisation interne du tertiaire industriel se reflète dans sa répartition spatiale.

36Pour les services externes aux firmes industrielles, (services externalisés), le recours local apparaît, dans l'ensemble, de première importance : l'agglomération paloise regroupe 46,5 % de ces services (sur un total de 356), tandis que Paris n’en fournit que 18,5 %. Or, pour les services produits dans le cadre d'une organisation interne des firmes, les rapports s'inversent : Paris regroupant 36 % de ces services et Pau n'en assurant plus que 16 %. De même, si l'on tient compte des différents types de services, ce sont les activités les plus classiques ou liées au personnel, notamment la formation professionnelle (26,4 % et 25 %), qui sont les mieux représentées dans les services externes, alors que dans le cadre de l'organisation interne, les services financiers se placent au premier rang (28,8 %).

37La relation entre zones géographiques et types de services dépend aussi de la nature de ceux-ci. En schématisant, l'on peut affirmer que les services parisiens s'orientent avant tout vers les activités financières et de conseil économique, que les firmes industrielles organisent et produisent en leur sein. A l'inverse, l'agglomération paloise développe des services externalisés de plus grande "banalité". Cette opposition interne/externe, spécialisation/banalité, Paris/province recoupe en fait la distinction majeure, déjà repérée dans notre échantillon, entre sociétés dépendantes de sièges décisionnels situés hors de la région et entreprises locales indépendantes.

38A n'en pas douter, ces services internes à vocations financière et économique, mais aussi liés plus accessoirement à la gestion-formation du personnel, à la création publicitaire et à l'informatique, appartiennent à des firmes au rayonnement national qui peuvent se permettre le développement de telles structures, dans l'orbite de leur siège social.

39A l'inverse, le local, agglomération paloise en tête, garde le leadership en matière d'implantation des services externes, à plus faible valeur ajoutée : sociétés de gardiennage et de nettoyage industriel. C'est cette faible valeur ajoutée des services, le peu d'intérêt économique qu'ils présentent pour les entreprises industrielles, qui expliquent leur externalisation systématique. Pourtant il n'en fut pas toujours ainsi : Turboméca, constructeur et assembleur de moteurs d'aéronefs, possédait jusque dans les années 1970 une gamme complète de services industriels de niveau élémentaire. Turboméca, constructeur de turbines était aussi gardien, blanchisseur, éditeur au milieu de ce siècle. L'usine constituait alors un lieu clos, un microcosme dans un environnement quasi vide : corps social assurant ses propres fonctions, des plus banales aux plus complexes. Or, l'évolution du marché international, concrétisée par une concurrence accrue et par une réduction des marges bénéficiaires, nécessite une refonte de cette organisation économique. Elle obéit au double principe de l’élagage des services les moins rentables et du recentrage sur les savoir-faire industriels les mieux maîtrisés. Désormais, l'on ne se diversifie plus tous azimuts. Cette stratégie conduit à la réduction des coûts de production : les charges les moins lucratives pour la grande entreprise étant désormais assumées par le sous-traitant. Le passage en sous-traitance de ces services engendre une certaine souplesse. Il autorise aussi un changement fréquent de partenaire (pratique courante car elle permet de maintenir le meilleur rapport qualité/prix possible). Il garantit également une réduction des coût de production, tout en libérant parfois un volant de main-d'œuvre propice au redéploiement de la force de travail et à l'amélioration de la productivité dans la grande entreprise.

40Cette organisation économique, définissant les liens entre donneurs d'ordres et sous-traitants du tertiaire industriel, explique en grande partie la corrélation observée entre externalisation, origine géographique et type de services.

41La politique d'externalisation des firmes a entraîné le développement dans l'aire paloise de nombreuses sociétés de services, bénéficiant à la fois de la clientèle de grands donneurs d'ordres et des économies d'échelles offertes par la taille de l'agglomération. Dans la répartition spatiale des services externes, il est frappant de noter l'effacement relatif des sites du bassin de Lacq et des petits centres urbains du Béarn. Dans le même ordre d'idée, il faut souligner la bonne position des agglomérations du bassin aturien et des deux métropoles régionales. L'organisation territoriale de ces services semble donc se calquer sur la puissance économique des principales places centrales, hiérarchisées selon le degré de technicité et de spécialisation des services qu'elles fournissent. Les agglomérations des Pays de l'Adour (Bayonne, Tarbes) occupent un rang estimable dans les services liés aux études informatiques. Les deux métropoles régionales affichent une situation encore meilleure dans les activités de conseils économiques ou de formation professionnelle des cadres...

42A l'inverse, la répartition dans l’espace géographique des services internes tend à faire disparaître ces échelons territoriaux intermédiaires, placés entre le siège social et l'usine de production. La répartition de ces services internes se fait à plus de 50 % sur les deux sites géographiques de Paris et de Pau, position renforcée, pour celle-ci, par les deux zones géographiques adjacentes du bassin de Lacq et des petites villes du Béarn. La localisation de ces services s'associe donc aux sites de la production industrielle.

43La constitution de notre échantillon témoignait d'une forte densité industrielle rencontrée dans les bassins de Lacq et d'Oloron-Arudy. Ce poids se retrouve dans la répartition géographique des services internes en informatique, gestion du personnel et collecte des données économiques.

44A l'autre bout de cette relation, se développent des services spécialisés, beaucoup plus pointus, organisés autour de pôles économiques nationaux, près des sièges sociaux : Norsk hydro, Pechiney, Rhône-Poulenc, Messier Hispano-Bugatti, les Fonderies Messier d'Arudy, les usines Laprade, filiale d'Usinor, Canom, filiale de Bouygues, tous dans la Région parisienne ; Seb à Lyon ; Legrand à Limoges.

45La répartition territoriale de ces services se fait donc de préférence entre ces deux échelles : locale pour le site de production ; extérieure à la région — principalement parisienne — pour les sièges sociaux et autres sites de pouvoir. La part des agglomérations intermédiaires, héritières d'une organisation territoriale respectant le schéma des places centrales hiérarchisées selon leurs fonctions, tend à se réduire ; ceci étant valable pour les agglomérations aturiennes autres que Pau et pour les métropoles régionales de rang supérieur à celle-ci. Les rapports des entreprises de production avec les établissements de services connaissent donc une singulière simplification de leur géographie. A l'ancienne hiérarchie des centres urbains se substitue désormais un système bipolaire : l'intendance pour le bas (le local), la décision stratégique et ses appuis pour et par le sommet (Paris).

3 - Quand la localisation des services éclaire la contradiction des réseaux urbains : système dualiste, image de polarités quasi autonomes, ou armature hiérarchisée à plusieurs niveaux

46A la lumière des pages précédentes, quatre échelles territoriales se répartissent les rapports spatiaux qui se développent entre les entreprises industrielles et leurs fournisseurs de services. Deux nous sont clairement apparues : l'espace de proximité, baptisé sommairement "local", car prisonnier des sites industriels (Bassins de Lacq, d'Oloron, économies d’échelles liées à l'agglomération paloise) ; l'espace décisionnel, colonisé par le tertiaire supérieur, principalement parisien, mais éclaté aussi sur tout l'espace national, au hasard de l'histoire des firmes industrielles.

47Deux autres échelles géographiques, seulement entrevues dans les lignes qui précèdent, restent à préciser : toutes deux se ramènent d'ailleurs au concept d'espace régional. Cependant, la région fonctionne-t-elle sous l'impulsion des métropoles régionales, ou bien en tant que système d'articulation des agglomérations de toutes tailles regroupées en un même bassin (les Pays de l'Adour par exemple) ? Sans trancher encore entre ces deux visions, précisons toutefois que la mise en place de la politique des métropoles d'équilibre, correspondant à une certaine conception de l’organisation économique et administrative du territoire français, tout comme la vision classique d'un espace hiérarchisé par différents niveaux de centres urbains, nous paraissent reposer aujourd'hui sur une représentation bien fragile des rapports entre les villes. Notamment si l'on se fonde sur l'offre très concrète des services marchands aux entreprises industrielles.

a) Le poids de la localité

48En globalisant l’offre des trois zones géographiques formées par l'agglomération paloise, le bassin de Lacq et les petites villes du Béarn et de la Soule, c'est plus de 50 % des services qu'elles consomment qui sont localement fournis aux entreprises béarnaises.

49Outre ce chiffre brut, le croisement des "types de services" avec leur "origine géographique" témoigne de l'importance des services les plus classiques dans l'offre paloise (32 %), puis de celle des services liés aux personnels et des services financiers (21 %, 19 %). Viennent ensuite le domaine informatique (8,5 %), le conseil économique (6,5 %), la publicité et les études techniques (5 et 5,5 %) (cf. tableau 16).

50En matière d'offre locale, le centre palois occupe la première place. Ses caractéristiques, par rapport à l’offre micro-régionale globale (Pau + Lacq + Sud Béarn), se résument à une part moins importante du tertiaire le plus classique et à une proportion plus élevée des services liés aux personnels et relevant du conseil financier. A l'inverse, le bassin de Lacq accorde une importance plus grande aux services banals et une audience moindre aux services liés aux personnels.

51Comme nous venons de le voir, la proximité géographique de la demande détermine cette part prépondérante des services les plus classiques. Notre échantillon d'entreprises, composé de quelques grands donneurs d'ordres, consomme ces services de première nécessité, tels que le nettoyage, le gardiennage, et les prestations temporaires de personnel. Il s'agit de sollicitations très régulières, nécessitant la présence physique d'éléments humains assez nombreux pour des fonctions ne dégageant qu'une faible valeur ajoutée. Les contraintes de distance et la présence d'une solide clientèle sont à l’origine de leur développement local : petit centre urbain, Artix abrite l'agence locale d'une société nationale d'intérim qui travaille à la fois pour le complexe de Lacq et pour l'usine Messier Hispano-Bugatti d'Oloron-Sainte-Marie. C'est que la partie méridionale du Béarn, avec ses activités traditionnelles (confection, textile) en crise, ne rassemble pas la demande qui justifierait l'implantation d'établissements dispensant de tels services.

52A propos des services liés aux personnels, il convient d'abord de souligner l'aspect institutionnel d'un secteur d'activités où la formation professionnelle (principal poste) est en grande partie assurée par différentes institutions patronales et publiques (AFPA, GRETA, OREP). Leurs sièges départementaux se regroupent à Pau où il existe également un environnement de formations supérieures. Relevons ensuite, en matière de formation, qu'il existe une distinction majeure entre celles qui sont réalisées sur place et celles qui sont assurées par des centres urbains situés hors du Béarn. Cette dichotomie s'explique par le degré de technicité et de spécialisation exigé. Les formations les plus banales, destinées par exemple aux ouvriers et personnnels de faible qualification, sont dispensées par l'échelon départemental de l'AFPA ou du GRETA. A l'opposé, pour des formations plus pointues, destinées à des cadres et à des ingénieurs, les stages sont réalisés hors du Béarn : à Bordeaux, à Toulouse, à Paris, voire dans d'autres métropoles (Nancy, par exemple, pour l'entreprise Bidegain). Les mêmes remarques pourraient être formulées en matière de conseils en recrutement : l'échelon local, le plus souvent interne à la société, reste suffisant pour la sélection du personnel ouvrier, mais il est fait appel à des cabinets parisiens, bordelais et toulousains, ou encore aux services internes des sièges sociaux pour l'embauche des cadres.

53Cependant, le tissu local de P.M.E.-P.M.I. spécialisées dans la sous-traitance, la confection, le textile, consomme des services locaux, souvent de moindre qualification : expertise comptable, conseils juridiques pour les plus fréquents. L'échelon palois autorise alors le développement de tels services : 35 cas de services financiers, externalisés et d'origine paloise, ont ainsi été enregistrés sur un total de 117 cas recensés. De même, pour les activités d'études techniques, 12 cas palois sur un total de 41 interventions témoignent que la capitale béarnaise peut offrir à l'ensemble industriel de P.M.E.-P.M.I., mais aussi aux grands donneurs d'ordres, un environnement serviciel de qualité, notamment du fait de la déconcentration en province de cabinets d'études techniques : l'Office technique du Midi par exemple.

54L'échelon local constitue donc un espace de service de toute première importance. Toutefois, il fournit surtout les prestations d'intendance reposant sur une main-d'œuvre nombreuse et peu qualifiée ; beaucoup plus en tout cas que des services très spécialisés et de haut niveau intellectuel. Ce jugement reste cependant à nuancer : pour l'ensemble des P.M.E. béarnaises, l'agglomération paloise livre en effet des services d'un bon niveau de qualification, notamment dans les domaines financier, économique et technique. Les entreprises des petits centres urbains périphériques (Oloron, Pontacq, Nay, Arudy, et dans une moindre mesure celle du bassin de Lacq-Orthez) en profitant largement. En conséquence, des rapports hiérarchiques entre place centrale (Pau) et petits centres secondaires s'établissent, régis par les lois classiques de la gravitation.

b) Espace régional : l'effacement des métropoles

55Second espace de proximité géographique, après la localité et à la micro-région, l'échelon régional (au sens de l'Aquitaine et de Midi-Pyrénées) se caractérise principalement par sa discrétion dans nos données, tant au niveau du bassin de l'Adour qu'à celui des deux métropoles régionales (centres pourtant classés, en théorie, immédiatement au-dessus de Pau dans la hiérarchie urbaine des fonctions tertiaires).

. Les Pays de l'Adour

5634 cas de services fournis par les agglomérations des Pays de l'Adour, hors Béarn et Soule, ont été recensés lors de notre enquête ; soit moins de 6 % de l'offre totale de tertiaire industriel. Ce simple chiffre en dit long sur la faiblesse des échanges entre industriels du Béarn et fournisseurs de services du bassin de l'Adour. A la question de l'hypothétique concurrence de Bayonne, seul centre urbain en position de confrontation avec Pau dans le domaine des services, une très large majorité des chefs d'entreprises n'en a pas fait état : pour le directeur des services administratifs de M.M.S., la concurrence bayonnaise se révèle inexistante, il n’a même "pas connaissance de l'existence d'un secteur des services localisé à Bayonne". Les industriels de la partie orientale du département des Pyrénées-Atlantiques partagent cette ignorance avec ceux du bassin de Lacq, de Mourenx, d'Arthez-de-Béarn, d’Orthez et de la Soule. Dans ce dernier cas, il est d'ailleurs paradoxal de constater que les entreprises s'adressent essentiellement à des prestataires de services palois ou béarnais, alors que culturellement et géographiquement cette province regarde vers le Pays basque auquel elle appartient.

57Seul domaine caractéristique d'échanges intenses entre industriels locaux et agglomérations aturiennes, le secteur des études informatiques connaît un certain dynamisme : 16 cas de marché y ont été recensés. Ce fait s'explique principalement par la présence de s.e.i. à Bayonne, société d'informatique particulièrement active, développant un rayonnement régional. Elle intervient en effet auprès de nombreuses sociétés industrielles, dans des domaines aussi variés que la chaussure et la construction aéronautique. Toutefois, à l'exception du cas isolé de cette société (hasard d'une réussite ?), il n'existe pas de véritable courant d'affaires capable de fonder un véritable bassin aturien de tertiaire industriel.

. Les métropoles régionales

58Autre espace régional, plus vaste et moins homogène que celui des Pays de l'Adour, le Sud-Ouest (Aquitaine et Midi-Pyrénées) regroupe deux capitales régionales offrant, par effet de taille, la possibilité d'un développement de services pointus, étoffés, susceptibles de compenser les carences locales dans leurs aspects à la fois quantitatifs et qualitatifs.

59Si les officines bayonnaises sont absentes sur le marché béarnais des services industriels, nombre d'entrepreneurs font en revanche appel à des sociétés toulousaines et bordelaises. Pour autant, l'analyse des résultats de notre enquête montre que ces deux agglomérations ne fournissent pas en Béarn des activités tertiaires dignes de leur rang de métropoles régionales : 64 cas de services recensés, soit moins de 11 % du total pour les deux agglomérations réunies.

60A la lecture de ces données, l'on observe que les deux agglomérations accueillent surtout des opérateurs externes aux firmes (75 %). Le flux engendré, même modeste, témoigne du poids des sièges sociaux béarnais dans la formation de cette demande ; Bordeaux et Toulouse constituant pour les chefs d'entreprises palois une référence hiérarchique et métropolitaine quasi automatique. Ajoutons que les services liés aux personnes (surtout la formation professionnelle) représentent près de 38 % de la contribution totale (en nombre d'actes) des deux métropoles régionales. Nous retrouvons là une caractéristique de ce type d'activités où l’offre locale paraît avant tout destinée à des formations de base peu ou moyennement qualifiées, tandis que les centres urbains de taille supérieure fournissent des formations de plus haute qualification et technicité, introuvables à Pau. Les deux métropoles régionales répondent en partie à cette demande grâce à la présence en leur sein de grandes sociétés de formation professionnelle qui visent un vaste public de cadres : le CEGOS par exemple, implanté à Bordeaux et à Toulouse. Citons à ce titre Sanofi Beauté de Mourenx, ou encore Fournie Grospaud de Billère, société d'équipement électrique industriel, qui forme ses ingénieurs à Toulouse pour ce qui a trait à l'évolution des "normes" et à la bureautique. Autre secteur à propos duquel s'exerce l'influence des deux métropoles régionales, le conseil en recrutement révèle aussi une organisation territoriale hiérarchisée selon le rang et la taille des villes : Bordeaux et Toulouse assurent en partie le recrutement des cadres et ingénieurs du tissu industriel béarnais, fonction dont l'agglomération paloise semble écartée.

61Outre cette branche liée à la gestion et au recrutement du personnel, celle des études informatiques localisées à Bordeaux et à Toulouse apporte aussi ses compétences à l'industrie béarnaise. Là encore, les services demandés portent sur des études relativement poussées, réalisées par des entreprises à forte qualification, absentes de la scène paloise. Pour Vanadour, société fabriquant de la robinetterie industrielle, implantée dans la zone industrielle de Berlanne, à Morlaàs (banlieue de Pau), le choix de l'équipement informatique et des logiciels impose de s'adresser à une entreprise bordelaise plus crédible que ses homologues palois, en raison de sa "vaste expérience". Le tissu industriel local n'est donc pas suffisant pour susciter le développement de sociétés informatiques de grande envergure. Nous retombons à ce niveau dans les notions d'économies d'échelles et de hiérarchie fonctionnelle induite par la puissance des sites d'activités économiques. La question ne réside pas dans la capacité technique de développer tel ou tel service, mais dans l'aptitude d'un environnement industriel à former une clientèle suffisante.

62Toutefois, il convient de nuancer ces assertions, Bordeaux et Toulouse ne l'emportent pas de beaucoup sur Pau et Bayonne en matière d'études informatiques. L'avantage en leur faveur ne tient qu'à quelques rares qualifications supplémentaires. En aucun cas, cependant, le rayon métropolitain n'exerce en informatique une quelconque suprématie sur celui des Pays de l'Adour. Cette règle vaut d'ailleurs pour l'ensemble des autres services d'études et de conseils. Mais, dans ce nouveau domaine, les deux métropoles régionales entrent en concurrence directe avec le centre parisien.

c) Rôle de l'hypercentre parisien

63La Région parisienne regroupe 25 % de l’ensemble des services recensés dans notre enquête. Ce poids appréciable se renforce encore en termes qualitatifs. L'échelon parisien dispose en fait de deux atouts majeurs. Il profite, d'une part, de la présence en Ile-de-France de nombreux sièges sociaux d'entreprises qui, dans le cadre de l'organisation interne des firmes, commandent à Paris les services supérieurs d'études et de conseils dont ont besoin leurs établissements béarnais. D'autre part, en raison de la concentration, sur un espace réduit, de nombreuses sociétés industrielles et surtout d'un tertiaire très qualifié et efficace, l'agglomération parisienne offre une qualité de services qui ne souffre guère de concurrence.

64Paris fournit en premier lieu des services financiers et juridiques : siège des institutions financières, lieu où les grandes décisions bancaires sont prises, la capitale regroupe un tertiaire financier souvent intégré aux groupes industriels (32 cas sur 38). Il nous paraît inutile d'énumérer les diverses sociétés dont les services financiers et juridiques se situent à Paris, confondus avec leur siège social ou installés à proximité. Toutes les grandes sociétés d'envergure nationale fonctionnent ainsi, à l'exception de quelques firmes dont le siège se dresse en province : Seb à Lyon, ou Legrand à Limoges, sitm à Aix-en-Provence, Fournie Grospaud à Toulouse... Cas plus complexe et plus aléatoire encore, l'usine de Sanofi Beauté dépend d'une direction installée en Normandie ; mais Sanofi Beauté ne correspond qu'à une branche d'activité de sanofi, elle-même filiale d'Elf-Aquitaine... De sorte que les services financiers de l'ensemble se trouvent en Normandie, tandis que Paris regroupe conseils juridiques et autres secteurs d'études au siège de Sanofi.

65De façon générale, le centre parisien d'une entreprise entretient toujours de fortes relations de proximité avec toutes les branches des services d'études et de conseils (ces dernières étant d'ailleurs souvent intégrées à l'entreprise) : services liés aux conseils économiques, aux études informatiques, au secteur publicitaire... Là encore, il apparaît que les firmes nationales disposent de leurs propres organisations centralisées et répondent à l'ensemble de la demande des unités de province. Le seul domaine où les services externalisés sont majoritaires correspond à la formation professionnelle et au conseil en recrutement. Bordeaux et Toulouse assurent, nous l'avons vu, ces services destinés à un public de cadres et d'ingénieurs. Le centre parisien complète cette offre, disposant même d'un léger avantage sur les deux capitales régionales : il développe des stages professionnels de très haut niveau, destinés à un public national centralisé sur Paris pour des raisons de commodité.

66Pour autant, la force de polarisation du tertiaire parisien ne repose pas que sur des services internes aux entreprises, ou que sur des relations de pouvoir entre sites de production et sièges sociaux. La capitale nationale développe aussi un secteur serviciel d'une compétence reconnue, dépassant largement les possibilités d'un échelon local ou régional. Dans le domaine informatique, Turboméca, grand donneur d’ordres à forte technicité, enraciné dans le territoire béarnais, a besoin de sociétés de services informatiques (matériels et logiciels) de la meilleure qualité. L’échelon local ne lui suffit pas. La Sobegi, plate-forme de chimie fine, filiale d'Elf-Aquitaine, estime aussi que l'agglomération paloise n’est pas capable de satisfaire ses besoins en informatique. Ses responsables s'adressent en conséquence à des sociétés parisiennes. Autre société du même groupe, la snea (p), dans le domaine des conseils financiers, fait appel à des sociétés parisiennes, disposant seules de la compétence internationale qu'elle recherche. Dans ces cas, ne pas s'adresser à l'échelon local ne traduit pas une volonté politique, mais une réelle nécessité économique et technique.

67L'échelon parisien se révèle donc le site privilégié de ce tertiaire supérieur (quaternaire ?), associant forte qualification et pouvoir décisionnel. Indirectement, par succursales ou agences interposées installées dans les villes de l'Adour, il maîtrise aussi la plupart des services banals (entretien, nettoyage, intérim, gardiennage) que réclament les entreprises.

68Le reste de la France, voire l'étranger, offrent épisodiquement des prestations de services à l'industrie béarnaise : 48 cas (6,9 %) de services effectués à partir de la province ont été recensés. Il s'agit le plus souvent de services internes, intégrés à des sièges sociaux provinciaux dans près de 70 % des cas.

69Cette analyse nous a permis de montrer que l'organisation du secteur des services aux entreprises, dans les Pays de l'Adour, favorise le centre palois : le tertiaire industriel des activités d'études et de conseils, notamment, présente son meilleur profil dans la capitale béarnaise. Il y est bien meilleur que dans l’ensemble des Z.P.I.U. de l'Adour, meilleur en particulier que dans les agglomérations de Bayonne et de Tarbes. Au cœur des Pays de l'Adour, Pau occupe la situation la plus favorable pour répondre à la demande de services de l’industrie locale. Cependant, l'offre paloise reste le plus souvent cantonnée à des services classiques et banals, de faible niveau technique, même si la branche des services de conseils et d'études, destinée avant tout aux P.M.E. d'origine locale, demeure appréciable.

70Outre cet échelon palois, l'offre de services est principalement polarisée par un centre parisien qui tend à oblitérer l'activité d’autres centres régionaux : les pays de l'Adour, avec quelques agglomérations de taille moyenne autres que celle de Pau, ne fournissent des services que de manière occasionnelle. Les deux métropoles régionales se révèlent tout aussi marginales dans ce domaine, à l'exception de quelques branches liées à la gestion des ressources humaines. A l'inverse, le centre parisien confirme sa vocation pour l'ensemble des activités décisionnelles (de conseils et d'études en particulier) impliquant des choix stratégiques pour l'industrie locale. Il reste le centre serviciel priviligié des plus grandes unités industrielles du Béarn et de la Soule.

71L'ancien espace hiérarchisé, où chaque niveau de centre occupait des fonctions spécifiques, se dissout-il désormais dans un espace réduit aux relations dualistes entre centres décisionnels et centres de production ? Les nouvelles articulations territoriales se traduiraient dès lors par un appauvrissement de la géographie économique, l'espace ne reflétant plus que de stricts rapports centre/périphérie.

72Considérons, maintenant, la nature de ces nouveaux rapports que les activités économiques entretiennent avec l'espace.

B - LES ARTICULATIONS SPATIALES DU TERTIAIRE INDUSTRIEL (SERVICES AUX ENTREPRISES), LEURS IMPLICATIONS EN MATIERE DE HIERARCHIE URBAINE

73Nous avions émis l'hypothèse que l'organisation territoriale du secteur des services aux entreprises béarnaises participait de deux logiques. Première logique, celle de la théorie des places centrales de Christaller part du principe que chaque agglomération occupe des fonctions spatiales spécifiques selon sa taille. Dans ces conditions, le degré de spécialisation du secteur tertiaire augmente au fur et à mesure que l'on s'élève dans la hiérarchie des villes. Dans le cas de l'industrie locale, une partie des services (les plus banals) sont satisfaits par l'offre béarnaise. Les métropoles régionales, Bordeaux et Toulouse, développent des fonctions plus pointues ; tandis que Paris, échelon de rang international, complète cette offre pour les services les plus rares.

74Trois espaces s'emboîtent, ou plutôt se hiérarchisent : le local, le régional et le national. Ceci repose, il faut le rappeler, sur deux hypothèses : les contraintes de distance imposent le choix des services les plus proches, afin de réduire le temps et les coûts ; il existe une correspondance entre la taille des centres urbains, leur hiérarchie et leurs fonctions. En somme pour un service rare, une aire d'influence plus vaste, décrite par un pôle puissant, compense la faible fréquence des recours.

75La seconde logique théorique — celle des rapports centre-périphérie — s’efforce de saisir, dans l'espace, l'expression des relations d'échanges dissymétriques qui affectent le corps social et qui constituent des facteurs (pas forcément cumulatifs) de domination et d'hégémonie. Dans notre cas, cette approche peut expliquer la répartition spatiale des services marchands aux entreprises. Le local périphérique (type Pays de l'Adour), caractérisé par l'implantation d'un faible pouvoir de décision et d'unités de production placées sous le commandement d'établissements surtout parisiens, s'oppose à l'hypercentre national qui concentre, à la fois, pouvoir et capacité d'expertise.

76Le mode de production capitaliste et ses représentations idéologiques structurent l'espace périphérique, lieu de production soumis de la sorte à un centre, lui-même lieu de décision qui contrôle la périphérie. Cette organisation territoriale n’implique plus que deux échelons géographiques : le niveau décisionnel central (surtout parisien), le niveau local confiné dans une production de plus en plus élémentaire (cas du Béarn en situation de reconversion industrielle). Quant aux métropoles d’équilibre, leur force de gravitation (théoriquement régionale) s'épuise très vite dans le champ du recours tertiaire des entreprises (sauf pour les unités de production inscrites dans leur orbite immédiate). De toute évidence, l'espace régional et ses métropoles éprouvent quelques difficultés à se frayer leur place dans l'organisation géo-économique du mode de production capitaliste triomphant de la France contemporaine.

77Les conséquences du fonctionnement simultané de nos deux logiques sont donc divergentes et n'échappent pas à une contradiction majeure : d'un côté, il y a persistance des territoires, confondus avec les aires d'influence de chaque place centrale ; de l'autre, des réseaux de relations et de soumission binaires, entre pôles urbains de poids inégal se dessinent. Dès lors, l'espace géographique s'appauvrit dans le sens d’une disparition, ou plutôt d'une mise en "suspens" des zones intermédiaires situées entre les sites de production et les sites décisionnels.

78L’analyse quantitative de nos données témoigne du fait que le degré d'autonomie du tissu industriel détermine l'organisation spatiale des services aux entreprises, services internes ou externes, services palois, parisiens, bordelais ou toulousains. Ainsi les différentes modalités géographiques et organisationnelles observées s'expliquent par le degré d'indépendance des sites industriels (soit intégrés dans l'organisation de firmes nationales, soit représentatifs de petites et moyennes entreprises dont le siège est béarnais). L'organisation des services aux entreprises, en fonction de l'autonomie des firmes, nous ramène en fait à notre problématique : permanence du territoire et organisation économique en zones d'influence plus ou moins compactes ; ou bien articulation en confrontations binaires qui tendent à dissoudre l'espace régional ?

1 - Les moyennes et grandes entreprises à rayonnement national ou international : la fin du territoire ?

79L'on pourrait penser que l'organisation territoriale du secteur tertiaire à laquelle procèdent les entreprises établies en Béarn, celles dont le siège social se situe hors de la région, illustre cette économie de réseau pour laquelle l'espace local et la proximité géographique ne comptent plus guère. En réalité, il n'en est rien. Beaucoup plus que les petites entreprises régionales, les firmes nationales recherchent des rapports privilégiés avec des sociétés de services situées dans leur aire géographique la plus proche : que ce soit celle d'un de leurs établissements de production, ou celle de leur siège social.

a) Une géographie dualiste du tertiaire industriel (services marchands aux entreprises)

80Le phénomène le plus marquant de l'organisation spatiale des services aux entreprises dépendantes de sièges sociaux extra-régionaux est la dichotomie des localisations qui s'observe entre les services les plus banals et les services de conseils et d'études. Elle se traduit dans l'espace par une opposition très nette entre espaces locaux et sites métropolitains (surtout parisiens).

81Sur l'ensemble des sociétés auprès desquelles nous avons enquêté, une très large majorité d'entreprises s'en remettent à l'échelon local pour externaliser les services les plus courants auxquels ont recours leurs unités de production. L'offre paloise, voire celle du bassin de Lacq, suffisent à cette demande. Outre les services d'intérim, nécessairement externes à la firme, les services les plus banals ont connu une externalisation récente. Elle remonte aux années 1970 pour Turboméca, Messier Hispano-Bugatti, au début des années 1980 pour Sanders snc (usine de production d'aliment de bétail) et pour l'Alliance agro-alimentaire (coopérative agro-alimentaire). Cette tendance correspond (comme indiqué précédemment) à une politique de rationalisation économique, à un recentrage sur les savoir-faire industriels, accompagnés d'un abandon des activités peu rentables. Toutefois, du fait des problèmes sociaux rencontrés et de la nécessité d'une réduction globale de la main-d'œuvre industrielle, les grandes entreprises utilisent cette consommation de services comme une source de gestion sociale du personnel salarié. Ainsi, Turboméca fait varier l'importance de ses contrats avec des sociétés paloises de gardiennage selon ses "disponibilités" en personnel salarié : à une période de diminution de l'activité industrielle correspond une période d'internalisation plus importante de ces services qui aboutit à l'intégration d'équipes de personnel Turboméca dans les services de gardiennage. Norsk-Hydro agit de même avec le personnel du site industriel de Pierrefitte qui vient d'être fermé.

Figure 18 : LES ARTICULATIONS SPATIALES SERVICES/ENTREPRISES LOCALES ET AUTONOMES : UNE HIERARCHIE URBAINE RESPECTEE

Figure 18 : LES ARTICULATIONS SPATIALES SERVICES/ENTREPRISES LOCALES ET AUTONOMES : UNE HIERARCHIE URBAINE RESPECTEE

Figure 19 : LES ARTICULATIONS SPATIALES SERVICES/ENTREPRISES DE RAYONNEMENT NATIONAL INSTALLEES EN BEARN : DE NOUVEAUX RAPPORTS CENTRE/PERIPHERIE

Figure 19 : LES ARTICULATIONS SPATIALES SERVICES/ENTREPRISES DE RAYONNEMENT NATIONAL INSTALLEES EN BEARN : DE NOUVEAUX RAPPORTS CENTRE/PERIPHERIE

82Inversement, les services de conseils et d'études, représentatifs du tertiaire supérieur, font le plus souvent l'objet d'une intégration à proximité du siège social des entreprises. Cas extrême, Sanders snc fait appel à des services d'études techniques, d'analyse financière, de conseils juridiques, d'audition d'entreprise, de conseils économiques, d'information et de documentation, d'études informatiques, de création publicitaire, de conseils en recrutement, intégrés à son siège social parisien, dans le cadre d’une organisation interne de la firme. Citons aussi les cas similaires de Canom sa, société de chaudronnerie et de tuyauterie industrielle, filiale de Bouygues, de Sanofi Beauté, implantée à Mourenx, de la Fromagerie des Chaumes, filiale du groupe Bongrain, dont la totalité des services viennent de Versailles, toujours à l'exception du nettoyage, du gardiennage et des services intérim.

83Pour tout ce tertiaire d'activités d'études et de conseils, ce sont les services financiers et économiques qui connaissent la plus forte centralisation et se concentrent le plus à Paris. D'une part, la compétence incontestée des officines de la capitale, d'autre part, la taille et la structure de la demande formulée par des entreprises disposant de nombreuses unités de production et d'un centre décisionnel coordinateur, animateur de l'ensemble, imposent ce centralisme parisien pour des fonctions d'une importance primordiale dont dépend la bonne gestion du réseau industriel.

84Pour les études informatiques, les mêmes contraintes de qualité, d'homogénéisation et de coordination entre les différentes unités industrielles, conditionnent une telle cristallisation au sommet des prestataires de services rares. Les sièges sociaux disposent de leurs propres services informatiques chargés de créer et de diffuser des logiciels identiques à destination de chaque unité de l'entreprise. Ils permettent, en retour, un traitement centralisé des données collectées sur l'ensemble des sites. La centralisation garantit le bon fonctionnement de l’outil industriel. Sanders snc, implanté sur Induspal à Pau, fait l'objet, une fois par an, d'une étude informatique approfondie réalisée à partir de son siège parisien. Cette étude vise à l’homogénéisation des normes de production entre tous les sites. De même, depuis Paris sont distribués les nouveaux disques contenant l'information sur les comptes, les barèmes et les nouvelles normes en vigueur, applicables à chaque usine. La remontée de données vers Paris, l'échange d'informations entre Paris et Pau sont incessants : la fluidité du processus de production et la transparence des objectifs, d'un site à l’autre, sont à ce prix.

85Toutefois, l'échelon local, pour les services informatiques d'importance stratégique moindre, ne manque nullement d’intérêt. Plusieurs sociétés régionales, au premier rang desquelles figure la sei de Bayonne, se chargent de la maintenance du matériel informatique et réalisent des logiciels d'usage assez général. Precision Castparts Corporation ( pcc France), un fabricant d'alliages pour l'aéronautique installé à Ogeu, commande une partie des logiciels informatiques qu'il utilise à la sei. Mais seulement ceux qui concernent la gestion courante de l'usine. Les logiciels qui ont trait aux fabrications sont importés depuis Houston, aux Etats-Unis, ville dont la société est originaire et où se situe son siège social.

86En revanche, d'autres services bénéficient d'une meilleure décentralisation : les études techniques, branche liée à la production matérielle des biens, s'associent plus facilement aux unités industrielles implantées en province. Nous avions déjà observé ce fait en constatant la décentralisation d'agences de grands cabinets parisiens d'ingénierie, partis à la recherche d'une nouvelle clientèle industrielle et d'une plus grande proximité de leurs donneurs d'ordres locaux. Nous retrouvons ce phénomène, dans notre enquête, lorsque de grands donneurs d'ordres, tels que la snea(p) Turboméca, Messier Hispano-Bugatti, seb, nous avouent se satisfaire de leurs services techniques internes, implantés en Béarn, ou du recours à des cabinets d’ingénierie Palois. mhb et Turboméca ont développé sur leur site industriel leur propre centre de métrologie, nécessaire au contrôle de la qualité et des normes de production. De même, un responsable de Turboméca note que, si dans le cadre des études informatiques l'échelon local se révèle peu crédible, les cabinets d'ingénierie palois satisfont au contraire pleinement les responsables de l'usine de Bordes. Les contraintes matérielles imposent dans ce cas la proximité géographique de services d'études techniques et d’ingénierie performants. Aux yeux d’un responsable de l’usine Messier Hispano-Bugatti de Bidos, près d'Oloron, il existe deux échelons géographiques dans l’offre du tertiaire industriel : l'échelon local et l'échelon parisien. Il n’y a pas d'intermédiaire régional entre les deux. Cette opinion évoque assez bien, en somme, la dimension géographique des rapports qui se tissent sur le marché des services aux entreprises de taille nationale ou internationale. Or, ce que dévoile l'exemple de Messier, c’est que plus les services sont rares et spécialisés, plus ils tendent à être fournis par des prestataires indépendants et parisiens. Donc, en termes de services rendus aux entreprises, l'innovation ne fait qu'accroître les tensions du rapport centre/périphérie aux dépens d'un périmètre industriel palois dont la dépendance augmente vis-à-vis de l'hypercentre parisien.

b) Relations à l'espace

87Dans le cadre de ce marché des services aux entreprises, l'espace n’est vécu que de manière très secondaire et très accessoire, que ce soit sur le plan économique (notion de coût des distances) ou sur le plan de la perception d'une réalité régionale toujours très vague.

. L'abolition des contraintes spatiales

88Au vu de notre enquête, et quelles que soient les entreprises concernées (siège local ou pas), les contraintes liées à l'espace n’ont guère de poids, du moins en ce qui concerne la consommation de tertiaire industriel. L'espace non seulement n'est plus perçu comme un frein à la communication, mais, le plus souvent, il ne fait même plus partie (en tant que distance) des facteurs qui définissent les règles du marché. A n'en pas douter, les mutations technologiques dans le domaine des télécommunications (téléphonie, télématique, télécopie), le développement de l'aéronautique commerciale, notamment sur la ligne de Paris, ont considérablement modifié les habitudes de travail pour un secteur d'activités qui se caractérise par sa forte immatérialité. Toutefois, cette image d’une ubiquité totale du tertiaire industriel rencontre ses propres limites. Tel responsable de p.c.c. France (Ogeu) constate que le voyage d'experts parisiens, chargés de résoudre sur place certaines difficultés, entraîne des coûts très élevés. Plus sûrement, cependant, que par le surcoût des services que provoquent la distance et les transports, l'espace géographique intervient dans la vie socio-économique des entreprises par l’environnement qu'il contribue à forger et par le territoire dont il constitue la matérialité. Ainsi, le directeur des Usines Laprade d'Arudy (seul établissement de notre échantillon consacrant une partie de ses activités à la sous-traitance automobile) estime que "le relatif isolement géographique de son entreprise, en regard des centres vitaux de son secteur d’activités, soulève de grosses difficultés pour disposer d'un environnement tertiaire de qualité et pour établir des échanges fructueux entre hommes d'un même milieu, partageant les mêmes préoccupations..." Il s'agit bien là de l'aveu de l'intérêt que peuvent revêtir, pour de nombreuses activités économiques, les avantages d'un territoire contigu, offrant, outre la variété de ses fonctions, les attraits d'une ambiance riche d'interconnaissances nourries aux mêmes sources culturelles. Ce fait explique, sans aucun doute, le recours quasi automatique à des entreprises de services situées à proximité du siège de leur entreprise, auquel se livrent les responsables centraux des sociétés. Ajoutons que lorsque l'hypercentre rassemble (effet des économies d'échelles) des services haut de gamme de très grande qualité et de très grande efficacité, la rationalité économique rejoint l'effet social de préférence territoriale.

. L'espace local : territoire ou substrat ?

89L’organisation des entreprises impose le plus souvent une articulation spatiale marquée par une séparation entre sièges sociaux centraux et usines de production périphériques. Pour les responsables des usines soumis au pouvoir décisionnel du siège central et appelés à de fréquentes mutations, l'espace local est vécu de plus souvent comme un substrat d'activités économiques, simple lieu à exploiter. Il ne forme que rarement un territoire, un "pays" auquel les rattachent des liens puissants, enracinés dans la géographie et dans l'histoire. Une telle conception de la périphérie, vécue comme un espace support d'activités, n'incline pas les responsables locaux à jouer la carte de la préférence régionale en matière de choix des prestataires de services. Tout au contraire, les habitudes de ces dirigeants, formés sur différents sites et, la plupart du temps, en étroite relation avec les sièges parisiens, les poussent à rechercher des partenaires qu’ils connaissent de longue date ou que leur impose le siège social.

90Il est cependant à noter que certaines grandes entreprises du bassin de Lacq, du fait de leur reconversion et de leur obligation d'assumer une politique sociale exigeante, raisonnent un peu plus en termes d'espace local et de territoire. Lors de nos enquêtes, il était souvent fait référence, dans ces sociétés, à l'obligation de favoriser l'espace aturien, donc les sociétés de conseils et d'études qui y sont installées. Il semble que dans cette période de crise, la prise de conscience des difficultés locales, voire la crainte de troubles sociaux, stimulent une meilleure prise en compte de la région par les firmes nationales, y compris en matière de sélection des entreprises de services.

2 - Petites et moyennes entreprises : permanence du territoire

91D'un côté, l'espace de services des entreprises s'articule autour de deux pôles, dans le cadre d'une relation centre-périphérie que justifie la division spatiale du travail ; de l'autre, des firmes industrielles, de taille plus réduite, aux sièges sociaux béarnais, développent des rapports à l'espace d'une autre nature et se tournent plus volontiers vers les centres de services régionaux et locaux. La théorie des lieux centraux continue-t-elle à signifier quelque chose pour ces firmes ? Respectent-elles le double critère de la proximité et de la hiérarchie des fonctions ? Dans ces conditions, la qualité de leur rapport à l'espace géographique rien est-elle pas modifiée, et n'intègre-t-elle pas un peu plus le sentiment d'appartenance à un territoire ?

a) Renforcement de l'armature hiérarchique des prestations de services

92Nos enquêtes ont largement montré qu'un tel renforcement est indéniable depuis quelques années et qu'il se concrétise, tant en Béarn que dans les autres Pays de l'Adour, par la multiplication des entreprises de services de petite et de moyenne taille. Il en résulte, pour le tissu des activités béarnaises et aturiennes, un gonflement des services potentiels auxquels elles peuvent localement et régionalement recourir et, de fait, une meilleure polarisation de l'espace à partir de Pau ou de Bayonne.

93Cependant, très vite, la concurrence d'entreprises bordelaises et toulousaines affecte, y compris sur le marché béarnais, ces nouveaux et nombreux prestataires locaux de services. Si les sociétés qui proposent les produits de plus grande banalité résistent bien, celles qui s'aventurent dans certaines spécialités plus rares et plus délicates (formation professionnelle pointue, audit d'entreprises, études informatiques, création publicitaire, conseils financiers et études de marché, conseils en information et en documentation...) rencontrent parfois de grosses difficultés pour faire face à la concurrence des métropoles régionales. A ce niveau, la théorie des places centrales semble bel et bien reprendre le dessus.

94Elle confirme sa validité si l'on analyse le rôle et la portée des services parisiens. Ces derniers, par leur caractère de spécialisation extrême, ainsi que par leur qualité, couronnent parfaitement l'édifice hiérarchique dont les bases se construisent en province et s'affinent déjà au niveau des métropoles régionales. Cependant, à l'inverse de ce qui se passe pour les grandes entreprises fixant leurs sièges en Ile-de-France, l’appel aux services parisiens ne résulte pas d'un choix imposé par une direction nationale soumise à une sorte d'effet de lieu d'essence socio-culturelle, mais reflète la recherche d'une prestation unique (qui n'existe donc pas ailleurs, tout au moins dans un rayon familier à l'entreprise) et de caractère exceptionnel.

b) Nature du rapport spatial

95Dans le cas de la direction des entreprises locales, fortement attachées à un lieu et pour lesquelles l’histoire a créé un territoire, les schèmes de représentation d'un bassin d’emploi, d'une région économique (Béarn ou Pays de l'Adour), demeurent dans l'ensemble extrêmement puissants, alors qu’ils paraissent inopérants dans le cas d'un établissement parachuté en Béarn, appartenant à une entreprise d'envergure nationale, dirigé depuis Paris ou depuis une quelconque métropole. Dans nos enquêtes, la région aturienne de référence qu'identifient le plus souvent les responsables des petites et des moyennes entreprises correspond à une aire béarnaise s’étirant largement sur l'axe Tarbes-Pau-Bayonne. Nombre de nos interlocuteurs de cette catégorie (celle des P.M.E.) ont déclaré sans ambages souhaiter privilégier les prestataires de services palois, orthéziens ou bayonnais (toutes conditions de tarifs, de coûts et de qualités égales par ailleurs, bien entendu). Les P.M.E. veulent donc jouer la carte régionale, tandis que les représentants de firmes à rayonnement national et à siège délocalisé n'évoquent pas ces questions, ou se réfugient, pour expliquer leur réserve sur ce plan, derrière leur absence d'autonomie et derrière les règles régissant l'organisation interne de leur société.

96Ainsi, pour ce responsable de la société Cancé de Nay, une entreprise de production et d'installation des charpentes métalliques qui a essaimé dans tout le Sud de la France et connaît, depuis quelques années, une croissance fulgurante, le choix des services palois intervient, d'une part, "parce qu'il permet un contact humain, physique, nécessaire aux activités d'affaires...", d'autre part, "parce que seules les personnes issues d'un même milieu, d'un même environnement, peuvent partager, comprendre au mieux votre culture d’entreprise et répondre à vos attentes". Nombreux sont au total les chefs d'entreprises locales qui valorisent, parfois outrancièrement, les notions de proximité et de communauté culturelle, de culture locale et de territorialité. Leurs options (ces options) se retrouvent dans la localisation de leurs prestataires de services.

97Ainsi deux organisations géographiques du secteur des services marchands aux entreprises se discernent et dessinent des structures très différentes de rapports entre les villes. D'un côté, les firmes à rayonnement national et international s'appuient sur une relation centre/périphérie entre Paris et la province ; de l'autre, un groupe nombreux de P.M.E.-P.M.I. épouse plus scrupuleusement les anciennes structures hiérarchiques des places centrales, à l'occasion des recours qu'il adresse aux entreprises de services marchands. Ces petites et moyennes unités dynamisent l'activité et l'influence de centres urbains intermédiaires, de niveau métropolitain, situés entre Paris et les villes moyennes dans la hiérarchie urbaine nationale. D'un côté, il y a dissolution d'un espace (surtout régional au sens de l'Aquitaine ou de Midi-Pyrénées) qui tend à se réduire, telle une peau de chagrin, à deux pôles dissymétriques, de charges très inégales, reliés entre eux par un "temps" de liaison donné et par une forte relation hiérarchique. De l'autre, les aires d'influence urbaine et les phénomènes de micro-régionalisation qu'elles engendrent perdurent, l'espace contigu conserve un sens socio-économique profond, la proximité géographique alliée à la qualité de l'environnement (effet territorial) — mais obéissant tout de même à un jeu complexe d’armatures ou de niveaux hiérarchiques, d'économies d'échelles, de tailles et de spécialisations des marchés — détermine en tout lieu le poids, la nature et l’intensité des fonctions de services... Jeux et enjeux encore plus complexes si l'on considère maintenant l'aptitude de la ville moyenne à s’inscrire au sein de réseaux internationaux spécialisés.

Table des illustrations

Titre Figure 17 : LES FOURNISSEURS DE SERVICES MARCHANDS AUX ENTREPRISES INDUSTRIELLES DU BEARN ET DE LA SOULE, REPARTITION GEOGRAPHIQUE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d'un échantillon d'entreprises béarnaises
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15219/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d'un échantillon d'entreprises béarnaises (suite)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15219/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d’un échantillon d'entreprises béarnaises (suite)
Légende * Les tableaux de contingence B et C qui ventilent les données du tableau A en "sièges sociaux extérieurs à la région" (B) et "sièges sociaux d'origine locale (C) ne sont pas proposés ici. Seuls ont été transcrits les tableaux des χ2 qui en dérivent et sont indispensables à notre démonstration.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15219/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d'un échantillon d'entreprises béarnaises (suite)
Légende * Les tableaux de contingence B et C qui ventilent les données du tableau A en "sièges sociaux extérieurs à la région" (B) et "sièges sociaux d'origine locale" (C) ne sont pas proposés ici. Seuls ont été transcrits les tableaux des χ2 qui en dérivent et sont indispensables à notre démonstration.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15219/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau 16 - Caractères géographiques généraux de la demande de services marchands émanant d'un échantillon d'entreprises béarnaises (fin)
Légende Source : enquêtes personnelles.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15219/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15219/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 18 : LES ARTICULATIONS SPATIALES SERVICES/ENTREPRISES LOCALES ET AUTONOMES : UNE HIERARCHIE URBAINE RESPECTEE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15219/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 19 : LES ARTICULATIONS SPATIALES SERVICES/ENTREPRISES DE RAYONNEMENT NATIONAL INSTALLEES EN BEARN : DE NOUVEAUX RAPPORTS CENTRE/PERIPHERIE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15219/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search