Version classiqueVersion mobile

La croissance périphérique des espaces urbains

 | 
Guy Di Méo

Conclusion

Texte intégral

1A l'issue de cette analyse des modalités et de la dynamique de la péri-urbanisation dans l'agglomération paloise, approche fondée sur une observation des mutations foncières récentes et sur l'étude des réactions du secteur agricole confronté à la poussée urbaine, nous pensons à la fois avoir défini d'utiles méthodes de recherche et posé quelques questions essentielles auxquelles nous n'apportons encore que des éléments incomplets de réponse.

2Au plan méthodologique, deux enseignements majeurs émanent de ce travail :

3- En premier lieu, le choix des sources autorisant une bonne observation des mouvements fonciers se révèle primordial. Nous avons montré dans cette étude qu'en fonction des informations utilisées on pouvait aboutir à des résultats parfaitement contradictoires. Ainsi, le dépouillement et le traitement des registres de la S.A.F.E.R. - période 1964-1980 - signale un recul plus accentué de l'activité agricole au nord de Pau, dans les communes où des exploitations de taille moyenne à grande portent surtout des cultures de maīs. Les mêmes sources nous amènent à distinguer, à l'est de Pau, dans les communes de petite propriété de la vallée du gave, une résistance beaucoup plus âpre des terres et de l'activité agricole. Ces résultats sont d'autant plus pernicieux qu'on peut facilement leur trouver une logique imparable : celle des valeurs foncières différentielles liées à la nature des productions agricoles ! En effet, les terrains consacrés au maraîchage dans la basse vallée du gave ont une valeur théorique, en terme d'espace foncier agricole, nettement supérieure à celle des parcelles céréalières du Pont-Long. De là à prétendre que, d'un côté, la bonne valorisation agricole du sol permet de concurrencer avec succès la demande de terrains à bâtir, tandis que de l'autre la plus faible valeur unitaire des productions discrédite le maintien de leur utilisation culturale... Surtout en regard des prix pratiqués sur le marché urbain... Il n'y a qu'un pas bien tentant à franchir.

  • 26 Cet effet de taille peut se résumer ainsi : les terrains de grandes taille cédés par des agriculteu (...)

4Cependant, quand on prend le soin, même sur une période relativement brève - de 1981 à 1983 en l'espèce-, de recenser l'ensemble des mutations foncières en faisant appel, par exemple, au fichier et aux archives de la Conservation des Hypothèques, on parvient à des conclusions diamétralement opposées - les communes de la vallée du Gave deviennent celles qui cèdent, en proportion, le plus de terrain à la péri-urbanisation ! - d'autant plus crédibles qu'elle s'appuient sur la totalité des transactions ayant eu lieu durant la période considérée, d'autant moins criticables qu'elles effacent l'effet de taille26 résultant de la prise de compte des seules parcelles supérieures à 5.000 m2 - dossiers de la S.A.F.E.R.

5- En second lieu, l'utilisation de données statistiques d'échelle communale, portant sur les caractéristiques démographiques, économiques et sociales de la population, de même que sur les rythmes de son évolution numérique... Ne fournit au total que des indications bien vagues ; d'autant plus sujettes à caution que des variables dont on pourrait penser qu'elles exercent une influence directe sur la péri-urbanisation s'interprètent tout aussi bien comme des conséquences de ce phénomène !

6Il convient dès lors de rechercher, et ceci dans le détail, au niveau de la structure socio-économique mais aussi en matière de contrôle du pouvoir politique, quels sont les faits décisifs qui influent sur le ralentissement de la péri-urbanisation ou sur son intégration au système rural ; voire, inversement, sur le recul plus ou moins rapide des fonctions agricoles et la dépossession inexorable des agriculteurs.

7Quant aux principaux résultats de cette recherche, nous les rangerons en cinq rubriques distinctes :

8- Dans l'aire péri-urbaine de Pau, ni les agriculteurs, ni une hypothétique "vieille bourgeoisie foncière" ne constituent les principaux marchands de terrains à bâtir. Tout au contraire, les premiers nommés ne figurent qu'à la marge parmi les fournisseurs de sol constructible. L'essentiel des ventes procède en effet de "nouvelles classes moyennes", très souvent issues de l'ancienne société paysanne : descendants plus ou moins proches de propriétaires exploitants disparus. Les représentants de ce groupe s'installent d'ailleurs fréquemment sur une partie du domaine transformé en lotissements ou duquel ont été détachées quelques parcelles... Leur vente rapporte de confortables plus-values foncières, illustration d'une récupération fructueuse de la rente différentielle.

9- La pression sur la demande de terrains à bâtir, très variable selon les secteurs, s'alourdit près des grands axes routiers et s'affaiblit dans les communes d'accès difficile, mal reliées à Pau. Elle ne résulte pas d'une expansion citadine directe, d'un simple mouvement de translation des populations du centre de l'agglomération vers sa périphérie... Même si les palois achètent une proportion élevée des parcelles mises en vente dans la seconde couronne péri-urbaine, les principaux acquéreurs, ceux qui reprennent la superficie la plus imposante prélevée sur les terres agricoles, habitent déjà dans la commune ou dans une commune voisine.

10En somme, la péri-urbanisation perçue par le biais des mutations foncières revêt l'aspect d'un véritable "mouvement brownien" composé d'un grand nombre de déplacements de faible amplitude (intra ou inter-communaux), étroitement circonscrits.

11- La seconde couronne péri-urbaine constitue le territoire d'élection des classes moyennes... Quelle que soit d'ailleurs l'incertitude de leur définition et de leur délimitation au sein de la société. La surreprésentation de ces couches sociales dans les mutations foncières entraîne la double "exclusion" de la classe ouvrière, reléguée dans la première ceinture des banlieues de la ville, au nord de Pau, à Bizanos, à Billère, à Gelos, à Jurançon ou à Lons, et des classes aisées qui se concentrent sur le territoire communal de Pau ou sur les coteaux de Jurançon... Lorsqu'elles achètent des terrains à bâtir dans les communes de la seconde couronne péri-urbaine, les classes favorisées procèdent à une scrupuleuse sélection de l'espace au profit des sites de coteaux offrant une vue sur les Pyrénées, ou au bénéfice de terrains situés à proximité de vastes zones de verdure. De manière générale, on peut définir pour chacune des communes de la seconde couronne péri-urbaine de Pau un véritable modèle de segmentation du nouvel espace urbain, fondé sur une division en trois zones :

  • Installation du nouvel habitat des classes aisées sur l'arête et sur l'arête et sur les versants forestiers des coteaux, face au sud, en position frontale par rapport à la chaîne des Pyrénées.

  • Agrégation des lotissements occupés par les classes moyennes à proximité des routes de liaison avec Pau, sur d'anciens terres agricoles souvent situées autour des noyaux villageois traditionnels.

  • Maintien des bâtiments et de l'habitat agricole, souvent rénovés, dans les zones intermédiaires de campagne, réservées à la culture malgré le mitage des champs par la dissémination des constructions.

12Cette division de l'espace socio-économique de la seconde couronne péri-urbaine revêt aujourd'hui une indéniable stabilité, en raison notamment de l'existence de documents d'urbanisme qui pérennisent ces découpages.

13- Dans une agglomération de taille moyenne comme celle de Pau, la proximité résidence-travail ne semble pas réellement influencer le tracé des lignes directrices de la péri-urbanisation. Bien au contraire, dans de nombreuses communes qui localisent des zones d'activités, la migration alternante quotidienne des résidents paraît la règle, tandis que de nombreux travailleurs viennent d'autres communes, souvent éloignées.

14- Loin d'être systématiquement laminés par la péri-urbanisation, les agriculteurs parviennent, dans quelques cas et sous certaines conditions, à conserver le pouvoir local. Ainsi se discerne, autour de Pau, une "nouvelle notabilité péri-urbaine". De puissants agriculteurs, dépositaires du pouvoir local avant le développement de l'urbanisation, sont parvenus à le conserver au prix d'une transformation de leur statut socio-économique et d'une stratégie "d'association mesurée" des nouveaux résidents. En utilisant très tôt l'arme des documents d'urbanisme, ils ont réussi à maîtriser et à canaliser la péri-urbanisation. Ils se sont également efforcés d'attirer sélectivement sur leur territoire les couches sociales susceptibles d'asseoir leur pouvoir, en fonction des choix d'appartenance politique qu'ils avaient faits. Au plan personnel ils ont su largement profiter de la périurbanisation en vendant une partie de leurs biens en terrains à bâtir et en rachetant plus loin, parfois hors du département, de vastes superficies de terres agricoles bon marché. Afin de consolider leur pouvoir et d'élargir leur fonction de "notable", certains d'entre eux colonisent les sphères directionnelles du "tertiaire vert" : F.N.S.E.A., Crédit Agricole, coopératives, mutuelles, etc...

15Grâce à une spécialisation souvent très poussée de l'agriculture et au moyen d'investissements opérés à l'aide de fonds obtenus par la vente de quelques parcelles incluant une rente différentielle élevée, nombre d'agriculteurs ont su, dans l'agglomération de Pau, efficacement lutter contre la gangrène des terres agricoles. Au prix de défrichements, ils ont parfois largement compensé la consommation urbaine de l'espace agraire. Dans le cas d'une adaptation réussie, la succession du chef d'exploitation ne pose en général guère de problème.

16Si le devenir de l'agriculture - péri-urbaine ou non - reste en France largement dépendant de l'instance économique des modes de production ; il renvoie aussi aux structures de la société paysanne, à ses capacités de construire un système socio-politique hégémonique qui affirme l'identité d'une fonction agricole.

Notes

26 Cet effet de taille peut se résumer ainsi : les terrains de grandes taille cédés par des agriculteurs seront d'autant plus nombreux que la taille moyenne de la propriété est plus grande. La conséquence de cette règle se traduit par le constat que dans une commune où la moyenne de taille des propriétés foncières est basse, l'amputation de la S.A.U. s'effectuera beaucoup plus par la cession de petites parcelles - inférieures à 5.000 m2 -que dans les communes présentant une superficie foncière moyenne plus élevée.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search