Version classiqueVersion mobile

La croissance périphérique des espaces urbains

 | 
Guy Di Méo

Deuxième partie : modalités et dynamique de la périurbanisation dans l'agglomération de Pau : les mutations foncières et la résistance des agriculteurs

Modalités et dynamique de la peri-urbanisation dans l'agglomération de Pau : les mutations foncières et la résistance des agriculteurs

Guy Di Méo et Raul Guerrero

Note de l’éditeur

Ce travail a été réalisé avec la collaboration de : M. BOURGUET, F. POTHON, M.L. SAINT-LOUBOUE et D. MOULIA

Texte intégral

  • 1 CATHELINAUD (Y.), Intégrer l'agriculture dans l'aménagement des aires périurbaines, Etudes foncière (...)

1A l'image de toutes les agglomérations françaises de taille moyenne, celle de Pau développe, au-delà de la ville centre et de ses premières banlieues, une vaste couronne péri-urbaine à l'intérieur de laquelle l'agriculture entre en conflit avec l'occupation urbaine du sol. Comme le note Y. CATHELINAUD1, le territoire agricole concerné par les phénomènes de péri-urbanisation s'étend, autour des agglomérations moyennes de l'Europe occidentale comptant une centaine de milliers d'habitants - cas de Pau qui accueille dans sa zone urbaine un peu plus de 155.000 personnes-, sur un rayon de 15 à 20 kilomètres. A l'intérieur de ce cercle, la hausse des prix fonciers provoquée par la demande de terrains à bâtir et par les stratégies sur l'espace de divers acteurs politiques ou économiques jouent un rôle négatif quant au maintien de l'agriculture ; quel que soit d'ailleurs son degré de spécialisation. Comment l'agriculture réagit-elle à ces agressions, quelle est la dynamique des forces qui l'oppressent, quelles sont ses capacités de résistance et en quoi influent-elles sur les modalités de la péri-urbanisation dans une agglomération de taille moyenne du type de Pau ? Voici, en bref, les questions que nous pose le double constat (contradictoire ?) d'une forte expansion urbaine périphérique et celui d'une bonne santé relative du secteur agricole autour de Pau.

  • 2 Cahiers de l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme de la Région d'Ille-de France, volume 53, décemb (...)
  • 3 VAUDOIS (J.), L'agriculture des zones urbaines et péri-urbaines du Nord-Pas-de-Calais, Hommes et Te (...)

2En ce qui concerne la première question, la plupart des études entreprises en France sur l'évolution des agricultures péri-urbaines - elles sont nombreuses - ne penchent pas vers l'optimisme. Dans l'introduction d'une étude sur "l'évolution agricole et foncière des régions suburbaines", J.M. ROUX et J.L. VENARD2 soulignent qu'"aucun système d'intensification agricole ne peut rentabiliser les terrains péri-urbains touchés par l'explosion urbaine...". "Les agriculteurs le savent - ajoutent-ils - et souvent d'autant mieux qu'ils sont plus compétitifs, plus intégrés à des circuits marchands et plus à même de connaître les mouvements fonciers..." Du coup, "les processus d'intensification agricole autrefois observés en zone péri-urbaine ne sont plus du tout systématiques... La taille et la prospérité d'une exploitation ne constituent plus la garantie de sa meilleure résistance à l'urbanisation..." De fait, une étude menée dans les zones péri-urbaines de la région Nord-Pas-de Calais3 corrobore cette opinion puisque, malgré l'importante réduction de la surface agricole enregistrée depuis quelques années dans les aires concernées, la concentration - et par conséquent la modernisation ? - des exploitations y progresseraient moins vite que dans les zones rurales voisines. A vrai dire, les conclusions auxquelles aboutissent les divers auteurs qui se sont penchés sur la question restent fort contradictoires. F. ROLLAN qui a travaillé sur les 96 communes de l'aire du Schéma directeur d'Aménagement et d'urbanisme

  • 4 ROLLAN (F.), Dynamisme de l'agriculture péri-urbaine et expansionnisme urbain, Publications du CESU (...)
  • 5 DI MEO (G.), GOZE (M.), PUISSANT (S.) et ROLLAN (F.), Foncier et périurbanisation, le péri-urbain e (...)

3de la région bordelaise4 déclare sans ambages que "si l'agriculture est condamnée au cœur de l'aire du S.D.A.U.", des conditions favorables à son maintien - production de grande valeur et exploitations de grande taille - sont encore réunies "au nord de Bordeaux en bordure de la vallée de la Garonne, ainsi que sur le pourtour du S.D.A.U..." C'est uniquement là que "l'expansionnisme urbain peut-être contenu - précise F. ROLLAN - ... Et cela d'autant mieux que les agriculteurs de ces secteurs ont pris conscience du danger en modernisant leur exploitation" et en s'emparant du pouvoir local devrait-on ajouter. Il faut bien admettre que la résistance de l'agriculture se révèle fort variable d'une ville à l'autre, d'une agglomération à l'autre. Dans une récente publication concernant l'ensemble des zones péri-urbaines de l'Aquitaine5 nous remarquons qu'il existe, dans cette région, deux types distincts d'agricultures péri-urbaines : "celle qui oppose une résistance à l'expansion des villes, cas d'Agen, de Pau et, dans une certaine mesure, de Bordeaux ; celle qui s'oppose mal à l'avancée urbaine comme à Mont de-Marsan, à Périgueux ou à Bayonne..." Nous sommes intimement persuadés que les ressorts d'une solide agriculture péri-urbaine résident beaucoup moins dans la nature de la spécialisation que dans le dynamisme et dans la capacité de réaction-adaptation des agriculteurs... Nous nous emploierons à le montrer à propos de l'agglomération paloise, dans cette étude. Cette hypothèse nous renvoie à une analyse des forces conquérantes qui déploient leurs stratégies sur l'espace périurbain. Dans cette optique, nous avons très vite opté pour l'étude des mutations foncières, de préférence, par exemple, à une mesure du développement de la construction. Notre méthode autorise en effet une analyse directe de la consommation-production de l'espace, tout en permettant l'identification précise de sa dynamique socio-économique et tout en révélant l'attitude des propriétaires confrontés au marché foncier.

  • 6 BERGER (M.), FRUIT (J.P.), PLET (F.), et ROBIC (M.C.), Rurbanisation et analyse des espaces ruraux (...)

4Quelle que soit d'ailleurs la méthode sélectionnée, un certain nombre de pièges jalonnent le chemin des chercheurs qui abordent l'espace péri-urbain. Dans un article de synthèse sur les études menées en France à propos de la périurbanisation, M. BERGER, J.P. FRUIT, F. PLET et M.C. ROBIC6 en dressent l'impressionnant inventaire. Deux des dangers qu'ils signalent revêtent dans l'agglomération paloise un risque suffisant pour que nous les cernions plus précisément. En premier lieu, ces auteurs regrettent que les études portant sur l'espace périurbain ne le définissent pas avec suffisamment d'ampleur et n'en décryptent pas sa nature profonde, faute de l'intégrer à un système plus vaste au cœur duquel se situent les villes-centres. Ils déplorent que "les facteurs de la péri-urbanisation liés à la nature de la ville (soient) assez peu analysés : morphologie urbaine, taille de la ville et de l'agglomération, rythmes de croissance, types d'activités spécifiques et de structures socio-économiques des villes, types de rapports fonciers entre la ville et son environnement immédiat..." Cette mise en garde nous contraint, dès la présente introduction, à brosser un rapide tableau de la situation paloise. Dans les 37 communes qui constituent selon nous l'agglomération, on observe un déclin à peu près continuel des livraisons de logements - 1719 en 1975 ; 1303 seulement en 1982 - alors que la population augmente, dans le même temps, de 10.442 habitants !

5Notons que ce recul de la construction ne s'accompagne pas d'une baisse de la demande - surtout de logements sociaux - puisque les municipalités comme les offices d'H.L.M. enregistrent plusieurs centaines de dépositions de dossiers, soit en vue de location, soit en vue de l'accession à la propriété d'un logement aidé. Si cette régression de la construction que l'on peut, en vrac, attribuer à la crise, à la hausse des taux d'intérêt ou à la flambée des prix fonciers concerne surtout les immeubles collectifs - chute de 42 % en six ans du nombre des unités d'habitation proposées dans ce cadre-, elle n'épargne pas les pavillons et les groupements d'habitations individuelles : recul de 11 %. Bien entendu, les communes les plus centrales de l'agglomération affichent le ralentissement de la construction le plus accusé depuis dix ans ; mais, paradoxalement, les communes de la couronne externe, encore largement rurales pour la plupart, ne connaissent qu'un mouvement d'urbanisation assez timide.

  • 7 GUIGOU (J.L.), La rente foncière, ECONOMICA.

6Malgré cette tendance à la décélération de la construction dans toute l'agglomération, les prix du sol, à la fois valeur marchande et valeur refuge intégrant la "rente absolue" (K. MARX) ou le "tribut foncier urbain", (A. LIPIETZ), ne cessent de croître. Sur un marché où les véritables cours du terrain à bâtir demeurent méconnus, affaire de spécialistes et de professionnels, les prix les plus élevés ont été repérés sur la commune de Pau, sur celles de Bizanos et d'Idron - cf. figure 1 - en bordure de la terrasse du gave qui prolonge vers l'est le prestigieux "quartier Trespoey". Ils atteignent couramment dans ce secteur 500 F le mètre carré. Les prix les plus bas se cantonnent dans les communes à dominante agricole du nord de l'agglomération - Navailles-Angos, Sauvagnon, Uzein... - où ils plafonnent aux environs de 150 F le mètre carré. Entre ces deux extrêmes, la valeur du sol constructible varie surtout en fonction de la distance à Pau et à son centre. Dans tous les cas, les prix progressent avec une persistante régularité : ils doublent en moyenne, en francs courants, tous les quatre ou tous les cinq ans. Sur ces bases, les rythmes de transformation de l'espace rural agricole en espace urbain ou péri-urbain bâti s'infléchissent nettement depuis quelques années. Ainsi dans le cas de la commune de Pau où il reste aujourd'hui, compte tenu des grands choix d'occupation de l'espace définis par la P.O.S., un peu moins de 200 ha légalement constructibles, la consommation moyenne annuelle des terrains à destination immobilière qui fut de l'ordre de 30 ha entre 1968 et 1975, stagne depuis quelques années autour d'une dizaine d'hectares. La tentation est grande d'expliquer cette situation par l'augmentation excessive des prix du sol à l'intérieur du territoire municipal de Pau. La pression d'une demande surtout formée, et plus encore déformée, par la bourgeoisie "pétrolière et affiliée" que le "boom" de Lacq et de la SNEA (P) a engendrée, se traduit par une poussée spéculative dans quelques secteurs privilégiés du site : coteaux et terrasse de Trespoey surtout. Par un double effet "d'écho" et de "démonstration", elle se répercute avec des nuances sur toute l'agglomération. Elle tire vers le haut la moyenne du prix des terrains et provoque un étranglement de la demande. Ajoutons que les impôts locaux, très élevés à Pau, jouent dans le même sens et favorisent une implantation des constructions nouvelles sur le territoire des communes périphériques. Tandis que le marasme frappe un peu partout la construction et le marché foncier, la tendance persistante à la hausse des prix du terrain à bâtir s'explique par les diverses théories de la "rente"7. Cependant, si les prix se maintiennent à un niveau toujours aussi élevé, le plus fort en moyenne de toute l'Aquitaine, c'est qu'une clientèle économiquement apte à suivre la flambée des cours entretient toujours la demande dans quelques secteurs privilégiés - voir plus haut - de l'agglomération... Quelles que soient par ailleurs les perturbations résultant de la valeur refuge du sol. Un tel mécanisme ne s'explique que par référence à l'instance idéologique des formations socio-spatiales paloises. En effet, le projet des classes dominantes actuelles en matière d'option de construction et d'insertion géographique se calque sur des "images paloises traditionnelles" qui mettent l'accent sur la nature, la verdure, voire une "relation romantique" de la société locale à l'environnement. Cette "idéologie paloise" s'est surtout forgée à partir de la seconde moitié du XIXème siècle dans le cadre d'une "cité jardin" tardivement fondée, fortement marquée par la présence anglaise - villégiature hivernale de l'aristocratie. Aujourd'hui, les nouvelles bourgeoisies reproduisent toujours ce modèle et façonnent de la sorte, avec le concours du pouvoir local, une "ville verte" réputée pour l'exceptionnelle qualité de son espace. Sur le plan foncier, deux implications principales de cette tendance s'observent. L'une consiste à la recherche, par une couche numériquement importante de candidats fortunés à la construction, des secteurs du site où, l'image "nature" se projette avec le plus de fidélité : coteaux et terrasses orientant leur front vers les Pyrénées, proximité des cours d'eaux et des espaces boisés... L'autre se résume à une quête et à une sélection patiente de parcelles moyennes ou grandes, susceptibles d'accueillir un "habitat-parc". En conséquence, la demande qui se manifeste sur le marché foncier de l'agglomération paloise réclame beaucoup plus d'espace que ne laisserait supposer sa taille objective. Elle crée en retour un réflexe de défense du secteur agricole qui n'exclut pas des réactions spéculatives.

  • 8 Cf. supra, l'opinion de J.M. ROUX et de J.L. VENARD.

7Après avoir brièvement exposé ces "facteurs de péri-urbanisation liés è la nature de la ville" - cf. BERGER, FRUIT, PLET et ROBIC, une seconde remarque de ces auteurs nous paraît revêtir, à Pau, un intérêt crucial. "Espaces ruraux et agricoles ne sont souvent vus qu'en termes de support ou en termes de milieux et de sociétés sur la défensive" expliquent-ils... "Cependant en fonction des modes d'utilisation du sol - taille, localisation, nature de culture des parcelles... - les perspectives à court, moyen et long terme sont-elles les mêmes ?" A cette interrogation, ils suggèrent une réponse négative à laquelle nous souscrivons, n'en déplaise à certains,8 et ajoutent que "l'état de la société agricole et de ses rapports avec la société globale est aussi essentiel, parce qu'il porte en soi des capacités inégales d'adaptation..." Dans cet esprit, ils proposent "d'insister sur le rôle des institutions communales, sur les stratégies des différents groupes de propriétaires et de résidents qui s'expriment - notamment, mais pas uniquement à notre avis - lors de l'élaboration des P.O.S....". Nous accordons à ces aspects la place qu'ils méritent, surtout dans une troisième partie du présent travail qui s'efforce de réhabiliter les vertus du micro-déterminisme en matière d'analyse de la production de l'espace dans les zones péri-urbaines. Réflexion qui se place dans le sillage de deux parties initiales : l'une consacrée à la méthodologie, aux hypothèses, aux objectifs et aux questions auxquels se réfère notre démarche ; l'autre mettant l'accent sur les macro-déterminismes à repérage statistique qui guident les itinéraires socio-géographiques de la péri-urbanisation paloise. Cependant, sans anticiper sur notre démonstration, il convient déjà de livrer au lecteur un certain nombre de clés.

  • 9 BELOTTI (S.), BONNET (N.), L'offre foncière à la périphérie sud de Toulouse", R.G.P.S.O., Tome 53. (...)
  • 10 FRESCHI (L.), Croissance pavillonnaire et rétention foncière dans la banlieue grenobloise, Revue de (...)

8Signalons à ce propos que sur une superficie totale de l'agglomération soit 37 communes, (cf. figure 1), couvrant un peu plus de 40.000 ha, les trois quarts environ appartiennent à ce que nous définissons comme la seconde couronne péri-urbaine : 31 communes qui constituent notre champ d'investigation ; Les taux d'urbanisation demeurent modérés : 16 % à Lescar, 57 % seulement à Pau... Dans le cas de nos 31 communes de la seconde couronne, le taux excède tout juste 15 % ! Ces quelques données soulignent les limites de la péri-urbanisation autour de Pau et suggèrent l'existence d'une agriculture relativement solide. Au cours des trente dernières années, cette activité a effectivement procédé à une transformation radicale de ses méthodes et à un bouleversement de ses structures qui se traduisent par le passage de la vieille polyculture traditionnelle à des spéculations du type de la monoculture du maïs, souvent pratiquée sur des parcelles fraîchement défrichées, ou de l'élevage bovin modernisé. Relais d'une révolution agricole venue d'ailleurs, la ville n'a pas réellement accéléré la transformation politique et sociale du monde agricole qui l'environne. Pau laisse le soin à des campagnes qu'elle ne contrôle pas sur le plan foncier - faiblesse du "rayon foncier" palois-de s'adapter plus ou moins spontanément aux nouvelles conditions de l'économie ou aux soubresauts du changement social. Les conséquences foncières de ce processus se matérialisent par la recherche, au niveau des objectifs de chaque exploitant, d'une superficie agricole économiquement viable, de l'ordre d'une trentaine ou d'une cinquantaine d'hectares. Dès lors, les agriculteurs en situation péri-urbaine s'efforcent de sauvegarder ou de construire des exploitations tendant vers cette taille et regroupent au maximum leurs parcelles. Pour atteindre ce double but et renforcer dans ce sens leurs positions foncières, les agriculteurs acceptent de vendre un certain nombre de pièces de terre : celles qui sont trop éloignées du centre de gravité de leur exploitation ou qui en sont séparées par des obstacles majeurs, difficilement franchissables, comme la voie ferrée, les axes routiers très fréquentés ou l'autoroute... ; celles qui s'inscrivent à l'intérieur de périmètres constructibles - Zones U ou NA des P.O.S. -, à condition d'en tirer un profit convenable en vue, notamment, de réinvestissements structurels sur leurs propres exploitations. Pourtant, les agriculteurs restent de très parcimonieux bailleurs de terrains à bâtir. Le travail réalisé au sud-ouest de Toulouse par une équipe de jeunes chercheurs du Centre interdisciplinaire d'Etudes urbaines9 définit, pour cette "zone d'activité agricole dominante où l'offre foncière de terrain à bâtir se développe", une structure de l'offre qui rappelle, à quelques détails près, les caractéristiques paloises. Elle se compose d'"un groupe hétérogène à dominante d'agriculteurs, de retraités et d'héritiers d'agriculteurs qui vendent pour diverses raisons : nécessité, spéculation, amélioration du revenu... Mais toujours de petites parcelles..." Ajoutons que dans ce cas les agriculteurs interviennent surtout par le biais des donations. Les "héritiers" se retrouvent aussi, majoritaires, parmi les propriétaires fonciers de l'aire péri-urbaine de Grenoble où 10 % seulement des vendeurs de terrains à bâtir appartiennent à la profession agricole ! Lorsque L. FRESCHI interroge ces "héritiers"10, ils prétendent "se faire un devoir de conserver le bien foncier pour le transmettre à leur tour à leurs enfants..." Ils déclarent attacher à leur patrimoine une "valeur sentimentale". Discours trompeur ou réaction sincère qui cache, néanmoins, des motivations plus secrètes, inconscientes et inavouées, menant tôt ou tard à la spéculation se demande fort pertinemment L. FRESCHI ? Et lorsqu'il ajoute que la rétention foncière, pas toujours fondée à son sens sur une véritable stratégie spéculative, se traduit tout de même par un emballement indéniable du prix des terrains à bâtir... Il apporte un élément de réponse fort éloquent, qui éclaire singulièrement notre problématique paloise.

9Au-delà que ces quelques principes, une contradiction fondamentale engendrée par la nature de l'espace péri-urbain caractérisé à Pau comme ailleurs l'attitude des propriétaires-exploitants agricoles. Ils sont partagés entre le souci de constituer des exploitations de bonne taille et l'aspiration non moins vive à profiter de l'avancée péri-urbaine pour réaliser une fructueuse rente différentielle de situation.

  • 11 BAUER (G.), ROUX (J.M.), La rurbanisation ou la ville éparpillée, Editions du Seuil, Paris, 1976.
  • 12 Et encore pas toujours ! Voir sur ce point les résultats divergents de M. GOZE qui conclut à propos (...)
  • 13 ARMAND (G.), Le marché foncier dans le secteur Nord-Est de l'agglomération grenobloise de 1977 à 19 (...)

10Faut-il enfin, comme le font G. BAUER et J.M. ROUX11 dans leur célèbre ouvrage sur la "rurbanisation", privilégier en matière de production de l'espace péri-urbain, ou "rurbain", les mouvements de type centrifuge ? En partant de cette hypothèse, ne réduit-on pas de façon excessive la péri-urbanisation à un déversement trop simpliste du contenu des centres urbains sur leur périphérie ? En fait et plusieurs études le prouvent, la péri-urbanisation s'effectue non seulement selon un principe centrifuge, mais aussi au prix de déplacements de plus faible amplitude, à l'intérieur d'une même commune, voire entre communes voisines, sous l'effet de l'ascension sociale ou de la décohabitation des ménages... Elle résulte aussi d'échanges plus lointains entre banlieues, motivés par des opportunités foncières, par la localisation de programmes sociaux d'accession à la propriété, ou par le souci d'un rapprochement du lieu de travail - facteur surtout valable dans les grandes Agglomérations12... Dans une étude consacrée au marché foncier du secteur Nord-Est de Grenoble, G. ARMAND13 observe que les acquéreurs de terrains à bâtir proviennent de l'ensemble de la zone urbaine, sans exclusive ou presque. Dans les six communes considérées où 284 acheteurs, candidats à la construction d'un pavillon individuel, ont été recensés de 1977 à 1980, moins de 28 % résidaient dans la commune de Grenoble !

11Sécrétée au départ par un ou plusieurs foyers centraux, la périurbanisation obéit à des règles génétiques complexes. Elle échappe en tout cas aux seuls flux que puise le coeur citadin des agglomérations.

A - NATURE ET DIMENSION DE LA PERI-URBANISATION PALOISE : CHAMP, PROBLEMATIQUE ET METHODE DE RECHERCHE

12Si l'INSEE retient, pour l'agglomération paloise, une Zone de Peuplement industriel et urbain - Z.P.I.U. - qui regroupait 40 communes en 1975 et 70 en 1982 - 26 communes urbaines et 44 communes rurales -, il est bien évident que cette aire territoriale ne constitue pas un espace homogène, totalement urbanisé ou même "rurbanisé". Et si tant est que ces communes satisfont un certain nombre de critères qui les distinguent effectivement du monde rural, la bonne vingtaine d'entre elles qui gravitent autour de la petite ville de Nay, à l'est de l'agglomération, développent une dynamique propre, liée à ce centre urbain, qui sans être totalement coupée du système palois peut difficilement lui être attribuée. A contrario, la Z.P.I.U. version 1982 néglige encore quelques communes situées au nord-ouest de l'agglomération. Denguin, Bougarber, Uzein... que la distance à Pau comme la transformation des paysages, ou encore l'intensité des liens parfois accrue du fait de la localisation de certaines d'entre elles sur l'axe vital Pau-Lacq, rattachent incontestablement à une agglomération paloise définie au sens large.

Figure 1 : L’AGGLOMERATION PALOISE

Figure 1 : L’AGGLOMERATION PALOISE

1 - La délimitation du champ de l'étude

13C'est en fonction de ces considérations et en tenant compte des principales ruptures du paysage dans la Z.P.I.U. que nous avons finalement opté pour une agglomération de 37 communes -.cf. figure 1 Nous aurions pu, sans doute, la prolonger sensiblement à l'est ; mais dans le fond, le problème d'une délimitation exacte de la péri-urbanisation autour de Pau ne nous importait guère. Notre objectif de recherche consiste avant tout à définir les modalités et la dynamique de ce phénomène. Dès lors, la contrainte essentielle se résume pour nous à sélectionner un ensemble de communes dépendantes de Pau, à l'intérieur desquelles se déroule une compétition plus ou moins conflictuelle entre les vocations urbaine et rurale du sol.

  • 14 Cf. KAYSER (B.), SCHEKTMAN-LABRY (G.), La troisième couronne périurbaine : une tentative d'identifi (...)

14Dans le cadre des 37 communes retenues, qui s'étendent en moyenne entre 6 et 12 kilomètres au-delà de Pau, deux sous-ensembles géographiques se distinguent. Ils évoquent, chacun à leur manière mais en la simplifiant, la hiérarchie traditionnelle des couronnes péri-urbaines communément observées autour des villes françaises14 : banlieues denses autour des quartiers citadins, banlieues au tissu spatial plus lâche, puis anneau de la croissance diffuse... Surtout adapté aux conurbations d'échelon métropolitain, ce modèle classique connaît à Pau quelques perturbations majeures du fait de la taille restreinte de l'agglomération. En effet, les banlieues denses qui s'accolent à l'ouest, au sud et à l'est de la commune de Pau n'occupent pas la totalité du territoire de Lons, de Billère, de Jurançon, de Gelos ou de Bizanos. Si elles accueillent le tissu urbain relativement serré d'une expansion paloise déjà ancienne, encore active sur cette frange en raison de la disponibilité de nombreux terrains interstitiels - cas de Billère, Jurançon, Gelos, Bizanos et même Pau Nord-, elles annexent aussi, sur leurs marges - à l'exception de Billère-, des zones plus ou moins vastes de terres agricoles interrompues par le "mitage" péri-urbain. Ces aires à dominante agricole s'étalent en plaine ou se dressent sur le versant de vigoureux coteaux à Jurançon et à Gelos. Au-delà de cette première couronne qui comprend, avec Pau, six communes, la péri-urbanisation se développe un peu partout selon la dialectique spatiale de la concentration lâche et de la diffusion. Souvent, les mêmes communes agglutinent les lotissements autour d'un centre ancien - Lescar, Morlaàs, Gan - ou nouveau – Serres-Castet, Montardon-, pourvoyeur des services à croissance modulaire, tout en réservant à la construction pavillonnaire plus dispersée des aires parfois étendues, uniquement articulées par le réseau routier. Au fur et à mesure qu'on s'éloigne du pôle palois et qu'on progresse vers la périphérie du groupement des 37 communes sélectionnées, la diffusion de l'urbanisation tend à l'emporter sur la concentration. Il nous a cependant semblé judicieux de ne pas dissocier les 31 communes sur lesquelles cohabitent des agrégats sporadiques de lotissements et l'émiettement de la construction individuelle autonome, quelle que soit la part des uns et de l'autre dans le paysage. Ceci pour la raison qu'à l'échelle de l'agglomération paloise, tout point de la seconde couronne péri-urbaine ainsi définie ne se situe qu'à une distance réduite du centre - une douzaine de kilomètres au maximum - qui, notre analyse des correspondances le montre (cf. figure 2), ne perturbe guère les genres de vie et ne modifie que timidement le rapport socio-économique à la cité, au travail, voire aux loisirs... En un mot, ce qui compte, c'est de se trouver à proximité d'un noyau élémentaire de services, il importe beaucoup moins d'habiter à six plutôt qu'à quinze kilomètres du centre de Pau !

15Ceci dit, les limites que nous avons tracées n'enferment pas de manière hermétique toutes les formes de péri-urbanisation liées à la dynamique paloise. Si l'on admet que vers le nord et vers le sud, Navailles-Angos, Sauvagnon et Uzein d'une part, Bosbarros et Gan d'autre part marquent assez nettement la frontière de l'espace péri-urbain et de l'espace rural proprement dit, les influences paloises, relayées par le complexe industriel de Lacq à l'ouest et par le foyer d'activités aéronautiques de Bordes Turboméca à l'est, pénètrent beaucoup plus loin que Denguin - à l'ouest - et qu'Assat - à l'est - le long du gave de Pau... En fait, si ce constat souligne le caractère arbitraire de toute division de l'espace, il ne discrédite nullement la pertinence de notre champ dans la mesure, rappelons-le, où nous nous proposons avant tout, sans trop nous soucier d'une délimitation absolument rigoureuse, d'étudier les mécanismes de la substitution des usages urbains à l'occupation agricole des sols dans la deuxième couronne paloise de périurbanisation.

2 - De l'objectif aux sources

16A l'intérieur de ce champ géographique composé de 31 communes, nous souhaitions répondre à trois questions essentielles :

  • A quel rythme s'effectue, aujourd'hui, la mutation des sols agricoles en sols urbains ?

  • Quels sont les facteurs d'accélération ou d'inhibition de ce processus ?

  • De quelle façon le monde agricole réagit-il à cette agression ?

17En s'effaçant et en recyclant ses agents socio-économiques, ou en lui résistant tout en redéployant sa capacité d'innovation et d'investissement ?

18Dans le mesure où les problèmes que nous posions se référaient à une évolution dynamique de l'appropriation foncière et du statut socio-spatial des usagers du sol, nous devions rechercher des informations portant conjointement sur l'intensité, la nature et la dimension socio-économique des mutations de propriété. Dans cette optique et en négligeant des documents cadastraux de maniement malaisé, nous disposons de deux sources essentielles : les fichiers des Sociétés d'Aménagement foncier et d'Etablissement rural (S.A.F.E.R.) ; ceux du service de la Conservation des Hypothèques. Cette dernière garde en archives et classe sous forme de fiches tous les actes notariés passés à l'occasion d'une vente, d'une donation ou d'un échange de biens, voire d'une succession par héritage.

19A vrai dire, ces deux séries de sources présentent, chacune à leur manière, un certain nombre d'inconvénients qui en limitent la portée ou en rendent l'utilisation délicate.

20Les documents de la S.A.F.E.R., de consultation et d'interprétation commodes, revêtent pourtant un intérêt réduit dans la mesure où, primo, ils ne traduisent que des intentions de cessions de biens - en réalité très souvent suivies d'effet - et, secondo, ne concernent que les biens fonciers "en circulation" d'une superficie égale ou supérieure à un demi-hectare - 5.000 m2. Du coup, les cessions de terrains d'une taille inférieure à 5.000 m2, en fait les plus nombreuses et les plus gourmandes d'espace en zone péri-urbaine, ne figurent pas dans les dossiers des S.A.F.E.R.. Une interprétation de ces derniers n'éclaire donc, a priori, que les grandes tendances de la mutation contemporaine des attributions de la terre. Leur maniement aisé autorisant une exploitation exhaustive depuis le début de la conservation de ces archives, c'est-à-dire 1964, ils permettent cependant de retracer les mouvements à long terme en matière de péri-urbanisation et de consommation urbaine des terres agricoles.

21Les renseignements fournis par le service de la Conservation des Hypothèques se révèlent d'une qualité bien supérieure. Leur dépouillement, malheureusement fort long, renseigne sur toutes les mutations de biens effectuées depuis les origines historiques de la péri-urbanisation en deuxième couronne ; c'est-à-dire depuis deux bonnes décennies. Notre incapacité matérielle à traiter un tel fonds nous contraignit cependant assez vite à une double restriction. Restriction dans le temps, puisque nous avons été amenés à réduire notre investigation aux trois dernières années disponibles : 1981, 1982 et 1983... Si ce choix focalise l'observation sur une période caractérisée par le ralentissement des transactions, il offre en revanche l'avantage d'évoquer des tendances très actuelles. Restriction dans l'espace ensuite, afin d'échapper à une collecte interminable des données. Dans ce but, nous avons établi un échantillon de cinq communes, soit le sixième environ de l'ensemble. Pour parvenir à la meilleure sélection possible de ces communes représentatives de la seconde couronne péri-urbaine de Pau, nous avons d'abord recueilli 23 informations sur chacune d'entre elles - elles figurent en regroupements significatifs sur le graphe de la figure 2 -, tirées de quatre sources statistiques ou cartographiques différentes : les recensements généraux de la population de 1968, de 1975 et de 1982 ; les recensements généraux de l'agriculture de 1955, de 1970 et de 1980 ; le fichier D.D.E. des permis de construire qui remonte, pour les Pyrénées Atlantiques, jusqu'en 1969 ; les cartes topographiques sur lesquelles nous avons retenu la distance du centre de la commune au centre de Pau, ainsi qu'un certain nombre de données topographiques élémentaires permettant de caractériser le cadre de l'activité agricole, plaine ou coteau.

3 - Typologie et échantillonnage des communes

22Disposant de la sorte d'informations nombreuses et variées, nous avons opté pour un classement des communes susceptible d'apporter, en plus, des éléments de réponse à la question fondamentale que nous avions déjà formulée : quels sont les facteurs qui ont pu, dans la seconde couronne paloise, freiner ou favoriser le développement du processus de péri-urbanisation ?

23Le choix des méthodes statistiques appropriées à ce double objectif à également tenu compte de deux contraintes supplémentaires. La première concernait la nature de nos données : toutes variables quantitatives, présentables sous forme de tableaux de contingence - pas d'effectifs bruts mais des probabilités conditionnelles. La seconde se confondait avec notre souci de respecter la propriété fondamentale d'équivalence distributionnelle - agrégation possible d'individus ou de variables offrant les mêmes profils - et de doter chaque point du graphe envisagé d'une masse proportionnelle à sa fréquence. Nous avons choisi la méthode statistique qui nous semblait la mieux adaptée à notre cas : la métrique du et l'analyse des correspondances. Nous avons opéré avec l'aide des programmes ACOBI du CESIA. Résultat de ce traitement, la figure 2 indique clairement que deux séries de variables jouent un rôle prépondérant par rapport à l'ensemble des données analysées. Il s'agit de la "taille de l'exploitation agricole" et de "l'ancienneté de l'urbanisation" définie à partir du taux de croissance de la population depuis 1969, mais aussi du rythme d'installation des nouvelles catégories socioprofessionnelles du type urbain - professions libérales, ingénieurs, employés... - dans les communes de la seconde couronne.

24En simplifiant la distribution que traduit la figure 2, trois groupes prédominants de communes, accompagnés de trois sous-groupes moins nettement définis et composés d'un nombre moindre d'éléments, se distinguent. Riche de plus du tiers des effectifs communaux - 11 communes -, l'ensemble I rassemble les communes où la péri-urbanisation revêt à la fois le plus d'ancienneté et surtout le plus de dynamisme. Ce sont aussi celles qui maximisent l'augmentation des couches socioprofessionnelles de type urbain au sein de leur population active : patrons de l'industrie et du commerce, professions libérales et ingénieurs... Tandis que les chefs d'exploitation à temps partiel, autre indice flagrant de péri-urbanisation, y représentent une proportion record de la profession agricole. Dans ce premier groupe, nous avons retenu trois communes représentatives d'une périurbanisation active et soutenue : Lescar, Serres-Castet et Sauvagnon. La première présente la particularité d'une péri-urbanisation s'effectuant à partir d'un centre ancien, la seconde celle de la polarisation péri-urbaine autour d'un nouveau centre, tandis que la troisième diffuse son habitat en marge de toute centralité communale. Ce premier ensemble regroupe une majorité de communes localisées sur les terrasses de la rive droite du Gave de Pau. Si les exploitations de taille moyenne - de 10 à 20 ha-, fondées sur une association de la culture du maīs, des fourrages et de l'élevage bovin dominent, plus de 20 % de la surface agricole utile- S.A.U. - constituent tout de même des exploitations de plus de 40 hectares : 27,5 % à Serres-Castet, 27 % à Montardon et 30 % à Lescar.

Figure 2 TYPES COMMUNAUX D'ESPACES PERI - URBAINS DANS LA.SECONDE COURONNE PALOISE

Figure 2 TYPES COMMUNAUX D'ESPACES PERI - URBAINS DANS LA.SECONDE COURONNE PALOISE

25Le second ensemble - figure 2 -, caractérisé par une croissance péri-urbaine plus récente et plus modérée, privilégie la petite exploitation - une dizaine d'hectares et parfois moins - consacrée ou non aux cultures maraîchères. On ne s'étonnera pas, dans ces conditions, que les petites communes de la vallée du Gave, situées en amont de Pau, s'y taillent une place de choix - cinq sur huit. Parmi ces dernières, nous avons retenu la commune d'Assat en raison de la localisation à distance respectable de Pau - exigence de la seconde couronne. Véritable espace témoin d'une zone à dominante de petites exploitations agricoles, Assat regroupe les deux-tiers de sa S.A.U. dans le cadre d'exploitations de moins de 10 ha et plus du quart dans des unités de production comprises entre 10 et 20 ha. Précisons qu'aucune exploitation agricole de la commune n'atteint 40 ha !

26Quant au troisième groupe de communes, il se définit avant tout par le retard qu'y affiche la péri-urbanisation et par une intégration au total fort tardive au sein de la seconde couronne paloise. Les vastes communes des coteaux dont les exploitations agricoles de petite ou de moyenne taille, occupées par une population âgée et en déclin, se consacrent surtout à l'élevage et aux cultures fourragères constituent l'essentiel d'un ensemble dans lequel nous avons choisi la commune à la fois la plus excentrée et la plus caractéristique : Bosdarros. La distribution de ses exploitations en fonction de leur taille - 22 % de la S.A.U. mobilisés par des unités de moins de 10 ha, 74 % par des exploitations de 10 à 40 ha et 4 % par des unités de culture supérieures à 40 ha - qui met parfaitement l'accent sur les dimensions moyennes, lui confère une représentativité exemplaire dans le cadre de ce groupe.

  • 15 Les tableaux I et II donnent un profil géographique et socio-économique à peu près complet des cinq (...)

27Ramenée de la sorte aux cas significatifs de cinq communes inscrites dans la seconde couronne péri-urbaine de Pau - Serres-Castet, Sauvagnon, Lescar, Assat et Bosdarros15, notre spéculation sur les rythmes, les modalités et les facteurs de la croissance péri-urbaine a nécessité le traitement informatique de 250 dossiers tirés des archives du service de la Conservation des Hypothèques de Pau et celui de 260 fiches de la S.A.F.E.R.. Dans le premier cas, toutes les parcelles vendues, échangées ou données de 1981 à 1984 ont été répertoriées. Dans le second cas, les données interprétées sur une longue période - 1964-1980 - ne concernent que les mutations foncières portant sur des superficies égales ou supérieures à 5.000 m2. Afin d'éviter de traiter à deux reprises le cas d'une même pièce de terre nous avons bien entendu pris le soin d'arrêter à la fin de l'année 1980 la collecte des données des S.A.F.E.R.. Au total et pour vingt ans, nous possédons des renseignements à peu près exhaustifs sur 510 mutations foncières, concernant, selon les cas, de 1 à 2,5 % des superficies communales.

TABLEAU I : SITUATION GEOGRAPHIQUE ET HABITAT
Données d'ensemble :

TABLEAU I : SITUATION GEOGRAPHIQUE ET HABITATDonnées d'ensemble :

Tendances de l'urbanisation

Tendances de l'urbanisation

TABLEAU II : CATEGORIES SOCIALES ET ACTIVITES *

TABLEAU II : CATEGORIES SOCIALES ET ACTIVITES *

* : Voir aussi sur ce point la figure 3

28Le traitement informatique de ces deux séries de données, réalisé sur un micro-ordinateur du type "Goupil 3", a donné lieu à la constitution d'un fichier initial comprenant, pour chaque cession de bien recensée, 19 variables qui regroupent trois types d'informations concernant le bien, les caractéristiques socioprofessionnelles, démographiques du vendeur, du donateur et du nouveau propriétaire (cf. tableau III).

29A partir de ce fichier initial, le traitement informatique a essentiellement consisté, par tri et croisement des données, à créer une trentaine de nouveaux fichiers classant les cessions de biens en fonction de plusieurs variables telles que la catégorie socioprofessionnelle des acheteurs ou des vendeurs-donateurs, l'âge des uns et des autres, ou encore la destination des biens mutés : usage agricole, terrain à bâtir, terrain industriel... etc...

B - LA MUTATION DES TERRES AGRICOLES : PROCESSUS, AGENTS ET STRATEGIES

30Après avoir défini le rythme et les disparités géographiques de la mutation des terres agricoles, nous nous efforcerons d'en éclairer les processus en étudiant les acteurs du marché foncier et en tentant d'identifier leurs stratégies socio-spatiales.

1 - Aspects fonciers quantitatifs de la péri-urbanisation

31Si l'on s'en tient, en premier lieu, au brassage des terres agricoles enregistré par la S.A.F.E.R., il est clair que de 1964 à 1980 la part des superficies de terrain vendues pour des usages de nature urbaine, envisagée par rapport à l'ensemble des mutations, s'élève à des pourcentages très différents selon la spécificité des activités agricoles communales - cf. figure 3-. Dans les communes où domine l'élevage associé aux cultures fourragères ou à celles, plus envahissantes, encore, du maīs, c'est de 42 % - Bosdarros - à 53 % - Sauvagnon - des surfaces changeant des propriétaires qui ont connu une destination nouvelle, de "caractère urbain". En revanche, dans les communes à spécialisation maraîchère même modérée, comme Assat, la proportion des terres changeant de main et destinées à une stricte consommation urbaine n'excède pas 16 %. La théorie de la rente pourrait donner une explication - trompeuse nous le verrons bientôt - du phénomène. En effet, si le cas de la première catégorie de communes souligne le poids qu'exerce la pression de la demande urbaine sur une offre de terrains qui n'intègre que très partiellement le "tribut foncier urbain" et se monnaye encore au prix - ou presque - du sol agricole, à peine grévé d'une rente différentielle émergente ; celui de la seconde catégorie témoigne au contraire de la valeur élevée d'un sol maraîcher capable d'affronter victorieusement les "rentes potentielles" résultant de la demande à finalité d'urbanisation/construction.

TABLEAU III : STRUCTURE DU FICHIER INITIAL, DONNEES TIREES DES ARCHIVES DE LA S.A.F.E.R. ET DU SERVICE DE CONSERVATION DES HYPOTHEQUES, CONCERNANT LES MUTATIONS FONCIERES

Numéros et noms des champs (variables)

Type (numérique ou alpha-numérique)

Longueur ou Dimension (intervalles à garder)

1 COMMUNE

c

003

2 VENDEUR

c

006

3 QUALITE

c

001

4 AGEVEND

N

002

5 PROF

c

001

6 ADRESSE

c

001

7 NATUREMUTA

c

001

8 PRIX

N

004

9 SUPERFICIE

N

004

10 NATUREBIEN

c

002

11 DESTINATIO

c

004

12 NOMBREACH

N

001

13 ACHETEUR

c

006

14 PROFACHET

c

001

15 AGEACHET

N

002

16 ADRESACHET

c

001

17 ORIOPROPRI

c

003

18 DATEORIGIN

N

002

19 PROFANCIEN

N

001

Figure 3 : EVOLUTION DES SURFACES CULTIVEES PAR TYPES DE CULTURE DE 1970 A 1980 DANS LES CINQ COMMUNES DE L'ECHANTILLON

Figure 3 : EVOLUTION DES SURFACES CULTIVEES PAR TYPES DE CULTURE DE 1970 A 1980 DANS LES CINQ COMMUNES DE L'ECHANTILLON
  • 16 Ce total se décompose de la manière suivante : 42,5 ha à Sauvagnon, 87 hectares à Lescar et 146 hec (...)

32Ceci dit, les terres confisquées à l'activité agricole, dans le cadre d'exploitations partiellement ou totalement soustraites à l'agriculture - c'est cela que nous livrent les transactions enregistrées par les S.A.F.E.R. - n'ont nulle part amputé de manière rédhibitoire, dans la seconde couronne péri-urbaine tout au moins, le patrimoine foncier de l'agriculture. A Assat, en plaine maraîchère, où seulement 10 ha prélevés sur les domaines démantelés ont nourri l'urbanisation, cette ponction n'a représenté, de 1964 à 1980, que 1,7 % de la surface agricole totale. Grignotage qui n'hypothèque pas vraiment l'avenir de l'exploitation culturale. A Serres-Castet, en milieu de haute-terrasse - Pont-Long - maīsicole, protégé par un pouvoir municipal expert et matois, attentif à la sauvegarde précoce des intérêts agricoles, les 23 hectares pris en gros blocs sur des domaines définitivement démembrés ne constituent qu'un sacrifice mineur : celui de 2 % seulement de la surface agricole totale ! A Sauvagnon en revanche, à Bosdarros et à Lescar où, respectivement 5 %, 8,1 et 9,2 % de la surface agricole totale, soit 275,5 ha16 ont été acquis par des citadins pour des affectations non agricoles, le pouvoir local très vite tombé entre les mains des représentants de cette nouvelle catégorie de propriétaires fut beaucoup moins jaloux des intérêts structurels et stratégiques de l'agriculture. Il en résulte un sévère mitage des campagnes dont les élus, désormais plus conscients et plus résolus, s'efforcent aujourd'hui d'enrayer des effets négatifs. Dans ce but, ils dotent leurs communes de documents d'urbanisme qui réservent encore de belles superficies aux zones dites naturelles - NC et ND-, théoriquement intouchables.

33Si l'on se réfère, en second lieu, aux données obtenues en dépouillant les archives du service des Hypothèques - période 1981-1984-, il convient de nuancer très sérieusement, voire de mettre en doute, ces premières conclusions. Nous savons que cette source tient compte de tous les types de transactions portant sur les biens immobiliers bâtis ou non. Elle inclut bien entendu la mutation des terrains de petite taille, abandonnés par plus d'un agriculture cherchant à accroître sa capacité d'investissement tout en prélevant un tribut foncier urbain, sans condamner pour autant son exploitation à la faillite.

  • 17 Nous affirmons ce point par pure convention, en estimant qu'en zone périurbaine tout équipement ren (...)

34Il convient cependant de préciser que les renseignements collectés auprès des Hypothèques composent une part élevée d'incertitude qui en altère singulièrement l'intérêt scientifique, sans toutefois les discréditer complètement. Ainsi, sur 250 mutations concernant les cinq communes, nous en avons recensé 63 à finalité purement agricole - soit 25 % - et 20 ayant trait à des parcelles nanties d'une habitation ou de bâtiments d'exploitation. Par ailleurs, 87 visaient une destination explicite de terrain à bâtir - soit 35 % des mutations-, 28 découlaient d'une déclaration d'utilité publique et correspondaient à un projet d'équipement ou d'aménagement renforçant le caractère péri-urbain de l'espace considéré17... 52 enfin, soit près de 20 % des transactions, ne précisaient pas la destination du sol après sa cession. Une telle incertitude sur l'affectation des valeurs foncières aurait dû remettre en cause notre méthode si la consultation de plusieurs spécialistes de la question-conservateur des Hypothèques, notaires... - ne nous avaient convaincu que la plupart des destinations non précisées de la terre s'identifient, bon an mal an, à des réservations de terrains è bâtir. Du coup, sur un total de 250 transactions, moins d'une centaine correspondraient à des mutations de terres agricoles. Il est vrai que si ces dernières sont moins nombreuses, elles portent sur une large majorité des superficies en circulation : 55 %, soit près de 304 hectares pour les cinq communes. Elles ne laissent que 250 hectares aux visées de la péri-urbanisation... Ce qui représente tout de même 4,7 % de la surface agricole totale des communes considérées. Quelle que soit la part d'incertitude que recèle un tel résultat, ce pourcentage montre que dans la seconde couronne péri-urbaine de Pau le recul spatial de l'agriculture s'effectue surtout par cessions de parcelles parcimonieusement arrachées à des exploitations agricoles. Ces amputations s'expliquent soit par des raisons économiques simples - recherche de liquidités par exemple de la part des propriétaires-exploitants-, soit par des finalités plus nettement spéculatives - récupération par le propriétaire d'une rente foncière. Quant à celles qui interviennent à la suite d'un démantèlement systématique des exploitations, accompagné d'une cessation radicale des activités de production et d'un départ des actifs, elles restent très minoritaires.

35Outre cette révélation, l'observation de la distribution intercommunale des terres destinées à la consommation péri-urbaine apporte quelques surprises. Elle infirme la règle que nous avions plus haut établie à partir d'une analyse des conséquences de la désagrégation de certaines exploitations telle que les dossiers de la S.A.F.E.R. en esquissaient les contours. Si l'on tient compte de toutes les mutations parcellaires, loin d'offrir plus de résistance à l'urbanisation que les petites ou moyennes exploitations vouées au maīs ou aux cultures fourragères, celles qui portent des cultures maraîchères ou occupent de petites superficies en plaine, cèdent tout aussi facilement du terrain, voire plus aisément parfois, en raison sans doute de leur localisation fragile aux abords de la ville. Mais leur recul ne s'accompagne pas d'une diminution sensible du nombre des exploitations. Les propriétaires fonciers directement impliqués dans une production lucrative ne répondent que cas par cas aux sollicitations d'une demande de terrains très persuasive. Ils amputent, sans la détruire, la petite entreprise de culture sur laquelle ils vivent souvent dans une relative aisance. De fait, entre 1981 et 1984, la commune d'Assat aurait procédé au transfert de près de 7 % de sa surface agricole totale pour des usages citadins, ce qui représente une superficie supérieure à 40 hectares. Seule Lescar du groupe I, en proie à une très forte agression urbaine, déjà perçue d'ailleurs à l'aide des données de la S.A.F.E.R., la supplante par son rythme de recul accéléré des terrains agricoles : 83 hectares, soit près de 9 % de la surface agricole totale en trois ans ! En revanche, les terroirs occupés par de solides exploitations restructurées qui ne s'effilochent plus n'abandonnent au front pionnier urbain que des pourcentages modestes de leur surface agricole : 4,7 %, soit moins de 84 hectares à Bosbarros ; 3,1 %, soit un peu plus de 26 hectares à Sauvagnon ; 1,4 % seulement, soit moins de 17 ha à Serres-Castet.

2- Les acteurs du marché foncier péri-urbain

36Il est méthodologiquement admissible, lorsqu'on se propose d'identifier les acteurs du marché foncier péri-urbain, de regrouper en un seul fichier les données standardisées émanant, d'une part, des archives de la S.A.F.E.R. pour la période 1964-1980, d'autre part des dossiers du service de la Conservation des Hypothèques pour la courte séquence 1981-1984. La superposition de ces deux sources harmonisées nous fournit 510 exemples de mutations de terrains.

37On est en droit de se demander ce que représente une telle collection de cas en regard de la réalité du marché ? Or, si l'on considère que la moyenne annuelle des mutations enregistrées par la S.A.F.E.R. entre 1964 et 1981 fut de 15,3, avec un écart type relativement modéré, tandis que la moyenne annuelle des mutations répertoriées par les Hypothèques, de 1981 à 1984, s'établit à 83,3, le rapport :

38Appliqué avec beaucoup de prudence aux 260 cessions de biens fonciers relevées par la S.A.F.E.R., ce coefficient permet d'obtenir une évaluation très grossière de l'ensemble des mutations effectuées de 1964 à 1980, soit 260/0,18 = 1.444 ; résultat auquel on peut ajouter les 250 actes réalisées de 1981 à 1983, ce qui donne une estimation de 1694 mutations en vingt ans dans le cadre des cinq communes retenues. Dès lors, notre échantillon représenterait un peu moins du tiers de la totalité des mutations foncières qui ont eu lieu, pendant 20 ans, dans les cinq communes les plus typiques de la seconde couronne périurbaine de l'agglomération paloise.

a - Nature des mutations

39Si les ventes de terre ont été les actes de mutation les plus fréquents (60 % exactement), elles n'ont pas tout à fait porté sur le tiers des superficies qui ont changé le propriétaire ! En revanche, les donations et les successions qui n'ont représenté que 36 % des opérations de transfert de propriété - 28 % pour les seules donations - ont affecté près de 58 % des surfaces mutées, dont 45 % pour les seules donations. Quant aux partages, suivant ou non une période d'indivision des biens, ils ont constitué 4 % des mutations et assuré le transfert d'un peu moins de 11 % du sol qui a changé de main.

40Dans les communes des groupes II et III où la péri-urbanisation se heurte à une valeur agricole élevée des terres de vallée - type Assat -, voire à un éloignement déjà accusé de la ville, aggravé par des communications malaisées (type Bosdarros), une part très élevée des mutations foncières, affectant surtout des terres à vocation agricole, consiste en donations familiales, successions et partages : près de 92 % des superficies transférées à Assat et près de 95 % à Bosdarros... Bien entendu, le pourcentage limité des ventes dans ces deux communes représentatives des groupes II et III ne signifie pas que les affectations de terrains à la construction, ou au cortège des autres usages péri-urbains, se cantonne aux 5 ou aux 8 % de la superficie mutée faisant l'objet de transactions marchandes. Parmi les donations, les partages et les successions, il est en effet plus d'une parcelle, attribuée à tel ou tel héritier, qui échappe rapidement à l'agriculture pour accueillir un pavillon. Inversement, les ventes n'aboutissent pas automatiquement à l'utilisation urbaine des terres agricoles : la concentration de la propriété foncière liée à l'extension de l'exploitation ou à l'installation de jeunes agriculteurs, motive aussi certaines acquisitions foncières.

41Dans les communes du groupe I, on note une modification parfois radicale du rapport donation-succession/vente des valeurs foncières entre 1964 et 1983. Si à Sauvagnon les transferts à titre gracieux, surtout d'une génération à la suivante, portent encore sur près de 70 % des superficies changeant de propriétaire, leur proportion tombe au-dessous de 50 % à Lescar et descend à 27 % à Serres-Castet !

42Il est incontestable que dans ce groupe de communes très proches de la ville qui, d'une part, s'ouvrent très largement à la péri-urbanisation en proposant de vastes surfaces de terrains à bâtir inscrites parfois précocement sur les plans d'occupation des sols - P.O.S. approuvés dès 1975 ou 1976 selon les cas - et qui, d'autre part, ont connu très tôt une révolution agricole fondée sur la quasi-monoculture du maīs, une proportion souvent prépondérante des mutations foncières transite par le marché, indifféremment d'ailleurs de la destination des biens considérés : agricole ou urbano-industrielles.

b - Qui se dessaisit de la terre autour de Pau ?

43Il ne s'agit pas, dans ce paragraphe, de répondre à une question que susciterait la simple curiosité, fut-elle scientifique ; mais de se demander dans quelle mesure (hypothèse) l'appropriation de l'espace agricole par des citadins, au-delà d'une première ceinture de suburbanisation, ne constitue pas un préalable indispensable à la mutation des affectations fonctionnelles du sol, au passage du rural au péri-urbain ?

44Si cette hypothèse était vérifiée, elle confirmerait la pérennité historique de la domination des villes sur les campagnes, depuis la situation précapitaliste des cités "rentières du sol" jusqu'à celle des villes urbanisantes ou "rurbanisantes"... Elle introduirait aussi une dimension nouvelle dans les spéculations sur la "rente foncière différentielle" ou sur le "tribut foncier urbain" que d'aucuns attribuent aux agriculteurs réputés maîtres du sol dans nos régions à dominante de propriétaires-exploitants, mais que de plus fines observations pourraient dès lors réaffecter à ses véritables bénéficiaires, membres pour l'essentiel des classes citadines.

45La problématique étant posée, le tableau IV obtenu par traitement informatique des fichiers décrits plus haut - fichiers de la S.A.F.E.R. et du service de la Conservation des Hypothèques - confirme largement notre hypothèse ; à l'issue d'une première approche tout au moins. En effet, non seulement les agriculteurs n'apparaissent qu'à l'occasion de la cession de 40 % des superficies de terrain mutées au cours des deux décennies de notre observation, mais si l'on considère les seules ventes de terres, leur participation au niveau de l'offre excède tout juste le tiers des superficies proposées sur le marché : 34,5 % pour être précis ! Leur poids augmente tout naturellement en matière de donations et plus encore de successions ou de partages. Dans ce dernier cas de figure, les agriculteurs déclarés contrôlent même une courte majorité des mutations : 53,5 % des terres attribuées par héritage ou par donation-partage. Il est d'ailleurs normal que propriétaires principaux de l'espace péri-urbain, ils lèguent à leurs successeurs la majorité des terres transmises par héritage. Cependant, ce qui demeure frappant, c'est le constat indéniable que les agriculteurs participent bien au-dessous de la part des valeurs foncières qu'ils contrôlent à la cession marchande des terrains dans la seconde couronne péri-urbaine de Pau... Or, comme nous le verrons plus loin, ils cèdent moins volontiers que les non-agriculteurs leurs biens à une clientèle recherchant des terrains à bâtir. L'on admettra donc qu'ils ne contribuent que marginalement à la fourniture du sol que consomme la croissance péri-urbaine. Il convient toutefois de nuancer cette affirmation dans la mesure où 29 % des surfaces transmises que nous avons recensées depuis une vingtaine d'années - cf. tableau IV - émanent de propriétaires dont la profession n'a pu être identifiée ou se déclarant "à la retraite. Bien qu'on ne puisse légitimement classer dans le secteur agricole la totalité de ces vendeurs, il est incontestable qu'une part notable d'entre eux, retraités ou non, appartient au monde de l'agriculture. A supposer, ce qui ne peut être le cas, que la totalité des membres de ce groupe participe de près ou de loin aux métiers de la terre, il n'en demeurerait pas moins vrai que plus du tiers des surfaces de terrains vendues seraient encore cédées par des propriétaires étrangers à l'agriculture ! Situation qui dénote le poids considérable qu'exercent les citadins, ou assimilés, en matière de changement d'affectation de la terre, lors du passage de sa vocation agricole à des usages urbains plus variés.

46Parmi les catégories socioprofessionnelles étrangères à l'agriculture gui se situent au départ de ce processus, ce sont les représentants des classes urbaines dites moyennes - cadres moyens et employés par l'essentiel - qui ont transmis les superficies les plus étendues : 13 % de la surface totale transférée et 13,5 % de la surface vendue. Il est vrai que les classes socioprofessionnelles théoriquement plus aisées les talonnent de près... Fournisseurs de 7,5 % de la superficie des terres introduites dans le circuit des mutations et bailleurs de 6 % des surfaces vendues, les industriels et les commerçants, les cadres supérieurs et les membres des professions libérales exercent sur l'offre foncière une pression bien supérieure à la proportion de la population qu'ils représentent dans les aires péri-urbaines. En revanche et fort logiquement, les ouvriers ne cèdent pratiquement pas de terre dans la seconde couronne péri-urbaine. Il est intéressant de noter à ce propos qu'en l'absence d'une véritable tradition industrielle de l'agglomération paloise, rares sont les héritiers d'agriculteurs appartenant à cette classe. La filière normale pour un fils de cultivateurs circum-palois qui abandonne la ferme se résume à la quête d'un emploi tertiaire... Dans les communes étudiées, ni les industries gazières et pétrolières, ni le secteur pourtant bien représenté dans la Z.P.I.U. de la mécanique et de l'aéronautique ne semblent exercer un attrait notable sur les descendants d'agriculteurs qui quittent la terre ! Plus étonnant encore s'avère l'effacement, au niveau de l'offre, des agents de biens dont on sait que l'écran qu'ils tendent entre propriétaires originaux et acquéreurs définitifs exacerbe bien souvent la spéculation foncière. A Pau, rien de tel, ils ne revendent en effet que 2 % des surfaces libérées. Les sociétés - entreprises industrielles ou commerciales - la S.A.F.E.R. et surtout les collectivités locales procèdent enfin à d'importantes cessions de biens : 10 % des superficies vendues et 8 % des superficies mutées.

  • 18 Sur les 190 donataires que nous avons dénombrés, 30 seulement sont des agriculteurs plutôt "jeunes" (...)

47Toutes professions confondues, les propriétaires qui se dessaisissent de leurs terres sont, dans l'ensemble, d'un âge élevé : 58 ans en moyenne pour les hommes, 54 ans pour les femmes... Ce phénomène n'a rien d'étonnant dans la mesure où les agriculteurs qui vendent leur bien ou le laissent à leurs héritiers dépassent le plus souvent l'âge habituel de la retraite (surtout dans le cas des seconds) et accentuent le vieillissement du contingent global des pourvoyeurs de terrains18. La part élevée des veuves âgées - 16 % - souligne d'ailleurs le rôle que jouent les successions de propriétaires-exploitants agricoles dans les mouvements fonciers. Quand elles sont mal ou pas du tout assurées, lorsqu'ils n'existe pas de document d'urbanisme opposable au tiers capable de sauvegarder un minimum d'espace agricole, elles provoquent fréquemment la disparition des exploitations agricoles au profit de l'utilisation urbaine des terres.

c - Mutations foncières et nouveaux usages du sol : effacement de la bourgeoisie et prééminence des classes moyennes issues du monde rural.

48De manière générale, on peut affirmer que dans la seconde couronne péri-urbaine de Pau, les agriculteurs donnent ou vendent toujours leurs terres à d'autres agriculteurs qui en poursuivent l'exploitation. En effet, tandis que le tiers seulement - 34 % - de la surface des terres données par des agriculteurs, surtout à des enfants éloignés de toute activité rurale, est promis à une destination urbaine, les propriétaires-exploitants ne cèdent pour la construction, sous forme de terrains à bâtir, qu'un peu plus de 10 % des superficies qu'ils vendent. Inversement, du côté des non-agriculteurs, les donations ou ventes de terre à finalité agricole restent minoritaires dans la mesure où elles ne concernent que 45,5 % des surfaces transmises. Par contre, 36,5 % des superficies qu'ils abandonnent sont destinées à recevoir, à brève échéance, des constructions et 18 % font l'objet d'une appropriation publique - acquisition à l'amiable ou procédure de déclaration d'utilité publique - en vue d'un équipement qui renforcera à coup sûr la vocation péri-urbaine de la zone considérée.

49En somme, une superficie de terrain à bâtir deux fois plus grande que celle qui fut vendue en vingt ans par des agriculteurs, a été introduite sur le marché par des propriétaires étrangers au secteur agricole... Il s'agit surtout de représentants des couches moyennes de la société urbaine, qui ont récemment hérité d'une ou plusieurs parcelles et qui s'efforcent de les diviser en lots de terrain à bâtir afin d'en tirer un maximum de profit. Ils refusent le fermage, la maigreur des revenus qu'il engendre et les risques de dévalorisation du bien foncier qu'entraîne le droit de préemption au bénéfice du fermier.

  • 19 LERAT (S.), Les Pays de l'Adour, structures agraires et économie agricole, Union française d'impres (...)

50En matière de cessions foncières, le rôle joué par les classes moyennes citadines, souvent issues de familles rurales propriétaires initiales des fonds terriens, souligne par ailleurs l'effacement précoce, autour de Pau, de l'accaparement du sol par les classes dominantes traditionnelles, d'extraction urbaine, telles que la noblesse ou que la grande bourgeoisie. Ces dernières ne furent jamais très puissantes à la campagne, dans une région où domine de longue date la petite et la moyenne propriétés paysannes ainsi que l'appropriation collective du sol - cf. terres du Pont-Long, au nord de Pau, encore détenues par la communauté montagnarde du Haut-Ossau. De plus, la révolution agricole des années 1950, fondée sur l'introduction massive des maïs hybrides et sur le développement spectaculaire de leur culture dans les anciens champs remodelés - suppression des haies et agrandissement des parcelles - comme sur de nouveaux espaces agraires défrichés pour la circonstance, a entraîné une liquidation rapide de l'emprise marginale exercée par ces couches sociales. Dans sa thèse publiée en 1963, S. LERAT19 montre de manière convaincante que les classes dominantes paloises n'ont jamais détenu une part élevée de la propriété foncière autour de la cité. Alors qu'à l'ouest, au nord, et dans une bonne partie des communes situées à l'est de la ville, la propriété citadine représentait en 1963 moins de 5 % des superficies communales, ce n'est qu'au sud de l'agglomération - jusqu'à Gan notamment - que le contrôle urbain sur l'espace foncier s'appliquait à un territoire couvrant de 11 à 20 % des surfaces communales.

51Le rachat de la terre par de jeunes agriculteurs dynamiques, au prix parfois d'un sévère endettement ; la nécessité d'investir massivement pour améliorer la production, associée à celle d'une meilleure formation professionnelle des agriculteurs ; le développement du mouvement coopératif et les progrès rapides de l'intégration capitaliste des exploitations... furent autant de facteurs qui incitèrent des classes dominantes peu dynamiques à se débarrasser, dès les années 1950, d'une propriété foncière que ne valorisaient plus les modes de faire-valoir passéistes du métayage ou du fermage. En conséquence, les trois-quarts des donateurs et des vendeurs de terre repérés depuis les années où S. LERAT établissait ces statistiques, habitent dans la commune où se situe le bien transmis, voire dans une commune proche. De toute évidence, ce résultat accrédite la thèse de l'absence d'une intervention vigoureuse de la bourgeoisie paloise sur l'espace foncier péri-urbain. Il montre aussi que bon nombre de bailleurs de terrains résident dans la couronne péri-urbaine. Ces héritiers d'agriculteurs ont fréquemment élu domicile sur une parcelle de l'ancienne exploitation où ils ont fait construire leur propre habitation après avoir vendu la plus grande partie du domaine de leurs parents et abandonné toute activité agricole.

52De toute manière, au cours de ces dernières années, les mutations de propriété qui découlent de donations ou d'héritages, celles plus rares qui résultent de l'achat de terres par des citadins recherchant un placement sûr, accélèrent la transformation des parcelles agraires en terrains à bâtir. Nos investigations sur les cessions des premières années de la décennie 80 montrent que quelle que soit leur appartenance socioprofessionnelle, la plupart des vendeurs de terrains à bâtir ne les possèdent pas depuis longtemps : un quart d'entre eux seulement les ont acquis entre 1945 et 1970, 40 % de 1970 à 1980 et plus d'un tiers depuis le début des années 1980, soit pratiquement quelques mois, ou tout juste un ou deux ans avant leur revente en vue d'une construction.

53Tout se passe donc, dans la seconde couronne péri-urbaine de l'agglomération paloise, comme si le détachement des propriétaires fonciers de la production agricole constituait un préalable quasi-indispensable au transfert urbain des usages du sol. Le poids des facteurs économiques, mais bien plus celui de l'instance idéologique propre à la formation sociale paysanne expliquent cette règle.

d - Les nouveaux propriétaires fonciers ou la péri-urbanisation par les non-palois et par les classes moyennes

54Dans la mesure où les fiches de la S.A.F.E.R. ne donnent aucune indication, et pour cause, sur les bénéficiaires des transactions, une approche de ces acteurs fonciers et de leur stratégies ne peut guère s'appuyer que sur les 250 dossiers des hypothèques ayant trait, pour les cinq communes à la période 1981-1983.

55Du fait de la division des propriétés foncières transmises entre un nombre parfois élevé de cessionnaires, les quelques 250 mutations de terrains enregistrées en trois ans dans nos cinq communes-tests ont été réparties entre 307 personnes.

56Sur ce total, les parcelles données ou héritées ont été reprises par 187 cessionnaires, soit 61 % des nouveaux titulaires de biens fonciers. Ils se partagent de la sorte 380 ha, soit près de 69 % de toutes les superficies transmises. En revanche, les 120 acquéreurs de terrains, soit 39 % des nouveaux nantis, n'ont récupéré que 21 % de la surface totale libérée. Dans ce contexte et dans la mesure où les reprises à finalité culturale demeurent prépondérantes, les acheteurs de terrains à bâtir ne forment qu'une petite minorité : 18 % des nouveaux propriétaires. Quant au prélèvement qu'ils ont opéré sur l'ensemble des terres transmises, il n'a guère excédé de 5 à 10 % de leur étendue.

57Ces acheteurs de terrains ne sont plus très jeunes, leur moyenne d'âge s'élève en effet à 40 ans. Plus des deux-tiers d'entre eux - 67 % - appartiennent aux couches moyennes de l'architecture sociale citadine. Un pourcentage beaucoup plus faible se range dans la classe ouvrière ou dans la catégorie socioprofessionnelle des employés - moins de 24 %. Ainsi, de nombreux représentants des classes moyennes, déjà relativement âgés, accèdent en seconde couronne à la propriété des terrains à bâtir et se lancent souvent dans la construction d'une maison individuelle. La composition sociale du groupe des demandeurs de sol constructible fait de la seconde couronne péri-urbaine une zone d'élection pour l'installation des couches moyennes citadines, à dominantes de tranches d'âge jeunes et moyennes.

  • 20 Il s'agit du lieu de résidence à l'époque de l'achat du bien considéré.
  • 21 On notera que c'est exactement le même pourcentage que dans les communes de la banlieue de Grenoble (...)

58Par ailleurs, l'origine géographique20 des acquéreurs de biens immobiliers ne manque pas de surprendre ! Une très nette minorité de palois, soit tout juste 28 % du total des acheteurs21, figurent parmi les nouveaux propriétaires de terrains à bâtir en seconde couronne péri-urbaine ; 10 % vivent dans un autre département et près de 6 % dans une commune des Pyrénées-Atlantiques extérieure à l'agglomération paloise que nous avons définie. En conséquence, 56 % des acquéreurs de parcelles constructibles résident déjà dans les communes où se trouvent les pièces de terre, ou dans les communes limitrophes. Il s'agit tantôt de locataires envisageant d'acquérir une maison individuelle, tantôt de propriétaires d'un pavillon se lançant dans une nouvelle construction, tantôt de la décohabitation d'un couple logé chez un ménage d'agriculteurs...

59La pression qui s'exerce sur la demande des terrains à bâtir n'est donc pas l'unique reflet d'une expansion citadine paloise, simple et directe ! Bien sûr, les palois reprennent une proportion élevée des parcelles constructibles dans la zone péri-urbaine ; bien sûr, lorsque les résidents de la commune concernée, ou ceux d'une commune voisine, achètent des lots à bâtir c'est très souvent parce qu'ils ont trouvé un emploi suscité par la dynamique paloise, industrielle ou tertiaire... Malgré cela, la péri-urbanisation paloise, tant par les mutations foncières que par les opérations de construction qu'elle engendre, revêt beaucoup plus l'allure désordonnée d'un "mouvement brownien" composé de déplacements intra ou inter-commun aux impliquant des aires suburbaines relativement autonomes les unes des autres, que celle d'un mouvement centrifuge et univoque, orienté du coeur de l'agglomération vers la périphérie et ménageant, çà et là, quelques itinéraires de retour vers le centre.

60Ce constat débouche, d'emblée, sur un certain nombre de questions :

  • le mécanisme observé dans la seconde couronne péri-urbaine de Pau est-il transposable dans d'autres zones suburbaines d'Aquitaine et d'ailleurs ?

  • S'agit-il simplement d'une perturbation résultant de la présence de puissants pôles d'attraction urbano-industrielle en situation périphérique, tels que le complexe industriel de Lacq, (à l'ouest), ou que le foyer d'activités aéronautiques de Bordes (à l'est) ?

61Répondre à des interrogations supposerait à la fois de développer les recherches sur ce thème dans l'agglomération paloise et de les étendre pour le moins aux aires urbaines voisines : celles de Tarbes, de Bayonne...

62Quoi qu'il en soit, la péri-urbanisation en seconde couronne ne résulte pas à Pau d'un strict déplacement des citadins à la recherche de terrains moins chers ou d'un cadre de vie plus agréable à la périphérie de l'agglomération. Autour de la ville moyenne, la production de l'espace "rurbain" s'effectue au prix d'une multitude de glissements résidentiels, à l'intérieur d'une même commune ou d'une commune à l'autre.

63La dynamique de ces micro-migrations résidentielles reflète la trajectoire de ménages recherchant, conjointement, une ascension sociale et un meilleur habitat. Elle est soumise aussi à de multiples opportunités qui tiennent, pour l'essentiel, à la possibilité de se procurer des terrains à moindre prix dans une agglomération où la spéculation foncière bat son plein. A ce point de vue, l'aptitude à récupérer des parcelles constructibles, soit par donation, soit par héritage, se révèle un facteur de localisation fondamental pour plus d'une famille désormais citadine : au sens où si elle conserve encore une ascendance rurale, elle a brisé tout lien de type économique, voire culturel, avec l'agriculture.

64Le rôle de véritable "tremplin social" joué par une première acquisition de terrain, accompagnée de l'édification d'un pavillon modeste, et également indéniable pour de nombreux ménages appartenant aux couches moyennes de la société. Une cession de ce bien initial, complétée par de nouveaux emprunts, permet fréquemment de construire une maison de meilleure qualité et de plus grande taille, sur un terrain plus grand repéré depuis longtemps à proximité du domicile !

65Alors que la cherté du sol, l'appartenance familiale au secteur agricole et les efforts d'ascension sociale constituent les facteurs clés de la dissémination pavillonnaire et du "mitage" dans la zone suburbaine de Pau, la proximité du lieu de travail n'intervient qu'en quatrième position dans l'ordre des déterminants fondamentaux de la croissance péri-urbaine... au point qu'à Serres-Castet, sur l'une des zones industrielles les plus actives de l'agglomération, une large majorité des travailleurs résident hors de la commune, surtout à Pau, à Lons et à Billère, mais aussi dans la plupart des communes de la zone étudiée.

66Ainsi la seconde couronne péri-urbaine s'affirme en tant que territoire privilégié des classes moyennes, quelle que soit d'ailleurs l'incertitude de leur identification et de leur délimitation socio-économique. Une sévère distinction sociale exclut en grande partie la classe ouvrière de cet espace. Cette dernière se retrouve surtout dans les banlieues de la première couronne suburbaine : noyaux bien circonscrits au nord de Pau, communes de Bizanos, de Billère, de Jurançon et de Lons... Quant aux classes aisées de la population, elles ne participent que très marginalement à la péri-urbanisation de la seconde couronne. Elles colonisent simplement quelques secteurs privilégiés des sites naturels ou aménagés. La commune de Pau et certaines extensions de ses sites prestigieux demeurant leur domaine d'élection.

67Après avoir décrit les modalités et la dimension socio-spatiale des mutations foncières autour de Pau, il nous reste à décrypter les motifs profonds de la péri-urbanisation : quels sont les critères qui ralentissent ou accélèrent l'abandon des usages agricoles du sol ? Quels sont ceux qui intensifient l'agressivité de l'urbanisation ?

C - LES DETERMINANTS DE LA PERI-URBANISATION ET LES FACTEURS DE SA DIVERSIFICATION SPATIALE

68En se référant à la figure no 2 qui exprime graphiquement le classement des communes de la seconde couronne péri-urbaine de Pau en fonction d'un groupe de variables pertinentes - analyse des correspondances - il est possible de dégager un certain nombre de déterminants de la péri-urbanisation gui ont fonctionné sur une période relativement longue, se déroulant en gros de 1968 à 1982. En revanche, quand on interprète les données concernant les mutations de propriété entre 1981 et 1983, d'importants changements de tendance se font jour auxquels ni l'évolution des politiques municipales d'aménagement, ni la capacité de résistance des agriculteurs ne sont insensibles... C'est donc en s'appuyant successivement sur ces deux échelles du temps et de l'espace : l'ensemble de la seconde couronne et l'analyse des données sur quinze ans d'une part, les cinq communes de l'échantillon et leur évolution récente d'autre part ; que nous tenterons de définir les facteurs de la mutation du sol agricole dans l'espace péri-urbain.

1 - Nature et limite des "macro-déterminismes" :

69Le premier bloc de communes que nous avons distingué sur la figure 2 et qui correspond, en gros, à la zone septentrionale de la seconde couronne, de Poey de Lescar à l'ouest à Serres-Morlaàs et Idron ou Mazères à l'est, est incontestablement celui où la péri-urbanisation revêt le plus de dynamisme depuis la fin des années 1960. Si l'on considère le graphique, les communes s'y regroupent en fonction de l'attraction d'une variable majeure celle qui contribue le plus, d'ailleurs, à la formation de l'axe vertical des ordonnées : il s'agit des taux de croissance du nombre de permis de construire annuellement délivrés de 1969 à 1980.

70Si les mutations de terrains à finalité d'usages urbains furent sans doute les plus nombreuses, ou connurent tout au moins la progression la plus spectaculaire dans le cadre de ces zones communes l'analyse des correspondances nous livre, avec il est vrai beaucoup d'incertitude, les variables qui ont toutes les chances d'avoir exercé une forte influence sur l'organisation-construction. A vrai dire, il convient à ce niveau de distinguer les variables qui figurent au rang des conséquences de la péri-urbanisation et celles qui l'ont favorisée - causes - Tandis que l'augmentation de la part des classes socioprofessionnelles de type urbain dans la population active appartient sans conteste à la première catégorie, les caractères de l'exploitation agricole et le statut de son chef participent plutôt à la seconde. Ainsi l'augmentation du pourcentage des chefs d'exploitations à temps partiel, particulièrement flagrante à Morlaàs, Idron et Laroin ; ou l'élévation de leur moyenne d'âge, très importante à Serres-Morlaàs, peuvent s'interpréter, avec prudence, comme des facteurs favorables à une mutation urbaine des terres agricoles. La présence d'exploitants âgés ne signifie-t-elle pas que leur relève est compromise et, du coup, que leurs successeurs liquideront plus facilement, en le débitant en lotissements, un patrimoine familial qu'ils ne souhaitent plus valoriser par l'agriculture ? Et dans le cas d'une activité agricole à temps partiel qui n'apporte que des ressources complémentaires aux ménages concernés, ces derniers n'éprouvent-ils pas, plus que les agriculteurs à temps complet, la tentation de vendre telle ou telle parcelle de leur domaine afin de profiter d'une rente foncière providentielle ?

Figure 4 : COMMUNES DE L'AGGLOMERATION PALOISE CLASSEES SELON LEURS STRUCTURES FONCIERES

Figure 4 : COMMUNES DE L'AGGLOMERATION PALOISE CLASSEES SELON LEURS STRUCTURES FONCIERES

71Outre la condition des exploitants, le type de spécialisation et la taille moyenne des exploitations, voire leur localisation topographique - plaine ou coteau - et leur statut juridique - rôle du fermage - ne semblent pas indifférents aux progrès de la péri-urbanisation. A ce point de vue, il s'avère que la grande culture du maīs à dominante de fermage, pratiquée en plaine sur de vastes exploitations - d'une quarantaine d'hectares en moyenne-, offre un maximum de résistance à la poussée urbaine (cf. figure 4)... D'autant plus aisément, il est vrai, qu'elle concerne des communes relativement éloignées de Pau. Au contraire, lorsqu'elle se pratique sur de petites ou de moyennes exploitations, d'une superficie égale ou inférieure à une vingtaine d'hectares, la culture du maīs associée à une large pratique du fermage paraît avoir favorisé une péri-urbanisation - Lescar, Uzos, Morlaàs, Idron... - d'autant plus vigoureuse qu'on se situe plus près de Pau. La faible rentabilité des petites ou moyennes exploitations céréalières confrontées à une rente différentielle élevée près de Pau ou des petits centres urbains de Lescar et de Morlaàs, expliquent sans doute ce constat. De manière générale, la grande exploitation qui structure la direction négative de l'abscisse du graphe (figure 2) se révèle un facteur peu favorable à la péri-urbanisation : qu'elle se consacre à la grande culture du maīs ou, sur les coteaux, aux cultures fourragères associées à l'élevage. Il est vrai que dans le cas de la péri-urbanisation paloise il n'est pas vraiment possible d'affirmer le caractère déterminant de la variable "taille de l'exploitation agricole" dans la mesure où elle recoupe le critère de la "distance à Pau". En effet, les communes qui découpent leur finage en grandes exploitations sont aussi celles qui de Saint-Castin et de Navailles-Angos au nord, à Bosbarros au sud, en passant par Bougarber à l'ouest, s'écartent le plus de Pau ! De fait, l'éloignement de Pau et plus encore la difficulté des communications routières exercent un effet dissuasif sur la péri-urbanisation. Ainsi, bien que la taille de l'exploitation moyenne s'abaisse considérablement à Arbus et à Saint-Faust, au point de figurer parmi les plus bas niveaux de l'agglomération, la péri-urbanisation ne progresse guère dans ces communes de coteaux mal reliées à la ville-centre. A Gan par ailleurs, quelle que soit la dimension des exploitations agricoles, les grandes masses de la péri-urbanisation se concentrent autour d'un bourg traditionnellement bien doté en services, d'autant plus actif qu'il se situe à la jonction des routes qui mènent des vallées d'Aspe-Oloron - et d'Ossau vers l'agglomération paloise.

72En somme, c'est la distance à Pau associée à une taille élevée de l'exploitation agricole qui constituent, selon notre analyse des correspondances, les critères les plus sûrs d'un freinage de la péri-urbanisation. Cependant, la proposition inverse ne se vérifie pas toujours et la seule présence d'exploitations de petite taille ne garantit en rien une péri-urbanisation dynamique ! Y compris pour des communes voisines ou assez proches de Pau appartenant au groupe II cf. figure 2 : Meillon, Assat, Aressy ou Maucor... Dans ce groupe, le cas d'Aressy mérite une considération particulière. Soudée à la première couronne péri-urbaine de Pau, elle connut dès les années 1960 un développement notable de sa population et du tissu des lotissements, puis échappa, à partir des années 1970, à l'onde péri-urbaine qui affectait des sites sensiblement plus éloignés de Pau... Résistance d'une agriculture résiduelle très valorisée car tournée vers le marché urbain ? Saturation rapide de l'espace sur l'une des plus petites communes de l'agglomération ?

  • 22 Bien qu'à Buros la péri-urbanisation soit engagée depuis 1973.

73A Meillon, le premier des deux phénomènes joue un rôle capital. L'existence dans cette commune de petites entreprises agricoles solides et prospères se consacrant au maraîchage a incontestablement enrayé la péri-urbanisation. Ceci dit, la figure 2 n'explique pas son retard dans certaines communes situées au nord-est de Pau : Buros22 et Maucor en particulier... Quant aux deux communes occidentales, Denguin et Aussevielle, à la fois très excentrées par rapport à Pau et à dominante de grandes exploitations céréalières, leur périurbanisation active ne tient qu'à la proximité du complexe industriel de Lacq et au passage sur leur territoire d'une voie de communication commode entre Pau et Lacq.

74Quel que soit son intérêt, la méthode de l'analyse des correspondances comporte de sérieuses limites quant à l'identification des facteurs déterminants de la péri-urbanisation. Celles des variables que nous avons utilisées bien sûr ; mais aussi celles qui résultent de ce type de traitement statistique... Le fait en particulier que les associations graphiques de communes et de variables ne reflètent que les attractions les plus typiques, au prix d'un effacement excessif de relations moins puissantes mais tout de même indispensable à la compréhension des phénomènes.

2 - Situation socio-économique de l'agriculture et résistance de l'espace rural à la péri-urbanisation

75L'évolution récente des mutations foncières, notamment de celles qui visent une utilisation urbaine du sol dans les cinq communes que nous avons définies en tant qu'échantillon représentatif de la seconde couronne péri-urbaine de Pau, traduit l'émergence de tendances discordantes par rapport à celles que nous avons tenté de condenser, dans la figure 2, pour les deux dernières décennies.

76Les données de la Conservation des Hypothèques indiquent en effet, pour les années 1981-1983, un très net ralentissement de la mobilisation des terrains en vue d'opérations d'urbanisme dans les communes du groupe I situées au nord de Pau. Sauf à Lescar où, essentiellement du fait d'un actif contrôle foncier mis en place par la municipalité socialiste entre 1977 et 1983, près de 9 % de la S.A.U. - moyenne de 3 % par an ! - ont été affectés à des usages industriels et commerciaux, à la construction d'habitations et d'équipements. A Sauvagnon et à Serres-Castet, 3,1 % et 1,4 % seulement de la S.A.U. passèrent, de 1981 à 1983, à des usages non agricoles. Dans le premier cas, on peut arguer du fait que ce taux, surtout affaibli par une absence d'intervention foncière de la municipalité, traduit tout de même la transformation de quelques 25 hectares agricoles en terrains à bâtir : mutations effectuées à l'initiative des acteurs privés du marché. Si Serres-Castet a connu des prélèvements sur son espace agraire extrêmement timides de 1981 à 1983, la croissance de sa population (de 1975 à 1982) fut l'une des plus fortes de toute la seconde couronne, avec une progression de 80 % ! Ce paradoxe illustre en réalité une remarquable stratégie des agriculteurs qui montre à l'évidence que l'agriculture, y compris celle gui n'est pas toujours forcément la plus rémunératrice, peut résister victorieusement aux offensives citadines lorsque la société paysanne moderne s'organise et s'adapte suffisamment tôt à la situation péri-urbaine : récupérant les avantages qu'elle procure tout en s'efforçant de canaliser et de contrôler les contraintes qu'elle impose.

I - Un cas exemplaire mais isolé de stratégie offensive des agriculteurs en zone péri-urbaine : Serres-Castet et le S.I.V.O.M. du Luy de Béarn

77Loin d'accepter l'effritement de son domaine agraire, Serres-Castet qui se hisse depuis quelques années au rang des communes-pilotes de la périurbanisation est la seule collectivité locale de l'agglomération gui enregistre une légère augmentation de sa surface agricole utile ! C'est que les vieux propriétaires fonciers du cru, exploitants pour la plupart, ont su dès les années 1960 mettre sur pied une stratégie de conservation de leur pouvoir fondée sur une gestion fort adroite de l'offensive péri-urbaine. Malgré son intérêt et à certains égards sa valeur exemplaire, cette expérience demeure limitée. Elle ne se répète guère et avec beaucoup moins de netteté que dans quelques communes voisines comme Sauvagnon. Il faut sans doute voir dans cette aventure un peu isolée de Serres-Castet la conjonction de trois phénomènes : présence d'une classe étoffée d'agriculteurs modernistes amenée par un solide "leader" politique issu de ses rangs ; situation privilégiée de la commune sur la route de Bordeaux, l'une des principales "sorties routières" de l'agglomération ; incapacité de Pau à organiser et à structurer son aire péri-urbaine. En tout cas le fait est là, tandis que de 1972 à 1982 l'administration autorisait la construction de 1.046 logements - avec une forte poussée en 1977-78, années où furent construits 366 logements neufs -, tandis que la population passait de 749 habitants en 1968 à 2.196 en 1982 et que l'une des plus grosses zones industrielles de l'agglomération voyait le jour sur le territoire communal, non seulement la surface agricole utile augmentait sensiblement, mais les agriculteurs locaux étendaient leurs activités à d'autres communes, parfois fort éloignées - sud du département des Landes par exemple -, renforçant ainsi leur stature économique et leur place éminente dans la sphère du pouvoir local... Notons à ce propos que 30 % de la superficie de la propriété foncière détenue par les agriculteurs exploitants de Serres-Castet - la même chose s'observe à Lescar - se situe hors de la commune. Il est vrai que dans ces collectivités locales du groupe I cf. notre classement à partir de l'analyse des correspondances -, les propriétaires qui utilisent de vastes superficies agricoles situées hors de leur commune d'origine et de résidence, celle où ils s'efforcent de contrôler le pouvoir municipal, ne forment qu'un petit nombre d'individus. A Lescar, plus de 80 % de ces terres foraines sont appropriées par quatre agriculteurs - individus ou sociétés. A Serres-Castet, les deux-tiers de leur superficie appartiennent à un seul agriculteur dont la famille exerce depuis de longues années le pouvoir municipal et même, d'une certaine façon, le pouvoir local sur une grande partie de l'aire péri-urbaine septentrionale de Pau.

Figure 5 : EVOLUTION DE LA COMPOSITION DES CONSEILS MUNICIPAUX DE 1965 A 1983 DANS QUATRE COMMUNES AU NORD DE PAU

Figure 5 : EVOLUTION DE LA COMPOSITION DES CONSEILS MUNICIPAUX DE 1965 A 1983 DANS QUATRE COMMUNES AU NORD DE PAU

78Ainsi se dévoile le premier groupe de conditions nécessaires à l'exercice d'une stratégie offensive des agriculteurs en seconde couronne péri-urbaine. Il s'agit d'abord de leur capacité à se doter d'une assise économique moderniste et solide - grande ou moyenne exploitation, mais tout au moins forte productivité du travail et bonne rentabilité du sol. Cela dépend ensuite de leur aptitude à former un groupe social uni et homogène, même de taille réduite. Leur volonté de s'imposer à la tête d'organismes d'encadrement et de tutelle tels que les syndicats, le Crédit Agricole et la Mutualité sociale agricole, les Chambres d'agriculture ou le mouvement coopératif constitue enfin un symptôme très révélateur de leur capacité offensive. En somme, et c'est le cas à Serres-Castet, plus les agriculteurs parviennent à pénétrer les instances directrices et organisatrices du secteur agricole, plus ils ont de chance, par un subtil effet de rayonnement, de conserver la maîtrise du pouvoir local... A condition bien sûr qu'ils intègrent à doses calculées, au sein des conseils municipaux, les représentants des nouvelles couches socioprofessionnelles et démographiques que véhicule le courant péri-urbain. La stratégie des agriculteurs révèle à Serres-Castet cette parfaite souplesse. Elle leur permet de conserver encore l'essentiel du pouvoir local (cf. figure 5). Une comparaison avec les communes voisines de Montardon et de Navailles-Angos montre que dans ces dernières, faute d'avoir développé une telle stratégie, les agriculteurs ont brutalement perdu le pouvoir municipal dès 1971 dans le premier cas, en 1977 dans le second, soit dès la manifestation des prémices du phénomène rurbain.

79Le cas de Sauvagnon évoque pour sa part une évolution plus voisine de celle de Serres-Castet, même si depuis 1983 un incontestable déclin affecte l'autorité politique des agriculteurs. Afin de mesurer toute l'étendue de "l'effet stratégique" illustré par la figure 5, il convient de préciser que les agriculteurs ne représentent plus que 14 % de la population active de Serres-Castet et de Montardon, alors qu'ils en forment encore 20 % à Sauvagnon et, surtout, 34 % à Navailles-Angos ! Au rang des facteurs explicatifs, statistiques et enquêtes clament le rôle décisif de certaines personnalités - effet de "leader" - et de certains groupes - effet de classe. Elles mettent l'accent sur l'étroite relation qui existe entre la petite taille de l'exploitation et son incapacité structurelle à développer des spécialisations rémunératrices, donc à donner naissance à une classe nombreuse d'agriculteurs aisés et dynamiques. Elles soulignent aussi les effets désastreux du vieillissement de la population agricole en matière de conservation du pouvoir politique.

Figure 6 : ZONES URBAINES DES QUATRE COMMUNES DU SIVOM DU LUY DE BEARN

Figure 6 : ZONES URBAINES DES QUATRE COMMUNES DU SIVOM DU LUY DE BEARN
  • 23 Plan sommaire d'Urbanisme, réalisable dans les communes de moins de 1.000 habitants, en fonction de (...)

80Or, l'autorité municipale confère à ses titulaires un certain nombre de prérogatives en matière d'orientation de la production de l'espace. L'arme des documents d'urbanisme ou celle des possibilités d'intervention économique offertes aux collectivités territoriales entrent dans ce registre. A ce point de vue, il est tout à fait significatif que Serres-Castet ait été la première commune de la seconde couronne péri-urbaine paloise qui se soit dotée d'un document officiel d'urbanisme. Dès 1965 en effet, la municipalité avait fait dresser un Plan sommaire d'Urbanisme23. Ce fut ensuite la première commune de l'agglomération - avant Pau - dont le Plan d'Occupation des Sols - P.O.S. - fut approuvé par l'autorité préfectorale, dès 1975 ! Le rapport de présentation du P.O.S. indique d'ailleurs clairement les objectifs recherchés par les élus. Le souci de sauvegarder l'espace agraire et de maintenir des activités agricoles apparaît constamment dans le texte ou sur les plans... Les phrases insistant sur ce point sont nombreuses. Il s'agit de "conserver le milieu rural de la commune", de "préserver le plus d'espace pour l'agriculture", de "ne pas enlever à l'agriculteur son outil de travail...". Cependant, dès 1965 dans le P.S.U., une structure quasi définitive du territoire de Serres-Castet fut retenue. En harmonie avec les affectations actuelles de l'espace (cf. figure 6), elle se composait déjà de deux axes à vocation urbaine - ligne est - ouest des coteaux - et urbano-industrielle - axe nord-sud de la route de Bordeaux - séparant un vaste triangle réservé à l'agriculture. C'est dire qu'une triple vocation fondée sur le renforcement de l'agriculture, mais aussi sur le développement des activités industrielles ou de services et l'extension des zones d'habitation fut très tôt arrêtée et planifiée à Serres-Castet. Ces choix prouvent que la péri-urbanisation, perçue en fait comme une véritable croissance urbaine, fut à la fois considérée comme un phénomène inéluctable que rien n'éviterait, mais aussi comme une chance de décollage socio-économique, capable d'apporter les ressources financières indispensables à l'équipement de la commune, y compris dans les domaines réservés à l'agriculture. Le rôle d'une micro-classe d'agriculteurs dynamiques, déjà investis du pouvoir municipal, fut essentiel quant à la conception précoce d'un tel projet.

81De fait, quand on compare les grandes orientations du P.O.S. de Serres-Castet, lui-même issu des choix du P.S.U. de 1965, avec celles des documents similaires des communes voisines, ceux de Sauvagnon et de Montardon surtout, dans la mesure où Navailles-Angos connaît une pression péri-urbaine beaucoup plus faible... Deux remarques principales s'imposent. Elles soulignent, chacune, un effort d'harmonisation des deux grandes vocations socio-spatiales du péri-urbain, conçues ici comme complémentaires et non comme concurrentes : -La première concerne la défense acharnée de l'espace agricole qui caractérise Serres-Castet. Elle se traduit par l'utilisation urbaine quasi-exclusive, sur un axe est-ouest situé au nord de la commune, de la dénivellation des coteaux traditionnellement ignorés par l'agriculture. Cette restriction de l'espace urbanisable ne se retrouve ni sur le P.O.S. de Sauvagnon, ni sur celui de Montardon. Elle résulte aussi d'un refus catégorique des zones d'habitat diffus de type NB qui en autorisant le "mitage" de l'espace rural par des constructions isolées ruinent l'utilisation agricole du sol au nord de Sauvagnon. Elle s'inscrit enfin dans la perspective d'un blocage de l'avancée urbaine qu'exprime l'absence de zones d'extension future du type NA, largement dessinées en revanche sur le plan communal de Montardon (cf. figure 6).

  • 24 Alors qu'ils n'avaient réalisé que 7 % des habitations au nord de l'agglomération en 1968, ces grou (...)

82- La seconde remarque a trait à l'effort de diversification des usages de l'espace péri-urbain, accompli à Serres-Castet par juxtaposition des lotissements de classes moyennes, des groupements d'habitations destinés à des familles plus modestes et des terrains industriels... Association sur le même territoire communal qui s'accompagne d'ailleurs d'une rigoureuse segmentation socio-spatiale, gage du maintien au pouvoir des agriculteurs : seul groupe "maître" capable de médiatiser les rapports entre des classes socio-spatiales très différentes. Dans ce contexte, le groupe le plus favorisé occupe les hauteurs du village. Les ménages qui le composent habitent de belles maisons individuelles qui trônent au milieu de parcelles couvrant de 2.000 à 2.500 m2. Un groupe beaucoup plus modeste de nouveaux résidents se concentre dans une nouvelle agglomération qui s'étend à l'est de la route de Bordeaux, véritable dédoublement du vieux bourg des coteaux. Là, quelques 160 logements sociaux pavillonnaires, mêlant le locatif et l'accession à la propriété, ont été réalisés en 1977, puis en 1980, par la Société paloise d'H.L.M. et par la S.C.I. Mallecouronne. Encouragée par un coefficient d'occupation du sol élevé, délibérément choisie par les autorités municipales à des fins socio-politiques, la production de groupements d'habitations bénéficiant d'une importante aide publique n'exclut pas la construction dans leur voisinage de nombreux pavillons "clé-en-mains" livrés par des constructeurs nationaux ou régionaux, intégrés au système capitaliste24, qui s'adressent aussi à une clientèle modeste ou moyenne entrant dans le champ d'attribution des prêts aidés, voire dans celui de l'aide personnalisée au logement.

  • 25 Elle couvre un peu moins de 112 ha dont 55 actuellement occupés.

83C'est donc la concentration spatiale des classe moyennes et de nouveaux résidents modestes se contentant d'une surface réduite de terrains à bâtir qui explique que Serres-Castet ait pu accroître sa population à un rythme rapide tout en consommant un minimum de terres agricoles. Un tel résultat reflète un choix politique visant à l'intégration de classes sociales qui votent à gauche et réclament en retour un effort particulier d'équipement municipal en services socio-culturels. Une telle situation implique pour la municipalité la nécessité de disposer de ressources budgétaires élevées. Dans cette optique, les édiles de Serres-Castet se sont toujours efforcés d'attirer des activités industrielles et tertiaires sur les zones spécialisées de la commune, afin de récupérer une taxe professionnelle élevée. Au bout du compte, l'agriculture tire profit d'un tel processus dans la mesure où l'équipement des campagnes progresse plus vite que partout ailleurs et accroît, par ses effets structurants, la compétitivité et l'attrait du secteur agricole. En délimitant et en finançant la réalisation d'une vaste zone d'activités industrielles et de services - zone UY du P.O.S.25 - située à l'ouest de la route de Bordeaux, la municipalité affirma, dès les années 1960, son intention de diversifier les activités agricoles, d'accueillir les fonctions péri-urbaines et de favoriser de nouvelles formes d'occupation de son espace, tout en se donnant les moyens de contrôler ces mutations. Toute l'adresse de l'opération consistait à récupérer des terrains destinés à l'industrie et aux services, sans réduire la surface agricole utilisée. Deux circonstances presque fortuites permirent, à Serres-Castet, de résoudre l'apparente "quadrature du cercle". L'existence, en premier lieu, de vastes terres appropriées par le Syndicat du Haut-Ossau, à proximité de la route de Bordeaux. Une partie - 40 ha environ - des anciens terrains de parcours hivernaux des Ossalois fut louée à des industriels, sans préjudice pour les agriculteurs locaux. La présence, en second lieu, de vastes étendues de landes en friches dont la mise en culture devenait possible et rentable avec la "révolution du maīs"... A Serres-Castet, sous l'impulsion de la municipalité, plus de 400 hectares ont été livrés de la sorte à l'agriculture. Une exploitation nouvelle a même été créée - trois dans la commune voisine de Sauvagnon où le même système a fonctionné ! Du coup, la S.A.U. communale a augmenté d'une bonne quarantaine d'hectares ; ceci au plus fort de la péri-urbanisation, c'est-à-dire à la fin des années 1970 et au tout début des années 1980.

84Mais une telle stratégie offensive des agriculteurs en zone périurbaine n'est-elle pas réservée aux agglomérations qui, à l'image de la conurbation paloise, ne parviennent pas à se doter d'instruments efficaces et centralisés de régulation ? En un mot, la résistance ponctuelle de l'agriculture autour de Pau n'est-elle pas le fruit d'une incapacité de la ville-centre à contrôler l'espace dont elle suscite la production, au-delà de ses frontières immédiates ?

2 - Une péri-urbanisation privée de coordination institutionnelle

85En l'absence de toute direction politique et à défaut d'une véritable structure technique d'organisation et d'intervention, l'agglomération paloise se décompose en zones à polarité péri-urbaine décentrée. Cette division et ces regroupements ou recompositions satellites favorisent incontestablement l'éclatement des stratégies appliquées à l'espace social péri-urbain. Ils autorisent une résistance des agriculteurs bien plus opiniâtre que si la centralité paloise s'exerçait sans partage sur la périphérie urbaine.

Figure 7 : LES SIVOM DE L'AGGLOMERATION PALOISE

Figure 7 : LES SIVOM DE L'AGGLOMERATION PALOISE

86Dans une récente étude consacrée aux "structures de coopération dans les agglomérations d'Aquitaine", Ch. BUSK classe l'agglomération paloise parmi les "aires à coopération intercommunale élevée". De fait, à l'intérieur du cadre géographique que nous avons défini, on ne compte pas moins de 16 syndicats intercommunaux à vocation unique et de quatre syndicats intercommunaux à vocation multiple (cf. figure 7). Parmi ces derniers, le Syndicat intercommunal d'Aménagement et d'équipement de l'Agglomération paloise - S.I.A.M.E.L.A.P. - qui associe dix communes, présente une structure assez proche de celle d'un "district". Ses compétences initialement réduites à la collecte et au traitement des ordures ménagères, à l'assainissement et à la construction d'un second pont sur le gave, se sont progressivement étendues à la plupart des questions touchant à l'aménagement et à l'équipement des communes. Le poids de la ville de Pau pèse bien entendu très lourd sur ce syndicat, d'autant qu'il ne dispose pas de services propres et fait appel pour chacune de ses interventions au personnel technique de Pau. De plus, en raison de la puissante stature du maire de Pau qui en occupe la présidence, il fonctionne souvent, non sans conflit, comme un outil de gestion centralisé. Cependant il n'intègre que trois communes de la seconde couronne péri-urbaine : Mazères, Gan et Lescar... C'est bien peu, tant il est vrai que les problèmes d'aménagement concernant l'agglomération dépassent de beaucoup les limites de la première couronne péri-urbaine ! Il est vrai que Pau participe aussi à quatre S.I.V.U., spécialisés notamment dans les transports urbains ou dans la lutte contre les inondations... Mais à l'exception de Lescar et de quelques communes de la vallée du gave situées en aval de la ville, cette coopération ne concerne guère les communes de la seconde couronne péri-urbaine. Pau n'établit en particulier aucune relation fonctionnelle ou politique avec les quinze communes qui, de Aussevielle à Idron, forment l'axe septentrionnal de l'agglomération, aux portes de la ville.

87En conséquence, les regroupements de communes périphériques ne manquent pas et soulignent la faible portée de l'animation exercée par Pau sur son espace péri-urbain. Le S.I.V.O.M. du Luy de Béarn, nous l'avons vu, rassemble au nord de la ville les communes de Navailes-Angos, de Sauvagnon et de Montardon, autour du pôle de Serres-Castet et de son "pouvoir vert" (cf. figure 6). Les S.I.V.O.M. des cantons de Morlaàs et de Lescar jouent quant à eux un rôle différent. Ils conservent une structure profondément rurale fondée sur des rapports classiques de petite ville à campagne. Ainsi sur les 31 communes qui composent le canton de Morlaàs, six seulement peuvent être raisonnablement incluses dans l'aire péri-urbaine de Pau. On comprend dès lors que les questions strictement rurales dominent les préoccupations de ce syndicat. Regroupement des communes péri-urbaines autour de Serres-Castet, de Lescar et de Morlaàs, dans une aire septentrionale de l'agglomération qui échappe au "pouvoir palois" : voilà qui confirme notre hypothèse d'une aptitude aux "stratégies vertes" ou, plus largement, aux stratégies autonomes dans la seconde couronne péri-urbaine de Pau. L'installation d'un nombre non négligeable d'établissements industriels et de services à Serres-Castet et à Montardon n'a-t-elle pas été favorisée par la liberté de ces communes de fixer un taux de la taxe professionnelle beaucoup plus bas que celui qui sévit à Pau où les charges communales sont considérables ? Ajoutons que Serres-Castet et Montardon ne prélèvent pas, non plus, la taxe de 1 % sur les salaires destinée au financement des transports en commun. L'absence d'une structure intercommunale large et solide se prête à ces stratégies concurrentes des collectivités locales et favorise une attitude de surenchère sur les aides financières de la part des entreprises.

88Si en l'absence d'une tutelle citadine la situation péri-urbaine autorise l'émergence de politiques locales relativement autonomes en matière d'aménagement et de développement, elle entraîne aussi une sous-représentation systématique des intérêts du domaine péri-urbain, tant au niveau des instances politiques du département que de celles de la région, voire de la nation. De fait, la seconde couronne péri-urbaine de Pau n'envoie guère de représentants susceptibles de la défendre au Conseil général des Pyrénées Atlantiques ou au Conseil Régional d'Aquitaine. La plupart des conseillers généraux ou régionaux qu'elle élit, en fonction d'un découpage des cantons qui n'englobe jamais des aires exclusivement péri-urbaines, sont soit originaires de Pau, soit les représentants privilégiés des communes de la première couronne : Juraçon et Billère... Soit enfin l'émanation d'un monde rural qui compose l'essentiel des cantons de Morlaas et de Lescar. L'absence d'une politique péri-urbaine globale n'est certainement pas étrangère à ce fait.

89C'est donc la conjonction de structures agricoles solides et d'une relative autonomie technique et politique qui explique sans doute le développement au nord de Pau d'un "espace péri-urbain vert" particulièrement dynamique. La forte croissance de l'espace bâti, surtout intense pendant les années 1970, connaît un singulier ralentissement depuis le début de l'actuelle décennie, en fonction notamment des mesures de freinage que lui ont imposé les documents d'urbanisme réalisés par des municipalités dans lesquelles les agriculteurs conservent un incontestable pouvoir.

3 - Stratégie défensive des agriculteurs et formation d'un espace péri-urbain qui leur échappe : le cas d'Assat et des communes orientales de l'agglomération

90A l'est de Pau, dans la plupart des communes qui se partagent la vallée du gave, plan d'occupation des sols et cartes communales ont pris beaucoup de retard. A Assat où les ménages d'agriculteurs représentent encore plus du quart des familles, la population - les agriculteurs en particulier - n'a pas accepté le "zonage" de l'espace que proposait une carte communale pourtant très respectueuse des terres agricoles. Dans ces communes caractérisées par une dominante d'exploitations de petite taille, où le maraîchage occupe une place appréciable - essentielle à Meillon -, les statistiques du Recensement général de l'Agriculture de 1979 signalent la présence d'une population agricole relativement jeune et nombreuse. Du coup, la succession à la tête d'exploitations économiquement viables ne pose guère de problème. Seuls 5 % des agriculteurs de plus de 60 ans n'auraient pas une reprise assurée pour leur ferme... Il s'agit, de très loin, du taux le plus faible de l'agglomération.

91Quels que soient leur représentativité et leur dynamisme économique, ces agriculteurs s'intéressent de moins en moins à la chose publique et au développement local. En conséquence, les collectivités locales situées à l'est de Pau ne possèdent que de très rares équipements de type urbain ou péri-urbain ; infiniment moins en tout cas que dans les autres secteurs de l'agglomération. En termes de pouvoir local, même si les agriculteurs conservent à Assat deux postes d'adjoints au maire sur trois et plus du tiers des sièges de conseillers municipaux, ils enregistrent depuis 1977 un très net déclin de leur domination puisque le maire et la majorité des conseillers sortaient auparavant de leurs rangs. Tribut de cette évolution, la consommation urbaine des terres agricoles progresse à Assat et dans les communes voisines, de manière spectaculaire, depuis quelques années, alors que très longtemps la péri-urbanisation n'y avait accompli que de timides avancées. Au point que les communes du Groupe II de la figure 2, affectée par une péri-urbanisation modérée, enregistrent depuis le début des années 1980 les mutations de terres agricoles en sol urbain les plus actives de l'agglomération. Rappelons qu'à Assat, entre 1981 et 1983, c'est pratiquement 7 % de la surface agricole totale qui ont été transformés en terrains à bâtir. Or cette tendance est récente, puisque pour la période 1964-1980 l'étude des dossiers de la S.A.F.E.R. indique que dans le secteur de notre champ d'investigation les cessions de terres agricoles à des constructeurs urbains ont toujours été très limitées.

92Pour expliquer cette récente érosion de la résistance des agriculteurs, confirmée sur d'autres plans par une diminution très sensible du nombre des exploitations, une hypothèse nous paraît intéressante à vérifier : c'est l'éventualité d'une liaison étroite entre l'augmentation des ventes de terrains à bâtir et la multiplication des propriétaires non résidents ou, simplement, non exploitants ; héritiers la plupart du temps de biens agricoles patrimoniaux. Or, les actes de cession des biens conservés par le bureau des Hypothèques nous ont appris que Assat est la commune de notre échantillon où les successions et donations foncières attribuées à des bénéficiaires n'appartenant pas au secteur agricole avaient été les plus massives, ramenées à la surface agricole totale, de 1981 à 1983. Même si une partie appréciable de ces terres a été confiée en fermage à des agriculteurs-exploitants de la commune, il est peu contestable qu'en l'absence d'un document d'urbanisme opposable au tiers, et ce n'est pas un hasard si personne n'en veut à Assat, cette situation affaiblisse singulièrement la pérennité théorique des terres agricoles et constitue un facteur favorable à la périurbanisation (cf. figure 8).

93Commune où les aides familiaux sont les plus nombreux, où la succession à la tête des exploitants pose le moins de problème, Assat est aussi, assez paradoxalement, la commune où plus du tiers des propriétaires fonciers sont des citadins qui ne résident pas sur place, ne s'intéressent pas à la vie locale et se défont de leur bien à la première occasion (cf. figure 8).

94Au total, le rapport propriétaires/exploitants et résidents/propriétaires non exploitants et non résidents, quelles que soient par ailleurs la situation économique objective de l'agriculture et la moyenne d'âge des agriculteurs, se révèle un facteur déterminant de l'attitude du monde rural vis-à-vis de la périurbanisation... Il est un fait que de nos cinq communes témoins, Assat est celle qui affiche le rapport le plus faible, puisque 42,5 % des surfaces exploitées y appartiennent à des citadins ou à des agriculteurs extérieurs à la commune (cf. figure 8). Cette proportion tombe à 37 % pour Bosdarros et Lescar, à 24 % pour Sauvagnon et s'effondre à 10,5 % pour Serres-Castet où nous avons effectivement pu juger de la résistance des agriculteurs... De leur faculté exceptionnelle à digérer la péri-urbanisation tout en conservant le plein exercice du pouvoir local.

Notes

1 CATHELINAUD (Y.), Intégrer l'agriculture dans l'aménagement des aires périurbaines, Etudes foncières, no 4, printemps 1979.

2 Cahiers de l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme de la Région d'Ille-de France, volume 53, décembre 1978.

3 VAUDOIS (J.), L'agriculture des zones urbaines et péri-urbaines du Nord-Pas-de-Calais, Hommes et Terres du Nord-1 - 1982.

4 ROLLAN (F.), Dynamisme de l'agriculture péri-urbaine et expansionnisme urbain, Publications du CESURB/MSHA, Bordeaux, 1983.

5 DI MEO (G.), GOZE (M.), PUISSANT (S.) et ROLLAN (F.), Foncier et périurbanisation, le péri-urbain en Aquitaine, ECONOMICA, 1984.

6 BERGER (M.), FRUIT (J.P.), PLET (F.), et ROBIC (M.C.), Rurbanisation et analyse des espaces ruraux péri-urbains, l'Espace géographique, no 4. 1981.

7 GUIGOU (J.L.), La rente foncière, ECONOMICA.

8 Cf. supra, l'opinion de J.M. ROUX et de J.L. VENARD.

9 BELOTTI (S.), BONNET (N.), L'offre foncière à la périphérie sud de Toulouse", R.G.P.S.O., Tome 53. Fascicule I, 1982.

10 FRESCHI (L.), Croissance pavillonnaire et rétention foncière dans la banlieue grenobloise, Revue de Géographie Alpine, t. LXX. 1982. 1-2.

11 BAUER (G.), ROUX (J.M.), La rurbanisation ou la ville éparpillée, Editions du Seuil, Paris, 1976.

12 Et encore pas toujours ! Voir sur ce point les résultats divergents de M. GOZE qui conclut à propos de l'agglomération bordelaise : "Les enquêtes sur la demande en accession faites par l'Agence d'Urbanisme de la C.U.B., révèlent que se rapprocher du lieu de travail n'est pas une motivation pour la majorité des personnes interrogées, cependant que s'effectue un glissement d'une forme de bâti à une autre chaque fois que cela est possible, sur des communes voisines de l'ancienne localisation...". Rapport de synthèse du groupe foncier du club urbanisation A.U.C.U.B. 1983. Opinion que nous serons amenés à partager pour l'agglomération paloise et que contredisent les travaux de J.P. LABORIE sur Toulouse, Mulhouse, Castres, Albi et Lyon.

13 ARMAND (G.), Le marché foncier dans le secteur Nord-Est de l'agglomération grenobloise de 1977 à 1980, Revue de Géographie Alpine. T. LXX. 1982 - 1-2.

14 Cf. KAYSER (B.), SCHEKTMAN-LABRY (G.), La troisième couronne périurbaine : une tentative d'identification, R.G.P.S.O., Tome 53 - Fascicule I, 1982.

15 Les tableaux I et II donnent un profil géographique et socio-économique à peu près complet des cinq communes considérées.

16 Ce total se décompose de la manière suivante : 42,5 ha à Sauvagnon, 87 hectares à Lescar et 146 hectares à Bosdarros.

17 Nous affirmons ce point par pure convention, en estimant qu'en zone périurbaine tout équipement renforce l'urbanité au détriment de la ruralité.

18 Sur les 190 donataires que nous avons dénombrés, 30 seulement sont des agriculteurs plutôt "jeunes" - âge moyen de 45 ans tout de même - domiciliés dans la commune où se situe le bien, ou à proximité.

19 LERAT (S.), Les Pays de l'Adour, structures agraires et économie agricole, Union française d'impression, Bordeaux, 1963.

20 Il s'agit du lieu de résidence à l'époque de l'achat du bien considéré.

21 On notera que c'est exactement le même pourcentage que dans les communes de la banlieue de Grenoble : cf. supra.

22 Bien qu'à Buros la péri-urbanisation soit engagée depuis 1973.

23 Plan sommaire d'Urbanisme, réalisable dans les communes de moins de 1.000 habitants, en fonction de la loi cadre de 1957 et du décret de 13 avril 1962.

24 Alors qu'ils n'avaient réalisé que 7 % des habitations au nord de l'agglomération en 1968, ces groupes en ont construit 20 % en 1973-74, puis 30 % en moyenne à partir de 1977, avec quelques pointes spectaculaires : 60 % en 1979, 80 % en 1978 ! Depuis le début des années 1980, leur part n'excède guère 40 % des logements construits.

25 Elle couvre un peu moins de 112 ha dont 55 actuellement occupés.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : L’AGGLOMERATION PALOISE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Figure 2 TYPES COMMUNAUX D'ESPACES PERI - URBAINS DANS LA.SECONDE COURONNE PALOISE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre TABLEAU I : SITUATION GEOGRAPHIQUE ET HABITATDonnées d'ensemble :
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Tendances de l'urbanisation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre TABLEAU II : CATEGORIES SOCIALES ET ACTIVITES *
Légende * : Voir aussi sur ce point la figure 3
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 3 : EVOLUTION DES SURFACES CULTIVEES PAR TYPES DE CULTURE DE 1970 A 1980 DANS LES CINQ COMMUNES DE L'ECHANTILLON
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Figure 4 : COMMUNES DE L'AGGLOMERATION PALOISE CLASSEES SELON LEURS STRUCTURES FONCIERES
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Figure 5 : EVOLUTION DE LA COMPOSITION DES CONSEILS MUNICIPAUX DE 1965 A 1983 DANS QUATRE COMMUNES AU NORD DE PAU
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 6 : ZONES URBAINES DES QUATRE COMMUNES DU SIVOM DU LUY DE BEARN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 7 : LES SIVOM DE L'AGGLOMERATION PALOISE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/15042/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 458k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search