Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La zone d’influence métropolisée de Bordeaux

 | 
Françoise Rollan

4. Les permis de construire selon l'affectation des sols

Texte intégral

1La base de données SIROCO-SICLONE de la Direction Régionale de l'Equipement, fournit des informations au niveau communal. Elle comprend entre autres les superficies pour les permis de construire autorisés, commencés et achevés, suivant que l'utilisation du sol est agricole, industrielle, de stockage, commerciale, de bureaux ou autres. Le fichier est exploité ici entre le 1er Janvier 1978 (date de sa création) et le 31 décembre 1986.

2Afin d'avoir la tendance générale et non pas l'histoire anecdotique année par année, les neuf années ont été agrégées. Les surfaces hors-œuvre commencées dans l'année ont été retenues car elles ont semblé être les plus fiables. En effet les surfaces autorisées ne sont pas forcément construites et les surfaces achevées sont enregistrées avec un certain retard. Ceci permet des comparaisons intéressantes sur les secteurs économiques dominants dans chaque commune. Ce travail a été fait par zone d’emploi et peut amener des comparaisons de zone à zone. Les données obtenues pour chaque type d'utilisation ont été triées et découpées en classes afin d'aboutir à la réalisation de cartes (cartes 6 à 11).

1. SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCEES POUR L’AGRICULTURE35 (carte 6)

1. La première lecture fait apparaître deux ensembles : le Médoc et le Libournais viticoles.

3On peut en effet relever, dans les valeurs les plus élevées (> 4 600 m2), les noms des communes portant les plus grands crus tels St-Julien-de-Beychevelle, Margaux, Pauillac, Listrac, St-Estèphe en Médoc et Montagne, St-Emilion, Lussac en Libournais.

  • 36 duboscq p., 1987, p. 40-41.

4Cette image se confirme pour les valeurs de 2 000 à 4 600 m2, puisque douze des quatorze communes médocaines de cette classe appartiennent à la zone viticole (d'Arsac au Sud à Bégadan au Nord). De même, neuf des quinze communes libournaises repérées dans cette tranche se trouvent dans les vignobles (de Pomerol, Puisseguin à St-Magne-de-Castillon). Ceci est appuyé par le fait que la viticulture d'A.O.C. intéresse plus de la moitié de toutes les exploitations et que la viticulture girondine constitue un bloc au sein d'un ensemble parfaitement hétérogène36. Cette viticulture d'A.O.C. a des marges nettement supérieures au standard national. Encore s'agit-il ici du vignoble le plus prestigieux, ce qui l'autorise d'autant plus à effectuer les constructions dont il a besoin sans limitation de capitaux.

2. Le second phénomène, plus diffus, fait apparaître

  • des zones de maraîchage dans la région de Bordeaux (Bruges, Eysines, Martillac) ;

  • des secteurs de cultures spéciales et polyculture (suivant la définition du Recensement Général de l'Agriculture), le long des vallées de l'Isle (Coutras), de la Dordogne (Castillon), de la Garonne (La Réole, Langon), ainsi que dans le Cubzacais et sur le plateau de l'Entre-Deux-Mers ;

  • un ilôt d'élevage dans le Sud autour de Bazas, Grignols ;

  • et une zone maïsicole, qui ne cesse de s'étendre aux dépens de la forêt, au Sud-Ouest, sur le plateau landais.

  • 37 duboscq p., 1987, p. 41.

5Là encore il faut noter qu'il s'agit d'une strate d'exploitations variées, qui vont de l'horticulture à la céréaliculture, qui présentent des marges moyennes plus élevées encore et dont la caractéristique est un investissement important par unité de travailleur, soit par concentration du capital par unité de surface (élevages de granivores, porcs ou cultures spéciales), soit par dilution du capital sur de très grandes surfaces (maïsculture)37. Seules ces exploitations sont susceptibles d’investir dans des constructions à usage agricole, les autres qui font de la polyculture avec ou sans élevage ont une marge brute standard si faible, qu'elles n'ont aucune possibilité d'évolution.

Carte 6 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR L’AGRICULTURE 1978-1986

Carte 6 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR L’AGRICULTURE 1978-1986

Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B (d’après D.R.E. : SIROCO-SILICONE 1978-86)

2. SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR L’INDUSTRIE38 (carte 7)

  • 38 Les constructions pour l'industrie comprennent : les centrales de production d'électricité (thermiq (...)

6La tendance à la métropolisation s'exprime déjà dans la répartition de la dynamique industrielle avec des effets d'agglomération, la Zone de Bordeaux avec ses 356 000 m2 constituant près des 2/3 de la Gironde pour les constructions industrielles, alors que les zones suivantes tombent à 12,6 % pour Langon-Bazas-La Réole et 6,7 % pour Libourne.

7En effet une première lecture de la carte montre que :

  • La zone où l'on observe le plus de constructions (> 10 000 m2) à usage industriel est évidemment la zone bordelaise (avec Mérignac, Cestas, Pessac qui avec 130 000 m2 construits, représentent 1/3 de la zone de Bordeaux et près du 1/4 de la Gironde) ; s'y ajoutent quelques localités comme Langon, La Réole et Landiras, bien desservies par l'autoroute.

  • Ce sont encore les communes de la zone de Bordeaux qui dominent la classe des 2 700 à 10 000 m2 construits ; apparaissent en plus quelques points de la vallée de l’Isle (St-Denis-de-Pile, St-Seurin-sur-l'Isle, Libourne), du Médoc (Avensan, Margaux, Pauillac, Lacanau), du bassin d'Arcachon (Biganos, La Teste), et Espiet et Bazas.

  • 39 rauscent l., 1987, p. 69.

8Dans tous ces secteurs, des zones industrielles ont été soit étendues, soit créées. Biganos a vu l'usine de la Cellulose du Pin (seconde usine européenne de papier kraft sur le plan de la capacité de production et première sur le plan de la productivité), investir 550 millions de F depuis 198239.

9Les communes qui ont installé de 400 m2 à 2 700 m2 de constructions industrielles se situent surtout vers le Sud-Sud-Ouest de la zone d'Arcachon et le pourtour du Bassin (sauf Lanton et Mios) ; par contre elles sont très rares dans l'Entre-deux-Mers, le Sud du Département (excepté sur le passage de la RN 10), le Nord du département entre le tracé de l'autoroute A10 et la vallée de l'Isle, le Nord-Blayais (hormis Braud-St-Louis où edf a installé une centrale nucléaire).

10Ces observations permettent de compléter l'image de l’organisation de l'espace industriel hors zone centrale selon des axes principaux :

  • Dans le Médoc, un axe vers Lacanau, un axe vers Le Verdon (Moulis, St-Laurent, Lesparre) et quelques points vers le Nord de l'estuaire (St-Vivien, Jau-Dignac) ;

  • Au Nord de St-André-de-Cubzac, l'axe vers Blaye formé à l'Est par le tracé de l'autoroute A 10, les communes de St-Gervais, St-Laurent-d'Arce, Cézac, Pugnac, St-Christoly, St-Savin, avec des points forts sur l’estuaire : Braud, Blaye, Cars.

  • A l'Est, un axe suivant la Dordogne (Izon, Vayres) se prolongeant au-delà de Libourne par un triangle formé par la vallée de l'Isle et la RN 89 jusqu'à St-Seurin (avec Fronsac, Les Billaux, Artigues-de-Lussac, Abzac, Coutras, Guitres).

  • Par contre la vallée de la Dordogne ne se repère que par quelques points : St-Emilion, Castillon, St-Magne-de-Castillon, et aux portes de Ste-Foy-la-Grande, Pineuilh et St-Avit-St-Nazaire.

  • Enfin, on constate l'absence de la vallée de la Garonne, à part des noyaux comme Langon, La Réole, Bazas et Grignols, et quelques communes comme Illats, Landiras, Barsac, Preignac à la sortie No 2 de l'autoroute des Deux-Mers.

Carte 7 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR L’INDUSTRIE 1978-1986

Carte 7 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR L’INDUSTRIE 1978-1986

Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B (d’après D.R.E. : SIROCO-SILICONE 1978-86)

11On voit apparaître les noyaux traditionnels industriels (exemple : la vallée de l'Isle), les nouvelles implantations suscitées par les tracés de nouvelles voies (voie rapide Bordeaux-Arcachon, autoroute des Deux-Mers) et les emprises lourdes (Braud-St-Louis, Vayres).

  • 40 dumas j., 1987, p. 76-77.
  • 41 dumas j., 1987, p. 86.
  • 42 armand-madelin v., maliverney j., minni c. 1990, p. 62.
  • 43 dumas j., 1987, p. 90-97.
  • 44 dumas j., 1987, p. 94.

12Si cette carte des surfaces hors-œuvre commencées pour l'industrie donne une impression de dispersion en dépit d'une forte concentration dans la zone centrale (56,2 % de l'emploi industriel est rassemblé dans les 27 communes de la Communauté Urbaine de Bordeaux), c'est que l'industrie girondine a été malmenée par la crise. Ainsi 16 000 emplois industriels (soit 15,4 %) ont disparu entre 1975 et 1985, mais parallèlement le nombre d'établissements industriels est passé de 6 084 à 6 329 (soit 4 % d'augmentation)40. Ce mouvement a entraîné une dilution des entreprises dans l'espace, ce qui est encore appuyé par les politiques régionales d'aide directe aux entreprises41. Les constructions métallurgiques sont les seules à s'être maintenues grâce à l'essor de la construction électrique et surtout de ses développements dans l’électronique à proximité du complexe aérospatial. Ce développement est dans la ligne de la dynamique régionale puisque, dans ce secteur, la croissance de la valeur ajoutée a été de 13,6 % par an, pour l'ensemble de l'Aquitaine42. Cela a été possible parce que ces industries s'inscrivent dans un contexte de recherche et développement très étroitement lié à la proximité de l'université et des centres de recherche de haut niveau43. En résumé, « l'industrie dynamique quitte la ville, sans toutefois quitter l'agglomération »44.

Carte 8 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR LE STOCKAGE 1978-1986

Carte 8 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR LE STOCKAGE 1978-1986

Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B (d’après D.R.E. : SIROCO-SILICONE 1978-86)

3. SURFACES HORS-ŒUVRES COMMENCEES POUR LE STOCKAGE (carte 8)

13Sous le terme de stockage sont regroupés les entrepôts exploités commercialement ou sous douane (pour marchandises et matériels), les entrepôts frigorifiques, les silos (céréales, béton), les châteaux d'eau, les stockages de produits pétroliers, les aires de stockage couvertes pour les matières premières, les produits de l'artisanat et de l'industrie et pour le commerce (gros et détail) et diverses aires de stockage dont celles non couvertes.

  • 45 rauscent l., 1987, p. 71.

14Dans la classe des plus de 20 000 m2 construits apparaissent exclusivement des communes de la zone de Bordeaux, dont Bordeaux et Mérignac (>75 000 m2), suivies de Bassens, Blanquefort, Pessac, Bègles et Cestas. Dans ces communes le stockage est lié soit à l'extension des entrepôts dans les zones industrielles et à ceux du commerce de gros, soit au remodelage de la zone portuaire notamment à Bassens où les installations pour l’import-export du bois ont été renouvelées45.

15Dans la deuxième classe (de 4 000 à 20 000 m2), la zone de Bordeaux domine toujours suivie de secteurs à forte composante rurale : La Réole, Bazas, Bernos-Beaulac, Gironde au Sud-Est, Cavignac au Nord, Libourne au Nord-Est et Marcheprime à l'Ouest et quelques points isolés : Izon, Vayres et La Teste.

16Dans la troisième classe (de 1 100 à 4 000 m2), ce sont encore 15 communes de la zone bordelaise qui apparaissent, puis le Libournais très bien représenté (11 communes), les bourgs du Cubzacais, ainsi que quelques communes de l'Arcachonnais (stockage du bois) et du Médoc (stockage du vin).

4. SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCEES POUR LE COMMERCE46 (carte 9)

  • 46 Les locaux de commerce sont les boutiques et magasins de vente (détail) ; les grandes surfaces de v (...)

17La première classe (> 5 000 m2) voit au premier plan, Mérignac et Bordeaux (> 70 000 m2) : les phénomènes des grandes surfaces et du commerce de gros apparaissent ainsi clairement comme un renforcement de la fonction commerciale métropolitaine. Ces deux communes accueillent en effet 30 % de la totalité des surfaces commerciales construites pendant cette période. Ceci s'effectue toujours dans des zones spécialisées : à proximité de l'aéroport pour Mérignac (avec une effet d'agglomération autour de la marque Carrefour), à proximité du Lac, au sud de la rocade pour les grandes surfaces du commerce de détail de Bordeaux (avec l'hypermarché Auchan, comme élément moteur), et dans la zone de Bordeaux-Nord, au nord de la rocade, pour les établissements du commerce de gros.

Carte 9 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR LE COMMERCE 1978-1986

Carte 9 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR LE COMMERCE 1978-1986

Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B (d’après D.R.E. : SIROCO-SILICONE 1978-86)

18À une échelle moindre (entre 5 000 et 20 000 m2), ce sont encore les grandes surfaces et les centres commerciaux qui expliquent les constructions observées tant dans la zone touristique (La Teste, Biganos) que dans les quatre sous-préfectures Libourne, Langon, Lesparre et Blaye.

  • 47 insee-scees, 1988, p. 19.
  • 48 courson j.p. L'hypermarché se rapproche..., 1990, p. 203.

19Dans la seconde classe (1 000 à 5 000 m2), on trouve encore 16 communes de la zone bordelaise, 8 dans le Médoc dont 5 sur la côte Atlantique (Vendays, Soulac, Carcans, Lacanau, Hourtin), 4 sur le Bassin d'Arcachon (dont Gujan-Mestras, Lège-Cap-Ferret, Andernos). Le reste du département ne laisse apparaître aucune zone homogène, mais un semis de bourgs dont l'équipement commercial reste étroitement lié au dynamisme local. Cette impression de dissémination des constructions pour le commerce, est conforme à l'évolution nationale qui, parallèlement à une disparition du commerce de détail, montre une augmentation des grandes surfaces (hyper ou supermarchés). La proportion des communes équipées est passée de 6,1 % à 9,4 % entre 1980 et 1988 pour l'ensemble des communes françaises (17,3 % des communes de Gironde, en 1988)47, de 0,4 à 1,1 pour le rural profond, de 1,5 à 3,7 % pour le rural périurbain48.

5. SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCEES POUR LES BUREAUX49 (carte 10)

  • 49 Les bureaux comprennent les locaux ou immeubles de bureaux sans spécification ; les cabinets des pr (...)
  • 50 rauscent l., 1987, p. 72.

20C'est la carte la plus représentative de la fonction métropolitaine. Elle pourrait s’intituler : "Bordeaux et le désert girondin". En effet, la définition des "bureaux", recouvre assez largement le domaine de l’activité quaternaire. Par exemple, cités administratives, salles d'ordinateurs, centres de Sécurité Sociale, cabinets de Professions Libérales, Banques, services commerciaux EDF-GDF, hôtel des Finances, connaissent leur densité maximale dans la capitale régionale. Ainsi les 179 000 m2 construits sur la commune de Bordeaux, représentent 44 % de la totalité des surfaces construites en bureaux girondins. A l'appui de ces remarques il faut noter que le siège social de la Cellulose du Pin (12 % du marché européen du kraft liner) a été transféré de Paris à Bordeaux en 198250.

Carte 10 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR LES BUREAUX 1978-1986

Carte 10 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR LES BUREAUX 1978-1986

Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B (d’après D.R.E. : SIROCO-SILICONE 1978-86)

21Les autres communes de plus de 5 000 m2 sont également toutes dans la zone de Bordeaux excepté Braud-St-Louis, (surfaces de bureaux étroitement liés à la construction de la centrale nucléaire).

22Dans la seconde classe (de 1 000 à 5 000 m2) apparaissent encore 17 communes de la zone centrale, deux du Médoc (Pauillac et Lacanau), deux du Bassin d'Arcachon (Belin et Arcachon), trois dans le Libournais (Libourne, St-Emilion, Pellegrue), Langon et Bourg-sur-Gironde.

23Ainsi les 3/4 des communes qui apparaissent dans les deux premières classes appartiennent à la zone centrale Bordeaux.

  • 51 dumas j., 1987, p. 88.

24Cette carte consacre la coupure entre le secteur productif en perte de vitesse au niveau des activités de base et le secteur tertiaire et notamment le tertiaire supérieur, de plus en plus développé dans la métropole et qui tend à relayer le secteur industriel au niveau de l'emploi. Pour le secteur privé, le rapport des emplois tertiaires et secondaires est passé de 1,22 à 1,77 dans la Communauté Urbaine de Bordeaux51.

Carte 11 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR LES AUTRES ACTIVITÉS 1978-1986

Carte 11 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR LES AUTRES ACTIVITÉS 1978-1986

Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B (d’après D.R.E. : SIROCO-SILICONE 1978-86)

6. SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCEES POUR « AUTRES ACTIVITES »52 (Carte 11)

  • 52 Dans les locaux réservés aux autres activités, il faut inclure les constructions pour les garages e (...)

25« Autres activités » : ce vocable regroupe des activités aussi diverses que les garages et le stationnement, les transports, les postes et les télécommunications, l’enseignement, la formation et la recherche, la culture et les loisirs, la santé, l'hygiène et l'action sociale, la justice, la police et la sécurité civile.

26Les trois premières classes font apparaître :

  • avant tout la zone de Bordeaux (35 communes) ;

  • puis celle du bassin d'Arcachon (11 communes) ;

  • la partie littorale du Médoc (11 communes) ;

  • puis le Libournais (10 communes).

  • 53 fontaine f., 1990 p. 17.

27Bordeaux n'est pas une exception parmi les métropoles régionales, qui « aspirent à concentrer sur leur sol des équipements avancés de communication, de recherche, d'enseignement et de... loisirs, qui multiplieront les opportunités d'emplois hautement qualifiés »53. Ces équipements de haute valeur attractive, très gros consommateurs d'espace et qui étant trop coûteux en investissements, ne peuvent être entrepris que par la métropole et donc localisés dans la zone métropolitaine.

Tableau 7 - Surfaces hors-œuvre commencées par activité et par zone d’emploi 1978-1986 (données en pourcentages)

Tableau 7 - Surfaces hors-œuvre commencées par activité et par zone d’emploi 1978-1986 (données en pourcentages)
  • 54 courson j.-p., 1990, p. 34-35.

28Il est frappant de constater que l'Est et le Sud du département ne sont pratiquement pas touchés par ces constructions sauf dans les petites villes (Langon, Bazas, La Réole), qui apparaissent dans la tranche de 1 300 à 4 000 m2. Dans le Cubzacais, le phénomène est le même puisqu'on retrouve essentiellement Blaye, Bourg, Cubzac et Braud dans les deuxième et troisième classes54.

  • 55 courson j.-p., 1990.
  • 56 Il s'agit notamment des blocs sanitaires et bureaux d'accueil des campings, des hôtels, des village (...)

29Ce type d'activités répondant de près aux besoins de la population, il n'est pas étonnant que les surfaces construites reflètent largement le poids démographique de la zone considérée55. Ainsi la zone centrale compte 60 % des constructions en ce domaine comme 60 % environ de la population girondine. Cependant, la part proportionnellement plus importante constatée à l'Ouest (Médoc et Arcachonnais), dépasse les besoins de la seule population locale et traduit la réponse aux besoins du tourisme saisonnier56, (13 % de la population girondine et 18 % des surfaces construites pour autres activités dans les zones d'Arcachon et du Médoc). Ainsi 92 % des nuitées de campings ont été faites dans les campings de la côte, lesquels se sont largement développés depuis une dizaine d'années avec la venue en masse d'étrangers (essentiellement Allemands, Hollandais et Britanniques) sur toute la côte landaise.

  • 57 mesplier-pinet j., 1987, p. 101-102.
  • 58 lacour c., puissant s., 1985.

30Toutefois, le tourisme estival et le tourisme d'affaires (colloques, congrès, visites, transactions) sont très présents à Bordeaux, puisque l'occupation du parc hôtelier est de 80 % en 1986. D’ailleurs un étranger sur cinq choisissant l’hôtel en Aquitaine séjourne à Bordeaux57. Depuis, le parc hôtelier s'est considérablement accru, tant en centre-ville (quartier Mériadeck), qu'en périphérie et notamment en bordure de la rocade et sur les zones d'activités. Ceci confirme le phénomène de métropolisation-littoralisation-désertification observé par C. Lacour et S. Puissant58.

  • 59 fabre j., 1991, p. 95.

31Ce sont aussi des constructions qui vont dans le sens d’une amélioration de l’environnement et du cadre de vie urbains et qui contribuent à améliorer l’image de marque et à grossir l’attractivité de la métropole bordelaise qui voudrait devenir une agglomération européenne. En effet les entreprises sont aujourd’hui aussi sensibles que les individus à la qualité du cadre de vie. « Une grande métropole 'joue' son image internationale sur la gestion de son cadre de vie autant que sur les équipements de prestige, tant il est vrai que les comparaisons, en termes de concurrence intervilles, ne négligent aucun aspect de la vie sociale »59.

Graphique 4 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES PAR ACTIVITÉ ET PAR ZONE D'EMPLOI 1978-1986

Graphique 4 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES PAR ACTIVITÉ ET PAR ZONE D'EMPLOI 1978-1986

7. APPORT DES PERMIS DE CONSTRUIRE A LA DELIMITATION DE LA ZONE D’INFLUENCE METROPOLISEE

32Les différents critères étudiés étant présents dans un grand nombre de communes, les cartes précédentes, sauf celle des bureaux, peuvent laisser au lecteur une impression de saupoudrage. Pour pallier cet inconvénient il est apparu nécessaire de synthétiser par zone d'emploi, les superficies construites à usages autres qu'habitation. C’est l'objet du tableau 7 et des graphiques 4 et 5.

33Le tableau 7 et le graphique 4 font apparaître de façon éclatante, la fonction métropolitaine de la zone d'emploi Centrale-Bordeaux. Ils permettent de revenir et d'insister sur l'expression « Bordeaux et le désert girondin ». Au total ce sont 58,8 % des surfaces construites qui l'ont été dans la zone Centrale-Bordeaux, ce qui représente 1 936 616 m2, la zone de Libourne qui vient au second rang, n'atteignant pas les 300 000 m2, soit 9,1 % du département. Qu'il s'agisse d'industrie, de stockage, de commerce, de bureaux, des « autres activités », les 2/3 des surfaces construites en Gironde, l'ont été dans la zone d'emploi de Bordeaux. Il faut noter que les constructions à usage de bureaux, directement liées aux activités de direction, sont pour près de 85 % faites dans cette zone, ce qui confirme encore le poids de la métropole. Ce n’est évidemment pas le cas pour les constructions agricoles bien représentées dans les zones d'emploi de Libourne et du Médoc (23 et 22 %) et tombant à 11-12 % dans les autres zones et même à 4 % dans la zone d'Arcachon.

34Si l'on veut pousser plus loin l'investigation pour chaque zone, le graphique 5 et le tableau 7 permettent d'apporter des précisions sur les proportions des surfaces construites par activité pour chacune des zones. Les « autres activités », donc celles plutôt liées au secteur public (administratif et socio-culturel) arrivent au premier rang des surfaces construites (22,3 %). Puis viennent presque à égalité, les superficies pour l'agriculture, le stockage et l'industrie (entre 18,2 et 16,9 %). Plus loin derrière viennent les constructions pour le commerce et les bureaux (12,7 et 12,3 %).

35Sauf pour les zones de Bordeaux et d'Arcachon les constructions à usage agricole sont proportionnellement partout, les plus importantes. Le Libournais, le Médoc, l'Entre-Deux-Mers et le Cubzacais sont les zones qui ont surtout bénéficié de la construction à usage agricole (plus de 45 % pour les trois premières citées et plus de 37 % pour la dernière).

36La zone Sud (Bazas, Langon, La Réole) offre un profil particulier avec un équilibre entre les constructions agricoles et celles pour l'industrie puisqu'elles y représentent respectivement 33,7 et 29 % soit près des 2/3 du total. Si les surfaces industrielles y sont cinq fois inférieures à celles de Bordeaux, elles sont cependant près du double de celles de Libourne. Une tradition industrielle existe dans cette zone (industrie du papier carton à Beaulac, Pompéjac, St-Michel-de-Castelnau et Villandraut, industrie du bois et industries diverses à La Réole) et a eu un effet d'entraînement sur les nouvelles zones industrielles créées.

Graphique 5 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCEES : % PAR ACTIVITE DANS CHAQUE ZONE D’EMPLOI 1978-1986

Graphique 5 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCEES : % PAR ACTIVITE DANS CHAQUE ZONE D’EMPLOI 1978-1986

37Arcachon a porté ses efforts sur les équipements commerciaux (19,5 %) et les « autres activités » (32 %), le Médoc a aussi construit pour ce dernier secteur (25,5 % de ses constructions). C'est la conséquence du développement du tourisme sur le littoral, dans ces deux zones Pour la zone de Bordeaux, les bureaux représentent la part la plus importante des constructions avec 33,3 %, ce qui lui donne un profil unique et souligne encore son rôle de commandement En seconde et troisième position arrivent les surfaces construites pour les « autres activités » (23,5 %), ce qui s’explique par les constructions du centre directionnel de Mériadeck en centre-ville et de celles du quartier du Lac et celles pour le stockage (21,9 %), avec notamment le développement de Bordeaux-Nord, prolongé par la zone de Bruges.

38Pour le Cubzacais les « autres activités » représentent 17 % du total et arrivent au second rang après les constructions agricoles. Ceci résulte de la présence de petites villes et de bourgs en développement (Blaye, Bourg, St-Ciers-sur-Gironde, Braud-St-Louis). La proportion relativement forte de constructions en bureaux (14,4 %) est très liée à une opération ponctuelle : la centrale nucléaire de Braud-St-Louis.

  • 60 uhaldeborde j.-m., 1987, p. 160-161.

39Pour conforter encore le rôle de la métropole, les finances locales offrent un autre point d'appui. Les communes de la Communauté Urbaine de Bordeaux et la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB) concentrent la moitié des dépenses totales des collectivités locales de la Gironde. Ce pourcentage est le même si les dépenses de fonctionnement et les dépenses d'investissement sont dissociées. Les dépenses totales de la métropole (limites CUB) sont aussi importantes que celles des 516 autres communes et 207 syndicats intercommunaux de Gironde réunis60.

40Jusqu'ici la recherche s'est déroulée dans le cadre des zones d'emploi. Il faut essayer de s'en affranchir et tester si la métropole bordelaise n'a réellement comme limites que celles de « Bordeaux-Zone Centrale » comme tout le laisse à penser ou bien si elle ne s’étale pas au-delà. Car la zone d'emploi est un point d’appui sûr au niveau des emplois, mais il n'est pas du tout certain qu'elle soit suffisante pour délimiter l'emprise spatiale de la métropole bordelaise qui s'exprime par une dynamique de constructions qui imprime sa marque sur l'espace et qu'il faut ajouter à celle des migrations alternantes.

Notes

35 Les constructions pour l'agriculture sont les installations et bâtiments agricoles tels qu'étables, granges, celliers, greniers, fenils, chais, hangars agricoles, remises annexes de bâtiments agricoles, poulaillers pour élevages industriels de volailles, serres, écuries, porcheries, bergeries et autres travaux concernant des exploitations agricoles.

36 duboscq p., 1987, p. 40-41.

37 duboscq p., 1987, p. 41.

38 Les constructions pour l'industrie comprennent : les centrales de production d'électricité (thermiques, hydrauliques, nucléaires ; les bâtiments techniques du réseau EDF/GDF (transformateurs, sous-stations...) ; les usines de traitement des ordures ménagères (incinérations, y compris le chauffage urbain...), les bâtiments techniques des raffineries, cockeries ; les usines de traitement des eaux (eaux usées, eaux potables) y compris les stations de pompage ; les chaufferies d'immeubles (si numéroté en tant que bâtiment sur le plan de masse) ; les ateliers de fabrication industrielle (usines) ; les ateliers d'artisans ; les bâtiments spécifiques aux industries agroalimentaires (laiteries, fromageries, caves de vinification, salles d'abattage ou abattoirs...) ; les bâtiments techniques de l'industrie (fours, hauts-fourneaux).

39 rauscent l., 1987, p. 69.

40 dumas j., 1987, p. 76-77.

41 dumas j., 1987, p. 86.

42 armand-madelin v., maliverney j., minni c. 1990, p. 62.

43 dumas j., 1987, p. 90-97.

44 dumas j., 1987, p. 94.

45 rauscent l., 1987, p. 71.

46 Les locaux de commerce sont les boutiques et magasins de vente (détail) ; les grandes surfaces de vente (supermarchés, magasins populaires, hypermarchés, grands magasins, commerce de gros) ; les marchés couverts, les halles de ventes ; les salles et halls d'exposition (de matériels divers, animaux...) ; les cafés, les restaurants.

47 insee-scees, 1988, p. 19.

48 courson j.p. L'hypermarché se rapproche..., 1990, p. 203.

49 Les bureaux comprennent les locaux ou immeubles de bureaux sans spécification ; les cabinets des professions libérales (médecins, notaires, architectes, agents d'assurances...) ; les locaux ou immeubles de bureaux à caractère administratif ou bancaire dont l'usage principal est l'accueil du public (agence de banque, guichets des PTT, centres de Sécurité Sociale ou d'allocation familiales, services commerciaux EDF-GDT...) ; les locaux ou immeubles de bureaux à caractère administratif dont l'utilisation principale n'est pas l'accueil du public (Cités administratives, Hôtels des Finances, Préfectures et sous-préfectures. Centres de chèques postaux...) ; Hôtels de Ville, mairies, mairies annexes...) ; les locaux de bureaux à caractère technique (salles d'archives, salles d'ordinateurs, bureaux de dessin, chambres fortes, salles de coffres) ; les locaux de bureaux rattachés à l'exercice d'une activité industrielle ; les locaux de bureaux rattachés à l'exercice d'une activité commerciale ; les locaux de bureaux rattachés à des équipements collectifs.

50 rauscent l., 1987, p. 72.

51 dumas j., 1987, p. 88.

52 Dans les locaux réservés aux autres activités, il faut inclure les constructions pour les garages et le stationnement (garages d'entreprises de transport - voyageurs, marchandises - et de déménagement) ; les transports, les postes, les télécommunications (gares routières, centres routiers, gares de voyageurs SNCF, stations de métro, gares de marchandises,’ aéroports, aérogares, stations de transmissions radio-électriques, centraux téléphoniques, télégraphiques des PTT) ; l'enseignement, la formation, la recherche (les classes où établissements scolaires du premier degré et du second degré (public et privé), les locaux ou établissements de renseignements supérieur du premier cycle et du second cycle, les locaux ou établissements d'enseignement continu (public ou privé), les locaux ou établissements de recherche, d’expérimentation d'analyses rattachés à des établissements d'enseignement ou de recherche pure, les locaux ou établissements de recherche appliquée, d'expérimentation d’analyses liés à une activité industrielle ou commerciale) ; la culture et les loisirs (les locaux ou établissements destinés aux représentations artistiques, les salles ou établissements d’enregistrement ou de diffusion (station de radio et TV), les locaux ou établissements de conservation" (bibliothèques, phonothèques, discothèques, musées et galeries d'exposition), les locaux ou établissements d’action socio-culturelle, les clubs de prévention, les clubs du Troisième âge, les locaux d'accueil et de réunions, les salles de fêtes, les foyers ruraux les centres d'animations, les salles de sports, gymnases, COSEC, les autres équipements de sports couverts, les vestiaires, les édifices des cultes) ; la santé, l'hygiène, l'action sociale (les services des centres hospitaliers régionaux ou universitaires, les services des centres hospitaliers non-spécialisés et spécialisés, les locaux et établissements de cure, de repos, de convalescence, y compris les hôpitaux de jour, les dispensaires, les établissements de thermalisme et de thalassothérapie, les centres de P.M.I. - protection maternelle infantile - et de P.I., les cliniques privées, les nécropoles, les crématoriums, les locaux et établissements pour inadaptés et handicapés, les maisons de retraite hospitalières, les foyers-restaurants pour personnes âgées, les cantines, les mess, les centres sociaux, les crèches, les jardins d'enfants, les garderies, les autres locaux d’aide sociale) ; la justice, la police et la sécurité civile (les cours et les tribunaux, les maisons d'arrêt et les foyers, les centres d'éducation surveillée, les maisons centrales et de correction, les commissariats, les postes de police, les centres de secours, les casernes de sapeurs-pompiers, les bâtiments militaires non-couverts par le secret, les gendarmeries).

53 fontaine f., 1990 p. 17.

54 courson j.-p., 1990, p. 34-35.

55 courson j.-p., 1990.

56 Il s'agit notamment des blocs sanitaires et bureaux d'accueil des campings, des hôtels, des villages de vacances avec leurs salles d'animation, de restauration...

57 mesplier-pinet j., 1987, p. 101-102.

58 lacour c., puissant s., 1985.

59 fabre j., 1991, p. 95.

60 uhaldeborde j.-m., 1987, p. 160-161.

Table des illustrations

Titre Carte 6 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR L’AGRICULTURE 1978-1986
Légende Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B (d’après D.R.E. : SIROCO-SILICONE 1978-86)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15123/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Carte 7 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR L’INDUSTRIE 1978-1986
Légende Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B (d’après D.R.E. : SIROCO-SILICONE 1978-86)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15123/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Carte 8 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR LE STOCKAGE 1978-1986
Légende Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B (d’après D.R.E. : SIROCO-SILICONE 1978-86)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15123/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Carte 9 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR LE COMMERCE 1978-1986
Légende Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B (d’après D.R.E. : SIROCO-SILICONE 1978-86)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15123/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Carte 10 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR LES BUREAUX 1978-1986
Légende Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B (d’après D.R.E. : SIROCO-SILICONE 1978-86)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15123/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Carte 11 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES POUR LES AUTRES ACTIVITÉS 1978-1986
Légende Cartographie Françoise Rollan C.E.S.U.R.B (d’après D.R.E. : SIROCO-SILICONE 1978-86)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15123/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Tableau 7 - Surfaces hors-œuvre commencées par activité et par zone d’emploi 1978-1986 (données en pourcentages)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15123/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Graphique 4 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCÉES PAR ACTIVITÉ ET PAR ZONE D'EMPLOI 1978-1986
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15123/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Graphique 5 - SURFACES HORS-ŒUVRE COMMENCEES : % PAR ACTIVITE DANS CHAQUE ZONE D’EMPLOI 1978-1986
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15123/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 217k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540