Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La zone d’influence métropolisée de Bordeaux

 | 
Françoise Rollan

2. Définition de l’aire d’étude et méthodologie

Texte intégral

  • 14 baratra m., op. cité.

1L’objectif ici, n’est pas de déterminer l’aire d’attraction de Bordeaux comme M. Baratra l’avait fait en 196614, mais de définir la zone d’influence métropolisée c’est-à-dire l’emprise spatiale réelle de la métropole bordelaise. D’ailleurs la définition des « aires métropolitaines » entre dans les nouveaux projets d’aménagement du territoire, dans le cadre d’une coopération renforcée métropole-région. Nous ne nous interrogeons pas sur le rôle de « Métropole » de Bordeaux, cette question étant traitée par un autre groupe.

1. DEFINITION DE L’ESPACE METROPOLISE

  • 15 noin d., 1984, p. 84.
  • 16 dumas j., 1987, p. 96.

2Nous posons en hypothèse que ce rôle, s’il existe, se traduit par des empreintes et des flux sur le territoire. Ce sont les limites de ces marques (empreintes et flux), que nous cherchons à définir. Les limites d’une zone d’influence sont difficiles à préciser puisque le rôle d’une ville sur l’espace environnant est de plus en plus faible au fur et à mesure que la distance augmente, jusqu’à tendre vers zéro, c’est-à-dire jusqu’à rencontrer l’influence, également très faible d’une autre ville. L’espace est donc formé d’une série de « champs » analogues aux champs magnétiques et dont les intensités sont variables : fortes à proximité des agglomérations, faibles quand on s’éloigne suffisamment d’elles. Les limites des champs d’influence sont forcément variables et floues comme celles d’un champ magnétique15. Nous allons tenter de déterminer les limites du champ d’influences maximales, donc de l'étalement de l’espace métropolisé, celui qui est sous l’influence directe de la métropole, et qui est de ce fait, le plus touché par les fonctions métropolitaines de Bordeaux. La tâche est d’autant plus difficile que c’est « une agglomération aux extensions de plus en plus lâches et incertaines, anastomosant ses proximité rurales immédiates, quitte à les organiser par ses propres besoins de relation et de consommation, que l’on songe particulièrement aux effets de dépendances établis sur le Bassin d’Arcachon et sur le Libournais »16

  • 17 noin d., 1984, p. 84.

3Dans toute cette étude, il est bien entendu que le pôle d’attraction n’est pas la ville de Bordeaux, ni même la Communauté Urbaine de Bordeaux, ni encore l’agglomération bordelaise au sens INSEE, mais une zone plus large qui englobe des communes qui ont des liens bien établis et très forts avec le cœur de l’agglomération. Dans cette zone, il y a à la fois polarisation et rayonnement, attraction et diffusion17.

2. UN DECOUPAGE UTILE : LES ZONES D’EMPLOI

  • 18 insee., Le découpage des 22 régions en 365 zones d'emploi. Archives et documents, no 195.
  • 19 insee et drte., 1984, 1986, 1989. jayet h. 1986.
  • 20 insee., Recensements Généraux de la Population, 1975, 1982.
  • 21 insee., Inventaire Communal, 1979.

4Le découpage le plus proche de ces préoccupations est probablement celui des « Zones d’Emploi », définies par l’INSEE et la Direction Régionale du Travail et de l’Emploi. Sauf les régions agricoles, les zones d'emploi constituent le seul découpage économique du territoire national et régional. Délimitées en 198218, pour« une meilleure analyse des problèmes locaux »19, elles reposent essentiellement sur l’observation « des migrations alternantes quotidiennes des actifs »20, complétée par les informations de l’Inventaire Communal21 pour les déplacements autres que professionnels, ce qui permet la détermination de « pôles ». Ainsi les communes de la Gironde ont été réparties en sept zones et sous-zones d'Emploi (carte 2). Ce sont les zones de Liboume-Montpon-Ste-Foy-La-Grande, de Langon-Bazas La Réole, et de Bordeaux qui est découpée en 5 sous-zones (Médoc, Arcachonnais, Entre-Deux-Mers, Cubzacais et Bordeaux-zone centrale). Certaines de ces zones et sous-zones débordent sur les départements limitrophes, mais étant donné que le champ de cette recherche est centré sur Bordeaux, nous n’avons pas tenu compte des franges extérieures au département de la Gironde, déjà trop éloignées pour enregistrer des migrations significatives. [Dans la suite de cette étude chacune de ces sept unités sera appelée « zone d'emploi », qu’elle soit définie au départ par l’INSEE et la DRTE, comme une zone ou une sous-zone].

Carte 2 - LES ZONES D’EMPLOI DE LA GIRONDE

Carte 2 - LES ZONES D’EMPLOI DE LA GIRONDE

Sources : DRTE et INSEE. Les zones d’emploi en Aquitaine.1984.

5Ces « Zones d’Emploi », d’ailleurs de plus en plus utilisées par les services statistiques publics, donnent le cadre nécessaire à une réflexion d’ensemble, à une approche des problèmes d’emploi, à un suivi dans le temps, mais sont inadaptées pour des études plus fines sur un point particulier (par exemple la disparition d’une entreprise dans une commune) ou pour la définition de lignes de rupture entre les zones. C’est précisément ici que se situe notre travail.

6Les statistiques citées (Migrations alternantes quotidiennes des actifs et Inventaire communal) reposent sur des comparaisons de commune à commune, alors que la notion de « Métropole » sous-entend l’idée d’une « masse » polarisante, qui pourrait s’inscrire dans le périmètre de la Zone d’Emploi : « Bordeaux, Zone Centrale ». Si de nombreux actifs convergent vers cette zone, c’est bien parce que les activités correspondent à une fonction régionale. Qu’il s’agisse de l’Aéroport International, de l’Université, du Centre Hospitalier Régional, des concentrations industrielles de l’aérospatiale (snias, dassault, societe europeenne de propulsion), de l’automobile (ford), du Port Autonome, ce ne sont évidemment pas les communes de Mérignac, Pessac, Talence, Blanquefort, Saint-Médard-en-Jalles, Bassens ou Lormont qui attirent, mais bien le rôle régional joué par l’équipement qu’elles accueillent.

7Nous avons admis que la Zone d’Emploi « Bordeaux, Zone Centrale », englobant soixante-dix communes (Annexe 1), donc légèrement plus restreinte que le SDAU qui en compte quatre vingt seize, constituait le noyau de la métropole et pouvait être considérée comme un tout : les migrations inter-communales qui s’y déroulent sont de ce fait, exclues de notre étude. Partant de l’hypothèse que l’emprise spatiale de la métropole bordelaise coïncide au moins avec la zone d’emploi « Bordeaux-Zone centrale », il s’agira donc d’essayer de définir l’extension au-delà de ces limites.

3. COMPARAISON DES ZONES D’EMPLOI EN GIRONDE

  • 22 cf. note 18.
  • 23 astoul j.-p., 1989.

8Un tableau comparatif (tableau 2), issu de l’étude des zones d’emploi de la Gironde22, pour les années 1983,1986 et 1988, fournissant le nombre d’établissements et l’activité et la localisation des 5 plus grands de la zone (d’après le fichier SIRENE), permet déjà de voir quelle est la place de chacune des zones en Gironde. Ainsi la zone de Bordeaux est près de dix fois supérieure à celle de Libourne, qui vient au second rang. La zone de Bordeaux regroupe près de 59 % du nombre d’établissements en 1988, contre 11,4 % pour la zone de Libourne-Montpon-Ste-Foy et 10,1 % pour celle d’Arcachon. Les autres zones représentent chacune moins de 6 % du total des établissements. Mais la domination de la zone centrale est encore plus nette si l’on considère la taille des établissements. Ainsi, 66,2 % des établissements de 10 à 99 salariés et 81,1 % des plus de 100 salariés sont dans la zone de Bordeaux. Ces proportions tombent respectivement à 8,2 et 6,9 pour Libourne et à 6,0 et 5,4 pour Arcachon. De plus l’évolution 1983-1986-1988 laisse apparaître un renforcement de la zone centrale qui passe de 57,6 % à 58,7 % du nombre des établissements, ce qui représente un gain de près de 2 000 établissements dont 330 de 10 à 99 salariés et 12 de plus de 100 salariés. La période 1983-1986 a vu augmenter partout le nombre d’établissements de toutes les catégories, alors que la période 1986-1988 est marquée par une diminution très sensible partout, excepté pour la zone de Bordeaux qui est en pleine croissance. Il faudrait moduler par le type d’emplois offerts. Il semblerait que la zone d’emploi de Bordeaux offre des créations d’entreprises plutôt tertiaires (services et commerces) qu’industrielles alors que les autres zones (Libourne, Arcachon, Médoc, Langon-Bazas-La Réole, Cubzacais, Entre-Deux-Mers) auraient une proportion croissante d’emplois industriels. Ces dernières seraient aussi liées à une proportion croissante de la classe d’âge des 30-40 ans23.

TABLEAU 2 - LES ETABLISSEMENTS PAR ZONE D’EMPLOI

TABLEAU 2 - LES ETABLISSEMENTS PAR ZONE D’EMPLOI

9En fonction des données existantes, deux approches ont, dans un premier temps, été privilégiées :

  • l'une, reposant sur les migrations alternantes, fait appel aux fichiers MIRABELLE24, établis par l'INSEE à partir de la population de 1975, 1982 et 1990, et doit permettre de déterminer les communes qui sont très largement dépendantes de la zone d'emploi de Bordeaux et même d'appréhender les évolutions futures ;
  • l'autre, s'appuyant sur les superficies construites pour des usages autres que l'habitation, utilise les bases de données SIROCO et SICLONE de la Direction Régionale de l'Equipement, pour la période 1978-1986, et a pour but d'apporter un complément aux données du recensement et de faciliter l'interprétation en terme d'installation d'activités et d'équipements.

10Une troisième approche met en relation les données issues des deux précédentes à travers une analyse multivariée et aboutit à une classification des communes en fonction du degré de l'emprise métropolitaine. Les chiffres de population totale et les taux de croissance de la population n'interviennent qu'à ce niveau, l'étude étant basée essentiellement sur l'extension des activités économiques qui est la seule valable au regard de la définition de l'aire d'influence de la métropole. La situation en 1982 est présentée de façon détaillée. Elle est comparée à celle atteinte en 1990. Des cartes visualisent ces deux positions de l'aire d'influence et permettent l'évaluation de la vitesse et des points forts de l'extension métropolitaine.

Notes

14 baratra m., op. cité.

15 noin d., 1984, p. 84.

16 dumas j., 1987, p. 96.

17 noin d., 1984, p. 84.

18 insee., Le découpage des 22 régions en 365 zones d'emploi. Archives et documents, no 195.

19 insee et drte., 1984, 1986, 1989. jayet h. 1986.

20 insee., Recensements Généraux de la Population, 1975, 1982.

21 insee., Inventaire Communal, 1979.

22 cf. note 18.

23 astoul j.-p., 1989.

24 terrier c., 1987, p. 150-152.

Table des illustrations

Titre Carte 2 - LES ZONES D’EMPLOI DE LA GIRONDE
Légende Sources : DRTE et INSEE. Les zones d’emploi en Aquitaine.1984.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre TABLEAU 2 - LES ETABLISSEMENTS PAR ZONE D’EMPLOI
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15117/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15117/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 245k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540