Version classiqueVersion mobile

La ville moyenne dans sa région

 | 
Guy Di Méo
, 
Franck Guérit

Introduction

Texte intégral

1C'est au milieu des années 1960 que la notion de schéma d'armature urbaine de l'Aquitaine s'impose tant dans les milieux universitaires (Lajugie, 1963, Baratra, 1966) de la recherche que dans ceux de l'administration et du pouvoir régional naissant, à la fois comme représentation des rapports entre les villes et comme volonté d'aménagement régional. A vrai dire, l'idée d'un tel réseau surgit à une époque qui marque conjointement, en France, l'émergence de la région — délimitation des circonscriptions d'action régionale en 1960, mise en place des Préfets de Région et des Commissions de développement économique régional en 1964 — et celle du concept de réseau urbain. Or celui-ci met en exergue les fonctions de "métropole d'équilibre", de "centre régional de plein exercice" et de "centre à fonction régionale incomplète", dans un souci de reéquilibrage de l'espace national confronté à l’écrasante domination parisienne. Ph. Aydalot a fort bien perçu que cette nouvelle grille de lecture (le schéma d'armature urbaine ou réseau urbain régionalisé) s'inscrivait dans un paradigme tout à fait spécifique des années 1960, profondément imprégné par une théorie des pôles de croissance qui ramenait alors l'essentiel des processus de dynamique spatiale aux phénomènes de polarisation et de domination : "des théories toutes nouvelles (venaient) donc compléter et remplacer le modèle commercial issu de l'observation des relations villes-campagnes caractéristiques de l'avant-guerre" (Aydalot, 1985).

2Ainsi, au moment où la DATAR s'installait, où la politique dominante en matière d'aménagement du territoire reposait sur la logique des métropoles d'équilibre, le schéma d'armature urbaine qu'une volonté régionale toute neuve (en fait la mission régionale et la Préfecture de Région) proposait pour l’Aquitaine, s'articulait autour de cinq niveaux hiérarchisés : une capitale ou métropole régionale (Bordeaux), une sous-capitale (ou sous-métropole) régionale (Pau), trois centres principaux (Agen, Périgueux, Bayonne), huit centres secondaires (Mont-de-Marsan, Dax, Libourne, Arcachon, Bergerac, Villeneuve-sur-Lot, Sarlat, Marmande) et neuf petits centres relais (Langon, Pauillac, Blaye, Orthez, Aire-sur-l'Adour, Oloron-Sainte-Marie, Sainte-Foy-la-Grande, Biscarrosse et Fumel). Cette construction-représentation, toujours vivace, d'un tel réseau urbain de l'Aquitaine repose sur plusieurs hypothèses. La première consiste à affirmer qu'il existe une hiérarchie de biens et de services correspondant à une hiérarchie de villes qui les distribuent. Tandis que les petits centres relais dispensent des biens et des services relativement courants, à l'intérieur d'aires micro-régionales dont le rayon n'excède guère une vingtaine de kilomètres, la métropole régionale fournit à l'ensemble de l'Aquitaine (ou presque, cf. le rôle de Pau) les prestations les plus rares, sans négliger, bien entendu, une desserte plus banale à l'intérieur d'un rayon plus court centré sur Bordeaux.

3Cependant, à une époque où les industries de hautes technologies et un secteur tertiaire de services de plus en plus déconnectés des contraintes spatiales constituent la plus grosse part des créations d'emplois, peut-on encore raisonner sur les bases d'une corrélation entre le niveau hiérarchique des villes et la nature des biens ou des services qu’elles diffusent ? Dans la mesure où les nouvelles activités n’obéissent plus guère aux "économies d’échelles", nombre de localisations d’antan, y compris dans les villes des niveaux hiérarchiques supérieurs, se trouvent disqualifiées. En revanche, des centres urbains de rang inférieur "jouent désormais dans la cour des grands", à la condition de se brancher sur des réseaux dépassant les frontières de la région et de constituer un environnement favorable aux entreprises novatrices.

4L’emploi du terme "centres relais", voire la définition même d’un schéma hiérarchique infère une seconde hypothèse, celle de la circulation, de la diffusion fluide des hommes, des biens, des services, des idées, de l’information et de l'innovation. Dans le cas présent, le modèle implicitement retenu correspond à la figure de la "diffusion en cascade" dont A. Bailly (1978) nous fournit une bonne illustration lorsqu'il décrit de quelle façon la propagation de la mode vestimentaire s'effectue en descendant la hiérarchie urbaine, des centres de décision (métropoles) vers les centres régionaux, puis vers les petits centres et enfin les villages.

5Pour en venir au sujet concret de notre étude, à savoir la position réelle occupée par l’agglomération paloise dans un éventuel emboîtement de réseaux urbains qui s'inscriraient successivement aux échelles régionale (aturienne et aquitaine ?), nationale (française ?) et internationale, que doit-on penser de la validité des deux hypothèses sur lesquelles repose la thèse des réseaux hiérarchisés ? A priori, l'on est saisi par le doute... Comment imaginer en effet une liaison fonctionnelle solide et efficace entre la métropole bordelaise et la sous-capitale paloise, alors que l’histoire comme l’actualité des communications dans l’extrême Sud-Ouest de la France n'ont jamais beaucoup favorisé les relations entre Bordeaux et Pau. Au point, d'ailleurs, que les différences culturelles restent sensibles d'un bout à l'autre de l'Aquitaine. Ainsi, l’influence bordelaise s’épuise vite en marge du système fluvial Gironde-Garonne et à l'écart de la façade atlantique. Les liaisons de l'Aquitaine méridionale épousent plus volontiers la direction est-ouest du piémont pyrénéen (qui dessine, dans sa partie occidentale, l'esquisse incertaine des Pays de l'Adour) qu'un axe méridien encore bien virtuel. Il y a, en effet, quelque paradoxe à défendre l'idée d'une articulation de l'Aquitaine qui passerait par une liaison essentielle entre Bordeaux et Pau, alors qu'à l'orée des années 1990 aucune matérialisation de cet axe par un système moderne de communications rapides (le T.G.V. entre les deux villes reste relativement lent) n'a encore été décidée ; ce qui constitue d'ailleurs un fait unique, en France, concernant les deux plus grosses agglomérations urbaines d'une même région.

6Si le scepticisme nous envahit quand on s'interroge sur la consistance réelle d'une articulation régionale Bordeaux-Pau, il ne nous abandonne guère lorsqu'on examine l'ampleur bien réduite du rayonnement palois. Dans une étude déjà ancienne (Courade, 1968), consacrée à "la zone d'influence de Pau", l'auteur discerne une "zone d’influence prépondérante" de la ville qui inclut tout le Nord-Ouest du Béarn, la moyenne vallée du Gave de Pau entre Lacq, à l’ouest, et Espoey ou Boeil-Bezing, à l'est, puis se rétrécit au sud, dans la vallée d'Ossau ; soit au total quelques 144 communes, comprises dans 13 cantons. Il distingue ensuite une "zone d'influence diffuse" où tous les facteurs classiques de l'influence paloise se font encore sentir (collecte des produits agricoles, rayonnement des services, recrutement de main-d'œuvre, etc...), mais rencontrent la concurrence de villes comme Salies-de-Béarn, Oloron-Sainte-Marie, Orthez, Mauléon, Nay, Lourdes, Vic-en-Bigorre, Tarbes, Aire-sur-l'Adour. Selon G. Courade, cette "zone d'influence diffuse" engloberait le Béarn et la Soule (aujourd’hui ce serait sans doute moins vrai pour celle-ci), ainsi que quelques communes de la Moyenne Chalosse, du Tursan et du Sud-Ouest du Gers, au nord. Le canton de Montaner (à l'est) échapperait à l'emprise paloise, tandis que quelques communes bigourdanes en dépendraient (Saint-Pé-de-Bigorre, par exemple). Au fil des années, il semblerait même que l'aire d'attraction et d'animation de Pau ait eu quelque tendance à se réduire. C'est du moins ce qui ressort d'une comparaison entre l'enquête menée par A. Piatier (1960) et celle qui fut effectuée par les chercheurs de l'I.E.R.S.O. en 1975. Cl. Lacour (Lacour, Baratra, Puissant, 1976) note à ce propos qu’en Aquitaine, "le cas de Pau est particulier : sa zone paraît se réduire globalement, mais en faisant apparaître un phénomène très intéressant..., l'attirance des chefs-lieux de cantons vers la ville et la non ou faible attraction des communes". Un peu comme si la zone de Pau, seule dans ce cas avec celle de Marmande, enregistrait"une répartition spatiale plus valable (au sens de plus homogène et plus hiérarchisée) de ses activités" que le reste de l'Aquitaine. Pourtant, au-delà de ces variations de détail, le schéma d'armature urbaine, représenté comme un modèle de gravitation constitué par cinq niveaux de centres (voir plus haut), frappe par son étonnante stabilité depuis les années 1960, c'est-à-dire depuis que la lecture scientifique et la volonté politique ont tenté de l’instaurer en tant que réalité inscrite dans l'espace régional. L'étude menée par Cl. Lacour et S. Puissant (1985) sur la période 1968-1982, que l'on prolongera à l'aide des statistiques du recensement de la population de 1990 (unités urbaines), est de ce point de vue tout à fait éloquente. Entre 1962 et 1990, le poids démographique relatif des cinq niveaux de villes ne change pratiquement pas, au détail près que celui de la capitale régionale et, secondairement, de la sous-capitale n'ont cessé de s'affirmer (49,3 % en 1990 pour la première, 9,7 % pour la seconde) aux dépens des petits centres relais du type d'Orthez, d'Oloron-Sainte-Marie et d'Aire-sur-l'Adour, dans l'environnement palois (cf. tableau 1).

7Ceci dit, la période 1982-1990 introduit des changements flagrants dans le rythme d'évolution démographique comparatif des niveaux urbains de l'Aquitaine (cf. tableau 2). Pour la première fois depuis trente ans, le taux de croissance de la métropole régionale devance largement celui des autres niveaux du schéma aquitain, avec + 7,1 % de croissance globale sur la période 1982-1990, contre + 4,6 % pour l’ensemble des centres principaux (Bayonne, Agen, Périgueux), + 4,3 % pour les centres secondaires (Mont-de-Marsan, Dax, Villeneuve-sur-Lot, Marmande, Arcachon, Libourne, Bergerac, Sarlat), mais + 2,6 % seulement pour Pau et même un recul de - 1,5 % pour les petits centres relais régionaux. Ainsi, en termes démographiques, le pôle palois perd du terrain sur la métropole régionale depuis dix ans.

8Ce bilan souligne l'échec (relatif) des tentatives de rééquilibrage des villes au sein du réseau urbain régional : objectif que la politique d'aménagement s'était fixée pour mission. Désormais, l'agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz, que le schéma d'armature urbaine classait en troisième niveau, parmi les centres principaux, tend même à dépasser, en poids démographique, sa concurrente paloise (9,8 %, en 1990, de la population totale des unités urbaines du schéma). Dans ce contexte, l'essoufflement palois, confirmé par un solde migratoire négatif sur la période 1982-1990 (- 834 habitants), alors que l'agglomération bordelaise gagne par le jeu des mouvements migratoires près de 22 500 personnes, indique incontestablement que la soi-disant sous-capitale n'a guère bénéficié d'effets incitatifs convaincants, susceptibles de confirmer la position ambitieuse que la thèse du schéma d'armature urbaine lui conférait au début des années 1960.

9Finalement, quel que soit le côté arbitraire d'une délimitation des frontières —jamais réelles et vraiment appréciables — de l'aire d'attraction paloise, celles-ci traduisent surtout, pour l'essentiel, l’action polarisante d'un gros centre de rang secondaire (sous-métropolitain) qui cherche son second souffle après le boom économique — et démographique — que l'exploitation du gaz naturel provoqua de 1957 à 1975. Pourtant, s'interrogeait déjà G. Courade à la fin des années 1960, "sur le plan institutionnel, voire économique, Pau n'a-t-elle pas des attributs qui lui permettraient de rayonner au-delà ?" Il ne répondait à cette question que par une affirmation prudente, notant que si "la zone d'influence paloise tend à engloutir la totalité des Pays de l'Adour et à créer ainsi une unité régionale" (unité reconnue équivalente à la région niçoise par M. Rochefort, dans les travaux qu'il réalisa, en 1963, pour le Commissariat général au Plan), elle s'étend difficilement aux aires aturiennes périphériques largement dominées par Tarbes et par Bayonne (villes, remarquait-il, qui n'établissent guère de liens naturels avec Pau), secondairement par Dax et par Mont-de-Marsan... Ce constat augurait mal de la prise et du durcissement d'un ciment aturien à partir de Pau, ville phare des Pays de l'Adour et sous-capitale de l'Aquitaine dont l'impulsion, largement inspirée et nourrie par Bordeaux, aurait été relayée à l'est par Tarbes et à l'ouest par Bayonne.

Tableau 1 - Poids démographique relatif des unités urbaines du schéma d'armature urbaine aquitain

Tableau 1 - Poids démographique relatif des unités urbaines du schéma d'armature urbaine aquitain

Tableau 1 - Poids démographique relatif des unités urbaines du schéma d'armature urbaine aquitain (suite)

Tableau 1 - Poids démographique relatif des unités urbaines du schéma d'armature urbaine aquitain (suite)

Sources : INSEE et LACOUR (Cl.), PUISSANT (S.), (1985).

Tableau 2 - Taux d'accroissement démographique des composantes hiérarchiques du schéma d'armature urbaine aquitain

Tableau 2 - Taux d'accroissement démographique des composantes hiérarchiques du schéma d'armature urbaine aquitain

Sources : INSEE et LACOUR (Cl.), PUISSANT (S.), (1985).

10Ainsi se construisit une image ambiguë de la fonction régionale de Pau, d'une part sous-métropole de l'Aquitaine diffusant avec mauvaise grâce les influx d'une capitale bordelaise imbue de sa puissance et de son pouvoir, visant plus à dominer qu'à partager et qu’à développer, d'autre part métropole contestée de Pays de l'Adour quelque peu mythiques, curieusement à cheval sur l'Aquitaine et sur Midi-Pyrénées, victimes d'une situation doublement périphérique, par rapport à Bordeaux et par rapport à Toulouse.

11En définitive, aujourd'hui, comment se comporte Pau confrontée à ces deux métropoles ? Quelle zone d'influence dessine-t-elle entre sa voisine, Tarbes, et Bayonne plus lointaine ? Parvient-elle à fédérer autour d'elle un espace ressemblant de près ou de loin aux Pays de l'Adour ? Par ailleurs, joue-t-elle réellement ce rôle de sous-capitale régionale que la vision aménagiste des années 1960 lui avait assigné ? Dans ce cas, est-on passé d'une région Aquitaine dominée par une métropole écrasante (Bordeaux) à un système urbain plus équilibré ?

12A ce niveau de notre réflexion, il est indispensable de remettre en question les fondements théoriques qui président à la représentation des armatures régionales sous la forme de réseaux urbains strictement hiérarchisés (Gregory, 1978). A l'heure où les villes tendent à se gérer comme des entreprises, à se doter d'images identitaires fortes, au moment où elles s'efforcent de proposer des cadres de vie et de travail suffisamment attrayants pour capter de nouvelles activités, de préférence à hautes technologies, porteuses de développement, de richesse et d'emploi, la logique des hiérarchies de taille, obéissant aux lois de la gravité fonctionne-t-elle toujours ? R. Brunet (1990) qui rejette pour partie ce point de vue distingue deux types de cités : celles qui par leur taille et leur histoire sont appelées à exercer un contrôle administratif et politique, celles qui par leur dynamisme, leur ingéniosité et leur capacité novatrice (ce ne sont pas forcément les mêmes) orchestrent le changement et la nouvelle croissance économiques, en s'appuyant, notamment, sur des ressorts d'ordres environnemental et culturel. Bref, dans ces conditions, ne faut-il pas envisager une autre théorie des rapports entre les villes, moins hiérarchique que naguère, moins centrée sur des valeurs acquises — historiques —, autorisant l'émergence de nouveaux pôles de croissance susceptibles de dynamiser les réseaux dont la recherche et la volonté d’aménagement des années 1960, inspirées par la théorie des lieux centraux de Christaller, ont figé la structure. En somme, ne convient-il pas de proposer une nouvelle lecture du rapport entre les villes : "post-moderne" au sens de caractérisé par plus de segmentation et d'autonomie, plus d'invention et de fonctionnement global, plus de liberté au niveau des éléments qui forment le tout (Harvey, 1989 ; Soja, 1989).

13Il ne faut pas occulter que la théorie des réseaux hiérarchiques demeure une représentation savante que l'on ne saurait raisonnablement assimiler à une vérité intangible. J. Dumas (1986) rappelle justement que "la réflexion sur le réseau urbain ordonne, classe, définit l'espace et (du coup) provoque l'inquiétude, comme si le fait de désigner était susceptible de mobiliser systématiquement les interventions de l'Etat en les proportionnant aux fonctions urbaines". Le danger réside peut-être dans ce passage quasi automatique de la représentation technocratique à la volonté politique qui produit l'espace et les rapports spatiaux. Pour lutter contre un tel risque, la Commission de développement économique régional avait, dans un avis du 05/02/1966, approuvé les conclusions du rapport préfectoral qui préconisait "le développement parallèle de Bordeaux et des villes principales de la région", tout en attirant l'attention "sur le danger qu'il y aurait à promouvoir une politique tendant à renforcer uniquement la métropole régionale, en négligeant le développement des autres villes principales, ce qui aurait pour conséquence — ajoutait-elle — de créer au niveau régional un déséquilibre comparable à celui constaté au niveau national". Ultérieurement, à partir des années 1970, les tentatives de rééquilibrage seront successivement matérialisées, à l'instigation de l'Etat, par la politique des contrats de villes moyennes (nationaux puis régionaux), puis par celle, plus ruraliste, des contrats de pays, sans oublier leurs substituts plus récents et les nouvelles mesures visant à favoriser le développement régional qui figurent dans les deux derniers contrats de plan Etat-Région (IXème et Xème Plans). On peut certes voir dans ces mesures la lutte contre les dangers d'une polarisation régionale excessive, ou plutôt la réaction contre la dévitalisation d'une région à l'ombre de sa métropole, "le double effet d'une dynamique propre au Conseil Régional constitué d'élus territoriaux et de la crise économique qui renforce progressivement la pression sociale locale" (Dumas, 1986). On peut y lire également le doute des élus régionaux devant l'exaspération des formes de croissance inégale, mais aussi les dysfonctionnements patents qui résultent de l'application, dans le cadre de l'aménagement régional, de la théorie du réseau hiérarchique (construction de l'esprit plus que réalité des années 1960 ?). Ne vaut-il pas mieux, dans le nouveau paradigme des années 1980-1990, lui substituer une théorie pratique des articulations fonctionnelles concrètes entre les villes, entre les cités et leur environnement, qui abandonne — ou mette entre parenthèses — le postulat de la gravitation universelle et systématique — transfert de concept peut-être excessif de l'astrophysique à la géographie et à la science régionale. Dans ces conditions, la théorie des rapports hiérarchiques, fondée sur l'axiome d'une mécanique automatique et raisonnée régulant les rapports spatiaux, s'effacerait devant celle des émergences urbaines — plus ou moins spontanées — nourries par la créativité, la dynamique de l'innovation, les vertus de l'environnement et les associations librement consenties et contractées : réseaux de villes par exemple...

14Dans le cadre de cette petite révolution épistémologique, le développement et les fonctions de Pau s'observeraient sous un jour nouveau : celui du pôle d'activités pétrolières aux technologies performantes qui inscrit la ville dans un réseau mondial de spécialité ; celui d'une agglomération longtemps mieux reliée à Paris (par l'avion) qu'à Bordeaux, attirée par le pôle toulousain (effet de gravitation sélective), qui n'établit que des relations obligées, administratives, avec Bordeaux ; celui d'une ville jardin, entre la nature pyrénéenne et l'océan, aux portes de la péninsule ibérique, capable de jouer une remarquable carte de situation... Bref, autant de thèmes qui la démarquent d'un réseau urbain aquitain étroit et exclusif dont la preuve de l'existence n’a d’ailleurs jamais été faite, en dehors du passage obligé par les circuits administratifs bordelais. Dès lors, qu'en est-il de la pertinence des concepts de polarisation, de hiérarchie et de réseau pour rendre compte de l'évolution des villes et des agglomérations, de celle de Pau en l'occurrence ? Ainsi se boucle notre questionnement. Partant de l'interrogation sur la place réelle, en Aquitaine et dans le Sud-Ouest, d'une agglomération sans doute un peu vite qualifiée, dans les années 1960, du terme ambigu de "sous-capitale" régionale, il aboutit à la remise en cause du concept de réseau hiérarchique en tant que grille d'analyse exclusive des destinées urbaines actuelles, comme de la réalité du rapport qui s'établit de nos jours entre les villes. Il réhabilite un certain individualisme de la cité qui participe désormais à de multiples réseaux, résolument sectoriels et d'échelles très variées ; qui se dégage en quelque sorte de la tyrannie des rapports de forces strictement pyramidaux, régionaux ou nationaux. Au total, le concept théorique de réseau urbain nous paraît justiciable d'une sérieuse révision phénoménologique, d'une véritable réduction eidétique au sens de Husserl (1950).

15Reste la méthode à mettre en œuvre pour tenter de répondre à ces questions. Celle que nous avons retenue est des plus pragmatiques, puisqu'elle repose sur l'analyse d'un critère majeur : celui de la production, de la diffusion et de la consommation des services marchands aux entreprises, à partir d'une ville et d'un espace régional. Nous reviendrons, dans notre premier chapitre, sur la définition de ce type de services, précisons simplement ici qu'il s'agit aujourd’hui des formes d'activités urbaines les plus dynamiques et les plus novatrices, mêlant fonctions industrielles et tertiaires, s'ouvrant aux innovations technologiques et scientifiques les plus pointues, comme aux ressources les plus avancées des sciences humaines. A ces différents titres, l’étude de la distribution spatiale des services marchands aux entreprises constitue un test irremplaçable du dynamisme et de la créativité des fonctions urbaines. Elle nous laisse entrevoir la réalité contemporaine, mais aussi les perspectives d'évolution du rayonnement des villes et de leur raccord à de vastes réseaux. Après avoir exposé plus longuement notre méthode et évalué la position de Pau en Aquitaine (que nous comparerons à celles des autres agglomérations régionales), dans le domaine de la production des services marchands aux entreprises, nous analyserons successivement la portée géographique comparée des services fournis par les entreprises paloises et bayonnaises, puis l'étendue du recours de la clientèle régionale, celle de la zone d'influence de Pau pour la consommation des services marchands. En permanence, nous nous efforcerons de déterminer la façon dont se place Pau sur un marché des services aux entreprises que nous jugeons déterminant pour la double évaluation des dynamiques urbaines et du rayonnement qu'exercent les villes dans l'espace géographique.

16Dans un dernier chapitre consacré à l'étude de la formation et des caractères du pôle d'activités pétrolières et parapétrolières palois, nous tenterons de mesurer si le développement d'une fonction spécifique, sectorielle, d'envergure internationale et d'intérêt économique supérieur, a quelque chance d'extraire la ville moyenne de sa destinée régionale et de l'inscrire dans un réseau mondial d'interéchanges et d'innovation technologique, de la hisser au plus haut rang des instances décisionnelles.

17Ainsi cette étude évolue sur la frontière étroite qui sépare l'ordre hiérarchique des villes et les formes, les tentatives toujours aléatoires (liées à la production d'images, à une soif d'innovation et de communication, à une volonté politique tenace, à des acteurs de talent exceptionnel...) de son dépassement.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Poids démographique relatif des unités urbaines du schéma d'armature urbaine aquitain
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Tableau 1 - Poids démographique relatif des unités urbaines du schéma d'armature urbaine aquitain (suite)
Légende Sources : INSEE et LACOUR (Cl.), PUISSANT (S.), (1985).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Tableau 2 - Taux d'accroissement démographique des composantes hiérarchiques du schéma d'armature urbaine aquitain
Légende Sources : INSEE et LACOUR (Cl.), PUISSANT (S.), (1985).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15210/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search