Version classiqueVersion mobile

La zone d’influence métropolisée de Bordeaux

 | 
Françoise Rollan

5 Analyse synthétique des données

Texte intégral

1Afin de tester l'efficacité des zones d'emploi dans la définition des limites de la métropole, une première analyse multidimensionnelle (méthode de l'analyse des correspondances multiples) a été effectuée en utilisant les données communales fournies par le recensement de la population de 1982, par le fichier MIRABELLE et par le fichier SIROCO-SICLONE, toutes analysées dans les chapitres précédents. Une seconde analyse des correspondances multiples a été réalisée en intégrant les données du recensement de la population de 1990. Le but de ce chapitre est d'aboutir à une cartographie des communes sous l'influence de la métropole bordelaise.

1. LA ZONE D'INFLUENCE MÉTROPOLISÉE EN 1982

2Parmi toutes les variables utilisées précédemment, seules ont été retenues ici, celles qui apportent la plus grande discrimination entre les différentes classes de communes et non redondantes entre elles. Ce sont :

  • la population totale 1982 ;
  • la variation relative de population 1975-1982 (en %) ;
  • le nombre d'emplois offerts en 1982 (MIRABELLE) ;
  • le nombre de résidents actifs en 1982 (MIRABELLE) ;
  • le nombre d'actifs travaillant hors commune de résidence - sorties Mirabelle ;
  • le nombre d'actifs migrants (arrivés entre 1975 et 1982 dans la commune-col. 19 du fascicule jaune) ;
  • les surfaces hors-œuvre commencées (1978-86) pour l'agriculture (SIROCO-SICLONE) ;
  • les surfaces hors-œuvre commencées (1978-86) pour l'industrie (SIROCO-SICLONE) ;
  • les surfaces hors-œuvre commencées (1978-86) pour le stockage (SIROCO-SICLONE) ;
  • les surfaces hors-œuvre commencées (1978-86) pour le commerce (SIROCO-SICLONE) ;
  • les surfaces hors-œuvre commencées (1978-86) pour les bureaux (SIROCO-SICLONE) ;
  • les surfaces hors-œuvre commencées (1978-86) pour les autres activités (SIROCO-SICLONE).

3Ces variables ont été découpées en classes en tenant compte de la distribution des valeurs. Il n'a pas toujours été possible de conserver les même classes que sur les cartes présentées précédemment. En effet, afin d'éviter des déséquilibres trop grands entre les classes, (ce qui aurait pu nuire à la fiabilité de l'analyse des correspondances multiples qui en principe nécessite des classes d'effectifs équivalents), certaines classes des cartes, notamment les classes supérieures, ont dû être regroupées. Pour les superficies, les valeurs milles ont toujours été regroupées dans la dernière classe de la variable. (tableau 8)

Tableau 8 - Découpage des variables pour les analyses multivariées (1982)

Tableau 8 - Découpage des variables pour les analyses multivariées (1982)

4Sur ces variables ainsi préparées, plusieurs traitements statistiques ont été effectués. L'analyse des correspondances multiples (AFCM) a dans un premier temps été appliquée. Plusieurs essais ont été nécessaires : l'essai le plus satisfaisant, celui qui a fourni le plus d'inertie (57,3 % pour les sept premiers facteurs) et donc qui a permis d'extraire l'explication la plus précise est celui dans lequel les variables population et agriculture (SHO autorisées pour usage agricole) ont été mises en éléments supplémentaires. La variable population totale pesait trop lourd dans l'analyse et la SHO agricole dépendait trop de spécificités locales, comme le vignoble, ce qui masquait le phénomène de métropolisation. Une classification ascendante hiérarchique (CAH) a été appliquée sur les résultats de l'analyse des correspondances (faite avec dix variables principales), ceci afin de préciser l'affectation des communes à une seule classe. En effet dans la CAH chaque élément ne peut appartenir qu'à une classe, alors que dans l'AFCM un élément (variable ou individu) peut très bien apparaître sur plusieurs axes avec une signification différente. Il est parfois difficile de trancher. Ces divers traitements ont permis d'aboutir à une typologie des communes de la Gironde basée sur leur degré de métropolisation. Afin de conserver une bonne lisibilité du phénomène seules les six premières classes ont été conservées et sont présentées sur la carte 12.

Le cœur de la métropole : l'espace de commandement

classe 1 : 19 communes
répartition : zones d'emploi d'Arcachon = 1 ; de Bordeaux = 17 ; de Libourne-Ste-Foy-la-Grande = 1

5La classe 1 (Annexe 5, tableau A) est constituée exclusivement par des communes de Bordeaux-Zone Centrale auxquelles il faut ajouter La Teste et Libourne. A l'exception de Blanquefort, Bruges et Le Haillan toutes les communes ont plus de 13 000 habitants. Les emplois offerts sont très importants en volume, toujours supérieurs à 2 500 pour chaque commune et au total ils sont au nombre de 289 000 pour 241 600 résidents actifs. Plus de 43 % de ces résidents actifs sont arrivés entre 1975 et 1982, ce qui prouve la forte attractivité exercée par ces communes soit pour y habiter comme par exemple à Cenon, Floirac, Lormont, Cestas, Eysines, Gradignan, Villenave d'Ornon..., soit pour y travailler comme à Bordeaux, Mérignac, Pessac, Blanquefort ou Libourne.

6Les SHO (surfaces hors-œuvre) autorisées pour l'industrie sont partout très importantes (supérieures à 3 000 m2), de même que celles pour le stockage sont supérieures à 2 000 m2 sauf au Bouscat par manque de place. Celles pour les bureaux dépassent aussi les 2 000 m2 excepté dans les communes à tendance ouvrière (Bègles, Floirac, Lormont) et au Bouscat devenue surtout résidentielle. Les SHO autorisées pour le commerce sont très fortes (plus de 5 000 m2) sauf dans six cas. Pour les autres activités, seule Le Bouscat n'atteint pas les 5 000 m2. A l'opposé les SHO autorisées pour l'usage agricole sont variables : fortes à Bruges et Eysines (communes maraîchères), moyennes à La Teste, Bordeaux, Pessac, Villenave d'Ornon et Libourne, faibles à Bègles, Blanquefort, Le Bouscat, Cestas, Mérignac, St-Médard-en-Jalles et nulles à Cenon, Floirac, Gradignan, Le Haillan et Talence (ces dernières étant complètement urbanisées). Les surfaces totales sont dans tous les cas supérieures à 22 000 m2, les valeurs les plus fortes étant pour Bordeaux, Mérignac et Pessac où elles dépassent largement les 100 000 m2

7Ces communes constituent le cœur de la métropole dans la mesure où elles offrent plus des 2/3 des emplois du département. Ce sont les plus dynamiques, celles où les plus grandes surfaces construites dans tous les domaines y sont réalisées. Ce sont aussi celles qui concentrent presque toutes les constructions à usage de bureaux.

Le poumon de la métropole : l'espace des entreprises nationales et internationales

classe 2 : 84 communes
répartition : zones d'emploi d'Arcachon = 10 ; de Bordeaux = 34 ; du Cubzacais = 7 ; de l'Entre-Deux-Mers = 5 ; de Libourne-Ste-Foy-la-Grande =11 ; du Médoc = 11 ; de Langon-Bazas-La Réole = 6

8Les communes de ce groupe (Annexe 5, tableau B) appartiennent aussi en majorité à Bordeaux-Zone centrale, puis secondairement au Bassin d'Arcachon, au Libournais, au Médoc, le reste constituant des points isolés (vallées de la Garonne et de la Dordogne, Cubzacais). Elles entourent les communes de la classe 1 et font la jonction entre les deux pôles (satellites) Libourne et La Teste.

9Ces communes ont moins de 8 000 habitants sauf Arcachon, Gujan-Mestras et Ambarès. Une seule avait moins de 1 000 habitants en 1982 : Salignac. La variation relative 75-82 est positive dans 83 % des cas. Les migrants actifs représentent plus de 10 % de la population 82. Les emplois offerts sont loin de couvrir les besoins des résidents actifs de ces communes, sauf dans celles qui bénéficient d'un ou plusieurs établissements comme Arcachon, Le Barp (cea), Biganos (La Cellulose du Pin), Ambarès, Artigues-près-Bordeaux, Bassens, Braud-St-Louis (centrale nucléaire edf), Cadillac (centres hospitaliers spécialisés), Langoiran, Podensac, Vayres (bsn), Saint-Emilion, Sainte-Foy-la-Grande, Saint-Seurin-sur-l'Isle (les cartonneries cebal et socar), Lesparre, Pauillac (Shell), Bazas, Langon, La Réole.

Carte 12 - MÉTROPOLISATION DES COMMUNES DE LA GIRONDE EN 1982

Carte 12 - MÉTROPOLISATION DES COMMUNES DE LA GIRONDE EN 1982

Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B

10Dans la moitié des communes de ce groupe les SHO autorisées à usage agricole sont comprises entre 1 000 et 9 000 m2. Les SHO pour l'industrie sont dans 60 % des cas supérieures à 1 000 m2 avec les records du groupe à Saint-Jean-d'Illac, Saint-Loubès, Langon, La Réole qui dépassent les 10 000 m2. Pour le stockage 41 % des communes se sont engagées pour plus de 1 000 m2, Bassens ayant reçu l'autorisation pour près de 40 000 m2 nécessaires pour entreposer les bois exotiques reçus au port Les SHO pour le commerce sont variables. Mais Biganos, Lesparre et Langon avec l'ouverture de leurs hypers et supermarchés et les commerces annexes dépassent les 11 000 m2. Dans près de 30 % des communes les SHO autorisées pour les bureaux sont supérieures à 500 m2. Dans 58 % des cas les autres activités occupent plus de 1 000 m2. Les SHO totales sont élevées sauf pour trois communes résidentielles qui ont vu leur population s'accroître de façon considérable (plus de 16 %) au début des années 80.

11Ces communes par l'espace disponible qu'elles offraient à proximité de la capitale régionale, ont permis à celle-ci de respirer, en lui donnant l'occasion d’absorber des entreprises ou des activités grosses consommatrices d’espace, dans des zones industrielles qu’elles ont créées à cet effet.

Les artères de la métropole : l'espace de production agricole et industrielle pour la métropole

classe 3 : 47 communes
répartition : zones d'emploi d'Arcachon = 7 ; de Bordeaux = 7 ; du Cubzacais = 11 ; de l'Entre-Deux-Mers = 9 ; de Libourne-Ste-Foy-la-Grande = 5 ; du Médoc = 3 ; de Langon-Bazas-La Réole = 5

12Cette classe (Annexe 5, tableau C) présente une situation intermédiaire dans l'espace métropolisé. Elle compte des communes de toutes les zones d'emploi. La plus grosse est Coutras avec 6 351 habitants, la majorité des autres se situant entre 1 000 et 3 500 habitants (28 sur 48). Elles sont en général en croissance démographique (sauf six). Elles offrent moins de 1 000 emplois sauf Blaye et Coutras qui en comptent un peu plus de 2 000. Ces emplois sont inférieurs au nombre de résidents actifs sauf pour Blaye et à un moindre degré Labrède, Sauveterre-de-Guyenne, Guîtres et Monségur. De 30 à 80 % des actifs doivent aller travailler dans une autre commune.

13Les SHO agricoles sont en général assez importantes, surtout dans les communes viticoles et maraîchères. Ainsi 21 communes annoncent plus de 1 000 m2 dont 5 plus de 3 000 m2. Les valeurs les plus faibles sont observées dans les communes forestières. Mais ce qui caractérise le mieux ce groupe c’est l'unité des SHO pour l'industrie entre 400 et 1 000 m2, ce qui est le signe d'une petite industrie active. 7 communes sur 48 ont des SHO pour le stockage dépassant les 1 000 m2 et 6 pour le commerce sont dans ce cas. Blaye a les valeurs les plus fortes. Les autorisations de permis de construire pour les bureaux sont peu importantes ou le plus souvent milles. Beychacet-Caillau est une exception avec un peu plus de 2 000 m2, comme elle l'est aussi pour le stockage avec près de 4 300 m2. Beychac-et-Caillau a été choisie par le syndicat viticole régional des appellations contrôlées de Bordeaux pour installer sa « Maison de la Qualité ». Près du quart des communes ont reçu des autorisations pour des SHO de plus de 1 000 m2 pour les autres activités, Arès venant en tête avec plus de 8 600 m2 et Blaye au second rang avec un peu moins de 5 000 m2. Seules Arès et Blaye se sont engagées pour la construction de plus de 10 000 m2 totaux (toutes activités confondues) et sept pour 5 à 9 000 m2, la grande majorité des communes (39) se situant entre 1 000 et 5 000 m2

14Ce sont des communes actives, de taille moyenne, qui essaient d'attirer de petites entreprises industrielles, de moderniser leur agriculture et de procurer aux populations en place une certaine qualité de vie (constructions pour autres activités relativement importantes), avec tous les équipements nécessaires.

L'espace de production locale : l'espace en mutation

classe 4 : 99 communes
répartition : zones d’emploi d'Arcachon = 3 ; de Bordeaux = 8 ; du Cubzacais = 20 ; de l'Entre-Deux-Mers = 15 ; de Libourne-Ste-Foy-la-Grande = 22 ; du Médoc = 17 ; de Langon-Bazas-La Réole =14

15Ces communes (Annexe 5, tableau D) sont beaucoup plus périphériques à la zone centrale et comblent les interstices laissés vides par les autres classes, de telle sorte que l'espace métropolisé apparaît compact. La poussée vers l'Entre-Deux-Mers commence à se dessiner avec 15 communes et vient rejoindre celle en direction de la vallée de la Garonne avec 14 communes de la zone Langon-Bazas-la Réole lesquelles font la jonction avec le Bassin d’Arcachon. Celui-ci avec trois autres communes est totalement métropolisé, puisque seules Louchats, Lugos et Le Tuzan ne sont pas encore touchées au milieu des années 80, ce qui représente 842 habitants.

16Les communes de la classe 4 ont, sauf Saint-Estèphe et Soulac, toutes moins de 2 000 habitants et même plus de la moitié ont moins de 1 000 habitants. La variation de population est très souvent positive (15 cas faiblement négatifs). Les sorties représentent au total un peu plus de la moitié des résidents actifs, mais elles sont toujours inférieures à 300. Le taux de renouvellement des actifs est encore fort puisque 40,7 % des actifs sont arrivés entre 75 et 82.

17Du point de vue des permis de construire autorisés, ce qui caractérise le plus ces communes, se sont les constructions à usage agricole présentes partout sauf dans quatre communes : Hostens, Cambes, Le Tourne et Cubzac-les-Ponts.

18Les constructions industrielles existent dans les 2/3 des cas mais la moitié sont pour des superficies inférieures à 500 m2. Landiras est une exception dans ce groupe avec 22 000 m2, mais très bien située sur une sortie de l'autoroute des deux mers (A62), elle a pu installer une zone industrielle attractive. Les autres communes qui ont obtenu des SHO industrielles de plus de 1 000 m2 sont Hostens au carrefour de la D3 et de la D651, Saint-Vincent-de-Paul sur l'autoroute A10, Saint-Quentin-de-Baron sur la D936, Abzac sur la N89, les Billaux (zone industrielle de Libourne), Fronsac, Saint-Avit-Saint-Nazaire sur la D936 près de la zone Pineuilh-Sainte-Foy-la-Grande, Moulis-en-Médoc et Saint-Vivien-de-Médoc sur la N215 (axe Bordeaux-Le Verdon). Au sud du département, quatre communes sont dans le même cas, bien situées par rapport aux grands axes ou à proximité de communes actives. Ce sont Bernos-Beaulac sur la D932 avec ses papeteries, Noaillan sur la D3 tout près de l'autoroute A62, Préchac au sud-ouest de Bazas et Saint-Pierre-d’Aurillac sur la N113 entre Langon et La Réole. Onze communes ont reçu l'autorisation de construire pour plus de 1 000 m2.

19Pour le commerce cinq communes dépassent 1 000 m2. C'est la côte qui en bénéficie le plus avec Carcans, Soulac (plus de 2 500 m2) et Vendays-Montalivet (1 400 m2), puis dans l'intérieur Fronsac et Branne (un peu plus de 1 000 m2). Les SHO en bureaux sont soit inexistantes (78 cas sur 99), soit peu importantes mis à part pour Pellegrue où elles avoisinent 1 800 m2. Pour les autres activités, onze communes sont entre1 000 et 2 000 m2, le record étant obtenu par Carcans avec plus de 31 000 m2.

20Au total toutes les communes de cette classe ont obtenu l'autorisation pour des constructions à usage autre qu'habitation, mais seules 3 communes dépassent 10 000 m2. Ce sont Carcans (37 000 m2), Landiras (près de 23 500 m2) et Saint-Julien-de-Beychevelle (près de 17 700 m2). A l’opposé, vingt communes (soit 42,5 %) ont construit moins de 1 000 m2.

21Les communes de ce groupe sont plutôt tournées vers la production locale que vers la distribution vers la métropole ou plus lointaine. Les plus proches et les mieux situées par rapport aux grands axes de circulation, sont menacées par la métropolisation. Celle-ci commence déjà par une croissance des résidents actifs positive alors que la croissance des emplois est loin de suivre. C'est un espace condamné à court terme, des mutations rapides peuvent y être observées.

L'espace rural en survie : une activité agricole encore prédominante

classe 5 : 150 communes
répartition : zones d'emploi d'Arcachon = 1 ; de Bordeaux = 3 ; du Cubzacais = 28 ; de l'Entre-Deux-Mers = 27 ; de Libourne-Ste-Foy-la-Grande = 46 ; duMédoc = 15 ; de Langon-Bazas-La Réole = 30

22Les communes de la classe 5 (Annexe 5, tableau E) appartiennent aux zones rurales. Elles sont plus éloignées du coeur de la métropole que les précédentes. Elles sont bien représentées dans le Nord-Médoc, le Blayais, le Libournais sur ses marges aux confins du département, le secteur de Sainte-Foy-la-Grande, dans l'Entre-Deux-Mers, le Bazadais et le Réolais.

23Il s'agit de petites communes (moins de 900 habitants). Leur croissance démographique 75-82 est variable. Cela va de + 155 % pour Cursan qui est passée de 162 à 413 habitants, à - 14,8 % pour Blasimon qui a perdu 116 habitants sur 782, toutes deux d'ailleurs dans l'Entre-Deux-Mers. Au total ce sont près de 29 % des communes qui ont perdu de la population, 18 % où l'accroissement est inférieur à 5 % et 13,5 % où l'augmentation se situe entre 5 et 10 %. C'est dire que dans 60 % des cas la situation démographique n’est pas très favorable. L'attractivité de ces communes (rapport migrants actifs / résidents actifs) est moindre : 38,4 % contre plus de 40 % dans les groupes précédents.

24La plupart de ces communes ont obtenu des permis de construire pour des bâtiments à usage agricole, mais toutes moins de 5 000 m2 (15 entre 2 000 et 5 000, soit 10 % seulement). Les SHO agricoles les plus grandes ont été autorisées dans des communes de la classe 2. Il y a donc des effets indirects de voisinage.

25Les constructions pour l'industrie sont beaucoup plus rares ici. Les plus fortes valeurs (plus de 3 000 m2) sont observées à Ayguemortes-les-Graves, traversée par les deux axes Bordeaux-Toulouse (N113 et A62) et à Espiet dans l'Entre-Deux-Mers, pour la restructuration de la cimenterie. Puis viennent pour un peu plus de 1 400 m2, Croignon (biscottes Lespau et Fils) et Saint-Laurent-du-Bois dans l'Entre-Deux-Mers, Guillos proche d'une sortie de l'autoroute A62. Lugos sur l'autoroute A63 (sortie Belin-Beliet) et Landerrouat à proximité de Pellegrue (chef-lieu de canton), Pineuilh et Sainte-Foy sont créditées d'environ 1 000 m2.

26Pour le stockage, c'est Landerrouat qui est largement en tête avec 3 400 m2 (cave coopérative vinicole), puis viennent Les Salles (1 248 m2), Pessac-sur-Dordogne (1 000 m2), Espiet (973 m2). Pour les autres 20 % seulement ont reçu l’autorisation de constructions pour le stockage. Très peu de remarques sont à faire pour le commerce si ce n'est 1 053 m2 à Camiacet-Saint-Denis, à proximité donc de la cimenterie d'Espiet. Moins de 13 communes ont construit des bureaux dont Lugaignac dans l'Entre-DeuxMers (486 m2) et Gours (391 m2) près de Saint-Seurin-sur-l'Isle.

27Les constructions pour les autres activités sont beaucoup plus importantes puisqu’elles concernent 40 % des communes. Vérac dans le Libournais, à côté de Galgon, a obtenu l'autorisation pour plus de 4 700 m2 liés au collège, Grayan-l'Hôpital dans le Médoc pour plus de 2 900 m2 (camp naturiste Euronat) et Aillas, dans le Bazadais près de 1 200 m2.

28Au total trois communes de cette classe n'ont rien construit bien qu'étant en forte croissance démographique. Ce sont Marcenais (+ 45,4 %) dans le Cubzacais, Virelade (+ 12,5 %) dans la vallée de la Garonne, voisine de Podensac qui compte un certain nombre d'entreprises et Saint-Philippe-du-Seignal (+ 18,3 %) à côté de Pineuilh et Sainte-Foy-la-Grande aussi très actives.

29C'est un espace rural qui voudrait continuer à vivre avec une production agricole et artisanale de qualité et qui pour cela essaie de garder tant bien que mal sa population en lui procurant des facilités de vie (témoin, les constructions à autres usages). Mais n’est-ce pas trop tard ? La pression métropolitaine, si elle n'est pas encore directement visible dans cet espace, transparaît pourtant par le biais d'une démographie peu dynamique.

L'espace du rural profond : un espace en perdition

classe 6 : 143 communes
répartition : zones d'emploi d'Arcachon = 2 ; de Bordeaux = 1 ; du Cubzacais = 5 ; de l'Entre-Deux-Mers = 42 ; de Libourne-Ste-Foy-la-Grande = 27 ; du Médoc = 4 ; de Langon-Bazas-La Réole = 63

30Cette classe (Annexe 5, tableau F) est surtout bien représentée aux confins Est et Sud du département dans la zone de Langon-Bazas-La Réole (63 communes), l'Entre-Deux-Mers (42) et Libourne-Sainte-Foy-la-Grande (27).

31Elle regroupe les très petites communes dont les 20 de moins de 100 habitants. La plus grande de ce groupe, Savignac, située entre Langon, Bazas, La Réole, n'atteint pas 450 habitants.

32Pour 60 % d’entre elles, la variation relative de population 75-82 est négative et 16,8 % annoncent un accroissement inférieur à 5 %, ce qui est la preuve que les 3/4 des communes de la classe 6 sont dans une situation démographique très défavorable. D'ailleurs globalement c’est le seul groupe qui a vu sa population diminuer entre 75 et 82. Les emplois offerts couvrent 73 % des besoins ce qui est supérieur au taux de la classe 3 et les sorties ne représentent que 42 % des résidents actifs qui est la valeur la plus faible des 6 classes. Ceci tendrait à prouver que les résidents trouvent plus facilement leur emploi sur place, ce qui est logique car ces communes du rural profond offrent surtout des emplois agricoles. Ces communes sont aussi peu attractives puisque seulement 30,7 % des résidents actifs sont arrivés entre 1975 et 82.

33Les seules constructions observées sont presque exclusivement agricoles (73 %), encore ne dépassent-elles pas 2 500 m2. Pour l'industrie, 17 communes ont obtenu les autorisations pour des SHO inférieures à 350 m2, c’est dire qu'il s'agit d'un petit artisanat. Le stockage ne touche que trois communes dont Montagoudin, voisine de La Réole, avec 2 000 m2. Les superficies autorisées pour le commerce ne concernent que quatre communes pour des superficies inférieures à 400 m2. Les SHO pour les bureaux ne sont présentes que dans trois communes pour moins de 120 m2. Les constructions pour les autres activités si elles viennent au second rang (17,5 % des communes) après celles pour l'usage agricole, atteignent au plus 700 m2 à Gans qui jouxte Bazas et 533 m2 à Saint-Genès-de-Lombaud dans l'Entre-Deux-Mers, en bordure de Bordeaux-Zone centrale. Les SHO totales autorisées ne dépassent pas 2 500 m2 et dans 27 communes (19 %) elles sont même nulles.

34Ce sont donc des communes où l'activité est essentiellement agricole et où les transformations de l’espace sont très faibles voire inexistantes. La taille réduite de ces communes ainsi que leur localisation éloignée du cœur de la métropole, ne sont sans doute pas étrangères à leur immobilisme. La situation démographique très défavorable tend à en faire un espace rural en perdition. C'est la seule zone qui depuis 1975 a perdu de la population ainsi que des résidents actifs (tableau 10).

2. LA ZONE D'INFLUENCE MÉTROPOLISÉE EN 1990

35Les variables retenues pour cette seconde analyse sont les mêmes que précédemment avec en outre quelques données du recensement de 1990.

  • le nombre d'emplois offerts en 1982 (MIRABELLE) ;
  • le nombre de résidents actifs en 1982 (MIRABELLE) ;
  • le nombre d'actifs travaillant hors commune de résidence - sorties Mirabelle ;
  • le nombre d'actifs migrants (arrivés entre 1975 et 1982 dans la commune - col. 19 du fascicule jaune) ;
  • les surfaces hors-œuvre commencées (1978-86) pour l'agriculture (SIROCO-SICLONE) ;
  • les surfaces hors-œuvre commencées (1978-86) pour l'industrie (SIROCOSICLONE) ;
  • les surfaces hors-œuvre commencées (1978-86) pour le stockage (SIROCO-SICLONE) ;
  • les surfaces hors-œuvre commencées (1978-86) pour le commerce (SIROCO-SICLONE) ;
  • les surfaces hors-œuvre commencées (1978-86) pour les bureaux (SIROCO-SICLONE) ;
  • les surfaces hors-œuvre commencées (1978-86) pour les autres activités (SIROCO-SICLONE) ;
  • la variation relative de population 1975-1990 (en %) ;
  • le nombre d'emplois offerts en 1990 ;
  • le nombre de résidents actifs en 1990 ;
  • le nombre d'actifs travaillant hors commune de résidence = sorties en 1990.

36Les mêmes principes que pour la première analyse ont été conservés pour le découpage en classes qui est présenté dans le tableau 9.

37Les mêmes traitements multivariés ont été réalisés. Comme dans la première analyse des correspondances multiples, la variable surface hors-œuvre autorisée pour usage agricole a été mise en élément supplémentaire. Une classification ascendante hiérarchique a été ensuite appliquée sur les résultats de l'analyse des correspondances multiples, afin d’affecter chaque commune à une classe. Les résultats de la nouvelle typologie obtenue sont présentés sur la carte 13. Comme précédemment, six classes principales ont aussi été retenues.

38La comparaison des deux classifications montre que la classe 1 n'a pas bougé, que les classes 2, 3 et 4 ont gagné 83 communes prises aux classes 5 et 6, ce qui est déjà une indication de la progression de la zone d'influence métropolisée. En outre, ce sont les classes 2 et 3 qui ont bénéficié du plus grand accroissement de population, les 3 premières classes regroupant 90,7 % de la population de la Gironde en 1990, contre 82,7 % en 1982 dans la première classification.

Le cœur de la métropole : l'espace de commandement

classe 1 : 19 communes
répartition : zones d'emploi d’Arcachon = 1 ; de Bordeaux = 17 ; de Libourne-Ste-Foy-la-Grande = 1

39La classe 1 est restée très stable, puisqu'elle contient les mêmes communes. Cependant entre 1982 et 1990 sa population a augmenté de 4,8 % et ses emplois de 4 %. Les résidents actifs n'ont augmenté que très légèrement (2,6 %), du fait d'une diminution dans les communes de Bordeaux, Bègles, Cenon, Libourne, Lormont, Talence. C'est la seule zone qui soit excédentaire dans la croissance des emplois (seules Bègles, Libourne et Bordeaux ont perdu des emplois). Un rapport emplois offerts/résidents actifs fortement positif est aussi observé à cause d'un excédent à Blanquefort, Bordeaux, Bruges, Le Haillan et Libourne.

Tableau 9 - Découpage des variables pour les analyses multivariées (1990)

Tableau 9 - Découpage des variables pour les analyses multivariées (1990)

Le poumon de la métropole : l'espace des entreprises nationales et internationales

classe 2 : 110 communes
Répartition : zones d'emploi d'Arcachon = 15 ; de Bordeaux = 39 ; du Cubzacais = 8 ; de l'Entre-Deux-Mers = 10 ; de Libourne-Ste-Foy-la-Grande = 17 ; du Médoc = 14 ; de Langon-Bazas-La Réole = 7

40La classe 2 s'est renforcée dans la zone d'Arcachon, qui est devenue plus homogène, dans la zone centrale et le Libournais qui ont vu les communes proches du cœur de la métropole s'agglomérer en un espace continu, dans l’Entre-Deux-Mers qui prolonge aussi la zone centrale et très légèrement dans le Médoc. Ce sont les communes de cette classe qui ont le plus accru leur population totale (13,6 %), leurs résidents actifs (14,5 %), leurs emplois (5,9 %). Mais la croissance des emplois étant inférieure à celle des résidents actifs, il en résulte un plus grands nombre de sorties.

Les artères de la métropole : l'espace de production agricole et industrielle pour la métropole

classe 3 : 99 communes
répartition : zones d'emploi d'Arcachon = 4 ; de Bordeaux = 9 ; du Cubzacais = 25 ; de l'Entre-Deux-Mers = 17 ; de Libourne-Ste-Foy-la-Grande = 16 ; du Médoc = 15 ; de Langon-Bazas-La Réole = 13

41La classe 3 s'est surtout étendue dans le Cubzacais, l'Entre-Deux-mers, le Libournais, le Médoc, comblant ainsi des interstices entre les classes 2 et 4, et produisant des zones continues homogènes. Dans la zone de Langon-Bazas-La Réole ce sont des communes plus ou moins isolées qui ont été adjointes à cette classe, soit au sud, soit le long de la vallée de la Garonne. Cette classe a surtout accru ses résidents actifs (9,1 %), ce qui est le signe de l'installation d'une population jeune. Par contre les emplois offerts ont diminué (-4,3 %). La crise économique a entraîné la fermeture d'un nombre important de petites entreprises locales qui étaient installées dans des communes un peu éloignées de la métropole. C'est sans doute la zone qui s’est le plus étendue. Elle correspond sur ses marges à la limite externe de la zone sous l'emprise directe de la métropole bordelaise.

L'espace de production locale : l'espace en mutation

classe 4 : 105 communes
répartition : zones d'emploi d'Arcachon = 1 ; de Bordeaux = 3 ; du Cubzacais = 19 ; de l’Entre-Deux-Mers = 14 ; de Libourne-Ste-Foy-la-Grande = 33 ; du Médoc = 14 ; de Langon-Bazas-La Réole = 21

42La classe 4 a diminué partout car un certain nombre de communes ont rejoint la classe 3. Par contre elle a gagné des communes précédemment rurales dont certaines appartenant à la zone de Libourne-Ste-Foy-la-Grande, à l'est du département, notamment dans la vallée de la Dordogne et d'autres à la zone de Langon-Bazas-La Réole, au sud de l'autoroute A62. Cette zone a gagné en population totale (plus de 13 %), comme en résidents actifs (près de 5 %), alors que les emplois ont chuté de - 6 %. Les communes de ce groupe correspondent à une extension future de la zone d’influence de la métropole.

Carte 13 - MÉTROPOLISATION DES COMMUNES DE LA GIRONDE EN 1990

Carte 13 - MÉTROPOLISATION DES COMMUNES DE LA GIRONDE EN 1990

Cartographie Françoise Rollan. C.E.S.U.R.B

L'espace rural en survie : une activité agricole encore prédominante

classe 5 : 92 communes
répartition : zones d'emploi d'Arcachon = 2 ; de Bordeaux = 1 ; du Cubzacais = 16 ; de l'Entre-Deux-Mers = 25 ; de Libourne-Ste-Foy-la-Grande = 23 ; du Médoc = 3 ; de Langon-Bazas-La Réole = 22

43Cette classe a diminué partout dans le département, mais surtout dans le Cubzacais, le Libournais et le Bazadais. Cette évolution résulte du développement de moyens de transport rapides vers la métropole dans ces régions (trains cadencés, autoroutes). Pourtant il faut noter pour la classe un gain de près de 12 % en population et de plus de 7 % en résidents actifs, mais à l'inverse une perte de près de 13 % d'emplois entre 1982 et 1990. Elle témoigne de l'attractivité de cette zone en tant que zone d'habitat mais non en tant que zone d'emplois car encore trop éloignée du cœur de la métropole. Elle est aussi la preuve de l'emprise de plus en plus forte de la métropole sur son espace régional. Cependant elle n'est condamnée qu'à moyen terme.

L'espace du rural profond : un espace en perdition

classe 6 : 118 communes
répartition : zones d’emploi d'Arcachon = 1 ; de Bordeaux = 1 ; du Cubzacais = 3 ; de l’Entre-Deux-Mers = 32 ; de Liboume-Ste-Foy-la-Grande = 22 ; du Médoc = 4 ; de Langon-Bazas-La Réole = 55

44La classe 6 s'est également beaucoup rétrécie et surtout là où elle était bien représentée, dans l’Entre-Deux-Mers et le Réolais. Cependant elle y demeure fortement implantée. Les communes de cette classe sont la marque du rétrécissement de la zone rurale en même temps que de son dépérissement, car c'est la seule qui a perdu de la population (-1,6 %), des résidents actifs (-2,5 %) et qui enregistre une chute de près de 14 % des emplois offerts. La proximité d'une métropole tend à terme à déstructurer un milieu rural, non orienté vers une production à très haute valeur ajoutée, comme le vignoble du Médoc par exemple. Or l'économie de ces communes est vouée soit à la polyculture, soit à la forêt et toujours en petites exploitations.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search