Version classiqueVersion mobile

La zone d’influence métropolisée de Bordeaux

 | 
Françoise Rollan

6. Géographie de la zone d'influence metropolisée

Texte intégral

1Les analyses effectuées avaient pour objectif la délimitation précise de l'extension de la métropole bordelaise. Le but était de vérifier si les zones d'emploi telles qu'elles ont été définies en 1984 par l'INSEE et la DRTE pouvaient permettre de réaliser cet objectif. Elles ont en partie atteint leur but, mais l'évolution est si rapide que déjà, la carte 13 montre que l’Arcachonnais tout entier, une grande partie du Médoc, une part non négligeable du Cubzacais et du Libournais pourraient être englobés dans la zone centrale. La classification obtenue, moins rigide, permet de suivre cette évolution.

1. UNE DENSIFICATION DES ACTIVITÉS AUTOUR DE LA MÉTROPOLE

2Un tableau récapitulatif des principales données utilisées (tableau 10) doit nous aider à affiner l'interprétation des classes.

3Pour la classification de 1982, si les superficies de chaque catégorie sont reportées aux superficies totales autorisées de chaque classe, on s'aperçoit que la part des surfaces hors-œuvre autorisées pour l'usage agricole, augmente de façon considérable de 2 % à 84 % de la classe 1 à la classe 6 en passant à 47,1 % dans la classe 4. A l'inverse la part de toutes les autres superficies décroit de la classe 1 à la classe 6. Une exception cependant doit être notée : à cause de la décentralisation-délocalisation des activités industrielles les communes de la classe 1 ont moins bénéficié de superficies à usage industriel (16 %) que celles des classes 2 et 3 (respectivement 20,9 et 17,9 %), qui avaient de la place pour accueillir des entreprises, grosses consommatrices d'espace. Si la classe 5 a encore 12 % c'est à cause de l'artisanat installé en milieu rural. Dans les communes de la classe 6, ce taux tombe à 4,8 %, ce qui montre bien l'exclusivité des activités agricoles ou sylvicoles dans ces communes. Pour le stockage, la coupure est très nette au-delà de la classe 4. Le commerce est plutôt le privilège des zones les plus proches du centre à savoir des communes des classes 1, 2 et 3. Les bureaux sont essentiellement installés au centre (classe 1) et accessoirement dans les secteurs voisins (classe 2). Les superficies autorisées pour les autres activités sont bien développées dans les communes des quatre premières classes où elles représentent plus de 20 % des constructions, alors qu'elles tombent à 11,2 et 7,2 % pour les classes 5 et 6.

4Dans la classification de 1990, des changements sont intervenus. Au niveau des constructions à usage agricole, la part s'est fortement accrue pour les communes des classes 3, 4 et 5, la plus importante est obtenue pour la classe 5, avec 74,7 %, la classe 6 étant légèrement en dessous. Pour la classe 3, l'accroissement s'explique par le doublement des communes (47 en 1982, 99 en 1990), communes qui proviennent des anciennes classes 4 et 5 à fortes superficies agricoles autorisées. La classe 4 résulte de même d'un glissement des communes des classes 5 et parfois 6. De cette augmentation, il résulte une diminution relative des autres catégories de constructions (stockage, commerce et autres activités), dans ces mêmes classes. Cependant si les valeurs brutes sont examinées, les surfaces hors-œuvre autorisées pour l'usage agricole ont diminué dans les classes 4, 5 et 6.

5Pour l’industrie, la classe 2 a toujours le rapport le plus élevé, mais la classe 6 a gagné près de 4 %, qui proviennent du passage de quelques communes de la classe 5 à la classe 6. Globalement les superficies pour l'industrie ont augmenté dans les communes des classes 2 et 3, ce qui tend à rendre plus dense la tendance à la métropolisation. Pour le stockage, le même phénomène est observé pour les classes 2 et 3. La classe 6 a accru sa part de 5,4 %, en doublant ses superficies. Dans ce cas, il ne s'agit que de constructions à usage agricole. Les superficies autorisées pour le commerce et les bureaux sont négligeables pour les communes des classes 5 et 6. Par contre les superficies pour les bureaux ont presque quadruplé pour les communes de la classe 3.

6Le tableau 10 montre aussi, que le fossé se creuse entre les 3 premières classes et les 3 dernières : témoins les constructions réservées aux autres usages qui ont diminué entre 1982 et 1990. Les superficies totales autorisées des 3 premières classes représentent 89,8 % du total des autorisations.

  • 61 Hypers et Supers au 1er Janvier 1991 par départements, 1990.

7Le bilan des hypermarchés et des supermarchés ouverts depuis 1978 est intéressant à examiner61. En effet, si les hypermarchés et les supermarchés construits entre 1978 et 1990, sont mis en relation avec la classification des communes de 1990, il apparaît qu'aucune ouverture n'a eu lieu dans les communes des classes 4, 5 et 6, et que par contre les communes de la classe 3, qui avant 1978, ne possédaient ni hypermarchés ni supermarchés ont bénéficié de l'ouverture de 8 supermarchés, représentant 7 600 m2. Les communes de la classe 2, jusqu’alors sous-équipées ont vu s'ouvrir 103 000 m2, sur 73 sites, contre seulement un peu plus de 76 000 m2 dans celles de la classe 1. Au total ces ouvertures ont bénéficié à toutes les zones d'emploi. Hormis la zone de Bordeaux-centre qui a pris 52,7 % des superficies, les principales bénéficiaires sont la zone du Bassin d'Arcachon, celle du Libournais, celle du Cubzacais et le Médoc (plus de 7 % chacune). Ces données confirment bien la poussée de la métropolisation en direction de la côte, du Nord et de l'Est.

Tableau 10 - Comparaison des classes obtenues dans les classifications de 1982 et 1990 classification 1982

Tableau 10 - Comparaison des classes obtenues dans les classifications de 1982 et 1990 classification 1982

8L'évolution 1982-1990 laisse donc apparaître une densification de l'espace des activités autour du cœur de la métropole et notamment un espace totalement métropolisé entre Bordeaux et les 2 pôles annexes que sont Libourne et La Teste.

2. UNE METROPOLISATION ORIENTEE PAR LES AXES DE TRANSPORTS

9A ces données il faut superposer l'infrastructure routière et ferroviaire, car la carte des classes laisse par endroit apparaître des axes privilégiés selon lesquels se regroupent parfois les communes des classes 2, 3 et 4. Au Nord en direction du Médoc, l'empreinte de la métropole peut se suivre le long de la RN215 jusqu'à Gaillan et dessine même une avancée jusqu'à Hourtin et à Vendays. Au Nord toujours l'autoroute A10 et la RN10 ne sont pas étrangères au développement du Cubzacais et du Blayais. A l'Est, l'axe de la RN89, renforcé par la ligne SNCF Bordeaux-Coutras (8 trains, le matin au départ de Coutras, arrivent avant 9 heures à Bordeaux) permet à la métropole d'atteindre les limites du département. Au Sud-Est, le long de la Garonne le doublement de la RN113 par l'autoroute A62 a induit un développement continu jusqu'à Langon et même Bazas. Au Sud et à l'Ouest la présence d'un réseau dense d'axes routiers rapides (RN10, A63 et voie rapide Bordeaux-Arcachon, RN250, D106 améliorée), doublé de trains cadencés sur Arcachon, a fait basculer la zone d'emploi de l'Arcachonnais toute entière sous l'emprise de la métropole bordelaise, (les communes appartiennent essentiellement aux classes 1, 2 ou 3).

10Il est clair que la poussée des activités économiques vers le Sud-Ouest, l'Ouest (la côte) et le Nord-Ouest (Médoc) est l'élément fondamental du phénomène métropolisation, apparu depuis les dix dernières années. Les extensions vers le Nord-Est, l'Est et le Sud-Est bien que certaines, sont en cours de renforcement dans le Blayais, dans une zone entre Cubzacais et Libournais et le long de la Garonne. L'Entre-Deux-Mers n'est pas touché sauf sur ses marges garonnaises. C'est que celui-ci souffre de son enclavement, qui pourrait bien diminuer dès que la jonction rocade rive droite-rive gauche sera réalisée avec la construction du quatrième pont sur la Garonne.

Carte 14 - LA ZONE D’INFLUENCE METROPOLISEE DE BORDEAUX

Carte 14 - LA ZONE D’INFLUENCE METROPOLISEE DE BORDEAUX

Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B

11La carte 14 visualise plus précisément les limites de la zone d'influence métropolisée de Bordeaux. Deux niveaux peuvent être distingués.

12Le premier degré au centre et selon un axe Sud-Ouest-Nord-Est, marque la zone la plus fortement métropolisée. Celle-ci s'étale de la côte à la limite Nord-Est du département. Elle englobe les communes à l’intérieur d'une limite formée par Arcachon-La Teste, Salles, Belin-Beliet, Le Barp, Labrède, St-Caprais-de-Bordeaux, Sadirac, Créon, St-Genmain-du-Puch, Arveyres, St-Sulpice-de-Faleyrens, St-Emilion, Montagne, St-Médard-de-Guizières, Les Eglisottes, Coutras, St-Denis-de-Pile, Libourne, Fronsac, Izon, St-Loubès, St-André-de-Cubzac, Berson, Macau, Avensan, Castelnau-du-Médoc, Lanton, Arès et Lège-Cap Ferret.

13Un deuxième niveau, où l'emprise, bien que toujours forte, est moins pesante, prolonge la zone centrale. Au Nord, cette zone englobe presque tout le Médoc (jusqu'à Vendays-Montalivet). Au Sud, elle va jusqu’à Langon, remonte sur le plateau de l'Entre-Deux-Mers jusqu'à Targon. Dans le Libournais, elle inclut Lagorce, Galgon, Lugon-et-l'Ile-du-Carnay. Dans le Cubzacais-Blayais, elle entoure St-André-de-Cubzac et atteint Laruscade, St-André-de-Soudiac, St-Savin, St-Christoly-de-Blaye et Blaye.

14De cette carte il ressort que le positionnement des communes par rapport aux axes de transports rapides est fondamental pour le développement de la zone d'influence métropolisée et donc pour celui des activités, puisque l'étude montre clairement que l'un ne va pas sans l'autre. La métropolisation d'une région a un effet d'entrainement sur toute l'économie régionale. Les centres secondaires et les centres relais du schéma d'armature urbaine ainsi que ceux qui avaient émergé entre 1975 et 1982 et renforcé leur position démographique entre 1982 et 1990, se retrouvent dans la zone d'influence métropolisée. Le point le plus remarquable est sans aucun doute la métropolisation du Bassin d'Arcachon et la réalisation de ce fait, d'une zone continue de l'océan au cœur de la métropole.

3. DES ATOUTS POUR UNE METROPOLE EUROPEENNE EN DEVENIR

  • 62 Avis adopté par le CES, Rapport Fabre, 1991, p. 18.
  • 63 fabre, 1991, p. 43.

15Telle qu'elle se dessine, la carte de la zone d'influence métropolisée de Bordeaux va dans le sens des recommandations du Conseil Economique et Social qui demande aux maires de veiller à préserver, dans les schémas d’aménagement, à la fois les espaces interstitiels et l'identité du plus grand nombre de communes62. Une gestion rationnelle de l’espace est nécessaire à une métropole qui vise le label européen63. De ce point de vue, Bordeaux a justement pas mal d'atouts.

16La Gironde a la chance d’avoir de l'espace : les forêts même si elles sont grignotées demeurent encore un point fort du paysage. D'autre part, les vignobles (Médoc, Graves, St-Emilion, Pomerol), qui font partie du patrimoine historique de la France, apparaissent insensibles face à la croissance urbaine et à l'accélération du rythme des activités économiques.

17La croissance et la délocalisation des activités (qui étouffaient en centre-ville) s'organisent dans les zones artisanales et industrielles créées dans la plupart des villes et bourgs de plus de 3 000 habitants.

18Une opération d'envergure vient de se terminer avec la construction de la Cité mondiale du Vin.

19La collaboration Universités/Organismes de Recherche publics et entreprises s'organise autour des axes forts régionaux (aéronautique, matériaux composites, filière bois, biotechnologies), et ce en dépit du démarrage tardif de la technopole bordelaise.

20Les moyens de transports ont à peu près réussi à suivre le développement économique, si ce n'est le franchissement de la Garonne qui demeure le point noir (qui ne sera totalement résolu qu’en 1993) et qui nuit à la réputation de l'Eurométropole que voudrait bien être Bordeaux, point de jonction entre l'Espagne, le Portugal, le Poitou-Charentes et les Pays de Loire et la Bretagne.

21Peut-on dès lors parler pour Bordeaux, d'une aire métropolitaine ou d'une région-métropole ? Ceci est l'objet d'une autre recherche. Les études menées parallèlement, sur Pau et sur les petites villes d'Aquitaine, devraient apporter un élément de réponse à cette question.

Notes

61 Hypers et Supers au 1er Janvier 1991 par départements, 1990.

62 Avis adopté par le CES, Rapport Fabre, 1991, p. 18.

63 fabre, 1991, p. 43.

Table des illustrations

Titre Tableau 10 - Comparaison des classes obtenues dans les classifications de 1982 et 1990 classification 1982
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Titre Carte 14 - LA ZONE D’INFLUENCE METROPOLISEE DE BORDEAUX
Légende Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search