Version classiqueVersion mobile

La ville moyenne dans sa région

 | 
Guy Di Méo
, 
Franck Guérit

Chapitre I. Le poids relatif des villes d'Aquitaine mesuré par leur potentiel de services marchands aux entreprises : aspects méthodologiques et représentation gravitaire

Texte intégral

1Afin d'évaluer le rayonnement actuel de l'agglomération paloise, ainsi que les rapports hiérarchiques éventuels qui s'établissent entre Pau, Bayonne et Tarbes (trois grosses villes moyennes susceptibles d'organiser les Pays de l'Adour, au sud de l'Aquitaine) d'une part, Pau, Bordeaux, Toulouse, voire Paris d'autre part, nous avons retenu un indice majeur, celui du potentiel et de la portée des services marchands aux entreprises. Nous nous proposons ici de justifier cette méthode, avant de définir le poids relatif de Pau dans ce secteur d'activités stratégiques. Nous n'obtiendrons, bien sûr, dans un premier temps, qu'une vision statique de la polarisation paloise. Nous la complèterons ultérieurement par une observation plus dynamique, réalisée en procédant à une analyse géographique du mouvement des prestations réelles de services entre les entreprises spécialisées du secteur tertiaire qui les dispensent et les établissements industriels qui les sollicitent.

A - INTERET METHODOLOGIQUE DES SERVICES MARCHANDS AUX ENTREPRISES POUR UNE ETUDE DE LA POLARISATION ET DES RESEAUX URBAINS

2Liés au processus de production industrielle, les services aux entreprises connaissent depuis le début de ce siècle des mutations extrêmement rapides, en étroite relation avec l'intensité des changements qui frappent l'appareil économique. La croissance de l'emploi dans cette branche du secteur tertiaire a été beaucoup plus rapide que celle que l'on a enregistrée, par exemple, dans les transports et dans les télécommunications (cf. figure 1).

3L'évolution différentielle très marquée du profil de l'emploi dans les quelques branches-clés du secteur des services montre parfaitement que ce ne sont pas les variations globales du secteur tertiaire qui présentent le plus d'intérêt pour notre propos, mais bel et bien le cas très particulier de la branche des services rendus aux entreprises. Ceci, parce que leur dynamique exemplaire et leur croissance accélérée offrent l’avantage de nous fournir un test très probant de l'émergence des situations les plus novatrices, des mouvements de conjoncture les plus utiles pour une connaissance de la nature du service que les villes sont amenées à rendre à l'espace qu'elles contrôlent, mais aussi du rapport plus général qu'elles tissent entre elles ainsi qu'avec leur milieu environnant. En France, les services marchands aux entreprises se développent en effet à un rythme extrêmement rapide depuis le début des années 1960. Au point qu'ils représentent plus du quart des emplois du tertiaire marchand total (celui-ci se compose des services marchands aux entreprises et des services marchands aux ménages) et sans doute plus de 10 % de tout l'emploi tertiaire. A une époque où les entreprises s'efforcent de se recentrer sur leur métier, en évacuant toutes les activités périphériques qu'elles avaient intégrées au fil des années (celles qui ne relèvent pas vraiment de leurs réelles compétences), il n'est pas étonnant d'assister à une externalisation massive de leurs "services liés internes", non directement associés à la production. Signalons pourtant que cette tendance générale n'exclut pas, ça et là, des formes d'internalisation. Elles correspondent le plus souvent à l'adaptation et à l'intégration de fonctions suffisamment maîtrisées et banalisées pour que leur installation dans les sphères du processus de production ne débouche pas sur un déficit, mais, au contraire, sur un gain de rentabilité et d'efficacité. Nombre de services informatiques qui naquirent en marge des entreprises, dans le giron de sociétés spécialisées, ont été de la sorte absorbés par le secteur manufacturier. Quoi qu’il en soit, "mieux vaut s'adresser à une société de gardiennage que de recruter ses propres vigiles ; mieux vaut utiliser les services d'une entreprise intérimaire que de créer un poste de travail ; mieux vaut recourir à une société de restauration qu'entretenir cuisine et cuisinier ; mieux vaut passer un contrat avec une entreprise de marketing ou de publicité que de disposer d'un service particulier au sein de l'entreprise, pas toujours pleinement utilisé, qui complique l'organigramme et alourdit le processus de production" (Kempf, 1984).

4A. Bailly et D. Maillat qui citent ce texte (1988), notent que "l'imbrication entre industrie et services se manifeste sous deux formes..., les emplois de services liés au secteur manufacturier peuvent être situés soit à l'intérieur des entreprises, soit à l'extérieur dans des entreprises indépendantes du secteur tertiaire". Dans le premier cas, précisent-ils, on parlera de "services liés internes" ; dans le second, de "services liés externes". Les "services liés internes", en très rapide expansion, reflètent la tertiairisation des emplois au sein de l'entreprise industrielle. Ce phénomène concernerait à l'heure actuelle près du quart des postes offerts par l'ensemble du secteur secondaire. Quant aux "services liés externes", ils "proviennent d'entreprises, classées traditionnellement dans le secteur tertiaire, qui offrent leurs services comme intrants intermédiaires au secteur manufacturier" (Bailly, Maillat, 1988). Ce sont eux que nous retiendrons dans la présente étude en tant que critère de la polarisation exercée par la ville dans l'espace géographique et en tant que test des nouvelles hiérarchies ou positions urbaines en voie de formation.

Figure 1 : TROIS PROFILS DE CROISSANCE DE L'EMPLOI TERTIAIRE DEPUIS UN SIECLE EN FRANCE

Image

(Source : M. Braibant, 1982, Economie et Statistique, no 146, p. 8, cité par S. Bailly, D. Maillat, p. 10)

Tableau 3 - Nomenclature des services marchands aux entreprises

ETUDES CONSEILS ASSISTANCE
- Ingénierie
(études techniques / études économiques et sociologiques/études informatiques et d'organisation / travaux à façon informatiques)
- Services connexes de la construction
(services rendus par les architectes / services rendus par les métreurs et les géomètres)
- Services connexes du logement
(administration d'immeubles / services des agences immobilières)
- Conseils juridiques
(services des cabinets juridiques et offices publics et ministériels)
- Expertise comptable
(expertise comptable et analyse financière)
- Publicité
(service rendus par les créateurs et les intermédiaires de publicité / services rendus par les régies publicitaires)
- Auxiliaires financiers et d'assurances
(services d'auxiliaires financiers / services d'auxiliaires d'assurances)
- Travail temporaire
- Construction-promotion
(promotion immobilière / promotion en infrastructures / services des supports juridiques de programme)
- Autres activités
(services des holding / conseils en informatique et en documentation / services divers rendus principalement aux entreprises/services rendus par les ordres et syndicats professionnels / courtage international, frais d'assiette, frais de gestion des mutuelles)
LOCATION ET CREDIT-BAIL MOBILIER
- Location de matériel de bureau
- Crédit-bail mobilier
- Autres locations mobilières
(location de machines et équipements agricoles / location de matériel pour le bâtiment et les travaux publics/location de voitures particulières / location de biens de consommation / location d'autres biens d'équipement)
RECUPERATION
(produits de la récupération)
ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE MARCHANDS
(enseignement / recherche / formation des adultes et formation continue / autres enseignements spécialisés et professionnels et enseignement supérieur / services rendus par les professeurs indépendants / recherche scientifique et technique)

Source citée par S. Bailly et D. Maillot : P. Trogan, 1974.

5Le tableau 3 (Trogan, 1979) résume de manière large la nomenclature générale des services marchands aux entreprises. Son utilisation pratique nous a pourtant confronté à de lourdes difficultés. En effet, si toute une catégorie de prestations, surtout classées dans la rubrique "Etudes, Conseils, Assistance" — à savoir les services d'ingénierie, de conseils juridiques, d'expertise comptable, de publicité, de travail temporaire, etc... — peuvent être retenues en bloc, sans problème, au titre des services marchands strictement réservés aux entreprises, il n'en est pas de même des services annexes de la construction et du logement, de la construction-promotion (pour rester dans la rubrique "Etudes, conseils, assistance" du tableau de Trogan) qui relèvent à la fois des services marchands aux entreprises et aux ménages. Dans la mesure où les statistiques existantes ne distinguent pas toujours ces deux dernières catégories, nous avons décidé de retenir l'ensemble des données concernant les activités identifiées sous ces différentes appellations. Dans notre perspective, qui ne consiste pas à réfléchir sur le secteur tertiaire des activités économiques en tant que tel, mais à identifier les nouveaux rapports spatiaux que construisent les villes, il ne s'agit pas d'un handicap majeur. Ce défaut présente même — si l'on peut dire — l'intérêt d'élargir quelque peu notre horizon à la sphère des services marchands rendus aux ménages. Dans l'optique de la confection du tableau statique des potentialités et des forces de gravité urbaines, cela peut même renforcer notre démonstration.

B - DES SOURCES STATISTIQUES D'UNE FIABILITE MEDIOCRE

6Il existe trois sources d'informations majeures, susceptibles de fournir un état des lieux, toujours approximatif, des services marchands aux entreprises : les fichiers des ASSEDIC, le fichier SIRENE établi par l'INSEE, les différentes données concernant leurs adhérents engrangées par les Chambres de Commerce et d'industrie.

1 - Les fichiers ASSEDIC

7Chargées de recueillir les cotisations et de gérer les fonds de l'assurance chômage du secteur privé, les ASSEDIC récapitulent sur listings les entreprises qui participent à cet effort. Les informations figurant sur ces fichiers autorisent une classification élémentaire des affiliés en onze postes, ou branches : agriculture et pêche pour le secteur primaire des activités économiques ; industries agricoles et alimentaires, énergie, industries des biens intermédiaires, industries des biens d'équipement, industries des biens de consommation courante, bâtiment et travaux publics pour le secteur secondaire. En revanche, la nomenclature s'avère peu expressive pour un secteur tertiaire qu'elle divise de fait en quatre catégories : commerce, transports et télécommunications, services marchands, autres services. L'inconvénient majeur de cette répartition sectorielle des effectifs salariés (seuls pris en compte) réside dans le fait que services marchands aux ménages et services marchands aux entreprises se trouvent confondus dans une même rubrique ; circonstance particulièrement gênante pour notre objectif.

8A vrai dire, les données des ASSEDIC revêtent aussi, pour nous, d'autres aspects restrictifs. Primo, les secteurs public et parapublic n'y figurent pas. Secundo, le recensement des salariés s'effectue à peu près systématiquement, mais sans règle véritablement absolue, au lieu du siège social des entreprises et non à l'adresse des établissements. Surtout, les non salariés, ou plus exactement les entreprises qui n’emploient pas de salariés ne sont pas prises en compte par le fichier des ASSEDIC ; lacune particulièrement grave pour notre projet, dans la mesure où les professions libérales et les travailleurs indépendants sont particulièrement nombreux dans les branches des services marchands aux entreprises.

9De plus, les unités géographiques prises en compte par les ASSEDIC ont souvent la taille d'un arrondissement (cas de Pau et des principales villes moyennes d'Aquitaine). En dehors de cette indication géographique trop vague, l'on ne dispose pas d'information plus précise pour localiser les établissements. C'est un obstacle difficilement surmontable quand on s'attache à l'étude de services strictement urbains.

10Pour toutes ces raisons, nous n’avons utilisé les fichiers des ASSEDIC qu'afin de camper le profil économique général (en onze postes) des principales agglomérations d'Aquitaine. Etape qui nous paraît indispensable quand on se propose d'évaluer le poids relatif d'une agglomération urbaine dans le concert des villes de toute une région.

2 - Le fichier SIRENE de l'INSEE

11Alimenté par les déclarations obligatoires des entreprises auprès de la Direction Générale des Impôts en vue de l'acquittement des taxes sur le chiffre d'affaires et des charges sociales, ce fichier que constitue l'INSEE reste d'une fiabilité douteuse, pour trois raisons essentielles. En premier lieu, la radiation des petites entreprises, nombreuses chaque année à cesser leurs activités dans le secteur tertiaire, n'est que très partiellement opérée. En conséquence, les statistiques disponibles s'encombrent d'un grand nombre d'entreprises qui n'existent plus et dont la prise en compte peut, parfois, sérieusement fausser, ou tout au moins perturber, l'image que nous restituons de la distribution de l'emploi entre les différents secteurs d'activités économiques. Cependant, ce défaut très gênant lorsque nous traçons le profil comparatif des secteurs et des branches économiques, devient plus supportable lorsque nous considérons, en des territoires distincts, une même série de données (le poids des services marchands aux entreprises). C'est d'ailleurs à cette fin — mesurer le potentiel de services des diverses agglomérations urbaines de l'Aquitaine — que nous réserverons les données du fichier SIRENE.

  • 1 NAP signifiant : Nomenclature des Activités Professionnelles.

12En second lieu, alors que ce fichier offre l’énorme qualité d'être théoriquement exhaustif et d'indiquer avec une très grande précision (nomenclature des activités et des produits en 600 postes différents, d'où le nom de NAP 6001 qui lui est donné) la spécialisation de chaque établissement, la détermination des activités qu'il propose se révèle dans les faits assez fantaisiste. En somme, derrière un appareil de classification en apparence séduisant se cache un instrument de fiabilité moyenne. Précisons toutefois que nous avons, dans celle étude, repris les rubriques de la NAP 600 pour procéder à notre propre classification des établissements et des entreprises.

13Soulignons, en troisième lieu, que le fichier "SIRENE" étant alimenté par les déclarations des entreprises à la Direction générale des Impôts en vue du règlement de taxes pour le personnel qu'elles emploient, nombre d'entre elles, simples prestataires de services, n'ont pas l'occasion de faire ces déclarations, soit qu'elles ne paient pas ces taxes, soit qu'elles n'emploient pas de personnel salarié.

14L'échelle géographique des données du fichier SIRENE présente en revanche une indéniable maniabilité, en regard tout au moins des urgences auxquelles nous étions confronté. Elle nous autorise à dresser le bilan des services marchands aux entreprises dans le cadre de chacune des Zones de peuplement industriel et urbain (Z.P.I.U.) de l'Aquitaine. A cette fin, et dans un but d’études comparées, nous avons retenu six Z.P.I.U. (celles de Bordeaux, de Pau, de Bayonne, de Périgueux, d'Agen et de Mont-de-Marsan) qui regroupent, en gros, les niveaux supérieurs de la hiérarchie urbaine régionale. L'intérêt d'une prise en considération des Z.P.I.U. (assimilables souvent à des bassins d'emploi) tient au fait qu'elles esquissent l'ébauche de véritables systèmes géo-économiques centrés sur les villes, ce que A.M. Prost définit comme un "ensemble de communes dépassant largement le cadre des agglomérations urbaines", dans le contexte duquel s'effectuent "d'importants échanges de main-d'œuvre". Ainsi la Z.P.I.U. offre "une certaine homogénéité de peuplement" (petit nombre des agriculteurs en particulier), car "l'activité industrielle s'est créée ou développée en raison de la proximité d'une grande ville, de richesses du sous-sol, voire de la présence d'un grand axe de communication".

3 - Les données collectées par les Chambres de Commerce et d'industrie

15Cette source d'information locale ou micro-régionale, recueillie dans le cadre des aires géographiques de compétence des c.c.i., s'enrichit des données relativement limitées (nombre de salariés et nature des activités) que fournissent les entreprises qu'elles inscrivent. Bien qu'intéressants, ces éléments restent difficilement utilisables. D'abord parce que les entreprises de moins de dix salariés ne s'affilient pas aux Chambres de Commerce et d'industrie. Elles sont considérées comme des entités de caractère artisanal. Dans la mesure où de telles unités de petite taille dessinent le profil-type des sociétés de services, nous nous heurtons là à un vice capital. De plus, ne figurent pas parmi les adhérents des c.c.i. les entreprises classées dans les activités dites "à caractère intellectuel" (études, conseils, études en informatique, cabinets juridiques, cabinets d'expertise comptable, recherche et enseignement dans leur dimension de services marchands, etc...), considérées en général comme des professions libérales. Finalement, nous ne ferons appel aux données des Chambres de Commerce et d'industrie que dans l'objectif limité d'identifier très précisément, en vue de la réalisation d'un échantillon d'enquête, les entreprises industrielles installées dans la circonscription de ces organismes consulaires. Dans ces conditions, le nom de l'entreprise, sa raison sociale, son adresse précise, sans parler de l'introduction auprès de ses dirigeants fournie par les c.c.i., s'avèreront, tout au long de notre démarche, d'un précieux recours.

16Dans cette perspective très pratique, rendue nécessaire par le souci qui nous a animé d'organiser des enquêtes auprès des entreprises (tant productrices que consommatrices de services marchands), des documents d'une relative banalité tels que l'annuaire des p.et.t. (pages jaunes) et plus encore le KOMPASS régional nous ont été fort utiles. Ce dernier annuaire, à finalité purement professionnelle, enregistre les sociétés (service payant) en fonction des différentes activités auxquelles elles se livrent et non de leur seule activité principale. Ainsi, des entreprises dont l'activité première dépend du domaine industriel, mais qui ont des intérêts secondaires (parfois substantiels et lucratifs) dans diverses branches des services, s'inscrivent aussi à ce titre dans les pages du KOMPASS. Un tel ouvrage s'avère donc essentiel si l'on souhaite élargir notre propos à certaines entreprises industrielles qui tirent quelques ressources complémentaires des prestations commerciales de leurs "services liés internes".

17L'utilisation de ces diverses sources statistiques nous permet de dresser le double tableau, forcément statique, de la puissance économique générale des principales agglomérations urbaines de la région Aquitaine et de leur capacité de production/diffusion des services marchands aux entreprises. Afin de compléter ce schéma par le panorama dynamique du rayonnement des villes, nous avons réalisé deux séries d'enquêtes auprès des entreprises des Pyrénées-Atlantiques dont nous exposerons ici les objectifs et la méthode.

C - RAYONNEMENT URBAIN ET PRODUCTION/CONSOMMATION DES SERVICES MARCHANDS AUX ENTREPRISES : METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE

18Lorsqu'on souhaite mesurer le rayonnement géographique d'une ville (sa capacité en quelque sorte à bâtir autour d'elle un espace régional sur lequel s'exerce son contrôle et ses fonctions), même si l'on se heurte à l'ambiguïté que signale M. Rochefort (1964) quand il rappelle combien "il est difficile d'avancer un ordre de grandeur fixant La dimension minimum nécessaire pour que la zone d'influence d'un centre soit considérée comme une région", l'on peut toujours tenter d'en évaluer l'étendue en fixant la limite d'influence du tertiaire le plus fin, le plus rare et le plus qualifié, présent dans ce centre. Si l'on admet cette hypothèse, l'on conviendra volontiers qu'à l'échelle des métropoles régionales, comme à celle des grosses villes moyennes qui forment les niveaux primaire et secondaire de l'armature des régions, l'étude de la production, de la portée et de la consommation des services marchands aux entreprises constitue un test probant. A l'aide de ces données, l'on peut envisager et tracer les limites (toujours incertaines et approximatives) de l'impact territorial des agglomérations.

19C'est dans ce but que nous avons finalement réalisé trois séries d'enquêtes.

1 - L'offre des services marchands aux entreprises dans les agglomérations paloise et bayonnaise

20Deux enquêtes de même nature, effectuées en des lieux différents (Tune dans l'agglomération paloise élargie, l'autre dans la conurbation ou district de Bayonne-Anglet-Biarritz), nous ont permis d'étudier l’offre comparée des services marchands aux entreprises.

21Nous avions réalisé, dans chaque cas, un échantillon d'entreprises (93 dans l'agglomération paloise ; 67 dans le district Bayonne-Anglet-Biarritz) représentatif de la distribution des entreprises de services au sein des différents postes de la NAP 600 du fichier SIRENE. Il est à noter, à ce propos, que 46 postes de la dite nomenclature regroupent la quasi totalité des établissements qui produisent de tels services, sans omettre les unités industrielles qui intègrent des services liés internes susceptibles de donner lieu, sur le marché, à des prestations commerciales. A ce dernier titre, nous avons respectivement retenu, dans notre échantillon, des entreprises appartenant aux branches de la production d'équipement industriel, de la fabrication de matériel électrique, de la fabrication de matériel électronique ménager et professionnel..., toutes branches qui proposent diverses études techniques à d'autres entreprises clientes. Nous nous sommes également attaché à inclure dans l'échantillon la branche de la fabrication de matériel de traitement de l'information dont les représentants purement commerciaux, à Pau ou à Bayonne, vendent et installent du matériel à divers clients de l'industrie, ou des services, après avoir réalisé des études préalables de besoin et d'implantation. Dans la rubrique du commerce de gros industriel, nous avons également débusqué de nombreux prestataires de services, curieusement spécialisés : qui dans les études d'aménagement de bureau, qui dans les installations industrielles ou commerciales, qui dans la mise en place et le suivi de systèmes de surveillance... Nous avons également inclus dans cet ensemble le secteur de la construction qui livre des études techniques pour le bâtiment.

22Dans l'agglomération paloise, sur les 93 adresses que nous avions relevées dans quelque 11 communes (elles couvraient tout le spectre des services marchands aux entreprises, en respectant les proportions de chaque poste par rapport à l'ensemble des services aux entreprises de l'agglomération), nous n'avons pu, en fonction des refus d'enquêtes que nous avons essuyés, réaliser que 64 entretiens. Dès lors, notre échantillon n'apparaît plus que médiocrement représentatif des sociétés de services marchands aux entreprises de la place paloise. Toutefois, en raison, d'une part, du nombre élevé d'établissements ou de sociétés enquêtés, d'autre part de la présence garantie de toutes les branches et de tous les postes (NAP 600) de services marchands aux entreprises dans le groupe de nos interlocuteurs, nous pouvons prétendre, avec quelque légitimité, fournir une image assez fidèle de ce secteur d'activités paloises et de sa portée géographique.

23Dans l’agglomération bayonnaise, moins satisfaisant, sans aucun doute, est le reflet de la nature et de l'extension territoriale des services marchands aux entreprises que nous sommes en mesure de restituer : 25 entreprises, essentiellement de Bayonne, ayant seulement accepté de se prêter à nos enquêtes sur les 67 contactées. Les principales faiblesses de notre groupe de réponses, en regard de la situation réelle décrite à partir du fichier SIRENE, tiennent à deux causes principales : plus des deux tiers des entreprises visitées se dispersent de façon homogène dans la branche des activités de conseils et d'études (poste 77.. de la NAP 600), alors que les domaines d'activités les plus présents dans nos sources sont les conseils informatiques (poste 7703 de la NAP 600) et les sociétés d'études techniques (poste 7701) qui auraient dû, en conséquence, faire l'objet du plus grand nombre de nos entretiens. Par ailleurs, ne figurent parmi les entreprises bayonnaises qui ont accepté de répondre à notre questionnaire, ni le poste des études économiques et sociologiques (7702), ni celui des travaux à façon informatique (7704), ni la moindre régie publicitaire (7711) ou la plus banale officine de prestations temporaires de personnel, pas plus qu'un seul cabinet d'architecte (7703) ou de métreur géomètre (7706). C'est donc avec une assez grande prudence qu'il conviendra d'interpréter le contenu des réponses à nos questionnaires glanées dans l'agglomération de Bayonne.

24Le questionnaire, ou plus exactement la grille d'entretien (en fait, nous avons adopté une formule mixte faisant appel aux deux méthodes, nos interviews restant très ouvertes, mais passant obligatoirement par un certain nombre de questions-clés dont nous souhaitions traiter les réponses de manière quantitative) que nous avons utilisée s'articule autour de trois thèmes principaux :

  • Une présentation de l'établissement et/ou de l'entreprise (selon la plus ou moins grande complexité structurelle de l'unité productrice de services visitée). Cette partie, la plus courte du questionnaire, cherche à établir un référentiel sommaire de l'établissement enquêté, un portrait comprenant le statut juridique de l'entreprise, ses localisations et le nombre de ses salariés, surtout la branche fine d'activités dans laquelle elle se classe (NAP 600), les services très précis qu'elle offre et le chiffre d'affaires qu'elle forme, la date de création de l'entreprise ou de l'établissement, le degré d'autonomie de ce dernier (dans le cas d'une entreprise complexe comprenant plusieurs entités de production, de recherche ou de gestion). Tout cela afin d'évaluer le pouvoir de décision réellement installé dans les agglomérations de Pau et de Bayonne.
  • Un tableau de la répartition géographique de la clientèle. Dans cette seconde partie du questionnaire, l'entrepreneur est convié à énumérer ses vingt plus gros clients (en fonction de leur poids dans son chiffre d'affaires), à donner leur adresse (localisation spatiale), le type de services fournis dans chaque cas, le secteur et les branches d'activités les plus précis possibles du client et la date du premier contrat passé avec lui (introduction d'une dimension chronologique, tant au niveau de l'apparition des services rendus qu'à celui de la conquête de nouveaux clients). La plupart du temps, nous avons rencontré de sérieuses difficultés pour amener le responsable d'entreprise (président ou directeur général de société ou directeur d’agence dans 70 % des cas, cadre dans 14 %, employé, secrétaire de direction ou comptable dans 16 % de nos enquêtes) à citer vingt entreprises clientes. Nous avons dû souvent nous contenter de dix, parfois de cinq réponses, évoquant toutefois les plus importants partenaires commerciaux de notre interlocuteur.
  • Une partie plus ouverte sur les thèmes de l'espace de l'entreprise, abordant en fait cinq points : les facteurs de localisation, ou raisons d'installation dans les agglomérations de Pau ou de Bayonne, les contraintes liées à la situation géographique choisie, la notion de bassin de clientèle, la concurrence observée et les perspectives de développement (en insistant dans tous les cas sur la dimension géographique des phénomènes).

25Il aurait été intéressant, sinon indispensable, d'effectuer d'autres séries d'enquêtes similaires dans les autres agglomérations de taille moyenne qui encerclent celle de Pau : Tarbes surtout, mais aussi Mont-de-Marsan et Dax... Nous aurions pu, de la sorte, tenter de définir des aires ou des lignes de partage entre l’influence de ces divers centres des Pays de l’Adour. Faute de temps et de moyens, nous n'avons pu aller jusqu'au bout de nos ambitions, nous contentant d'une étude comparée du poids respectif des agglomérations de Pau et de Bayonne, accompagnée d'une tentative de définition de leur zone d'interférence. A vrai dire, moins que d'apporter une nouvelle pierre à l'édifice déjà bien chargé de la recherche sur les aires d'influence, il nous importait de vérifier si les villes construisent autour d'elles des territoires compacts, à l'intérieur desquels elles exercent une suprématie dominatrice, ou bien si elles s'inscrivent au cœur de réseaux à fonctions plus sectorielles, offrant ainsi plus d'ouverture aux influences venues des villes voisines (i.e. lointaines dans certains cas), créant un tissu où s'imbriquent de multiples compétences d'origines géographiques diverses. Dans ces conditions, nous pouvions nous contenter (faute de mieux et à titre expérimental) d'une observation de la manière dont les agglomérations de Pau et de Bayonne distillent leur influence dans l'espace géographique : partage strict, imbrications et interférences, interliaisons ? La question ainsi posée, il nous fallait aussi, en négatif, localiser les prestataires de services marchands auxquels s’adressent les entreprises et les établissements localisés dans les zones ainsi définies, ou sur leurs marges. Implantée en un ou plusieurs lieux des Pays de l'Adour, à qui une unité de production industrielle va-t-elle faire appel pour tel ou tel service ? Il y a fort à parier que son recours variera en fonction de la nature du service exigé. Est-ce l'ordre hiérarchique qui l'emporte : une demande toujours plus précise nécessitant une démarche commerciale auprès de prestataires de plus en plus spécialisés installés dans une agglomération de plus en plus grande ? Ou bien, comme nous le formulions à l'occasion de notre questionnement initial, existe-t-il d'autres règles de rapports entre la demande et l'offre, ne respectant pas forcément les canons d'une trop stricte hiérarchie urbaine ? Quoi qu'il en soit, afin de vérifier l'une ou l'autre de ces hypothèses, il nous fallait envisager un second type d'enquête auprès des entreprises industrielles ou tertiaires qui consomment des services marchands.

2 - La demande de services marchands des entreprises béarnaises

26Pour être fidèle à notre projet, nous aurions dû constituer un échantillon d'établissements et d'entreprises parfaitement disséminés sur toute l'étendue des Pays de l'Adour. Une telle méthode nous aurait permis d'évaluer les effets polarisateurs différentiels des diverses cités qui se partagent le contrôle de cette région, de mesurer aussi la nature et les conditions du recours de la base économique à l'échelon métropolitain (Bordeaux ou Toulouse), voire national (Paris) et international. Là encore, cependant, il ne nous a pas été possible de nourrir une aussi vaste ambition et nous avons dû nous contenter d'enquêter auprès d'un échantillon d'entreprises dispersées dans les limites du Béarn et de la Soule (partie centrale et orientale des Pyrénées-Atlantiques et ancienne aire d’intervention de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Pau qui nous a apporté son concours à cette occasion). Du coup, notre propos se restreint quelque peu et se ramène surtout au dialogue entre les entreprises consommatrices de services, inscrites dans ce que l'on pourrait appeler la zone d'influence de Pau (Courade, 1968), et les entreprises fournissant ces mêmes services ; notre recherche surveillant de manière particulièrement vigilante la géographie différentielle de tels échanges : logique du territoire béarnais ou logique des réseaux régional, national, international ? Mais, à vrai dire, quel réseau : hiérarchique et complet (à chaque niveau de services son niveau de ville), ou au contraire multipolaire et éclaté, sans véritable référence hiérarchique ? Bref, l'on retrouve naturellement, derrière cette nouvelle enquête, les fondements de notre problématique et de notre questionnement.

27L'enquête a été effectuée auprès de 36 entreprises de plus de 50 salariés, installées en Béarn et en Soule. Nous estimons en effet que seules les P.M.E. d'une taille suffisamment importante sont susceptibles de faire appel au secteur tertiaire diversifié et pointu que nous avons retenu dans notre méthode. Il s'agit d'établissements pris dans un échantillon (constitué par nos soins à partir du fichier de la Chambre de Commerce et d'industrie de Pau) de 90 unités représentatives du secteur industriel béarnais (stratification sur la taille et sur les branches d'activités). Selon la NAP 600, 29 postes industriels sont représentés dans notre groupe d'enquêtes, avec trois domaines industriels normalement plus étoffés : le bâtiment et les travaux publics (4 sociétés), la chimie (industrie chimique de base et parachimie) et la sous-traitance métallurgique-mécanique (travail des métaux, fonderie, machines outils, la chaudronnerie), 2 entreprises chacune ; la transformation des matières plastiques (1 entreprise). La construction aéronautique est également présente, grâce aux deux grands donneurs d'ordres régionaux (Messier Hispano-Bugatti et Turboméca). Au total, figurent majoritairement au sein de ce groupe d'entreprises visitées les quatres grandes branches industrielles de la région paloise : le textile, la sous-traitance métallurgique et mécanique, l'industrie chimique actuellement en pleine mutation, le bâtiment et les travaux publics. Sur les 36 établissements visités, 21 (soit une large majorité) sont à la fois des centres de production et des sièges sociaux d'entreprises dotés d'une complète autonomie en matière de prise de décision. L'on peut donc estimer que notre groupe d'entreprises interrogées sur le thème de la demande des services nous fournit une très bonne image des réalités industrielles béarnaises (cf. figure 2).

28Deux fichiers informatiques emboîtés ont été constitués avec les résultats de cette enquête. L’un porte sur les caractéristiques de chacune des unités visitées et comporte des renseignements de divers ordres : taille en fonction du nombre de salariés et du chiffre d'affaires, date de création de l'établissement et/ou de l'entreprise, activités précises et position dans la NAP 600, degré d'autonomie de l'entité enquêtée. Le second fichier, en revanche, ne regroupe que les services consommés, soit 596 fiches ou références, correspondant chacune à un service particulier intégrant plusieurs variables telles que la nature du service, son fournisseur et sa localisation géographique, la plus ou moins grande régularité de son recours, la date du premier contrat passé entre la société de service (offre) et l'entreprise industrielle (demande).

29A l'occasion de cette enquête, des entretiens plus larges ont eu lieu avec les responsables des entreprises qui ont bien voulu nous recevoir. Pour l'essentiel, ils ont porté sur le thème "espace, économie, métropolisation" et, plus précisément, sur la qualité et la variété des services palois offerts aux entreprises, les contraintes liées aux distances et à l’éloignement des prestataires, la localisation des sociétés de services qui concurrencent celles de l'agglomération paloise et, enfin, les tendances de la consommation future des services par les entreprises.

Figure 2 : CARACTERISTIQUES DES ETABLISSEMENTS INDUSTRIELS BEARNAIS VISITES A L'OCCASION DE L'ENQUETE SUR LA CONSOMMATION DES SERVICES

Image

30La masse des données que nous avons recueillies à l'occasion de ces différentes enquêtes (trois au total) a été traitée à l'aide du logiciel "Statistical Analysis System". Avant de passer à la présentation des résultats obtenus, il convient, d'une part, de brosser le tableau de la polarisation urbaine qui s’exerce dans les Pays de l'Adour à partir d'une estimation du poids économique relatif des trois agglomérations principales susceptibles de les structurer, et d'autre part, de dresser le bilan des polarités qui s'exercent sur l'Aquitaine en nous fondant sur la capacité de production et de diffusion des services marchands aux entreprises que recèlent les villes.

D - LA POLARISATION DE L'ESPACE ATURIEN

31Le choix des statistiques sur l'emploi salarié et les entreprises, tirées des fichiers des ASSEDIC, afin d'évaluer le poids économique respectif des trois grandes agglomérations aturiennes, se justifie par le caractère très spécifique de ces données. Elles mettent en effet l'accent sur les aspects les plus dynamiques du rayonnement économique, dans la mesure où elles éliminent tous les emplois relevant des secteurs public et parapublic. Ajoutons qu'elles tiennent surtout compte des sociétés et des officines qui possèdent sur place leur siège social, reflètant ainsi, derrière l'effectif des entreprises et de l'emploi, la puissance de commandement économique de chaque agglomération.

1 - Trois pôles d'inégale puissance

32Les données sur l'emploi fournies par les ASSEDIC au 1er janvier 1988 donnent une image éloquente des positions relatives occupées par les principaux centres des Pays de l'Adour. Sur un total de 80 517 emplois déclarés aux ASSEDIC pour les trois agglomérations maîtresses de Tarbes, de Pau et de Bayonne, c'est Pau qui occupe nettement la première position avec 43 % des salariés, suivie immédiatement par Bayonne avec 37 % et de plus loin par Tarbes avec 20 % seulement. Par rapport à la situation de 1981, ces positions n'ont guère varié, à ceci près que celle de Pau (42 % en 1981) s'est sensiblement renforcée durant les années 1980, tandis que celle de Tarbes se détériorait (21 % en 1981, mais surtout 1 500 emplois supplémentaires il y a dix ans). La seconde remarque majeure, à propos de l'évolution de 1981 à 1988, porte sur le recul général de l'emploi salarié répertorié par les ASSEDIC dans les trois agglomérations. Celui-ci est passé de 82 129 postes en 1981 à 80 517 sept ans plus tard. En fait, cette régression d'ensemble, de l'ordre de 2 % pour la période, est à mettre au débit quasi exclusif de l'agglomération tarbaise, celle de Bayonne n’enregistrant qu'un léger glissement négatif de 1,3 % (contre une chute de 8,7 % pour Tarbes) et celle de Pau améliorant de près de 1 % la taille de ses effectifs déclarés à l’ASSEDIC. A y regarder de plus près, le recul spectaculaire de l'emploi tarbais et le déclin plus discret de celui de Bayonne illustrent pour l'essentiel une crise profonde des branches industrielles. A Tarbes, en sept ans, 27 % des emplois ont été supprimés ; à Bayonne, de façon un peu moins spectaculaire, le nombre des salariés de l'industrie figurant dans les fichiers de l'ASSEDIC a diminué de 19,1 %. A Pau, rien de tel, l'agglomération qui connut une industrialisation plus tardive que celle de ses deux voisines, mais finalement plus moderniste et surtout plus solide que ne le laissent supposer les idées reçues, augmente très légèrement (de + 0,4 %) la taille de sa main-d’œuvre industrielle au cours des années 1980. En conséquence, alors que celle-ci constituait déjà, au début de la décennie 1980, le contingent le plus nombreux (de très peu devant celui de l'agglomération bayonnaise, mais représentant déjà près des deux tiers de celui de Tarbes) de toutes les villes de l'Adour, elle s'impose désormais très nettement devant les effectifs de Bayonne (inférieurs de 20 %) et de Tarbes (inférieurs de 60 %).

33Si Bayonne, malgré la crise manufacturière, ne perd pas trop d'emplois en sept ans, elle le doit à la remarquable progression de ses activités tertiaires (commerce, transports, télécommunications, services divers...) qui améliorent de 11 % le nombre de leurs salariés : résultat unique pour les métropoles des Pays de l'Adour, bien supérieur à celui de Tarbes (+ 2,5 %) et, plus encore, à celui de Pau (+ 1,1 %). Encore, peut-on attribuer le maigre gain de l'agglomération paloise dans ce domaine à la puissance précoce de son équipement de services privés, au point que Bayonne qui améliore singulièrement et à grande vitesse sa position dans ce secteur des services, tend à rejoindre Pau, mais n'y parvient pas encore. Du côté de Tarbes, en revanche, l'on peut juger la situation plus préoccupante, car devant le déclin industriel, le relais du tertiaire, non négligeable, se fait tout de même attendre et le développement timide des services privés, au cours des années 1980, ne convainc nullement.

34Au-delà de ces remarques d’ordre général, déjà très instructives, une analyse plus fouillée des structures de l’emploi salarié éclaire encore mieux notre connaissance de la véritable nature des économies urbaines de l'Adour.

2 - L'hétérogénéité des activités industrielles (cf. tableau 4)

35En dehors de la place partout éminente du bâtiment (de 9 à 10 % de la main-d’œuvre salariée totale), il n'existe guère de communauté structurelle du secteur industriel, d’une ville à l'autre, dans les Pays de l'Adour. A vrai dire, la suprématie industrielle de Pau n'est peut-être pas aussi solide qu'il y paraît à première vue, dans la mesure où elle repose en grande part sur les effets d'une exploitation des gisements de gaz naturel béarnais dont l'avenir n'est guère brillant. La branche de l'énergie, avec près de 3 000 salariés en 1988, (soit 8,5 % de la main-d'œuvre totale paloise répertoriée par l'ASSEDIC), se compose dans sa quasi totalité des effectifs palois du groupe Elf-Aquitaine. Or, le paradoxe, c'est qu'à Pau, cette société pétrolière fait à peu près exclusivement appel, dans ses centres de recherche-prospection, de gestion et d'administration, à des cols blancs qui produisent des services liés internes à l'entreprise. Pour être vraiment rigoureux, il conviendrait donc de faire basculer cet imposant contingent du secteur secondaire dans le secteur tertiaire des activités économiques. Une toute autre image de la structure des emplois salariés palois apparaîtrait : avec dans ces conditions un secteur tertiaire rassemblant de 72 à 73 % du total de la main-d'œuvre salariée et un secteur secondaire se cantonnant à 27 ou 28 % ! En dehors de cette particularité de Pau, des similitudes structurelles s'observent, ça et là, rapprochant parfois deux de nos villes et les éloignant de la troisième. Il en est ainsi des biens d'équipement (de 11 à 12 % de l'emploi salarié total à Tarbes et à Bayonne) qui rappellent les vieilles spécificités industrielles de l’ensemble Bayonne-Boucau-Tarnos (activités liées au port et situées dans le sillage d'une industrie lourde aujourd'hui disparue) et de Tarbes (construction mécanique lourde) ; ou encore de la production des biens de consommation courante qui rapproche cette fois Bayonne et Pau...

Tableau 4 - Structures de l'emploi dans les trois unités urbaines de Pau, Bayonne et Tarbes au 1/1/1988

Image

Sources : ASSEDIC

36Dans la mesure où la forte spécialisation paloise dans le domaine de l'énergie ne constitue nullement, depuis quelques années, un facteur discriminant pour le développement d'autres activités (à hautes technologies notamment), dans la mesure aussi où les structures de l'emploi industriel affichent, surtout à Pau et à Bayonne, un équilibre relativement harmonieux, la lecture de ces profils du secteur secondaire nous incline à établir une hiérarchie urbaine accordant la première place à Pau, la seconde à Bayonne et la dernière à Tarbes. De manière plus générale, cette situation nous suggère tout l’intérêt que pourraient à terme revêtir des collaborations interurbaines (type réseau volontaire de villes) entre Pau et Tarbes, élargies le cas échéant à Bayonne ; à la condition que des liaisons régulières et rapides, de préférence ferroviaires (même si l'achèvement de l'axe autoroutier entre les trois villes, à la fin de 1991, n'est pas à négliger), en constituent le cordon ombilical.

3) La tertiairisation accélérée des activités urbaines (cf. tableaux 5 et 6)

37Il est symptomatique d'observer que partout, entre 1982 et 1988, la part relative du secteur tertiaire dans les activités économiques progresse. C'est à Tarbes et à Bayonne, avec des gains respectifs de 7,6 et de 7 % en six ans, qu'elle connaît la croissance la plus spectaculaire. Or, surtout à Bayonne, cette évolution favorable du secteur tertiaire ne se nourrit pas uniquement des dépouilles du secteur industriel, mais puise aussi son dynamisme dans ses propres forces et donne lieu à d'importantes créations d'emplois salariés (solde positif supérieur à 2 000 postes en six ans). En ce qui concerne les créations d'entreprises, la vigueur du secteur tertiaire apparaît encore avec plus de clarté : alors que sur les trois villes, le contingent des entreprises industrielles diminue, en six ans, de près de 150 unités (-7,5 %), celui des entreprises du secteur tertiaire s'enrichit de près de 700 officines ou sociétés, soit une progression de + 8,5 %. C'est à Tarbes (+ 11 %) et à Bayonne (+ 12 %) que ce solde positif atteint les résultats les plus remarquables. Pau reste quelque peu à la traîne, avec un croît de 4 % seulement, mais conserve tout de même la première place aturienne, tant pour le nombre des entreprises que pour celui des emplois salariés, comme nous l'avons constaté plus haut.

38Alors que l'emploi commercial décline de façon sensible à Tarbes (-12,5 %) et progresse très faiblement ailleurs (+ 0,1 % à Bayonne, + 1,3 % à Pau), épousant en cela la courbe de la branche "transports et télécommunications" (où seule l'agglomération bayonnaise affiche une belle croissance qui n'est pas étrangère à l'expérience "Urba 2000"), ce sont les services marchands (hors commerce) qui ont accompli, dans les trois cités, l'essentiel de la percée tertiaire. Déjà fort étoffés, leurs effectifs salariés ont globalement augmenté de 13,3 % (toujours de 1982 à 1988) sur les trois sites réunis, soit un solde positif de près de 3 000 postes. Du côté des entreprises, l'élan fut aussi vif, puisque le solde positif (+ 645) entre créations et fermetures enregistrées représente une croissance de 15 % de leur nombre. C'est véritablement Bayonne qui éclate, en matière de développement des services marchands, au cours de cette brève période : les effectifs salariés y grossissent de plus de 25 % et ceux des entreprises de plus de 26 %. Tarbes participe également à cette poussée générale fort généreuse, en relevant son contingent de salariés, jusqu'alors relativement maigre, de 11,5 %, et celui des entreprises livrant des services marchands de 20 %. A Pau, même si l'on conserve toujours le plus grand nombre relatif d'unités de production et de salariés de cette branche, l'évolution des années 1980 fut dans ce domaine, comme en toute chose, lente et modérée : + 5 % environ pour les effectifs, + 4 % pour les entreprises. Au total, ce manque de vitalité de l’agglomération paloise, sa faible croissance générale durant la dernière décennie ne manquent pas d'inquiéter et de poser des questions quant à la capacité de la ville à résister à la montée en puissance de sa concurrente bayonnaise. Après la forte avancée paloise des années 1960 et 1970, les années 1980 portent peut-être le germe d'un déclin de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques qui pourrait, à terme, céder le leadership déjà bien fragile des Pays de l'Adour au district occidental de Bayonne-Anglet-Biarritz. Certes, si les arguments économiques et situationnels généraux (liaisons plus aisées avec Bordeaux et l'Espagne urbano-industrielle, fonctions portuaire et touristique) militent en faveur de cette thèse, les facteurs d'ordre géographique de plus grande échelle, propres aux Pays de l'Adour, ne vont pas dans le même sens et semblent au contraire favoriser la centralité — géométrique en l'occurrence — paloise.

39Soulignons pour finir que si les données fournies par les ASSEDIC ne nous permettent pas, ce qui est fort dommage, de déterminer exactement, dans la rubrique des services marchands, la part de ceux qui s'adressent aux ménages et de ceux qui reviennent aux entreprises (pour Bayonne, les premiers l'emportent largement sur les seconds et portent la croissance), leur dynamisme justifie le choix de ce critère pour évaluer la puissance gravitaire des villes de l'Aquitaine et leur rayonnement potentiel. Il est d'ailleurs temps, maintenant, d'étudier dans ce but la répartition de l'offre des services marchands aux entreprises dans le cadre de l'armature urbaine régionale.

Tableau 5 - Evolution de l'emploi de 1982 à 1988 dans les trois unités urbaines de Pau, Bayonne et Tarbes

Image

Source : ASSEDIC

Tableau 6 - Evolution du nombre des entreprises déclarées, dans les secteurs secondaire et tertiaire, de 1982 à 1988, à Pau, Bayonne et Tarbes

Image

Source : ASSEDIC

Tableau 7 - Services marchands, évolution des effectifs salariés et du nombre des entreprises, de 1982 à 1988, à Pau, Bayonne et Tarbes

Image

Source : ASSEDIC

Figure 3 : LES SECTEURS D'ACTIVITES ECONOMIQUES A PAU. BAYONNE ET TARBES. SITUATION COMPAREE ET EVOLUTION 1982-1988

Image

(Source : ASSEDIC)

E - L'ARMATURE URBAINE SUPERIEURE DE L'AQUITAINE DETERMINEE PAR L’OFFRE DES SERVICES MARCHANDS AUX ENTREPRISES

40Essentiellement menée à partir des données du fichier SIRENE de l'INSEE qui recensent uniquement des établissements, cette étude des polarités urbaines comparées (selon une méthode statique de cliché), potentielles en quelque sorte, au sein de la région, sera successivement effectuée à deux échelles différentes : celle de l'ensemble de l'Aquitaine d'abord, celle des Pays de l'Adour ensuite. Ces derniers seront définis à l'intérieur d'une aire limitée par les coteaux gersois au nord-est, la forêt landaise au nord, l'océan et l'Espagne à l'ouest et au sud, les confins de la Bigorre à l'est, soit au total dix zones de peuplement industriel et urbain.

1 - Le modèle de gravitation aquitain (échelons supérieurs)

41L'établissement d'un tel modèle qui s'appuie sur une évaluation du poids relatif des villes (démographique, économique, etc...), dont on admet qu'il est théoriquement proportionnel à leur faculté d'attraction (de l'espace en général, d'autres unités urbaines), repose sur l'hypothèse (loi de la gravitation, ou de Newton) que deux villes s'attirent en fonction directe de leur masse et en fonction inverse du carré de la distance qui les sépare. En somme, plus une ville est importante, plus sa puissance relative d'attraction s'exercera, en particulier sur des agglomérations plus petites, situées à proximité d'elle. "Par analogie, ne pourrait-on pas dire que plus la dimension d'une ville (population, nombre de commerces et de services...) est grande, plus elle aura de villes dans son aire d'influence ? Ainsi, les migrations alternantes seraient-elles influencées par la dimension de la ville de destination ; le volume des flux diminuerait au fur et à mesure de l'augmentation de la distance entre la source de migration et la destination, ce qui semble logique..." (Bailly, Guesnier, Paelinck, Saliez, 1988).

a) Entreprises de services et attraction des villes

42A partir de ces principes généraux, nous tenterons ici de définir et de comparer le "poids" ("importance", "puissance", "dimension" dans les formulations utilisées), en termes de services marchands aux entreprises, des six Z.P.I.U. majeures de l'Aquitaine, représentant, de façon exhaustive pour cinq d’entre elles (Bordeaux-centre, Pau, Bayonne, Agen et Périgueux), les trois niveaux supérieurs de l'armature urbaine de l'Aquitaine, et pour la sixième (Mont-de-Marsan), le niveau des centres secondaires (niveau IV du tableau 1). Ce choix a été fait en rapport avec notre objectif : mesurer la position actuelle de Pau dans la dite armature urbaine régionale.

43Les six zones urbaines retenues (pour celle de Bordeaux, il ne s’agit pas de l'ensemble de l’agglomération, mais uniquement de la Z.P.I.U. de Bordeaux-centre) rassemblaient au 1er janvier 1988 (fichier SIRENE) quelque 14 250 établissements produisant et dispensant des services marchands aux entreprises. Ceux-ci représentaient alors près du cinquième (+ 19 %) de l'ensemble des établissements recensés par l'INSEE, tous secteurs économiques confondus (cf. tableaux 8 et 9). Le rôle particulièrement important de ces établissements de services dans la Z.P.I.U. de Bordeaux-centre (44 % de l'ensemble des établissements à fonction économique) tient au fait que leur concentration géographique au centre des agglomérations (alors que les unités industrielles tendent plutôt à coloniser leur périphérie) favorise dans ce cas leur suprématie. Outre cette exagération structurelle de l'offre de services aux entreprises dans la Z.P.I.U. de Bordeaux-centre, l'on note toutefois une corrélation intéressante entre la position hiérarchique des villes dans l'armature urbaine régionale et le pourcentage des établissements spécialisés dans ces services qu'elles abritent. Une fois de plus, la validité de notre variable test se confirme donc. Ainsi, à Pau, les services marchands forment 15 % du total des établissements de production (biens et services), à Bayonne 14 % (et nous verrons que les deux villes juxtaposent une force de gravité de plus en plus comparable), 12 % à Agen, 10 % à Mont-de-Marsan et 6 % seulement à Périgueux. Cet ordre remet sensiblement en cause les enseignements sur la polarisation urbaine tirés des seules considérations démographiques (Lacour et Puissant, 1985). En effet, si Bordeaux occupe plus que jamais la place éminente de leader régional, Bayonne rejoint Pau en situation de sous-capitale, Agen confirme sa position de centre principal, tandis que Périgueux ne parvient que difficilement à l'honorer. Mont-de-Marsan aspire en revanche à une place de véritable centre principal, alors que l'armature hiérarchique des années 1960, comme sa réactualisation— sur le strict plan démographique — à l'aide des résultats du recensement de la population de 1990, ne lui confèrent qu'un rang plus modeste de centre secondaire.

44Plus respectueuse des hiérarchies établies que l'ensemble des services marchands aux entreprises, la branche des "activités d'études, de conseils et d'organisation", qui concentre d’assez loin le plus grand nombre d'établissements du secteur des services marchands (à peu près 50 % sur les six Z.P.I.U., partout première, sauf à Bayonne où la primauté de la branche promoteurs et sociétés immobilières ne s’explique que par l'importance de la fonction touristique), constitue la véritable clef de voûte de notre système explicatif. A Bordeaux-centre, elle se fait pratiquement forte de 4 000 entreprises, soit un potentiel à peu près quatre fois supérieur à celui de Pau (1 002 établissements), qui se place pourtant en seconde position dans le schéma d'armature urbaine. Bayonne ne parvient à réunir que 830 établissements de ce type, ce qui confirme sa situation intermédiaire dans l'échelle des valeurs urbaines entre Pau, sous-métropole, et les centres de premier rang (Agen et Périgueux). Dans cette dernière catégorie, justement, Agen et Périgueux se coulent parfaitement (avec respectivement 484 et 464 établissements dans les activités d'études, de conseils et d'organisation), tandis que Mont-de-Marsan se trouve reléguée au niveau de centre secondaire que lui assigne logiquement le schéma (avec 289 établissements seulement).

Tableau 8 - Les services marchands aux entreprises (établissements) dans les six principales Z.P.I.U. de l'Aquitaine

Image

Source : SIRENE. INSEE. 1988.

Tableau 9 - Part des services marchands aux entreprises (établissements) par rapport à l'ensemble des établissements (toutes activités économiques confondues) des six principales Z.P.I.U. de l'Aquitaine

Image

Source SIRENE. INSEE. 1988.

45Le grand enseignement de cette première approche des gravités urbaines de l'Aquitaine réside donc dans le constat d'une incontestable percée de Bayonne, qui tend désormais à rejoindre Pau en position sous-métropolitaine. Encore que les services marchands de Bayonne enregistrent un incontestable excédent d’entreprises immobilières qui n'entretiennent qu'un lointain rapport avec le secteur industriel, mais reflètent plutôt, sur la Côte basque et sud-landaise, la prépondérance des activités touristiques. Ces faits contribuent sans doute à exagérer la poussée réelle de Bayonne, tant dans le schéma d'armature urbaine de l'Aquitaine que dans celui des Pays de l'Adour. A un degré moindre, nos données suggèrent aussi l’effritement d'une position périgourdine qui ne se maintient qu'au prix d'une bonne tenue de la branche stratégique des "activités d'études, de conseils et d'organisation", alors que toutes les autres rubriques des services marchands aux entreprises s'effondrent dans cette ville. Mont-de-Marsan effectue en revanche un véritable décollage dans la plupart des compartiments des services marchands. Ce dynamisme ne peut à terme que fortifier son rôle micro-régional.

46Ajoutons que ces quelques éléments montrent tout l'intérêt, à la fois dans l'optique d'un meilleur aménagement du territoire de la région et dans celle d'une coopération interrégionale accrue, de la constitution d'un réseau actif et volontaire des villes des Pays de l'Adour (tout au moins de Pau, de Tarbes et de Bayonne), seul capable de suppléer aux déficiences de l’organisation et de la desserte de l'espace sud-aquitain par la métropole bordelaise.

b) Le test des coefficients de spécialisation des services marchands aux entreprises : primauté bordelaise, neutralité paloise, déficiences bayonnaises

A partir de la nomenclature des activités et des produits en 600 postes (la plus fine), fournie pour chaque zone d’emploi par le fichier SIRENE, il est possible et instructif d'établir des tables de coefficients de spécialisation. Ces dernières, dans chaque agglomération, permettent d'observer si chacun des 39 postes regroupant les services marchands aux entreprises présente ou non un caractère de spécialisation. Le coefficient de spécialisation correspond à la formule Image dans laquelle (Ii) représente le nombre d'emplois propres à la branche (ou spécialité) (i) dans l'agglomération (I), (It) exprimant le nombre total d'emplois recensés en (I), (Ei) le nombre d'emplois propres à (i) dans l'ensemble des agglomérations du modèle et (Et) la population active totale de ce même groupe d'unités urbaines. Ces coefficients de spécialisation qui fixent le rapport entre la part d'une activité sur la population d'une zone d'emploi et la part totale de cette activité sur la population active totale de toutes les unités d'un même réseau, marque donc le degré de spécialisation d'une zone d'emploi pour tel ou tel service. Tous les coefficients supérieurs à 1 attestent une réelle spécialisation, ceux qui se situent autour de 1 révèlent une situation moyenne et ceux qui tombent au-dessous de l'unité témoignent d'une déficience locale en regard du service considéré. L'hypothèse qui sous-tend notre usage d'un tel coefficient de spécialisation repose sur le pari raisonnable que plus la force de gravité d'une agglomération est grande, plus les coefficients de spécialisation de ses activités tertiaires (particulièrement les services marchands aux entreprises) sont nombreux... Ceci, avec d'autant plus de sûreté que ces coefficients présentent l'avantage de supprimer l'effet de taille des agglomérations, autorisant ainsi de véritables comparaisons entre des zones d'emploi d'importance très différente.

47De fait, le commentaire du tableau 10 nous livre quatre indications majeures qui nous permettent d'améliorer notre connaissance de la position de Pau dans un éventuel système urbain de l'Aquitaine.

48• En premier lieu, la zone d'emploi de Bordeaux collectionne en toute logique le plus grand nombre de spécialisations des postes de services marchands aux entreprises, avec 26 coefficients supérieurs ou égaux à 1 et 13 coefficients seulement tombant au-dessous de l'unité. Sur les 15 postes que regroupe, en particulier, la branche stratégique — pour notre propos — des activités d'études, de conseils et d'assistance aux entreprises, Bordeaux enregistre 14 spécialisations et une seule déficience (pour les cabinets de géomètres). Les plus forts coefficients concernent les rubriques "prestation temporaire de personnel" et, surtout, toute une série de services d'études et de conseils qui reflètent un incontestable rayonnement de l'agglomération sur une vaste région : cabinets d'études informatiques et d'organisation ; études techniques (ingénierie) ; créateurs et intermédiaires publicitaires... Le bilan s'avère, bien entendu, plus contrasté pour les branches soumises à une moins forte polarisation, car sujettes à une plus grande ubiquité de localisation. Ainsi s'observent sur Bordeaux quatre déficiences pour six spécialisations dans la branche (ambiguë pour notre propos, nous l'avons déjà signalé) des promoteurs et des sociétés immobilières. En revanche, les coefficients de spécialisation se multiplient dans la plupart des domaines de la formation et de la recherche, dans la fonction de holding et dans les services bancaires supérieurs... Autant d'activités qui obéissent aux règles de la concentration/polarisation (économies d'échelles) et assoient le potentiel de rayonnement métropolitain de l'agglomération bordelaise.

49• En second lieu, toutes les autres agglomérations de l'Aquitaine enregistrent plus de branches déficitaires que de branches excédentaires ou spécialisées, et ceci sans grande différenciation apparente, puisque le nombre des spécialisations oscille de 16 à Bayonne à 18 à Mont-de-Marsan, Périgueux et Pau... De plus, aucune logique particulière ne semble se dégager de ce constat, sinon que la position écrasante de Bordeaux en matière de spécialisation des services aux entreprises tend à noyer les autres villes du réseau, sans leur enlever toutefois un assez bon niveau général de services. Ces résultats ne font en somme que souligner le poids de Bordeaux en Aquitaine.

Tableau 10 - Coefficients de spécialisation des services marchands aux entreprises (NAP 600), dans les six principales Z.P.I.U. de l'Aquitaine

Image

Tableau 10 - Coefficients de spécialisation des services marchands aux entreprises (NAP 600), dans les six principales Z.P.I.U. de l'Aquitaine (suite)

Image

Tableau 10 - Coefficients de spécialisation des services marchands aux entreprises (NAP 600), dans les six principales Z.P.I.U. de l'Aquitaine (fin)

Image

50• En troisième lieu, l’on ne comprend pas grand chose aux positions relatives des villes d'Aquitaine derrière Bordeaux, si l'on n'analyse pas, dans le détail, la nature des spécialisations et des déficiences qui prévalent dans ce groupe des grosses villes moyennes régionales. Fort de cette conviction, si l'on compare les branches, très probantes pour notre méthode, des services d'études, de conseils et d'assistance de Pau et de Bayonne, l'on remarque, dans le premier cas, 10 déficiences sur 15 postes, pour 13 déficiences à Bayonne. La différence en faveur de Pau n'est certes pas très éloquente, à ceci près qu'à Pau les postes de l'assistance matérielle aux entreprises constituent encore une véritable spécialisation (métreurs et géomètres, prestations temporaires de personnel, surveillance et gardiennage), ce qui n'est pas le cas à Bayonne. Ceci dit, à Pau comme à Bayonne, les activités d'études et de conseils à caractère intellectuel affirmé (ingénierie, informatique, création publicitaire, formation, à l'exception des cabinets d'études économiques et sociologiques pour Pau) affichent un déficit général.

51Côté palois cependant, les activités liées à la gestion des entreprises (expertise comptable, conseil juridique) ont des coefficients de spécialisation proches de 1. Il est vrai qu'il s'agit de fonctions assez communes, qui ne supportent pas (surtout l'expertise comptable) une trop forte concentration spatiale. A Bayonne, seul le secteur de l'immobilier dispose, comme on l'a déjà vu, de services offrant un coefficient de spécialisation élevé.

52• En quatrième lieu, les zones d'emploi de Périgueux, de Mont-de-Marsan et d'Agen ne disposent pas de la panoplie complète des branches de la NAP 600. Ce sont, notamment, plusieurs postes dans la formation et l'enseignement qui leur font défaut... Situation qui témoigne incontestablement d'un moins bon environnement de services pour les entreprises et réduit le rayonnement des villes considérées. Assez curieusement, cependant, Périgueux dispose d'une branche d'études, de conseils et d'assistance aux entreprises (celle, justement, que nous avons jugée stratégique) apparemment riche et vigoureuse, puisque quatre postes seulement sur quinze tombent au-dessous du coefficient 1. C'est de loin, après Bordeaux, le résultat le plus favorable de toutes les villes des niveaux supérieurs de l’armature aquitaine, meilleur en tout cas que celui des services d'études palois. Les plus fortes spécialisations périgourdines correspondent aux études techniques, aux métiers de métreurs géomètres, aux sociétés d'analyse comptable, aux régies publicitaires, aux divers travaux à façon, aux ordres et syndicats professionnels. L’on est pourtant en droit de s’interroger sur la signification de ces coefficients : reflètent-ils une bonne articulation entre le tissu industriel relativement essaimé du Périgord et des services d'études et de conseils aux entreprises bien fournis, centralisés à Périgueux ? Ou traduisent-ils, par un effet de compensation (risque auquel le coefficient de spécialisation que nous avons utilisé n'échappe pas), la déficience réelle en l'occurrence des autres branches de services localisées à Périgueux ? Il y a sans doute un peu de ces deux raisons dans le cas périgourdin.

53Quant aux agglomérations d'Agen et de Mont-de-Marsan, elles se distinguent, à l'opposé, par des branches d'études et de conseils nettement moins brillantes : Agen enregistre en effet onze déficiences et Mont-de-Marsan dix sur les quinze postes. Les plus accusées, dans les deux cas, concernent les cabinets d'études économiques et sociologiques, les prestations temporaires de personnel, les services divers rendus aux entreprises... Les autres branches, plus ubiquistes, liées à l'immobilier ou à diverses activités de location, présentent des profils plus favorables, à l'exception toutefois de la formation et de l'enseignement qui font cruellement défaut à toutes les villes privées de véritables institutions universitaires (d'où le poids de cette fonction en matière de force de gravité urbaine). Ces agglomérations qui se consacrent surtout à l'administration publique n'ont pas engendré le développement d'un secteur solide de services marchands aux entreprises. L'étroitesse de la clientèle potentielle, locale ou micro-régionale, n'a peut être pas, non plus, encouragé de telles créations que les distances relativement élevées qui séparent ces villes moyennes des métropoles ou sous-métropoles régionales auraient pu en revanche inciter (cf. Loi de Newton).

c) En fonction de la structure, de la spécialisation et de la répartition générale des services marchands, trois classes d'agglomérations se distinguent

54■ Bordeaux fait preuve d'une incontestable suprématie par rapport aux cinq autres agglomérations étudiées. Par le nombre et l'importance des sociétés de services qu'elle concentre, par la structure de ces services et par leur niveau plus élevé de spécialisation, la capitale girondine justifie ses prétentions de métropole régionale. Une question, toutefois, demeure posée : Bordeaux, puissant centre de services, se contente-t-il de rayonner sur un tissu manufacturier girondin particulièrement dense en regard de l'industrialisation moyenne de l'Aquitaine — existence locale d'un vivier fourni de P.M.E.-P.M.I. ; présence d'un groupe important de grands établissements industriels, consommateurs de services localisés d'autant plus exigeants que la ville accueille des sièges nationaux et des délégations régionales de groupes industriels dotés d'une relative autonomie décisionnelle —, ou bien se comporte-t-il comme un véritable pôle métropolitain diffusant dans toute l'Aquitaine, et peut-être au-delà — Poitou-Charentes en particulier —, ses services les plus rares et les plus spécialisés ? Il s'agit d'une question essentielle à laquelle il nous faudra, grâce à nos enquêtes auprès des producteurs et des consommateurs de services, tenter d'apporter une réponse afin de nous prononcer sur un problème essentiel : la représentation idéelle d'un réseau urbain aquitain correspond-elle à une réalité fonctionnelle, ou bien à une vision issue de l'imaginaire aménagiste ? La réalité se bornant, dans ce dernier cas, à la coexistence de pôles aux capacités de gravitation inégales, dotés de tailles et de potentialités disparates, mais ne s'inscrivant pas vraiment dans un réseau de rapports fluides et hiérarchisés.

55Même si nous penchons plutôt actuellement pour cette dernière hypothèse, quelques arguments se profilent en faveur de la première : Bordeaux possède les unités de formation supérieure les plus nombreuses, les plus variées et les plus spécialisées de la région ; à ce titre, l'agglomération attire forcément une large population venant de toute l'Aquitaine, ainsi que des services nobles qui réclament un personnel de haut niveau, en contact avec la recherche. Métropole économique régionale, mais aussi métropole administrative et politique, elle accueille les directions et les délégations régionales des grandes administrations (services extérieurs de l'Etat) et de nombreuses entreprises parapubliques. Il s'agit là d'un atout supplémentaire pour la fixation d’établissements privés : attirés par le pouvoir décisionnel du secteur public que recèle Bordeaux, ils diffusent ensuite leurs services dans toute la région.

56Enfin, dernière interrogation, Bordeaux dispose-t-elle d'un système de communications régionales suffisamment dense et efficace pour assumer un rôle métropolitain complet et irriguer de ses services l'ensemble de l'Aquitaine ? A priori, nous ne sommes guère enclin à répondre par l'affirmative. En effet, décalée au nord de l'Aquitaine, la capitale ne maîtrise par la route (voies rapides et autoroutes) que deux axes, certes essentiels : celui de la Garonne (vers Agen et Toulouse) et celui du littoral en direction de Bayonne et de l'Espagne. En revanche, entre les deux branches extrêmes de cet éventail, toute la partie centrale et méridionale de l'Aquitaine — en attendant une bien hypothétique liaison autoroutière vers Pau —, une bonne part du Périgord — en attendant l'autoroute Bordeaux-Clermont-Ferrand-Lyon —, n'établissent que des communications encore malaisées avec l'agglomération bordelaise. Cette indigence des communications entre les villes de l'Aquitaine constitue sans doute l'un des plus sévères obstacles à leur fonctionnement en réseau et, en tout état de cause, une grave faute d'aménagement du territoire régional.

57■ Le couple Pau-Bayonne, au sud de l'Aquitaine et à l'abri de l'influence bordelaise, en raison des difficultés de communication — sans parler des barrières ethno-sociologiques — qui existent notamment entre Pau et Bordeaux, a pu développer un secteur de services solide et relativement autonome. Celui-ci place les deux villes (avec Tarbes) dans une position potentielle de métropolisation tricéphale des Pays de l'Adour. De fait, les distances-temps s'allongent entre Bordeaux et le piémont pyrénéen : le TGV, version lente, n'apportant qu'une légère amélioration à la situation d'antan. Il devient dès lors difficile de réaliser le trajet aller-retour dans la même journée. Pour des prestataires de services obligés de se déplacer fréquemment auprès de leur clientèle, cette situation est gênante. Les entreprises fournissant des services qui ne sont pas d'une extrême spécialisation répugnent à perdre de l'argent en frais de déplacement et de séjour de leurs salariés, envoyés trop loin de leurs établissements de rattachement. Dans de telles conditions, il est plus intéressant de créer à proximité du marché, à condition que sa taille soit suffisante, des structures déléguées et des agences. Pau, en raison de son trop grand éloignement (dans le temps plus que dans l'espace) de Bordeaux, a pu développer de la sorte un puissant secteur de services aux entreprises, sensiblement plus fort que celui des autres agglomérations moyennes de la région. Il y a là, de toute évidence, une illustration de la subtilité des rapports qui s'établissent entre les villes. Non que nous estimions que Pau ait joué la carte de l'isolement au sud de l'Aquitaine, dans l'optique d'asseoir son contrôle et sa domination sur les Pays de l’Adour. Le mauvais état des systèmes de communications relève plus d'une incurie de l'aménagement régional que d'une stratégie délibérée. Cependant la question de l'isolationnisme palois ne peut tout de même manquer d'ouvrir un débat : Pau aurait-elle gagné à établir des liens synergiques plus solides avec Bordeaux au cours des années 1980 (l'évolution de l'emploi à Pau paraît montrer qu'elle n'a pas tiré beaucoup de profit de son enclavement), ou bien, du fait des distances qui, dans l’absolu, ne sont pas bien considérables, aurait-elle perdu à ce jeu une partie de sa substance tertiaire (services marchands aux entreprises en particulier) ? La confiance que nous accordons à la dynamique des réseaux nous incline plutôt à opter pour la première proposition.

58La supériorité du potentiel palois de services marchands aux entreprises sur celui de Bayonne tient certainement au fait que, comme nous l'avons montré plus haut, Pau, grâce à la présence d'Elf-Aquitaine, à sa fonction de centre pétrolier international, grâce aussi au développement sur son sol d'entreprises faisant appel à de hautes technologies, plus ou moins liées à ses activités de recherche et de formation supérieure, constitue un pôle (industriel notamment) plus consistant que celui de Bayonne. Cette dernière, dont le profil économique met prioritairement en valeur les activités commerciales, touristiques et immobilières, a donc développé des services marchands surtout destinés aux particuliers.

59Aujourd'hui, les évolutions différentes de l'économie — statu quo relatif côté béarnais (malgré la réaction de la fin des années 1980 et du début de l'actuelle décennie), croissance plus forte côté basque — traduisent la réaction de structures dissemblables. Orientés vers des secteurs industriels dominés par celui de l'énergie, les services palois ont enregistré, depuis les années 1970, les effets directs de la grande crise économique. Plus centrés sur la consommation touristique et son cortège d'activités, ceux de Bayonne ont mieux résisté et se sont même développés. Pau est-elle capable de retourner la situation en sa faveur ? Sans doute, si elle parvient à conforter son technopole et à se doter d'une image (mais aussi de réalités fonctionnelles) attractive pour les nouvelles gammes d'activités qui créent aujourd’hui des emplois... Même si, dans ce domaine aussi, l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz s'efforce de jouer ses propres cartes en lançant l'espace technologique de Bidart.

60■ Occupant le troisième degré sur l'échelle de la répartition interurbaine des services aux entreprises, Agen, Périgueux et Mont-de-Marsan ne jouissent pas d'un tissu industriel suffisamment dense — quel que soit le rayonnement micro-régional d'Agen et surtout de Périgueux — pour dynamiser de puissantes activités de services basées sur leurs territoires. De plus, les petits et moyens établissements qui caractérisent leurs structures productives se révèlent d'assez faibles consommateurs de services très spécialisés. Les quelques demandes pointues sont captées par les sociétés installées dans les agglomérations plus importantes. D'autant que ces villes sont beaucoup mieux inscrites que Pau, sinon que Bayonne, dans l'aire d'influence large de la métropole régionale, les facilités de communication ou la faiblesse des distances aidant. Dans le cas de Mont-de-Marsan, la double proximité (celle de Bordeaux et de Pau), voire la triple proximité (en tenant compte de Bayonne) d'agglomérations de taille supérieure, bien dotées en services marchands aux entreprises, constitue un handicap (ou peut-être à terme un avantage) supplémentaire.

61Si notre démonstration est parvenue, jusqu'à présent, à donner une image à peu près convaincante des différentes polarités et gravités urbaines des plus grosses villes d'Aquitaine, l'évolution antagoniste des situations respectives de Pau et de Bayonne, à la fin des années 1980, méritait que nous nous penchions sur ces deux cas, munis de données plus récentes (celles de 1990 en l'occurrence). Par ailleurs, il était bon de sortir quelque peu du cadre aquitain, afin de mesurer le poids de l'agglomération tarbaise (élément-maître de la polarisation des Pays de l'Adour) à l'aide du critère des services marchands aux entreprises. L'étude promet de se révéler fort instructive pour l'avenir d'une éventuelle collaboration de Tarbes et de Lourdes avec Pau. C'est pour cet ensemble de raisons que nous avons décidé d'évaluer le poids relatif des agglomérations des Pays de l'Adour, au début des années 1990, proposant ainsi un modèle de gravitation aturien.

2 - Le modèle de gravitation aturien

62Une telle étude revêt en fait un double intérêt. Outre qu'elle nous permet de mesurer les gravités différentielles des zones de peuplement industriel et urbain des Pays de l'Adour, ses résultats apportent une réponse à la question de l'évolution comparée des forces de gravité de Pau et de Bayonne.

a) Une impressionnante poussée bayonnaise

63A la lecture du tableau 11, l'on observe, en premier lieu, une étonnante croissance, au cours de la brève période 1988-1990, du nombre des entreprises spécialisées dans la prestation des services marchands aux entreprises dans les deux agglomérations de Bayonne et de Pau. Leur nombre a augmenté en effet de plus des deux tiers en deux ans (67 %) et, déjà, au niveau du résultat général, Bayonne affiche un dynamisme nettement supérieur à celui de Pau (+ 76 %, contre + 57,3 %). Nous ne pousserons pas plus loin une analyse de l'ensemble des secteurs d'activités urbaines qui soulignerait, sans aucun doute, les progrès spectaculaires et très actuels (depuis ces deux ou trois dernières années) des phénomènes de tertiairisation des fonctions urbaines, dans les Pays de l'Adour comme ailleurs. De toute évidence cependant, et dans les deux cas, c'est essentiellement les branches de la promotion, de la location et du crédit-bail immobilier qui portent la responsabilité d'un tel dynamisme. En ce qui concerne les postes plus stratégiques vis-à-vis du service aux entreprises et donc plus révélateurs d'un impact régional (ou micro-régional) potentiel des villes, constitués par les branches "activités d'études, de conseils et d'organisation", le développement global, en deux ans, s’avère plus modéré, même si l'on enregistre, dans les deux agglomérations, une augmentation de 17 % du nombre des établissements recensés. Or, dans ce domaine qui exprimait, jusqu'à la fin des années 1980, la suprématie de l'agglomération de Pau sur celle de Bayonne, l'expansion de cette dernière s'effectue désormais à un rythme beaucoup plus rapide que celui qui anime la croissance paloise : nombre d'entreprises accru de 26 % en deux ans, contre 9 % seulement côté palois ! Au point que les établissements palois qui représentaient à eux seuls, en 1988, près de 55 % de l'ensemble des unités d'études, de conseils et d'organisation des deux agglomérations n'en forment plus que 51 % en 1990 ; pourcentage qui indique que dans cette spécialité essentielle pour la mesure de l'impact territorial des villes, l’agglomération de Bayonne a pratiquement rejoint aujourd'hui celle de Pau. A supposer qu'un tel mouvement se poursuive, et l’on ne voit pas pourquoi il s'interromprait dans l'immédiat, l’on risque fort d'assister, au sud de l'Aquitaine, dans les années qui viennent, à un véritable renversement gravitaire au bénéfice de l'agglomération bayonnaise.

Tableau 11 - L'évolution des services aux entreprises, à Pau et à Bayonne, de 1988 à 1990

Image

b) Une structure urbaine des Pays de l'Adour relativement équilibrée

64Les données de la NAP 100 du fichier SIRENE au 01/04/1990 pour l’ensemble des zones de peuplement industriel et urbain des Pays de l'Adour, fournissent (tableau 12, figure 4) l'image d'une armature urbaine nettement mieux équilibrée que celle de l'Aquitaine. Aussi bien en termes généraux, portant sur tout l'éventail des services marchands aux entreprises représentés dans les Pays de l'Adour, que de manière plus étroite (activités d'études, de conseils et d'organisation), trois niveaux hiérarchiques — à l'échelle aturienne — d'unités urbaines se dessinent. Le niveau supérieur confirme une dualité Pau-Bayonne qui se maintient et se renforce lorsqu'on agrège les petites Z.P.I.U. satellites de Lacq-Orthez et de Oloron-Mauléon à l'une, du sud des Landes à l'autre.

65Dans ce cas de figure, les constellations construites autour de Pau et de Bayonne pèsent chacune pour un peu plus de 30 % de l'ensemble des entreprises de services installées dans les Pays de l'Adour, soit, réunies, pour plus de 60 %. Derrière cette première ligne de l'armature urbaine, Tarbes tend à se rapprocher des cas très voisins de Mont-de-Marsan et de Dax. En fait, si l'on ne tient compte que des branches d'activités, d'études, de conseils et d'assistance, Tarbes se distingue plus nettement du niveau qu’occupent Dax et Mont-de-Marsan (15 % de tout le potentiel aturien contre 8 % pour chacune des deux autres) que si l'on considère toute la gamme des services marchands aux entreprises. En dernier lieu (troisième ou quatrième niveau selon le cas), Lourdes et Lannemezan pour les Hautes-Pyrénées, Lacq-Orthez et Oloron-Mauléon pour les Pyrénées-Atlantiques, la Z.P.I.U. du sud des Landes (en fait partie septentrionale de l'agglomération bayonnaise), toutes situées dans des milieux de plus forte ruralité, égrènent les derniers maillons (de 3 à 5 % des services aturiens chacun) de la chaîne des villes de l’Adour. A la condition, bien sûr, qu'on les sépare des aires d'influence respectives de Tarbes, de Pau ou de Bayonne, soit un parti et un découpage qui, en dehors du cas de Lannemezan, ne paraît pas toujours fondé. C'est d'ailleurs en fonction de ce principe assez légitime de regroupement régional de certaines Z.P.I.U. que naît l'impression d’une grande homogénéité de l'armature urbaine aturienne. Sur ces bases, si l’on considère l’ensemble formé par les Hautes-Pyrénées (Tarbes, Lourdes, Lannemezan), le Béarn et la Soule (Pau, Lacq-Orthez, Oloron-Mauléon), l’agglomération bayonnaise (y compris le Sud-Ouest des Landes) et les Landes (Mont-de-Marsan et Dax) : le Béarn et le grand Bayonne sortent du lot avec, pour chacun, 30 % à peu près de tous les établissements de services. Les Hautes-Pyrénées quant à elles en comptent 20 % et les deux agglomérations landaises 18 % (pour les services généraux, moins pour les services spécialisés). Il y a donc, au total, dans les Pays de l’Adour, moins de polarités urbaines différentielles qu’à l’échelle de l’Aquitaine. Assez curieusement, par une sorte d’effet scalaire déformant, la puissance de Pau, vue des Pays de l'Adour, paraît a priori beaucoup moins évidente que lorsqu'on mesure les phénomènes à l’aune de l'Aquitaine. Toutefois, malgré cette harmonie apparente des Pays de l'Adour, la structure qualitative des services favorise tout de même les grosses agglomérations (et Pau, notamment, eu égard à Bayonne) par rapport aux petites. Les Z.P.I.U. de faible taille enregistrent une croissance relative des branches les plus banales (la location ou crédit-bail immobilier par exemple) et témoignent d'un effacement des activités de conseils et d’études.

66Les clivages entre Z.P.I.U. de plus ou moins grande force de gravité s'expriment donc surtout, à l'échelle des Pays de l'Adour, par la structure des services qu'elles accueillent. Ainsi le net déficit des activités d'études et de conseils dans les petits centres est très significatif d'une branche principalement regroupée dans des unités urbaines de taille suffisamment importante, où les économies d’échelles comme la recherche de contacts personnels (milieux d’affaires) sont perçus comme des éléments déterminants.

Tableau 12 - Les établissements de services marchands aux entreprises dans les dix Z.P.I.U. des Pays de l'Adour

Image

Figure 4 : SERVICES MARCHANDS AUX ENTREPRISES AU 01/04/90 DANS LES DIX Z.P.I.U. DES PAYS DE L'ADOUR

Image

67Le poste 77 de la NAP 100 (activités d'études, de conseils et d'organisation destinées aux entreprises) présente donc, dans le cadre de notre étude, l'intérêt d'offrir une forte corrélation avec le degré d'urbanisation. Il se développe en effet plus facilement dans les trois grands centres urbains (Pau, Bayonne, Tarbes) que dans les Z.P.I.U. de taille plus restreinte. C'est d'ailleurs à ce titre, dans la perspective d'une analyse des hiérarchies et des réseaux urbains, que nous nous intéressons à cette branche du secteur tertiaire, souvent considérée comme noble en raison de son exigence d'une solide qualification du personnel qu'elle emploie (cf. tableau 13).

68Au total, si Bayonne dispose du premier effectif de sociétés de services des Pays de l'Adour, cet avantage par rapport à Pau disparaît quand on considère les activités d'études et de conseils. Disposant de 592 sociétés de moins sur l'ensemble des services par rapport à sa concurrente, Pau occupe la première place sur ce poste stratégique avec un léger avantage de 50 unités. Mais outre cet aspect, il est bon d'insister sur un autre caractère structurel : Pau dispose des établissements les plus importants par leur taille, 82 sociétés de plus de 10 salariés contre 51 pour Bayonne. Une analyse plus fine nous apprend qu’il existe un nombre à peu près équivalent de sociétés de 10 à 49 salariés sur les deux sites (38 à Pau contre 31 à Bayonne), tandis que l’avantage palois se creuse pour les sociétés de 50 à 99 salariés (36 contre 14) et de plus de 100 salariés (8 contre 5). Nous retrouvons là, d'ailleurs, l'une des différences principales des tissus industriels béarnais et basque : à savoir la taille relativement plus importante des établissements béarnais en regard de celle de leurs voisins occidentaux.

69L'histoire industrielle des deux agglomérations est à l'origine de cette différence. Aux environs de Pau, l'exploitation gazière de Lacq a suscité, dans les années 60, la création de sociétés de services, transférées rapidement à Pau en raison des avantages du site et d'un environnement urbain plus favorable. Cet essor de Lacq, associé à celui de la construction aéronautique (Turboméca dressait alors son siège social à Bordes), conduisit à une délocalisation de bureaux d'études parisiens à la recherche de nouveaux débouchés provinciaux. Nous les rencontrons aujourd’hui dans le poste 7701 de la NAP (17 bureaux d'études techniques de plus de 10 salariés, dont 10 de plus de 50 salariés, contre 7 pour Bayonne, avec un seul de plus de 50 salariés). Ajoutons que le développement de l'Université et de divers pôles palois de recherche a conduit à une amélioration de la qualité de l'environnement industriel et a contribué au développement d'autres activités nobles du secteur tertiaire, surtout dans le conseil et les études. L'avantage palois dans le domaine des études informatiques paraît significatif de ce poids du passé, alors que Bayonne dispose pourtant aujourd’hui de deux atouts majeurs : la Société d'Etudes informatiques et l'i.d.l.s.

70L'agglomération paloise se flatte d'un avantage dans le domaine des cabinets d'expertise comptable et de conseils juridiques, mais aussi dans les postes des services divers rendus aux entreprises, des sociétés d'intérim et des travaux à façons. Il s'agit dans tous les cas d'une offre de services directement liée à la présence d'un tissu industriel de P.M.E.-P.M.I. plus puissant que celui du district du B.A.B. (Bayonne, Anglet, Biarritz).

Tableau 13 - Répartition des établissements d'activités d'études et de conseils dans les dix Z.P.I.U. des Pays de l'Adour

Image

Tableau 13 - Répartition des établissements d’activités d'études et de conseils dans les dix Z.P.I.U. des Pays de l'Adour (suite)

Image

71A l'inverse, Bayonne affiche un meilleur bilan dans les activités de création publicitaire (66 contre 53 pour Pau) et les cabinets d'architectes et de géomètres. La forte croissance du secteur de la construction et du B.T.P. explique cette meilleure position des deux derniers postes. De même, l’image plus "branchée" de la Côte basque attire le monde de la publicité. A l'occasion de notre enquête sur les services palois, le cabinet publicitaire ysa soulignait le manque d'esprit créatif qui règnerait à Pau.

72La prise en compte, dans le cadre géographique des Pays de l'Adour, des coefficients de spécialisation qui caractérisent chaque Z.P.I.U. devrait maintenant nous permettre d'affiner notre représentation du modèle de gravité des centres urbains qui structurent cet espace.

c) Armature urbaine aturienne et coefficients de spécialisation des services marchands aux entreprises (tableau 14)

73Appliquée aux données SIRENE de 1990 pour les dix Z.P.I.U. des Pays de l'Adour, la méthode des coefficients de spécialisation, encore appelés quotients de localisation, bouscule quelque peu les résultats que nous venons d'exposer.

74Les zones d'emploi des grandes agglomérations urbaines campent les meilleurs profils de spécialisation. Sur un ensemble de 44 postes couvrant notre domaine au sein de la NAP 600, Pau s’enorgueillit de 28 coefficients supérieurs à 1, Tarbes de 22, Mont-de-Marsan de 21, Bayonne de 18, mais Dax de 4 seulement. A l'opposé, les zones de taille plus réduite accumulent plus de déficiences relatives que de spécialisations. La Z.P.I.U. de Lacq-Orthez ne compte que 15 spécialisations, celles de Lannemezan et d'Oloron-Mauléon 13, la zone de Lourdes comme celle de Dax 4...

75On notera que les coefficients de spécialisation, outre qu'ils mettent nettement en relief l'ensemble béarno-bigourdan et le pôle montois, soulignent très clairement les déficiences structurelles de l'axe Dax-Bayonne.

76En conséquence, la répartition des services marchands aux entreprises, observée à travers le prisme des coefficients de spécialisation, met en exergue l'agglomération paloise et souligne le poids relatif cumulé d'une nébuleuse urbaine en gestation — futur réseau de villes — s'étendant d’Orthez et d’Oloron jusqu'à Tarbes et Lourdes. Mais plus significative encore pour notre démonstration s’avère la forte prépondérance paloise, à l'échelle aturienne, dans la branche des sociétés de conseils et d'études : cette meilleure spécialisation concerne les études techniques, les conseils économiques, les études informatiques, les cabinets d'expertise comptable et d'analyse financière, les travaux divers à façon et les prestations temporaires de personnel, les divers services rendus aux entreprises, les ordres et syndicats professionnels. Au total, sur les 15 postes de la branche activités d'études et de conseils que comporte la NAP 600, Pau affiche le meilleur coefficient de spécialisation de toutes les Z.P.I.U. des Pays de l'Adour à dix reprises. Face à Tarbes et à Bayonne, dans cette branche, Pau n'est en retrait qu'à trois reprises et l'emporte au contraire pour 12 postes. Il manque à Pau, dans ces domaines, des entreprises informatiques réalisant le travail à façon, des cabinets de géomètres et de métreurs, des services de création publicitaire (ces derniers figurant, comme on l'a vu, à Bayonne et non à Tarbes). Quant aux laboratoires de recherche, ils occupent à Pau une place tout à fait unique dans le contexte des Pays de l'Adour. Sur ce poste, le coefficient de spécialisation palois s'élève en effet à 2,02, contre respectivement 0,55 et 0,29 à Tarbes et à Bayonne. Cependant, compte tenu de la faiblesse relative des effectifs (6 laboratoires à Pau, 1 seul à Tarbes et à Bayonne), il serait exagéré d'affirmer que Pau constitue un pôle scientifique puissant, même si ces données n'en sont pas moins révélatrices d'une meilleure articulation entre l'industrie et la recherche dans l'agglomération paloise.

Tableau 14 - Coefficients de spécialisation des services marchands aux entreprises (NAP 600) dans les Z.P.I.U. des Pays de l'Adour

Image

Tableau 14 - Coefficients de spécialisation des services marchands aux entreprises (NAP 600) dans les Z.P.I.U. des Pays de l'Adour (suite)

Image

Tableau 14 - Coefficients de spécialisation des services marchands aux entreprises (NAP 600) dans les Z.P.I.U. des Pays de l'Adour (suite)

Image

Tableau 14 - Coefficients de spécialisation des services marchands aux entreprises (NAP 600) dans les Z.P.I.U. des Pays de l'Adour (suite)

Image

Tableau 14 - Coefficients de spécialisation des services marchands aux entreprises (NAP 600) dans les Z.P.I.U. des Pays de l'Adour (suite)

Image

Tableau 14 - Coefficients de spécialisation des services marchands aux entreprises (NAP 600) dans les Z.P.I.U. des Pays de l'Adour (fin)

Image

77En conclusion, plusieurs indications ressortent de cette étude des données du fichier SIRENE concernant les établissements de services aux entreprises dans les Z.P.I.U. des Pays de l'Adour, traitées par la méthode des coefficients de spécialisation.

78L'on est frappé, en premier lieu, par l'étonnante croissance globale de ces services et par la percée spectaculaire qu'effectue l'agglomération bayonnaise, y compris dans les domaines les plus nobles et les plus stratégiques (études et conseils, organisation) de ce secteur. Elle annonce à notre sens l'irrémédiable avènement d'une micro-région économique autour de Bayonne, à cheval sur les Pyrénées-Atlantiques et sur les Landes.

79En conséquence, l'hégémonie paloise sur les Pays de l'Adour (a-t-elle jamais vraiment existé ?) semble remise en cause, même si en termes qualitatifs les services aux entreprises de l'agglomération de Pau conservent toujours une bonne avance sur leurs concurrents aturiens (cf. figures 5, 6 et 7).

80De plus, si l'on dépasse les strictes frontières de la Z.P.I.U. de Pau, il existe, dans une vaste zone s'étendant d'Orthez (à l'ouest) jusqu'à Tarbes et Lourdes (à l'est), un gros potentiel de services marchands aux entreprises qui regroupe la moitié environ des établissements des Pays de l'Adour, mais les plus puissants et les plus spécialisés. Cette nébuleuse urbaine, encore très ouverte et très aérée, préfigure peut-être l'émergence d'une agglomération multipolaire, d'une petite région urbaine, susceptible d'équilibrer et de relayer, au pied des Pyrénées, les influences bordelaise et toulousaine.

81Les différentes conclusions que l'on peut tirer à ce niveau de notre étude reposent sur une représentation statique et figée (même si nous avons fait appel à des éléments d'évolution chronologique) des agglomérations urbaines considérées en fonction de leur potentiel d'activités de services aux entreprises. Sans espérer, dans le cadre limité de cet ouvrage, parvenir à une approche des rapports interurbains qui nous révèlerait l'esquisse d'un fonctionnement en réseau, l'on peut tenter, en s'appuyant sur les enquêtes auprès de l'offre et de la demande de services dont nous avons exposé plus haut la méthode, de vérifier un certain nombre d’articulations hiérarchiques entre les niveaux de villes quelque peu formels que nous avons jusqu'à présent distingués. C’est dans ce but que nous analyserons, successivement, le paysage et le rayonnement de l'offre des services à partir des agglomérations de Pau et de Bayonne, puis la nature et la géographie de la demande dans les limites du Béarn.

Figure 5 : COEFFICIENTS DE SPECIALISATION DES ACTIVITES DANS LES Z.P.I.U. DES PAYS DE L'ADOUR : L'EXEMPLE DES CABINETS D'ETUDES TECHNIQUES

Image

Figure 6 : COEFFICIENTS DE SPECIALISATION DES ACTIVITES DANS LES Z.P.I.U. DES PAYS DE L'ADOUR : L'EXEMPLE DES SOCIETES D'ETUDES INFORMATIQUES

Image

Figure 7 : COEFFICIENTS DE SPECIALISATION DES ACTIVITES DANS LES Z.P.I.U. DES PAYS DE L'ADOUR : L'EXEMPLE DES CREATEURS PUBLICITAIRES

Image

Notes

1 NAP signifiant : Nomenclature des Activités Professionnelles.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search