Version classiqueVersion mobile

La ville moyenne dans sa région

 | 
Guy Di Méo
, 
Franck Guérit

Chapitre II. Étude comparée de l'offre des services aux entreprises à Pau et à Bayonne : caractères et rayonnement géographique

Texte intégral

1Cette seconde partie qui vise à approfondir la nature des services palois et bayonnais aux entreprises, à évaluer leur portée géographique, à repérer les interférences et les partages qui s'opèrent entre leurs zones d’influence respectives, de manière à établir le plus précisément possible l'impact de leur rayonnement, s'appuie sur un ensemble de 89 enquêtes que nous avons menées dans les agglomérations de Pau (64 enquêtes réalisées) et de Bayonne (25).

A - CARACTERES GENERAUX DES SERVICES AUX ENTREPRISES DEFINIS A PARTIR DE L'OFFRE

2Cette description du service aux entreprises, à partir des sociétés que nous avons visitées, s'articule autour de trois thèmes : primo, la taille, l'organisation et la localisation géographiques des entreprises qui les dispensent ; secundo, l'histoire de cette branche qui révèle la plus ou moins grande jeunesse des sociétés et des établissements, les facteurs de leur implantation, ainsi que leurs perspectives de développement ; tertio, la prise en considération des contraintes affrontées par les entreprises, à savoir leur plus ou moins grande facilité d'accès aux marchés (fournisseurs et clientèle), les difficultés qu'elles rencontrent pour recruter du personnel, ou la localisation géographique de la concurrence.

3En abordant ces différentes questions, nous espérions faire ressortir les forces et les faiblesses, mesurer la portée géographique des services aux entreprises de chacune des deux agglomérations. Nous ne reviendrons pas, ici, sur les limites de la représentativité de l'échantillon des établissements que nous avons contactés. Nous nous contenterons de rappeler que les données recueillies, sans doute à peu près correctes pour l'agglomération paloise, doivent être considérées avec plus de prudence et de réserve dans le cas de Bayonne.

1) L'effet de taille des entreprises de services

4Du point de vue de la variété des services proposés, il existe tout d'abord une différence essentielle entre les grandes entreprises industrielles qui disposent de services liés internes souvent très diversifiés (même si elles s'efforcent aujourd'hui de les externaliser à l’image de l'établissement palois d'Elf-Aquitaine) et les unités, souvent de taille beaucoup plus modeste, qui s'inscrivent dans le secteur des services proprement dit. Celles-ci tendent souvent à se spécialiser dans une palette relativement étroite de prestations : intérim, publicité, nettoyage industriel, etc...

5Cette distinction majeure se retrouve, bien entendu, lorsque l'on considère la taille des sociétés et des établissements spécialisés dans le service aux entreprises. A Pau, nos enquêtes révèlent un nombre moyen de 14 à 15 salariés par entreprise, assez nettement supérieur à celui que nous avons pu définir pour Bayonne, où 52 % des entreprises enquêtées font appel à moins de 5 salariés et 70 % à moins de 10.

6De manière générale, ce sont les établissements qui se consacrent aux travaux les moins qualifiés (services les plus banals) qui embauchent le plus (les sociétés d'intérim, de nettoyage industriel, de gardiennage et de transports). Ainsi, les entreprises de transports, à Pau comme à Bayonne, emploient une moyenne de plus de 20 salariés.

7En revanche, dès que nous entrons dans le domaine des services de caractère plus intellectuel et immatériel, nécessitant généralement un niveau de formation nettement supérieur de la main-d'œuvre, la moyenne du nombre de salariés requis par l'entreprise tend à baisser : ces sociétés n'ont besoin en effet, le plus souvent, que de quelques spécialistes pour mener des études parfois très pointues qui nécessitent de la matière grise, mais peu d'effectifs. Dans la branche-clé des activités d'études, de conseils et d'organisation, les cabinets d'études économiques et sociologiques fournissent la plus faible moyenne en termes d'emploi, suivis par les cabinets de conseil juridique et d'expertise comptable. A l'opposé, on constate que les cabinets d'études techniques, justement bien représentés à Pau, font appel à un nombre beaucoup plus élevé de collaborateurs salariés (jusqu'à 55 pour le plus puissant d'entre eux, dans l'agglomération de Pau). Cette taille moyenne plus grande se comprend mieux si l'on tient compte de l'organisation des professions de l’ingénierie à l'échelon national : quelques sociétés ont développé, chacune, un réseau d'agences régionales à partir desquelles elles desservent la clientèle de tout un secteur. Dès lors, une équipe complète comprend en général plusieurs ingénieurs d'affaires, responsables du projet du début jusqu'à sa conclusion, des ingénieurs de projets chargés de l’organisation du travail sur le plan technique et des ingénieurs ou techniciens spécialistes des questions de voirie, de génie civil, de réseaux, dans le cas ici évoqué d'un cabinet d'études techniques du bâtiment et des travaux publics. Signalons enfin, parmi les entreprises appartenant à un créneau d'activités où la main-d'œuvre est plus nombreuse, les sociétés de négoce.

8En termes de structures, une autre distinction entre les entreprises pourvoyeuses de services peut être établie, sur la base cette fois de leur statut juridique. Grossièrement, l'on peut opposer à ce titre les professions libérales qui consistent en de toutes petites unités indépendantes dont le créateur se contente parfois d’embaucher (à temps plein ou à temps partiel) une secrétaire, et les sociétés civiles qui salarient une plus grosse masse de main-d'œuvre. Ainsi, deux structures sociales, mais aussi deux organisations du travail se différencient, l'une réduisant ses charges mais développant un registre relativement étroit de services, l'autre tendant constamment à diversifier ses activités et à accroître son chiffre d'affaires en mobilisant des moyens humains plus exigeants. A Bayonne, les sociétés anonymes de services aux entreprises qui font donc appel aux plus importants effectifs sont nettement moins nombreuses qu'à Pau. En revanche, le district urbain de la Côte basque compte une proportion beaucoup plus élevée de professions libérales et de sociétés à responsabilité limitée ne comportant que de petits effectifs salariés. Il s'agit là, nous semble-t-il, d'un symptôme de moindre capacité de rayonnement régional des services bayonnais aux entreprises.

2 - Autonomie des entreprises de services, polarisation et rayonnement régional

9L'autonomie décisionnelle d'un établissement dépend de la structure sociale à l'intérieur de laquelle il s'inscrit et du rôle qu'il y tient. Nous admettrons que l'autonomie maximum revient aux unités qui assument, pour une entreprise, les fonctions de siège social ; puis, dans un ordre hiérarchique décroissant, à celles qui abritent les directions régionales, jusqu'aux simples établissements dépendant de centres décisionnels non localisés dans la même ville qu'eux.

10Nous retiendrons surtout que le degré de ce pouvoir de décision (ou autonomie) développe une corrélation directe avec la taille de l'aire d'influence potentielle du service et, par effet cumulatif, avec celle de la ville qui l'accueille.

11Dans les deux cas, qu'il s'agisse de Pau ou de Bayonne, l'on note dans notre échantillon d'entreprises visitées, une nette majorité d'établissements incluant le siège social de l'entreprise : 55 % à Pau et jusqu'a 76 % à Bayonne. Le net avantage de cette dernière est à considérer avec précaution en raison de la faible taille et de la représentativité très aléatoire du groupe de référence. Cependant, même s'il traduit dans ce domaine une indéniable supériorité bayonnaise, l'on est en droit de penser qu'elle tient moins à un meilleur développement du tertiaire aux entreprises qu'à la plus faible taille moyenne des unités et qu'à la plus forte proportion des professions libérales dans l'offre totale. Il nous faudra vérifier plus tard la validité de cette hypothèse, lorsque nous analyserons l'extension des aires de diffusion de ces services. Pour l'instant, nous retiendrons surtout l'assez bonne autonomie d'ensemble des centres distributeurs de services aux entreprises, à partir de Bayonne et de Pau, avant de nuancer l’intensité de ce pouvoir décisionnel en fonction des branches et des postes du secteur des services marchands aux entreprises.

12D'une manière générale, nous observons que les activités d'études, de conseils, d'organisation et d'assistance recensent une proportion plus élevée de sièges sociaux que les autres branches, aussi bien à Pau qu'à Bayonne. C'est notamment le cas des cabinets d'études économiques et sociologiques, de conseils juridiques et d'expertise comptable, de la publicité, de la télésurveillance et des services divers. Les autres services d'études ou d'assistance témoignent en revanche de la primauté des organisations nationales sur les entreprises locales ou régionales. Le marché assez florissant de l'intérim dépend, tout particulièrement, de firmes d'envergure nationale, voire internationale (Ecco, Bis, Manpower), qui ne délèguent à Pau ou à Bayonne que de petites agences à compétences géographiques et sectorielles très ciblées. Face à une concurrence organisée pour quadrilller l'espace économique de telle sorte que l'éventail des professions et des qualifications proposées corresponde aux besoins localement exprimés, quelques sociétés d'intérim d'origine essentiellement paloise éprouvent de grandes difficultés à prospérer et doivent se contenter des contrats les plus marginaux. Malgré ce handicap, les initiatives locales en la matière ne manquent pas. Elles sont même assez nombreuses, du fait de la faiblesse du montant des capitaux requis au départ pour les lancer. Peu d'endettement, peu d’amortissement pour ces sociétés qui doivent cependant disposer d'un fond de roulement au moins équivalent à un mois de chiffre d'affaires, dans la mesure où elles rétribuent leurs salariés à la fin de chaque semaine, alors que leurs entreprises clientes ne les paient, elles, qu'au bout de soixante jours. L'on comprend mieux, dans ces conditions, l'avantage que procure, pour de telles entreprises, une structure de dimension nationale ou internationale qui profite d'un maximum de diversification des marchés et échappe ainsi, ou tout du moins résiste mieux, aux risques d'une dépression locale ou sectorielle des activités. Chez les petits, en effet, la fragilité est de rigueur, au point que 15 % de ces sociétés disparaissent en moyenne chaque année.

13Fortement centralisées elles aussi, les officines locales d'études techniques ou d'ingénierie, dépendent de grandes firmes nationales : la sofresid , la sogream , l'Omnium technique de l'Habitat ( o.t.h. ), la Société d'Etude technique et l'Entreprise générale ( sodeteg )... Afin de compenser les pertes de marchés dues à la crise des années 1970-1990, qui a suscité, de plus, une concurrence internationale accrue, ces entreprises ont mis en œuvre une stratégie de diversification sur tout le territoire national, multipliant les agences, ou plutôt des antennes légères dispersées un peu partout, destinées à identifier et à satisfaire de nouveaux clients. Il n'est pas étonnant, dans ces conditions, que nous les retrouvions majoritaires dans notre échantillon. Bien entendu, le degré d'autonomie de ces agences reste faible. Leur compétence, technique ou commerciale, ne touche à la décision que sur les plus petits contrats. En revanche, pour toute intervention un peu plus lourde, c'est le siège social, installé dans la Région de Paris ou dans une grosse métropole de province (Lyon ou Grenoble la plupart du temps), qui décide et qui tranche. Face à ces firmes nationales, fortement centralisées, se dressent quelques indépendants, surtout palois (beaucoup plus rares à Bayonne), organisés en SARL et employant en règle générale moins de dix salariés.

14De la même manière, en dehors des services de conseils et d'études, commerce de gros et transports dépendent le plus de sièges extérieurs à la région. Les transports, en particulier, témoignent assez largement d'une organisation dominée par des sociétés d'envergure nationale, telles que Graveleau S.A. et Midi Express Rigal, qui développent un réseau d'agences dans tout le pays. Elles établissent de solides liens de sous-traitance avec les petites sociétés indépendantes locales en leur confiant des parts de marché. Ainsi, à Pau, la société béarnaise Géze réalise une part élevée de son chiffre d'affaires en travaillant pour des donneurs d'ordres extérieurs à la région. Ceci dit, de manière générale, les autres postes d'activités échappant à la branche des conseils, études, organisation, assistance, regroupent majoritairement à Pau et à Bayonne le siège social de leurs entreprises.

15En résumé, le degré très variable d'autonomie des entreprises selon les branches d'activités, à Pau et à Bayonne, nous suggère quelques conclusions provisoires. En premier lieu, toutes choses égales par ailleurs, l'autonomie des entreprises paloises, surtout dans la branche stratégique des activités de conseils, d'études, d'organisation et d’animation, paraît sensiblement supérieure à celle des entreprises bayonnaises. Il n'empêche que, bien souvent, les services présents dans les deux agglomérations se placent sous l'autorité décisionnelle de grosses sociétés nationales ou internationales qui les commandent depuis Paris, ou depuis une métropole régionale qui n'est pas forcément, loin de là, Bordeaux ou Toulouse. Voici donc deux enseignements intéressants sur les équilibres Pau/Bayonne et Pau ou Bayonne/réseau urbain national, dont nous tenterons, par la suite, d'éclairer la signification.

16Nous avons également abordé, dans notre enquête, la question de l'essaimage d’établissements nouveaux, dans d'autres centres géographiquement éloignés, à partir d'entreprises paloises et bayonnaises. Reflet de l'inscription des deux agglomérations dans un réseau d'évidente dépendance hiérarchique, moins de la moitié des établissements de Pau et de Bayonne ont créé une succursale dans une autre ville. A ce titre, ce sont les unités paloises de services qui accomplissent l'effort le plus méritoire, illustration en définitive de leur degré d'autonomie et de leur vigueur sans doute supérieurs à ceux de leurs homologues bayonnais. En effet, un peu plus de 45 % des établissements palois que nous avons visités ont essaimé hors des frontières de l'agglomération, alors que 20 % seulement des établissements bayonnais sont dans ce cas. Autre différence tout à fait éclairante entre Pau et Bayonne, l'essaimage palois s'effectue, en priorité, dans les autres agglomérations des Pays de l'Adour, y compris dans celle de Bayonne. Il concerne en général un horizon surtout régional, tandis que l'essaimage bayonnais, sans doute limité par la concurrence et l'antériorité des maisons paloises, s'oriente de manière plus aléatoire au-delà de la région, en France ou à l’étranger. Ainsi, au travers de l'essaimage des entreprises de services, quelques interférences paloises dans la zone d'influence de Bayonne, sans contreparties bayonnaises dans celle de Pau, se discernent et nous renseignent sur les forces de gravité ou sur l'effet de polarisation comparés des deux agglomérations.

17Il est vrai que selon l'activité considérée, le dynamisme de l'essaimage se révèle plus ou moins fort. Curieusement pourtant, ce sont les branches les plus représentées à Pau (relativement aux autres agglomérations aturiennes tout au moins) qui font preuve de la moindre aptitude à l'essaimage. La branche des études et des conseils n'a guère tendance, en effet, à pousser des pseudopodes hors de ses bases d'exercice. La faible taille moyenne des entreprises, leur forte concentration sur une clientèle régionale ne les incite pas à la délocalisation. A Pau, 39 % d'entre elles, seulement, ont tenté une telle aventure extra-paloise. Cependant ce résultat n'est pas négligeable et montre tout de même que les services palois exercent un indéniable rayonnement géographique au-delà de la zone d’influence maximum de Pau (Béarn et Soule rappelons-le). Même si à l'occasion de ces créations un strict balayage géographique de l’espace ne se perçoit pas, les implantations s'effectuant plutôt au hasard, tantôt dans la Région parisienne, tantôt à Bordeaux et à l'étranger, il n'en est pas moins vrai que cette attitude témoigne d'une dynamique un peu exceptionnelle affichée par les branches stratégiques paloises.

18Plus généralement, une forte concordance entre l'autonomie des établissements et leur aptitude à l'essaimage ne se dément pas. Ainsi, dans les activités d'études, de conseils et d'assistance, les agences non autonomes ne fondent pas, hors de Pau, des unités assurant leur relais, destinées à drainer une plus large clientèle. Dans leur cas, s'il y a ouverture d'un autre établissement dans une autre ville des Pays de l'Adour ou de l'Aquitaine, il échappe à peu près systématiquement au contrôle de l'agence paloise pour se placer sous celui du siège de la société-mère. Bien entendu, ces règles admettent ça et là quelques exceptions : Setram Engineering, agence paloise d'une société d'ingénierie d'envergure nationale, a récemment créé sa propre antenne à Mimizan afin de se rapprocher de sa clientèle landaise.

3 - Des entreprises à la recherche d'une forte centralité urbaine

19Aucune contrainte apparente, ni celle d'un emploi toujours réduit en nombre sinon en qualificiation, ni celle des fournitures quasi inexistantes d'intrants matériels ou d’une installation peu consommatrice d'espace et de bâtiments, ne brident de quelque façon la libre localisation des unités de services aux entreprises. Pourtant, lorsque l'on dresse la carte de la répartition géographique de ces activités, l'on est frappé par le caractère singulièrement urbain et même hypercentral dans la ville de leur localisation. Dans l'agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz comme dans celle de Pau, les deux tiers des établissements se fixent au cœur de l’espace le plus urbanisé, sur les communes centrales de Bayonne et de Pau. Ce sont d'ailleurs, en second lieu, les communes des banlieues les plus densément peuplées, proches du noyau central des conurbations, qui rassemblent les implantations les plus nombreuses. Autour de Pau, Billère enregistre 7 localisations, Lons et Serres-Castet en dénombrent 4, Lescar 3, Jurançon 2, Bordes, Ousse et Bizanos 1 chacune. La carte qui répertorie ces différents établissements dans l'espace palois met en relief les zones industrielles du nord et de l'ouest : Induspal à Billère, Lescar et Lons, Indusnor au nord-est de Pau, la zone d'activités de Serres-Castet au nord de Pau... Elles regroupent la totalité des services de transports, une bonne part du commerce de gros et des cabinets d'ingénierie ou d'études techniques, installés près de leur clientèle industrielle, ou au sein même d'une unité d’activités industrielles (cas, par exemple, de Merlin Gérin). Ces choix témoignent de la recherche de terrains bien équipés, suffisamment vastes et accessibles par la route pour des activités de transports et de commerce de gros exigeantes en liaisons aisées et rapides. Le succès des zones Induspal et du Haut Ossau (Serres-Castet) s'explique aussi par la modération des taxes professionnelles et foncières qui y sont pratiquées, ainsi que par les multiples avantages qui y sont consentis et les services qui y sont apportés aux entreprises : depuis les "écloseries" jusqu'aux ateliers, bureaux relais et autres restaurants d'entreprises... Autant d'attraits qui dévalorisent de fait les zones strictement paloises. Pour certaines entreprises spécialisées dans les études techniques, la plus grande proximité possible du plus gros donneur d'ordres (parfois quasi unique) constitue l'argument essentiel de leur implantation. Ainsi, la société edip occupe un terrain dans un lotissement de Bordes (entre Pau et Nay) situé aux portes de l’usine Turboméca, son principal client.

20En revanche, Pau et principalement l'hypercentre de la ville ancienne (cf. figure 8), concentre la quasi totalité des établissements de services qui consomment essentiellement de la matière grise, ne nécessitent pas le déplacement de flux matériels importants, ou qui exigent de hisser leur enseigne dans les lieux les plus fréquentés de la cité. C'est ainsi qu'au cœur de Pau s'agrègent tous les services liés aux conseils juridiques et à la gestion, les sociétés d'intérim, les créateurs publicitaires... La grande majorité des cabinets de conseils économiques et sociologiques, d'information et d'organisation, des entreprises de nettoyage industriel y ouvrent aussi leurs bureaux. Toutes ces activités s'enrichissent de leur voisinage et vivent dans une dépendance mutuelle. En effet, il s'avère que malgré la circulation aisée des informations, le contact des hommes reste le fondement d'une confiance réciproque, et le garant de leur collaboration.

21En fait, la géographie des officines de services aux entreprises, dans le centre de Pau, reflète la recherche de petits avantages de localisation, spécifiques ou presque à chaque profession. Les divers offices de conseils et de gestion, les créateurs publicitaires, finalement les plus avides de situation centrale, installent leurs bureaux boulevard des Pyrénées et dans les rues de l'hypercentre : rue Louis Barthou, rue du Maréchal Joffre, rue Emile Guichenné. Ils recherchent aussi des locaux à proximité des grandes places (place de Verdun, place Gramont) qui offrent une facilité d'accès et de stationnement à leur clientèle. Les services plus banals (sociétés d'intérim, de nettoyage industriel, vente de matériel informatique et de bureau) obéissent à des critères de localisation moins exigeants qui sélectionnent surtout celui de l'accès facile et d'une relative proximité du centre ville. A Pau, la rue Montpensier et le boulevard d'Alsace Lorraine, l'une qui traverse, l'autre qui ceinture les quartiers péricentraux, offrent ce type d'avantage. De manière encore plus précise, la présence de l'ANPE a déterminé l'installation des bureaux des sociétés d'intérim (Ecco, Manpower, Réflexe Pyrénées...) rues Emile Guichenné et Henri Faisans.

Figure 8 : LOCALISATION DES SOCIETES DE SERVICES AUX ENTREPRISES DANS L'AGGLOMERATION DE PAU

Figure 8 : LOCALISATION DES SOCIETES DE SERVICES AUX ENTREPRISES DANS L'AGGLOMERATION DE PAU

22Les cabinets d'études économiques et sociologiques répondent, eux aussi, à l'appel d'une forte concentration géographique, même s'ils subissent de façon moins absolue que les services précédents l'attraction du centre ville. On les retrouve, certes, sur la place Clémenceau, au cœur de la ville, mais aussi à Billère, dans la proche banlieue ouest de l'agglomération où la municipalité attire les implantations tertiaires ; plus encore au nord de la ville, dans les nouveaux quartiers d'administration et d'affaires où la présence du campus universitaire, du parc technologique Hélioparc, du nouveau centre d'affaires Activa et d'aménagements routiers commodes valorise l'espace.

23Quoi qu'il en soit, l'attrait du vieux centre urbain, à Pau, mais aussi à Bayonne, s'exerce sur la grande majorité des sociétés de services (surtout les plus immatériels) aux entreprises et ne souffre guère de contestation. La reconversion en bureaux d'anciens appartements situés dans des immeubles plus ou moins vétustes, traduit sans aucun doute des besoins que le secteur de l'immobilier (relativement faible à Pau, nous l'avons vu) ne parvient pas encore à satisfaire. Il est vrai qu'à Pau, à Bayonne et dans la plupart des grosses villes moyennes ou des sous-métropoles régionales, la construction de surfaces de bureaux, à proximité commode des centres urbains, ou dans le cadre de nouveaux centres bien localisés, vient tout juste de démarrer. Dans ce domaine aussi, l'avance des métropoles régionales (Bordeaux en l'occurrence) est considérable. Notons également, sur ce point, que l'explosion de l'immobilier tertiaire touche aujourd'hui l'agglomération paloise, alors qu'elle n'a pas encore retenti dans celle de Bayonne.

24Pour mieux connaître les besoins immobiliers de ce secteur d'activités, pour mesurer aussi la signification de son émergence récente, il est indispensable d'étudier son histoire, ses facteurs de localisation au centre des agglomérations urbaines, ainsi que la représentation des tendances d'une évolution future que se font les chefs d'établissements ou d'entreprises.

4 - L'histoire et les facteurs d'une solide implantation urbaine

25Ce qui frappe d'abord, c'est bien évidemment la jeunesse du secteur, tant patois que bayonnais, des établissements de services aux entreprises. En effet, 44 % des officines que nous avons enquêtées à Bayonne et un peu plus de 42 % de celles que nous avons visitées à Pau (soit un pourcentage très voisin dans les deux cas) datent des années 1980 et avaient moins de dix ans d’existence lors de notre passage. Si l'on ajoute que 30 % environ de ce même ensemble d'établissements a vu le jour dans les années 1970, c'est près des trois quarts des unités aujourd'hui recensées qui n'auraient pas plus d'une vingtaine d'années (cf. figure 9). Les branches des services aux entreprises ont donc fait leur apparition, à Pau et à Bayonne, sensiblement plus tard que dans les métropoles régionales, ce qui constitue soit le signe d'une dépendance hiérarchique (les métropoles ayant essaimé des établissements dans les grosses villes moyennes à fonction sous-métropolitaine), soit le signe d’une conquête de leur indépendance par rapport aux centres des niveaux supérieurs du réseau urbain (des entreprises propres aux villes moyennes prenant, dans certaines spécialités tout au moins, le relais de concurrentes localisées à Paris ou dans les métropoles régionales). Forts des arguments et des preuves que nous avons déjà accumulés, nous pouvons avancer sans gros risque d'erreur que les deux motifs interviennent à part égale dans l'explication de l'émergence récente d'un solide secteur des services aux entreprises, à Bayonne comme à Pau.

26En réalité, selon la branche, la date d'apparition des services dans l'agglomération paloise varie sensiblement et témoigne de l'évolution très rapide des besoins industriels dans ce domaine. Les services les plus anciens de l'agglomération sont ceux qui s’associent le plus à l'activité industrielle et au fonctionnement structurel des entreprises. Ce sont aussi ceux qui revêtent la plus grande banalité et le caractère le plus matériel. Ainsi, dans le commerce de gros et dans le nettoyage industriel, la majorité des établissements ont été fondés dans les années 1970. Plus anciennes encore, la plupart des sociétés de transports ont été créées avant 1960. Même constat pour les services d'expertise comptable et de conseil juridique (les cabinets actuels ont été ouverts pour l'essentiel dans les années 1960 et 1970, l'un d'entre eux, celui de la Fiduciaire juridique et fiscale de France remonte même à 1930) qui ont cependant connu, depuis quelques années, une active régénération et extension de leur branche en raison de l'expansion et de la diversification des besoins de la clientèle. Le développement du pôle industriel de Lacq, dans les années 1960, a suscité, lui aussi, son cortège d'installations d'établissements de services. Il s'agissait surtout de cabinets d'études techniques, toujours actifs.

27Finalement, en dehors de ces exemples qui expliquent, dans une certaine mesure, l'ancienneté relative du secteur des services aux entreprises dans le périmètre de Pau-Lacq, la dynamique la plus contemporaine, celle des années 1980-1990, concerne toute une génération d’activités tertiaires à la fois plus modernistes et toujours plus immatérielles. Une seule exception à cette règle revient aux sociétés de prestation temporaire de personnel dont on peut penser que la multiplication, dans les années 1980, n'est pas étrangère à l'évolution générale d'un marché de l'emploi frappé par la crise et affecté par de profondes mutations structurelles (progrès du travail flexible et précaire, à temps partiel, et des contrats d'embauche à durée limitée). Ce cas mis à part, ce sont effectivement les cabinets d'études économiques et sociologiques, d'études informatiques et d'organisation, de travaux à façon informatiques, de conseils en information et documentation, de création et intermédiaires en publicité qui ont fait la plus récente apparition sur la place paloise. Témoignage, à la fois, d'un enrichissement des services offerts par cette dernière, d'un renforcement de leur rayonnement, mais aussi de l'émergence de nouveaux besoins des entreprises, cette prospérité qui a caractérisé la dernière décennie n'a pas été exempte de difficultés pour les prestataires de services : ils furent également nombreux à disparaître au cours de cette période.

Figure 9 : DATE DE CREATION DES ETABLISSEMENTS PALOIS DE SERVICES AUX ENTREPRISES

Figure 9 : DATE DE CREATION DES ETABLISSEMENTS PALOIS DE SERVICES AUX ENTREPRISES

(Source : Enquêtes personnelles)

28Quant aux raisons avouées d'une localisation à Pau ou à Bayonne de ces établissements ou de ces entreprises, elles affichent, d’une agglomération à l'autre, de frappantes similitudes. Le facteur personnel (attaches familiales, origine du chef d'entreprise) reste, dans les deux cas, le motif le plus fréquent. Il ressort dans 44 % de nos enquêtes à Pau et dans près de 30 % à Bayonne. Ce sont, bien entendu, les unités de plus petite taille et les plus autonomes qui avancent ces motivations peu "rationnelles". On retrouve, dans ce groupe, une large majorité de représentants des activités d'études, de conseils, d'assistance et de nettoyage industriel. Pour être plus précis, à Pau, cinq créateurs publicitaires sur six, quatre experts comptables sur six, quatre responsables d’officines d'études économiques et sociologiques sur cinq, trois conseillers juridiques et autant de directeurs d'une entreprise de nettoyage industriel sur quatre ont allégué ce type de raison. Au total, 70 % des localisations paloises effectuées en fonction de stricts choix personnels du chef d'entreprise relèvent de la branche stratégique des études, conseils, organisation et assistance. Que penser de tels faits ? Faut-il y voir l'absence d'une véritable attraction économique exercée par le centre palois sur ces activités très révélatrices d'une forte dynamique industrielle et tertiaire ? Ou bien doit-on y déceler l'adéquation d'une satisfaction des besoins de l’industrie avec l'aspiration d'un retour ou d'une première expérience d’entreprise au pays, pour des individus d'origine locale, voire pour des personnes simplement attirées par la région ? La seconde hypothèse paraît la meilleure, si l'on considère que la deuxième raison avancée par les entrepreneurs palois et bayonnais pour justifier leur implantation fait état d'une argumentation exclusivement économique, à savoir la présence d'un marché des services, dûment repéré avant la fondation de l’établissement : 16 % des réponses à nos enquêtes vont dans ce sens à Bayonne, pratiquement un tiers à Pau. Ajoutons qu'à Bayonne, de nombreuses réponses qui nous ont été faites cachent, sous des dehors plus circonstanciels, une raison d'ordre économique. Citons à titre d'illustration les causes suivantes : présence d'activités aéronautiques, existence du port de Bayonne et d'un centre d'affaires actif, dynamisme bayonnais (supérieur à celui de Pau), reconversion des Forges de l'Adour associée à une politique de décentralisation, proximité de l'Espagne... Bref, plus de la moitié des facteurs d'implantation évoqués par les centres de services bayonnais tournent autour d'une motivation de nature économique se référant tantôt à des registres de situation et de commodité des communications, tantôt de dynamisme général ou d’opportunité particulière dans le domaine des affaires. Ainsi, à Pau comme à Bayonne, si l’on tient compte des secondes raisons invoquées par nos interlocuteurs, ou du sens réel de certains arguments environnementaux, c’est en définitive plus de 80 % des personnes que nous avons rencontrées qui ont fait allusion, d’une manière ou d’une autre, au potentiel économique de la région et, dans le cas de Pau, à la présence très incitative des activités industrielles du complexe de Lacq. Ajoutons qu'à Pau, sept autres chefs d'agences (deux à Bayonne) ont évoqué, comme cause principale de leur arrivée, la stratégie de leur entreprise (d'envergure nationale) qui souhaite se rapprocher d'une clientèle identifiée et captée depuis plusieurs années. En règle générale, dans un même créneau d'activités, plus une société est petite et indépendante, plus elle repose sur l'activité de son créateur, plus les raisons invoquées pour le choix géographique de sa localisation font référence à des facteurs opportunistes et aléatoires d'ordre personnel. Au contraire, plus l'établissement dépend d'un groupe étranger à la ville et à la région, exerçant ses activités à l'échelle géographique la plus large possible, plus les causes strictement géo-économiques, se référant au quadrillage de l'espace par l'entreprise, sont avancées. Ainsi, à Pau, la société Pierre Castellani, petite entreprise locale de nettoyage industriel, justifie sa présence dans l'agglomération par les attaches familiales de son président directeur général. En revanche, g.s.f. Atlantis, agence paloise d’une société de nettoyage industriel opérant dans toute la France, donne à la même question des réponses purement économiques. Parfois, la primauté de ces choix personnels suscite des localisations d’activités que l'on pourrait juger, a priori, aberrantes, mais dont on se rend compte que le progrès des communications immatérielles aidant, elles développent une logique tout à fait rationnelle. Ainsi, un ancien cadre du groupe Rhône-Poulenc a-t-il lancé, à Pau, son propre bureau d'études économiques spécialisé dans une branche hyper-pointue, pour la seule raison que son épouse, orginaire du Béarn, souhaitait y revenir, alors que la région ne rassemble qu'une très maigre part de sa clientèle. Cet exemple que l’on pourrait sans doute retrouver dans toutes les villes moyennes de France, souligne toutefois l'intérêt que peut revêtir aujourd'hui, pour une cité de cette taille, bien dotée en atouts environnementaux et culturels, la mise en forme d'une politique d'image. Suffisamment valorisante, elle peut attirer des entrepreneurs non soumis à des critères trop impératifs d'implantation. A ce point de vue, Pau comme Bayonne paraissent particulièrement douées, à la condition toutefois qu’elles se donnent les moyens d'un tel pouvoir d'attraction, fondé en grande partie sur la persuasion du discours et sur un recours efficace à l’imaginaire territorial, mais aussi sur la présence d'équipements structurants.

29Pour en revenir à l'impérialisme, bien compréhensible, des facteurs géo-économiques en matière de localisation des entreprises, l'on remarque au pied des Pyrénées que ce sont souvent les établissements directement liés (par les services qu’ils leur adressent) aux unités des industries gazière, chimique et aéronautique qui s'y rallient. La branche des études techniques témoigne de la sorte de l'importance de l'existence du pôle de Lacq pour son propre développement. Elle n'est pas la seule dans ce cas et, bien souvent, telle ou telle unité, appartenant à une branche quelconque, rappelle l'étroite liaison que le secteur tertiaire entretient à Pau avec le complexe de Lacq. Inforama Carrières, agence qui se consacre à l'ingénierie informatique et au conseil en recrutement, déclare sans ambages qu’elle n’est venue à Pau, en 1983, qu'en raison de l'important marché que représente, pour elle, la snea ( p ). Dans un autre domaine, Nouvelle Vidéo électronique ne s'est risquée ces dernières années dans l'agglomération paloise que pour assurer le gardiennage des usines Atochem. Dans le travail intérimaire, Réflexe Pyrénées ne survit que par ses prestations de personnel spécialisé aux entreprises pétrolières... D'autres exemples comparables pourraient être proposés.

30Outre les facteurs personnels ou économiques, des raisons purement environnementales, tenant à la qualité de la vie, à l’inscription régionale de la ville ou à sa simple situation, interviennent aussi dans les choix d'implantation d'une unité de services. A Bayonne, curieusement, ce facteur ne revient à l'état brut que dans 10 à 15 % des cas. En revanche, à Pau, combiné à des éléments d’ordre économique, on le voit formulé une fois sur trois environ en tant que motif principal. Dans ce dernier cas, plusieurs réponses évoquent les avantages d'une situation centrale de l'agglomération, au cœur d’une région qui recèle les clientèles de Tarbes, de Bayonne, de Mont-de-Marsan et d'Auch... Soit la configuration à peu près parfaite de l'entité des Pays de l'Adour. Deux entreprises de transport (Graveleau S.A. et Ducros Services rapides), une régie publicitaire (Dauphin), une entreprise spécialisée dans la logistique des transports et de la circulation (s.t.r.) partagent cette vision... Agena Sud-Ouest, agence fixée en Béarn depuis 1983, spécialisée dans la diffusion des services informatiques, juge quant à elle son implantation à Pau plus rentable qu'une localisation à Tarbes ou à Bayonne, deux sites estimés trop périphériques par rapport aux Pays de l'Adour... D'autres réponses du même type confirment l'image que se font quelques uns de nos interlocuteurs (de 10 à 15 % seulement) d'une centralité paloise rayonnant sur un vague quadrilatère des Pays de l'Adour, dominant du coup les autres villes moyennes de cet espace. Il est intéressant de noter que ce sont surtout des entreprises de transports (ou liées au secteur des transports), voire des unités chargées de la diffusion des services, qui épousent et partagent ce point de vue. Cette coïncidence montre bien que si Pau nourrit quelque prétention à organiser les Pays de l'Adour, c'est beaucoup plus au titre d'une fonctionnalité telle qu'elle ressort du modèle des réseaux de Christaller, donc strictement géographique et stratégique, qu'en vertu d'une attraction que provoquerait son rayonnement économique et les exigences de ses marchés.

31Les attraits du cadre de vie interviennent marginalement, en tant que purs facteurs de localisation des établissements de services aux entreprises, aussi bien à Bayonne qu'à Pau. Signifiés à sept ou huit reprises, donc assez peu souvent, ces arguments environnementalistes pourraient à notre sens, dans l'avenir et à condition d'être bien mis en valeur par des opérations de promotion habiles, devenir des facteurs efficaces du développement local et régional. Pour l'heure, le cas de m3p optec (services informatiques, vente de logiciels, formation de personnel et maintenance du matériel) est à mûrir. Cette entreprise avait décidé, en 1980, de transférer à Pau (en fait c'est le site de Serres-Castet qui avait été retenu pour les raisons générales plus haut exposées) ses locaux parisiens afin de se rapprocher d'un "environnement montagnard" tout en restant à proximité d'un gisement de clientèle (constitué en l’occurrence par la snea(p). Après quelques années d'expérience, en 1988, optec a quitté la région, déçue par le marché palois et aturien, amère de constater que "l'environnement n'est pas le nerf de la guerre". Notons que cette déception ne reflète pas l'opinion de tous les fervents d'un environnement gratifiant. Bien au contraire, plus d'une entreprise se classant dans les services stratégiques de conseils, d'études et d'organisation, accorde au cadre de vie une indéniable valeur et voit dans sa qualité un argument supplémentaire (mais non primordial) de localisation.

32Au niveau des projets, si 45 % des entreprises paloises que nous avons visitées n'envisagent ni croissance, ni développement de leurs activités, une majorité considère au contraire l'avenir de façon plus sereine. Parmi ces dernières, près de la moitié pensent créer de nouveaux établissements à l'extérieur de l'agglomération et tout particulièrement dans les autres villes des Pays de l'Adour (en revanche, aucune entreprise bayonnaise n'a fait mention de l'intention de se fixer à Pau). Ainsi Agena Sud-Ouest songe sérieusement à l’ouverture de bureaux à Tarbes et à Bayonne, dans lesquels elle installerait quelques agents permanents, afin de se rapprocher d'une clientèle qui grossit dans ces deux agglomérations. Selon Agena, les clients estiment de plus en plus que les services qu'ils sollicitent doivent être effectués par des gens vivant sur place. C’est là, à leurs yeux, une garantie de sécurité. De plus, une entreprise qui contraint ses salariés à accomplir plusieurs heures de route pour une intervention n'est pas jugée sérieuse.

33Quoi qu'il en soit, de telles perspectives d'avenir tendent à renforcer le rayonnement de Pau sur l'ensemble des Pays de l'Adour. Pourtant, le fait que la moitié des sociétés de services auprès desquelles nous avons enquêté refusent toute croissance, attribuant leur prudence, parfois leur morosité, au peu de dynamisme d'une agglomération paloise qui s'apprête à vivre les dernières années du complexe de Lacq, souligne bien que la plupart des prestations de services aux entreprises assimilent leur aire d'intervention à une agglomération paloise élargie qui engloberait la majeure partie du Béarn. C'est là, admettons-le, une limite au concept d’extension régionale (au sens des Pays de l'Adour) de l'aire d'influence de Pau.

34A quelques nuances près, il ressort de nos enquêtes que le site de Pau, beaucoup plus d'ailleurs en termes de représentations et de perspectives que dans la réalité, constitue un lieu privilégié pour l’implantation stratégique d'activités tertiaires, plus spécialement de services aux entreprises visant le marché plus vaste des Pays de l'Adour. Quelles sont, face à cette vision assez largement partagée, les contraintes liées à l'espace (la distance, notamment, et plus encore l’absence de moyens de circulation rapides), au recrutement de la main-d’œuvre et à sa formation que rencontrent les entreprises ? Une réponse à cette interrogation nous permettra d’évaluer la "transparence spatiale" autour de Pau et de Bayonne, les "fluidités relationnelles" qu’elle induit et, au bout du compte, la capacité de ces deux villes à construire un véritable espace régional.

5 - Contraintes de main-d'œuvre et contraintes spatiales : quelques aspects de l'effet de lieu

35L'isolement et le handicap des distances par rapport aux espaces métropolitains et aux secteurs vitaux du pays, plus précisément l'éloignement en regard de la demande de services ou de la localisation des partenaires professionnels, voire des centres décisionnels pour des établissements éloignés de leur siège social, préoccupent un peu plus les responsables d'entreprises paloises que ceux des établissements bayonnais. En effet, 80 % de ces derniers affirment ne pas subir la moindre contrainte de distance-temps vis à vis de leur clientèle et 84 % vis-à-vis de leur approvisionnement. A Pau, les chiffres respectifs ne sont que de 71 % et 81 % ; soit une différence notable qui s'explique peut-être par le fait que les services palois aux entreprises embrassent une aire d'intervention sensiblement plus vaste que ceux de Bayonne. Moins nombreux encore sont ceux qui se plaignent, dans les deux agglomérations, de difficultés de communications entre leur établissement et son siège social situé dans une autre ville : pas plus de 6 % à Pau et de 8 % à Bayonne.

36Si, globalement, ces résultats paraissent à peu près satisfaisants, il n'empêche que l'achèvement de la liaison autoroutière (fin 1991) entre les trois grandes cités des Pays de l'Adour (Tarbes, Pau et Bayonne) fait l'objet d'un soulagement général. Jusqu'alors, les entrepreneurs palois (beaucoup moins que ceux de Bayonne qui bénéficient déjà d'un bon axe de circulation méridien) déploraient tous, sans exception, l'absence d'une infrastructure routière et autoroutière moderne, tant en direction de Bordeaux et de Toulouse qu'en direction de Bayonne et de l’Espagne. Ils jugeaient cet "anachronisme" particulièrement préjudiciable à l'économie locale et régionale.

37Ceci dit, parmi la minorité de réponses qui ont fait état de difficultés matérielles de contact avec la clientèle, nous remarquons paradoxalement que ce sont surtout des agences paloises privées d'une réelle autonomie locale. Celles qui dépendent de sociétés disposant d’un très vaste bassin d'activités : le monde entier dans un cas, toute la France dans trois autres, Paris et l'Ouest de la France pour deux d'entre elles, les Pays de l'Adour pour cinq autres... Ainsi, plus la zone géographique d'intervention de l'entreprise est étendue, plus ses établissements se plaignent du facteur distance. Il y a dans cette situation une certaine logique, soit que l'unité paloise se voit confier un très vaste domaine géographique (fréquent dans les services pétroliers), alors que les services de transports en commun ne desservent correctement que Paris depuis Pau (avion et TGV), soit que l'éclatement géographique de l'entreprise nécessite de trop nombreux déplacements entre ses différents établissements.

38En revanche, pour les entreprises dont le siège social se localise à Pau, nous n'avons que très rarement entendu des récriminations tenant à l'isolement et aux difficultés des communications, mis à part le leitmotiv des mauvaises liaisons interurbaines par la route. Ecoutons, cependant, les reproches que font quelques responsables d'entreprises à l'infrastructure régionale des transports : celui d'Agena Sud-Ouest (entreprise rayonnant sur l'Aquitaine et Midi-Pyrénées) note que son implantation à Pau pose de sérieux problèmes de rapports avec la clientèle extérieure à l'agglomération. Même opinion émise par le président directeur général d'Aquitaine Midi Consultant (un petit cabinet spécialisé dans le "management") qui regrette de "perdre trop de temps sur les routes" lorsqu'il se rend dans ses agences de Bordeaux et de Toulouse... D'autres exemples de ce type pourraient être transcrits, tous soulignent combien la qualité médiocre du réseau routier autour de Pau (des transports en général), et notamment des axes qui mènent vers Bayonne (question résolue dans ce cas), Bordeaux et Toulouse, constituent un handicap au développement d'une zone d'influence plus vaste, mais aussi peut-être moins structurée et moins solide, à partir de la sous-métropole béarnaise. Ces témoignages tendent même à montrer, de façon plus générale, que les aires d'interrelations denses qui fonctionnent autour des villes et accréditent toujours la thèse du maillage territorial se construisent selon un modèle ressemblant fort aux cellules hexagonales de Christaller. De fait, une telle structure traduit beaucoup plus, dans le cas de Pau, l'insuffisance des réseaux de communications qu'une véritable nécessité d'ordre socio-économique ou, plus globalement d’ordre géographique. Dès lors, il y a fort à parier que dans un espace plus libéré de la contrainte des communications matérielles, l’on assisterait à une mutation radicale des rapports spatiaux entre les lieux, entre les villes... L’on observerait sans doute la généralisation de mouvements browniens, susceptibles de remettre en cause, ça et là, la logique géographique des échanges polarisés et hiérarchisés.

39Un autre facteur s'associe à la déficience des infrastructures routières pour accroître le relatif isolement palois ; il s'agit de la position excentrée de la ville (qui vaut d'ailleurs à peu près autant pour Bayonnne l'ensemble du Sud-Ouest) par rapport aux grandes zones traditionnelles de l’activité économique nationale : la Région parisienne d'abord, mais aussi les régions du Nord et de l'Est du pays. Il faut certes relativiser aujourd'hui cette appréciation de la situation de Pau et du Sud-Ouest, à une époque où les activités à hautes technologies remettent en cause de vieilles situations urbaines réputées favorables et recherchent de nouveaux facteurs, à la fois culturels et environnementaux, pour se fixer et construire leurs réseaux. Il n’empêche que l'image, mais aussi peut-être la réalité et la pratique d'une certaine marginalité géographique demeurent profondément ancrées dans certains esprits. Elles induisent des stratégies de retrait qui réduisent le rayonnement palois. Ainsi, la S.A.R.L. b.g.r. Consultants (société d'études en marketing dont le siège social est à Pau) intervient aujourd'hui sur l'ensemble du territoire national et souffre de plus en plus de l'éloignement de sa clientèle. A sa naissance, le site de Pau lui a offert la protection de sa situation périphérique, à l'écart d'une concurrence qui se trouvait à Paris et dans la partie orientale du pays. Forte du marché d'un Sud-Ouest français longtemps sous-équipé en services marketing, la société a grandi Aujourd'hui, elle entend "passer à la vitesse supérieure". Dans ce but, elle envisage d'installer son siège social à Bordeaux où elle se sentira moins isolée, en prise plus directe avec sa clientèle et surtout moins soumise aux contraintes de l'espace-temps. Même sentiment chez le responsable du groupement d’intérêt économique ( g.i.e. ) euris dont le marché reste principalement parisien. Il enregistre depuis quelques années un glissement continu du centre de gravité de sa clientèle vers l'est et le nord de la France et compte sérieusement quitter Pau pour Paris, erac petite société paloise n'employant que cinq salariés est dans le même cas. Fondée en 1962, à une époque où la demande en services d'intervention sur les systèmes de pesage ne manquait pas autour de Lacq, elle a vu, au fil des années, ses contrats se concentrer au nord de la France où demeurent les industries lourdes. Là encore, le maintien de la société à Pau reste problématique. Exemple voisin, celui de la s.p.e. Schlumberger, spécialiste des mesures électriques sur les forages réalisés en vue du repérage et de l'extraction des hydrocarbures : elle vit très mal, à Pau, le déplacement vers le Bassin parisien de l'essentiel de la recherche pétrolière française. Quant aux entreprises qui entretiennent des relations de plus en plus fréquentes et de plus en plus exclusives avec l'étranger (surtout lointain), leur localisation à Pau revêt naturellement plus d'inconvénients que d'avantages. La société Equipement Industriel Aquitaine qui négocie des contrats importants avec plusieurs partenaires du Sud-Est asiatique éprouve de grosses difficultés à faire admettre à ses relations d'affaires que leur voyage ne s'achève pas à Paris, après une quinzaine ou une vingtaine d’heures d'avion, mais qu'ils doivent encore changer d’aéroport et effectuer un trajet d'une heure supplémentaire pour parvenir dans une ville qui n’offre bien sûr ni le prestige, ni les fastes de Paris.

40Rappelons que ces quelques exemples ne concernent qu'une minorité des entreprises auprès desquelles nous avons effectué nos enquêtes, mais ce sont toujours des sociétés autonomes dont le siège social se localise à Pau. Il s'agit, de plus, d'entreprises qui ont tenté et parfois réussi l’ouverture de leur espace d’activités au-delà des Pays de l’Adour, parfois à l’échelle internationale. Leurs préoccupations révèlent du coup les limites d’une capacité des entreprises paloises à transgresser leur propre condition, assignée par les communications et par la situation géographique de Pau, sous-métropole aquitaine et petite capitale imparfaite des Pays de l'Adour.

41Plus sévères que les contraintes strictement spatiales s'avèrent, pour les établissements de services marchands aux entreprises, les difficultés de recrutement d'un personnel compétent et motivé. A Pau, près de la moitié des sociétés que nous avons consultées (47 % exactement) se plaignent de ce handicap. En revanche, à Bayonne, un quart seulement des entreprises en font état. Faut-il attribuer cette différence à une moindre qualification et, surtout, à une moindre spécialisation des services de l'agglomération bayonnaise ? Sans doute, d'autant que, nous le verrons, le potentiel de formation sur la Côte basque reste très inférieur à celui de l'ensemble Pau-Tarbes. Nous passerons sur le manque de motivation de la main-d'œuvre paloise et béarnaise, relevé cependant par un nombre non négligeable de responsables (14 % environ), mais difficilement vérifiable (ceux qui le signalent n'ont pas eu, la plupart du temps, l'opportunité de comparer avec une autre main-d'œuvre, sur un autre site). Plus sérieuse paraît, à Bayonne comme à Pau, l'insuffisance et plus encore l'inadaptation de la main-d'œuvre locale à l'offre de travail des services marchands aux entreprises. Parfois, d'ailleurs, les représentants de certaines branches reconnaissent que les déficiences de la formation dans leur domaine ne concernent pas uniquement les Pays de l'Adour ou l'Aquitaine, mais le pays dans son ensemble. Le caractère très incomplet et très limité des structures universitaires représentées à Bayonne, qui se vérifie aussi, quoique à un bien moindre degré, dans le cas des formations supérieures dispensées à Pau, explique pour l'essentiel que telle société paloise ne trouve pas sur place le spécialiste des études sociologiques et, telle autre, le psychosociologue qui leur font respectivement défaut. Plus étonnante apparaît en revanche la carence de personnel bilingue ou d'experts comptables, relevée pourtant par plusieurs entreprises. En fait, ces difficultés de recrutement s'aggravent en raison du refus des jeunes cadres, non originaires de la région, d'immigrer dans les Pays de l'Adour. C’est là le résultat de l’image peu valorisante de cette périphérie française qui s'ajoute, pour des cadres ambitieux, à des perspectives de carrière trop limitées et à des salaires jugés trop faibles. Ces réalités réduisent aussi les capacités de rayonnement de Pau et des villes de l'Adour.

6 - Concurrence des services et hiérarchie urbaine

42La structure géographique de la concurrence repérée et déclarée par les établissements bayonnais ou palois nous fournit une bonne esquisse du rayonnement des services que diffusent les deux agglomérations. A Pau comme à Bayonne, au dire de nos interlocuteurs une large majorité de leurs concurrents (52 % à Bayonne, 64 % à Pau) se localisent au sein même de l'agglomération. En revanche, les concurrents résidents dans une métropole régionale (essentiellement Toulouse et surtout Bordeaux, notamment dans le cas de Bayonne) n'entrent en qu'avec 15  % des établissements palois, mais avec plus de 24 % des officines bayonnaises. Quant à la concurrence parisienne directe, elle n'affecte que 14 % des unités de services paloises et une proportion encore moindre de leurs homologues bayonnais. Signalons enfin que si les Palois ne font jamais mention de l’existence d'un concurrent direct implanté à Bayonne, les Bayonnais eux, dans 10 % des cas, parlent d'une concurrence paloise. A partir de ces données que l’on considérera toujours avec beaucoup de prudence, particulièrement dans le cas de Bayonne, en raison de la taille réduite et de la médiocre représentativité de l’échantillon des entreprises, l’on peut dégager les enseignements généraux suivants :

  • Dans les deux cas, l'identification d'une concurrence locale assez forte, exclusivement inscrite dans la même agglomération, souligne l'effet de polarisation spatiale maximum des services évolués que parviennent à produire, chacune ou presque à l'intérieur de son aire d'influence, Pau et Bayonne.
  • A Pau comme à Bayonne, la concurrence des établissements spécialisés dans les prestations de services marchands aux entreprises se localise aussi dans les villes théoriquement situées à un rang supérieur (métropolitain) dans la hiérarchie urbaine régionale et nationale. Par ailleurs, les villes des Pays de l'Adour (toutes dans le cas de Pau, toutes moins Pau dans celui de Bayonne) ne disposent pas de services aux entreprises susceptibles de concurrencer ceux de Pau et de Bayonne. L’on peut également admettre, dans ces conditions et par déduction, que les deux villes se partagent le contrôle d'un espace couvrant le Sud de l'Aquitaine et s'étendant au département des Hautes-Pyrénées, voire au Sud du Gers, Pau empiétant à peine sur la zone occidentale (normalement dominée par Bayonne) de cette région.
  • Pour les services les plus rares (études économiques et sociologiques, ingénierie et conception informatique, conseils en information et en documentation, création publicitaire...), la concurrence des firmes paloises ou bayonnaises se dresse à la hauteur des métropoles régionales, parfois au niveau de Paris. C'est l'indice de l'émergence d'un nombre appréciable de fonctions métropolitaines tant à Pau qu'à Bayonne. Cependant, la part encore réduite des établissements qui localisent dans les métropoles régionales leurs principaux concurrents, trace les limites vite atteintes de la fonction métropolitaine dont s'acquittent les deux principales agglomérations des Pays de l'Adour (spécialement Pau au vu de nos résultats).
  • Finalement, l'étude de la répartition des concurrents des unités de services aux entreprises, tant paloises que bayonnaises, met en relief trois niveaux scalaires différents et superposés qui reproduisent les échelons supérieurs de l'armature urbaine nationale. La concurrence purement locale concerne la grande majorité des services les plus courants, ceux qui revêtent le plus de banalité ou qui se rattachent à l'histoire économique locale (cas de l'ingénierie dans la zone Pau-Lacq). La concurrence régionale affecte des fonctions déjà beaucoup plus spécialisées (conseils en recrutement, études financières, gestion des patrimoines...), ne touchant que des clientèles plus restreintes, dispersées dans plusieurs départements. La concurrence parisienne n'est ressentie que par quelques sociétés locales, un peu égarées à Pau ou à Bayonne, qui ne dispensent que des services rares et très spécialisés : telle ou telle fonction d'expertise, ou telle intervention dans un domaine d'activités extrêmement pointu.

43Rien que de très classique, finalement, dans tout cela ; y compris en ce qui concerne le partage du territoire national entre les différentes métropoles régionales. En effet, aucune concurrence de niveau métropolitain, émanant d'un centre autre que ceux de Bordeaux ou de Toulouse, n'est notée par un seul professionnel palois ou bayonnais de la branche des services aux entreprises. Dans le cas de Bayonne, il convient même de remarquer que la concurrence métropolitaine se concentre totalement sur Bordeaux et exclut Toulouse. Pau tirant peut-être sa très légère suprématie sur Bayonne de la capacité qu'elle a de jouer quelque peu entre les deux influences métropolitaines de Bordeaux et de Toulouse. Quant au recours supérieur, il reste inébranlablement localisé dans l’agglomération parisienne. Ainsi se vérifie la pérennité de l'armature urbaine française et des nuances géographiques qui l'affectent.

44Afin d’aller plus avant dans notre réflexion, nous allons maintenant nous attacher à décrire la géographie concrète que les aires de diffusion des services palois et bayonnais dessinent autour des deux villes.

B - GEOGRAPHIE DE LA DIFFUSION, A PARTIR DE PAU ET DE BAYONNE, DES SERVICES MARCHANDS AUX ENTREPRISES

  • 1 Nous avons en effet réservé cette méthode d'analyse de l'influence urbaine à l'agglomération paloi (...)

45Dans le cadre d'une étude géographique des armatures urbaines réalisée à partir du rayonnement des activités du secteur tertiaire, il est commode de reprendre la classification de Polese (1974) et de distinguer "un tertiaire induit répondant aux besoins immédiats d'une population locale" et un "tertiaire moteur", témoin de la capacité de Pau de diffuser au-delà des Pays de l'Adour un certain nombre de services stratégiques1 ; étalon en quelque sorte de la portée générale de son influence sur l'espace. A vrai dire, la notion de "tertiaire moteur" ou, dans notre cas, de "services moteurs", peut s'appliquer à plusieurs échelons géographiques. Nous admettrons, en nous fondant sur la localisation des clients des entreprises de services paloises, qu'il existe finalement quatre types de services en fonction de la distance maximum que tolère leur distribution. Nous réserverons le terme de "services induits" stricto sensu à ceux qui font majoritairement l'objet (50 % au moins de leur clientèle) d'une diffusion dans l'agglomération de Pau. Nous considérerons également comme "services induits", mais à large portée, ceux dont 60 % de la demande, au moins, émane d'une aire béarnaise plus vaste que la stricte agglomération de Pau. Nous qualifierons de "services intermédiaires" ceux qui supportent à plus de 45 % une distribution dans les Pays de l'Adour, hors de l'aire du Béarn. Nous réserverons enfin la dénomination de "services moteurs" proprement dits, (au sens de Polese) à ceux dont plus du tiers du volume fait l'objet d'une consommation extra-aturienne, essentiellement (à quelques cas près) dans le cadre du territoire français.

46C'est après avoir réparti, sur ces bases, l'ensemble des services aux entreprises produits par des établissements palois du secteur tertiaire, que nous mesurerons leur rayonnement et le comparerons, sommairement, à celui des services équivalents livrés par les prestataires bayonnais.

1 - Services induits, services moteurs : le bilan palois

47Les figures 10 et 11 répertorient parfaitement les quatre catégories de services qui se dégagent de notre classification.

48a) La catégorie des "services induits stricto sensu" ne regroupe qu'un peu plus du quart des postes de la NAP 600 représentés dans notre échantillon. Curieusement, elle rassemble des unités de services qui ne requièrent qu'une faible qualification du personnel (relativement nombreux) auquel elles font appel (services divers rendus aux entreprises, nettoyage industriel et prestations temporaires de personnel) et, à l'opposé, des établissements beaucoup plus exigeants quant à la qualification de la main-d'œuvre plus rare qu'ils emploient (cabinets d'études informatiques et d'organisation du personnel, créateurs et intermédiaires en publicité). A vrai dire, cette rencontre un peu contradictoire, dans une même catégorie réservée au tertiaire induit, entre des services de grande banalité et des services beaucoup plus rares nécessitant souvent une haute qualification de leurs fournisseurs, tient beaucoup plus à l'organisation et à la structure des entreprises qu'à la nature réelle des services considérés. Une catégorie de petits ou moyens établissements livre, localement, des services rares et onéreux. Certains, à l'image de la société Inforama Carrières, unique représentante à Pau, du poste "Conseils en études informatiques", explique sa très forte dépendance vis-à-vis de la place paloise par les relations de travail quasi exclusives qu'elle entretient avec un donneur d'ordres à peu près unique : Elf-Aquitaine (Production). Ce cas, non isolé, rend compte d'une curieuse restriction (à l'agglomération paloise) de l'horizon commercial de quelques uns de ces établissements de services très spécialisés. Dans la même veine, l'Office de Publicité des Pyrénées qui conçoit, imprime et distribue à Pau et dans ses environs des journaux gratuits véhiculant de nombreuses annonces d'entreprises, n’a pas de clientèle extra-locale. En revanche, et c’est là la limite de notre classification, S.A. Publi-Pyrénées qui réalise des plaquettes publicitaires destinées aux acheteurs arabes et anglo-saxons de matériel militaire, ne travaille que pour des commandes parisiennes (cf. la part importante de la clientèle extérieure aux Pays de l'Adour dans le poste "créateurs et intermédiaires en publicité" du diagramme 1 de la figure 10).

49Une seconde catégorie d'établissements figurant dans ce groupe correspond aux agences d'entreprises qui interviennent dans tout le pays et réalisent, afin de contrôler leur marché, un découpage systématique du territoire en circonscriptions locales et régionales. Les sociétés de prestation temporaire de personnel procèdent de la sorte et chacune de leurs agences se taille une stricte compétence d'agglomération ou de micro-région. Ainsi, les bureaux palois de Manpower et de Bis ne prennent en compte qu'une agglomération de Pau élargie vers le nord, poussant deux appendices en direction d'Orthez et de Laruns. Au-delà de cette aire, d'autres agences (celles d'Oloron-Sainte-Marie, d'Aire-sur-l'Adour et de Tarbes) prennent son relais. Cette division quasi administrative de l'espace répond tout de même aux exigences d'une profession qui réclame, d'une part, énormément de communication avec le marché, d'autre part, un suivi de la clientèle et de la main-d'œuvre qui ne peut se satisfaire d'un ressort de compétence géographiquement trop étendu. A ce propos, le responsable de l’antenne paloise d'une société d'intérim nous confiait ses difficultés à honorer les contrats qu'il négocie dans le bassin d'Arudy, vingt kilomètres au sud de Pau, en raison (déjà) de l'éloignement.

Figure 10 : REPARTITION GEOGRAPHIQUE DE LA CLIENTELE DES SERVICES "INDUITS" PALOIS

Figure 10 : REPARTITION GEOGRAPHIQUE DE LA CLIENTELE DES SERVICES "INDUITS" PALOIS

50Troisième et dernier type d'établissements recensés dans les services "induits stricto sensu", ceux qui se consacrent aux études d'aménagement et à la vente des matériels de bureau, qui rendent "divers services aux entreprises", ou encore se spécialisent dans "le nettoyage industriel"... Tous, au demeurant de taille assez modeste, trouvent dans l'agglomération de Pau une clientèle suffisante et n'ambitionnent pas d'en dépasser les frontières pour conquérir des marchés plus éloignés.

Figure 11 : REPARTITION GEOGRAPHIQUE DE LA CLIENTELE DES SERVICES PALOIS "INTERMEDIAIRES" ET "MOTEURS"

Figure 11 : REPARTITION GEOGRAPHIQUE DE LA CLIENTELE DES SERVICES PALOIS "INTERMEDIAIRES" ET "MOTEURS"

51En définitive, ce premier échelon des services qui correspond le mieux à la notion proposée par Polese de "tertiaire induit", est aussi celui qui s'adapte le mieux au potentiel économique d’une agglomération, ou plus exactement à celui de sa "zone d'influence prépondérante", pour reprendre la terminologie utilisée par G. Courade dans son étude de la zone d'influence de Pau (Courade, 1968). Bien entendu, la consommation en services de l’agglomération ne se borne pas aux cinq ou six spécialités que nous avons décrites et, dans toutes les autres formes d'activités tertiaires, y compris les activités motrices qui s'exportent le plus, la clientèle locale occupe toujours un rang privilégié. De la même façon, une petite part des services induits fait l'objet d'une diffusion au-delà des limites de l'agglomération qui les émet. La carte (figure 12) représentant la répartition de la clientèle de cette catégorie de services souligne d'ailleurs l'importance de son évasion (un tiers environ de la clientèle totale) hors des limites de la zone urbaine de Pau.

52L'on notera d’ailleurs, à ce propos, la bonne couverture des Pays de l'Adour (assez peu dense et bien incomplète il est vrai) par cette catégorie de services liés aux activités paloises.

53b) Les "services induits de plus large portée" regroupent des postes dont, globalement, les deux tiers de la demande se localisent en Béarn (i.e. l'agglomération paloise). Ce qui signifie, de facto, que de 25 à 40 % de leur clientèle se situe tout de même à l'extérieur du Béarn ; surtout, mais sans exclusive, dans les Pays de l'Adour.

54La présence d'activité d'études, de conseils juridiques et d'expertise comptable dans ce groupe révèle, d'une part, la relative banalité de ce type de services à rayonnement micro-régional dominant et, d'autre part, leur étroite association à la clientèle dans l'espace. Géographiquement regroupés dans le vieux centre urbain, ils participent largement à la formation de la "zone d’influence diffuse de Pau" qui avait été détectée, dès les années 1960, par G. Courade. Ils portent aussi le message de Pau, quoique de manière plus discrète, jusqu’aux confins des Pays de l'Adour. Il est normal, dans ces conditions, que ce soient les "transports routiers de marchandises en zone longue" qui rassemblent dans cette catégorie le plus de clientèle extérieure à la région. Quant aux commerçants de produits lourds et d'intrants industriels, ou aux fabricants d'appareillages électriques à façon, ils trouvent une demande solide dans le tissu béarnais des petites et moyennes entreprises. La dissémination de ces dernières dans les petites villes qui gravitent autour de Pau favorise d'ailleurs la fonction centrale de la ville.

55c) Les "services intermédiaires" que nous avons définis, selon une terminologie personnelle, comme ceux dont la clientèle se répartit à peu près exclusivement dans le cadre régional des Pays de l'Adour, principalement en dehors de l'agglomération de Pau et du Béarn, constituent sans aucun doute le meilleur témoin de la capacité paloise de polariser et d'organiser un espace aturien. Or, le test ne se révèle pas particulièrement probant dans la mesure où les postes qui composent ce troisième ensemble ne concernent que des activités, relativement limitées dans leur variété, de transports en zone courte et de négoce (commerce du matériel et du mobilier de bureau, commerce de gros du matériel électrique, électronique et informatique, traitement informatique à façon de l'information...). Nous pensons que la vérification d'une fonction métropolitaine exercée par Pau sur les Pays de l'Adour aurait exigé que des services stratégiques d'études, de conseils et d'organisation-animation figurent au palmarès de cette catégorie "intermédiaire". Leur absence réduit considérablement, à notre avis, la portée de l'influence paloise sur les Pays de l'Adour.

Figure 12 : LA CLIENTELE DES SERVICES PALOIS (SERVICES "INDUITS STRICTO SENSU")

Figure 12 : LA CLIENTELE DES SERVICES PALOIS (SERVICES "INDUITS STRICTO SENSU")

56d) Quant aux "services moteurs" (diagramme 4, figure 11), ceux qui touchent une clientèle extra-régionale (extérieure aux Pays de l'Adour) majoritaire ou, tout au moins, supérieure en nombre au quart de la clientèle totale, ils se composent, au principal, des postes et des branches les plus nobles et les plus stratégiques de tout le secteur (cabinets de conseils en information et en documentation, cabinets d'études économiques et sociologiques, d'études techniques, travaux à façon informatiques...). Pour le reste, ils réunissent des entreprises de distribution commerciale de fournitures pour l'industrie dont on peut penser que la localisation à Pau relève de facteurs plus aléatoires.

57Au total, notre classification nous permet de montrer que les "services moteurs" diffusés de la façon la plus large depuis Pau, appartiennent à la branche la plus stratégique de tout le secteur des services marchands aux entreprises. C'est là, incontestablement, un signe de la vigueur du rayonnement palois, de la qualité de ses services les plus pointus et, plus encore, de la remise en question de la thèse des structures cellulaires emboîtées (réseaux de Christaller) en fonction desquelles les places centrales organiseraient l'espace autour d'elles et entre elles, selon un ordre rigoureusement hiérarchique. Le cas de Pau révèle au contraire que les services les plus rares fournis par l'agglomération visent en fait deux clientèles privilégiées : une clientèle micro-régionale (en gros l'agglomération et le Béarn), un peu captive, qui obéit au réflexe du recours aux fournisseurs de la place centrale la plus proche ; une clientèle extra-régionale, pas captive du tout, qui recherche au contraire certains services palois, soit pour leur rareté et leur spécificité, soit pour leur qualité (ou leur rapport qualité/prix). En conséquence et sur la base des services aux entreprises les plus rares, Pau définit deux horizons géographiques de clientèle : une zone resserrée et circumpaloise, une zone indistincte et vaste, d’échelle nationale, qui intègre surtout l'Aquitaine, Midi-Pyrénées et la Région parisienne (cf. figure 13). Il semble en conséquence que les services aux entreprises les plus fins, produits par l'agglomération paloise, ne sont pas distribués, de façon réellement significative, dans l'aire des Pays de l'Adour extra-béarnaise. Cette lacune résulte-t-elle d'une carence de la demande de ce type de services dans l’espace aturien, en dehors des zones d’influence prépondérante de Pau et de Bayonne ? Ou bien les villes moyennes locales, comme Dax, Mont-de-Marsan ou Tarbes, voire des maisons de Bordeaux et de Toulouse, plus entreprenantes que leurs concurrentes paloises, répondent-elles à la demande ? Cette dernière hypothèse nous paraît peu probable, dans la mesure où Pau affiche clairement sa capacité d'exporter au-delà des Pays de l'Adour ces mêmes services ! Gageons qu'une étude de la demande des services aux entreprises, menée aux limites du Béarn et des autres "pays" de l'Adour, nous permettra, dans la troisième partie de la présente étude, d'apporter quelques éléments de réponse à ces questions. Pour l'heure nous allons nous efforcer d'évaluer, tous services marchands aux entreprises confondus, l'impact respectif des rayonnements territoriaux de Pau et de Bayonne.

Figure 13 : LA CLIENTELE DES SERVICES PALOIS (SERVICES MOTEURS)

Figure 13 : LA CLIENTELE DES SERVICES PALOIS (SERVICES MOTEURS)

Immeubles du centre de Pau (années 1960) occupés par des activités du secteur tertiaire agricole

Immeuble de bureaux (années 1960 - 1970) du nouveau centre-Nord de Pau

Tours administratives de la Coop. céréalière de Pau (année 1960 - 1970) à Lescar

La Maison de l'Agriculture (tertiaire agricole) édifiée dans le centre-Nord de la ville, à la fin des années 1970

Le "centre des allées", établissement palois à capacité décisionnelle notable de la Société nationale Elf-Aquitaine (Production)

L'Institut de Recherches sur les Sociétés et l'Aménagement de l'U.P.PA., achevé en 1989 sur le campus

Les nouveaux locaux pédagogiques et de recherche de la faculté des Sciences

Au nord de l'Université, le "centre technologique Hélioparc"

Hélioparc accueille laboratoires universitaires et petits établissements "high tech"

Un complexe de bureaux inauguré au Nord de Pau en 1990 : ACTIVA

Achevé en 1991, le bâtiment de la Centrale d'Etudes financières s'élève à proximité du "centre des allées" d'Elf-Aquitaine (Production)

Le centre commercial Bosquet (1991) devrait attirer au cœur de Pau une large clientèle régionale

Sur le campus : les nouveaux bâtiments d'une Ecole supérieure de Commerce qui "monte"

Le Palais des Sports ouvert en 1991

A proximité du Palais des Sports et de l'autoroute, le Zénith prévu pour fin 1992.

2) Services marchands aux entreprises et impacts des rayonnements urbains

58Dans la mesure où nos données sur Bayonne et sur Pau diffèrent du simple au double en valeur absolue (25 établissements enquêtés et 250 fiches de clients constituées dans l'agglomération bayonnaise, 64 entreprises visitées et 508 fiches de clients rassemblées dans l'agglomération de Pau), il est impossible de comparer directement les cartes (figures 14, 15 et 16) de la répartition de la clientèle des entreprises de services paloises et bayonnaises. Mieux vaut, pour tirer un parti efficace de ces documents, exprimer en pourcentage et site par site la part des clients auxquels sont destinés les services produits par des établissements palois et bayonnais. C'est le résultat d'un tel traitement que résume le tableau 15.

59Le commentaire de ce tableau ne peut que souligner la similitude des rayonnements de Pau et de Bayonne, mesurés à partir du critère de la diffusion des services marchands aux entreprises. A ceci près que l'agglomération paloise tend à privilégier leur distribution autour d'elle et dans le cadre géographique du Béarn, nettement plus que celle de Bayonne dans le cadre du Pays basque.

60Ainsi, tandis que 40,5 % des consommateurs de services aux entreprises produits à Bayonne se trouvent dans l'agglomération bayonnaise, 45,5 % des consommateurs de services produits à Pau résident dans l'agglomération paloise. Par ailleurs, la clientèle des établissement de services de Pau est constituée à 19,5 % par des entreprises béarnaises, tandis que les entreprises basques ne forment que 16 % de celle des services bayonnais. Au total, si 65 % (près des deux tiers) des clients des services palois sont implantés à Pau et en Béarn, 56,5 % seulement des consommateurs de services bayonnais sont installés dans le district du B.A.B. et en Pays basque. La "motricité" des services bayonnais aux entreprises est donc un peu supérieure à la "motricité" des services palois. Si la part des services produits dans chacune des deux agglomérations et absorbés par les entreprises aturiennes (Béarn et Pays basque exclus) est à peu près la même (12 % de clientèle aturienne pour Bayonne, 11 % pour Pau), la capacité de pénétration des services bayonnais en Béarn (hors Pau) semble sensiblement meilleure que celle des services palois en Pays basque (hors Bayonne) : 5 % de la clientèle totale dans le premier cas, 3 % dans le second. Résultat qu'il faut pourtant immédiatement corriger et nuancer si l'on considère que l’agglomération de Pau proprement dite n’abrite que 3 % de la demande des services bayonnais, alors que, réciproquement, celle de Bayonne accueille 6 % de la clientèle des services palois. Bref, toutes ces données se ressemblent étrangement et, à quelques détails près, les interférences réciproques des zones d'influence de Pau et de Bayonne affichent une symétrie quasi parfaite. De ce fait, les deux villes se partagent, pratiquement à égalité, le contrôle de la partie occidentale et centrale des Pays de l'Adour. Dès lors, Pau n'exerce une position régionale plus dominante que dans la mesure où elle développe son influence à l'est des Pays de l'Adour, en concurrence avec Tarbes.

Figure 14 : CLIENTELE ATURIENNE DES SERVICES AUX ENTREPRISES PRODUITS DANS L'AGGLOMERATION BAYONNAISE

Figure 14 : CLIENTELE ATURIENNE DES SERVICES AUX ENTREPRISES PRODUITS DANS L'AGGLOMERATION BAYONNAISE

Figure 15 : LA CLIENTELE EXTERIEURE AUX PAYS DE L'ADOUR DES SERVICES AUX ENTREPRISES PRODUITS DANS L'AGGLOMERATION BAYONNAISE

Figure 15 : LA CLIENTELE EXTERIEURE AUX PAYS DE L'ADOUR DES SERVICES AUX ENTREPRISES PRODUITS DANS L'AGGLOMERATION BAYONNAISE

Figure 16 : LA CLIENTELE DES SERVICES PALOIS AUX ENTREPRISES

Figure 16 : LA CLIENTELE DES SERVICES PALOIS AUX ENTREPRISES

Tableau 15 - Localisation de la clientèle (en pourcentage de la clientèle totale) des établissements de services aux entreprises des agglomérations de Pau et de Bayonne

Tableau 15 - Localisation de la clientèle (en pourcentage de la clientèle totale) des établissements de services aux entreprises des agglomérations de Pau et de Bayonne

Source : enquêtes personnelles

61Pour autant, ce sont surtout les rapports proportionnellement plus nombreux avec une clientèle parisienne et étrangère qui définissent la "motricité" supérieure des services bayonnais. Vis-à-vis de l'étranger, ce sont surtout les rapports avec l'Espagne qui font la différence en faveur de Bayonne... Rien de bien surprenant.

62Quoi qu'il en soit, cette étude comparée de la localisation de la demande des services aux entreprises produits à Pau et à Bayonne fournit un schéma équilibré et symétrique des deux agglomérations, tant dans l’interférence réciproque de leurs compétences territoriales, que dans l’impact du contrôle et dans l’étendue du rayonnement qu'elles exercent sur toute la partie méridionale de l'Aquitaine (Pyrénées-Atlantiques et Sud des Landes). Dans ce contexte, Pau ne tire quelque avantage que de sa position centrale au cœur des Pays de l’Adour (nous avons déjà vu, d’ailleurs, que ce n'est pas forcément un avantage en termes de développement économique et démographique aujourd'hui). Celle-ci lui ouvre en effet — sans minimiser le rôle de Tarbes — une aire d'influence diffuse englobant une partie des Hautes-Pyrénées et quelques cantons au sud du Gers.

63En résumé, une géographie de la clientèle paloise des services aux entreprises (cf. figure 16) met principalement en lumière trois niveaux territoriaux distincts. Ce qui ressort, en premier lieu, c'est de toute évidence le poids de la clientèle de l'agglomération. Un tel fait prouve le caractère induit de nombre de services fournis aux entreprises dans la zone urbaine de Pau. Ces services, témoins et facteurs d'une croissance de l'agglomération (aujourd'hui remise en cause), ne revêtent pas la dimension motrice et conquérante qu'ils devraient afficher dans une cité nourrissant l'ambition d'organiser une région. Le très bon contrôle de la clientèle béarnaise par les entreprises de services paloises constitue le second point remarquable de nos observations. Il confirme l'impact très important que l'agglomération de Pau exerce sur le milieu micro-régional, les services marchands aux entreprises reprenant et confirmant en l'occurrence de très vieilles traditions historiques (pour simplifier : Pau capitale du Béarn). Au troisième niveau territorial, celui des Pays de l'Adour, la domination paloise paraît moins évidente que nous le formulions par hypothèse. De toute évidence, la concurrence bayonnaise, sans doute aussi celle de Tarbes qui resterait à vérifier, dressent de sérieux obstacles à une métropolisation paloise des Pays de l'Adour. D'ailleurs notre critère de référence (les services marchands aux entreprises) ne la vérifie pas.

64L'étude de la diffusion des services à partir de l'offre nous a permis d'apprécier quelle était la juste position de Pau dans l'armature urbaine du Sud-Ouest de la France. Il reste maintenant à approfondir cette analyse en étudiant la géographie exhaustive du recours aux services des entreprises industrielles installées en Béarn, c'est-à-dire dans la zone d'influence prépondérante de Pau. Ce sera là un test décisif pour estimer, d'une part, le niveau exact de la centralité paloise, d'autre part, les hiérarchies urbaines concrètes dans le cadre desquelles elle s'inscrit. Pour être complet, il nous aurait fallu élargir géographiquement notre échantillon et répertorier pour différentes zones des Pays de l’Adour les divers centres émetteurs de services auxquels s'adressent les entreprises. Nous n'avons malheureusement pas eu le temps de mener cette enquête.

Notes

1 Nous avons en effet réservé cette méthode d'analyse de l'influence urbaine à l'agglomération paloise qui offrait seule, sur ce plan, des données suffisamment fiables à l'issue de nos enquêtes.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search