Version classiqueVersion mobile

La zone d’influence métropolisée de Bordeaux

 | 
Françoise Rollan

3. Les migrations alternantes

Texte intégral

  • 25 insee migralt., 1962 et 1968.
  • 26 insee mirabelle., 1975 et 1982.
  • 27 savary g., 1990.
  • 28 baratra m., 1987.

1L’idée de partir des migrations alternantes (déplacements des personnes actives entre leur résidence et leur lieu de travail) pour des études détaillées n'est pas nouvelle, et les données MIGRALT25 et MIRABELLE26 ont déjà été utilisées dans des études sur l’agglomération bordelaise27 ou sa périphérie28.

1. LE SYSTEME MIRABELLE

2Le système MIRABELLE (Méthode Informatique de Recherche et d'Analyse des Bassins par l’Etude des Liaisons Logement-Emploi) mis au point par l'INSEE en 1975 pour l’étude des bassins d'emploi fournit la liste détaillée des migrations entre communes, pour les recensements de 1975 et 1982. Lors du recensement, les personnes actives sont interrogées sur la localisation de leur travail. MIRABELLE retient les réponses des actifs ayant un emploi dans une commune distincte de leur commune de résidence et fournit l'origine et la destination des migrants :

3La liste est organisée par département et par commune.

4Pour chaque commune de référence R on trouve : son code INSEE, son nom, ses numéros d'arrondissement et de canton.

5Pour chaque commune T (travail) ayant un échange avec cette commune de référence :

  • Le nombre de personnes résidant en R, et allant travailler en T et le taux correspondant (rapporté à la population active de R) ;
  • Le nombre de personnes résidant en T, et allant travailler en R et le taux correspondant (rapporté à la population active de T) ;
  • Le nom de la commune T.

6(Les flèches →, ← ouindiquent respectivement une sortie de R, une entrée dans R, ou les deux à la fois).

7On trouve ensuite un récapitulatif pour la commune de référence R :

8X1 = nombre de résidents actifs (ayant un emploi),

9X2 = nombre de sorties (actifs résidant en R et travaillant à l'extérieur) et taux de sorties (X2/X1),

10X3 = nombre de stables (actifs résidant et travaillant en R) et taux de stables (X3/X1),

11X4 = nombre d'emplois (actifs travaillant en R) et taux d'emplois (X4/X1),

12X5 = nombre d'entrées (actifs travaillant en R et habitant à l'extérieur) et taux d'entrées rapportées au nombre d'emplois (X5/X4),

  • 29 insee mirabelle., 1975 et 1982.

13X6 = solde (X5-X2) et taux (X6/X1)29

Tableau 3 - Exemple de sortie de Mirabelle : commune d'Arcins

Tableau 3 - Exemple de sortie de Mirabelle : commune d'Arcins

14Par exemple, pour 1982, le tableau 3 sur la commune de référence ARCINS se lit de la façon suivante :

Département 33, Commune 010, Arrondissement 2, Canton 20.
29 actifs d'Arcins (soit 22,13 % de la population active d'Arcins) vont travailler à Bordeaux, mais aucun actif de Bordeaux ne vient travailler à Arcins, 6 actifs d'Arcins (4,58 % de la population active d'Arcins) vont travailler à Margaux et 3 actifs de Margaux (soit 0,57 % des actifs de Margaux vont à Arcins, 4 actifs d'Arcins vont à Lamarque tandis que 13 actifs de Lamarque (4,92 % de la population active de Lamarque) vont à Arcins.
131 actifs ayant un emploi, résident à Arcins, dont 63 travaillent dans la commune et 68 à l'extérieur.
24 actifs résidant à l'extérieur, travaillent à Arcins, ce qui porte à 87 le nombre
d'emplois occupés à Arcins.
Le solde est de - 44, ce qui signifie qu'il y a 44 sorties de plus que d'entrées.

2. UNE NOUVELLE UTILISATION DES MIGRATIONS ALTERNANTES

  • 30 savary., 1980.
  • 31 insee. Vue sur L'Économie d’aquitaine, 1979, no 6.

15La nouveauté de notre approche a été de comparer non plus commune à commune comme G. Savary30 ou l'INSEE31, mais chaque commune à l'ensemble de la zone centrale, de façon à mieux isoler le phénomène "métropole" des phénomènes de simple proximité.

16Pour chaque commune extérieure à la zone centrale nous avons tenté de définir un taux de métropolisation. Pour cela nous avons pris la somme des sorties vers chacune des 70 communes du "noyau". Ainsi dans notre exemple, 42 sorties d'Arcins (soit 4 vers Blanquefort +29 vers Bordeaux +2 vers Le Bouscat +2 vers Mérignac +2 vers Pessac +2 vers Le Pian +1 vers Talence) vont travailler dans la Zone Centrale. Ce total, rapporté au total des migrants actifs hors de la commune, permet de mesurer le degré d'influence de la zone centrale "métropolitaine" sur la commune. Pour Arcins, 42/68 x 100 = 61,8 % des migrants se dirigent vers la Zone de Bordeaux.

17La formalisation de ce taux est donnée par :

18où ∑sij = somme des sorties de la commune i vers les j communes de la zone centrale (j =70) ;

19et Si. = Total des migrants actifs de la commune j.

20Les données de MIRABELLE 90 n’étant pas encore publiées, un traitement spécial fait à l’INSEE, a fourni les entrées-sorties par commune d’origine-destination ainsi que les stables (actifs travaillant au lieu de résidence) par commune du département de la Gironde.

21Les résultats complets du département de la Gironde, pour 1975, 1982 et 1990 sont présentés en annexes 2, 3 et 4.

22Notre but étant de déterminer l'aire d'extension de la métropole, nous avons, dans une première étape, repéré les degrés décroissants d'influence. Nous avons ainsi défini un "seuil de rupture" (≥ 50 % des déplacements de la commune considérée vers la zone centrale), comme étant le point de bascule de la commune dans la zone d'influence de la métropole. A partir de l’histogramme des pourcentages, des classes ont été définies comme suit : ≥ 80 %, de 60 à 79 %, de 50 à 59 % et de 30 à 49 %. Le repérage des pourcentages situés entre 30 et 50 % permet de s'interroger sur l'extension future la plus probable de l'aire métropolitaine.

3. UN ACCROISSEMENT CONTINU DES MIGRATIONS ALTERNANTES DEPUIS 1975

23Une mise en perspective dans le temps nous permet de retrouver le tracé pour les recensements de population de 1975,1982 et 1990 (annexes 2, 3, 4 et cartes 3, 4 et 5) et d’apporter un premier contour des nouveaux territoires éventuels de la métropole bordelaise.

24La carte 3 (situation 1975) fait apparaître que pour la zone d'Arcachon, seule Andernos dépassait le seuil des 50 % en 1975. L'avancée vers le Sud (Bazas) était beaucoup moins marquée qu’en 1982-90 : Saint-Magne, Saint-Symphorien, Le Tuzan n'étaient pas encore touchés. Par contre le tracé était sensiblement le même dans l'Entre-Deux-Mers, Targon mis à part.

25Sur la zone du Cubzacais, en 1975 l'influence était plus marquée le long de la RN 10 qu'elle ne l'est en 1982 (Laruscade, Cavignac, Saint-Yzan-de-Soudiac, Saint-Savin) ; par contre, l'emprise de Bordeaux était moins nette sur Pugnac, Tauriac, Saint-Savin-de-Blaye (tracé de l'autoroute actuelle). Par ailleurs, sur Bourg, Saint-Seurin-de-Bourg, Bayon et Prignac, l'attraction bordelaise était plus forte, n'étant pas encore concurrencée par l’implantation de la centrale nucléaire de Braud-Saint-Louis.

26La zone du Libournais était déjà indépendante de la zone de Bordeaux. Presque toutes les communes de la zone d'emploi de Libourne-Ste-Foy-la-Grande sont dans la tranche où moins de 30 % des migrants vont dans la zone de Bordeaux.

27La carte 4 (situation 1982), fait clairement apparaître des zones entièrement dépendantes des emplois de la "Métropole" : Bassin d'Arcachon, Sud-Médoc, environs de Saint-André-de-Cubzac, proche Entre-Deux-Mers et Haute Lande Girondine, alors que, très vite, d'autres zones affirment leur indépendance (Libournais, par exemple). D'autres sont écartelées comme l'Entre-Deux-Mers pour lequel l'Ouest est très lié à Bordeaux, le Nord-Est (secteur de Brame) étant capté par Libourne, le Sud-Est par les petites villes de la vallée de la Garonne (Langon, Bazas, La Réole). Dans le Nord-Médoc, Le Verdon, Lesparre, Pauillac et le grand vignoble retiennent l'essentiel de la population active. L’absence de communications rapides expliquent aussi les faibles taux de migrations de travail vers la zone centrale. Le Nord-Blayais a bénéficié de la construction de la centrale nucléaire de Braud-St-Louis. Au total, l'emprise de la zone d'emploi de Bordeaux tend à s'élargir partout sur ses marges et toujours à proximité des zones industrielles créées (Blanquefort, Mérignac, Pessac, Bègles-Villenave d’Ornon, Artigues, Ambarès, Ambès) ou des grandes entreprises (snias, snpe, Aérospatiale, Dassault, ibm, l’Alsacienne,...), installées sur les communes du pourtour de la zone centrale et le long des principaux axes de circulation.

Carte 3 - MIGRATIONS DE TRAVAIL VERS LA ZONE D’EMPLOI "CENTRALE - BORDEAUX" EN 1975

Carte 3 - MIGRATIONS DE TRAVAIL VERS LA ZONE D’EMPLOI "CENTRALE - BORDEAUX" EN 1975

Cartographie Françoise Rollan. C.E.S.U.R.B (d’après INSEE : MIRABELLE 1975

28La carte 5 (situation 1990), permet de vérifier qu’une partie des communes ayant de 30 à 50 % des sorties vers la zone centrale en 1982 ont bien basculé vers celle-ci en 1990. Les secteurs les plus touchés sont : le Sud-Médoc jusqu’à Carcans avec un renforcement à Ste-Hélène, Le Temple, Avensan et Cantenac, le Bassin d'Arcachon avec Biganos et un renforcement de Saucats, Labrède, St-Morillon, Belin-Beliet, Hostens. Cependant il faut noter un recul d’Andernos, du Tuzan, et d’une étroite frange du Langonais et de l'Entre-Deux-Mers. St-Symphorien est repassé dans la classe des 30-50 %. Au Nord du Cubzacais, sur la ligne ferroviaire Bordeaux-Nantes, les communes de St-Yzan, St-Mariens, Cavignac desservies par des trains cadencés (trois le matin au départ de St-Yzan, St-Mariens et deux partant de Saintes ou de Nantes joignent Bordeaux en moins de 50 minutes), sont aussi passées dans la classe des plus de 50 %.

29Les marges de cette zone sont mouvantes et des phénomènes de création/suppression d'activités, de construction d'autoroute, de mise en service par la SNCF de trains cadencés, peuvent aussi bien en modifier le tracé que lui conserver une apparente stabilité. D’autre part, des reculs exprimés en valeurs relatives, masquent une partie du phénomène, à savoir une augmentation générale des flux vers Bordeaux et un accroissement encore plus important du total des sorties de la commune. C’est le cas pour Andernos, St-Symphorien.

30Par ailleurs, il ne fait pas de doute que l'attraction de la zone de Bordeaux sur le bassin d'emploi d'Arcachon après la fermeture d'entreprises industrielles d'Arcachon-La Teste, la création de la voie rapide Bordeaux-Arcachon et l’amélioration des liaisons ferroviaires Bordeaux-Arcachon a été sensiblement renforcée. Ainsi six trains partent le matin d’Arcachon et arrivent à Bordeaux avant 9 heures, en 40 à 55 minutes. De même nous pouvons nous interroger sur les répercussions actuelles de l'implantation de la centrale nucléaire de Braud-St-Louis (Blayais). Dans la zone du Cubzacais, ce qui est sûr c’est que la métropole a accru sa pression sur les communes situées entre la RN 10 et la RN 137, jusqu’à Cartelègue. Est-ce la présence de l’autoroute A 10 entre les deux ? ou bien la fin de la construction de la centrale nucléaire de Braud-St-Louis ? Des données manquent à l’échelon communal sur les emplois par type d’activité pour répondre à cette question.

Carte 4 - MIGRATIONS DE TRAVAIL VERS LA ZONE D’EMPLOI "CENTRALE - BORDEAUX" EN 1982

Carte 4 - MIGRATIONS DE TRAVAIL VERS LA ZONE D’EMPLOI "CENTRALE - BORDEAUX" EN 1982

Cartographie F. Rolland C.E.S.U.R.B (d’après INSEE : MIRABELLE 1982)

4. APPORT DES MIGRATIONS ALTERNANTES A LA CONNAISSANCE DE L'AIRE D’INFLUENCE METROPOLITAINE

31Pour synthétiser les enseignements des cartes précédentes, il nous a semblé nécessaire de faire des graphiques (graphiques 1, 2 et 3) montrant le poids respectif des emplois offerts, de la destination des entrées et sorties pour chaque zone.

32Les zones sont représentées par des cercles proportionnels au nombre d'emplois offerts à l'intérieur de la zone. Les flux qui partent de chaque zone vers la zone centrale sont représentés par une flèche proportionnelle au nombre de résidents actifs allant travailler dans la zone centrale. Les flux issus de la zone centrale sont représentés par une flèche proportionnelle au nombre de migrants de la zone centrale allant travailler dans la zone considérée.

33Les 323 000 emplois offerts en 1990 (300 000 en 1982, 280 000 en 1975) par la zone centrale traduisent sa puissance économique comparativement au faible nombre d'emplois offerts par chacune des autres zones (entre 17 600 et près de 40 000 en 1990, de 17 000 et 41 000 en 1982 et de 15 000 à 38 000 en 1975).

34Il faut remarquer que les flux vers la zone centrale sont de 2,5 à 10 fois plus importants pour chacune des zones, que ceux observés dans le sens inverse.

35Cependant, si globalement les valeurs brutes sont considérées, la zone centrale envoie de 4 à 6 fois moins de migrants journaliers vers les zones périphériques qu'elle n'en reçoit de celles-ci. Or les emplois offerts dans la zone de Bordeaux ne représentaient qu'un peu plus du double de ceux de la périphérie en 1975 et 1982, (soit respectivement 135 000 et 146 000). La tendance observée entre 1982 et 1990 va dans le sens d’un renforcement de Bordeaux-Zone Centrale puisqu’elle offre 22 000 emplois supplémentaires contre seulement 1 000 en périphérie, où le nombre de résidents actifs a pourtant augmenté de près de 10 000. Le nombre d'emplois offerts dans la zone centrale est toujours supérieur à celui de ses résidents actifs, situation inverse de celle de chacune des zones périphériques.

36En valeurs relatives les taux de croissance des emplois offerts sont encore plus significatifs. Alors que ces taux sont passés de 8,3 % pour la période 1975-82 à 0,8 % pour 1982-90 en périphérie, ils ont augmenté de 7,1 % à 7,5 % au centre. Tout ceci tendrait à expliquer le fort pouvoir d'attraction exercé par la métropole bordelaise, pouvoir qui d'ailleurs ne fait que s'accroître, puisqu'en 1975, 6,4 % des emplois offerts dans la zone centrale étaient occupés par des migrants de la périphérie, qu'en 1982, cette proportion passait à 8,4 %, ce qui représentait plus de 25 000 personnes et qu’en 1990 ce rapport atteint 10,7 % soit près de 34 000 personnes.

Carte 5 - MIGRATIONS DE TRAVAIL VERS LA ZONE "CENTRALE - BORDEAUX" EN1990

Carte 5 - MIGRATIONS DE TRAVAIL VERS LA ZONE "CENTRALE - BORDEAUX" EN1990

Cartographie François Rollan. C.E.S.U.R.B (d’après INSEE : recensement de la population 1990)

37En effet, la comparaison des graphiques retraçant la situation en 1975, 1982 et 1990 montre :

  • un renforcement continu du pouvoir d'attraction de la zone centrale,
  • une quasi stagnation des départs de la zone centrale vers les zones périphériques jusqu’en 1982 et une légère augmentation entre 1982 et 1990.

381• Pour la période 1975-82, il apparaît un renforcement relatif de l'attractivité de la zone centrale, très marqué pour les zones d'Arcachon et de l'Entre-Deux-Mers, un peu moins fort dans le Médoc et le secteur de Langon-Bazas-La Réole, une quasi stagnation pour les zones de Libourne et du Cubzacais.

39Pour la période 1982-90, la tendance au renforcement de l’attractivité de la zone centrale se confirme et s’amplifie même pour les zones d’Arcachon, de l’Entre-Deux-Mers et du Cubzacais. Pour les autres zones elle est plus modérée (tableau 4). Elle s’affaiblit même dans le Médoc et elle reste très faible dans la zone de Libourne-Ste-Foy et celle de Langon-Bazas-La Réole où elle demeure inférieure à 10 %.

40Ainsi entre 1975 et 1982, dans les zones d'Arcachon, de l'Entre-Deux-Mers, du Médoc et de Langon-Bazas-La Réole, la croissance urbaine n'a pas été suivie d'une croissance identique des emplois et le déficit résidents actifs-emplois offerts a dû être couvert par une augmentation de migrations journalières vers la zone centrale de Bordeaux, c'est-à-dire la zone la plus porteuse d'emplois mais aussi la plus accessible. Libourne a accru de façon infime sa contribution à la zone de Bordeaux, comme le nord du département.

  • 32 Les pourcentages représentant la part des résidents actifs de la zone considérée, allant travailler (...)

Tableau 4 - Evolution de la part des migrants alternants vers Bordeaux par zone d’emploi32

Zone d'Emploi d'origine → Bordeaux

1975

1982

1990

• Zone d'Arcachon

11,3 %

17,7 %

23,1 %

• Zone du Médoc

13,4 %

16,4 %

18,8 %

• Zone du Cubzacais

23,1 %

24,1 %

30,5 %

• Zone de Libourne

6,3 %

7,4 %

9,2 %

• Zone de l'Entre-Deux-Mers

18,8 %

23,2 %

28,6 %

• Zone Langon-Bazas-La Réole

6,3 %

8,3 %

9,7 %

Graphique 1 - COMPARAISON DES ZONES D’EMPLOI DE LA GIRONDE EN 1975 (emplois offerts, résidents actifs, destination des entrées-sorties)

Graphique 1 - COMPARAISON DES ZONES D’EMPLOI DE LA GIRONDE EN 1975 (emplois offerts, résidents actifs, destination des entrées-sorties)

Tableau 5 - Evolution des emplois offerts dans les zones d’emploi de la Gironde

Tableau 5 - Evolution des emplois offerts dans les zones d’emploi de la Gironde

41Les zones qui envoient le plus de migrants journaliers, sont le Cubzacais malgré le grand nombre de créations d’emplois (4 000, soit 25,9 % en plus), le Bassin d’Arcachon et l'Entre-Deux-Mers. Il faut dire que ce sont aussi les zones qui ont vu le nombre de leurs résidents actifs croître de façon considérable (plus de 14 % à plus de 21 %).

42Le graphique permet de confirmer une des conclusions précédentes concernant la zone de Libourne. Elle est celle qui envoie, relativement le moins de migrants journaliers vers Bordeaux et en valeur absolue sa part demeure aussi, une des plus faibles. C'est d'ailleurs la seule zone qui présente un déficit [résidents actifs - emplois offerts = - 849] aussi faible (tableau 5).

43La période 1982-1990 montre que trois zones sont fortement déficitaires, ce sont les zones du Cubzacais, de l’Entre-Deux-Mers et du Bassin d’Arcachon (tableau 4), puisqu’elles envoient plus de 23 % de leur main-d’œuvre dans la zone centrale. Ce sont aussi les zones qui ont bénéficié de la plus forte augmentation de résidents actifs (de 7,8 % à 15,4 % pour la troisième). Le flux vers Bordeaux est un peu moins marqué pour le Médoc en dépit d’un accroissement notable de résidents actifs (+ 6,6 %). Les zones de Libourne-Ste-Foy-la-Grande et de Langon-Bazas-La Réole envoient toujours moins de 10 % de migrants journaliers dans la zone centrale, ce qui s’explique par le moindre déficit emplois offerts-résidents actifs et par l'absence de croissance pour la zone de Libourne ou la diminution des résidents actifs dans la zone de Langon-Bazas-La Réole (tableau 5) Mais surtout il faut souligner la part brutalement accrue (+ 6,4 %, soit le plus fort taux d’accroissement) du Cubzacais qui était restée stable entre 1975 et 1982. Les zones d’Arcachon et de l’Entre-Deux-Mers ont eu une augmentation comparable (+ 5,4 %).

Graphique 2 - COMPARAISON DES ZONES D’EMPLOI DE LA GIRONDE EN 1982 (emplois offerts, résidents actifs, destination des entrées-sorties)

Graphique 2 - COMPARAISON DES ZONES D’EMPLOI DE LA GIRONDE EN 1982 (emplois offerts, résidents actifs, destination des entrées-sorties)

442 • Une évolution relative d’abord stable, puis en légère augmentation après 1982, des départs de la zone centrale vers les autres zones, est en général parallèlement observée. Seulement 3 % en 1975,3,5 % en 1982 et 5 % en 1990 des emplois des zones périphériques sont couverts par des migrants de la zone de Bordeaux.

45Dans la stabilité des flux relatifs de la période 1975-82, deux zones font exception : le Cubzacais et l'Entre-Deux-Mers, qui ont vu la part de la zone de Bordeaux augmenter. En valeur absolue la zone la plus attractive est de loin celle du Bassin d'Arcachon puisqu'elle recevait près de 1 500 migrants journaliers, contre 1 000 à l'Entre-Deux-Mers, qui vient au second rang.

  • 33 Les pourcentages représentent la part des emplois offerts dans la zone considérés, occupés par des (...)

Tableau 6 - Évolution de la part des migrants alternants de Bordeaux par zone d’emploi33

BordeauxZone d'Emploi

1975

1982

1990

• Zone d'Arcachon

5,6 %

5,6 %

7,0 %

• Zone du Médoc

3,7 %

3,7 %

5,8 %

• Zone du Cubzacais

2,0 %

3,6 %

4,3 %

• Zone de Libourne

1,9 %

2,1 %

3,8 %

• Zone de l'Entre-Deux-Mers

4,3 %

5,8 %

7,9 %

• Zone Langon-Bazas-La Réole

1,4 %

1,6 %

2,3 %

  • 34 terrier c., 1990, p. 52-53.

46La période 1982-90 est marquée par des flux accrus de Bordeaux-zone centrale vers toutes les zones de la périphérie (graphique 3). Les plus fortes augmentations relatives sont observées dans l’Entre-Deux-Mers et le Médoc (+ 2,1 %), puis viennent le Libournais (+ 1,7 %) et le bassin d’Arcachon (+ 1,4 %). En valeur absolue c’est encore le bassin d’Arcachon qui est le plus attractif avec un peu plus de 2 000 migrants journaliers, puis la zone de Libourne avec 1 500 et l’Entre-Deux-Mers avec 1 400. Sans doute l'amélioration du réseau routier (voies rapides) et des services ferroviaires (Bordeaux-Arcachon, Bordeaux-Libourne-Coutras) et la crise économique ne sont-elles pas étrangères à cette mobilité accrue dans les deux sens. Selon C. Terrier et globalement pour la France, le domicile s'éloigne du travail. Ainsi, il a pu mesurer que la distance parcourue pour ces déplacements avait augmenté de près de 30 % entre 1975 et 1982 et que 50 % des actifs changent de commune pour aller travailler34.

Graphique 3 - COMPARAISON DES ZONES D'EMPLOI DE LA GIRONDE EN 1990 (emplois offerts, résidents actifs, destination des entrées-sorties)

Graphique 3 - COMPARAISON DES ZONES D'EMPLOI DE LA GIRONDE EN 1990 (emplois offerts, résidents actifs, destination des entrées-sorties)

47Il a été envisagé aussi de préciser les types d'emplois offerts en utilisant les données sur les activités, ventilées en trois secteurs économiques. Mais l'INSEE ne disposant pas du détail pour les communes de moins de 2 000 habitants, il n'a donc pas été possible de compléter la typologie des pôles d'attraction. Certaines petites communes peuvent en effet, avoir développé une activité génératrice d'emplois.

48L'approche par le volume des emplois (première approche) n’est qu'un aspect de la réflexion sur l'effet métropolisation. Nous avons donc essayé d’utiliser une autre base très riche : celle des permis de construire, qui donne les superficies suivant la destination (agricole, industrielle, de stockage, commerciale, de bureaux et autres). Ceci permet de combler une partie du vide précédent et autorise des comparaisons intéressantes sur les secteurs dominants en évolution, par commune.

Notes

25 insee migralt., 1962 et 1968.

26 insee mirabelle., 1975 et 1982.

27 savary g., 1990.

28 baratra m., 1987.

29 insee mirabelle., 1975 et 1982.

30 savary., 1980.

31 insee. Vue sur L'Économie d’aquitaine, 1979, no 6.

32 Les pourcentages représentant la part des résidents actifs de la zone considérée, allant travailler dans la zone centrale.

33 Les pourcentages représentent la part des emplois offerts dans la zone considérés, occupés par des migrants de la zone centrale.

34 terrier c., 1990, p. 52-53.

Table des illustrations

Titre Tableau 3 - Exemple de sortie de Mirabelle : commune d'Arcins
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Carte 3 - MIGRATIONS DE TRAVAIL VERS LA ZONE D’EMPLOI "CENTRALE - BORDEAUX" EN 1975
Légende Cartographie Françoise Rollan. C.E.S.U.R.B (d’après INSEE : MIRABELLE 1975
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Carte 4 - MIGRATIONS DE TRAVAIL VERS LA ZONE D’EMPLOI "CENTRALE - BORDEAUX" EN 1982
Légende Cartographie F. Rolland C.E.S.U.R.B (d’après INSEE : MIRABELLE 1982)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15120/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Carte 5 - MIGRATIONS DE TRAVAIL VERS LA ZONE "CENTRALE - BORDEAUX" EN1990
Légende Cartographie François Rollan. C.E.S.U.R.B (d’après INSEE : recensement de la population 1990)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15120/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Graphique 1 - COMPARAISON DES ZONES D’EMPLOI DE LA GIRONDE EN 1975 (emplois offerts, résidents actifs, destination des entrées-sorties)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15120/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre Tableau 5 - Evolution des emplois offerts dans les zones d’emploi de la Gironde
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15120/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Graphique 2 - COMPARAISON DES ZONES D’EMPLOI DE LA GIRONDE EN 1982 (emplois offerts, résidents actifs, destination des entrées-sorties)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15120/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Graphique 3 - COMPARAISON DES ZONES D'EMPLOI DE LA GIRONDE EN 1990 (emplois offerts, résidents actifs, destination des entrées-sorties)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15120/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 363k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search